AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 The past blows - Alfie & Harvey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harvey Hartwell
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33
SURNOM : H
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4
The past blows - Alfie & Harvey 480d90b859539ea26c7ee45ff4da31e2
POSTS : 92 POINTS : 950

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : ♦ Harvey vient tout juste de revenir à Brisbane, il est parti à 23 ans pour faire ses études en Irlande ♦ Son visa d'études lui a été retiré à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement et n'entretient que des relations légères avec les autres ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume beaucoup TROP ♦ Il boit aussi pas mal et a tendance à se réfugier dans l'alcool pour éloigner ses problèmes ♦ Il fait de la moto ♦
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : • Les retrouvailles des frères Hartwell - Lonnie & H
• Someone’s watching - Tad & H
• The past blows - Alfie & H
• Une agréable rencontre - Sid & H
• Teenagers are treated like children - Juliana & H
• Fallen Angel - Primrose & H
PSEUDO : Harvey Hartwell
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : LipsLikeAMorphine
DC : non
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey EmptyJeu 11 Avr - 11:19


the past blows
Alfie & Harvey



La fumée s’échappe de mes lèvres pour s’élever dans l’air et s’évaporer peu à peu alors que je fixe l’immensité bleue qui s’étale à perte de vue devant moi. L’air marin caresse mon visage, glisse dans mes cheveux et emplit mes narines de son odeur iodé et revigorante. J’aime tellement cette sensation, je n’arrive pas à m’en lasser. J’aime l’océan, son immensité, sa richesse et ses secrets. Je suis perdu en plein océan. A la dérive, je me laisse porter par les vagues et leurs mouvements permanents.

Et cette impression est rassurante. Car je ne suis rien, au milieu de cette immensité, mes actes n’influeront pas sur le cours des choses. Ça me libère, je ne suis pas doué pour faire les choses bien, alors savoir qu’il existe plus grand, immuable et plus important que moi me délivre d’un poids que je ne peux pas supporter de toute façon. J’ai déjà ma vie à porter, c’est bien suffisant.

J’écrase ma cigarette, étire légèrement mes muscles ankylosés en faisant craquer mes os et je renfile mes chaussures plus tôt délaissées pour sentir les grains de sables sous mes pieds. J’ai encore quelques heures avant d’aller au travail, encore quelques heures de calme avant de rejoindre le cœur de la cité et de m’immerger dans le monde de la nuit.

Quittant la plage, je prends la direction du McTavish. Mon estomac gronde, j’ai envie d’une bonne bière et d’un Fish&Chips. Ce pub est une véritable pépite, la bouffe est sacrément bonne et l’ambiance est festive sans pour autant être lourde. J’apprécie le calme des lieux favorisé par le cadre idyllique du bord d’océan. Je pousse la porte, entre dans la pièce chaleureuse, à l’atmosphère chargée et, tout en gardant mon éternel air renfrogné, je me fraie un chemin vers une table pour deux, légèrement à l’écart et au plus proche des fenêtres pour continuer à rêvasser. J’ébouriffe mes cheveux en m’installant, et mon regard inexpressif balaie la salle un instant. Observer les autres est un réflexe quand on est seul, je ne fais pas exception.

Mon regard se porte alors vers un groupe de mecs qui rient et plaisantent et je fronce les sourcils alors que l’un d’entre eux me semble familier. Cette impression curieuse m’oblige à le dévisager et rapidement, les souvenirs d’un temps révolu me reviennent et frappent mon égo. Une porte du passé s’ouvre brusquement et un vent de panique souffle vers moi. Alfie. Le mec a disparu brutalement du jour au lendemain sans donner de nouvelles. A l’époque, je l’ai mal vécu, même si notre aventure n’avait absolument rien de sérieux. Je me suis retrouvé seul, sans comprendre pourquoi j’avais perdu mon ami en plus d’un amant désirable. Si j’aurai pu comprendre qu’il mette fin à nos relations intimes, je n’ai jamais compris cet abandon amical. Je ne garde pas moins qu’une amère déception de cette conclusion hâtive et brouillon. La rancœur noircit mon cœur.

Je me mets à le fixer durement, alors qu’il s’amuse avec ses amis. Il a l’air joyeux, c’est étrange. Et je ne sais pas pourquoi mais ça m’énerve. Quand je l’ai connu, il n’était pas aussi souriant. C’était un borderline au comportement autodestructeur, et nos vies se sont liées à une époque relativement sombre, où lui comme moi cherchions nos limites.

J’ai eu beau me questionner sur les raisons de sa fuite, je n’ai jamais obtenu de réponses. Tout cela me semble flou aujourd’hui. Peut-être suffoquait-il lui aussi. Il semble avoir trouvé la paix en tout cas. Tant mieux pour lui.  Je l’envie. Son regard croise le mien, je hausse un sourcil et lui fait un signe de la main. Il ne semble pas me reconnaître. Pourtant on se connait bien toi et moi. Très bien, même. Je commande une bière et décide, dans ma grande bonté, de lui en offrir une aussi, en souvenir du bon vieux temps. Et parce que ça me fait marrer de le voir galérer à se souvenir de moi tiens. C’est blessant d’avoir été si facilement oublié. Peut-être que c’est moi qui vit trop dans le passé aussi… Fichu passé…  



Made by Neon Demon


The past blows - Alfie & Harvey 0*VPvPwtlACDI2nawF
♫ We're not who we used to be
We're not who we used to be
We're just two ghosts standing in the place of you and me
Trying to remember how it feels to have a heartbeat ♪
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, une tortue, deux rats et un joseph sauvage sur le canapé
The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_orpg9nByok1vc2uh5o4_400
POSTS : 639 POINTS : 5135

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie #1 & arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › kane › ginny
RPs TERMINÉS : tad #1

nadia (ab)
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : avengedinchains (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: Re: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey EmptyVen 12 Avr - 23:29




HARVEY & ALFIE ⊹⊹⊹ I'll be good, I'll be good And I'll love the world, like I should, Yeah, I'll be good, I'll be good For all of the time That I never could.

Cet après-midi, Alfie bénéficie d’un vide dans son emploi du temps qu’il n’a pas besoin de chercher à combler par lui-même afin de trouver une énième justification à son retard tardif auprès d’une Jules qui commence à percevoir des absences qu’il considère encore occasionnelles. Si ces derniers jours il a usé et abusé de l’excuse curiocity – bien qu’il se soit réellement rendu aux quatre coins de la ville pour prendre part au festival et admirer les diverses installations que l’on trouve par ci, par là de Brisbane – aujourd’hui il n’a pas à quémander l’aide de ses neurones pour trouver une activité qui saurait l’éloigner de son appartement. En effet, avec certains de ses collègues de la faculté des sciences sociales, il a été décidé en début de semaine que cet après-midi ils rejoindraient la banlieue côtière afin de s’adonner à leur passion commune : le surf. Loin d’avoir le même niveau que certains de ses amis, Alfie n’a pas refusé pour autant l’invitation ; tout instant passé à l’extérieur, au grand air, est salvateur pour le trentenaire, tout comme le fait de s’adonner à n’importe quelle activité sportive qui lui permet d’essayer de se vider l’esprit et de tenter d’appréhender toutes ces pensées parasitaires qui, à défaut de pouvoir les éliminer, il essaie de contenir au mieux afin de limiter leur influence sur son quotidien. C’est la raison pour laquelle il n’est pas surprenant de le voir faire bande à part sur les vagues, lui qui d’ordinaire se mêle aux autres avec une facilité déconcertante, avec une certaine nécessité, aussi. Personne ne se vexe d’un tel comportement, probablement parce que cette configuration arrange tout le monde ; ceux qui prennent la session au sérieux restent entre presque professionnels, ceux qui préfèrent barboter sur leurs planches trouvent un compagnon pour échanger quelques ragots sur les collègues des autres facultés, ceux qui ont en marre et veulent s’échouer sur la plage pour commenter les chutes peuvent se le permettre, et si Alfie choisit d’affronter l’océan seul, personne ne se plaint, parce qu’ils sont tous occupés à autre chose pour le laisser se préoccuper uniquement de tout ce qui accapare son esprit.

Les heures défilent, l’accalmie mentale se dessine, mais les estomacs commencent à gronder. Un signe de la main des deux échoués sur la plage permet au groupe défiant les vagues de revenir sur la terre ferme, et sans réelle discussion au préalable ils s’accordent à rejoindre le McTavish pour terminer la journée d’une manière plus propice à la discussion. Un rapide passage par les cabines privées de la plage pour se doucher et se changer, puis quelques minutes de voiture plus tard, le groupe arrive sur les lieux des festivités. Si d’ordinaire Alfie est des rares personnes préférant une salade composée à un fish and chips, et qu’il tournera au jus de fruits plutôt qu’à la bière, ce n’est pas pour autant qu’il est réfractaire à cette soirée ; bien au  contraire, parce que cela ne fait que légitimer son absence auprès de Joseph et Jules. Il devrait probablement s’inquiéter de les laisser seuls, mais le trentenaire ne se soucie guère de ce détail dans l’immédiat, bien trop concentré sur l’histoire que Gerhard raconte au groupe – ou plutôt, essayant de se concentrer sur celle-ci. Pour autant, c’est un rire sincère qui s’échappe de ses lèvres au moment de la chute, qui en précède d’autres à mesure que les gorgées de bière s’enchaînent et que les esprits se détendent. S’il sait pertinemment que ce groupe d’amis est toujours synonyme de soirée réussie, celle-ci est d’autant plus agréable qu’il en avait foutrement besoin. Et comme à chaque fois que le jeune homme semble passer un bon moment, un nuage rôde, gronde, et est prêt à s’abattre sur lui, lorsqu’il croise un regard. Son regard. Il n’est pas même sûr de le reconnaître, ses traits ont vieilli, son corps s’est endurci, ses cheveux ont poussé. Mais ce regard, c’est le même qu’il y a une quinzaine d’années, il pourrait le reconnaître entre mille, mais il n’est pas sûr de le vouloir. Il n’est même pas sûr d’avoir raison, alors il persiste à penser qu’il se trompe. Que ce n’est pas lui. Il ne répond pas à son signe de la main, tout juste esquisse-t-il un sourire pincé, et ses yeux se plissent, comme pour lui certifier qu’il ignore son identité, et qu’il y a erreur sur l’individu. Parce qu’il ne peut s’agir que de ça. Mais lorsqu’une bière lui est offerte, provoquant quelques commentaires de ses amis, à base de « tu as une touche » sans savoir qu’ils sont dans le vrai, Alfie ne rétorque qu’un « c’est un vieil ami perdu de vue, je crois » qui ne lui permet pas pour autant de passer à un autre sujet, et qui le convainc de finalement quitter sa chaise pour s’approcher de l’homme prostré dans son coin, mettant ainsi un terme aux remarques graveleuses qui sont marrantes approximativement un quart de seconde. Alfie dépose la bière qu’il a embarquée avec lui sur la table, esquissant un sourire gêné. Il ne sait toujours pas comment appréhender la situation, ni même s’il veut réellement qu’elle le soit. « Je ne vais pas la boire, alors autant qu’elle ne soit pas perdue. » Bien que n’importe lequel de ses amis se serait fait un plaisir de s’occuper de cette pauvre bière délaissée. Un silence pesant s’installe, quelques instants durant lesquels Alfie songe au comportement qu’il pourrait, qu’il devrait, adopter dans cette situation. Continuer à se complaire dans l’ignorance lui semble être la meilleure option ; c’est aussi la plus irrespectueuse. Si les rôles étaient inversés, il n’apprécierait probablement pas ce type de comportement, d’autant plus après un échange de regards qui ne laisse aucun doute quant aux souvenirs qui remontent inévitablement à la surface. Mais amorcer des retrouvailles lui paraît également être une option peu envisageable – il n’est pas sûr de le vouloir. « Toujours aussi taciturne. » Qu’il finit par laisser échapper, écarquillant presque les yeux face à ces mots qu’il n’est pas parvenu à retenir, qui ne trompe pas quant à l’identité de celui face à lui. Harvey.



The past blows - Alfie & Harvey XLymaLC
The past blows - Alfie & Harvey QqLqwzn
The past blows - Alfie & Harvey 335306globetrotter
The past blows - Alfie & Harvey IcdDGTz
The past blows - Alfie & Harvey 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Harvey Hartwell
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33
SURNOM : H
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4
The past blows - Alfie & Harvey 480d90b859539ea26c7ee45ff4da31e2
POSTS : 92 POINTS : 950

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : ♦ Harvey vient tout juste de revenir à Brisbane, il est parti à 23 ans pour faire ses études en Irlande ♦ Son visa d'études lui a été retiré à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement et n'entretient que des relations légères avec les autres ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume beaucoup TROP ♦ Il boit aussi pas mal et a tendance à se réfugier dans l'alcool pour éloigner ses problèmes ♦ Il fait de la moto ♦
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : • Les retrouvailles des frères Hartwell - Lonnie & H
• Someone’s watching - Tad & H
• The past blows - Alfie & H
• Une agréable rencontre - Sid & H
• Teenagers are treated like children - Juliana & H
• Fallen Angel - Primrose & H
PSEUDO : Harvey Hartwell
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : LipsLikeAMorphine
DC : non
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: Re: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey EmptySam 13 Avr - 20:04


the past blows
Alfie & Harvey



Contre toute attente, Alfie se lève avec la bière que je viens de lui offrir et je sens mes poils se hérisser sur mes avant-bras. Je redoute ces retrouvailles, j’appréhende maintenant que je réalise qu’elles sont sur le point de se produire et je ne suis pas sûr de leur issue. Je n’ai pas vraiment réfléchi en lui offrant cette bière ; je crois que c’est mon principal défaut, agir sans réfléchir, et ce n’est pas la première fois que je me fous dans la merde ainsi. Je pense que je voulais simplement le taquiner, parce qu’il semblait bien, heureux, au milieu de sa bande de potes qui ne cesse de rire. Une ombre au tableau, voilà ce que je suis.

- Je ne vais pas la boire alors autant qu’elle ne soit pas perdue.

J’observe la pinte qui glisse sur le bois usé verni de la table et fronce légèrement les sourcils. Que signifie ce refus ? Je peux m’imaginer tellement de choses différentes ! Qu’il n’a pas envie de renouer de n’importe quelle façon avec moi me semble la plus probable de mes options. Je grimace, gêné de me retrouver dans une situation que j’ai moi-même provoqué mais qui me met terriblement mal à l’aise. Pourquoi t’es parti Alfie ? Étais-je à ce point détestable pour que tu tires un trait aussi brutalement ? Et pourquoi te revoir me fait autant de mal alors que je pensais avoir tourné la page depuis longtemps.

Mon retour dans cette ville me ramène plus de dix ans en arrière et je déteste cette impression d’inachevé et de stagnation. Qu’aie-je accompli en dix ans ? Même pas fichu d’obtenir ma thèse et ce boulot en or proposé par une grosse société européenne. Je suis un raté, et c’est pour cela qu’Alfie me rejette. Le pire dans tout ça, c’est que je le comprends. J’aurai très certainement fait pareil. Ça me laisse un goût amer, ça me blesse, mais je ne peux pas lui en vouloir de se détourner de moi maintenant.

- Toujours aussi taciturne.

Cette remarque, malgré tout, me fait sourire. Je sors mon paquet de clope, en retourne une pour la tasser d’un geste machinal sur la table.

- Je me souviens d’un temps où ça ne te posait pas de problème, Alfie. Et tu l’étais sûrement tout autant que moi.

Je souris, aux souvenirs. Ceux qui me hantent mais qui me maintiennent aussi en vie. Je suis coincé dans le passé. Et j’ai beau avoir trente ans, je ne pense pas avoir beaucoup avancé dans ma vie. Je pointe du doigt la pinte et insiste

- T’es sûr que tu n’en veux pas ?

Le Alfie que je connais ne refuse jamais un verre, encore moins s’il est payé par un autre ! Mais le Alfie que j’ai en face de moi semble tellement différent. Étrangement, face à lui, l’animosité me quitte et la rancœur laisse place à une compréhension passive, empreinte de renoncement et de regrets. C’est forcément moi qui ait merdé, comme toujours. Pourquoi en vouloir aux autres alors que je suis le seul responsable de ma vie merdique ? Moi et mon salaud de père à qui je ressemble de plus en plus…


Made by Neon Demon


The past blows - Alfie & Harvey 0*VPvPwtlACDI2nawF
♫ We're not who we used to be
We're not who we used to be
We're just two ghosts standing in the place of you and me
Trying to remember how it feels to have a heartbeat ♪
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, une tortue, deux rats et un joseph sauvage sur le canapé
The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_orpg9nByok1vc2uh5o4_400
POSTS : 639 POINTS : 5135

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

The past blows - Alfie & Harvey Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie #1 & arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › kane › ginny
RPs TERMINÉS : tad #1

nadia (ab)
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : avengedinchains (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: Re: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey EmptyDim 14 Avr - 23:06


Dans d’autres circonstances, la situation lui aurait dessiné un sourire amusé qui aurait très vite laissé place à un rire franc comme tous ceux qu’il esquisse lorsque la situation le dépasse, et que son seul mécanisme de défense consiste à ne pas appréhender celle-ci avec le sérieux nécessaire. C’est ainsi qu’Alfie a toujours réagi (ce n’est pas vrai, il veut seulement s’en persuader, Harvey peut témoigner de cette vérité qu’il repousse jusqu’à espérer naïvement l’oublier : il n’a pas été toujours été ainsi) : par les rires, les sourires, les vannes, plutôt que d’admettre que derrière toutes ces paroles incongrues qui franchissent parfois ses lèvres, il y a des émotions ; il y a celles qu’on juge anodines de prime abord, dont on ne s’inquiète pas, mais dont les dégâts sur le long terme ont des effets dévastateurs – c’est très exactement ce qu’il s’apprête à découvrir – et il y a les autres, celles qui sont beaucoup trop fortes pour être endurées, qui compriment l’âme et le cœur jusqu’à menacer l’équilibre de tout un système qui a mis des années à s’organiser correctement – ou du moins, qui, bien que bancal, s’avère fonctionnel. Et il ne peut pas laisser Harvey menacer cet équilibre qu’il a mis tant d’énergie à trouver, et auquel il persévère à s’accrocher même s’il lui glisse entre les doigts, tels des grains de sable qui s’écoulent doucement, dont la différence est imperceptible à vue d’œil, mais dont l’impact n’en demeure pas moins important. Alfie a pris à cœur de s’éloigner de tous ceux susceptibles de menacer cette deuxième chance qu’il s’est offerte lui-même ; il n’a pas jugé nécessaire de s’expliquer, de se justifier, parce que si une dernière fois il devait faire preuve de cet égoïsme qui l’a longtemps caractérisé, c’était justement dans l’espoir de s’en sortir. Il ne peut pas laisser Harvey souffler sur ce château de cartes, trop fragile, prêt à s’effondre à tout moment, mais Alfie est joueur ; et c’est ce gamin qui passe à côté de l’œuvre avec un regard de défi, de ceux qui disent « j’ai le contrôle de la situation autant que toi, alors jouons ». Il peut choisir de souffler, se sentir maître de cet effondrement, ou simplement regarder celui-ci se dérouler avec une passivité qui ne lui ressemble pas. C’est la première option qui gagne la lutte contre sa raison tandis qu’il réduit la distance qui sépare leurs deux êtres – et cette proximité le met soudainement mal à l’aise alors qu’elle était si plaisante il y a quelques années. La pinte rendue à son propriétaire, Alfie se mure dans le silence, un silence qui le caractérisait à l’époque, mais qui est désormais inhabituel, source d’inquiétudes quant à ce qui se passe dans sa tête. Quant à tous ces souvenirs qui l’assaillent, toutes ces choses qu’il préférerait oublier, y espère toujours y parvenir, et qui, pourtant, sont personnifiées dès lors que ses yeux glissent sur le visage de Harvey. Il ne le dira pas, mais au fond de lui, il est… il ne trouve pas les mots. Il ne dirait pas heureux ; se confronter aux fantômes de son passé est toujours synonyme de douleur pour l’anthropologue. Mais il est appréciable d’avoir la confirmation que celui-ci est bel et bien vivant, et ne croupit pas au fond d’un ravin comme le laissait présager leurs comportements respectifs d’adolescents en guerre contre la société et en perpétuelle recherche de limites, qui n’étaient satisfaites que par une attitude autodestructrice.

L’attitude d'Harvey, elle, ne semble guère avoir évolué depuis la dernière fois que leurs chemins se sont croisés. Il continue de privilégier les actes aux paroles, et cette bière offerte en dit plus long qu’il n’est disposé à le faire. Harvey a toujours été ainsi, comme si les mots qui franchissaient ses lèvres grillaient un peu plus ses réserves d’oxygène et qu’il se devait de les préserver. Alfie ne juge pas. Il était pareil, et ne se montrait d’ailleurs pas aussi calme. C’est ses poings qui parlaient souvent pour lui, gratuitement, au hasard, sans autre raison invoquée que celle de se sentir maître d’une situation, pour une seule fois dans sa vie. « Qu'est-ce que je peux te dire, les temps changent. » Qu’il souffle, alors qu’il finit par se glisser sur la chaise en face de lui. « Et je n’ai pas dit que ça me posait problème. » Qu’il ajoute en relevant les yeux. Ce n’était pas un reproche, mais un simple constat. Et si d’ordinaire Alfie aime brouiller ses repères, n’apprécie jamais d’en avoir des fixes qui l’enlisent dans la routine, il s’agit-là d’un de ceux qu’il aurait préféré ne jamais retrouver. Harvey réitère son invitation, et les sourcils d’Alfie se froncent. Est-ce une question sincère ? Une provocation dissimulée ? Il se raisonne lorsqu’il songe au contexte de la situation, son ami ignore qu’Alfie se tient éloigné de toutes ces substances susceptibles de lui faire perdre le contrôle de lui-même – parce qu’il parvient déjà difficilement à le maintenir en étant en pleine possession de toutes ses capacités. Mais il ne peut s’empêcher de voir cela comme une incitation malsaine et ses yeux mettent une éternité à cesser d’observer cette bière pour replonger dans le regard d'Harvey. « Sûr et certain, merci. » Qu’il finit par articuler, tandis qu’il interpelle le serveur une fraction de seconde pour commander une eau plate. Un instant, il envisage de préciser qu’il « ne tourne plus à ça », mais la crainte que son ton soit perçu comme jugeant – alors qu’il ne l’aurait pas été – le retient. La vérité, c’est qu’il ne sait plus comment se comporter avec Harvey, et que tous ces échanges qui étaient si naturels de l’époque où ils se fréquentaient en deviennent aujourd’hui forcés. « Je… ça parait déplacé de te demander ce que tu deviens, pas vrai ? C’est un trait qu’il ne peut pas renier, il a toujours été franc, toujours eu tendance à dire ce qu’il lui passe par la tête sans se soucier des réactions que cela peut engendrer. Dans le doute, je vais me contenter de souligner que t’as pas l’air d’avoir beaucoup changé. » Il poursuit, avec un fin sourire, alors qu’en réalité il n’en sait rien. Il devrait partir, retourner près de sa bande de potes qui est déjà passée à autre chose. Il devrait fuir, comme il a l’habitude de le faire. Il devrait et pourtant c’est comme si son corps ne lui obéissait plus et que chaque tentative d’esquisser un mouvement se solde misérablement par un échec.



The past blows - Alfie & Harvey XLymaLC
The past blows - Alfie & Harvey QqLqwzn
The past blows - Alfie & Harvey 335306globetrotter
The past blows - Alfie & Harvey IcdDGTz
The past blows - Alfie & Harvey 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Harvey Hartwell
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33
SURNOM : H
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4
The past blows - Alfie & Harvey 480d90b859539ea26c7ee45ff4da31e2
POSTS : 92 POINTS : 950

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : ♦ Harvey vient tout juste de revenir à Brisbane, il est parti à 23 ans pour faire ses études en Irlande ♦ Son visa d'études lui a été retiré à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement et n'entretient que des relations légères avec les autres ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume beaucoup TROP ♦ Il boit aussi pas mal et a tendance à se réfugier dans l'alcool pour éloigner ses problèmes ♦ Il fait de la moto ♦
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : • Les retrouvailles des frères Hartwell - Lonnie & H
• Someone’s watching - Tad & H
• The past blows - Alfie & H
• Une agréable rencontre - Sid & H
• Teenagers are treated like children - Juliana & H
• Fallen Angel - Primrose & H
PSEUDO : Harvey Hartwell
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : LipsLikeAMorphine
DC : non
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: Re: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey EmptyLun 15 Avr - 11:03


the past blows
Alfie & Harvey



Quelle étrange sensation que celle qui m’accapare alors que mon regard glisse sur la silhouette d’Alfie et que mes souvenirs se confrontent au présent ! Je ne sais pas comment la définir. C’est perturbant : ni déplaisant, ni agréable. Il y a une sorte de flottement entre nous, deux anciens proches qui se dévisagent et essaient de deviner ce qu’il s’est passé dans la vie de l’autre au cours de la dernière décennie. Autant dire que je n’en ai aucune idée ! Lui comme moi n’étions pas partis pour faire long feu. De véritables têtes brûlées qui repoussaient constamment leurs limites, bravant les interdits avec un flegme déconcertant et souvent agaçant, deux âmes en errance, un peu perdues. Lui, élevé dans un cadre trop strict qui avait fini par le rendre fou ; moi, battu toute mon enfance et dont la mère séjournait en taule pour homicide volontaire. Notre rencontre avait été des plus explosives et notre premier contact musclé, j’en souris encore lorsque j’y pense car cela avait été une sacrée bagarre ! Et puis, il y avait eu cette attirance indéniable, puissante et vivifiante dans ce quotidien déprimant. Notre histoire avait été à l’image de nos caractères tempétueux et impulsifs : fusionnelle, violente, extrême. Nous nous crachions continuellement à la gueule pour nous sauter dessus juste après. Relation toxique. A l’époque, cela nous allait parfaitement, et notre histoire était même rassurante pour moi. Une sorte de stabilité au milieu d’un quotidien branlant et d’un avenir incertain. Alfie était un repère qui a disparu brutalement, laissant un vide que je n’ai jamais cherché à combler autrement.

Il finit par s’assoir en face de moi et j’arque un simple sourcil, étonné de le voir s’attarder auprès de moi. Aurait-il des remords ? Une envie de renouer avec le passé alors que ses potes sont là et représentent sa vie d’aujourd’hui ? Je jette d’ailleurs un regard vers la table de ses amis qui nous ignorent royalement et poursuivent leurs discussions animées. Ma main passe dans mon début de barbe et je souris, nostalgique, à sa réponse. Les temps ne changent pas pour tout le monde, je traîne toujours la même histoire sordide que j’ai essayé d’oublier sur un autre continent, sans succès. La violence de mon père s’est inscrite en moi et m’empêche d’avancer et de sortir de ce cercle infernal de destruction. Mes pensées me torturent, j’en reviens toujours au même point. Lonnie. Je ne dois penser qu’à lui, la seule lueur d’espoir de ma vie, celle que j’ai abandonné il y a dix ans.

A nouveau, Alfie refuse ma bière. Je fais une petite moue mais n’insiste pas plus – après tout ça en fera plus pour moi ! Par contre, je fronce carrément les sourcils en le voyant commander de l’eau plate. Serait-il du genre abstinent ? Cela expliquerait le refus de boire la bière. Je me sens un peu con du coup d’avoir insisté, mais je garde le silence et donc mes réflexions pour moi. Je l’observe juste différemment et commence à me demander sérieusement ce qui lui est arrivé. Il a vieilli, mais il s’est embelli avec l’âge je trouve. Les petites rides autour de ses yeux lui donnent un air sérieux qui lui va tellement bien ! Que fait-il aujourd’hui ? Je ne sais pas pourquoi mais je l’imagine dans un boulot du genre associatif, il a un petit côté altruiste qui ressort sur les traits de son visage. Son regard est doux, bien que j’y reconnaisse les blessures du passé.

- Je… ça parait déplacé de te demander ce que tu deviens, pas vrai ? Dans le doute, je vais me contenter de souligner que t’as pas l’air d’avoir beaucoup changé.

Serait-ce mes phalanges rougies qui m’auraient trahi ? Je souris, bêtement et baisse la tête. D’un geste mécanique, je fais tourner ma chevalière autour de mon annulaire. Si tu savais à quel point je n’ai pas changé Alfie ! Tu aurais pitié de moi tiens.  

- Je me suis tiré de Brisbane, je viens juste de revenir. C’est assez drôle que je tombe sur toi d’ailleurs alors que t’es très certainement l’une des raisons pour lesquelles je me suis tiré. Mais c’est cool. Fin j’veux dire, il y a prescription, ça fait plus de dix ans. Et… hmm… ça me fait plaisir de te revoir.

Mes joues chauffent légèrement alors que, encore une fois, ma langue m’a trahi. L’atmosphère est pesante, j’évite son regard et décide d’orienter la conversation vers lui en tentant de l’humour – bien que ce ne soit pas vraiment mon fort, faut l’avouer.

- Toi par contre, t’as l’air d’avoir changé. Tu ne frappes plus tout ce qui bouge, c’est une belle évolution !


Made by Neon Demon


The past blows - Alfie & Harvey 0*VPvPwtlACDI2nawF
♫ We're not who we used to be
We're not who we used to be
We're just two ghosts standing in the place of you and me
Trying to remember how it feels to have a heartbeat ♪
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

The past blows - Alfie & Harvey Empty
MessageSujet: Re: The past blows - Alfie & Harvey   The past blows - Alfie & Harvey Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

The past blows - Alfie & Harvey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: pub mctavish
-