AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Music is a safe kind of high! » LEVI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bailey Fitzgerald
la tempête émotionnelle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans - (28.04.1982)
SURNOM : souvent Bay.
STATUT : célibataire, libre comme l'air, enfin... si on oublie cette tempête brune.
MÉTIER : directeur artistique de la filiale australienne de la maison de disques de papa
LOGEMENT : #323 Bayside. une villa moderne et trop grande pour lui.

POSTS : 509 POINTS : 295

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Londonien pur souche, est à Brisbane depuis trois ans △ a été marié pendant sept ans à Ginny McGrath, un mariage arrangé par leurs parents △ haut potentiel émotionnel, il ressent tout trop fort △ la musique est toute sa vie et son boulot lui permet de ne pas perdre pied △ a un berger australien, Logan, depuis bientôt deux ans △ à une relation très conflictuelle avec son grand frère △ Jill McGrath lui fait tourner la tête depuis des années.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
GINNY △ so, tell me how to be in this world. tell me how to breathe in and feel no hurt. tell me how 'cause i believe in something. i believe in us.


JILL △ we can try to stop this bruising, we can be like novacaine. there's a high we keep on choosing, we don't wanna change it. everybody calls us foolish, they don't know how foolish tastes. every time we try to fight it, we just end up wasted... wasted on each other


PSEUDO : paindep.
AVATAR : joseph morgan.
CRÉDITS : (avatar) onelife.
DC : le pas-si-mort, matteo & l'enfant caché, elora.
INSCRIT LE : 19/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22234-bailey-paint-this-town-with-my-very-own-vision http://www.30yearsstillyoung.com/t22266-bailey-aren-t-you-tired-tryin-to-fill-that-void http://www.30yearsstillyoung.com/t22409-bailey-fitzgerald#912065

MessageSujet: Music is a safe kind of high! » LEVI   Jeu 29 Nov - 22:57


Music is a safe kind of high!
Levi & Bailey


Assis à mon bureau, je jette un coup d’œil à la liste des artistes que nous avons signer depuis mon arrivée à Brisbane. En trois ans, on a signé plusieurs groupes et notamment quelques artistes prometteurs. Je pensais que papa était assez content du travail que j’avais pu faire depuis l’ouverture du label ici, pourtant hier Eliott à passer la journée à me rabaisser et à contester tous mes choix. Il connaît mes failles et sait exactement comment faire pour me faire du mal, pour que je me remette en question et que je me mette à douter de tout. En venant ici, en étant loin de ma famille, j’ai commencé à me sentir un peu plus confiant dans mon rôle de directeur artistique. Mes émotions sont toujours aussi ravageuses, j’ai toujours autant besoin de logique, je me remets en question notamment, pour la moindre phrase dites de travers, mais ici, je me sens un peu plus en paix avec moi-même. Pour la première fois de ma vie, mon père me faisait réellement confiance et je me sentais bien avec cela. Puis il y a eu le divorce et la déception que cela à engendrer dans ma famille. Désormais, je ne sais pas quel est leur plan, mais il semblerait que le but final soit de me pousser vers la sortie. Cette idée qu’Eliott ne cesse de me répéter fièrement me rend malade. À cause de mon divorce, je vais perdre tout ce que j’ai pu construire ici ? Mes émotions étant ce qu’elles sont, bien entendu, je ne m’arrête pas là-dessus. Je suis persuadé d’avoir tout foiré comme mon grand frère prend un malin plaisir à me le répéter. Il est là depuis trois semaines et depuis son arrivé, j’ai perdu le sommeil, j’en deviens irritable et par conséquent beaucoup plus exigent et intransigeant au travail. Alors, je fixe cette longue liste et je me demande ce que j’ai pu rater, là où j’ai échoué. J’ai forcément échoué quelque part, c’est de ma faute. Je suis incapable de penser autrement, submergé par la tempête qui se lève en moi. Eliott a très probablement raison. Je suis un incapable et je vais couler la boîte si je continue comme cela. Il faut que je reprenne le label en main. Nous avons de bons résultats avec des artistes, mais certains n’arrivent pas vraiment à percer. Cela fait un moment que je n’ai pas déniché un véritable talent. Ici, je ne fonctionne pas comme un tyran, j’ai des collègues et je leurs fait confiance lorsqu’ils viennent me voir pour me parler d’un petit chanteur qu’ils ont repérer. Cependant, ces derniers temps, on fait chou blanc. Il faut que ça change. Je ne perdrais pas mon travail, il en est hors de question. Je perdais bien ces derniers temps, mais la présence néfaste de mon frère, me donne envie de me battre à nouveau. Je veux retrouver ma passion. Je veux de nouveau vibrer devant un artiste et ce n’est pas dans mon bureau que cela va arriver. Voulant échapper à mon frère, je décide de finir ma journée au label et partir me balader en ville. Les joueurs de rue, c’est souvent cela qui me fait vibrer. Alors je préviens mon assistante et lui dis que je ne serais pas de retour avant le lendemain. Une fois le pied dehors je me sens un peu mieux, ne sentant plus le souffle d’Eliott par-dessus mon épaule. Il fait un temps magnifique et je décide de laisser ma voiture au parking du label pour partir me promener à pied. Je m’arrête tout d’abord au Death Before Decaf afin de me prendre un bon café et mes lunettes de soleil sur le nez, je pars me promener dans les petites rues de Brisbane.

Mes pas me dirigent doucement vers Logan City et ses plages artificielles. Il y a toujours du monde ici, toujours des petits artistes de rue le long de la promenade. Aujourd’hui ne fais pas exception. Je m’arrête quelques fois, mais je ne suis jamais réellement happé par ce que j’entends. Jusqu’à ce que j’arrive au bout de la promenade, là où les touristes se font bien moins nombreux et l’endroit un peu plus calme. Je m’assois sur un banc afin de finir mon café, réfléchissant dans quel bar je pourrais aller ce soir afin de voir des open mic ou autre, lorsque des notes de musique attirent mon attention. Un air que je connais par cœur qui a longtemps bercer ma vie, une chanson que j’aime beaucoup. Puis une voix. Une voix particulière, dégageant quelque chose de vibrant, de particulier et d’unique. Je me lève de suite et cherche quelques secondes du regard avant de trouver mon chanteur. Il est assis sur le rebord en pierre, une guitare à la main, son étui ouvert à ses pieds. Petit à petit, les gens s’arrêtent pour l’écouter. Il ne faudra que quelques secondes pour qu’une masse s’agglutine autour de lui. J’écoute de loin, observant les réactions des passants. Sa musique plaît et je dois avouer que sa voix m’attire immédiatement. Elle déclenche des émotions que je n’avais pas ressenti depuis un moment devant un artiste. Il joue pendant plusieurs minutes puis la foule reprend son mouvement, le laissant jouer pour les prochains passants. J’attends qu’il s’arrête pour faire une pause au bout de plusieurs minutes pour l’approcher doucement. « Bonjour. » dis-je doucement. « J’ai beaucoup aimé ce que vous venez de jouer ! » Je jette un coup d’œil à sa guitare, un bon modèle. « Belle guitare. Vous jouez juste pour le plaisir ? » finis-je par demander.


† I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision




Dernière édition par Bailey Fitzgerald le Jeu 27 Déc - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Levi McGrath
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans (13/12)
STATUT : Célibataire, à sa connaissance. Bromance avec Kane jusqu'à ce que la mort les sépare
MÉTIER : Navigateur des mers à temps plein, homme à tout faire lorsque se trouve dans le besoin. Auteur de mots et maux
LOGEMENT : Son bateau, amarré au Manly Boat Harbour

POSTS : 1075 POINTS : 820

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : originaire de Londres ϟ réfugié dans la lecture depuis son enfance ϟ passionné de musique ; bienheureusement pour ses proches, il a l'oreille absolue ϟ amoureux de la mer, il a vécu la majorité de son existence au gré de celle-ci, découvrant le monde à son rythme ϟ enrôlé dans la Royal Navy de 2002 à 2005 ϟ n'a jamais décroché le moindre diplôme scolaire : il joue de la débrouillardise ϟ possède une collection d'instruments de musique, tous prénommés affectueusement ϟ ignare fini en termes de nouvelles technologies ϟ aucun tabou, scrupule - aucune pudeur, limite
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : team apéro ϟ itziar ϟ michael ϟ bailey


bloody family
mcgrath #1 ϟ mcgrath #2 ϟ christmas eve


nervy karvi
kane's bd ϟ karvisher ϟ kane #2


ink to my future
maze #1 ϟ maze #2

RPs EN ATTENTE : jack ϟ sohan ϟ thomas
RPs TERMINÉS : kane #1 ϟ owen ϟ levia ϟ ariane #1
AVATAR : Jackson Rathbone
CRÉDITS : shiya (avatar), victoriaz (gif), loonywaltz (ub)
DC : Isy Jensen
INSCRIT LE : 10/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21321-levi-mister-farenheit http://www.30yearsstillyoung.com/t21396-levi-postcardman http://www.30yearsstillyoung.com/t21490-levi-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t21892-levi-mcgrath

MessageSujet: Re: Music is a safe kind of high! » LEVI   Jeu 27 Déc - 22:45




I could stay awake just to hear you breathing, watch you smile while you are sleeping, while you're far away and dreaming.

Cela allait bientôt faire dix-huit ans que ton frère cadet, Gideon, avait fermé ses yeux pour un repos éternel. Presque deux décennies que ta route continuait sans sa présence physique et pourtant, le poids de son absence ne s'amoindrissait jamais dans ton cœur. Il n'y avait pas une journée qui se déroulait sans que tes songes s'orientent vers ton cadet et chaque jour sonnant son anniversaire de mort régnait tel un glaive sur ton existence. Tu n'en parlais pas, tu avais toujours refusé de l'évoquer, le discuter, l'explorer. Tu rejetais catégoriquement le fait que quiconque ternisse le tableau funeste que tu t'étais érigé à l'effigie de Gideon avec ses images, ses couleurs, ses opinions. Ton frère t'étais précieux et égoïste, tu ne le partageais pas, même dans la mort.

Toutefois, tu perpétuais sa mémoire secrètement. Son souvenir était présent dans nombreuses de tes compositions et la majorité de tes interprétations puisaient dans les émotions que ton frère avait su - et savait encore - te procurer. Lorsque tu jouais une mélodie qui te ramenait à lui, tu y mettais insatiablement tout ton cœur, toute ton âme. Il te semblait souvent ne pas avoir d'émotion aussi riches et brutes que lorsqu'il animait tes notes.

Tu avais posé l'étui de ta guitare sur la promenade de Logan City. Tu avais passé les différents musiciens sans vraiment t'arrêter, immergé dans tes réflexions. Puis, lorsque la musique des autres te parvenait de manière presque inaudible, tu cessais tes pas pour sortir ta guitare. Assis sur un muret de pierres, tu vérifiais que Gulliver, ton instrument, était bien accordé. Tes doigts te menèrent vers quelques associations, avant que ton cœur ne s'oriente vers un pur classique : I don't wanna miss a thing d'Aerosmith.

Il était délicat de s'attaquer à un tel morceau. Généralement, tu ne t'y attelais pas. Tu pouvais l'interpréter, le jouer, mais en public, tu préférais t'éprendre de tes propres compositions ou de morceaux que les gens n'ont pas enregistrés déjà des milliers de fois. Tout le monde a déjà entendu cette chanson au moins une fois dans sa vie et il est bien difficile de ne pas s'approprier la version unique du groupe initial. Quand on s'identifie à une oeuvre, on peine à l'entendre sous d'autres nuances. Pourtant, tu t'y mets, les yeux d'abord fermés, considérant que lorsqu'il s'agit de ton coeur qui chante et joue, il n'y a pas de fausse route. On ne peut pas louper son coup avec le vrai, l'affection. On ne peut pas être insensible aux cordes vocales et aux mouvements issus des émotions lorsque ces dernières sont profondes et intenses.

Et la théorie se valide lorsque des passants osent arrêter leur train-train quotidien pour t'écouter. Quelques pièces rebondissent dans ton étui et quand tu termines ton interprétation, tu souffles doucement. Tu n'es pas là pour l'argent ou la renommée mais bien pour partager ta passion et te délivrer de ce qui te pèse. Un « Bonjour » te fait lever les yeux vers le blond qui t'aborde précautionneusement. « J’ai beaucoup aimé ce que vous venez de jouer ! » Un fin sourire étire tes lippes. « Merci, » tu réponds, les yeux plissés par le soleil et le sentiment d'avoir déjà vu cet homme. Il te semble exténué, tracassé, travaillé. Tes doigts continuent de gratter distraitement, en fond sonore de votre discussion, ton instrument. « Belle guitare. Vous jouez juste pour le plaisir ? » Tes yeux passent de Gulliver à Bailey. « Merci. Je joue par passion et par besoin. C'est ma manière de communiquer et d'apprécier la vie. » Bien plus qu'une simple distraction, un vulgaire passe-temps. Tu ne savais t'imaginer une journée sans musique, sans titiller un des instruments de musique dont tu disposais. Vos regards se croisent et enfin, tu le replaces. Bailey - ou Bel-Ami, le surnom que tu t'étais plu à lui trouver lorsque tu avais assister à son mariage avec ta cousine et après avoir entendu et élucidé à ta manière le gentilhomme. « Comme Ginny et sa peinture, » tu fais le parallèle, ton sourire grandissant contre tes lèvres, ton corps se redressant. « C'est un trait spécial McGrath. Matt c'est la bouffe, ce qui est plus avantageux pour ses proches. » Tu le laisses résoudre l'équation silencieusement, avant de proposer : « Tu veux que je te joue un morceau pour te dérider ? Qu'est-ce que t'aimes ? Eric Clapton ? » Les accords du refrain de Tears of Heaven résonnent, une chanson qui te prend toujours aux tripes sans merci. Tu le tutoies, non pas parce que tu le connais personnellement, mais parce que tu ne fais pas dans le vouvoiement. « Space Oddity ? » Tes mains glissent sur le manche, tes ongles percutent les cordes. « This is Ground Control to Major Tom. You've really made the grade and the papers want to know whose shirts you wear. Now it's time to leave the capsule if you dare. » Tu t'arrêtes, considérant ton interlocuteur. « Attends, j'ai encore mieux : I want to break free. I want to break free from your lies. You're so self-satisfied, I don't need you. I've got to break free, God knows, God knows I want to break free» Tu reprends la célèbre partition de I Want to Break Free de Queen. Que des artistes britanniques, le Fitzgerald remarquera-t-il ton dévouement pour votre pays natal commun ? Tu finis pas cesser de jouer pour tendre ta main : « Levi, si tu l'avais pas deviné. Je suis pas resté assez longtemps à ton mariage pour qu'on se calcule vraiment. »




How many secrets can you keep?
The nights were mainly made for sayin' things that you can’t say tomorrow day ▬ Are there some aces up your sleeve? Have you got the guts?




Revenir en haut Aller en bas
Bailey Fitzgerald
la tempête émotionnelle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans - (28.04.1982)
SURNOM : souvent Bay.
STATUT : célibataire, libre comme l'air, enfin... si on oublie cette tempête brune.
MÉTIER : directeur artistique de la filiale australienne de la maison de disques de papa
LOGEMENT : #323 Bayside. une villa moderne et trop grande pour lui.

POSTS : 509 POINTS : 295

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Londonien pur souche, est à Brisbane depuis trois ans △ a été marié pendant sept ans à Ginny McGrath, un mariage arrangé par leurs parents △ haut potentiel émotionnel, il ressent tout trop fort △ la musique est toute sa vie et son boulot lui permet de ne pas perdre pied △ a un berger australien, Logan, depuis bientôt deux ans △ à une relation très conflictuelle avec son grand frère △ Jill McGrath lui fait tourner la tête depuis des années.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
GINNY △ so, tell me how to be in this world. tell me how to breathe in and feel no hurt. tell me how 'cause i believe in something. i believe in us.


JILL △ we can try to stop this bruising, we can be like novacaine. there's a high we keep on choosing, we don't wanna change it. everybody calls us foolish, they don't know how foolish tastes. every time we try to fight it, we just end up wasted... wasted on each other


PSEUDO : paindep.
AVATAR : joseph morgan.
CRÉDITS : (avatar) onelife.
DC : le pas-si-mort, matteo & l'enfant caché, elora.
INSCRIT LE : 19/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22234-bailey-paint-this-town-with-my-very-own-vision http://www.30yearsstillyoung.com/t22266-bailey-aren-t-you-tired-tryin-to-fill-that-void http://www.30yearsstillyoung.com/t22409-bailey-fitzgerald#912065

MessageSujet: Re: Music is a safe kind of high! » LEVI   Lun 14 Jan - 21:11


Music is a safe kind of high!
Levi & Bailey


Il n’est pas rare que je parte me balader dans les rues de la ville dans l’espoir de tomber sur un musicien de rue. Il n’est pas rare d’en trouver sur le boardwalk de Logan City. Il y a toujours de l’animation dans cette partie de la ville et très souvent des musiciens qui viennent partager leurs arts. Alors, je viens souvent faire un tour par ici, écouter ce qui se passe. Parfois découvrir des voix un peu particulières qui ne devrait pas se produire dans la rue, mais dans des endroits plus prestigieux. Une seule fois, j’ai sorti un artiste de la rue. À l’époque, je vivais encore à Londres. Il s’agissait d’un jeune homme qui se produisait très régulièrement devant le coffee shop où je venais prendre mon café tous les matins. Il m’a fallu du temps pour le convaincre, il ne voulait pas sortir de ses habitudes de joueur de rues. Aujourd’hui, il est en train de produire son troisième album avec mon père. À Brisbane, je n’ai jamais eu de réel coup de cœur parmi ceux que j’ai déjà pu entendre dans la rue. J’ai laissé quelques compliments, mais jamais ma carte pour une séance en studio. Cependant, j’ai besoin de me changer les idées aujourd’hui et je décide de faire un tour sur cette longue promenade, un café à la main. Penser à autre chose en écoutant de la musique. Mon échappatoire quotidienne. Cependant aujourd’hui, j’ai besoin de le faire loin du studio. Je marche sans but, me laissant porter par la foule. C’est seulement en arrivant au bout de la promenade que mon attention est attirée par quelques notes de musique. Un air que je connais par cœur, qui a bercer mon adolescence. Puis cette voix. Une voix comme on en entend rarement dans la rue et qui étonnamment me rappelle quelque chose sans que je ne puisse mettre le doigt dessus. Je me laisse guider par les notes de musique et trouve rapidement le musicien qui les joue. Un jeune homme aux cheveux longs, une chemise sur le dos et une belle guitare entre les mains. Il maîtrise clairement son instrument et je suis assez surpris de sa technique. Je laisse la foule profiter de cet instant avant que cette dernière ne se dissipe et me permette d’aller engager la conversation avec le jeune brun. Sa réponse me fait sourire. Clairement un passionné de musique. Clairement quelqu’un que je pourrais apprécier. « Il n’y a rien de meilleur que la musique. » répondis-je dans un sourire tout en continuant à observer son instrument. Perdu dans mes pensées, je sursaute presque lorsque je l’entends prononcer le prénom de mon ex-femme. Comment connaît-il Ginny ? Ou plutôt mon lien avec cette dernière ? Je suis surpris. Personne ne me connaît comme le mari de Ginny ici, enfin l’ex-mari. On ne sait jamais réellement afficher lorsque nous sommes arrivés à Brisbane, nos parents étant à des milliers de kilomètres, nous n’avions plus à faire semblant. Sourcils froncés, j’observe le visage de mon interlocuteur, incapable d’y mettre un nom. Pourtant, il semble bien connaître la famille McGrath. « Vous connaissez les McGrath ? » demandais-je alors subitement sur la défensive. Faites que ce ne soit pas un des larbins du père McGrath. Je ne suis vraiment pas d’humeur à me coltiner mon ex belle-famille aujourd’hui. Vraiment pas.

Pourtant, mon interlocuteur semble d’humeur joueuse et il enchaîne sans vraiment relever ma question. Il me joue quelques morceaux. C’est lorsqu’il se met à fredonner l’air d’une chanson de Bowie que je me fais la remarque d’avoir déjà entendu cette voix quelque part ? Est-il un artiste que l’on a pu rencontrer à Londres ? Probablement pas. Son petit jeu commence à m’agacer même si je dois avouer qu’il a de très bons goûts musicaux. « Excellent choix et très belle voix, mais je peux savoir qui vous êtes ? » finis-je par insister quelque peu impatient. Je n’aime pas cette sensation. J’ai l’impression, la sensation de le connaître ou tout du moins de l’avoir déjà croisé dans ma vie et pourtant, je suis incapable de mettre un nom sur ce visage. C’est bien cela qui me rend nerveux. Pourtant, j’ai une très bonne mémoire habituellement. Finalement, le jeune homme semble avoir pitié de moi. Il lâche son instrument et me tend une main ouverte tout en se présentant. « Le cousin. » finis-je par dire, étonné de ne pas le reconnaître. Il est vrai que je n’ai vu Levi qu’une seule fois en chair et en os, le jour de mon mariage il y a de cela neuf ans. Pourtant, Ginny et Jill parlent très régulièrement de lui et j’en ai vu passer des photos de ses aventures. Finalement bien plus détendu, un sourire se dessine sur mes lèvres tandis que je viens serrer sa main avec poigne. « Ta voix me disait quelque chose, mais incapable de me souvenir de ton nom, je suis désolé. » Beaucoup moins méfiant, je finis par venir prendre place à ses côtés. « Les filles ne m’ont pas dit que tu étais revenu par ici. Tu ne navigues plus ? C’est bien ce que tu faisais non ? » Oui parce que maintenant, que je connais son identité, je me souviens tout de même de quelques détails. En revanche, je ne me souvenais plus vraiment de son don pour la musique. Il a clairement une bonne oreille et il joue très bien de la guitare. Forcément, le professionnel en moi ne peut s’empêcher de ressortir pleinement. « Tu joues vraiment bien. Je suis surpris de t’entendre dans la rue. » Non pas que cela soit négatif, bien au contraire. J’admire tout particulièrement ceux qui joue dans la rue pour le plaisir, pour faire partager leurs passions et rien de plus. Ils sont souvent ceux avec le plus grand cœur et cela devient rare dans notre domaine, malheureusement. « Tu m’as eu à Aerosmith. J’ai tellement écouté cette chanson à une époque, mais ça fait des années que je ne l’avais pas entendu. Très bonne reprise. » Je lui souris à nouveau me tournant quelque peu afin de ne pas laisser le soleil m’éblouir.


† I'm not scared of what you're gonna tell me. No, I'm not scared of the beast in the belly. Fill my cup with endless ambition and paint this town with my very own vision


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Music is a safe kind of high! » LEVI   


Revenir en haut Aller en bas
 

Music is a safe kind of high! » LEVI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: streets beach
-