AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 tragedy is not the end ▲ isack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 43 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 4 ans, amoureux des femmes depuis toujours.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
tragedy is not the end ▲ isack Tumblr_n02smyRR7X1sa9k79o7_r1_250
POSTS : 820 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 3 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
tragedy is not the end ▲ isack Tumblr_inline_msgg1n26Lc1qz4rgp
ELLIE
Folks say Papa would beg, borrow, steal to pay his bills. Hey Momma, folks say Papa never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. Papa was a rolling stone, wherever he laid his hat was his home. And when he left, all he left us was alone.

IsaacKyteBaileyAmélia (fb)Robin-HopeGabriel (fb)Gabriel (df)

RPs EN ATTENTE :
levi

tragedy is not the end ▲ isack Tumblr_inline_nufeuuFOxa1sc3ygs_400



RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsher
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : lux aeterna
DC : gin l'artiste, matt le frat boy & ariane la piquante
INSCRIT LE : 04/03/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come

tragedy is not the end ▲ isack Empty
MessageSujet: tragedy is not the end ▲ isack   tragedy is not the end ▲ isack EmptyVen 21 Juin - 4:17




Et il avait pris l’habitude d’errer proche, il dérivait souvent, tout le temps, mais il ne le disait pas, il ne l’affirmait qu’à voix très, très basse, murmurée, à peine soufflée. Jack qui passait par Toowong avant d’aller vers Bayside, Jack qui cumulait les détours et les allers, les retours aussi, sa bagnole qui grince et qui craque et qui prend la poussière malgré le fait qu’il l’étreigne souvent. C’était devenu une routine, durant la dernière année, mais il ne le mentionnait pas pour des raisons évidentes ; il savait qu’Isaac détesterait ça, il savait que c’était tout sauf utile pour lui, d’avoir un chien errant – jamais Jack serait assez imbu, assez fier, avait assez confiance en lui pour se qualifier d’ange gardien. Mais c’était bien le rôle qu’il semblait s’être donné en secret, celui du gars qui passe par là, celui du type qui multiplie les excuses, qui se cherche des justifications comme il en perd l’instant d’après, son esprit toujours sollicité, son cœur toujours tourmenté mais son regard aussi voilé que concentré. Il scrute Epstein, il scrute les rues et les numéros et les adresses, et il ralentit, bien sûr qu’il ralentit, quand il arrive à celle associée à la maison de son cousin, et que la lumière au rez-de-chaussée est toujours allumée.

C’était peut-être juste un oubli. C’était sûrement rien de bien important, rien qui confirme quoique ce soit, infirme aussi. Mais il est un gars d’instinct Jack, et s’il y a bien un truc que ses impressions lui ont confirmé – dans pareille situation, un peu plus d’un an plus tôt, c’est bien ça, d’y croire, de l’écouter la p’tite voix qui grince parfois, qui chahute toujours. Et il se stationne dans la rue, et il s’allume une clope qu’il descend si vite qu’en à peine quelques pas elle s’écrase déjà sur le bitume, sous ses mocassins vieux d’une vie et d’une autre. Il sonne pas Jack, il veut pas déranger, surtout si c’est juste pour une connerie, surtout s’il se fait des idées.  La clé de sûreté qu’il prend, qu’il dégaine. Il espère, qu’il se fait des idées. Il espère que ça, quand la poignée grince sous sa paume travaillée, quand ses pas feutrés pénètrent à l’intérieur de la demeure, qu’il fait gaffe à chaque bruit quand, lui-même, n’en fait presque aucun. La douce ironie de bosser en musique mais d’être une ombre bornée de silence, une silhouette, une entité qui va là où le vent le mène, là où he feels needed.

Au deuxième étage, alors. C’est là qu’il a besoin d’être, c’est là où il entend un craquement, un signe. Et il refait tout le trajet, ce trajet qu’il déteste, ce trajet qu’il hait et qui le répugne et qui le dégoûte et qui l’effraie surtout. Revoit les scènes, entend son cœur qui palpite, ignore le plus qu’il peut mais c’est pas facile, c’est l’horreur, c’est intense et il prend sur lui, il sait faire que ça, au fil des escaliers qu’il grimpe un par un, chaque bruit du bois sous son poids qu’il tente de diminuer, l’impact de ses pas sur chacun d’entre eux.

La porte de la chambre d’Isaac est entrouverte, et il y pense même pas Jack, à valider s’il est accompagné, il a pas vu d’autres voitures dans l’entrée, et puis il le sait, il le sent. Il le voit aussi, sa silhouette affalée toute seule, ses tics nerveux qui confirment qu’il ne dort pas.

« Hey. » il chuchote, il toque un coup dans l’embrasure de la porte, il capte que maintenant Jack qu’il vient de s’imposer, qu’il vient de dévoiler ce qu’il fait, qu’il devrait s’en vouloir et s’en mordre les doigts, mais qu’à la place, il s’inquiète. Son visage est doux par contre, rien qu’il laisse transparaître. Encore heureux. « La lumière d’en bas était restée ouverte. » elle est conne son excuse, il est au courant, pas besoin de se morfondre bien longtemps avec des balivernes. « Si tu veux en parler je suis là, je bouge pas. Si tu veux ne pas en parler aussi. » il anticipe, il sait surtout. C’est ça qui fait le plus mal.




    I'm lying on the moon my dear, I'll be there soon. It's a quiet and starry place, time's we're swallowed up. In space we're here a million miles away, there's things I wish I knew. There's no thing I'd keep from you.



Revenir en haut Aller en bas
 

tragedy is not the end ▲ isack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: logements
-