AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 l'UA de Deviniel, pour bien grandir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Elle est née le 26 février, il y a trente-et-un ans de cela mais elle n'en a pas l'âge mental. Ne lui demandez pas d'être responsable, ça ne lui va pas au teint.
SURNOM : Debra. Deb. Debbie. Parfois Brody.
STATUT : Célibataire. Volage. Elle ne se pose pas de question, elle fait sa vie sans chercher à se caser. Ce n'est clairement pas sa priorité.
MÉTIER : Elle change souvent de métier. En ce moment elle travaille comme community manager à la Mairie de la ville mais elle a déjà été serveuse, distributrice de flyers, modèle pour les cours d'art et de science à l'université, sondages rémunérés, webdesigneuse, cliente mystère, cobaye médical et marketing, téléphone rose, femme de ménage, travail en usine, inventaire de magasin, caissière... tout ce qui paye aisément et/ou peut se quitter facilement y passe.
LOGEMENT : appartement #151 à Fortitude Valley avec Austin Williamson.
l'UA de Deviniel, pour bien grandir. 190309062322508915
POSTS : 2762 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle cache sa sensibilité derrière une attitude de je m'en foutiste et du cynisme. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

2018 –
Vitto#1Kane #1
2019 – Benny#2Austin#1Vinnie#1 (fb)Elwyn#1Mitchell#1Raelyn#1Joseph#1 (fb lettres)Deviniel#1 (ua)Jolyn#1

RPs TERMINÉS :
2018 –
Benny#1
2019 – Camil#1

l'UA de Deviniel, pour bien grandir. Zcr5
AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : COCAINE (ava) • BAT'PHANIE (code sign)
DC : /
INSCRIT LE : 28/11/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22455-notebook-d-brody http://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 http://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody

l'UA de Deviniel, pour bien grandir. Empty
MessageSujet: l'UA de Deviniel, pour bien grandir.   l'UA de Deviniel, pour bien grandir. EmptyDim 10 Mar - 23:31




family business
Elle roulait des yeux en sortant du bureau de la directrice. On était qu’à la moitié de l’année scolaire et c’était déjà son deuxième établissement. On l’avait pourtant prévenu qu’il n’y aurait pas de troisième fois et pourtant, elle continuait d’en faire qu’à sa tête. Personne ne savait vraiment d’où venait cet esprit de rébellion. Ses parents avaient tout fait pour elle, ils avaient tout tenté. Lui laisser des libertés ou la priver. Être sur son dos ou l’ignorer. Rien ne semblait fonctionner avec cette gamine de seize ans. Elle ne se calmait pas et les menaces n’avaient aucun effet sur elle. Quand la directrice l’avait menacé de l’expulser une semaine du lycée, elle avait ri. Peut-être un peu de nervosité – parce qu’au fond, elle savait très bien que ça n’allait pas passer aussi facilement auprès de ses pères – mais surtout parce qu’elle avait cette fâcheuse tendance à voir ça comme un cadeau. « Oh bah vous pensez, une semaine loin de ce lycée de merde, c’est sûr que c’est une punition dure à supporter, vraiment, je vais jamais m’en remettre. » C’est tout ce qui était sortie de ses lèvres qui arborait un sourire arrogant, très énervant pour cette directrice qui avait fini par la renvoyer dans le couloir le temps d’appeler ses parents adoptifs.

Elle attendait là, accompagnée de sa bff depuis des années : Victoire. Cette meuf, elle l’aimait de fou. Elle l'avait couverte d’ailleurs, c’était pour ça qu’elle se retrouvait là… enfin… faire cramer leur relevé de notes derrière les gradins c’était bien l’idée de Victoire mais Deborah n’avait pas mis de temps à suivre le mouvement et prendre le risque de faire cramer les dits gradins avec d’ailleurs – sûrement une dédicace maladroite à Wren mais ça c’était une autre question. C’était sûrement pour ça qu’elle s’était faite pincer et pas sa meilleure amie. Un élan de folie, allez savoir mais ça allait lui coûter cher. « Alors ? Tu t’en sors avec quoi ? » « Une hypothétique semaine d’expulsion et l’appel aux darons. » Un air d’embarras sur le visage qui se transformait en un rire amusé. « Ouuuuh, j’ai peur. » Un temps de flottement et un nouveau rire, plus franc. « Je sais pas ce qu’ils vont bien pouvoir faire, je crois qu’ils m’ont déjà collé toutes les punitions possibles dans toutes les cultures différentes. » Sauf se faire frapper… et encore heureux… de toute façon c’était à leur risque et péril que la grande sauterelle leur rende les coups, pères ou pas, il y avait des limites à ne pas dépasser.

Puis les minutes s’étaient égrainées. Victoire était partie sous les ordres de la directrice et Deborah se retrouvait seule à attendre, son téléphone entre les mains en train de texter avec Victoire – toujours là quoi qu’il se passe – et Wren. **Tu sèches les cours si je suis exclue… non c’est pas une question, c’est un ordre.** Ouais, en fait c’était ça la punition, ne pas voir ses potes pendant une semaine… m’enfin ils trouvaient toujours une solution, c’était innée entre eux, un peu trop. De son écran, elle ne relevait les yeux que lorsqu’elle entendait le bruit insupportable des portes de l’établissement. Elle n’en pouvait plus de les entendre celles-là… mais elle les oubliait vite quand elle constatait que c’était ses papas qui les avaient poussées, pas franchement ravis d’être encore ici. Presque automatiquement, elle rangeait son portable dans sa poche, ils seraient déjà capables de lui confisquer ces massos. « Salut. » qu’elle balançait quand ils arrivaient à sa hauteur, les mains dans les poches de son perfecto, ne se levant même pas. Bah quoi ?

Spoiler:
 



this is about love
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans ❀ Né le 13 octobre 78
SURNOM : Généralement Gaby, parfois Gab'. ❀ Gaby la Tendresse à la fac. ❀ Pretty Little Galway Boy par une jolie petite fée. ❀ Winnie, référence à l'ourson, mais c'est un droit réservé.
STATUT : Veuf depuis 2014, depuis qu'un accident de voiture lui a enlevé Moïra, l'amour de sa vie. ❀ Réapprend doucement à vivre.
MÉTIER : Libraire passionné avant tout ❀ Gérant de la State Liberty à Toowong (librairie~salon de thé) ❀ Occasionnellement écrivain et dessinateur~illustrateur.
LOGEMENT : #152 Toowong ❀ Petit appartement juste au-dessus de la librairie. ❀ Avec Aodh le chat roux et Sirius le petit chien de berger.
l'UA de Deviniel, pour bien grandir. Tumblr_mso62n7d7W1r7lfr2o5_250
POSTS : 4434 POINTS : 0

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
FLASHBACK
Jameson fb#1Robin fb#1Jack fb#1

PRESENT
SavannahWrenJameson

UNIVERS ALTERNATIFS
Viniel 50's #1Deviniel #1

DIMENSION FANTÔME
RobinClément & KyteJamesonMyrddinJack

RPs EN ATTENTE : Archie ≈ Leah ≈ Vincent
RPs TERMINÉS : Terminés : Clément #1Maximilien #1Greta #1#teamaperoClément #2Owen

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & MariusCole#teamcitrouillesJosephJadynLiamCoraMaximilien fb#1CleoChadna

l'UA de Deviniel, pour bien grandir. PmooeKf

PSEUDO : Loo
AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : loonywaltz (UB) ≈ Loo
DC : Erín le petit dragon
INSCRIT LE : 08/04/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest http://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais http://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan http://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

l'UA de Deviniel, pour bien grandir. Empty
MessageSujet: Re: l'UA de Deviniel, pour bien grandir.   l'UA de Deviniel, pour bien grandir. EmptyMar 26 Mar - 18:21




Pour bien grandir...
UA Deviniel ~ Australie ~ 2019
Le bip signalant la fin du cycle de la machine à laver fit sursauter Gabriel. Presque aussitôt il passa une main sur son visage et dans ses boucles brunes, comme pour retrouver un peu de contenance. Il avait mal dormi, encore. Il s’était toujours perdu aisément dans ses pensées, au gré de leurs circonvolutions, mais ces derniers temps cela lui arrivait plus que de coutume. Un tas de choses occupait son esprit, le préoccupait même, et sa sensibilité naturelle faisait le reste. Sans compter ses récents déboires avec son éditeur. Et le fait que tout cela impactait sérieusement l’avancement de son dernier projet. Le cœur y était pourtant mais la tête, elle, avait bien du mal à s’y fixer. Il n’en fallait pas tant pour l’empêcher de trouver un sommeil tranquille et réparateur. Alors il avait passé une bonne partie de la nuit à regarder Vincent dormir, sans faire un geste, sans faire un bruit, de peur de le réveiller. Et, l’observer ainsi, le voir si serein, si calme, bien loin de l’agitation qui régnait dans sa propre tête, quelque part cela parvenait à l’apaiser, un peu. Juste rester là, caler son souffle sur le sien et se demander à quoi il pouvait bien rêver lorsqu’un tressaillement agitait ses paupières. Un nouveau bip le rappela à l’ordre. Cette impression de se faire invectiver par toutes sortes de machines, du lave-vaisselle au four, en passant par le fer à repasser, tout avait désormais cette fâcheuse tendance à clignoter et émettre ces espèces de piaillements électroniques, stridents à souhait. Même la voiture n’y échappait pas. Gaby laissa un soupir glisser entre ses lèvres en saisissant le panier à linge. Si au moins ils avaient programmé des sons plus mélodieux…

Il entreprit d’étendre la lessive propre sur le séchoir à linge. Des gestes mécaniques, répétitifs, qui lui laissaient tout le loisir de penser à autre chose. La maison était sereine et il faisait en sorte de se laisser porter par cette atmosphère douce et paisible lorsque la sonnerie de son téléphone retentit. Une légère tension naquit entre ses sourcils en voyant les deux petits mots qui s’affichaient sur l’écran. *Lycée Deby*. Le calme devrait attendre. C’était l’un des rares numéros que Gabriel connaissait par cœur. Malheureusement. Et encore, il avait déjà changé une fois en cours d’année. Deux lycées en à peine une demie année scolaire. A ce rythme là ils auraient vite fait le tour des établissements de la ville. Dans tous les cas un appel n’était jamais bon signe. Soit il y avait un problème d’ordre médical, soit… En fait il préférait ne pas y penser pour l’instant. Connaissant sa fille il savait que son imagination en matière de frasques n’avait d’égal que son opposition, visiblement innée, à toute forme d’autorité. Il décrocha. Bingo. Mademoiselle Deborah Carnahan avait encore fait des siennes et la directrice voulait voir ses parents le plus vite possible. Le plus vite possible sous-entendait sur le champ. Gaby commençait à connaître la musique. Et si elle ne lui avait rien dit de la nature de l’incident dont la miss était à l’origine, il avait deviné à la tension dans sa voix que cette affaire sentait sérieusement le roussi. Et il découvrirait bien vite que c’était littéralement le cas. La directrice raccrocha sèchement, sans plus de cérémonie. Visiblement elle était réellement furieuse. Bon sang.

L’écrivain jeta un coup d’œil à l’heure. Il avait promis à Elizabeth de la déposer au St Vincent’s Hospital pour des examens. Décidément. Et il était absolument hors de question de laisser tomber qui que ce soit entre sa fille et sa sœur. Il essaya de se remémorer rapidement l’emploi du temps de Vincent, avant de lui envoyer un message. *Le lycée vient d’appeler, la directrice veut nous voir au plus vite au sujet de Deby. Je n’en sais pas plus. Le temps d’emmener Eli à l’hôpital et je peux passer te prendre. Tu penses pouvoir te libérer ?* Il s’était abstenu d’ajouter quelque chose comme dis moi que oui, s’il te plaît, pas la peine de l’inquiéter plus que de raison, mais il ne sentait pas d’affronter ça tout seul. Pas aujourd’hui. C’était idiot, du haut de ses quarante ans, il avait toujours cette sensibilité à fleur de peau. Rien n’y faisait. Le temps d’ajouter un *je t’aime* – qu’il continuait à distiller même après une vingtaine d’années de vie commune, convaincu qu’on ne le disait sans doute jamais assez – et il était déjà en route pour aller chercher sa sœur chez elle. Elle l’attendait en bas, un large sourire aux lèvres, comme toujours. Gabriel eut à peine le temps de lui dire bonjour qu’il sut qu’elle avait déjà vu que quelque chose n’allait pas. Son teint plus pâle que d’ordinaire, ses yeux légèrement cernés et surtout cette petite tension nichée entre ses sourcils. Elle s’installa et il démarra en trombe. Ils ne devaient pas être en retard. « Qu’est-ce qui se passe ? », finit-elle par demander au bout d’une poignée de secondes. Elizabeth et lui n’avait qu’un an d’écart, autant dire rien du tout. Ils se connaissaient par cœur, sur le bout des doigts. « C’est Deby. » Eli essaya de retenir un sourire. Sa nièce – et filleule – elle l’adorait. Sans compter que dans le genre quatre-cents coups elle n’avait jamais été la dernière. Ca avait toujours était Gaby le plus sage d’eux deux. Enfin le plus sage… C’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’il avait une relation avec un certain chargé de tutorat. Mais ceci était une autre histoire. Elle jeta un coup d’œil par la vitre coté passager, pour dissimuler son air amusé avant d’essayer de reprendre un peu de contenance et de sérieux. « Et qu’est-ce qu’elle a trouvé cette fois ? » Gabriel pianotait sur le volant, il était nerveux. « Je ne sais pas encore. Je te dépose, je passe chercher Vincent et on file au lycée. » La frangine finit par poser le regard sur lui. « Aller ne fais pas cette tête. Qu’est-ce qui te tracasse à ce point ? » Une infime contraction de sa mâchoire le trahit. L’hôpital n’était plus très loin, dernier feu rouge et ils seraient arrivés. « Est-ce qu’on a raté quelque chose avec Deby tu crois ? Je veux dire, si elle réagit comme ça c’est peut-être qu’on s’est planté quelque part. » Eli retint un léger soupir. Elle avait mis le doigt sur le fond du problème. « Vous êtes des pères formidables Gaby. Tous les deux. Simplement votre fille est de cette drôle d’espèce qu’on appelle communément ‘‘ado rebelle’’, et crois-moi ces spécimens ne sont si rares. » Elle riait. Ils étaient devant l’hôpital. « Ca lui passera. » Il n’avait pas l’air convaincu. « Hm… Ca ira toi ? » Et elle lui laissa un bécot sur la joue. « Merci frérot. Ne t’en fais pas je vais m’en sortir à partir de là. File, c’est un ordre ! » Elle descendit de la voiture, fit mine de filer, revint, lui fit signe de baisser la vitre. « Embrasse mon adorable nièce de ma part. Ah et mon beau-frère sexy aussi évidemment ! » Elle avait son fameux petit air malin vissé sur le visage. Tout ça pour faire décrocher un sourire à Gabriel, et ça marchait en plus. « Je t’aime frangin. » Et elle partit en trottinant vers les grandes portes vitrées. Le brun la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle disparaisse à l’intérieur de l’imposant complexe hospitalier.

La voiture redémarra, direction l’Université, située à quelques rues de là seulement. Une fois garé, non loin du bâtiment où Vincent enseignait encore entre les diverses obligations que son statut de directeur de département lui imposait, il envoya un message pour le prévenir de son arrivée. Et il attendit, observant les allées et venues des étudiants. Ca lui rappelait des souvenirs tiens, lui qui avait étudié sur ce même campus il y a des années de cela. Et puis c’était surtout là où il avait rencontré Vincent. Le début du reste de sa vie. Il n’était encore qu’un jeune étudiant, Vince, lui, travaillait déjà sur sa future thèse. Ses iris couleur de ciel s’attardèrent sur l’alliance qui enserrait délicatement son annulaire. Que de chemin parcouru depuis, que de chemin fait, ensemble. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il y repensait. Un sourire qui s’affirma doucement lorsqu’il reconnut au loin la silhouette élancée de son époux. Il était élégant, comme toujours. Le temps avait parsemé ses cheveux d’argent, le couronnant d’un air sage, que venait contrebalancer un regard perçant et volontiers malicieux à ses heures. Gabriel remit le moteur en marche, dès que Vincent fut installé, tout en lui racontant rapidement l’appel qu’il avait reçu un peu plus tôt de la part du lycée. Le sourire du brun s’estompa rapidement, le souci regagnant du terrain sur son visage. Il s’inquiétait. Il ne parla pas beaucoup, préoccupé par ce qui les attendait. Lycée en vue, voiture de nouveau à l’arrêt, il prit une profonde inspiration. Il lui sembla que les portes de l’établissement firent un bruit terrible lorsqu’ils les poussèrent. Le chemin vers le bureau de la directrice ils le connaissaient par cœur. Encore une porte et ils purent apercevoir Deborah assise toute seule dans le couloir. Gabriel l’observa en s’avançant. Apparemment elle n’était pas blessée, c’était déjà un bon point. Désormais il espérait qu’aucun élève avec un œil au beurre noir accompagné d’un parent furieux ne les attendait derrière la porte sur laquelle un petit écriteau indiquait Bureau du Proviseur. En les voyant s’approcher Deby leva le nez de son portable. Gaby lui adressa un regard mi désapprobateur, mi las, un genre de qu’est-ce que c’est cette fois ?. Il l’aimait cette gamine. Ah ça ! Plus que tout au monde. C'était sa fille, leur fille. Et ce quoique certains pouvaient en dire ou en penser, de ça il s'en moquait profondément. En revanche à ce rythme là elle finirait par avoir sa peau.

© 2981 12289 0 & Loo

:
 



Pluie de roses sur Brisbane

l'UA de Deviniel, pour bien grandir. 2954228499:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

l'UA de Deviniel, pour bien grandir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-