AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 now i know (hassan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophia Caldwell
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente deux ans (01/05/1986)
STATUT : célibataire, le coeur en Grèce et l'espoir de grand amour ébréché par ses tristes mésaventures.
MÉTIER : actuellement sans emploi, elle se laisse l'opportunité d'explorer de nouveaux horizons que celui de conservatrice de patrimoine.
LOGEMENT : dans une chambre de l'emporium hôtel à fortitude valley, pour le moment.

POSTS : 148 POINTS : 130

PETIT PLUS : a vécu en orphelinat jusqu'à ses 17 ans ○ a étudié un an à Dublin (2003) ○ s'est installée à Brisbane après avoir obtenu une bourse pour étudier l'histoire de l'art (2004) ○ fascinée par le courant rococo et les objets d’arts décoratifs du XVIIIème siècle ○ pianiste, adoratrice de jazz ○ très bonne cuisinière et amatrice de vins ○ a des notions en langage des signes ○ a vécu à Santorin, en Grèce, pendant deux ans ○ est revenue à Brisbane mi-novembre 2018.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


joannehassan
maze ○ kane ○ libre


RPs TERMINÉS :
2016
- joanne #3joanne #2james #2jamie #1james #1joanne #1


PSEUDO : astéria
AVATAR : DAW
CRÉDITS : shiya (av), astra (code sign)
DC : marius warren #liguedesweasley
INSCRIT LE : 18/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22214-nobody-said-it-was-easy-sophia http://www.30yearsstillyoung.com/t22370-galway-girl-sophia#910810 http://www.30yearsstillyoung.com/t23168-sophia-caldwell#938330 http://www.30yearsstillyoung.com/t23170-sophia-caldwell#938346

MessageSujet: now i know (hassan)   Dim 2 Déc - 17:41



now i know
hassia / sossan ?


Jeudi 29 novembre 2018. La luminosité du jour déclinait, peignant les premières arabesques orangées, rosées, dans le ciel clément d'un début de printemps. Une ambiance relaxante dont je ne profitais guère, trop occupée à arpenter les rues de la ville d'un pas vif et déterminé. Je n'avais qu'un seul but : rejoindre les studios ABC, à Spring Hill, pour espérer croiser Hassan. De l'eau avait coulé sous les ponts depuis mon départ, plus encore depuis nos derniers échanges véhéments que je regrettais amèrement. Si à l'époque, je n'avais pas pris la mesure des raisons qui avaient pu le pousser à agir comme il l'avait fait avec Joanne, cette incompréhension revêtait aujourd'hui une allure différente. Comme lui, pour des raisons qui défiaient les lois de la logique, j'avais suivi l'instinct qui me dictait de prendre du recul. Je m'étais évaporée dans la nature, du jour au lendemain, sans la moindre explication, simplement parce que j'étais persuadée que c'était la meilleure solution. Ça ne l'était pas. Mais puisqu'il était impossible de réécrire le passé, je m'étais promis de prendre ma plus belle plume pour corriger le présent et tracer les premières lignes d'un avenir harmonieux. Et cela commençait par tenter d'obtenir le pardon, ou a minima l'écoute attentive, de Joanne et d'Hassan - une tâche ardue. Et aujourd'hui, le temps était venu de présenter mes excuses à celui qui avait jadis campé le rôle d'ami proche. Par un heureux hasard, j'étais tombée cette semaine sur la bande-annonce de l'émission pour laquelle Hassan était visiblement consultant en géopolitique. Le regard accroché par les images d'un homme que je ne connaissais plus, une boule s'était logée dans ma gorge jusqu'à ce qu'il disparaisse de l'écran. J'avais commis de nombreuses erreurs ces dernières années, et notre amitié gâchée faisait sans aucun doute partie du peloton de tête. Décision fut alors prise de noter l'horaire de tournage de l'émission, après quelques recherches rapides sur le web, de m'inscrire comme simple spectatrice - ce terme que j'exécrais, tant il me rappelait la position qui m'avait poussée à faire le voyage dont je revenais à peine - et de me rendre directement dans les locaux d'ABC studios. Le jour s'achevait, et le tournage commencerait dans l'heure. Je me joignis à la file d'attente, encore maigre, dans l'attente impatiente d'être autorisée à pénétrer dans le hall. « Madame, votre nom s'il vous plaît. » « Caldwell, Sophia. » répondis-je du tac au tac, tentant de lire, à l'envers et au risque de me payer un sévère torticolis, la liste des inscrits pour m'assurer que mon nom y figurait bien. La responsable des entrées, une femme au regard sévère et à l'hyperactivité palpable, écumait l'interminable liste de noms en quête d'une potentielle Caldwell dont elle détestait l'insistance. Les secondes s'écoulèrent à un rythme effroyablement long, jusqu'à ce que vienne enfin la délivrance. « Caldwell, signez là. Ok, très bien, vous pouvez entrer, Peggy vous aiguillera. » trancha-t-elle sans daigner m'accorder un seul regard et en pointant du doigt une jeune assistante débordée. Je profitai alors de la courte absence de la fameuse Peggy pour me diriger, d'un air naturel qui n'éveillerait pas les soupçons du vigile de l'entrée, vers les couloirs jouxtant le plateau télé. De petites gens s'affairaient à rendre les derniers détails opérationnels avant le direct, si bien que personne ne remarqua réellement ma présence. En quête d'une loge où il serait inscrit quelque chose du style "staff", "guests" ou peut-être même "Jaafari", mon coeur rata brusquement un battement. Au détour d'un couloir, répondant à un homme équipé d'un casque-micro et d'une liasse de papiers résumant certainement le programme de l'émission, je reconnus immédiatement Hassan. Immobile, écartant l'hésitation qui tenta de se faire une place dans mon esprit, je pris une profonde inspiration. Allez, c'est maintenant ou jamais. « Hassan ? » prononçai-je dans un souffle, à la fois inquiet et gonflé d'un espoir que je croyais éteint.

@Hassan Jaafari






— you cannot get through a single day without having an impact on the world around you.
Revenir en haut Aller en bas
Hassan Jaafari
le maudit
le maudit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, vacciné, et les habitudes de célibataire qui reviennent au galop
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-12 ans @ logan city rugby club
LOGEMENT : #25 logan city, avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes

POSTS : 11915 POINTS : 435

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour une leucémie entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ une tentative de suicide en avril 2016, tente de soigner sa dépression ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans, champion universitaire (2005) ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman peu pratiquant ☆ amateur de plantes vertes et de tapis anciens
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : kelly #3yasmine #14ginny #3 ☆ jamie #6 ☆ amalsohan #3sophiatad #2joanne #15chadkhadjaafaviscarlisle(12/12)

FLASHBACKS & ALTERNATIFS : ariane (2014)joanne (2004)jamie (au)

همیشه ببخشید

RPs EN ATTENTE : evelyn ☆ asher ☆ owen #2
RPs TERMINÉS :

2018sohan #2yasmine #13owen #1kelly #2yasmine #12jamie #5tadassanny #1joanne #14blaze #1mariannaleena #1

2017tad #1clara #1kelly #1ginny #2mia #2joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannahyasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2sauljoanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzokennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@carson & sign@margotskarsgard & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

MessageSujet: Re: now i know (hassan)   Dim 30 Déc - 13:53



Il avait fini par s’y faire, avec le temps. Jamais tout à fait de bonne grâce et le soupir las presque toujours retenu par simple politesse, mais les semaines passant il s’acquittait désormais de la corvée maquillage avec autant de bonne volonté que faire se peut, généralement aidé par la bonne humeur de Deborah – Debbie, elle insistait – qui n’avait pas son pareil pour dérider même les plus levés du pied gauche. Il y avait quelque chose de fascinant chez Debbie : il était totalement incapable d’estimer son âge, tant la pléiade d’expressions qu’affichaient son visage pouvaient parfois lui faire perdre ou gagner dix ans suivant le contexte – et il ne se serait bien entendu jamais risqué à le lui demander, son âge, car Hassan n’était pas le genre à s’embarquer dans ce type d’indélicatesses. Aujourd’hui néanmoins, l’expression de la maquilleuse affichait les dix ans de supplément tandis qu’elle croisait son regard à travers le reflet du miroir devant lequel ils étaient installés, et parce qu’elle ne mâchait jamais ses mots le « Tu as une mine affreuse. » lui avait échappé sans qu’elle ne semble avoir cherché à le retenir. Un brin circonspect, le professeur avait arqué un sourcil et s’était fendu d’un « Tu sais trouver les mots, toi. » moqueur, un nouveau bref coup d’œil à son reflet le forçant néanmoins à admettre silencieusement qu’elle n’avait pas tout à fait tort. « Désolé. Mais tu admettras que tu n’as pas l’air de quelqu’un qui fait ses huit heures de sommeil. » Haussant les épaules sur le ton de la conversation, elle lui avait tourné le dos un instant pour fouiller dans sa pléiade de pinceaux et de produits en tous genres « Probablement parce que c’est mon temps de sommeil étalé sur ces trois derniers jours. » S’interrompant, elle avait jeté un nouveau regard dans sa direction entre questionnement et réprobation, l’obligeant à justifier « Période de partiels, des tonnes de copies à corriger, enfin tu vois le genre. » Sans doute que non, mais faute de mieux elle le croirait sans aucun doute sur parole. Pour une fois qu’il ne s’agissait pas d’une excuse qu’on tendait tel un arbre pour cacher la forêt. « Ne t’inquiète pas, quand j’en aurai terminé avec toi tu auras l’air aussi frais qu’une rose. » Oh, well. Si elle parvenait à lui ôter cet air de professeur en fin d’année scolaire et au bout du rouleau, il s’estimerait déjà reconnaissant et se promettait intérieurement d’attendre au moins dix minutes supplémentaires avant de râler sur la sensation désagréable d’une couche camouflage sur le visage. Parmi les choses qu’il aurait développées chez ABC se trouverait définitivement un mélange d’admiration et de compassion pour celles qui se maquillaient tous les jours pour aller travailler, et dans des proportions bien plus élaborées.

Libéré des griffes – des ongles manucurés – de la maquilleuse Hassan avait volontiers laissé sa place dans la loge que lui et les autres « guests » se partageaient, remontant les couloirs de l’étage sans plus avoir la sensation qu’il allait forcément s’y perdre. Alpagué par un régisseur se méprenant à l’évidence sur son statut de pièce rapportée, le brun avait haussé les épaules et secoué la tête à mesure que le bonhomme s’empêtrait dans des questions auxquelles il n’avait pas de réponse à fournir, en avait néanmoins profité pour lui demander où trouver Jeff – l’analyste politique régulièrement présent sur l’émission lui aussi – et s’apprêtait à reprendre sa route lorsqu’une voix s’était élevée dans son dos « Hassan ? » Pivotant d’un demi-tour, la semelle de ses chaussures grinçant au passage contre le linoleum du couloir, le brun avait offert malgré lui un regard médusé à celle qui lui faisait désormais face : Sophia, en chair et en os. « Sophia … ? Mais je … c’est … » Coupant court à ses tentatives d’expression pour en limiter la casse, Hassan avait d’abord fait un pas en avant presque par réflexe avant que lui revienne en tête comme une claque dans la figure leur dernière conversation et la manière odieuse dont il l’avait chassée, tentative fructueuse de se défaire d’un autre de ces liens qui le retenaient encore à Joanne. « Ça me fait plaisir de te voir … » avait-il pourtant fini par souffler, néanmoins conscient qu'elle aurait tout droit de ne pas en croire un mot. Sophia était rancunière, caractérielle, et qu'elle ne lui lance pas le regard assassin auquel il aurait pu s'attendre n'en suffisait pas à en faire un gage de bon augure. « Qu'est-ce que tu … Quand est-ce que tu es revenue ? » Dans sa tête les questions se bousculaient et l'ordre de leur importance se télescopait. Il aurait voulu d'une seule phrase savoir ce qu'elle faisait chez ABC, ce qu'elle faisait à Brisbane et ce qu'elle avait fait durant toutes ces années : celles où à son tour elle avait pris le large sans explications, sans prévenir, créant dans le cœur de leur blonde commune une seconde entaille pareille à celle qui lui-même avait laissé quelques années plus tôt. Et si c'était bien de la bouche de Joanne qu'Hassan tenait la nouvelle de la disparition de Sophia, jamais n’aurait-il espéré la revoir un jour quand bien même elle aurait retrouvé le chemin de Brisbane, aussi à ses yeux le fait qu'elle soit là pour tout sauf lui aujourd'hui ne faisait aucun doute.



 :
 

Revenir en haut Aller en bas
Sophia Caldwell
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente deux ans (01/05/1986)
STATUT : célibataire, le coeur en Grèce et l'espoir de grand amour ébréché par ses tristes mésaventures.
MÉTIER : actuellement sans emploi, elle se laisse l'opportunité d'explorer de nouveaux horizons que celui de conservatrice de patrimoine.
LOGEMENT : dans une chambre de l'emporium hôtel à fortitude valley, pour le moment.

POSTS : 148 POINTS : 130

PETIT PLUS : a vécu en orphelinat jusqu'à ses 17 ans ○ a étudié un an à Dublin (2003) ○ s'est installée à Brisbane après avoir obtenu une bourse pour étudier l'histoire de l'art (2004) ○ fascinée par le courant rococo et les objets d’arts décoratifs du XVIIIème siècle ○ pianiste, adoratrice de jazz ○ très bonne cuisinière et amatrice de vins ○ a des notions en langage des signes ○ a vécu à Santorin, en Grèce, pendant deux ans ○ est revenue à Brisbane mi-novembre 2018.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :


joannehassan
maze ○ kane ○ libre


RPs TERMINÉS :
2016
- joanne #3joanne #2james #2jamie #1james #1joanne #1


PSEUDO : astéria
AVATAR : DAW
CRÉDITS : shiya (av), astra (code sign)
DC : marius warren #liguedesweasley
INSCRIT LE : 18/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22214-nobody-said-it-was-easy-sophia http://www.30yearsstillyoung.com/t22370-galway-girl-sophia#910810 http://www.30yearsstillyoung.com/t23168-sophia-caldwell#938330 http://www.30yearsstillyoung.com/t23170-sophia-caldwell#938346

MessageSujet: Re: now i know (hassan)   Dim 20 Jan - 16:03


now i know
hassia / sossan ?


À la différence des retrouvailles avec Joanne que j'avais mille fois imaginées, l'idée de reprendre contact avec Hassan ne m'avait jamais réellement convaincue. Nous avions été si proches, il avait rendu mon amie si heureuse, que la descente aux enfers provoquée par sa brusque demande de divorce n'en fut que plus hardie. Pour Joanne, c'était une déferlante d'émotions dévastatrice, un tsunami dont personne n'avait sonné l'alerte et qui l'avait submergée. Et puisqu'elle ne pouvait plus compter sur celui qui lui avait jadis juré sa protection, je m'étais promis d'en remplir le rôle comme un bouclier face à une tempête dont je peinais moi-même à prendre la mesure. Hassan n'avait pas seulement quitté Joanne, il avait pris le relais de Rhett en détruisant davantage l'amitié précieuse qui nous unissaient jadis. Sans comparaison possible avec la brusque dérive de la blonde vers des eaux déchaînées, la chute provoquée par cette nouvelle m'avait sévèrement amochée. J'avais cru en lui, je lui avais accordé toute ma confiance en l'élevant au rang d'ami cher depuis tant d'années, tout ça pour recevoir un effroyable coup de couteau dans le dos. Et dans cette situation irrationnelle, plus encore que le désespoir de Joanne, c'était l'attitude nébuleuse d'Hassan qui m'avait le plus affectée. Comment pouvait-il déclencher un séisme de cette ampleur sans évoquer le moindre motif ? Comment était-il possible qu'un homme aussi droit, aussi bienveillant, ne se confonde pas en excuses face à son épouse éplorée ? Comment avait-il pu me tenir, en tant qu'amie, à l'écart d'un mal qui le rongeait ? À mon petit niveau d'observatrice bouleversée, j'avais vainement tenté de surmonter l'obstacle par de grandes théories du genre avant de me pointer, gonflée de quelques minces espoirs, devant la porte d'un homme qui s'était finalement révélé odieux. Un inconnu, pour ainsi dire. Les souvenirs que je gardais aujourd'hui de cette entrevue n'étaient pas glorieux : ils comprenaient un flot de questions demeurées sans réponses, plusieurs louches de reproches, une poignée de tristesse et une pincée de méprise saupoudrés d'une voix fébrile, sauce théâtrale. Sans que cela n'aboutisse à rien de concret, cette dernière rencontre s'était soldée par une amère rupture amicale. Je lui en avais tellement voulu, pendant tellement de temps, qu'il m'avait toujours semblé impossible de renouer quelque contact que ce soit avec Hassan jusqu'à ce que la vie, mes choix et ses hasards, me pousse à franchir la ligne rouge vers des contrées que je pensais ne jamais explorer. Malgré moi et en dépit des sévères jugements dont j'avais fait preuve à l'égard du professeur, j'avais agi sur le même modèle. Et comme un coup de massue, j'avais pris conscience des millions de nuances qu'il pouvait exister entre le blanc et le noir. Ne vous y méprenez pas : chacun notre tour, nous avions abandonné la personne la plus chère à nos yeux, fissurant l'un après l'autre son coeur fragile et plaçant un point de non retour dans nos relations, mais c'était encore plus compliqué que ça. Hassan avait forcément ses raisons, je n'en démordais pas, même après toutes ces années, et j'avais les miennes. Nos réactions avaient été disproportionnées, mais elles répondaient sans nul doute à un mal-être qui l'était tout autant. De l'eau avait coulé sous les ponts depuis, et si regagner la confiance de Joanne relevait encore de l'impossible, je me satisfaisais pour l'instant de son écoute attentive. C'était un premier pas qui confortait la volonté de remettre ma vie sur de bons rails, ceci incluant de faire un pas également vers Hassan.

Le cœur battant à tout rompre, je me préparai aussitôt à la réponse cinglante d'Hassan, dont le bégaiement souligna la surprise que ma présence en ces lieux, face à lui, provoqua. Gênée par l'ironie de la situation, j'ouvris la bouche, prête à prononcer quelques politesses de sauvetage, avant de m'interrompre net. Ça me fait plaisir de te voir. L'espace d'une seconde, j'eus l'impression de perdre pied. Après tout ce temps, après les blessures que nous nous étions infligées l'un l'autre à la suite de sa rupture avec Joanne, après la manière odieuse dont il m'avait éjectée de sa vie et la rancoeur que j'avais éprouvé à son égard, une minuscule lumière d'espoir avait peut-être survécue. Inquiète de tomber dans le piège d'une simple formule de politesse, j'analysai son visage d'un regard froncé, presque froid, bientôt assoupli par la lecture d'une étrange sincérité dans ses yeux. « Il y a deux semaines ... » ... que je m'attèle à panser les blessures causées des années auparavant, aurais-je pu poursuivre si le courage ne m'avait pas fait défaut. « Je me réinstalle à Brisbane. » Je n'avais pas le moindre doute quant au fait qu'Hassan avait parfaitement été informé de mon départ dès lors que Joanne avait dû en prendre connaissance, mais prononcer tout haut ces quelques mots me rappelait, chaque fois, que la plus belle aventure qu'il m'avait été donnée de vivre avait aussi été la pire erreur ma vie. « Définitivement. » ajoutai-je timidement, un sourire presque insaisissable logé au coin de mes lèvres. C'était un mot qui sonnait le glas d'une errance prolongée, et les prémices d'une vie pleine de possibilités. Peut-être était-ce ma nature optimiste, mais pour la première fois depuis des années, j'osai naïvement croire à la puissance d'une seconde chance. Aujourd'hui enfin, j'étais prête à entendre Hassan et à lui accorder la seconde chance que je ne lui avais jamais tendue - alors peut-être que, de son côté, il trouverait le courage de m'accorder la mienne. « Je suis heureuse de te voir moi aussi, depuis... depuis tout ce temps. » Je déglutis discrètement, refoulant une émotion trop grande pour être maintenue dans le creux de ma gorge. « Tu as cinq minutes ? » demandai-je formellement en croisant les doigts pour qu'il n'ait pas à rejoindre le plateau télé avant la fin du décompte que scandait l'un des membres du staff. « Maintenant ou plus tard, je peux attendre. » ajoutai-je prestement avant sa réponse, de peur qu'il ne profite de l'occasion pour éviter toute conversation. Sa réaction avait beau être engageante, je n'en demeurais pas moins prudente. « Je pense qu'on a pas mal de choses à se dire. » soufflai-je avec un sourire crispé, mais plus prononcé, tendant à aiguiller Hassan vers une potentielle réconciliation - ou tout du moins, l'enterrement de la hache de guerre. L'ouverture d'esprit que je crus déceler à cet instant chez le professeur me laissa penser, avec espoir, qu'il était prêt, lui aussi, à aller de l'avant. J'osai alors croire que les planètes étaient alignées, et que toutes les forces de l'univers convergeaient vers la même cible : un renouveau.






— you cannot get through a single day without having an impact on the world around you.
Revenir en haut Aller en bas
Hassan Jaafari
le maudit
le maudit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, vacciné, et les habitudes de célibataire qui reviennent au galop
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-12 ans @ logan city rugby club
LOGEMENT : #25 logan city, avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes

POSTS : 11915 POINTS : 435

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour une leucémie entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ une tentative de suicide en avril 2016, tente de soigner sa dépression ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans, champion universitaire (2005) ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman peu pratiquant ☆ amateur de plantes vertes et de tapis anciens
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : kelly #3yasmine #14ginny #3 ☆ jamie #6 ☆ amalsohan #3sophiatad #2joanne #15chadkhadjaafaviscarlisle(12/12)

FLASHBACKS & ALTERNATIFS : ariane (2014)joanne (2004)jamie (au)

همیشه ببخشید

RPs EN ATTENTE : evelyn ☆ asher ☆ owen #2
RPs TERMINÉS :

2018sohan #2yasmine #13owen #1kelly #2yasmine #12jamie #5tadassanny #1joanne #14blaze #1mariannaleena #1

2017tad #1clara #1kelly #1ginny #2mia #2joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannahyasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2sauljoanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzokennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordan #1leela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1


PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@carson & sign@margotskarsgard & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan http://www.30yearsstillyoung.com/t4618-hassan-but-i-know-better-than-to-leave-and-let-it-die http://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari http://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

MessageSujet: Re: now i know (hassan)   Lun 11 Fév - 0:37


Lui jusque-là pris dans le tourbillon dans lequel il était facile de se laisser entrainer à ces heures de la semaine dans les couloirs affairés d’ABC avait pris l’arrivée imprévue – et impromptue – de Sophia comme une grande claque dans la figure. Le genre de claque qui l’espace d’un instant avait fait s’arrêter le tourbillon et tout ce qui allait avec, le laissant bras ballants et bouche entrouverte comme le plus mort des poissons, à se demander à la fois ce qu’elle faisait là – chez ABC – mais aussi là – à Brisbane – et enfin comment elle en était venue à tomber sur lui. A moins qu’il ne s’agisse d’une coïncidence ? Il s’agissait probablement d’une coïncidence, inutile de se faire la moindre illusion à ce sujet, et malgré tout une partie de lui ne pouvait s’empêcher de se demander … Et si ? Mais de tous les questionnements venus se bousculer dans sa tête et à l’orée de ses lèvres seul le premier lui avait réellement échappé, Sophia le gratifiant d’un « Il y a deux semaines ... » qu’on sentait prudent. Sans pouvoir expliquer pourquoi, le brun avait eu le réflexe de se demander ce qu’il faisait de son côté, deux semaines plus tôt, mais parce que la réponse à cette question n’avait pas réellement d’importance il ne s’y était pas accroché outre mesure lorsque Sophia avait repris la parole. « Je me réinstalle à Brisbane. Définitivement. » Bien qu’il lui avait semblé voir un début de sourire au coin des lèvres de la jeune femme, Hassan n’avait pas voulu vendre la peau de l’ours et s’était contenté d’un hochement de tête tout aussi prudent. Il avait envie de s’en réjouir, dans un certain sens, mais ils avaient passés quelques dernières années à vivre leur vie – du moins sur le principe – dans cette même ville sans plus chercher à s’y croiser alors au fond, pourquoi les choses deviendrait-elles subitement différentes ? « Cool, c’est … C’est chouette. Vraiment. » Une pointe de regret se frayant malgré lui un chemin dans sa voix, regrets d’une situation dont il ne verrait sans doute pas la couleur, il avait senti un ange passer dans la conversation lorsque Sophia avait repris « Je suis heureuse de te voir moi aussi, depuis ... depuis tout ce temps. » et que sans le dire l’un et l’autre avaient sans doute eu en tête les mêmes images de leur dernière conversation et des ravages qu’elle avait laissé. Ou tout du moins en avait-elle laissés du côté d’Hassan, que les dommages collatéraux de sa maladie et des choix qui en avaient découlés continuaient d’égratigner même cinq ans plus tard. Il y avait donc assurément un petit gout d’inespéré dans le « Tu as cinq minutes ? » hasardé par Sophia un peu à la va-vite, un peu prestement en y accolant un « Maintenant ou plus tard, je peux attendre. » qui ne lui ressemblait pas, ou ne ressemblait pas tout du moins à la Sophia déterminée et peu encline à la négociation dont il avait le souvenir. « Je pense qu'on a pas mal de choses à se dire. » avait-elle enfin affirmé, terminant de creuser les questionnements d’Hassan, crevant d’envie d’y voir une lueur d’espoir dans la grisaille de la manière dont ils s’étaient quittés, mais sans oser y croire entièrement. La peur d’être déçu, sans doute. « Là, tout de suite, je … ? » Semblant soudainement se rappeler où il était et pour quelle raison, le brun avait effectué un tour sur lui-même et jeté un œil à l’horloge digitale accrochée à la sortie du couloir « Je dois être en plateau dans dix minutes … » Cela lui semblait un peu juste. Beaucoup trop, même, pour les « pas mal de choses » qu’ils avaient à se dire si telle était véritablement la volonté de Sophia. « Y’en a pour trois quarts d’heure d’émission, ça t’ennuie de m’attendre ? » Il se sentait bête, et craignait déjà de voir la jeune femme changer son fusil d’épaule et lui filer entre les doigts « Je suis vraiment désolé … C’est du direct, je peux vraiment pas m’absenter comme ça au dernier moment. » Et il y tenait malgré tout, à ce boulot. Il n’aurait jamais cru s’y investir autant lorsqu’il avait signé son premier contrat quelques étages au-dessus trois ans plus tôt, mais sans y accorder la même passion que celle qu’il avait développé pour l’enseignement et la transmission de connaissances, il avait fini par se plaindre ici. A débattre de sujets qui l’intéressaient sur un plateau occupé par d’autres aux intérêts similaires. « Y’a toujours ce pub pas loin. Le Charming Squire. On peut se retrouver là-bas si tu veux … Disons dans une heure ? » Comble de l’ironie, Jeff qu’il cherchait encore quelques minutes avant avait débarqué d’on ne sait où, accordé un bonjour enthousiaste à Sophia et claqué une tape amicale sur l’épaule d’Hassan en lui faisant à son tour remarquer l’heure qu’il était. Message reçu. « Désolé il faut vraiment que j’y aille … À tout à l’heure ? » Il y avait sans doute un brin de superstition dans le choix du bar proposé, déjà connu de l’un et de l’autre pour être, au même titre qu’ABC, tout proche du Queensland Museum où Sophia et Joanne avaient jadis travaillé. Et avait retenu ses ardeurs de personne tactile pour ne pas brusquer son ancienne amie il avait tenté de lui adresser un sourire plus appuyé et moins incertain que les précédents au moment de filer le long du couloir, craignant déjà de rejoindre le pub une heure plus tard pour n’y trouver que l’absence d’une Sophia qui aurait changé d’avis.



 :
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: now i know (hassan)   


Revenir en haut Aller en bas
 

now i know (hassan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: ABC studios
-