AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 I just need you now » LEO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elora Dawson
l'enfant caché
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-quatre ans - (12.02.1995)
SURNOM : très souvent Elo.
STATUT : célibataire et pour l'instant c'est très bien comme cela.
MÉTIER : assistante de Milena Grimes au cabinet Grimes & Hartman le jour, serveuse dans un bar la nuit.
LOGEMENT : #28, fortitude valley
I just need you now » LEO Original
POSTS : 1568 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ne connais pas son père biologique et viens de se découvrir une famille △ a perdue sa maman il y a trois mois △ discrète et travailleuse, on ne la remarque jamais vraiment △ née à New-York elle a cependant grandie à Brisbane △ amoureuse d’un homme mariée qui cinq ans de plus qu’elle △ végétarienne et fervente protectrice des animaux △ possède trois tatouages.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I just need you now » LEO Tumblr_mpwpk06nVt1s5227io1_500
CADE & LEONARDO #2 △ family don't end in blood. it doesn't start there either. family cares about you not what you can do for them. family's there for the good, the bad, all of it. they got your back even when it hurts. that's family.

I just need you now » LEO Tumblr_inline_ogsyuaKyCJ1rifr4k_500
THOMAS △ would you rescue me? would you get my back? would you take my call when I start to crack? would you rescue me? would you rescue me when I'm by myself? when I need your love, if I need your help. would you rescue me?

I just need you now » LEO Tumblr_nn0szbcaQ21qh1blro4_r1_500
ISAAC #2 △ hold on, to me as we go, as we roll down this unfamiliar road and although this wave is stringing us along. just know you’re not alone, because i’m going to make this place your home.


RPs TERMINÉS : Milena #1ThomasItziar #1TommyNoam #1Isaac #1CadeLéonardo #1Thomas #2Itziar #2Andy
PSEUDO : paindep.
AVATAR : lili reinhart.
CRÉDITS : (avatar) carolcorps.
DC : la tempête émotionnelle, bailey & le marine irlandais, cian
INSCRIT LE : 04/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20534-i-wanna-give-you-wild-love-elora http://www.30yearsstillyoung.com/t20571-you-ll-find-me-in-the-region-of-the-summer-stars-elora

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyMer 3 Juil - 20:51



I just need you now
Léonardo & Elora


Depuis quelques mois, mon propriétaire ne cessait de venir me voir ou de m’envoyer des courriers pour me faire savoir que mes retards de loyer ne pouvaient continuer à durer. Tous les mois, je lui promettais que ce serait la dernière fois. Je le pensais réellement, je n’aime pas être en retard dans mes paiements. Je ne le faisais jamais exprès, mais ma paie au bar tombe toujours de manière irrégulière et je finis très souvent le mois dans le négatif. Je fais de mon mieux pour tout gérer, mais je dois avouer que mon loyer passe toujours en dernier. Alors ce qui devait arriver, arriva… Il y a de cela deux jours, mon propriétaire est venu frapper à ma porte alors qu’il n’était que six heures du matin pour me dire de prendre mes affaires et de partir. Il m’a laissé 48 heures, le temps pour moi de trouver une solution. Autant dire que sa décision a fait l’effet d’une bombe. Mon appartement n’était pas parfait, mais je tenais réellement à mon indépendance. Et voilà, qu’en deux jours, je dois emballer toutes mes affaires et me trouver un nouveau toit. Comme si cela était aussi simple. J’ai bien pensé à appeler @Thomas Owens-Beauregard, mais je ne savais pas comment lui expliquer la situation. Thomas est comme un père pour moi, mais il a sa propre vie, son mariage, ses enfants. Il n’a pas besoin que je vienne lui rajouter un poids. Je ne voulais pas l’embêter avec mes soucis d’argent et le reste. Cela m’a pris la tête toute une journée avant que je doive me rendre au bar. @Itziar Cortés de Aguilar à bien remarquer que quelque chose me tracassait, mais elle aussi, je ne voulais pas l’embêter. Elle m’avait déjà parlé de sa colocation, mais je n’ai aucun argent à lui proposer pour le moment, absolument rien. Et dans le fond, je crois que j’ai tout simplement honte de moi. Honte de ne pas avoir été capable de gérer, honte de ne pas savoir comment gérer l’avenir. Alors, je n’ai pas parlé de mes soucis à @Amélia Wilde et @Anya Sullivan. Elles sont perdues dans leur monde en ce moment et je ne sais plus vraiment ou me placer entre elles. Il faudrait qu’on en parle, mais je ne sais absolument pas par ou commencer. Alors, comme le reste, je laisse couler. C’est mon activité favorite ces derniers temps. Attendre que les choses se fassent, attendre de me retrouver au pied du mur. Je suis perdue, incapable de savoir ce que je veux, je me noie dans un verre d’eau et je fais tout pour me distraire. C’est comme cela que j’ai terminé la soirée en compagnie d’@Oliver King et de @Samuel Gatling accoudé au bar, à raconter des blagues en laissant dans un coin l’idée de me retrouver à la rue le lendemain soir.

Ce matin, la réalité est revenue me frapper de plein fouet. Mon propriétaire est revenu à la charge, pour me rappeler que je devais quitter les lieux avant 18 heures. J’ai essayé d’appeler @Noa Jacobs, mais je suis tout de suite tombé sur sa messagerie. Même chose avec @Isaac Jensen. J’ai retenté une deuxième fois en milieu de journée, mais rien… Ils doivent travailler et ils ont autre chose à faire que de gérer leur amie qui n’a plus d’appartements. Je le comprends parfaitement, mais je ne savais plus vraiment qui appeler à l’aide. Noam a ses problèmes à régler, il est hors de question que j’appelle Thomas. Puis, j’ai pensé à cette famille que je me suis découverte. Je sais parfaitement que je ne peux pas me pointer chez Milena comme cela, elle ne l’accepterait pas. @Cade Grimes, m’avais promis de m’aider si j’avais le moindre souci et pourtant, c’est @Leonardo Grimes qui viens en premiers dans mon esprit. Je n’oublierais jamais la gentillesse dont il a fait preuve avec moi lors de cette fameuse révélation. Je pourrais aller attendre devant chez mes amis, je pourrais rejoindre Amélia chez elle, mais j’ai tellement peur de leur jugement. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai juste peur du regard qu’ils pourraient avoir sur moi. Je suis tellement mal à l’aise face à cette situation. Alors, je finis par emballer mes affaires et me décide à aller voir Léonardo. Je ne sais pas comment il va m’accueillir, mais me tourner vers lui semble moins effrayant que de me tourner vers ceux qui me connaisse depuis bien plus longtemps. Je ne saurais pas l’expliquer. Par ailleurs, je ne sais pas vraiment s’il vit seul ou pas, mais je connais son adresse en tout cas. Après avoir discuté avec mon propriétaire pour qu’il garde mes cartons un jour ou deux, je finis par prendre ma valise pour me rendre chez mon demi-frère. S’il me jette dehors, j’irai chez Isaac. Mais dans le fond, je me dis que cela peut-être une occasion pour me rapprocher du jeune homme, pour me retrouver un peu également. Comme un tout nouveau départ.

C’est hésitante que je finis par poser ma valise devant la porte de Léo. Je me tords les doigts et finis par frapper trois petits coups sur le panneau en bois. Soudainement, je me sens fébrile et mon idée semble bien moins bonne. J’entends du bruit de l’autre côté de la porte et cette dernière fini par s’ouvrir sur un Léonardo qui semble en mode détente. « Salut ! » dis-je d’une voix presque tremblante, ma main sur la poignée de ma valise. « Je… Je te dérange pas ? » Je me sens idiote d’un seul coup. Je n’aurais pas dû venir ici, je crois que j’aurais mieux fait de me débrouiller seule. Pourquoi est-ce qu’il voudrait m’aider ? Je vais juste l’embêter en réalité. « Pardon, je sais même pas pourquoi je suis venu ici. Je… Enfin… J’ai plus de chez moi. » dis-je dans un petit murmure. « Mais je vais aller ailleurs, je voulais pas te déranger. » Il va en avoir marre de moi. De cette Elora qui n’est pas sûre d’elle, qui a toujours peur de déranger… Je me fatigue moi-même et je ne sais plus vraiment où me mettre. Alors, je lève les yeux vers mon demi-frère, pendue à ses lèvres, espérant qu’il ne me rejettera pas.            


† Speak and open up your mind. It's something you should do all the time, keep exploring, seek and find. You know you might surprise yourself

Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Grimes
l'homme aux chats
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans, né le 15/03/89.
SURNOM : leo, da vinci, la tortue.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : orthophoniste.
LOGEMENT : studio #99 dans le quartier de redcliffe.
I just need you now » LEO Tumblr_inline_plyfziKHN81ricaxd_540
POSTS : 4431 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien grâce à sa mère et maîtrise aussi l'espagnol et le français; il apprend aussi le coréen depuis peu – végétalien depuis plusieurs années – prend des cours de boxe depuis plusieurs mois – fait office de famille d’accueil pour chats dans le besoin.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : jules #1 - elora #2.
RPs EN ATTENTE : chad #2 - andy#3.
RPs TERMINÉS : milena #1 - andy #1 - thea - sam - seung-jin - danny - milena #2 - chad - st. patrick - bélial - milena #3 - cade #1 - chad/andy - wendy - adam - andreï - milena #4 - andy #2 - alfie #1 - elora #1 - romy (fantômes) - harvey.
PSEUDO : enchanted. (matt)
AVATAR : grant gustin.
CRÉDITS : wcstedrose (avatar), anaëlle. (signature)
DC : pas de dc.
INSCRIT LE : 03/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16725-don-t-you-wanna-stay-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t16811-holy-ground-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t18590-leonardo-grimes http://www.30yearsstillyoung.com/t23526-leonardo-grimes

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyMer 3 Juil - 22:23



Leonardo avait enfin droit à un jour de repos ; si sa semaine n’avait pas été des plus mouvementées, il n’avait pas eu maintes occasions de se reposer jusque-là, alternant entre ses rendez-vous habituels, de nouvelles consultations et des dossiers à remplir. Ainsi, sa journée était censée être placée sous le signe du chill. La veille il avait préparé des cupcakes à la vanille, qu’il comptait bien dévorer devant sa chère télé, les pieds cachés sous un drap pour les protéger de la fraîcheur hivernale de Brisbane. Il avait même déjà prévu le film qui l’aurait gentiment accompagné jusqu’aux bras de Morphée. Sans surprise aucune, son choix s’était porté sur le film d’Aquaman : puisque c’était son super-héros préféré Leonardo était vraiment biaisé, mais il trouvait que le film n’était pas si mauvais que ça. Ça paraissait cliché à raconter, mais Leonardo avait toujours aimé le personnage d’Aquaman. Il avait toujours admiré la façon dont il réussissait à mettre de côté ses propres peines et insécurités pour aider les autres dans le besoin, sans pour autant devenir quelqu'un de rancunier et paresseux. Ses pouvoirs étaient aussi parmi les plus intéressants, à son avis : qui avait besoin de voler ou devenir invisible lorsqu'il s'allier avec la mer toute entière ? Certes, il aurait aussi affreusement rapide, capable de guérir bien plus vite que l'humain lambda et, dans le cas de Jason Momoa, doté d'un charme exquis - mais comme son déménagement en Australie aurait pu le suggérer, Leonardo avait toujours aimé la présence de la mer. La perspective de pouvoir communiquer avec le Karathen l'intéressait bien plus que l'idée de voler, et s'il avait pu contrôler les vagues il aurait pu noyer tous ceux qu'il détestait - mais n'était-ce pas là le comportement d'un super-vilain à la Joker, incapable de ressentir de la peine ou de la pitié pour autrui ? De tels débats étaient de toute façon inutiles, puisque Leonardo n’avait rien de bien extraordinaire en matière de pouvoirs spéciaux. S’il avait eu les dons de Mr. Fantastique, sa vie en aurait été facilitée – mais à l’heure qu’il était, il était toujours obligé de se relever pour éteindre ses lumières, peu importe le niveau de confort de son lit. Et puisqu’il n’avait pas les finances de Batman ou Iron Man, il était toujours obligé de faire attention à ses factures d'électricité comme le pauvre mortel qu’il était.

Mais le jour J, Leonardo ne put malheureusement pas profité du sommeil qu’il avait prévu de récupérer. En effet, malgré tout ce que la morale de la vie en société pouvait suggérer, ses voisins avaient décidé que cinq heures du matin était l’heure parfaite pour concevoir de nouveaux humains. Ainsi, le pauvre Grimes fut réveillé par des gémissements dignes des retrouvailles d’Harley Queen et Poison Ivy – sans oublier les chocs du lit contre le mur, tellement bruyants que même les pas de la Chose ne pouvaient pas rivaliser. Leonardo se contenta de soupirer et enfiler son casque, se laissant transporter par la voix de Britney pour oublier le vacarme de ses voisins d’à côté. Ses plans avaient certes été chamboulés par de tels malpolis, mais au lieu de retourner dormir il alla tout de même dans sa cuisine à une vitesse digne d’un Flash un peu ivre – après tout ce n’était pas bien difficile, puisque c’était juste à côté : même les ébats amoureux des Australiens n’allaient l’arrêter quand il était question de prendre son thé matinal. Il y avait un certain décalage entre ce qu’il écoutait et ce qu’il faisait – I’m a Slave 4 U n’était pas vraiment le genre de chanson que l’on écoutait pour prendre son thé journalier, un peu comme on pouvait difficilement imaginer Capitan America avec un drapeau soviétique sur le dos. Les gémissements de ses voisins ne se faisant plus entendre par-dessus son casque, le Grimes osa l’enlever, aussi prudemment qu’Elastic Girl pouvait l’être avec son bébé, ou Green Arrow lorsqu’il tirait ses flèches. Il continua donc son petit-déjeuner, comptant les jours avant le départ desdits voisins.

Puis, entre une tartine et l’autre, le moment fatidique arriva : quelqu’un avait toqué à la porte. Leonardo s’était déjà imaginé le pire, et il se voyait déjà devoir parler à ses lapins de voisins pour expliquer que le bruit ne l’avait pas gêné. Dans de tels moments, il aurait bien aimé avoir les pouvoirs de la Femme Invisible ou Ant-Man pour disparaître – ou, au choix, la Veuve Noire maintenant qu’il savait comment nettoyer des tâches de sang. Le Grimes avait hésité à ne pas répondre à sa porte et faire le mort, mais il fit tomber sa chaise dans son élan pour retourner dans sa chambre – faisant donc bien assez de vacarme pour que la personne ayant toqué sache qu’il était la maison. Avec un soupire, il la releva et s’approcha de la porte, se recoiffant comme il le pouvait avec ses mains. Mais il ne put s’empêcher d’arborer un air surpris en ouvrant sa porte, n’y découvrant pas ses voisins mais Elora. « Hey Elo’ ! » Sa voix s’était élevée d’une octave, non sans rappeler le genre de gémissement qui servait de voix à Baby Groot. Il s’efforça donc de toussoter doucement avant de reprendre la parole, remarquant par la même occasion la valise que la Dawson avait traîné derrière elle. Est-ce qu’elle s’apprêtait à partir en vacances ? Peut-être qu’elle était venue lui demander d’arroser ses plantes entre-temps. « Non non, du tout. Je m’y attendais juste pas. » Ce qui était vrai – depuis qu’il avait enfin appris la vérité, les deux avaient eu très peu d’occasions de se revoir. La colère de Milena n’avait pas spécialement arrangé la situation, puisque son frère l’avait rarement vue aussi enflammée que la Torche – ce qui expliquait sûrement le silence radio de son côté à elle depuis ce jour fatidique. Leonardo ne put s’empêcher de rire doucement lorsque sa sœur lui demanda si elle ne le dérangeait pas : pour que ça ait été le cas, il aurait dû être occupé, ce qui sous entendait la présence d’une vie sociale suffisamment vive pour expliquer des plans aussi tôt le matin – ce qui était aussi improbable que la vue d’un Thor sans marteau s’il devait être honnête. Mais son sourire disparut bien vite lorsque sa sœur reprit la parole, lui expliquant qu’elle n’avait plus de chez elle. L’étrangeté d’un tel énoncé le frappa assez durement, comme si Wonder Woman elle-même avait décidé d’écraser son crâne contre le sol de toutes ses forces. Mais voyant qu’Elora était prête à partir, Leonardo se secoua un bon coup et avança d’un pas en sa direction. « Non. »Sans vraiment prendre de gants, Leonardo agrippa sa sœur par les épaules avant de la traîner à l’intérieur de son pauvre studio, fermant aussitôt la porte derrière lui avec l'empressement d’un Hulk endormi, ne donnant à Elora aucune issue de secours – à moins qu’elle n’ait eu envie de sauter du cinquième étage, ce que son aîné avait du mal à imaginer, puisque sa cadette n’était pas une Supergirl capable de voler. Sa voix avait un ton presque paternaliste – et s’il n’avait pas envie d’être un tyran à la Circe, il allait refuser toute contestation de la part de la blonde.  « Tu vas me faire le plaisir d’enlever tes chaussures et t’asseoir, je m’occupe du reste. » Il alla donc ouvrir son frigo – qui n’était qu’à quelques pas lui aussi – en sortant donc ses cupcakes pendant que sa demi-sœur s’installait. Il fit un effort de présentation, les arrangeant sur une assiette colorée de manière harmonieuse, formant une sorte de pyramide approximative. Décidant que c’était assez de manières pour une Elora qui était certainement secouée, il lui apporta son assiette et la posa sur sa table basse, s’installant du côté gauche de son canapé. « J’ai encore un peu de thé, mais il est devenu tiède depuis. Sinon j’ai du jus de fruits, de l’eau… » S’imaginant qu’Elora ne devait pas vraiment se soucier du contenu de son frigo, Leonardo ramena la conversation sur le sujet principal : elle. Il reprit la parole assez vite, d’un air bien plus soucieux et inquiet. « Qu’est-ce qui s’est passé Elora ? Comment ça, t’as plus de chez toi ? » Ce n’était pas bien compliqué de comprendre ce que ces mots pouvaient vouloir dire – après tout, il n’y avait pas des dizaines de significations possibles derrière cela – mais Leonardo avait envie d’en savoir plus de la part d’Elora, lui laissant le choix de lui dire ce qu’elle voulait. Ainsi, si elle avait envie ou besoin d’ôter certains détails elle n’aurait pas à gérer la curiosité mal placée de son frère – mais celui-ci voulait juste que la Dawson se sente comme chez elle et, surtout, qu’elle ne soit pas à la rue. Tant qu’elle était chez lui, c’était déjà ça de gagné.




MAN ON THE MOON

only fools could ever feel this way - send my message into outer space, wonder if it's gonna float your way. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Elora Dawson
l'enfant caché
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-quatre ans - (12.02.1995)
SURNOM : très souvent Elo.
STATUT : célibataire et pour l'instant c'est très bien comme cela.
MÉTIER : assistante de Milena Grimes au cabinet Grimes & Hartman le jour, serveuse dans un bar la nuit.
LOGEMENT : #28, fortitude valley
I just need you now » LEO Original
POSTS : 1568 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ne connais pas son père biologique et viens de se découvrir une famille △ a perdue sa maman il y a trois mois △ discrète et travailleuse, on ne la remarque jamais vraiment △ née à New-York elle a cependant grandie à Brisbane △ amoureuse d’un homme mariée qui cinq ans de plus qu’elle △ végétarienne et fervente protectrice des animaux △ possède trois tatouages.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I just need you now » LEO Tumblr_mpwpk06nVt1s5227io1_500
CADE & LEONARDO #2 △ family don't end in blood. it doesn't start there either. family cares about you not what you can do for them. family's there for the good, the bad, all of it. they got your back even when it hurts. that's family.

I just need you now » LEO Tumblr_inline_ogsyuaKyCJ1rifr4k_500
THOMAS △ would you rescue me? would you get my back? would you take my call when I start to crack? would you rescue me? would you rescue me when I'm by myself? when I need your love, if I need your help. would you rescue me?

I just need you now » LEO Tumblr_nn0szbcaQ21qh1blro4_r1_500
ISAAC #2 △ hold on, to me as we go, as we roll down this unfamiliar road and although this wave is stringing us along. just know you’re not alone, because i’m going to make this place your home.


RPs TERMINÉS : Milena #1ThomasItziar #1TommyNoam #1Isaac #1CadeLéonardo #1Thomas #2Itziar #2Andy
PSEUDO : paindep.
AVATAR : lili reinhart.
CRÉDITS : (avatar) carolcorps.
DC : la tempête émotionnelle, bailey & le marine irlandais, cian
INSCRIT LE : 04/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20534-i-wanna-give-you-wild-love-elora http://www.30yearsstillyoung.com/t20571-you-ll-find-me-in-the-region-of-the-summer-stars-elora

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyLun 8 Juil - 11:37


I just need you now
Léonardo & Elora


D’aussi loin que je m’en souvienne, on a toujours eu des problèmes d’argent. Mon ex beau-père, ne savait pas gérer ses dépenses. Il flambait son salaire dans l’alcool et des futilités. Il faisait plaisir à ma mère en lui achetant plein de chose, mais il ne pensait jamais aux factures et au loyer de la maison. Alors, j’ai toujours connu la galère. Les fins de mois où l’on mangeait des pâtes pendant deux semaines, les rentrées où je n’avais aucune nouvelle affaire comparée à mes petits camarades. Je ne me suis jamais plaint, je faisais avec les vêtements de récupérations que trouvait maman et dans le fond, j’adorais fabriquer des petits trucs avec elle. C’était ma vie et je ne m’en suis jamais plaint. À dix-neuf ans, j’ai commencé à travailler au bar pour aider maman financièrement. À l’époque, c’est tout ce que j’étais capable de faire. J’alliais mes études avec ce petit travail, pour moi, c’était tout ce qu’il y avait de plus normal. Je me devais de participer aux dépenses du foyer. Pourtant, je ne gérais rien. Je donnais une grosse partie de mon salaire à maman et c’est elle qui s’occupait de nos comptes. Je n’ai jamais mis mon nez là-dedans. Puis ma mère est décédée et c’est là que j’ai compris à quel point la vie peut être injuste et difficile. Asher nous avait laissés avec des dettes insurmontables, il avait contracté des crédits au nom de ma mère, et même à mon nom. Je ne savais rien de tout cela et j’ai tout récupérer sur mes épaules du jour au lendemain. Je pensais être capable de gérer. C’est ce que j’ai fait au début, mais tout est trop rapidement parti en vrille. Même avec deux boulots différents, je n’arrivais pas à finir le mois à flot. Je pensais gérer, mais clairement, je me suis laissé aspirer dans un tourbillon incontrôlable. Je me suis voilé la face un long moment en pensant gérer et voilà ou j’en suis aujourd’hui. À force de payer mon loyer en retard, mon propriétaire a perdu patience et il m’a mis à la porte. Tout simplement. Et je ne peux même pas lui en vouloir parce qu’il a été gentil pendant des mois avec moi, mais il a probablement besoin de cet argent et je ne lui donne jamais en temps et en heure, mais aussi très souvent en parti fractionner.

Après avoir fait mes cartons et négocier avec Monsieur Lowell pour qu’il puisse les garder un petit temps, c’est avec un gros sac à dos et une valise que je me suis retrouvé sur le trottoir devant chez moi avec aucune idée d’où je pourrais bien me rendre. J’ai tenté d’appeler des amis, mais dans mon malheur personne ne m’as répondu. J’ai un peu erré dans les rues de la vie et à force de réfléchir, j’ai fini par penser à Léonardo. Peut-être qu’il ne va pas m’accueillir avec les bras ouverts, mais qui ne tente rien n’a rien après tout. Il fait de plus en plus frais et un orage est en train de menacer au loin, je n’ai pas l’intention de passer le reste de ma journée dans la rue. C’est donc d’un pas quelque peu déterminé que je me dirige vers chez mon demi-frère avec l’espoir qu’il accepte de me donner un coup de main. Je ne sais pas réellement comment je vais pouvoir gérer, mais si je pouvais avoir un endroit ou dormir ne serait-ce que pour quelques jours, ce serait un bon début.

C’est timidement que je finis par frapper à la porte de Léonardo. Pour la première fois de ma vie, je me rends compte que je ne suis pas capable de tout gérer seule et que je vais avoir besoin de demander de l’aide. C’est assez difficile à accepter et c’est bien pour cela que je ne cesse de baisser le regard. Heureusement, Léonardo est présent à son appartement. « Oui pardon… Je débarque sans prévenir. » J’aurais probablement dû lui passer un coup de fil avant de me pointer devant chez lui avec mes sacs, mais j’étais clairement perdue et je n’ai pas trop réfléchis. Je suis prête à faire demi-tour, mais Léonardo en décide autrement. Il m’agrippe par les épaules et m’entraîne dans son appartement. Un peu perdue, je m’asseoir timidement sur son canapé et retire mes chaussures. Je me sens un peu mal à l’aise et après avoir poussé mes chaussures sous la table basse, je replie mes jambes contre moi pour m’enfouir dans ce cocon. « Ça va, t’en fais pas Léo. Un peu de jus de fruit ça m’ira très bien. » Mais subitement, il arrête de s’agiter autour de moi et me lance un regard bien trop inquiet. Ce que je voulais éviter depuis le début… Mais je savais parfaitement que ça allait se finir comme cela. Il va falloir que je lui raconte ma situation désormais. Je sens déjà les larmes me monter aux yeux, mais je refuse de les laisser couler. Il me voit toujours en train de pleurer, cela doit s’arrêter. « J’avais des problèmes d’argent Léo. » dis-je tout doucement les yeux baissés sur mes pieds, incapables de croiser son regard. « Je pensais pouvoir tout gérer, mais je payais mon loyer toujours en retard et… Mon proprio a perdu patience. » Je hausse un peu les épaules ne sachant quoi ajouter de plus. « Il m’a demandé de quitter l’appartement il y a deux jours, je voulais être indépendante et me débrouiller par moi-même, mais avec le boulot… » Je n’ai tout simplement pas su gérer et là, j’ai compris que je devais arrêter d’être aussi têtue pour une fois. « Il garde mes cartons pendant quelques jours, mais je devais quitter l’endroit et… Je savais pas ou allé Léo, je suis désolée. » Ne pas pleurer, surtout ne pas pleurer. « Mais je vais pas t’embêter longtemps, je te promets. Juste… Ce soir, si tu pouvais m’héberger, s’il te plaît. »             


† Speak and open up your mind. It's something you should do all the time, keep exploring, seek and find. You know you might surprise yourself

Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Grimes
l'homme aux chats
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans, né le 15/03/89.
SURNOM : leo, da vinci, la tortue.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : orthophoniste.
LOGEMENT : studio #99 dans le quartier de redcliffe.
I just need you now » LEO Tumblr_inline_plyfziKHN81ricaxd_540
POSTS : 4431 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien grâce à sa mère et maîtrise aussi l'espagnol et le français; il apprend aussi le coréen depuis peu – végétalien depuis plusieurs années – prend des cours de boxe depuis plusieurs mois – fait office de famille d’accueil pour chats dans le besoin.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : jules #1 - elora #2.
RPs EN ATTENTE : chad #2 - andy#3.
RPs TERMINÉS : milena #1 - andy #1 - thea - sam - seung-jin - danny - milena #2 - chad - st. patrick - bélial - milena #3 - cade #1 - chad/andy - wendy - adam - andreï - milena #4 - andy #2 - alfie #1 - elora #1 - romy (fantômes) - harvey.
PSEUDO : enchanted. (matt)
AVATAR : grant gustin.
CRÉDITS : wcstedrose (avatar), anaëlle. (signature)
DC : pas de dc.
INSCRIT LE : 03/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16725-don-t-you-wanna-stay-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t16811-holy-ground-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t18590-leonardo-grimes http://www.30yearsstillyoung.com/t23526-leonardo-grimes

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyMar 9 Juil - 20:04



Leonardo n’avait jamais vraiment connu la situation dans laquelle Elora se trouvait. Pendant toute son enfance, il avait indirectement joui de la fortune des Grimes, sans vraiment se rendre compte d’à quel point c’était tout sauf normal ; puisque sa famille ne se mélangeait pas avec ceux que leur père considérait être un peu n’importe qui, Leonardo n’avait découvert la réalité des quartiers les moins riches de New York qu’à seize ans – alors même que certains de ses camarades y habitaient. Mais là où certaines familles devaient faire d’énormes sacrifices pour que leurs enfants aient accès à la meilleure éducation qui soit, les Grimes signaient un chèque et c’en était fini là. Même pour son départ vers l’Australie, le benjamin des Grimes avait pu profiter de l’argent familial en ce qui concernait les démarches nécessaires, comme le visa et les billets d’avions – mais une fois atterri à Brisbane, il avait décidé qu’accepter leur argent revenait à accepter leur comportement et leurs idéaux. Ainsi, le pauvre Leonardo avait découvert la dure réalité de la vie étudiante. Il avait enchaîné contrat sur contrat, touchant à plus ou moins tous les emplois qu’on pouvait bien lui offrir – du barista au serveur en passant par le jardinier et le baby-sitter. Mais même quand il devait se scinder en deux entre ses cours et le travail, il avait toujours eu une issue de secours à portée de main ; il aurait pu envoyer un message à ses parents et recevoir l’argent qu’il lui fallait en deux minutes à peine. Il n’avait jamais eu recours à cette échappatoire évidemment, mais elle avait toujours été là si jamais il en avait vraiment eu besoin, ce qui faisait qu’il n’était pas complètement abandonné à sa merci en Australie – ou plutôt si, mais c’était un choix et non pas un aléa du destin.

En somme, il ne savait pas ce qu’Elora traversait. Il avait connu des moments où il avait dû serrer la ceinture jusqu’à la fin du mois et l’arrivée du salaire, se contentant de plats de pâtes comme repas – mais il n’avait jamais été véritablement seul ou chassé de chez lui. Et même s’il n’avait appris que très récemment que la blonde était en réalité sa demi-sœur, elle était avant tout quelqu’un avec qui il était ami, et quelqu’un qu’il n’aurait jamais souhaité savoir à la rue. Non pas qu’il ait eu envie de savoir qu’il y avait quoi que ce soit sans domicile, mais lorsque ça concernait ses proches la chose devenait bien plus personnelle – et au moins, il avait des solutions à apporter. Il se mit à parler d’un ton de voix très ferme mais calme, presque comme un robot. « Déjà, non. Tu ne m’embêtes absolument pas, et je préfère te savoir ici que dans la rue, ou dans un hôtel miteux perdu dans je-ne-sais quel coin de Brisbane. » Il se releva du canapé, allant comme si de rien n’était vers le frigo. C’était peut-être un comportement un peu étrange – ou au moins inattendu – de la part du Grimes, essentiellement connu pour être un sac à émotions sur pattes. Mais lorsqu’il le fallait, celui-ci pouvait se montrer extrêmement pragmatique ; puisqu’il savait très bien qu’il avait besoin qu’on le soit avec lui pour qu’il comprenne qu’il allait s’en sortir, il partait du principe que c’était aussi ce dont les autres avaient probablement besoin dans de telles circonstances. Bien évidemment, la réalité était loin d’être la même pour tout le monde – mais Leonardo refusait de rester les bras croisés devant ses proches souffrants. « C’est pas le grand luxe ici, mais le canapé n’est pas si inconfortable que ça. Et j’ai Netflix ! » Ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour être blagueur, mais c’était une bien pauvre tentative de la part du Grimes d’alléger l’atmosphère comme il le pouvait. Il reprit sa place à côté d’Elora, lui tendant un verre de jus. « Demain j’ai des rendez-vous dans la matinée, mais l’après-midi on pourra aller chercher au moins une partie de tes cartons ? » Leonardo n’ayant pas de voiture à lui ils seraient obligés d’y aller à pieds ou en bus – ce qui n’était pas plus mal, puisque ça leur permettrait de sortir ensemble, même si le contexte ne se prêtait pas vraiment à des joyeuses sorties de famille. « Histoire de, j’sais pas. Ne pas avoir un bout d’affaires ici, un autre là-bas et une chambre miteuse dans un hôtel craignos. » Même pour Elora, ce serait certainement plus facile de se remettre sur pied en commençant par des bonnes bases – et explorer les hôtels de Brisbane n’était pas forcément la bonne solution. « Et j’insiste. Je pense pas que tu me laisserais moisir dans une chambre lugubre si tu pouvais m’aider, donc… » Il termina enfin de parler, et prit son verre à lui pour laisser le temps à Elora de répondre, n’ayant pas envie de lui donner l’impression qu’il ne l’écoutait même pas. Mais Leonardo n’avait pas envie de la savoir seule et désemparée, et il comptait bien faire tout ce qu’il pouvait pour l’aider.




MAN ON THE MOON

only fools could ever feel this way - send my message into outer space, wonder if it's gonna float your way. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Elora Dawson
l'enfant caché
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-quatre ans - (12.02.1995)
SURNOM : très souvent Elo.
STATUT : célibataire et pour l'instant c'est très bien comme cela.
MÉTIER : assistante de Milena Grimes au cabinet Grimes & Hartman le jour, serveuse dans un bar la nuit.
LOGEMENT : #28, fortitude valley
I just need you now » LEO Original
POSTS : 1568 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ne connais pas son père biologique et viens de se découvrir une famille △ a perdue sa maman il y a trois mois △ discrète et travailleuse, on ne la remarque jamais vraiment △ née à New-York elle a cependant grandie à Brisbane △ amoureuse d’un homme mariée qui cinq ans de plus qu’elle △ végétarienne et fervente protectrice des animaux △ possède trois tatouages.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I just need you now » LEO Tumblr_mpwpk06nVt1s5227io1_500
CADE & LEONARDO #2 △ family don't end in blood. it doesn't start there either. family cares about you not what you can do for them. family's there for the good, the bad, all of it. they got your back even when it hurts. that's family.

I just need you now » LEO Tumblr_inline_ogsyuaKyCJ1rifr4k_500
THOMAS △ would you rescue me? would you get my back? would you take my call when I start to crack? would you rescue me? would you rescue me when I'm by myself? when I need your love, if I need your help. would you rescue me?

I just need you now » LEO Tumblr_nn0szbcaQ21qh1blro4_r1_500
ISAAC #2 △ hold on, to me as we go, as we roll down this unfamiliar road and although this wave is stringing us along. just know you’re not alone, because i’m going to make this place your home.


RPs TERMINÉS : Milena #1ThomasItziar #1TommyNoam #1Isaac #1CadeLéonardo #1Thomas #2Itziar #2Andy
PSEUDO : paindep.
AVATAR : lili reinhart.
CRÉDITS : (avatar) carolcorps.
DC : la tempête émotionnelle, bailey & le marine irlandais, cian
INSCRIT LE : 04/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20534-i-wanna-give-you-wild-love-elora http://www.30yearsstillyoung.com/t20571-you-ll-find-me-in-the-region-of-the-summer-stars-elora

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyMar 16 Juil - 18:45


I just need you now
Léonardo & Elora


Je déteste avoir à demander de l’aide. Depuis toujours ma mère m’as appris à être autonome. Elle ne demandait jamais de l’aide à personne. Je la voyais toujours tout faire pour se débrouiller seule. Même si parfois Thomas venait nous donner un coup de main, il le fait toujours de sa propre initiative, ce n’est jamais maman qui venait lui demander quoique ce soit. Alors, j’ai appris à faire pareil. C’est sans doute un défaut, je n’en sais trop rien. Autant dire qu’aujourd’hui est loin d’être un bon jour pour moi. Vraiment très loin… C’est un peu honteuse que je finis par venir frapper chez Léonardo. Je suis tellement gênée que je ne fais même pas attention à son appartement. Je vais juste m’installer dans le canapé avant de me recroqueviller en boule.

Léonardo semble agir de manière assez robotique d’un seul coup et je m’en veux réellement d’avoir débarqué chez lui sans prévenir. J’aurais dû lui passer un coup de fil pour le prévenir, il aurait pu un peu mieux organiser les choses et il aurait pu dire non également. Pourtant, le jeune homme insiste en me disant qu’il préfère me savoir ici que dans un hôtel miteux. Rien que cette idée me fait frissonner. J’ai pensé à me rendre dans un hôtel, mais je n’ai clairement pas les moyens et j’aurais probablement fini dans un truc délabré avec des draps à la propreté douteuse et une salle de bain sur le palier à partager avec le reste des clients. J’aurai fini par m’y habituer, mais la situation est loin d’être idéale. Je préférais squatter chez mes amis même si cela signifie qu’il va falloir que je bouge régulièrement. Je n’aime pas me retrouver cette situation. Je ne supporte pas l’idée de devoir demander de l’aide. J’ai vraiment honte et j’ai cette boule dans le ventre qui ne cesse de me dire que je ne fais que déranger Léonardo dans son quotidien. Pourtant, il ne perd pas son doux sourire en me présentant son appartement. Il essaye même de faire une pointe d’humour et un petit sourire se dessine sur mes lèvres même s’il n’est pas flamboyant de bonheur. « Si t’as Netflix, ça va alors ! »

Rapidement, je me perds dans mes pensées alors que j’entends Léonardo s’agiter derrière moi. Je sursaute presque lorsqu’il me tend un verre de jus. « Merci. » dis-je timidement tout en prenant une gorgée du jus frais. Je hoche la tête suite à la proposition de mon demi-frère. « Non, mais je vais trouver une solution t’en fais pas. Je vais pas envahir ton appartement. » Déjà, que je lui impose ma présence, je ne vais pas aussi venir l’envahir avec mes cartons. Je n’ai pas beaucoup d’affaires, mais tout de même cela prend un peu de place. « J’appellerais Thomas demain. Je voulais pas le faire aujourd’hui parce que… » Parce que quoi en fait ? Thomas est ce qui se rapproche le plus d’une famille pour moi et pourtant, je savais que je ne voulais pas le contacter en premier. Comme si j’allais décevoir celui qui a toujours représenter un père de substitution pour moi. En réalité, j’ai tellement honte d’en être arrivé là que je ne sais pas comment je vais pouvoir gérer son regard sur moi après cela. Au fond de moi, je sais qu’il va tout faire pour me venir en aide et qu’il sera présent pour moi. Pourtant, c’est ce sentiment de honte qui prend le dessus. « Je sais pas, j’ai juste honte d’en être arrivé là. » Je hausse un peu les épaules et relève les yeux pour croiser le regard de Léonardo. Un regard tendre et si prévenant que j’en ai tout simplement les larmes aux yeux. J’ai soudainement envie d’aller me blottir contre lui et pourtant, je ne bouge pas. On ne se connaît probablement pas assez pour cela. Alors, je reste dans mon coin du canapé avec cette envie de pleurer qui ne me quitte pas et mes genoux resserrer contre ma poitrine. « Je sais même pas pourquoi je suis directement venu chez toi. » dis-je un peu bêtement en riant légèrement. « Probablement parce que je savais que je serais bien reçue. » Une nouvelle fois, je hausse un peu les épaules et passe une rapidement une main sur mes joues pour effacer toutes traces d’éventuelle larmes. « Promis je vais pas pleurer. Tu vas finir par croire que je sais faire que ça si je fonds en larmes dès qu’on se voit. » Bien entendu, je fais référence à notre dernière rencontre et au fait que je m’étais laissé submerger par mes émotions. Je me sens tellement fatiguée et à bout que je ne sais plus vraiment quoi dire. « Je suis désolée… »              


† Speak and open up your mind. It's something you should do all the time, keep exploring, seek and find. You know you might surprise yourself

Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Grimes
l'homme aux chats
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans, né le 15/03/89.
SURNOM : leo, da vinci, la tortue.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : orthophoniste.
LOGEMENT : studio #99 dans le quartier de redcliffe.
I just need you now » LEO Tumblr_inline_plyfziKHN81ricaxd_540
POSTS : 4431 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : parle couramment italien grâce à sa mère et maîtrise aussi l'espagnol et le français; il apprend aussi le coréen depuis peu – végétalien depuis plusieurs années – prend des cours de boxe depuis plusieurs mois – fait office de famille d’accueil pour chats dans le besoin.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : jules #1 - elora #2.
RPs EN ATTENTE : chad #2 - andy#3.
RPs TERMINÉS : milena #1 - andy #1 - thea - sam - seung-jin - danny - milena #2 - chad - st. patrick - bélial - milena #3 - cade #1 - chad/andy - wendy - adam - andreï - milena #4 - andy #2 - alfie #1 - elora #1 - romy (fantômes) - harvey.
PSEUDO : enchanted. (matt)
AVATAR : grant gustin.
CRÉDITS : wcstedrose (avatar), anaëlle. (signature)
DC : pas de dc.
INSCRIT LE : 03/09/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t16725-don-t-you-wanna-stay-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t16811-holy-ground-leonardo http://www.30yearsstillyoung.com/t18590-leonardo-grimes http://www.30yearsstillyoung.com/t23526-leonardo-grimes

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyJeu 18 Juil - 14:13



Savoir qu’Elora était chez lui rassurait un peu Leonardo. Au moins elle n’était pas la rue ou chez le premier venu, et il savait qu’elle était en sûreté s’il était là. Mais sa sœur avait l’air embêtée par une telle situation – et il ne pouvait lui en vouloir, il aurait certainement été pareil à sa place à elle. Il s’était à son tour assis sur le canapé avant d’y poser ses pieds, sirotant son verre de jus pendant que la Dawson expliquait sa situation. Il reposa son verre après qu’elle ait fini – même si ses mots ne pouvaient pas payer son loyer ou lui rendre son appartement, il pouvait au moins essayer de lui faire comprendre qu’il ne la jugeait pas pour ça. « Je connais pas ce Thomas, mais… on a tous été dans des situations un peu compliquées – et d’expérience, personne s’en sort jamais seul. On a tous besoin d’aide de temps en temps. Toi, moi, Thomas, n’importe qui d’autre. » Il ne put s’empêcher de sourire lorsqu’Elora lui dit qu’elle savait qu’elle allait être bien reçue chez lui. Si Leonardo avait parfois du mal avec ceux qui l’entouraient, aider son prochain était la chose qu’il essayait de faire peu importe les conséquences ou la situation. C’était en partie pour ça qu’il s’était tourné vers la médecine – pour savoir qu’il servait à quelque chose, et que son travail pouvait en aider certains. Et savoir qu’Elora comptait sur lui le touchait comme peu de compliments auraient pu le faire. « C’est normal. On est frère et sœur, après tout. Et je ne laisserais personne que je connais à la rue, encore moins une amie-devenue-sœur. » Il vit bien que sa sœur commençait à larmoyer – et son coeur se serra un peu plus. Ne sachant pas vraiment comment il pouvait la consoler – était-ce trop tôt pour la prendre dans ses bras, comme il l’aurait fait avec Milena ? - il lui approcha sa boîte de mouchoirs à lui. La vie semblait s’acharner sur la pauvre Elora – ce qui lui donnait encore plus de raisons d’être à ses côtés et faire l’impossible pour l’aider. « T’en fais pas. Je pense qu’à ta place je me serais déjà vidé d’absolument toutes les larmes de mon corps. » Il ne rigolait pas – s’il avait dû affronter tant de difficultés en si peu de temps, il se serait contenté de pleurer jusqu’à avoir la force d’affronter la vie. « C’est pas comme si t’avais demandé à être virée de chez toi, pour le coup. » Il toussota légèrement, ayant peur d’être un peu trop envahissant avec Elora. Ils s’étaient déjà rencontrés à l’université, mais les années étaient passées et Leonardo craignait d’être un peu trop collant avec la jeune fille, qui venait de se découvrir une fratrie toute entière. Elle avait certainement besoin de temps pour elle-même et pour les personnes qu’il y avait déjà dans sa vie, ne serait-ce que pour se rappeler que l’identité de son père ne changeait rien à la personne qu’elle était. Mais il ne voulait pas qu’elle prenne son silence pour du je-m’en-foutisme, très loin de là. « Hésite pas à me tenir au courant, surtout. Que tu trouves quelque chose ou pas, que t’ailles chez un ami ou un autre… que je me fasse pas trop de souci. » En règle générale, le Grimes se faisait toujours du souci peu importe la situation – mais il omit de dire ça à sa sœur, n’ayant pas envie qu’elle s’inquiète à son sujet à lui alors qu’elle était elle-même dans une bien mauvaise passe. « Et si t’as besoin d’aide ou te changer les idées, je suis toujours là. » La situation dans laquelle ils se trouvaient lui rappelait à quel point ça avait été improbable qu’ils se retrouvent aussi longtemps après dans de telles circonstances, et à quel point le hasard avait bien fait les choses pour qu’ils découvrent la vérité en étant dans la même ville. Il se rendit compte que ses yeux à lui commençaient à se mouiller à leur tour, et il se dépêcha d’attraper un mouchoir du bout du bras. « Pardon. Si c’est moi qui me mets à pleurer, on est pas sortis de l’auberge. » Il essuya ses yeux – aucune larme n’était tombée, mais ils étaient bien plus humides que d’habitude. Mais il s’était rattrapé à temps. Pour le coup, à côté d’Elora, empathie mise à part il n’avait pas beaucoup de raisons de pleurer.




MAN ON THE MOON

only fools could ever feel this way - send my message into outer space, wonder if it's gonna float your way. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Elora Dawson
l'enfant caché
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-quatre ans - (12.02.1995)
SURNOM : très souvent Elo.
STATUT : célibataire et pour l'instant c'est très bien comme cela.
MÉTIER : assistante de Milena Grimes au cabinet Grimes & Hartman le jour, serveuse dans un bar la nuit.
LOGEMENT : #28, fortitude valley
I just need you now » LEO Original
POSTS : 1568 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ne connais pas son père biologique et viens de se découvrir une famille △ a perdue sa maman il y a trois mois △ discrète et travailleuse, on ne la remarque jamais vraiment △ née à New-York elle a cependant grandie à Brisbane △ amoureuse d’un homme mariée qui cinq ans de plus qu’elle △ végétarienne et fervente protectrice des animaux △ possède trois tatouages.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I just need you now » LEO Tumblr_mpwpk06nVt1s5227io1_500
CADE & LEONARDO #2 △ family don't end in blood. it doesn't start there either. family cares about you not what you can do for them. family's there for the good, the bad, all of it. they got your back even when it hurts. that's family.

I just need you now » LEO Tumblr_inline_ogsyuaKyCJ1rifr4k_500
THOMAS △ would you rescue me? would you get my back? would you take my call when I start to crack? would you rescue me? would you rescue me when I'm by myself? when I need your love, if I need your help. would you rescue me?

I just need you now » LEO Tumblr_nn0szbcaQ21qh1blro4_r1_500
ISAAC #2 △ hold on, to me as we go, as we roll down this unfamiliar road and although this wave is stringing us along. just know you’re not alone, because i’m going to make this place your home.


RPs TERMINÉS : Milena #1ThomasItziar #1TommyNoam #1Isaac #1CadeLéonardo #1Thomas #2Itziar #2Andy
PSEUDO : paindep.
AVATAR : lili reinhart.
CRÉDITS : (avatar) carolcorps.
DC : la tempête émotionnelle, bailey & le marine irlandais, cian
INSCRIT LE : 04/07/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20534-i-wanna-give-you-wild-love-elora http://www.30yearsstillyoung.com/t20571-you-ll-find-me-in-the-region-of-the-summer-stars-elora

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO EmptyDim 28 Juil - 19:19


I just need you now
Léonardo & Elora


Assise dans le canapé de Léonardo, je me sens comme en sécurité. Je ne savais pas réellement ce que je faisais lorsque j’ai décidé de venir chez lui. Il est vrai que l’on ne se connaît presque pas tout les deux. Nous étions amis à l’Université, mais j’ai l’impression que cette période date d’il y a bien trop longtemps. Comme une autre vie dont je n’ai clairement pas assez profité et qui parfois me manque réellement. Aujourd’hui, c’est un peu comme si on se découvrait réellement avec Léonardo. On a enfin toutes les cartes en main et j’ai la sensation que cette nouvelle relation est encore très fragile. Pourtant, c’est bel et bien chez lui que je suis venu me réfugier. Comme par instinct, comme si je savais que quoiqu’il arrive, il allait m’accueillir les bras ouverts. Et c’est d’ailleurs le cas. Il semble un peu mal à l’aise, ne sachant pas vraiment ou se mettre ou surtout quoi dire soudainement et pourtant, il est présent pour moi. Je le vois dans son regard. On se tourne autour timidement et je prends le temps de lui expliquer ma situation. Je lui explique qu’aller chez Thomas aurait dû être ma solution, mais que ma fierté m’en à empêcher. C’est ma seule excuse dans le fond, cette foutue fierté. Et comme mon père de substitution pourrait le faire, Léonardo me fait comprendre que parfois, on doit se faire aider, que se débrouiller seul n’es pas vraiment envisageable. Je soupire quelque peu et finis par lever les yeux pour croiser son regard. « Je sais que je vais devoir demander de l’aide, mais… C’est juste pas facile à accepter. » J’ai toujours été très indépendante et encore plus depuis le décès de ma maman. « Mais l’argent ne tombe pas du ciel, hein. » Un rire nerveux s’échappe d’entre mes lèvres. Je travaille comme une dingue, j’ai deux boulots à temps plein et pourtant, je n’arrive pas à m’en sortir financièrement. C’est un drame quand même… « J’ai du mal à l’accepter, c’est tout. » Je hausse les épaules ne sachant réellement quoi dire d’autres. « Mais je vais m’en sortir » ne pus-je m’empêcher d’ajouter.

Parler de tout cela me met les larmes aux yeux. C’est toujours comme cela dernièrement. Je suis incapable de parler de ma vie sans finir par pleurer toutes les larmes de mon corps. Mes proches vont finir par croire que je ne sais faire que cela, me plaindre et pleurer. Ce n’est pas l’image que je veux donner. Alors, je tente de retenir mes larmes, mais c’est peine perdue. Leonardo me tend une boîte de mouchoir que j’accepte avec un petit sourire. Mon demi-frère tente de justifier mes larmes et j’ai juste envie de lui tomber dans les bras pour le remercier. Il est tellement attentionné, doux et adorable avec moi. Je ne sais même pas si je mérite un frère comme lui et pourtant, il est bel et bien de ma famille. J’ai vraiment de la chance que le jeune homme m’est accepter dans sa vie de cette manière. Contrairement à son frère et sa sœur. « J’aimais pas vraiment mon appartement, mais bon, j’avais un toit sur la tête et mon indépendance. » Cette indépendance que je chéris tellement. Peut-être trop même. « Je suis un peu têtue, désolée. » Je ris un peu et hausse les épaules. Cette colocation forcée va nous permettre de se connaître un peu mieux. Dans le fond, c’est probablement un bien pour un mal. Je voulais apprendre à connaître cette famille que je me suis découverte sur le tard, c’est l’occasion que jamais. Peut-être qu’au côté de Léonardo, j’arriverais à en apprendre un peu plus sur tout le monde. « T’es vraiment adorable, tu sais, je ne t’embêterai pas longtemps et je te tiendrais au courant de tout, promis. » dis-je en souriant. Pour me détendre un peu, je reprends en main le verre que m’a servi Léonardo et en bois une longue gorgée avant de grimacer quelque peu. Je crois que son jus de fruit n’était plus vraiment très frais, il a comme un vieil arrière-goût. Ne voulant pas vexer mon frère, je repose mon verre rapidement bien décider à ne plus y toucher et à bien vérifier ce que je prends dans son frigo. « J’ai pas beaucoup de côté, mais je te ferais le ménage et la cuisine. » lui proposais-je en souriant un peu. « Je cuisine bien et généralement ça aide à me changer les idées souvent. Par contre, je suis végétarienne, mais si tu manges de la viande ça ne me dérange pas. Chacun ses convictions. » Je veux pas paraître pour une chiante et je suis vraiment honnête, je me fiche des convictions des autres tant que je suis en accord avec les miennes.

Dans tout cela, je vois bien que Leonardo est assez ému par toute la situation et ses paroles me font rire autant qu’elles me font chaud au cœur. Cette fois, je n’hésite plus et viens me coller tout contre lui. Blotti contre son torse, enfoncé dans le canapé, je me sens enfin bien. « On peut pleurer tous les deux, moi, je m’en fiche. » De toute façon, il paraît que ça ne fait pas de mal d’ouvrir les vannes de temps en temps. L’espace d’un instant, je reste contre lui sans bouger. Je crois que j’en avais cruellement besoin et dans le fond, c’est ce qu’il y a de plus rassurant. « Je crois que j’avais besoin de ça. » dis-je avant de relever les yeux vers Leonardo. « Vraiment merci de m’avoir ouvert ta porte, je te promets que je me ferais toute discrète. Puis je bosse beaucoup de toute façon et je dors pas beaucoup. » Entre mon travail au cabinet la journée et mes nuits passées au bar, il faut avouer que je ne passe pas beaucoup de temps dans mon logement et encore moins dans mon lit. « Je ferais pas de bruit le soir quand je rentre tard. » ajoutais-je comme pour le rassurer. « Puis je sais pas je trouverais une solution. J’espère. »              


† Speak and open up your mind. It's something you should do all the time, keep exploring, seek and find. You know you might surprise yourself

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

I just need you now » LEO Empty
Message(#) Sujet: Re: I just need you now » LEO I just need you now » LEO Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

I just need you now » LEO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: logements
-