AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 is this an over reaching arm or is it compassion ? || Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le coeur meurtri
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (26.07.1989)
SURNOM : Nath, Nathou
STATUT : célibataire
MÉTIER : A commencé les études d'architecte à la rentré et adore ça
LOGEMENT : A toowong, en colocation avec Itziar et Paul

POSTS : 5148 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Originaire de Cambridge (U.K) il a débarqué à Brisbane il y a 1 ans exactement • Paraplégique depuis 3 ans, mais totalement indépendant, il a quitté sa ville natale pour se prouver à lui-même qu'il était capable de se débrouiller seul • Son père est mort dans l'incendie qui est à l'origine de son handicap, il a fait une tentative de suicide l'année dernière • Naïf mais adorable, un peu trop gentil, Nathan a beaucoup de mal à faire confiance à quelqu'un. La seule personne a qui il fait aveuglement confiance c'est Myrddin • sa plsu grande peur: l'abandon. Ce qui est à l'origine de bien de problè
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Hartter #3
Wren
Andreï
Julian
Itziar #2




PSEUDO : sundae
AVATAR : Logan Lerman
CRÉDITS : Avatar @heart attack ; Gif trouvé sur rebloggy ; Sign @Lizzou
DC : Thomas & Clément
INSCRIT LE : 29/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t2409-nathan-you-have-the-emotional-range-of-a-teaspoon http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t4202-nathan-potter

MessageSujet: is this an over reaching arm or is it compassion ? || Julian   Jeu 11 Oct - 17:05


Un sms, un « j’ai besoin de parler » envoyé à Julian Webers la veille, peut sembler tellement anodin et simple. Et pourtant ça demande une force incroyable. Se rendre compte qu’on a besoin d’aide et surtout accepter d’en demander est une chose incroyablement difficile. Et pourtant ça s’apprend. L’année dernière encore j’ai longtemps rechigné à demander de l’aide, je me suis dis que je pourrais gérer mes émotions tout seul et je ne voulais, en aucun cas, emmerder les autres. Il m’a fallut plusieurs mois en côtoyant des personnes diverse et variées et surtout Julian pour me rendre compte que demander de l’aide n’est pas une faiblesse mais bel et bien une force. Car il est toujours plus simple de se laisser abattre que de demander une main qui pourrait nous maintenir à flot. C’est pour ça qu’en rentrant de l’hôpital avant-hier, je n’ai pas laissé passé 24h avant de demander à Julian s’il pouvait me voir en consultation le plus vite possible. Fort heureusement, il avait justement un désistement le lendemain.

Et c’est comme qu’aujourd’hui je me retrouve dans la salle d’attente du cabinet dans lequel il travail. Bizarrement, je suis relativement calme, en craignant pas l’idée de faire face au psychiatre. Et c’est avec un sourire presque amusé que je me rappelle de la nervosité maladive qui s’était prit de moi lors de ma première session. Jeremy Mckenzie, mon psychologue à l’époque, n’arrivant à rien, ne voyant aucun progrès de ma part malgré un travail remarquable, a décidé de passer le flambeau à son confrère, pensant qu’en changeant de manière de travailler je réussirais à m’en sortir. Et je pense que je ne remercierais jamais assez Jeremy pour s’être rendu à l’évidence que nous étions bloqué dans une spirale infernale qui ne ferait que nous engloutir tous les deux encore plus. C’est avec Julian que j’ai fait d’énorme progrès, c’est grâce à lui que je suis là où je suis maintenant. Le traitement et la thérapie qu’il me fait est très bénéfique, mais je pense que dans le fond il me comprend réellement. Ça fait maintenant plusieurs mois que nous travaillons ensemble et, même si je ne connais rien de lui, j’ai le pressentiment que sa vie à lui a été longuement très tourmenté comme la mienne.

Lorsque la porte s’ouvre, je lâche le bandage qui entoure ma main blessée et me redresse. J’attends patiemment que la femme dise au revoir à Julian puis, m’aidant de ma canne, je me lève alors que le psychiatre s’approche de moi. « Bonsoir Julian » dis-je en souriant doucement, lui serrant la main avant de le suivre quand il m’indique d’entrer. Je le laisse refermer la porte derrière moi et me dirige d’un pas irrégulier, ma jambe gauche n’ayant toujours pas retrouvée la totalité de ses fonctions, vers le fauteuil sur lequel je m’installe. Posant la canne à côté de moi et étendant ma jambe, je me masse un peu le genou, attendant le retour de Julian dans la salle «Merci, hein » dis-je en premier lieu en relevant mon regard sur le jeune homme «D’avoir accepter de me voir autant … à l’arrache je dirais » je laisse échapper un petit rire, essayant presque de gagner du temps avant de devoir commencer à parler.


We are far from perfect
...but perfect as we are. We are bruised, we are broken, but we are goddamn works of art. But before we could be part of this mosaic we had to break apart like glass we're falling faster than stars


:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

is this an over reaching arm or is it compassion ? || Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-