AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Wine up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chad Taylor
l'ancien bon parti
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (29 Jan 1983)
STATUT : divorcé de Kelly Ward, sur la voie du coming out
MÉTIER : coach sportif et pompier volontaire
LOGEMENT : #32 (logan city) en colocation avec Evelyn Pearson

POSTS : 1204 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : en plus de préserver les siens, Chad est une tombe lorsqu'il s'agit de garder un secret. Il est redoutable au poker
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/5)
HassanLeenaEvie#2Kelly#2 • Vincent
RPs TERMINÉS : Andy#1Joanne#1Evie#1Kelly#1Leo#1Casey#1Joanne#2Jaylen#1Andy#2 & Leo#2

abandonnés
Casey#2
PSEUDO : TiPiT
AVATAR : Armie Hammer
CRÉDITS : (c) tennessee
DC : Baby Warren
INSCRIT LE : 03/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17683p30-chad-dancing-with-our-hands-tied http://www.30yearsstillyoung.com/t17733-chad-taylor-just-a-lost-boy-not-ready-to-be-found http://www.30yearsstillyoung.com/t21033-chad-taylor

MessageSujet: Wine up   Sam 3 Nov - 0:38



Quoique fasciné par la verve de sa colocataire, Chad s’était perdu dans la contemplation de ces mêmes gestes qui avaient achevé de le séduire huit mois plus tôt. La voix d’Evelyn n’était plus qu’un écho lointain, qu’il devinait pourtant si raffiné, et à en juger par l’acquiescement intempestif de sa cliente, elle était aussi convaincue que lui du caractère précieux de ses conseils. A bien y repenser, les invitations polies qu’ils avaient maintes fois déclinées depuis leur emménagement avaient des allures d’actes manqués. Chad le déplorait, mais la réalité l’avait soudainement frappée, entre deux dégustations de vin. Il n’avait pas évité Evie par manque de temps, ni par abus de retranchement, mais simplement parce qu’elle lui rappelait bien malgré elle la déception de son propre mariage. Mais comment aurait-il pu lui signifier à quel point ses efforts étaient déplacés, alors qu’il n’avait daigné lui dispenser plus que les quelques confidences qui avaient scellé leur contrat ? Comment aurait-elle pu savoir que les généreuses parts de gâteau qu’elle lui réservait avaient un goût si aigre ? Ou que les rares fois où elle l’impliquait dans le dilemme de ses camaïeux de blanc lui rappelaient inlassablement ceux qui marquaient encore les murs de sa maison ? Chad pensait avoir tourné la page, mais la douleur était encore lancinante. Et il la soupçonnait bien résolue à ne pas le quitter tant que la communication avec Kelly serait rompue.

Cette fois pourtant, il n’avait pas pu se dérober à l’exercice. Evelyn l’avait invité à venir jouer les maris de substitution, et il avait cédé à ses flatteries. Elle était sincère, sans doute, mais bien plus rusée. S’ils n’avaient fait que se croiser, les deux jeunes gens avaient fini par s’apprivoiser, et Evelyn n’avait pas eu besoin d’insister lorsqu’elle avait brillamment exposé sa stratégie, à savoir user du charisme de son colocataire pour illustrer le bien fondé de ses choix. Chad avait beau être divorcé, il gardait cette aura de gendre idéal dont l’effet auprès des femmes n’était plus à démontrer, même s’il était bien le seul à en saisir l’ironie. Voilà pourquoi il paradait, l’air si grave, et se fendait de quelques gargarismes enseignés par son ex-femme pour justifier le caractère indispensable de sa présence. Mais s’il y avait bien une chose qu’elle ne lui avait pas appris, c’était à vider le moindre de ses verres lorsque les autres convives avaient le dos tourné. L’alcool conjugué des vignobles australiens et français expliquait peut-être bien les quelques égarements de son esprit, et c’était peut-être bien également ce qui rendait Evelyn si captivante à ses yeux, et son discours si enjôleur. "Doux, fruité. Celui-ci serait parfait pour le dessert, si vous voulez mon avis. Ce bouquet, sentez-moi ça." dit-il avec une assurance manifeste, tendant le fond de son verre avant de se rendre compte de son faux pas. Son rire, discret et spontané, détourna sans difficulté l’attention, tandis qu’Evelyn agrippait un verre entre ses doigts pour l’offrir à la future mariée. Cette dernière sembla conquise par la senteur du vin autant que par l’accent français que Chad avait imité avec une approximation imperceptible à ses oreilles, et aussitôt le regard réprobateur d’Evie se mua en gratitude. Le jeune homme haussa les épaules lorsque la cliente tourna les talons, et arbora une moue qui aurait fait craquer le pire des rancuniers pour s’excuser de sa maladresse auprès de l’organisatrice de la cérémonie. Elle se contenta de balayer ses minauderies d’un geste de la main avant de s’empresser de saluer sa cliente, dont l’expression de ravissement ne faisait aucun doute. Les stratagèmes d’Evelyn avaient payé, et Chad était encore assez lucide pour réaliser qu’elle avait une dette envers lui. Hésitant, il jeta un œil coupable autour de lui avant de saisir une des bouteilles qui n’avaient pas retenu l’attention de leur hôte. Oh oui, buvez-moi, l’entendait-il gémir d’une petite voix imaginaire. Et il s’exécuta, ni vu ni connu, avant que la porte en bois lourd ne se referme derrière d’ultimes remerciements. Les mains croisées dans le dos, le regard absorbé par le plafond, Chad attendait le retour d’Evelyn dont les talons battaient le sol marbré. "Tu sais quoi, tu m’en dois une." lança-t-il alors qu’elle arrivait au niveau de la table jonchée des vestiges de leur dégustation. Il attrapa un verre à peine entamé, et lui offrit de bon cœur. "Ou un."



Is it better to speak or to die?






Revenir en haut Aller en bas
Evelyn Pearson
la "fille de"
la
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère
STATUT : éternelle célibataire, paradoxalement pas intéressée par la vie de couple et le mariage
MÉTIER : calligraphe de formation, wedding planner par vocation (agence située dans la périphérie de spring hill, et qui porte son nom, tout simplement)
LOGEMENT : #32 logan city, colocataire de chad taylor

POSTS : 3220 POINTS : 305

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : de retour en ville depuis fin 2017 ◦ fille de kai pearson, membre des queensland reds|wallabies, décédé lors de la CDM de rugby '91 ◦ londonienne d'adoption ◦ diplômée en arts graphiques, passionnée par la calligraphie ◦ listeuse compulsive ◦ rapports tendus avec sa mère, celie pearson, créatrice de la fondation pearson ◦ control-freak, réservée sur ses émotions ◦ travailleuse, réputée dans son domaine ◦ n’a jamais remis les pieds dans un stade, hait le sport ◦ catholique, a effectué sa scolarité dans un ensemble catholique privé pour cause de mauvais comportement ◦ sans permis ◦ féministe
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
MARIUS#3 ◦ i can't decide if it's a choice, getting swept away, i hear the sound of my own voice, asking you to stay. and all we are is skin and bone trained to get along, forever going with the flow, but you're friction. this slope is treacherous, this path is reckless, and i-i-i like it.


MATTEO#3 ◦ when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe, to make you well. when enemies are at your door, i'll carry you away from war, if you need help. your hope dangling by a string, i'll share in your suffering, to make you well.

joanne#3owen#4jamie#1chad#2kelly [7/8]

RPs EN ATTENTE : amal ◦ cleo ◦ hassan ◦ soren
RPs TERMINÉS : (2018) andy#1carlisle#2joanne#2owen#3marius#2ettie#2marius#1foxjoanne#1adrianmatteo#2jack#1owen#2matteo#1carlisle#1chad#1arthur#1owen#1priamheidi
(2017) ettie#1
(2016) maze#1
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©dublín (av) ◦ ©rogers&cherrylipsandroseycheeks (code sign&gifs) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji
INSCRIT LE : 12/02/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest http://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now http://www.30yearsstillyoung.com/t19681-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t18899-evelyn-pearson

MessageSujet: Re: Wine up   Lun 5 Nov - 19:43



wine up
chevie#2


L’accent emprunté par Chad fit brusquement tourner la tête à Evelyn. Ses sourcils se froncèrent imperceptiblement, creusant une ride subtile entre ses deux yeux aux cils élargis par le mascara, alors qu’elle se laissait impressionner par l’assurance qu’il avait démontré en donnant son avis sur le dernier vin qu’ils avaient goûté. Sans doute qu’il prendrait son œillade pour un reproche, mais ce n’était pas le cas. Aussitôt qu’elle remarqua qu’il haussait les épaules en guise d’excuse, laissant poindre une moue à faire fondre un iceberg, elle chassa ses remords d’un geste leste de la main, déjà prête à congédier sa cliente en lui soufflant à l’oreille qu’elle avait tout le temps de se décider après cette dégustation, mais que quand même, le temps pressait un peu. Un dernier regard par-dessus son épaule, et elle l’escorta jusqu’à la porte du cottage gentiment privatisé pour eux, en vue de cette dégustation qui s’était éternisée plus que de raison, à son humble avis. Elle fit signe à Chad de ne pas bouger en attendant qu’elle honore son travail d’hôtesse, et remplisse les quelques bons de commandes qu’elle avait déjà en poche – sa cliente s’était décidée plus vite qu’elle ne l’avait escompté, et sans doute qu’elle le devait à Chad. Elle rompit le contact visuel, se disant que chaque fois qu’elle croisait son regard, elle se faisait la même réflexion : elle le connaissait tellement peu, finalement. Sa rencontre avec Kelly lui ayant laissé un drôle de goût sur le bout de la langue, l’idée de partager sa vie avec un inconnu l’avait légèrement contrarié les jours qui avaient suivis leur dialogue, si bien qu’elle avait remis en cause la confiance qu’elle lui accordait. Ce n’était pas comme si elle se répandait en confidences de son côté. Néanmoins, après tant de mois à occuper la même maison, elle se serait attendue à ce qu’ils partagent plus que des restes de gâteaux gardés au frais – surtout que foncièrement, Evelyn lui vouait une affection qu’elle ne saurait vraiment expliquer, puisqu’ils n’échangeaient presque jamais. Elle essayait, tant bien que mal, de l’inclure dans son quotidien, de s’intéresser à ce qui faisait de lui le meilleur des colocataires, mais elle sentait une réticence de son côté. Elle n’insistait jamais, le laissant à ses pensées, et à sa routine bien huilée. Cette fois-là seulement, elle l’avait joué finaude pour le convaincre d’endosser le rôle de son assistant par intérim, comptant sur ce sourire angélique qui donnait à son visage des traits enfantins, malgré son géantisme qu’elle ne cessait de déplorer quand il s’obstinait à placer leurs denrées à sa grande taille, pour adoucir les exigences insupportables de sa cliente. Son futur époux ne se joindrait pas à la dégustation, aussi un avis masculin manquerait ; qui mieux que Chad pour parfaire le panel ? Contre toute attente, et elle mettait ça sur le compte de son talent certain pour les compliments, il avait accepté. Et voilà qu’ils se retrouvaient à la même table, le nez et la bouche emplis de saveurs qu’une bonne tasse de café aurait fini par dissiper – d’autant qu’elle l’avait remarqué, il avait ingurgité une quantité pas croyable de fond de verres. Tant qu’il ne vomissait pas, s’était-elle dit plusieurs fois, haussant une épaule pour appuyer ses pensées. De toute façon, elle ne pouvait pas lui en vouloir ; les produits qu’on leur avait présentés étant d’une qualité à se pâmer, il aurait eu tort de s’en priver.

Elle le rejoignit quelques longues minutes après. Le visage éclairé par la gratitude, elle se laissa tomber sur la chaise qu’elle avait quittée, repoussant un long rideau de cheveux par-dessus son épaule. Lâchant un soupir de lassitude, épuisée et anesthésiée par les quelques grammes d’alcool qui avait échappé à son talent pour recracher avec élégance – tout un art qu’elle maîtrisait à la perfection –, elle empoigna le verre qu’il lui tendit, tout en lui répondant sur le ton de l’évidence « Je sais. Je ne te remercierais jamais assez. Cheers ! » fit-elle, cognant le bord de son verre en cristal à celui du jeune homme, et hésitant un instant avant de le porter à ses lèvres qui, entrouvertes, retinrent quelques secondes la phrase qu’elle finit par lâcher « Je ne te savais pas si pointu sur le sujet. » Un œil plissé, le verre en suspend devant son visage, elle le toisa avec intérêt « Qu’est-ce que tu me caches d’autre, coloc de mon cœur ? » Elle fût à deux doigts de lui proposer un jeu à boire – une gorgée, pour un secret échangé. Mais elle préférait attendre de jauger sa réaction, avant de se lancer dans l’établissement de règles qui tourneraient à son avantage, forcément. De son côté de la table, Evelyn but une gorgée, ne le lâchant pas du regard. C’était une façon comme une autre d’en savoir davantage à son sujet, et puisqu’il lui semblait plus volubile qu’à l’accoutumée, les fonds de verres qu’il avait sifflé aidant très certainement, elle espérait pouvoir en profiter pour éclaircir l’énigme qu’il représentait à ses yeux.



it doesn't matter what people tell you. it doesn't matter what they might say. sometimes you have to leave home. sometimes running away means you're headed in the exact right direction.







Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
l'ancien bon parti
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (29 Jan 1983)
STATUT : divorcé de Kelly Ward, sur la voie du coming out
MÉTIER : coach sportif et pompier volontaire
LOGEMENT : #32 (logan city) en colocation avec Evelyn Pearson

POSTS : 1204 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : en plus de préserver les siens, Chad est une tombe lorsqu'il s'agit de garder un secret. Il est redoutable au poker
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/5)
HassanLeenaEvie#2Kelly#2 • Vincent
RPs TERMINÉS : Andy#1Joanne#1Evie#1Kelly#1Leo#1Casey#1Joanne#2Jaylen#1Andy#2 & Leo#2

abandonnés
Casey#2
PSEUDO : TiPiT
AVATAR : Armie Hammer
CRÉDITS : (c) tennessee
DC : Baby Warren
INSCRIT LE : 03/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17683p30-chad-dancing-with-our-hands-tied http://www.30yearsstillyoung.com/t17733-chad-taylor-just-a-lost-boy-not-ready-to-be-found http://www.30yearsstillyoung.com/t21033-chad-taylor

MessageSujet: Re: Wine up   Sam 24 Nov - 19:27



C’était étrange, de reconnaître une personne à l’odeur caractéristique de son parfum, ou encore à la pesanteur de ses pas. De pouvoir déterminer ce qu’ils auguraient, selon leur cadence et leur fermeté. De partager son quotidien le plus intime tout en étant étranger à l’autre. Chad et Evelyn avaient honoré le sens de la colocation tel qu’on l’entendait pour qualifier – un peu péjorativement - les mariages essoufflés par des années de routine, et avaient fini par maîtriser sur le bout des ongles les aspects les plus superficiels de leur relation. Ils connaissaient leurs marques respectives de dentifrice, la façon dont ils aimaient boire leur thé et leur café, ou encore le moment le plus opportun pour s’éviter, avec toute la subtilité qui les distinguait mutuellement ; mais il n’avait pas fallu beaucoup plus qu’un trajet en voiture pour leur faire remarquer que leur promiscuité ne se reflétait pas dans leurs discussions personnelles. Adepte du monologue intérieur, Chad se demandait avec une intensité décuplée par le vin s’il n’avait pas forcé sur la bouteille justement pour étouffer le malaise qu’ils savaient tous les deux si bien dissimuler, ou si ce n’était pas le seul moyen qu’il avait trouvé pour justifier des confidences un peu tardives. Evelyn l’avait remarqué, alors qu’elle se prêtait au jeu des sarcasmes affectifs, et le jeune homme retint son souffle lorsqu’elle hésita un instant à porter le verre à ses lèvres, comme si elle avait hésité à interrompre leurs échanges maintenant qu’il avait rempli sa part du marché. Sa réticence fut brève, et Chad se surprit enfin à se détendre en la voyant réceptive. Il feint être touché, et porta sa main à son cœur avec une expression d’obligeance affectée, que son ivresse tout à fait mesurée avait peut-être rendu très gay. Il se ressaisit aussitôt. "Tu connais cette impression d'avoir été entouré par certaines personnes depuis tellement longtemps que tu ne sais même plus ce que tu connais d'eux ? Comme si… c’était juste devenu une évidence ? J'ai un peu cette impression avec toi." rétorqua-t-il lorsqu’elle l’invita habilement à poursuivre ses révélations. Pour lui, c’était un compliment. Il n’y avait rien de plus gratifiant que d’apprendre à connaître une personne en partageant des moments insignifiants. Parfois, le silence était même plus éloquent que des vérités énoncées de vive voix, ou des questions conventionnelles qu’on se posait fatalement pour assouvir les diktats sociaux. Les seules choses qu'il ignorait vraiment d’Evie étaient les plus faciles à découvrir. Et il soupçonnait la réciproque d’être dangereusement vraie. "J'ai été marié 10 ans à une sommelière. Elle m’en voudrait de n’avoir rien retenu." dit-il avec un sourire en coin, en repensant à ces mêmes moments qu’il avait pu partager avec Kelly, l’ivresse en moins. Son affection pour Evelyn était tellement bien ancrée que le jeune homme n’était même plus certain d’avoir déjà eu cette conversation un jour avec elle. Il avait mentionné Kelly, et sans aucun doute son talent inconditionnel pour la pâtisserie, mais avait-il déjà parlé de son métier ? Ou de Tobey ? "On est même déjà venus dans ce vignoble. Plusieurs fois. L’ancien propriétaire était sous le charme de Kelly. Enfin, comme on peut l’être face à une personne aimable et bienveillante. Il avait au moins la soixantaine, pas de quoi me rendre jaloux." Heureusement qu’il ne l’était pas, pensait-il. Kelly inspirait la sympathie à beaucoup de personnes, c’était d’ailleurs leur fond de commerce à tous les deux. "Je n’ai pas remis les pieds ici depuis le divorce… mais bon, fini de plomber l’ambiance ! J’imagine que tu voulais des secrets plus fun !" conclut-il en tapant des mains, juste assez fort pour se tirer lui-même de ses réminiscences oralisées. "Du genre que je collectionne les lacets de chaussures. Ce qui est faux, je t’arrête tout de suite !" dit-il en se servant un nouveau verre de courage liquide. Avait-il même des secrets amusants à lui confier ? Était-il même amusant tout court ? Il espérait au moins que le vin suffirait à en donner l’illusion. "Mais j'ai peut-être pris quelques leçons de français..." s'aventura-t-il à révéler, avant de réaliser que les cours en question n'étaient pas listés dans son programme universitaire. Du moins pas officiellement.



Is it better to speak or to die?






Revenir en haut Aller en bas
Evelyn Pearson
la "fille de"
la
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère
STATUT : éternelle célibataire, paradoxalement pas intéressée par la vie de couple et le mariage
MÉTIER : calligraphe de formation, wedding planner par vocation (agence située dans la périphérie de spring hill, et qui porte son nom, tout simplement)
LOGEMENT : #32 logan city, colocataire de chad taylor

POSTS : 3220 POINTS : 305

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : de retour en ville depuis fin 2017 ◦ fille de kai pearson, membre des queensland reds|wallabies, décédé lors de la CDM de rugby '91 ◦ londonienne d'adoption ◦ diplômée en arts graphiques, passionnée par la calligraphie ◦ listeuse compulsive ◦ rapports tendus avec sa mère, celie pearson, créatrice de la fondation pearson ◦ control-freak, réservée sur ses émotions ◦ travailleuse, réputée dans son domaine ◦ n’a jamais remis les pieds dans un stade, hait le sport ◦ catholique, a effectué sa scolarité dans un ensemble catholique privé pour cause de mauvais comportement ◦ sans permis ◦ féministe
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
MARIUS#3 ◦ i can't decide if it's a choice, getting swept away, i hear the sound of my own voice, asking you to stay. and all we are is skin and bone trained to get along, forever going with the flow, but you're friction. this slope is treacherous, this path is reckless, and i-i-i like it.


MATTEO#3 ◦ when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe, to make you well. when enemies are at your door, i'll carry you away from war, if you need help. your hope dangling by a string, i'll share in your suffering, to make you well.

joanne#3owen#4jamie#1chad#2kelly [7/8]

RPs EN ATTENTE : amal ◦ cleo ◦ hassan ◦ soren
RPs TERMINÉS : (2018) andy#1carlisle#2joanne#2owen#3marius#2ettie#2marius#1foxjoanne#1adrianmatteo#2jack#1owen#2matteo#1carlisle#1chad#1arthur#1owen#1priamheidi
(2017) ettie#1
(2016) maze#1
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©dublín (av) ◦ ©rogers&cherrylipsandroseycheeks (code sign&gifs) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji
INSCRIT LE : 12/02/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest http://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now http://www.30yearsstillyoung.com/t19681-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t18899-evelyn-pearson

MessageSujet: Re: Wine up   Dim 25 Nov - 18:21



wine up
chevie#2


« C’est une déclaration ? » fit Evelyn, le menton rentré, pince sans rire. La tête penchée sur le côté, l’arc de son sourcil s’accentua lorsqu’elle entendit le jeune homme lui dépeindre la façon dont il percevait leur relation. Elle s’en voulut de ne pas être capable d’autant de poésie pour disserter sur tout ce que lui inspirait les rapports qu’ils entretenaient. Et peut-être que ça l’embarrassa un peu aussi de l’entendre déclamer sa conclusion avec autant d’assurance comme si, effectivement, il s’agissait là de la plus basique des évidences. Quand est-ce qu’il s’était rendu compte de tout ça exactement ? Evie marqua une pause mentale, et l’observa avec un intérêt tout nouveau. Ça alors, si elle s’était imaginé une seule seconde que Chad Taylor était capable d’autant de délicatesse dans son rapport aux autres, elle ne l’aurait pas cru. Quoi qu’il ne lui avait jamais paru foncièrement rustre. Sous ses airs de bûcherons dégingandé, il avait parfois des élans suspects de préciosité, mais sa réserve était telle, qu’elle le pensait parfois aussi limité qu’elle ne l’était en matière d’expressions affectueuses et autres démonstrations de bonne entente. Pendant qu’elle le fixait par-dessus le bord de son verre à moitié vide, son front se déplissa graduellement « Je prends ça comme un compliment en tout cas. Même s’il faut que je t’avoue que tu n’es pas mon type ; trop grand, question de logistique. » Elle but une gorgée de vin, écarquillant les yeux avec exagération pour laisser ses sous-entendus graveleux se suspendre dans l’espace qui les séparait l’un de l’autre. Elle n’aimait pas qu’on la prenne au dépourvu en matière de bons sentiments, elle avait trop peur de décevoir, rendant assez rarement la pareille dans ces cas-là, restreinte sur le terrain des grandes envolées lyriques. Alors elle plaisantait, c’était plus simple, et ça ne l’engageait pas à grand-chose, si ce n’est renouer avec l’enfant terrible qu’elle avait été dans un passé si lointain, qu’elle avait fini par se convaincre, à grand renfort de fonds de verres, qu’il n’avait jamais vraiment existé.

Chad devait user de la même technique pour oublier son passé d’homme marié, comme en témoignait l’état variable de sa diatribe et de ses confessions. Evelyn posa résolument son verre devant elle, puis croisa les bras sur le bord de la table, sans même feindre l’attention qu’elle lui porta soudain : elle allait enfin connaître le fin mot de l’histoire à propos de ce si long et si mystérieux mariage. A la fin, elle pourrait lui demander de dégainer l’album souvenirs, ce serait tout à fait légitime. La culpabilité fit de nouveau sa grande entrée dans son petit cœur quand, lancé comme un jukebox, Chad attrapa sa perche sans demander son reste ; une culpabilité qui laissa bien vite place à un sentiment étrange de satisfaction, néanmoins. Ravie, et en même temps gênée de pousser son avantage, le sujet qu’il entama la fit frissonner d’un plaisir un peu malsain, elle le reconnaîtrait sans mal, si seulement elle ne sentait pas l’effet du vin faire son effet et annihiler tous ses principes, même les plus honnêtes et les plus vertueux – elle en avait quelques-uns, très certainement. L’entendre prononcer le prénom de son ex-épouse ? C’était comme assister à la révélation du gagnant d’une télé-réalité : le pauvre ne savait même pas que c’était à elle qu’il allait tendre la rose, et pourtant, il s’avançait vers elle, la bouche en cul de poule, le cœur en bandoulière. Jouissif, à tous les niveaux ; elle aurait sûrement pensé à serrer les jambes si elle n’avait pas été si occupée à boire ses paroles comme un grand cru, c'est-à-dire avec bonheur et délectation « Je peux te faire une confession ? » Elle allait gâcher le grand final, mais c’était plus fort qu’elle ; elle ne pouvait plus garder ça pour elle, pas en ayant but, même rien qu’un peu. Elle décroisa un bras pour choper son verre par le ballon, et tout en faisant tourner le vin à l’intérieur, elle admit, un sourire espiègle remontant légèrement sa pommette gauche « Kelly, elle est passée à la maison il y a quelques temps. Je n’ai pas su quoi lui dire, elle m’a clouée sur place. » Elle laissa un wouah échapper, puis elle sirota une gorgée, un peu bruyante au demeurant, avant d’ajouter avec bonne foi « Moi j’aurais été jalouse d’un homme d’une soixantaine d’années, tu l’as vue ? Tu es sûr que c’est sommelière qu’elle est ? Si j’étais chasseur de tête, je l’enverrais défiler sur tous les podiums de la Fashion Week. Han, vous deviez être si beaux ensembles, je suis désolée. » Et s’affalant tout contre la table en gémissant brièvement de désespoir, elle largua son menton dans la paume de sa main, tandis que ses lèvres s’affaissaient vers le bas quand elle mima la tristesse. Les imaginant en tenue de mariés, bras-dessus, bras-dessous, elle eut une courte absence. Un sursaut provoqué par Chad qui frappa dans ses mains, et Evelyn se redressa brusquement, ses longs cheveux tressautant sous son rebond énergique « Je me disais aussi que ton accent était trop parfait pour que ce soit honnête ! Raconte, allez ! »



it doesn't matter what people tell you. it doesn't matter what they might say. sometimes you have to leave home. sometimes running away means you're headed in the exact right direction.







Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
l'ancien bon parti
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (29 Jan 1983)
STATUT : divorcé de Kelly Ward, sur la voie du coming out
MÉTIER : coach sportif et pompier volontaire
LOGEMENT : #32 (logan city) en colocation avec Evelyn Pearson

POSTS : 1204 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : en plus de préserver les siens, Chad est une tombe lorsqu'il s'agit de garder un secret. Il est redoutable au poker
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/5)
HassanLeenaEvie#2Kelly#2 • Vincent
RPs TERMINÉS : Andy#1Joanne#1Evie#1Kelly#1Leo#1Casey#1Joanne#2Jaylen#1Andy#2 & Leo#2

abandonnés
Casey#2
PSEUDO : TiPiT
AVATAR : Armie Hammer
CRÉDITS : (c) tennessee
DC : Baby Warren
INSCRIT LE : 03/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17683p30-chad-dancing-with-our-hands-tied http://www.30yearsstillyoung.com/t17733-chad-taylor-just-a-lost-boy-not-ready-to-be-found http://www.30yearsstillyoung.com/t21033-chad-taylor

MessageSujet: Re: Wine up   Mar 18 Déc - 20:18



L’expression attendrie de Chad se décomposa aussitôt confrontée à toutes les nuances de son discours. Il en oubliait parfois que sa sexualité dissimulée, autant que les jugements intimes qu’il émettait sur les gens, pouvaient faire passer ses élans de romantisme pour de la séduction. Même s’il décelait chez Evie une pointe de taquinerie, sa courtoisie lui intimait de couper court à des malentendus dont il était sans doute le seul à s’inquiéter. "Oh non, je..." bafouilla-t-il, sans savoir comment se dépêtrer de sa propre galanterie. Toutes ces intentions qu’on lui prêtait souvent à tort avaient tendance à l’embarrasser, et Chad se surprenait chaque fois à faire preuve d’autant de mal pour s’en défaire. Les mots qu’il baragouinait avaient cette manie de le rendre encore plus attachant auprès d’un public qu’il était censé dissuader. Evelyn, qui ne semblait pas en reste, lui facilita pourtant la tâche, et Chad put enfin retrouver une dignité éclipsée par la nervosité. "Tu n'es pas mon genre non plus, pour être honnête." reprit-il sur le même ton décalé. D’ordinaire, il aurait renchéri de peur de froisser l’orgueil de l’autre, mais quelque chose lui disait qu’Evelyn n’attendait pas d’explications plus rationnelles que celles qu’elle avait énoncées avec ironie. "On est des fêtards tous les deux, ça marcherait pas." dit-il avec un sérieux presque troublant, avant de partir d’un rire étouffé. Rassuré, le trentenaire se redressa et gratifia sa colocataire d’un sourire avenant, laissant retomber le poids de leurs euphémismes. Son innocence le perdait souvent, et il réalisait alors à quel point elle témoignait du chemin parcouru depuis son divorce, comme si son homosexualité n’était plus qu’un détail qu’il omettait de signaler par conviction plutôt que par honte.

Lancé dans son monologue introspectif, Chad sembla profiter de cet excès de confiance que lui dictait l’alcool pour s’épancher un peu plus sur sa vie. Evelyn, captivée par son récit, donnait cette impression d’être une fillette à qui on lisait une histoire jusque-là jamais contée. Même s’il soupçonnait son attrait pour les anecdotes de son mariage d’être plus professionnel que personnel, il ne s’encombra pas de ses supposées motivations, et lui céda sans concessions quelques souvenirs doux-amers qu’il espérait bientôt déformés, puis oubliés. Il se surprenait souvent à être un bon narrateur. Chaque mot amenait son lot d’images, d’odeurs et de sons : les effluves des vignes l’été, ou encore le crissement des insectes dans les feuilles. Il se demandait alors si l’imagination d’Evie était assez développée pour la projeter aussi cinq ans en arrière, dans cette même pièce, ou s’il était trop influencé par des souvenirs qu’il gardait intacts. Le retour à la réalité fut aussi doux que le vin blanc qu’ils avaient goûté pour accompagner les desserts, et Chad se réveilla de ses réminiscences face à une Evelyn rassérénée. Il ne put réprimer toutes les angoisses que pouvaient supposer l’aveu imminent de son interlocutrice, et se résigna à appréhender le temps que durait le suspense. La vérité éclata, et Chad fut partagé entre un sentiment de gratitude face à tous ces compliments qu’il était bien trop conscient de mériter et la déception de n’avoir pas été renseigné plus tôt. Cette visite manquée était une munition de plus dans l’argumentation de son ex-femme, et elle ne manquerait pas de lui faire savoir toute la duperie que lui inspirait une rencontre inopinée avec une autre sous un toit qu’ils avaient si longtemps partagé. Finalement, Chad fut trop désarçonné par cette annonce pour accueillir tout cet éloge avec fausse modestie. Leur couple, ils l’avaient façonné de sorte à produire ce genre de discours. "Attends, attends... elle est passée quand ?" demanda-t-il, intrigué. Il n’était pas disposé à en dire plus tant qu’il n’aurait pas le fin mot de cette histoire. Pas même pour élaborer un mensonge qui retarderait encore l’inévitable moment où sa vie cachée devrait être révélée au grand jour. "C’est vraiment pas une histoire digne d’intérêt. J’ai juste habité un moment à Toowong, et j’ai eu la chance ou la malchance de côtoyer pas mal d’étudiants étrangers." dit-il tout de même pour soulager une curiosité qu’il partageait sans doute. Une idée brillante lui traversa l’esprit. "Je te propose un jeu. On se pose chacun notre tour une question, et celui qui refuse de répondre bois… comme j’ai déjà bien parlé, j’estime que c’est à mon tour. Et tant qu’à parler mariage, comment ça se fait qu’une wedding planner soit en colocation avec un homme divorcé ? Ça fait beaucoup trop d’ironie pour une seule personne." Il accuserait sans vergogne le vin de l’avoir défaussé de son tact habituel.



Is it better to speak or to die?






Revenir en haut Aller en bas
Evelyn Pearson
la "fille de"
la
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère
STATUT : éternelle célibataire, paradoxalement pas intéressée par la vie de couple et le mariage
MÉTIER : calligraphe de formation, wedding planner par vocation (agence située dans la périphérie de spring hill, et qui porte son nom, tout simplement)
LOGEMENT : #32 logan city, colocataire de chad taylor

POSTS : 3220 POINTS : 305

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : de retour en ville depuis fin 2017 ◦ fille de kai pearson, membre des queensland reds|wallabies, décédé lors de la CDM de rugby '91 ◦ londonienne d'adoption ◦ diplômée en arts graphiques, passionnée par la calligraphie ◦ listeuse compulsive ◦ rapports tendus avec sa mère, celie pearson, créatrice de la fondation pearson ◦ control-freak, réservée sur ses émotions ◦ travailleuse, réputée dans son domaine ◦ n’a jamais remis les pieds dans un stade, hait le sport ◦ catholique, a effectué sa scolarité dans un ensemble catholique privé pour cause de mauvais comportement ◦ sans permis ◦ féministe
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
MARIUS#3 ◦ i can't decide if it's a choice, getting swept away, i hear the sound of my own voice, asking you to stay. and all we are is skin and bone trained to get along, forever going with the flow, but you're friction. this slope is treacherous, this path is reckless, and i-i-i like it.


MATTEO#3 ◦ when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe, to make you well. when enemies are at your door, i'll carry you away from war, if you need help. your hope dangling by a string, i'll share in your suffering, to make you well.

joanne#3owen#4jamie#1chad#2kelly [7/8]

RPs EN ATTENTE : amal ◦ cleo ◦ hassan ◦ soren
RPs TERMINÉS : (2018) andy#1carlisle#2joanne#2owen#3marius#2ettie#2marius#1foxjoanne#1adrianmatteo#2jack#1owen#2matteo#1carlisle#1chad#1arthur#1owen#1priamheidi
(2017) ettie#1
(2016) maze#1
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©dublín (av) ◦ ©rogers&cherrylipsandroseycheeks (code sign&gifs) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji
INSCRIT LE : 12/02/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest http://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now http://www.30yearsstillyoung.com/t19681-evelyn-pearson http://www.30yearsstillyoung.com/t18899-evelyn-pearson

MessageSujet: Re: Wine up   Mer 2 Jan - 22:46



wine up
chevie#2


Un ange passa. L’hésitation d’Evie se lut sur son visage. Lorsqu’enfin, elle se prépara à répondre à la question de Chad, ses sourcils se froncèrent pour marquer la – fausse – réflexion dans laquelle elle s’était brièvement enfoncée. Une main posée sur la nuque, triturant distraitement les petites mèches qui frisottaient à la naissance de ses longs cheveux bruns, elle fût prise d’une langueur qu’elle fit passer en soupirant bruyamment. Tachant d’étouffer la satisfaction profonde qu’elle ressentait soudain d’enfin oser aborder le sujet qui semblait si tabou pour son colocataire, elle se redressa sur son siège. Puis marquant une longue pause durant laquelle elle choisit scrupuleusement ses mots, Evelyn finit par lui dire, lâchant un autre soupir dans la foulée.

« Je ne sais plus exactement. Il y a quelques temps déjà. Peut-être un mois, peut-être deux… trois, ça me paraîtrait vraiment exagéré, mais qui sait ? » Pourtant, c’était jusqu’au moindre détail de la tenue de l’ex-épouse de son colocataire qu’elle se souvenait, jusqu’au moindre tressaillement de ses sourcils méticuleusement dessinés, jusqu’à l’impression étrange que sous le vernis des apparences, elle couvait une personnalité moins schématique qu’il n’y paraissait. Evie n’avait pas encore défini si la lueur qu’elle avait perçu au fond de ses grands yeux de biche était bienveillante ou pas, et perdue dans ses pensées, refoulant les bribes de leur conversation qui lui revenait, elle s’intima de reprendre le fil de celle qu’elle entretenait avec le jeune homme. Claquant brusquement la langue contre son palais, c’est ce qu’elle fit en concluant dans un geste vaporeux de la main, comme on déroulerait une banderole au-dessus de sa tête – l’alcool avait tendance à la rendre plus théâtrale et maniérée « Disons deux mois et demi, et le compte sera bon. » Les doigts pianotant dans les airs, elle lui adressa un sourire en demi-teinte. Penchant graduellement la tête sur le côté pour observer sa réaction, elle plissa les paupières pour réduire son champ de vision, et elle essaya de décider si oui ou non, il lui en voulait de lui confesser tout ça seulement maintenant. Ce n’était pas chose aisée, et prenant conscience qu’elle avait peut-être fait preuve d’un peu trop de zèle, la jeune femme mûrit l’idée désagréable qu’en vérité, elle venait de fauter. Tout de suite, sa conscience se mit à préparer tout un argumentaire pour défendre sa bévue.

Si au début, elle avait sciemment voulu le laisser dans l’ignorance de leur première rencontre pour ne pas lui donner la sensation de se mêler de ce qui ne la regardait pas, Evelyn avait néanmoins remisé cet évènement dans un coin reculé de son esprit, occupée à d’autres choses, rêvant de pouvoir se dédoubler pour répondre aux entrées de son emploi du temps chargé. Tout à coup très embêtée, elle pinça les lèvres pour chasser le goût du vin. C’est parce qu’elle s’aperçut que sa négligence à partager ce secret pourrait faire naître un premier litige entre eux qu’elle consentit à ajouter, plus penaude, moins cabotine « Je m’étais jurée de t’en parler, puis j’ai fini par oublier. C’est si grave, j’aurais dû ? » Et c’est presque si elle ne battit pas des cils pour accompagner l’expression de candeur qu’elle revêtit en posant son regard déconfit sur le jeune homme chez qui la curiosité avait tracé des ombres qu’elle n’avait encore jamais remarquées sur son visage ; elles eurent le don de lui faire penser que, chez lui aussi, le vernis des apparences avait beau briller, quelque chose de moins lustré devait se cacher dessous sous la douceur amène qu’elle lui reconnaissait – ce qui expliquait la façon dont, sans se faire prier, elle se jeta sur la perche qu’il lui tendait.

« Quoi, c’est tout ? » fit-elle, un peu déçue par le récit sommaire du jeune homme. Passant de nouveau une main dans ses cheveux qu’elle releva en un chignon instable compte tenu du fait qu’elle l’entortillait sans attache, elle démontra ouvertement peu d’entrain face à ce qu’il venait de lui rétorquer, jusqu’à ce que son regard se mette à briller avec éclat lorsqu’il lui proposa une variante du jeu auquel elle avait pensé un peu plus tôt ; ça l’arrangeait que ce soit lui qui l’initie, même si la nervosité s’installa au creux de son estomac quand elle réalisa qu’elle allait devoir faire preuve de bonne volonté si elle voulait continuer à l’asticoter sur son mariage raté « J’adore jouer. Attends, attends… file ton verre avant de commencer. » Elle lui prit son verre des mains, se penchant sur la table pour accélérer le mouvement, et versa une quantité généreuse d’alcool dans les deux verres qu’elle plaça devant elle avec une maniaquerie manifeste « Ils doivent être remplis à égalité, sinon c’est de la triche. Eeeet… tiens, c’est bon. » Elle faillit exiger de se faire apporter un niveau par le propriétaire des lieux histoire de vérifier les doses, mais la façon dont elle examina le contenu de leur verre suffit à la convaincre qu’ils partaient du même point de départ. Elle lui donna son verre, puis repoussant une mèche de cheveu échappé de son chignon de fortune, et sans réfléchir à ce que Chad lui demandait, elle débita avec le ton de ceux qui sont habitués à répondre à cette question en particulier « J’ai une famille encombrante, et crois-moi, après sept ans à organiser des mariages, tu développes une peur panique de l’engagement. » Peur panique était peut-être un peu exagéré, n’empêche que c’était la première fois depuis longtemps qu’elle ne tournait pas autour du pot pour expliquer son célibat ; elle aurait pu enfoncer le clou en lui racontant ses expériences passées, mais elle n’était pas encore assez saoule pour ça. A cette idée, elle amorça un geste pour boire dans son verre, mais se retint à la dernière minute, se souvenant que ce n’était pas la règle du jeu ; à la place, elle lança avec malice « T’es le seul avec qui j’ai passé plus de huit mois, ça fait de toi une espèce rare. » Un rire lui échappa, tandis que ses sourcils se soulevèrent fugacement à l’instant où, sur un ton détaché, elle ajouta « T’as de la chance que la presse ne te soit pas tombée dessus d’ailleurs. Ça fait de toi une espèce archi-rare, congrats ! » Elle leva son verre pour délicatement venir le cogner contre le sien, et lui demander « Réponse satisfaisante, ou je dois me l’enfiler ? »



it doesn't matter what people tell you. it doesn't matter what they might say. sometimes you have to leave home. sometimes running away means you're headed in the exact right direction.







Revenir en haut Aller en bas
Chad Taylor
l'ancien bon parti
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (29 Jan 1983)
STATUT : divorcé de Kelly Ward, sur la voie du coming out
MÉTIER : coach sportif et pompier volontaire
LOGEMENT : #32 (logan city) en colocation avec Evelyn Pearson

POSTS : 1204 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : en plus de préserver les siens, Chad est une tombe lorsqu'il s'agit de garder un secret. Il est redoutable au poker
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/5)
HassanLeenaEvie#2Kelly#2 • Vincent
RPs TERMINÉS : Andy#1Joanne#1Evie#1Kelly#1Leo#1Casey#1Joanne#2Jaylen#1Andy#2 & Leo#2

abandonnés
Casey#2
PSEUDO : TiPiT
AVATAR : Armie Hammer
CRÉDITS : (c) tennessee
DC : Baby Warren
INSCRIT LE : 03/12/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17683p30-chad-dancing-with-our-hands-tied http://www.30yearsstillyoung.com/t17733-chad-taylor-just-a-lost-boy-not-ready-to-be-found http://www.30yearsstillyoung.com/t21033-chad-taylor

MessageSujet: Re: Wine up   Lun 11 Fév - 22:28


Le nom de Kelly avait ravivé son lot d'émotions enfouies. Chad ne pouvait plus le nier, il avait relégué son ex femme au second plan de sa vie, comme il avait méticuleusement évité le sujet de sa sexualité pendant plusieurs décennies. Son expérience en la matière n'était plus à démontrer, et nul doute qu'il aurait pu continuer à se mentir encore plusieurs mois si le sujet n'avait pas fatalement été mis sur le tapis, agité devant ses yeux comme l'échec le mieux dissimulé de sa vie. Son cœur avait manqué un battement, comme souvent lorsque la vérité finissait par le rattraper et, malgré l'inéluctable inquiétude qui l'avait submergé, son visage était resté inflexible, et sa raison inébranlée. Manquer la visite de Kelly était sans doute le pire outrage qu'il eut pu lui faire, le coup de grâce porté à ses efforts de réconciliation. Son silence involontaire, quant à lui, avait été décelé comme une marque de mépris envers leur amitié, un aveu de résignation. Forcé de se mettre à sa place, Chad avait ressenti la même douleur écrasante, le même coup de poignard à son ego, alors qu'elle avait généreusement tenté de lui tendre la main. Il se voyait alors abattu sur le pas de sa porte, accueilli par un Hassan qui aurait meublé la conversation le temps interminable qu'elle revienne, avant de se résoudre à l'idée que ce n'était plus un honneur qu'elle était contrainte de lui faire. Et lui, pendant ce temps, s'était nourri de leur mutisme réciproque, prêt à dégainer cet argument lorsque lui serait fait le reproche du sien. Quelle excuse lui restait-il ? A partir du moment où Evelyn lui avait cédé cette information, elle l'avait désarmé. Dépossédé de toutes ses balles à blanc. Mais comment pouvait-il lui en vouloir d'avoir omis ce détail ? De l'avoir glissé dans la conversation comme une vulgaire banalité, reléguant la relation qu'il entretenait avec son ex femme au même niveau affligeant qu'une visite inopinée du facteur. De toute évidence, c'était tout ce que les quelques paroles glissées à son égard avaient pu lui inspirer. Comme si leur relation n'était rien de plus qu'un souvenir qu'on s'efforçait d'oublier. Et encore, sans doute lui aurait-elle parlé du facteur autour d'un dîner s'il avait déposé du courrier à son intention. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même, d'avoir voulu lui épargner des confidences qui, échangées, auraient sans doute suscité une toute autre réaction. Elle aurait prétexté devoir s'isoler à la cuisine, et en aurait profité pour lui envoyer un message de détresse, le regard furetant au-dessus de l'îlot de la cuisine, cherchant à tout prix à gratifier son invitée d'une attention que lui dictait la peur de se faire démasquer. Chad aurait rappliqué en quelques minutes, l'implorant de lui faire gagner du temps grâce à des bonnes manières qu'il lui savait irréprochables. Et peut-être qu'aujourd'hui Kelly aurait été avec eux. Peut-être même qu'elle aurait été le premier choix d'Evie, parce que bien mieux placée que lui pour prodiguer de tels conseils. Mais rien ne s'était passé ainsi, et Chad s'en mordait désormais les doigts, incapable pour autant de condamner sa colocataire pour ses propres manquements.

Un mois, deux, trois... chaque surenchère était comme un déchirement de plus. Au fond, Chad savait que cela faisait bien plus longtemps qu'elle ne voulait lui faire croire. Dans sa grande bonté, comme si elle venait de prendre conscience de toute l'implication de sa négligence, elle s'efforçait juste de le ménager par crainte de le voir se décomposer davantage. Tant bien que mal le jeune homme tâchait de consoler ses moindres tentatives de pénitence en affichant une mine tout à fait sereine. "C'est pas grave, t'étais pas censée savoir." avait-il dit, sans pouvoir se résoudre à nier tout semblant de gravité. "Disons que ça fait plusieurs mois qu'on ne s'est pas vraiment parlés. On s'était juré de ne jamais faire comme ces couples divorcés qui font semblant de vouloir garder une proximité pour se décharger de toute culpabilité. Et c'est exactement ce qu'on a fait. On a chacun profité d'une relance manquée pour s'éviter de le faire, et puis les jours sont devenus des mois, et c'était impossible de faire marche arrière. J'aurais peut-être agi différemment si j'avais su qu'elle était passée à la maison. Mais c'est ma faute. Pas la tienne. Et si on doit continuer à parler de ça, on attendra mon tour." dit-il en levant son verre, avant de le reposer aussitôt, un sourire contrit au coin des lèvres. Sa bouche lui semblait déjà pâteuse, et le suppliait de s'hydrater. Juste quelques gouttes, soufflait-elle de son haleine aromatisée. Il oublia un instant, juste assez pour écouter Evelyn lui conter ses propres déboires comme s'ils n'en étaient pas. Pour lui qui avait été en couple presque aussi longtemps qu'il avait vécu seul, ses explications avaient des allure de traumatisme. "Tu m'en vois honoré ! Tu sais que j'ignorais qui tu étais, avant qu'un collègue de la caserne ne déboule comme un taré quand il a vu que tu m'avais tagué sur Instagram. Je t'en ai jamais parlé, parce que je me suis dit que tu avais tes raisons de vouloir le cacher. Comme j'avais les miennes de cacher beaucoup de choses... mais j'avais beaucoup de respect pour ton père. J'en ai toujours. J'ai juste jamais trop porté d'attention à sa vie privée. Bref, on va dire que ta réponse est à moitié satisfaisante. Tu te caches encore, Evelyn Pearson. Du coup je serais tenté de te dire de boire... histoire qu'on soit vraiment à égalité !"



Is it better to speak or to die?






Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Wine up   


Revenir en haut Aller en bas
 

Wine up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Sirromet Wines
-