AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 mr. brightside (jalfie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-six ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné.
SURNOM : "joe", simple mais efficace.
STATUT : célibataire, c'est ce qui lui convient le mieux pour le moment.
MÉTIER : acteur (raté), vous l'avez peut-être reconnu dans un (mauvais) porno
LOGEMENT : il squatte le canapé de sa sœur à Logan city
mr. brightside (jalfie) Tumblr_p2j399hRJA1rzc0hlo4_500
POSTS : 166 POINTS : 195

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE :
andy#2 - prim #2 - alfie

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : (c) anesidora
DC : lonnie
INSCRIT LE : 06/06/2018

mr. brightside (jalfie) Empty
MessageSujet: mr. brightside (jalfie)   mr. brightside (jalfie) EmptyJeu 11 Avr - 21:11


mr brightside
Another head aches, another heart breaks, I am so much older than I can take, And my affection, well it comes and goes, I need direction to perfection.
 
▼▲▼

Quand elle ouvre la porte Emma doit s’attendre à tout, du cheval dans le salon jusqu’à la troupe de cirque fumant le calumet de la paix en tailleur dans sa cuisine, tout sauf Joey qui s’épile les jambes avec son rasoir. Levant les yeux vers sa sœur (il pensait être seul dans l’appartement pendant au moins une bonne heure encore) le blond affiche son sourire le plus hypocrite, faisant exprès d’accentuer ses gestes pour énerver un peu plus son aînée qui se trouve maintenant à deux doigts de lui envoyer son sac à main dans la gueule. « Tu me dégoutes ». Soufflant sur les lames pour faire disparaître les poils Joey fait rouler ses yeux dans leurs orbites avant de saisir du rasoir pour le faire glisser sous aisselles. « Attend de voir ce que je m’épile après ». Taquin, joueur, un peu immature aussi, le Lawson ne trouve comme réponse que la porte de la chambre qui claque dans un bruit sourd, couvrant à peine les insultes qu’elle déverse sur lui sans même prendre le temps de respirer. Round un : Joey. Mais le blond savait pertinemment que sa sœur n’avait pas dit son dernier mot, et qu’elle trouvera – tôt ou tard – un moyen de le faire craquer, comme cette fois où elle avait changé les serrures pour être sûre qu’il ne trouve qu’une porte close, mais un appel à ses parents et une engueulade plus tard Emma avait dû se résoudre à lui donner un double clé, sous peine de se voir retirer l’amour de papa et maman. Faisant glisser une cigarette dans sa bouche et son téléphone dans ses mains Joey avait balayé du pouce la grande liste de contact (la plupart inutile) de son répertoire avant de s’arrêter sur le numéro d’Aflie, son héros, son modèle. Alfie était le seul mec capable de raisonner un peu Emma, mais aussi le seul qui lui avait brisé le cœur des années plus tôt en la quittant pour un  homme. La Lawson n’avait pas supporté cet affront, préférant rejeter la faute sur Alfie alors que c’était clairement elle le boulet dans cette relation, et Joey avait pris le parti du Maslow plutôt que celui de sa sœur, parce que ça le faisait rire de savoir qu’il avait réussi à foutre le bordel dans la vie si bien organisée de Mme Parfaite. « SOS… la mal baisée va trouver un moyen de m’étrangler dans mon sommeil… need help ! + Un mec a fait des trucs chelous avec des plumes qui dansent quand tu passes devant, wanna see ? » A peine le message envoyé Joey avait enfoncé ses jambes nues dans un pantalon (et la sensation de douceur n’avait pas de prix) avant d’attraper une poignée de dollars caché derrière les tuyaux de la salle bain, réserve personnelle de sa sœur qui pensait son frère trop con pour démonter un bout de plastique (bon, il avait galéré la première fois, certes). « Je sors, c’est le moment d’en profiter pour jouer avec ton canard en plastique » Il aurait voulu rajouter ‘frustrée’ à la fin de sa phrase mais ça aurait sans doute mis la jeune femme encore plus en colère, si possible vu que la seule réponse qu’elle offrit à Joey fut un ‘connard’ crié haut et fort.

Enfonçant profondément ses mains dans les poches pour contre la brise automnale qui allait lui donner des plaques rouges, Joey pris la direction de Streets Beach où l’exhibition avait lieu. Sur son chemin il roula un joint aux odeurs familières, bien qu’un peu fortes, sous le regard médusé d’un papy accompagné de sa petite fille. Le monde afflue déjà vers l’attraction positionnée en bord de mer, un assemblage de carton donne l’impression d’un labyrinthe alors que des machines soufflent des plumes dès qu’une personne se présente, créant un tourbillon coloré emprunt des passages à travers les cartons, donnant l’impression d’une course poursuite.  Levant les yeux vers la foule il ne faut pas plus de quatre secondes pour que Joey reconnaisse le visage d’Alfie parmi tous les autres (parce qu’il était plus beau que la moyenne), se dirigeant d’un pas décidé vers son ami le Lawson ne peut s’empêcher d’asphyxier une jeune femme au passage, lui crachant sa fumée au visage. « T’es sur que tu veux pas la baiser ? » Cash, sans même prendre le temps de dire bonjour, Joey faisait déjà passé ses intérêts avant ceux d’Alfie. « Juste une fois, en souvenir du bon vieux temps. Je m’occupe de ta copine si tu veux. » Il n’y avait pas de doutes à avoir, le brun n’accepterai jamais de laisser sa copine une seconde avec Joey, même pour tout l’or du monde.  
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.



Dernière édition par Joey Lawson le Mer 17 Avr - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, une tortue, deux rats et un joseph sauvage sur le canapé
mr. brightside (jalfie) Tumblr_orpg9nByok1vc2uh5o4_400
POSTS : 735 POINTS : 7615

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : mr. brightside (jalfie) Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

mr. brightside (jalfie) Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie #1 & arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › kane › ginny
RPs TERMINÉS : tad #1

nadia (ab)
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : tearsflight (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

mr. brightside (jalfie) Empty
MessageSujet: Re: mr. brightside (jalfie)   mr. brightside (jalfie) EmptyDim 14 Avr - 1:18



JOEY & ALFIE ⊹⊹⊹ Ain't no chariots of fire Come to take me home, I'm lost in the woods And I wander alone. Hellfire, hellfire Take my soul, I'm waiting, waiting, I'm ready to go.

Il en est le premier surpris, mais à cet instant précis, quelques secondes après avoir reçu le message de Lawson junior, Alfie voue un presque culte à Leonardo Grimes, au point d’envisager sérieusement d’allumer un cierge en son honneur. Le meilleur ami de Jules avec lequel le courant ne passe pas autant que la jeune femme le souhaite mais avec lequel les relations sont malgré tout un minimum cordiales, lui a, sans le savoir, ôté une épine du pied en proposant à Jules une soirée entre amis qui permet à Alfie de ne pas se confondre en excuses pour justifier son absence durant une bonne partie de la soirée. Des excuses qui auraient forcément été très crédibles aux yeux de la jeune femme, à coup de « la fac a appelé, y’a une réunion d’urgence pour savoir si on instaure le mercredi croque-monsieur à la cafet’ » ou autres « je reviens, j’ai pas compté le nombre de signalisations lumineuses entre l’université et notre appartement et je pourrai pas dormir tant que je le sais pas ». Pas qu’en temps normal Alfie soit obligé de rendre des comptes à sa petite amie sur ses déplacements – après trois ans de relation, l’un et l’autre peuvent se faire suffisamment confiance pour ne pas mettre en doute la parole de l’autre – seulement, l’anthropologue tend à accepter tout et n’importe quelle proposition de sortir qui lui permet d’éviter leur appartement. Pour autant, les réflexions déguisées de sa petite amie au cours de leur soirée d’anniversaire ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd, et Alfie essaie d’être plus présent depuis quelques jours – sans savoir que ses efforts ne seront que temporaires. Pour ce soir, donc, il peut répondre favorablement à la demande de Joey de se retrouver près de la plage artificielle du quartier naturel, dans le cadre d’une des installations de curiocity – ce qui ne manque pas de réjouir Alfie. Quelques jours plus tôt, il s’est déjà rendu avec Tad à l’une des expositions temporaires créée dans le cadre de ce festival, et Alfie avait réellement apprécié la soirée. Remettre ça ce soir n’est donc absolument pas déplaisant, même si la manière dont Joey lui a vendu la chose le rend bien plus sceptique sur cette performance que sur la précédente. Mais Joey a misé juste en s’adressant à lui, car c’est très exactement ce dont Alfie a besoin en ce moment, et en ce sens il n’est pas étonnant qu’il ait un tel attrait pour curiocity ; c’est hors du commun, ça change fortement de tout ce qu’on peut voir, et, forcément, ça le fait sortir de sa routine. Nul doute qu’il regrettera profondément le festival une fois que celui-ci sera terminé et que les installations aux quatre coins de la ville seront démantelées, et qu’il lui faudra à nouveau se creuser les méninges pour parvenir à trouver des activités qui parviennent à l’aider à trouver un intérêt à cette ville.  

Dans l’immédiat, c’est le pas pressé qu’il traverse le quartier sud, jusqu’à parvenir à Streets Beach, et activer son radar à moustache de prépubère pour reconnaître la silhouette de Joey parmi la foule qui commence à se densifier. On pourrait se surprendre qu’Alfie reste proche du petit frère d’une femme à qui il a brisé le cœur – même si la réciproque peut également s’appliquer –, mais quand on y pense il n’est pas étonnant que les deux hommes s’entendent si bien de par leurs caractères respectifs qui se veulent compatibles. Alfie n’a que très rarement trouvé des personnes prêtes à le suivre dans ses délires, à s’en accommoder et mieux, à s’y intégrer, ainsi si sa relation avec Emma s’est terminée dans les cris et les insultes, Alfie a tout de même conservé un souvenir de celle-ci en la personne d’un Joey qui, s’ils avaient été un couple marié en pleine procédure de divorce, il aurait embarqué sous le bras comme ce chien foutrement ennuyant mais auquel on s’est suffisamment attaché pour demander la garde. Finalement, son radar ne s’éveille que lorsque c’est Joey le premier qui l’interpelle dans la foule, d’une discrétion qui lui est propre, avec une délicatesse à en étouffer des grands-mères. « C’est pas de vous qu’il parle, mademoiselle. » Qu’il précise dans un premier temps face au visage outré de la jeune femme non loin d’eux, tandis qu’Alfie jette un coup d’œil à ce calmant dans la main de Joey duquel il essaie de faire abstraction des odeurs. « T’es au courant que mon métier c’est pas escort-boy ? » Qu’Alfie rétorque finalement, avec un sourire amusé sur les lèvres. « Et toi qui a pas de boulot en ce moment, en voilà un excellent scénario, te la jouer mac pour ta sœur, je suis sûr que c’est un truc qui finit en page d’accueil sur tout bon site porno qui se respecte. » Il songe avant de laisser échapper un rire amusé.« Bien-sûr, puis après un fera un debrief' de nos performances respectives autour d'un jus de goyave, c'est ma tournée. » Et même qu'ils s'auto-évalueront à l'aide de panneaux en plastique annoté d'un dix sur dix – car on sait comment fonctionne la fierté masculine. « Toujours la main sur le cœur Lawson, je suis admiratif, mais je vais être obligé de décliner ta proposition. » Car elle a évidemment été considérée, bien-sûr qu’il envisage de partager Jules. Et puis quoi encore. « Qu’est-ce que t’as encore fait ? » Qu’il demande pendant qu’ils font la queue pour rejoindre l’installation, peu désireux de bourriner comme tant d’autres le font pour gagner une maigre place dans la file, et curieux de savoir ce que Joey a encore bien pu faire pour mettre Emma dans tous ses états – et estimer la nouvelle espérance de vie de la jeune femme, qui en perd à chaque coup foireux de son frère, ce qui en soit, tend à laisser penser qu’elle devrait déjà être morte à l’heure actuelle.



mr. brightside (jalfie) XLymaLC
mr. brightside (jalfie) QqLqwzn
mr. brightside (jalfie) 335306globetrotter
mr. brightside (jalfie) IcdDGTz
mr. brightside (jalfie) 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-six ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné.
SURNOM : "joe", simple mais efficace.
STATUT : célibataire, c'est ce qui lui convient le mieux pour le moment.
MÉTIER : acteur (raté), vous l'avez peut-être reconnu dans un (mauvais) porno
LOGEMENT : il squatte le canapé de sa sœur à Logan city
mr. brightside (jalfie) Tumblr_p2j399hRJA1rzc0hlo4_500
POSTS : 166 POINTS : 195

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE :
andy#2 - prim #2 - alfie

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : (c) anesidora
DC : lonnie
INSCRIT LE : 06/06/2018

mr. brightside (jalfie) Empty
MessageSujet: Re: mr. brightside (jalfie)   mr. brightside (jalfie) EmptyMer 17 Avr - 18:13


mr brightside
Another head aches, another heart breaks, I am so much older than I can take, And my affection, well it comes and goes, I need direction to perfection.
 
▼▲▼

Il n'avait pas réellement l'envie de se rendre dans les attractions de curiocity, de un parce qu'il ne comprenait rien du tout à l'art, de deux parce qu'il n'avait pas assez de patience pour asseoir son cul quatre heures devant des œuvres dont il en comprenait ni l'importance ni le sens. Joey n'avait jamais eu aucun attrait pour la science ni pour l'art, et les vieux souvenirs de ses cours se résumaient à "mettre le préservatif sur la banane", chose pour laquelle il avait été particulièrement doué, même a treize ans. Mais tout était devenu une excuse pour ne pas traîner une seconde de plus dans l'appartement de Mme Coincé-du-cul, tant pis si il devait combattre son envie de coller sa main dans la gueule du premier qui lui murmurerait à l'oreille "on arrive vraiment à comprendre ce que l'artiste à voulu dire". Non Patricia, c'est une toupie géante qui fait de la lumière en dessinant des constellations sur le sol, occupe toi de savoir pourquoi ton mari te trompe plutôt que de faire croire à tout le monde que tu as de la culture. Approchant de l'installation en forme de labyrinthe qui avait attiré la foule Joey avait fait glisser le joint entre ses lèvres, affolant les passants qui - main sur le téléphone - était prêt à dégainer le fameux "allo police ? un individu étrange fume du cannabi dans la rue", accent sur le mot "cannabis" que les vieilles personnes n'arrivaient jamais à prononcer correctement. Tant pis pour les offusqués qui verraient dans cette attitude une insulte, Joey avait d'autres chats à fouetter que les incultes qui pensaient encore que la drogue n'avait que des effets néfastes sur les jeunes. Jouant des coudes pour se faire une place dans la foule, frappant au passage une petite fille au visage alors qu'elle traversait simplement la route, le Lawson croisa le regard d'Alfie qui semblait avoir activé son propre radar, survolant la foule des yeux comme un hibou en quête de sa proie. Les premières paroles du blond pour son ami furent accueillies par le regard choqué d'une jeune femme qui avait, à tord, interprété les mots comme du harcèlement de rue. Alfie pris le temps de remettre les choses dans leur contexte alors que Joey avait tout bonnement éviter la jeune femme qui prenait déjà ses jambes à son cou, peu désireuse de se faire emmerder plus longtemps par les paroles stupides du Lawson. « Eurk non, j'aime pas les blondes, trop superficielles. » Classic Joey, toujours faire passer le physique d'une personne en premier pour une éventuelle baise de secours.

Le joint coincé entre les lèvres le blond avait levé les yeux au ciel devant les paroles d'Aflie qui confirmait, encore une fois, que la vie de couple avait complètement détruit son potentiel "fun". « Tu te ferait tellement d'argent comme escort... les filles elles dig bien le côté "prof chelou", en plus je suis sûr que t'as appris plein de techniques pendant tes voyages. » Joey n'avait aucune idée de ce que 'anthropologue' voulait dire, et il s'en foutait complètement, marquant un peu plus le fait que l'école n'avait jamais vraiment été son fort. Joey retroussa les lèvres de dégoût devant la proposition du Maslow. Faire le mac pour sa soeur était la punition ultime pour le blond qui n'avait jamais vraiment compris l'attrait de son aîné pour les hommes en costard dépourvu du couilles qui fuyaient dès qu'elle imposait un peu ses conditions. « Tu as sans doute oublié qu'elle est pire que le chien des enfers quand elle sort avec quelqu'un. C'est mission impossible que de trouver un gars qui accepte de mettre la main dans sa forêt vierge... » Dégueulasse, mais vrai. Joey ne prendrait jamais le risque de foutre son nez dans les affaires de cul de sa sœur, et il était même prêt à aider le pauvre bougre qui se croyait assez fort pour dompter la bête. Haussant un sourire devant les paroles d'Alfie qui confirmait que la vie de couple l'avait belle et bien transformé en papy monogame et chiant Joey passa un bras autours des épaules du brun. « Tu flippes parce qu'elle va kiffer et te laisser tout seul comme un con pour me vouer un culte. » Très sûr de lui Joey n'avait pourtant pas du tout envie de voir Alfie malheureux, et même si Jules avait aspiré tout le fun de son ami elle le rendait quand même plus heureux. Rajoutant leur silhouette à celles des autres faisant la queue pour rejoindre l'attraction curiocity (qui devenait de plus en plus étrange aux yeux du blond) Alfie avait posé la question fâcheuse, à savoir "quelle connerie t'as encore fait pour qu'elle est envie de te couper la gorge avec un couteau de cuisine". « D'où tu assumes que c'est moi qui ait fait quelque chose ? » Visage outré, bouche entrouverte Joey avait posé une main sur son cœur, drama queen au possible. « Je me suis épilé les jambes dans le salon...avec son rasoir... et hier j'ai peut-être appelé son patron pour le prévenir qu'elle ne viendrai pas travailler à cause d'une diarrhée explosive. » Étouffant un rire entre ses lèvres Joey avait haussé les épaules comme pour se dédouaner. « C'était un peu drôle. » Très drôle même dans l'esprit pré-pubère du blond qui avait, pour le coup, déclencher la troisième guerre mondiale entre lui et son aînée.

CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.

Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, une tortue, deux rats et un joseph sauvage sur le canapé
mr. brightside (jalfie) Tumblr_orpg9nByok1vc2uh5o4_400
POSTS : 735 POINTS : 7615

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : mr. brightside (jalfie) Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

mr. brightside (jalfie) Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie #1 & arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › kane › ginny
RPs TERMINÉS : tad #1

nadia (ab)
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : tearsflight (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

mr. brightside (jalfie) Empty
MessageSujet: Re: mr. brightside (jalfie)   mr. brightside (jalfie) EmptyVen 19 Avr - 22:27



Cela peut paraître surprenant qu’Alfie ait gardé contact avec le frère d’une ancienne conquête avec laquelle les choses se sont plutôt mal terminées (manière politiquement correcte de dire qu’elle a brûlé la moitié de ses affaires en le traitant de « petite pute du quartier » pour s’être envoyé le premier venu, ce qui ne l’avait pas autrement vexé puisque c’était un bon résumé de la situation compte tenu du hasard qui a fait qu’il s’était aussi effectivement tapé la voisine quelques années plus tôt ; même s’il n’appréciait pas nécessairement le terme utilisé qui était purement gratuit, mais il avait laissé Emma se faire plaisir là où lui avait pris le sien ailleurs) mais à y regarder de plus près, s’il y a un membre de la famille Lawson avec lequel les atomes crochus étaient évidents, c’était bien avec Joey. Raison pour laquelle Alfie avait estimé, dès le moment où il était entré dans la vie d’Emma, qu’il avait un droit de garde sur le blond, qui s’était transformé en droit de visite au moment de la séparation du « couple » (Alfie tendait à ne pas considérer son histoire avec Emma aussi sérieusement, premièrement parce que ce n’était pas dans ses habitudes de l’époque, secondairement parce qu’elle lui avait surtout donné l’impression d’être un sextoy grandeur nature qu’elle pouvait appeler quand elle en ressentait le besoin et qu’elle se dépêchait de planquer sous le lit lorsqu’elle recevait de la visite surprise – et la réponse est oui, ça lui était déjà arrivé, et non, ça ne l'avait pas dérangé). Alors forcément, quand il reçoit le message de Lawson ce soir, il ne lui en faut pas plus pour se mettre en chemin, d’autant plus lorsqu’il propose des retrouvailles dans le cadre de curiocity, ce festival auquel Alfie a pris goût parce qu’on y voit des trucs bien chelous, et à la lecture du message de Joey il n’a pas pu s’empêcher d’imaginer la possibilité de rencontrer le vrai, la légende, le mythe, du type qui se met effectivement des plumes dans le cul. Ouais, c’est pas ce que Joey a présenté, mais hé, on est à curiocity est au-delà de l’aspect scientifique de l’événement, il y a surtout l’aspect artistique de celui-ci, derrière lequel se cachent tous les plus grands loufoques pour justifier des œuvres particulièrement extravagantes auprès de n’importe quel jobard alors que non, c’est juste le complexe d’Œdipe de l’artiste qui ressort par le façonnage d’un pénis géant (« mais noooon, c’est pas vrai, c’est une ficelle avec deux ballons qui représente la libération d’un peuple opprimé par le capitalisme »). Parlant de ça, Alfie finit par trouver Joey dans la foule et ce dernier ne tarde pas à le rejoindre, se permettant un premier commentaire qui ne manque pas d’achever sur place une femme pourtant trop jeune pour mourir. Quant à la question des blondes trop superficielles, Alfie fait glisser son regard de haut en bas sur la silhouette d’un Joey qu’il ne connaissait pas aussi difficile. « Tiens, c’est drôle venant du grand philosophe qui m’a sorti un jour ‘’qu’un trou reste un trou’’. » Une phrase pleine de bon sens qui aurait certainement mérité qu’on crée le prix Nobel de philosophie simplement pour féliciter cet éminent intellectuel pour cette magnifique affirmation.  

Mais parce que le Lawson est décidé à le faire passer pour un objet sexuel vivant – et là, il se demande sérieusement si Emma ne l’avait pas renommé le sextoy sur son portable pour que Joey le traite de pareille façon (car il va sans dire qu’il a des émotions derrière cet objet inanimé qu’il est) – Alfie précise qu’il est autre chose qu’un escort. « Tu me vends tellement bien. Qu’il débute, parce qu’il est vrai qu’il n’a pas pensé la chose sous cet angle. Prof chelou, aux techniques originales, lui-même n’y a pas pensé. Si je change de carrière, je te préviens, tu feras un super mac, je suis sûr qu’on peut faire de grandes choses toi et moi. Il marque une pause, réfléchit un court instant. Maquerelle Lawson et péripatéticien Maslow, ça fait presque boys band, c’est beau. » Un boys band qui n’aurait pas fait long feu, certes, mais qui aurait marqué les esprits. Alfie lève brièvement les yeux au ciel pour s’agacer des propos tenus à l’encontre de l'aînée Lawson, mais un sourire furtif sur ses lèvres le trahit – parce que dans le fond, Emma ne l’a pas beaucoup respecté et il peut très bien se permettre d’aider Joey à faire siffler les oreilles de son aînée. « Ah non, je t’assure que j’ai pas oublié, je suis encore une thérapie pour me débarrasser de mon trouble post-emmatique. » Il exagère, Alfie, si Emma n’est évidemment pas la femme la plus facile à vivre, elle a ses bons jours. Le 29 février, ou lorsqu’il y a pleine lune. Plus sérieusement, il n’est pas sans savoir que les relations entre les Lawson n’ont jamais été au beau fixe, mais Emma n’est pas aussi pénible qu’il ne la dépeint, et Joey pas aussi inutile qu’elle le prétend. « Joue pas à ça, Joey, je sais pas si t’es au courant, mais Emma m’écoute, moi. Parfois. Et c’est une arme non-négligeable pour te pourrir la vie à distance. Qu’il glisse, le regard entendu. Alors essaie seulement de t’approcher de Jules, et je lance la torpille Emma sur toi. » Qu’il ajoute l’air de rien, parce qu’aussi sympathique soit le Lawson à ses yeux, il n’oublie pas qu’il réfléchit plus facilement avec sa queue qu’avec son cerveau, et que Jules est parfaitement le genre de fille susceptible de lui plaire ; un peu sur la réserve lorsqu’on ne la connaît pas, que Joey aurait à cœur de dévergonder. Alfie finit par s’interroger sur les raisons de la rupture familiale du jour, ne manquant pas de laisser échapper un rire face à la théâtralité de Joey, puis face à l’annonce de ses méfaits. « Et j’imagine que t’as pas pensé à filmer sa tête pour partager avec les potes ? » Que ce soit lorsqu’elle est arrivée pour retrouver un Joey aux jambes dénudées au milieu du salon ou lorsqu’elle a découvert l’appel qu’il a passé à son travail. « Et donc, ça confirme ce que je pensais, je suis voyant. » Plutôt que de dire qu’il avait parfaitement raison de supposer que Joey s’est rendu coupable d’un coup foireux dont il en a le secret et risquer de le braquer. « J’dis ça, j’dis rien, mais vous êtes un peu maso dans la famille pour continuer à vous supporter alors que, clairement, si on était dans The Purge vous vous seriez sauté à la gueule depuis longtemps pour vous débarrasser de l’autre. » Manière détournée de prendre la température quant à la situation, et d’essayer de débloquer celle-ci comme il le peut, parce qu’il a souvent joué l’arbitre du temps où il fréquentait Emma, et il faut croire qu’on ne se débarrasse pas facilement des vieilles habitudes. Les deux hommes finissent par atteindre le début de l’attraction, et après quelques secondes d’attente devant celle-ci, le feu vert leur est donné de se lancer dans le parcours. Mais à peine Alfie a-t-il fait deux pas que les plumes voltigent autour d’eux, et que le voilà qui manque de s’étouffer alors qu’il en ôte une qui s’est frayée un chemin jusqu’à l’intérieur de sa bouche. « Par pitié, dis-moi que l’œuvre ne s’appelle pas ‘’vie et mort de ma première mue’’ et qu’il s’est pas mis les plumes là où je pense... » Qu’il souffle, tandis qu’il fait tomber la plume légèrement mouillée à terre.



mr. brightside (jalfie) XLymaLC
mr. brightside (jalfie) QqLqwzn
mr. brightside (jalfie) 335306globetrotter
mr. brightside (jalfie) IcdDGTz
mr. brightside (jalfie) 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

mr. brightside (jalfie) Empty
MessageSujet: Re: mr. brightside (jalfie)   mr. brightside (jalfie) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

mr. brightside (jalfie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: streets beach
-