AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 3788 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Phoenix
Myrddas #22
Marius #2
James



- autre dimension
Jameson
Leena
Myrddas VA

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Jeu 11 Oct - 18:16




Je crois que je n’ai jamais aussi peu dormi que cette nuit. Et je ne suis pas le seul. Bien que nous n’étions pas chez nous et encore moins ensemble, je crois bien que Myrddin a encore moins dormi que moi. C’est une tradition de merde, que celle de passer la nuit précédente le mariage, loin de son futur époux. Je suis persuadé que si nous avions été ensemble on aurait put se rassurer mutuellement mais, non. Marius a insisté pour que je dorme chez lui et qu’on aille ensemble chez James le lendemain. Myrddin, lui, est allé dormir chez Nathan et a laissé Arthur à ses parents.  L’idée était qu’on irait tous les deux séparément à l’endroit où se déroulera la cérémonie et qu’on se retrouverait sur place.

Evidemment, tout s’est parfaitement bien déroulé. Trop bien, peut-être ?  A 9h tapante j’ai débarqué avec Marius chez James qui était passé au pressing la veille pour récupérer mon uniforme. Car j’ai bien évidemment eu une dérogation de la navy pour pouvoir me marier en portant l’uniforme ainsi que les médailles qui m’ont été attribuées au cours de ma carrière. A 10h, après une bonne douche et avoir légèrement taillé ma barbe –résistant à James, Marius, Ezra et Kate, qui nous ont rejoint entre temps, ayant longuement insistés pour que je la rase totalement- je suis fin près. Nous nous prenons encore le temps pour sabrer la première bouteille de champagne tandis que James prépare Mathis et en attendant Liviana et Luca. A 10h30 nous sommes partis de la maison avec deux voitures : James, Marius et moi dans l’une, Liviana, Ezra, Kate et les enfants dans l’autre. A 11h nous sommes arrivés sur place où Samuel était déjà occupé à placer les convives. J’ai fait un rapide tour des gens présents et en voyant mon père mon cœur s’est gonflé d’émotions. Je ne l’avais pas invité mais James si et pour ça je ne l’en remercierais sans doute jamais assez.

A 11h30, tout le monde est installé et je sens la nervosité qui me gagne, n’ayant toujours pas vu Myrddin ou Nathan. Peut-être ont-ils eu un souci ? Je sais que le témoin de Myrddin avait quelques soucis de santé ces derniers temps mais il a assuré que tout irait bien. Au moment où j’allais demander à James d’appeler mon fiancé, j’entends la musique qui commence et mon cœur qui ratte un battement alors que tous les regards se tournent et se posent sur Myrddin qui s’avance, élégant comme toujours, sur l’allée central, entouré de ses parents et devancé par Arthur et Clara qui jettent des fleurs. Clichés, certes, mais c’était vraiment la chose à laquelle nous tenions tous les deux. Lorsque Myrddin arrive en face de moi, je ne peux pas y résister d’avantage et, m’avançant, l’embrasse avec tendresse. Relevant mon regard sur ses parents, je les enlace rapidement pour les remercier avant de me tourner vers le maître de cérémonie.
Celle-ci se déroule parfaitement bien. Pas de grands discours larmoyants mais plutôt des promesses silencieuses. Ni Myrddin ni moi n’avons besoin de répéter à quels points nous nous aimons et combien nous nous aimerons jusqu’à la fin de notre vie. James et Nathan, chacun leur tour, nous ramènent nos bagues respectives et lorsque maître de cérémonie nous déclare officiellement mari et mari, c’est Myrddin qui s’avance pour engendrer le baiser. Sous les applaudissements des gens présents, je réponds avec amour et passion à ce baiser et, passant mes bras autour des épaules de mon mari je l’attire contre moi, le gardant dans mes bras même lorsque je romps l’embrassade. Je le regarde ensuite amoureusement et, main dans la main, nous traversons l’allée, suivi par les témoins et hommes et femmes d’honneurs.

Le reste de la fête et de la soirée se déroule merveilleusement bien aussi. Je suis tellement heureux et ne parvient pas à quitter le petit nuage sur lequel je me trouve, même lorsque je me rends compte qu’on nous a livré la mauvaise pièce montée et qu’il y a quand même eu plusieurs plat de Tomates mozzarella alors que j’avais refusé tout ce qui est à base de tomates. Mais tout ça m’est, au final, égal. La pièce montée menthe chocolat était incroyablement délicieuse, le buffet très jolie et bien pensé et surtout délicieux. Mais le truc le plus étonnant m’est venu de mon père : il a passé plusieurs heures dans sa cuisine pour préparer un gâteau aux couleurs du drapeau homosexuel. J’ai été tout d’abord très fortement étonné puis totalement touché par cette attention. Il l’a fait sans moquerie aucune et je l’ai trouvé délicieux.

Au final, il devait être 2h du matin lorsque Myrddin et moi avons enfin pu nous coucher. Bien évidement, le sexe de cette nuit là avait un tout autre goût et était autrement plus délicieux que d’habitude. Encore une fois, nous avons très peu dormi et le lendemain de la fête était assez dur. Fort heureusement, j’avais prévu la société de ménage qui est venu tout nettoyer. Ainsi, Myrddin et moi avons pu profiter de notre première journée en tant que jeunes mariés et surtout nous préparer pour notre départ en lune de miel le lendemain.

Et c’est là que je me trouve actuellement. Au port de Brisbane, à attendre que Myrddin fasse ses au revoir à ses parents et leur donnent les dernières instructions concernant Arthur. Lorsqu’il me rejoint finalement, je fais un signe de la main à mon fils et ses grands parents avant de passer mon bras autour des épaules de Myrddin. En silence, profitant du calme du petit matin, je me dirige vers le ponton puis m’immobilise devant le Koala II, ce voilier qui sera notre  maison pour les deux prochaines semaines. «Allez, à toi l’honneur » dis-je en le poussant légèrement vers le bord de la passerelle. Lorsque je le rejoins sur le pont du bateau, j’ai comme l’impression que l’aventure qui va suivre sera la première d’une longue liste.


I am not a part of your machine
I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision


:
 


Dernière édition par Thomas Owens-Beauregard le Jeu 15 Nov - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux, marié et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothlight Theater Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-dragon à Toowong.

POSTS : 1366 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : lemon tart (avatar) nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens http://www.30yearsstillyoung.com/t19875-myrddin-owens

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Ven 19 Oct - 18:00




I'd follow you to the great unknown. —

— MYRDDIN & TOM
Mon anxiété est au plus haut lors de la nuit précédant le mariage. Je suis avec Nathan, respectant la tradition idiote de ne pas voir mon futur époux avant le début de la cérémonie, ce qui implique une nuit sans Thomas. Et malgré les efforts de mon meilleur ami et témoin, sans Tom ou Arthur, je ne suis guère détendu. La nuit est passée à discuter, de choses et d’autres, et à tenter de dormir. J’emmagasine environ quatre heures de sommeil et je suis d’attaque le lendemain après une grande tasse de café. L’excitation de la journée à venir est largement suffisante pour repousser la fatigue. Thomas ayant passé la nuit chez son meilleur ami Marius doit se rendre chez James par la suite pour se préparer, et retrouver son petit frère et sa petite sœur. Samuel sera déjà sur place avec des amis pour aider aux dernières touches de l’organisation, mais tout va se dérouler comme prévu. De mon côté, je peux évidemment compter sur Nathan pour m’habiller, puis sur un passage de mes parents accompagnés d’Arthur, que je prépare moi-même, seul à seul. Un dernier câlin à mon fils et je le rends à ses grands-parents, dont j’ai déjà eu les félicitations et les larmes, et les conseils. Ma mère toujours assez expansive pour deux. Ils partent finalement devant, mais nous prenons un peu de retard avec Nathan. Un besoin impérieux de me calmer alors que j’ai cru perdre mon souffle en voyant la voiture partir, et un peu plus de temps pour mon meilleur ami chez qui le stresse n’aide pas physiquement.

A 11h30 cependant, nous arrivons pile à l’heure prévue pour le début de la cérémonie. Pas le temps de saluer les gens présents, de dire bonjour correctement, tout juste de reprendre une bonne inspiration... Je m’avance seul, Nathan ayant déjà rejoint sa place de témoin ; seulement précédé par Arthur et Clara qui prennent très au sérieux leur tâche de lancés de pétales de fleurs. Nous ne manquerons pas de clichés des deux petiots, vu le nombre de portables, c’est certain. Mais les invités sont assez vite éjectés de ma conscience lorsque j’attends la moitié de l’allée centrale. Si j’ai repéré au loin le père de Thomas, à ma surprise, et toute sa fratrie, ainsi que les positions de ma propre famille et de nos amis, en vitesse, mon attention toute entière est attirée par Thomas, dans son bel uniforme, plus rayonnant que tout ce que j’ai pu connaître auparavant. Et je retombe amoureux encore et encore. Je note aussi avec plaisir que sa barbe a résisté aux assauts de notre entourage à la lui faire raser. Je l’aime trop ainsi, tout doux, et il le sait parfaitement. La musique complète le décor parfaitement ; nous avons choisi une cérémonie en extérieur, au bord d’un lac, et le temps se prête parfaitement à l’exercice. Arrivé devant Thomas, je ne peux plus réprimer le sourire qui étire mes lèvres. Il m’embrasse tendrement, puis nous nous tournons vers le maître de cérémonie, prêt à commencer. Evidemment, tout se déroule parfaitement bien. Nous avions choisi de rester bref et concis, de ne pas nous étaler plus que nécessaire. Tout a déjà été dit mille fois entre nous, murmurer à l’oreille ou traduit par des regards. Nos vœux sont cependant d’une sincérité puissante, et cela suffit à créer l’émotion. De toute façon, il ne fallait pas plus pour moi que de croiser son regard ou d’entendre les derniers mots scellant notre union pour verser une larme. L’échange des bagues brouillent ma vision, et je n’ai qu’une hâte, pouvoir enfin me jeter à son cou et l’embrasser comme il se doit.

J’attends à peine que la phrase se termine pour m’avancer et quérir ses lèvres. Les bras autour de son cou, les siens venant à leur tour m’entourer, l’étreinte est longue et difficile à rompre même une fois le baiser rompu. Les applaudissements des gens chers à nos cœurs, tous réunis en ce jour spécial, inondent nos cœurs de joie. C’est main dans la main que nous descendons l’allée nous menant vers la suite des festivités. La soirée se déroule tout aussi bien, malgré quelques problèmes qui paraissent tellement insignifiants au final. Je passe mon temps à rire, à danser, ou à manger. Des heures parfaites. Tom aussi n’est pas plus déstabilisé que cela par les quelques soucis, dont l’un ou l’autre arrivent toujours lors d’un mariage. Je ne quitte que rarement son côté, une fois le tour des tous les invités conclu. Nous avons surtout invité nos proches, gardant cela assez intime, aussi avons-nous eu le temps de bien discuter avec tout le monde. Et notamment avec le père de Thomas, dont l’attitude m’a fortement touché. Apprendre qu’il avait été invité m’avait surpris, mais je suis heureux de le compter parmi les personnes présentes. Il fait de gros efforts, et je ne pousse pas non plus trop les choses, préférant y aller lentement ; je le laisse surtout avec son fils, ne voulant pas imposer ma présence plus que nécessaire. Cependant, j’ai tenu à ce qu’il fasse la rencontre d’Arthur, ce qui a ravi Thomas plus que de raison. Et même s’il n’a pas son sang, David a succombé sans le montrer à son charme. J’ai aussi vu mes parents faire plus ample connaissance avec mes beaux-frères et sœurs, et échanger quelques banalités avec David. Mes parents étant des gens agréables, je ne doute pas qu’il n’y a eu aucun souci. Le reste de nos familles et de nos amis ont l’air de s’amuser tout autant, c’est en tout cas les retours qui m’en sont fait entre les verres de vin. Et cela rajoute à mon bonheur.

La fatigue n’en est pas moins grande lorsque nous retrouvons un lit des heures après le coucher du soleil. Je n’ai qu’une vague idée de l’heure exacte car, accompagné d’une dernière coupe de champagne, je suis occupé à savourer ses premiers instants seul à seul avec mon mari. Cette nuit compte aussi peu d’heures de sommeil, pour une raison tout à fait valable. Nos étreintes ont une saveur particulière, presque un nouveau goût alors que mon regard est parfois attiré par l’éclat de la bague ornant le doigt de Thomas. Je ne saurais décrire les sentiments qui m’étreignent et m’animent. Globalement de la reconnaissance lorsque je me rappelle qu’il a prévu une équipe de nettoyage pour que nous n’ayons pas à nous en charger. La journée a pu se passer entre nous, et à préparer les derniers éléments pour notre voyage de noces. A notre image. Sortant des sentiers battus et voguant littéralement sur la passion de Tom pour le grand large et mon amour pour la découverte. Une croisière à deux, sur un voilier loué pour l’occasion. Devant lequel je me retrouve ébahi alors que je le vois pour la première fois. Arthur aussi reste sans voix. Les au revoir sont eux assez longs, je dois l'avouer. J'arrive difficilement à me séparer d'Arthur, ça sera la plus longue période passée sans être avec lui. Mais je termine par saluer mes parents et embrasser une dernière fois notre fils avant de rejoindre le ponton au bras de mon Tom. Je souris largement alors que je suis le premier à grimper sur le pont, un perdu dans cet univers que je ne connais que peu. Je laisse Thomas me rejoindre tandis que mon regard se balade partout, et que je fais un dernier signe de la main à mes parents et Arthur.

— J’espère que le beau temps continuera ainsi… soupirais-je en regardant le ciel, mais mon sourire revint aussitôt. Je suis tellement excité bon sang, tu n'as pas idée ! Ça va être merveilleux j'en suis sûr, lançais-je comme si j’avais retrouvé l'innocence de mon enfance. Je suis mon mari, descendant les quelques marches pour atteindre ce qui sera notre petit appartement. Tout y est. Je dépose mes affaires sur la banquette avant de faire un rapide tour du propriétaire. Bien plus émerveillé que mon époux, habitué à la navigation. Je lui fais quelques commentaires de mes découvertes, puis remonte finalement quelques temps après lui sur le pont. Je le rejoins derrière la barre. Alors, les manœuvres te reviennent ? Parce que j'ai un peu lu tes livres là, mais je maintiens que je suis pas sûr d’être d'une grande aide, avouais-je avec un léger rire. Habituelle discussion entre nous, ma curiosité d’apprendre la navigation et mon envie de voir Thomas tout simplement dans son élément.

code by lizzou



“You must come with me, loving me, to death; or else hate me, and still come with me.”

:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 3788 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Phoenix
Myrddas #22
Marius #2
James



- autre dimension
Jameson
Leena
Myrddas VA

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Dim 21 Oct - 16:56


Avant de rejoindre mon époux sur le pont de ce voilier, je ne pensais pas que mon humeur pourrait être encore plus merveilleuse et agréable. Mais fait est que l'idée de partager ma passion pour la mer et la navigation avec l'homme de ma vie est encore plus excitante que le parfait mariage que nous avons eu il y a deux jours. Avec un large sourire, je pose une main dans le dos de Myrddin alors que celui-ci sautillerait presque tant il est excité. Et je ne peux que lui donner raisons.  « Ces trois prochaines vont être merveilleuses, je te le promet» souriais-je, déposant un baiser sur sa joue avant de le laisser entrer dans la cale où se trouve notre lieu d'habitation. Tout est petit mais très bien agencer et parfait pour nos petits moments d'intimités. Je dépose nos affaires sur le lit puis visite un peu les lieux avant de remonter sur le pont et rejoindre la barre. Myrddin prend très rapidement sa place à mes côtés alors que je caresse doucement le fer de la barre, sentant doigts picoter au touché, alors que Myrddin me demande, amusé, si mes instincts reviennent car lui, malgré les lectures approfondies de mes livres de navigations, ne me sera sans doute d'aucune aides.

 « Dis pas ça !» dis-je, amusé  «J'suis sûr qu'à la fin des trois semaines tu vas vouloir faire ton permis de navigation et acheter un bateau » rigolais-je avec un clin d’œil avant de désigner les cordes qui maintiennent le petit voilier à quai.  « Tu peux déjà commencer par larguer les amarres, je m'occupe de sortir ce bijou du port et j't'explique le reste une fois sur la mer, ok ?» indiquais-je alors que je sors la clef de la poche de mon pantalon, décidant d'utiliser le moteur pour plus de faciliter.

Restant sur place derrière la barre, j'observe, attendris, mon époux qui s'occuper récupérer les lourdes cordes et sens très rapidement le bateau se mettre en mouvement, gentiment emporter par le courant de l'eau. Une fois toutes les cordes détachées, je met le moteur en route et me surprends à sourire bêtement lorsque le vrombissement se fait sentir sous mes pieds, me provoquant ces drôles de sensations que je pensais ne plus jamais pouvoir ressentir. Alors, poussant doucement l'accélérateur, c'est avec une attention toute particulière, je sors le voilier de son parking avant de le diriger vers l'océan. Je fais un dernier signe à mes beaux parents et mon fils que je vois sourire d'ici, avant se mettre un coup d'accélérateur et laisser le bateau sortir sur l'océan.

Une fois assez loin, je lève le regard vers le ciel puis lance un coup d'oeil sur la boussole avant de fixer la barre afin de maintenant le bateau en place et couper le moteur.  « Myrddin !» appellais-je l'anglais en quittant mon post, me dirigeant vers la première voile  « Viens là, que je t'explique comment gérer tout ça» dis-je en prenant la corde en main. J'attends que mon chéri m'ait rejoins avant de me lancer dans des explications détaillées, lui expliquant comment détacher la voile, la maintenir en place, parlant aussi des dangers et répond au mieux à ses questions.

 «Okay ? C'est tout bon ? » demandais-je finalement. Après une réponse positive de la part du jeune homme, je lui tapote l'épaule  «Alors tu restes ici et à mon signal tu fais exactement comme je t'ai dis, compris ? » je plonge mon regard dans le sien, attendant qu'il me confirme avoir effectivement compris le tout puis retourne à ma place derrière la barre. Je reprends le contrôle du tout, puis hoche la tête et lève le pouce  «C'est bon ! » m'exclamais-je, alors que j'observe Myrddin faire ce que je lui ai dis de faire.

Une fois la voile détachée et accrochée en place, je sens le bateau faire un bond en avant mais reprend rapidement le contrôle et apprécie fortement la vitesse que prend le voilier. A tel point que je ne peux m'empêcher de pousser un cri de joie, mon sourire ne se faisant que plus grand encore. Je me passe une main dans les cheveux alors que mon regard croise celui de Myrddin. Je lui fais un signe silencieux de venir me rejoindre à la barre et me décale légèrement.  « Tien, prend le relais» dis-je en faisant un pas en avant  «T'inquiète pas, tien juste la barre en position, le regard toujours vers l'horizon, tu risques pas de faire quoique ce soit de faux » je lui ébouriffe les cheveux et dépose un baiser sur sa nuque avant de partir vers l'avant du bateau afin de détacher la plus petite voile et profiter un peu de la vitesse du bateau coupant à travers les vagues.


I am not a part of your machine
I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux, marié et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothlight Theater Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-dragon à Toowong.

POSTS : 1366 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : lemon tart (avatar) nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens http://www.30yearsstillyoung.com/t19875-myrddin-owens

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Sam 27 Oct - 15:28




I'd follow you to the great unknown. —

— MYRDDIN & TOM
Ce bateau est synonyme d’aventure, rien que nous deux, moi et mon mari. Incroyable de prononcer ce mot que je ne pensais jamais utiliser pour décrire ma situation personnelle. Encore moins en parlant de Tom, mais la chance, ce détail, ces retrouvailles il y a quelques années, tenant à ma simple décision de déménager... Bref. Je suis sur un petit nuage, bien qu’il me faille laisser Arthur sur le quai. Nous le reverrons dans quelques semaines, qu’il passera avec mes parents, bien trop heureux de pouvoir s’occuper de lui, je dois dire. Me retrouvant donc avec Thomas sur le voilier, je fais un petit tour du propriétaire sous ce beau soleil qui n’annonce que des beautés. Sous le pont se trouvent nos appartements, assez étroits sur le papier, mais parfaitement agencés. Tout est fait pour que les passagers soient à l’aise, et je sais que nous n’aurons aucun mal à y prendre nos marques. Je suis déjà heureux d’être là, de tout découvrir, de démarrer enfin ce voyage dont nous parlions tant depuis que l’idée nous a effleuré. Et je sais que je ne peux qu’à peine rivaliser avec le bonheur de Tom de revenir sur un bateau. Depuis le temps, j’ai conscience qu’être en mer lui manque énormément. Et je serais là pour découvrir tout ça alors qu’il donne libre cours à sa passion de la navigation.

Sujet dont je connais bien peu de choses. Surtout la théorie à vrai dire, car pour préparer ce voyage, j’ai surtout lu plusieurs livres de référence. Référence de Thomas, évidemment, pour que je ne débarque pas sur les flots sans connaître le nom des principaux cordages et voiles. Au moins, j’ai pu mettre en application ma connaissance de quelques nœuds qui sont aussi utiles au théâtre. Anecdote, les premiers machinistes en coulisses venaient de la marine, y amenant leurs techniques qui améliorèrent les processus, ainsi il y a encore quelques similarités. J’essaie de piocher là-dedans pour ne pas être totalement paumé, mais en rejoignant mon époux sur le pont, derrière la barre, je me rends compte que mon manque d’expérience ne va pas aider. Et que Tom ne pourra guère compter sur moi, aussi j’espère qu’il n’a rien oublié de ses réflexes. En tout cas celui de me rassurer est au point, car il le fait immédiatement avec un certain amusement. Et puis il ajoute qu’après trois semaines je serais au point, avec l’envie de passer mon permis bateau. Je rigole légèrement, en haussant les épaules. On verra bien. Ça sera peut-être notre prochaine étape ; économiser pour acheter un petit bateau de plaisance. Je me demande furtivement si cela plairait à Arthur, mais Tom me demande déjà de larguer les amarres. Ça au moins, je gère. J’hoche la tête en me rendant à mon poste. Le sujet de notre fils sera pour plus tard, mais j’ai bien envie de l’emmener faire un tour en bateau, lorsqu’il sera un peu plus grand, pour voir s’il aime ça.

Une à une, je récupère les lourdes cordes maintenant le voilier à quai. Encore une fois, avoir un peu d’expérience derrière le rideau de théâtre n’est pas sans importance. Thomas, toujours derrière la barre et surveillant mes gestes, allume le moteur. Bientôt, je sens le bateau bouger sous mes pieds, et un immense sourire étire mes lèvres alors que je me redresse et que j’échange un regard avec l’homme de ma vie. C’est parti. Je me délecte de ces premières sensations. Et nous sortons tranquillement du port de Brisbane. Je fais un dernier au revoir à mes parents et Arthur, qui nous regardent nous éloigner. A l’expression du petit, je pense que ça lui plairait de naviguer, en effet. Une fois assez loin, alors que je découvre et profite des ces petits détails comme le vent dans mes cheveux ou l’horizon de l’océan, le bleu du ciel qui paraît encore plus infini... Thomas m’appelle à le rejoindre. L’heure en est ainsi venue aux explications. Le moteur coupé, Tom s’approche des voiles et j’en fais de même. Attentivement, j’écoute tout ce qu’il a à me dire, en posant ici et là quelque question et en reproduisant les gestes qu’il me montre. J’aurais besoin de bien plus qu’un seul cours, mais la pratique me fera rentrer dans le crâne au moins un peu de ces nouvelles informations. Quand il pense enfin que je peux gérer tout ça, ou au moins les bases dirons-nous, ce que j’approuve plus ou moins, il me laisse me débrouiller tandis qu’il retourne se placer derrière la barre.

Un peu de pression sur les épaules ne me fait pas de mal, et je suis assez excité de voir ce bateau en action, autrement que par un moteur. Je n’attends plus que le signal pour effectuer les bons gestes. La voile se détache et je l’accroche au bon endroit, non sans faire très attention à ce qui pourrais mal tourner. La voile, le vent, et tout le navire font leur œuvre, bondissant sur les flots. La vitesse s’amplifie, et je ne peux m’empêcher de rire en entendant le cri de joie de Thomas qui retrouve les sensations qu’il aime. D’un signe de se part, je le rejoints avec un très large sourire. Je ne saurais exprimer l’émotion de liberté et de bonheur simple qui m’étreint. J’aimerais furtivement que cela ne s’arrête jamais. Arrivant à son niveau, il me demande de le remplacer à la barre – juste veiller à la garder dans la bonne position finalement –, je m’exécute volontiers. Après un baiser il file vers la proue, y défaire la plus petite voile, et profiter à son tour de l’effet incroyable que l’on obtient en se tenant au bout du bateau. Je ne me lasse pas de l’observer, totalement dans son élément. S’écoulent ainsi plusieurs minutes, alors que j’alterne entre m’extasier encore et encore sur mon homme qui rayonne d’une lumière toute différente à présent qu’il est sur l’océan, et l’horizon, gardant autant que possible le cap décidé. Logiquement nous avons décidé de partir vers le nord, de longer la côte australienne dans la dénommée mer de corail, jusqu’à devoir s’éloigner réellement des côtes après un petit tour vers la grande barrière de corail. Histoire de ne pas mourir bête. Un peu de plongée sera prévu, mais nous avons choisi de ne pas nous éterniser, raisons d’éthique. Après... Qui sait.

— Hé Thomas, lançais-je pour l’interpeller, alors qu’il revenait par bâbord. Je tends une main vers lui, afin qu’il la saisisse, et je l’attire ainsi contre moi sans avoir à bouger. Je dépose un furtif baiser dans son cou. L’odeur des embruns lui colle à la peau, s’ajoutant merveilleusement à ce portrait que j’essaie de graver dans mon esprit. Rappelle-moi où on va d’abord ? D’ailleurs tu t’es décidé pour la dernière semaine ? Où on ira, ce qu’on fera... demandais-je. Et y’a un pilote automatique pour quand j’aurais envie de.. profiter de mon époux et de son fabuleux corps.. ? murmurais-je d’un ton plus mutin, pressé contre son flanc, les lèvres tout près de sa mâchoire. Parce que je ne compte pas passer mon temps à lire, dormir, rêvasser devant cette étendue d’eau, et attendre paisiblement les escales. C’est une lune de miel, et j’espère bien passer ces trois prochaines semaines dans cette optique-là.

code by lizzou



“You must come with me, loving me, to death; or else hate me, and still come with me.”

:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 3788 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Phoenix
Myrddas #22
Marius #2
James



- autre dimension
Jameson
Leena
Myrddas VA

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Jeu 8 Nov - 22:19


Sentir le planché du bateau vrombir sous mes pieds me suffit amplement pour oublier tous les côtés négatifs de ces dernières semaines et me préparer pour ma nouvelle vie. Une vie de liberté et d’insouciance, où tous mes problèmes trouveront d’eux même une solution. Depuis que je suis avec Myrddin, je me rends compte que ma vie d’avant était assez insignifiante, que je suis passé à côté d’un pan incroyable de ma vie et que tôt ou tard je me serais lassé de mon quotidien. Ce voilier, ici, n’est pas un simple voilier à mes yeux, il est le synonyme d’aventure. Autant l’aventure dans laquelle nous nous engageons pour les trois prochaines semaines que celle pour laquelle nous nous sommes engagées pour la vie. Alors que mes doigts agrippent doucement et en même temps fermement le fer de la barre, tous mes sens et mes réflex me reviennent subitement. Sans plus attendre, je laisse Myrddin détacher les cordes qui maintenaient le bateau à quai jusqu’alors et manœuvre tranquillement pour le faire sortir de sa place direction l’océan.

Une fois hors du port, j’explique à mon époux comment faire pour détacher et fixer la voile principale et ne doute absolument de ses compétences lorsque je retourne à la barre afin de contrôler le bateau qui fait un bon en avant, fendant les vagues avec une telle force que je ne peux retenir plus longtemps un cri de joie. Appréciant la vitesse, je ferme quelques instants les yeux avant d’appeler mon époux pour qu’il vienne me rejoindre. Je lui laisse la place derrière la barre et m’en vais détacher la voile avant. Une fois fixé correctement, j’attrape la rambarde et me penche un peu par-dessus bord afin d’observer les vagues qui ne résistent pas à la proue du voilier. Sourire emplie de joie, je me redresse, prend plusieurs profondes inspirations puis retourne rejoindre Myrddin. Celui-ci, lâchant une main, passe son bras autour de mes hanches et me laisse volontiairement aller contre lui, apprécie le baiser qu’il dépose dans mon cou puis pose mon regard sur lui lorsqu’il prend la parole. Il a plusieurs questions concernant notre voyage mais je sens mon corps réagir surtout à sa dernière : y a-t-il un pilote automatique sur ce bateau pour qu’on puisse profiter l’un de l’autre. Caressant doucement ses épaules, ma main descend lentement le long de son dos

« C’est un voilier mon chéri» soufflais-je en me penchant vers lui « Et non un yacht pleins d’électronique. Ça veut dire qu’il va toujours falloir qu’il y en ait un qui surveille la direction du bateau» expliquais-je, alors que ma vient s’aventurer en dessous de son t-shirt, sur sa peau «Mais je ne suis pas navigateur pour rien » reprenais-je, me penchant vers son oreille «Je connais pas mal de techniques qui vont nous permettre de lâcher la barre » j’effleure quelques instant la peau de son ventre, me dirigeant un peu plus vers le bas avant de le relâcher brusquement et me redresser « ça, tu vois» dis-je en désignant une fixation « ça sert à fixer la barre afin qu’elle ne bouge pas, donc le bateau ne changera pas de cape si les courants n’en décident pas autrement» je regarde autour de moi «Mais je connais très bien cette partie de l’océan, je sais que les courants ne sont pas capricieux et que le vent est en général toujours bien avec nous. Sauf évidement si on rencontre une grosse tempête qui nous dévie totalement de notre cape, mais ça n’arrivera pas » expliquais-je

« Et pour répondre à tes questions» je pose une main sur la barre afin de la redresser légèrement «on met le cape sur Fraser Island là où on devrait accoster au milieux de l’après midi si le vent reste aussi parfait qu’il est actuellement » je souris doucement « Là on peut rester un jour ou deux ou trois, ou même quatre, peu importe. Ça vaut réellement le coup, cette île est magnifique et vaut l’exploration. Ensuite on remonte, comme dit, vers la barrière de corail et … pourquoi ne pas essayer d’atteindre Sydney, hum ?» j’interroge mon époux du regard « Après tout ce n’est pas si loin que ça et on à laaaargement le temps de faire l’allé/retour en trois semaines» proposais-je avant d’hausser les épaules « J’pourrais te montrer le quartier ou j’ai grandit et tout. Je T’as jamais été là-bas, non ? Je suis sûr que tu adorerais !» dis-je avec entrain, sourire éternel sur les lèvres.


I am not a part of your machine
I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux, marié et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothlight Theater Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-dragon à Toowong.

POSTS : 1366 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : lemon tart (avatar) nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens http://www.30yearsstillyoung.com/t19875-myrddin-owens

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Dim 11 Nov - 16:36



I'd follow you to the great unknown. —

— MYRDDIN & TOM
Thomas me montre les bases après que nous ayons quitté le port. Je l’écoute attentivement, puis détache la voile et la fixe dans la bonne position, comme il vient de me l’apprendre, alors qu’il est déjà retourné à la barre. Le vent dans les voiles donne davantage d’impulsion au bateau, intensifiant ce sentiment de liberté, d’aventures, accroché à ce moyen de transport que je vais découvrir pleinement pendant ces trois semaines. Je n’ai jamais passé autant de temps en mer, et ça promet d’être riche en émotion. C’est alors à mon tour de me rendre derrière la barre. Je n’ai qu’à faire attention à ce que nous ne dévions pas de la direction choisie par Tom, qui en profite pour aller se balader sur le pont, et rejoindre la proue. Il s’occupe d’une voile aussi, gère de menus détails dont je n’ai même pas conscience. Je me contente d’essayer de profiter pleinement de ce moment. Le vent, les embruns, le goût de l’océan qui imbibe tout, l’infini de l’horizon devant nous. Et mon homme qui paraît tellement à sa place que sa démobilisation est encore plus cruelle. Il a réussi à passer à autre chose, à revoir son approche de son travail et à rester sur terre à présent. Ce que je n’ai pas su faire moi-même. Je suis émerveillée par tout, et par cette vie qui se dévoile devant nous à la manière de l’étendue bleue. Je n’avais encore jamais eu cette sensation, comme si nous venions de passer le portail exact pour notre nouvelle vie. Comme si nous commençons enfin réellement notre histoire, alors que cela fait plus de deux ans que ça dure. Alors que ça a débuté il y a une bonne dizaine d’années... Tout est dans l’ordre. Je pourrais mourir tranquille après avoir vécu cette vie-là, sans Thomas quelque chose m’aurait définitivement manqué, même si Arthur avait été de la partie.

Lorsque Thomas me rejoint enfin, j’attrape sa main pour l’attirer à moi, et l’embrasse furtivement dans le cou, puis glisse mon bras autour de sa taille. Pressé contre son flanc, je lui demande quel sera le parcours de nos premiers jours, et pour la fin de notre voyage, encore laissé libre à l’imagination. Puis je fais la remarque que je n’ai pas envie que l’un de nous soit toujours obligé de rester derrière la barre car j’ai bien d’autres idées en tête. C’est une lune de miel, et je veux prendre ça au mot. Je sens sa main glisser dans mon dos, alors que Thomas me fait remarquer que le pilotage automatique est absent de ce voilier. J’affiche une légère moue déçue, fausse, car aussitôt elle laisse place à un sourire en coin. Sa main aventureuse est alors une douce présence sur ma peau. Tom est navigateur, dans l’âme avant que ce ne soit son travail, et il me rassure en disant avoir ses techniques pour garder le cap et vaquer à d’autres occupations. Je me laisse aller contre lui, avec un léger sourire. Mes yeux se ferment d’eux-mêmes. Mais la main légère descendant sur mon ventre s’arrête avant d’avoir atteint le but que j’avais en tête. Je ne rouspète pas cependant, je rigole un peu d’ailleurs, alors que mon mari, tout sérieux pour l’espace de quelques instants, m’explique l’utilité de cette petite fixation à laquelle je n’avais pas prêté attention auparavant. Qui pourrait bien m’être vital cependant. Sous réserve que le temps reste favorable, et les courants uniformes. Thomas est plutôt confiant, et je n’ai pas de raison de douter de lui.

Il continu sur sa lancée en parlant de l’autre sujet que j’ai lancé. D’abord Fraser Island, une petite île paradisiaque que nous devrions rejoindre plus tard dans la journée si les conditions se maintiennent. J’hoche la tête à l’idée d’y rester quelques jours, d’explorer ces coins inconnus. Je ne suis pas beaucoup sorti de Brisbane depuis mon arrivée en Australie, et Tom paraît s’en souvenir puisqu’après être remontés vers la barrière de corail, il propose que nous retournions sur nos pas et continuions au sud vers Sydney. Que je n’ai jamais vu, il est vrai. Son idée est intéressante, et je ne réfléchis vraiment pas longtemps avant d’hocher encore la tête en portant mon regard dans le sien. J’ai depuis un moment déjà relâché la barre, puisqu’il s’en occupe déjà, et mes deux bras entourent sa taille. Je profite autant que je peux de sa présence et de sa chaleur, et de la sensation parfaite qui accompagne ce moment.

— Tout ça me convient... De Fraser Island à Sydney... Je souris doucement. Ca me ferait plaisir de voir là où tu as grandi. Après tout t’as bien vu la maison de mon enfance et Cambridge, c’est un juste retour des choses. J’hausse ensuite les épaules. Si tu dis qu’on a le temps de tout faire je te crois, mais j’ai pas non plus envie qu’on se presse parce qu’il faut absolument aller à Sydney. Je préfère qu’on prenne notre temps, qu’on s’arrête si on en a envie... Et puis de toute façon si on y va pas cette fois-ci, on se trouvera bien un weekend, comme tu dis c’est pas si loin Sydney. Faut aussi que je découvre un peu plus l’Australie, car, encore une fois, je ne suis pas beaucoup parti de Brisbane. Quand Arthur sera un peu plus grand, j’aimerais bien qu’on se fasse plus de voyages, en Australie ou ailleurs, ça serait cool... proposais-je, pensif, alors que mon regard s’est porté de nouveau sur l’horizon. Un instant passe, un sourit silence, avant que je ne tourne mon attention sur Thomas. Ma main se porte à sa joue et je le force à me regarder pour pouvoir l’embrasser amoureusement. Alors, on la teste cette fixation ? Je sais pas si le bateau va garder une direction parfaite mais j’ai mon propre cap en tête...

code by lizzou



“You must come with me, loving me, to death; or else hate me, and still come with me.”

:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018
MÉTIER : Ancien amiral de la Royal Navy, actuellement en phase de servir la navy à terre.
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong

POSTS : 3788 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancien amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Phoenix
Myrddas #22
Marius #2
James



- autre dimension
Jameson
Leena
Myrddas VA

PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, gif de profil 'Myrddas' @soeur d'arme
DC : Nathan & Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Jeu 15 Nov - 23:11



Je n’aime pas le film Titanic, trop mielleux, trop tragique, trop dramatique et surtout bien trop illogique à mon sens. Toutefois, la scène où Rose se trouve à l’avant du bateau, debout sur la rambarde et les bras écartés, hurlant qu’elle sache voler, m’a toujours faite un peu rêver. Evidement, avec mes collègues on récréait régulièrement cette scène pour le fun et sous des éclats de rires incroyable, mais en même temps j’ai toujours trouvé, à l’instant précis où je me tenais en équilibre sur la rambarde du bas, mon cœur pompait l’adrénaline dans mes veines, me donnant ce grisant sentiment de liberté. C’est exactement ce à quoi je pense lorsque je me retrouve, là, à la proue de ce petit voilier. Evidement, je ne vais pas pouvoir recréer cette scène, mais rien que sentir le vent dans mes cheveux me fait un bien fou. Et repenser à tous ces souvenirs ne me rend même pas triste comme d’habitude, non. C’est juste une douce mélancolie qui emplie mon esprit, me sentant heureux et ressentant une grande gratitude que j’ai pu vivre tout ce que j’ai vécu. De toute manière, mes prochains souvenirs seront construits avec Myrddin qui gère la barre comme un chef.

Je décide, d’ailleurs, qu’il est grand temps de le rejoindre à nouveau. Passant en dessous de la voile, je reprends rapidement ma place à côté de mon mari et, peu à peu, reprend le dessus sur la place à la barre. Myrddin, par contre, ne perd quand même pas le nord et me fait bien comprendre qu’il a envie de moi. Et il n’est vraiment pas le seul, qu’on soit d’accord ! Toutefois, je ne peux m’empêcher de le laisser se languier un peu plus longtemps et, après lui avoir expliqué qu’il y avait bien une fixation pour la barre afin que le bateau garde le cap indiqué, je parle de notre programme de la journée ainsi que ce que j’avais pensé faire pour la dernière semaine. Myrddin est tout à fait d’accord avec ça, mais évoque tout de même le fait qu’il n’ait pas envie qu’on se presse, que nous devrons prendre notre temps et qui si on veut s’arrêter, on s’arrêtera. « Je suis tout à fait d’accord» dis-je, hochant la tête «Si on arrive à Sydney tant mieux, si on n’y arrive pas, tant pis » reprenais-je en haussant les épaules «de toute manière les îles alentours valent tellement plus le coup. Mais Sydney reste une ville géniale quand même » je souris à Myrddin et vais l’embrasser avec douceur « On verra bien. De toute manière on dépend du vent. Tu comprendras rapidement que ici, sur l’eau, tout peu arriver et les changements peuvent être très rapides »

Je tourne légèrement la barre suivant le N de la boussole puis attache la fixation lorsque Myrddin me demande de le faire «Tu perds pas ton temps dis donc » souriais-je, amusé, lâchant la barre de fer et attrapant le jeune anglais par les hanches. « Mais tu as raison, on n’a pas assez bien visiter le p’tit appartement en bas» je passe une main dans les cheveux de mon amour et l’embrasse avec tendresse « Allez vient !» sans plus attendre, je me dirige vers l’escalier en tirant Myrddin derrière moi, je traverse la pièce cuisine jusqu’au lit qui se trouve dans le fond où je m’immobilise. «Mr owens-Beauregard» commençais-je en lui enlevant son t-shirt «laissez moi vous montrer les joies de faire l’amour dans un bateau » je murmure en envoyant le vêtement à l’autre bout de la pièce avant que mes mains ne s’affaire au niveau de la ceinture, du bouton et de la braguette du pantalon de mon mari.


I am not a part of your machine
I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le syndrome de Dory
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans. (26.07.89)
SURNOM : Myr. (-tille, pour les plus suicidaires.)
STATUT : Amoureux, marié et papa.
MÉTIER : Ancien acteur de retour sur les planches... (Nothlight Theater Company)
LOGEMENT : Vit désormais avec Thomas-l'amour-de-sa-vie et Arthur-son-petit-dragon à Toowong.

POSTS : 1366 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ancien comédien très prometteur, connu au Royaume-Uni ; Cherche à reprendre sa carrière ; Son fils, Arthur, est à sa garde depuis le début d'année ; Vit enfin avec Thomas Beauregard, après moults complications.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


PSEUDO : Aslak
AVATAR : Colin Morgan
CRÉDITS : lemon tart (avatar) nîniel (sign')
DC : Ambroise.
INSCRIT LE : 02/12/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5840-myrddin-the-after-life http://www.30yearsstillyoung.com/t5925-myrddin-hello-darkness-my-old-friend http://www.30yearsstillyoung.com/t5927-myrddin-owens http://www.30yearsstillyoung.com/t19875-myrddin-owens

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   Mer 21 Nov - 20:02




I'd follow you to the great unknown. —

— MYRDDIN & TOM
Diriger un bateau, se tenir derrière la barre, voir les voiles se tendre sous le vent, il n’y a pas à dire, c’est assez classe. L’émotion de liberté est réelle, j’ai l’impression que toute la vie s’ouvre à moi, qu’il n’y a nulle part où je ne pourrais aller et que je pourrais tout accomplir. Mais je m’emporte carrément. Souriant alors que Thomas vient me rejoindre, je me dis que c’est en partie grâce à lui que j’ai cette sensation, pas seulement à cause du navire. Sans lui, je ne sais pas où je trouverai la force pour me dépasser, comme je l’ai fait pour reprendre le chemin du théâtre. Arthur y a contribué aussi, mais je pense que c’est un tout. Mes réflexions sont mises à mal par l’arrivée de Tom et mes questions, car je réfléchis aussi à la suite de notre périple. Il me décrit la suite, Fraser Island, la barrière de corail, quelques journées par-ci par-là et pourquoi pas terminer par Sydney et visiter le quartier où il a grandi. C’est une très bonne idée, j’en conviens, mais je le préviens que je veux avant tout prendre mon temps. Nous tombons d’accord sans problème sur ce détail. De toute façon nous dépendons aussi du vent. L’australien est largement plus calé que moi sur ce sujet, je ne peux pas le contredire, et j’ai en effet envie de voir ça. Un bateau à voile (sans compter le moteur) est peut-être le seul moyen de transport qui dépend réellement de la nature, de la météo, car seul le vent fait avancer, et les courants peuvent entraver. C’est assez étonnant de se dire qu’on dépend entièrement de phénomènes extérieurs, mais ça apporte aussi une quiétude. Quoiqu’il se passe, on pourra juste s’adapter, et il ne servira à rien de s’énerver.

Ce sont des vacances ces trois semaines, avant tout des vacances, notre lune de miel en total amoureux, alors je ne compte pas presser le pas. Je ne compte pas non plus devenir moine et ne pas lui sauter dessus, alors le deuxième sujet de conversation qui s’entrelace avec le premier concerne un moyen de garder le cap assez précisément pour que nous ayons le temps de nous démontrer notre amour sans se retrouver en Nouvelle-Zélande. J’en remets une petite couche, parce que le voir dans son élément est bien parfait pour ne pas me donner envie. Et comment l’étincelle peut encore se raviver à un simple coup d’œil ? Je ne saurais dire, mais je prie pour que cela ne disparaisse jamais. Mon mari me nargue sur mon empressement, et je lui offre un sourire en coin pour toute réponse, parce qu’il me connait. Il n’est pas en reste alors qu’il me saisit par les hanches, avouant qu’on n’a pas assez visité l’appartement en bas. Une excuse qui me fait rire puisque clairement, nous n’allons pas prendre le temps de mieux le découvrir, si ce n’est le lit. Je choisi de ne rien rétorquer et le laisse m’embrasser. A quelques secondes près, il me devance pour nous diriger tout deux vers la cale du bateau. Je le suis sans faire de manière, mais tout de même en prenant garde aux quelques marches, assez étroites, assez traitres sans doute.

Nous arrivons quasiment immédiatement dans la partie nuit, où le lit emplit tout l’alcôve. Assez confortable vu d’ici. Thomas se retourne alors vers moi et prend un air très sérieux. Retirant mon t-shirt en prenant relativement son temps, il me vouvoie. Je frémis à l’entente de nos deux noms accolés, qui forment à présent le mien, et sourit très largement en levant les bras pour l’aider à enlever totalement mon haut. Il termine vite au sol. Je prends un air plus mutin alors que je laisse Tom se charger de défaire ma ceinture et d’ouvrir mon pantalon, avant de le baisser tranquillement.

— J’ai hâte de voir ça, Mr Owens-Beauregard, murmurai-je alors qu’il se redresse.

A deux doigts de l’embrasser, je ne le fais pas et me recule un peu. M’affairant à mon tour à le déshabiller, en l’empêchant de continuer son œuvre, je le pousse doucement en direction du matelas. Ce n’est que lorsqu’il n’est plus qu’en caleçon, comme moi, que je le fais s’assoir sur le lit. Je termine de m’être à nu pour ma part, puis lui saute dessus. Et Thomas avait grandement raison en évoquant les joies de faire l’amour dans un bateau. Les sensations sont identiques mais différentes. Le lent roulement de la coque sur les vagues provoque un léger mouvement, continuel, au rythme peu changeant pour le moment tandis que le temps se maintient. Le lit a aussi mon approbation, au passage. Je ne sais pas combien de temps nous passons à nous embrasser, nous caresser, mordiller ici ou là un bout de peau, et gémir aux coups de reins. Alors que nous venons d’atteindre notre pic, nos mains se lient à nouveau, les alliances côte à côté. Après le regard océan de Thomas, ce sont elles qui capturent mon attention, et j’ai ce demi-sourire d’apaisement et de contentement. J’amène le dos de la main de mon mari à mes lèvres, y déposant un tendre baiser. Je n’ai même pas besoin de lui dire à quel point je l’aime ; ça me paraît surfait, puisque nous le savons aussi bien l’un que l’autre. Hier en était la preuve, malgré les tensions et les disputes, nous sommes allés jusqu’au bout. Et je ne regrette finalement pas, parce que toutes les minutes sont gravés dans ma mémoire. Pour ne rien oublier c’est simple, j’essaie de temps en temps de me rappeler du déroulé de la journée, ou de petits moments plus déliés. Et à chaque fois ça me fait sourire.

— Je crois que ça va être les meilleures semaines de ma vie... soufflais-je à Tom, en tournant la tête vers lui alors qu’il vient de s’allonger à mes côtés, reprenant lui aussi son souffle. J’esquisse un sourire et me redresse sur un coude pour l’embrasser furtivement. Par contre autant le lit est confortable, autant j’aurais de la peine de rester ici alors qu’il fait si beau dehors, annonçais-je avant de me lever. Pourtant, une fois debout, j’ai l’impression que quelque chose a changé. Je tourne mon regard vers lui, curieux. Tom, y’a pas plus de vagues plus hautes ? J’ai l’impression que c’est plus le même rythme.

code by lizzou



“You must come with me, loving me, to death; or else hate me, and still come with me.”

:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥   


Revenir en haut Aller en bas
 

[hot] I'd follow you to the great unknown, off to a world we call our own • Myrddas ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-