AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 My past isn't yours [Jo&Clara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le petit délinquant
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans.
SURNOM : Jojo, mais ne m'appelez pas comme ça je déteste ce surnom. Appelez-moi Chris, sérieusement.
STATUT : Célibataire. Je n'ai jamais pris le temps de rencontrer du vrai monde.
MÉTIER : Je n'ai pas encore trouvé d'endroits où ils acceptent les ex taulards. Je fais mes putains de travaux communautaires en attendant.
LOGEMENT : Là où je peux trouver un matelas.

POSTS : 2774 POINTS : 1735

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'aime faire croire à ceux que je rencontre que je suis catholique pratiquant. La plupart du temps, ils m'offrent un plus grand respect. Puis, quand je commence à lancer des insultes à Dieu, ils remarquent que quelque chose ne tourne pas rond et ils préfèrent rebrousser chemin. Haha.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Owen - Blake [2] - Liam - Gaby - Kane
RPs EN ATTENTE : Blake/Andy - Tess - Scarlett
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2]


PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Pas de DC.
INSCRIT LE : 25/09/2018

MessageSujet: My past isn't yours [Jo&Clara]   Sam 3 Nov - 0:50



My past isn't yours
Joseph Keegan & Clara Davis
Un peu trop souvent, tu repenses à ton ancienne vie. Tous les jours, tu observes les gens autour de toi, dans la rue, tu analyses le sourire d’un garçon qui discute avec une jolie fille qui l’a probablement charmé avec ses jolis yeux bleus dès le premier jour. Et, à un autre moment, tu pivotes la tête pour tomber nez-à-nez avec une maman et son fils à l’âge incertain – t’es le pire pour déterminer l’âge d’un enfant; ils ont tous quatre ans à tes yeux même lorsqu’ils tètent encore un biberon – et tu te pousses sur le côté pour les laisser passer. Mais, dans tous les cas, tu te dis que t’as loupé une marche à quelque part. T’es tombé à la renverse vers l’avant, t’as déboulé les escaliers jusqu’à ce que le dur plancher te ramène à la réalité. Tu n’as rien de tout ce que les autres possèdent. Tes vieux potes de crimes, tu ne peux plus les voir. Tes amours ? Putain, tu ne te souviens plus de la dernière fois que t’as ramené une fille dans ton lit. Ta famille ? Disparue dans un épais brouillard de haine depuis vingt ans. Le monde est grand. Tu n’as qu’à faire un pas pour rencontrer de nouveaux visages. Mais aucun ne reste gravé dans ta mémoire. Pas un sourire, ni une simple accolade qui te rappellerait que si un jour tu tombes plus bas, tu pourras t’accrocher à une main qu’on te tend.

Un long soupir soulève ta poitrine. Tu sens un léger tremblement dans ta respiration. Tu te trouves devant la maison d’une vieille amie. Clara Davis. Son nom, il n’est jamais sorti de ta mémoire d’éléphant. Tu te souviens même de son numéro de téléphone. Tu l’as rencontrée en tentant de reprendre les études lorsque tu avais vingt-huit ans. T’as essayé un cours ici, un cours là. Rien n’a capté ton attention et tu le savais depuis longtemps; l’école n’était pas faite pour toi. T’as besoin de bouger, de parcourir des kilomètres chaque jour, de découvrir chaque recoin de la ville comme si ça allait te servir plus tard. Mais, cette fille, elle avait capté ton attention. Quelque part, au fond d’elle, tu te retrouvais. Elle aussi semblait perdue; elle ne savait pas ce qu’elle désirait de la vie. La boussole pointait le nord devant elle mais elle ne savait pas si elle avait envie de faire un premier pas. Toi non plus. Le nord, la boussole, tu la fracassais au sol car tu avais l’impression qu’elle voulait t’imposer une destination qui ne t’aurait pas plu, finalement. Toute ta vie, t’as été guidé par les valeurs des autres. T’en avais marre. Et, c’est en balayant du revers de la main les conseils des autres que tu t’es retrouvé… Nulle part. Mais, ce soir, t’as bien l’intention de renouer contact avec cette Clara qui, tu l’espères, n’auras pas trop changée. Tu ne l’as pas vu depuis qu’on t’a jeté en prison en jetant tes droits à la poubelle. Tu ne savais même pas comment elle avait réagi. Peut-être qu’elle n’était même pas au courant pour tout ça. Le gang, la vente de drogue à des mineurs, le port d’armes à feu illégales. Tu inspires, tu te frottes les mains ensemble en marmonnant quelques mots que toi-même tu ne comprends pas. Tu ne sais pas pourquoi t’es aussi nerveux. Renouer avec ton passé sera plus difficile que tu ne l’aurais espéré. Mais t’as besoin d’une main, plus que jamais. Le sac que tu portes sur ton dos contient les seuls biens que tu possèdes encore. Un deuxième t-shirt, un paquet de clopes, une liasse de billets de vingt et le reste d’un sandwich que tu as préféré garder pour plus tard.

Enfin. Tu sonnes. Tu gardes le dos droit, un sourire forcé soulève tes lèvres et tu t’attends à tout. Peut-être que Clara a déménagé. Pourquoi serait-elle restée avec son père après tout ce temps ? Tu n’as pas le temps de te poser davantage de questions qu’un bon monsieur vient t’ouvrir la porte. Ses rides plus prononcées qu’avant, ses cheveux plus gris. C’est bel et bien le père de celle que tu espères être encore ton amie. « Bonsoir, jeune homme. Que puis-je pour vous ? » Il ne se souvient pas de toi, mais tu n’es pas surpris. Tu ne l’as croisé qu’une seule fois. Tu passes ta main dans tes cheveux trop longs pour les placer vers l’arrière et tu t’exclames, rapidement, les yeux interrogateurs :

- Bonsoir, monsieur. Je suis un ami à votre fille, Clara. Enfin, un vieil ami. Est-ce que votre fille habite encore ici ?

La tête de ton interlocuteur bascule vers la droite, il t’observe de bas en haut comme s’il s’assurait que tu ne traînais pas une bombe sur toi puis il hoche enfin la tête. « Oui, Clara vit encore ici. Mais elle n’est pas rentrée du boulot. » Tu te pinces les lèvres. Le stress vient de monter en toi comme une flèche. Ressaisis-toi, putain. T’es pas du genre à te laisser intimider. Ce n’est qu’un vieux.

- D’accord, j’imagine que je repasserai un autre jour.


Étrangement, il t’arrête d’un signe de la main et t’invite à entrer, sachant que sa fille rentrera très bientôt. « Je suis en train de préparer le dîner, je fais toujours trop de portions. Ça ne me dérange pas de vous offrir une part. Vous avez mangé ? » Tu tentes de cacher ta surprise. Si t’as mangé ? Ce matin, oui. Vers dix heures. Ton estomac gronde depuis plusieurs heures et, maintenant qu’une odeur d’une sauce tomate chatouille tes narines, tu ne peux pas refuser son offre. Tu entres dans la maison, le père de Clara ferme la porte derrière toi et tes yeux se font curieux alors que tu engages la conversation avec ce dernier. Tu mens sans arrêt sur tes occupations depuis le temps. Ce n’est pas vraiment le moment de lui annoncer qu’il a fait entrer un ex taulard dans sa baraque.
               
   
code by bat'phanie


@Clara Davis


ONE LIGHT BUT NOW DARKER
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la conseillère de désorientation
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt huit ans (8/10)
STATUT : en couple avec nicolas, le prince charmant en personne.
MÉTIER : conseillère d'orientation dans un lycée
LOGEMENT : la moitié du temps chez son père à Logan city, le reste chez son copain à spring hill

POSTS : 911 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle est incapable de reste fidèle à son petit ami. elle l'aime, mais ce n'est jamais simple.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :

Nicara Nicolas
I'm never gonna dance again Guilty feet have got no rhythm. Though it's easy to pretend. I know you're not a fool. Should've known better than to cheat a friend and waste the chance that I've been given. So I'm never gonna dance again. The way I danced with you

Clarck
Lorem ipsum Nec disseminata parcens orientis orientis cuncta onerosus nullum onerosus nec nullum nec orientis omnibus bonis modum nec orientis post nec.

Khadjaafavis(2/5)
RPs EN ATTENTE : Jack - Itziar
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : carlson young
CRÉDITS : NYMPHEAS (ava) alaska (signa)
DC : corapuce, lenoulove et tadamour
INSCRIT LE : 28/10/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t17319-lovefool-clara http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune

MessageSujet: Re: My past isn't yours [Jo&Clara]   Lun 12 Nov - 21:28


Elle n’avait qu’une seule envie en rentrant la maison : Celle de se plonger dans un bon bain, avec Netflix pas loin pour l’amener à décompresser de sa journée. Son quotidien avec les adolescents n’était pas des plus ennuyeux mais certes des plus harassants, et surtout, elle commençait à se languir des vacances d’été qui sont trop proche et en même temps trop loin. Maintenant que la fin de l’année scolaire allait pointer le bout de son nez, elle se retrouvait à gérer pas mal d’angoisse venant de ses étudiants alors que bon, les études, ce n’est carrément pas le bout du monde et qu’au pire, si ça se rate, ça se recommence. C’était donc complètement crevée qu’elle était rentrée chez elle avec la pensée de son bain, mais d’abord celle de son assiette pleine. Depuis quelques jours, papa avait fait la découverte de snapchat. Notamment pour recevoir les photos/vidéos des enfants qu’Olivia pouvait lui envoyer à foison maintenant qu’elle n’avait plus à passer par le téléphone de sa sœur. Il avait fait la découverte qu’il pouvait envoyer autant que recevoir et il n’avait pas manqué de maitriser l’outil de sorte à lui envoyer une vidéo du menu qu’il allait préparer pour le soir – et aussi moulte choses inutiles prise tout au long de sa journée, mais on ne peut pas en vouloir à un vieux papi de partager sa découverte de la technologie moderne.

C’est donc ainsi qu’elle s’en était retournée chez elle, lasse, montant les marches du perrons à bout de force avant de virer ses haut-talons à vitesse grand V une fois la porte refermée derrière elle. C’est bon, pour aujourd’hui, elle ne sort plus. De perdre quelques centimètres est une libération et maintenant qu’elle semble avoir l’esprit un peu plus léger vu que le repas est en approche, elle accorde son attention aux rires qu’elle entend provenir du salon. A sa connaissance, personne n’était attendu ce soir et Hassan ne passait jamais sans lui envoyer un petit texto juste pour être sûr qu’il trouvera la porte ouverte. Clara a de quoi s’interroger pendant les quelques pas qu’elle fait pour entrer dans le salon où elle trouve papa, et Joseph, un ancien camarade de classe. Son visage s’assombrit automatiquement à la vue de l’ex-taulard, ex-étudiant et ex-ami. Elle se mord l’intérieur de la joue pour ne pas lui demander automatiquement ce qu’il fait là et surtout, pour ne pas le foutre dehors sous les yeux de son père qui semble assez réjoui d’avoir de la visite.

« Ah ! Regarde qui est venu te rendre visite. Ton ami Joël ! » Il a l’air content de lui, d’avoir fait rentrer cet énergumène dans la maison. Clara se force à sourire afin de ne pas totalement faire savoir à son père pourquoi Joseph n’est pas du tout le bienvenu dans cette maison. « Je vais vous laisser papoter, j’ai bientôt fini de faire à manger. » Son sourire s’efface dès le moment où il quitte la pièce, ses yeux fusillent Joseph tandis que lui reviennent en mémoire les raisons pour lesquelles cela fait un bon moment qu’elle ne veut plus le voir chez elle. Il lui avait menti, et en plus de ça, il s’était fait passé pour un gars sympa alors qu’il n’était qu’un putain de délinquant présent pour écouler ses stocks. Clara n’aime pas qu’on lui mente. Ce postulat, c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité mais là n’est pas le sujet. « Je peux savoir comment tu as osé rentrer chez moi ? » Oser, c’est bien le mot. Parce que s’il avait dû comprendre une chose d’elle, c’est qu’elle n’accorde jamais sa confiance plus d’une fois. « Tu as dix minutes pour trouver une excuse à dire à mon père pour justifier que tu dois t’en aller. » Du genre, une urgence à la dernière minute, un appel de sa mère, un truc qu’il a oublié de faire. Elle s’en fout. « Je veux pas qu’il apprenne qu’il a fait rentrer un délinquant chez nous, mais si tu pars pas, je lui dirais de toute façon. Tu n’es plus le bienvenu ici. » C’est sûr que de son mètre cinquante-sept, les gros yeux sont moyen mais le ton qu’elle emprunte est assez clair.


love me tender
Friday night and the lights are low Looking out for a place to go Where they play the right music Getting in the swing You come to look for a king Anybody could be that guy Night is young and the music's high With a bit of rock music Everything is fine You're in the mood for a dance ••  (abba)



Revenir en haut Aller en bas
avatar
le petit délinquant
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans.
SURNOM : Jojo, mais ne m'appelez pas comme ça je déteste ce surnom. Appelez-moi Chris, sérieusement.
STATUT : Célibataire. Je n'ai jamais pris le temps de rencontrer du vrai monde.
MÉTIER : Je n'ai pas encore trouvé d'endroits où ils acceptent les ex taulards. Je fais mes putains de travaux communautaires en attendant.
LOGEMENT : Là où je peux trouver un matelas.

POSTS : 2774 POINTS : 1735

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : J'aime faire croire à ceux que je rencontre que je suis catholique pratiquant. La plupart du temps, ils m'offrent un plus grand respect. Puis, quand je commence à lancer des insultes à Dieu, ils remarquent que quelque chose ne tourne pas rond et ils préfèrent rebrousser chemin. Haha.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Owen - Blake [2] - Liam - Gaby - Kane
RPs EN ATTENTE : Blake/Andy - Tess - Scarlett
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2]


PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Pas de DC.
INSCRIT LE : 25/09/2018

MessageSujet: Re: My past isn't yours [Jo&Clara]   Mer 14 Nov - 5:01



My past isn't yours
Joseph Keegan & Clara Davis
Tu engages de plein gré la discussion avec le père de celle que tu n’as pas revue depuis des années. Tu veux qu’il t’apprécie, tu veux que la première image qu’il se forge de toi soit positive. Et tout semble fonctionner. Tu utilises les mots les plus sophistiqués que tu connais, tu lui adresses de nombreux compliments et, lorsqu’il te tend une tranche de bain baguette beurrée, tu lui offres le plus merveilleux des sourires. Celui d’un homme bon, ce que tu n’as jamais été. La porte d’entrée s’ouvre, tu l’entends sans avoir besoin de tendre l’oreille. Elle se referme bien rapidement et tu comprends que Clara est rentrée à la maison. La nervosité rejoint à nouveau tes tripes car, cette femme, elle te connait. Elle a appris à te connaître, elle a quelques fois lu derrière les traits de ton visage mais jamais tu ne la laissée découvrir qui tu es réellement. Toutefois, tu ne doutes pas que les nouvelles sont parvenues à ses oreilles et qu’elle a compris qu’elle a fait une grave erreur en t’offrant sa confiance. Tu croques dans la tranche de pain en pivotant la tête vers l’entrée de la cuisine, où une silhouette féminine se dessine. Tu la reconnais facilement. Les mêmes yeux foncés, les mêmes cheveux clairs. Son visage, tu ne l’as jamais oublié. C’est en mâchant ta seconde bouchée que tu laisses tes yeux analyser l’accoutrement plus classe de Clara. Son style a évolué, elle semble plus mature. Mais peut-être s’habille-t-elle ainsi simplement pour le boulot. Tu avises son regard noir et tu t’empourpres immédiatement en déviant les yeux vers son père qui te rebaptise. Joël. Soit il a mal entendu, soit sa mémoire lui joue des tours. Tu ne vois pas l’intérêt de le corriger. Clara sait ton vrai nom. Cette information, tu lui as refilée sans problème et sans mentir. « Je vais vous laisser papoter, j’ai bientôt fini de faire à manger. » T’es bien obligé de reposer ton attention sur la jeune femme qui perd instantanément son faux sourire lorsqu’elle et toi vous retrouvez seuls. Tu te mords la lèvre inférieure pour t’empêcher de dire une première connerie. Elle ne te laisse pas le temps de la saluer qu’elle lance tout de suite sa colère à ta figure. « Je peux savoir comment tu as osé rentrer chez moi ? » Ça n’avait pas été bien difficile. Son père t’avait gentiment accueilli comme si tu étais un ange tombé du ciel. Mais tu comprends le réel sens de sa question. Et tu comprends par le fait même qu’elle est au courant pour ta double vie. « Tu as dix minutes pour trouver une excuse à dire à mon père pour justifier que tu dois t’en aller. » T’aurais aucun problème à lever le camp et ne jamais revenir. C’est ce que tu sais faire le mieux. En revanche, faire le premier pas vers l’avant c’est une toute autre histoire. Tu es encore surpris d’avoir eu le courage de frapper à la porte de cette maison.

- Très content de te revoir aussi, Da’.


Un surnom que tu as adopté bien rapidement dans le passé en évaluant que Cla’ n’était pas très joli. Malheureusement, la jeune femme n’est pas là pour te sauter dans les bras et fêter ton retour. Son regard veut dire le contraire. Tu as l’impression qu’elle veut te planter une balle entre les deux yeux. « Je veux pas qu’il apprenne qu’il a fait rentrer un délinquant chez nous, mais si tu pars pas, je lui dirais de toute façon. Tu n’es plus le bienvenu ici. » Tu fais tourner ta langue dans ta bouche pour ne pas te laisser tenter par les phrases faciles. Si tu veux tirer quelque chose de ces retrouvailles, tu dois faire profil bas. Tu n’es pas venu ici pour insulter une famille qui n’a jamais demandé à te voir.

- Un délinquant. C’est ce que je suis devenu quand la police m’a chopé ? Mais j’t’ai jamais fait de mal, si ? Alors, du jour au lendemain t’as décidé que t’avais plus envie de me voir simplement parce que le monde a décidé que j’étais quelqu’un qu’il fallait enfermer ?


Tu t’approches d’elle, laissant ta nervosité de côté, puis tu observes chacun de ses yeux, un à un, comme si tu estimais leur valeur. Un léger sourire soulève la commissure de tes lèvres.

- T’as fini les études à ce que je vois. Mademoiselle est devenue une madame ?

Changer de sujet. Ta seule technique pour gagner un peu de points après les avoir tous perdus. Et, tu dois l'admettre; t'as très envie de goûter au plat que le père de Clara prépare.

               
   
code by bat'phanie


ONE LIGHT BUT NOW DARKER
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: My past isn't yours [Jo&Clara]   


Revenir en haut Aller en bas
 

My past isn't yours [Jo&Clara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-