AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 ((great escape.)) ft. Lukà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptySam 6 Juil - 16:01




great escape.
Odeur salée qui émerveille ton odorat, ta joie est immense quand tes pieds glissent sur les grains de sable. «  Je peux être seule, je te jure Jenny. » Tu offres ton sourire en gage de bonté. besoin d’espace, de solitude, fais-moi confiance Jenny. Sa main qui glisse de la tienne douceur exquise, cœur qui s’emballe à cette marque de confiance.  Pas de discourt, juste elle qui s’éloigne de toi, te disant qu’elle sera à l’appartement. Cœur en joie, émotion au plus haut taux. Tu te sens bien poupée, malgré la prison couleur ébène dans laquelle tu avances, tu es bien.  Tu rêverais que les couleurs dansent autour de toi comme avant avec l’intensité qu’elles méritent, mais cela est impossible, alors tu te concentre sur l’odeur, la mélodie charmeuse qui se dégage de ce coin de nature. La plage est ton lieu de ressource depuis ton arrivée à Brisbane.  Pas après pas, tu hésites à te rendre jusqu’à l’eau, sentir cette dernière caresser tes pieds. Hésitation balayé en quelques secondes. Tu n’iras pas te risquer, tu as juste besoin de te sentir un peu plus vivante, de sentir l’émoi de tes souvenirs d’antan venir chatouiller ton âme. Le bien que l’eau, que l’air et les mélodies diverses peuvent avoir. Pas après pas, la canne balayant petit à petit le chemin que tu suis. Pas de chien pour le moment, pas de compagnon. T’as envie et si peur à la fois. Peur qu’il se blesse par ta faute et si tu fautais, et si sa vie pourrait se trouver en grand risque par ta faute ? Alors, tu vas écumer les sombres ruelles de cette ville, couleur éternelle pour toi, taisant ton mal, tes peurs derrière le sourire enchanté que tu offres au monde. Grimace qui donne la lumière à ton monde, la seule lumière de ton âme que tu peux encore capter un minimum. Un pied qui touche le liquide, une vague qui se meurt sur le second, les lèvres qui s’ourlent un peu plus. Paupières qui glissent sur tes opales si inutiles, liberté du moment, tu glisses dans un bulle de plaisir, le cœur en instant de paix. Moment exquis qui s’offre à toi, la nature qui te rencontre à nouveau, différemment, émotions décuplés est encore plus enivrante qu’à l’accoutumé. Tu t’installes sentant le courant glisser sous tes fesses, l’amusement est divin, la mélodie est somptueuse, l’effluve de fragrance majestueux. Ton âme est enivrée par ce moment. L’eau continuant de monter, glissant sur tes jambes vêtues d’un jean. Ton visage toujours habillé de ton sourire. Poupée trouve sa place dans le monde noir qui est le sien. T’as toujours vécut pour la nature, pour les autres et retrouver le premier élément est si plaisant que tu oublierais que tu n’es pas dans une bulle. Que n’importe qui pourrait venir mettre fin à ce moment de paix. T’oublies d’imaginer ce que tu voyais avant quand tes opales flirtaient avec ce monde qui t’entoure, mais que tu ne peux plus t’approprier. Des pas qui viennent se joindre à la symphonie que te joue la nature, curieuse, tu lances un appel, comme une bouteille à la mer en sorte.  « Y a quelqu’un ? » Demandais-tu avec la voix de sirène qui est tienne.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyDim 7 Juil - 16:03



Great escape.
Rehane & Lukà.
Tu ne sais plus vraiment comment tu t'es retrouvé près du bord de mer. Ici, tout est calme, paisible. C'est généralement en fin de journée que tu aimes te retrouver sur la plage, n'écoutant que le bruit des vagues pendant que tu dévores le livre que tu as embarqué avec toi. Dans ta sacoche, on peut toujours trouver un livre. Un roman policier ou d'aventure, très peu de sciences fiction et encore moins d'amour. Le romantisme est mort depuis six ans pour toi. Tu n'as connu aucune femme depuis Anna, tu ne sais même plus comment draguer non plus. Anna est toujours aussi présente dans ton esprit que le jour de son départ, elle ne veut pas s'en aller ou bien c'est toi qui refuse de la laisser partir, de tourner cette maudite page. Il le faut pourtant, tu ne peux pas rester éternellement bloqué sur ton ex petite amie. C'est elle la fautive, la coupable. C'est elle qui t'as abandonné et non l'inverse. Matt te le répète depuis six ans déjà, aujourd'hui tu l'imprime enfin. Mieux vaut tard que jamais comme on dit. En cette fin de journée hivernale, t'es seul sur la plage. La journée de travail fut longue mais enrichissante. T'as fait la connaissance de nouveaux talents qui ne demandent qu'à éclore. Maintenant, c'est à toi de leur prouver qu'ils ne le regretteront pas de laisser leur avenir entre tes mains. Qui ne tente rien n'a rien. Assis sur le sable, tu observes les environs. De ta sacoche, tu sors ton carnet de dessin et commence à effectuer le dessin du coucher de soleil que tu vois au loin devant toi. Depuis ta rencontre avec Ginny, tu reprends peu à peu le dessin. Ça te fait un bien fou, ton esprit est comme libéré. La plupart du temps, tu dessines le visage de ton fils tel que tu l'as vu, la seule et unique fois, sur le cellulaire de ta cousine. Trois ans se sont écoulés, il a certainement dû changer. Ginny va te prendre pour un dingue à toujours dessiner la même chose. Mais ça te fait du bien de reprendre le dessin même si t'es loin d'être un professionnel. Comme le dirait Ginny, il n'y a pas de perfection dans l'art. On est tous différent, on perçoit tous les dessins différemment. Du plus loin que tu t'en souviennes, t'as toujours été perfectionniste envers toi-même et ce, dans tous les domaines. Ne te trouvant pas suffisamment doué dans le dessin, tu as abandonné il y a de cela plusieurs années. Tu pensais être rouillés mais en fait, la reprise c'est fait tout naturellement. Au bout d'une heure de dessin, tu ranges ton stylo et ton matériel. Tu le montreras à Ginny lors de votre prochaine rencontre. Tu te lèves et marche un peu sur le sable, les pieds nus. Au loin, assise dans le sable, tu aperçois une silhouette. Une femme. Loin de toi l'envie de l'importuner, tu t'avance malgré tout vers elle. La jeune femme est si belle, un visage parfait et une silhouette tout aussi parfaite. La jeune femme semble avoir sentie ta présence ou, tout du moins, une présence quelconque. "Pardon, je ne voulais pas te déranger .." Tu passes ta main dans tes cheveux, te grattant doucement le haut du crâne.

code by exordium.



Dernière édition par Lukà Petterson le Lun 8 Juil - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyLun 8 Juil - 17:43




great escape.
L’eau qui glisse sur ta peau, cette sensation de chatouille qui te fait sourire un peu plus. Laissant ton sourire devenir un peu plus solaire, faisant concurrence au soleil. T’es calme et apaisée ici. Aucune charge sur tes épaules. Pas de peur de t’écrouler sur le sol. T’aimerais retrouver ton assurance, celle qui te permettait de rentrer dans une salle pleine de monde, ton courage qui te faisait te battre même face à tes parents. Eux, démons de tes nuits et ange gardien de ton enfance. Tu le sais que tu les aimes, t’aimerais juste qu’ils dénouent de ta taille cette ceinture de sécurité qu’ils t’ont glissés pour te protéger. Tu veux virevolter au désir de la vie, comme cette cécité, tu veux l’affronter, sans qu’ils ne viennent te guider ou imposer un quelconque choix de chemin. Tu voudrais qu’ils te tendent une main, qu’ils t’aident à avancer. Car poupée sans l’avouer tu auras besoin d’eux, ils sont tes parents, mais ils sont surtout bien trop prévisible dans le fond. Alors, tu vides ton esprit, laissant les couleurs ne plus être ta priorité, tu ne veux plus forcer ton esprit à se souvenir de tes mimiques, de celle des autres et des couleurs majestueuses se dégageant du monde. Symphonie qui réveil des envies de te laisser aller, des envies de plonger dans l’eau. Petit à petit tu pourrais te jeter dans la gueule de la mer, l’envie de vivre comme avant, sans te demander comment tu pourrais gérer cela. L’angoisse de l’avant rencontrant le présent. Les entrailles qui se tordent, et tu laisses aussitôt se calmer. Tu ne veux pas de se stresse, pas maintenant. Opale en panne et tu vois encore le monde aussi beau qu’il peut l’être par la musique qu’il te joue. Apaisée, tu ne sursautes pas quand tu entends des pas s’enfonçant dans le sable, un petit cri, un petit son qui rendait la mélodie différente, mais intéressante. Tu pourrais être quelqu’un d’autre ? Tu pourrais ne pas être l’aveugle. Les lunettes solaires qui cachent tes tendres et regrettés opales. La voix qui répond à ta question que tu avais lancée dans le fond sans grand espoir de réponse. La tête qui se dirige vers cette voix, tu espères regarder du bon côté. Le sourire s’imposant un peu plus sur ton visage. « Oh, vous ne me dérangez pas … enfin tu. » Poupée tu rectifies le tir, tu ne sais pas trop si cette voix est jeune ou non, tu ne sais pas trop te prononcer, tu aimerais laisser ton instinct y répondre, mais tu n’es pas sûr de pouvoir miser sur lui. Le sable qui s’égrène de ta paume, laissant échapper petit à petit les grains mouillé que tu venais d’envelopper de ta main. « Rehane ! » Tu lances ton prénom comme ça, l’envie d’être autre chose qu’une fille atteinte de cécité, même si dans le fond, t’as comme l’impression que c’est noté sur ton visage et que l’homme le sait déjà sans doute. Tu offres ton sourire à cet inconnu, ton âme s’envole pour un moment de répit, pour une sensation de renaissance, pour cette envie d’être comme avant. Heureuse et voyant. Les couleurs dansant sous tes opales, le monde te régalant de cette beauté que sans doute tu n’as jamais assez prise au sérieux vu ton oublie à son égard. « La plage est grande, mais tu ne me déranges pas ! » tu reposes ton visage sur le large, le bruit des vagues qui te charment en un instant, alors que tu glisses ta main dans tes cheveux qui s’envolent à la demande du vent.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyLun 8 Juil - 20:57



Great escape.
Rehane & Lukà.
Assis dans la sable à observer l'horizon, à rêver assi parfois. Tout est calme, paisible. Toi qui ne semble pas trouver la paix de l'esprit depuis six ans, t'aime te rendre au bord de l'eau. T'aime venir observer les vagues qui viennent s'échouer sur le sable. Lire au bord de l'océan, dessiner le magnifique coucher de soleil que l'on peut apercevoir le soir venu. Tu ne peux malheureusement pas te rendre aussi souvent que tu le souhaite au bord de l'eau, deux à trois fois par semaine tout au plus. Tu mène une vie de folie avec très peu de moment de répit. Mais tant mieux, c'est ce que tu souhaites. Il n'est pas question d'avoir un moment de solitude dans ta journée sinon ton esprit te rappellerait sans cesse Anna. Déjà que tu rêves d'elle la nuit, pas question de penser à la jeune femme la journée. Tu pourrais rester des heures face à l'océan. Parfois, t'y reste jusqu'à tard dans, lorsque la faim ou la fatigue se font sentir. Trainer dans une salle remplie de monde n'est pas fait pour toi. Tu n'es pas un phobique de la foule, tu ne te sens juste pas à l'aise parmi la foule. Surtout depuis six ans, t'as l'impression que tout le monde sait qu'Anna t'as brisé le coeur, comme si c'était écrit sur ton front. C'est faux. C'est juste toi qui te focalise sur cette blessure qui ne parvient à cicatriser. Ton coeur saigne encore et il saignera sans doute encore un moment. Rencontrer des gens n'est plus un exercice aussi facile qu'autrefois pour toi. T'as peur d'être déçu à nouveau, d'avoir encore une fois le coeur brisé. Léonie va s'occuper de toi, elle va prendre son temps afin de te réparer et il y a du boulot. Bonne chance à elle ! La demoiselle a déjà mis le doigt sur quelque chose, elle t'as pointé du doigt le fond du problème. Elle a fait un premier pas, c'est à toi de faire le suivant et de ne pas rester enfermer chez toi. Plus facile à dire qu'à faire, t'es déterminé à aller mieux et à aller de l'avant sans jamais regarder derrière toi. En cette fin de journée d'hiver, bien emmitouflé dans ta veste, tu marche pieds nus dans le sable. L'air est froid mais la sensation du sable sur tes pieds est agréable. Au loin, tu aperçois une silhouette sur la plage, assise dans la sable juste en face de l'horizon. Le soleil se couche, la journée se termine. Loin de toi l'envie de l'importuner, elle t'invite tout de même à t'assoir près d'elle après s'être présenté à toi. Un sourire sur le visage, tu t'installe à ses côtés. Ton visage se pose sur la jeune femme prénommée Rehane. "Enchanté Rehane. Moi, c'est Lukà !" Tu regrettes de ne pas voir ses yeux, tant pis ça sera pour une autre fois peut-être. "Tu viens souvent ici ?" Pour le peu de fois om tu te rends sur cette plage, tu ne l'as encore jamais vu. T'en es certain parce que si cela avait été le cas, tu t'en aurais souvenu. Un visage comme le sien ne s'oublie pas. Ton coeur s'emballe, il bat plus vite qu'il ne le faudrait. La présence d'une femme à tes côtés n'est plus aussi courant. Ta main se pose sur le sable à, à peine quelques centimètres de la sienne. "C'est beau .." Dis-tu d'une voix douce, apaisante. Tu ne la connais pas mais tu te sens bien près d'elle, une sensation de bien-être s'empare de toi.

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.

Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyVen 19 Juil - 17:07




great escape.
Et ça brise ton cœur. La mélodie est belle, mais t’aimerais observer la chorégraphie, te noyer dedans de tes opales, mais tu ne le peux pas. Alors, tu continues de sourire, serrant tes genoux  contre ta poitrine. Le myocarde qui se calme, qui se met à l’allure des vagues, reposant. Ton cerveau poupée devrait en faire autant, se taire et laisser tout s’envoler comme une hirondelle qui récupère sa liberté. Les yeux blottis derrière des lunettes qui cachent ce voile qui s’est formé sur tes opales, alors tu es comme protégé de la vérité. Tu ne peux pas être aveugle pendant un instant, une seconde. Une fille normale sans soucis.  Et tu imagines que c’est vrai, laissant une triste réalité s’estompée loin de toi.  la berceuse t’inspirerait des mots, des vers à glisser sur chacune des notes que la nature présente de joue, un peu triste et pourtant plein d’espoir. Tes opales ne t’offrent plus les couleurs, mais tu le sais le monde n’est pas pourvu de la seule couleur du monde entourant les personnes. Y a des personnes qui sont à eux seul des couleurs qui continueront de danser dans ta vie, cette pensé t’émue, car tu le sais que parfois t’es si dure à suivre, si complexe à prendre au sérieux, car petite princesse est une bout en train qui ne veut pas  laisser les mauvaises choses l’emprisonner, ce qui est un comble bu que tu es prisonnière de la noirceur de ton nouveau monde.  La solitude pourrait être pesante, mais pas ainsi, pas avec l’environnement s’offrant à toi. Les vagues venant se mourir sous tes fesses, tu sens l’eau monter un peu plus, et tu laisses faire, tu veux sentir l’eau jusqu’à ton visage, mais tu es comme une personne ne sachant pas nager, incapable d’avancer dans la profondeur de l’eau. Tu ne serais sans doute pas revenir, tu serais prise de panique, tu le ressens comme ça, alors tu restes là assise à profiter déjà des odeurs majestueuse se mélangeant à l’effluve de ton parfum. Solitude rompue avec plaisir. Personne ne dérange, personne ne peut briser le moment paisible que tu as en ce moment. Inconnue à la voix douce qui se mélange avec merveille à cette complainte que tu écoutes avec plaisir depuis un moment, le sourire s’accrochant à nouveau à ton visage. On ne pourrait pas savoir ce qui ne va pas chez toi, savoir que tu as une pointe d’amertume caché en toi, alors que tu n’es qu’un petit soleil qui vie sur cette terre. Les bons côtés, toujours. Mais tu le sais, t’es pas à l’abri d’une chute qui te fera tombé dans la noirceur de ta vie. «  Enchanté Lucas … » Cet accent qui sort de suède. «  Pardon Luka. » Il ne ressort que quelques fois, quand ce sont des mots que tu prononces que rarement comme ce prénom. «  J’aurais répondu oui à cette question avant … mais ça fait six mois que je n’étais pas venue … » Du moins, pas seule. Mais le nombre de fois se compte sur deux doigts et pas plus.  «  Je vis dans le quartier et toi, tu  viens souvent ici ? » Que tu demandes, alors que tes doigts s’ancrent dans le sable mouillé,  relevant tes mains tu laisses les grains de sable humide glissé avec bien du mal hors de ta paume. Ta tête ne bouge que de temps à autre en direction de l’homme prés de toi, compagnie inconnu et pourtant qui réchauffe ton cœur.  Appréciant la brise glissant sur toi, tu souris un peu plus, comme si cette dernière pourrait te faire prendre ton envol, si elle pouvait te mener dans un autre monde, pourquoi pas l’ancien ? Celui où il n’y avait pas d’épais rideau qui caché la lumière du monde et ses couleurs ? Beau. Dans ton souvenir tu pouvais rêver devant la vue, tu pouvais laisser ton âme rêveuse s’imaginer mille et un monde, et maintenant ? Ce sont les autres sens qui t’offre le paradisiaque de l’endroit. Tu le découvre autrement et t’aimes ça, alors autant dire que ça rend malgré tout cet endroit beau. «  Majestueux est le mot exact ! »  Le mot parfait qui vient de frôler tes lèvres pour décrire ce que tu ressens en étant ici. «  Tu vois le paysage magnifique, mais moi en plus de ça, je veux l’écouter, le sentir et crois moi c’est si bon ! » Rien dans tout ça n’annonce ton handicap tout nouveau, car tu n’as pas envie, pas envie qu’une nouvelle personne sache que tu es dans l’incapacité de laisser tes opales se noyer dans la mer avec plaisir.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptySam 20 Juil - 15:45


Great escape.
Rehane & Lukà.
Tu ne connais rien de cette fille. Ni son prénom, ni son histoire. Rien. Tu ne la connais pas et pourtant, tu viens t'asseoir près d'elle. Assis dans le sable, les yeux rivés sur le coucher de soleil et qui se meurt sur l'horizon. Quel idiot Petterson ! Tu n'as même pas pensé à prendre ton appareil photo ou même, tes crayons et ta pochette de dessin afin d'immortaliser le moment. Ce n'est pas grave, ce magnifique paysage est gravé dans ta mémoire, tu n'auras aucun mal à le reproduire. Tu viens assez souvent ici le soir, après une rude journée de travail. D'ordinaire, tu ne croise personne. Les habitants sont bien focalisés sur leurs petites vies pour s'attarder sur une chose aussi futile qu'un coucher de soleil. Beaucoup trouve cela ennuyant, pas toi. Tu trouve ce moment de la journée aussi fascinant que le lever du jour. Ton coeur palpite bien plus rapidement que d'ordinaire. Serait-ce la beauté du paysage qui s'étend sous tes yeux ? Ou la présence de la demoiselle à la chevelure dorée ? Il y a bien longtemps qu'une femme ne t'as pas procuré un tel effet, une telle sensation de bien-être. La dernière, c'était Anna. Après son départ, tu ne pensais pas ressentir cette sensation de bien-être en compagnie d'une autre femme un jour. Et puis, elle est apparue comme sortie de nul part. La solitude ne t'as jamais pesée, cela dit tu dois bien avouer que d'avoir un peu de compagnie de temps en temps ne fait de mal à personne. Loin de toi l'idée de l'importuner, elle te laisse t'assoir à ses côtés. L'odeur de son parfum embaume ton espace vital mais c'est agréable. Une douce et délicate odeur te chatouille les narines. Sensation agréable. Des frissons te parcourent l'échine entièrement, de haut en bas. Tu lui souris à la demoiselle, observant un à un ses traits. Elle est belle. Un visage ovale parfait, des lèvres tout aussi parfaite qu'elle et recouverte d'un léger gloss transparent. L'écume des vagues passe sous tes fesses, tant pis ce n'est que de l'eau et le sensation n'est pas déplaisante. Tu ne sais pas quoi lui dire. T'as jamais été très bavard et puis, tu rompt déjà sa tranquillité en venant t'assoir près d'elle. T'ignore si c'est l'effet de ta présence à tes côtés mais elle affiche un grand sourire depuis plusieurs minutes. Ses lunettes de soleil t'empêche de pouvoir admirer la couleur de ses iris, tant pis. «  J’aurais répondu oui à cette question avant … mais ça fait six mois que je n’étais pas venue … » Ce ci explique donc pourquoi tu ne l'as encore jamais vu sur la plage. Il y a six mois en arrière, tu étais encore bien incapable de sortir seul et, surtout, de faire la conversation ç une demoiselle. Aujourd'hui, ça te semble presque être un exercice des plus normal. «  Je vis dans le quartier et toi, tu  viens souvent ici ? » Non, vous n'êtes pas voisins. Dommage ! T'aurais adoré la croiser le matin lorsque tu pars travailler u à ta pause déjeuner. "Non, malheureusement. Je vis dans le quartier de Bayside.." Cela dit, ça va probablement changer. Il te reste qu'à mettre en place ce qui te trotte dans la tête et ça sera partis. Il suffit de se lancer, c'est tout. Tu la regarde prendre le sable dans ses mains. Le bonheur réside dans les moments les plus simple. Tu t'amuse à faire de même et laisse ton regard poser sur le sable qui s'écoule lentement à travers tes doigts. «  Majestueux est le mot exact ! » Sa voix est mélodieuse, c'est si beau. Tu fermes les yeux lorsqu'elle parle, des frissons continuent de te parcourir. «  Tu vois le paysage magnifique, mais moi en plus de ça, je veux l’écouter, le sentir et crois moi c’est si bon ! » Comme elle, t'écoute ce paysage. Le bruit de l'eau qui s'échoue sur la plage, la légère brise du soir. Pas un seul son provenant de la ville ne vient entâcher ce moment. "Je vois ce que tu veux dire. J'adore venir ici et prendre en photo ce paysage, ou le dessiner aussi.." Lui avoues-tu sur un ton calme, doux et apaisant. "Mais j'ai oublié mes pinceaux et mon porte dessin .." Quel con ! Il faut dire que tu n'avais pas prévus de passer par-ici ce matin en quittant ton perron. C'est pas grave, le paysage est gravé dans ta tête tout comme le visage de la demoiselle. Un brin stressé, tu te grattes la tête avec ta main. T'es loin d'être à l'aise avec les femmes. "Tu connais les ratons laveurs ? Ce sont des petits mammifères de l'ordre des carnivores. Tu sais pourquoi on les appelle comme ça ? Parce qu'ils ont pour habitude de tremper leurs nourritures dans l'eau avant de les déguster. Il vit principalement la nuit et grimpe aisément aux arbres, grâce surtout à ses petits doigts agiles et à ses griffes acérées. Son pelage est couleur poivre et sel, parfois avec quelques teintes de roux. On le reconnait grâce à sa queue alternant les couleurs noires et blanches, et aussi à son bandeau blanc autour des yeux. Il est beaucoup chassé par sa fourrure. Je trouve cela ignoble. Je ne supporte pas ce comportement de l'être humain. Comment on peut faire du mal à des créatures aussi mignonne que les ratons laveurs ? Bon cela dit, je ne sais pas s'ils sont si mignons que cela en captivité, je n'en ai jamais croisé !" Pauvre Rehane, elle va te prendre pour un fou et prendre ses jambes à son cou. Nerveusement, tu joues avec tes doigts dans le sable mouillé. "Pardon, je suis un peu stressé et quand je stress .. Je dis n'importe quoi.." T'excuses-tu auprès d'elle.

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.

Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyMar 23 Juil - 17:54




great escape.
Tu ne les vois plus les vagues, mais tu les entends se briser sur la grève. Apaisante berceuse qu’offre-le monde qui t’est invisible à présent. Tu essayes encore de retrouver tes souvenirs de ce paysage que tu connaissais sur le bout des doigts avant, parfois tu rêvais de lui la nuit, laissant une histoire se raconter durant ta nuit. Tu as l’habitude d’être seule posée sur le sable, pensante, admirant, mais tout ça c’était avant. Alors, quand le jeune homme était venu t’interrompre dans l’écoute du chant de la nature, tu avais laissé faire. Changer les habitudes de a à z c’était une bonne chose. Puis la solitude est la mauvaise chose, car tu le sais que tu chercheras dans ton esprit les souvenirs des couleurs, des visages des personnes que tu avais déjà croisé, alors que Lùka vienne l’interrompre était plutôt une bonne chose. Doigts qui jouent avec le sable humidifié par les vagues venant mourir sous tes fesses. Tu fermes les paupières alors qu’il parle. Tes opales sont doublement protéger par tes paupières et tes lunettes noirs cachant le voile s’étant imposé au fil des jours depuis que cette cécité c’était produite. Un coup du sort sur une opération qui aurait pu te couter plus cher, comme la vie. Alors, tu souris et sans doute que tu ne mentiras pas sur le fait qu’il est dur de ne pas pouvoir succomber à la beauté du monde grâce à tes prunelles, mais tu commences à t’habituer aux mélodies se jouant, t’as comme l’impression de n’avoir jamais su les écouter correctement auparavant. Alors, peut être que tu finiras par y trouver du bon, même si ce n’est pas si simple. Le sourire qui se déploie un peu plus, rendant ta personne un peu plus solaire. Tes oreilles se concentrent sur sa voix, alors que la mélodie s’estompe sous ses mots. « Malheureusement ? Mais Bayside est plutôt un chouette endroit, je trouve ! » Tu ne revois qu’un à peu près de comment c’est, tu sais retrouver les lieux que tu y trouves, mais pas l’exact beauté du quartier, mais t’as pas envie de t’agacer à essayer de le retrouver. La nature est tienne, c’est quelque chose que tu as toujours adoré, ce que tes parents n’ont pas toujours comprit, eux qui ont toujours aimé les grands buildings et les rues bondés du monde. New- York City était la ville qu’ils aimaient le plus, alors que toi tu adorais Pasadena ou tout autre ville possédant son bout de verdure majestueux. Tu adorais y voir la vie, à présent tu la ressentais et l’entendais. D’autre manière de la découvrir et les sensations étaient différentes tout en étant aussi enivrante que celle de la vue. Poupée tu verras toujours le bon dans ton handicap, même quand tu parviens à verser des larmes sur tes précieuses joues, car c’est à la fois sublime de découvrir le monde ainsi, mais aussi angoissant. Le noir n’a jamais été la couleur que tu aimais et tu es coincée dans cette prison d’ébène qui ne te laisse que peu de lumière à suivre, tu te la crée toi-même avec ton espoir et ces petites joies que tu croises, comme aujourd’hui où tu t’es laissé bercée comme une enfant sans défense par la mélodie qui aurait sans doute le droit de porter le nom de : mélodie du bonheur. Ton âme ravivra sans doute toujours la flamme de l’espoir, même dans ces moments si lugubre et angoissant. Force de la nature, forte et battante. Petite princesse pourrait mener le monde à sa perte d’un sourire, son regard a disparu, mais tu restes envoutante à souhait. Tu le jalouse presque lui, qu’il puisse le voir, le conquérir avec les couleurs du monde, mais ça ne dure qu’une seconde, car ce n’est pas ton style. Pas toi. Ce n’est pas toi d’envier les autres, t’es pas comme ça. t’écoutes sa voix qui est rassurante alors qu’elle ne devrait sans doute pas avoir cet effet sur toi, glissant tes mains dans le sable, ta main droite frôle la sienne, tu sens la chaleur se dégager de lui et ça te fait sourire. Tu aurais dû dire pardon, mais tu ne dis rien concentrant juste ton intention sur lui, ses mots qui dansent dans ta tête. « Tu peux toujours dessiner dans ta tête, photographier chaque détail du paysage, même celui qui te paraît si futile maintenant, mais qui sera si important quand tu te souviendras. » t’aurais voulu toi, qu’on te le dise, qu’on te dise que les petites choses s’efface quand on ne se concentre pas sur elle, que le tout fini par t’abandonner lâchement. T’écoutes sagement les paroles de Luka, alors qu’il te parle de raton laveur ? Tu les connais ? Oui tu les connais poupée, mais tu as du mal à ne pas voir ces derniers comme il le faudrait, puis tu le laisses plonger dans son dialogue sur ce mammifère, alors que tu restes taciturne et triste. Triste de ne plus voir cet animal dans ta tête, sa petite tête, tu es pourtant persuadée qu’il a une petite tête mignonne et au fur et à mesure tu te laisses porter vers d’autres animaux, ne percevant plus aussi bien ces derniers non plus. Une larme qui glisse sur ton fin visage, avant que tu t’efforces de sourire et de répondre. « J’aime bien les ratons laveurs, j’aime plus les animaux que les humains ! » Tu le sais, tu aimes les humains moins que les animaux, car y a moins de méchanceté chez l’un que chez l’autre. « Ce n’était pas n’importe quoi, mais du coup pourquoi tu connais autant les ratons laveur ? » Demandes-tu en laissant ton corps tout entier glisser sur le sable, la tête appuyé sur le sable mouillé tu sens l’eau graviter autour de ton être et c’est apaisant. « Et pourquoi t’es stressé ? »Que tu finis par demander alors que tu ne songes plus qu’à aller dans l’eau, mais tu le sais ce serait peut-être du suicide d’y aller. « Tu sais quoi ? » Souffles-tu d’une fois plus douce et timide qu’auparavant. « Je ne sais pas nager … » Menteuse.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyMer 24 Juil - 23:40


Great escape.
Rehane & Lukà.
Le regard perdu vers l'horizon, tu admires les vagues qui viennes s'échouer sur le sable, juste sous vos pieds et vos fesses. Un bref jet d'eau jaculatoire vient vous mouiller les fesses, tant pis ce n'est que de l'eau après tout. Ça sècheras tout seul. L'air extérieur est frais, la plupart des gens normaux sont déjà rentrés chez eux ou ne vont pas tarder à le faire. Pourtant, Rehane et toi êtes encore là, les fesses dans le sable à admirer ce magnifique coucher de soleil sur le bord de l'océan. C'est dommage que tu n'es pas pensé à prendre ton appareil photo, ni même tes crayons. Tant pis, il ne te reste qu'à le prendre en photo dans ta mémoire. Généralement, ta mémoire est défaillante néanmoins, t'espère juste que celle-ci ne te joue pas des tours dès que tu quitteras la plage. Aucun risque. Les couleurs, le reflet du coucher du soleil sur l'océan. Tout se grave soigneusement dans ta mémoire petit à petit. C'est dommage que tu ne puisses pas dessiner le bruit de l'eau. C'est si doux, si apaisant. On dirait une berceuse pour aider un enfant à s'endormir. On pourrait même entendre ce bruit dans une vidéo YouTube d'ASMR. Ce genre vidéos ça t'apaise, ça t'endort même sans que tu ne le veuille vraiment. Ça a un effet soporifique sur toi, c'est dingue. Sur la plage, tu as l'habitude d'être seul. Personne pour venir te casser la pieds à essayer de te faire la conversation. Cette fois, c'est toi qui est venu importuner la jeune et belle Rehane. Elle aurait pu t'envoyer promener, te demander gentiment de partir. Pourtant, t'es là. Assis sur le sable près d'elle. T'es loin de connaitre tous les secrets de la blondinette, ça viendra peut-être qui sait. « Malheureusement ? Mais Bayside est plutôt un chouette endroit, je trouve ! » Effectivement, Bayside est un chouette quartier. Cette maison, dans laquelle tu vis, tu l'as choisis avec ton ex petite amie. Il t'es difficile de vivre seul là-bàs mais tu ne peux te résoudre à t'en séparer. Ça serait comme tirer un trait définitif sur Anna et tous ces projets que vous aviez en commun. Tu ne peux t'y résoudre, même si ça fait six ans qu'elle est partie. "Oui c'est un joli quartier mais j'ai d'assez mauvais souvenirs là-bas.." Des mauvais mais des très bons également. C'est ici que tout aurait dû commencer avec Anna, votre famille, votre vie d'adulte. Tu as eu à peine le temps d'ygouter que l'on t'as privé de la demoiselle. Et de ton fils accessoiremment. Avec le temps qui est passé, on aurait pu croire que tu te serais habitué à cette absence mais non, pas du tout. C'est tout aussi pire que les premières semaines. « Tu peux toujours dessiner dans ta tête, photographier chaque détail du paysage, même celui qui te paraît si futile maintenant, mais qui sera si important quand tu te souviendras. » C'est exactement ce que t'es en train de faire depuis tout à l'heure. Le regard perdu sur l'horizon, tu mémorise chaque couleur, chaque trait de ce sublime paysage que tu vois au loin. C'est vraiment magnifique, et t'es heureux de partager ce moment avec cette inconnue. "C'est ce que je fais. En espérant que ma mémoire ne me joue pas des tours." Ce n'est pas de ta faute si ta mémoire est défaillante. Et te voici parti dans un monologue sans queue ni tête. Tu lui parle de raton laveur. Ça va pas bien dans ta tête Petterson ! C'est simplement le stress qui parle pour toi. Tu n'as pas pour habitude de faire la conversation à une demoiselle, les rares où cela se produit, tu raconte n'importe quoi. Un peu comme maintenant, elle doit n'en avoir rien à faire des ratons laveurs. La demoiselle ne semble pas te prendre pour un fou, t'aperçois tout de même une larme couler sur sa joue et tu l'essuie à l'aide de ton pouce. « J’aime bien les ratons laveurs, j’aime plus les animaux que les humains ! » Rehane et toi avait déjà un point, deux si on pense à cet amour du bruit de l'océan et son coucher de soleil. "J'aime bien apprendre, c'est bien souvent inutile mais je sais pas, j'aime apprendre des choses nouvelles tous les jours." Une explication tout à fait banal, lambda comme toi. Elle souhaite savoir à quoi est dû ton stress. Si elle savait, "Je n'ai pas pour habitude de me trouver face à quelqu'un .. Jsuis assez solitaire.." Tu ne lui avoue pas que c'est surtout elle qui te stress, tu lui mens mais jamais elle ne le saura de toute façon. Ce n'est pas écrit sur ton visage même si t'es un piètre menteur. "Ah oui ? Tu veux que je t'apprenne ?" Certes, vous n'avez pas de maillot de bain mais tant pis, les vêtements ça sèche. Ils vous restent l'option de vous mettre en sous-vêtements.

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.

Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyDim 28 Juil - 19:51




great escape.
Tu sais l’amour fait faire n’importe quoi, peu importe la mélodie sur laquelle on s’enflamme cela n’importe pas grand-chose à l’histoire que les amoureux vivent. Chaque mélodie est différente, chaque personne l’est aussi, les sentiments ne peuvent être les mêmes. Alors, plongé dans le noir, à la merci de l’ébène tu ne peux qu’apprécier une bonne mélodie, même si d’un autre temps. Comme la musique française, t’en as longuement écouté des titres, pouvant définir les titre de chanson rien qu’avec une phrase ou deux.  Tu sais donc Matin tendresse Tu es si belle est tiré de la chanson besoin de rien, envie de toi. Une chanson que tu avais sans doute écoutée à une de ces soirées révoltante sur la plage à côté de la paillote, vivant tes toutes premières fois. Tout est pâle,  c’est l'étrange pâleur d'un secret. Mais tu essayes d’oubli ce manque de couleur, laissant juste la musique guider ton monde, guider ce que tu dois ressentir, tu pourrais en trouver des chansons qui te donnent des impressions bien étrange d’écho à ta propre vie que ce soit avant ta cécité ou après. Puis c’est le charme de sa voix qui est venu équilibrer ta solitude, bousculant tes projets à cet instant précis. Mais personne n’a des plans défini, surtout pas toi. Tu vis au jour le jour, car tu n’as pas le choix.  «  Oh j’en suis désolée … » et toi as-tu des mauvais souvenir quelques part poupée ? tu tergiverses un peu, glissant toujours inlassablement tes doigts dans le sable, silencieuse un temps, te demandant si toi tu pouvais l’aider à combattre les fantômes de l’ennui, les démons de minuit, tu aimerais aider à ta auteur.  « Et tu aimerais aller vivre ailleurs ou tu voudrais rester là où tu es ? » Curieuse, mais toujours dans une optique de l’aider. Optique que tu ne peux voir. Un sourire qui soulage, Une voix sans image, Un refrain qui voudrait crier à Lùka que peu importe les mauvais souvenirs, tout peut se combattre, tu as mis du temps à t’en rendre compte, beaucoup trop princesse, mais tu ne veux plus jamais plonger dans les ténèbres. Le sourire qui fixe l’horizon, l’horizon qui s’estompe sous ses yeux, toi tes opales ne le feront plus, mais tu te berces d’image par les bruits de l’océan.  Une mémoire qui joue des tours, drôle de farce que tu aimerais oublier, car toi, tu oublies tout. On te l’a dit, tu risques d’oublier les choses peu utiles, mais pour toi tout était important. « Décris moi ce que tu vois, je te promet de te le décrire jusqu’à ce que tu ne puisses plus l’oublier. » Ridicule façon de voir à travers ses opales, opales chanceuse d’interroger le monde de ses prunelles. Douce prunelle qui toi te garde à l’abri des couleurs, tourbillon nerveux, que tu aimerais côtoyer, à nouveau.  Même un raton laveur tu as du mal à te l’imaginer à nouveau, t’aurais voulu qu’on te prévienne, qu’on te dise que tu pouvais sauvagement tout perdre, en un instant. Tu le savais, mais tu n’imaginais pas ça ainsi. «  Ouai c’est parfois utile de savoir des choses supposément inutile ! » Comme savoir décrire une couleur, qui est capable de cela, pas toi. Tu le sais, t’es incapable de ça, mais capable de mille et une autres choses. Petit oiseau s’envolera un jour, tu voleras si haut que tu rendras dingue tes parents. Prouvant que tu es capable de te démerder.  «  Ah ce point-là, je pensais être la seule à être solitaire ! » Par obligation. «  Mais si tu veux savoir mon secret, j’ai horreur de la solitude parfois ! » Un sourire un peu triste s’installe sur ton visage poupée, tu ne contrôle pas tout. Tu veux y croire, parvenir à te convaincre que tu peux contrôler le monde, que ce dernier ne vivra pas sans toi, mais il roule, il roule à trois cent soixante et te laisse derrière.  Allongée sur le sable, l’eau venant te mouiller totalement, y comprit les cheveux, tu souris à la proposition de Lùka, l’inconnu de la plage.  «  Je veux bien …  on peut vraiment faire ça ? » Toi jolie poupée surfeuse, nageant comme un poisson, l’océan est l’un de tes mondes qui a disparu sans que tu ne puisses lui dire adieu. Tu ne songes pas, ne réfléchissant pas. Enlevant ton jean, laissant ton shorty se découvrir, gardant ton débardeur sur toi. «  Je suis prête, sache qu’on me surveille si jamais tu veux me noyer ? » Lances-tu amusée. Tu étais comme une enfant tellement tenté par cette sensation que procure la force de mer, cette liberté soudaine qui t’es retiré par cette majestueuse mer. Tendant ta main tu es à la merci du jeune homme. «  Je suis tes ordres, guide moi.  Je retire mes lunettes, mais je vais fermer les paupières ! » l’envie de ne rien dire sur cette situation qui fait de toi quelqu’un de différent.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyDim 28 Juil - 21:58



Great escape.
Rehane & Lukà.
Bayside est, en effet, un très joli quartier où il fait bon vivre. C'est d'ailleurs ce qui vous a fait craquer Anna et toi à l'époque. Bayside semblait être le quartier idéal pour accueillir votre fils qui n'allait pas tarder à venir au monde. Hélas, le petit garçon n'a jamais eu l'opportunité de poser le pied dans ce quartier choisis exprès pour lui. Parfois, tu l'imagine apprenant à faire du vélo en étant à ses côtés. Cette pensée te fait plus de mal que de bien. Six ans ont passés, il faut te faire une raison : Anna et votre enfant ne reviendront jamais à Brisbane. Tu pourrais poser la question à ta cousine, ça va encore se solder par une dispute entre vous. Tu l'adore ta cousine, mais elle a tout de même un caractère de cochon et quand elle a quelque chose à dire, elle ne prend pas de gant. Qu'importe si ça blesse la personne en face d'elle ou non, même si cette personne c'est toi. À une époque, tu étais prêt à tout pour garder Anna. Même à intégrer un centre pour les alcooliques. Oui, tu as été alcoolique. Tu as eu de très gros ennuis avec l'alcool. Aujourd'hui, ces problèmes sont loin derrière toi. Anna aurait pu être fière de toi et des efforts que tu fournis quotidiennement depuis huit ans si elle se trouvait encore à tes côtés. Ce n'est pas le cas, malheureusement. Cette relation était si belle, à tous les niveaux. Vous connaissiez par coeur. Dix-huit ans ne peuvent pas s'effacer ainsi. Suite à cet abandon, tu n'as jamais été capable de rencontrer une autre femme pour partager ta vie et ton quotidien. Tu ne parviens pas à ouvrir ton coeur à quelqu'un d'autre. Chaque jour, Anna te manque. Tu ne cesses de te demander si elle a pu refaire sa vie ou si, comme toi, elle en a été incapable. Tu l'as aimé, tu l'aime encore et tu ne cesseras jamais de l'aimer. Les sentiments ne s'expliquent pas. L'amour est rarement logique, préférant nous faire souffrir que nous rendre heureux. Ton coeur se serre dans ta poitrine, ton regard se fige sur le coucher de soleil qui s'effacera bientôt de votre champ de vision. Anna fera toujours partie de toi et de ta vie. Tu ne l'oubliera jamais, la douleur s'estompera simplement. Tu n'attends pas de compassion de la part de la demoiselle assise à tes côtés. Vous ne vous connaissez pas, elle ne te doit rien, absolument rien. «  Oh j’en suis désolée … » Avec le temps, cette phrase tu l'as entendu une bonne centaine de fois. Voire même deux cent ou trois cent fois en six ans. Tu ne réponds plus, te contentant cacher ton agacement derrière un faux sourire. « Et tu aimerais aller vivre ailleurs ou tu voudrais rester là où tu es ? » La question piège. Si tu t'écoutais, tu prendrais un sac à dos avec le strict nécessaire et tu partirais vadrouillait sur le territoire australien. Ton travail, tes amis et ta famille t'empêchent de partir. Alors tu reste là, ne sachant que faire pour continuer à vivre normalement. "Bonne question .. Cette maison me rattache à une ancienne relation mais peut-être que partir m'aiderait à tourner la page .." Tes amis ne savent plus quoi te conseiller à force, l'avis d'une personne qui ne te connait ni d'Eve, ni d'Adam ne peut pas te faire de mal. T'ignore pourquoi mais tu t'attache à la demoiselle. Il y a quelque chose en elle qui t'attire, qui te plait. Tu ne sais pas ce qu'il t'arrive. Depuis six ans, depuis Anna, tu n'as jamais ressenti une quelconque attirance pour une fille. Le feeling passe à merveille avec elle. Un sourire idiot ne cesse d'apparaitre sur ton visage. « Décris moi ce que tu vois, je te promet de te le décrire jusqu’à ce que tu ne puisses plus l’oublier. » Ton regard se fige et fixe attentivement le coucher de soleil sur le bord de l'océan. Les couleurs sont magnifiques, les reflets sur l'eau le sont également. "Le ciel est teinté de bleu tirant sur le orange lorsqu'on descend le regard. On voit bien que la nuit commence à pointer le bout de son nez. L'océan est agité, on voit quelques vagues à la surface. Le soleil se cache derrière l'horizon, c'est tellement beau. Tu le vois ?" Ton regard se détourne un instant de ce somptueux paysage qui se dessine devant tes yeux. C'est magnifique. Mais bien moins que le visage de la demoiselle que tu ne cesses d'admirer. Ton regard se pose sur ses lèvres que tu as envie de gouter. Il ne faut pas Lukà, elle va te prendre pour un pervers après ça. Dans ses lunettes de soleil, on peut apercevoir le reflet du coucher de soleil. "C'est encore plus beau à travers tes lunettes !" Tu souris et poses ta main sur la sienne. Ta main est froide. Tu pensais la faire fuir avec ton histoire de raton laveur mais non, elle trouve ça marrant ou mignon. Ou peut-être bien les deux au final. «  Ouai c’est parfois utile de savoir des choses supposément inutile ! » C'est paradoxal dis comme ça mais c'est vrai. Même si les trois quart des choses ne te serviront jamais à rien, c'est pour ta connaissance personnelle que tu apprends toutes ces choses inutiles. «  Ah ce point-là, je pensais être la seule à être solitaire ! » Tu souris, tandis que ton index caresse lentement le dessus de la paume de sa main. "Et moi je pensais à être le seul solitaire qui aime passer du temps à la plage, à admirer le coucher de soleil." Comme quoi, il ne faut jamais être sûr de rien dans la vie. Chaque événement qui survient dans ta vie peut te surprendre. «  Mais si tu veux savoir mon secret, j’ai horreur de la solitude parfois ! » Vous vous connaissez à peine, voire pas du tout, et elle t'avoue déjà un de ses secrets. Ça signifie qu'elle te fait confiance ou bien qu'elle est folle. "Eh bien si un jour tu as envie de t'ennuyer mais pas d'être seule, appelles moi. On s'ennuiera à deux." Tu ne cesses de sourire bêtement à la jeune femme. Elle t'avoue encore un de ses secrets et toi, tu lui propose d'apprendre à nager. Tu as appris seul, mais tu n'es pas contre lui donner quelques leçons. "Bien sûr qu'on peut. Pourquoi on ne pourra pas ?" La jeune femme se lève, retirant un à un ses vêtements sauf ses sous-vêtements bien entendu. Tu fais de même, te retrouvant en caleçon devant elle. Tu pourrais être gêné mais tu ne l'es pas du tout. «  Je suis prête, sache qu’on me surveille si jamais tu veux me noyer ? » Tu ris aux éclats et prends sa main pour la conduire à l'eau. Elle est fraiche, voire froide mais ce n'est pas grave. Tu la guide et viens poser ses mains sur tes hanches. «  Je suis tes ordres, guide moi.  Je retire mes lunettes, mais je vais fermer les paupières ! » "Oui, je ne te lâche pas de toute façon." Tes mains sur ses hanches, t'avance à reculons dans l'océan. Vous serez quitte à attraper un bon rhume après cela mais le jeu en vaut la chandelle. "si t'as froid ou si t'as peur, tu me le dis et on fais demi tour !" Ton regard se pose sur elle, elle est si belle. Tu continues à avancer jusqu'à ne plus avoir pied. Tes bras encerclent sa taille pour ne pas qu'elle coule. "Il suffit de se laisser porter. C'est comme si tu flottais dans l'espace." Tes lèvres viennent effleurer les siennes, lui offrant un timide baiser. "Oups ! Excuse moi, jsais pas ce qui m'a pris.."

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.

Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyDim 28 Juil - 23:51




great escape.
Les mauvais souvenir tu sais ce que c’est princesse. Souvent lié à tes parents, tu ne pensais pas en avoir ici, mais ils avaient réussi à payer un mec pour te séduire et te ramener à la maison. Bande d’idiot. Capable du pire et du meilleur pour toi oubliant que te blesser n’allait faire que de t’éloigner d’eux. La confiance était coupée avec eux, comme impossible. Tu te méfiais des personnes que tu croisais, la peur qu’ils ne recommencent à te vendre des monts et des merveilles. Poupée est belle, poupée est douce, mais poupée doute souvent d’elle. Alors, tu le sais que tu pourrais croire des belles choses, mais maintenant avec beaucoup plus de méfiance. Sans doute que par ce plan machiavélique tes géniteurs t’avaient rendu complétement différente, ne te laissant plus aussi rêveuse quant à l’amour.  Amoureuse et accrochée, t’avais pas réussi à l’oublier facilement et même s’il avait dit qu’il n’était pas juste un mensonge, tu n’avais pas su pardonner. Comment le faire ? Car toute l’histoire était faussée dès la rencontre. Tu écoutes le jeune homme, t’aimerais l’aider, mais tes mots ne feront pas ce qu’a su faire le temps, et apparemment pas grand-chose. Il avait l’air toujours touché et happé par l’histoire passée, c’est pas toi qui irais jeter une pierre au jeune homme.  «  Ce n’est pas la maison qui ne veut pas tourner la page … c’est le cœur ! » Que tu lanças avec une douce voix mélodieuse. «  Ou alors c’est la douleur qui ne le veut pas, car t’as peut être un tas de chose à dire à cette personne ! » Que tu ajoutais. Rehane la dompteuse de cœur ? Ça rimait très mal. T’étais pas douée en amour, toujours incapable de se dévoiler, de ne pas jouer derrière un masque quand tu pensais t’attacher, moyen de défense banale. Mais plongée dans le noir, dans ces couleurs ternes, tu ne savais pas très bien comment tu agirais, ce que tu ferais, car forte et indomptable c’était avant. Incapable de ne pas douter à présent. Tu ne sais plus oublier ce doute qui terrasse ton organe central. Pauvre cœur qui ne sait plus sur quel pied danser, toi et cette vie qui tourbillonne autour de tes jolies opales couleurs azur qui n’ont plus aucune de bosser à tes services, toi qui dévorait le monde avec tes prunelles. Faut trouver une nouvelle façon de dévorer le monde, le croquer dans tous les sens du terme, tu y bosses calmement et surement. Tu ne sais que conseiller, t’aimerais trouver les mots avoir le pouvoir que d’un sourire tu effaces cette peine qu’il se coltine depuis quelques temps. Tu n’es pas sure du nombre de mois, d’année. Mais tu sais que ce n’est pas vraiment récent. Tu la ressens cette peine se mélangeant à ses doutes. On dirait toi, ton  histoire avec le lugubre, cette histoire sans queue ni tête ne sachant pas où elle va te mener. Tu restes silencieuse alors qu’il commence à te conter ce que ses prunelles voient, le plaisir d’antan que tu n’auras peut être plus. Qu’est-ce que tu en sais. Tu as droit de croire au miracle ?  À force d’y penser tu vas peut être juste attiré l’envie à une secondes tumeur de pose ses valises dans ton crâne. Puis ton cœur qui éclate, ce putain de cœur qui éclate à la demande de Luka. Le vois-tu princesse ? La larme qui coule sur ta joue n’a lieu que par ce manque de ta vue, la vue te manque et ce genre de question te tue. Alors, tu souris, sourire un peu robotisé sur le coup, automatique, sans charme et émotion. Tu lui offres une pâle copie de ton sourire solaire.  «  Je vois et parfois la beauté de la nature me laisserait sans voix moi … j’aime ce mélange de couleur qui se propage à l’horizon, mais à travers tes yeux ça à l’air aussi magique que par la mélodie de la nature. » Rajoutes-tu. Pourquoi, tu mens, tu t’enfonces dans un mensonge, avec cet inconnu, c’est plus simple, si simple de mentir, laisser croire que tu y vois aussi clair que lui. Mais c’est si faux. Tu sonnes fausse beauté et un jour le mensonge pourrait te sauter en pleine face. Mais, pour le moment tu te complets à croire que tu parais comme avant, que tu n’as pas l’air de la petite blonde avec l’incapacité d’offrir à ses opales le monde. Puis tu souris, il te fait sourire, plus qu’à l’accoutumé et t’as pas envie de chercher d’explication à la raison de toute cette mascarade. «  Non le noir gâche les belles couleurs ! » Que tu lances amusée, car toi tu le sais que le noir rend toutes couleurs terne quand le noir prend possession de ces dernières. Main toujours à plat dans le sable mouillé, tu sans sa main joindre la sienne et ton cœur qui s’emballe. Pourquoi ? Et si l’homme à tes côtés était la pause que tu méritais, cette belle aventure qui t’offrait la possibilité d’être la Rehane d’avant. Tu oublies tout, tu ne te concentre que sur les mélodies de ton cœur, du sien et du paysage se mélangeant donnant une musique si exquise.  «  Non impossible d’être les seules, on est limite des clichés de solitaire, j’en suis persuadés ! » Ton rire se mélange aux autres sons rendant le silence inutile. On le dit les mots sont parfois inutile, que tout est dans le regard et si toutes ces belles paroles n’étaient que des mensonges de personne n’ayant jamais voulu se fouler à trouver un sens à la musique de la vie.  « Une invitation à t’appeler en cas d’ennui, ça me paraît sympa ! » Que tu lâches, alors que jusqu’à présent ton visage ne s’est tourné que trois en sa direction, tu n’étais pas sûre auparavant qu’il était de ce côté-là, mais quand sa main prit la tien, puis se mit à la caresser avec une douceur presque décadente, tu su que tu avais raison sur toute la ligne. Tout va si vite par la suite. Toi en shorty et en débardeur, lui tu ne sais même pas, tu ne sais rien de ce qu’il a fait, mis à part avoir entendu une ceinture claqué quand il l’avait retiré, tu ne sais que peu de chose et donc dans quelle habit l’homme était. Puis ce n’était pas ce dont tu avais envie de savoir. Tu l’entends rire sur ton mensonge censé l’effrayer, alors que personne ne savait vraiment où tu étais sauf une , mais elle ne reviendrait pas. T’en étais sûre. Tu l’espérais, qu’elle ne vienne pas briser le moment presque parfait à deux. Tes lunettes visés à présent sur ta tête, tu sens l’eau glisser sur toi, alors que c’est sa main qui te guide, tu flippes intérieurement de ce que pourrait croiser tes pieds. Quel style de monstre tu ne pourrais pas voir. L’effet qu’à l’eau sur toi, l’effet de sa voix et de son corps te guidant, tu devrais paniquer, ne pas être si sereine, les paupières protégeant la vue de tes pupilles, ne pouvant découvrir ta vérité, tu ne voulais pas qu’il sache que ce doux mensonge faisant dans ta tête écho à un doux rêve se noie dans une peine considérable alors qu’il découvrirait la vérité sur toi. Tu flottes comme le dit Luka. Tu ne paniques pas car tes mains son sur épaule, l’homme avait l’air carré et tu pouvais sentir sa peau glisser sous tes doigts frêle. Le cœur qui s’emballe, ratant une à une les marches de la mélodie. Plus le même rythme. Lèvre qui frôle les tiennes, sensation étrange et plaisant. Tu devrais fuir, mais tu ne le pourrais pas, mais penses-tu vraiment à t’échapper de ses bras qui te donnent la sensation que tu avais quand tes yeux pouvaient te raconter le monde ? Non, tu te sens en sécurité, comme avant alors que tu ne pensais plus pouvoir ressentir cela. Silencieuse, tu ne sais quoi penser, à comment réagir… et pour fuir tu le fis, tu fuis la conversation, pinçant tout bonnement ta lèvre entre tes dents, et glissant sous l’eau mouillant avec délicatesse ta chevelure. Quelques secondes tu remontas à la surface, sentant toujours tes mains s’agrippaient à Luka. «  Désolée … mais tu n’avais pas à t’excuser … puis façon ce n’est  qu’un baiser, rien d’autre. » Car tu ne sais pas luka, mais je ne suis pas la fille que tu penses, je suis le démon cacher dans la noirceur de ma propre prison. Poupée est déstabilisée. Tu finis silencieusement par t’allonger dans l’eau te laissant porter. «  Me lâche pas, hein ? » Tu fis comme ci de rien n’était, car tu voulais profiter, profiter de toutes ces nouvelles sensations. Puis la question te mord l’esprit, aurais-tu répondu à ce baiser si tu l’avais senti arrivée ? Réponse en suspend…

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyMer 31 Juil - 15:34



Great escape.
Rehane & Lukà.
Bayside ne t'as pas apporté que des mauvais souvenirs mais durant ces six dernières années, on peut dire que ça a été le cas. Cette maison, que vous avez achetés Anna et toi, aurait dû accueillir votre premier enfant. Elle aurait dû le voir naitre, le voir grandir évoluer. Elle aurait dû voir votre relation évoluer au fil des années. Au lieu de ça, cette maison t'as vu eu plus mal, comme incapable de faire le deuil de cette relation longue de dix-huit ans. Rien a été facile entre Anna et toi. Au début, tu n'étais qu'un adolescent stupide se faisant mener par le bout du nez par des sois-disant ami. Ses amis ont foutus le camp de ta vie, exactement comme Anna. Seuls Matt et Timothy sont restés près de toi. Comme quoi, il ne faut jamais prendre les choses pour acquise. La présence de la blondinette te fait du bien. Tu ne la connais pas, tu ne sais rien et pourtant, tu te sens bien en sa compagnie. Rares sont les femmes que tu as connu depuis le départ d'Anna. Tu refuse de laisser quiconque entré das ta vie, refusant de la laisser prendre la place dans ton coeur et relégué Anna aux oubliettes. Anna, tu ne pourras jamais l'oublier. Elle fera toujours partie de toi et de ta vie. Dix-huit ans de relation ne s'efface pas d'un coup de baguette magique. Mais elle, Rehane, elle te fait sourire. Il faut noter que c'est un fait rare te connaissant. Les minutes passent, s'écoulant bien trop rapidement à ton goût. Le soleil décline doucement, jusqu'à bientôt totalement disparaitre derrière l'océan. Il faudra attendre demain matin pour le voir ré apparaitre mais, de l'autre côté cette fois. «  Ce n’est pas la maison qui ne veut pas tourner la page … c’est le cœur ! » C'est exactement ça. Rehane a tout compris en bien moins de temps que toi. Ton coeur et ta tête ne raisonne pas de la même manière. Ta tête veut tourner la page mais ton coeur ... il reste encore accroché à cet amour passé. «  Ou alors c’est la douleur qui ne le veut pas, car t’as peut être un tas de chose à dire à cette personne ! » Encore une fois, la demoiselle mise en plein dans le mil. Elle ne te connait pas mais elle semble t'avoir bien cernée. T'ignore si elle peut voir ton air ahuri derrière ses lunettes de soleil. "C'est ça .. elle est partie sans qu'on puisse s'expliquer.. j'ai l'impression que cette relation ne connait pas de happy ending tant qu'on aura pas pu s'expliquer.." Ou de ending tout court. Tu ne penses pas pouvoir t'expliquer un jour avec Anna. Il faudrait qu'elle revienne pour ça. T'aurais pu supplier Freya de te filer son numéro et harceler ton ex copine au téléphone. Non, t'es pas comme ça. Tu respecte l'être humain. Même si certains te déçoivent trop souvent. C'est un fait, l'amour n'est pas fait pour toi. Ou c'est toi qui n'est pas fait pour l'amour. Il faut se faire une raison. Mais il est clair que cette histoire t'as blessé bien plus que tu ne le penses. Incapable de t'attacher à qui que ce soit. Impossible d'accorder ta confiance et d'offrir ton coeur à quelqu'un pour le moment. Ça fait six ans, certes, mais c'est trop tôt encore. On ne balaie pas une si forte relation d'un coup de revers de la main. Tu as appris à vivre seul, à ne plus rien attendre de personne. Les seules personnes en qui tu as confiance se comptent sur les doigts d'une main et la moitié font partis de ta famille. La famille c'est le plus important. Tu lui décris ce que tu vois en essayant de le graver dans ta mémoire afin de le reproduire plus tard. Les couleurs sont magnifiques. T'es certain de ne jamais oublier ce paysage qui se joue devant tes yeux. «  Je vois et parfois la beauté de la nature me laisserait sans voix moi … j’aime ce mélange de couleur qui se propage à l’horizon, mais à travers tes yeux ça à l’air aussi magique que par la mélodie de la nature. » T'as des frissons rien qu'à entendre ces mots. Un frisson te parcoure l'échine, on pourrait penser que c'est la faute du vent frais qui se joue autour de vous. Ce ne sont que les mots prononcés par la voix douce et mélodieuse de la demoiselle qui te procure de tels frissons. "Je comprends. Ça me fait la même chose. De nos jours, il y a trop peu de gens qui prennent le temps d'admirer les paysages.." Les gens passent trop de temps sur leurs smartphones, sur leurs réseaux sociaux de nos jours. C'est triste. Toi, tu possède un cellulaire ainsi qu'un instagram mais tes posts sont clairement rares. Tu préfère passer ton temps à lire ou à dessiner. Peut-être es-tu vieux jeu avant l'heure ?! «  Non impossible d’être les seules, on est limite des clichés de solitaire, j’en suis persuadés ! » Elle n'a pas tort, vous vous ressemblez bien plus que tu ne voudrais le croire. C'est peut-être pour cela que tu te sens si bien avec elle. "En tout cas, jveux bien qu'on soit solitaire ensemble." Cette phrase ne veut absolument rien dire. Et en même temps, pour toi, elle dit beaucoup de choses. Si t'es prêt à la laisser t'accompagner dans tes moments de solitude, c'est qu'elle est réellement différente des autres. Rehane ne sait pas nager, tu viens donc le lui apprendre et, bizarrement, le fait de te retrouver en caleçon devant elle ne te dérange pas. Elle non plus ne semble pas gênée. L'eau est fraiche, voire froide, mais pourtant tu n'a pas froid. Tu la laisses flotter, comme tu le lui demandes. Tu la tiens fermement contre toi. Si proche d'elle et de ses lèvres, tu viens l'embrasser. Un timide baiser qui ne veut probablement rien dire mais dont tu avais envie. La demoiselle ne prend pas peur, elle ne s'enfuit pas non plus. Le baiser ne dure que deux minutes, tout au plus. «  Désolée … mais tu n’avais pas à t’excuser … puis façon ce n’est  qu’un baiser, rien d’autre. » Tu la tiens toujours afin qu'elle ne coule pas au fond de l'eau. Tu hoche simplement la tête, ne sachant pas quoi dire ni quoi faire. La demoiselle te supplie de ne pas la lâcher, tu souris et ressers ton étreinte sur elle. "Bien sûr que non voyons ! Tu me dis quand tu veux retourner sur la terre ferme, d'accord ?" Pour le moment, tu te contentes de plonger ton regard dans le sien. Elle a gardé ses lunettes de soleil, pourtant le soleil est partis. "Tu veux pas retirer tes lunettes de soleil ?"

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.

Revenir en haut Aller en bas
Rehane Lindström
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-cinq années à compter les nuages.
SURNOM : On t'appelle souvent ane'.
STATUT : Le coeur dans le noir comme les opales.
MÉTIER : T'étais encore y a six mois bénévole à l'orphelinat et étudiante dans le sociale, mais tout à été très vite suite à ta tumeur au cerveau, t'as fini aveugle.
LOGEMENT : un appartement à logan city.
((great escape.)) ft. Lukà  Miss-Scarlett-scarlett-leithold-41680358-268-170
POSTS : 382 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : T'es aveugle depuis quelques mois suites à ton opération du cerveau.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
RPs EN ATTENTE : terrence -
RPs TERMINÉS : chapitreunclos//charlie.com
chapitredeuxclos//charlie.com
PSEUDO : cindy.
AVATAR : Scarlett bb Leithold
CRÉDITS : lilousilver.
DC : Aucune schizophrenia détectée.
INSCRIT LE : 01/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24322-rehane-jus-keep-breathin#998395 http://www.30yearsstillyoung.com/t24402-i-m-stuck-in-between-a-nightmare-and-lost-dreams-rehane

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyMer 28 Aoû - 16:56




great escape.
Cœur morose, loin les rêves de songe dirigé vers un conte de fée. Tu t’en fichais, tu ne voulais plus que la liberté, celle belle et douce mélodie qui résonnait à ton oreille, l’envie de t’envoler, de t’évaporer dans tes songes. Ne plus devoir lutter dans ta vie, dans le fond, tu sais très bien que tu t’ennuierais si tout n’était pas si compliqué à obtenir, la vie serait bien plus ennuyante. L’écoute est facile pour toi, tu n’as plus que ça comme repaire pour fabuler sur les sentiments et les émotions passant dans l’être de l’interlocuteur, Luka qui t’avait rejointe, tu pensais vouloir de la solitude, mais elle fût brisée, déchiré, par la voix rauque de l’homme. Un inconnu, qui ne connait pas le secret que tu caches, cette petite touche qui est encore nouvelle pour toi, cette amertume te donnant un peu plus de piquant, l’envie de sourire, de t’entendre rire encore. T’as pas grand rêve princesse, sauf d’être heureuse et de savoir les autres dans le même état que toi. Généreuse et somptueuse, oubliant ton mal pour celui des autres et que c’est bon de ne pas penser à toi, t’oublier. Oublier ton désarroi du moment, les nouveautés qui font trembler ton monde, saccagé le monde, envahit de noirceur que ton être solaire essaye de combattre, encore et encore. Futilement. Tu donnes ton âme à l’histoire de Lukà ça va t’occuper, te faire oublier ton propre trouble. Tu ne poses pas ton visage dans sa direction, la peur de mal faire, la peur d’être révélé au grand jour. Tu écoutes, le sourire qui s’impose à tes douces lèvres, l’espoir que les émotions du jeune homme ne finisse par fondre dans ses mots, qu’il puisse respirer. Tu sais ce que c’est de ne pas avoir d’explication, d’avoir des kyrielles de question à déplorer dans ton esprit qui se consume sous cet afflux énigme irrésolue en tête. « Peut être que le happy ending arrivera un jour où tu ne t’y attendras pas ... » cette envie de voir les bonnes choses et toi, c’est une histoire d’amour sans aucun répit. Toujours trouver le positive, oublier d’être pessimiste. T’oublies d’haïr ta situation, t’en ai triste parfois, de ne plus écumer les couleurs de tes opales, de profiter de la beauté des humains, des paysages, des animaux … de tout. T’apprends comme une enfant à retrouver les bonheurs d’antan grâce à tes autres sens. « J’espère que tu l’auras en tout cas … » tu y crois pour lui, tu n’as pas l’air certaine qu’il croit en ce moment pouvant arriver, mais tu n’as pas l’idée de faire la même. Ame douce et somptueuse qui oublie son propre bien. Toujours. Et c’était sans doute la seule chose qui faisait chavirer ton pauvre organe central princesse, la peur de ne plus jamais pouvoir aider les enfants, leur venir en main, tenant leur main quand leur corps entier tremble, être là. T’as toujours voulu tout donner aux autres t’oubliant, car c’est plus facile d’être là pour les autres que pour soi, bien plus à ton goût. Tu pourrais t’apitoyer sur les parents que tu as, tu pourrais penser à tes parents, à cette envie de te mettre dans un nuage de papier bulle, te protéger avec force, t’étouffer surtout. Un monde parfait ? Des personnes tout aussi parfaites ? T’en voudrais pas, t’aimes voir le monde comme il l’est, apprécier les regrets des uns et des autres, les tiens aussi. Humaine petite princesse, pleine d’erreur, mais qui essaye encore et encore. L’argent aurait pu faire ton bonheur, tu aurais pu tendra la paume recevoir la monnaie et prendre plaisir à la dilapider, mais ce n’était pas ce dont tu avais besoin pour survivre dans ce monde. Tes yeux qui font toujours défauts, toi qui laisses tes oreilles profiter des yeux de ton compagnon de route pour ce soir. Tu apprécies, souriant imaginant de ton mieux tout cela, c’est ton cœur qui fini par battre la chamade, décriant à merveille ce qu’il peut voir, ce que toi tu ne pourras plus voir. Non, les prunelles sont meurtries, ton âme répare les peines, mais ne répare pas ce qui est abimé, enfermé dans ce monde lugubre où tu pourrais finir par broyer cette même couleur, mais tu te refuses de laisser ce démon t’apprivoiser, tu ne veux qu’une chose : redécouvrir le monde, revoir d’une autre façon la beauté du monde, des êtres que tu pouvais croiser au fils de tes journées. Les grimaces d’enfant qui laisser ton propre visage se froisser pour faire rire à ton tour. Tout ça, tu peux le faire, mais princesse l’a oublié, c’est coincé dans cette envie de réapprendre à zéro et dans le fond cela reste magnifique. Prenais-tu le temps d’admirer avant ? Tu le faisais, tu ne cessais de baver sur la beauté du monde, cette même beauté dont tu es en manque, mais tu es créative, capable de te bercer d’une mélodie qui s’ajoute à des odeurs somptueuses et majestueuse, digne de la royauté. Princesse à ses parents tu es et tu mérites d’être la princesse de ton monde pour profiter de ces choses majestueuses que tu parviens à détecter avec grandiose. « C’est vrai et parfois on oublie de voir ce qui se trouve sous nos yeux , une question d’habitude sans doute ? » Que tu te demandes à voix hautes pour que même lui puisse y réfléchir, songer à tout cela ensemble serait parfait pour combler ton manque de tes pauvres opales. Ton éclat de rire qui devient la nouvelle note de la mélodie naturelle que crée le paysage, alors que tu souris un peu plus encore à chaque mot de Luka. « On est déjà des solitaires ensemble et c’est plutôt agréable » Tes mots qui s’accompagnent d’un sourire exquis qui prend place dans le monde. La solitude est censée se vivre seule, mais qui a fait les règles ? Chacun est libre et ça te va de partager ce moment que tu quémandais pour être seule pour te retrouver , il est comme la main qui te guide vers tes réponses à ce moment, alors tu n’irais pas demander à vivre ce moment seule, pas de suite. Quel plaisir de sentir les vagues de te bousculer, te renverser, les larmes pourraient couler, se plaisir d’antan, nager est divin, dans les bras de Luka, il a fini par te laisser oublier que ton monde est noir, éclairant tel une bougie de sa beauté , son aura tu as comme l’impression de pouvoir le percevoir, le toucher même. La proximité tu la ressens, ton corps répond au sien, frissonnant entre le froid de l’eau et la chaleur de son corps. Mélodie qui se joue, qui berce et qui rassure, tout comme sa présence, la sensation d’être en sécurité, d’oublier la gêne que tu pourrais éprouver à ce moment précis. Des frissons, le feu qui s’ouvre dans tes entrailles quand tu réalises ce qui se passe. Lèvres contre lèvres, un baiser enfantin et pourtant porteur de tellement d’émotion, que tu peines à retrouver tes esprits un temps. Puis ses excuses venant interrompre tes pensées, tu souris tentant de le rassurer de quelques mots. Tes jambes qui papillonnent pour ne pas couler et pourtant tu le sais qu’il te tien fermement, qu’il ne pourrait rien t’arriver, mais l’envie de liberté dans cet océan te donne envie qu’il te lâche, mais il faudrait révéler la vérité, que tu sais nager. Non pas l’autre réalité, car pour le moment tu es juste loin de cette cécité, très loin. « Jamais ? » tu proposes ça très sérieusement. « J’aime l’effet que l’eau à sur ma peau … » l’eau froide qui à laisser la chair de poule s’installer avec douceur sur ta peau. Les lunettes de soleil que tu avais oublié, car c’est comme un second nez, une habitude de les avoir à l’intérieur et à l’extérieur. Tu souris timidement, collant ta poitrine à lui pour tenter de concentrer ton esprit sur cette demande ? « Je peux les retirer, mais ... » tu essayes de trouver une excuse, tu essayes, mais rien ne vient, plongée dans tes recherches, tu ne profites plus et ça tu n’aimes pas forcément. « Et si tu me lâchais et que je nageais pour voir ... » Ta lèvre qui se coince entre tes dents et tu souris un peu plus. « Enfin je vais tenir ta main, je crois au cas où … je finirais par me laisser emporter par le courant et qu’une sirène ne vienne me capturer … » tu noies aussi bien le poisson que possible, laissant ton corps s’éloigner du sien, tristement car cette proximité te manquerait presque, la main dans la sienne, la pulpe de ton pouce caresse sa peau avec douceur.

Code by FRIMELDA



☽☽ la chose la plus apaisante en ce monde, c'est quand quelqu'un embrasse vos blessures en ne les voyant pas comme des catastrophes dans votre âme mais simplement comme des fissures dans lesquelles mettre son amour.

Revenir en haut Aller en bas
Lukà Petterson
Lukà Petterson
les années perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans.
SURNOM : Lulu pour les intimes.
STATUT : une page qui se tourne. le coeur qui bat pour une jeune femme à la chevelure noire et aux yeux noisettes. Shay fait battre ton coeur endormis depuis trop longtemps.
MÉTIER : travaille dans l'édition.
LOGEMENT : #50, dans le quartier de Bayside. Son fils y habite aussi une semaine sur deux.
((great escape.)) ft. Lukà  Tumblr_inline_nkxi6gPQab1t3gh7j
POSTS : 1889 POINTS : 1635

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : ((great escape.)) ft. Lukà  052d
SHAYKA • Lorsque deux personnes sont faits l'un pour l'autre, rien n'est perdu. Qui doit se retrouver, se retrouvera.
Shaykà #3

((great escape.)) ft. Lukà  JFN2dhsL_o
FREKA • La famille c'est comme les branches d'un arbre : nous grandissons tous dans des directions différentes, mais nos racines sont uniques.

Léonie ; Sohan ;Priam ; Rehane ; Caroline #1 ; Yoko ; Itziar #2 ; Clary ; Justin
RPs EN ATTENTE : Wren. Eireen. Nea/Shay. Terrence.
RPs TERMINÉS : Shay #1 ; Shaykà #2 ; Freya #1 ; Freya #2 ; Nea #1 ; Ginny #1 ; Ginny #2 ; Matt #1 ; Matt #2 ; Matt fantôme ; Timothy #1 ; Lullaby #1 ; Lullaby #2 ; Noa #1 ; Noa #2 ;Charlie ; Jessian #1 ; Itziar #1 ; Jill
PSEUDO : Emilie.
AVATAR : Bob Morley.
CRÉDITS : {ava : nightblood}
DC : John Williams.
INSCRIT LE : 20/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24610-i-m-definitely-on-the-spectrum-of-socially-awkward-luka http://www.30yearsstillyoung.com/t24638-luka-de-mes-souffrances-j-en-ferais-de-l-art http://www.30yearsstillyoung.com/t24959-luka-petterson http://www.30yearsstillyoung.com/t24971-luka-petterson

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  EmptyMar 3 Sep - 18:35


Great escape.
Rehane & Lukà.
Fin de journée de travail, comme à ton habitude tu viens te poser un peu sur la plage. Tu admire le magnifique coucher de soleil. Doucement, le soleil vient se cacher derrière l'océan. La nuit ne va pas tarder à pointer le bout de son nez. La plupart des gens ne prennent plus le temps d'admirer les coucher du soleil, ils sont bien trop occupés par leurs vies plus ou moins mouvementées. D'autant plus lorsque l'on a des enfants. Beaucoup passent trop de temps le nez rivé sur leur smartphone. Toi aussi tu le fais, t'essaie de te restreindre le plus possible. À partir de dix-huit ou dix-neuf heures, tu essaie de ne pas te servir de ton smartphone ou le moins possible. Pour appeler ta mère par exemple, ou envoyer un message texte à Freya ou Matt. Faire un petit tour sur instagram, le temps que ton repas finisse de chauffer au micro ondes. Tu ne mange jamais devant une vidéo youtube, une série netflix ou un film à la limite. Ou bien devant un documentaire parfois. T'adore ce genre de reportage, c'est hyper intéressant et même à trente-quatre ans, t'apprends encore un tas de choses utiles ou non. Ce soir, tu ne t'attendais pas à rencontrer la jeune Rehane sur la plage. Elle semble ausis captivée que toi par le coucher du soleil. Rehane semble assez jeune, tu n'oses pas lui demander son âge. On ne demande jamais l'âge du dame, ça ne se fait pas. Rehane semble différente des jeunes femmes que tu as l'habitude de fréquenter. Plus posée, plus calme. Elle ne te connait pas pourtant, parler avec elle t'es si facile. Elle sait écouter, te conseiller. Tu as également une très bonne oreille en règle général, tes amis ou ta famille savent qu'ils peuvent toujours compter sur toi lorsqu'ils ont un problème ou une interrogation. Tu ne connais pas la jeune femme assise à côté de toi sur la plage, sa présence est néanmoins loin d'être désagréable. Rehane est très jolie. Un joli visage, tu as l'étrange impression d'être face à un ange. Tu ne connais pas la jeune femme, pourtant, tu arrive à te confier à elle en lui racontant -brièvement- qu'une femme t'as brisée le coeur. Elle te parle d'happy ending, tu n'es pas sûr d'en avoir un, un de ces jours. Il te faut simplement aller de l'avant, passer à autre chose et peut-être alors que tout se passera bien. Contrairement à toi, la jeune femme voit le verre à moitié plein. Pour toi, le verre est tout le temps à moitié vide, voire même au trois quart vide. "On verra bien .. J'ai appris à ne plus me prendre la tête, à ne plus vouloir tout contrôler à tout prix !" Tu hausses simplement les épaules en guise de réponse. Tu laisses la vie te porter, sans ne plus jamais te poser de questions. Tu t'efforce de toujours être optimiste, de rendre fière ta mère. Mais ces dernières années ont été compliquées pour toi. Tu t'es laissé sombrer dans la dépression, t'enfermant dans une bulle où très peu de personnes ont eu la chance de pouvoir rentrer. La jeune Rehane semble gentille, elle t'avoue qu'elle ne sait pas nager. Une idée folle te vient à l'esprit et vous voici, tous les deux en sous-vêtements et dans l'eau. Aucune gêne, aucune ambiguïté entre vous. Rehane est très belle sans ses vêtements sur elle. Un corps très bien proportionné sans la moindre ombre de cellulite ou de graisse qui pourrait la complexer. Une femme reste une femme, elle sera toujours complexée pour n'importe quelle partie de son corps. Des complexes, t'en as également. Notamment ton absence de muscles et tes petites bouées dû aux différents fast food, repas tout prêt acheté au supermarché du coin ou aux pizzas commandées parce que tu ne sais pas faire à manger. Tu as envie de retourner à la salle de sport, il te faut seulement un bon coup de pied aux fesses pour t'y rendre et surtout, une réelle motivation afin de ne pas lâcher les efforts en cours de route. "Tout à fait d'accord. On a tellement de vie de malade aujourd'hui .." Tout le temps à courir partout. Entre les courses, l'entretien de la maison le travail. Et surtout, ne pas oublier d'aller rendre visite à ses parents, sa famille et trouver le temps dans la semaine pour réussir à voir quelques uns de ses amis. Des solitaires ensembles, c'est un peu contradictoire mais ça te plait. Tu te contentes de lui sourire, lui tenant toujours les mains afin qu'elle ne coule pas. "J'adore l'eau mais je n'ai jamais pris de bain de minuit, c'est la première fois !" Dis-tu un peu honteux de lui avouer qu'à trente-quatre tu n'as pas pris de bain de minuit encore. Tu viens de l'embrasser, tu ne sais pas ce qu'il t'as pris. Ce qui est fait est fait, tu ne peux pas l'effacer. Tu lui demande si elle veut retirer ses lunettes de soleil son mais te laisse perplexe "Mais ?" Répètes-tu dans l'espoir qu'elle vienne terminer sa phrase. Ta main ne lâche pas la sienne, tu la laisses flotter, se laisser porter par les vagues. Elle est si belle. Tes doigts entrelacent les siens. Tu la regarde flotter sur l'eau. Ton corps se rapproche du sien. "C'est agréable le contact de l'eau sur son corps en fait." Tu souris à la jeune femme. Le fait qu'elle ne veuille pas retirer ses lunettes de soleil t'intrigue, elle te cache quelque chose. Tu te demandes bien que c'est mais ne lui mets aucunement la pression. Vous n'êtes que deux inconnus après tout, deux solitaires ensemble.

@Rehane Lindström :l:

code by exordium.



On peut être maitre de ce que lon pense, jamais de ce que l'on ressent."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

((great escape.)) ft. Lukà  Empty
Message(#) Sujet: Re: ((great escape.)) ft. Lukà ((great escape.)) ft. Lukà  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

((great escape.)) ft. Lukà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: streets beach
-