AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Switch to plan B !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léonie Tremblay
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 (15.05.1992)
SURNOM : Maîtresse Maze (en privé)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : infirmière en chirurgie ambulatoire
LOGEMENT : #105 Toowong (maison)
Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o6_400
POSTS : 372 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : J'aime : le sport, la lecture, le calme, la vérité, l'honnêteté et savoir où est passé mon père ! La nuit, je suis Maîtresse Dominatrice. Je réponds au nom de Maîtresse Maze ! Et j'aime qu'on me paye pour nourrir mon côté sombre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Lukà#1Kári#1Levi#1Noa#1 ¤ Soheila#1Léo#1Andrew#1Fantôme#1

Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o9_250
RPs EN ATTENTE : Rhett Hartfield#1

Switch to plan B ! Tumblr_pqs9akbBlN1qieksw_500
RPs TERMINÉS : Andy#1Charlie#1Nea#1
AVATAR : Zoé Levin
CRÉDITS : Avatar par moi
DC : non, premier compte
INSCRIT LE : 24/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24669-leonie-tremblay-or-mistress-maze http://www.30yearsstillyoung.com/t24676-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24677-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24691-leonie-tremblay

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Switch to plan B ! Switch to plan B ! EmptyMar 16 Juil - 22:30


Switch to plan B !
Feat @Soheila Hodge et Léonie Tremblay

Dans la vie, il faut avoir plusieurs plans au cas où le plus important n'aboutisse pas. Mon plan de carrière était simple quand j'ai commencé mes études. Je commence par être infirmière puis j'évolue pour finir au bloc opératoire. Sauf qu'entre temps, j'ai mon activité annexe qui a pointé le bout de son nez et s'est accompagnée d'une révélation. Le bloc opératoire, pour le peu que j'en ai vu, cela ne me botte plus autant qu'au début. Travailler sous le stress du chirurgien et de la responsabilité dans la gestion des risques. Non merci ! Je me rends compte que compter les compresses qui entrent et sortent du bloc, ce n'est pas mon truc. Donner le bon instruments au chirurgien non plus. Veiller au bon fonctionnement du bloc. Eurk ! Où est la place du prendre soin dans tout ça ? Personnellement, je ne le vois pas. Je n'y retrouve pas non plus le lien soignant soigné que j'ai déjà en ambulatoire. Je laisse mon plan A de côté. Il ne me satisfait pas. Je ne m'y vois pas vivre et évoluer. Je ne m'y projette pas. Et je refuse de m'enliser dans quelque chose qui ne me comble pas.

Du coup, je révise mes projets et passe au plan B ! Me tourner vers quelque chose qui m'attirait déjà un peu au lycée : l'humanitaire, l'aide médicale internationale. Mes parents me voyaient médecin. Quitte à être médecin, je m'imaginais travailler pour Médecins sans Frontières. Sauf que être médecin, c'était le rêve de mes parents, pas le mien ! Par contre, l'aide humanitaire me faisait quand même de l’œil. C'est pour ça que je l'ai toujours gardé dans un coin de ma tête. J'en ai fait mon plan B !

C'est comme ça que je me retrouve aujourd'hui, dans un café, à attendre la fondatrice et directrice d'une fondation d'aide humanitaire.
Je me suis renseignée sur la personne que j'attends, Soheila Hodge. Son parcours m'a laissé baba ! J'étais genre "whoua" face à ce qu'elle a vécu. Si ça, ce n'est pas une femme forte ! Et je mets mes deux mains à couper qu'il y a plus à découvrir sur elle. Que la presse et internet ne disent pas tout sur elle. Mais le peu que j'ai vu m'a attiré comme un aimant.
Je pense que, si la fondation aurait été créée et dirigée par un homme, je ne serais pas là à attendre pour la rencontrer et en apprendre plus sur sa fondation. Et ça, c'est mon côté Dom qui parle !

Alors me voilà, assise à la terrasse d'un café, un thé gourmand devant moi. j'attends celle qui sera peut-être la clé de voûte de mon plan B !

Léonie Tremblay


Spoiler:
 


Dernière édition par Léonie Tremblay le Dim 21 Juil - 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Soheila Hodge
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans.
STATUT : Divorcée. Mère d'Emma, cinq ans.
MÉTIER : Directrice de la Hodge Foundation, association humanitaire internationale d'aide médicale. Médecin de formation. Danseuse.
LOGEMENT : Bayside, #826. Villa d'architecte en verre.
Switch to plan B ! 1568031372-ezgif-5-93ae9e26560c
POSTS : 1690 POINTS : 645

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Américaine, s'est installée définitivement à Brisbane en 2009. A la double nationalité. Médecin humanitaire. N'exerce plus la médecine depuis 1 an. De retour à Brisbane en décembre 2018 après 1 an d'incarcération en Chine. Atteinte de PTSD depuis. N'a pas la garde de sa fille de 5 ans. Fait régulièrement l'objet d'articles ou de sujets dans les médias. Intervenante dans plusieurs émissions télévisées en tant que porte-parole de son association et des causes défendues. Outre l'anglais, parle l'espagnol, le portugais, l'arabe, des notions de français et de chinois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : anwar ; leonie ; stephen 2 ; raelyn ; thomas ; lily ; lizzie ; dimitri ; clément ; lucia
RPs TERMINÉS : Switch to plan B ! 1562884137-emma
Maybe I'm not the mother you deserved but I swear, you're everything I ever wanted. But I’m a liar when I say that I’m okay. You taught me why hurricanes were named after people.

stephen 1 ; freya 1 ; yasmine 1
AVATAR : Zoe Saldana
CRÉDITS : avatar Lux Aeterna. signature code Astra.
DC : Non.
INSCRIT LE : 03/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24859-i-wasn-t-put-here-to-stay-soheila-hodge http://www.30yearsstillyoung.com/t24916-feelings-change-memories-don-t-soheila http://www.30yearsstillyoung.com/t25066-soheila-hodge http://www.30yearsstillyoung.com/t25157-soheila-hodge

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Re: Switch to plan B ! Switch to plan B ! EmptyJeu 18 Juil - 20:27


switch to plan b





La grille du parc défilait devant mes yeux, fondue dans la pénombre de ce versant déjà privé des rayons du soleil capricieux en cette journée d’hiver. La voiture dans laquelle je me trouvais longeait son ombre familière. Mon regard balayait distraitement les quelques vélos qui y étaient accrochés et je tentais de reconnaître sans vraiment y penser leurs propriétaires parmi les quelques passants se pressant pour pénétrer dans l’enceinte du parc. Ce dernier disparaissait alors déjà de mon champ de vision alors que le chauffeur s’engageait sur une nouvelle avenue à gauche. « Je vous dépose en face ? » Je croisai son regard dans le rétroviseur et acquiesçai tandis que l’enseigne reconnaissable du café apparaissait enfin au loin. Les rayons du soleil l’éclairaient encore d’une lumière orangée trouble et j’imaginais déjà leur chaleur douce et diffuse accompagner le rendez-vous qui m’attendait. Je me glissais en dehors de la voiture, desserrant les pans de mon blazer blanc, vérifiant d’un coup d’œil à mon téléphone si je n’étais pas trop en retard. La dernière réunion de la journée avait duré plus longtemps que je ne l’avais prévu et les embouteillages dans lesquels mon chauffeur s’était laissé prendre n’avait pas arrangé mon cas mais cela restait raisonnable. Je fis un pas en arrière en relevant de justesse mon regard de l’écran de mon téléphone. Le bruit vibrant et continu d’un klaxon me fit plisser les yeux alors que la voiture noire devant laquelle je venais de manquer de me jeter passa devant moi sans un ralentissement. Je jetai mon téléphone au fond de mon sac et accélérai le pas, retrouvant la sécurité du trottoir en face et les regards incrédules de ses occupants. J’avais l’esprit ailleurs, encore piégé au sein d’un des bureaux de la tour que je venais de quitter mais il était temps que je m’en extirpe. La jeune femme que je m’apprêtais à rencontrer ne méritait que l’entièreté de mon attention. Telle était également la raison pour laquelle le lieu de rendez-vous avait été fixé ici, un lieu neutre, un lieu convivial qui n’acceptait pas en son sein le genre typique des recruteurs secs, distants et l’esprit sur le profil suivant à recevoir. Ils étaient nécessaires, certes, mais je ne faisais pas partie de ces derniers, ce n’était pas mon métier, ce n’était pas mon envie non plus de devoir faire face, ensuite, à la mine déconfite du candidat, trop conscient de n’avoir été, justement, qu’un candidat parmi tant d’autres. Je passai la porte du café et m’approchai du comptoir pour passer commande. « Un Mint Citrus, merci. » J’observais le barrista hésiter à l’évocation de mon prénom quant à son épellation avec un amusement distant avant de parcourir du regard la salle comble à la recherche de la jeune femme qui m’avait contactée. Je n’avais aperçu son visage qu’en photo sur son profil en ligne mais cela me semblait suffisant pour constater qu’aucun des traits se présentant à moi sur l’instant n’étaient les siens.

Des souvenirs vagues de mon premier entretien pour intégrer l’internat au cours de mes études de médecine immergeaient dans mon esprit, s’entrechoquant les uns aux autres, incapables de resurgir totalement de la surface opaque et vaseuse sous laquelle je les avais enfouis, eux et tous les autres depuis quelques mois. J’avais pourtant eu cette impression de jouer ma vie, ce jour-là. Malgré les menaces constantes et réelles qui planaient en son dessus chaque jour lorsque j’étais en mission humanitaire, je n’avais pas réussi à me débarrasser de cette impression jusqu’à ce que l’entrevue prenne fin. Puis, elle s’était achevée et j’avais fermé les yeux et oublié. Comme si je n’y croyais déjà plus. Comme si je demeurais persuadée, malgré mes arguments et la confiance affichée, que je ne méritais pas cette opportunité que je demandais, ou qu’elle ne me méritait pas, que j’avais déjà pour objectif d’être ailleurs, de faire autre chose. Je m’étais trompée. J’avais réussi. J’avais été estimée. Je ne me souvenais pas de l’entretien dans sa globalité, non, mais de la satisfaction aigüe, rare et de l’impatience poignante qui s’en était suivie ensuite, je m’en souvenais. Car l’entretien n’était pas ce qui importait. Ce qui importait était les possibilités que celui-ci était capable de nous apporter, cette grande bouffée d’air frais qui traversait d’un coup ce lieu clos dans lequel nous étions susceptibles de nous trouver, tous, un jour. Cela l’était d’autant plus lorsqu’il s’agissait de notre métier, de nos actions au-delà des frontières australiennes, des frontières établies et en paix. Je m’éloignai enfin du comptoir, le gobelet cartonné en main, et rejoignis l’extérieur sans plus attendre. Les mèches brunes que souleva alors une infime brise venue de l’ouest attira mon regard lorsque la jeune femme réajusta sa position et je plissai légèrement les yeux en m’avançant jusqu’à la table. « Léonie, n’est-ce pas ? Bonjour, Soheila. » Je lui adressai un sourire et tendis ma main au-dessus de la table pour me saisir de la sienne d’une poignée ferme. « J’espère que tu n’attends pas depuis trop longtemps. » l’interrogeai-je du regard en tirant la chaise pour m’asseoir à la table, à mon tour. Le tutoiement me semblait de rigueur pour instaurer le climat que je pensais nécessaire afin de nous appréhender réellement. « Alors j’ai cru comprendre que notre travail t’intéressait, c’est toujours un plaisir. » commençai-je, d’un regard bienveillant, désireuse de la laisser ensuite continuer comme elle le souhaitait. Je rencontrais les personnes qui venaient à moi, avec plaisir, même aujourd’hui car je voulais retrouver cela dans le regard de la personne en face de moi : cette impression de sentir à nouveau les fenêtres s’ouvrir brusquement, cette impression d’un nouvel avenir devant nous. Si je ne percevais pas cela, mon attention s’atténuait, je ne pouvais pas le nier. Il ne s’agissait pas d’un entretien, non, en effet. Il s’agissait d’un échange et j’avais apprécié Léonie et son profil du peu que j’en avais déjà perçu.



Darkness is your candle.
We all have scars, inside and out. We all have emotional trigger points, broken bones and broken hearts. Now I see scars and I see stories. I see a being who has lived, who has depth, who is a survivor.
Revenir en haut Aller en bas
Léonie Tremblay
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 (15.05.1992)
SURNOM : Maîtresse Maze (en privé)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : infirmière en chirurgie ambulatoire
LOGEMENT : #105 Toowong (maison)
Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o6_400
POSTS : 372 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : J'aime : le sport, la lecture, le calme, la vérité, l'honnêteté et savoir où est passé mon père ! La nuit, je suis Maîtresse Dominatrice. Je réponds au nom de Maîtresse Maze ! Et j'aime qu'on me paye pour nourrir mon côté sombre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Lukà#1Kári#1Levi#1Noa#1 ¤ Soheila#1Léo#1Andrew#1Fantôme#1

Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o9_250
RPs EN ATTENTE : Rhett Hartfield#1

Switch to plan B ! Tumblr_pqs9akbBlN1qieksw_500
RPs TERMINÉS : Andy#1Charlie#1Nea#1
AVATAR : Zoé Levin
CRÉDITS : Avatar par moi
DC : non, premier compte
INSCRIT LE : 24/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24669-leonie-tremblay-or-mistress-maze http://www.30yearsstillyoung.com/t24676-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24677-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24691-leonie-tremblay

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Re: Switch to plan B ! Switch to plan B ! EmptyDim 21 Juil - 19:21


Switch to plan B !
Feat @Soheila Hodge et Léonie Tremblay

Je n'ai pas attendu longtemps. Je suis arrivée un quart d'heure avant l'heure du rendez-vous. J'aime bien être en avance. J'ai horreur du retard. Je suis un vrai coucou Suisse. Le temps, c'est encore plus précieux que l'argent. Je pense que c'est la seule chose qui ne peut pas s'acheter dans le monde. Tout est monnayable. Même le pire, comme les êtres vivants. Alors quand on gaspille ou bafoue mon temps, je grogne.
Mon temps est si précieux, alors pourquoi arriver un quart d'heure avant ? Parce que j'aime arriver la première. Surtout quand je vais à un endroit que je ne connais pas. Découvrir seule l'environnement dans lequel je vais me trouver. Arriver en premier, c'est comme lancer la première attaque aux échecs. C'est une façon pour moi de prendre l'avantage sur ce qui peut arriver ensuite.
Il y a bien une autre raison à mon avance. Je n'aime pas être la personne qui reste debout au milieu d'un café à chercher l'autre du regard.

Heureusement, aujourd'hui, je n'ai pas à attendre. J'entends déjà mon nom. "Léonie, n’est-ce pas ? Bonjour, Soheila." Soheila Hodge est plus que ponctuelle ! Ce n'est pas encore l'heure du rendez-vous. A quelques minutes près. Mais cela suffit pour me faire sourire jusqu'aux oreilles, me faire me lever et tendre à mon tour ma main pour serrer la sienne. "C'est bien cela... Léonie Tremblay." dis-je en me rasseyant. "Non, je suis arrivée il y a peu. Et oui, votre travail m'intéresse." ajoutai-je en écartant ma tasse de thé vide pour mieux gérer mon espace sur la table. Je me suis pas mal documentée sur votre fondation et j'ai eu envie d'en apprendre plus encore. Mais par vous. Pas par le biais d'internet."

J'ai vu beaucoup de chose sur internet au sujet de sa fondation. Du bon. Du très bon ! Mais aussi du mauvais. Car partout là où il y a la réussite de quelqu'un, il y a ses détracteurs. Ces personnes jalouses qui n'ont rien d'autre à faire que dénigrer et lancer de fausses informations pour se sentir mieux.
Malgré tout le soutien, tous les fans, et le soutien des pouvoirs publics, la plupart des informations importantes sur la fondation me semblent occultées par ce qu'à subit Soheila Hodge en Chine. Les gros titres sur son séjour en prison font de l'ombre aux bonnes choses, comme le Grand Prix Humanitaire 2018. Foutues presse people. Le croustillant a malheureusement plus d'importance aux yeux de ces personnes que l’honorable. Et il y a toujours des crétins pour relayer les gros titres de la presse à scandale plutôt que de parler du plus important : l'humanitaire en lui-même. Résultat, les premiers sites qui apparaissent sur internet sont sur son procès que sur les malades que sa fondation a aidé. C'est pour ça que j'ai les réseaux sociaux et la presse en horreur. Ils donnent à manger aux vautours et aux jaloux.

"Je souhaite en savoir plus sur les aides que vous apportez aujourd'hui. Malgré les informations que j'ai pu trouver, j'ai la sensation que je peux encore en apprendre sur la Hodge Foundation." révélai-je finalement. "Mais peut-être voulez-vous en savoir plus sur moi avant tout ?"

Léonie Tremblay
Revenir en haut Aller en bas
Soheila Hodge
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans.
STATUT : Divorcée. Mère d'Emma, cinq ans.
MÉTIER : Directrice de la Hodge Foundation, association humanitaire internationale d'aide médicale. Médecin de formation. Danseuse.
LOGEMENT : Bayside, #826. Villa d'architecte en verre.
Switch to plan B ! 1568031372-ezgif-5-93ae9e26560c
POSTS : 1690 POINTS : 645

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Américaine, s'est installée définitivement à Brisbane en 2009. A la double nationalité. Médecin humanitaire. N'exerce plus la médecine depuis 1 an. De retour à Brisbane en décembre 2018 après 1 an d'incarcération en Chine. Atteinte de PTSD depuis. N'a pas la garde de sa fille de 5 ans. Fait régulièrement l'objet d'articles ou de sujets dans les médias. Intervenante dans plusieurs émissions télévisées en tant que porte-parole de son association et des causes défendues. Outre l'anglais, parle l'espagnol, le portugais, l'arabe, des notions de français et de chinois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : anwar ; leonie ; stephen 2 ; raelyn ; thomas ; lily ; lizzie ; dimitri ; clément ; lucia
RPs TERMINÉS : Switch to plan B ! 1562884137-emma
Maybe I'm not the mother you deserved but I swear, you're everything I ever wanted. But I’m a liar when I say that I’m okay. You taught me why hurricanes were named after people.

stephen 1 ; freya 1 ; yasmine 1
AVATAR : Zoe Saldana
CRÉDITS : avatar Lux Aeterna. signature code Astra.
DC : Non.
INSCRIT LE : 03/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24859-i-wasn-t-put-here-to-stay-soheila-hodge http://www.30yearsstillyoung.com/t24916-feelings-change-memories-don-t-soheila http://www.30yearsstillyoung.com/t25066-soheila-hodge http://www.30yearsstillyoung.com/t25157-soheila-hodge

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Re: Switch to plan B ! Switch to plan B ! EmptySam 27 Juil - 14:06


switch to plan b





« Non, je suis arrivée il y a peu. Et oui, votre travail m'intéresse. » Je lui adressais un sourire tout en m’installant pour apprécier son acquiescement. Je remarquais le vouvoiement, bien entendu, et cela me fit un effet étrange, habituel certes, elle ne faisait que répondre aux codes de société, mais étrange. J’étais là alors que je n’en avais aucune obligation. Nous nous rencontrions ici car les bureaux me semblaient trop officiels alors que ma position dans la fondation était pour l’instant en suspens, de représentation et que cela me tordait l’estomac à cette simple pensée. Le vouvoiement entre les lèvres de cette jeune femme de vingt-sept ans, alors que je l’avais tutoyée, prenait ainsi une nuance quelque peu formelle, peut-être même conventionnelle. « Je me suis pas mal documentée sur votre fondation et j'ai eu envie d'en apprendre plus encore. Mais par vous. Pas par le biais d'internet. » Je la laissais s’installer à sa guise, faire le vide devant elle pour se mettre à l’aise. Elle n’avait pas l’air nerveuse, peut-être impatiente, et cela me plaisait bien. Une seconde, avant que la curiosité uniquement ne prenne le pas dans son regard. « Je souhaite en savoir plus sur les aides que vous apportez aujourd'hui. Malgré les informations que j'ai pu trouver, j'ai la sensation que je peux encore en apprendre sur la Hodge Foundation. » Je reconnaissais les effluves des souvenirs remonter dans mon esprit et je n’aimais pas ça. Elle avait raison, il me paraissait évident que les recherches sur l’ONG actuellement devaient aboutir à des résultats orientés, restrictifs, uniquement dédiés à mon procès à venir et aux opinions de tous et chacun. Cela faisait un moment que je n’avais plus taper mon nom dans un moteur de recherche, je ne pouvais qu’imaginer, mais cela me suffisait pour noircir mon regard, en général, et rien de tout cela n’avait sa place en ce lieu et en cet instant. « Mais peut-être voulez-vous en savoir plus sur moi avant tout ? » Je relevai mon regard dans le sien, finalement, décidée à m’en tenir à notre affaire. Décidée à ne pas laisser mes pensées éparpillées m’atteindre, décidée à faire taire cette voix dans ma tête, cette voix me murmurant que je n’étais pas à ma place, plus tellement, pour donner envie à une nouvelle génération, pour ne pas l’effrayer à la place. « Inutile d’attendre son tour pour intervenir, d’accord ? Et inutile de me vouvoyer également. » Ce fut ma voix qui me tira de mes pensées et me ramena définitivement dans l’échange. Elle était ferme et avenante, et j’étais soulagée de sauver les apparences, de ne pas laisser ce court malaise transparaitre, accompagnant bien le sourire qui naquit une nouvelle fois sur mes lèvres, appuyant mes propos d’un signe de tête entendu. « Pose les questions qui t’intéressent, et je tâcherai d’en faire de même. » J’avais des interrogations, certainement. Cependant, il n’existait pas une liste de questions prédéfinies destinées à me faire comprendre si oui ou non une personne était faite pour l’humanitaire. Je demeurais persuadée qu’il s’agissait de caractère, d’un savoir-être particulier, de réactions. C’était l’instinct qui devait être déclenché, l’instinct que je mettais aux aguets. Les capacités professionnelles venaient à part, non pas après, elles étaient essentielles mais parallèlement, je les pensais beaucoup plus aisé à analyser en outre.

« Je commence par l’évident, ce que tu as déjà pu trouver sur internet justement mais sait-on jamais. Notre mission est d’apporter une aide médicale aux populations dont la vie est menacée, en danger. Les raisons sont multiples : conflits armés, épidémies, catastrophes naturelles, politiques d’exclusion … Ce sont celles auxquelles nous sommes confrontés en majorité. » Je m’interrompis une seconde pour porter la tasse à mes lèvres. Le répit était volontaire. Ces informations étaient facilement trouvables, oui, mais cela ne les rendait pas moins importantes, au contraire. Je craignais toujours qu’il ne s’agisse que de mots pour les nouveaux arrivés, des notions abstraites dont ils ne réalisaient pas très bien la portée. Ils lisaient « conflits armés » ou « épidémies » et passaient à autre chose comme un « d’accord, très bien, quoi d’autre ? ». La réalité était tout autre. Je guettai une réaction sur le visage de la jeune femme, je guettai mon instinct. Deviner si la personne en face de soi était capable de garder, en toutes circonstances, même dans les moments les plus terribles de la vie d’autrui, une capacité de confiance, une énergie, une compassion n’entachant jamais son sang-froid et son professionnalisme, cela ne se faisait pas en quelques secondes. Je reposai finalement la tasse entre nous pour reprendre. « Cette année, nous avons 32 000 personnes sur le terrain. Tu es infirmière, vous êtes précieuses. » commentai-je en inclinant légèrement la tête pour appuyer mon regard. Les infirmiers, les aides-soignants, tous membres du corps médical, à dire vrai. Il n’y en aurait jamais trop, il n’y en aurait jamais assez. L’envie de penser que notre rôle serait minime dans la masse, que nos responsabilités ne seraient pas excessives face à celles des autres, nous appuyant sur notre place supposément hiérarchique, notre ordre d’arrivée ou tout autre élément rassurant n’avait pas sa place. Elle ne l’avait jamais nulle part à dire vrai, selon moi. Mais encore moins sur le terrain. Là-bas, tout le monde était essentiel, chacun avait son rôle à jouer, vital. « Mais je ne sais pas. Ton intérêt est-il porté sur ta possible adhésion à un groupe local ? Ou plutôt sur les missions de terrain. Celles-ci peuvent durer trois semaines, comme plusieurs mois. La vie privée est mise de côté … » Je laissai ma phrase en suspens car c’était ici que je voulais l’entendre intervenir, m’indiquer ce qu’il en était avant d’aller plus loin. Intégrer un groupe local était un engagement respectable, prendre de son temps pour communiquer, témoigner du sort des populations auprès desquels les agents du terrain opéraient. Dans le deuxième cas, sa situation familiale était une information privée mais l’humanitaire était ce monde dans lequel l’intime entrait en jeu, dans lequel l’intime devait être expliqué, pour assurer tout du moins qu’il ne viendrait pas s’y mêler. Je réalisais que Léonie ne m’avait pas informé de son envie première, après tout, et je la laissais prendre les rênes pour ne pas l’influencer.



Darkness is your candle.
We all have scars, inside and out. We all have emotional trigger points, broken bones and broken hearts. Now I see scars and I see stories. I see a being who has lived, who has depth, who is a survivor.
Revenir en haut Aller en bas
Léonie Tremblay
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 (15.05.1992)
SURNOM : Maîtresse Maze (en privé)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : infirmière en chirurgie ambulatoire
LOGEMENT : #105 Toowong (maison)
Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o6_400
POSTS : 372 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : J'aime : le sport, la lecture, le calme, la vérité, l'honnêteté et savoir où est passé mon père ! La nuit, je suis Maîtresse Dominatrice. Je réponds au nom de Maîtresse Maze ! Et j'aime qu'on me paye pour nourrir mon côté sombre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Lukà#1Kári#1Levi#1Noa#1 ¤ Soheila#1Léo#1Andrew#1Fantôme#1

Switch to plan B ! Tumblr_pquxucKYcu1x2yql9o9_250
RPs EN ATTENTE : Rhett Hartfield#1

Switch to plan B ! Tumblr_pqs9akbBlN1qieksw_500
RPs TERMINÉS : Andy#1Charlie#1Nea#1
AVATAR : Zoé Levin
CRÉDITS : Avatar par moi
DC : non, premier compte
INSCRIT LE : 24/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24669-leonie-tremblay-or-mistress-maze http://www.30yearsstillyoung.com/t24676-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24677-leonie-tremblay http://www.30yearsstillyoung.com/t24691-leonie-tremblay

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Re: Switch to plan B ! Switch to plan B ! EmptyLun 2 Sep - 19:45


Switch to plan B !
Feat @Soheila Hodge et Léonie Tremblay


C'est vrai que lui dire "vous" est en décalage avec sa façon de me parler. Je suis allée de façon très formelle alors qu'elle a fait dans la simplicité. Je me demande pourquoi je suis partie sur le vouvoiement. Ce n'est pourtant pas mon genre de ne pas prêter attention à la façon dont on s'adresse à moi. En général, je fais plutôt l'effet miroir. Je parle aux autres comme ils me parlent. Cela peut aller du distinguer, au familier, en passant par le grossier. J'avoue que je prends plaisir à parler comme un charcutier quand une personne me parle mal. En plus, je ne suis pas du genre à m'écraser. Quoi que j'aime bien snober les emmerdeurs ! Comme cette fille, lors de la conférence à l'université. J'ai pris mon pied en l'ignorant le plus possible.

Mon interlocutrice m'invite à poser toutes mes questions. J'en ai vraiment plein ! Ce n'est pas facile de faire un choix. Quoi que !
Je m'appuie avec mes avant-bras sur la table et m'avance un peu vers elle. Je ne vais pas cracher sur cette invitation à être curieuse ! Moi qui le suis tant.
"Je serai curieuse de savoir ce qui vous a conduit à créer votre fondation ! Qu'est-ce qui vous a conduit sur le chemin de l'humanitaire ?" demandai-je en me dandinant sur mon fessier.
Cela m'intrigue de connaitre ses motivations à ses débuts. Peut-être que cela m'aidera à mettre le doigt plus profondément sur mes propres raisons.
"J'ai toujours aimé l'humanitaire, depuis le lycée. Je gardais l'idée de m'y lancer une fois retraitée ! Mais je ne sais pas pourquoi, je me suis retrouvée ces dernières semaines à farfouiller sur internet des informations sur des fondations, des associations... Je ne sais pas trop comment l'expliquer. Mais j'ai la sensation que je dois changer le chemin de ma vie. Et pourquoi pas changer de paysage ! Du coup, partir pour une mission de terrain ne me fait pas peur."

Elle me dit sans surprise que la vie privée est généralement à mettre de côté. Je n'en suis que moyennement surprise. Avec les missions humanitaires, il doit être difficile de se fixer. Je suis maintenant une célibataire endurcie. Je n'ai pas d'enfant. Je n'ai que ma cousine et ma mère. Quelques vrais et bons amis. Mais j'ai assez de doigt pour les compter. Du coup, être absente pendant des semaines voire des mois ne serait pas un problème. Peut-être que si je deviens mère, cette perspective changerait. Mais "demain" n'est pas prédictible. Le jour présent importe. Et pour le moment, je suis quasi seule.

Léonie Tremblay


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Switch to plan B ! Empty
Message(#) Sujet: Re: Switch to plan B ! Switch to plan B ! Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Switch to plan B !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: starbucks
-