AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Amos Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 42
SURNOM : Il n en a pas. C'est bien assez court.
STATUT : Marié. Sa femme attend désespérément qu'il signe les papiers du divorce.
MÉTIER : Videur au club. Ancien militaire.
LOGEMENT : Fortitude valley
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1557350564-original
POSTS : 13 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il boit. Il se drogue parfois. C'est pas un gars recommandable. Peu bavard. Charismatique. Malade et malheureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Bradley Cooper
CRÉDITS : Lux aeterna
DC : Lubya Abramova
INSCRIT LE : 02/05/2019

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 19:55






Amos Lockwood
I'm not sleepy and there is no place I'm going to...
Pièce d'identité

NOM ≈ Lockwood. PRÉNOM(S) ≈ Amos ÂGE ≈ 42 ans LIEU DE NAISSANCE ≈ Australie. Melbourne STATUT SOCIAL ≈ marié. Sa femme attend avec impatience qu'il signe les papiers du divorce qu'elle lui a adressé il y a un sacré bout de temps maintenant. MÉTIER ≈ Videur au Club ORIENTATION SEXUELLE ≈ Hétérosexuelle GROUPE ≈ Se renseigner 40 ANS, MODE D'EMPLOI AVATAR CHOISI ≈ Bradley Cooper

Les informations en vrac

1. Amos est un homme désordonné et désorganisé, raison pour laquelle, durant longtemps, il décrivit sa vie comme une succession d’imprévus heureux. Lorsqu’il partit pour l’Europe, il s’imagina en faire le tour durant un an. Il oublia dans son calcul que se nourrir et se loger avait un coût que des petits boulots ne suffisaient pas à payer. Il rentra la queue entre les jambes auprès de ses parents. Il leur fit miroiter l’espoir de grandes études alors qu’il ne posait le pied à l’université que pour glander, fumer des joints et travailler à la cafétéria. Il a économisé sa solde pour pouvoir accueillir Antonella dans un studio décent. Elle renonça à ses rêves par amour pour lui, mais jamais elle ne le lui reprocha, consciente qu’il s’épuisait dans des boulots précaires et ingrats pour qu’elle ne manque de rien. 2.L’armée est un sujet sensible pour lui. Elle constitue un échec de plus puisqu’il ne retrouva jamais sa place dans ses rangs suite à une expérience des plus malheureuses. Fait comme des rats tombés dans l’embuscade de l’ennemi, il assista à la mort de certains de ses compagnons, cachés dans une tranchée avec trois de ses autres survivants. Il se jugea pleutre et lâche malgré son prétexte de taille : Sofia. Il devait rester en vie pour elle. Elle lui permit de se relever d’un choc post-traumatique qui l’empêche, aujourd’hui encore, de s’aimer et d’être serein. Il souffre d’insomnie plus souvent qu’à son tour. L’alcool l’aide, mais elle n’est pas la panacée. 3. Il ne croit pas en Dieu malgré son éducation proprement judaïque. Il est capable de réciter la Torah en Hébreu, mais elle ne le secoue pas. Ce fut sans dont la première pomme de discorde entre sa mère et lui. Aujourd’hui, leur relation est toujours conflictuelle. Il l’adore, la réciproque est vraie, sauf qu’il ne supporte pas lire sa déception quand elle le regarde. Il est son fils raté, l’unique malheureusement. Il le sait et il l’évite. Elle lui reproche souvent qu’il ne se pencha pas à son chevet alors qu’elle souffrait d’un cancer du sein auquel elle a miraculeusement survécu. 4. Alors que les médecins-conseils de l’armée l’arrêtèrent suit à son choc post-traumatique, il n’a pas cherché à trouver du travail, se contentant de sa solde et de petits boulots ça et là pour arrondir les fins de mois. Il a donné des cours de boxe, sport qu’il pratique depuis son plus jeune âge, de Karate et Krav Maga également. Il ne s’agissait cependant que d’un substitut. Il ne s’est jamais plus senti capable de prendre en main de grandes responsabilités et la mort de Sofia ne l’aida pas. Il n’est toujours pas en droit de retrouver son ancien métier, le seul qui lui donnait l’impression d’avoir réussi sa vie. Néanmoins, son besoin de vengeance lui rend un peu en motivation. Il s’est découvert des talents qu’il ne soupçonnait pas : prendre du recul, en l’occurrence, et c’est toujours bien utile pour sauver sa peau. 5. Il boit encore énormément. Lorsqu’il doit retrouver ses moyens, il prend un rail de coke. Pour compenser, il reste un fervent abonné des centres de sports et il fréquente toujours les rings et les Dojos. Il pratique pour se nourrir de l’impression qu’il sauvera sa bonne santé, qu’il la préservera. Il n’assume pas réellement d’être un alcoolique notoire. Il se vexe dès lors qu’on le lui dit et, étant donné qu’il n’est pas très bavard, il se renferme comme une huître et lui tirer un mot devient dès lors impossible. Celui qui y parvient peut se flatter d’avoir réalisé un exploit. 6. Après le passage à tabac d’un malotru qui offusqua autant qu’il plût à Raelyn, il profita de l’intérêt de cette dernière pour grappiller une place au sein du Club. C’était son objectif et, force de volonté – et parce qu’il se doute être au goût de la jolie blonde – elle lui offrit ce qu’il désirait. Aujourd’hui, il est videur au Club. Il tient tout le monde à l’œil, y compris Mitchell, qu’il ne brusque pas. Il laisse la jeune femme planter dans la tête de son associé qu’Amos est un homme de confiance. Elle se porte garante pour lui et, il le sent, il finira par entrer dans les petits papiers du grand patron. 7.Plus pragmatique qu’intellectuel, il se fie à son instinct et n’est absolument pas sensible à l’air. Il ne trouve aucun intérêt à s’émerveiller devant un tableau. Il ne comprend pas non plus qu’on puisse se pâmer face à des danseurs et il ne comprend rien à la poésie. Il aimait la musique. Il n’est plus capable d’en écouter depuis la mort de sa fille. Aujourd’hui, il est « désémotionalisé » et il n’envisage pas de renouer avec un quelconque sentiment. Elle le ralentirait. Elle l’empêcherait d’atteindre ses dessins. Sa part d’ombre, il en a besoin et il est bien heureux d’être capable de couper un doigt, de crever un oeil ou de tuer de sang-froid. Il le fait pour sa gosse. Il n’est plus que distance désormais.

Le joueur derrière l'écran

Sur le net, on m'appelle Ci., mais appelez-moi PRÉNOM. J'ai la trentaine, et je viens de Belgique. J'ai découvert 30YSY grâce à moi , et j'ai cédé à m'inscrire parce que Je l'aime. Malgré mon emploi du temps chargé, je pourrai tout de même être présent(e) 7/7. Mon personnage est un SCÉNARIO DE Raelyn Blackwell. Je suis content(e) de vous rejoindre dans l'aventure et Un mot d'amour pour l'aventure.

Pour recenser votre avatar
Code:
<pris>Bradley Cooper ≈</pris> Amos Lockwood

à remplir si vous refusez le doublon de prénom
Code:
<pris>Amos</pris>




Dernière édition par Amos Lockwood le Mer 8 Mai - 22:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amos Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 42
SURNOM : Il n en a pas. C'est bien assez court.
STATUT : Marié. Sa femme attend désespérément qu'il signe les papiers du divorce.
MÉTIER : Videur au club. Ancien militaire.
LOGEMENT : Fortitude valley
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1557350564-original
POSTS : 13 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il boit. Il se drogue parfois. C'est pas un gars recommandable. Peu bavard. Charismatique. Malade et malheureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Bradley Cooper
CRÉDITS : Lux aeterna
DC : Lubya Abramova
INSCRIT LE : 02/05/2019

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 19:55





QUANDO VINCI, TUTTI AMICI
quando perdi, sei solo
1995. Sa tête posée au creux de mon bras l’engourdit, mais je n’ose pas broncher. Au contraire, j’approfondis ma respiration qu’Antonella, qui m’a déjà hélé d’un chuchotement, me croit endormi. Elle est d’humeur bavarde. Le sexe a ce pouvoir étrange sur les femmes. Dès lors qu’elles reprennent leur esprit, elles s’imaginent que l’instant est propice aux confidences, faute aux âneries que leur vend les comédies romantiques d’Hollywood, e la connerie à l’état brut afin qu’elles rêvent encore aux princes charmants et avenants, celui qui, après l’étreinte, scelle un coupe grâce à l'aveu. Mais, depuis quand est-il un privilège ? Comment pourrait-il l’être s’il est teinté de la couleur de l’obligation ? « Amos, je sais bien que tu ne dors pas. » insiste-t-elle dans un coup de poker, me secouant légèrement. Sa voix est doucereuse. Elle avance à tâtons comme un dresseur de lions face à un fauve. Elle chercher à amadouer ma nature secrète et taciturne et je me demande sérieusement, en ouvrant les yeux, ce qu’elle me prête en douleur pour la justifier. « Parle-moi de toi, tu veux ? » Non ! C’est tout ce qui me vint à l’esprit avant que mon regard ne croise le sien. Je me radoucis aussitôt, car elle est belle, Antonella. Elle n’est pas dessinée au pinceau. Elle a des traits sévères des femmes de caractère. Ils contrastent avec la délicatesse de son timbre, avec la chaleur de sa peau nue contre la mienne et avec la douceur de ses lèvres et pour la première fois depuis notre rencontre – elle remonte à trois mois – je sens croître la graine du sentiment qu’elle planta dans mon cœur à mon insu. « De moi ? » Je répétais surtout pour gagner du temps. Taiseux par essence, je souffre d’une tendance atavique à éluder toutes questions destinées à envahir mon jardin secret.

Je n’ai pas grand-chose à cacher. Je ne suis qu’un jeune adulte dans la moyenne, avec une vie... moyenne... et issu d’une famille tout aussi... moyenne. Ma mère, de confession juive, se plaît à raconter aux voisins qu’une partie des siens fut gazée pendant la Seconde Guerre mondiale tandis qu’une autre s’essaima aux quatre vents. Sauf que je n’en sais pas plus. Je ne l’ai pas écoutée et je n’ai rien vérifié. Dommage. Ce pseudo-drame aurait fait mousser ma partenaire et, mieux encore, j’aurais pu me libérer de mon malaise à l’idée de cette romanesque fadaise. Là, assommé et alangui, je me sens pris de court, coincé, tenté de lui révéler que je ne suis qu’un gars lambda. « Que veux-tu que je te dise ? Je suis Australien, j’ai dix-neuf ans, je ne sais pas quoi faire de ma vie, alors je suis là, en Italie, en quête d’une inspiration divine. Fin de l’histoire. » livrais-je sans détail et avec l’espoir qu’elle s’en contentera. « Je sais déjà tout ça. Moi, ce que je veux savoir, c’est ce que tu aimes, quelles sont tes passions, je ne sais pas. Ce que tu es… » Elle se redressa, s’appuyant sur le montant du lit, et je soupirai de lassitude. Elle ne lâcherait pas l’affaire, mais sa ténacité ne compte-t-elle pas parmi mes qualités préférées ? Elle me parlait davantage que ses grands yeux suppliants. « OK. De toute façon, tu t’endormiras avant la fin tellement c’est ennuyeux. » Ainsi, lui narrais-je l’histoire de mon marin-pêcheur de père, de mes virées en mer avec lui, de mes plus beaux souvenirs de ces heures de solitude et de notre complicité. Je lui rapportai les exigences de son épouse, sa foi envahissante et ses ambitions pour moi. « Elle me voit ingénieur. Elle me met une pression de dingue. J’ai eu besoin de prendre l’air et, la suite, tu la connais. » Je jetai un œil dans sa direction. Elle ne dormait pas. Elle buvait mes paroles et je l’embrassai, soulagé d’avoir vidé mon sac, convaincu que nous partagerions plus qu’une idylle Nella et moi.

***

1996. « Pardon ? Toi ? À l’armée ? » s’esclaffa ma mère d’un rire mauvais. Elle y croyait autant que mon projet de visiter l’Europe quelques années plus tôt. Dans mon souvenir, elle réagit plus ou moins de façon identique si bien qu’à mon retour, elle enfonça le clou de mon échec, fière d’avoir eu raison sur mes ambitions, furieuse que je lui ramène Antonella en cadeau. Elle ne l’aimait pas beaucoup. "Je déteste ses manières de jésuite" répétait-elle de son hébreu parfait. Moi, je faisais semblant de ne pas l’entendre. Discuter avec ma mère était synonyme d’énergiphage. Alors, fort de mes habitudes, je fermai les écoutilles pour admirer l’image sans le son. « Ça demande de la rigueur, de l’organisation et tu n’as rien de tout ça. Est-ce que je dois te rappeler toutes les erreurs que tu as accumulées à te comporter comme un gosse capricieux ? Tu t’es marié avec une catho, que tu as ramené de je ne sais où. » La défiance m’aurait volontiers poussé à souligner que mon épouse est romaine, mais je préférai me servir un verre de bourbon, sec, qu’il m’arrache la gorge et me réduise au silence. « Tu n’as jamais réussi à rester inscrit dans la même option plus d’un an à la fac. » Et pour cause, je n’y allais plus depuis un moment, ce que je me gardais de lui avouer. Je ne suis pas fait pour ça, je le lui chante depuis des années, mais elle refuse de m’entendre. Je suis un homme pragmatique, instinctif, qui roule aux principes, pas au pouvoir. Ma condition, elle me convient plutôt bien, à moi. « Et tu veux faire l’armée. Mais, redescends sur Terre, s’il te plaît. » J’y étais. J’avais les deux pieds bien ancrés au sol. Je ne fus jamais aussi convaincu de l’un de mes choix, si ce n’est mes noces avec mon Italienne. Quand bien même, ma situation ne m’offrait que peu d’options. Jusqu’alors, ma femme et moi étions arrivés à joindre les deux bouts grâce à nos sacrifices. Elle bosse chez un fleuriste et, le soir, elle donne des cours d’Italien. Moi, j’aide mon père en mer le week-end et, la semaine, je travaille dans un complexe sportif. Je balaie, je range, je souscris les abonnements des clients de passage, renouvelle ceux des habitués et profite gratuitement des installations. Je n’y ai pas d’avenir, pas d’espoir d’épouser une carrière d’hommes d’affaires, mais j’ai toujours été dénué d’ambition pécuniaire ou non. Je prends la vie comme elle vient, accueillant les imprévus comme de bonnes surprises. En existe-t-elle une plus merveilleuse et plus délicieuse que celle d’être bientôt père ? « Antonella est enceinte. » Je lâchai l’information, sans ménagement, comme un bombardier largue son missile au-dessus de Bagdad et je e réjouis de son effet sur la superbe de ma mère. Elle tomba des nues et sur son fauteuil. Elle s’y avachit, la tête prise entre ses mains. Elle jura, émis des hypothèses toutes plus dégradantes que les unes que les autres. Elle m’épargna l’avortement – que son Dieu en soit remercié – mais elle était prête à se substituer à mon rôle le temps que je termine un cursus inexistant. Cette fois, la vérité prévalant sur le mensonge, je l’assommai d’un coup de massue. « Il n’y a pas d’université. J’ai plus de vingt piges. Tu t’attendais à quoi ? » À mieux, visiblement. Elle se réfugia dans sa chambre, furieuse, déçue, à court de mots. Elle m’abandonna au milieu de salon familial où mon père, en prenant la parole, me fit sursauter. Il était aussi discret que je pouvais l’être, si bien que j’oubliai qu’il assista à l’entièreté de la scène presque dramatique. « C’est la meilleure chose à faire, fils. T’occupe pas d’elle. Elle se calmera. » Je reconnus dans son regard une lueur de fierté qui finit de me rassurer. J’étais, à ses yeux, devenu un adulte responsable, enfin.  

***

2008. Il est des missions qui nous blessent, qui marquent la tête et le cœur d’un soldat au fer rouge, des missions qui nous changent. J’aime prétendre que je suis solide, que les horreurs vues en Irak ne m’ont pas déshumanisé, que les médecins ont eu tort de m’arrêter, mais ce n’est qu’un mensonge éhonté. J’ai côtoyé la mort de trop près, les disparus de mon escadron se dénombrent par poignée et, bien que je ne sois pas le seul survivant, l’absence de mes compagnons de galère laissent trop de place à ma culpabilité. Elle me ronge, jour après jour, nuit après nuit. Elle insinue des cauchemars si cohérents qu’ils me paraissent réel. Je me réveille alors en sueur, la respiration haletante et fou de douleur. Antonella, malgré ses efforts, n’est plus qu’un maigre réconfort. J’en trouve à peine à partager mon expérience avec les "gens comme moi", ceux que la guerre a détruit, ceux qui se rassemblent dans des réunions pour anciens combattants. Je ne m’y sens pas vraiment à ma place. Je n’ai pas perdu un membre. Je ne suis pas rentré au pays avec une patte folle. Ma femme, lassée par mes absences, n’a pas quitté le nid, emportant avec elle son amour et notre fille. Elles sont là, toutes les deux, et quelques fois, mu par la force du désespoir, je tente vainement de m’accrocher à leur affection ou à mes vieux souvenirs pour dessiner un sourire sur mes lèvres. Je pense à la naissance de Sofia, à ses joues rondes ses grands yeux étonnés et ses menottes qui entouraient mon doigt en babillant. Je me rappelle mes inquiétudes à la voir grandir trop vite, mes fous-rires face à ses mots d’enfants et ma patience quand elle me tressait les cheveux ou qu’elle me maquillait. Ma gamine est pleine de vie. Elle s’illustre par son insouciance de ses 11 ans et Dieu qu’elle me fait du bien. Tandis que sa mère désespère à remarquer le faux-contact entre mon regard triste et mes sourires surfaits, Sofia me ressuscite de sa candeur et de sa jeunesse. Est-ce honteux de l’utiliser pour tenir debout ? Est-ce le comportement d’un bon père que de lester ses frêles épaules du poids de ma guérison ? Elle est à l’aube de l’adolescence. Elle renoncera bientôt à ses poupées et à ses peluches. Elle s’essuiera la joue quand nous l’embrasserons devant l’école, si tant est que ça nous soit encore autorisé. Ne devrais-je pas, pour son bien, lui permettre de se construire sans de telles responsabilités ? Certes, elle n’en a pas réellement conscience, mais elle s’inquiète pour moi, je le sais. Elle rivalise d’ingéniosité pour m’amuser, encouragée par Antonella qui a bien saisi toute l’influence qu’elle a sur moi. Elle est loin d’être dupe, ma fleuriste d’épouse. Elle me cède sa place pour les devoirs et les repas. Elle me laisse prendre soin de mon enfant parce que Sofia tient lieu de médicaments, d’antidépresseur. Elle me maintient en vie et, de temps à autre, nos rôles s’inversent. Elle ne cherche plus mes bras pour se rassurer, elle s’y complait surtout pour me rassurer tandis qu’elle s’installe à mes côtés, devant la télévision, réclamant un Disney pour nous occuper. « Je t’aime, papa. » dit-elle alors avec gravité. Et moi, j’embrasse son front en lui jurant que je serai toujours là, dans la joie et dans l’adversité.

***

2015.« A Brisbane ? Mais, quel intérêt ? Il y a de supers facs, ici. » s’insurge Antonella qui, je devais l’admettre, n’avait pas tout à fait tort. Melbourne est reconnue pour la qualité de ses universités. A quoi tient-elle la volonté de Sofia de nous quitter ? ME quitter ? Derrière cette décision se cache une histoire d’amour folle qui ne dura pas, c'est l'évidence. Ma fille est trop sensible pour l’amour. Elle le prouva durant sa seizième année alors qu’elle pleurait, enfermée dans sa chambre, le cœur brisé par l’un de ses camarades. Il ne voulait plus d’elle, elle peina à s’en remettre et je déployai des trésors d’ingéniosité pour la soutenir, l’amuser, l’aider à redorer le blason de son estime de soi. Ce petit con l’avait salement mis à mal et, depuis lors, je redoute chaque jour celui où elle m’annoncera qu’elle est amoureuse, que je ne serai plus le seule et unique homme de sa vie, le plus beau, le plus fort, son modèle, son héros. Un autre prendrait bientôt ma place et je rongeai mon frein pour ne pas intervenir dans la conversation. Je n’aurais rien d’agréable à dire de toute façon. « Ouais, je sais, mais mon option est bien plus réputée à la fac de Brisbane. Les statistiques démontrent que… » Elle nous endort avec des chiffres. Nella écarquille de grands yeux. Elle était perdue. Je ne payais pas de mine moi non plus. Sofia était somme tout plus instruite que ses parents. « Je ne comprends rien à ce que tu racontes. Je préfère que tu restes là, avec nous. Tu n’es pas d’accord, Amos ? » Honnête, je me serais désolidarisé de mon épouse. Je n’aimais pas l’idée que mon bébé s’envole du nid, mais j’étais conscient que nous ne pourrions la retenir prisonnière. Sofia a des rêves de grandeur et, si un homme se terre sous ceux-ci, nous aurions beau nous battre que nous ressortirons perdant. Au mieux, elle ne quitterait pas Melbourne, mais elle nous en voudrait tant et si bien que notre complicité en souffrirait. Alors, je grognai, ce qui signifiait, dans mon langage, que je ne me prononçais pas ou pas encore. « Je ne partirai pas toute seule. Anna vient avec moi. Ses parents nous ont trouvé un petit appartement. » « On a pas les moyens… » « Ce n’est pas grave. Je me trouverai un petit job pour participer au loyer. Ça devrait vous rassurer si je ne suis pas sur le Campus. » insista-t-elle avec cet enthousiasme qui ravissait mon cœur de père. Personnellement, je considérais en avoir trop entendu déjà. Elle nous menait en bateau. Elle avait tout préparé et, à défaut d’être un génie, je la connais trop bien pour me laisser berner. « Présente-le nous. » lançais-je en me redressant sur le fauteuil. « Pardon ? » Sa surprise confirma mon intuition et je poursuivis : « Invite-le à manger à la maison, demain soir. Et, ensuite, on rediscutera de tout ça. » conclus-je sous le regard effaré de mon épouse. Je ne pris pas le temps de répondre à ses questions cependant. Je me levai et quittai le salon sans un mot de plus. Qu’aurais-je pu ajouter ? Mon cœur battait mal. D’ici quelques mois, je perdrai le sens de vie et je le vivais comme une douloureuse épreuve.

***

2017 Elle pleure, tout le temps, en silence parfois, en secret régulièrement. Elle pleure la disparition de son enfant et, si sa peine rencontre la mienne, seul mon regard délavé en témoigne. Le dialogue est rompu entre Antonella et moi. Il l’est depuis qu’un agent de police nous somma de nous rendre à Brisbane pour identifier le corps inanimé de notre bébé. Il s’est brisé en même temps que nos cœurs et que l’espoir dès lors que le doute ne nous était interdit. Nous ne vibrons au diapason, ma femme et moi, et c’était entièrement ma faute. Qu’avais-je répliqué lorsque ses grands yeux me suppliaient de la rassurer ? De la prendre dans ses bras ? D’adoucir son innommable souffrance à l’aide de mots réconfortants ? Qu’avais-je fait pour la soutenir à part sombrer moi-même ? Rien. Rien d’utile. Rien qui solidifie un couple face à l’adversité. En aurais-je eu envie que j’en aurais été incapable. Je suis mort en même temps que Sofia. Certes, je respire et je marche. Mais, mon encéphalogramme émotionnel est plat. Alors, je me mûre dans de profond silence interrompu par la politesse et Antonella, elle m’en veut. Elle me déteste d’être égoïste, de n’entendre que les geignements de ma propre douleur et les regards qu’elle me jette sont de plus en plus noirs. Aurais-je tenté une approche que j’aurais été étonné qu’elle me fiche à la porte de notre maison. C’était couru d’avance. Je lui répondis : « Comme tu voudras. », persuadé que mon abnégation la soulagerait. Dommage que je sois moins doué pour les relations humaines qu’avec des gants de boxe. J’aurais pu endiguer cette crise avant qu’elle ne m’assomme pour de bon. « C’est tout ? » cracha-t-elle, ivre de rage. « Tu vas partir comme ça ? » Je haussai un sourcil circonspect. J’étais en quête d’un mot malin, d’une réplique intelligente pour désamorcer la bombe, mais rien ne me vint. « C’est ce que tu m’as demandé. Je ne vois pas où… » Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’elle bondit sur moi, cognant mon torse du plat de la main. « Tu es un sale type. Amos. Ta mère a raison, tu es un putain de raté. Tout ça, c’est de ta faute. C’est de ta faute si ma petite fille est morte. C’est toi qui l’as laissé partir. C’est toi qui n’as pas voulu déménager pour qu’on s’installe près d’elle. » Lorsqu’elle émit cette éventualité, j’y songeai, vraiment, avant de statuer contre. Elle avait besoin qu’on préserve son indépendance et moi, de me racheter d’avoir fait d’elle mon pilier. « Tu n’as pas su la protéger parce que tu es trop lâche, Amos. Tu es… tu es une raclure. » Elle me gifla et, assailli par ma culpabilité, je l’attrapai par les épaules et je la lançai sur le lit. J’avais l’écume au coin des lèvres tant j’étais fou de colère, mais n’avait-elle pas raison, finalement ? N’aurais-je pas pu empêcher cette tragédie ? J’ignore si j’aurais été en mesure de la violenter. Ce dont j’étais certain, c’était que je n’avais aucun mot à lui opposer pour ma défense. Elle n’avait pas vraiment tort. Aussi, ramassais-je un sac que j’emplis de quelques fringues au hasard et je m’en allai, crachant à ses pieds avant de quitter la chambre. Je me réfugiai dans un bar dans lequel je picolai, chaque jour que Dieu fait.

***

2018 Et je me sens comme un vagabond à profiter de l’hospitalité du concierge de mon lieu de travail, à picoler sa gnôle quand le patron du bar m’a viré parce que l’ivresse me rend agressif avec ses clients. Antonella prétend que je ne suis plus qu’un alcoolique, elle refuse tout dialogue, persuadée qu’il n’est désormais plus à rien sauver entre nous. Elle parle divorce, mais je fais semblant de ne pas comprendre, de ne pas l’entendre. Quand bien même souhaiterait-elle me faire parvenir une lettre de son avocat qu’elle ne saurait à quelle adresse l’envoyer. Je m’accroche à l’idée que tout va bien, que je gère parfaitement la situation et qu’elle me va bien finalement, mais je suis furieux. Je ne la déteste pas encore, mais elle le doit à tous ses chats que j’ai à fouetter, à toutes ses réponses que je cherche inlassablement afin d’adoucir ma peine. J’ai perdu ma raison de vivre. Ma fille est morte d’une overdose. La police l’a retrouvée nue, dans un lit défait, étouffée dans sa bile. Mon cerveau malade imagine la scène et elle me hante autant que mes questions et mes remords. Qu’avais-je raté avec Sofia ? A quel moment étais-je devenu un mauvais père, un démissionnaire ? Qui lui avait fourni cette merde qui la tua ? L’avait-elle ingérée de son plein gré ? Lui avait-on forcé la main ? Ne l’avais-je pas assez entouré d’amour pour qu’elle juge bon de me confier ses misères ? Je l’avais au téléphone une fois par semaine, voire plus, comment avais-je pu passer à côté de sa détresse ? Quand nous lui rendions visite, elle était toujours la même, amaigrie, certes, mais rayonnante de joie de vivre. Était-ce cependant une excuse valable pour ignorer mon échec ? Rien ne présageait qu’un tel drame nous frapperait et Dieu que j’en souffre. Je bois pour oublier, mais c’est inutile. L’alcool fait émerger ce qu’il y a de pire dans ma personnalité. Je suis violent, teigneux, dénué d’empathie. Or, ça ne m’aide en rien. Au contraire, je me trouve détestable de faire payer à mes proches les frais de ma colère et de ma culpabilité. « Amos. Il y a un vieux bonhomme qui veut te voir. » me héla mon pseudo-coloc – je suis son parasite – tandis que je demeure avachi dans son sofa, une bière à la main, les cheveux défaits et mouillés d’une transpiration crasse. « C’est qui ? » Je peine à me redresser. Je dois déployer un effort surhumain et, une fois de bout, je réalise que la tête me tourne. J’ai avalé plus de whisky, de bière et de vodka (pas dans cet ordre) que mon corps pouvait en supporter, mais j’avale tout de même une nouvelle gorgée au goulot alors que je tombe nez à nez avec mon père. La salope d’Italienne ! Elle appela la juive et sa lavette d’époux à la rescousse. Quelle ironie. Ils se haïssaient depuis tout jour. Le grand combat de ma femme fût de m’aider à me débarrasser de l’influence de ma mère. Je trouvais la démarche ridiculement hypocrite à présent. « Tu sais que je n’ai rien à te dire ? » crachais-je dès que nous fûmes en tête à tête. Délicat, Andy nous abandonna, prétextant un boulot urgent, mais je m’en foutais comme du reste, comme du poids des mots pâteux qui s’échappent de ma gorge, comme ceux de mon père alors qu’il les espérait percutants et univoques. « J’ai juste besoin que tu m’écoutes. Je peux m’asseoir. » Perte de temps. J’aurais bien refusé, mais c’était trop tard. « Nous aimions tous Sofia. » L’évocation de son prénom – je ne le prononçais jamais plus – me déchira le cœur. Je me braquai aussitôt et, poings et mâchoires serrés, je me fis violence pour ne pas gifler mon vieillard de papa. « Je sais comme c’est difficile ce qui t’arrive. » « Mais, qu’est-ce que tu sais, toi ? Moi, je suis là et c’est pour ça que tu te permets de venir me faire la morale chez moi. » Il hocha la tête, signifiant que je me trompais, que cet endroit sordide n’était pas ma maison, mais tout à ma rage, je ne relevai pas. Je préférais lui cracher tout mon venin. « C’est parce que tu es aux premières loges de ma décadence que tu es là. Alors, ne me dis plus jamais que tu sais ce qui me blesse ou pas, parce que tu n’en sais rien. Tu ne sais pas ce que c’est de pas être fichu de trouver les bons mots pour retenir sa femme. Tu ne sais pas non plus ce que c’est de sentir coupable d’avoir tout raté, de n’avoir rien vu du malheur de son enfant. Tu ne peux pas savoir parce que tu es là, toi, et que moi, j’étais absent quand elle a eu le plus besoin de moi. » hurlais-je en lançant ma bouteille à travers la pièce, mais mon père ne cilla pas. « Dégage maintenant. Je ne veux plus te voir, ni toi, ni personne. » Il ramassa son parapluie, sa dignité, mais avant de partir, il m’administra un uppercut qui me déstabilisa. « Tu t’en prends aux mauvaises personnes, fils. Si seulement tu utilisais tout ça pour te sauver. » dit-il, las et visiblement inquiet. Et s’il avait raison ? Et si j’étais toujours en vie pour rendre justice à mon bébé ? Et si… je décollais pour Brisbane.

***

2019 Il ne restait plus grand-chose sur mes comptes en banque lorsque je m’installai à Brisbane et, si je me dégotai un petit studio me rappelant mes premières années de mariage, je le devais à la générosité de mon père. De mémoire d’homme, jamais je ne l’avais vu empoigner ses couilles, devant ma pingre de mère, avec une telle vigueur. Il était heureux que je me mette enfin en mouvement. Un vent nouveau soufflait dans mon dos. Il ne me débarrassait pas de ma peine, de ma culpabilité ou de mes addictions, mais je me nourrissais désormais d’un objectif peu louable, certes, mais stimulant. Ici, là où ma fille périt, j’effleurais du doigt l’espoir de trouver ma rédemption à chaque fois que je grapillais des informations sur Sofia. Au départ, elles étaient maigres, mais c’est comme pour l’argent, il n’y avait pas de petits profits. Peu à peu, à questionner ses camarades de classe, le mystère désépaississait. Je détestais ce que j’apprenais, ais je m’efforçais de garder loin la déception, l’angoisse et le jugement. D’aucuns des récits de ses camarades de fac ne ressemblaient à mon enfant. Je ne l’avais pas élevée pour qu’il oublie son honneur et salisse sa réputation dans la drogue et dans la luxure. Comme je l’avais sacralisée, tous étaient responsables, de la sale gosse qui la fit entrer de l’autre côté du miroir à ses dealers. Ils furent faciles à trouver et à impressionner. Ma carrure – le sport compense les conséquences de l’alcool – joua pour beaucoup. D’une certaine manière, elle m’ouvrait pas mal de portes. Je trouvai un boulot de vigile dans un grand magasin, un job de journée qui me permettait de mener mes entreprises à bien le soir venu. Ma dernière rencontre avec l’un de ses pourris qui entraîna mon enfant vers les limbes fut de toute la plus fructueuse. Je ressortis de notre aparté avec les noms de fournisseurs, celui qui me permettrait d’entrer en contact avec les membres de ce que certains rappelaient le Club. Ils étaient rares. C’était même étonnant que j’aie été rencardé sur le sujet. Sans le concours d’un fils de pute qui prit ma gamine pour une pute, j’appris qu’elle travaillait pour cette organisation secrète et/ou clandestine. Sans contact, ce fut difficile de les trouver. Mais, le monde de la nuit n’est cependant qu’une pute écarte facilement les cuisses dès lors qu’on la caresse dans le sens du poil. Un peu d’argent, un service rendu, et je gagnais des adresses, des coordonnées et les portes s’ouvrirent devant moi, un qui me permit de devenir le garde du corps d’un type qui travaillait étroitement avec ces criminels. C’était mon heure. Je le sentais. Autant dire que je tombai des nues en découvrant que le rendez-vous de mon patron – gros bonnet du nom de Stanton – n’avait rien d’un mufle déguisé avec élégance, à la gueule patibulaire, à la mine dure à cause de sa vie dangereuse, aux rires gras et au torse bombé par le pouvoir. Au contraire, elle était aussi haute que mon ex-femme. Sa blond polaire – platine ? – adoucissait la sévérité de ses traits. Ils n’étaient pas grossiers. Ils témoignaient de sa force de caractère. Je n’irais pas jusqu’à prétendre qu’elle me plut au premier regard. Je dirais plutôt qu’elle m’intrigua, parce qu’elle était différente, en plus d’être ma carte de visite. Cette impression s’amplifiait à chaque fois qu’elle était amenée à travailler avec mon boss. Je finis par la suivre, non pour en apprendre plus sur elle, mais parce qu’elle était la clé, la carte au trésor qui détient le secret de l’emplacement du Graal. Elle était devenue, à sa manière, plus précieuse que mon statut au sein du milieu de malfrat que j’avais rejoint. Un petit poisson dans l’océan de la pègre et lorsque l’un de mes collègues s’autorisa à poser sa main crasseuse sur la fesse musclée et rebondie de la femme d’affaires. Je réagis au quart de tour, sans réfléchir, parce qu’imbibé d’alcool, sans doute… je crois. Je le tabassai sans préambule, marquant des points que je ne cherchai pas à gagner. Ô bien sûr, il fait mine de s’offusquer. Elle est forte, Raelyn. Elle n’a pas besoin du soutien d’un homme. Les chevaliers servants, ça l’embête, elle le laisse aux autres, aux sentimentales.







Dernière édition par Amos Lockwood le Mer 8 Mai - 21:58, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wren Doherty
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans. (26.06.1989)
SURNOM : Jer, son, que des surnoms donnés par sa chère mère.
STATUT : kinda amazed.
MÉTIER : pompier, certainement plus proche de la mise à pied que la promotion.
LOGEMENT : #16 fortitude valley.
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_pr3xyiP8Bd1shkzaf_400
POSTS : 7747 POINTS : 845

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Une habitude? Une manie? La cigarette reste sa lubie. A peu près tout ce qui concerne le feu ou la fumée reste du rayon de Wren. Il est, à vrai dire, fasciné par le phénomène, à croire que cela reste génétique. Pour autant, rien ne prouve à l'heure actuelle qu'il est destiné à la pyromanie, comme son père avant lui. Non, il est juste pompier et fasciné par son métier.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : deborah/kane ¤ charlie ¤ freya
RPs EN ATTENTE : maze#3 ¤ gabriel#2
RPs TERMINÉS : jaylen ¤ maze ¤ violet ¤ carter ¤ nadia ¤ maze#2 ¤ gabriel ¤ kane
AVATAR : Bill Skarsgård
CRÉDITS : endlessly epic
DC : Elwyn, le nerd aux savoirs inutiles.
INSCRIT LE : 02/03/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t18919-wren-today-means-nothing-today-is-just-a-ghost-that-s-haunting-me http://www.30yearsstillyoung.com/t18982-wren-today-means-nothing-today-is-just-a-ghost-that-s-haunting-me http://www.30yearsstillyoung.com/t19006-wren-doherty

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 19:56


Rebienvenue AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 3258319053



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
John Williams
le sanguin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans. né le quinze septembre. bientôt la quarantaine.
SURNOM : Jo' pour les intimes. John pour les autres.
STATUT : apparemment, en couple avec Charlie.
MÉTIER : simple barman au mactavish mais plus pour très longtemps.
LOGEMENT : #65, fortitude valley.
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_inline_o4pt0fqeen1szaa83_250
POSTS : 6375 POINTS : 4080

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : il aime les deux roues • il n'a plus aucun contact avec son paternel • il aime lire un bouquin, aller au cinéma, dessiner • fils unique • il est pas tès doué pour une relation amoureuse • il déteste la violence envrs les femmes •
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Giphy
You and I were so unexpected, but so obvious. Charlie #5 ; Maddie #1 ; Paola #3 ; Blake ; Yoko ; Emmy ; Alex ; Alec ; Harper ;
RPs EN ATTENTE : Lisbeth ; Savannah ; Elwynn ; Léo&Charlie ;
RPs TERMINÉS : Charlie #1 ; Charlie #2 ;Charlie #3 ; Charlie #4 ; Paola #1 ; Paola #2
PSEUDO : Emily.
AVATAR : Taylor Kitsch.
CRÉDITS : {ava : datura}
DC : //
INSCRIT LE : 31/01/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23687-ta-deuxieme-vie-comment-quand-tu-comprend-que-tu-n-en-as-qu-une-john#964378 http://www.30yearsstillyoung.com/t23692-john-williams-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 19:59


Re bienvenue :l:


I just don't know how to be out in the world, man.

by Wiise


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:00


Re-bienvenue AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1017170121
Revenir en haut Aller en bas
Sohan Khadji
la tête dans les pixels
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans. (24.05.1983)
SURNOM : So'
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Analyste informatique pour la police de Brisbane à temps plein et dépanneur freelance à ses heures perdues.
LOGEMENT : #70 à Toowong.
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_nxz9umhEX41suwc3ao2_250
POSTS : 1511 POINTS : 650

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Né à Brisbane de parents marocains - Parle Anglais, Amazighe et Arabe standard - Passionné d'informatique et de technologie - Très bon cuisinier - Va courir régulièrement - Très réservé au premier abord - Ne bois pas d'alcool - Homosexuel qui ne s'assume qu'à moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Hassan#2 - Lona
RPs EN ATTENTE : Yasmine#3 - Caleb
RPs TERMINÉS : Andy - Chadna - Yasmine - Phoebe - Hassan - Dimension fantôme - Kane - Nadia (Fantôme) - Yasmine#2
PSEUDO : Sockie
AVATAR : Rami Malek
CRÉDITS : Loonywaltz (UB)
DC : Itziar
INSCRIT LE : 14/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20629-sohan-tu-seras-viril-mon-kid-finie http://www.30yearsstillyoung.com/t20694-sohan-friends-are-the-family-you-choose http://www.30yearsstillyoung.com/t20695-sohan-khadji http://www.30yearsstillyoung.com/t20698-sohan-khadji

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:01


Rebienvenue :l:


running down to the riptide
I was scared of dentists and the dark. I was scared of pretty girls and starting conversations. Oh, all my friends are turning green. You're the magician's assistant in their dreams ▬ they come unstuck

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 3ve2lU9
Revenir en haut Aller en bas
Raelyn Blackwell
la jamais à sec
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (20.12.1986)
SURNOM : Raelyn est déjà le prénom qu'elle s'est choisi, puisqu'elle est née Rachel-Lynn
STATUT : Frivole depuis 10 ans, elle collectionne les relations charnelles sans attaches. Addict à la sensation de ressentir une peau contre la sienne mais sans se l'avouer terrorisée à l'idée de laisser quelqu'un rentrer dans sa vie
MÉTIER : Responsable de l'approvisionnement en stupéfiants du Club, la pègre de Brisbane
LOGEMENT : #606 Spring Hill
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped CJ9UNMPJ_o
POSTS : 6282 POINTS : 1530

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : petit modèle, elle mesure moins d'un mètre soixante et possède une silhouette gracile + elle possède un certain charisme, du magnétisme et il est facile de se faire berner par son charmant minois + diplomate, elle possède des nerfs d'aciers + elle n'a pas fait d'études, pas par manque de capacités mais de moyens financiers et d'envie + accro à la cigarette + alcoolique à ses heures perdues + adepte de MDMA pour les grandes occasions + opportuniste et prête à tout pour servir ses propres intérêts, elle possède des notions de bien et de mal bien à elle + au fond terrorisée par la solitude
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : AmosJoralyn #2 (Joseph&Deborah)Mitchell #2Lubya #2Leah (Flashback)DeborahCaïnCamilAlec (Flashback)Jessalyn
RPs TERMINÉS : PrimroseMitchell #1Joseph #1Lubya #1

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped BaVsCicO_o
AVATAR : Lady Gaga
CRÉDITS : Avatar et gifs by me UB by loonywaltz
DC : NA
INSCRIT LE : 21/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23235-raelyn-the-badest-thing-around-town-5 http://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission http://www.30yearsstillyoung.com/t23333-raelyn-blackwell

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:08


AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 224775235

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 3792592609 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1017170121 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 674657830 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 206649278 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1150905828

Je t’ai deja tout dis mais je suis prête à te faire des bébés, ça me fait si plaisir que toi et ta plume fantastique preniez mon scénario, il va être parfait entre tes mains ! (et que tu viennes te frotter à Rae, dans tous les sens du terme AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 2390413160 )

J’ai si hâte de lire tout ce que tu nous prépares !

Et puis :l:

Spoiler:
 




I have to turn my head until my darkness goes

Spoiler:
 


Dernière édition par Raelyn Blackwell le Jeu 2 Mai - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romy Ashby
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt six ans (26.07)
SURNOM : romy est déjà un surnom, son vrai prénom est un presque secret d'état.
STATUT : pas encore prête à abandonner un célibat fraîchement retrouvé
MÉTIER : conseillère pénitentiaire de réinsertion et de probation au centre correctionnel pour femmes de brisbane
LOGEMENT : au revoir le canapé de prim, maintenant en colocation avec isla au #429 fortitude valley
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Giphy
POSTS : 371 POINTS : 310

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : l'enfant du milieu, proche de son père, cherche désespérément l'attention de sa mère › prend toujours les choses trop à coeur › pas soigneuse pour un sou, bordélique et catastrophique › acheteuse compulsive, dans son dressing s'entassent des vêtements esseulés par dizaines
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : prim + joeyronnieclément (fb) tonyanwarcaleb (fb)clamyleomy

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_nq5gkfEM7k1qe04cpo6_250
AVATAR : saoirse ronan
CRÉDITS : tumblr (gifs) loonywaltz (ub) smmg (av)
DC : l'autre kiné névrosé
INSCRIT LE : 14/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23694-romy-o-dream-on http://www.30yearsstillyoung.com/t23734-romy-o-born-to-be-wild-but-only-until-9pm-or-so http://www.30yearsstillyoung.com/t23794-romy-ashby http://www.30yearsstillyoung.com/t23797-romy-ashby#971007 http://www.30yearsstillyoung.com/t23861-f-libre-karen-gillan

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:09


Rebienvenue AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 826475116



make everything louder, do it till my skin vibrates. make everything louder, i wanna hear my eardrums break. more volts in the system, drown out the symptoms. everything louder, louder. i don’t wanna listen, just wanna feel it.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Villanelle
les grands idéaux
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 23 ans (21.02.1996)
SURNOM : Cha, Lie, Vi, ... rien de plus d'une syllabe
STATUT : Fuit la solitude à tout prix aux côtés de John
MÉTIER : Etudiante en dernière année de sciences politiques + Barmaid au Death before decaf depuis fin avril
LOGEMENT : #227 bayside avec john comme colocataire à temps partiel
We can burn brighter than the sun
POSTS : 1271 POINTS : 6465

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : allergique aux religions + fêtarde + lutte pour paix dans le monde, écologie, égalité H&F + parle anglais, français, espagnol, chinois + fan de Freddie Mercury et musiques des années 80/90 + hypersensible + besoin d'être entourée + manipulable + naïve + tatouage fleurs sur le ventre pour cacher cicatrice + adepte références à la culture pop et des pires choix possibles
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 17/∞ : yokotadbrendanwrensimonasher (fb)léo #1 (fb)maximilienléo #2walterclémentaméliastreet art festalois & léojohn #5primrosealec

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_inline_o4pt2f74Ru1szaa83_250
Quaeque ipsa miserrima vidi,
et quorum pars magna fui.

RPs EN ATTENTE : lubya ☼ léo&john
RPs TERMINÉS : lubya #1tonyjohn #1john #2paolajohn #3john #4

abandonnés. eden
PSEUDO : kaelice
AVATAR : Sophie Turner
CRÉDITS : Panda
DC : /
INSCRIT LE : 30/03/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23553-villanelle-a-hug-is-just-a-way-to-hide-your-face#956021 http://www.30yearsstillyoung.com/t23562-villanelle-we-live-in-trouble-times http://www.30yearsstillyoung.com/t23677-charlie-villanelle http://www.30yearsstillyoung.com/t23771-charlie-villanelle

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:16


Ohhh rebienvenue ! Hâte de te voir jouer Bardley ! AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 674657830



They expected me
to cross the oceans
while I was still learning to swim.
Revenir en haut Aller en bas
Eireen Murrough-Mays
la nouvelle du barreau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Elle a eu 30 ans. Et elle le vit bien ! (04/02/1989)
SURNOM : Reen, et c'est bien tout comme surnom
STATUT : Mariée depuis le 9 décembre 2017, et très heureuse !
MÉTIER : Avocate au pénal. En recherche d'un nouvel associé
LOGEMENT : Chez Kaleb. Depuis Juillet. Au #129 Bayside
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_mpc54e8Tto1sx2peuo1_500
POSTS : 17174 POINTS : 345

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : fille unique ; issue d'une famille catholique ; a eu une leucémie dont elle s'est remise ; a toujours peur de faire une rechute ; adore sa famille mais est plutôt une personne indépendante ; ancienne joueuse de tennis ; fait beaucoup de sport ; a été fiancée pendant près de sept ans mais a rompu parce qu'il l'a trompée ; a totalement perdu de vue sone x ; allergique au citron et à tout ce qui est à base d'arachide ; très attachée à une célébrité, un sportif qui plus est
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs TERMINÉS :
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_o011d6CRx51sm1irzo1_250
Aaron #1Soren #1Mina #1Riley #1Mickey #1Dylan #1Groupe #1Camael #1Camael #2Madison #1Kaleb #1Dylan #2Madison #2Madison #3Kaleb #2Kaleb #3Madison #4Groupe #2Kaleb #4Kaleb #5Julian #1Leela #1Madison #5Shane #1Leela #2Kaleb #6Nathan #1Kenneth #1Shane #2Kaleb #7Emmaline #1Duncan #1Milena #1Kaleb #8Kaleb #9Kaleb #10Cora #1Lou #1Kaleb #11Kenneth #2Livia #1Kaleb #12Naia #1Kaleb #13Cora #2Kaleb #14Berlioz #1Kenneth #3Kaleb #14Kaleb #15Kaleb #16Bob #1Kaleb #17Cora #3Shane #3Kaleb #18Kara #1Groupe #3Kaleb #19Laureen #1Lisbeth #1Kael #1Kaleb #20Kaleb #21Kaleb #22Kaleb #23Callum #1Malo #1Kaleb #24Kaleb #25Kaleb #26Cora #4Dean #1
PSEUDO : Nao'
AVATAR : Marie-la-toute-belle-Avgeropoulos
CRÉDITS : Avatar de Nao', Sign de Mad Love
DC : Delilah & Andrew & Jaylen
INSCRIT LE : 05/02/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t659-la-vie-est-un-reve-fais-en-une-realite-eireen http://www.30yearsstillyoung.com/t1645-la-vie-est-un-reve-fais-en-une-realite-eireen http://www.30yearsstillyoung.com/t1395-eireen-murrough

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:28


Re bienv'nue à toi ^^




LOVE IS NOT AN EASY THING
Can't say how the days will unfold, can't change what the future may hold. But, I want you in it, every hour, every minute. All I want to do is come running home to you, come running home to you. And all my life I promise to, keep running home to you, keep running home, to you


AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped FU1NHxtAMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Azx3jz2
Revenir en haut Aller en bas
Zelda Trần
le mirage
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : La trentaine, mais on dit merci aux gênes asiatiques pour ne pas les faire
SURNOM : Zelda, simplement Zelda.
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Mannequin pro
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped D68460ea1f7d9c68eacb1f72fdc256d7ab181c4e_hq
POSTS : 3073 POINTS : 485

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ISFP | Always a kiwi. Le vietnamien est une belle langue, surtout quand elle insulte avec. Accent néo-zélandais un peu trop forcé, atteinte d'endométriose et vegan. Essaie petit à petit d'arrêter de fumer et milite pour les droits des femmes.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1556706219-anigif

FLASHBACKS gabriel#1

PRESENT yokoneptunecade

(4/5)

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1557840327-anigif2




RPs EN ATTENTE :
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_pocgtofnj11utu2vxo5_400

AVATAR : 김태연 Kim TaeYeon
CRÉDITS : childish (avatar) ; kimtaeyons (gif) ; loonywaltz (ub) ; old money (signa) ; moi-même (crackship)
DC : -
INSCRIT LE : 24/12/2017

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:38


Rebienvenue :l:



I gave you the world because you were my everything I gave you my winter and summer too in those hot and cold seasons did I even really love you?

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Krv0ahd
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped SauPn8Q
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EV8FyP7
Revenir en haut Aller en bas
Jessalyn Oxton
la punk à roulettes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 23 ans (25.10)
SURNOM : jess, nox
STATUT : célibataire
MÉTIER : étudiante en cinéma, galérienne de la vie
LOGEMENT : #12 fortitude valley
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped L0el
POSTS : 332 POINTS : 360

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : se déplace généralement en skate › membre d'un groupe du nom d'oxtorm › son chat s'appelle leeroy et son chien kalden › éternelle enfant › a une passion secrète pour les films twilight › adepte de la malbouffe › saute toujours partout › voue un véritable culte aux films de romero › change de couleur de cheveux comme de vêtements › incapable d'aligner deux pas de danse ›
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Jmc9
joseph › alors c'est l'histoire d'une meuf bourrée-

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Oip8
austin › c'est (encore) l'histoire d'une meuf torchée qui veut rentrer chez elle et-

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 6rnz
clément › cette fois c'est l'histoire d'un prêtre raptor qui tape sur des ninjas-

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_oqdp1c6g4S1rwjisqo8_250
clara › il s'est tiré c'con de chien-


brendan › ou la meuf qui va voir son meilleur pote dans l'bar où y bosse-

garret › celle qui sort son frère réticent-

raelyn › où ça se passe pas très bien-
RPs EN ATTENTE : gabriel ▽ bailey ▽ léo ▽ harper&zelda ▽ elwyn ▽ amélia
PSEUDO : harley (camille)
AVATAR : bex taylor-klaus
CRÉDITS : harley
DC : nn
INSCRIT LE : 13/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23684-jess-catch-phrase http://www.30yearsstillyoung.com/t23728-all-my-favorite-things-start-off-as-bad-ideas-jess http://www.30yearsstillyoung.com/t23737-jessalyn-oxton#966795 http://www.30yearsstillyoung.com/t23733-jessalyn-oxton#966661

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:41


rebienvenue uesh AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1001340119



❝ young blood, run like a river, never get chained, heaven need a sinner; you can't raise hell with a saint, young blood, came to start a riot.  somebody gotta raise a little hell
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Chef de cuisine
LOGEMENT : #500 Spring Hill
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Tumblr_pnv7qm880D1rhqdgho4_r1_400
POSTS : 152 POINTS : 920

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Alex
Primrose
Juliana
Romy
‹ Sohan
‹ Prim & Romy

PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : (c) Century Sex
DC : Non
INSCRIT LE : 28/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever http://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 http://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:52


Omg mais quel magnifique choix d'avatar AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 674657830
Rebienvenue AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 199959295



CALEB ANDERSON

Have you ever wondered what marks our time here? If one life can really make an impact on the world… or if the choices we make matter? I believe they do. And I believe that one man can change many lives. For better… or worse.  © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Victoire Valentini
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : Vingt neuf ans
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Femme de chambre au Brisbane Marriott Hotel
LOGEMENT : #850, Toowong, de retour chez celle qui l'a élevée
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Uu640d4w_o
POSTS : 351 POINTS : 295

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A passé trois ans en prison pour braquage et blessures volontaires
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Caïn - Archie - Caesar - Alec
RPs EN ATTENTE : Joseph - Erin - Lene
PSEUDO : smoking cat
AVATAR : Gizele Oliveira
CRÉDITS : delreys. (avatar) old money (sign)
DC : aucun
INSCRIT LE : 02/01/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t22827-victoire-evadee-dalcatraz-ou-presque http://www.30yearsstillyoung.com/t22898-victoire-reinsertion-sociale http://www.30yearsstillyoung.com/t22900-victoire-valentini#928955 http://www.30yearsstillyoung.com/t22899-victoire-valentini

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 20:58


Rebienvenue parmi nous AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 3922047296



--- and suddenly
i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas
Amos Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 42
SURNOM : Il n en a pas. C'est bien assez court.
STATUT : Marié. Sa femme attend désespérément qu'il signe les papiers du divorce.
MÉTIER : Videur au club. Ancien militaire.
LOGEMENT : Fortitude valley
AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1557350564-original
POSTS : 13 POINTS : 80

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il boit. Il se drogue parfois. C'est pas un gars recommandable. Peu bavard. Charismatique. Malade et malheureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
AVATAR : Bradley Cooper
CRÉDITS : Lux aeterna
DC : Lubya Abramova
INSCRIT LE : 02/05/2019

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped EmptyJeu 2 Mai - 21:19



@Wren Doherty @John Williams @Victoire Valentini @Jessalyn Oxton @Eireen Murrough-Mays @Romy Ashby @Sohan Khadji @Theodore Stark

Merci mes chatons en sucre. AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 674657830 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 674657830 C'est un plaisir d'être accueilli comme si je débarquais AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 1017170121

@Caleb Anderson Tu me crois si je te dis qu'il s'est imposé comme une évidence. Je suis sûre que tu me crois AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 4222248358 AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 4222248358

@Charlie Villanelle J'espère que tu me réserveras au moins un lien et un sujet chérie AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped 3031831951

@Raelyn Blackwell Toi. Ô toi, quand on est à court de mots, il ne reste plus que les images :


Spoiler:
 

Et les smileys

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty
MessageSujet: Re: AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped   AMOS LOCKWOOD ▬  My senses have been stripped Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

AMOS LOCKWOOD ▬ My senses have been stripped

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: bonjour la trentaine :: fiches validées
-