AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 The show must go on || Primrose & Yoko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clément Winchester
la bombe à retardement
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (9.9.1994)
SURNOM : Wolf, Clem
STATUT : célibataire
MÉTIER : danseur et comédien pour la Northlight company
The show must go on || Primrose & Yoko Ezgif.com-crop6
POSTS : 6007 POINTS : 305

PETIT PLUS : Je fais parti des survivants du Tsunami qui a touché la Thaïlande en 2004. Nous étions, avec mes parents et mon frère, parti là-bas car nous voulions changer de notre traditionnel Noël en Nouvelle Zélande. Jamais nous n'aurions dû changer nos habitudes. La première vague nous a séparée : mon père et mon frère d'un côté, ma mère et moi de l'autre. S'en est suivi tout un mois de recherche, de désespoir, de galère, d'espoir, de douleur pour finalement nous retrouver fin janvier 2005. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je m'en suis sorti seulement avec quelques égratignures et une fracture
RPs EN COURS : Wendy #3
Paul #5

- Flashback
Sybbie #2


- Dimension fantôme
Finnley
Gaby & Kyte
PSEUDO : sundae
AVATAR : Tom Holland
CRÉDITS : avatar @valtersen, UB @Loonywaltz, Gif @Tumblr
DC : Thomas
INSCRIT LE : 06/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16743-standing-on-the-ledge-i-show-the-wind-how-to-fly-clement#top http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t16757-clement-winchester http://www.30yearsstillyoung.com/t16801-clement-winchester

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyLun 15 Avr - 12:40



Marcher, être capable de mettre un pied devant l'autre pendant plus de 20 minutes sans me fatiguer, est sans doute ma plus grande réussite depuis cinq mois. Bien que mon rythme est encore lent et parfois un peu irrégulier, je sens que mes jambes sont à nouveau capable de me tenir et que les progrès sont là. Même si j'essaie de faire en sorte de regarder vers l'avant, je ne peux empêcher mon esprit de divaguer encore régulièrement vers le passer. Non pas pour me mettre dans un état de dépression dans lequel je me traite d'idiot et incompétent, mais bel et bien pour me rendre compte d'où je viens et du chemin que j'ai parcouru depuis décembre dernier. Être alité pendant presque 1 mois, sans pouvoir bouger, dépendant de tout le monde, nous oblige à revoir tout ce que nous tenions pour acquis. Non seulement physiquement, mais aussi mentalement et au niveau relationnel. Il y a des amitiés qui ont disparue, d'autres, comme celle avec Ambroise s'est pas mal effritée avant de se reconstruire sur des bases assez instable.

Et puis il y a Primrose. Venue à l'improviste treize jours après mon hospitalisation, elle a réussie à prendre une place importante dans mon cœur. Je l'ai toujours beaucoup aimé, mais là je me suis réellement rendu compte de la chance que j'ai que cette jeune femme soit arrivé dans ma vie. Elle m'a soutenu autant que mes plus proches amis alors que je l'imaginais avoir envie de prendre ses distances. En vrai, je ne sais pas si elle se rend réellement compte à quel point elle m'a aidé à m'en sortir de cette situation, mais je lui en serais éternellement reconnaissant.

A tel point que j'ai décidé de l'inviter voir le spectacle de la Northlight aujourd'hui. J'avoue que j'ai longtemps hésité avant de ce faire, non pas parce que j'avais des doutes sur l'envie de Prim de m'y accompagner, mais plutôt parce que je ne sais pas comment je réagirais en voyant mon remplaçant sur scène. Mon esprit rationnel me dit que c'est normal, que la compagnie se doit de se maintenir à flot sans moi, mais mon côté émotionnel ressent de la frustration et même une certaine trahison. Mais au final, mon envie de revoir mes amis et leur faire la surprise de ma venue inopinée est plus grande. Je suis aussi plus que certain qu'aux côtés de Primrose je pourrais supporter tout cela sans problème.

Ainsi donc, je lui ai donné rendez-vous à l'entrée du théâtre ce soir à 18h30. J'avais hésité à sortir le costard et cravate mais je me suis bien rapidement souvenu que ce n'est pas forcément le genre de la maison. D'autant que le spectacle n'est pas du théâtre pur. Du coup, j'ai opté pour une tenue plus décontractée et normale, des vêtements dans lesquels je serais aussi à l'aise pour me rendre à pied au Southern Cross où j'arrive pile à l'heure.

Apercevant Primrose, c'est un large sourire qui s'affiche sur mon visage tandis que je lui fait un signe de la main et monte les escaliers pour la rejoindre à la porte.  « hey » la saluais-je en allant la prendre dans mes bras  « C'est super cool que t'ai pu venir » la remerciais-je, avant de la relâcher et me reculer d'un pas, fouillant la poche arrière de mon pantalon pour en sortir deux billets.  «Parfaitement bien placé, au milieu de la salle. Je connais ces places et je te promet que ce sont les meilleures ! » ajoutais-je alors que je me dirige avec Primrose afin de faire la queue pour rentrer dans la salle.

Pendant que nous attendons, je croise pas mal de visages familiers mais aucun comédien ni Charles. Ni même Andreï qui est d'ailleurs le seul de la compagnie à être au courant de ma venue aujourd'hui. Je l'ai dit à lui afin d'être sûr que mes collègues seraient là pour leur faire la surprise. Plusieurs d'entre eux sont venu me voir assez régulièrement à l'hôpital, mais un bon nombre ne l'ont pas fait. Toutefois, j'ai décidé de ne pas leur vouloir, ils devaient avoir leur raison.

Au final, les portes s'ouvre et j'entraîne Primrose vers les places qui nous sont réservés. Une fois installé confortablement, content d'avoir maintenant presque deux heures de repos avant de devoir rentrer à nouveau à pied, je me tourne vers mon amie et l'observe quelques instants. Notant mentalement à quel point cette coiffure lui va bien, je décide de briser le silence  « on va boire un coup après ?» demandais-je, sincèrement désireux de faire en sorte que cette soirée continue même après le spectacle  «Il y a un bar vraiment très sympas pas très loin d'ici » expliquais-je avant d'hausser les épaules. Nous continuons de discuter encore un bon moment jusqu'à ce que le spectacle ne commence.

Je suis très rapidement plongé dans l'histoire, m'étonnant chaque minutes un peu plus de la qualité de ce que nous montre les acteurs et les danseurs. J'avoue que je suis pas abasourdie par la performance de Yoko. Elle a manqué pendant plus d'un an suite à une fracture de la cheville et tout le monde était persuadé qu'elle ne pourrait plus revenir danser pour nous. Mais elle nous a, à tous, prouvé le contraire et la voir virevolter sur scène me rempli d'une joie extrême, une fierté fraternelle, car je la considère comme ma protégée. C'est un peu grâce à moi qu'elle a pu entrer dans cette compagnie et elle a tout de suite été un solide avantage.

A la fin, lorsque les comédiens et les acteurs ont droit à une standing ovation en bonne et due forme, je n'ai qu'une seule envie : aller rejoindre Yoko à l'arrière de la scène, la prendre dans mes bras et lui dire à quel point je suis fière d'elle.  «Vient, je vais te montrer à quoi ressemble les coulisses ! » dit-je, enjoué, à mon amie. L'attrapant par la main, je la tire derrière moi afin de ne pas la perdre lorsque nous nous frayons un chemin à travers le public qui se hâte vers la sortie. Marchant à contre courant, je pousse une porte sur laquelle figure un 'passage interdit' et, sans lâcher Prim malgré le fait que nous somme seul dans ce couloir, je marche rapidement vers une autre porte qui nous emmène derrière le rideau.

Ralentissant légèrement, le pas en voyant le groupe de la Northlight se serrer dans les bras et se taper dans le dos, je relâche la main de Prim, sans me départir de mon sourire, celui-ci se fait d'ailleurs plus grand lorsque je reconnais le dos de Yoko. Discrètement, je m'approche d'elle, faisant signe à ceux qui m'ont aperçu de se taire, puis pose vivement mes mains sur les épaules de la jeune asiatique.  « Je savais qu'un jour l'élève dépassera le maître» lui susurrais-je à l'oreille. Lorsqu'elle se retourne, c'est sur un visage des plus radieux que mes yeux se pose et, répondant à cette joie, j'entoure ses épaules de mes bras et la sert fort contre moi  « T'étais géniale» dis-je sur un ton presque émotionnel  « T'imagine même pas à quel point je suis fière de toi !» avec un regard emplie de fierté réelle et de pure sincérité, je me recule légèrement, l'observe puis la sert à nouveau contre moi dans une étreinte un peu plus douce.


Sadness is my enemy
TIME WILL AGE HIM GENTLY
WALKING BY MY SIDE, SEEMS THAT WE'VE GROWN FRIENDLY


The show must go on || Primrose & Yoko 1542980520 :
 











Revenir en haut Aller en bas
Primrose Anderson
la ruée vers l'or
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans (25/07)
SURNOM : Poppy
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Etudiante en droit et strip-teaseuse
LOGEMENT : #55 Fortitude Valley
The show must go on || Primrose & Yoko Tumblr_ovkhckauaX1r3oqizo1_500
POSTS : 785 POINTS : 1300

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Amoureuse du luxe ஐ Prête à trahir les siens pour de l'argent ஐ Toujours dans la merde ஐ Vend des stups à ses camarades d'université ஐ Fait des extras au club de striptease pour gagner plus ஐ Cherche à renouer avec sa famille ஐ Se sent coupable après coup lorsqu'elle fait quelque chose de stupide
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) Itziar #1Soren #1Jamie #1Alex #1Camil #1Yoko #2Clément #2Harvey #1Clément & Yoko #1
RPs TERMINÉS : Asher #1Joseph #1Clément #1Yoko #1Joey #1Raelyn #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Natalia Dyer
CRÉDITS : Bazzart
DC : Juliana Rhodes
INSCRIT LE : 27/12/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22778-double-dealing-primrose-alias-poppy http://www.30yearsstillyoung.com/t22826-double-dealing-primrose-alias-poppy#926785 http://www.30yearsstillyoung.com/t22823-primrose-anderson http://www.30yearsstillyoung.com/t22825-primrose-anderson#926770

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyMar 16 Avr - 14:40




Clément, Yoko & Primrose

The show must go on
Accompagner Clément au prochain spectacle de sa compagnie de danse est certainement la pire idée que j’ai pu avoir de toute ma vie et pourtant, je suis bien devant le Southern Cross, ce soir, cinq minutes avant l’heure donnée par mon ami pour ce rendez-vous. Je suis une véritable boule de nerfs, je ne crois pas avoir déjà été aussi stressée de toute ma vie et plusieurs paramètres entrent évidemment en compte pour justifier la pression que je mets sur mes propres épaules. Premièrement, cette sortie s’apparente cruellement à un rencard, chose dont je n’ai nullement l’habitude et que je ne maitrise pas. Deuxièmement, je vais passer la soirée avec le garçon qui me plait – de plus en plus même, depuis que j’ai pris l’habitude de lui rendre visite régulièrement à l’hôpital et que j’ai appris à le connaitre – et je ne sais pas trop quelle attitude adopter face à lui. Troisièmement, et c’est sûrement le pire, je n’ai pas pu demander conseil à ma meilleure amie au sujet de cette soirée car il s’avère que je lui ai affreusement menti sur Clément et que, sachant que j’ai parfaitement conscience qu’ils appartiennent à la même compagnie, je sais que Yoko sera aussi là ce soir. Il aurait donc été particulièrement judicieux que je l’informe, avant de me retrouver au pied du mur, du mensonge que je lui avais raconté. J’ai essayé d’ailleurs, je lui ai écrit ce fameux « hey, tu vas rire, Will n’existe pas, il s’agit de Clément. On vient voir ton spectacle ce soir, bisous » mais je n’ai jamais réussi à l’envoyer alors à l’heure actuelle, la jeune fille ignore toujours que je lui ai raconté des salades. Je me suis également bien gardée de parler de Yoko à Clément qui ignore également tout de notre amitié. En sachant qu’en venant ici, j’ai quatre-vingt-dix pourcents de chance de tomber sur ma meilleure amie, je pense qu’on peut considérer que je me jette dans la gueule du loup ce soir. C’est la raison pour laquelle, même en ayant étudié ce rendez-vous avec beaucoup de soin, choisissant ma robe et mes chaussures comme si j’allais passer à la télé, me coiffant à l’aide de vidéos trouvées sur YouTube jusqu’à trouver le look parfait, je suis dans un état d’anxiété tout bonnement incontrôlable. Mes mains tremblent autour du sac à main que je tiens fermement serrés telle une bouée de sauvetage au milieu de l’océan secoué par la tempête et les secondes qui s’écoulent défilent à une lenteur insoutenable.

Dix-huit heures trente. Clément franchit les marches le séparant de moi pour me serrer dans ses bras alors que j’essaie de faire bonne figure, oubliant le drame qui s’annonce. « Je suis contente d’être là. » Faux, archi faux, même si son étreinte valait sans doute que je fasse le déplacement, une probable embrouille avec ma meilleure amie au sujet de la nullité dont j’ai fait preuve surpasse de très loin tous les avantages. Pourtant, son enthousiasme est presque contagieux et je le suis de bonne grâce dans la foule qui se presse à l’entrée du théâtre pour assister à cette représentation qui promet d’être somptueuse. Et elle l’est, chaque mouvement de Yoko sur cette scène me fait presque monter les larmes aux yeux de fierté, déjà parce qu’elle est brillante mais aussi parce que je sais mieux que personne qu’elle revient de loin et qu’à un moment donné, elle n’avait plus espéré pouvoir être à cette place un jour. Je suis extrêmement fière d’elle et de son parcours et pendant un court instant, je parviens à oublier l’épée de Damoclès qui plane au-dessus de ma tête. Pourtant, il m’a un peu rassuré en me proposant d’aller boire un verre après le spectacle. J’envisage déjà que nous partions d’ici dès que la représentation sera terminée pour nous rendre dans le bar du coin, évitant ainsi une possible rencontre gênante. En plus, le fait que Clément veuille prolonger cette soirée devrait me réjouir, moi qui guette chaque signe qui me permettrait de croire qu’il s’intéresse vraiment à moi. Sauf que ce soir, j’en suis tout bonnement incapable.

A la fin de la représentation, je me lève comme tous les spectateurs, applaudissant à tout rompre la performance de Yoko et de ses partenaires – mais surtout de Yoko –. L’ambiance dans la salle prouve à quel point la performance était bonne et je suis vraiment ravie pour elle, mais alors que Clément m’attrape par la main en me proposant – ou plutôt en m’imposant – de venir voir les coulisses, je me décompose intérieurement. Ma main se crispe instantanément dans celle de mon ami et j’ai l’impression que tout air a brusquement quitté mon corps, me faisant instantanément céder à la panique. Non, non, non, pas ça. C’est une véritable catastrophe mais je ne peux pas reculer. Je suis comme un zombie alors que je suis Clément qui se fraye un chemin parmi la foule. Je cherche une échappatoire, les idées se bousculent dans ma tête mais rien ne me vient. Nous nous retrouvons seuls dans le couloir derrière la scène et pendant un instant, j’envisage de l’arrêter, de lui dire que je ne me sens pas bien ou n’importe quoi d’autre qui puisse nous faire rebrousser chemin mais il a l’air tellement heureux et enthousiaste, je ne peux pas lui faire ça. Je me souviens encore parfaitement de l’expression de son visage lors de son treizième jour d’hospitalisation, il a du bonheur à rattraper à présent et je ne peux pas lui enlever ça. Je sais pertinemment ce qui m’attend et l’idée me terrifie parce que je ne sais pas comment je vais gérer la situation et comment je vais pouvoir l’expliquer, surtout. Chaque pas supplémentaire me rapproche inexorablement des ennuis et j’ai la sensation que mon corps va lâcher à tout moment.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle est là, devant moi, ou plutôt dos à moi. Je n’ai pas besoin de voir son visage pour la reconnaitre, nous nous connaissons depuis si longtemps maintenant. Sa voix est mélodieuse, elle a cette capacité à éblouir une pièce et à donner le sourire à tous ceux qui l’approchent. Pour le coup, je dois bien être la seule à ne pas éprouver la joie qui semble habiter tout le monde. Clément me lâche la main pour s’avancer vers Yoko et je m’arrête net au milieu du couloir, incapable d’avancer davantage alors que je le regarde étreindre la jeune fille avec une affection qui ne me parait pas suffisamment amicale. Je fais un pas en arrière, au ralenti, espérant presque qu’avec des mouvements aussi discrets, Yoko ne me verrait pas. Je me déteste d’être venue ici, je me déteste de ne pas avoir eu le courage d’avouer mon mensonge à mon amie avant ce soir et je les déteste de se prendre dans les bras depuis ce qui me semble faire une éternité. Je m’apprête à faire volte-face pour rebrousser chemin à toute vitesse. Tant pis pour Clément, je lui dirais que j’ai eu une envie pressante, que je me suis sentie mal ou n’importe quoi d’autre, mais je croise le regard de Yoko et je reste tétanisée, incapable de faire le moindre mouvement que ce soit pour avancer ou reculer. Je n’aurais tout simplement pas dû venir ici.

Code by Fremione.




Spoiler:
 



Double-dealing
I know the feeling of finding yourself stuck out on the ledge and there ain't no healing from cutting yourself with the jagged edge

Revenir en haut Aller en bas
Yoko Lee
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans (née un 26 août 1997) mais personne lui donne la majorité ce qui lui permet de gratter les réductions au ciné.
SURNOM : yoyo; mulan — appelée comme ça par 95% des gens et les 5% restants ne l'appellent pas.
STATUT : célibataire — préfère s'encombrer de la solitude que de problèmes amoureux.
MÉTIER : étudiante en littérature à l'Université de Queensland — danseuse à la Northlight Theater Company depuis juillet 2016.
LOGEMENT : #66 Fortitude Valley — c'est la voisine qui passe son temps à sonner aux portes parce qu'elle a plus de papier toilette.
The show must go on || Primrose & Yoko Tumblr_o2o8hmEZoo1sz0t5so6_250
POSTS : 457 POINTS : 2570

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : adore spoiler les gens pour les énerver ✕ a collé un chewing-gum sur le siège de son voisin de cours l'année dernière parce qu'il l'appelait chin ching chong h24 ✕ court tous les dimanches pour entretenir son souffle ✕ déteste les bonbons ✕ a un élastique porte-bonheur qu'elle met à chaque représentation ✕ voudrait devenir blonde ✕ n'a pas de second prénom ✕ préfère mourir que devoir toucher un insecte ✕ a raté trois fois le permis australien ✕ a pour code pin 0000 parce qu'elle l'oublie tout le temps sinon ✕
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : primrose ②zeldaerínasheroliverneptuneeleonoracharlieclément ②clément&primrose
RPs EN ATTENTE :
The show must go on || Primrose & Yoko Tenor
yoko lee
la boisson du yoshi

RPs TERMINÉS : primrose ①clément ①
PSEUDO : lizzie
AVATAR : jennie kim — BLΛƆKPIИK
CRÉDITS : fayrell ((flo)).
DC : plutôt marvel
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23108-y-o-k-o-emotionally-stable-as-a-fxxxing-ikea-table http://www.30yearsstillyoung.com/t23149-y-o-k-o-life-s-great-without-it-you-d-be-dead http://www.30yearsstillyoung.com/t23152-yoko-lee http://www.30yearsstillyoung.com/t23153-yoko-lee

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyMar 16 Avr - 22:01



CLÉMENT & PRIMROSE & YOKO The best way of keeping a secret is to pretend there isn't one.

avril 2019
« Dix minutes, les gars !! » — le cœur de Yoko bat à mille à l’heure en entendant l’annonce résonner dans les couloirs en effervescence et elle se demande si elle ne va pas faire un arrêt cardiaque dans les trente prochaines secondes. C’est aujourd’hui — c’est aujourd’hui que la petite nippone à la cheville auparavant brisée mais à la motivation intacte remonte sur les planches de cette scène qui lui a tant manqué ; la scène de la Northlight Theater Company. Elle n’en a jamais douté pourtant ; son corps, sa psy, ses proches, oui mais elle, jamais. La danse, c’est sa vie ;  elle ne s’imagine même pas vivre sans. Retouchant une dernière fois sa coiffure avant de quitter la loge, Yoko croise pendant quelques secondes son propre regard dans le miroir et s’adresse alors un clin d’œil  — tu vas gérer girl — ça va le faire, sans aucun problème. Sans aucun problème, sauf un, du nom de Joshua et qui apparaît brusquement dans son champ de vision alors qu’elle esquisse un pas pour rejoindre les coulisses. Si le diable avait un visage, il aurait le sien et bien qu’il soit loin d’être vilain, son âme est en revanche détestable aux yeux de l’asiatique. Hautain, se sachant doué et supportant mal les critiques, il est insupportable et elle prend constamment sur elle pour ne pas le remballer violemment (de retour dans la compagnie depuis seulement quelques mois, hors de question qu’elle se retrouve forcée de la quitter pour une histoire d’ego malmené). « Ah, Yoko ! Prête ? Te refais pas mal hein » dit-il sur un ton qui se veut probablement humoristique mais qui glace le sang de la jeune fille — Joshua n’avait pas encore intégrée la compagnie lors de l’accident mais il a dès son arrivée été mis au courant. Elle lui adresse un large sourire et réplique d’une voix douce mais qui pourrait trancher un mur « Trop chou de t’inquiéter mais t’en fais pas, je compte pas te laisser briller tout seul ! » avant de disparaître pour rejoindre les coulisses et sa place attitrée, prête à attendre son tour. Les dernières minutes restantes se passent dans la frénésie fiévreuse d’un début de spectacle. Il y a des murmures, des mots de courage et des taquinerie de dernier instant tout en gardant un sérieux professionnel — il n’y a pas le droit à l’erreur. Yoko s’échauffe une énième fois la cheville, lui chuchote de tenir le coup et que promis, elle ne fera aucun effort important pour les trois prochains jours puis lâche une longue inspiration alors que les premières notes jaillissent dans la salle, emportant son stress pour le noyer dans l’ivresse — de l’histoire, de la danse, de tout ce qu’elle peut transmettre à travers des mouvements gracieux et des gestes tout en finesse. Et quand elle danse, Yoko ; oh ! quand elle danse, elle oublie tout. Elle exécute, réalise, s’immerge totalement dans cette chorégraphie qu’elle a répétée avec acharnement ; des heures, des jours, des semaines d’entrainement pour tenter de retrouver son niveau d’avant. Lorsque la dernière note résonne sur la scène, clôturant le spectacle, Yoko est rayonnante — le souffle court mais le regard brillant, les joues rosés mais le sourire pétillant. Elle voudrait que le temps s’arrête, qu’elle soit figée à jamais dans cet instant saisissant ; elle, petit astre lunaire ayant quitté pendant un temps le système solaire revient prendre sa place au milieu des autres planètes et comètes — briller comme les autres. Perdue dans l’euphorie générale, elle en aurait presque les larmes aux yeux, elle qui cache pourtant si bien ses émotions primaires. Entre embrassade et démonstration de bonheur et d’allégresse, Yoko aperçoit Charles lui adresser un simple pouce levé auquel elle répond un sourire complice ; pas besoin de mots pour comprendre son message — welcome home, Yoko. Et alors que plusieurs danseurs (sauf Joshua, thanks God) l’entourent pour la complimenter sur sa jolie performance de retour, elle sent brusquement deux mains se poser sur ses épaules —  sa respiration se coupe, elle sursaute et lorsque s’échappe d’un inconnu une voix qu’elle connait si bien, un cri de surprise (mais ô combien heureux) traverse ses lèvres ; « Clément !! ». Il l’enlace contre lui et elle se niche au creux de ses bras, plus que ravie — car si Clément la complimente sur sa danse et lui avoue être très fier d’elle, cela sous-entendu qu’il était là, dans la salle, à poser ce regard confiant qui a tant de fois rassuré la petite nippone parfois hésitante. Elle ne trouve pas les mots adéquats pour décrire ce qu’elle ressent mais espère que son regard brillant traduit ses pensées — s’il existait un meilleur cadeau au monde pour Yoko, Clément venait de le trouver. Il se recule légèrement et, retrouvant un peu ses esprits après cette surprise, elle parvient à glisser un « T’es trop modeste, raconte pas des bêtises non plus ! Le maître est imbattable sur certaines danses » avant de l’enlacer de nouveau. Il lui a manqué, terriblement. Comme un pilier, il est la raison même de son entrée dans cette compagnie, de l’esquisse d’un début de rêve qui s’éveille et se réalise. « En revanche, ton remplaçant t’a pas dépassé » chuchote-t-elle au creux de son oreille, comme une confidence et lorsqu’elle se recule, elle a sur le visage un sourire narquois — Joshua ne remplacera jamais Clément. Mais ce sourire, ce si joli sourire mêlant victoire et fierté, bonheur et légèreté s’éclipse comme la lune peut cacher le soleil un beau jour d’été lorsque son regard croise un visage qui lui est familier, plus que familier même. Primrose, sa meilleure amie, la sœur australienne que la vie ne lui a pas donnée en Corée du Sud. Des émotions contradictoires la traversent — elle est ravie de la voir, dans un moment où tout va bien, où elle n’est que rire et euphorie, pour partager tout cet élan de félicité et de joie — mais elle est aussi surprise ; mais pas comme pour Clément. Car si le jeune homme est un habitué de ce lieu, Primrose n’est (à ce qu’elle sache) jamais venue ici. Elle hausse un sourcil, se détache légèrement de Clément pour mieux se tourner vers la jeune femme, qui se cache presque dans les ombres. « Prim ? » — son ton est particulier, indescriptible — un que fais-tu ici s’affiche sur son expression pourtant comblée d’avoir les deux personnes auxquelles elle tient le plus réunies autour d’elle pour la soirée. « C’est— c’est trop cool de te voir ! Ça t’a plu ? » ajoute-t-elle, curieuse. Mais son cœur bat légèrement plus vite, son regard chocolat glisse de Primrose à Clément — quelque chose lui échappe mais elle ne saisit pas encore quoi.
il y a des secrets qui peuvent briser des cœurs et noyer des âmes

Spoiler:
 



--- yoko in your area

LA TEAM JERRY ✌:
 


Dernière édition par Yoko Lee le Mer 17 Avr - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clément Winchester
la bombe à retardement
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (9.9.1994)
SURNOM : Wolf, Clem
STATUT : célibataire
MÉTIER : danseur et comédien pour la Northlight company
The show must go on || Primrose & Yoko Ezgif.com-crop6
POSTS : 6007 POINTS : 305

PETIT PLUS : Je fais parti des survivants du Tsunami qui a touché la Thaïlande en 2004. Nous étions, avec mes parents et mon frère, parti là-bas car nous voulions changer de notre traditionnel Noël en Nouvelle Zélande. Jamais nous n'aurions dû changer nos habitudes. La première vague nous a séparée : mon père et mon frère d'un côté, ma mère et moi de l'autre. S'en est suivi tout un mois de recherche, de désespoir, de galère, d'espoir, de douleur pour finalement nous retrouver fin janvier 2005. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je m'en suis sorti seulement avec quelques égratignures et une fracture
RPs EN COURS : Wendy #3
Paul #5

- Flashback
Sybbie #2


- Dimension fantôme
Finnley
Gaby & Kyte
PSEUDO : sundae
AVATAR : Tom Holland
CRÉDITS : avatar @valtersen, UB @Loonywaltz, Gif @Tumblr
DC : Thomas
INSCRIT LE : 06/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16743-standing-on-the-ledge-i-show-the-wind-how-to-fly-clement#top http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas http://www.30yearsstillyoung.com/t16757-clement-winchester http://www.30yearsstillyoung.com/t16801-clement-winchester

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyMer 17 Avr - 9:42


Je m'étonne moi-même de voir à quel point je reste calme et serrein pendant toute la durée du spectacle. Jamais, à aucun moment, je ne ressens de la jalousie ou de la frustration, non. Ce que je ressens n'est que bonheur et bienveillance pour mes camarades de la compagnie. Je reconnais sans mal la qualité de celui qui a reprit ma part et j'avoue être pas mal étonné par la façon dont il gère le tout. Cela prouve bel et bien que je ne suis pas irremplaçable et, si quelques mois plus tôt, je l'aurais extrêmement mal prit et je n'aurais pas supporter de le voir se pavaner sur la scène, ce n'est qu'avec un léger pincement au cœur que je l'observe se mouvoir avec qualité. Son duo avec Yoko m'a prit aux tripes et émeu mais surtout parce qu'il s'agit là du grand retour de l'asiatique. Ma fierté est tout aussi énorme, sinon plus, que lorsqu'elle a passé l'audition pour entrer dans la compagnie il y a trois ans.

Et c'est pour ça, pour la féliciter et pouvoir la serrer à nouveau dans mes bras après tant de mois d'absence, que je décide d'embarquer Primrose aux coulisses. Bien évidemment, la joie et l'excitation de revoir tous mes amis est bien trop grande, à tel point que je ne prends pas en compte le malaise de mon amie. Si j'avais pris le temps de l'observer d'avantage et de réellement lui poser la question de si elle veut venir ou non voir l'arrière de la scène, j'aurais sûrement eu une réponse négative. Toutefois, je n'y pense pas, imaginant qu'au contraire chacun serait excité à l'idée de pouvoir voir ce qui se trame en coulisse !

En apercevant le groupe de comédien et surtout Yoko de dos, je lâche la main de Primrose et m'avance vers la jeune asiatique. Posant mes mains sur ses épaules, la félicitant chaleureusement, elle se retourne avec un cris de joie et vient se nicher facilement dans mes bras. Mon sourire ne faisant que s'agrandir, j'ignore mon prénom qui passe sur les lèvres des gens, tantôt dans un souffle d'étonnement, tantôt dans un murmure enjoué, et profite pleinement de mon étreinte avec Yoko. La relâchant quelques instants, je lui fais comprendre à quel point je suis fière d'elle puis la sert à nouveau contre moi.

Nous finissons par nous séparer à nouveau alors que les autres comédiens et danseurs s'approchent, les uns avec hésitations comme si j'étais une petite chose faible, les autres me prenant dans leur bras sans pouvoir cacher leur joie. Heureux de ressentir leur amour, je ne remarque que Yoko s'adresse à Primrose seulement lorsqu'elle lui demande si le spectacle lui à plus et que, me retournant, je la vois fixer mon amie.Surpris dans un premier temps par cet échange, mon regard passe de l'asiatique à l'australienne et vice versa avant de s'arrêter sur Yoko  «Vous vous ...ah mais oui ! Elle m'avait dit qu'elle avec une pote dans la compagnie !! » m'exclamais-je, enjoué. Mon regard se pose à nouveau sur Primrose dont le malaise est caché par la pénombre relative, avant que je ne m'avance vers elle. «Allez vient, reste pas là !» Sourire rassurant sur les lèvres, je prend sa main dans la mienne et la tire derrière moi  «Vous vous connaissez d'où ? » demandais-je, curieux lorsque nous arrivons au niveau de Yoko, sans lâcher la main de Primrose.

Spoiler:
 


Sadness is my enemy
TIME WILL AGE HIM GENTLY
WALKING BY MY SIDE, SEEMS THAT WE'VE GROWN FRIENDLY


The show must go on || Primrose & Yoko 1542980520 :
 











Revenir en haut Aller en bas
Primrose Anderson
la ruée vers l'or
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans (25/07)
SURNOM : Poppy
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Etudiante en droit et strip-teaseuse
LOGEMENT : #55 Fortitude Valley
The show must go on || Primrose & Yoko Tumblr_ovkhckauaX1r3oqizo1_500
POSTS : 785 POINTS : 1300

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Amoureuse du luxe ஐ Prête à trahir les siens pour de l'argent ஐ Toujours dans la merde ஐ Vend des stups à ses camarades d'université ஐ Fait des extras au club de striptease pour gagner plus ஐ Cherche à renouer avec sa famille ஐ Se sent coupable après coup lorsqu'elle fait quelque chose de stupide
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) Itziar #1Soren #1Jamie #1Alex #1Camil #1Yoko #2Clément #2Harvey #1Clément & Yoko #1
RPs TERMINÉS : Asher #1Joseph #1Clément #1Yoko #1Joey #1Raelyn #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Natalia Dyer
CRÉDITS : Bazzart
DC : Juliana Rhodes
INSCRIT LE : 27/12/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22778-double-dealing-primrose-alias-poppy http://www.30yearsstillyoung.com/t22826-double-dealing-primrose-alias-poppy#926785 http://www.30yearsstillyoung.com/t22823-primrose-anderson http://www.30yearsstillyoung.com/t22825-primrose-anderson#926770

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyHier à 14:24




Clément, Yoko & Primrose

The show must go on
Mon surnom résonne dans le couloir et je me liquéfie instantanément. Ça y est, je suis officiellement dans la merde. J’aurais dû envoyer ce putain de texto, arrêter de penser que je pouvais parfaitement bien m’en sortir alors que c’était tout à fait aussi probable que l’invasion prochaine de la terre par des extra-terrestres. Les galères, ça me connait, je dirais qu’elles rythment mon quotidien et c’est un peu normal parce que je crois que l’activité pour laquelle je suis la plus douée dans la vie est bien celle de faire les mauvais choix. La preuve, j’ai réussi à m’enticher d’un mec beaucoup trop bien, à le cacher à ma meilleure amie qui le connait très bien et à accepter un regard à un endroit où j’étais presque sûre qu’on finirait par se retrouver tous les trois. Oui, mais voilà, c’est justement ce « presque » qui m’a fait espérer pendant les longues heures précédentes que je pouvais encore m’en sortir sans en passer par là. Maintenant que Yoko me dévisage, manifestement intriguée par ma présence, tout en étant encore à moitié dans les bras de mon Clément qui n’est autre que le Will sur lequel je lui ai affreusement menti, on ne peut pas nier que la situation se complique pour moi. C’est sûrement la raison pour laquelle je reste plantée-là, incapable de sauter dans les bras de ma meilleure amie pour lui dire à quel point je suis fière d’elle, de son parcours, de sa convalescence rapide et de son travail acharné. Pourtant, je le pense, voir tous les efforts de Yoko payer ne pourrait pas me faire plus plaisir. Plus que quiconque, elle méritait la standing ovation à laquelle elle a eu droit quelques minutes auparavant. Elle revient de loin, mais elle s’est battue, elle n’a jamais lâché l’affaire et elle a donné une belle leçon à tous ceux qui n’y croyaient pas. Bien sûr, il y eu des coups de mou, des régressions, des difficultés mais elle a toujours su rebondir et évidemment je suis ravie d’avoir été là à chaque étape que ce soit pour la faire rire, pour relancer pour la quatrième fois de suite love actually, pour inventer des chorégraphies à béquilles au milieu de son appartement ou encore pour détailler la composition des cochonneries que nous avalions histoire d’estimer approximativement l’âge de notre décès. Yoko peut compter sur moi, à chaque instant, j’ai toujours été là pour elle, et l’inverse est totalement vrai. Alors pourquoi ne lui ai-je pas tout simplement dit la vérité pour Clément ? Sur le moment, ça me paraissait normal, parce que j’avais peur qu’elle s’en mêle, parce que je savais qu’il ne s’intéressait pas à moi, parce que… Je ne sais plus trop dire vrai mais j’avais tout un tas de bonnes raisons qui me paraissent complètement stupides à l’heure actuelle. Je suis incapable de reprendre mes esprits en plus, je ne la complimente pas, je ne la serre pas dans mes bras, je ne donne pas le change en lançant une des blagues nulles que je pourrais avoir en tête. Je reste simplement là, plantée au milieu de ce couloir, telle une poupée de chiffon inerte. Je veux mourir.

Clément aurait pu venir à mon secours, c’est d’ailleurs ce qu’il fait, rompant le silence que je suis incapable de combler mais en aggravant, sans le vouloir, la situation. Non, Yoko n’est pas « une pote », elle est ma sœur, ma confidente, ma moitié, ma meilleure amie et je la connais assez pour savoir que le fait que je l’ai présentée de cette manière puisse vraiment la faire tiquer. Est-ce que si je m’enfuis en courant pour éviter de devoir affronter plus longtemps cette situation, je peux encore réussir à me sortir de ça ? Je ne crois pas, malheureusement, il va bien falloir que j’assume mes bêtises. Clément m’attrape par la main pour me pousser à m’approcher et je serre ses doigts dans les miens, un peu trop fort, comme si le simple fait de m’accrocher à lui puisse être d’un quelconque secours. Arrivée devant mon amie, je soutiens son regard pendant quelques secondes avant de me lancer, rassemblant le peu de courage que je possède. « Tu as été formidable, comme toujours. » Je souffle avant de me détacher de Clément pour la prendre dans mes bras, chose peu habituelle, je n’ai pas l’habitude de démontrer mon affection pour Yoko de cette manière. « Je suis très fière de toi. » Et c’est la vérité, je n’ai peut-être pas répondu à sa question précédemment et pas réagi assez vite lorsqu’il s’agissait de la féliciter mais pourtant j’ai vraiment été subjuguée par sa performance. Avant de me détacher d’elle, je profite de cette proximité pour murmurer un « désolé » à son oreille, espérant que ça lui suffise à comprendre tout en sachant pourtant pertinemment que ça ne serait pas le cas. Je connais Yoko par cœur, les relations humaines, ce n’est vraiment pas son truc, alors pour qu’elle fasse le rapprochement entre Clément et Will sans mettre les pieds dans le plat, il faudrait certainement un miracle. Je pourrais la prendre à part, lui expliquer les choses maintenant, mais je ne me vois pas faire ça au pauvre garçon qui n’a rien demandé à personne. Alors je recule, laissant ma meilleure amie respirer pour me retrouver de nouveau aux côtés de Clément que j’évite bien soigneusement de regarder alors que je rectifie un peu les choses, essayant tant bien que mal de me sortir de la merde dans laquelle je me suis mise seule, comme une grande. « Yoko est ma meilleure amie, en fait, on s’est rencontré à la fac il y a… longtemps. » Très longtemps. Avec les années, elle est devenue ma moitié amicale, je n’imagine pas ma vie sans qu’elle soit à mes côtés, mais je tais cette partie volontairement, les grandes déclarations, ce n’est vraiment pas mon truc. « Depuis on est inséparables. » Par contre je ne lui ai pas du tout parlé de toi et de ce qu’il y a entre nous, déjà parce que je ne sais pas ce qu’il y a entre nous, et en plus parce que je suis vraiment super nase mais je n'ai pas envie que tu l'apprennes alors si tu pouvais la fermer et m’emmener boire un verre comme prévu, ce serait vraiment super cool. Voilà exactement ce que je pense et ce que j’aurais pu ajouter. J’ai suffisamment repris mes esprits pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, mais je sais bien que je ne pourrais quand même pas éviter la catastrophe si l’un ou l’autre décidait de creuser un peu trop. Help.

Code by Fremione.




Spoiler:
 



Double-dealing
I know the feeling of finding yourself stuck out on the ledge and there ain't no healing from cutting yourself with the jagged edge

Revenir en haut Aller en bas
Yoko Lee
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans (née un 26 août 1997) mais personne lui donne la majorité ce qui lui permet de gratter les réductions au ciné.
SURNOM : yoyo; mulan — appelée comme ça par 95% des gens et les 5% restants ne l'appellent pas.
STATUT : célibataire — préfère s'encombrer de la solitude que de problèmes amoureux.
MÉTIER : étudiante en littérature à l'Université de Queensland — danseuse à la Northlight Theater Company depuis juillet 2016.
LOGEMENT : #66 Fortitude Valley — c'est la voisine qui passe son temps à sonner aux portes parce qu'elle a plus de papier toilette.
The show must go on || Primrose & Yoko Tumblr_o2o8hmEZoo1sz0t5so6_250
POSTS : 457 POINTS : 2570

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : adore spoiler les gens pour les énerver ✕ a collé un chewing-gum sur le siège de son voisin de cours l'année dernière parce qu'il l'appelait chin ching chong h24 ✕ court tous les dimanches pour entretenir son souffle ✕ déteste les bonbons ✕ a un élastique porte-bonheur qu'elle met à chaque représentation ✕ voudrait devenir blonde ✕ n'a pas de second prénom ✕ préfère mourir que devoir toucher un insecte ✕ a raté trois fois le permis australien ✕ a pour code pin 0000 parce qu'elle l'oublie tout le temps sinon ✕
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : primrose ②zeldaerínasheroliverneptuneeleonoracharlieclément ②clément&primrose
RPs EN ATTENTE :
The show must go on || Primrose & Yoko Tenor
yoko lee
la boisson du yoshi

RPs TERMINÉS : primrose ①clément ①
PSEUDO : lizzie
AVATAR : jennie kim — BLΛƆKPIИK
CRÉDITS : fayrell ((flo)).
DC : plutôt marvel
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23108-y-o-k-o-emotionally-stable-as-a-fxxxing-ikea-table http://www.30yearsstillyoung.com/t23149-y-o-k-o-life-s-great-without-it-you-d-be-dead http://www.30yearsstillyoung.com/t23152-yoko-lee http://www.30yearsstillyoung.com/t23153-yoko-lee

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko EmptyHier à 21:55



CLÉMENT & PRIMROSE & YOKO The best way of keeping a secret is to pretend there isn't one.

avril 2019
Une pote dans la compagnie — ça retentit dans son esprit telle une sentence, ça déchire son petit cœur empli de confiance ; une pote. Pas une amie proche, pas une sœur de cœur mais simplement une connaissance, comme si leur plus grand échange se limitait à des bonjour dans les toilettes de l’Université, entre deux pipi et un tampon. Yoko hausse un sourcil mais ne montre rien, esquissant un léger sourire. Après tout, ce sont les mots de Clément, peut-être ne retranscrit-il pas tout ce que Primrose lui a dit — pause ; retour en arrière, réécoute. Depuis quand Primrose parle à Clément ? Ce dernier s’avance d’ailleurs vers la jeune fille restée dans l’ombre, saisissant sa main qu’il ne lâche pas par la suite et posant innocemment la question sur leur propre rencontre, à elle. Rien ne lui vient en tête ou plutôt, trop d’émotion se bousculent en elle et Yoko ne fait qu’amorcer une phrase sans réelle sens ni fin qui tombent finalement dans l'oubli — elles se sont rencontrées au cours d’une soirée étudiante et ce joli lien rouge s’est tout de suite dessiné, c'est ça la réponse. Peut-être que de toute ses années à Brisbane, c’est Primrose qui a le plus changé Yoko et dans le bon sens du terme ; elle lui a appris, inconsciemment, à faire confiance, à s’ouvrir aux autres pour créer une solide amitié, une relation sincère basée sur l’honnêteté et la franchise. Tout se dire pour ne rien se cacher. Pourtant, aujourd’hui, alors qu’elle brûlait d’euphorie dans les bras de Clément, si fier de son regard confiant posé sur elle, la petite coréenne sent une distance se creuser avec celle qu’elle voit comme sa sœur — c’est si étrange, si indescriptible que Yoko, maladroite et incapable de gérer cette situation, reste figée lorsque Primrose la sert dans ses bras, n'ayant pas répondu à Clément. Certes, elles n’ont jamais eu de réels élans affectifs (physiques) au cours de leurs longs mois d’amitié, parce qu’elles sont toutes les deux un peu bancales sur le sujet et en temps — oh ! en temps normal, Yoko aurait du être ravie de ce petit pas en avant, de cette démarche volontaire et rassurante — en temps normal. Elle glisse un « M-Merci » hésitant, s’apprête à ajouter qu’elle a eu le soutien nécessaire (en pensant fortement et évidemment à Primrose) pour y arriver mais se trouve coupée par un désolé qu’elle ne saisit absolument pas. Désolé de quoi ? Ses sourcils se froncent délicatement ; quelque chose lui échappe radicalement mais elle ne comprend pas quoi. « Pourquoi tu t’excu— » ; sans le réaliser, elle rature, fait du bruit là où il faudrait rester silencieux. Mal-à-l’aise, elle ne réagit pas comme il faut, ne comprend aucun des signes. Il aurait fallu un miracle pour qu’elle fasse le lien avec Will, qui d’ailleurs pour elle est presque de l’histoire ancienne ; c’était il y a plus d’un an, s’il avait réellement été important, Primrose lui en aurait parlé, avec plus de détail et de volonté. Un peu perdue (et ça se voit à son regard chocolat qui se pose alternativement sur ses deux interlocuteurs), elle est prête à demander même directement — c’est quoi le délire, là ? — mais (heureusement ?) Primrose prend la parole, répond avec une légère hésitation sur ce qui, aux yeux de la petite nippone, aurait du être répliqué résolument, sans réflexion. Et une boule de rancœur se forme au creux de Yoko, qu’elle n’arrive même pas à réellement expliquer. Elle esquisse un sourire, glisse un « Ah, j’ai level up en statut amical ! » (elle est passée de simple pote à meilleure amie) dans un clin d’œil qui dans un autre contexte aurait fait rire Primrose car cette dernière sait ô combien Yoko est naze pour évaluer ses relations, pour mettre un nom sur toutes ses émotions. Mais aujourd’hui, bien qu’elle lâche un rire juste après, il y a une certaine amertume, presque indécelable mais bien présente. Elle se tourne vers Clément pour ajouter, essayant d'être la plus naturelle possible car elle est certaine que le jeune homme n'a rien à voir dans ce malaise « On a fait plein de trucs ensemble ! Faut trop qu'on te raconte tous nos exploits. Mais du coup— » — et là, elle s’arrête, pointe du doigt les deux face à elle et à cet instant, quelque chose se fend. C’est indescriptible et aucun mot ne peut décrire ce qu’il se passe exactement dans l’esprit de la danseuse. Elle a le douloureux sentiment d’être totalement à côté de la plaque, d’avoir raté une information cruciale, un détail important ; comme si les deux personnes les plus importantes au monde à ses yeux se moquaient d’elle ouvertement. « —vous vous connaissez depuis quand ? » ; elle repense aux mains liées qui ne se quittent pas, à la simple présence de Primrose dans ce lieu où elle n’a jamais foulé le moindre pied, depuis le début de leur amitié. Que Clément n'ait rien dit n'est nullement surprenant mais Primrose — pourquoi ce silence ? Elle ne comprend pas et espère que son sourire fait toujours bonne figure, que ses iris ne brillent pas trop ou bien toujours de leur éclat du spectacle, de la magie de cette représentation et pas de la peine qui l’envahie chaque seconde — vous jouez à quoi tous les deux ?
le lien rouge va céder

Spoiler:
 



--- yoko in your area

LA TEAM JERRY ✌:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

The show must go on || Primrose & Yoko Empty
MessageSujet: Re: The show must go on || Primrose & Yoko   The show must go on || Primrose & Yoko Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

The show must go on || Primrose & Yoko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: grey street
-