AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 (Tommy) Down to the market

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harvey Hartwell
Harvey Hartwell
le retour au bercail
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (01.02.86)
SURNOM : Hart'
STATUT : C'est à partir de toi, Terrence, que j'ai dit oui au monde...
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4 James Street
(Tommy) Down to the market  Tumblr_o9v2hyqtve1rsv47uo4_500
POSTS : 3706 POINTS : 455

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ♦ Harvey est revenu en Février 2019 à Brisbane, après avoir passé 10 ans à Dublin, en Irlande, pour des études d’ingénierie en mathématiques appliquées ♦ Son visa d'études lui a été retiré, avant qu'il n'obtienne son doctorat, à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume TROP ♦ Il boit et se réfugie dans l'alcool ♦ Il fait de la moto
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(Tommy) Down to the market  1564513875-tete
OLIWELL
I feel safe when you're holding me near, Love the way that you conquer your fear, You know hearts don't break around here.
Terrence - Univers Alternatif
Terrence#4
Terrence #5 (Pride)
Terrence#6

(Tommy) Down to the market  1564513875-lolo
Hartwell Fam
I always think about you and how we don't speak enough
Lonnie#3


15/8
TommyKyteAlfie#3FBLeneRoseScarRomyPhoenixJustin


(Tommy) Down to the market  Source
DIMENSION SPATIALE
EXTRATERRESTRIAL


RPs EN ATTENTE :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nyqw25fOe61tho95mo5_250
• Ariel et Terrence • Gabriel L (FB) • Ezra

RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ol0db1jj4K1tu0c8uo2_540
Terrence#1 | #2 | #3
Lonnie#1 | #2
Alfie#1 | #2
Primrose #1|#2
Juliana#fb | #1
Sid#1 | #2 | #3
TadPaolaArchie & DouglasGarettKaneTimAudenLeahLeonardoCaïn




RP ABANDONNES
Garett#2AloisLubya

PSEUDO : MJB
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : ava > native route - gifs > tumblr
DC : Abel, le sale gosse et Aodhan, le papa poète
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23779-harvey-hartwell

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptyDim 2 Juin - 23:34





Down to the market
FEATURING @Tommy Warren & Harvey Hartwell
.


La matinée n’était pas si entamée que ça, mais pour les marchands aux multiples étales colorées de west end market, cela faisait plusieurs heures qu’ils se trouvaient à leurs postes, déterminés à profiter au maximum de la belle journée ensoleillée pleine de promesse que leur offrait la météo australienne. Naviguant entre les étals, en quête de produits d’exception qui sauront satisfaire mes papilles et égayer mon palet, je me surprends à être porté par l’ambiance enthousiaste et à trainer un peu la patte pour retarder le moment où je retrouverais la solitude de mon petit appartement miteux. La visite non prévue de Primrose m’a fait ouvert les yeux sur ma façon de vivre, et je suis bien décidé à me reprendre quelque peu en main. J’ai toujours aimé cuisiner, et je refuse de l’admettre mais cela doit me venir de ma mère très certainement car elle réalisait les meilleurs plats du monde. Si je fouille dans mes lointains souvenirs heureux, je me revois en train de l’écouter sagement et d’appliquer méthodiquement et patiemment ses conseils culinaires. Je connais quelques recettes dont elle seule détenait le secret. Je suppose que c’est mon héritage génétique, mais j’aime cuisiner. Aussi, faire les marchés va de pair avec cette passion, et même si je n’en ai pas vraiment l’envie, je me force. Rester chez moi à me maudire n’arrangera rien. Sortir non plus, mais la vie me sera peut-être moins pesante si je m’intéresse à celle des autres autour de moi.

C’est donc avec plaisir que j’assiste aux échanges passionnés entre dames âgées autour d’un étal de fruits et légumes, l’une s’insurgeant contre les pesticides et l’autre dénonçant les manipulations des marques usant à tort de l’étiquette BIO pour mieux tromper le client. J’ai d’avis que nous sommes trop nombreux sur cette planète et que nous courrons de toute évidence tous à notre perte quoiqu’il en soit. Ça ne justifie pas de ne pas faire d’effort, je le sais bien. J’ai un minimum de conscience écologique malgré tout et j’aime acheter les produits auprès du fermier qui travaille d’arrache-pied du matin au soir plutôt que dans la grande distribution. C’est ma façon de les soutenir et de préserver le métier. Faible soutien, mais soutien quand même. Sacs remplis en mains, je continue mon petit tour, un peu comme un vieux. La trentaine est bien installée mine de rien, je n’aurai jamais fait ce genre de trucs avant. Mais ça ne me déplait pas pour autant. Je n’ai jamais eu de problème avec le fait de vieillir à vrai dire, c’est une chose tout à fait logique de la vie. Être vieux par contre, ça me terrifie et j’espère bien mourir avant les crises d’arthroses handicapantes. Qui plus est, finir dans un mouroir entouré de vieillards croupissants dans leurs pisses, ce n’est pas très  reluisant comme avenir. On va tous y passer. Quoiqu’il en soit, il y a une certitude dans tout ça : on finira bien par mourir. Et c’est rassurant. Remarquant les difficultés qu’éprouve une mère avec sa poussette, je l’aide à manœuvrer et hoche simplement la tête lorsqu’elle me remercie.

Lorsque je relève la tête, je croise le regard d’une jeune fille tout à fait charmante en compagnie de son père qui doit avoir à peu près le même âge que moi. La vie de famille n’est pas une chose qui m’a personnellement attiré, et j’éprouve toujours un pincement au cœur aux souvenirs qui remontent à la surface malgré moi. Cependant, le père de famille ne m’est pas inconnu et durant quelques secondes, je reste bêtement à le dévisager, jusqu’à ce que sa petite-fille rompt le silence en demandant – Papa c’est qui le Monsieur ? Il est bizarre. Et puis, ça me revient brutalement. Tommy. Tommy Warren. Ma bouche forme un O de surprise, avant que mes lèvres ne s’étirent dans un sourire joyeux. – Tommy ! C’est toi ? Wow, ça pour une surprise ! Je baisse mon regard vers la jeune fille qui m’observe avec ses grands yeux innocents et je lui offre un sourire. Décidément, je croise tous mes anciens amis par hasard dans cette ville ! A croire qu’ils sont tous restés ici finalement, c’est dingue. Une fois la surprise passée, je tends rapidement ma main vers lui, délaissant l’un de mes sacs sur le sol. – T’es avec ta fille donc... Bonjour toi ! Une lumière, Harvey, tu es une lumière. Je sais très bien que je ne suis pas le plus doué pour faire la conversation, mais je suis bourré de bonnes intentions, ça devrait suffire non ? Pas toujours, malheureusement…




black pumpkin & whitefalls


Sweet creature Wherever I go, you bring me home
(Tommy) Down to the market  2390413160
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Tommy Warren
Tommy Warren
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : docker sur le port commercial de redcliffe, ancien barman au mctavish (2016-2018)
LOGEMENT : #45 hughton avenue (redcliffe), avec sa fille de 10 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ohd387BCQH1u7gnm9o1_500
POSTS : 3429 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : incarcéré de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 10 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie pendant son expatriation ☆ ancien fumeur, zéro clope depuis début 2019 ☆ porte son alliance autour du cou ☆ addiction déraisonnable aux sodas ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker) ☆ dyslexique ☆ niveau -112 de la confiance en lui
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : emma ☆ norah #2 ☆ oakleyscarlett #4marius #3dimitriharveylene #5 (08/08)

(Tommy) Down to the market  Tumblr_otly7idxZz1r5n0h0o2_250

RPs EN ATTENTE : eva #3 ☆ juliana
RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nb1m495h7L1st5z40o7_r1_250
guilt kicks in and I start to see the edge of the bed where your nightgown used to be. I told myself I won't miss you, but I remembered what it feels like beside you. I really miss your hair in my face and the way your innocence tastes.

2019norah #1 2018marius #2scarlett #3jilllene #4matt #2ginny #1elora #1marius #1matt #1eva #2lene #3liviana #3 2017jamesloanliviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2blackout d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebeccaeliemilena #1

(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho3_r1_540
(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho4_r1_540
PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : chris evans
CRÉDITS : avatar@rogers. & sign@evansensations & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptyMar 9 Juil - 0:09


Le pas volontaire, Moïra portait fièrement le cabas encore vide emprunté à sa grand-mère, et dont Tommy aurait sans doute vite fait d'hériter une fois rempli des achats faits sur le marché. Là où certains enfants grimaçaient à la simple vue d'un légume dans leur assiette – surtout s'il était vert – la petite tenait un goût pour la nourriture équilibrée que son père lui-même ne s'expliquait pas ; Ou plutôt il se l'expliquait très bien, s'il admettait qu'elle ne tenait tout simplement pas de lui à ce sujet. L’initiation à l’apprentissage de la nutrition à l’école ayant en tout cas diablement bien porté ses fruits dans l’esprit encore malléable de la fillette, cette dernière était finalement parvenue à convaincre son père de profiter de leur dimanche matin pour se rendre au marché, le livre de recettes offert par la sœur ainée de Tommy à sa nièce servant de base pour établir en amont la liste des courses avec laquelle ils étaient supposés rentrer. C’est là, déambulant entre les étals de fruits et légumes, les vendeurs de babioles et les marchands d’ustensiles ménagers soi-disant révolutionnaires – « mon hachoir multi usages est le plus pratique et le plus simple d’utilisation de tous les hachoirs » en criait un avec conviction – qu’oubliant momentanément de regarder où il mettait les pieds le barbu avait trébuché sur le tuyau d’arrosage déroulé par l’un des commerçants de la rue piétonne, s’étalant de tout son long dans la flaque d’eau formée à hauteur de la grille d’égout toute proche. « Mais faites attention ! » que s’était aussitôt exclamé l’épicier visiblement agacé d’être ainsi dérangé dans le nettoyage prématuré de son étal, là où Moïra avait ouvert de grands yeux surpris en se retournant, et avant qu’une vieille dame ne soit finalement la première à s’avancer vers lui pour lui venir en aide « Quelle chute ! Vous allez bien ? » Un grognement inintelligible lui échappant tout d’abord, Tommy s’était tant bien que mal remis debout en frottant ses mains l’une contre l’autre pour les débarrasser de la saleté venue s’y accrocher. « Vous, faites attention ! » qu’il avait alors répliqué au commerçant, s’attirant un regard furibond de ce dernier. Massant son poignet en grimaçant, il avait ensuite assuré d’un ton gêné « Ça va, oui. Merci. » à la petite mamie, à deux doigts de lui offrir une main pour l’aider à se relever malgré leur différence flagrante de gabarit. « On voit presque pas que tu es mouillé. » avait de son côté assuré Moïra de son air le plus angélique, mensonge éhonté à la lueur de l’immense trace de flotte fonçant une moitié de son jean et le bas de son tee-shirt. Mais enfin.

Rapidement remis de cette courte mésaventure, père et fille s’étaient remis en marche pour reprendre leurs achats, chanceux que le cabas contenant déjà une douzaine d’œufs et quelques tomates ait été aux mains de la fillette au moment où Tommy s’était étalé sur le pavé. À cela s’étaient bien vite ajoutés d’autres fruits et légumes, un peu de viande, bref de quoi remplir un sac de course à l’allure bien trop saine et raisonnable pour que l’on puisse s’imaginer un seul instant que ce n’était pas le parent mais l’enfant qui en avait élaboré la grande majorité. Occupé à régler le montant d’une barquette de fraises pour lequel il ne s’était à son tour pas fait prier – du peu de fruits qui trouvaient grâce à ses yeux, les rouges étaient de loin ses préférés – Tommy avait reporté son attention sur Moïra lorsque cette dernière avait posé une main sur son avant-bras pour questionner « Papa c’est qui le Monsieur ? Il est bizarre. » Fronçant les sourcils avec méfiance, le brun avait balayé leurs proches alentours d’un coup d’œil avant de s’arrêter sur le bonhomme qui, en effet, les fixait tous les deux d’une manière fort peu discrète. Mais là où son instinct lui aurait d’ordinaire conseillé d’aboyer avec méfiance sur le coupable, un vague sentiment de familiarité l’en avait empêché et les avait finalement fait s’exclamer d’un seul ton « Tommy ! » - « Harvey ! » - « C’est toi ? Wow » - « Ça alors ! » - « ça pour une surprise ! » - « ça fait un bail ! » dans une joyeuse cacophonie. Le regard de Moïra passant maintenant de l’un à l’autre des deux hommes entre surprise et questionnement, elle avait rendu à Harvey le sourire qu’il lui avait offert mais du même coup resserré un peu plus fort la main qui tenait l’avant-bras de son père. Déposant son cabas sur le sol pour serrer la main de son ancien camarade, il avait acquiescé lorsque ce dernier avait repris « T’es avec ta fille donc ... Bonjour toi ! » et posé un instant les yeux sur sa progéniture pour la rassurer. Méfiante par nature envers les étrangers, la fillette pouvait sembler farouche au premier abord et n’avait marmonné qu’un « Bonjour. » hésitant en guise de réponse, n’attendant pas spécialement après son père pour obtenir plus d’informations sur l’identité du nouveau venu, mais écoutant néanmoins avec un brin d’attention lorsque ce dernier avait rapidement fait les présentations « C’est ça, voilà Moïra. Et voilà Harvey, on est allés au lycée ensemble. » Il y avait de cela une éternité et demi, au moins. Acquiesçant en silence, la petite s’attendait déjà à prendre racine pendant que son père faisait un brin de causette ; Il en était toujours ainsi lorsqu’elle accompagnait sa grand-mère ou bien sa tante Beth au marché, et que ces dernières croisaient la route de l’une de leurs connaissances. « Qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ? J’avais entendu dire que tu avais mis les voiles. » Il ne saurait plus dire par qui, et à vrai dire il ne s’était jamais appesanti sur la question, car estimant totalement légitime l’envie de vouloir aller vivre loin de cette ville dans laquelle ils avaient déjà vécu suffisamment d’années. Naïvement sans doute, Tommy n’imaginait désormais plus Harvey autrement que comme un bonhomme ayant lui aussi rangé ses mauvais penchants pour se racheter une conduite ; Un homme qui achetait ses légumes au marché du coin ne pouvait décemment pas avoir de mauvais travers, pas vrai ? Qu’elle était loin, l’époque de leurs bêtises respectives.









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

(Tommy) Down to the market  763064237  :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
Harvey Hartwell
Harvey Hartwell
le retour au bercail
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (01.02.86)
SURNOM : Hart'
STATUT : C'est à partir de toi, Terrence, que j'ai dit oui au monde...
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4 James Street
(Tommy) Down to the market  Tumblr_o9v2hyqtve1rsv47uo4_500
POSTS : 3706 POINTS : 455

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ♦ Harvey est revenu en Février 2019 à Brisbane, après avoir passé 10 ans à Dublin, en Irlande, pour des études d’ingénierie en mathématiques appliquées ♦ Son visa d'études lui a été retiré, avant qu'il n'obtienne son doctorat, à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume TROP ♦ Il boit et se réfugie dans l'alcool ♦ Il fait de la moto
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(Tommy) Down to the market  1564513875-tete
OLIWELL
I feel safe when you're holding me near, Love the way that you conquer your fear, You know hearts don't break around here.
Terrence - Univers Alternatif
Terrence#4
Terrence #5 (Pride)
Terrence#6

(Tommy) Down to the market  1564513875-lolo
Hartwell Fam
I always think about you and how we don't speak enough
Lonnie#3


15/8
TommyKyteAlfie#3FBLeneRoseScarRomyPhoenixJustin


(Tommy) Down to the market  Source
DIMENSION SPATIALE
EXTRATERRESTRIAL


RPs EN ATTENTE :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nyqw25fOe61tho95mo5_250
• Ariel et Terrence • Gabriel L (FB) • Ezra

RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ol0db1jj4K1tu0c8uo2_540
Terrence#1 | #2 | #3
Lonnie#1 | #2
Alfie#1 | #2
Primrose #1|#2
Juliana#fb | #1
Sid#1 | #2 | #3
TadPaolaArchie & DouglasGarettKaneTimAudenLeahLeonardoCaïn




RP ABANDONNES
Garett#2AloisLubya

PSEUDO : MJB
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : ava > native route - gifs > tumblr
DC : Abel, le sale gosse et Aodhan, le papa poète
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23779-harvey-hartwell

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptyLun 15 Juil - 23:36





Down to the market
FEATURING @Tommy Warren & Harvey Hartwell
.


→ Certaines coïncidences s’avèrent si stupéfiantes qu’il est difficile de croire que la main du destin n’en est pas responsable et qu’elles ne sont pas l’œuvre du divin. Ce matin-là, en décidant d’aller au marché pour me reprendre en main et réorganiser un peu ma vie, notamment suite aux remarques légèrement condescendantes de Primrose quant à l’état de mon appartement, je ne pensais pas que je tomberais sur l’un de mes anciens camarades de lycée, et encore moins sur l’un de mes anciens camarades de lycée devenu papa accompagné de sa charmante fille. Et pourtant, me voilà coincé entre un étal de patates et un étal de choux, à faire face à Tommy Warren, vieux pote dont je n’ai plus de nouvelles depuis presque 15ans. Depuis son départ précipité alors que j’étais encore en foyer pour jeunes majeurs. Je n’ai d’ailleurs jamais su pourquoi du jour au lendemain, Tommy avait décidé de quitter Brisbane et je n’avais pas réellement cherché à le savoir. J’étais pour ma part totalement préoccupé par les urgences du moment, le club de motos, les trafics en tout genre et mes études à côtés. C’était l’époque d’un joyeux bordel désorganisé dans lequel je me noyais complètement, coulant sous le poids de la culpabilité face à mes activités illégales jusqu’à ce que cette proposition de bourse à l’étranger ne vienne tout changer et éclairer l’avenir. Toutefois, à bien y réfléchir ce matin, en observant mon ancien ami en compagnie de sa jolie petite fille, je me dis que Tommy avait sûrement une excellente raison de quitter Brisbane il y a des années de ça. Ne connaissant absolument rien aux gosses, car ils ne fréquentent pas les endroits où je me rends quotidiennement (tabac, strip-club, garage…) et que je n’en ai aucun dans mon entourage, je suis bien incapable de dire quel âge peut avoir la jeune enfant face à moi. A tout hasard, et après un bref calcul mental logique, je lui donnerais aux alentours des dix ans, mais elle peut avoir moins. Les gosses aujourd’hui font tellement plus âgés ! Quoiqu’il en soit, la surprise est de taille et elle fait son effet. Abasourdi, je bafouille des évidences avec un étonnement non dissimulé, un peu mal à l’aise par la présence de l’enfant qui semble pourtant des plus adorables. – C’est ça, voilà Moïra. Et voilà Harvey, on est allés au lycée ensemble. Acquiesçant avec un simple sourire, j’observe la jeune fille se mettre légèrement en retrait et se préparer à patienter, comme si elle savait que son père allait faire un brin de causette à présent. Moïra, c’est un prénom peu commun en Australie, et il me semble qu’il est d’origine européenne. Je me demande bien qui est la maman de cette jolie demoiselle aux traits fins et doux. – Qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ? J’avais entendu dire que tu avais mis les voiles. J’ouvre grand les yeux, surpris par la situation en elle-même qui me prend au dépourvu. Car, non décidément je ne pensais pas devoir faire étalage de ma vie entre les choux et les patates, sous les effluves des poireaux et des oignons au beau milieu de ce marché matinal. Et ça m’arrache un petit rire désabusé, toujours aussi pommé face aux choix du destin en ce qui me concerne. La gêne passée, je glisse ma main dans mes cheveux et réponds du mieux possible – Ouais, en quelque sorte. Disons que j’ai saisi une opportunité que je ne pouvais pas refuser. J’ai poursuivi mes études à Dublin, en Irlande. Je ne suis revenu que depuis peu… T’as déjà été là-bas ? Je tente de détourner la conversation vers lui, et bien que je ne sois pas très doué dans la manœuvre, j’espère qu’il la comprendra malgré tout. J’insiste, m’engouffrant dans la brèche que j’ai entrouverte seul – Mais… et toi ? T’es parti si soudainement. Ça fait longtemps que t’es revenu à Brisbane ? Et c’est à ce moment que je me rends compte d’à quel point j’ai tout laissé tomber en partant. Lorsque j’ai revu Archie, j’ai eu le même constat : j’ai loupé dix années de la vie de mes anciens potes et ils ont changé. Moi-aussi, très certainement, mais en ce qui les concerne j’ai un trou de mémoire de la taille d’une décennie à combler et c’est frustrant. Frustrant de se rendre compte qu’autre chose nous a absorbé tant de temps, et que cette chose n’en valait peut-être pas la peine… En même temps, si je n’étais pas parti, qui sait comment j’aurais véritablement fini ? – On a tellement de choses à rattraper, Tommy… Il est encore tôt, alors si vous avez presque fini peut-être qu’on pourrait… manger une crêpe ? Boire un chocolat ? J’essaie de m’adapter, surement maladroitement à la situation, mais je n’ai pas envie de lui tenir la grappe au milieu des fruits et légumes sous le regard ennuyé de sa fille qui doit sérieusement s’impatienter.


black pumpkin & whitefalls


Sweet creature Wherever I go, you bring me home
(Tommy) Down to the market  2390413160
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Tommy Warren
Tommy Warren
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : docker sur le port commercial de redcliffe, ancien barman au mctavish (2016-2018)
LOGEMENT : #45 hughton avenue (redcliffe), avec sa fille de 10 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ohd387BCQH1u7gnm9o1_500
POSTS : 3429 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : incarcéré de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 10 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie pendant son expatriation ☆ ancien fumeur, zéro clope depuis début 2019 ☆ porte son alliance autour du cou ☆ addiction déraisonnable aux sodas ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker) ☆ dyslexique ☆ niveau -112 de la confiance en lui
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : emma ☆ norah #2 ☆ oakleyscarlett #4marius #3dimitriharveylene #5 (08/08)

(Tommy) Down to the market  Tumblr_otly7idxZz1r5n0h0o2_250

RPs EN ATTENTE : eva #3 ☆ juliana
RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nb1m495h7L1st5z40o7_r1_250
guilt kicks in and I start to see the edge of the bed where your nightgown used to be. I told myself I won't miss you, but I remembered what it feels like beside you. I really miss your hair in my face and the way your innocence tastes.

2019norah #1 2018marius #2scarlett #3jilllene #4matt #2ginny #1elora #1marius #1matt #1eva #2lene #3liviana #3 2017jamesloanliviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2blackout d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebeccaeliemilena #1

(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho3_r1_540
(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho4_r1_540
PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : chris evans
CRÉDITS : avatar@rogers. & sign@evansensations & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptySam 10 Aoû - 19:33



Il y en avait que les souvenirs de l'adolescence et des années lycée rendaient nostalgiques ; Tommy n'était pas de ceux-là. Son adolescence il s'en rappelait comme d'une période de frustration, passée à essuyer les reproches et les soupirs d'un entourage – fusse-t-il professoral ou familial – qui se désolait face à ses résultats scolaires, et dans l'ombre d'un frère aîné à qui tout semblait toujours tout réussir. Thomas Warren n'était pas brillant comme son frère Marius, ni travailleur comme sa sœur Elizabeth ; Thomas Warren n'était pas raisonnable, et donnait un exemple déplorable à la benjamine, Scarlett. Thomas Warren n'avait pas d'ambition, pas de projet à long terme, et rêvait simplement du jour où il quitterait la maison familiale dans laquelle il avait la sensation d'étouffer … Et c'est ainsi que les choses s'étaient produites. Après le lycée, la rupture – mouvementée – avec Eva et les premiers boulots, était venu le temps béni où le McTavish avait accepté de l'embaucher à temps plein, lui permettant de payer le loyer d'un minuscule studio qui, s'il ne cassait pas trois pattes à un canard, lui avait permis d'enfin vivre sa vie comme il l'entendait. Au fond Tommy n'avait jamais été un mauvais bougre, qui ne demandait pas grand-chose de plus que d'avoir la paix … et sans doute était-ce aussi à cette époque qu'Harvey et lui s'étaient éloignés, le Hartwell encore pris dans le tourbillon de la rébellion quand le Warren n’aspirait déjà plus qu'à prouver qu'il n'était pas la cause perdue qu'on prétendait. Mais au fond quelle importance, désormais ? C'était loin, très loin, tout ça, pour l'un comme pour l'autre. Ils avaient fait du chemin, vécu des choses, et même vu du pays pour ce qu'en avait entendu dire Tommy. « Ouais, en quelque sorte. Disons que j’ai saisi une opportunité que je ne pouvais pas refuser. » Avait à ce sujet confirmé le bonhomme, le barbu s'attendant en revanche à tout sauf à l'entendre ajouter « J’ai poursuivi mes études à Dublin, en Irlande. Je ne suis revenu que depuis peu … T’as déjà été là-bas ? » presque aussitôt après. Malheureusement pour lui-même, Tommy jaugeait de la réussite de quelqu'un à sa capacité à avoir ou non fait des études supérieures. Lui-même n'en ayant fait aucune, il n'avait pas son pareil pour utiliser ce critère pour se dévaloriser. « En Irlande ? » qu'il avait en tout cas questionné, de façon tout à fait rhétorique « Jamais, non. » Reste que s'il n'en était revenu que « depuis peu » Harvey avait dû y faire plus que de terminer des études ; Mais puisqu'il n'en avait rien mentionné, Tommy préférait ne pas insister. « Mais … et toi ? » Lui ? « T’es parti si soudainement. Ça fait longtemps que t’es revenu à Brisbane ? » Réalisant seulement à cet instant le gouffre qui s’était creusé dans ce qu’ils savaient l’un de l’autre – mais au fond, quinze ans c’était une éternité – le brun avait semblé chercher ses mots un instant avant de formuler sa réponse « Oh, oui. La mère de Moïra a eu une opportunité de travail au Canada alors … on n’a pas trop réfléchi. On est partis s’installer là-bas. » Poussés également par l’animosité des autres Warren – les parents et le frère aîné, principalement – à leur égard, le revers de la médaille lorsque l’on décidait de s’engager dans une histoire avec l’ex de son frère ; Mais ça, Tommy préférait le garder pour lui, car sans le regretter il ne s’en vantait pas pour autant. « Mais on est revenus il y a quelques années. Et la Miss s’est découvert une passion pour le surf, alors je suppose qu’on est coincés là pour un moment. » Passant une main sur le crâne de la fillette avec tendresse, le brun faisait ce qu’il savait faire de mieux : il dépeignait la réalité comme elle l’arrangeait, en passant sous silence les accrocs et les choses moins belles – il n’était pas question pour lui de mentionner ne serait-ce qu’à demi-mot la disparition d’Alice coincé entre un étale de salades et un poissonnier. Et puis elle le berçait un peu, cette illusion que sa famille était encore entière, lorsqu’il la mentionnait au détour d’une conversation sans nécessairement préciser qu’elle n’était plus. « On a tellement de choses à rattraper, Tommy … » Le barbu avait adressé un sourire pensif à son ancien ami. « Il est encore tôt, alors si vous avez presque fini peut-être qu’on pourrait … manger une crêpe ? Boire un chocolat ? » Vérifiant sa montre par acquis de conscience, néanmoins plus soucieux à l’idée de ne pas brusquer Moïra et sa méfiance parfois ancrée envers les inconnus qu’à l’idée de l’heure qu’il était, il avait demandé à la principale concernée « Qu’est-ce que tu en penses ? Une crêpe ça te dit ? » Semblant prendre une demi-seconde le temps de ma réflexion, la fillette avait répondu à la question par une autre « Avec du sirop d’érable ? » en faisant au passage la fierté de son père, qui ne l’avait pas élevée en canadienne pour rien. « Digne fille de son père. » s’en était-il même amusé, avant de reporter son regard et son attention sur Harvey « Dans ce cas, c’est dans la poche. T’avais un endroit précis en tête ? » Dans un cas comme dans l’autre tous les trois s’étaient mis en route, et avaient marché jusqu’à trouver un lieu qui puisse accueillir le projet : celui de contenter leur estomac. Plutôt qu’une crêpe Moïra avait finalement jeté son dévolu sur une immense pile de pancakes, Tommy la connaissant suffisamment pour savoir qu’elle ne les terminerait pas et qu’il s’en chargerait à sa place : raison pour laquelle il s’était contenté d’un café, pour lequel il avait demandé une double-dose de sucre. Une addiction bien plus tenace encore que celle au tabac, dont il se sevrait non sans mal depuis le début de l’année. « Et du coup tu fais quoi maintenant ? T’es revenu dans les environs pour de bon, ou bien tu fais que passer ? » Pour ce qu’il s’en souvenait, la situation familiale d’Harvey n’était pas une partie de plaisir et ne l’avait probablement pas dissuadé de mettre les voiles la première fois – au contraire. Pas du genre à s’épancher à ce sujet Tommy n’en avait jamais vraiment connu les tenants et les aboutissants, et ne s’était jamais risqué à demander.









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

(Tommy) Down to the market  763064237  :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
Harvey Hartwell
Harvey Hartwell
le retour au bercail
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (01.02.86)
SURNOM : Hart'
STATUT : C'est à partir de toi, Terrence, que j'ai dit oui au monde...
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4 James Street
(Tommy) Down to the market  Tumblr_o9v2hyqtve1rsv47uo4_500
POSTS : 3706 POINTS : 455

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ♦ Harvey est revenu en Février 2019 à Brisbane, après avoir passé 10 ans à Dublin, en Irlande, pour des études d’ingénierie en mathématiques appliquées ♦ Son visa d'études lui a été retiré, avant qu'il n'obtienne son doctorat, à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume TROP ♦ Il boit et se réfugie dans l'alcool ♦ Il fait de la moto
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(Tommy) Down to the market  1564513875-tete
OLIWELL
I feel safe when you're holding me near, Love the way that you conquer your fear, You know hearts don't break around here.
Terrence - Univers Alternatif
Terrence#4
Terrence #5 (Pride)
Terrence#6

(Tommy) Down to the market  1564513875-lolo
Hartwell Fam
I always think about you and how we don't speak enough
Lonnie#3


15/8
TommyKyteAlfie#3FBLeneRoseScarRomyPhoenixJustin


(Tommy) Down to the market  Source
DIMENSION SPATIALE
EXTRATERRESTRIAL


RPs EN ATTENTE :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nyqw25fOe61tho95mo5_250
• Ariel et Terrence • Gabriel L (FB) • Ezra

RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ol0db1jj4K1tu0c8uo2_540
Terrence#1 | #2 | #3
Lonnie#1 | #2
Alfie#1 | #2
Primrose #1|#2
Juliana#fb | #1
Sid#1 | #2 | #3
TadPaolaArchie & DouglasGarettKaneTimAudenLeahLeonardoCaïn




RP ABANDONNES
Garett#2AloisLubya

PSEUDO : MJB
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : ava > native route - gifs > tumblr
DC : Abel, le sale gosse et Aodhan, le papa poète
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23779-harvey-hartwell

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptySam 24 Aoû - 12:01





Down to the market
FEATURING @Tommy Warren & Harvey Hartwell
.


→ Il avait toujours été plutôt discret, Tommy. Pas le genre à trafiquer ou à se foutre dans des histoires louches, gosse plutôt renfermé et peu joyeux bien qu’amical et plaisant, j’avais toujours perçu sur ses épaules un poids lourd qu’il subissait un peu sans savoir quoi faire pour s’en dépatouiller. Il n’était pas non plus très ouvert à la discussion et aux confidences, mais personne ne l’était vraiment. Les discussions à cœur ouvert, les longs échanges plein de larmes avec le cœur au bord des lèvres, ce n’était pas pour les petits caïds que nous étions, bien plus préoccupés à rouler des mécaniques et à goûter furieusement à la vie à l’époque plutôt qu’à se pencher sur nos tristes vie pour constater nos médiocres échecs. Ce n’est qu’en fréquentant Scar, sa cadette, que j’en ai appris davantage sur Tommy. J’ai compris qu’il était un peu le chat noir chez lui, et que ses échecs scolaires le plaçaient dans une sous-catégorie peu reluisante et qu’il souffrait grandement de ce rejet, tout en rêvant de s’échapper et de s’affranchir du joug familial. De se révéler seul, sans pression. Et c’était sûrement ce qu’il s’est passé car ce matin, il me donne l’air d’un homme parfaitement accompli. Et même si je suis bien conscient que les apparences peuvent nous induire en erreur, le duo qu’il forme avec sa ravissante petite fille me permet d’affirmer qu’il n’a pas exactement perdu dix ans de sa vie, Tommy. J’ignore tout des responsabilités qui incombent aux parents en général, mais je suppose aisément qu’élever un petit être prends beaucoup de temps et je n’arrive guère à détacher mon regard un peu ému, un peu touché, de la petite Moïra. Revoir les amis de lycée me ramène à une époque où je luttais encore avec une certaine passion accrochée aux tripes. Elle est passée où cette ferveur, hein ? Elle a disparue, noyée sous des litres d’alcool, sous des années d’abattement et de renoncement, sous la succession de mes échecs. Mains dans les poches, je fais tout de même l’effort de faire bonne figure, ne voyant pas l’intérêt de me présenter comme le raté que je suis devenu. Ce n’est pas écrit sur mon visage que je suis en train d’errer dans ce monde, pris au piège entre mes inhibitions et mes désirs qui se font continuellement face. Je lis aisément la surprise sur le visage de mon ancien camarade, et un petit sourire amusé s’installe furtivement sur mes lèvres. Il était difficile à l’époque de m’imaginer en train d’étudier avec sérieux, pourtant c’est ce que j’ai fait. J’ai mis plus de temps que n’importe quel autre étudiant lambda, redoublant plusieurs classes à cause de mes absences injustifiées, mais je me suis accroché jusqu’au bout, jusqu’à décrocher ce diplôme d’ingénieur qui équivaut à un Bac + 5. Et je suis vigile dans un club de striptease, ouais. Comme quoi, diplôme n’est pas toujours synonyme de réussite, j’en suis l’exemple probant. Détournant habilement (ou maladroitement) la conversation, je le questionne à mon tour sur les raisons de son départ, me rappelant qu’il a disparu un peu du jour au lendemain Tommy. Cela a coïncidé avec la montée en puissance de mon implication auprès du motor-club et une prise de risque considérable qui m’a forcée à mettre fin à beaucoup de relations amicales à l’époque – notamment avec Scar. Aussi, j’ignore tout de ce qu’a pu bien faire Tommy Warren durant les quinze dernières années. – Oh oui. La mère de Moïra a eu une opportunité de travail au Canada alors… on n’a pas trop réfléchi. On est partis s’installer là-bas. C’est avec un sourire franc que j’accueille cette révélation, un peu épaté par le chemin emprunté par mon ami. Tout de suite, je me mets à l’imaginer dans cet immense pays qu’est le Canada, avec sa petite famille et j’espère que toutes ces années l’ont rendu heureux. – Mais on est revenus il y a quelques années. Et la Miss s’est découvert une passion pour le surf, alors je suppose qu’on est coincés là pour un moment. Du regard, j’observe le père et sa fille qui forment un duo touchant et j’arque les sourcils, sans perdre mon sourire, en ajoutant – C’est sûr que le surf au Canada, rien de mieux pour perdre un orteil dans l’eau gelée, hein ! Et sur cette petite touche d’humour maladroite, je replace mes mains dans les poches. Ma nervosité témoigne de mon manque de pratique niveau socialisation. Par acquis de conscience, j’ajoute aussitôt – Mais ça doit être un pays absolument magnifique à découvrir, les paysages, la nature, le grand air… C’est aussi ce qui m’avait séduit en Irlande. Le pays regorge de spots magnifiques à découvrir, et pour un motard comme moi, il n’y a plus grand plaisir que celui de parcourir ces routes enlacées, bordant des paysages fabuleux et mystiques sur lesquels moult légendes existent. Poussé par la curiosité et l’envie aussi de prolonger ses retrouvailles qui sont étrangement sereines et m’apaisent, je propose à Tommy d’aller manger une crêpe plus loin et de sortir du marché couvert pour respirer un peu. Il cherche l’approbation de Moïra qui se laisse facilement séduire par l’attrait de la gourmandise, et nous voilà partis en direction de la crêperie la plus proche de Toowong. Sur le trajet, je m’allume une cigarette tout en faisant attention de ne pas projeter la fumée vers la gamine. J’ai toujours fait attention à ça, même si concrètement ça ne changeait pas grand-chose. Le tabagisme passif est une réalité cruelle.  Une fois posés dans ce petit établissement agréable, Moïra fait face à une pile impressionnante de pancakes sur laquelle elle verse allégrement du sirop d’érable et je l’observe faire, un peu fasciné. – Tu es sûre que tu vas réussir à tout manger ? Une petite portion comme toi, avaler tout ça ? Avec une petite lueur de défi dans le regard, Moïra m’assure que oui et je ris légèrement. Je n’ai, pour ma part, commandé qu’un simple café. Mon estomac fait suffisamment des siennes pour que me gaver de sucreries soit réellement tentant. – Et du coup tu fais quoi maintenant ? T’es revenu dans les environs pour de bon, ou bien tu fais que passer ? Mon regard se pose sur Tommy qui me ramène brusquement à la réalité et j’hausse les épaules en répondant rapidement. – Non, je reste cette fois. J’suis parti un peu trop longtemps, et Lonnie a… Besoin de moi ? Ai-je le droit de me cacher derrière cette fausse excuse ? Le petit-frère n’a jamais eu besoin de moi, tout simplement parce que j’ai brillé par mon absence dans sa vie. Mes épaules s’affaissent, je lâche un soupire et mon regard se perd dans la contemplation des nuances noires du liquide fumant face à moi. – J’vais essayer de l’soutenir un peu mieux. Je n’en dis pas plus, parce qu’il m’est toujours compliqué d’évoquer ma situation familiale et que ça fait mal. Ça serre le cœur, et irrémédiablement je pense à ma mère, à la prison, à notre histoire et à tout ce qui a déconné. – Du coup, j’ai trouvé un job d’appoint pour le moment et j’attends un peu de pouvoir me retourner pour trouver plus sérieux. Je me gratte furtivement la tempe, trempe mes lèvres dans le café un poil trop chaud, et puis demande en me rappelant de la jolie frimousse de sa sœur cadette – Ta sœur est toujours par ici ? Je l’ai perdu de vue à peu près en même temps que toi, elle va bien ? Mes souvenirs de la cadette Warren me collent automatiquement un petit sourire rêveur. Je me demande bien ce qu'elle a pu devenir, Scarlett. Je l'ai toujours vu comme ayant le monde à ses pieds, alors j'espère qu'elle l'a conquis avec brio.




black pumpkin & whitefalls


Sweet creature Wherever I go, you bring me home
(Tommy) Down to the market  2390413160
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Tommy Warren
Tommy Warren
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : docker sur le port commercial de redcliffe, ancien barman au mctavish (2016-2018)
LOGEMENT : #45 hughton avenue (redcliffe), avec sa fille de 10 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ohd387BCQH1u7gnm9o1_500
POSTS : 3429 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : incarcéré de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 10 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie pendant son expatriation ☆ ancien fumeur, zéro clope depuis début 2019 ☆ porte son alliance autour du cou ☆ addiction déraisonnable aux sodas ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker) ☆ dyslexique ☆ niveau -112 de la confiance en lui
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : emma ☆ norah #2 ☆ oakleyscarlett #4marius #3dimitriharveylene #5 (08/08)

(Tommy) Down to the market  Tumblr_otly7idxZz1r5n0h0o2_250

RPs EN ATTENTE : eva #3 ☆ juliana
RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nb1m495h7L1st5z40o7_r1_250
guilt kicks in and I start to see the edge of the bed where your nightgown used to be. I told myself I won't miss you, but I remembered what it feels like beside you. I really miss your hair in my face and the way your innocence tastes.

2019norah #1 2018marius #2scarlett #3jilllene #4matt #2ginny #1elora #1marius #1matt #1eva #2lene #3liviana #3 2017jamesloanliviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2blackout d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebeccaeliemilena #1

(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho3_r1_540
(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho4_r1_540
PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : chris evans
CRÉDITS : avatar@rogers. & sign@evansensations & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptyJeu 10 Oct - 8:37



Revoir d’anciennes connaissances remplissait toujours Tommy de sentiments ambivalents, et lui rappelait quelle terrible opinion il avait de lui-même avant son départ pour le Canada. Pas qu’elle ne se soit beaucoup améliorée depuis le temps, mais au moins avait-il l’impression d’avoir accompli quelque chose de bien avec l’existence de Moïra, même si tout le reste semblait s’être écroulé tel un château de cartes. Mais ça, ces anciennes connaissances n’avaient pas à le savoir, et peu importait au fond que cela s’apparente à une forme de déni : le brun trouvait un certain réconfort dans le fait de pouvoir mentionner Alice sans qu’on lui serve la seconde suivante le regard de pitié de ceux qui connaissaient l’issue tragique de leur histoire. Même pas besoin d’user du mensonge, le barbu se contentait simplement de distiller les informations telles qu’il avait envie de les présenter, et à son plus grand soulagement Harvey s’était contenté de rebondir par une plaisanterie « C’est sûr que le surf au Canada, rien de mieux pour perdre un orteil dans l’eau gelée, hein ! » avant de reprendre avec un peu plus de sérieux et après une seconde de flottement. « Mais ça doit être un pays absolument magnifique à découvrir, les paysages, la nature, le grand air … » Et pour sûr, le Canada était magnifique et Tommy nostalgique de ces paysages et de ce climat qui semblaient se rapprocher bien plus de ce qu’il était. Piètre australien s’il en fallait. Parvenus à un consensus sur la suite du programme, le trio avait pris la direction du café le plus proche, Tommy armé de son sac de courses et Harvey une cigarette au bec, l’odeur de tabac s’insinuant jusqu’aux narines du brun avec sournoiserie pour lui rappeler cette dernière cigarette fumée au crépuscule de 2018 et dont il continuait de lutter pour qu’elle soit la dernière. Maintes fois déjà il avait tenté de quitter cette mauvaise habitude reprise en détention, mais jamais encore il n’avait tenu aussi longtemps – et pourtant, l’odeur de tabac continuait de lui donner envie, et alors qu’ils arrivaient à destination Tommy avait serré la mâchoire comme pour se donner une contenance, tandis qu'Harvey jetait son mégot et qu’ils pénétraient dans le troquet. Donnant l’impression d’avoir débarqué au paradis, Moïra avait considéré d’un air vorace la pile de pancakes que la serveuse avait déposé devant elle avant de servir des cafés aux deux hommes. « Tu es sûre que tu vas réussir à tout manger ? Une petite portion comme toi, avaler tout ça ? » Hochant vigoureusement la tête, la fillette avait littéralement noyé les pancakes sous le sirop d’érable tandis que son père ponctuait avec amusement « Ça ne mange pas à cet âge-là, ça dévore. » tout aussi conscient du fait qu’elle n’en viendrait pas à bout que du fait qu’elle pourrait se rendre malade pour y parvenir s’il avait le malheur de lui faire remarquer. Les deux dosettes de sucre vidées dans sa tasse la seconde suivante, Tommy s’était permis un brin de curiosité envers Harvey. Était-il en ville pour longtemps, depuis longtemps ? S’agissait-il d’une halte en attendant autre chose, ailleurs ? « Non, je reste cette fois. J’suis parti un peu trop longtemps, et Lonnie a … J’vais essayer de l’soutenir un peu mieux. » Parce qu’il en avait toujours très peu parlé et que Tommy ne l’avait jamais rencontré, il lui avait fallu une seconde ou deux pour remettre qui était Lonnie. Après quoi il avait vaguement acquiescé sans oser se montrer trop indiscret « Qu’est-ce qu’il devient ? C’est pas lui qui voulait rentrer dans la police ? » Choix de carrière qui en disait long, quand on les comparait à ceux moins honnêtes d'Harvey à l’époque. Et s’il était bien placé pour savoir que les erreurs de jeunesse ne pouvaient pas être retenues indéfiniment contre quelqu’un sans que cela en devienne injuste, un partie de lui s’était fatalement demandée sans quel sens le vent tournait-il désormais pour son ami. « Du coup, j’ai trouvé un job d’appoint pour le moment et j’attends un peu de pouvoir me retourner pour trouver plus sérieux. » Alors plus sérieux, ou plus légal ? Tommy n’en saurait visiblement pas plus, mais pour autant il avait assuré « On recrute toujours là où je bosse, si jamais. On charge et on décharge des cargos, c’est pas le job de l’année mais bon, c’est pas si pire … Tant que le boulot est fait en temps et en heure, on te fout la paix. » Cela restait peu cher payé pour quelque chose d’aussi usant physiquement, mais le brun s’était fait une raison à ce sujet ; Sans diplôme et avec un casier judiciaire, il ne pouvait pas espérer la lune. « Ta sœur est toujours par ici ? Je l’ai perdu de vue à peu près en même temps que toi, elle va bien ? » Il y avait presque de quoi s’étonner que Scarlett ne soit pas venue plus tôt dans la conversation, et prenant le temps d’une gorgée de café il avait secoué la tête « Toujours par ici, et toujours fidèle à elle-même, au grand désespoir de nos parents. » d’un air presque amusé. Il y avait longtemps que ni l’un ni l’autre n’espéraient plus coller aux convenances parentales. « Je suis assez surpris qu’elle n’ait jamais mis les voiles, mais bon … Je ne vais pas m’en plaindre, ça me fait plaisir de l’avoir de nouveau à côté. » Bien plus plaisir que la perspective d’avoir de nouveau son frère aîné à proximités, assurément. « Tante Scarlett a dit qu’elle ne peut pas partir parce que tu serais perdu sans elle. » avait de son côté fait savoir Moïra, les doigts dégoulinants de sirop d’érable et prouvant qu’elle prêtait malgré tout attention à la conversation. « Alors qu’on sait très bien que c’est elle qui serait perdue sans moi. » qu’avait alors affirmé Tommy avec une pointe d’amusement, quand en réalité il savait bien que non : elle avait parfaitement survécu pendant dix ans sans lui. « Elle bosse dans un café de Logan City. Un truc un peu fancy qui fait aussi bar à vin. » Et dont il s’étonnait qu’elle ne se soit pas encore lassée … Mais il préférait l’imaginer là que dénudée sur la toile. Ça, il évitait d’y penser, pour s’éviter un ulcère.









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

(Tommy) Down to the market  763064237  :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
Harvey Hartwell
Harvey Hartwell
le retour au bercail
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (01.02.86)
SURNOM : Hart'
STATUT : C'est à partir de toi, Terrence, que j'ai dit oui au monde...
MÉTIER : Vigile au Confidential Club
LOGEMENT : Fortitude Valley #4 James Street
(Tommy) Down to the market  Tumblr_o9v2hyqtve1rsv47uo4_500
POSTS : 3706 POINTS : 455

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ♦ Harvey est revenu en Février 2019 à Brisbane, après avoir passé 10 ans à Dublin, en Irlande, pour des études d’ingénierie en mathématiques appliquées ♦ Son visa d'études lui a été retiré, avant qu'il n'obtienne son doctorat, à cause de participation à des combats illégaux ♦ Taciturne et solitaire, c'est un garçon renfermé, plongé dans les cauchemars du passé ♦ Il a peur de l'attachement ♦ Il pense tout le temps à son petit-frère, culpabilise énormément de l'avoir abandonné ♦ Il fume TROP ♦ Il boit et se réfugie dans l'alcool ♦ Il fait de la moto
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(Tommy) Down to the market  1564513875-tete
OLIWELL
I feel safe when you're holding me near, Love the way that you conquer your fear, You know hearts don't break around here.
Terrence - Univers Alternatif
Terrence#4
Terrence #5 (Pride)
Terrence#6

(Tommy) Down to the market  1564513875-lolo
Hartwell Fam
I always think about you and how we don't speak enough
Lonnie#3


15/8
TommyKyteAlfie#3FBLeneRoseScarRomyPhoenixJustin


(Tommy) Down to the market  Source
DIMENSION SPATIALE
EXTRATERRESTRIAL


RPs EN ATTENTE :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nyqw25fOe61tho95mo5_250
• Ariel et Terrence • Gabriel L (FB) • Ezra

RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ol0db1jj4K1tu0c8uo2_540
Terrence#1 | #2 | #3
Lonnie#1 | #2
Alfie#1 | #2
Primrose #1|#2
Juliana#fb | #1
Sid#1 | #2 | #3
TadPaolaArchie & DouglasGarettKaneTimAudenLeahLeonardoCaïn




RP ABANDONNES
Garett#2AloisLubya

PSEUDO : MJB
AVATAR : Garrett Hedlund
CRÉDITS : ava > native route - gifs > tumblr
DC : Abel, le sale gosse et Aodhan, le papa poète
INSCRIT LE : 08/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23630-harvey-hartwell-chained-to-the-past http://www.30yearsstillyoung.com/t23678-harvey-hartwell-chains-keep-us-together-running-in-the-shadow http://www.30yearsstillyoung.com/t23779-harvey-hartwell

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptySam 26 Oct - 11:09



→ Installés à l’intérieur du petit café cosy, nos courses déposées à nos pieds tandis que nos consommations nous sont apportées assez rapidement, Tommy et moi faisons un peu le point sur nos deux vies vécues parallèlement ces quinze dernières années. La sienne a été plutôt bien remplie, à en voir la jolie petite Moïra qui s’extasie devant une montagne de pancakes qu’elle badigeonne généreusement de sirop d’érable. Un enfant, ce n’est pas rien et ça change énormément de choses dans une vie, et même si je ne peux qu’imaginer les responsabilités que cela représente (et je dois être bien loin du compte), je suppose que la vie de Tommy est plus qu’active désormais. Une femme, un enfant, peut-être des projets pour agrandir la famille, qui sait ? Je suis ravi de constater qu’il a trouvé une stabilité et j’espère que cette dernière lui apporte tout le bonheur qu’il mérite. Car ça n’a jamais été un mauvais gars, Tommy, et il n’a jamais traîné dans les histoires, restant à l’écart du trafic et des pétards – et s’il en a fumé quelques-uns, peut-être, cela n’a pas été source de drames.  L’unique chose qu’on aurait pu lui reprocher, c’était cet air un peu triste qu’il arbore bien trop souvent. Et ce dernier disparaît lorsque son regard émerveillé se pose sur sa petite fille, ce qui me fait doucement sourire. C’est touchant, émouvant aussi. L’amour paternel, je le découvre à travers ses traits et son attitude envers Moïra car je n’ai connu que le mépris et les coups pour ma part. Je fais une petite moue dubitative quant au fait que la gamine arrive à finir la montagne de pancakes posée devant elle. Je pense surtout que nous sommes les futurs cobayes qui devrons terminer ce festin provoquée par un excès de gourmandise soudain à l’approche du déjeuner. Bon après tout, je ne vais pas m’en plaindre car manger m’est toujours plaisant, et les pancakes, détrempés de sirop, ont l’air délicieux. Les confidences s’enchaînent et c’est assez étrange de se retrouver devant un ancien ami à qui il manque une grosse partie de l’histoire. Tu n’imagineras jamais tout ce que j’ai pu vivre, Tommy et je vais prendre ces lacunes pour des avantages en omettant tout ce qui me rend honteux. Tu ne m’en voudras pas, hein ? J’évoque Lonnie, évidemment car si je suis revenu ici c’est aussi pour tenter d’arranger les choses, et si jusqu’à présent j’échoue lamentablement, je ne suis pas encore résigné à abandonner. J’ignore juste comment m’y prendre, je ne suis pas doué pour les relations familiales. Mais faut croire que c’est de famille, et sur le sujet, Tommy peut tout à fait me comprendre. J’ai le souvenir de parents un peu trop stricts et exigeants, et d’une fratrie assez disparate. Je n’ai pas connu Marius ou Beth, mais j’en ai entendu parler principalement de la bouche de Scarlett d’ailleurs. – Qu’est-ce qu’il devient ? C’est pas lui qui voulait rentrer dans la police ? J’hoche la tête pour confirmer. Si, c’est bien lui, Lonnie. A mon plus grand désespoir, il a réussi à mener à bien son projet puisque la dernière fois que je l’ai croisé, c’était dans les locaux du commissariat. Je ne peux pas masquer le triste soupire qui passe outre la barrière de mes lèvres et je lève les yeux au ciel en avouant – Et il a réussi, apparemment. Mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’en discuter davantage avec lui. J’sais juste qu’il y bosse. Je porte mon café brûlant aux lèvres en haussant les épaules, un peu fatalement. Si c’est ce qu’il aime, après tout, on se fiche de mon avis n’est-ce pas ? Peut-être que détester les flics n’est qu’un relent de mes années adolescentes après tout, une sorte de douce réminiscence rebelle qui en ferait rire plus d’un désormais. Un peu stupide, un peu fébrile aussi. La peur de l’autorité est toujours bien présente, quoiqu’il en soit, et elle ne s’en ira pas comme ça. J’évoque alors mon job actuel, sans dévoiler réellement mon activité. Je suis le gorille qui sillonne les salles du Confidential Club, à l’attitude revêche pour dissuader les clients de se montrer trop envahissants ou trop peu corrects avec les employés. C’est un travail d’analyse en réalité, une sorte d’étude sociologique sur les bas-fonds de l’humanité, où j’étudie l’être humain et ses travers avant de déterminer la limite à ne pas franchir. La liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence, clairement. Je me base là-dessus, sur les sourires feints et les gestes qui marquent le renoncement, l’évitement, la gêne et l’embarras. Je ne compte plus le nombre de fois où je demande concrètement ‘Ce Monsieur vous embête, mademoiselle ?’ en gardant une distance respectueuse et professionnelle qui impressionne de par sa rigidité et son manque d’affectif. C’est lorsque le doute est encore présent, lorsque les signes ne sont pas évidents, lorsque j’ai besoin d’une confirmation pour agir. D’autres fois, je ne demande pas et j’agis, car je sais. Certains clients vont trop loin, beaucoup trop loin. – On recrute toujours là où je bosse, si jamais. Sa proposition, bien que généreuse, me désintéresse. Décharger des paquebots ou éviter des drames ? Bien que mon job me laisse une piètre vision de l’humanité en général, je n’ai pas envie de le quitter… Pas pour l’instant. Je suis attaché à mes collègues, attaché aux filles qui ont besoin d’être protégées et rassurées. J’ose croire, un peu égoïstement, que j’arrive à leur insuffler un peu de courage, à apaiser un peu leurs cœurs meurtris de par ma seule présence. C’est peut-être un peu prétentieux de ma part, et pourtant lorsque la minuscule Aisling arrive et qu’elle balance son petit poing contre le mien, je la sens contente de me voir travailler le soir. Lorsque Terrence vient fumer sa clope à une distance respectable et que derrière la rangée de boucles éparses sur son front, je perçois son regard émeraude lumineux et plein d’espoir, j’ai l’impression de compter et d’avoir de l’importance. C’est peut-être rien, mais c’est un peu. Et un peu, ça fait toute la différence. Je m’extirpe de mes pensées et réponds simplement un  - J’y penserai, et je te passerai un coup d’fil au besoin. Y pensant, je cherche à tâtons mon téléphone dans les poches de ma veste. – D’ailleurs, je te file mon numéro si tu veux… Si t’as envie de ressasser le bon vieux temps à nouveau ou… On n’sait jamais. Si t’as envie d’un pauvre con dans ta vie, Tommy, appelle-moi. Si t’as rien d’autre à foutre que de passer du temps en compagnie d’un mec anéanti par les années, appelle-moi Tommy. J’suis pitoyable, putain. Alors, j’oriente la conversation vers Scarlett, la petite dernière de la fratrie Warren, et c’est un doux sourire qui flotte sur mes lèvres à son souvenir. – Toujours par ici et toujours fidèle à elle-même, au grand désespoir de nos parents. Je suis assez surpris qu’elle n’ait jamais mis les voiles, mais bon… Je ne vais pas m’en plaindre, ça me fait plaisir de l’avoir de nouveau à côté. La famille a toujours eu une importance capitale pour la pétillante Scar elle que je la connais. Elle a toujours beaucoup d’amour à donner, surtout pour toi Tommy… Je ne suis pas si surpris de la savoir encore ici, à veiller et je l’imagine inchangée. Ça me ferait du bien de la retrouver, Scarlett… Moïra intervient alors, en disant que son père serait perdu sans sa sœur et je suis plutôt de son avis. Scar et Tommy. Tommy et Scar. Le duo solide de la famille Warren, le duo à l’écart, un peu marginal, soudés envers et contre tous. – Elle bosse dans un café de Logan City. Un truc un peu fancy qui fait aussi bar à vin. J’arque les sourcils, le regard illuminé à l’idée de pouvoir retrouver la cadette à mon tour. – T’as le nom du bar en tête ? J’y ferais bien un tour, histoire de la surprendre. J’aimerais bien voir ce qu’elle devient, Scar. Juste pour me rappeler d’un temps où j’avais encore un peu d’espoir qui coulait dans mes veines, un peu d’envie aussi… Avant que tout s’effondre. J’écarte mes pensées amères et demande, alors – T’habites où du coup ? Dans quel quartier ? Je ne sais pas pourquoi je l’imagine à Spring Hill, ou à Toowong, dans une belle baraque entouré de sa fille et de sa femme. La vérité est peut-être toute autre, mais ça me plait de l’imaginer ainsi. Dis-moi, Tommy, que t’as tout réussi. Dis-moi que cet air triste que tu portes sur toi n’est pas le reflet d’une vie ratée.







Sweet creature Wherever I go, you bring me home
(Tommy) Down to the market  2390413160
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Tommy Warren
Tommy Warren
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire, la crise d'ado s'annonce mémorable
MÉTIER : docker sur le port commercial de redcliffe, ancien barman au mctavish (2016-2018)
LOGEMENT : #45 hughton avenue (redcliffe), avec sa fille de 10 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)
(Tommy) Down to the market  Tumblr_ohd387BCQH1u7gnm9o1_500
POSTS : 3429 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : incarcéré de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 10 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie pendant son expatriation ☆ ancien fumeur, zéro clope depuis début 2019 ☆ porte son alliance autour du cou ☆ addiction déraisonnable aux sodas ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker) ☆ dyslexique ☆ niveau -112 de la confiance en lui
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : emma ☆ norah #2 ☆ oakleyscarlett #4marius #3dimitriharveylene #5 (08/08)

(Tommy) Down to the market  Tumblr_otly7idxZz1r5n0h0o2_250

RPs EN ATTENTE : eva #3 ☆ juliana
RPs TERMINÉS :
(Tommy) Down to the market  Tumblr_nb1m495h7L1st5z40o7_r1_250
guilt kicks in and I start to see the edge of the bed where your nightgown used to be. I told myself I won't miss you, but I remembered what it feels like beside you. I really miss your hair in my face and the way your innocence tastes.

2019norah #1 2018marius #2scarlett #3jilllene #4matt #2ginny #1elora #1marius #1matt #1eva #2lene #3liviana #3 2017jamesloanliviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2blackout d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebeccaeliemilena #1

(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho3_r1_540
(Tommy) Down to the market  Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho4_r1_540
PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : chris evans
CRÉDITS : avatar@rogers. & sign@evansensations & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t5613- http://www.30yearsstillyoung.com/t5701- http://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  EmptyLun 11 Nov - 16:25



Il y avait quelque chose de presque shakespearien dans la tournure prise par les Hartwell au fil des décennies. Le drame familial insidieux et dont Tommy ne connaissait que la surface, le superficiel, les choix pas toujours raisonnables de l’aîné et ceux plus terre à terre du cadet, la destruction latente pour l’un et le besoin irrépressible de justice pour l’autre … Tout ou presque rappelait ces tragédies intemporelles se répétant inlassablement sur une même trame, avec comme seul suspens l’issue plus ou moins malheureuse des protagonistes. Etait-elle toujours au cœur de la vie d’Harvey, la tragédie Hartwell, ou bien avait-il su passer à un autre stade de sa vie, un autre chapitre moins sombre et moins lourd ? Parce qu’ils ne s’étaient pas vus depuis des siècles et parce qu’il y avait d’autres tragédies sur lesquelles Tommy le premier refusait de s’épancher, gratter pour obtenir des réponses à ses questionnements n’était pas une option que le brun envisageait un instant, et lorsqu’Harvey avait répondu « Et il a réussi, apparemment. Mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’en discuter davantage avec lui. J’sais juste qu’il y bosse. » à propos de son petit frère, le Warren s’était contenté d’acquiescer d’un signe de tête sans réclamer après plus de détails. Soit les retrouvailles entre les deux Hartwell tardaient parce que l’un d’eux n’était de retour que depuis peu de temps, soit l’eau n’avait pas totalement fini de couler sous les ponts et dans un cas comme dans l’autre, ce n’était pas les affaires de Tommy, qui avait déjà ses propres drames familiaux à gérer en la personne de Marius. Ce dernier semblait pourtant avoir mis de l’eau dans son vin ces derniers mois, leur dernière esclandre remontant au Noël précédent lorsque le changement d’emploi de Tommy avait à tort été raccourci en licenciement – parce qu’il était bien évident que la brebis galeuse de la famille ne pouvait pas changer de boulot pour une autre raison que celle d’avoir perdu le premier. Pour autant, malgré les récentes tentatives de son aîné pour apaiser la situation le brun continuait de se méfier, et de ne voir dans les manœuvres de son frère que la possibilité d’un piège dans lequel il se refusait à tomber en sachant que ce qu’il avait à perdre tenait en un seul mot : Moïra. Quant à son emploi actuel, s’il n’était pas au goût du reste des Warren, Tommy lui s’en satisfaisait pleinement, ravi de pouvoir s’en tenir au minimum d’interactions sociales après plusieurs années à jouer les psychologues de comptoir. Pour autant, il ne tenait pas rigueur à Harvey de ne sembler que moyennement emballé au moment de répondre « J’y penserai, et je te passerai un coup d’fil au besoin. » sans doute par pure politesse. On ne quittait pas un job d’appoint pour un autre, et Tommy s’en contentait uniquement parce qu’il ne pouvait pas espérer mieux, et que n’importe quel boulot valait mieux que pas de boulot du tout. « D’ailleurs, je te file mon numéro si tu veux … » avait néanmoins repris Hartwell, sortant son téléphone portable de l’une des poches de sa veste pour le lui tendre après avoir rapidement pianoté dessus « Si t’as envie de ressasser le bon vieux temps à nouveau ou … On n’sait jamais. » S’en saisissant, Tommy avait acquiescé d’un signe de tête et rentré son numéro dans le répertoire téléphonique après avoir répondu « A l’occasion oui, pourquoi pas. Moïra est assez grande pour se garder toute seule quelques heures maintenant, uh ? » Levant le nez de ses pancakes, du sirop d’érable sur le bout du nez, la fillette avait fait un oui enthousiaste de la tête, avec toujours cette impression de se prendre pour une grande personne dès que son père la jugeait suffisamment âgée pour faire quelque chose seule. Rendant son mobile à Harvey, il laissait à ce dernier le soin de lui envoyer un message quand il y penserait pour qu’il récupère à son tour son numéro. Pour l’heure le blond avait embrayé sur Scarlett, visiblement curieux de savoir si la benjamine des Warren était toujours dans le paysage ou non ; Et elle l’était, à la grande surprise probablement de tous ceux qui la connaissaient. « T’as le nom du bar en tête ? » lui avait alors demandé Harvey « J’y ferais bien un tour, histoire de la surprendre. » et parce que le nom du bar en question lui rappelait cette vieille plaque accrochée au mur de son bar de prédilection à Kenora, celui qu’il fréquentait habituellement avec ses collègues de la scierie fut un temps, Tommy n’avait pas eu besoin de réfléchir pour répondre « Le Death Before Decaf. C’est pas très loin de là où vivent mes parents, j’sais pas si tu te rappelles ? Y’avait un dépôt-ventes d’articles de cyclisme à cet endroit-là à une époque. » Une lointaine époque, celle où ils n’étaient encore que des adolescents – autant dire il y avait mille ans ou presque. « Mais je tiendrai ma langue sur le fait de t’avoir croisé du coup, histoire que la surprise soit totale. » Et connaissant Scarlett et son exubérance naturelle, mieux valait pour Harvey qu’il se prépare à un accueil en fanfare de la part de baby Warren, déjà pas la dernière pour donner de la voix lorsque la surprise était moindre. « T’habites où du coup ? Dans quel quartier ? » Prenant le temps d’une ou deux nouvelles gorgées de café, avec toujours cette sensation de satisfaction intense que lui procurait la caféine et qui compensait presque celle qu’il n’obtenait plus maintenant qu’il avait arrêté le tabac, Tommy avait repris « Redcliffe. Pas très loin du War Memorial. » en prenant bien soin de donner un point de repère qui « ait de la gueule » quand il aurait tout aussi bien pu donner le skate park du quartier – beaucoup moins bien fréquenté que celui de Logan City sur lequel il avait passé des après-midi de vacances entières durant son enfance. « On se sent un peu à l’étroit dans un appartement, après avoir vécu dix ans en bordure de forêt, mais Logan City est vraiment trop loin de tout … Et bon, je n’ai pas de voiture, alors c’était pas l’idéal. » Sans compter que Logan City – ou pire, Bayside – n’étaient absolument pas dans ses moyens. Il avait donc fallu se résoudre à troquer l’excès de verdure contre un peu plus de béton, le tout sans que le prix du loyer ne nécessite de les nourrir exclusivement de raviolis Moïra et lui. « Et toi, t’as atterri dans quel coin ? Tu vis seul ? » La seconde question était peut-être de trop, sans doute même puisque Tommy s’était maudit intérieurement de l’avoir posée la seconde qui avait suivi.









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

(Tommy) Down to the market  763064237  :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(Tommy) Down to the market  Empty
Message(#) Sujet: Re: (Tommy) Down to the market (Tommy) Down to the market  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(Tommy) Down to the market

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: west end markets
-