AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 lonely men of winter ▲ kyte & jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 43 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 4 ans, amoureux des femmes depuis toujours.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_n37jscnFNH1s2yxp7
POSTS : 832 POINTS : 290

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_msgg1n26Lc1qz4rgp
ELLIE #1
Folks say Papa would beg, borrow, steal to pay his bills. Hey Momma, folks say Papa never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. Papa was a rolling stone, wherever he laid his hat was his home. And when he left, all he left us was alone.

EvaIsaacKyteBaileyRobin-HopeGabriel (fb)Gabriel (df)

RPs EN ATTENTE :
levi + auden

lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_nufeuuFOxa1sc3ygs_400


RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsher
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : gin l'artiste, matt le frat boy & ariane la piquante
INSCRIT LE : 04/03/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptyMar 11 Juin - 4:53



lonely men of winter
Kyte & Jack


Étonnement, il a entendu un bruit. Ce qui est rare, ce qu’il ne conçoit même jamais en pleine nuit. Il a entendu un craquement, il le jure, il l’entend même qui se répète encore et toujours, le bois du plancher de sa vieille maison qui possède une vie et une autre vendant la présence de quelqu’un dans la demeure. Jack était reconnu pour son sommeil profond, pour s’endormir comme une tombe à la seconde où sa tête se creusait un trou dans les oreillers. Mais pourtant à l’instant, il n’y a pas plus alerte que lui. Ses prunelles glissent vers le radioréveil qui affiche une heure plus que raisonnable, au beau milieu de la nuit certes, mais Jack s’en fiche un peu au final, que la lune soit bien haute dans le ciel, qu’il entende les insectes de la nuit crépiter sous sa fenêtre.

Y’a un coup donné, l’impression de quelqu’un qui s’est cogné sur une table basse, une bibliothèque peut-être. Aucune trace de lumière sous sa porte close, il ne voit pas de rayon, juge que la pénombre dans laquelle est plongée la demeure agit comme référent, comme explication logique et tangible sur le moment. Et plutôt que de se recroqueviller dans les draps, plutôt que de se rendormir comme il l’a fait tant de fois, il tente une approche Jack. Ne pensant pas le moins du monde qu’il pourrait s’agir de quiconque d’autre qu’Ellie, sur l’instant, il se tire du lit, s’extirpe difficilement, ses vieux os qui craquent, sa tignasse qui part dans tous les sens. Les vêtements qu’il porte pour dormir sont trois fois trop grands, il les enrobe d’un cardigan supplémentaire, parce qu’il a besoin de sa chaleur, de son confort, parce qu’il les aime ses épaisseurs, qu’il s’en fait son cocon, sa forteresse. Et ses pas le mènent hors de la chambre, dans le couloir d’abord, qui est totalement vide. Passe devant la chambre de sa fille, vide également, la salle de bain lui offrant à sa suite le même traitement. Ce n’est que lorsqu’il aboutit à la hauteur de la cuisine qu’il discerne une silhouette, de dos, qu’il l’entend grommeler aussi, un grognement qu’il reconnaitrait parmi des dizaines probablement, sans faire le moindre effort. S’appuyant dans l’embrasure de la porte, Jack le toise, il s’amuse de son retour impromptu, il saisit l’anecdote au vol sans savoir vraiment lorsqu’elle se reproduira. Parce que Kyte était un électron libre, parce que sa venue ici aujourd’hui n’était que chose commune, inopinée certes, mais répétitive. Il serait parti à l’aube, il n’avait besoin que d’un endroit où il se sentait en confiance et en sécurité pour la nuit. Grand bien lui en fasse.

« Je me disais aussi qu’il était trop tôt pour que ce soit Ellie. » qu’il laisse aller, moqueur, une fois son cousin stabilisé semblerait-il. Un fin sourire s’affiche sur le visage de Jack le temps qu’il voit l’autre se tourner à son intention, le remarquer dans l’angle. « Thé ou whisky? » et il s’active Epstein, il n’allume pas la lumière parce qu’à quoi bon s’arracher les rétines quand l’œil s’habitude à la noirceur si on en lui laisse la chance. N’attendant pas d’entendre le choix de Kyte, il s’active plutôt à dégainer les deux options, lançant la bouilloire d’un côté, s’étirant pour atteindre la tablette toute au-dessus de leurs têtes pour en descendre une bouteille un brin poussiéreuse, mais qu’il pose sur le comptoir avec une délicatesse innée. « Il doit rester des bières aussi là-dedans, du moins, je suis peut-être trop optimiste… » du menton il pointe le frigo où Kyte semble avoir jeté son dévolu, mais entre sa gamine qui boit avant l’âge sans ressentir le besoin de se justifier et la toute nouvelle bande de potes tout sauf fréquentables qu'elle fréquente justement, il doute de la quantité en réserve.



    I'm lying on the moon my dear, I'll be there soon. It's a quiet and starry place, time's we're swallowed up. In space we're here a million miles away, there's things I wish I knew. There's no thing I'd keep from you.



Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
lonely men of winter ▲ kyte & jack 7k2g
POSTS : 547 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Alex » Jack » Harvey » Robin [d.z.]

lonely men of winter ▲ kyte & jack Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Deputy Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie & Robin [1868]


▼ ▼ ▼

lonely men of winter ▲ kyte & jack Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

lonely men of winter ▲ kyte & jack Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Jaimie [5] & Gabriel » Robin [70's] » Phoenix » Joseph [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptySam 6 Juil - 1:44



lonely men of winter
Jack & Kyte
La nuit est sombre comme son cœur. Pas un rayon lunaire pour égayer son âme ou creuser un sourire sur sa face fripée. Sous son carton, Kyte tourne encore et ses vieux os craquent comme une protestation. Les muscles atrophiés de ses jambes tirent et il grogne en se massant les cuisses, mais pas assez fort pour couvrir le bruit de l’averse qui martèle le papier détrempé sous lequel il cache sa personne pas tellement plus sèche. « Et il suffit de que’ques mots, pour toucher l’cœur des marmots, pis apaiser les longs sanglots, quand votr’ vie s’barre à vau l’eau. » Qu’il chantonne, morose, entre ses dents qui claquent, pour essayer de se rapprocher un peu des anges comme le prédit Renaud. Mais la pluie tombe toujours aussi fort et à l’intérieur le passé menace de gravir le long de ses tripes pour l’accabler à son tour. « Ah nan ! J’ai des limites moué ! » Il gueule en repoussant brutalement son abri d’infortune et son cri redouble quand l’eau qui s’y amoncelait lui éclabousse la face. « Ah ! marde alors ! » Il bondit sur ses pattes, lève un poing vengeur vers le ciel orageux, menace aux quatre vents : « T’veux ma mort, c’est ça ? T’veux ma mort salaud ! Et bah tu l’auras pas ! » Un doigt d’honneur vers les cieux, une piètre excuse à la grand-mère outrée qui passait par là et déguerpit rapidement (sous la protection de son rejeton qui se prend visiblement pour un héros) et Kyte reprend sa route ; titubant au rythme d’une comptine qu’il grommelle dans sa barbe.

Il squatte un tram, s’engouffre dans un métro, se sèche sur les vieux sièges que personne ne veut plus occuper dès lors qu’il s’y est installé. Mais il y fait pas attention, Kyte, perdu dans ses pensées, bouffé par elles. Le train le recrache sur l’asphalte et il traîne sa carcasse jusqu’à un parc où il s’abrite sous les arbres, cogne dans les pierres qui veulent bien jouer avec le bout de ses godasses, regarde les gens bien au chaud derrière leur fenêtres et s’imagine les blagues qu’ils se racontent pour rigoler avec eux. Tout pour éviter les fantômes qui cherchent à s’infiltrer dans le gouffre de sa solitude. C’est sans doute cette plaie béante dans l’âme qui finit par guider ses pas vers cette ruelle qu’il connait tant. Il l’arpente, rôde, hésite. Deux ans déjà qu’il n'a pas foulé ce bitume. 25 mois à croupir dans un cachot en Chine sans que personne ne sache où il se trouve ni s’il est toujours en vie. Un purgatoire infernal qui a bien fini par le faire douter lui aussi. 768 jours qu’il a pas vu la face familière de son p’tit cousin ou sombré sur la forme rassurante de son vieux canapé. Calisse, il est même pas certain que le bougre habite encore ici ! Et puis il aurait préféré attendre de s’être remplumé un peu avant de lui présenter sa trogne. Mais les semaines passent et ces longs mois de disette ont tant détraqué son corps qu’il ne parvient pas à reprendre du poids, et c’est pas les sandwichs qu’il récupère en faisant les poubelles ou les yeux doux qui remettent du gras sur ses os !    

Il sait pas trop ce qui le pousse à franchir le portail, remonter la cour. Le besoin de retrouver quelque chose de familier, les crampes dans son estomac vide, le bien être d’une habitude illusoire. Sur le pas de la porte, il hésite… puis crochète la serrure d’un tour de poignet expert en se disant que même si c’est plus la piaule du Jackie, au moins il connait le trajet vers la cuisine, et ce même dans le noir. Fort de cet avantage, il pénètre discrètement la maison et brave fièrement l’obscurité… pour aller se cogner dans un meuble dont il ne se rappelle pas l’existence. Voyons donc ! Qu’il peste à l’intérieur en soufflant un bon coup par les narines pour apaiser la douleur. Il rend un petit coup de pied colérique pour se venger de l’attaque et continue sa progression, l’ego froissé et les mains en avant pour plus de sureté. Enfin, il entend le doux ronronnement du frigidaire, s’oriente vers sa petite lampe qui scintille dans la nuit comme un phare pour les marins. Hélas, le Graal s’avère décevant et Kyte laisse échapper un juron dépité en découvrant les étagères presque vides. Mais un sourire nostalgique fend finalement ses lèvres craquelées alors qu’il reconnait les marques de sauce et quelques incontournables signés Jack Epstein. Il plonge la main dans un bocal d’olive, s’avale un cornichon, rassemble quelques ingrédients dans ses bras avides et menace de tout lâcher sur le plancher dans un sursaut quand la voix moqueuse de son cousin le prend par surprise. « AAAH ! Tabarnak Jackie, tu pourrais prévenir avant d’surprendre ainsi les bonnes gens ! Pas croyable. Hooligan en peignoir… Moule terroriste ! » Il grommelle encore, comme dans son bon droit, ignorant éhontément le statut de sa propre intrusion nocturne. Mais Jack se fait vite pardonner en proposant de dégainer un whisky ou du thé et les membres du clochard tremblotent comme sa langue s’assèche à la promesse de ces délices qui ne manqueront pas de lui réchauffer le cœur comme le gosier.  « Bah, t’sais bien qu’j’suis pas difficile mon garçon, j’prends tout c’que t’as. » Il commente en déposant ses légumes sur le plan de travail.

Mal à l’aise sans trop savoir pourquoi, Kyte essuie ses mains sur son jean encore humide et regarde son cousin - presque un frère en somme – s’activer à l’autre bout de la pièce. Un click du bout des doigts, le ronronnement de la bouilloire, sa grande silhouette enrobée dans un tas de vêtements informe, sa belle gueule tragique et douce à la fois, ses gestes respectueux, délicats même, et cette voix qui accueille toujours sans jamais interroger. Un éclat de tendresse traverse les yeux clairs de Kyte et foudroie délicieusement son vieux cœur desséché. « Aw, viens donc là mon p’tit. » Il bêle en attirant son cousin dans une étreinte bien forte, une étreinte d’homme, pour éviter de montrer ses yeux humides. Il inspire l’émotion, broie ce bout de famille tout contre ses côtes, puis une fois qu’elle est passée s’écarte et regarde dans ces yeux comme un miroir. « C’est qu’ça fait un bail ! » Il conclut brusquement et donne une petite tape affectueuse sur sa joue, comme il faisait là-bas au Canada. Puis il s’en retourne vers ses légumes, essuie son nez humide dans son coude et son couteau aiguisé sur un torchon nonchalamment jeté en travers de son épaule. « J’vais essayer d’nous faire un p’tit que’que chose mais j’garanti pas du résultat vu la gueule qu’il tire ton frigo ! » Qu’il se dédouane, son indexe pointé vers le plafond. Puis il se détourne avec grâce et abat méticuleusement sa lame pour lacérer les tomates comme sa mélancolie. « Qu’est-ce tu racontes alors ? » Il badine sans relever le bout de son nez. « Ta môme, la vie ? »

Et il suffit de quelques mots pour toucher le coeur des marmots
Pour apaiser les longs sanglots, quand votre vie part à vau l'eau.
Pando



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 43 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 4 ans, amoureux des femmes depuis toujours.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_n37jscnFNH1s2yxp7
POSTS : 832 POINTS : 290

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_msgg1n26Lc1qz4rgp
ELLIE #1
Folks say Papa would beg, borrow, steal to pay his bills. Hey Momma, folks say Papa never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. Papa was a rolling stone, wherever he laid his hat was his home. And when he left, all he left us was alone.

EvaIsaacKyteBaileyRobin-HopeGabriel (fb)Gabriel (df)

RPs EN ATTENTE :
levi + auden

lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_nufeuuFOxa1sc3ygs_400


RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsher
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : gin l'artiste, matt le frat boy & ariane la piquante
INSCRIT LE : 04/03/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptyDim 21 Juil - 7:30



lonely men of winter
Kyte & Jack


Et il s’amuse Jack, il a un sourire de tatoué au visage, il est hilare presque, il se moque mais avec le cœur gentil, les yeux qui s’attendrissent tout seul. Appuyé dans l’embrasure de la porte, il arrive pas à faire autrement qu’à observer l’ours mal léché qui a élu domicile dans son frigo, qui s’en fait des réserves, qui se gave l’esprit et les idées avant de mettre les actions à profit pour ouvrir l’un et l’autre des pots substitués à travers les tablettes qui sont dramatiquement vides, faut l’avouer. « AAAH ! Tabarnak Jackie, tu pourrais prévenir avant d’surprendre ainsi les bonnes gens ! Pas croyable. Hooligan en peignoir… Moule terroriste ! » « Respire, j’toucherai pas à tes cornichons, tu peux les avoir tous pour toi avec les compliments de la maison. » Epstein s’éclate, il laisse aller un rire et un autre, de bon cœur, non pas qu’i les réjouit de la surprise et du grand dévoilement, autant que l’intrusion de son cousin dans son humble demeure le ravi, l’attendri presque. C’était monnaie courante, c’était ainsi depuis tant d’années. Leur complicité qui était facilement notable, et Jack qui s’enquiert le sourire aux lèvres, la réjouissance à l’œil. « Bah, t’sais bien qu’j’suis pas difficile mon garçon, j’prends tout c’que t’as. » et les légumes que Kyte étale, dont il se régale déjà. « Je vois bien ça. » et il ne dit rien Jack, parce que tout ce qui est ici est autant à l’un qu’à l’autre, que tout ce qu’ils possèdent ils l’ont en commun à son sens. Peu attaché au matériel, beaucoup plus attaché aux souvenirs, Epstein profite simplement de la présence d’un être cher perdu au vol qui lui fait l’honneur de venir se creuser une place dans son modeste nid le temps qu’il lui faudra. Possiblement une simple nuit.

« Aw, viens donc là mon p’tit. » les effluves qui se mélangent, et il se laisse faire le canadien, il se laisse prendre et serrer, sentant ses vieux os craquer sous l’accolade, n’y résistant pas pour autant. Il se complait dans la proximité et dans la nostalgie qui les emporte un peu trop longtemps pour qu’ils n’aient pas envie d’allonger l’embrassade, mais chacun semble déjà s’emporter vers des récits, vers des histoires, vers leurs souvenirs qu’ils veulent se raconter, vers cette complicité qu’ils ont depuis toujours, qu’ils entretiennent à chaque passage dans la vie l’un de l’autre. « C’est qu’ça fait un bail ! » il est ému Kyte, et Jack l’est également. Le bruit des légumes coupés qui reprend et leurs conversations tout autant. « J’vais essayer d’nous faire un p’tit que’que chose mais j’garanti pas du résultat vu la gueule qu’il tire ton frigo ! » « Un thé ça sera bien assez. Mais gâte-toi, t’es ici chez toi. » et pendant que son cousin s’occupe de se nourrir, Jack lui, lance la bouilloire, s’installe au creux d’un comptoir les doigts occupés à jouer avec divers sachets à foison. « Qu’est-ce tu racontes alors ? Ta môme, la vie ? » « La musique, le calme, Ellie qui apparemment est encore en train de découvrir la ville, même si ça fait 4 ans qu’on est là. » l’eau hurle, il s’en sert une bonne tasse bien bouillante, en verse une à Kyte sans demander, prenant pour acquis, aimant doubler les portions en plein milieu de la nuit aussi. « Et toi ? » une gorgée bouillante de thé plus tard, il présent, la complicité au coin des lèvres. « T’as envie de me raconter quoi ? »



    I'm lying on the moon my dear, I'll be there soon. It's a quiet and starry place, time's we're swallowed up. In space we're here a million miles away, there's things I wish I knew. There's no thing I'd keep from you.



Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
lonely men of winter ▲ kyte & jack 7k2g
POSTS : 547 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Alex » Jack » Harvey » Robin [d.z.]

lonely men of winter ▲ kyte & jack Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Deputy Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie & Robin [1868]


▼ ▼ ▼

lonely men of winter ▲ kyte & jack Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

lonely men of winter ▲ kyte & jack Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Jaimie [5] & Gabriel » Robin [70's] » Phoenix » Joseph [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptyLun 29 Juil - 2:09



lonely men of winter
Jack & Kyte
Un thé ça sera bien assez, qu’il lui dit ! Parle pour toi mon cousin… Kyte, il a l’estomac dans les talons, et la perspective de s’enfiler des coquillettes aux petits légumes serait pas loin de faire frémir sa moustache de désir tellement il en crève d’envie depuis des lustres. Alors il fait comme Jack a dit : il se gâte, découpe les trois pauvres champignons tout mous et s’attaque à une carotte pas tellement plus ferme. Il aime même pas tant que ça le goût de ces bâtonnets oranges mais c’est plus fort que lui, il consomme par nostalgie. Parce qu’avec un sourire ému ça lui rappelle la petite lapine australienne qui lui en a offert un bouquet tout plein de terre le soir de leur rencontre. Il se souviendra toujours de sa petite bouille pugnace avec ses grands yeux pétillants et les fossettes qui creusaient ses joues rebondies d’espièglerie. Une petite étoile de plus dans sa collection de souvenirs qu’il revisite chaque fois que la nuit est trop noire et son cœur trop lourd. Et ça y est, il a les larmes aux yeux encore mais cette fois c’est sûr que c’est la faute des oignons qu’il tranche à grands coups de couteau bien virils bien comme il faut. C’est pas la réminiscence de son rire qui tinte comme des grêlons à Noël non, ni sa petite gueule excitée quand il l’a traînée à un concert de Jack voilà bien des années. Elle avait adoré la musique, plus encore le musicien. Forcément, deux créatures bohèmes et hippies comme ça pouvaient que s’en aller ensemble au pays des rêves où Kyte arrivait pas toujours à les suivre. T’as encore des nouvelles de la p’tite Robin ? Qu’il aimerait demander à son frère de cœur, mais déjà l’artiste lui parle de sa musique - toujours la musique en premier lieu – et puis le calme juste après, pour contrebalancer sans doute, et Kyte en oublie sa question comme sa pensée. Il hoche la tête, pas surpris mais satisfait de cette petite routine qui refait surface entre eux, ces nouvelles qui s’échangent, cette bouffe qui prend forme. Et puis après il est question d’Ellie qui serait en train de découvrir la ville à des heures indues même si ça fait déjà quatre ans qu’ils ont emménagé dans cette bicoque. « AH QUOI ?! » Kyte beugle d’un coup, éclatant bien fort la lame sur son plan de travail, mais la bouilloire décide de siffler en même temps et recouvre ses indignations. « Y’a pu d’jeunesse moi j’te l’dis. » Il grommelle quand même dans sa barbe, laissant volontairement de côté ses propres frasques adolescentes qu’il a pas attendu d’avoir 14 ans pour commettre. Car c’est bien son âge à la môme, non ? Ouai, ça doit être ça. A moins qu’elle en ait 13. Kyte, il a jamais été trop doué avec ces trucs-là. Faut dire qu’il visite par à-coups et que de toutes les façons ça grandit bien trop vite ces machins. Tellement que ça lui retourne les tripes à chaque fois d’ailleurs. Alors il attrape le breuvage et boit une grand gorgée pour brûler tout ça et remettre de l’ordre à l’intérieur. « Ça fait du bien par où ça passe ! » Il commente en levant la tasse vers son cousin dans un geste poli, pour le remercier de son hospitalité et de sa boisson aussi.

« Moi ? Moi j’reviens tout juste d’un p’tit périple à l’étranger. » Il répond comme si de rien en balançant les pâtes dans le fait-tout rempli d’eau bouillante. Le cul en l’air, il fouille sous l’évier jusqu’à ce que sa poigne se referme autour d’une poêle qu’il brandit alors comme une arme en se redressant. « Pas l’meilleur séjour d’ma vie, ça j’peux te l’dire ! Enfoirés d’chinois… Même pas qu’ils me collent un procès avant d’m’envoyer en taule ! » Ça fait du bien d’être vrai, de pouvoir parler de ces choses-là avec un type sans avoir à le surveiller du coin de l’œil (des fois qu’il aurait envie de se jeter sur le combiné pour appeler les flics comme un gros rat). Poêle sur le feu, généreuse dose d’huile d’olive frémissante, et il balance ses petits légumes pour les laisser rissoler là-dedans. « Faut dire qu’j’avais pas d’papiers, pis tu m’connais, j'allais pas leur balancer mon vrai nom non plus. » Qu’il lui glisse sur le ton de la confidence, comme quand il était gosse et se vantait d’avoir foutu le feu à la poubelle du principal et de pas avoir balancé le copain qui s’était chargé d’installer les punaises sur sa chaise. Comme s’il risquait pas la peine de mort dans une pelleté de pays et la perpétuité dans les autres. Kyte sait pas jusqu’à quel niveau de détail Jack connait ses frasques avec la justice. Il sait juste que son cousin est au courant qu’il traîne dans des affaires pas très nettes et que c’est assez grave pour qu’il soit recherché dans plusieurs pays. Pour qu’il doive se cacher, se trimbaler des faux papiers, et bouger souvent aussi. Et alors même que ça ferait flipper n’importe quel type normalement constitué, le brave gaillard l’accueille toujours à bras ouvert, le laisse squatter son canapé comme son frigo et lui offre de descendre ensemble sa collection de bouteilles. Un frère de sang, un frère de cœur surtout. Un mec en or, comme on en fait plus. « J’te jure mon grand j’ai cru qu’j’en sortirais jamais. Pis là un soir que j’délirais encore comme un crevard, BOOM, y’a le mur de ma cellule qu’explose. J’ai pas compris pourquoi, mais j’peux t’dire qu’j’ai pas trop cherché non plus. J’me suis tiré et j’me suis planqué dans la forêt en attendant qu’ça passe. Ensuite y’a un frangin qui m’a arrangé le voyage dans le container d’un bateau, pis bah m’voilà. » Il raconte avec des grands gestes et termine d'un haussement d’épaules en écartant les bras, parce qu’après tout c’est presque la routine dans cette vie mouvementée et souvent traîtresse qu’est la sienne. Dans la poêle, les légumes ont tellement réduit qu’il les regarde avec une moue dubitative. Il a une sérieuse envie d’y foutre du tofu fumé, mais ça forcément c’est pas le genre de trucs qu’on trouve chez les Epstein. Une pensée en amenant une autre… « T’sais mon Jackie, tu d’vrais pas laisser ta môme traîner comme ça en ville la nuit. » Qu’il radote en touillant les pâtes d’un air distrait. « Manquerait plus qu’elle s’acoquine avec des p’tites crapules pour lui tourner la tête et lui donner goût aux conneries ! » Il raisonne comme un vieux con, le doigt pointé vers le plafond pour donner de l’importance à ses bons conseils. Il se garde bien de réaliser que la plus grosse crapule dans le coin c’est certainement lui, et qu’elle aurait infiniment plus de chances de le croiser en restant sagement chez elle qu’en parcourant la nuit de Brisbane avec ses petites amies.  

Et il suffit de quelques mots pour toucher le coeur des marmots
Pour apaiser les longs sanglots, quand votre vie part à vau l'eau.
Pando


Spoiler:
 



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Epstein
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 17 ans
SURNOM : Ellie c'est déjà pas mal court en soit...!
STATUT : Célibataire et pas trop pressée que ça change pour tout dire.
MÉTIER : Lycéenne. Et c'est parfois un vrai calvaire...!
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec son père
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_oylmpfktdi1r2qqhfo2_500
POSTS : 47 POINTS : 160

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : PapaPapa & KyteFreyaIsaacCasey
RPs EN ATTENTE : • Hassan Jaafari
• Heïana Brook
• Léo Ivywreath
• Jospeh Keegan
PSEUDO : MyPandaa
AVATAR : Mackenzie Foy
CRÉDITS : Avatar par poésies cendrées.
DC : Aucun
INSCRIT LE : 24/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t25254-ellie-epstein-je-saiiiis-pardon

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptyLun 29 Juil - 14:46



Spoiler:
 



Au moment de remonter la rue qui menait chez elle, Ellie avait quand même eu un regard pour l’horloge sur son téléphone cellulaire. C’était passé de mode d’avoir une montre au poignet lorsqu’on a dix-sept ans… Surtout une montre digitale… Or à cette heure de la nuit, après s’être laissée tenter à s’enivrer subtilement mais certainement, Ellie n’oserait même plus essayer de lire l’heure sur un cadran. Pas ivre hein… Mais légèrement guillerette, disons. A la maison son père devait dormir vu l’heure. Et lorsqu’elle s’approche elle en a la conviction et pour cause : toutes les lumières sont encore éteintes.

Bien qu’elle n’en ait pas eu l’interdiction formelle, Ellie préférait éviter de confronter son père à sa vie nocturne. A sa vie tout court, souvent d’ailleurs. Du coup elle attendait de l’entendre se coucher avant d’elle-même se relever histoire de partir en catimini. Dieu seul savait s’il était dupe… Elle supposait que non. Mais il n’avait rien dit. Chacun faisait sa vie dans cette baraque. Dans le fond, c’était une colocation un peu bancale à ce détail près qu’elle ne payait pas de loyer.

Bref. Ellie arrive sur le pallier, glisse sa clef dans la serrure, faisant le moins de bruit possible… Elle retire ses baskets directement dans l’entrée, les gardant à la main tandis qu’elle remonte l’entrée et puis le couloir après lui. Son objectif est clair : aller jusqu’à sa chambre, se caller sous sa couette et oublier que dans quelques heures déjà le soleil allait cogner à sa porte, le matin avec lui. Sauf que ça c’est jamais que la théorie. La faute aux voix qui lui viennent de la cuisine. Même que son cerveau un peu lent ce soir entend encore assez distinctement son prénom. La voix par contre, ça lui prend un instant pour la remettre, parce qu’elle l’entendait pas souvent et que la dernière fois commençait à salement remonté.

Kyte. Elle s’était fait du souci pour lui après six ou sept mois sans nouvelles. Plutôt crever qu’en demander à son père ceci dit. Cet été, histoire de voir, Ellie avait été traîner dans quelques ruelles, se renseignant auprès des badauds dans leurs cartons pour savoir s’il avait vu le grand canadien un peu bizarre qui servait de cousin à son père. Elle avait fait chou-blanc… Et voilà qu’il réapparaissait pour avoir une grande conversation, au milieu de la nuit et en pleine pénombre avec son père.

Elle s’approche juste à temps pour entendre l’accent et l’intonation familière –pour ne pas dire châtiée- de Kyte donner des conseils d’éducation. Alors elle aurait pu passer son chemin… « Faire genre » en remontant pour de bon dans sa chambre… Mais à la place Ellie vient poser sa main sur l’interrupteur, inondant brusquement la cuisine de lumière… Même elle papillonne d’ailleurs deux secondes des cils le temps que ses pupilles s’habituent.

« Au milieu de la nuit et dans le noir. L’image parfaite d’une conversation normale j’suppose… »

Son ton est un peu mordant. Tout à coup elle se sentait pas mal moins guillerette en vrai. Il faisait quoi, le grand cousin machin, à cuisiner chez eux comme s’il avait pas disparu depuis deux ans ? Et son père ? A le regarder comme si tout était normal ? En tout cas, pour en revenir brièvement à cette histoire de petites crapules, Ellie ironise :

« C’est sûr… Imagine, je pourrais avoir un repris de justice dans ma cuisine. »

Ellie tourne alors la tête vers son père, demandant comme la maîtresse de maison en colère de l’arrivée impromptue d’un fou dans leur chez eux :

« Qu’est-ce qu’il fait là ? C’est toi qui lui as dit d’entrer ? A cette heure-ci ? Pour mettre le bazar partout en plus… ! »

L’adolescente s’approche, récupérant un sac poubelle pour y jeter rapidement épluchures et autres trucs qui se mangent pas qui commençaient déjà à traîner, même si en toute objectivité ça représentait pas tellement du bazar. Elle ramasse le verre d’alcool, le renifle… Et comme si elle-même n’avait pas un peu bu ce soir, elle toise les deux hommes en constatant :

« C’est sûr, c’est l’heure de l’apéro. »

Oui bon… La mauvaise foi avait un prénom ce soir. Mais ça l’avait pris à rebrousse-poil d’entendre qu’ils parlaient de ses activités. Comme si, l’un et l’autre, pouvaient réellement lui faire la leçon ! Au moins son père s’évitait ses foudres pour le moment… Parce que visiblement il savait qu’elle était sorti et n’en avait pas fait grand cas, lui !



♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 43 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 4 ans, amoureux des femmes depuis toujours.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_n37jscnFNH1s2yxp7
POSTS : 832 POINTS : 290

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_msgg1n26Lc1qz4rgp
ELLIE #1
Folks say Papa would beg, borrow, steal to pay his bills. Hey Momma, folks say Papa never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. Papa was a rolling stone, wherever he laid his hat was his home. And when he left, all he left us was alone.

EvaIsaacKyteBaileyRobin-HopeGabriel (fb)Gabriel (df)

RPs EN ATTENTE :
levi + auden

lonely men of winter ▲ kyte & jack Tumblr_inline_nufeuuFOxa1sc3ygs_400


RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsher
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : gin l'artiste, matt le frat boy & ariane la piquante
INSCRIT LE : 04/03/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack EmptyMar 6 Aoû - 1:16



lonely men of winter
Kyte & Jack


« Pas l’meilleur séjour d’ma vie, ça j’peux te l’dire ! Enfoirés d’chinois… Même pas qu’ils me collent un procès avant d’m’envoyer en taule ! » un éclat de rire, franc, qui perce la cuisine, et Jack se brûle la langue d’un thé qu’il a bu trop vite parce qu’il s’est laissé prendre à rêver, à écouter d’une oreille définitive le récit que Kyte commence à peine. « La politesse s’est perdue. » faussement affligé, il se moque, s’appuie un peu plus sur le comptoir, trépigne sans la moindre intention de masquer son impatience. Son cousin avait toujours les meilleurs récits, il voyait le monde de 1001 façons différentes, et il en était passionné ; de tout, des échecs, des réussites, des défis, des erreurs, des réalisations même les plus minimes, mêmes les plus insignifiantes. C’était à chaque fois une nouvelle aventure et une leçon à travers, les pires scénarios qui auraient pu se terminer de dizaines d’autres façons que celle qui l’aura définitivement conclu, et pourtant, jamais il ne voyait venir la finale Jack, jamais il ne prévoyait que jusqu’à la dernière seconde et encore attendait parfois au-delà des derniers mots de Kyte avant de réaliser l’ampleur du récit. « Faut dire qu’j’avais pas d’papiers, pis tu m’connais, j'allais pas leur balancer mon vrai nom non plus. » « C’était quoi cette fois-là? » Epstein qui s’amuse, qui ressasse dans sa tête tous les alter egos que Kyte a bien pu arborer au fil de sa vie trépignante, au fur et à mesure des identités qu’il aura arboré pour autant de raisons que d’envies.

Le récit qu’il ne manque pas d’une seule miette, ses oreilles dédiées, fasciné par la capacité de Kyte à raconter le tout sans la moindre fuite de détails. C’est un aller et un retour d’émotion qu’il vit lorsque son cousin lui en met plein la vue, qu’il insiste et se moque, qu’il pointe l’absence d’issue avant d’amener l’improbable comme s’il s’agissait de la chose la plus simple et évidente aux yeux de tous. Et une autre prison au compteur où Kyte n’est plus le bienvenu qu’il pense Jack, qu’il se moquerait presque, si la piqûre de rappel de sa propre délinquance ne venait pas assombrir son regard une fraction de seconde de trop.

« T’sais mon Jackie, tu d’vrais pas laisser ta môme traîner comme ça en ville la nuit. Manquerait plus qu’elle s’acoquine avec des p’tites crapules pour lui tourner la tête et lui donner goût aux conneries ! »  l’entendre parler d’Ellie le secoue Jack, bien évidemment. Parce que sa fille restait la personne qu’il estimait le plus au monde, et voilà qu’encore une fois, il savait que rien n’allait, que tout était relatif avec elle. Probablement trop dans sa tête pour réagir ; et confirmer à Kyte que ce genre de comportement ne ferait qu’encore plus éloigner Ellie de lui, Jack mâche ses mots, clarifie ses pensées. Et ne l’entend clairement pas arriver.  « Au milieu de la nuit et dans le noir. L’image parfaite d’une conversation normale j’suppose… » elle ouvre les lumières et illumine la pièce, la décharge est instantané et Jack n’hésite pas à fermer les yeux sous le choc. « C’est sûr… Imagine, je pourrais avoir un repris de justice dans ma cuisine. » « Deux. » qu’il soufflera plus pour lui-même que pour eu, pas le moindrement fier de son séjour en prison, toujours bloqué sur les souvenirs de ces 10 mois qui remontent parfois aussi violemment que s’ils s’étaient produits la veille. « Qu’est-ce qu’il fait là ? C’est toi qui lui as dit d’entrer ? A cette heure-ci ? Pour mettre le bazar partout en plus… ! » et il est égoïste Jack, il s’étonne, se rattrape, parce que le regard d’Ellie tourné sur lui, la phrase qu’elle ne lui dit qu’à lui et lui seul, ça vaut tout l’or du monde. Une bribe de complicité qu’il perdra lorsqu’elle s’affaire à ranger, à agir exactement comme Jude l’aurait fait sûrement. Sauf que Jude, elle l’aurait fait en riant – elle se serait esclaffé, aurait attrapé une bière à moitié vide pour la terminer, se serait installée sur le comptoir jambes ballantes en plein processus rien que pour apprécier le moment et finir par oublier le rangement et tout ce qu’elle finirait par faire le lendemain en tout bien tout honneur, le sourire aux lèvres.

« Tu sais bien que Kyte entre ici quand il veut. » et il n'esquisse aucune moue désolée Jack, il ne changerait pas la situation pour rien au monde. Probablement même que l’air un brin dépité qu’il arbore montre la tristesse qu’il ressent que ce genre de scène ne se produisent pas plus souvent dans leur quotidien. « C’est sûr, c’est l’heure de l’apéro. » un verre qu’il s’étonnera de ne pas la voir descendre d’un trait, elle qui ne se badre pas à trouver d’excuses pour justifier les bières qu’elle pique au frigo, les clopes qu’elle subtilise de son paquet. « Tu as passé une bonne soirée?  » qu’il demandra d’ailleurs Jack, probablement une façon détournée de prouver à son cousin qu’Ellie peut très bien survivre malgré ses escapades en ville, qu’elle n’est pas à plaindre, et qu’il s’y intéresse aussi, surtout. Il ignore avec qui elle traîne, bien sûr qu’elle ne lui en parle pas et il ne s’attend pas au contraire, mais ainsi, il s’assure au moins qu’elle est dans un bon mood, qu’elle va bien aussi. Surtout. « Kyte préparait à manger si tu as faim. » et il s’amuserait presque, d’un sourire en coin, elle qui rangeait un bordel sans nom et lui qui statut l’évidence. Son thé est tiède maintenant, il osera une nouvelle gorgée.



    I'm lying on the moon my dear, I'll be there soon. It's a quiet and starry place, time's we're swallowed up. In space we're here a million miles away, there's things I wish I knew. There's no thing I'd keep from you.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty
Message(#) Sujet: Re: lonely men of winter ▲ kyte & jack lonely men of winter ▲ kyte & jack Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

lonely men of winter ▲ kyte & jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Logements
-