AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 You try to make the worst seem better - Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caroline Bauer
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Caro
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Future conseillière en marketing
LOGEMENT : Toowong, maison #204
You try to make the worst seem better - Sid Tumblr_onbyj3wT9R1stz7bso1_500
POSTS : 93 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Je kiff Ariel la petit sirène
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid // Joseph // Abel // John // Aisling
RPs EN ATTENTE : Harvey
AVATAR : Barbara Palvin
CRÉDITS : Obsession27 & Tumblr
DC : Nope
INSCRIT LE : 07/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23974-my-past-is-the-reason-i-m-here-right-now-caroline http://www.30yearsstillyoung.com/t24010-you-wanna-be-my-friend-take-a-number

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyJeu 9 Mai - 7:07






You try to make the worst seem better
ft. Sid Bauer

Nous voici enfin arrivé au jour « J ». Je ne pensais jamais cohabiter avec ma patiente pendant une aussi longue période. Suite à mon accident de moto, je n’ai fait qu’attendre. Attendre que le temps passe. Attendre l’examen routinier de mon infirmière le matin, le midi et le soir. Attendre mes repas qui soit dit en passant ne remporterons pas de concours culinaire cette année. Attendre mes cours de réhabilitation et de physiothérapie. Attendre mon rendez-vous avec ma psychologue et surtout, attendre la visite de mon frère Sid. C’était certainement ce qui me donnait la force de persévérer, de ne pas baisser les bras, même si chaque jour était un nouveau défis pour moi. Il venait m’encourager quelques fois par semaine, assistant à mes séances, me poussant à me dépasser, me motivant à garder le moral. Sans lui, je serais certainement encore étendue sur mon lit à me morfondre.

Selon mon médecin et les spécialistes, c’est un miracle que je m’en sorte avec une commotion cérébrale, une hanche fracturée, quelques égratignures par-ci par-là et une hémorragie interne contrôlé dès mon arrivée aux soins intensifs. Mes éraflures ont déjà disparues, laissant ma peau de porcelaine revenir à la normal. Seule une cicatrice située au bas de mon ventre, près de ma hanche droite, réside sur mon corps. Le seul problème présentement, c’est la canne qui me sert d’appui et d’équilibre. Avec tous les efforts que j’ai mis les deux derniers mois, j’ai l’autorisation de sortir, mais avec cette foutue branche en métal à la main. Tout pour me donner du sex appeal. De toute manière, les premières semaines, je ne risque pas de courir mes conquêtes, je donnerais un piètre résultat au lit advenant que quelqu’un s’intéresserait à une infirme comme moi.

Je termine de plier et de ranger mes vêtements dans ma valise, regardant autour de moi si je n’oublie pas un objet personnel. Les fleurs que l’on m’a envoyées pour mon prompt rétablissement ont toutes fanées, la preuve qu’il est grandement temps que je foute le camp d’ici. Je récupère les livres sur la table de chevet. Livres que je ramènerai prochainement à la bibliothèque durant mon arrêt de travail. Impatiente, je me rends jusqu’à la fenêtre pour jeter un coup d’œil à l’extérieur, à la recherche de mon frère. Personne. Je pivote tranquillement sur moi-même, j’observe l’horloge et remarque qu’on va être en retard à mon rendez-vous, puis je m’approche de la porte qui mène au couloir. Je sors ma tête et regarde des deux côtés, telle une fillette prête à faire un mauvais coup. Il est là, au bout du long corridor. Un sourire se plaque instantanément sur mon visage. Je me renfrogne et décide de jouer son arrivée à la dure. « C’est pas trop tôt! Tu sais que je dois être à mon cours de physiothérapie dans moins de 5 minutes? » Je croise les bras sur ma poitrine en faisant la moue. « Pour te faire pardonner, tu me laisse monter sur ton dos pour que tu me trimballes jusqu’à l’étage? Comme quand on était gamin, dis oouuuiiii! » Je penche la tête sur le côté en clignant des paupières pour jouer à la mignonne petite sœur. Je sais qu’il ne peut pas me résister, alors autant en profiter. En plus, je vais me faire martyriser pendant ma séance de physiothérapie, alors autant sauver des pas avant d’avoir la jambe en compote.



Dernière édition par Caroline Bauer le Mer 22 Mai - 3:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
You try to make the worst seem better - Sid EHMn5Dwf_o
POSTS : 1121 POINTS : 540

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #6 + phoenix + joey + archie + harvey #2 + caro + auden
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 + zelda + jo + harvey #1
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature) + ilyria (gifs)
DC : gabriel, le manager.
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyVen 10 Mai - 2:18


you try to make the worst seem better

Il y a de ces journées où rien ne va comme prévu, et aujourd’hui est l’une de celles-là. Coincé dans les bouchons causés par la circulation matinale de Brisbane, Sid peste tout bas. Il essaie de prendre son mal en patience, de se concentrer sur la file de voitures qui avance lentement et sur la musique rock qui passe à la radio, mais il ne peut s’empêcher de jeter un coup d’œil anxieux à l’horloge à toutes les 30 secondes. Il a encore du temps devant lui, mais beaucoup moins qu’il l’aurait voulu. Évidemment, il aurait eu plus d’avance si Mouse n’avait pas choisi le moment précis où il allait mettre le pied hors de son appartement pour vomir une boule de poil directement sur le tapis de l’entrée. Il n’avait pas eu le choix de ramasser le dégât, ce qui l’avait mis en retard. Au bout de ce qui lui semble être une petite éternité, il rejoint enfin sa sortie et s’engage avec soulagement sur la bretelle. D’ici, il n’y a plus que quelques centaines de mètres qui le séparent de l’hôpital. Il arrivera à l’heure au rendez-vous de Caro après tout. C’est sans compter, évidemment, le stationnement des visiteurs qui est plein à craquer, comme toujours. Il doit tourner en rond un bon cinq minutes avant d’apercevoir une place de stationnement libre. Sans pitié, il glisse sa petite voiture dans l’espace étroit entre deux gros camions, juste sous le nez d’une adorable grand-mère qui l’avait elle aussi repéré. Il sort du véhicule et, comme il n’est pas le genre de personne à se réjouir d’avoir volé une personne âgée, il hausse les épaules et lui offre un sourire désolé en se dirigeant vers la borne de paiement. Elle lui renvoie un doigt d’honneur à travers son pare-brise avant de redécoller en trombe. Stupéfait, le tatoueur éclate de rire. Pas si adorable que ça, la mamie, en fin de compte!

Les portes automatiques de l’hôpital coulissent devant lui. Il les traverse sans hésiter. Dès qu’il met le pied dans le hall, l’odeur caractéristique de maladie et d’antiseptique le prend à la gorge. Il plisse le nez de dégoût. Même s’il a fini par apprivoiser les couloirs aseptisés des soins intensifs à force de rendre visite à Caro au moins trois fois par semaine depuis son accident, il a encore du mal avec les urgences et leur atmosphère angoissante. Il se dirige d'un pas habitué vers les ascenseurs, saluant au passage la bénévole sympathique qui l’avait aidé à se repérer lors de sa première visite et s’était souvenu de lui depuis. Il appuie sur le bouton d'appel et attend, les mains dans les poches, qu’une cabine se libère. Au bout de dix secondes, il en a marre et décide de prendre plutôt l'escalier. Il grimpe les marches quatre à quatre jusqu’au troisième étage. Dans sa hâte, il ne prend pas la peine de vérifier si quelqu'un se trouve derrière la porte de la cage d’escalier et il percute de plein fouet une infirmière qui transportait un plateau de matériel médical. Le plateau s’écrase au sol dans un bruit d’enfer. Embarrassé, il s’excuse aussitôt et s’empresse d’aider l’infirmière à récupérer les seringues et les contenants qui se sont éparpillés sur le sol. Pour tout remerciement, elle lui lance un regard noir et s'éloigne. Sid reprend son chemin, plus lentement cette fois. En tournant le coin, il aperçoit la frimousse de Caro qui a sorti la tête de sa chambre. Il presse le pas pour la rejoindre. « C’est pas trop tôt! Tu sais que je dois être à mon cours de physiothérapie dans moins de 5 minutes? » Le sourire qui menace d’apparaître derrière sa moue boudeuse rend son ton incisif nettement moins convaincant. « Je sais, je sais, j’suis en retard. Mais je pouvais pas faire plus vite, j’ai déjà failli tuer une infirmière, » conclut-il avec un petit rire. « Pour te faire pardonner, tu me laisse monter sur ton dos pour que tu me trimballes jusqu’à l’étage? Comme quand on était gamin, dis oouuuiiii! » Il sait très bien qu’il va céder. Quand elle le regarde comme ça, il ne peut rien lui refuser et elle en est très consciente. Alors il rend directement les armes avec un soupir dramatique. « D’accord… mais seulement jusqu’à l’ascenseur! » précise-t-il en agitant l’index. « J'ai pas envie de me faire gueuler dessus par ton physiothérapeute. » Même s’il sait que c’est parce que le type a le bien-être de ses patients à cœur, Sid le trouve terrifiant. Après s’être assuré que Caro a sa canne, il se retourne et se penche vers l’avant, un peu plus bas qu’il ne le ferait d’habitude pour qu’elle arrive à grimper malgré ses blessures. Une fois qu’il la sent bien accrochée, il se redresse. Comme lorsqu’ils étaient gamins, ses mains viennent automatiquement se poser sous les cuisses de la jeune femme pour la soutenir au cas où elle commencerait à glisser. « T’étais quand même vachement moins lourde quand t’avais huit ans, » plaisante-t-il en se dirigeant vers les ascenseurs au bout du couloir.



you hate to be vulnerable. yeah you've been hurt and it shows. i've never known one like you before, so much love it overflows. i feel you're almost giving up, saying please don't let me down. i won't turn 'round, i won't head for the door. girl, I'm yours for better or worse, darling, know that you're never alone. i will lay here with you until the hurting is gone. • until the hurting is gone, billy raffoul

Revenir en haut Aller en bas
Caroline Bauer
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Caro
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Future conseillière en marketing
LOGEMENT : Toowong, maison #204
You try to make the worst seem better - Sid Tumblr_onbyj3wT9R1stz7bso1_500
POSTS : 93 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Je kiff Ariel la petit sirène
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid // Joseph // Abel // John // Aisling
RPs EN ATTENTE : Harvey
AVATAR : Barbara Palvin
CRÉDITS : Obsession27 & Tumblr
DC : Nope
INSCRIT LE : 07/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23974-my-past-is-the-reason-i-m-here-right-now-caroline http://www.30yearsstillyoung.com/t24010-you-wanna-be-my-friend-take-a-number

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyVen 10 Mai - 21:31






You try to make the worst seem better
ft. Sid Bauer


« D’accord… mais seulement jusqu’à l’ascenseur! J'ai pas envie de me faire gueuler dessus par ton physiothérapeute. » Un sourire vainqueur s’installe sur mes lèvres. Sid se pencha à une hauteur qui me permit de me hisser sur son dos. Je pris le temps de grimper tranquillement, histoire de ne pas faire une fausse manœuvre et de regretter cet élan d’enfantillage. Mon physiothérapeute ne serait certainement pas content de devoir retourner à la case départ pour une simple folie. Moi non plus d’ailleurs, mais bon, j’aime vivre dangereusement. Canne en main et mes bras autour de ses épaules, je me considère heureuse de pouvoir vivre un moment pareil avec Sid. Un flot de souvenirs circule à une vitesse ahurissante dans ma tête. Toutes les fois où il me prenait sur son dos, où bien dans ses bras telle une princesse, voir même sur son épaule comme un sac remplit de pomme de terre… Toutes les fois je riais de bon cœur. « T’étais quand même vachement moins lourde quand t’avais huit ans. » Évidemment, il fallait que je m’attende à un commentaire de sa part. Je lui tire la langue avant de rétorquer. « Et toi tu te plaignais moins quand t’avais 11 ans. » Je lève mon bras avec ma canne dans les airs et je donne quelques coups de pieds sur ses cuisses, tel un cowboy sur le dos de son cheval. « Allez hue! En avant toute! » Je pointe ma canne en direction de l’ascenseur, me trouvant hilarante. J’imagine déjà la tronche désespérée de mon frère.

En traversant le couloir, on réussit à soutirer de nombreux sourires aux patients qui n’ont rien de mieux à faire que de nous regarder faire les cons. Je dépose un gros baisé mouillé sur la joue de mon frère et je m’esclaffe lorsque je dois redescendre de ma monture, je suis malhabile. Je m’empresse d’appuyer sur le bouton pour faire venir l’élévateur à notre étage, prenant mon rôle de gamine très au sérieux. Une fois à l’intérieur de l’ascenseur, je fais la même chose, mais avec le bout de ma canne. Lorsque les portes se referment devant nous, je me colle contre Sid, passant un bras dans son dos. « Si tu savais à quel point je suis heureuse présentement… C’est ma dernière journée ici Sid, tu te rends compte? » J’avais peine à y croire. Cela faisait pratiquement 4 longs mois que j’étais coincé ici. Les deux premiers mois furent pénibles, car j’étais confiné dans ma chambre, à attendre qu’on vienne me nourrir, me laver et me donner mes médocs contre la douleur. Tandis que les deux mois suivant, je devais me rendre à mes rendez-vous, ce qui me permettait de voir d’autres murs que les miens. Je profite de cette proximité pour blottir ma tête dans le creux de son épaule, attendant que l’ascenseur nous ouvre ses portes. Une fois à l’étage, je dois me servir de ma canne pour marcher. Mon orgueil en prendra toujours un coup, mais je suis prête à faire un temps en compagnie de ce bout de métal pour redevenir une piétonne… Normal.

Tout en se dirigeant vers la salle de physiothérapie, je regarde Sid avec un petit air moqueur. « Je te lance le défis de faire les mêmes étirements que moi aujourd’hui, juste pour rendre la séance un peu plus… Amusante! »On arrive devant la porte entrebâillée de mon spécialiste et je cogne trois coups pour lui signaler que nous sommes là. Une fraction de seconde plus tard, cet homme au visage sérieux apparaît dans le cadrage. Je lui esquisse un sourire avant de pénétrer dans la pièce. Comme à l’habitude, je prends place sur une table de massage. On discute un peu de ma semaine, de comment ont été mes exercices, des difficultés que j’ai rencontré, de la facilité que j’ai maintenant à faire des mouvements bien précis. Il fait un semblant de sourire, satisfait de la progression  de ma guérison. Ensuite vient le temps où il doit « masser » ma hanche… Le pire moment de toute la séance. Je regarde Sid, lui faisant un signe de tête de s’approcher. Aussitôt qu’il est à côté de moi, je lui prends la main, entrelaçant mes doigts avec les siens. Bordel que ça fait mal. J’ai l’impression d’écrabouillé la main de mon frère, mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour extérioriser le mal durant les manipulations de mon physiothérapeute. « Qu’est-ce qu’on va faire après ma séance? T’as planifié quelque chose? » Parle-moi Sid, tout ce que je veux, c’est me concentrer sur autre chose que ce grand blanc bec qui martyrise ma jambe.




I knew you were
You were gonna come to me
And here you are
But you better choose carefully
'Cause I’m capable of anything
Of anything and everything
Make me your Aphrodite
Make me your one and only
But don’t make me your enemy, your enemy, your enemy

- Katy Perry / Dark Horse


Dernière édition par Caroline Bauer le Mar 21 Mai - 2:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
You try to make the worst seem better - Sid EHMn5Dwf_o
POSTS : 1121 POINTS : 540

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #6 + phoenix + joey + archie + harvey #2 + caro + auden
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 + zelda + jo + harvey #1
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature) + ilyria (gifs)
DC : gabriel, le manager.
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyMar 14 Mai - 5:09


you try to make the worst seem better

Sans grande surprise, Caro répond du tac au tac à son commentaire. Elle a toujours eu un sens de la répartie beaucoup trop développé, même quand elle était gamine. Il se tord le cou pour arriver à jeter un coup d’œil dans sa direction et doit se mordre la joue pour ne pas sourire. « À 11 ans, j’avais pas encore compris que j’étais pas obligé de me plier à la tyrannie sans rien dire. » Bon, c’est vrai qu’il obéit encore plus souvent qu’autrement aux demandes de sa petite sœur, comme en ce moment d’ailleurs, alors qu’il se met en marche juste comme elle lance un Allez, hue! autoritaire. La différence, c’est que son jugement s’est nettement amélioré depuis. La preuve : même s’il sait très bien que Caro adorerait le voir galoper à plein régime dans le corridor, il avance plutôt à pas mesurés pour ne pas la blesser. Malgré le rythme plutôt lent de leur balade, il ne leur faut que quelques minutes pour rejoindre l’ascenseur. Devant les portes de métal poli, le tatoueur plie à nouveau les genoux pour permettre à la jeune femme de redescendre plus facilement. Son rire cristallin, presque identique à celui qu’elle avait gamine, résonne tout près de son oreille. La gorge subitement serrée, Sid toussote pour chasser discrètement la boule d’émotions qui s’y est logée. Il essaie de ne pas trop y penser, mais depuis l’accident, c’est dans ce genre de moments qu’il se rend compte qu’il est vraiment passé tout près de ne plus jamais entendre ce son mélodieux ou subir ses blagues pourries. Le ding annonçant l’arrivée de la cabine à leur étage l’arrache à ses réflexions. Caro entre la première, suivie de près par Sid. Elle profite du moment pour se blottir contre lui et il ne se fait pas prier pour entourer sa taille et la serrer un peu plus fort. « Si tu savais à quel point je suis heureuse présentement… C’est ma dernière journée ici Sid, tu te rends compte? » Il baisse la tête, plonge dans son regard dans celui, presque identique, de Caro. Les contusions et les coupures éparpillées sur son visage au début de son séjour ont pâli, puis sont disparues. Il ne reste plus rien sur ses traits pour rappeler l’accident. « Oui, » répond-t-il doucement. Il n’ajoute rien d’autre, savourant simplement le moment.

L’ascenseur s’arrête en rebondissant à leur étage. Sid tient la porte ouverte pour que Caro puisse sortir plus aisément. Ils n’avancent pas très vite, car elle doit s’appuyer sur sa canne à chaque pas, mais ils avancent tout de même. « Je te lance le défis de faire les mêmes étirements que moi aujourd’hui, juste pour rendre la séance un peu plus… Amusante! » Il hausse un sourcil comme pour accepter le défi. « Tu sauras que je suis très souple depuis que je danse. » Ça fait déjà quelques mois qu’il suit des cours avec Aisling. Au début, c’était loin d’être concluant, mais à force de persévérer, il avait fini par se débarrasser de son deuxième pied gauche. Il a toujours du mal à se souvenir des pas quand ils apprennent une nouvelle chorégraphie, mais il ne se sent plus comme un chien dans un jeu de quille. Ils entrent dans la salle de physio. Sid reste un peu à l’écart, laissant Caro s’approcher toute seule de la table. Tout en regardant par la petite fenêtre les gens qui entrent et sortent de l’hôpital, il écoute la conversation entre sa sœur et son spécialiste. Il sait qu’elle n’en peut plus d’être enfermée et qu’elle voudra retourner à ses activités le plus rapidement possible, mais il veut être au courant de ce qu’elle peut ou non faire, au cas où elle déciderait d’y aller un peu trop fort (ce qui est quand même vachement probable, voire inévitable).

De temps à autres, il jette des coups d’œil dans la direction de Caro pour s’assurer que tout va bien. L’un d’entre eux coïncide avec le moment où elle lui fait signe d’approcher. Il s’exécute, lui tend la main. Elle l’attrape aussitôt. Il se plie de bonne grâce à sa demande silencieuse et la laisse écrabouiller ses doigts entre les siens. La première fois, il lui avait dit en blaguant qu’il craignait de perdre son gagne-pain si elle continuait de lui malmener les mains comme ça, mais les larmes qui avaient rempli les grands yeux bleus lui avaient fait comprendre à quel point l’exercice était douloureux. « Qu’est-ce qu’on va faire après ma séance? T’as planifié quelque chose? » Il se penche au-dessus de la table pour capter le regard de Caro. « Évidemment. J’ai pensé qu’on pourrait commencer par aller faire une randonnée en forêt. Et puis, s’il te reste un peu d’énergie, on pourra toujours jouer un peu au tennis aussi. » Du coin de l’œil, il aperçoit le physiothérapeute qui relève brusquement la tête, l’air scandalisé. Il doit se retenir d’éclater de rire, s’accordant un simple sourire poli. « Je rigole, évidemment. En vrai, j’ai pensé qu’on pourrait aller s’acheter de quoi pique-niquer et aller manger sur le bord du fleuve. » Ce n’est ni très chic, ni très compliqué, mais il est certain que ça lui fera plaisir, d’une part parce que ce sera son premier repas convenable en quatre mois, à l’exception des petites douceurs que Sid réussissait à introduire clandestinement dans l’hôpital, et, de l’autre, parce qu’il sait que Caro partage son amour pour l’eau et la sérénité difficile à reproduire qu’elle offre. De sa main qui n’est pas en train d’être broyée, il caresse la chevelure brune de sa sœur. « Tiens bon, c’est presque fini, » lui souffle-t-il avec un sourire plein de compassion. « Encore quelques minutes et tu pourras te foutre de ma gueule pendant que j’essaie de faire tes exercices. »



you hate to be vulnerable. yeah you've been hurt and it shows. i've never known one like you before, so much love it overflows. i feel you're almost giving up, saying please don't let me down. i won't turn 'round, i won't head for the door. girl, I'm yours for better or worse, darling, know that you're never alone. i will lay here with you until the hurting is gone. • until the hurting is gone, billy raffoul

Revenir en haut Aller en bas
Caroline Bauer
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Caro
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Future conseillière en marketing
LOGEMENT : Toowong, maison #204
You try to make the worst seem better - Sid Tumblr_onbyj3wT9R1stz7bso1_500
POSTS : 93 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Je kiff Ariel la petit sirène
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid // Joseph // Abel // John // Aisling
RPs EN ATTENTE : Harvey
AVATAR : Barbara Palvin
CRÉDITS : Obsession27 & Tumblr
DC : Nope
INSCRIT LE : 07/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23974-my-past-is-the-reason-i-m-here-right-now-caroline http://www.30yearsstillyoung.com/t24010-you-wanna-be-my-friend-take-a-number

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyMar 21 Mai - 14:35






You try to make the worst seem better
ft. Sid Bauer

« Évidemment. J’ai pensé qu’on pourrait commencer par aller faire une randonnée en forêt. Et puis, s’il te reste un peu d’énergie, on pourra toujours jouer un peu au tennis aussi. » Un sourire se plaque sur mon visage. J’imagine déjà mon physiothérapeute trucidé Sid du regard. « Je rigole, évidemment. En vrai, j’ai pensé qu’on pourrait aller s’acheter de quoi pique-niquer et aller manger sur le bord du fleuve. » Cette simple proposition me permet de m’évader dans mes pensées. J’adore l’idée. De pouvoir s’acheter un petit repas et de relaxer sous les chauds rayons du soleil avec mon frère. J’ai une boule d’émotion qui se forme dans la gorge, mes yeux qui s’humecte d’un voile d’eau. Je ferme les yeux pour ravaler mes larmes et je frissonne au contact de la main de Sid dans mes cheveux. « Tiens bon, c’est presque fini. Encore quelques minutes et tu pourras te foutre de ma gueule pendant que j’essaie de faire tes exercices. » Je laisse entendre un rire amusé franchir mes lèvres avant de réprimander un petit hoquet douloureux. Le physiothérapeute, trop coincé pour rire avec nous, ne semble pas apprécier nos excès de folies. Il finit par masser tranquillement ma hanche, ma cuisse et une partie de ma fesse droite. La chaleur de ses mouvements apaise mes muscles endoloris. Une fois la séance de torture enfin terminé, il s’adresse à moi et mon frère. Je pense qu’il veut s’assurer que mon « babysitter » m’incite à faire correctement mes futurs exercices. Je sais que c’est la clef de la réussite de maintenir un entraînement progressif pour améliorer mon état, je n’ai pas besoin que Sid me pousse dans le derrière pour aller de l’avant, maintenant je sais que c’est la seule solution, alors je vais absolument tout faire pour retrouver 100% de ma mobilité.

Suite à un speech bien précis, le physiothérapeute nous demande de se lever debout avant de nous montrer quels genres d’exercices je dois effectuer avant mon prochain rendez-vous. Je réduis mes rencontres avec mon physio à une fois par semaine au lieu de trois à quatre fois par semaine, ce qui va me permettre de ne pas revenir ici trop souvent. Le premier mouvement est fort simple, faire un enchaînement de dix squat. On se positionne en écartant les cuisses, pliant et dépliant les genoux pour soutenir le poids de notre corps. Je jette un coup d’œil à Sid pour voir s’il participe et ne peux me retenir de rire en le voyant dans l’action. Évidemment, l’esprit de compétition embarque instantanément. « Allez Sid, descend plus bas… Et maintenant essais de maintenir la position de la chaise plus longtemps que moi. » Avec mon renforcement intensif depuis ma blessure, j’ai beaucoup plus de résistance au niveau des cuisses et du fessier. Mon physiothérapeute nous laisse agir comme des enfants de 5 ans, croisant les bras sur son torse tout en analysant si du moins je fais la manœuvre correctement. J’essaye de faire perdre pied à mon frère en lui poussant légèrement l’épaule droite vers l’arrière, ça le déstabilise assez pour que je remporte notre concurrence. Je rie tout en levant les bras dans les airs, signe de victoire. Mon physiothérapeute se racle la gorge pour attirer mon attention. Il me pointe sa montre de son index, me faisant comprendre que je ne suis pas sa seule patiente. Je m’excuse d’un petit signe de tête gênée avant de prendre contrôle sur le fou rire qui me chatouille les lèvres.

La séance se poursuit avec d’autres exercices, parfois plus complexe, parfois simple à exécuter. J’ai tout de même un malin plaisir à regarder mon frère participer pour me faire plaisir. Je l’aime d’un amour fraternel incommensurable. Je ne pense jamais pouvoir aimer quelqu’un d’autre que lui de cette manière. C’est propre à nous cette chimie. Longtemps je lui en ai voulu de m’avoir abandonné, mais maintenant il est là. Suite à mon accident, je me suis promis de ne plus vivre dans mes émotions du passé. Je lui dois bien cela après tout ce qu’il a fait pour moi. Je remercie mon physiothérapeute une fois le rendez-vous terminé. Il m’avoue encore une fois d’être fier de mon progrès. Je vois un semblant de sourire sincère sur son visage passif avant de lui souhaiter bonne journée. On retourne à ma chambre pour récupérer mes effets personnels. Je laisse Sid prendre mon sac à dos et mon sac réutilisable rempli de livre. En quittant ma chambre, je me retourne une fraction de seconde pour laisser tous mes souvenirs douloureux derrière moi. J’apporte avec moi que les meilleurs moments de ce long séjour ici. Je remercie une infirmière qui m’a pris sous son aile tout le long de mon confinement au lit. Elle me souhaite bonne chance dans mon rétablissement à la maison.

Lorsque je franchi les portes coulissantes pour mener à l’extérieur, j’ai envie de danser, de sauter sur place, d’hurler ma joie en humant l’air frais. Je regarde Sid avec un large sourire sur les lèvres. « Je suis affamé… Tu penses qu’on pourrait acheter les bonbons que tu m’apportais en douce quand tu venais me rendre visite? » Je lui dédicacé mon fameux sourire irrésistible en clignant des yeux. Aujourd’hui s’annonce une journée plus que parfaite!





I knew you were
You were gonna come to me
And here you are
But you better choose carefully
'Cause I’m capable of anything
Of anything and everything
Make me your Aphrodite
Make me your one and only
But don’t make me your enemy, your enemy, your enemy

- Katy Perry / Dark Horse
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
You try to make the worst seem better - Sid EHMn5Dwf_o
POSTS : 1121 POINTS : 540

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #6 + phoenix + joey + archie + harvey #2 + caro + auden
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 + zelda + jo + harvey #1
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature) + ilyria (gifs)
DC : gabriel, le manager.
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyDim 2 Juin - 2:22


you try to make the worst seem better

Heureusement que le physio est doué pour réparer les corps brisés car ce n’est certainement pas sa personnalité ensoleillée qui lui ramènerait des clients. Ce n’est pas qu’il ne s’intéresse pas au bien-être et à la remise sur pied de ses clients, Sid est convaincu qu’il souhaite sincèrement améliorer le sort de ses patients, c’est juste qu’il n’est pas très doué pour le montrer. Le tatoueur ne se formalise donc pas de l’air pincé qui ne quitte pas son visage barbu depuis qu’il a parlé de randonnée. Il continue simplement de tenir la main de Caro, même lorsque les douloureux étirements se transforment en massage tranquille, puis en discours. Il essaie de retenir le plus d’information possible, mais il y en a beaucoup et il sait pertinemment qu’il ne se souviendra pas de tout. Ce n’est pas si grave : Caro écoute attentivement et il voit bien à son œil brillant de détermination qu’elle a l’intention d’appliquer les conseils à la lettre. Le moment de commencer les exercices venus, Sid s’y met de bon cœur. Il réussit sans trop de mal les dix squats imposés par le physio, même s’il traîne un peu de la patte par rapport à sa sœur qui a bien évidemment plus d’expérience que lui. Elle ne se gêne d’ailleurs pas pour le lui faire remarquer et pousser la compétition : « Allez Sid, descend plus bas… Et maintenant essais de maintenir la position de la chaise plus longtemps que moi. » Concentré sur la brûlure désagréable dans ses muscles, il s’accroche à sa soif de gagner pour résister à l’envie d’abandonner. Pendant une fraction de seconde, il se dit qu’il va y arriver et puis une poussée inattendue sur son épaule le déséquilibre. Il se redresse en hochant la tête, amusé. C’est tout Caro ça : même petite, elle avait l’habitude de recourir à des techniques plus ou moins trop fair-play pour gagner. Il aurait dû prévoir le coup.

Tandis qu’elle rigole, toute fière de sa victoire (même si elle est malhonnête), il lui tire la langue. « La prochaine fois, je me mets là, » dit-il en pointant le côté opposé de la pièce, « et on verra bien qui va gagner si tu ne peux pas tricher. » Après une longue demi-heure de torture, la séance prend fin. Le physio leur offre quelques recommandations de dernière minute, puis les laisse partir. Ils refont en sens inverse le trajet pour revenir à la chambre de Caro. Elle a déjà fait ses bagages et Sid soulève sans hésiter son sac à dos. Il enfile les bretelles, étonné de voir qu’il pèse une tonne. Sachant que tous ses livres tiennent dans le sac réutilisable dont il s’est aussi emparé, il se demande bien ce qu’elle a pu mettre là-dedans. Des briques? Incapable de résister à l’envie de rire un peu d’elle, il lance : « Eh ben, t’étais pas si lourde que ça au fond, comparé à ton sac! » C’est au tour de Caro de lui tirer la langue. Elle ensuite les talons pour ressortir dans le corridor. Il lui emboîte le pas et s’arrête en même temps qu’elle lorsqu’elle marque une pause pour jeter un dernier coup d’œil à la chambre qu’elle a occupée pendant plusieurs mois. Il se demande si elle ressent des émotions contradictoires à l’idée de la quitter ou seulement de la joie. Sid, lui, ne ressent absolument rien sinon du soulagement à l’idée de ne plus avoir besoin de revenir dans cette petite pièce déprimante.

En quelques minutes, ils ont rejoint le rez-de-chaussée et ils franchissent enfin les portes de l’hôpital. Le soleil est radieux malgré l’air frais de l’automne. « Je suis affamée... Tu penses qu’on pourrait acheter les bonbons que tu m’apportais en douce quand tu venais me rendre visite? » Il sourit, attendri par l’air de chiot surexcité de Caro. Elle sait déjà qu’il ne peut rien lui refuser et il hoche la tête. « Bien sûr, on peut acheter tout ce que tu veux... mais c’est toi qui paies! » blague-t-il. Sid guide sa sœur vers l’endroit où il a garé sa voiture. Heureusement, ce n’est pas trop loin de la porte. Il remarque avec une pointe d’amusement le véhicule de la mamie qui l’a envoyé promener, qu’elle a réussi à garer dans la même rangée, à quelques places de la sienne. Il déverrouille le coffre, y dépose le sac à dos et le sac de livres. Puis, comme la voiture est plutôt basse, il offre son bras à Caro pour l’aider à s’asseoir dans le siège passager. Il contourne ensuite le capot et vient se glisser à son tour dans son siège. Il glisse les clés dans le contact et fait démarrer le moteur. Après avoir vérifié d’un coup d’œil que Caro a bien bouclé sa ceinture, il sort de sa place de stationnement. La voiture s’engage en douceur dans la rue. Pendant quelques minutes, un silence léger règne dans l’habitacle. Une fois qu’ils sont sortis du bouchon de circulation et roulent à bonne vitesse vers le magasin à grande surface où ils pourront trouver les bonbons de la jeune femme ainsi que quelque chose de plus nourrissant, il se tourne vers Caro, qui observe le paysage défiler en souriant. « Alors, quels sont tes projets maintenant que tu as retrouvé ta liberté? Te connaissant, tu as déjà cinquante idées différentes. »



you hate to be vulnerable. yeah you've been hurt and it shows. i've never known one like you before, so much love it overflows. i feel you're almost giving up, saying please don't let me down. i won't turn 'round, i won't head for the door. girl, I'm yours for better or worse, darling, know that you're never alone. i will lay here with you until the hurting is gone. • until the hurting is gone, billy raffoul

Revenir en haut Aller en bas
Caroline Bauer
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans
SURNOM : Caro
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Future conseillière en marketing
LOGEMENT : Toowong, maison #204
You try to make the worst seem better - Sid Tumblr_onbyj3wT9R1stz7bso1_500
POSTS : 93 POINTS : 350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Je kiff Ariel la petit sirène
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid // Joseph // Abel // John // Aisling
RPs EN ATTENTE : Harvey
AVATAR : Barbara Palvin
CRÉDITS : Obsession27 & Tumblr
DC : Nope
INSCRIT LE : 07/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23974-my-past-is-the-reason-i-m-here-right-now-caroline http://www.30yearsstillyoung.com/t24010-you-wanna-be-my-friend-take-a-number

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptyMer 5 Juin - 1:10






You try to make the worst seem better
ft. Sid Bauer

« Bien sûr, on peut acheter tout ce que tu veux... mais c’est toi qui paies! » Mon excitation prend fin lorsqu’il me fait la blague. Je lui tire la langue comme une gamine. On marche à mon rythme jusqu’à la voiture de mon frère. Il dépose mes sacs dans le fond de sa valise. Je m’assure que mon sac principal ne se renversera pas durant le trajet. J’ai gardé quelques roses blanches que j’ai reçues de mon voisin Emerik pour mon prompt rétablissement. Je les ai fait sécher à l’envers avec l’aide d’une infirmière pour qu’elles puissent garder leurs belles dimensions malgré le fait qu’elles soient fanées. J’adore la décoration naturelle, alors je me suis dit que je pourrais garder ce beau présent pour en faire un bouquet de fleurs mortes. Ensuite, Sid m’aide à m’installer confortablement sur le siège du côté passager. Je range ma troisième jambe derrière mon banc et sourit lorsque mon frère démarre sa voiture. Je me perds rapidement dans mes pensées en regardant le paysage défiler sous mon nez. Quel plaisir de s’éloigner de cet hôpital, de pouvoir enfin dire que j’ai réussi cette étape difficile de ma vie. Ma guérison n’est pas terminée, mais le plus dur est derrière moi. Enfin, je l’espère… « Alors, quels sont tes projets maintenant que tu as retrouvé ta liberté? Te connaissant, tu as déjà cinquante idées différentes. » Je ne peux m’empêcher de rire au commentaire de mon frère. Il me connait tellement. Évidemment, avec tout le temps que j’avais à perdre pour penser, j’ai déjà un planning ultra chargé pour combler mon temps de convalescence. « En effet, j’ai déjà plusieurs petits projets en tête. Comme faire la grâce mâtinée à tous les matins. T’appeler pour que tu viennes préparer mon petit déjeuner. Terminer les séries sur Netflix que je n’ai pas eu la chance de finir à l’hôpital. Apprendre à coudre et espionner mes voisins par temps perdu… » Tout en énumérant les projets, je levais chacun de mes doigts pour faire un décompte de mes activités. Je laisse entendre un rire amusé en voyant la tronche de mon frère, sûrement découragé de mon comportement enfantin. « Naaannn plus sérieusement, je vais sûrement regarder mon voisin terriblement sexy entreprendre les quelques rénovations que je voulais faire depuis l’achat de la maison. Je n’ai pas vraiment pris le temps d’investir sur ma propriété jusqu’à maintenant alors… Comme je vais être confiné entre mes quatre murs, j’en profite pour faire d’une pierre deux coups. » Je ne peux m’empêcher de retenir un sourire en voyant Sid se crisper légèrement lorsque je prononce les mots mon voisin terriblement sexy. Mon frère n’a jamais été très chaud à l’idée que des mecs me tournent autour. Emerik, mon voisin qui m’a gentiment donné un bouquet de rose blanche, est venu me rendre visite durant mon séjour à St-Vincent. J’ignore comment il a su que j’avais eu un accident de moto, mais il est venu faire un tour. Sa compagnie m’a désennuyé et m’a permis de m’accrocher à un futur objectif. J’ai passé beaucoup – trop - de temps à me perdre sur les propositions que Pinterest nous suggère pour l’aménagement intérieur des maisons. J’ai même magasiné un peu sur le net pour trouver des matériaux à bons prix. Bref, j’ai tellement hâte de retrouver mon chez moi et de pouvoir mettre ma demeure à mon goût. « Et toi, tu vas venir me rendre visite avec ta petite amie lorsque les rénos seront terminées? Aisling… C’est ça son nom hein? » Ça aussi, je sais pertinemment qu’il n’aime pas ce genre de conversation et je sais aussi qu’il ne sort pas avec cette gentille demoiselle. Aisling m’a rendu visite quelques jours après mon accident. J’ignore si elle l’a mentionné à mon frère, mais moi jusqu’à maintenant, j’ai tenu notre rencontre secrète.




I knew you were
You were gonna come to me
And here you are
But you better choose carefully
'Cause I’m capable of anything
Of anything and everything
Make me your Aphrodite
Make me your one and only
But don’t make me your enemy, your enemy, your enemy

- Katy Perry / Dark Horse
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
You try to make the worst seem better - Sid EHMn5Dwf_o
POSTS : 1121 POINTS : 540

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. + Il adore lire et regarder des documentaires. + Il a une sœur cadette. + Il déteste qu’on le prenne en photo. + Il fume, boit et se fiche de ce que les gens pensent, mais il n’a jamais touché à la drogue. + Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. + Il adore dessiner. + Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. + Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aisling #6 + phoenix + joey + archie + harvey #2 + caro + auden
RPs TERMINÉS : harley #1 | #2 | #3 + aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 + zelda + jo + harvey #1
AVATAR : andy biersack. ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature) + ilyria (gifs)
DC : gabriel, le manager.
INSCRIT LE : 01/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine http://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid http://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid EmptySam 15 Juin - 4:07


you try to make the worst seem better

Sid connaît sa sœur comme s’il l’avait tricotée et, comme il s’y attendait, elle a déjà une foule d’idées pour occuper son temps. Vaguement découragé par son attitude nonchalante, il hoche la tête en l’écoutant énumérer ses projets (ou plutôt, ses lubies). Apprendre à coudre, vraiment? Elle l’amuse malgré tout et il a toute la misère du monde à garder son sérieux. En vérité, il est simplement content de la voir aussi enjouée et vive. Il retrouve la Caroline d’avant l’accident, celle qu’il a vraiment cru avoir perdue durant ces premières semaines moroses où elle essayait de remonter la pente sans arriver à retrouver son entrain habituel. « Naaannn plus sérieusement, je vais sûrement regarder mon voisin terriblement sexy entreprendre les quelques rénovations que je voulais faire depuis l’achat de la maison. Je n’ai pas vraiment pris le temps d’investir sur ma propriété jusqu’à maintenant alors… Comme je vais être confiné entre mes quatre murs, j’en profite pour faire d’une pierre deux coups. » La réaction est automatique : sa mâchoire se contracte comme si ses dents essayaient de se fusionner tandis que ses doigts se resserrent sur le volant à en faire blanchir ses jointures. C’est plus fort que lui, il a beau savoir que c’est tout à fait déraisonnable, que Caroline est une adulte et qu’elle a le droit de faire ce qu’elle veut, il n’arrive pas à contrôler cet instinct protecteur primal qui lui donne envie de kidnapper sa sœur et de l’entraîner très, très, très loin de ces hommes qui pourraient la blesser. Heureusement, ça amuse Caro plus que ça ne l’agace, sûrement parce qu’il s’oblige à ne pas s’en mêler en se rappelant qu’au fond, ce n’est pas sa vie. Il sait très bien, toutefois, que le jour où elle viendra immanquablement pleurer dans ses bras parce qu’un salaud lui aura brisé le cœur, il ne répondra plus de lui-même. Mais comme ce n’est pas le cas, il s’oblige à inspirer profondément pour relâcher la tension.

« Et toi, tu vas venir me rendre visite avec ta petite amie lorsque les rénos seront terminées? Aisling… C’est ça son nom hein? » La question le prend tellement par surprise qu’il ne peut s’empêcher de tourner brusquement la tête vers sa sœur. Il en oublie même complètement de porter attention à la route et n’y revient que lorsque la voiture dans l’autre voie lui signale à grands coups de klaxon que son propre véhicule a fait une embardée. Tout en reprenant le contrôle de l’auto, le tatoueur se dit qu’il aurait dû s’y attendre. Après avoir appris qu’Aisling avait rendu visite à Caroline à l’hôpital, il s’était étonné de ne pas avoir eu droit à un interrogatoire en règle. Il avait fini par croire que sa petite sœur avait décidé de ne rien dire, ce qui lui avait paru pour le moins étrange. Les deux mains sagement posées sur le volant, il jette un regard en coin à la jeune femme. « Aisling n’est pas mon amie. » Résistant à l’envie féroce de se ramener une bonne claque en plein front, il soupire. « Enfin si, c’est mon amie, évidemment, mais pas ma petite amie. » Au bout d’un court moment de silence qui lui semble durer une petite éternité, il n’en peut plus d’attendre une réponse qui ne vient visiblement pas et il se tourne un peu vers Caroline. Sourcil haussé, elle le dévisage d’un air carrément sceptique qui lui rappelle totalement sa propre tête. Sans trop savoir pourquoi, il se sent obligé de préciser : « On n’est pas un couple quoi. » Les lèvres pincées, il se concentre sur la route devant lui le temps de s’engager dans la voie de droite et de mettre son clignotant. Le regard fixé sur les voitures qui s’approchent et l’empêchent de tourner dans le stationnement du supermarché, il mordille nerveusement son piercing. Exaspéré, il souffle et se décide à en rajouter encore un peu. « Je l’ai invitée à sortir la semaine prochaine. Sauf que c’est une date, pas juste une sortie entre amis comme on en a déjà fait des centaines. » Profitant d’une ouverture dans la circulation, il appuie sur l’accélérateur et s’engage dans le stationnement. Il trouve rapidement une place de stationnement libre, dans la section réservée aux personnes handicapées. Une fois garé, il tend le bras vers le coffre à gants et en sort la passe qu’il s’est procurée en prévision de la sortie de Caroline de l’hôpital. « Je ne sais pas du tout ce que je fais. Je ne veux pas gâcher ce qu’on a, mais en même temps je sens que je le regretterais si je ne fais rien. J’ai la trouille, » finit-il par avouer du bout des lèvres en triturant le bout de papier plastifié. Lui qui n’aime pas du tout se confier de cette façon, il devait avoir sérieusement besoin de se soulager l’esprit pour déballer ses inquiétudes comme ça sans que sa petite sœur n’ait besoin de lui poser plus de questions.



you hate to be vulnerable. yeah you've been hurt and it shows. i've never known one like you before, so much love it overflows. i feel you're almost giving up, saying please don't let me down. i won't turn 'round, i won't head for the door. girl, I'm yours for better or worse, darling, know that you're never alone. i will lay here with you until the hurting is gone. • until the hurting is gone, billy raffoul

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

You try to make the worst seem better - Sid Empty
MessageSujet: Re: You try to make the worst seem better - Sid   You try to make the worst seem better - Sid Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

You try to make the worst seem better - Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-