AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
SURNOM : Paulo, apparemment !
STATUT : Au fond du gouffre.
MÉTIER : Je débute mon clinicat en Neurochirurgie.
LOGEMENT : Toowong, avec Nathan et Itziar

POSTS : 471 POINTS : 655

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Je suis asperger.- J'aime les cerveaux humains de façon déraisonnable, j'en ai des photos accrochées aux murs de ma chambre.-J'ai un cheval.-Je suis neurochirurgien.-Je suis accro aux jeux vidéos.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Phoebe
Sybille
Sohan
Andrew
Aiden (ghost)
TC Dimension Fantôme
Tess #2
Carter #3
Stephen
Nathan & Itziar
Allan#2
Itziar#2
Elyos
[15/10]

RPs EN ATTENTE : •Gabriel
•Myrddin
•Ambroise
•Elwyn
•Seymour
•Chadna #2

RPs TERMINÉS : Clément
Hadès
Hadès #2
Hadès #3
Carter
Hadès #4
Chadna
Clément #2
Tess
Carter #2(abandonné)
Clément #3
Clément #4
Allan
Clément #5
Itziar
PSEUDO : Aleksie
AVATAR : Bradley James
DC : Michael Zorander
INSCRIT LE : 29/08/2018

MessageSujet: Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul   Ven 19 Oct - 12:46


Il est des rencontres qu'on ne peut improviser.

C'était difficile. En ce moment, tout était difficile. Dormir, manger, me doucher, travailler, me concentrer sur un livre, regarder la tv, jouer à la console, et même juste respirer.
Voilà quelques jours que je me traînais comme un zombie, et même si j'arrivais encore à donner l'illusion à l'hôpital, je savais que ça ne durerait pas éternellement. Je savais que je finirais par craquer.
Néanmoins, pour aujourd'hui, après une journée ponctuée d'urgences en tout genre au bloc opératoire, et des heures passées avec les doigts dans des cerveaux humains, j'avais quitté mon lieu de travail dans l'espoir de rentrer chez moi. Pourquoi ? Bonne question. Probablement pour m'enfermer dans ma chambre avec la seule chose qui arrivait à me faire un minimum de bien : Un livre. Un seul. Et une tasse de chocolat chaud, sans nul doute. J'avais l'habitude de consommer cette boisson depuis toujours, et surtout, c'était encore la seule chose que je réussissais à avaler.
L'avantage que j'avais c'est qu'en tant que médecin, j'étais plus qu'habitué à ne dormir que très peu, et ne manger que très peu, alors ma condition actuelle ne changeait pas grand chose à mes habitudes, au final.
Après être descendu du  bus à l'arrêt le plus proche de chez moi, j'avançais le long du trottoir, les mains dans les poches, et mes Tics étant revenus de plus belle je me concentrais pour ne marcher que sur les dalles rouges cette fois. Mon regard ne quittait donc pas le sol, et c'est d'ailleurs pourquoi, il ne me fallut pas bien longtemps pour manquer de rentrer en collision avec une pile de cartons posés là. Je relevai donc le regard pour regarde où j'étais. Tout près de chez Carter apparemment puisque je reconnu rapidement sa maison, mais le déménagement semblait se faire depuis la maison juste à côté. Je regardais l'homme sortir ses cartons un à un, et il semblait être seul.
Mon esprit de bon samaritain, contrecarré par mes problèmes sociaux bataillèrent un bon moment avant que je ne me décide à arrêter de rester planter là.
Aussi, alors que l'homme semblait faire une pause, je m'avançai vers lui, lui adressant une ébauche de ces petits sourires que je peinais difficilement à faire encore plus lorsque j'étais aussi triste qu'aujourd'hui.
« Vous faites ça tout seul?»
Oui, certes, j'avais oublié de dire bonjour, mais ça c'était tout moi et les conventions sociales. J'espérais que ça ne le vexerait pas. Aussi, je jetai un coup d'oeil poli vers sa maison, remarquant qu'il restait encore pas mal de cartons, et même si je n'étais pas doté de la plus grande force physique qu'il soit, je me refusais de le laisser galérer tout seul plus longtemps.
« Je peux vous aider? Seul ça risque d'être encore long...»
Je relevai avec difficulté mon regard jusqu'au sien, en attente d'une réponse. En réalité s'il avait refusé je l'aurais sans nul doute perçu comme un échec de plus, bien qu'il n'y serait pour rien.

Codage par Libella sur Graphiorum




Aspie Boy, pour les intimes.Je suis la normalité et la différence. Je suis le silence interminable et le fou rire hystérique. Je suis le sang froid et les crises d'angoisse. Je suis l'atypique. Je suis la lune dans ce monde de soleils.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le coeur à reconstruire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : digne d'un soap opera
MÉTIER : kiné. pédiatrique ﻬ son propre cabinet ouvert il y a deux ans, collabore avec Phoebe pour l'administratif et tient une permanence à l'hôpital deux fois par mois
LOGEMENT : #107 Redcliffe, une chambre d'amis chez Leah en attendant la vente de sa maison au #27 Toowong

POSTS : 1336 POINTS : 1035

PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane ﻬ passionné par l'astronomie depuis l'enfance ﻬ a été marié, puis un cancer qui fait voler sa famille en éclats en lui retirant sa femme Rachel ﻬ tente de récupérer la garde de sa fille adoptive confiée à ses grands parents biologiques
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
A true friend is someone who lets you have total freedom to be yourself - and especially to feel. Or, not feel. Whatever you happen to be feeling at the moment is fine with them. That's what real love amounts to - letting a person be what he really is. starter 10


All that is gold does not glitter, Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, The crownless again shall be king trail

•••


hannahchadna kahlan
stormway 02paul
isaackendall
Jadyn

RPs EN ATTENTE : thomas 02
RPs TERMINÉS : ellie 01 > starter 01 > joanne > ellie 02 > starter 02 > stormway > starter 03 > leah (fb) > starter 04 > nadia > hadès > starter 05 > starter 06 > starter 07 > lehen [dimension fantôme] > thomas > starter 08 > starter 09 > lehen 04 > lehen #5 anciens membres Ida >Joshua > India >Ashley > Ellie #3 > telulah > sophia > caitlyn / pop+phoebe > sage >hadès #2 > kaecy
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : avengedinchains (ava) > tumblr (gifs) > loonywaltz (ub)
DC : -
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

MessageSujet: Re: Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul   Mar 23 Oct - 9:30




Les cartons s'enchaînaient machinalement, s'entassant un à un dans le camion de prêt estampillé rouge et bleu loué par Stephen. C'était assez étrange de se dire que tant de souvenirs pouvaient tenir dans si peu de place. Deux années passées dans cette petite maison de banlieue. Deux années riches en émotions associées à un parquet qui grince, des peintures à moitié refaites et un robinet qui fuit. Autant de petites choses qui appartiendront désormais au passé, comme le montrait si bien le petit panneau planté dans la pelouse ou y figurait clairement le message : "à vendre" en lettres capitales. Un déménagement tout sauf évident qu'il avait souhaité faire seul, sans personne pour lui rappeler à quel point cette décision de vendre la maison pouvait être trop hâtive ou trop extrême. Entre la mort de Rachel, le deuil et maintenant la perte d'Anabel.. cette maison qu'ils avaient acheté tous les trois était une antre aux réminiscences douloureuses. Des souvenirs qui semblaient provenir d'une autre vie, une vie heureuse et passée qu'on lui avait prise brutalement, sans réel préavis. Son mariage avait été ponctué de drames, de blessures. Passé la joie intense d'avoir lié sa vie à celle de son grand amour il s'était retrouvé presque veuf du jour au lendemain. Une nuit de noces à l'hôpital, et l'intégralité de ses rêves relayées aux oubliettes en une fraction de seconde. Stephen avait renié cette réalité aussi fort que possible, refusant de l'affronter telle qu'elle était, mais maintenant cette abnégation lui revenait en plein visage. La perte du procès avait été la goutte de trop dans cet océan de malheurs. On le libérait de son ancienne vie, on le forçait à tourner la page en lui prenant si brusquement la petite fille de sa femme. Cette enfant dont Rachel lui avait confié la protection sur son lit de mort et désormais entre les mains de ces grands parents que la fillette connaissait à peine. Une boule de nerfs, voilà ce qu'était devenu Stephen après l'annonce du jugement. Les cartons : il avait mis deux heures à les faire. Tous où presque étaient destinés à finir dans un box de location en attendant qu'il ait assez de cran pour en faire le tri. Pour le moment il se contentait de les empiler dans le camion, faisant des allers retours incessants entre l'intérieur de la bâtisse et l'allée de garage où il avait garé le véhicule. Ça lui vidait la tête de le faire. Un KO technique n'était pas de refus pour mettre son cerveau en pause, mais malheureusement pour lui ses jambes le lâchèrent bien plus vite que ses cellules grises. Après une dizaine de trajets et sûrement l'équivalent de trois kilomètres parcourus dont bien trop d'escaliers à son goût, Stephen se laissa finalement retomber contre le muret, une main qui passait sur son visage pour essayer de dérider ses traits. « Vous faites ça tout seul? » Quoi ? Par automatisme, il relevait le menton en direction de la voix masculine qui s'élevait face à lui. Un jeune homme qu'il n'avait encore jamais vu ici, même si le temps passé au cabinet lui prenait chaque possible de chance de nouer des relations de voisinage correctes. « Je peux vous aider? Seul ça risque d'être encore long...» qu'il poursuivait en remontant le menton pour croiser le regard du kiné. Ce geste semblait être difficile à exécuter pour son interlocuteur, qui était peut être très réservé. Stephen n'avait pas forcément d'idée sur la question. Il répondit quelque chose comme "Pourquoi pas" tandis qu'une expression polie étirait ses lèvres qui ne fournissaient pas le moindre sourire sincère depuis hier matin. "Vous habitez dans le coin ?" Toujours aussi poliment, bien qu'un poil plus détendu, le brun entraînait son sauveur du jour à l'intérieur encore bien encombré par une dizaine de cartons.





and another one bites the dust, but why can I not conquer love? and I might've got to be with one. Why not fight this war without weapons? and I want it and I wanted it bad but there were so many red flags. Now another one bites the dust, and let's be clear, I trust no one

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans
SURNOM : Paulo, apparemment !
STATUT : Au fond du gouffre.
MÉTIER : Je débute mon clinicat en Neurochirurgie.
LOGEMENT : Toowong, avec Nathan et Itziar

POSTS : 471 POINTS : 655

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Je suis asperger.- J'aime les cerveaux humains de façon déraisonnable, j'en ai des photos accrochées aux murs de ma chambre.-J'ai un cheval.-Je suis neurochirurgien.-Je suis accro aux jeux vidéos.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Phoebe
Sybille
Sohan
Andrew
Aiden (ghost)
TC Dimension Fantôme
Tess #2
Carter #3
Stephen
Nathan & Itziar
Allan#2
Itziar#2
Elyos
[15/10]

RPs EN ATTENTE : •Gabriel
•Myrddin
•Ambroise
•Elwyn
•Seymour
•Chadna #2

RPs TERMINÉS : Clément
Hadès
Hadès #2
Hadès #3
Carter
Hadès #4
Chadna
Clément #2
Tess
Carter #2(abandonné)
Clément #3
Clément #4
Allan
Clément #5
Itziar
PSEUDO : Aleksie
AVATAR : Bradley James
DC : Michael Zorander
INSCRIT LE : 29/08/2018

MessageSujet: Re: Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul   Mer 24 Oct - 22:04


Il est des rencontres qu'on ne peut improviser.

Les derniers jours avaient été d'une atroce longueur et je peinais de plus en plus à tenir le rythme du travail, craignant à chaque opération qu'une vague de tristesse me fasse commettre une erreur et mettre la vie du patient sur la table en danger. Alors faut dire que peut-être, en dehors du côté bon samaritain, j'avais peut-être inconsciemment pensé que faire des aller-retour avec des cartons dans les bras me permettrait de ne pas penser, ou de finir suffisamment sur les rotules pour ne plus pouvoir réfléchir. D'ailleurs je lisais bien sur le visage de mon interlocuteur que lui non plus, ne semblait pas au top de sa forme. Du moins c'est ce que je déduis de son absence de sourire, parce que les gens souriaient la plupart du temps.
Faut dire que ma proposition de l'aider à transporter de trucs lourds en aurait fait rire plus d'un dans mon entourage, mais même si j'étais incapable de me battre, je restai un homme, capable donc de porter des objets lourds.
Le jeune homme d'ailleurs me répondit par un Pourquoi pas loin d'être joyeux mais ça me suffisait, puisque je n'étais pas moi-même dans une meilleure humeur de toute façon. Alors que je le suivais à l'intérieur, je me permis de déposer mon sac à l'entrée, afin de ne pas être dérangé par ce dernier pendant les aller-retours.
« Oui, j'habite un peu plus loin dans la rue, mais je ne passais jamais par ici avant, je me suis rendu compte que c'était plus rapide comme chemin, lorsque j'ai rendu visite à votre voisine.» J'étais c'est vrai parfois un peu long à la détente, et du coup il m'avait quand-même fallu presque deux mois pour m'apercevoir que passer par ce côté était beaucoup plus court pour rentrer chez moi. Je me saisis donc d'un carton. « Au fait, moi c'est Paul.» Je le gratifiai d'un petit sourire timide et me rendis jusqu'au camion pour déposer le carton proprement, étant le roi de tétris et du rangement.
Je fis plusieurs aller-retours avec d'autres cartons, devant user de ma force mentale parce que ça faisait bien longtemps que je n'avais plus porté de charges lourdes en faisant des aller-retours comme ça. Je me dis d'ailleurs que mon voisin jusqu'ici inconnu devait trouver ça bien plus rapide à deux.
Une fois tous les cartons sortis de la maison, je m'arrêtais au niveau du portail, attendant qu'il me rejoigne.
« Il reste des meubles, ou des cartons à l'étage?» L'interrogeais-je, bien décidé à l'aider jusqu'au bout, parce que malgré ma journée de travail épuisante, j'étais loin d'être au bout de mes forces.
« Vous déménagez où? Et vous avez besoin d'aide pour ramener tout ça dans votre nouveau logement? » Autant faire la discussion, non? Alors évidemment je ne me serais jamais permis de lui demander des informations personnelles, mais savoir où il déménageait pouvait être un sujet de conversation tout à fait pertinent.
Oui, l'aider jusqu'au bout signifiait aussi pour moi, l'aider à tout déposer dans sa nouvelle habitation, s'il le souhaitait. Bien que ça risquait sans doute encore une fois de me faire passer pour le mec bizarre que dans le fond, j'étais. Et surtout je crois que je n'avais aucune envie d'être seul, aucune envie de rentrer chez moi me morfondre entre les quatre murs de ma chambre.
Evidemment, j'aurais pu en parler avec mes colocataires, mais proposer son aide à un inconnu en plein déménagement, c'est plus facile que parler de ce qu'on ressent, pas vrai?    

Codage par Libella sur Graphiorum




Aspie Boy, pour les intimes.Je suis la normalité et la différence. Je suis le silence interminable et le fou rire hystérique. Je suis le sang froid et les crises d'angoisse. Je suis l'atypique. Je suis la lune dans ce monde de soleils.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
le coeur à reconstruire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : digne d'un soap opera
MÉTIER : kiné. pédiatrique ﻬ son propre cabinet ouvert il y a deux ans, collabore avec Phoebe pour l'administratif et tient une permanence à l'hôpital deux fois par mois
LOGEMENT : #107 Redcliffe, une chambre d'amis chez Leah en attendant la vente de sa maison au #27 Toowong

POSTS : 1336 POINTS : 1035

PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane ﻬ passionné par l'astronomie depuis l'enfance ﻬ a été marié, puis un cancer qui fait voler sa famille en éclats en lui retirant sa femme Rachel ﻬ tente de récupérer la garde de sa fille adoptive confiée à ses grands parents biologiques
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
A true friend is someone who lets you have total freedom to be yourself - and especially to feel. Or, not feel. Whatever you happen to be feeling at the moment is fine with them. That's what real love amounts to - letting a person be what he really is. starter 10


All that is gold does not glitter, Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, Deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, A light from the shadows shall spring; Renewed shall be blade that was broken, The crownless again shall be king trail

•••


hannahchadna kahlan
stormway 02paul
isaackendall
Jadyn

RPs EN ATTENTE : thomas 02
RPs TERMINÉS : ellie 01 > starter 01 > joanne > ellie 02 > starter 02 > stormway > starter 03 > leah (fb) > starter 04 > nadia > hadès > starter 05 > starter 06 > starter 07 > lehen [dimension fantôme] > thomas > starter 08 > starter 09 > lehen 04 > lehen #5 anciens membres Ida >Joshua > India >Ashley > Ellie #3 > telulah > sophia > caitlyn / pop+phoebe > sage >hadès #2 > kaecy
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : avengedinchains (ava) > tumblr (gifs) > loonywaltz (ub)
DC : -
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

MessageSujet: Re: Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul   Mer 14 Nov - 12:04




Le type en face de lui semblait connaître Carter, comme il le lui faisait remarquer à la suite. En y repensant bien, hors mis de vue, les amis et connaissances de la photographe restaient une énigme. En l’occurrence, cet homme n'avait encore jamais attiré son regard, il lui semblait pourtant gentil et bien qu'un peu distant, d'humeur serviable. « Oui, j'habite un peu plus loin dans la rue, mais je ne passais jamais par ici avant, je me suis rendu compte que c'était plus rapide comme chemin, lorsque j'ai rendu visite à votre voisine.» Stephen hochait doucement la tête. "Carter" il confirmait d'un ton neutre, sans révéler la nature de leur relation. "une amie ?" qu'il demandait pour converser. Le blond lui retirait une sacrée épine du pied en acceptant de l'aider à faire les va et viens entre sa maison et le camion de déménagement, autant faire connaissance avec cet homme pendant ce temps. C'avait été stupide de croire que seul, il y serait arrivé sans tomber KO avant la tombée de la nuit. « Au fait, moi c'est Paul.» qu'il avait lancé en portant un énième carton jusque l'extérieur de la maison, un sourire timide qui étirait ses lèvres. Le kinésithérapeute acquiesçait d'un air entendu, mettant un prénom sur ce visage avant de répondre à son tour "et moi Stephen" et d'esquisser un sourire lui aussi. Ces derniers temps ce n'était pas son fort. Sa vie était un gigantesque champ de ruine dont il pansait les plaies avec un sparadrap peu enclin à tenir le coup. Transporter ces fichus cartons remplis de souvenirs lui faisaient pourtant un bien fou, et lorsqu'ils eurent terminé, Paul s'était arrêté au niveau du portail. Stephen le rejoignit rapidement, les mains dans les poches, la tête vidée. Remplacer la fatigue mentale par une fatigue physique portait ses fruits finalement. D'un ton plus détendu il se vit demander « Il reste des meubles, ou des cartons à l'étage ? » "Plus de cartons mais des meubles. Une entreprise doit venir les déménager la semaine prochaine." il répondait du tac au tac. Un dos en vrac, ce serait le comble pour un kinésithérapeute, même si c'était plus symbolique qu'autre chose. Retirer les meubles, laisser la maison vide.. c'était bien trop compliqué pour le moment. C'était plus simple de payer quelqu'un pour le faire. « Vous déménagez où? Et vous avez besoin d'aide pour ramener tout ça dans votre nouveau logement? » Paul semblait d'humeur à discuter, et Stephen n'avait de toute façon rien de prévu. Se laissant retomber sur la barrière pour y trouver un semblant d'assise, il répondait : "Je vais stocker ça dans un box en attendant. Je pars vivre chez une amie en attendant la vente de cette maison." Désignant du menton la bâtisse à ses côtés, Stephen choisissait de ne pas entrer dans les détails. Des détails douloureux et qui ne concernaient pas vraiment le tout venant. "J'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part." sous la lumière ensoleillée de cette fin d'après midi, et loin de l'agitation qu'avait causé le transfert des cartons, le brun prit enfin le temps de détailler les traits de son interlocuteur, sans toutefois réussir à le remettre correctement dans son esprit où régnait la désorganisation la plus totale.





and another one bites the dust, but why can I not conquer love? and I might've got to be with one. Why not fight this war without weapons? and I want it and I wanted it bad but there were so many red flags. Now another one bites the dust, and let's be clear, I trust no one

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul   


Revenir en haut Aller en bas
 

Il est des rencontres qu'on ne peut improviser. • Stephen&Paul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: logements
-