AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : too much to handle
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : en transition, encore dans les cartons
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2371 POINTS : 835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
Cambodge #2 + lehen 20


•••

isaacalex 02gaiajulealfennorah 02charlie › nea 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19

anciens membres:
 


a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : blood eagle (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyLun 13 Mai - 23:28


Six ans. Aujourd'hui, Anabel allait avoir six ans. C'en était fini du petit bébé, du bout de chou qui peinait à retenir l'ordre des jours de la semaine. Elle entrait dans une phase différente, celle de la petite fille qui réclamait des jouets de plus en plus aboutis, qui voulait qu'on l'inscrive dans une équipe de football et qui désirait organiser des soirées pyjamas avec les copines qu'elle se faisait à l'école. Il semblait à Stephen que ces quatre années passées à ses côtés s'étaient écoulées en un battement de cils, pourtant c'était comme si la présence de la fillette dans sa vie était l'évidence même, et la réciproque était vraie elle aussi. Ces derniers mois avaient beau avoir été désastreux pour l'un comme pour l'autre, aujourd'hui l'avenir leur offrait une seconde chance. Ils pouvaient se voir régulièrement, retrouvaient timidement goût à la vie, tendant l'un et l'autre à un équilibre encore précaire qui leur permettait cependant d'avancer. Cet anniversaire serait une autre étape, une de plus vers le renouveau, et ils se réjouissaient de le faire entourés de ceux qui comptaient le plus pour eux. Alfie. Leah. Jules. Ce petit groupe de personnes qui avait tant fait depuis plus d'un an maintenant ...et qui ne s'était pourtant jusqu'alors encore jamais retrouvé ensemble dans une même pièce. Cette étape rendait Stephen nerveux plus que de raison, et tandis qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui après une matinée de rendez vous pour vérifier l'avancée de la préparation de l'anniversaire que Leah et Anabel étaient censées peaufiner, il était encore loin de s'imaginer que son état de stress allait grimper en flèche. "Leah ! Je crois que Bruley veut manger le truc bizarre en mousse de Papa." Quoi ? La petite voix d'enfant s'élevait d'un peu plus loin dans l'appartement. Déposant son sac dans l'entrée, Stephen avança de quelques pas, visiblement trop silencieux pour se faire remarquer par qui que ce soit. Ce qu'était ce fameux Bruley demeurait encore une énigme, et tandis qu'il traversait la pièce à vivre décorée d'un thème pirates pour l'occasion, c'était le calme plat qui l'accueillait. La cuisine sentait encore le chocolat, dans le canapé s'étalaient des poupées par dizaines.. mais aucune trace ni de Leah ni d'Anabel. "Oh non pas ce truc.. reprends lui.." Les voix du duo semblaient s'élever depuis la seconde chambre de l'appartement, aménagée depuis l'annonce de la garde partagée en un véritable royaume pour la petite princesse. "... tu crois qu'il va manger mes chaussures aussi ?" Hein ? Pressant le pas pour rejoindre sa destination plus rapidement, Stephen débarqua dans la chambre de sa fille avec les traits déjà bien inquiétés par ce que ses oreilles avaient pu percevoir. "Papa !" Si lui s'alarmait, en voilà une pour qui ce mot était inconnu au bataillon. Le petit gabarit d'Anabel était venu s'échouer avec vigueur contre sa jambe pour le saluer, et tandis qu'il se penchait pour l'attraper comme il le faisait souvent, son regard s'attardait sur une petite boule de poils ... un chien. Il y avait un chien chez lui, et qui mordillait un accessoire de kinésithérapie qu'il avait eu le malheur de laisser traîner. ".. qu'est ce que .. ?" L'aller retour entre Leah et l'animal se faisait par automatisme, même si sur le moment, le brun pensait à une plaisanterie. Parce que ce ne pouvait être qu'une plaisanterie. "C'est Bruley. On a été le chercher au refuge ce matin avec Leah avant d'aller faire le gâteau. Il ronfle mais il est gentil, t'as intérêt de bien t'en occuper pendant que je serais chez papy et mamie." C'était comme si le sol se dérobait doucement sous ses pieds. Tandis que la fillette attrapait maladroitement l'animal pour le présenter à Stephen, ce dernier l'observa du coin de l’œil, visiblement peu rassuré... et agacé. Seigneur, qu'était il censé faire avec un chien alors qu'il travaillait dix heures par jour ? "Anie, tu veux bien aller dans le salon avec ..""Bruley." Oui bon. Anabel ne se fit de toute façon pas prier davantage. Elle avait embarqué la balle en mousse -paix à son âme- et s'était éclipsée dans un vacarme assourdissant qui rendait encore plus pesant le silence qui remplissait la chambre ensuite. Adossé au mur, Stephen observait Leah au travers d'une palette d'émotions contraires. De l'étonnement, de l'agacement, mais aussi et surtout une pointe d'inquiétude. Depuis quelques jours c'était comme si la brunette était complètement à l'ouest, et si jusqu'alors il avait laissé couler, la venue de cet animal de compagnie était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase.  "Donc quand je t'avais offert des billets d'avion pour ton anniversaire c'était trop, mais la un chien pour une enfant de six ans c'est tout à fait justifié ?" qu'il demandait sans hausser le ton, bien que ce ne soit pas l'envie qui ne lui manque. Cette boule de poils réclamerait de l'attention, des soins ... et n'en resterait pas à sa première balle en mousse détruite, il en était certain.          

Spoiler:
 




You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Complètement paumée.
MÉTIER : Anciennement barmaid au MacTavish, elle a démissionné sur un coup de tête après des mois de frustration à ne plus se plaire à son boulot. Elle est actuellement entrain de passer les tests pour intégrer la caserne des pompiers de Brisbane.
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, mais plus pour longtemps.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388482-it-can-wait-att-ad-chloe-bennet-40108133-245-135
POSTS : 4378 POINTS : 5585

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388469-hgnhif
Take me into your loving arms. Kiss me under the light of a thousand stars. Place my head on my beating heart.I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are. Lehen#20 Cambodge#2

•••

DylanAlex
Lubya
Lonnie#2
Julealfen
Harvey
Tommy
Raelyn-DF
Raeleah#2
Stephen.B
Lullaby
RPs EN ATTENTE : Charley







RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12
Lehen#14
Lehen#13
Matteo #1
LonnieLehen#16Lehen#15
Juliana
Lehen#18
Lehen#14
Raelyn (Fb)
Lehen#19
Lene
Leomy#1

RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMar 14 Mai - 10:46



   

   
A smooth sea never made a skilled pirate
“Not all treasure’s silver and gold, mate.”.

Derrière l’événement qu’était l’anniversaire d’Anabel se cachait quelque chose de bien plus important. Pour la première fois, Leah allait faire officiellement la connaissance du parrain de la petite, qui se trouvait accessoirement être le cousin de Rachel. Une information que Stephen s’était bien gardé de lui donner alors même que leur relation durait depuis plusieurs mois maintenant. Il avait fallu une rencontre impromptue entre Juliana et la petite brune afin que la vérité éclate enfin et que la jeune femme découvre que le kiné côtoyait encore la famille de Rachel. Leah avait eu beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi il lui avait caché ce détail, pensant alors qu’ils partageaient tout. Cette découverte avait remis les choses en perspective à ses yeux, restant encore un peu blessée en dépit de la discussion qu’ils avaient eu lors du baptême du petit Thomas. Dans tous les cas, aujourd’hui se jouaient enfin les présentations officielles. Leah avait le trac, comme projetée de nouveau une décennie plus tôt, alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente introvertie. Son stress n’avait fait que grandir au fur et à mesure de la semaine, tant la nervosité de Stephen était palpable. Le brun avait décidément bien du mal à concilier dans son esprit ces deux parties distinctes de sa vie qu’étaient Leah et Alfie. Il allait pourtant devoir faire avec, car le jour J était désormais bel et bien là. Comme pour ne rien arranger, une matinée remplie de rendez-vous avait empêché le brun de s’attaquer aux préparatifs de la fête en compagnie d’Anabel et de la jeune femme. Avait-il oublié qu’elle n’avait jamais fais ça de sa vie ? Voilà vingt-huit ans que la brunette n’avait eu qu’à s’occuper d’elle-même, se nourrissant à coups de plats préparés et passant le plus clair de son temps à sortir avec ses amies. Comment se retrouvait-elle donc un samedi matin à partir en vadrouille avec la fille de son compagnon, elle l’ignorait encore. « A cette heure-ci j’étais encore entrain d’assumer une gueule de bois dans mon lit… » Repensa Leah à voix haute tandis que son regard se perdait à l’horizon, arrêtée à un feu rouge tandis qu’elle roulait en direction du magasin afin d’acheter les derniers ingrédients nécessaires à la réalisation du gâteau d’anniversaire d’Anabel. Une recette inratable avait précisé la page internet consultée par la brunette la veille. On allait bien voir. Le plus important consistait à ne rien brûler, une tâche qui semblait à la portée de n’importe qui, mais qui se révélait quasiment impossible pour la pyromane en herbe qu’était Leah Baumann. « C’est quoi une gueule de bois Leah ? » Surgit la voix de la petite, perchée sur son réhausseur et observant attentivement la brunette dans le rétroviseur central de la voiture. Haussant un sourcil amusé, la jeune femme renonça à inventer des histoires. Anabel faisait partie de ces enfants à qui on ne la faisait pas. « C’est quand on a bu trop d’alcool. Tu comprendras plus tard. » Lança-t-elle en lui tirant la langue, avant de changer de sujet de manière précipitée afin d’éviter de s’éterniser sur ce dernier. « Et sinon, tu aimerais avoir quoi pour ton anniversaire ? Tu penses que tu auras ce dont tu as envie ? » Lui demanda-t-elle avec une voix plus douce, reprenant la route vers le magasin. « Je sais pas. J’aimerais tellement avoir un chien tu sais, mais papa voudra jamais. Et j’ai déjà demandé à papy et mamy, ils veulent pas. » Répondit Anabel sur un ton un peu boudeur, croisant les bras avec une indignation à mourir de rire. C’est d’ailleurs ce que fit la jeune femme avant de reprendre d’un ton plus sérieux : « Tu sais, moi aussi j’ai toujours voulu avoir un chien, et mes parents n’ont jamais voulu… » Commença-t-elle, comme pour lui démontrer qu’elle n’allait pas en mourir et qu’elle pourrait avoir un chien plus tard. Leah aurait d’ailleurs du en rester là, se cantonner à aller au magasin et à rentrer à l’appartement, comme c’était prévu. Mais au lieu de ça, elle prit à droite, en direction d’un refuge où elle avait bossé comme bénévole étant plus jeune. Une décision qu’elle allait sans doute regretter, mais après tout c’était l’anniversaire d’Anabel et elle voulait lui faire plaisir. Et puis… Elle aussi mourrait d’envie d’avoir un chien. C’était l’occasion. Elle gérerait la réaction de Stephen plus tard.

C’est ainsi que Leah et Anabel rentrèrent à l’appartement, les bras chargés de courses et de… Bruley. Un charmant bouledogue français qui avait été abandonné par ses maîtres au bord de la route. Une histoire malheureusement bien répandue, mais qui avait fait craqué la jeune femme dont la résistance était déjà bien maigre. La bouille du chien et les yeux implorants de la petite avaient eu raison d’elle. Stephen allait la tuer. Déboussolée, la brunette avait laissé la reine de la journée s’amuser avec le chien pendant qu’elle s’attelait à la décoration de la pièce et à la préparation du gâteau d’anniversaire. Seule et perdue dans ses pensées, la brune ne cessait de ressasser les images de cette foutue matinée d’il y a une semaine. Un matin comme les autres pour Stephen, bien loin de se douter que tout avait changé pour elle. Pour eux. Elle l’ignorait en fait. Tout était confus dans sa tête depuis qu’un maudit bâton lui avait affirmé qu’elle était enceinte. Les deux barres assurant que le test était positif la narguaient tandis qu’elle les fixaient presque sans les voir. Un coup de massue, voilà ce qu’elle venait de recevoir. Elle ne comprenait tout simplement pas comment c’était possible, comme ça avait pu arriver. Elle était extrêmement prudente à ce niveau là, elle l’avait toujours été d’ailleurs. S’il y avait bien une chose avec laquelle elle ne plaisantait pas, c’était bien celle la. La raison ? Car elle ignorait tout simplement comment elle réagirait si ça arrivait. Et elle n’avait jamais voulu le savoir, précautionneuse au possible pour ne pas avoir à faire face à cette situation. Et voilà qu’elle se retrouvait enceinte d’un homme avec qui elle était depuis quelques mois à peine. Leur histoire se déroulait à merveille –à quelques détails près – et un bébé n’était absolument pas à l’ordre du jour. Ils n’avaient même jamais abordé le sujet, c’était dire ! Leah avait hésité à en parler au kiné, mais l’approche de l’anniversaire d’Anabel l’avait rendu encore plus névrosé que d’habitude et la brune s’était dégonflée. Une semaine plus tard, l’idée de lui en parler était encore plus difficile. La jeune femme décida donc de reporter cette annonce à plus tard, le temps de digérer l'info et de réfléchir de son côté à tout ce que ça impliquait. Cette nouvelle hantait son esprit nuit et jour, dévorée par l’inquiétude et les retombées éventuelles.  La réaction de Stephen était imprévisible, et c’est sans doute ce qui l’effrayait autant à l’idée de lui en parler. Dans tous les cas, elle était persuadée que ça serait négatif : c’était trop tôt. La voix d’Anabel la tira de ses pensées, tandis qu’elle criait de sa chambre un : « Leah, Bruley a fait pipi ! » Levant les yeux au ciel, la brune se sermonna intérieurement d’avoir cédé aussi facilement au caprice d’une enfant de six ans, avant de se rappeler qu’elle aussi en avait eu envie. Elle enfourna l’espèce de pâte qui était supposée se transformer en gâteau avant de rejoindre la petite afin de gérer les bêtises de Bruley. Une fois les premières bêtises du chien épongées, Leah s’employa à regarder après une tenue légèrement plus festive à enfiler à Anabel pour l’occasion. Se faisant, elle laissa la petite et le chien jouer à nouveau ensemble. Il fut rapidement question d’une balle en mousse – la fameuse – que Bruley adopta comme son nouveau jouet attitré. Au milieu de toute cette agitation, la jeune femme n’entendit pas Stephen rentrer dans l’appartement, ce qui l’empêcha de préparer le terrain avant qu’il ne découvre le cadeau de sa fille. Oups. "Papa !" La brune se retourna subitement, afin d’observer Anabel se jeter sur son père pour lui dire bonjour. ".. qu'est ce que .. ?" Commença le brun, laissant son regard s’attarder sur le chien, puis sur Leah, le tout agrémenté d’un froncement de sourcil très net. Aïe. La brunette se mordit la lèvre avec nervosité, cherchant la meilleure façon d’expliquer à Stephen comment, et surtout pourquoi, un chien se trouvait au milieu de la chambre de sa fille entrain de mordiller un de ses accessoires de kinésithérapie. Heureusement, la spontanéité naturelle d’Anabel mit fin à un début de silence oppressant, tandis qu’elle entamait les explications avec engouement : "C'est Bruley. On a été le chercher au refuge ce matin avec Leah avant d'aller faire le gâteau. Il ronfle mais il est gentil, t'as intérêt de bien t'en occuper pendant que je serais chez papy et mamie." Cette dernière remarque eut le mérite de faire sourire la petite brune qui observait l’échange avec une lueur amusée dans le regard. Un sourire qui s’effaça très vite lorsque le kiné prononça un ; "Anie, tu veux bien aller dans le salon avec .." Bruley. Le ton était relativement froid, d’ailleurs la fillette s’en alla en lançant un petit regard en coin à Leah, comme si elle savait que les ennuis allaient commencer. Dieu, que cette gamine était intuitive. La jeune femme observa Stephen, murée dans un silence pesant, attendant que le couperet tombe. Car il allait tomber d’une seconde à l’autre. "Donc quand je t'avais offert des billets d'avion pour ton anniversaire c'était trop, mais la un chien pour une enfant de six ans c'est tout à fait justifié ?" Nous y voilà. La brune hésita quelques secondes, se demandant quelle était la meilleure tactique à employer. L’humour ? Le sarcasme ? La désinvolture ? Elle passa une main dans ses cheveux pour se redonner contenance avant de pencher légèrement la tête sur le côté, fixant le regard énervé du kiné sans broncher. « N’exagères pas. Un chien c’est pas la fin du monde Stephen. Puis elle était tellement contente… Et il est tout petit. » Ajouta-t-elle, comme si ce détail allait faire pencher d’un seul coup la balance en faveur du petit être débordant d’énergie qui courait partout dans l’appartement, suivi de près par une Anabel en délire.  « Ca a été ta matinée ? » Demanda-t-elle ensuite en se replongeant dans les fouilles de vêtements pour la fillette, espérant naïvement qu’un changement de sujet était possible. Tu te mets le doigt dans l’œil Baumann.





   
⇜ code by bat'phanie ⇝


it will be alright
 But nothing heals the past like time  And they can't steal the love you're born to find
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : too much to handle
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : en transition, encore dans les cartons
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2371 POINTS : 835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
Cambodge #2 + lehen 20


•••

isaacalex 02gaiajulealfennorah 02charlie › nea 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19

anciens membres:
 


a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : blood eagle (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMar 14 Mai - 12:43


Adossé au mur, Stephen observait la scène qui se jouait devant lui sans véritablement la comprendre. Son regard allait et venait entre Anabel et Leah, les jaugeant l'une et l'autre complices de ce fait accompli devant lequel il se trouvait. Un chien. Ils étaient les heureux propriétaires d'une espèce de bouledogue qui venait de mâchouiller l'un de ses outils de travail ; sûrement la première d'une longue lignée de bêtises à venir. Demandant à la fillette de délaisser sa chambre pour le salon, en compagnie de l'objet du crime -ce qu'elle fit sans ciller, sûrement qu'elle avait compris- Stephen se retrouvait désormais face à une Leah à qui il demandait des comptes, et cette dernière le regardait avec un flegme qui aurait pu le faire bondir s'il n'était pas aussi inquiet à l'idée d'accueillir Jules et Alfie chez eux dans les minutes à venir. « N’exagères pas. Un chien c’est pas la fin du monde Stephen. Puis elle était tellement contente… Et il est tout petit. » Le brun étouffa un rire nerveux. Ne pas exagérer. Non, bien sûr que non. "Donc tu t'en occupes ? Puis il vient d'où ? il est vacciné ?" Parce que la jeune femme pouvait essayer de l'attendrir autant qu'elle le souhaitait, si la boule de poils n'avait pas a minima un carnet de santé irréprochable, il resterait dans une cage jusqu'à nouvel ordre. D'ailleurs... "attends, est ce qu'on a du matériel ? un panier ? des croquettes ? des jouets dont je n'ai pas besoin pour le boulot ?" qu'il raillait, amenant avec lui son stress habituel. Car d'un coup, tout était bien trop. Le naturel de l'irlandais reprenait le dessus, et bien qu'il soit (un peu) apaisé par les babillages d'Anabel que l'on entendait s'amuser à plein poumons à quelques mètres de là, il n'en demeurait pas moins autre chose qu'un paquet de nerfs. Leah semblait avoir vraiment fait plaisir à la petite fille, mais il était ô combien sceptique face à cette décision qu'elle avait prise sans lui demander son avis. "On en reparlera." qu'il coupait finalement en s'approchant pour prendre sa main dans la sienne, lui faisant ainsi délaisser les vêtements d'Anabel dont elle semblait tenter d'y dénicher la tenue parfaite pour l'après midi. "Laisse tomber elle est très bien comme ça. Et il y a des chances qu'Alfie l'emmène faire du vélo ou qu'elle décide d'enfiler son déguisement de la reine des neiges... " A ce moment précis, Stephen ignorait que le parrain de la fillette aurait trouvé un cadeau bien (bien) plus intéressant que la bicyclette qu'il lui avait offert la veille en la récupérant chez ses anciens beaux parents, mais pour l'heure, il profitait de ces derniers instants de calme. L'heure tournait, et le moment de la confrontation approchait. Si le brun n'avait aucune idée de l'ambiance générale qui régnerait dans l'appartement dans les minutes à venir, il mentirait toutefois s'il disait qu'il était parfaitement serein à l'idée de présenter Leah officiellement à l'une des personnes dont Rachel avait été la plus proche, et dont l'avis comptait énormément pour lui. « Ça a été ta matinée ? » Stephen se pencha pour déposer un baiser sur sa tempe, un sourire de façade pour la forme. "Long. J'aurais préféré être ici." .... et éviter de me retrouver avec un bouledogue en guise de surprise, mais ce n'était pas le meilleur moment pour jeter de l'huile sur le feu. "Et toi ?" Son index lui replaçait une mèche brune derrière l'oreille, alors que son regard s'adoucissait à mesure qu'elle se tenait près de lui. Depuis leur dernière dispute explosive, il se tenait à carreaux sur ses états de stress compulsifs. "Tu te sens mi.." mieux, qu'il aurait aimé lui demander tant il pensait encore naïvement que les étourdissements dont la brunette était en proie n'étaient dus qu'à l'inquiétude de cette rencontre à venir (bien qu'en vérité, il n'y avait sûrement que lui et son esprit névrosé qui devaient s'en faire) Anabel l'interrompait dans ses questionnements en hurlant presque "Viens ouvrir on a sonné !" ... et la nervosité le gagna à nouveau. Se détachant doucement, il lui jeta un rapide coup d’œil, glissant au passage un : "Prête ?" qui lui était avant tout destiné. Il n'était pas prêt du tout.        





You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Complètement paumée.
MÉTIER : Anciennement barmaid au MacTavish, elle a démissionné sur un coup de tête après des mois de frustration à ne plus se plaire à son boulot. Elle est actuellement entrain de passer les tests pour intégrer la caserne des pompiers de Brisbane.
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, mais plus pour longtemps.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388482-it-can-wait-att-ad-chloe-bennet-40108133-245-135
POSTS : 4378 POINTS : 5585

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388469-hgnhif
Take me into your loving arms. Kiss me under the light of a thousand stars. Place my head on my beating heart.I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are. Lehen#20 Cambodge#2

•••

DylanAlex
Lubya
Lonnie#2
Julealfen
Harvey
Tommy
Raelyn-DF
Raeleah#2
Stephen.B
Lullaby
RPs EN ATTENTE : Charley







RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12
Lehen#14
Lehen#13
Matteo #1
LonnieLehen#16Lehen#15
Juliana
Lehen#18
Lehen#14
Raelyn (Fb)
Lehen#19
Lene
Leomy#1

RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMar 14 Mai - 14:43



 

 
A smooth sea never made a skilled pirate
“Not all treasure’s silver and gold, mate.”.

Ca aurait été mentir que de prétendre qu’elle ne s’attendait pas à cette réaction de la part de Stephen. Le kiné aimait ce qui était prévisible et maîtrisé. C’est à dire à peu près tout ce que ce chien qui mâchouillait tout sur son passage ne représentait pas. Mais Leah savait pertinemment qu’un chien était un véritable bonheur une fois que celui-ci était éduqué. Une éducation dont elle savait déjà qu’elle allait s’en occuper, puisqu’elle n’avait à peu près que ça à faire pour le moment. De plus, rien ne pouvait ternir l’image du sourire éclatant d’Anabel lorsque cette dernière avait attrapé Bruley dans ses bras, déclarant que c’était lui qu’elle voulait. La joie de la petite valait amplement les foudres qu’elle s’apprêtait à subir au retour de Stephen, même si elle se doutait qu’il finirait tôt ou tard par fondre à son tour face à cette petite bouille d’amour. Une fois qu’Anabel eut quitté la chambre, la brune se retrouva à donner des explications à ce nouveau geste empreint d’impulsivité qu’était l’accueil de ce chien dans leur foyer qui – à ses yeux – manquait d’animation. "Donc tu t'en occupes ? Puis il vient d'où ? il est vacciné ?" Leah retint un sourire amusé, mais uniquement parce que la situation prenait des allures dramatiques alors même qu’elle n’y voyait qu’un cadeau innocent. « On est allé le chercher au refuge où je faisais du bénévolat plus jeune. Oui je m’en occuperai au moins jusqu’à ce que je trouve du boulot, puis d’ici là il sera propre. Tu pourras même l’embarquer au cabinet avec toi, il amusera les enfants. » Est-ce qu’elle en rajoutait volontairement une couche ? Bien entendu. Le caractère du brun était parfois bien trop rigide à son goût, et elle comptait bien sur cette aventure pour le décoincer un peu. « Et sinon oui, tout est en ordre au niveau des vaccins. J’suis quand même pas inconsciente. » Ajouta-t-elle en levant les yeux au ciel face à si peu de confiance. Les réponses de la brunette étaient concises tandis qu’elle donnait tous les détails dont Stephen avait besoin pour commencer à se détendre. Mais pour l’instant, c’était pas gagné. "attends, est ce qu'on a du matériel ? un panier ? des croquettes ? des jouets dont je n'ai pas besoin pour le boulot ?" On se calme Holloway ! La jeune femme posa ses deux mains sur ses épaules en levant ses grands yeux vers lui, laissant un sourire élargir ses lèvres. Pas question de se laisser miner par le stress ambiant du brun alors qu'elle-même n’était déjà pas au paroxysme du bien-être. « Oui, oui, oui et oui ! On a tout pris en chemin, j’ai juste pas eu le temps de tout déballer parce qu’il fallait que je m’occupe du gâteau d’Anabel. D'ailleurs je pense que c'était ça la vraie mauvaise idée. » Lança-t-elle avec humour avant de s’interrompre quelques secondes, le temps de jauger l’état d’esprit du kiné, rajoutant un petit : « Rassuré ? » pour la forme, avant de s’éloigner en quête d’autres vêtements pour la petite. "On en reparlera." Lâcha-t-il finalement, ce qui était déjà une petite victoire aux yeux de Leah qui retint avec difficulté un petit sourire satisfait. Cela aurait vraiment pu être pire et elle estimait qu’elle devait ce manque d’explosion à l’arrivée imminente de Jules et d’Alfie. Elle les aimait déjà ces deux-là. "Laisse tomber elle est très bien comme ça. Et il y a des chances qu'Alfie l'emmène faire du vélo ou qu'elle décide d'enfiler son déguisement de la reine des neiges... " Haussant les épaules, la brune se tourna enfin vers lui tout en lui demandant comment s’était passé sa matinée, bien décidée à alléger l’atmosphère en changeant de sujet. "Long. J'aurais préféré être ici… Et toi ?" Leah accueillit son baiser avec soulagement tandis qu’elle penchait la tête sur le côté en l’observant sans un mot. Elle se sentait terriblement mal de lui cacher ainsi la vérité sur sa condition, mais comment lui annoncer une bombe pareille alors qu’il frôlait déjà la crise cardiaque pour un chien ? "Tu te sens mi.." Ajouta-t-il avant de se faire interrompre par la voix stridente d’une Anabel en délire. "Viens ouvrir on a sonné !" Sauvée par le gong. Leah n’avait aucune envie de prononcer un mensonge supplémentaire en prétendant que tout allait bien alors que c’était tout sauf le cas. Elle était perdue, ignorant comment réagir face à une situation qu’elle avait tenté d’éviter toute sa vie. Soucieuse, elle s’abstint donc de répondre et dirigea son regard vers le séjour où se trouvait la petite. Un frisson la parcouru tandis qu’elle serrait d’un geste la main de Stephen, comme pour le rassurer lui alors que c’était elle qui aurait bien eu besoin d’être rassurée en cet instant. "Prête ?" La jeune femme lui adressa un sourire avant de hocher la tête, l’attirant avec elle vers la porte. « Autant que possible. » Murmura-t-elle dans un souffle tandis qu’elle réalisait qu’elle allait faire la rencontre du cousin de Rachel. Pleine d’appréhension, Leah laissa au kiné le soin d’accueillir leurs invités, tandis qu’elle se postait auprès d’Anabel et de Bruley, oubliant soudainement quoi faire d'elle-même pour se donner contenance. Au moins, les présentations avaient déjà été faites entre elle et Juliana, de quoi lui redonner un peu d’espoir que les choses se passent bien. Il lui restait donc à découvrir qui était ce fameux Alfie dont Stephen semblait si proche. Elle savait que cette rencontre serait déterminante pour l’avenir de son couple, et soudain la pression devint presque insoutenable. Sa confiance s’envola comme par magie au moment même où le brun se décida enfin à ouvrir la porte d’entrée et la jeune femme pâlit d’un seul coup. C’était parti.




 
⇜ code by bat'phanie ⇝


it will be alright
 But nothing heals the past like time  And they can't steal the love you're born to find
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, sa copine, une tortue, deux rats et bientôt un alpaga (on espère)
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_pjjoubJfO21rtzvrno9_r1_400
POSTS : 1190 POINTS : 215

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana #1 & alfiana #2 & alfiana #3 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › evangeline › léo › maximilien › nea › jessalyn › elwyn › tony › elizabeth › harvey fb › eliott › norah 02
RPs TERMINÉS : stephenarfie #1 (& jules)evaleonardonorahtad #1harvey #1

nadia eleonora
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : tearsflight (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMer 15 Mai - 1:23



julealfen ⊹⊹⊹ Let's jump on board, and cut them to pieces.

Les mains dans les poches, la tête relevée et le regard perdu, Alfie observe l’étendue du mur devant lui, songeant à ce monde méconnu dans lequel Jules l’a attiré, malgré lui, suite à leur conversation d’il y a quelques jours. C’est comme s’il avait plongé dans un continuum duquel il ne voyait pas d’issue ; c’est à peu de choses près le sentiment qui l’accompagne depuis quelques jours et qui se renforce d’autant plus aujourd’hui qu’il essaie de comprendre l’utilité des objets qui lui font face, et plus particulièrement de celui qu’il a en mains et qui ne lui provoque qu’un regard sceptique. Mais bordel, qu’est-ce que c’est que cette chose ? Alfie a beau retourner l’objet dans tous les sens, il n’y voit qu’une invention à mi-chemin entre le vaporisateur et le masque à oxygène et ne comprend pas la visée pratique de la chose. Pourquoi diable un enfant aurait-il besoin d’un masque à oxygène ? Ces petites choses ne sont-elles pas censées être en mesure de respirer toutes seules après neuf mois de gestation ? Telles des bactéries, elles nécessitent d’être cultivées hors de la cellule mère ? « Oh, c’est bientôt le grand jour ? » Le scepticisme d’Alfie attire un vendeur, mais déclenche surtout la panique du jeune homme qui s’empresse de préciser (hurler ?) un « NON ! » un peu trop sincère qui déstabilise le pauvre gars en face de lui, et qui l’oblige à reprendre, plus calmement : « je cherche un cadeau pour ma filleule, je me suis égaré, merci, je vais trouver le chemin jusqu’aux barbies tout seul. » Il s’empresse de quitter le mur de l’angoisse pour l’allée des stéréotypes ; jetant toutefois un bref regard aux poupées autour de lui-même s’il est certain qu’il ne fera pas ce cadeau à Anabel. Déjà parce qu’il s’imagine sans peine que sa tante se fera un plaisir de fournir Anabel « en vrais jouets pour petites filles » et parce qu’il ignore à quel corps de métier incarné par Barbie va sa préférence et que, quitte à lui faire un cadeau, autant que c’en soit un qui occupe Anabel plus de deux semaines avant qu’elle se trouve un nouvel intérêt. Exit aussi le costume de pirate parce que la jeune fille grandit trop vite pour que ce soit vraiment utile, on passe les puzzles parce que même si elle a six ans et qu’elle est supposée savoir qu’on ne mange pas du carton il ne sait finalement pas vraiment quelles sont les étapes cognitives d’un enfant alors autant s’abstenir de prendre tout risque inutile ; on oublie aussi le gros nounours parce qu’au prix où il coûte Alfie aurait meilleur temps de vendre un rein et mine de rien c’est un petit organe qu’il apprécie bien. L’anthropologue s’agace et perd patience, jusqu’à ce qu’il la voit, là-bas, au loin, en hauteur sur son présentoir. C’est le coup de foudre au premier regard ; et Alfie sait que ses papillons dans le ventre sont destinés au jouet à quelques mètres de lui – encore faut-il identifier si c’est parce qu’il a hâte de faire plaisir à Anabel ou parce qu’il se voit déjà lui montrer comment utiliser la bête. Quoi qu’il en soit, dix minutes après cette rencontre, l’amour entre Alfie et cette mini moto est acté, et la difficulté de se trimballer un tel carton n’entache en rien sa sensation d’avoir mis la main sur the cadeau, pas même les réflexions de Jules sur la question qu’il écoute d’une oreille, comme à peu près tout ce qui sort de sa bouche depuis trois jours, ce qui équivaut à pas grand-chose puisqu’elle semble fait la grève des mots.

Quelques jours plus tard, le trajet jusqu’à l’appartement de Stephen se fait également dans un silence assourdissant ce qui ne déplaît pas à un Alfie dont les pensées divaguent sur cet événement qui s’approche ; et il ne parle pas de l’anniversaire de sa filleule. Aujourd’hui, l’anthropologue s’apprête à rencontrer cette fameuse Leah, que Jules lui a vaguement présenté comme la nouvelle copine de Stephen quelques semaines auparavant, information à laquelle la surprise d’Alfie s’était interposée à coups de « hmmm » et autres « d’accord » quant à son avis sur la question. Il était resté stoïque, et il l’est encore ; c’est comme si la nouvelle n’était toujours pas parvenue jusqu’à son cerveau. Pas qu’il veuille empêcher Stephen de refaire sa vie, mais ce serait mentir que de prétendre que ça ne lui fait rien que quelqu’un puisse prendre la place de Rachel – quand bien même il est suffisamment rationnel pour savoir que cette fameuse Leah ne reprendra pas la place de sa cousine et s’en fera seulement une nouvelle. Et si une part de lui s’avère ravie pour Stephen, une autre s’inquiète. D’abord pour le kinésithérapeute ; parce qu’Alfie le considère toujours comme un membre de sa famille et qu’il n’a aucune envie de voir celui-ci dévasté par une relation qu’il aurait précipitée, qui partirait sur de mauvaises bases ou qui serait développée avec la mauvaise personne. Et pour lui, dans un second temps, car son cousin par alliance s’est fait nettement plus discret ces dernières semaines, et que l’omission dont il a fait preuve concernant l’existence de cette Leah ne fait qu’accentuer l’impression d’Alfie que celle-ci ne veut pas de lui dans la vie de kiné. Et il essaie, Alfie, de ne pas appréhender cette rencontre et de n’avoir aucun avis préétabli sur la jeune femme parce que ça ne lui ressemble pas, mais il ne sait pas comment envisager les choses. Une part de lui voudrait laisser son naturel dicter sa conduite, une autre l’en empêche en songeant à la catastrophe que cela peut déclencher. C’est une fois garé devant l’immeuble de Stephen qu’il se rend compte qu’il ne sait toujours pas comment agir, et si cela s’arrêtait à cette rencontre avec Leah, Alfie parviendrait à rester calme ; mais même avec Jules il ignore le comportement à adopter depuis ce qu’il ne sait toujours pas s’il doit qualifier de dispute. Dans tous les cas, c’est toujours dans le silence que le couple (cadeau en mains) monte les escaliers jusqu’au numéro 107. Devant celui-ci, Alfie cherche machinalement le regard de Jules pour se rassurer, mais ce qu’il y lit – et qu’il ne parvient pas à déchiffrer – ne fait qu’accentuer sa nervosité. Et parce qu’il a toujours été partisan d’arracher le pansement rapidement, il frappe sans même savoir comment accueillir cette nouvelle femme dans la vie de Stephen, et une fois qu’il glisse ses prunelles sur ses yeux, la solution lui semble être évidente : de la même manière qu’il a accueilli Stephen dans la famille. Par un test, qui lui permettra de mieux connaître la personnalité de la jeune femme et surtout, de s’assurer qu’elle n’a pour vocation de briser le cœur déjà bien meurtri d’une des personnes les plus importantes à ses yeux. « Alfie ! Jules ! » Que s’enthousiasme Anabel en se précipitant vers eux, Alfie l’interrompant dans sa course pour la saisir par les aisselles avant de la soulever avec toute la délicatesse dont il est capable – c’est-à-dire pas grand-chose, mais ça n’a pas l’air de déranger l’enfant. « Salut moussaillon. » Une bise plus tard, il libère sa filleule pour qu’elle accueille Jules, tandis qu’il relève les yeux vers une Leah particulièrement pâle. Très bien, excuse parfaite pour enclencher la phase 1 : la capacité de paroles de l’individu face à lui, parce que pour l’instant elle ne s’est pas distinguée par sa voix. « Oh bah alors Lily – phase 2 : la patience, et savoir à quel moment elle s’exaspérera – t’es toute pâle, j’sais que je fais souvent un certain effet aux gens, mais quand même, là on dirait surtout que t’essaies de rivaliser avec Casper pour un premier rôle, t’es sûre que tout va bien ? Il demande sans attendre pour plaquer sa main sur le front de ladite Leah un bref instant, non, tout bon, mais quand même, c’est pas très rassurant, normalement les gens sont juste … pâle « clair » tu vois ? Toi t’es carrément pâle « translucide », tu nous ferais pas une petite allergie à Stephen par hasard ? C’est con, quand même, il est pas foutu d’en laisser une en état ! » Phase 3 : tester sa prédisposition au politiquement correct. Et franchement, ça lui coûte. « Alfie il parle beaucoup pour rien dire. » Qu’interrompt Anabel, et il sait très bien que ce n’est pas une opinion propre à la gamine, reste à savoir où elle l’a entendue. Un aboiement se fait entendre, ne manquant pas d’intriguer Alfie, avant qu’Anabel ne reprenne la parole lorsque le chien les rejoint. « Ça c’est Bruley, on a été le chercher avec Leah ce matin ! » Ignorant royalement le reste du monde, l’animal trottine jusqu’aux pieds d’Alfie qui s’empresse de le flatter, laissant échapper, sans même relever la tête, un « ah ben il a l’air de me préférer à vous tous, je crois que j’ai réussi le test, moi. » qui l’amuse un bref instant avant qu’il ne réalise à quel point la situation lui échappe ; et c’est bien dommage parce qu’il n’a aucune intention d’en reprendre le contrôle.



a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) XLymaLC
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) QqLqwzn
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 335306globetrotter
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) IcdDGTz
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Juliana Rhodes
l'histoire sans fin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (23/05)
SURNOM : Jules, à force de l'utiliser, j'en oublie presque mon vrai prénom
STATUT : En couple depuis trois ans et bien déterminée à le rester malgré les difficultés
MÉTIER : Bibliothécaire spécialisée dans les romans jeunesses, une passion et une vocation
LOGEMENT : Appartement #95 à Toowong que je partage avec Alfie... Ainsi que des colocataires un peu envahissant, deux rats et une tortue.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Giphy
POSTS : 613 POINTS : 580

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ainée d'une famille de cinq enfants ✿ A perdu son père à l'âge de onze ans ✿ Est passionnée par les livres ✿ Est maniaque et psychorigide mais tente de se soigner ✿ Est amoureuse depuis trois ans de celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie ✿ Exerce le métier qu'elle a toujours rêvé de pouvoir faire ✿ Rêve secrètement de vivre les happy ends de contes de fées
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/10) Leonardo #1Alfie #1Stephen, Leah & Alfie #1Alfie #2Tad #2Eva #1Alfie #3Ariane #1Evelyn #1
RPs TERMINÉS : Harvey #1Stephen #1Tad #1Asher #1Leah #1Harvey #2Alfie & Ariane #1Joseph #1Alfie & Joseph #1Asher #2Caleb #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Jenna-Louise Coleman
CRÉDITS : Century Sex
DC : Primousse
INSCRIT LE : 18/03/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23445-a-room-without-books-is-like-a-body-without-a-soul-juliana-rhodes#950001 http://www.30yearsstillyoung.com/t23470-you-get-in-life-what-you-have-the-courage-to-ask-for-juliana-rhodes#951283 http://www.30yearsstillyoung.com/t23469-juliana-rhodes

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMer 15 Mai - 19:00




a smooth sea never made a skilled pirate

JULEALFEN



Accoudée à la portière, la tête reposant à la fois sur ma main et sur la vitre qui s’est légèrement embuée, je mets autant de distance entre Alfie et moi que l’habitacle me le permet, regrettant pour la centième fois depuis le début de la matinée de m’être embarquée dans un tel traquenard. Si d’ordinaire, rendre visite à Stephen est une source de joie, la réalité est toute autre aujourd’hui, et si j’avais pu trouver une excuse suffisante pour rester en pyjama roulée en boule au fond de mon lit telle une adolescente en pleine crise existentielle, je l’aurais fait avec un plaisir non dissimulé. Malgré tout, j’ai heureusement passée cette période compliquée en termes de gestion hormonale – bien que compte tenu du drame vécu par ma famille, je sois passée directement de l’enfant à l’adulte sans cette étape redoutée par de nombreux parents – et je suis heureusement désormais une adulte pour qui sécher l’anniversaire d’une petite fille de six ans pour rester cloitré chez soi à la place, n’est évidemment pas une option acceptable. Je me suis fait violence, autant que possible, me préparant sans enthousiasme pour une journée où je vais devoir prendre sur moi pendant de trop longues heures. Autant dire que les efforts que cela va me demander, j’économise mon énergie, ne décrochant pas le moindre mot à Alfie, pas même lorsque je lui tends les clés de la voiture qu’il aurait sans doute pu chercher pendant de longues minutes sans mon intervention, ni lorsque je le regarde charger l’énorme paquet contenant le cadeau d’Anabel à l’arrière de la voiture. Ce paquet a probablement été à l’origine de la plus longue conversation que nous avons eue cette semaine, puisque j’ai forcément dû sortir de mon mutisme pour lui faire comprendre que son idée était loin d’être excellente. Malgré tout, j’ai rapidement lâché l’affaire, déjà parce qu’il paraissait évident que mon avis n’avait aucune importance à ses yeux, mais surtout parce que j’avais peur que la colère accumulée ces derniers jours refasse violemment surface durant ce désaccord qui aurait été l’élément déclencheur de quelque chose que je ne suis pas prête à affronter. L’acceptation était donc la clé et malgré cet accord – qu’il ne m’a pas demandé – donné, je ne peux pas m’empêcher de percevoir ce geste comme une provocation. Après tout, quoi de plus intelligent que ce cadeau inadapté pour me prouver que tu vois, je ne suis pas du tout prêt à fonder une famille avec toi, Jules, je suis encore tellement immature et irresponsable. Dire que la pilule a dû mal à passer serait un euphémisme et c’est bien la colère et la rancœur qui sont venues rejoindre la tristesse et la déception provoquées par cette conversation que j’aurais sans doute dû encore repousser de quelques mois, voire quelques années, tant elle a impacté négativement notre couple. Lorsqu’Alfie se gare devant l’immeuble, j’attends qu’il se charge de son cadeau, attrapant simplement le sac à main dans lequel j’ai glissé mon propre cadeau – bien moins original mais surtout beaucoup moins dangereux –, faisant quand même l’effort de lui tenir la porte pour faciliter ses déplacements rendus difficiles par l’imposant carton qu’il transporte.

Le plan pour cette journée est très clair, à savoir laisser Alfie faire son Alfie en parlant beaucoup trop pour combler les potentiels blancs de la conversation et ne surtout pas que nos hôtes puissent s’apercevoir l’état lamentable dans lequel se trouve notre relation, pendant que je resterais dans son ombre, masque de bonheur greffé au visage, attendant patiemment que le signal du retour soit donné. Le regard d’Alfie qui se plonge dans le mien, même pendant un dixième seconde est insoutenable et je détourne les yeux pour ne pas avoir à l’affronter. Lorsque la porte s’ouvre, j’applique mon plan à la lettre, sourire factice sur le visage alors que nous sommes accueillis par la fillette dont l’enthousiasme rend mon sourire un peu moins faux, l’espace d’un instant. Relâchée par Alfie, elle se jette dans mes bras grands ouverts alors que je me suis mise à sa hauteur pour réceptionner son câlin qui ne suffira malheureusement pas à me faire oublier cette fichue semaine de l’horreur. « Bon anniversaire ma puce. » Je souffle dans ses cheveux avant de lui rendre sa liberté. Le sourire jusqu’aux oreilles d’Anabel tend à s’élargir encore davantage et rien que pour cette image, je sais que je n’aurais jamais pu ne pas venir, elle mérite tellement qu’on se réunisse autour d’elle pour cette journée spéciale. Mais cette fête n’est pas le seul élément important de la journée – même si elle est centrale – et si je n’ai pas reparlé de Leah à Alfie ces derniers jours – parce que je ne lui parlais pas tout court – j’espère qu’il est capable de réserver à la jeune femme l’accueil qu’elle mérite dans notre famille un peu spéciale. Malheureusement, en termes d’espoirs, Alfie m’a prouvé ces derniers jours qu’il était capable de les écraser mieux que quiconque et je n’aurais doute pas dû croire naïvement que tout allait parfaitement bien se passer. L’attention passe d’Anabel à Leah dont je n’avais pas remarqué le teint bien plus pâle que quelques semaines auparavant. N’importe quel individu normalement constitué se serait contenté de lui faire quelques compliments sur sa tenue vestimentaire sans s’attarder sur ce détail qui pourrait être un sujet à ne pas aborder, mais Alfie n’a jamais rimé avec normalité et c’est sur un ton bien trop joyeux qu’il met les pieds dans le plat, effaçant instantanément le sourire que j’avais pourtant préparé avec tant d’acharnement en vue de ce goûter. « Alfie. » J’interviens sèchement durant son monologue, répondant à la place de Leah à cette question ô combien déplacée qui lui est destinée. Mon avertissement n’a pas l’air de le troubler, ce qui ne devrait pas m’étonner plus que ça puisque c’est moi toute entière qu’il ignore ces derniers temps. Je l’ai sûrement mérité en mettant sur le tapis un sujet qui – et je le savais – était difficile à envisager pour lui à l’heure actuelle. Je ne pensais toutefois pas mériter d’être reléguée au second voire troisième plan, mais malheureusement je me suis trompée et comme je ne me montre ni ouverte ni avenante, nous sommes pris au piège dans ce cercle vicieux qui menace notre équilibre que je croyais pourtant si parfait auparavant. Si je trouvais ses paroles déplacées, la suite m’horrifie carrément et j’oublie toute idée de renvoyer l’image du couple parfait, au moins pour le moment, pour tâcher d’éviter que cette journée tourne au drame. Je coupe presque la parole à Anabel en m’interposant, priant pour que cette fois mon appel soit entendu. « Arrête. » Le deuxième avertissement est plus insistant que le premier et c’est à peine si je fais attention à Bruley, le nouveau pensionnaire de l’appartement que nous introduit la petite fille. Il vient s’échouer auprès d’Alfie qui ne loupe pas une pareille occasion d’enfoncer le clou ce qui suffit pour me faire passer de zéro à dix sur mon échelle donnant mon seuil de tolérance. Peut-être que si les circonstances avaient été différentes, je me serais montrée plus patiente, peut-être que j’aurais vu dans son attitude une manière de gérer un quotidien qui lui échappe en ce moment – par ma faute qui plus est – mais là, après l’horrible semaine que nous venons de passer, je vois rouge instantanément. « Si le test consiste à blesser un maximum de personnes en un minimum de temps, alors je te le confirme, félicitations, tu es inégalable. » Je rétorque, désormais glaciale, consciente que l’atmosphère de la pièce ne va pas tarder à devenir à l’image du ton que j’ai employé. Et ça ne doit pas arriver, parce que tout va déjà assez mal comme ça, que je ne veux pas que Leah ne se sente pas accueillie alors qu’elle a l’air d’être une fille géniale, que nos problèmes ne doivent pas venir s’immiscer dans cet anniversaire qui tient tellement à cœur à Anabel et que je ne veux surtout pas donner à Stephen des raisons de m’en vouloir encore davantage après la merde que j’ai foutu dans son couple bien malgré moi. La décision est facile à prendre, si Alfie n’est pas capable d’être lui-même, il va bien falloir que quelqu’un se dévoue pour restaurer un semblant de bonne humeur et c’est au prix d’un immense effort que je retrouve le sourire, faisant fi des tensions évidentes pour redonner à cette fête la joie qui est censée l’accompagner. « Ne l’écoute pas, tu es sublime. » J’affirme devant la pâle jeune femme. « Il est jaloux, c’est tout. » Argument ô combien discutable compte tenu du teint effectivement peu engageant de Leah. Et c’est ensuite vers Anabel, que je me tourne tout naturellement, espérant que son enthousiasme habituel soit assez contagieux pour qu’il nous atteigne tous les quatre. « Il est magnifique Bruley, c’est un chouette cadeau d’anniversaire. » La petite fille acquiesce vivement, manifestement ravie par la présence de ce nouveau compagnon, rêve de tout enfant de son âge. « C’est un futur chien-pirate. » Me souffle-t-elle avec un grand sérieux alors que je feins de m’extasier sur les projets d’avenir de la nouvelle mascotte Holloway et cie. « Merci de nous avoir invités Stephen. » J’aurais bien aimé ajouter que nous sommes ravis d’être là, mais les événements précédents auraient rendu cette phrase un peu trop hypocrite. « Alors, on le fête cet anniversaire ? » C’est bien connu, l’action est la meilleure ennemie des silences gênants alors j’espère que Stephen – une fois le choc passé – va être capable de prendre les choses en main et surtout, par pitié, qu’à défaut de savoir se montre agréable, Alfie va être assez intelligent pour se taire.


Code by Sleepy



I don't wanna sacrifice the little things that make a life worth living

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : too much to handle
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : en transition, encore dans les cartons
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2371 POINTS : 835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
Cambodge #2 + lehen 20


•••

isaacalex 02gaiajulealfennorah 02charlie › nea 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19

anciens membres:
 


a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : blood eagle (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyVen 17 Mai - 9:19


Si Stephen redoutait les présentations officielles entre Leah et Alfie, il y en avait une pour qui cette après midi serait l'occasion de faire chavirer des cœurs et de recevoir une bonne demi douzaine de cadeaux en mangeant du chocolat. Dès que la sonnette avait retenti dans l'appartement, la pirate du jour s'était empressée de sautiller vers la porte accompagnée de son nouvel acolyte à poils en hurlant que les festivités pouvaient commencer, et quelque part, Stephen se félicitait d'avoir une enfant aussi précautionneuse que lui ; la fillette avait beau savoir que son parrain se tenait derrière la porte, elle attendait qu'un adulte ne lui donne l'autorisation de l'ouvrir ; la digne fille de son père d'adoption qui n'eut pas eu besoin de beaucoup de temps pour arriver. Leah sur les talons, cette dernière lui murmurait un :« Autant que possible. » lorsqu'il lui demandait si elle se sentait prête, et en un tour de poignée, Jules et Alfie firent leur apparition dans l'appartement dans le cri d'une Anabel ravie d'avoir de la visite. La fillette s'échoua plus vite qu'il ne le fallait pour le dire contre les jambes de son parrain qui la souleva pour la saluer. « Salut moussaillon. » et une bise plus tard, l'enfant se retrouva désormais au sol, portant son attention à une Jules qui l'embrassa sur le front. « Bon anniversaire ma puce. » lui ébouriffant au passage le sommet de ses boucles brunes. La tornade retrouva sa place auprès de son animal, lorgnant sur l'énorme paquet qu'avait amené son parrain et qui attendait bien sagement derrière lui. Stephen avait d'abord été tenté d'inviter ce petit monde à migrer vers le salon, mais fut coupé dans son élan par un Alfie qui ne manqua pas de relever le regard vers sa compagne restée en retrait le temps des salutations avec Anabel, comme si le reste du monde était soudainement devenu invisible :  « Oh bah alors Lily  » Lily. Si Stephen savait à quel point l'anthropologue pouvait se montrer déroutant au premier coup d’œil (nous parlons d'un type qui lui avait demandé de l'aider à planquer un cadavre quelques jours à peine après leur première rencontre, excusez du peu) il n'avait pas jugé bon d'en informer Leah, se disant que ce test qu'il devait préparer à la jeune femme serait bon enfant tant la présence de sa fille et d'une multitude de ballons rendait le champ des possibles limité. « Mais non. t’es toute pâle, j’sais que je fais souvent un certain effet aux gens, mais quand même, là on dirait surtout que t’essaies de rivaliser avec Casper pour un premier rôle, t’es sûre que tout va bien ? » Le sourire de Stephen s'envola au moment même ou le brun plaqua sa main contre le front d'une Leah dont il savait déjà qu'elle n'était  pas au top de sa forme. « Alfie. » La voix de Jules s'élevait ; sèche et inhabituelle. Au milieu de toute cette déconvenue, lui ne savait pas exactement quoi penser ou quoi dire. S'il était habitué au caractère hors des sentiers battus du Maslow, sur le moment il ne savait pas comment réagir face à cette entrée en matière dont il en percevait une teinte inédite, et ça n'allait aller qu'en s'empirant. « non, tout bon, mais quand même, c’est pas très rassurant, normalement les gens sont juste … pâle « clair » tu vois ? Toi t’es carrément pâle « translucide », tu nous ferais pas une petite allergie à Stephen par hasard ? C’est con, quand même, il est pas foutu d’en laisser une en état ! » « Arrête. » Avant même que le kinésithérapeute n'eut l'occasion de dire quoique ce soit, Jules avait interrompu son compagnon avec une raideur qu'il ne lui connaissait pas. Le regard du brun passait de l'un à l'autre, comme si la scène qui se déroulait sous ses yeux provenait d'une autre dimension, et bien trop abasourdi qu'autre chose, il se contentait de se rapprocher un peu plus de Leah, quelques fois que. Dans l'ignorance générale, Anabel présentait sa boule de poils à l'assemblée, ne se doutant vraisemblablement pas de la tension ambiante de ce moment d'une gêne complète. Sans le savoir elle venait de faire redescendre la pression d'un cran en recadrant à son tour son parrain qui fut le seul à prêter attention à l'animal. « Alfie il parle beaucoup pour rien dire. Ça c’est Bruley, on a été le chercher avec Leah ce matin ! » et sans relever le menton, le concerné précisa : « ah ben il a l’air de me préférer à vous tous, je crois que j’ai réussi le test, moi. » Il ne devait pas s'attendre, en se redressant, à tomber sur deux paires d'yeux lui lançant des éclairs et une autre plus ou moins perdue au bord de l'anévrisme. « Si le test consiste à blesser un maximum de personnes en un minimum de temps, alors je te le confirme, félicitations, tu es inégalable. » que poursuivait Jules en tentant de mettre fin à l'entrée en matière plus ou moins haute en couleur de son compagnon ; et quelque part, heureusement que la bibliothécaire était là. Tandis qu'elle se tournait vers Leah en lui glissant : « Ne l’écoute pas, tu es sublime. Il est jaloux, c’est tout. » puis vers Anabel qu'elle complimentait quant à sa nouvelle acquisition : « Il est magnifique Bruley, c’est un chouette cadeau d’anniversaire. » Stephen, lui, se détachait de sa compagne, se décalait d'un pas dans une discrétion relative pour attraper le coude d'Alfie qu'il interrogeait du regard. "Qu'est ce que tu fiches ?" Parce que ça n'avait rien de drôle. Rien du tout. « C’est un futur chien-pirate. » Anabel babillait derrière lui, et alors qu'il tentait encore de déceler une pointe de réponse à ses questions dans les prunelles de l'anthropologue, Jules coupait : « Merci de nous avoir invités Stephen. Alors, on le fête cet anniversaire ? » L'entente de son prénom le fit se retourner instantanément, et se passant une main sur le visage pour ordonner ses idées, il recouvra l'usage de la parole. Dire que ce n'était que le début, qu'ils étaient encore dans l'entrée et que tout se déroulait déjà étrangement. Un record. "Je suis content de vous avoir." Enfin pas exactement comme ça, mais pour ramener un tant soit peu de normalité à la situation il mettait les formes. D'un geste du bras il désignait la pièce de vie, invitant tacitement ce petit monde à prendre place au milieu des quelques ballons et autres ribambelles de décorations du thème pirate désiré par la fillette, qui, il l'espérait, rendraient l'atmosphère moins tendue même si d'un point de vue personnel il avait tout à fait hâte que son salon retrouve sa forme initiale. "Leah et Anabel ont préparé le gâteau donc je ne suis pas certain que ce soit comestible, au cas ou les magasins sont encore ouverts. Et je vais chercher des bulles. On en a besoin. Enfin on va trinquer quoi." Tenter un trait d'humour pour faire diversion. Peut être que la manœuvre se tentait. Ou peut être pas. L'atmosphère régnant dans ce salon n'aurait pas pu être pire pour un début, et même si les paroles d'Alfie tournaient dans son esprit et que son sens de l'observation (relatif) lui hurlait que quelque chose clochait, il se contentait d'essayer d'assouplir la tension ambiante d'une façon qui avait fait ses preuves depuis des millénaires. "Je peux vous laisser pour aller dans la cuisine ou t'as besoin que je passe prendre un thermomètre au passage pour t'assurer que tout va bien ?" qu'il plaisantait -demandait aurait été plus juste, il était parfaitement sérieux sur la première partie de sa question- en relevant le menton vers Alfie, quelques fois qu'un trajet de quelques mètres ne soit l'occasion pour lui de faire fuir Leah pour de bon.      





You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Complètement paumée.
MÉTIER : Anciennement barmaid au MacTavish, elle a démissionné sur un coup de tête après des mois de frustration à ne plus se plaire à son boulot. Elle est actuellement entrain de passer les tests pour intégrer la caserne des pompiers de Brisbane.
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, mais plus pour longtemps.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388482-it-can-wait-att-ad-chloe-bennet-40108133-245-135
POSTS : 4378 POINTS : 5585

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388469-hgnhif
Take me into your loving arms. Kiss me under the light of a thousand stars. Place my head on my beating heart.I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are. Lehen#20 Cambodge#2

•••

DylanAlex
Lubya
Lonnie#2
Julealfen
Harvey
Tommy
Raelyn-DF
Raeleah#2
Stephen.B
Lullaby
RPs EN ATTENTE : Charley







RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12
Lehen#14
Lehen#13
Matteo #1
LonnieLehen#16Lehen#15
Juliana
Lehen#18
Lehen#14
Raelyn (Fb)
Lehen#19
Lene
Leomy#1

RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyVen 17 Mai - 13:46



 

 
A smooth sea never made a skilled pirate
“Not all treasure’s silver and gold, mate.”.

L’arrivée du couple avait momentanément mit fin à la discussion concernant le cas de Bruley, ce qui aurait dû soulager Leah si seulement elle n’appréhendait pas encore plus ce qui suivait. Le cœur serré comme si elle s’apprêtait à passer une espèce d’examen d’entrée – et n’était-ce pas un peu le cas après tout ? – la brune emboita le pas à Stephen sans même parvenir à sourire face à l’enthousiasme pourtant contagieux d’Anabel. Prenant volontairement de la distance, la jeune femme laissa tranquillement l’opportunité à la mini-pirate de saluer comme il se devait son parrain et Juliana, en profitant pour détailler le nouveau venu. Elle connaissait la petite brune, mais Alfie demeurait un mystère à part entière. Stephen ne s’était guère attardé sur le sujet, sans doute trop nerveux que pour lui donner un avant-goût du personnage. Et parlons en d’ailleurs de ce fameux personnage.  « Oh bah alors Lily  » Lily ? Haussant un sourcil, Leah se demanda si l’erreur était réellement innocente, tandis que son regard croisa celui du jeune homme. Le débat muet qui se jouait dans son esprit fut soudainement interrompu lorsqu’elle l’observa s’avancer vers elle à toute vitesse avant de plaquer une main sur son front, un air faussement inquiet sur le visage.  « Mais non. t’es toute pâle, j’sais que je fais souvent un certain effet aux gens, mais quand même, là on dirait surtout que t’essaies de rivaliser avec Casper pour un premier rôle, t’es sûre que tout va bien ? » Une chance pour Alfie, la brunette était complètement à la ramasse. Hésitante, elle jeta un regard en coin vers Stephen comme pour y chercher un soutien quelconque, mais celui-ci s’éleva du côté de Jules. « Alfie. » Le ton était sec tandis que les traits de la brune étaient tendus au maximum. Si Leah ne l’avait vue qu’une seule fois, son intuition lui souffla toutefois que cet air qu’elle arborait là ne devait pas lui être familier. Cependant, cette vague remontrance ne stoppa pas Alfie, qui sembla n’avoir cure de ce qu’on pouvait bien lui dire en cet instant précis. Au contraire, il continua d’ailleurs sur sa lancée, loin d’en avoir fini avec la brunette.  « non, tout bon, mais quand même, c’est pas très rassurant, normalement les gens sont juste … pâle « clair » tu vois ? Toi t’es carrément pâle « translucide », tu nous ferais pas une petite allergie à Stephen par hasard ? C’est con, quand même, il est pas foutu d’en laisser une en état ! » « Arrête. » Jules intervint à nouveau, et Leah la remercia d’un sourire avant de s’emparer de la main d’Alfie et de la laisser retomber dans un geste un peu sec. La situation exigeait de la diplomatie, elle le savait. Il devait sans doute s’imaginer un tas de choses à son sujet, infondées pour la plupart elle en était sûre, et avait probablement beaucoup de difficulté à appréhender ce nouveau couple qu’elle formait avec Stephen. Ceci étant dit, ça n’était pas une raison suffisante pour qu’elle se laisse marcher sur les pieds et qu’elle ne dise rien. Relevant les yeux vers lui – n’oublions pas qu’il la dépassait d’une bonne tête – elle lui adressa une moue amusée même si ses yeux, eux, ne plaisantaient pas vraiment. « Je vais bien et je fais toujours partie du monde des vivants, mais merci pour ta sollicitude. » Lança-t-elle simplement, optant pour une réaction posée. Il était hors de question que Stephen puisse lui reprocher quoique ce soit si les choses se passaient mal avec le cousin de Rachel. S’il voulait jouer à ce jeu là, il jouerait seul. Cependant, elle espérait sincèrement qu’Alfie se calmerait. En attendant, elle reporta son attention sur Anabel avec un petit sourire, tentant vainement de garder la face. « Alfie il parle beaucoup pour rien dire. Ça c’est Bruley, on a été le chercher avec Leah ce matin ! » Au moins, elle était contente de son cadeau, à en juger par la façon dont elle le trimballait partout. Le pauvre Bruley observait l’assemblée avec la langue pendante, se demandant sans doute lui aussi dans quel guet-apens il était tombé.  « ah ben il a l’air de me préférer à vous tous, je crois que j’ai réussi le test, moi. » Leah fit semblant de ne pas avoir compris le sous entendu, mais il était clair que le cousin de Rachel était venu ici dans l’idée de tester ses réactions. Si c’était le cas, il n’allait pas être déçu. La brune ne brillait pas vraiment pas sa patience, encore moins aujourd’hui au beau milieu de tout ce stress et de ce que sa propre situation engendrait. « Si le test consiste à blesser un maximum de personnes en un minimum de temps, alors je te le confirme, félicitations, tu es inégalable. » Juliana continuait elle aussi sur sa lancée, répondant avec le ton que Leah aurait elle-même tant aimé pouvoir utiliser. La brune observa le couple tour à tour, se demandant si c’était leur façon de fonctionner ou si tout ceci était vraiment inhabituel. Encore une fois, Stephen ne lui avait livré que peu de détails à leur sujet, laissant la jeune femme se faire sa propre opinion. En tout cas, Jules se révélait comme une alliée pour l’instant, ce qui rassura énormément la brunette qui était littéralement sur le point d’exploser face à tant de pression. « Ne l’écoute pas, tu es sublime. Il est jaloux, c’est tout. » A nouveau, la brune lui adressa un sourire qu’elle espérait ne pas être trop crispé. « Merci Jules. T’es pas mal toi non plus. » Lança-t-elle avec un petit clin d’œil, sans toutefois relever la potentielle jalousie d’Alfie à son égard. Ses épaules retombèrent un peu tandis qu’elle se disait que les choses allaient forcément devenir un peu moins tendues. Les cris d’Anabel participaient activement à détendre l’atmosphère, partagée entre son chien et l’envie non-dissimulée d’aller ouvrir l’énorme – mais vraiment énorme – paquet qui se tenait derrière son parrain. Même la curiosité de Leah était piquée. « Merci de nous avoir invités Stephen. Alors, on le fête cet anniversaire ? » La brune hocha la tête, se sermonnant mentalement de ne pas réussir à se montrer plus loquace. Mais ses pensées s’entremêlaient alors qu’elle avait à peu près un millier de choses en tête, d’émotions à gérer. Il fallait qu’elle se ressaisisse, sans quoi Alfie ne manquerait pas l’opportunité de lui demander si elle était muette de surcroît. "Je suis content de vous avoir. Leah et Anabel ont préparé le gâteau donc je ne suis pas certain que ce soit comestible, au cas où les magasins sont encore ouverts. Et je vais chercher des bulles. On en a besoin. Enfin on va trinquer quoi." Enfin, le brun prenait la parole afin de lancer les festivités, suggérant au passage que le gâteau risquait d’être immangeable. Bon. Il n’avait pas vraiment tord sur ce coup là. Elle lui lança cependant un léger coup dans les côtes, armée d’un petit sourire, avant de réaliser qu’il avait parlé de bulles. « Anabel, et si on ouvrait la bouteille de mousseux à la fraise que tu as choisi au magasin ? Il avait l’air super bon. » Lança-t-elle subitement en se tournant vers la petite qui tourna la tête vers elle avec un large sourire. Se servir de la petite allait sans doute l’envoyer tout droit en enfer, mais si elle refusait de boire du champagne, ça allait immédiatement attirer l’attention de Stephen. La faute à sa réputation – justifiée – d’alcoolique notoire. Prétendre vouloir tester la boisson d’Anabel était une excuse qui pouvait passer en revanche. Elle l’espérait en tout cas. « Oh oui ! Et toi aussi tu goûteras hein que t’avais dis ? » Si Leah avait pu embrasser la petite sans passer pour une folle, elle l’aurait fait sur le champ. « Ca marche. » Ajouta la brune avant de se tourner vers Stephen avec un air qui voulait dire « Bha quoi, si elle le demande. » L’ambiance était pour ainsi dire glaciale, et la jeune femme peinait à donner le change alors qu’elle sentait le regard inquisiteur d’Alfie sur elle et Anabel, observant leurs échanges avec intérêt. Relax Baumann, il veut juste s’assurer que tu n’es pas une belle-mère maléfique. "Je peux vous laisser pour aller dans la cuisine ou t'as besoin que je passe prendre un thermomètre au passage pour t'assurer que tout va bien ?" Très drôle Holloway. Levant les yeux au ciel, Leah secoua ses boucles brunes tout en se dirigeant vers le salon, avant de se stopper face à une petite pirate qui ne bougeait pas d’un cil. « Parrain, je peux ouvrir le gros cadeau ? » Demanda cette dernière sur un ton suppliant. A son âge, la patience n’était pas de mise. Encore moins quand on faisait face à un cadeau de cette ampleur. Stephen avait déjà disparu dans la cuisine, s’évaporant sur son dernier trait d’humour dont Leah savait qu’il n’en était pas vraiment un. Même s’il n’avait rien dit, le kiné s’était rapproché d’elle lorsqu’Alfie avait commencé à partir dans tous les sens, et c’était déjà suffisant aux yeux de la brune.




 
⇜ code by bat'phanie ⇝


it will be alright
 But nothing heals the past like time  And they can't steal the love you're born to find
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, sa copine, une tortue, deux rats et bientôt un alpaga (on espère)
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_pjjoubJfO21rtzvrno9_r1_400
POSTS : 1190 POINTS : 215

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana #1 & alfiana #2 & alfiana #3 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › evangeline › léo › maximilien › nea › jessalyn › elwyn › tony › elizabeth › harvey fb › eliott › norah 02
RPs TERMINÉS : stephenarfie #1 (& jules)evaleonardonorahtad #1harvey #1

nadia eleonora
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : tearsflight (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMar 21 Mai - 15:56


Depuis quelque temps, Alfie a la désagréable sensation d’être mis au pied du mur par son entourage le plus proche. Une impression d’autant plus accentuée ces derniers jours ; en premier lieu par la discussion que Jules a amorcé quant à leur avenir, puis quant à cet anniversaire qui marque sa première rencontre avec la nouvelle petite amie de Stephen. Et dans un cas comme dans l’autre, l’anthropologue n’a pas eu le temps de potasser « bien vivre les situations angoissantes » sans quoi il ne serait probablement pas aussi à côté de ses pompes. Mais pour apaiser ses tensions encore faudrait-il qu’il comprenne quelles fautes sont les siennes ; un détail dont Jules n’a pas daigné lui faire part depuis leur conversation et que personne ne semble vouloir comprendre quant à son appréhension de rencontrer la fameuse Leah. Il a cherché du réconfort un quart de seconde dans le regard de Jules, sans y déceler quoi que ce soit d’autres que de la rancœur, qu’il n’arrive pas à interpréter. Leur discussion sur le désir d’enfants de la jeune femme n’a pas été des plus facile, mais Alfie n’a pas été catégorique, il a seulement fait part de ses doutes à la jeune femme et le mutisme dans lequel elle s’est plongée suite à cela ne fait qu’accentuer son incompréhension et renforcer cette idée selon laquelle la communication n’apporte rien de bénéfique. Il s’y est essayé, et voilà le prix qu’il paie aujourd’hui, à devoir garder pour lui tous ces questionnements qui entourent l’existence de la nouvelle petite amie de Stephen. Parce qu’il semblerait qu’il n’y ait d’autres choix que de l’accueillir à bras ouverts, ou du moins de ne pas s’arrêter à la manière dont la situation lui est déconcertante. Stephen l’a laissé dans l’ignorance, Jules s’est contentée de l’informer comme si de rien n’était, et personne n’a pensé à lui demander si cela ne lui faisait pas bizarre au lieu de lui quémander de venir à la rencontre de la jeune femme et de mettre de côté le fait qu’elle passe après Rachel, cette cousine dont il n’a pas vraiment fait le deuil. Le simple fait d’être ainsi tenu à l’écart lui donne surtout l’impression que son avis importe peu, tout simplement parce qu’il ne fait plus réellement partie de la famille de Stephen, désormais. Malgré l’affection qu’il porte au kiné, le lien entre eux s’est fait par l’intermédiaire de Rachel, puis d’Anabel, et maintenant que la première n’est plus là et que la garde de la seconde est fixée, quel est le rôle d’Alfie ? Probablement qu’il est temps pour Stephen d’avancer et d’éliminer les souvenirs d’un passé qui lui est difficile, et que dans cette nouvelle vie qui s’amorce avec Leah, les contacts se limitent à une fête d’anniversaire à laquelle il est convié principalement parce qu’il est le parrain de la petite et qu’il a donc un rôle à assurer au moins une fois par année. Si Alfie n’a aucune difficulté à avoir des opinions, il tend à ne pas émettre le moindre jugement gratuit ; force est de constater que c’est très exactement ce qu’il se produit à l’intention de cette fameuse Leah, quand bien même il essaie vraiment de se raisonner. Mais il n’y arrive tout simplement pas, la situation lui est bien plus compliquée à appréhender qu’il ne l’a laissé penser, et il en est le premier surpris – c’est peut-être la raison pour laquelle il se retrouve à coller sa main sur le front de la jeune femme, à évoquer Rachel, à ne pas réaliser que ses mots ont franchi le seuil de ses lèvres sans passer par l’étape censure qui l’aurait empêché de se retrouver avec un regard encore plus noir que celui que Jules lui adresse déjà depuis plusieurs jours – et il ne pensait pas que cela était possible. De la même manière qu’il n’aurait jamais imaginé être en mesure d’utiliser Rachel de cette façon, et probablement qu’il le regrettera dès qu’il cessera d’être en pilote automatique. Le second avertissement de Jules lui fait relever la tête, avant que son regard ne se porte à nouveau sur Leah qui a sèchement fait retomber sa main, avant de se fixer sur Stephen qui l’interroge silencieusement non sans s’être assuré de le faire revenir sur terre en lui attrapant le coude. Je sais pas ce qui se passe, qu’il aurait envie de répondre, mieux ; je ne comprends pas ce qui se passe, et heureusement que la légèreté d’Anabel contraste avec les tensions qu’il a lui-même instaurées. Alfie n’écoute déjà plus sa filleule alors qu’elle présente l’animal, ni même la voix de Jules lorsque celle-ci s’élève – faut croire qu’il n’y est plus habitué après une semaine de mutisme quasi-total. Alfie se contente d’acquiescer vivement quand Stephen propose de ramener des bulles, se retenant de demander quelque chose de plus fort, parce qu’effectivement, il en a besoin. À mesure qu’il sent les regards sur lui, Alfie semble prendre conscience de la portée de ses mots et de son comportement dans sa totalité, et même si cela ne fait qu’une poignée de minutes qu’il est là, il a déjà une envie subite de fuir, de retourner le panneau pour afficher un « pas disponible pour l’instant, merci de revenir plus tard, quand je serai prêt » sans savoir quand ce moment arrivera, car il était persuadé d’arriver à faire la connaissance de Leah dans de bonnes dispositions, et se rendre compte que ce n’est pas le cas est aussi compliqué pour lui que ça ne l’est pour la jeune femme. Haussant simplement les épaules à la réflexion de Stephen quant au thermomètre, Alfie se mure dans le silence dans une tentative de ne pas envenimer la situation, tandis qu’un faible sourire se dessine sur ses lèvres alors qu’Anabel s’impatiente pour découvrir son cadeau. Il aurait voulu lui demander d’attendre son père, mais celui-ci a déjà disparu dans la cuisine. Et puis, à quoi bon ? Jules désapprouve son cadeau, l’a déjà averti qu’il en serait de même pour Stephen, alors autant terminer ce qu’il a commencé et pourrir cet anniversaire jusqu’au bout plutôt qu’après une certaine accalmie retrouvée – si tant est que ce soit possible. Acquiesçant vivement de la tête, Anabel n’attend pas d’autre signal avant de se précipiter sur l’emballage, déchirant le papier sans la moindre délicatesse, mettant quelques secondes à réaliser ce que cache le paquet, avant de hurler, à en percer les tympans de tout le monde et à en amorcer la crise cardiaque de son paternel : « UNE MOTOOOOOOOOO. » Suite à quoi Alfie s’empresse de rajouter un « mini-moto » sans se douter que la précision n’est pas nécessaire pour le faire malgré tout passer pour un irresponsable, mais à en voir Anabel qui sautille partout telle une Agnès avec sa licorne – sauf que la créature imaginaire a été remplacée par quelque chose de bien plus intéressant, de l’avis d’Alfie, pas sûr que tout le monde ait le même point de vue sur la question – la réputation en vaut largement la peine.




a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) XLymaLC
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) QqLqwzn
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 335306globetrotter
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) IcdDGTz
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : too much to handle
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : en transition, encore dans les cartons
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2371 POINTS : 835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
Cambodge #2 + lehen 20


•••

isaacalex 02gaiajulealfennorah 02charlie › nea 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19

anciens membres:
 


a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : blood eagle (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyJeu 23 Mai - 14:34


Un raz de marée aurait sans doute était une alternative plus douce à l'avalanche de sentiments contradictoires qui tombait sur le brun depuis que le couple Rhodes/Maslow était arrivé dans l'appartement, et qui causait un breakdown complet de son cerveau déjà au bord de l'anévrisme. L'erreur système fatale. Le "il est pas foutu d’en laisser une en état !" lancé par Alfie tournait en boucle dans sa tête tant l'incompréhension était grande, et l'attitude froide -glaciale, plutôt- de Jules rendait l'atmosphère irréelle au possible. Stephen perdait sa contenance, virant au blanc cadavre en attrapant le coude de ce cousin qui venait de plaisanter au sujet d'un évènement traumatisant pour l'un comme pour l'autre, ne serait ce que pour saisir son regard et tacitement lui demander des comptes. Stephen avait beau tenter de faire bonne figure ; pour Anabel, mais aussi pour une Leah qui étrangement évoluait comme un poisson dans l'eau au milieu de tout ce petit monde, le résultat était peu concluant, et c'est avec un presque soulagement qu'il délestait l'entrée pour le salon dont la décoration enfantine devrait les faire redescendre presque tous.
Le brun se dérobait rapidement au massacre ambiant, aspirant à quelques secondes de calme en prétextant aller chercher de quoi boire dans la cuisine pour être au calme. Il lançait un vague trait d'humour au sujet du thermomètre, entendait à peine Anabel babiller avec Leah au sujet d'une bouteille de je ne sais quoi à la fraise, car au fond dans son esprit ne tournaient que les mots de Jules, ceux d'Alfie et une attitude gênante de ce duo d'ordinaire plus soudé.  Il disparaissait en un battement de cils, revenait avec du champagne dans une main et des flûtes de l'autre (pas assez pour tout le monde mais ce serait l'occasion de s'éclipser à nouveau), puis entreprit de questionner Leah sur ce que voulait Anabel lorsqu'elles discutaient quelques secondes plus tôt. "C'était quo..." « UNE MOTOOOOOOOOO. » ; la voix de la fillette lui aurait presque percé les tympans. Sitôt revenu dans la pièce de vie, Stephen découvrit un petit gabarit de quatre vingt dix huit centimètres s'activant à déchirer un papier cadeau qui volait en petites chiquettes autour d'elle. « mini-moto » Alfie précisait, et lui débarquait. Une quoi ? Une moto ? Dans son salon ? Entre les mains d'un bébé de six ans ? Les sourcils froncés, Stephen déposa ce qu'il tenait sur un bout de canapé avant de se précipiter vers une Anabel qui déchirait le carton de ses petites mains avec énergie. "Laisse moi voir" Alors que le brun et sa prédisposition à rendre un moment joyeux ô combien stressant, tentaient de récolter les informations vitales, à savoir puissance de  l'objet/autonomie/vitesse, aux côtés d'une gamine bien trop heureuse de ne pas avoir reçu une énième poupée, il se sentait vaciller. Son réflexe premier avait été de jeter un coup d’œil à Jules, ses mains tenant encore les pauvres bouts d'emballage récoltés sur le sol et dont la mention "jusqu'à quinze kilomètres heures" lui causèrent des palpitations, puis ce fut au tour d'Alfie. "Je..." et tu quoi ? Stephen ? Sa vague absence n'était pas une paralysie faciale due à l'AVC qui pointait. L'envie de secouer l'anthropologue et de l'obliger à mettre des roulettes et un système d'air bags à l'objet infernal qu'il avait embarqué le démangeait, mais plutôt que d'être cynique l'irlandais se laissait attendrir -ou du moins, il chassait sa panique- par la joie explosive de l'enfant qui sautillait à ses côtés, adoucissant les battements d'un cœur qui semblait être à pas grand chose de sortir de sa cage thoracique. Une mini moto ferait au pire des mini dégâts, non ? "On va l'essayer, je v.." ".. chercher ton casque, et tes genouillères. Alfie va te montrer comment on s'en sert." Et moi je vais surveiller tout ça. Débarrassant l'engin de son restant d'emballage, Stephen le portait d'un bras, l'autre s'emparant du mode d'emploi. Docilement Anabel avait disparu dans sa chambre, sans doute savait elle que sans ses équipements de sécurité, son père ne l'aurait jamais laissée filer, et à nouveau ce dernier interrogeait Alfie du regard pour combler le vide de ce moment de flottement. Pourquoi ? Qu'est ce qu'il se passe ? Qu'est ce qu'il t'arrives ? disaient ses yeux avec plus d'incompréhension que de colère, et finalement quand la fillette revenait au milieu du no man's land, elle interrompait cet échange muet en glissant sa petite main dans celle de son parrain pour l'obliger à la suivre hors de l'appartement, le tirant d'un coup sec.

***

"Des roulettes, Dieu merci." Stephen s'extasiait presque en terminant d'assembler les quelques petites choses qui pendaient dans le sac fourni avec la mini moto et qu'il avait pris soin d'embarquer avec eux alors qu'ils descendaient rejoindre le carré de verdure situé derrière l'immeuble. "T'es nul." Anabel soufflait, mais ça ne l'empêchait pas de grimper sur son engin maudit sitôt prêt à l'expédition. Outre le côté sécurisant de la chose, Stephen se sentait plus rassuré à l'idée de ne pas avoir Anabel dans les pattes lorsqu'il déciderait d'entamer le dialogue avec un Alfie, ce qui arriva dès que la gamine entreprit de disparaître en faisant vrombir son deux roues. "T'y es allé fort pour le test. D'habitude tu laisses quand même un tour de chauffe. Je suis encore en train d'espérer qu'elle n'ait rien compris." que lançait Stephen en quittant brièvement sa fille du regard pour glisser un coup d'oeil à son parrain. Ou alors elle a une super façon d'encaisser les remarques pour être restée aussi zen. Leah était loin d'être stupide, sans doute faisait elle un effort hors du commun pour continuer à rester souriante dans ce gigantesque fiasco. L'espace d'un instant il s'en voulait de ne pas avoir été suffisamment à ses côtés, mais avec Jules tout irait bien. Sans doute. "J'ai l'impression que quelque chose cloche ...enfin, plus que d'habitude." Parce que rien n'avait de sens depuis tout à l'heure. L'agacement de la bibliothécaire, les paroles irréfléchies de son compagnon... Stephen avait l'amère impression d'être l'acteur d'une comédie tragi-comique, d'assister à une caméra cachée tant l'envie de disparaître sous terre était grande. Il avait besoin de réponses, ou au moins d'une ébauche.
Spoiler:
 





You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Juliana Rhodes
l'histoire sans fin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (23/05)
SURNOM : Jules, à force de l'utiliser, j'en oublie presque mon vrai prénom
STATUT : En couple depuis trois ans et bien déterminée à le rester malgré les difficultés
MÉTIER : Bibliothécaire spécialisée dans les romans jeunesses, une passion et une vocation
LOGEMENT : Appartement #95 à Toowong que je partage avec Alfie... Ainsi que des colocataires un peu envahissant, deux rats et une tortue.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Giphy
POSTS : 613 POINTS : 580

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ainée d'une famille de cinq enfants ✿ A perdu son père à l'âge de onze ans ✿ Est passionnée par les livres ✿ Est maniaque et psychorigide mais tente de se soigner ✿ Est amoureuse depuis trois ans de celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie ✿ Exerce le métier qu'elle a toujours rêvé de pouvoir faire ✿ Rêve secrètement de vivre les happy ends de contes de fées
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/10) Leonardo #1Alfie #1Stephen, Leah & Alfie #1Alfie #2Tad #2Eva #1Alfie #3Ariane #1Evelyn #1
RPs TERMINÉS : Harvey #1Stephen #1Tad #1Asher #1Leah #1Harvey #2Alfie & Ariane #1Joseph #1Alfie & Joseph #1Asher #2Caleb #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Jenna-Louise Coleman
CRÉDITS : Century Sex
DC : Primousse
INSCRIT LE : 18/03/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23445-a-room-without-books-is-like-a-body-without-a-soul-juliana-rhodes#950001 http://www.30yearsstillyoung.com/t23470-you-get-in-life-what-you-have-the-courage-to-ask-for-juliana-rhodes#951283 http://www.30yearsstillyoung.com/t23469-juliana-rhodes

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyVen 24 Mai - 23:31




a smooth sea never made a skilled pirate

JULEALFEN



Les secondes s’étirent, longues et interminables alors que la situation échappe à tout contrôle. Je m’attends à tout instant à voir la main de la principale intéressée voler dans la figure d’Alfie ce qui serait amplement mérité mais remettrait sans douter en question le parfait goûter d’anniversaire prévu pour la princesse du jour. La princesse en question n’est d’ailleurs plus vraiment le centre de l’attention puisque mon copain – mais si on me demande, je jurerais que je ne le connais pas et que je ne l’ai jamais vu de ma vie – trouve nettement plus intelligent de pourrir l’ambiance moins de cinq secondes après son arrivée. Après tout, pourquoi se montrer sympa alors qu’on peut passer pour un connard ? Ce serait dommage de s’en priver. Mes avertissements répétés n’ont aucun impact et je crois que je peux rejoindre la famille de Casper avec Leah. Contre toute attente, cette dernière ne semble pas prendre trop mal cette entrée en matière brusque et déplacée, se contentant de remercier Alfie de se soucier pour son état de santé ce qui ne manque pas me surprendre. Bien entendu, devant un dénouement aussi positif, je n’ai pas de quoi me plaindre, cette fille est une sainte, et même si elle a voulu me menotter au radiateur pour m’interroger lors de notre première rencontre, j’avais raison d’envisager qu’elle puisse être quelqu’un de bien. L’onde de choc semble donc passée et je prends les choses en main pour tenter de détendre l’atmosphère qui a pris un sacré coup, même si je mens un peu à Leah qui a l’air largement plus proche de la tombe que de la fille sublime, en réalité. Je me sens un peu moins coupable puisqu’elle me complimente à son tour, alors que je sais pertinemment que vu la semaine que je viens de passer avec les nerfs en pelote et un sommeil très irrégulier, je dois être loin d’être au top de ma forme. Pour parfaire cette série de mensonge et d’hypocrisie, Stephen se joint à nous, se disant content de nous avoir alors que je suis sûre que si on avait été un peu moins proches, il aurait été bien content de nous faire franchir la porte d’entrée en sens averse pour ne plus jamais nous recontacter. J’admets, ma réaction est peut-être un poil excessif, les tensions de ces derniers jours ne m’aident pas à relativiser mais j’ose espérer que tout rentre dans l’ordre prochainement ou nous allons sûrement classer cette journée dans les top dix de celles que nous voudrions surtout ne jamais revivre.

Je suis pressée de mettre tous ces problèmes de côté et l’alcool que prévoit de ramener Stephen est certainement la meilleure solution pour y parvenir. Evidemment, il faut mettre de côté le fait que ni lui, ni moi, ne tenons l’alcool – je ne risque pas d’oublier cet aveu aussi facilement – et qu’il est donc potentiellement dangereux de nous laisser picoler alors que nous sommes les deux seuls à empêcher Alfie et Leah de transformer ce test en un remake de la finale d’Hunger Games. Quoi qu’avec un peu de chance, la jeune femme sera elle aussi dans un état d’ébriété lui permettant de ne rien capter à toutes les vannes potentielles qu’il pourrait lui balancer au cours de la journée. D’ailleurs, je suis assez surprise de l’efficacité de mon message sur sa manière de se comporter. S’il n’a pas l’air plus sympathique que lors de son arrivée, Alfie n’a plus décroché un mot, même lorsqu’Anabel propose une dégustation de mousseux à la fraise, boisson certainement pleine de substances chimiques imbuvables qui aurait dû faire sauter au plafond tout amoureux du quinoa et du bio de manière plus générale. Bien entendu, je me garde bien de tout commentaire, espérant tout bonnement que cette diversion soit suffisante pour redonner le sourire à tout le monde et faire oublier les mauvais débuts. Evidemment, c’était sans compter le paquet amené par Alfie et la curiosité d’une petite fille de six ans qui est tout de même nettement plus intéressée par ce cadeau aussi gros qu’elle que par le mousseux. Elle obtient évidemment l’accord pour l’ouvrir ou plutôt pour enclencher la seconde bombe de l’après-midi. Elle s’acharne sur le papier alors que son père débarque fissa de la cuisine malheureusement sans avoir pensé à prendre la bouteille avec lui ce qui est dommage parce que boire au goulot ne m’aurait absolument pas dérangée dans la situation actuelle. La moto est déballée. Anabel est ravie. Stephen est mortifié. Alfie tente de minimiser comme il peut et l’expression de Leah est indéfinissable. Ce qui est bien, c’est que vu la taille du carton, on pourra y mettre Stephen, si on le plie un peu, lorsqu’il aura fait la crise cardiaque qu’il semble être justement en train de frôler. Le recyclage, c’est important. Son regard croise le mien et je hausse les épaules, air désolé sur le visage, incapable de prononcer la moindre parole réconfortante alors que tout ce qui me vient à l’esprit c’est « avec un peu de chance, elle survivra », « ce qui ne tue pas rend plus fort » ou encore  « elle pourra entrer dans le livre des records en tant que plus jeune conductrice à avoir causé un accident de la route. » Heureusement, l’enthousiasme de la petite fille comble aisément les blancs qui auraient pu s’installer dans la conversation et la décision d’aller essayer l’engin mortel est prise. Je me garde bien de suivre le trio qui sort de l’appartement, restant en compagnie de Leah qui me parait actuellement bien moins dangereuse.

Restée seule avec Leah, j’ai l’impression que l’atmosphère s’allège d’un seul coup et que je peux enfin respirer un peu plus facilement, ce qui n’a pas l’air d’être vraiment le cas pour la nouvelle copine de Stephen qui est toujours aussi blanche. Evidemment, ça peut se comprendre, vu ce qu’elle vient de vivre, j’imagine qu’elle doit être affectée. Parce que c’est la raison pour laquelle elle est pâle évidemment, le fait qu’elle l’était déjà avant notre arrivée est lié uniquement à son anticipation des  emmerdes qu’elle allait vivre, bien sûr. Tout ceci est indirectement de ma faute et je m’en veux parce qu’elle ne méritait pas ça du tout. « Je suis vraiment désolée pour tout ça. » Dis-je en désignant d’un vague geste de main la porte d’entrée qui vient de se refermer sur le trio infernal. « Il n’est pas comme ça d’habitude. » Mais parfois il est pire, ahah. Je vais devoir rattraper le coup du mieux que je peux et cela passe évidemment par jouer les infirmières à domicile alors que je suis à peine capable de coller un pansement correctement sur un bobo du premier coup. En même temps, à ma décharge, la bibliothèque n’étant théoriquement pas une aire de jeux, mes interventions en tant que secouriste Jules sont assez rares pour que mes compétences en la matière n’aient pas forcément l’occasion de se développer. « Je ne voudrais pas être désagréable, mais c’est vrai que tu n’as pas l’air très en forme, je crois que tu devrais t’assoir. » Quoi de mieux pour lui remonter le moral suite à des présentations corsées que de lui dire qu’elle a en effet un teint dégueulasse ? Heureusement que je suis là, elle risquerait presque d’aller bien sinon. « Je peux t’apporter quelque chose ? Un verre d’eau ? Un truc sucré ? Du chocolat ? » Tant qu’elle retrouve le sourire et un peu de couleurs, je suis totalement prête à traverser tout Brisbane pour aller chercher ce dont elle a envie, mais par pitié, il faut que ça s’arrange. De toute façon, une chose est sûre, rien ne pourrait rendre pire cette journée, elle ne peut donc aller qu’en s’améliorant et je compte bien faire en sorte que ce soit le cas.


Code by Sleepy



I don't wanna sacrifice the little things that make a life worth living

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Complètement paumée.
MÉTIER : Anciennement barmaid au MacTavish, elle a démissionné sur un coup de tête après des mois de frustration à ne plus se plaire à son boulot. Elle est actuellement entrain de passer les tests pour intégrer la caserne des pompiers de Brisbane.
LOGEMENT : Redcliffe au N°107. Appart qu'elle partage avec Stephen, mais plus pour longtemps.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388482-it-can-wait-att-ad-chloe-bennet-40108133-245-135
POSTS : 4378 POINTS : 5585

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Elle a l'alcool joyeux - Elle a peur des clowns - Elle adore se donner en spectacle - Elle garde bien les secrets - Elle déteste cuisiner, vive les plats déjà préparés!
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 1557388469-hgnhif
Take me into your loving arms. Kiss me under the light of a thousand stars. Place my head on my beating heart.I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are. Lehen#20 Cambodge#2

•••

DylanAlex
Lubya
Lonnie#2
Julealfen
Harvey
Tommy
Raelyn-DF
Raeleah#2
Stephen.B
Lullaby
RPs EN ATTENTE : Charley







RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12
Lehen#14
Lehen#13
Matteo #1
LonnieLehen#16Lehen#15
Juliana
Lehen#18
Lehen#14
Raelyn (Fb)
Lehen#19
Lene
Leomy#1

RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Me, Myself and I
DC : Non
INSCRIT LE : 07/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann http://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyLun 27 Mai - 0:16



 

 
A smooth sea never made a skilled pirate
“Not all treasure’s silver and gold, mate.”.

Leah était loin d'être une fille naïve et elle savait depuis que les invitations avaient été lancées que la rencontre avec Alfie allait être compliquée. Le fait que Stephen ne lui dise rien à ce sujet n'avait fait qu'attiser ses doutes et son appréhension quant à cette journée. Mais même si elle avait plus ou moins imaginé ce à quoi elle allait être confrontée, elle n'aurait jamais imaginé ça. En effet, il était plutôt rare qu'un parfait inconnu vous fonce dessus afin de vérifier votre température corporelle, vous comparant à Casper au passage. Il y avait de quoi être désarçonné, mais la brune avait tenu bon. Il était hors de question qu'elle gâche l'anniversaire d'Anabel en s'emportant ou que Stephen lui reproche de ne pas avoir fait d'efforts en remettant Alfie à sa place. Bien entendu, ces bonnes résolutions resteraient d'application jusqu'à ce que sa patience atteigne ses limites, et malheureusement, son état actuel ne facilitait en rien ses capacités émotionnelles à subir un test de passage grotesque. Elle fut cependant soulagée de constater que Stephen et Jules n'avaient pas hésité à voler à son secours en sermonnant le jeune homme qui avait lancé plus de remarques déplacées en quelques secondes que qui que ce soit dans l'entourage de la brune en une vie. Si encore ça n'était que sur son physique, mais la référence à Rachel ne lui avait pas échappé et la jeune femme avait lancé un regard inquiet face à un Stephen qui devait sans doute se sentir tiraillé entre les deux. Décidée à lui faciliter la tâche, Leah s'abstint de tout commentaire, conservant bon gré mal gré un sourire de circonstance. Brie Van de Kamp aurait été fière d'elle. Et tandis que le kiné s'évaporait dans la cuisine sous couvert de leur ramener de l'alcool - une substance qu'elle aurait accueilli avec joie dans son organisme, si seulement un petit être n'avait pas décidé de s'y installer - Alfie lui se plongea dans un mutisme presque malaisant. L'atmosphère était on ne peut plus oppressante, mais comme d'habitude, ils pouvaient tous compter sur l'innocente Anabel pour détourner la conversation sur un sujet bien plus festif et approprié puisqu'il était la raison même de leur présence à tous ici: son anniversaire. La gamine trépignait d'impatience à l'idée d'ouvrir le gigantesque paquet cadeau qui se tenait derrière son parrain, et il ne suffit que de quelques secondes après l'accord tacite de ce dernier pour que l'emballage ne parte en fumée, laissant ainsi découvrir à la petite ce qu'elle avait reçu. Et elle ne risquait pas d'être déçue, non. Alfie avait sans doute tapé dans le mile en offrant à Anabel un engin qui allait ravir la pirate en devenir et tuer son père au passage. Leah passa une main dans sa nuque en se mordant la lèvres, jetant un oeil catastrophé vers la cuisine où se tenait le kiné qui ignorait encore tout de ce qui se jouait dans la pièce d'à côté. « UNE MOTOOOOOOOOO. » Voilà qui promettait d'être intéressant. La brunette observa Stephen revenir auprès d'eux, analyser la situation et... Rien. Pas d'énervement, de coup de colère ou de remarque sèche face à l'irresponsabilité d'offrir un tel cadeau. Au contraire, le kiné demanda simplement à sa fille de s'armer de genouillères et d'un casque avant d'aller tester son cadeau. Il fallu moins d'une minute à Anabel pour revenir, parée à tous les dangers et Leah observa le petit groupe disparaître à l'extérieur. La réaction du brun l'étonnait, lui qui était au bord de l'explosion en découvrant l'existence de Bruley. Mais peut-être attendait-il de se retrouver seul à seul avec Alfie pour lui demander des comptes, aussi bien concernant le cadeau de sa fille que de ses réactions vis à vis d'elle-même. 


Une fois la porte refermée sur le trio, Leah se détendit presque instantanément. Stephen avait embarqué avec lui la principale raison de son stress, ce qui la laissait désormais avec Jules qui elle n'avait pas l'air de vouloir lui coller sa main sur le front. Ce qui faisait clairement d'elle la personne la plus rationnelle du couple qu'ils formaient avec Alfie. « Je suis vraiment désolée pour tout ça. » Lança Jules afin de rompre ce silence dont la brune ne savait plus comment se sortir. Son regard traînait vers la porte, ce qui signifiait qu'elle s'excusait pour son compagnon. Ou pour la moto. Ou pour les deux. « Il n’est pas comme ça d’habitude. » Se sentit-elle obligée d'ajouter, comme pour se dédouaner du fait de sortir avec cet homme aux réactions plutôt étranges. Cela fit sourire la brunette - enfin un sourire spontané et non pas cette grimace formelle qu'elle s'obligeait à arborer - qui balaya ses excuses dans un petit geste. "Ne t'en fais pas. J'imagine que ça ne doit pas être simple à gérer pour lui toute cette histoire..." Répondit-elle en haussant les épaules. En vérité elle était affectée par cette rencontre qu'elle avait espéré un rien plus amicale que ça, mais elle s'efforçait de se mettre à la place d'Alfie. "Par contre, s'il me compare encore une seule fois à Casper, je ne te promets pas de rester si gentille!" Lâcha-t-elle dans un petit rire, tentant à la fois de rassurer Jules et de détendre l'atmosphère. Comme si cette remarque sur son teint était la pire chose qu'il aie dite aujourd'hui. Elle aurait préféré. « Je ne voudrais pas être désagréable, mais c’est vrai que tu n’as pas l’air très en forme, je crois que tu devrais t’assoir. Je peux t’apporter quelque chose ? Un verre d’eau ? Un truc sucré ? Du chocolat ? » Leah haussa un sourcil, réalisant qu'elle devait vraiment avoir une tête à faire peur si même Juliana s'inquiétait de son état. A moins que le test ne continue et que la petite amie d'Alfie, sous ses airs de copine compatissante, soit là pour l'enfoncer encore plus. Méfiante de nature la Baumann vous dites? Mais elles n'en étaient pas à leur première rencontre, et la brunette avait bien cerné Jules et son naturel altruiste. Effectivement, Leah ne se sentait pas au meilleur de sa forme, mais elle n'était pas au bord de l'évanouissement comme le suggéraient son teint et ses traits tirés. Entre le fait d'apprendre qu'elle était enceinte, la pression de la rencontre avec Alfie et la préparation de l'anniversaire d'Anabel, la brune commençait à avoir du mal à gérer la pression et la nervosité que tout ceci engendrait. Soupirant légèrement, elle entraîna Jules vers la cuisine à sa suite, répondant simplement un: "Je vais bien ne t'en fais pas. Juste un peu de fatigue... Et je t'avoue que j'appréhendais vraiment tout ça. J'ai pas été déçue..." Haussant les épaules et bien décidée à ne pas laisser le sujet s'attarder sur sa personne, la brune se laissa aller contre le frigo en observant son interlocutrice. "Et toi, tout va bien?" Elle avait ressenti comme une tension entre elle et Alfie, mais les deux jeunes femmes n'étaient pas suffisamment proche pour que Leah lui pose la question de manière directe. Si Juliana était comme elle, elle ne lui livrerait certainement aucun détail sur son couple aussi rapidement. Mais Leah savait qu'il était parfois bien plus facile de se confier quand on ne connaissait pas forcément la personne qu'on avait face à soi. Le courant était plus ou moins bien passé la première fois, si l'on oubliait le fait que la brune lui avait menti de façon éhontée afin de découvrir qui elle était et quel était son lien avec Stephen. A bien y réfléchir, elle avait vraiment dû passer pour une psychopathe en devenir. Elle et Alfie finiraient peut-être bien par s'entendre finalement. 




 
⇜ code by bat'phanie ⇝


it will be alright
 But nothing heals the past like time  And they can't steal the love you're born to find


Dernière édition par Leah Baumann le Ven 21 Juin - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
la pile électrique
la pile électrique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (01.11), parfois l'impression d'en avoir vécu dix de plus
SURNOM : alfie en est déjà un, raccourci en alf ou al par certains
STATUT : en couple depuis trois ans, en crise depuis quelques semaines
MÉTIER : hyperactif de vocation, anthropologue de formation ; désormais lecturer à l'université, consultant (abc, hôpital, pénal) et pianiste des street cats
LOGEMENT : appartement #95 à toowong avec jules, sa copine, une tortue, deux rats et bientôt un alpaga (on espère)
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_pjjoubJfO21rtzvrno9_r1_400
POSTS : 1190 POINTS : 215

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ trop étouffé durant l’enfance, l’adolescence s’est mal passée ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, ne parlera que des bons côtés de celui-ci ≈ optimiste et blagueur dans la vie quotidienne ; sérieux et consciencieux au travail ≈ se déplace en skate ; en vélo quand il doit paraître adulte ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis environ un an
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_ot1yxvje7E1rb71hfo8_250
alfiana #1 & alfiana #2 & alfiana #3 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_n1zjfm5YFL1tt2n2ao2_250
arfie (fb) ⊹ we're burning down the highway skyline on the back of a hurricane that started turning, when you were young, when you were young.


RPs EN ATTENTE : street cats › evangeline › léo › maximilien › nea › jessalyn › elwyn › tony › elizabeth › harvey fb › eliott › norah 02
RPs TERMINÉS : stephenarfie #1 (& jules)evaleonardonorahtad #1harvey #1

nadia eleonora
PSEUDO : leave
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : tearsflight (ava), talkstostrangers (gifs), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale)
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light http://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it http://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow http://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyDim 9 Juin - 4:32


Le regard d’Anabel change dès le moment où elle découvre ce que l’emballage cache, et pour peu on pourrait presque apercevoir le filet de bave au coin de sa bouche, accompagnant les yeux brillants de la gamine et le probable tintement des machines annonçant le jackpot dans sa tête (à moins que ce soit dans celle d’Alfie parce qu’il est persuadé que ce cadeau se rapproche effectivement du gros lot ?). Quoi qu’il en soit, ce qui pour le commun des mortels aurait été une idée désastreuse en est une merveilleuse aux yeux d’Alfie. N’importe quel gamin normalement constitué (et là, il entend la voix de Jules lui hurler : « comment tu peux connaître les enfants si tu n’en veux pas ») rêverait d’un tel engin, d’autant plus quand il s’accompagne d’un bonus non-négligeable : celui de provoquer l’AVC, l’infarctus ou le décès pur et simple de ses parents et Alfie n’est pas sans savoir qu’à cet-âge-là, ce n’est pas seulement un loisir, mais un véritable art de vivre. C’est très exactement l’une des trois options qui semble se dessiner pour Stephen lorsque celui-ci revient dans le salon et y découvre le cadeau d’Alfie pour sa filleule, devant le sourire ravi de celui-ci qui, décidément, ne comprend pas le problème. Mais encore une fois, il classerait tous ses agissements du jour dans la catégorie « bonne idée », de ce cadeau à ses réflexions adressées à la malheureuse Leah à cette coupe de champagne pour laquelle il finira peut-être par craquer – célébrations obligent. Alfie se détend légèrement tandis que son regard se fixe sur la petite qui court partout, oubliant volontairement les trois adultes autour de lui. Lorsqu’il daigne à nouveau leur prêter attention, ce n’est que pour capter les yeux traduisant de la syncope imminente de Stephen, des interrogations auxquelles Alfie se contente de hausser brièvement les épaules avant de poser à nouveau les yeux sur Anabel, l’air de dire « elle adore, c’est le plus important », car finalement, oui, c’est le plus important. Et peu importe si cela se traduit par la crise cardiaque de Stephen, en vue des névroses quotidiennes du kiné il doit en avoir l’habitude et l’AVC qui pointe n’est probablement que la récompense en remerciement des dix précédents infarctus – car oui, Alfie est persuadé que s’il y avait une carte de fidélité dans le genre, le kiné serait le premier à en posséder une. Alors Alfie ne s’inquiète pas outre-mesure, certainement parce qu’il sait aussi que Stephen le connaît suffisamment pour savoir que malgré tout, il a toujours rendu Anabel en bon état. Ou presque, mais eh, l’apprentissage de la vie d’un enfant se mesure aux nombres de points de suture qu’il reçoit durant son enfance, tout le monde connaît cette règle universelle et en bon parrain Alfie s’assure que sa filleule parte avec ces connaissances que l’école ne lui enseignera jamais. Avoir la tête dure (littéralement), c’est toujours essentiel, quoi qu’en dise, hm. Sans surprise, Anabel quémande un essai immédiat du cadeau, et là où Alfie s’imaginait déjà devoir déjà négocier sa liberté pour sortir de cet appartement et l’accompagner (parce que oui, il comprendrait que Leah, probablement rejointe par Jules pour la peine, fasse usage du mousseux à la fraise pour lui éclater la bouteille sur la tronche et l’enfermer dans la salle de bain jusqu’à la fin de l’anniversaire) c’est avec le sourire qu’il constate que Stephen l’intègre d’office dans ce nouvel apprentissage. Bien-sûr qu’Alfie va lui montrer, et c’est à se demander si le cadeau est plus pour la gamine que pour lui (oui, car à l’origine le plan prévoyait qu’il s’offre à lui-aussi un engin pour faire des courses avec Anabel, avant d’être coupé dans son élan par la notice d’emballage et la mention du poids maximum supporté par le jouet). Lorsque l’enfant est fin prête à aller en découdre sur le bitume, c’est avec soulagement qu’Alfie se fait tirer hors de cet appartement avec un manque de délicatesse fragrant (et un « bwehe non c'est ta main bizarre » d'Anabel avant qu'elle opte pour son autre main), tandis qu’il ignore littéralement Jules en passant à côté d’elle et qu’il n’offre qu’un bref regard à Leah, l’air de dire « j’en ai pas fini avec toi ». Pour peu, il aurait presque plissé les yeux et aurait esquissé un bref mouvement de tête en sa direction comme un bourreau qui veut faire peur à sa victime, mais il se dit qu’à ce moment-là il va vraiment se la prendre cette bouteille sur la tête, et que cela remettrait sérieusement en question la possibilité d’assister aux premiers pas (encore plus émouvants que les vrais) d’Anabel sur sa moto.

Faisant les cent pas pour s’occuper aux côtés du psychopapa qui prend le temps de s’assurer – pour la dixième fois – que oui, les petites roues sont bien fixées et que non, Anabel ne risque pas de perdre la maîtrise de ce véhicule que Holloway doit certainement s’imaginer rouler à une vitesse de pointe d’environ cent kilomètres/heure, Alfie échange quelques regards avec Anabel, levant les yeux au ciel et laissant échapper un soupir pour lui confirmer que oui, dès qu’ils seront tous les deux, les petites roues seront « offertes à un pauvre chihuahua sans train-arrière qu’on a croisé dans la rue, tu comprends Stephen on pouvait pas le laisser dans cet état et c’était pile la bonne dimension ». Lorsque le jouet semble fin prêt et qu’Anabel s’en empare, Alfie ne peut s’empêcher de crier – oui littéralement – un « NON STEPHEN ATTENDS » proche de la panique, avant de reprendre son calme et d’ajouter « t’as oublié l’airbag et le système ABS » avant de confirmer d’un pouce levé à Anabel qu’elle peut effectivement rouler. Finalement seul avec Stephen, c’est celui-ci qui entreprend de reprendre la parole, provoquant un bref haussement d’épaules d’Alfie. « Ouais, mais j’avais pas le temps pour ça, et Dieu sait quand je vais te revoir, alors bon. » Pas de temps à perdre, qu’il pense en soupirant. Ne détachant pas le regard d’Anabel quand bien même il sent celui de Stephen pour lui, Alfie fronce les sourcils à sa prochaine remarque. « Plus que d’habitude, wahou c’est sympa ça, Stephen, je le prends super… » Bien. Un peu comme Leah doit super bien prendre ses réflexions à lui, et il sent l’argument se retourner contre lui. À nouveau, Alfie se prostre dans le silence, hésitant quant à la suite. Les nombreuses œillades de Stephen depuis son arrivée ainsi que l’affection qu’il a pour le kiné l’empêchent de réellement fuir la conversation, ainsi se contente-t-il d’un « je suis désolé » simple et efficace qui se heurte toutefois au regard encore lourd d’un Stephen peu satisfait par cette tentative de réponse, à laquelle Alfie finit par ajouter un « ça me fait bizarre » qui aura valeur d’évocation de sujet sensible sur lequel il est inutile d’insister. « Tu sais, sur l’emballage c’est écrit jusqu’à 15 kilomètres, mais le vendeur m’a dit qu’en fonction du gabarit de l’enfant, et de la route, ça peut aller jusqu’à 20. Allez, Stephen, ne savoure pas cette capacité à reprendre ton souffle parce qu’Alfie s’occupe de rappeler la faucheuse à ton bon souvenir. Mais ça va, elle gère, je sens qu’on tient quelque chose. Alfie se mordille la lèvre, parler d’Anabel pour ne pas parler d’autre chose. Une future championne, je veux dire, à ce taux-là c’est presque inné, regarde, elle n’a aucune hésitation ! On dirait qu’elle a fait ça toute de sa vie. Parce que la sienne est encore courte et elle a encore un peu de maîtrise sur celle-ci, ah ah. J’ai croisé un de mes ex, j’ai mangé un muffin dégueulasse et Jules veut un enfant. C’EST PAS CA LE PLAN. Alfie fait les gros yeux. Fuck. Mais tu sais à part ça, tout baigne, je gère ! Il se retourne enfin vers Stephen, énorme sourire aux lèvres, tête qui frappe rapidement l’air dans de nombreux acquiescements silencieux. Ah et si jamais, la pratique de motocross est autorisée à partir de six ans sur circuit fermé. » Qu’il achève, parler d’Anabel pour ne pas en dire plus.



a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) XLymaLC
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) QqLqwzn
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 335306globetrotter
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) IcdDGTz
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) 480954teachers

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (16.8)
STATUT : too much to handle
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : en transition, encore dans les cartons
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2371 POINTS : 835

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
Cambodge #2 + lehen 20


•••

isaacalex 02gaiajulealfennorah 02charlie › nea 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19

anciens membres:
 


a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : blood eagle (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptyMar 11 Juin - 21:05


Il en avait fallu beaucoup à Stephen pour ne pas céder à la crise de panique, pour ne pas se muer en gigantesque boule de nerfs -du moins, plus que d'ordinaire- face à ce cadeau qu'il jugeait disproportionné pour une fillette de six ans. Si elle s'extasiait, déchiquetait le plastique faisant office d'emballage de ses petites mains pour libérer l'engin dans un flot de cris inintelligibles, son père d'adoption sentait les palpitations de son cœur s'accélérer, et ni Jules dont il venait de croiser le regard ni Alfie -ce traître- ne lui apportaient de réponses face à ce cauchemar à venir. Il lui fallut de longues secondes pour se résoudre ou presque. Après avoir attrapé la notice de l'objet, frôlé la crise cardiaque.. il s'avouait vaincu face à cette joie intense ressentie par le microbe s'agitant contre ses genoux, et devant le fait accompli il n'avait pas eu d'autre choix que d'abdiquer et de laisser la petite tête brune s'armer des protections d'usage qu'il lui vissait systématiquement sur le crâne à chaque sortie en vélo, avant d'accepter quitter l'appartement.
Dans le carré de verdure faisant office de jardinet pour les locataires du #107, Anabel avait entraîné Stephen et Alfie afin d'essayer son cadeau dans les règles de l'art. Alors que ce papa un poil trop névrosé s'affairait à vérifier le montage du jouet sous toutes ses coutures, il percevait les regards appuyés, les soupirs échangés entre filleule et parrain, mais il s'en moquait bien, tout comme de la petite bravade que lui avait lancé l'enfant avant d'enfourcher sa moto. Presque soulagé, persuadé que tout allait bien maintenant qu'il avait vissé les petites roues, il frisa de nouveau l'AVC lorsque, derrière lui, un : « NON STEPHEN ATTENDS » le fit paniquer et se retourner sur un Alfie qui s'amusait sans doute bien de cette situation. « t’as oublié l’airbag et le système ABS » Ahah, how funny. Le pouce relevé, l'anthropologue à l'humour douteux donna le top départ de ce circuit improvisé à une Anabel hilare alors que lui peinait à se défaire de l'image de sa fille ensanglantée après une chute causée par une pièce importante qu'ils auraient laissée dans l'emballage. "Tu sais, après toutes ces années je pensais vraiment que t'avais fini par développer une amorce de pitié envers mes nerfs." que répondait Stephen, illustrant ses propos en désignant un maigre espace entre son index et son pouce avant de laisser un silence s'instaurer quelques secondes, au moins histoire que la fillette ne parcoure quelques mètres. Ce fut en lui livrant son ressenti sur cette entrée en matière haute en couleur qu'il brisa ce dernier. « Plus que d’habitude, wahou c’est sympa ça, Stephen, je le prends super… » Haussant le sourcil, le brun se retournait vers un Alfie, bras croisés contre le torse, qui concédait un « je suis désolé, ça me fait bizarre » duquel lui naissait une pointe de je-ne-sais-quoi d'étrange au fond de la poitrine. Cette situation était nouvelle, et déstabilisante, il ne pouvait pas le nier. "A moi aussi." soufflait il en retour, peu désireux de s'épancher davantage sur un sujet encore flou. S'il savait que la venue de Leah dans ce petit groupe de personnes qu'ils formaient bouleverserait leur équilibre, il savait aussi que la jeune femme en valait la peine et que malgré un début d'histoire compliqué elle apportait beaucoup au duo qu'il formait avec Anabel, et c'était sûrement le principal. « Tu sais, sur l’emballage c’est écrit jusqu’à 15 kilomètres, mais le vendeur m’a dit qu’en fonction du gabarit de l’enfant, et de la route, ça peut aller jusqu’à 20. » Oh pitié. Un brusque retour au pratique que Stephen aurait presque jugé opportun s'il ne s'agissait pas de la sécurité de la petite tête brune de Rachel déjà toute relative sur cet engin de malheur ; même si elle avait l'air de s'y donner à cœur joie. « Mais ça va, elle gère, je sens qu’on tient quelque chose. Une future championne, je veux dire, à ce taux-là c’est presque inné, regarde, elle n’a aucune hésitation ! On dirait qu’elle a fait ça toute de sa vie. » Stephen l'observait à peine, à pas grand chose de détourner le regard de la silhouette de la fillette pour répondre quelque chose comme : "elle a six ans" mais se retint de jouer à nouveau le rabat joie de service. A la place il laissait ses cellules grises s'activer, au moins histoire de formuler quelque chose d'un poil plus réfléchi, mais sa quête de répartie s'évapora au moment même où l'équivalent d'une petite bombe atteignait ses oreilles. « J’ai croisé un de mes ex, j’ai mangé un muffin dégueulasse et Jules veut un enfant. » Quoi ? Soudainement, Anabel se débrouillait assez bien pour que Stephen ne la fixe plus du regard. A la place, c'était Alfie et les gros yeux qu'il faisait qu'il observait après avoir pivoté, clignant des yeux sans pour autant changer de dimension. « Mais tu sais à part ça, tout baigne, je gère ! »  et maintenant, c'était un large sourire qui ornait ses lèvres. « Ah et si jamais, la pratique de motocross est autorisée à partir de six ans sur circuit fermé. » teuteuteu. D'un mouvement du bras il mettait de l'ordre dans ses idées, commençant par répondre par ce qui était le plus important à ses yeux, à savoir : "Je peux te promettre qu'elle ne posera jamais ses fesses sur une vraie motocross" avant de poursuivre son commentaire par le plus délicat. "Normalement, croiser un de ses exs ne devrait pas être une source de tracas à moins que ça ne se soit extrêmement mal terminé." Chose dont il n'en avait pas la moindre idée. Ni Alfie ni Stephen ne s'était déjà livré à l'énumération de leurs exs respectifs depuis plus de quatre ans qu'ils se connaissaient maintenant ; et quelque part c'était tant mieux. Cet événement avait pourtant du être important si l'anthropologue le soulignait. "Ensuite ce muffin devait être sacrément dégueulasse pour que t'arrives à le caser juste avant : Jules veut un enfant" Si Stephen avait toujours plus ou moins su que la brune avait envie de fonder une famille, il ne s'était jusqu'alors jamais attardé sur le moment qu'elle choisirait pour mettre en oeuvre ce projet, et en faire part à sa moitié. "Juste une question : ces trois éléments ne sont pas arrivés en même temps hein ?" qu'il plaisantait, au moins histoire de rendre l'atmosphère moins dramatique mais comme son degré d'humour était proche du néant.. "Plus sérieusement. T'en penses quoi ?" C'était sans doute risqué de poser cette question, et sans doute aussi que ces quelques informations livrées entre quelques banalités signifiaient qu'Alfie ne voulait pas en dire plus, mais il était impossible au brun de reprendre une conversation normale sans obtenir d'abord quelques réponses.




You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Juliana Rhodes
l'histoire sans fin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (23/05)
SURNOM : Jules, à force de l'utiliser, j'en oublie presque mon vrai prénom
STATUT : En couple depuis trois ans et bien déterminée à le rester malgré les difficultés
MÉTIER : Bibliothécaire spécialisée dans les romans jeunesses, une passion et une vocation
LOGEMENT : Appartement #95 à Toowong que je partage avec Alfie... Ainsi que des colocataires un peu envahissant, deux rats et une tortue.
a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Giphy
POSTS : 613 POINTS : 580

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ainée d'une famille de cinq enfants ✿ A perdu son père à l'âge de onze ans ✿ Est passionnée par les livres ✿ Est maniaque et psychorigide mais tente de se soigner ✿ Est amoureuse depuis trois ans de celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie ✿ Exerce le métier qu'elle a toujours rêvé de pouvoir faire ✿ Rêve secrètement de vivre les happy ends de contes de fées
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/10) Leonardo #1Alfie #1Stephen, Leah & Alfie #1Alfie #2Tad #2Eva #1Alfie #3Ariane #1Evelyn #1
RPs TERMINÉS : Harvey #1Stephen #1Tad #1Asher #1Leah #1Harvey #2Alfie & Ariane #1Joseph #1Alfie & Joseph #1Asher #2Caleb #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Jenna-Louise Coleman
CRÉDITS : Century Sex
DC : Primousse
INSCRIT LE : 18/03/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23445-a-room-without-books-is-like-a-body-without-a-soul-juliana-rhodes#950001 http://www.30yearsstillyoung.com/t23470-you-get-in-life-what-you-have-the-courage-to-ask-for-juliana-rhodes#951283 http://www.30yearsstillyoung.com/t23469-juliana-rhodes

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) EmptySam 15 Juin - 14:51




a smooth sea never made a skilled pirate

JULEALFEN



Je culpabilise de ne pas réussir à gérer mieux la situation et je me sens un peu coupable de l’ambiance qui règne durant cet après-midi qui devait normalement être bien plus festif. Maintenant que nous sommes séparés, j’espère que ça va aller en s’améliorant mais je ne peux m’empêcher d’appréhender l’attitude d’Alfie resté en compagnie de Stephen. Toutefois, je sais que ma présence n’aurait sans doute rien changé, je ne peux pas contrôler tous ses faits et gestes et encore moins ses dires, la prière est donc probablement tout ce qu’il me reste pour m’assurer qu’aucun accident de mini moto ne vienne ruiner encore davantage ce goûter d’anniversaire, que Stephen revienne sans que son humeur soit devenue catastrophique et surtout qu’il n’ait pas le sang d’Alfie sur les mains, car malgré mon état d’énervement actuel, j’estime qu’il n’est pas encore allé assez loin pour mériter la mort – mais ça va peut-être venir, c’est d’ailleurs bien ce qui m’inquiète –. De toute façon, il est inutile que je me rende malade pour un probable événement sur lequel je n’ai pas la moindre prise, autant les laisser gérer de leur côté pendant que je m’assure que Leah n’a pas encore envie de s’enfuir en courant, lâchant les projets qu’elle avait pu faire avec Stephen pour cause de famille – éloignée, certes – beaucoup trop bizarre. Etranges, nous le sommes, c’est indéniable – surtout Alfie, je me suis juste contentée de m’adapter ce qui n’est pas très rassurant –, mais en général, ça passe plutôt bien avec les gens, sauf que le fait que mon copain ait décidé de mettre sa bizarrerie au service de sombres dessins rend les choses beaucoup moins agréables pour tout le monde.

J’ai donc adopté la stratégie suivante : Excuser les erreurs passées et futures d’Alfie pour éviter qu’elle prenne – trop – mal les piques qu’il risque encore de lui lancer dans les prochaines heures. Si on pouvait accélérer le temps pour faire passer cet après-midi plus vite, je crois que je signerais tout de suite. Toutefois, lorsque Leah excuse l’attitude d’Alfie en suggérant, à juste titre, que sa présence dans la vie de Stephen ne doit pas être simple à accepter, j’admets que je suis surprise qu’elle réussisse à prendre un tel recul sur la situation et un peu déçue de moi-même de ne pas avoir envisagé les choses sous cet angle auparavant. J’ai laissé nos problèmes de couple prend le pas sur tout le reste, envisageant qu’il faisait payer notre dispute à Leah sans même me demander si le fait que la jeune fille prenne la place de Rachel était un problème pour lui. En temps normal, j’aurais sûrement cherché à savoir ce que lui inspirait cette rencontre, s’il se sentait prêt pour ça et si je pouvais le soutenir d’une quelconque manière. Je ne l’ai pas fait parce que j’étais vexée, blessée et en colère mais cette justification n’en est pas vraiment une, finalement, elle prouve simplement que j’ai fait preuve d’égoïsme, comme souvent. « En effet. » J’admets simplement, sans chercher à en dire davantage sur ce qu’il ressent, déjà parce que ce n’est pas mon rôle mais aussi et surtout parce que je n’en sais absolument rien. « Merci de comprendre. » Elle ne se gêne pas pour me dire qu’elle ne sera pas toujours aussi compréhensive, ce que je comprendre. « Il est mignon Casper, ça aurait pu être pire. » Message reçu cinq sur cinq, Leah. Le seul problème, c’est que je n’ai aucun pouvoir pour stopper cette machine infernale.

Malgré l’absence des garçons et de la mini tornade Anabel, l’ambiance semble toujours un peu tendue entre nous, comme si nous n’avions pas réussi à passer outre notre désagréable première rencontre provoquée simplement par un peu trop de zèle de ma part et une boite de cookies. J’aimerais réussir à faire en sorte que Leah soit un peu moins sur la défensive avec elle, mais je ne la connais pas assez pour savoir comment faire et je reste en retrait, moi aussi, pare qu’elle est la copine de Stephen et par conséquent, une pièce rattachée de la famille d’Alfie. Avec Stephen, j’ai toujours évité de me confier sur des sujets trop personnels parce que j’estimais que je ne devais pas avoir une telle proximité avec les proches de mon copain et je trouve normal de reproduire le même schéma avec Leah même si cette dernière n’a pas le moindre lien avec Alfie et n’en aura peut-être jamais si elle continue à se comporter de cette façon. « Je comprends mais ce n’est que le début tu sais, avec le temps, tout deviendra plus facile, j’en suis certaine. » Je ne suis sûre de rien du tout, en réalité, mais de toute façon, vu l’ambiance qui règne entre nous, ça ne peut aller qu’en s’arrangeant, ou tout du moins je l’espère. « Je crois que personne ne s’attendait à voir une femme entrer dans la vie de Stephen maintenant. » J’admets, me souvenant de la surprise que j’avais ressenti en l’apprenant. « Mais c’est génial, que ce soit pour toi, pour lui, ou pour Anabel, elle a l’air de t’adorer. » Ils n’auront sans doute pas une vie de famille conventionnelle, mais s’ils arrivent à se rendre heureux, c’est le principal et je suis certaine qu’ils y arriveront. J’ai toujours été une optimiste et je considère que s’ils se sont retrouvés maintenant, c’est que c’était le bon moment et qu’il s’agit d’un signe leur disant qu’ils ont droit au bonheur, désormais. J’espère juste qu’ils sauront saisir cette chance. « Tout va bien, oui. » J’acquiesce, en réponse à sa question, sachant pertinemment qu’elle a dû remarquer, au même titre que Stephen une certaine animosité dans mon couple. « Les choses sont justes un peu compliquées ces derniers temps, mais rien de grave, ça va passer. » Je n’en suis pas si sûre, mais je ne connais pas assez Leah pour avoir envie ou besoin de lui raconter ma vie privée dans le détail, je préfère me contenter du minimum syndical. « Tu crois qu’on peut goûter le mousseux à la fraise avant qu’ils reviennent ? » Je suis sûre qu’Anabel ne en voudra pas, ou en tout cas moins que Stephen si on se permet d’ouvrir le champagne sans qu’il soit là pour en profiter.


Code by Sleepy



I don't wanna sacrifice the little things that make a life worth living

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty
MessageSujet: Re: a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)   a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

a smooth sea never made a skilled pirate (julealfen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: logements
-