AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Damn, that’s a cold ass honkey. (scar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco Rollins
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : Une trentaine bien amorcée, mais tout aussi consumée. (27.01.1987)
SURNOM : Marco, c'est auto-suffisant. Il n'a pas échappé au "Polo" qui s'ensuivait étant gosse; pensée visionnaire.
STATUT : Quelque fois, ça va au delà de l'aurore. Mais elles se rendent rapidement compte qu'il n'est pas du genre à présenter aux aînés.
MÉTIER : Le travail fatigue même les ânes.
LOGEMENT : Dégrade l'appartement chicos de Nico après sa sortie de desintox. Attend d'être foutu à la rue.
Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) 1553114043-ezgif-2-083d52b71e2f
POSTS : 342 POINTS : 565

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Tête en l'air, comment je pourrais marcher droit ?
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : nico-scar-noa
ginny-weirdos

3/5

RPs EN ATTENTE : ariane
AVATAR : shiloh fernandez
CRÉDITS : ailahoz - sial - jamie (ub)
DC : -
INSCRIT LE : 03/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22183-marco-rollins http://www.30yearsstillyoung.com/t22188-marco-rollins

Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) Empty
MessageSujet: Damn, that’s a cold ass honkey. (scar)   Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) EmptyJeu 20 Déc - 3:03


cold ass honkey
Titi & Grominet


Les clichés sont souvent issus d'une bien piètre réalité. Quand la presse à scandale parle de la Lohan en crise existentielle, la soupçonne-t-elle de colorier des poneys sur un fond de Björk ou  préfère-t-elle l'imaginer batifoler avec son voisin thérapeutique ? Les deux, sûrement. C'est bien connu, les neurones bousillées, ça ne se remplacent pas. Un camé en désintoxication participera toujours à des séances de pseudo réconciliations autocentrées sous fond d'interlocutions à la limite du sectaire pour une adhérence immédiate aux Narcotiques anonymes. Ça existe, ouais. Marco s'y est laissé embrigader, une fois. La clientèle n'était pas la même, le délire, pareillement. Plus d'une fois avait-il songé à y retourner par simple plaisir de leur jouer un petit morceau de ukulélé pour leur faire comprendre que veiller à faire reposer les cordes vocales et la déroute théâtrale pouvait également avoir du bon. Mais il a vraiment flippé pour le coup ; le goût amer lui fait penser qu'ils seraient tout aussi capable de l'ovationner pour exprimer ses peines avec art. « c'est bieeeeen Marco. » Non, très peu pour lui. Il aurait juste l'impression d'entendre sa mère et cette simple pensée lui donne de l'urticaire. Le centre, ce n'est pas si terrible que ça. Il relativise, maintenant que la bouffe est bonne. Il relativise quand il se perd dans un coin de verdure, le vent qui lui frappe en pleine face pour qu'il arrête de se tourner les pouces. Il relativise, là, de suite, quand il se surprend à noyer ses pupilles dans ce gouffre dessiné, face à lui, par les deux obus de la petite stagiaire en psychothérapie. Pour sa défense, c'est la mignonne qui a commencé à lui faire de l’œil. Hypothétiquement, certes, mais quand même. Il lui en faut peu désormais – par expérience depuis qu'il est cloîtré ici  - pour se dire que même avec un charisme de hareng desséché, on peut toujours parvenir à ses fins. Il est dix heures passé, à peine la demi, pourtant, le brun est en forme, motivé comme jamais sous ses airs de limace amorphe dopée à la méthadone, le style détenu entre ses phalanges. Le poney n'était absolument pas cliché. Pour le coup, il s'attend à ce qu'on le surnomme Van Gogh, un sombre bariolage exotique et turpide encré sur le papier cartonné. Il se dit que ça ferait un bonne décoration pour Nico, à défaut de la conserver; jobardise, quand tu nous tiens. « Marco, je crois que t'as de la visite. » Il n'aurait sûrement pas arqué le sourcil, d'ordinaire. A cette heure là, cela ne pouvait être que son frangin ayant décidé de venir ruiner sa journée en bonne et due forme. Oui, mais. Ça cloche, il le voit direct. Le ton mielleux employé par les deux comparses de passage l'intrigue. Chad ? Trop tôt. Quelques secondes d'hésitations suffisent à ce qu'il rende son œuvre d'art à miss rouquine, alors qu'il quitte la pièce pour se diriger d'un pas nonchalant vers l'accueil. Plus il avance, plus le visage se dessine dans sa tête. Inutile d'entrevoir la silhouette pour pouffer sans l'once d'un remords. Bien-sûr, Marco avait oublié de recenser la liste des visiteurs  extérieurs à la famille, une nouvelle fois. A quelques mètres, la silhouette vociférant sans discontinuer sur la mégère de l'accueil. Le spectacle aurait pu durer des lustres, il en était presque jouissif. «  T'es en retard. » Qu'il balance, petit sourire perfide en coin, alors qu'il se résigne à mettre fin au spectacle -et à la partie de cache-cache improvisée-. A côté de ça, nul doute que la petit scandale de Scar pour l'atteindre, bien que fort plaisant, reste plutôt inhabituel à une heure aussi précoce. Qu'a-t-il pu louper de si urgent ?
(c) DΛNDELION


Easy does it, easy does it,
they got something to say no to.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Scarlett Warren
le fantasme numérique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (30 Dec 1987)
SURNOM : Scar
STATUT : femme indépendante
MÉTIER : Serveuse au Death Before Decaf (& autres activités moins respectables devant sa webcam)
LOGEMENT : squatte au-dessus du DBD. Mais c'est temporaire
Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) E9dc284bf9246e99e1bf7b8f5412af40
POSTS : 244 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Petite dernière de la fratrie Warren, Scar n'a pas la langue dans sa poche, ni ses poings. Elle adore provoquer, tester les gens, mais n'a que rarement dépassé les bornes... à son avis.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : (7/5)
TommyJill • Marius • MarcoJill & MarcoMatt#2Beth
RPs EN ATTENTE : Andy • Joseph • Lene
RPs TERMINÉS : Matt#1
PSEUDO : Timba
AVATAR : Gemma Arterton
CRÉDITS : (c) toxic heart
DC : baby Taylor
INSCRIT LE : 11/10/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21784-scar-misery-business http://www.30yearsstillyoung.com/t21854-scar-the-best-damn-thing

Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) Empty
MessageSujet: Re: Damn, that’s a cold ass honkey. (scar)   Damn, that’s a cold ass honkey. (scar) EmptyLun 11 Fév - 22:32



Le spectacle battait son plein, au rythme des gesticulations de Scarlett, érigée en furie devant le comptoir de l’accueil. « Comment ça je ne suis pas sur la liste ? » vociféra-t-elle sur un ton qui enjoignait la charmante hôtesse à enfiler des lunettes, ou tout du moins à user de son précieux temps pour vérifier à nouveau les registres. Machinalement, la brune se hissa sur la pointe des pieds, grappillant ainsi quelques dangereux centimètres au-dessus du bureau, comme si son timbre n’était pas de lui-même assez menaçant pour justifier qu’elle renchérisse de sa stature. Malgré son amour pour la confrontation, la jeune femme n’était pas foncièrement enthousiaste à l’idée de se livrer à une joute verbale ce matin-là, et si ses mouvements pressants semblaient signifier le contraire, elle n’était pas non plus si motivée par la perspective de jouer de ses poings. Surtout, elle était bien trop consciente de ne pas dicter les règles entre ces murs, et s’en voudrait de se voir bannie à cause de ses excès de zèle. La mine horrifiée de l’hôtesse la rappela assez vite à ses devoirs, et Scarlett s’efforça alors de reprendre ses esprits, à commencer par lui rendre son espace vital. Elle inspira calmement, avant de reprendre. « Il doit y avoir une erreur, je suis déjà venue ici une dizaine de fois… Je suis sur cette foutue liste. » avait-elle débité decrescendo, à mesure que le naturel revenait au galop. Sa pauvre victime s’exécuta sans réelle conviction, tapant de façon totalement hasardeuse sur le clavier pour lui donner l’illusion de lui faire ce plaisir avant de lui soutirer avec condescendance. « Non, toujours pas sur la liste. » dit-elle, insolente. Elle aurait fait claquer sa langue dans sa bouche si elle avait eu le réconfort d’une vitre blindée, mais rien ne se tenait entre elle et la violence physique de ses assaillants pour la gonfler de cette audace. « Vous vous foutez de moi ? C’était plus facile de rendre visite à mon frère en taule… au Canada ! Vous vous prenez pour quoi ? Azkaban ? » Elle en rirait, si elle n’était pas si agacée. Leurs murs colorés, leurs mines joviales n’étaient qu’une parade à laquelle elle était insensible. Tous ces artifices se mélangeaient à sa rétine alors qu’elle tournoyait à reculons, comme une folle du mauvais côté du comptoir, en énonçant ses quatre vérités. Toutes enrobées de jurons et de calomnies qu’elle ne pensait qu’à moitié. Avant de se faire interrompre par une étreinte qu’elle aurait pu croire hostile, si la voix qui lui avait succédé n’avait pas été si familière. « Scarlett, tu peux arrêter ton numéro j’ai prévenu Marco. » Sa tête encore étourdie par son petit rodéo, et sa mémoire éprouvée par la colère l’empêchaient de mettre un nom sur l’infirmier qui avait supervisé une bonne partie de leurs rencontres, et Scar se laissa tomber dans ses bras le temps de recharger une rage bientôt redirigée vers son ami. Lequel avait perdu une bonne occasion de se taire lorsqu’il avait décidé de jouer de sarcasmes alors qu’elle était déjà à cran. « J’aurais été à l’heure si t’étais pas qu’un sale branleur, Rollins. T’as pas oublié de mettre ton frère sur la liste mais moi ça t’a pas traversé l’esprit ! Ah ça c’est clair que c’est pas moi qui vais te refiler des sous. » C’était typiquement le genre de phrase qui n’avait de sens que pour leur trio infernal. Warren, McGrath, Rollins… tous ces noms évoquaient à eux seuls assez de drame familial pour justifier un tel affront. Scar n’en doutait pas, elle était venue lui rendre visite bien plus souvent que son frère, et pourtant leur lien du sang lui accordait des droits tacites qu’elle-même devait obtenir de force. « Je te le dis, ce centre ça t’a grillé les neurones. Bien plus que les joints. » Sans même le gratifier d’un regard, elle lui était passé devant pour se rendre jusqu’à la cour intérieure, où ils avaient l’habitude de se poser lors de leurs moins en moins fréquentes entrevues. Aussitôt assise, elle sortit une cigarette avant de se raviser, lorsque le regard inquisiteur et pourtant bienveillant de l’infirmier se durcit. « T’as pas dit à Jill que t’étais là ? » balança-t-elle sans plus attendre, en écho à la conversation qu’elle avait pu avoir avec sa meilleure amie quelques semaines plus tôt. « Ou plutôt, t’es pas au courant que Jill est de retour ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

Damn, that’s a cold ass honkey. (scar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-