AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 I hope we live to tell the tale ¤ Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elwyn Cadburry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (01.04.1979).
SURNOM : Wynnie (l'ourson ronchon), Stew (même si son ragoût est dégueulasse), El'Dorado (même si la daurade, ça pue, pays fabuleux ou pas).
STATUT : Y a eu un bug dans sa carte mère, un truc mignon qu'a grillé son microprocesseur, et son bouquin d'anthropomorphisme a muté pour devenir sa coloc'. On l'a perdu dans la stratosphère, et s'il n'est pas l'anneau de Saturne, il gravite quand même autour de Nea. Damn it.
MÉTIER : Co-gérant de "Nerd Herd", technicien de maintenance informatique pour sa soeur quand il s'ennuie.
LOGEMENT : #36 redcliffe.
I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Tumblr_pt8v3nLdEo1wxkv3qo1_400
POSTS : 1549 POINTS : 1315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Accro aux post-its en tous genres, surtout lorsqu'il y est écrit des savoirs inutiles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah ¤ lisbeth ¤ thomas ¤ nea#2 ¤ john
RPs EN ATTENTE : maze ¤ erin ¤ owen#2
RPs TERMINÉS : andy ¤ nea ¤ owen
AVATAR : Ryan Reynolds
DC : Wren, le pompier torturé & Timothy, le puppy chaste.
INSCRIT LE : 20/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21469-elwyn-il-est-illegal-de-chasser-les-chameaux-en-arizona http://www.30yearsstillyoung.com/t21509-elwyn-une-personne-moyenne-dit-environ-31-500-mots-par-jour http://www.30yearsstillyoung.com/t21516-elwyn-cadburry http://www.30yearsstillyoung.com/t21515-elwyn-cadburry

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah EmptyVen 8 Mar - 23:46





I hope we live to tell the tale



Il courait sans faire attention aux gens autour de lui. Elwyn, en retard? Cela ne lui arrivait jamais, bien évidemment, surtout pas lorsqu'il devait donner un cours à une heure indiquée. C'était le problème des gens insouciants: ils se retrouvaient devant National Geographic à vanter les mérites du volcan Etna avant d'enchaîner avec un super moment de solitude devant la vie des vers de terre sur la chaîne voisine. On fermait les yeux trente secondes et il était déjà dix sept heures. Il fallait dire que Cadburry avait cette fâcheuse tendance à éviter toute responsabilité alors il avait peut être tout intérêt à revenir quelques années en arrière, dans les tréfonds de l'enfance pour s'éviter plus d'emmerdements... Sa colocataire avait essayé de le tuer avant qu'il ne quitte l'appartement et voilà qu'il se promenait avec du sang aux coins de l'arcade sourcilière parce qu'il avait osé lui dire que le ménage serait encore là le lendemain. Et puis, de toute manière, Elwyn était un ami des acariens, pourquoi dans ces cas là les virer joyeusement de chez lui? A la place, il aurait très certainement préféré en faire une culture et peut être les vendre sur le marché ou peut être que sa tortue fétiche, Juanita, aurait envie d'en faire son dessert, sait-on jamais. Dans tous les cas, il avait senti passer le lancer de trophées d'athlétisme qui datait de ses dix ans, on ne pouvait pas nier que sa colocataire savait bien viser. Elwyn ne faisait pas franchement attention aux gouttes de sang qui glissaient sur sa joue en courant le marathon de sa vie, évitant de justesse de mourir par mise en contact violente avec un caddy d'une vieille de quatre vingt ans. Il dût s'excuser durant un quart d'heure, certainement parce que la dame en question était sourde et pensait qu'il l'invitait à un brunch après la messe de dimanche prochain. Le quiproquo dura un certain temps mais Cadburry réussit à s'en défaire pour mieux se télescoper avec un poteau quelques mètres plus loin, trop préoccupé qu'il était à dire au revoir à la petite vieille dans tous les langues qu'il connaissait... Oui, même en Ewok. Voilà que son autre arcade saignait également, un comble, et la terre vacillait beaucoup plus que cinq minutes auparavant. Autant dire qu'il avait peut être un peu abusé sur la liqueur de framboise quand il avait voulu essayer de construire son Faucon Millenium dans le salon ce matin là. C'était peut être les pièces de Lego disséminées partout qui avaient énervé sa colocataire à ce point là, Elwyn n'avait pas vraiment le moyen de le savoir. De toute évidence, à l'heure actuelle, ce n'était pas sa priorité puisqu'il se sentait comme en haut de l'Etna, autant dire qu'il avait un peu peur de finir embroché dans un kilomètre de lave. Mourir si jeune, quel enfer, enfin jeune, c'était vite dit vu que les quarante ans arrivaient d'ici quelques jours mais cela, Elwyn n'était pas prêt à y penser, trop concentré qu'il était à revivre ses douze ans constamment.

Où allait-il déjà? Ah oui, chez Deborah pour leur cinq ou sixième cours de codage informatique. Elwyn n'était plus très certain de se rappeler ce qu'était un ordinateur très concrètement mais par contre, il était encore assez lucide pour préciser aux passants qui voulaient bien l'écouter qu'ils devaient tous arrêter d'utiliser des expressions qui n'existaient pas. Non, un cochon ne pouvait pas suer alors pourquoi se dire qu'on suait comme des porcs? Tout cela n'avait aucun sens mais heureusement, il arriva au bon arrêt de bus avant qu'on ne l'expulse de force alors que le véhicule était en pleine course. De plus, il n'avait plus d'arcades sourcilières disponibles pour des saignements de longue durée alors il avait tout intérêt à faire profil bas. Enfin, pas trop tout de même puisqu'il s'était déjà pris un poteau en ne regardant pas assez devant lui quelques minutes auparavant. Comment arriva-t-il en vie chez Deborah? Le principal intéressé ne sut pas le dire mais il toqua à la porte... Enfin à celle du voisin qui l'incendia de bêtise avant qu'il ne trouve la bonne porte à laquelle frapper. Le monde tanguait un peu moins au moment où la porte s'ouvrit et Deborah montra son joli minois. "Salut... Toi... Désolé, je suis un poil... En retard... J'ai dû parler en Ewok à une vieille dame dans la rue et paf, pouf, pif, le temps est passé à une vitesse depuis. Il est quelle heure? Pfiou, je te jure, j'ai l'impression qu'on m'a décapité, si c'est le cas, il me reste que quinze secondes avant de tomber dans l'inconscience. C'est scientifique. Comment on va faire Deborah, hein?" Il aurait pu paniquer s'il avait été dans son état normal, enfin aussi normal qu'il pouvait l'être habituellement pour être honnête mais Elwyn restait planté sur le paillasson, concentré sur quelque chose que lui seul pouvait voir, a priori. "T'as changé quelque chose, non? Tes cheveux? Ton rouge à lèvres? On est parti pour le cours là, en tout cas, je devais t'apprendre quoi aujourd'hui déjà?" Il réussit à fouiller dans son sac pour chercher ses lunettes et les poser sur son nez, se rendant bien compte qu'il n'était pas encore tout à fait équilibré sur le sol. Merde, il aurait peut être dû venir à dos de chameau, il paraîtrait que le danger était moindre dans le désert et justement, à ce moment là, le pauvre cerveau d'Elwyn pouvait s'y apparenter... Un comble pour lui.
panic!attack


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Elle est née le 26 février, il y a trente-et-un ans de cela mais elle n'en a pas l'âge mental. Ne lui demandez pas d'être responsable, ça ne lui va pas au teint.
SURNOM : Debra. Deb. Debbie. Parfois Brody.
STATUT : Célibataire. Volage. Elle ne se pose pas de question, elle fait sa vie sans chercher à se caser. Ce n'est clairement pas sa priorité.
MÉTIER : Elle change souvent de métier. En ce moment elle travaille comme community manager à la Mairie de la ville mais elle a déjà été serveuse, distributrice de flyers, modèle pour les cours d'art et de science à l'université, sondages rémunérés, webdesigneuse, cliente mystère, cobaye médical et marketing, téléphone rose, femme de ménage, travail en usine, inventaire de magasin, caissière... tout ce qui paye aisément et/ou peut se quitter facilement y passe.
LOGEMENT : appartement #151 à Fortitude Valley avec Austin Williamson.
I hope we live to tell the tale ¤ Deborah 190309062322508915
POSTS : 2793 POINTS : 290

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle cache sa sensibilité derrière une attitude de je m'en foutiste et du cynisme. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

2018 –
Vitto#1Kane #1
2019 – Benny#2Austin#1Vinnie#1 (fb)Elwyn#1Mitchell#1Raelyn#1Joseph#1 (fb lettres)Deviniel#1 (ua)Jolyn#1Sten#1
RPs TERMINÉS :
2018 –
Benny#1
2019 – Camil#1

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Zcr5
AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : COCAINE (ava) • BAT'PHANIE (code sign)
DC : /
INSCRIT LE : 28/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22455-notebook-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 http://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: Re: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah EmptyLun 11 Mar - 18:46



I hope we live to tell the tale


Ce n’était pas dans ses habitudes et ça l’inquiétait un peu. Elwyn arrivait toujours à l’heure, voire un peu en avance et là, rien. Personne à la porte, pas un appel ou un message. Ça ne lui ressemblait pas du tout et Debra commençait à en devenir nerveuse. Elle regardait l’heure toutes les deux minutes, elle tournait en rond dans son appartement et elle s’occupait même l’esprit en rangeant quelques trucs qui traînaient çà et là – autant dire que l’aspect exceptionnel de l’acte parlait de lui-même. Elle avait fini par lui envoyer un message pour savoir si tout allait bien, si le cours était annulé ou s’il avait simplement du retard mais aucune réponse. Clairement pas de quoi la rassurer. Les minutes passaient et quand enfin on toquait à sa porte, elle se précipitait pour ouvrir et tomber nez à nez avec Elwyn à la gueule cassée, littéralement. Il ne semblait même pas s’en souiller, trop occupé à s’excuser et lui expliquer les raisons de son retard. Les sourcils de la brune se fronçaient un peu… c’était tellement improbable tout ce qu’il était en train de lui raconter qu’elle peinait à y croire. « Je me demande aussi. » Presque un murmure tant elle hallucinait du spectacle qu’il était en train de lui donner. C’était une bonne question de savoir comment ils allaient faire. Une chose était certaine, elle n’allait pas le laisser là, la trogne en sang, planté sur son paillasson avec pour projet de donner son cours. Ce type était un peu fou… elle ne voyait que ça comme explication pour le moment, ce n’était pas possible autrement, l’idée même d’un peu de folie était rassurante sur le coup.

« Rentres au lieu de dire des bêtises. » Elle n’avait rien changé sur elle mais bon, elle ne pouvait pas trop lui en vouloir, il était bien amoché et ça devait sacrément jouer sur sa vue. L’Irlandaise en profitait pour glisser un bras autour de lui afin de le soutenir et lui donner un peu plus d’équilibre jusqu’à l’asseoir sur le canapé. Elle le déposait là et le pointait du doigt. « Tu restes là et tu touches à rien. » Sans attendre son avis, elle se dirigeait en vitesse dans la salle de bain pour ouvrir la pharmacie et attraper deux trois ustensiles. Elle était très loin d’être médecin mais elle avait quelques fréquentations peu recommandables qui lui avaient appris à soigner certaines plaies particulières, dont des arcades abîmées par une bagarre – ce qu’elle ne pouvait s’empêcher de suspecter chez Elwyn en dépit d’un instinct qui lui hurlait le contraire. Elle faisait aussi un détour par le congélateur de la cuisine avant de revenir vers lui. « Enlève tes lunettes et met ça sur une de tes arcades. » disait-elle en lui tendant un torchon propre contenant quelques glaçons. Pendant ce temps, elle s’armait d’une compresse et de désinfectant.

Sans le brusquer, elle appuyait gentiment sur son torse pour qu’il soit bien calé dans le fond du canapé, contre le dossier, et penchait sa tête en arrière. Instinctivement, elle se mettait à califourchon sur lui, profitant de sa hauteur pour avoir une vue d’ensemble sur ses blessures et les soigner. « Ça va piquer. » Non, pas « un peu », ça allait piquer tout court mais c’était pour son bien, profitant de cet instant désagréable pour détourner son attention par la conversation. « La mamie t’a tabassé pour l’avoir insultée en Ewok ? » Un sourire rassurant sur les lippes, elle cherchait surtout à savoir ce qui avait vraiment provoqué tant de dégâts. Si ça gonflait, il allait ressembler à rien le pauvre. Elle s’était inquiétée pour son retard et finalement elle s’inquiétait encore plus pour lui maintenant qu’il était là. Quand elle retirait la compresse, c’était finalement plus de peur que de mal, la blessure s’était arrêtée de saigner. « Bouge pas, je vais te faire l’autre. » Elle se penchait en arrière pour attraper une nouvelle compresse et répétait l’opération sur sa seconde arcade libérée de la glace. Un temps de latence pour laisser Elwyn lui répondre et pour constater, par leur proximité évidente, l’odeur et la chaleur de l’alcool dans son souffle. « Est-ce que tu as bu, Elwyn ? » Non, clairement, ça ne lui ressemblait pas et l’inquiétude se transformait en peur, formant une boule dans le creux de son estomac, la persuadant un peu plus que celui qui devenait doucement mais sûrement un ami avait probablement quelques problèmes qu’elle n’avait pas détecté jusque-là. Quiproquo ou suspicion justifié, elle n’allait pas tarder à le savoir.

panic!attack



this is about love
Spoiler:
 


Dernière édition par Deborah Brody le Lun 13 Mai - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elwyn Cadburry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (01.04.1979).
SURNOM : Wynnie (l'ourson ronchon), Stew (même si son ragoût est dégueulasse), El'Dorado (même si la daurade, ça pue, pays fabuleux ou pas).
STATUT : Y a eu un bug dans sa carte mère, un truc mignon qu'a grillé son microprocesseur, et son bouquin d'anthropomorphisme a muté pour devenir sa coloc'. On l'a perdu dans la stratosphère, et s'il n'est pas l'anneau de Saturne, il gravite quand même autour de Nea. Damn it.
MÉTIER : Co-gérant de "Nerd Herd", technicien de maintenance informatique pour sa soeur quand il s'ennuie.
LOGEMENT : #36 redcliffe.
I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Tumblr_pt8v3nLdEo1wxkv3qo1_400
POSTS : 1549 POINTS : 1315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Accro aux post-its en tous genres, surtout lorsqu'il y est écrit des savoirs inutiles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah ¤ lisbeth ¤ thomas ¤ nea#2 ¤ john
RPs EN ATTENTE : maze ¤ erin ¤ owen#2
RPs TERMINÉS : andy ¤ nea ¤ owen
AVATAR : Ryan Reynolds
DC : Wren, le pompier torturé & Timothy, le puppy chaste.
INSCRIT LE : 20/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21469-elwyn-il-est-illegal-de-chasser-les-chameaux-en-arizona http://www.30yearsstillyoung.com/t21509-elwyn-une-personne-moyenne-dit-environ-31-500-mots-par-jour http://www.30yearsstillyoung.com/t21516-elwyn-cadburry http://www.30yearsstillyoung.com/t21515-elwyn-cadburry

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: Re: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah EmptyJeu 18 Avr - 19:20





I hope we live to tell the tale



Il aurait peut être fallu envisager d'en faire un livre, voire même une saga. Les aventures d'Elwyn étaient tellement épiques qu'on aurait pu les compter en tomes. Il n'y avait pas un jour où il ne faisait pas quelque chose d'exceptionnel ou juste incroyablement stupide, ce qui détonnait avec son quotient intellectuel s'il fallait être tout à fait honnête. Son cerveau tournait toujours en boucle, autour de faits et expériences très étranges parce qu'il lisait clairement trop pour son propre bien, en plus de regarder bien trop la télévision pour être totalement sain d'esprit. Il ne pouvait pas faire autrement néanmoins puisqu'il était un scientifique toujours sur la brèche, en quête d'un énième scoop sur la vie extraterrestre ou bien celle des coléoptères qui habitaient sous son immeuble. Non, il n'y avait jamais de juste milieu avec quelqu'un comme lui parce qu'il voulait tout apprendre le plus vite possible au cas où sa course effrénée devait prendre fin pour X raison. La mort était partout à les guetter après tout, cela et Alzheimer et Elwyn avait vu suffisamment d'émissions sur le sujet pour savoir qu'il était un excellent candidat pour ce genre de maladies précoces. Peut être prenait-il moins de risques lorsqu'il participait assidûment à une partie de "Des chiffres et des lettres" s'émerveillant toujours du fait qu'il y ait autant de consonnes dans le mot "voyelle" que le mot "consonne" contenait de voyelles. Alors, il ratait un calcul ou deux, forcément mais il restait tout de même très fier de connaître des faits aussi précieux sur les choses de la vie car, oui, l'orthographe faisait partie de cette catégorie au même titre que les abeilles tueuses et les serviettes en papier. Il ne fallait donc pas franchement s'étonner s'il n'avait pas toujours la tête sur les épaules, notamment en pleine rue où les dangers étaient permanents. Ce genre d'accidents ne pouvaient arriver qu'à des gens comme lui, ceux qui passaient leur temps dans leurs rêves à réfléchir au mode du vie captivant des homards, qui ne serait pas émerveillé après tout de savoir que le homard possédait deux estomacs, dont un dans sa tête avec des dents pour broyer la nourriture? Peu de personnes le savaient mais c'était tout à fait le genre de pensées qu'Elwyn pouvait avoir au moment de traverser la rue et ce, même s'il avait bien fait attention à regarder des deux côtés du boulevard avant de s'engager. Clairement, il avait la capacité d'attention d'un gamin de maternelle et la même capacité à s'émerveiller d'un rien, ne serait-ce que de la forme d'une brindille à ses pieds. Il avait réussi à vivre quarante ans, était-ce un miracle?

A en juger par son état lorsqu'il toqua à la porte de Deborah, effectivement, il était nécessaire de se poser la question. En l'espace d'à peine une heure, il avait réussi à se prendre un caddie, à parler en ewok avec une personne âgée, se prendre un poteau et un coup de serpillière et ce, avant même qu'il n'ait eu le temps de dire ouf en réalité. Ses neurones en avaient clairement pris un coup dans l'affaire mais ce n'était pas si grave puisqu'il en avait un nombre relativement important pour pouvoir continuer à fonctionner normalement... Du moins, c'était ce qu'il pensait. A vrai dire, Elwyn n'était plus tellement cohérent en découvrant Deborah et lui répétant qu'il était prêt pour leur cours ensemble, une bien belle plaisanterie puisqu'il possédait un visage ensanglanté et qu'il tanguait dangereusement en avant. La jeune femme avait l'air profondément choqué de le découvrir dans un état pareil, lui qui faisait toujours un minimum d'effort à ce sujet, surtout lorsqu'il se rendait chez des clients de l'entreprise de sa soeur. Ses lunettes sur le nez, la vision trouble, il se laissa suivre la jeune femme qui l'invita à s'asseoir sur le canapé, beaucoup moins risqué que de le garder debout. Il ne capta le départ de la brune que lorsqu'elle finit par revenir, un comble. Autant dire qu'il ne jouait pas au malin à ce moment là. "Tu fais des tours de magie en mode je disparais et je réapparais d'un claquement de doigts? Tu m'avais caché ça, Deb." Il était connecté au pilote automatique de son cerveau en retirant ses lunettes et posant le torchon froid sur son visage. Il avait mille plaisanteries à sortir en écoutant Deborah mais toutes étaient mélangées dans son esprit, ce qui ne donnait rien d'intéressant. "Ah non, même pas... Je me suis pris un poteau en tentant de m'en débarrasser, c'est l'histoire de ma... AIE!" Forcément, il sentit le désinfectant sur sa blessure et ne put s'empêcher de chouiner comme un môme, réalisant par la même occasion que Deborah était juste devant ses yeux. "Ah parce que t'en as fait qu'une là? Je croyais que tu m'avais éviscéré déjà... Et en fait, tu mets autant de temps à désinfecter cette affaire qu'on met pour faire une barre de Mars, deux heures, tu te rends compte?" Au moins, il n'avait pas totalement perdu sa capacité viscérale à laisser échapper des savoirs insignifiants au beau milieu d'une conversation des plus sérieuses. "Un micro verre mais pas de quoi s'alarmer... Je crois que le problème, c'est le poteau et le coup de serpillière que m'a mis ma coloc' avant de partir aussi! Tant que j'ai pas un trauma crânien, ça ira... Depuis quand il y a deux Deborah, attends?" Il cligna des yeux, reposant ses lunettes sur son nez après l'épisode du désinfectant, touchant la jeune femme avec délicatesse pour être sûr et certain qu'elle n'était présente qu'en une seule et unique version. "Je vais perdre mon cerveau, tu crois? C'est la fin, dis moi?" Il avait un regard suppliant, toisant la jeune femme d'un air désespéré. Pauvre Elwyn et ses aventures dignes d'une saga romanesque.
panic!attack


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Elle est née le 26 février, il y a trente-et-un ans de cela mais elle n'en a pas l'âge mental. Ne lui demandez pas d'être responsable, ça ne lui va pas au teint.
SURNOM : Debra. Deb. Debbie. Parfois Brody.
STATUT : Célibataire. Volage. Elle ne se pose pas de question, elle fait sa vie sans chercher à se caser. Ce n'est clairement pas sa priorité.
MÉTIER : Elle change souvent de métier. En ce moment elle travaille comme community manager à la Mairie de la ville mais elle a déjà été serveuse, distributrice de flyers, modèle pour les cours d'art et de science à l'université, sondages rémunérés, webdesigneuse, cliente mystère, cobaye médical et marketing, téléphone rose, femme de ménage, travail en usine, inventaire de magasin, caissière... tout ce qui paye aisément et/ou peut se quitter facilement y passe.
LOGEMENT : appartement #151 à Fortitude Valley avec Austin Williamson.
I hope we live to tell the tale ¤ Deborah 190309062322508915
POSTS : 2793 POINTS : 290

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle cache sa sensibilité derrière une attitude de je m'en foutiste et du cynisme. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

2018 –
Vitto#1Kane #1
2019 – Benny#2Austin#1Vinnie#1 (fb)Elwyn#1Mitchell#1Raelyn#1Joseph#1 (fb lettres)Deviniel#1 (ua)Jolyn#1Sten#1
RPs TERMINÉS :
2018 –
Benny#1
2019 – Camil#1

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Zcr5
AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : COCAINE (ava) • BAT'PHANIE (code sign)
DC : /
INSCRIT LE : 28/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22455-notebook-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 http://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: Re: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah EmptyLun 13 Mai - 18:21



I hope we live to tell the tale


Un froncement de sourcils, c’était la seule réaction qu’elle avait sous les paroles d’Elwyn quand elle revenait vers lui. Elle ne comprenait pas tout ce qu’il lui disait. Soit il s’était embarqué seul dans une conversation qu’elle n’avait pas suivi, soit il n’était pas assez concentré sur le monde extérieur – et donc sur sa fuite dans la salle de bain – pour se rendre compte qu’elle n’était plus à ses côtés pendant une paire de minutes. Elle n’y prêtait pas d’attention, bien que cette tendance à ne pas se rendre compte des choses avait tendance à inquiéter la brune qui s’installait directement sur lui pour soigner ses blessures. « Il va falloir qu’on te le dise combien de fois de regarder devant toi pour que ça te rentre dans la tête ? » Pour sûr qu’il avait continué de parler à cette vieille dame tout en marchant et qu’il s’était retourné au dernier moment, manquant ainsi de temps pour éviter le poteau sur lequel il fonçait. Si Elwyn et Debra ne se connaissaient pas depuis si longtemps que ça, c’était bien suffisant pour apprendre que c’était son genre. Toujours la tête en l’air, toujours à penser à mille choses en même temps et là, elle n’imaginait pas y rajouter de la précipitation suite à son retard… autant dire que toutes les conditions étaient réunies pour qu’il se blesse.

Il ne s’était pas loupé. Les deux arcades étaient bien amochées mais pas de quoi l’emmener à l’hôpital. Quelques secondes de pression à base de désinfectant et c’était suffisant pour arrêter le saignement. « J’essaie de bien faire les choses, tu vas pas m’en vouloir pour cette fois quand même ? » Elle en riait un peu. Elle se souvenait des premiers cours entre eux où il tentait de la remettre à niveau et où elle refusait de faire comme il le disait. A toujours vouloir aller trop vite, à ne pas rentrer dans le détail des codages et à tout faire merder pour finalement bougonner parce qu’il avait raison. Cette fois, elle prenait son temps pour le soigner et faisait bien les choses. Que ce soit pour la première arcade ou pour la seconde. Une blessure qu’il ne mettait pas de temps à expliquer en évoquant sa colocataire et une serpillère. Violente la coloc… « Je pense que c’est un peu des trois. » Le poteau, la serpillère et l’alcool. « Depuis quand est-ce que tu bois sans raison apparente ? » Dix-sept heure était passé, en pleine semaine, pas tout à fait l’heure d’aller boire un verre avec des copains… elle se trompait peut-être mais pour elle, ce n’était pas le genre d’Elwyn de boire, même un micro verre, tout seul, sans raison et encore moins juste avant de donner un cours.

Ses grandes mains venaient attraper son visage avec délicatesse, de quoi la faire tendrement sourire. Cadburry était toujours ainsi, très délicat et c’était agréable de fréquenter un homme comme lui qui n’était pas comme ça par pur intérêt. C’était dans sa nature et ça faisait du bien. « Ca y est, tu me vois en un seul exemplaire ? » Ce trouble de la vision était un peu inquiétant mais elle ne voulait pas l’alerter non plus. Elle attendait juste un peu que cela passe et elle aviserait sur le moment. Il lui fallait le temps de se poser, de se calmer et tout devrait rentrer dans l’ordre, elle l’espérait en tout cas. Et puis c’était peut-être dû à ses lunettes qu’il remettait tout juste sur son nez. « Tu ne vas rien perdre du tout, c’est promis. » Sauf peut-être un peu de crédibilité en tant que professeur mais ça, c’était pas bien grave, surtout quand l’élève était Deborah. Autant dire que ça serait l’occasion d’en rigoler plus tard bien plus qu’un quelconque sujet de moquerie ou de décrédibilisation. Délicatement, elle reposait le torchon de glaçons sur l’une de ses arcades, la plus violacée, évitant soigneusement ses lunettes. « Tu vas peut-être même gagner un bout de cerveau, ça risque de gonfler. » Elle attrapait sa main pour qu’il la pose sur le torchon et le tienne lui-même. Elle pouvait ainsi le libérer de son entrave, descendant de ses genoux pour se poser à ses côtés. « Tu vas sûrement me dire que c’est pas mes oignons et tu aurais sûrement raison mais est-ce que tout va bien en ce moment ? Je veux dire, si tu as besoin de parler de quoi que ce soit, tu sais que je suis là. » Ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde, ils étaient même seulement en passe de devenir des amis mais s’il avait besoin de parler sans être jugé, c’était le moment. Elle était toute ouïe, le coude contre le dossier du canapé et la tête dans sa main, elle était prête à l’écouter au besoin.

panic!attack



this is about love
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elwyn Cadburry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (01.04.1979).
SURNOM : Wynnie (l'ourson ronchon), Stew (même si son ragoût est dégueulasse), El'Dorado (même si la daurade, ça pue, pays fabuleux ou pas).
STATUT : Y a eu un bug dans sa carte mère, un truc mignon qu'a grillé son microprocesseur, et son bouquin d'anthropomorphisme a muté pour devenir sa coloc'. On l'a perdu dans la stratosphère, et s'il n'est pas l'anneau de Saturne, il gravite quand même autour de Nea. Damn it.
MÉTIER : Co-gérant de "Nerd Herd", technicien de maintenance informatique pour sa soeur quand il s'ennuie.
LOGEMENT : #36 redcliffe.
I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Tumblr_pt8v3nLdEo1wxkv3qo1_400
POSTS : 1549 POINTS : 1315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Accro aux post-its en tous genres, surtout lorsqu'il y est écrit des savoirs inutiles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah ¤ lisbeth ¤ thomas ¤ nea#2 ¤ john
RPs EN ATTENTE : maze ¤ erin ¤ owen#2
RPs TERMINÉS : andy ¤ nea ¤ owen
AVATAR : Ryan Reynolds
DC : Wren, le pompier torturé & Timothy, le puppy chaste.
INSCRIT LE : 20/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21469-elwyn-il-est-illegal-de-chasser-les-chameaux-en-arizona http://www.30yearsstillyoung.com/t21509-elwyn-une-personne-moyenne-dit-environ-31-500-mots-par-jour http://www.30yearsstillyoung.com/t21516-elwyn-cadburry http://www.30yearsstillyoung.com/t21515-elwyn-cadburry

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: Re: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah EmptyMar 14 Mai - 18:25





I hope we live to tell the tale



Shakespeare pouvait aller se rhabiller, peu importe dans quel paradis il se trouvait désormais. Pas même le plus grand tragédien de tous les temps n'aurait pu être à la hauteur des aventures du grand Elwyn Cadburry. On se souviendrait peut être de lui dans plusieurs siècles comme l'homme avec le karma le plus misérable de son siècle. Il n'y avait que lui pour passer une journée digne de Hamlet et ses compagnons. Un poteau, une serpillière, des arcades en vrac, un cerveau qui criait à l'agonie. Le point positif dans tout cela, c'était qu'il avait tout de même réussi à retrouver l'appartement de son élève sans aller frapper chez toutes les personnes qui habitaient dans la même rue. Il aurait pu avoir un traumatisme crânien, partir en crises de convulsions ou autres délires de ce genre. Lui qui s'y connaissait en sciences ne pouvait qu'avoir conscience des risques qu'il encourait après un tel choc. Ce n'était pas pour autant qu'il avait filé vers le premier hôpital du coin, non, il était plutôt du genre coriace et comme il avait promis à Deborah une heure de cours, il n'allait tout de même pas tout annuler pour une histoire de saignements inopinés. Il en avait vu d'autres, des vertes et des pas mûres, des oranges et des mangues passions... Oui, quand il avait fait une expérience éclatante sur le pouvoir en vitamines des fruits du marché en comparaison de ceux de la grande distribution. C'était la veille. Une journée entière gaspillée pour prouver des faits qui étaient sus de tous, un travers qu'Elwyn n'était pas prêt d'effacer. De toute évidence, il était incapable de se taire et ce n'était pas Deborah qui allait contredire l'affaire puisqu'elle essayait de le soigner tant bien que mal mais il se plaignait comme un gosse de dix ans quand on balançait sa belle console de jeux contre un mur. Il était à l'agonie, clairement en vue de l'analogie. "Beaucoup? Non, parce que déjà, il y a des gens qui essayent vraiment de recharger leurs Iphones avec des oranges et comme il en faut cinq cent quatre vingt quinze pour aboutir à quelque chose, c'est peine perdue tu vois... Bah moi, c'est un peu pareil!" Il geignait en parlant, tentant de retrouver son souffle pour jouer au gros dur. Une sacrée défaite vu qu'il était le premier à maudire le monde entier quand son orteil se cognait dans le coin de meuble du salon. Il n'était qu'un homme, c'était la triste réalité et selon les statistiques, ils étaient bien plus réceptifs à la douleur. Elwyn n'échappait pas à la règle, malheureusement pour lui et pour Deborah à ce moment là. "Non, mais j'arrête,ça va je gère! Après tout y a vingt sept millions de personnes qui sont encore esclaves dans le monde, je peux survivre à du désinfectant." Au moins, son cerveau était encore suffisamment réceptif pour laisser échapper des savoirs inutiles à qui voulait bien l'entendre. Ce n'était peut être pas le cas de Deborah à ce moment à, qui aurait vraisemblablement aimé en savoir plus sur cette histoire d'alcool quand il n'était pas connu pour ses frasques en la matière. "Non, mais c'était pour une expérience scientifique! J'ai pas bu pour boire, je te rassure..." C'était effectivement très rassurant d'ingurgiter de la liqueur de cerises pour percer tous les mystères de ce monde. Clairement, ces derniers temps, Elwyn déraillait. Il ne le montrait pas vraiment mais le surplus de travail à la boutique lui portait sur le système. Il faisait des journées abominables et enchaînait avec des cours du soir ou des dépannages pour le compte de sa soeur. Il n'avait pas le temps de dormir et même s'il l'avait eu un minimum, il aurait préféré se retrouver devant un super documentaire sur Netflix. A l'heure actuelle, c'était plus sa vision qui l'intéressait et le fait qu'il voyait Deborah en plusieurs exemplaires: il dût se concentrer sur son visage vaillamment pour retrouver l'unique Deborah qui existait au milieu du salon. "Ah bordel, oui. Pfiou, je suis soulagé. C'est pas qu'avoir plein de Deb au dessus de moi est pas très intéressant mais j'aime bien l'unique, hein. Ma tête va survivre. Le monde va survivre." Il put reprendre une grande inspiration en tenant la glace sur son arcade au moment où Deborah vint se caler à ses côtés sur le canapé l'interrogeant sur son bonheur récent. Autant dire qu'interroger Elwyn là dessus, c'était se risquer à une thèse sur le mode de vie des palourdes en Atlantique Nord. "Nickel, Deby, NI-CKEL. J'ai juste pas mal de boulot et y a des docus excellents qui sortent chaque jour. On en apprend des trucs sur les statistiques et se rendre compte que les ânes tuent plus que les avions, ça, faudrait en parler. Mais à part ça, tu vois, c'est la routine, le bon vieux Elwyn quoi. Et toi, ça va? Parce que si je peux filer un coup de main en dehors des codages... J'ai une dextérité à toute épreuve, tu vois." Il releva les sourcils vers elle d'un air amusé, se rendant peu compte que les interprétations de ses mots pouvaient varier selon les interlocuteurs mais cela faisait longtemps qu'Elwyn avait abandonné l'idée de ne pas se retrouver dans l'embarras. Il aimait peut être trop cela.
panic!attack


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty
MessageSujet: Re: I hope we live to tell the tale ¤ Deborah   I hope we live to tell the tale ¤ Deborah Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

I hope we live to tell the tale ¤ Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-