AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 the kids aren't alright (lennie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : célibataire, rupture récente, c'était trop dur pour lui de ne pas se foutre de sa gueule.
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec son chien Patacroute.
the kids aren't alright (lennie) MUIQdx3
POSTS : 4269 POINTS : 225

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Simon#1 + Tony#1 + John#1 + Lonnie#1 + Victoire + Eva#4 + Leah#1  (7/5)
RPs EN ATTENTE : Tommy, La Famille Adams
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) nympheas (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptyVen 3 Mai - 20:54



the kids aren't alright
Lene & Lonnie


Ils avaient commencé une partie de Monopoly sans la moindre inquiétude, sachant pertinemment que le jeu serait aussi long que la nuit et que ce serait le meilleur moyen de faire passer le temps rapidement en investissant les uns contre les autres jusqu’à se mener vers la banqueroute. Du moins, c’est l’idée qui était venue depuis le fiasco qu’était devenue la partie de Uno il y’a plusieurs semaines. Lene regrette d’avoir à le dire mais à la caserne, ils sont tous de sacré caractère et à commencer par elle, elle allait mettre le feu à cet endroit s’ils continuaient à se foutre dessus pour des jeux de sociétés. L’avantage du Monopoly, c’est que le jeu est si long qu’ayant à peine commencé, il est toujours interrompu par un appel au secours et ce soir ne déroge pas à la règle. Ce soir, il n’y avait eu que le temps de débattre sur le meilleur pion avant que des affaires plus urgentes ne se fassent entendre si bien qu’ils ne sauront jamais lequel du chien ou du chapeau porte le plus chance.
L’alerte maximale avait été lancée et jamais au grand jamais Lene n’avait vu ça : une maison entière en flamme dont on ne sait pas encore jusqu’où se fixe le nombre d’habitant, juste qu’il faut intervenir rapidement avant que les dégâts n’empire. Les lances sont de sortie et l’eau ne tarde pas à jaillir. Ce qu’elle ressent à cet instant précis, c’est le danger mélangé à un sentiment d’impuissance absolu. Jamais elle n’avait géré ça. Jamais au beau milieu de la nuit. Des collègues avaient raconté ce genre d’urgence dont la gravité te prend aux tripes mais là, dans ce brasier, il y’a des gens et la réalisation ne fait que lui tordre l’estomac un peu plus. C’est difficile de voir dans la scène qui se joue la dose d’adrénaline qu’elle aime tant recevoir en faisant ce métier. C’est la certitude qui s’empare d’elle. Des gens sont morts, ça y’est. Ce n’est pas possible autrement.

C’est pourquoi elle passe l’heure suivante à faire tout ce que le capitaine ordonne : préparer les masques pour les gars, vérifier leurs état général dès qu’ils sortent du brasier, éloigner les curieux, hurler tout ce qui droit être transmis au plus grand nombre. En temps normal, elle se sentirait passive, loin du feu (haha) de l’action mais elle obéit juste et elle espère que ce qui arrive ne mènera pas un de ses gars dans la tombe. Là-bas, à la caserne, il y’a un plateau de jeu qui attend et une interdiction formelle que de laisser un siège vide. Après un long moment, on extirpe le corps d’un enfant, puis d’autre et finalement, celui d’une femme qui doit avoir l’air un peu plus âgée qu’elle. Les flammes baissent, mais tout porte à croire que l’origine est criminelle, qu’aucun accident n’est responsable de ça et dès que ce doute est posé sur la table, c’est à la police qu’il faut faire appel. Tout ce qu’elle a en tête à ce moment reste loin de cette préoccupation, elle, c’est de savoir quand ça va se finir qui l’intéresse.

Le matin perce les nuages quand les flammes commencent lentement à baisser. C’est l’heure de ranger le matériel, de s’occuper de ceux qui auraient respirer les flammes et de s’assurer que chacun des gars est en état de rentrer au lieu de partir tout droit aux urgences. A la grande surprise de tout le monde, Lene est sage et docile et range le matériel au fur et à mesure sans râler d’avoir à prêter main forte (ce qu’elle fait d’habitude). C’est au détour d’un camion qu’elle croise un gars qui ne semblait pas prêt à voir ce qu’elle a vu. Un gars pâle, malade. Peut-être sous le choc aussi. Pas une victime, loin de là. « Tu as choisi ton moment pour mourir, je vais juste rester là pour pouvoir intervenir au plus vite. » lâche t-elle sans penser que la blague n’est peut-être pas au rendez-vous. Elle s’en fiche, elle est de service depuis des heures, elle court partout depuis des heures aussi. Si elle juge qu’une blague peut la détendre, elle le fait, c’est tout.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small. Beside the victory. That's her destiny


the kids aren't alright (lennie) Yb82npx2
the kids aren't alright (lennie) Yadfzbo4
the kids aren't alright (lennie) 3yMbGgA
the kids aren't alright (lennie) Y7pcv9ml
Revenir en haut Aller en bas
Lonnie Hartwell
le petit bleu
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (02 octobre)
SURNOM : "rookie", dont il se passerai bien.
STATUT : complètement brisé
MÉTIER : flic pour la brigade des affaires familiales, petit nouveau qu'on envoie chercher le café et qui tape les rapports.
LOGEMENT : #27 redcliffe.
the kids aren't alright (lennie) E5985d17136f5c45d12528cfdc19543e
POSTS : 1122 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un père décédé, une mère en prison et un frère absent ✵ flic à la brigade des affaires familiales ✵ adepte de la méditation pour soigner ses sautes d'humeur ✵ conduit comme une grand-mère ✵ peur violente de finir seul ✵ protestant de naissance mais refuse de se soumettre à la religion ✵ possède de nombreux tatouages qu'il cache pour paraître plus sérieux et non pas par honte ✵ bourreau de travail qui a à cœur de faire ses preuves
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(5/5)
ronnie harvey #2tannie leah #2lennie

RPs EN ATTENTE :
✵ ezra ✵ finn#2

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf (amélie)
AVATAR : jack o'connell
CRÉDITS : (c) alcaline
DC : joey.
INSCRIT LE : 17/07/2017

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptySam 11 Mai - 22:01


the kids aren't alright
I'm not passive but aggressive, Take note, it's not impressive. Empty your sadness, like you're dumping your purse On my bedroom floor, We put your curse in reverse. And it's our time now if you want to to be, More the war like the carnival bears set free
 
▼▲▼

Prendre le café chaud et le verser dans les différents gobelets alignés devant lui n’était pas la tâche la plus difficile au monde, pourtant les yeux fatigués de Lonnie l’empêche de bien viser les récipients et le liquide s’écoule à quelques centièmes du gobelet, sur sa main qui ne s’écarte pas assez vite et reçoit le liquide brûlant de plein fouet. Il balance une injure à voix haute et ça fait réagir les mecs de l’équipe qui relèvent tous la tête au même moment dans une chorégraphie ridicule mais spontanée, peu habitués à entendre le bleu s’exprimer ouvertement. Hartwell n’avait pas l’habitude de l’équipe de nuit, il n’avait accepté que pour remplacer au pied levé un collègue dont la femme était actuellement en pleine accouchement, et Lonnie avait trop de cœur pour refuser devant les yeux tendres de Vasquez qui n’avait pas hésité à tirer sur la corde sensible en lui promettant un remboursement sous forme d’invitation à fêter la naissance du gamin, pas qu’il en avait franchement envie mais ça lui donnerait une opportunité de se montrer un peu plus cordial avec ses collègues. Le bleu tire un petit paquet de serviettes en papier de la pile, prenant le temps d’essuyer les dégâts ainsi que les traces sur son épiderme encore rouge vif avant d’apporter les cafés au reste de l’équipe, avec pour seul remerciement un hochement de tête. Lonnie n’a pas le temps de s’asseoir que le chef fait irruption dans la salle, beuglant – comme à son habitude – des ordres incompréhensibles pour le commun des mortels, tout ce que le policier arrive à en tirer sont les mots : « incendie, victimes, enfants », rien d’assez concret pour en tirer des informations claires et précises mais assez tout de même pour que les officiers se lèvent et se préparent à vivre une nuit intense et sans doute sans fin.

Dans la voiture postée à quelques mètres de la maison Lonnie observe les allées et venues des pompiers qui s’affairent à tirer des flammes les corps des victimes que l’on devine à peine dans l’obscurité. Autant fasciné que mal à l’aise devant cette danse macabre le bleu fait tout son possible pour garder les yeux ouvert et l’esprit clair face à cette situation qui est une première pour lui et qui s’imposera d’elle-même comme une véritable épreuve pour son estomac, face aux corps brûlés le Hartwell ne sait pas comment réagir. On lui ordonne de rester à l’intérieur le temps que les inspecteurs discutent avec le chef des pompiers, histoire de tirer quelque chose de cette histoire autre que des cendres, alors Lonnie s’applique à faire ce qu’on attend de lui, rester là en prévision du moment où il devrait sortir pour récolter quelques informations auprès du voisinage qui s’accumulait déjà devant la bâtisse. Il a les mains tremblantes et l’estomac au bord des lèvres, l’odeur n’aidant en rien son état de dégoût, quand un officier frappe mollement contre la vitre de la voiture. « Sors, essaie de voir avec les voisins si ils n’ont rien remarqué d’inhabituel avant que le feu ne se déclare. »  Un hochement de tête plus tard Lonnie se trouve devant une dame vêtue d’un peignoir violet qui affirme n’avoir rien vu d’étrange ces derniers temps si ce n’est un chien errant qui passe sans arrêt dans son jardin. Le bleu efface quelques lignes sur son carnet alors qu’il remercie la femme d’un demi-sourire, lorsqu’il rejoint l’officier en charge il n’a pu récolter que quelques brides d’informations qui ne leur seront d’aucune aide. « La plupart des voisins n’ont rien vu, rien n’entendu, le feu s’est déclaré un peu avant 4h selon une femme, mais c’est tout ce qu’on en tirera ce soir. » Lonnie se fait congédier d’un geste de la main et la décision est pris de s’entretenir avec les hommes du feu afin d’établir un premier compte rendu d’informations.

Au détour d’un des camions de pompiers Lonnie peut apercevoir le légiste ainsi qu’un des employés de la morgue qui s’affaire à recouvrir les victimes avant de les embarquer comme de vulgaires mannequins dans son corbillard, et ça que le flic pose pour la première fois son regard sur ce gamin au corps calciné, on devine encore la peluche entre ses mains et les dessins sur son pyjama. Il est obligé de se pincer le nez Lonnie, de couvrir sa bouche avec son coude pour ne pas vomir, trop peu habitué à ce genre d’affaire sinistre. C’est au coin d’un camion qu’il trouve un peu d’espace dans lequel il s’engouffre, crachant par terre une bile noire alors que son corps se courbe. « Tu as choisi ton moment pour mourir, je vais juste rester là pour pouvoir intervenir au plus vite. » Dans la lumière du jour naissant Lonnie devine le visage d’une jeune femme encore en tenue qui s’agite pour ranger différents éléments dans le camion sur lequel le flic prend appuie pour se redresser. « Non, ça va. » C’était un mensonge que la brune pouvait facilement contredire mais Lonnie avait secoué la tête comme pour reprendre ses esprits. « Désolé, c’est mon premier cas d’incendie et je ne m’étais pas préparé à tout ça. » La main tendue devant lui le flic s’était approché du pompier. « Lonnie Hartwell, affaires familiales. Vous avez réussi à tirer des survivants ? » Plus pour le côté humain que pour le côté professionnel Lonnie avait envie d’apprendre une bonne nouvelle au milieu de toute cette merde.

CODAGE PAR AMATIS



be kind, always
You need a hero ? Look in the mirror there go your hero.PRAY FOR ME

the kids aren't alright (lennie) 118942police2
the kids aren't alright (lennie) 2eDseF9
the kids aren't alright (lennie) ZZBr7e1
Revenir en haut Aller en bas
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : célibataire, rupture récente, c'était trop dur pour lui de ne pas se foutre de sa gueule.
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec son chien Patacroute.
the kids aren't alright (lennie) MUIQdx3
POSTS : 4269 POINTS : 225

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Simon#1 + Tony#1 + John#1 + Lonnie#1 + Victoire + Eva#4 + Leah#1  (7/5)
RPs EN ATTENTE : Tommy, La Famille Adams
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) nympheas (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptyMer 22 Mai - 22:38



the kids aren't alright
Lene & Lonnie


L’envie d’aider lui avait pris les tripes comme jamais. Elle s’était placée sur chaque front laissant une place vacante afin de donner le meilleur d’elle-même et c’est ça la grande nouveauté dans son comportement : on parle de meilleur et de dépassement de soi, là où Lene a toujours préféré rester assise sur ses acquis sans jamais rien précipiter. C’est sans aucun doute le fait de n’avoir jamais eu à vivre une telle urgence qui suscite sa réaction. Ou peut-être d’avoir revu en observant la maison en flamme, cette nuit de 2016, où la fameuse tempête avait fait rage sur tout Brisbane, quand c’était elle la victime prisonnière d’un tas de fer et à la merci du danger en attendant qu’une personne avec assez de bon fond pour ne pas partir en courant vienne l’aider. Cette nuit, elle avait saisi l’occasion d’être de ceux qui donne de leur personne et non pas juste l’opportunité simple d’être la nana qui fait son taff, rien de plus. Le minimum du minimum. Et c’est avec un étrange sentiment de fierté qu’elle finit la nuit, quand l’incendie est éteint sans que l’on ne déplore aucun décès dans ses rangs. Etrange sentiment, parce que si aucun pompier n’a péri dans les flammes, elle ne peut pas être totalement fière car c’est bien deux enfants dont elle a vu les corps calcinés être enveloppé dans des sacs mortuaires et que fondamentalement, quand on n’est pas un vrai monstre (même si Lene se targue du contraire) on ne peut pas se sentir victorieux après ça. Elle essaie tant bien que mal de tenir en se répétant que vue l’avancée des flammes à leur arrivée, il aurait fallu une intervention divine pour empêcher la catastrophe et qu’il faudra qu’elle arrive à dormir en ne pensant qu’au positif. Elle parvient toutefois à se sortir de ses pensées et du mode pilote automatique qu’elle avait enclenchée dans le but de gérer son choc et ses pensées tout en faisant ce qu’on lui demande quand elle aperçoit un gus qui n’a rien à faire là mais qui vomit derrière le camion, à l’abri de tous. Evidemment que sa première réaction est de se moquer, on parle d’une Lene en choc qui répond à son premier réflexe grégaire : la moquerie. « Non, ça va. » Elle n’ajoute rien de verbal parce qu’elle ne veut pas donner l’impression de s’acharner mais le haussement de sourcil qu’elle lui adresse pour toute réponse veut bien dire ce que l’on pense tous : Il n’a pas l’air bien du tout, et d’ailleurs, elle tente de rester à une distance raisonnable pour s’épargner une éventuelle galette. « Désolé, c’est mon premier cas d’incendie et je ne m’étais pas préparé à tout ça. » L’odeur. C’était son premier cas énorme comme ça mais pas le premier cadavre qu’elle voyait sortir de cette façon. Elle serait tentée de lui dire que c’est bien pire qu’elle opère sur des accidents de voiture mais ça ne serait pas moral que de hiérarchiser la gravité des accidents de la vie. « Lonnie Hartwell, affaires familiales. Vous avez réussi à tirer des survivants ? » Elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit flic, sa seconde réaction après un court instant de surprise est donc de lui serrer la main tout en se présentant à son tour. « Adams. » Ne sachant pas quoi dire de plus sur son grade, elle accompagne l’annonce de son nom de famille d’un geste de la main qui montre ce qu’il savait déjà, qu’elle était avec les pompiers. Pour ce qui est de la suite de la question, elle ne sait pas si c’est à elle de lui répondre. « Les informations officielles sont celle que vous donneront mon supérieur après un début d’enquête. » l’informe t’elle parce qu’elle reste en bas de l’échelle et que ce qu’elle a à dire ne peut pas être pris pour acquis dans une enquête. Seulement, elle décide de ne pas laisser planer de doute et de dire au moins ce qu’elle sait. « Seulement la mère de famille a survécu. Elle a été transporté en urgence à l’hôpital avec un pronostic vital engagé. » explique t-elle avant de poursuivre, et en se positionnant à l’affût des fois que l’annonce qu’elle s’apprête à faire le fasse vomir. « Ses deux enfants sont décédés. On a tiré leurs corps des flammes mais il était déjà morts avant qu’on arrive. » Et elle se rend compte que son ton est étrangement neutre alors que son annonce reste assez choquante. « Quant au père de famille, on essaie de le joindre. Les voisins ont dit qu’il était absent depuis quelques jours, le travail, parait-il. Je n’en sais pas plus. » finit t-elle par avouer. Elle n’a pas mis les pieds à l’intérieur. Elle n’a pas échangé longuement avec les autres. Elle a juste écouté les bruits alors qu’elle rangeait. « Vous êtes sûrs que ça va ? » rajoute t-elle, vraiment suspicieuse.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small. Beside the victory. That's her destiny


the kids aren't alright (lennie) Yb82npx2
the kids aren't alright (lennie) Yadfzbo4
the kids aren't alright (lennie) 3yMbGgA
the kids aren't alright (lennie) Y7pcv9ml
Revenir en haut Aller en bas
Lonnie Hartwell
le petit bleu
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (02 octobre)
SURNOM : "rookie", dont il se passerai bien.
STATUT : complètement brisé
MÉTIER : flic pour la brigade des affaires familiales, petit nouveau qu'on envoie chercher le café et qui tape les rapports.
LOGEMENT : #27 redcliffe.
the kids aren't alright (lennie) E5985d17136f5c45d12528cfdc19543e
POSTS : 1122 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un père décédé, une mère en prison et un frère absent ✵ flic à la brigade des affaires familiales ✵ adepte de la méditation pour soigner ses sautes d'humeur ✵ conduit comme une grand-mère ✵ peur violente de finir seul ✵ protestant de naissance mais refuse de se soumettre à la religion ✵ possède de nombreux tatouages qu'il cache pour paraître plus sérieux et non pas par honte ✵ bourreau de travail qui a à cœur de faire ses preuves
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(5/5)
ronnie harvey #2tannie leah #2lennie

RPs EN ATTENTE :
✵ ezra ✵ finn#2

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf (amélie)
AVATAR : jack o'connell
CRÉDITS : (c) alcaline
DC : joey.
INSCRIT LE : 17/07/2017

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptyMer 5 Juin - 19:19


the kids aren't alright
I'm not passive but aggressive, Take note, it's not impressive. Empty your sadness, like you're dumping your purse On my bedroom floor, We put your curse in reverse. And it's our time now if you want to to be, More the war like the carnival bears set free
 
▼▲▼

C'était inscrit dans ses tripes, au fin fond de son estomac qui lui criait que chaque histoires étaient importantes, que ses actes pouvaient avoir des conséquences sur la vie des autres en plus de la sienne. Lonnie pouvait sentir l'odeur, dégoûtante, bien trop présente, des corps calcinés que les pompiers sortaient un par un des vestiges de la maison, et ça lui retournait le cœur à chaque fois qu'il posait le regard sur un brancard que les hommes du feu avaient recouvert d'un drap noir. Première affaire d'incendie pour le bleu, première fois qu'il travaillait de paire avec les pompiers, première fois aussi qu'il avait senti son estomac se tordre devant la scène qui se jouait devant ses yeux. Peu habitué des spectacles aussi macabres Lonnie avait préféré s'isoler un instant après avoir recueilli les témoignages des voisins qui, de toute façon, n'avaient rien vu ni rien entendu. C'était peine perdue que de demander à des gens sous le choc si ils n'avaient rien remarqué de particulier, parce qu'ils étaient trop occupés à jouer les voyeurs pour faire un devoir de mémoire sur les événements des dernières 24h. Appuyé contre un camion de pompier, à l'abris des regards des badauds comme de ses supérieurs, Hartwell avait déglutit lourdement en cherchant à reprendre sa respiration, bientôt ininterrompu par une jeune femme, inquiète de le trouver dans un état aussi misérable, sans doute prête à dégainer le défibrillateur au moindre signe de faiblesse de la part du jeune homme. Essuyant son front du dos de la main Lonnie s'était essayé à un sourire afin de la convaincre que tout allait bien, qu'il allait s'en remettre. Mensonge, autant pour lui que elle qui pouvait facilement deviner que Lonnie n'allait pas bien, du tout. C'était sans doute les corps brûlés des gamins qui lui donnait envie de s'évanouir, mais il fallait se montrer assez courageux, assez professionnel, peu importe la situation dans laquelle il se trouvait. La main tendue devant lui après une présentation formelle le bleu avait haussé un sourire devant le regard de la brune, pas du tout convaincue par la façon qu'il avait de mentir. « Adams. » Bien, il n'aura que ça à se mettre sous la dent. Elle désigne la camion d'un geste de la main et Lonnie ne peut qu'hocher la tête devant cette situation aussi ridicule que nécessaire pour le jeune homme qui avait bien besoin de regarder autre chose que les corps des gamins. « Les informations officielles sont celle que vous donneront mon supérieur après un début d’enquête. » Ah, pas une bavarde donc, ou une intelligente plutôt. Ne rien dire pour ne pas se faire taper sur les doigts, Lonnie ne pouvait que comprendre alors il hocha simplement la tête avant de ranger son carnet dans la poche intérieur de sa poche. « Ok, je comprend... »  Elle n'avait pas l'air d'en savoir plus en fin de compte, sans doute une bleue, une nouvelle qui se contentait de faire son boulot sans faire de vague, et il ne pouvait que compatir à ce genre de choses. « Seulement la mère de famille a survécu. Elle a été transporté en urgence à l’hôpital avec un pronostic vital engagé. » Dans un regard vers son supérieur, affairé à discuter avec le chef des pompiers, Lonnie avait deviné que cette histoire irait bien plus loin que le simple petit feu domestique. « J'espère qu'elle s'en sortira et qu'elle nous donnera des informations sur tout ça. » Dans un coin de sa tête Lonnie rangea l'idée que c'était bien trop étrange qu'elle ait survécu alors que ses gamins avaient trouvés la mort, parce que n'importe quelle mère se serait battu jusqu'à la fin pour protéger ses gosses. « Ses deux enfants sont décédés. On a tiré leurs corps des flammes mais il était déjà morts avant qu’on arrive. » Hartwell, une moue inquiète sur le visage, retourna chercher le petit carnet de sa poche intérieure pour y noter les premières informations partagées par la jeune femme, qu'elle le veuille ou non elle venait de donner des éléments plus qu'importants dans cette histoire, et Lonnie n'avait même pas eu besoin de lui tirer les vers du nez. Une main refermant le carnet, l'autre essuyant un front toujours trempé de sueur, Lonnie avait fini par soupire lourdement. « C'est très étrange comme histoire, bien trop pour être un coïncidence. Vous avez trouvé l'origine du feu ? » Il posait trop de questions, ça allait finir par lui péter à la gueule et la brune pouvait se refermer comme une huître en ne lui laissant plus d'autre choix que de rentrer au commissariat à la queue entre les jambes. « Quant au père de famille, on essaie de le joindre. Les voisins ont dit qu’il était absent depuis quelques jours, le travail, parait-il. Je n’en sais pas plus. » Il avait acquiescé, foutu les mains dans ses poches avant d'hausser un maigre sourire sur son visage. « Merci pour vos réponses, Adams. » Sans connaître son prénom Lonnie avait confiance en elle, assez pour lui montrer que - malgré ses efforts - il n'allait pas bien, du tout. La chaleur, l'odeur, la tension autours de cette histoire, tout était parfaitement mis en place pour faire tourner de l'oeil au flic qui n'avait jamais connu rien de tel. « Vous êtes sûrs que ça va ? » Lonnie avait pris place sur le rebord du camion, crachant ses poumons sur le sol alors qu'il desserrait d'une main le nœud de sa cravate. « A vrai dire je suis pas au mieux de ma forme. » Maigre sourire sur les lèvres, tremblantes, le flic avait fait glissé une cigarette au coin de sa bouche, sans l'allumer pour autant. « C'est pas super hein ? S'en griller une après un incendie ? Mais ça me fera peut-être oublier l'odeur. » Elle avait l'air gentille, assez pour que le bleu se sentes en confiance malgré tout, assez pour qu'il se livre sur cette le malaise qui l'habitait.

CODAGE PAR AMATIS



be kind, always
You need a hero ? Look in the mirror there go your hero.PRAY FOR ME

the kids aren't alright (lennie) 118942police2
the kids aren't alright (lennie) 2eDseF9
the kids aren't alright (lennie) ZZBr7e1
Revenir en haut Aller en bas
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : célibataire, rupture récente, c'était trop dur pour lui de ne pas se foutre de sa gueule.
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec son chien Patacroute.
the kids aren't alright (lennie) MUIQdx3
POSTS : 4269 POINTS : 225

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Simon#1 + Tony#1 + John#1 + Lonnie#1 + Victoire + Eva#4 + Leah#1  (7/5)
RPs EN ATTENTE : Tommy, La Famille Adams
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) nympheas (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptySam 15 Juin - 13:15


the kids aren't alright
Lene & Lonnie


Ce n’était pas son rôle à elle de répondre aux questions. Dans chaque escouade, il y’avait un supérieur, quelqu’un payé pour coller les morceaux ensemble et faciliter le travail des forces de l’ordre et ce quelqu’un, ce n’est pas elle. Elle, elle fait partie de ceux qui range leur fierté dans un coin quand un évènement aussi grave arrive pour mettre la main à la patte et participer à l’effort commun même si de toute évidence, dans les récits de cette soirée, l’histoire aura oublié la débile qui s’est fait chier à amener le matériel d’un point a un point b. Et ça, c’est pas grave qu’elle se dit, parce que c’est comme ça que la camaraderie s’installe. « Ok, je comprend... » répond le garçon quand elle s’absout de toute responsabilité qui découlerait de ses propos. Elle répète ce qu’elle a entendu et par conséquent, rien n’est fiable à 100% dans ce qu’elle raconte, d’ici une heure, les gars pourraient avoir fait une découverte majeure sur l’incendie qui changerait totalement le sens de ce qu’elle dirait. C’est donc ainsi qu’elle se retrouve à faire l’état des lieux, deux enfants morts – présumé dans leur sommeil - retrouvés calcinés et une mère à l’article de la mort. « J'espère qu'elle s'en sortira et qu'elle nous donnera des informations sur tout ça. » lâche Lonnie Hartwell sur un ton qui ne manque pas de surprendre Lene, la façon dont il « espère » que la mère s’en sortira est prononcée de la même façon où l’on dit à ses camarades de classe qu’on espère que la chute de cheval de Sandra Jenkins au lycée n’est pas grave alors que dans le fond, tout ce qu’on espère, c’est que cette garce déguste. Peut-être qu’elle se trompe. Peut-être. Si cette question était un vrai sujet de conversation, Lene se contenterait de répondre qu’on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace. Là n’est pas le sujet. « C'est très étrange comme histoire, bien trop pour être un coïncidence. Vous avez trouvé l'origine du feu ? » Ouais, il se méfie d’un truc. Elle pourrait le dire mais alors qu’il pousse, elle se sent piquée par autre chose : la façon dont sa question sonne comme un reproche car non, l’origine n’a pas été trouvée. « Pas encore, pour le moment on s’occupe de soigner nos gars qui vienne de mettre leur vie en danger. » C’est dit calmement, ou presque. Elle ignore ce qui trotte dans sa tête mais elle a peur qu’il s’y passe tout ce qu’elle ne voulait en lui signifiant que ses réponses n’ont aucune valeur : qu’il tire des conclusions hâtives. Surtout que, d’ici quelques heures, le bureau sera chez eux si le collègue déduit un incendie criminel et chez un assureur si tout cela est accidentel. « Merci pour vos réponses, Adams. » conclut-il, à la bonne heure. C’est peut-être parce qu’elle n’a pas la meilleure expérience des forces de l’ordre mais elle n’était vraiment pas à l’aise à l’idée d’avoir à répondre à ses questions. Conscience professionnelle oblige, elle reste à ses côtés, s’inquiétant de son état. Il n’a vraiment pas l’air bien. « A vrai dire je suis pas au mieux de ma forme. » admet-il, regagnant un peu du respect de Lene parce que clairement s’il avait tenté de jouer les hommes forts alors que sa gueule fait peur, elle serait partie ailleurs où on aurait besoin d’elle. Elle reste malgré tout frappée par l’incompréhension quand elle le voit sortir une cigarette. Elle ne fume pas donc l’idée n’est pas de base très reluisante mais avec cette odeur de fond, elle a la gerbe rien que d’y penser. « C'est pas super hein ? S'en griller une après un incendie ? Mais ça me fera peut-être oublier l'odeur. » « Ou alors, ça vous filera encore plus la gerbe. » réplique t-elle, non sans cacher le jugement dans le son de sa voix avant d’ajouter. « Vous êtes sur les lieux d’un incendie et tout ce que vous pensez à faire, c’est vous allumer une clope. Reconnaissez que ça a une sacrée ironie. » Et elle mentirait si elle ne montrait pas que ça l’amuse un peu, ce côté illogique de sa décision et que clairement si elle n’était pas dans le métier et non sensibilisée aux conséquences d’une cigarette mal éteinte, elle rirait. « Je peux aller vous chercher un masque, ça vous permettrait de respirer un peu d’air propre, ça fait toujours ça quand on a pas l’habitude mais ça passera. » assure t-elle, prête à aller chercher le fameux masque s’il en fait la demande. « Parce que j’imagine que c’est votre premier incendie ? » demande t-elle, perspicace mais en même temps, seul un bleu l’aurait questionné elle.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small. Beside the victory. That's her destiny


the kids aren't alright (lennie) Yb82npx2
the kids aren't alright (lennie) Yadfzbo4
the kids aren't alright (lennie) 3yMbGgA
the kids aren't alright (lennie) Y7pcv9ml
Revenir en haut Aller en bas
Lonnie Hartwell
le petit bleu
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (02 octobre)
SURNOM : "rookie", dont il se passerai bien.
STATUT : complètement brisé
MÉTIER : flic pour la brigade des affaires familiales, petit nouveau qu'on envoie chercher le café et qui tape les rapports.
LOGEMENT : #27 redcliffe.
the kids aren't alright (lennie) E5985d17136f5c45d12528cfdc19543e
POSTS : 1122 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un père décédé, une mère en prison et un frère absent ✵ flic à la brigade des affaires familiales ✵ adepte de la méditation pour soigner ses sautes d'humeur ✵ conduit comme une grand-mère ✵ peur violente de finir seul ✵ protestant de naissance mais refuse de se soumettre à la religion ✵ possède de nombreux tatouages qu'il cache pour paraître plus sérieux et non pas par honte ✵ bourreau de travail qui a à cœur de faire ses preuves
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(5/5)
ronnie harvey #2tannie leah #2lennie

RPs EN ATTENTE :
✵ ezra ✵ finn#2

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf (amélie)
AVATAR : jack o'connell
CRÉDITS : (c) alcaline
DC : joey.
INSCRIT LE : 17/07/2017

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) EmptyHier à 17:43


the kids aren't alright
I'm not passive but aggressive, Take note, it's not impressive. Empty your sadness, like you're dumping your purse On my bedroom floor, We put your curse in reverse. And it's our time now if you want to to be, More the war like the carnival bears set free
 
▼▲▼

Confronté à la réalité du monde et de ces accidents ménagers qui faisaient énormément de morts chaque année Lonnie n’avait pas réalisé l’importance de l’odeur d’un incendie qui ravage une maison et une famille. Outre l’odeur de bois calciné et la fumée épaisse qui s’élevait au-dessus du petit pâté de maison, il y avait surtout l’odeur des corps brûlés, qui prenait le nez et à la gorge et forçait policiers et pompiers à se couvrirent le visage pour ne pas en prendre plein la gueule, pour ne pas vomir leur repas. Adossé à un camion à quelques mètres de la scène et de son supérieur qui roulait des mécaniques pour se faire entendre, le flic avait pris le temps de libérer sa gorge de de la fumée en crachant sur le sol, ce n’était pas glamour mais ça lui éviterait au moins d’avoir à rendre son dîner sur les bottes d’un pompier qui en avait déjà assez bavé pour cette nuit. La brune à ses côtés, qui avait été assez aimable de souligner qu’il n’avait pas l’air au mieux de sa forme, se retrouva bombarder de questions par un Lonnie soucieux de se changer les esprits et de repartir au poste avec quelques vers tirés du nez des pompiers présents sur place. Elle était réticente, à raison, mais le flic pouvait sentir qu’elle n’avait quasiment pas de bagage dans son métier, une jeunette comme lui qui n’allait pas le renvoyer dans ses vingt-deux à la première question. Ce qu’elle veut bien lâcher ce n’est que les informations qu’elle a reçu de la part de ses collègues, mais Lonnie s’en contentera pour ce sortir, déjà éprouvé par cette situation il ne voulait pas avoir à se battre pour soutirer deux/trois murmures qui seront sans doute révoqués une fois l’enquête démarrée. Mais il y avait quand même une chose qui le chagrinait dans cette histoire, et on pouvait bien voir que ça emmerdait aussi la jeune femme. Cette mère retrouvée vivante, dans un sale état mais vivante, alors que ses deux gamins avaient trouvés la mort. Et puis cette origine du feu, et toutes les questions qui se bousculent dans son esprit et qui lui font oublier l’odeur pestilentielle tout autour. « Pas encore, pour le moment on s’occupe de soigner nos gars qui vienne de mettre leur vie en danger. » Certes. Expression con sur le visage, gamin que l’on vient de punir d’un coup de règle sur les doigts, Lonnie ne peut qu’assister à la parade du pompier qui monte sur ses grands chevaux. Alors il se fait tout petit, recule de quelques pas pour ne pas prendre trop de place. « Vous avez raison, chaque chose en son temps. » Pour seule excuse, incapable de former les mots adéquats pour se faire pardonner.

Remerciant la jeune femme, Adams donc, pour les réponses si gentiment apportées au dossier, Lonnie avait redoublé d’efforts pour ne pas s’écrouler, trouvant refuge sur le bord du camion alors qu’il plongeait sa main dans la poche de sa veste. Oh douce ironie que de vouloir fumer alors qu’un brasier avait détruit la vie de plusieurs personnes, dont des mômes. Mais c’était là toute l’histoire de son existence, toujours les mauvais gestes aux mauvais moments, peut-être dans l’espoir que la fumée de sa cigarette lui fasse oublier la fumée senteur corps de l’incendie. « Ou alors, ça vous filera encore plus la gerbe. » Elle était rassurante en plus d’être sympa. Le ton de jugement dans la voix d’Adams attire un sourire sur les lèvres du flic qui, cigarette pendante, arrête son geste. « Je suis prêt à prendre le risque, ça me fera perdre des kilos. » Une blague sur les boulimiques plus tard Lonnie avait allumé la cibiche avant de ranger son briquet dans la poche de son jean. Nope, ce n’était pas une bonne idée effectivement. Le goût de la clope lui soulève le cœur alors qu’il s’accroche au camion pour ne pas tomber dans les pommes, s’il avait voulu faire le malin devant la brune il était maintenant clair qu’elle ne prendra plus aucunes de ses paroles au sérieux. « Vous êtes sur les lieux d’un incendie et tout ce que vous pensez à faire, c’est vous allumer une clope. Reconnaissez que ça a une sacrée ironie. » Lèvres pincées Hartwell avait hoché la tête à l’affirmative avant de reprendre un peu de cancer, toujours pas une très bonne idée. Il avait regardé la cigarette se consumer quelques minutes avant de tenter de se remettre sur ses jambes, bien trop chancelantes pour tenir mais il était hors de question de se ridiculiser devant Adams. « Ça prouve que surtout que je suis très con, et très peu habitué à ce genre de situation. » Lonnie avait écrasé la clope encore entière contre le dessous de sa chaussure avant de la ranger dans le paquet qui allait maintenant dégager une odeur désagréable de clope froide, tant pis.

« Je peux aller vous chercher un masque, ça vous permettrait de respirer un peu d’air propre, ça fait toujours ça quand on n’a pas l’habitude mais ça passera. » Dans d’autres circonstances, c’est-à-dire sans son supérieur qui rôdait dans les parages tel un coq de basse-cour, Lonnie aurait sûrement répondu à l’affirmative. Mais il avait trop de trucs à perdre si jamais on le voyait aussi faible, bien que ça n’était pas être faible que d’avouer ses faiblesses, alors que son patron l’avait tiré d’une nuit à remplir des dossiers pour enfin l’amener avec lui dans une véritable enquête de terrain qui ne se résumait pas à « la fille de la voisine terrorise la mienne, elle est gothique vous savez. ». « C’est gentil mais je voudrais pas prendre de l’oxygène qui pourrait servir à quelqu’un d’autre. » Tenant à peine sur ses jambes Lonnie avait adressé un coup d’œil à son supérieur, toujours affairé autours du chef des pompiers dans une partie de bras de fer afin de savoir qui allait récupérer le plus d’informations possible. C’était pathétique mais tellement galvanisant de se dire que les flics et les pompiers répondaient encore à ce cliché de rivalité que l’on voyait partout dans les séries. « Parce que j’imagine que c’est votre premier incendie ? » No shit Sherlock. Le flic avait dodeliné de la tête, les mains sur les hanches alors qu’il cherchait à respirer par la bouche plutôt que par le nez. « C’est mon visage dégoûté qui m’a vendu ? » Au moins il gardait son misérable sens de l’humour, même dans une situation aussi lugubre. « Ouais, premier incendie. Première fois aussi que je vois des corps complètement brûlés. » Il omet de rajouter que c’est aussi la première fois qu’il voit un pompier femme en dehors de son poste de télévision, parce qu’il n’a pas envie de jouer la carte de l’ignorant sexiste. « Je peux vous demander votre avis personnel sur cette histoire ? » Comme ça elle ne serait pas obligé de vendre des informations, elle ne serait pas obligé non plus de lui dire la vérité, c’était du gagnant-gagnant pour Adams et un moyen pour Hartwell de rester concentré sur l’affaire. « Genre, qu’est-ce que vos tripes vous disent là maintenant ? »Parce qui lui il ne ressentait qu’une chose, toute cette scène était bien étrange pour que tous les morceaux s’alignent parfaitement.

CODAGE PAR AMATIS



be kind, always
You need a hero ? Look in the mirror there go your hero.PRAY FOR ME

the kids aren't alright (lennie) 118942police2
the kids aren't alright (lennie) 2eDseF9
the kids aren't alright (lennie) ZZBr7e1
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

the kids aren't alright (lennie) Empty
MessageSujet: Re: the kids aren't alright (lennie)   the kids aren't alright (lennie) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

the kids aren't alright (lennie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-