AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Won't you please let me back in your heart ஐ Primko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Primrose Anderson
la ruée vers l'or
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (25/07)
SURNOM : Poppy et Primousse
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Etudiante en droit et strip-teaseuse
LOGEMENT : #55 Fortitude Valley
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_ovkhckauaX1r3oqizo1_500
POSTS : 1290 POINTS : 4470

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Amoureuse du luxe ஐ Prête à trahir les siens pour de l'argent ஐ Toujours dans la merde ஐ Vend des stups à ses camarades d'université ஐ Fait des extras au club de striptease pour gagner plus ஐ Cherche à renouer avec sa famille ஐ Se sent coupable après coup lorsqu'elle fait quelque chose de stupide
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13/10) Itziar #1Alex #1Camil #1Yoko #3Caleb & Romy #2Romy & Joey #1Caleb & Romy #1Clément #4Yoko #4Abel #3Amélia #1Caleb #2John #1Oliver #1

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Giphy
In our family portrait, we look pretty happy

RPs TERMINÉS : Asher #1Joseph #1Clément #1Yoko #1Joey #1Raelyn #1Harvey #1Yoko #2Clément #2Harvey #2Clément & Yoko #1Abel #1Clément #3Charlie #1Abel #2Raelyn #2
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Natalia Dyer
CRÉDITS : Bazzart
DC : Juliana Rhodes
INSCRIT LE : 27/12/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22778-double-dealing-primrose-alias-poppy http://www.30yearsstillyoung.com/t22826-double-dealing-primrose-alias-poppy#926785 http://www.30yearsstillyoung.com/t22823-primrose-anderson http://www.30yearsstillyoung.com/t22825-primrose-anderson#926770

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyLun 3 Juin - 23:00




 
Yoko & Primrose

Won't you please let me back in your heart
Quatre interminables semaines. C’est le temps qui s’est écoulé depuis que j’ai planté ma meilleure amie dans ce couloir, incapable de faire face à mes propres erreurs et incapable d’affronter la déception que je lisais dans son regard. J’ai l’impression que le temps s’écoule désormais au ralenti, tous les jours, je regarde mon téléphone en guettant un signe de la part de Yoko, et tous les soirs je vais me coucher avec cette boule d’angoisse devant le silence qu’elle m’impose et que je devrais sans doute être la première à briser. Clément me l’avait dit, je n’aurais pas dû attendre avant de revenir vers elle, j’ai tardé et plus j’attends, plus faire le premier pas me parait difficile, voire même impossible. Pourtant, elle me manque tellement, je ressens son absence tous les jours, à n’importe quel moment de la journée, quand j’entends une musique, quand je vois passer une phrase drôle sur Facebook, quand un T-shirt original attire mon attention ou lorsqu’une soirée est organisée à la fac. Tout me ramène inexorablement à elle, j’ai l’impression d’être en train de vivre une douloureuse déception amoureuse et ça n’a absolument rien à voir avec le rejet de Clément qui est, à l’heure actuelle, bien moins important que ces années d’amitié que je viens de briser. Pourtant, c’est vrai, lui aussi contribue à mon désarroi de ces derniers jours car outre mes espoirs – que je savais vains – envolés, c’est aussi un ami dont je m’étais énormément rapprochée que j’ai perdu. En l’espace de seulement quatre petites semaines, ça fait beaucoup et si je sais que je peux faire une croix sur la relation que j’entretenais avec Clément, faute de voir les choses de la même façon que lui, je sais que ce n’est pas le cas pour Yoko. J’ai blessé ma meilleure amie, je me sens monstrueuse, affreusement coupable et la dernière des idiotes, mais je ne peux pas rester dans le silence éternellement.

J’ai fini par rassembler ce qui me restait de courage pour la recontacter et elle m’a répondu, mon cœur a failli lâcher quand je l’ai vue apparaitre sur mon écran. Ma pétillante Yoko ne m’avait donc pas totalement oubliée et même si ses messages ne me permettaient pas de connaitre précisément son état d’esprit, elle voulait me voir et c’était tout ce qui importait. J’ai des tonnes de choses à lui dire, des excuses à lui présenter, bien sûr, mais aussi beaucoup trop de nouvelles à lui donner et à prendre. Je crois que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas eu ne serait-ce qu’une journée sans nouvelles et j’ai l’impression d’avoir loupé des tas de choses. Je ne sais pas comment on fait pour trouver toujours des choses à se dire, et pourtant, on y arrive, même si c’est pour se moquer du menu du restaurant universitaire, se plaindre que la prochaine soirée qui nous intéresse tombe la veille d’un examen important alors qu’on sait l’une et l’autre qu’on ira quand même, ou s’envoyer des blagues et autres devinettes du niveau intellectuel d’un enfant de sept ans. Durant ces quatre semaines d’absence, j’ai eu maintes et maintes occasions de remonter la conversation pour me remémorer avec nostalgie les conversations loufoques que nous avions eues, du fameux horrible rencard que je lui avais imposée, en passant par une photo de ma joue en gros plan parce que j’étais persuadée qu’un bouton était en train d’apparaitre, en passant par une avalanche de citations sorties tout droit de Love Actually. Je crois que même ce fichu film me manque, mais sans Yoko, il n’aurait plus aucun intérêt à mes yeux. J’ai besoin d’elle dans ma vie, elle n’a pas le droit d’en sortir.

Nous nous sommes donné rendez-vous au Starbucks, je suis arrivée avec quasiment une heure d’avance et j’ai déjà englouti deux [i]espresso macchiato[/u] qui me restent sur l’estomac. Ça ne m’a évidemment pas empêché d’en commander un troisième et, l’heure du rendez-vous approchant, je me suis également permise de commander un thé glacé pour ma meilleure amie, bien décidée à lui prouver que rien a vraiment changé entre nous, que je la connais toujours aussi bien et que nous pouvons redevenir les mêmes qu’avant. Je passe et repasse dans ma tête tout ce que je vais lui dire, comment je vais pouvoir la convaincre de m’accorder une deuxième chance et de sauver notre amitié. Je suis angoissée, j’ai les mains moites, j’ai chaud alors qu’il fait plutôt frais, et à plusieurs reprises, je suis obligée d’essuyer mes paumes sur le tissu de ma jupe. Cette attitude ne me ressemble pas, d’habitude, entre Yoko et moi, il n’y a pas de gêne, jamais de malaise, juste de la transparence et une amitié réelle, sans faux-semblant. Si on en est là aujourd’hui, c’est entièrement de ma faute. Lorsqu’elle fait son apparition, j’ai l’impression que mon cœur va s’arrêter de battre mais je parviens quand même à esquisser un geste de la main dans sa direction pour qu’elle m’aperçoive et vienne prendre place à ma table. Je reste muette pendant qu’elle s’installe, ayant tout oublié des beaux discours que j’ai pourtant si bien préparés. « Salut. » J’amorce, en poussant sa boisson vers elle, sans en préciser le contenu qu’elle connait de toute façon parfaitement bien. « C’est gentil d’avoir accepté de me voir. » C’est horrible, j’ai l’impression que Yoko est en train de me rendre visite alors que je viens d’être incarcérée, je déteste ce sentiment de culpabilité qui refuse de me lâcher. « Tu vas bien ? » Ce n’était pas du tout comme ça que ça aurait dû se passer, j’aurais dû me lancer immédiatement dans un grand discours inspiré destiné à restaurer la confiance que nous nous portions mutuellement et que j’ai bêtement perdue, mais pour le moment, c’est tout ce dont je suis capable.

Code by Fremione.






Life is a playground
You have to make the right choice. As long as you don't choose, everything remains possible.

Revenir en haut Aller en bas
Yoko Lee
la multi-tâches
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-et-un ans (née un 26 août 1997) mais personne lui donne la majorité ce qui lui permet de gratter les réductions au ciné.
SURNOM : yoyo; mulan — appelée comme ça par 95% des gens et les 5% restants ne l'appellent pas.
STATUT : célibataire — préfère s'encombrer de la solitude que de problèmes amoureux.
MÉTIER : étudiante en littérature à l'Université de Queensland — danseuse à la Northlight Theater Company depuis juillet 2016 et serveuse au DBD depuis mars 2019 (meuf multi-fonction)
LOGEMENT : #66 Fortitude Valley — c'est la voisine qui passe son temps à sonner aux portes parce qu'elle a plus de papier toilette.
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_inline_oezdtl1ZqN1t6da4c_400
POSTS : 711 POINTS : 1660

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : adore spoiler les gens pour les énerver ✕ a collé un chewing-gum sur le siège de son voisin de cours l'année dernière parce qu'il l'appelait chin ching chong h24 ✕ court tous les dimanches pour entretenir son souffle ✕ déteste les bonbons à la réglisse ✕ a un élastique porte-bonheur qu'elle met à chaque représentation ✕ voudrait devenir blonde ✕ préfère mourir que devoir toucher un insecte ✕ a raté trois fois le permis australien ✕ a pour code pin 0000 parce qu'elle l'oublie tout le temps sinon ✕
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo5_400
☞☜
if you think nobody cares if you’re alive, try missing a couple of car payments.

2 0 1 9 ▬ zeldaerínasherneptuneléojohnaméliaprimrose #4dawntimothyheïanaclément #4

2 0 1 8 ▬ primrose #3

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko 1560369563-anigif3
☞☜
y o d a

RPs EN ATTENTE :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo6_400

not all girls are made of sugar and spice and everything nice. some girls are made of sarcasm, wind, and everything fine.

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo4_400

RPs TERMINÉS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo2_400

2 0 1 9 ▬ clem/primclément #3

2 0 1 8 ▬ primrose #2charlie

2 0 1 7 ▬ primrose #1

2 0 1 6 ▬ clément #1clément #2
PSEUDO : lizzie
AVATAR : jennie kim — BLΛƆKPIИK
CRÉDITS : AVATAR PAR JESS LA + C0oOL M3€RCIïiÎ L3 s@àAânG ♡
DC : plutôt marvel
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23108-y-o-k-o-emotionally-stable-as-a-fxxxing-ikea-table http://www.30yearsstillyoung.com/t23149-y-o-k-o-life-s-great-without-it-you-d-be-dead http://www.30yearsstillyoung.com/t23152-yoko-lee http://www.30yearsstillyoung.com/t23153-yoko-lee

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyMar 4 Juin - 12:12



PRIMROSE & YOKO I'm not upset that you lied to me, I'm upset that from now on I can't believe you.

juin 2019
Un mois, quatre semaines, trente jours — des milliers d’heures dans le temps qui séparent Yoko de celle qu’elle considère comme sa sœur ; et c’est long, très long — trop long. Il y a dans cet espace temporel une déformation fictive de l’écoulement du temps. La petite nippone a le sentiment douloureux de ne pas avoir vu sa meilleure amie depuis des années (un siècle presque !) et si les cours à l’Université ont le don de passer lentement, elle réalise que ce n’est rien comparé à l’absence de Primrose dans sa vie — sa vie qui a l’heure actuelle n’est qu’un brouillard intense où perce difficilement la lumière du soleil et ses rayons chaleureux. Tout est vide, fade, sans couleur quand Primrose n’est pas présente ; il n’y a plus les mêmes rires, plus les mêmes souvenirs. C’est si triste et ennuyant que pendant un instant, Yoko s’est résignée à envoyer le premier message — mais cela n’a pas duré, fugace moment. La colère, la déception, toutes ces émotions au ton rouge ont remplacé les peintures pastel de leur amitié ; oh ! comme elle est blessée, d’avoir eu le ressenti violent d’être mise de côté. Les images de leur dernière rencontre dans les coulisses de cette compagnie qu’elle aime tant défilent constamment dans son esprit, polluant ses rêves d’un liquide noir, tel le pétrole se déversant dans la mer. Pourquoi ça fait si mal ? — maladroite dans ses relations, peinant à comprendre qu’il existe bien de réelles amitiés qui ne sont pas vouées à l’échec, Yoko est totalement perdue. Perfidement, la petite voix dans ses pensées lui murmure qu’elle aurait dû s’en douter ; c’est comme en Corée. Les autres lui font des sourires, des compliments mais rien n’est destiné à rester pour toujours — pourtant, tout devait être différent avec Primrose. Le plan était qu’elles se disent tout, de l’aveu le plus futile au secret le mieux enfoui ; tout partager, ne rien cacher, pour pouvoir mettre de côté le masque des bienséances et des faussetés. Alors, pourquoi ne lui a-t-elle pas dit qu’elle crushait bêtement sur Clément ? Yoko claque sa langue contre son palais à cette réflexion et resserre l’emprise de sa main sur son téléphone tout en continuant sa marche vers le Starbucks, lieu de rendez-vous fixé la veille — et à quelques mètres de l’arrivée, elle s’arrête brusquement (elle peut se le permettre, elle est en avance pour la première fois de sa vie probablement !) ; la peur, incisive et terrifiante, lui saisit le cœur et l’empêche de respirer. Son rythme cardiaque s’accélère et elle laisse échapper une légère expiration, comme pour se donner vaillamment du courage et tenter de calmer son souffle devenu erratique en une fraction de seconde. C’est étrange, non ? C’est Primrose, elle ne devrait pas s’inquiéter — elle ne s’est jamais inquiétée de la moindre discussion entre elles ; mais aujourd’hui, tout est différent. Elle sait qu’il n’y aura pas de simple partage des derniers ragots ou des plans sur la comète pour leur prochain voyage à deux. Aujourd’hui, elle va devoir affronter celle qu’elle fuit depuis des semaines ; car la jolie nippone a fui, complètement. Pas de message, pas de contact — aucune prise de nouvelle, preuve de sa colère et (peut-être) d’une certaine fierté très certainement mal placée. Yoko s’est douloureusement vexée, amèrement froissée ; alors, elle s’est tue, n’a donné aucun signe de vie mais a prié, inconsciemment, pour que Primrose fasse le premier pas et lorsque cette dernière lui a envoyé ce message, il serait mentir que de dire que Yoko n’a rien ressenti — bien au contraire ; elle a eu ce sourire fugace, ses vaguelettes dans ses iris à la lecture de ces mots de l’auteur qui lui manque terriblement. Ah ! bénie soit son éducation japonaise qui lui a permis de garder une certaine distance dans sa réponse car il n’a pas été facile de ne rien montrer, ne rien laisser paraître — alors qu’elle mourrait d’envie de tout lui dire (de s’excuser, aussi). « Mademoiselle, vous pouvez avancer ? Vous êtes devant la porte » (la jeune fille sort brutalement de ses pensées) « Ah euh— oui pardon, allez-y » ; elle se décale de quelques pas, coupe sa musique et range ses écouteurs avant de prendre une inspiration et suivre les pas du client pour pénétrer dans le Starbucks. Tout en cherchant du regard celle qu’elle pourrait reconnaître même dans une foule à un concert des One Direction, Yoko se mord la lèvre, joue nerveusement avec ses doigts et son cœur rate littéralement un battement lorsqu’elle aperçoit Primrose lui faire un geste de la main — ok, c’est maintenant. « Salut » ; c’est nul, terriblement nul. Parce que ce n’est pas comme ça d’habitude, ça ne devrait jamais être comme ça — il y a toujours des rires, des surnoms imprononçables, des interpellations bancales et douteuses, des Meuf, je t’ai pas dit où percent l’excitation et le prochain fou rire ; mais pas un vague Salut qui sonne vide et donne presque la nausée. Elle prend place sur la chaise à côté, glisse son regard chocolat sur les boissons (pour ne pas croiser celui de Primrose) et note que cette dernière lui a pris son thé glacé, celui qu’elle prend toujours même dans le pire des hivers. Sans un mot, la petite coréenne saisit le gobelet (tentative désespérée pour cacher son anxiété et cesser de détruire ses doigts) et hoche muettement la tête — elle est incapable de prononcer le mot magique, même si l’attention la touche particulièrement. Il y a dans son esprit une contradiction virulente — Primrose lui manque mais Primrose l’a trahie. Au remerciement de sa meilleure amie sur sa présence, Yoko se retient de répliquer avec amusement un Ça fera 10 dollars, comme elle l’aurait fait en temps normal pour faire rire la galerie, et seul un creux « C’est normal » traverse ses lèvres gercées. « Ça va » — beau mensonge ! car en vérité, rien ne va. Il y a trop de choses dans la vie de la jolie danseuse qui peine à trouver le sommeil (plus par manque de temps que par insomnie). Entre ses cours, la compagnie, son petit job au DBD et ses shootings qu’elle réalise de temps en temps sous la tutelle de Zelda, Yoko se noie et son corps ne va pas tarder à lui imposer de tout arrêter — tu ne voudrais pas une nouvelle blessure, Yoko ? Elle se racle la gorge, tapote légèrement les bords de son gobelet en carton et ne retourne pas la question à Primrose (ses sentiments contradictoires ne cessent de la torturer intérieurement). « J’ai— j’ai essayé de comprendre » finit-elle par dire, sans la regarder, posant ses iris sur l’extérieur et non sur son interlocutrice. Dans ses paroles jaillit une poignante sincérité, réelle et un peu enfantine ; elle a tenté vainement de se mettre à sa place mais dans toutes ses réflexions, dans toutes ses éventualités, elle n’a jamais compris pourquoi Primrose ne lui avait rien dit. « J’ai vraiment essayé mais j’ai pas réussi » (silence d’une seconde) « Pourquoi ? » — et son regard brillant se pose enfin sur Primrose.
électricité dans l'air




LEO LE LIONCEAU a écrit:
"Yoko: *surveille que personne fasse des bêtises* Le monde: *brûle* Yoko: https://media1.tenor.com/images/695eb367de9742aad8a3410b75993606/tenor.gif?itemid=13764164

✌:
 


Dernière édition par Yoko Lee le Lun 10 Juin - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Anderson
la ruée vers l'or
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (25/07)
SURNOM : Poppy et Primousse
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Etudiante en droit et strip-teaseuse
LOGEMENT : #55 Fortitude Valley
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_ovkhckauaX1r3oqizo1_500
POSTS : 1290 POINTS : 4470

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Amoureuse du luxe ஐ Prête à trahir les siens pour de l'argent ஐ Toujours dans la merde ஐ Vend des stups à ses camarades d'université ஐ Fait des extras au club de striptease pour gagner plus ஐ Cherche à renouer avec sa famille ஐ Se sent coupable après coup lorsqu'elle fait quelque chose de stupide
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13/10) Itziar #1Alex #1Camil #1Yoko #3Caleb & Romy #2Romy & Joey #1Caleb & Romy #1Clément #4Yoko #4Abel #3Amélia #1Caleb #2John #1Oliver #1

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Giphy
In our family portrait, we look pretty happy

RPs TERMINÉS : Asher #1Joseph #1Clément #1Yoko #1Joey #1Raelyn #1Harvey #1Yoko #2Clément #2Harvey #2Clément & Yoko #1Abel #1Clément #3Charlie #1Abel #2Raelyn #2
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Natalia Dyer
CRÉDITS : Bazzart
DC : Juliana Rhodes
INSCRIT LE : 27/12/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22778-double-dealing-primrose-alias-poppy http://www.30yearsstillyoung.com/t22826-double-dealing-primrose-alias-poppy#926785 http://www.30yearsstillyoung.com/t22823-primrose-anderson http://www.30yearsstillyoung.com/t22825-primrose-anderson#926770

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyMer 5 Juin - 20:10




 
Yoko & Primrose

Won't you please let me back in your heart
Le nœud qui emprisonne mon estomac se resserre encore davantage lorsque mon amie se dirige vers moi, le regard fermé et m’aborde de manière neutre, sans ce regard pétillant et ce trait d’humour qui la caractérisent. C’est horrible, je n’arrive pas à me défaire de la sensation que je l’ai perdue, que cette erreur va nous coûter notre amitié ou au moins la changer. Notre relation était parfaite, elle n’avait jamais connue un seul nuage, la confiance que je lui portais allait au-delà de tout ce que je pouvais imaginer et son amitié était sans doute que ce je possédais de plus précieux. Je m’étais promis de ne jamais la gâcher, de ne pas agir comme je le fais avec tous les jours, de ne pas saboter ce lien essentiel et que je ne pourrais avoir avec personne d’autre. C’est sans doute cruel mais j’ai toujours été plus attaché à Yoko, ma sœur de cœur, qu’à mes propres sœurs avec lesquelles je ne partage pas grand-chose. Les jours ont eu beau s’écouler, il m’est encore impossible à l’heure actuelle d’imaginer ma vie sans elle. Il n’y a qu’elle qui parvienne à me faire pleurer de rire et à m’obliger à me plier en deux tellement j’ai mal aux abdos, il n’y a qu’avec elle que je peux m’enthousiasmer pour des petites choses qui n’intéresseraient pas des personnes lambda ou encore avec elle que je peux partir dans des délires complètement décalés sur lesquels elle rebondira à son tour pour aller encore plus loin dans la folie. Quand on est toutes les deux, rien ne nous arrête, je me sens plus forte quand elle est à mes côtés, elle me donne du courage et l’envie de déplacer des montagnes parce que – même si nous ne sommes pas de grandes sentimentale – je sais qu’elle croit en moi. Quand je la regarde, tête baissée vers la table, son thé glacé entre les mains, je ne vois plus cet amour débordant et la foi indestructible qu’elle a en moi, tout ça a été remplacé par une déception intense et impossible à oublier. Je me déteste de lui avoir fait autant de mal, de lui avoir brisé le cœur, de lui avoir montré que je ne suis pas cette fille parfaite qu’elle considérait il y a encore peu de temps comme sa sœur. C’est parce que j’avais peur des sentiments que je pouvais lire en elle si je me retrouvais en face de Yoko que j’ai autant tardé à lui envoyer ce message et je me rends compte que la réalité est presque pire que mes appréhensions. Je résiste à l’envie de me lever et de m’enfuir pour ne pas avoir à affronter les conséquences de cette stupide erreur, je sais que je dois en passer par-là et qu’il va falloir que je prenne sur moi. La fuite n’est plus une option, je lui ai déjà infligé ça une fois – encore un acte pour lequel je vais sûrement devoir m’excuser – je ne peux me permettre de me laisser emporter par ma lâcheté à chaque fois que je me retrouve dans une position inconfortable. J’espère encore pouvoir sauver notre amitié et pour cela, je vais devoir affronter les problèmes que j’ai causés.

Ces fameux problèmes me rattrapent bien plus vite que je l’avais imaginé puisque notre échange de banalités s’achève, poussant mon amie à aborder enfin le sujet qui nous amène à nous retrouver aujourd’hui. Je soupire. J’hésite. Je ne sais pas vraiment par où commencer, mais après de trop longues secondes de réflexion, je finis par amorcer un semblant d’explication, ayant totalement oublié le beau discours que j’arrivais pourtant encore à me réciter quelques minutes avant l’arrivée de ma peut-être encore meilleure amie. « Je ne sais pas. » J’admets, dans un premier temps, sachant pertinemment que cette justification qui n’en est pas une ne sera pas satisfaisante. « J’ai bêtement paniqué, j’avais un peu honte, je ne voulais surtout pas qu’il l’apprenne et il me paraissait évident que son entourage ne devait surtout pas être au courant. » Craquer pour un pote de Yoko était probablement le pire truc qui pouvait m’arriver, ça me mettait dans une position affreusement inconfortable et alors que je pouvais faire le choix d’être parfaitement honnête avec elle et de lui faire confiance pour garder mes confidences secrètes, j’ai préféré prendre le chemin opposé. « Quand on en a parlé, je ne pensais pas que nous allions aborder le sujet, je ne m’y étais pas préparée, alors j’ai dit le premier truc qui me passait par la tête pour éviter d’avoir à avouer quelque chose que j’avais prévu de garder pour moi, à la base. » J’aurais dû fermer ma gueule complètement ou alors dire la vérité, choisir cette solution intermédiaire était vraiment une mauvaise idée. « Je sais que ça n’excuse rien, mais à aucun moment je n’ai pensé que cette histoire prendrait de telles proportions, Clément n’en avait rien à faire de moi, on se voyait une fois de temps en temps mais seulement pour la danse ou parce qu’on se croisait à la fac. Les choses ont un peu changé quand il s’est retrouvé à l’hôpital et à ce moment-là, je n’arrivais plus à faire marche arrière, notre conversation me paraissait trop loin et je m’étais même persuadée que tu avais oublié. » Non, en effet, cette justification n’excuse pas mon attitude, j’ai juste espéré que mon mensonge passe inaperçu et que tout se passe bien alors que je savais pertinemment que ça n’allait pas être le cas. « J’aurais dû refuser son invitation, ou t’en parler avant, j’aurais même dû tout te dire depuis le début et ne pas me comporter comme une trouillarde. » J’affirme, la voix un peu plus assurée. « Tu n’imagines même pas à quel point je regrette. » Je m’en veux tellement, j’ai gâché la plus belle relation que j’ai pu construire dans ma vie. « Tu me manques. » Je termine, baissant les yeux vers la boisson à laquelle je n’ai pas touché depuis que Yoko est arrivée. Je déteste cette conversation et je donnerais n’importe quoi pour pouvoir revenir en arrière et ne plus commettre la même erreur. J’espère qu’il n’est pas trop tard et qu’elle est encore réparable.

Code by Fremione.






Life is a playground
You have to make the right choice. As long as you don't choose, everything remains possible.

Revenir en haut Aller en bas
Yoko Lee
la multi-tâches
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-et-un ans (née un 26 août 1997) mais personne lui donne la majorité ce qui lui permet de gratter les réductions au ciné.
SURNOM : yoyo; mulan — appelée comme ça par 95% des gens et les 5% restants ne l'appellent pas.
STATUT : célibataire — préfère s'encombrer de la solitude que de problèmes amoureux.
MÉTIER : étudiante en littérature à l'Université de Queensland — danseuse à la Northlight Theater Company depuis juillet 2016 et serveuse au DBD depuis mars 2019 (meuf multi-fonction)
LOGEMENT : #66 Fortitude Valley — c'est la voisine qui passe son temps à sonner aux portes parce qu'elle a plus de papier toilette.
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_inline_oezdtl1ZqN1t6da4c_400
POSTS : 711 POINTS : 1660

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : adore spoiler les gens pour les énerver ✕ a collé un chewing-gum sur le siège de son voisin de cours l'année dernière parce qu'il l'appelait chin ching chong h24 ✕ court tous les dimanches pour entretenir son souffle ✕ déteste les bonbons à la réglisse ✕ a un élastique porte-bonheur qu'elle met à chaque représentation ✕ voudrait devenir blonde ✕ préfère mourir que devoir toucher un insecte ✕ a raté trois fois le permis australien ✕ a pour code pin 0000 parce qu'elle l'oublie tout le temps sinon ✕
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo5_400
☞☜
if you think nobody cares if you’re alive, try missing a couple of car payments.

2 0 1 9 ▬ zeldaerínasherneptuneléojohnaméliaprimrose #4dawntimothyheïanaclément #4

2 0 1 8 ▬ primrose #3

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko 1560369563-anigif3
☞☜
y o d a

RPs EN ATTENTE :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo6_400

not all girls are made of sugar and spice and everything nice. some girls are made of sarcasm, wind, and everything fine.

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo4_400

RPs TERMINÉS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo2_400

2 0 1 9 ▬ clem/primclément #3

2 0 1 8 ▬ primrose #2charlie

2 0 1 7 ▬ primrose #1

2 0 1 6 ▬ clément #1clément #2
PSEUDO : lizzie
AVATAR : jennie kim — BLΛƆKPIИK
CRÉDITS : AVATAR PAR JESS LA + C0oOL M3€RCIïiÎ L3 s@àAânG ♡
DC : plutôt marvel
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23108-y-o-k-o-emotionally-stable-as-a-fxxxing-ikea-table http://www.30yearsstillyoung.com/t23149-y-o-k-o-life-s-great-without-it-you-d-be-dead http://www.30yearsstillyoung.com/t23152-yoko-lee http://www.30yearsstillyoung.com/t23153-yoko-lee

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyLun 10 Juin - 22:04


PRIMROSE & YOKO I'm not upset that you lied to me, I'm upset that from now on I can't believe you.

juin 2019
Une vie sans Primrose, c’est une vie morose — combien de fois lui a-t-elle dit, entre deux shots ou deux cafés, pendant une soirée ou simplement un midi ? Des dizaines, des centaines de fois, avec un sourire si sincère et un regard si chaleureux qu’ils feraient fondre la plus dure des glaces, raviveraient le plus terne des feux. Yoko n’a jamais songé une seule fois à l’éventualité de ne plus avoir la pétillante jeune fille dans sa vie ; pas une seule seconde, pas un seul instant. Fille unique aux cousines absentes, la petite nippone a trouvé en Primrose la sœur que ses parents n’ont pas pu lui donner. Pourtant, cette amitié si parfaite et aux allures indestructibles semble se fissurer sous ses yeux chocolat qui peinent à ne pas se noyer dans les larmes et à cacher son émoi. Se mêlent dans ses pensées l’incompréhension, le douloureux sentiment d’être abandonnée par celle pour qui elle se serait pris une balle s’il le fallait ; c’est horrible, terrible et elle se retient violemment de quitter les lieux pour disparaître à jamais. Primrose lâche un léger soupir, hésite certainement à prendre la parole et Yoko n’aide en rien son interlocutrice ; pas de regard malicieux, pas de commentaire sarcastique sur la situation — absolument rien excepté ce cruel silence (mais ce n’est pas de sa faute !). Elle ne voit pas quoi dire, se demande même si Primrose va lui répondre et songe amèrement qu’à une absence d’explication, ça sera la fin de cette relation — elle a besoin (vitalement) de comprendre, pour pouvoir essayer par la suite de pardonner (d’oublier). Et puis, comme la goutte d’eau qui s’écrase sur une flaque, les mots de sa meilleure amie (?) traversent la pièce du Starbucks telles des ondes, créant des vagues dans le cœur de Yoko. Elle pince les lèvres alors que ses poumons appellent à recevoir de l’air et que son rythme cardiaque bat la chamade ; elle n’ose l’avouer mais elle est définitivement terrorisée. Pourtant, les paroles de Primrose sont calmes, posées et elle n’élève pas la voix ; bien au contraire, la jeune étudiante tente simplement d’expliquer sans se perdre ce qu’il s’est passé dans sa tête durant cette dernière année — la panique, la honte (un peu) et la peur que Clément l’apprenne, ce lourd secret que Yoko juge futile. Mais Yoko (ah ! petit enfant un peu naïve) n’a jamais connu ça. Elle ne sait pas ce que c’est — d’avoir un crush, ne serait-ce qu’une simple attirance physique pour un garçon (ou une fille) et n’a jamais été dans cette situation. A ses yeux, en discuter avec sa meilleure amie sonne comme une évidence, résonne presque comme une fatalité — mais il n’en est rien. Avouer son intérêt pour une personne n’est nullement une tâche aisée et les propos de Primrose commencent lentement à le lui faire réaliser — je ne m’y étais pas préparé. Elle continue, plus ouverte ; avoue son sentiment de non-réciprocité, le temps qui s’écoule et qui rend le retour en arrière impossible et cette relation naissante mais indescriptible par ce rapprochement. Lorsque Primrose termine, d’une voix plus assurée, qu’elle regrette réellement de le lui avoir caché et qu’elle lui manque, Yoko se mord la lèvre et laisse glisser son regard sur les boissons (imitant sans vraiment le réaliser son interlocutrice). C’est à elle de dire quelque chose mais tout est emmêlé dans son esprit ; elle trouve son silence cruel à présent car Primrose n’a jamais voulu la blesser — maladroite, désirant ne pas faire d’erreur et voulant taire ce secret, elle n’a simplement pas trouvé le moment, l’occasion idéale pour le lui dire. « Je… » ; sa voix se perd dans un énième silence ; elle se racle la gorge, reprend (c’est à elle de parler, à présent !) « Je pensais que tu n’avais pas confiance— en moi » ; voilà, c'est dit (elle tapote de ses doigts fins son gobelet qu’elle regarde intensément, Yoko n’étant pas de ceux qui se confient aisément). « Sur le coup, je me suis dit que je n’étais pas digne d’être ta meilleure amie— que j’avais fait quelque chose, je ne sais quoi, et que tu avais jugé que me le dire n’allait t’attirer que des emmerdes. Que je méritais pas d’être celle à qui tu te confies et que c’était bien trop risqué de m’avouer quoique ce soit, que j’étais là pour— les trucs con et pas sérieux parce que j’ai la tête de la nana pas sérieuse » ; c'est un fait, Yoko ne semble pas la plus fiable, la plus adroite mais pourtant, elle est la plus loyale (elle prend une inspiration, finit par relever les yeux vers Primrose) « Je sais que— que je peux me planter, faire des gaffes et je ne garantis pas à 300% que je n’aurais rien dit inconsciemment à Clément mais je pensais au moins avoir le droit au bénéfice du doute ? Me retrouver entre vous deux en plein rencard, c’était— » naze mais la fin de sa phrase ne se termine que dans ses pensées. « Mais j’ai peut-être à tort minimisé… tout ça » (elle fait un geste de la main, englobant dans cet ensemble le crush de Primrose pour Clément) « Parce que je ne sais pas ce que c’est— d’avoir un crush sur Clément. D’avoir un crush tout court, en fait. Et peut-être qu’en parler n’est pas aussi facile que j’le suppose, que ce n’est pas aussi… futile, je sais pas. Peut-être que je te reproche un comportement que j’aurais moi-même eu, peut-être que— bref » (elle baisse les yeux de nouveau) « T’étais— coincée » finit-elle par dire, repensant aux paroles de Primrose assurant qu’elle aurait du refuser l’invitation de Clément. Comment le faire d'une manière délicate, sans réelle justification possible ? Elle n'avait au fond pas le choix mais la jolie danseuse n'en prend conscience qu'en discutant avec elle. Un léger silence s'installe (mais au contraire des autres, ce dernier est moins lourd, trahissant plus une réflexion de chaque côté). Yoko n’a jamais été très démonstrative (sentimentalement parlant) ; pourtant, en cet instant, elle sait qu’elle ne peut pas rester sur cette note — elle ne peut pas rester sans Primrose dans sa vie, c’est évident. Personne au monde sur cette planète ne remplacera jamais cette fille dans son cœur ; cette nana rayonnante qui sait littéralement tout d’elle mais qui reste quand même. Avec ses mots, avec sa présence, avec ce rire qui balaye le moindre de ses chagrins, l’étudiante en droit est trop précieuse à ses yeux pour qu’elle mette un terme à leur si jolie amitié. « Je crois que— ça vaut plus qu’un Clément Winchester »notre amitié vaut plus qu’une dispute pour un mec, Primrose. C’est dit maladroitement car la petite nippone est bien incapable de dévoiler avec aisance tous ses sentiments sans glisser une note d'humour pour ne pas rendre le moment trop pesant mais il y a dans cette phrase la requête silencieuse d’un restons amies, j’ai trop besoin de toi.
il n'y a pas de Yoko sans Primrose




LEO LE LIONCEAU a écrit:
"Yoko: *surveille que personne fasse des bêtises* Le monde: *brûle* Yoko: https://media1.tenor.com/images/695eb367de9742aad8a3410b75993606/tenor.gif?itemid=13764164

✌:
 
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Anderson
la ruée vers l'or
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans (25/07)
SURNOM : Poppy et Primousse
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Etudiante en droit et strip-teaseuse
LOGEMENT : #55 Fortitude Valley
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_ovkhckauaX1r3oqizo1_500
POSTS : 1290 POINTS : 4470

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Amoureuse du luxe ஐ Prête à trahir les siens pour de l'argent ஐ Toujours dans la merde ஐ Vend des stups à ses camarades d'université ஐ Fait des extras au club de striptease pour gagner plus ஐ Cherche à renouer avec sa famille ஐ Se sent coupable après coup lorsqu'elle fait quelque chose de stupide
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13/10) Itziar #1Alex #1Camil #1Yoko #3Caleb & Romy #2Romy & Joey #1Caleb & Romy #1Clément #4Yoko #4Abel #3Amélia #1Caleb #2John #1Oliver #1

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Giphy
In our family portrait, we look pretty happy

RPs TERMINÉS : Asher #1Joseph #1Clément #1Yoko #1Joey #1Raelyn #1Harvey #1Yoko #2Clément #2Harvey #2Clément & Yoko #1Abel #1Clément #3Charlie #1Abel #2Raelyn #2
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Natalia Dyer
CRÉDITS : Bazzart
DC : Juliana Rhodes
INSCRIT LE : 27/12/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t22778-double-dealing-primrose-alias-poppy http://www.30yearsstillyoung.com/t22826-double-dealing-primrose-alias-poppy#926785 http://www.30yearsstillyoung.com/t22823-primrose-anderson http://www.30yearsstillyoung.com/t22825-primrose-anderson#926770

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyMar 11 Juin - 23:39



 
Yoko & Primrose

Won't you please let me back in your heart
Mon discours est décousu, insuffisant et vide de sens à mes yeux, pourtant, je ne vois pas quoi dire ou quoi faire pour l’améliorer parce qu’il contient pourtant toutes ces vérités qui auraient dû être dites il y a longtemps déjà. Lorsque je me tais enfin, c’est de nouveau le silence qui s’installe, lourd, pesant, désagréable jusqu’à ce que Yoko prenne la parole, malgré ses hésitations et ce qu’elle me surprend et me fait évidemment mal au cœur. Bien sûr que si je lui fais confiance, elle est digne d’être ma meilleure amie, c’est même moi qui suis indigne d’elle. Je secoue la tête vigoureusement de droite à gauche pour la contredire, elle a tort, complètement et totalement tort. « Bien sûr que si je te fais confiance ! » Je m’exclame, parce que pour moi il s’agit d’une évidence. Je sais que la réciproque n’est certainement plus vraie à l’heure actuelle, parce que je lui ai fait du mal et que je l’ai trahie, mais pour ma part, rien n’a changé, elle a toute ma confiance, elle n’a rien fait pour la perdre et je suis certaine qu’elle ne la perdra jamais. « T’as pas le droit de penser des trucs pareils, je sais que je peux te confier des trucs sérieux et que si j’ai besoin de toi, tu seras là. » Et elle est aussi là pour rire avec moi de sujets pas forcément drôles mais avec lesquels j’ai besoin de retrouver un peu de légèreté. Elle sait me canaliser, me remettre sur le droit chemin, me redonner le sourire et tout un tas d’autres choses pour lesquelles je lui suis infiniment reconnaissante. Je ne sais sans doute pas le lui montrer, peut-être même ne lui ai-je jamais dit, parce que je suis complètement handicapée lorsqu’il s’agit d’exprimer ses sentiments et que je ne sais de toute façon jamais trouver le bon moment. Elle est essentielle à ma vie, elle l’a toujours été, et je ne vois pas comment je pourrais me passer de sa présence à mes côtés. « Tu es la plus merveilleuse des meilleures amies de tout l’univers. » Je reprends, sûre de moi, osant enfin m’aventurer davantage dans ce que je ressens réellement pour Yoko. De toute façon, je suis en train de jouer notre amitié aujourd’hui et si je veux lui prouver à quel point je regrette, je n’ai pas le droit d’être cette cruche incapable de s’ouvrir aux autres, pas aujourd’hui en tout cas. « Tu n’imagines pas à quel point je suis fière d’être la tienne et ce que ça représente pour moi. » J’ai tellement de chance de l’avoir dans ma vie, je l’ai toujours su mais je le réalise encore plus maintenant que je suis sur le point de la perdre. Je me souviens parfaitement de la fierté immense que j’ai ressentie lorsque je l’ai vu monter sur scène et lorsque j’ai regardé la foule de spectateurs se lever pour l’applaudir. Ma meilleure amie était enfin devenue la vraie étoile qu’elle méritait d’être après tout ce qu’elle avait traversé, je n’aurais pas pu rêver mieux pour elle. Le pire, c’est que si son heure de gloire a été gâché, c’est par ma faute, parce que je me suis comportée comme une idiote et que j’ai trouvé judicieux de choisir pile ce moment-là pour la mettre face à un mensonge qui aurait pu sembler insignifiant si je ne l’avais pas laissé autant grossir avec le temps. Je comprends à quel point elle a pu être déstabilisée par la vision de Clément, main dans la main avec moi alors que ses yeux brillaient encore après son brillant passage sur scène. « Complètement nul. » Je termine sa phrase à sa place, parce qu’il est évident que ça l’était et je ne peux pas lui en vouloir de me blâmer pour ça. Je l’ai mise devant le fait accompli, je n’aurais jamais dû agir de cette façon. Je me rends compte que cette conversation ne va vraiment pas être facile et mon sentiment de culpabilité devient de plus en plus intense au fur et à mesure que le temps passe. Pourtant, je suis bien décidée à rester ici, à ne pas fuir cette fois, à lui donner autant d’explications qu’elle m’en demandera quitte à ressasser inlassablement les mêmes choses. « Je me fichais que tu fasses une gaffe, mais si je t’en avais parlé, ça aurait donné de l’importance à tout ce que je ressentais et je voulais pas que ce soit le cas. » J’explique, sans trop savoir si je suis assez claire ou même compréhensible. « Je me disais que si je n’en parlais pas, ça allait finir par disparaitre, ça aurait été tellement plus facile. » Je le pense sincèrement. Les relations de couple, les garçons, tout ça, ce n’est pas fait pour moi. J’ai toujours prétendu – à juste titre – que la vie que je menais n’était pas faite pour que j’ai quelqu’un dans ma vie. Je le pense encore à l’heure actuelle et encore plus depuis le terrible fiasco que je viens de vivre, faute de m’en être tenue à mes principes pourtant parfaitement justifiés. Je pensais sincèrement que Yoko allait continuer de me dire tout ce qu’elle me reprochait, mais finalement, elle semble se raviser et s’ouvre même à moi, rejetant presque la faute de mon erreur sur sa propre ignorance alors qu’elle n’y est absolument pour rien. « Si je suis certaine d’une chose, c’est que dans toute cette histoire, tu n’es coupable d’absolument rien. » J’affirme, pour faire taire les doutes et les questions qui semblent l’assaillir. Peut-être qu’elle n’a aucune expérience dans ce domaine, mais ça n’aurait pas dû m’empêcher de venir me confier à elle et ce n’est pas le cas, en temps normal. Je remettrais ma vie entre ses mains s’il le fallait, sans la moindre hésitation. Je n’étais pas coincée, j’ai été surtout lâche et même si je lui suis reconnaissante d’essayer de me trouver des excuses, je sais que je n’en ai pas. « Et que tous les garçons du monde. » Mais surtout Clément, c’est vrai, parce que c’est vraiment un con. J’aurais été tentée de l’ajouter si le ton de la conversation me l’avait permis mais en l’occurrence, je m’en tiens au sérieux de rigueur, attendant la moindre petite ouverture de la part de Yoko pour envoyer tout balader et redonner vie à notre duo. J’espère sincèrement qu’elle le fera.

Code by Fremione.



[/quote]



Life is a playground
You have to make the right choice. As long as you don't choose, everything remains possible.

Revenir en haut Aller en bas
Yoko Lee
la multi-tâches
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-et-un ans (née un 26 août 1997) mais personne lui donne la majorité ce qui lui permet de gratter les réductions au ciné.
SURNOM : yoyo; mulan — appelée comme ça par 95% des gens et les 5% restants ne l'appellent pas.
STATUT : célibataire — préfère s'encombrer de la solitude que de problèmes amoureux.
MÉTIER : étudiante en littérature à l'Université de Queensland — danseuse à la Northlight Theater Company depuis juillet 2016 et serveuse au DBD depuis mars 2019 (meuf multi-fonction)
LOGEMENT : #66 Fortitude Valley — c'est la voisine qui passe son temps à sonner aux portes parce qu'elle a plus de papier toilette.
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_inline_oezdtl1ZqN1t6da4c_400
POSTS : 711 POINTS : 1660

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : adore spoiler les gens pour les énerver ✕ a collé un chewing-gum sur le siège de son voisin de cours l'année dernière parce qu'il l'appelait chin ching chong h24 ✕ court tous les dimanches pour entretenir son souffle ✕ déteste les bonbons à la réglisse ✕ a un élastique porte-bonheur qu'elle met à chaque représentation ✕ voudrait devenir blonde ✕ préfère mourir que devoir toucher un insecte ✕ a raté trois fois le permis australien ✕ a pour code pin 0000 parce qu'elle l'oublie tout le temps sinon ✕
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo5_400
☞☜
if you think nobody cares if you’re alive, try missing a couple of car payments.

2 0 1 9 ▬ zeldaerínasherneptuneléojohnaméliaprimrose #4dawntimothyheïanaclément #4

2 0 1 8 ▬ primrose #3

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko 1560369563-anigif3
☞☜
y o d a

RPs EN ATTENTE :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo6_400

not all girls are made of sugar and spice and everything nice. some girls are made of sarcasm, wind, and everything fine.

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo4_400

RPs TERMINÉS :
Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Tumblr_paynblqCyL1wktp9bo2_400

2 0 1 9 ▬ clem/primclément #3

2 0 1 8 ▬ primrose #2charlie

2 0 1 7 ▬ primrose #1

2 0 1 6 ▬ clément #1clément #2
PSEUDO : lizzie
AVATAR : jennie kim — BLΛƆKPIИK
CRÉDITS : AVATAR PAR JESS LA + C0oOL M3€RCIïiÎ L3 s@àAânG ♡
DC : plutôt marvel
INSCRIT LE : 01/02/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23108-y-o-k-o-emotionally-stable-as-a-fxxxing-ikea-table http://www.30yearsstillyoung.com/t23149-y-o-k-o-life-s-great-without-it-you-d-be-dead http://www.30yearsstillyoung.com/t23152-yoko-lee http://www.30yearsstillyoung.com/t23153-yoko-lee

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko EmptyHier à 16:55



PRIMROSE & YOKO I'm not upset that you lied to me, I'm upset that from now on I can't believe you.

juin 2019
Ah, Primrose ! — qui connaît si bien Yoko qu’elle a l’attitude exacte qu’il faut. A travers ses mots, son exclamation qui semble sortir du plus profond de son être pour lui assurer qu’elle lui fait confiance, l’étudiante en droit reprend instantanément sa place dans le cœur de la petite nippone ; elle a définitivement besoin d’elle. Peut-être était-ce cela qu’il lui fallait ? La certitude inébranlable que Primrose lui fait confiance, quoi qu’il arrive. Car c’est bien de confiance dont il est question, autour de ces gobelets en carton à peine entamés pour cause de trop plein d’émotions — Yoko a peur, littéralement, de se demander constamment si Primrose lui cache quelque chose (lui ment). Pourtant, une petite voix se glisse dans son esprit pour lui murmurer que cette dernière a, certes, commis un faux pas, mais non intentionnel et qu’elle ne recommencera sûrement pas ; jamais même. C’est drôle, un peu ironique, de voir ces deux nanas incapables de s’exprimer correctement, maladroites dans leur sentiment. Elles se sont bien trouvées, au fond ! — ces deux âmes un peu bancales qui ne pensent jamais à mal. Yoko reste silencieuse face aux réponses de Primrose mais cette dernière peut aisément lire dans son regard le soulagement, l’espoir que peut-être tout rentrera dans l’ordre. Il faudra certes plusieurs jours, semaines probablement, pour que la tempête d’Avril se passe et laisse sa place aux journées hivernales mais la petite nippone est certaine que ce froid ne gèlera nullement son amitié avec Primrose. « Je… comprends— enfin, je pense » finit par dire Yoko alors que sa meilleure amie précise qu’elle s’en fichait bien qu’elle commette une gaffe mais qu’en parler rendait la chose plus réelle, plus concrète (plus angoissante au final). Elle ne saisit pas entièrement le principe, n’ayant jamais ressenti quoique ce soit pour Clément (ni pour quiconque) qu’un simple lien amical — très fort, fortement similaire à celui d’une sœur pour un frère mais jamais plus. Le jeune danseur est à ses yeux un pilier mais nullement sur le plan amoureux. Les propos de Primrose trahissent de nouveau les points communs entre les deux super nanas ; qu’avoir un crush n’est nullement facile et qu’elle espérait secrètement qu’il disparaîtrait, comme une tâche sur une chemise blanche après une lessive à 40 degrés. Elle hoche la tête et (pour la première fois depuis le début de la discussion) esquisse un sourire — un vrai sourire, pas pour la forme, pas pour faire plaisir, mais parce qu’elle est sincèrement touchée par la dernière phrase de son interlocutrice ; et que tous les garçons du monde. Son regard est brillant, parce qu’il y a ses deux vaguelettes qui pourraient se dessiner dans ses iris — pas de tristesse, pas de peine mais bien de soulagement. Soulagée car Primrose lui confirme de sa non-culpabilité, laisse une ouverture béante à la réconciliation. « Je crois que j’ai quand même— peut-être pas réagi comme il fallait » (elle se racle la gorge, laisse échapper un soupir pour se donner du courage) « T’as le droit de pas vouloir tout me dire. Surtout ce genre de trucs qui sont en fait hyper personnels et qu’on n’a pas forcément envie d’annoncer au monde entier » (elle se mord la lèvre, pose son regard sur Primrose) —  parce que Yoko n’a jamais dit à sa meilleure amie qu’elle voyait un psy ; elle aussi a bien ses secrets, sa petite part d’ombre qu’elle préfère garder à jamais. Pourquoi exiger la transparence chez les autres quand elle-même ne la donne pas ? « Je veux pas qu’on— qu’on se parle plus » (elle hésite ; c’est si compliqué de s’exprimer quand on n’en a pas l’habitude !) « C’est vraiment moins fun quand t’es pas dans ma vie » — et elle glisse un sourire, de nouveau. Et puis, c’est comme si Yoko laissait s’échapper toutes ses émotions, sans se contenir (être enfin ouverte, pour de vrai). « J’ai besoin de toi, en fait. Pour escalader les murs à minuit parce que j’ai encore oublié mes clés dans mon studio, pour se taper des fous rires pendant les révisions, pour préparer des voyages à l’autre bout du monde ou pour enchaîner les activités en septembre parce que— parce que t’es la seule à rendre ce mois moins froid » (le frère de Yoko étant décédé à cette période de l’année) « Et je peux pas t’en vouloir éternellement, j’peux pas passer le restant de mes jours à— à être en colère pour ça. Pour un mec alors qu'on s'est toujours juré de pas se prendre la tête avec eux. Et je crois que— que si je pouvais revenir à ce soir-là… » (sa phrase se meurt mais la suite est évidente ; elle aurait peut-être réagi différemment). Gênée par son discours qui lui donne l’impression de s’être littéralement livrée toute entière, Yoko porte à ses lèvres son gobelet pour boire quelques gorgées du thé glacé avant de le reposer sur la table. « C’est avec toi que j’le partage, le podium de la plus cool des meilleures amies de tout l’univers, tu sais » — sourire.
il y a des amitiés qui sont inébranlables

Spoiler:
 




LEO LE LIONCEAU a écrit:
"Yoko: *surveille que personne fasse des bêtises* Le monde: *brûle* Yoko: https://media1.tenor.com/images/695eb367de9742aad8a3410b75993606/tenor.gif?itemid=13764164

✌:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty
MessageSujet: Re: Won't you please let me back in your heart ஐ Primko   Won't you please let me back in your heart ஐ Primko Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Won't you please let me back in your heart ஐ Primko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: starbucks
-