AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

 From one extrem to another || Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Owens-Beauregard
Thomas Owens-Beauregard
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018. Myrddin qui a quitté Brisbane en septembre 2019 pour une tournée mondiale avec sa troupe de théâtre, laissant Thomas seul et dans l'incompréhension avec les trois enfants
MÉTIER : Amiral de la Royal Navy, n'est plus embarqué depuis presque deux ans mais ne changerait de métier pour rien au monde
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong
From one extrem to another || Stephen Source
POSTS : 4620 POINTS : 635

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 13/∞
Levi #1Jasper #1Alex #1Wylda #Jillian #1Cassandra #1Cian #5Cian #6Allan #1Soheila #1 (FB)Eavan #1 (FB)Casey #1 (FB)

- dimension zombie/fantôme
JamesonStephen BLéo

RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1Ezra
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptyVen 19 Juil - 14:00


Même si je l'avais voulu, je n'aurais pas pu rester habiter là où j'ai passé le plus clair de ma vie. Ma maison a été saccagée par une attaque de zombie de laquelle je n'ai échappé que de justesse. Mon sang froid à toute épreuve -ce trait de caractère gagné lors de ma formation militaire – m'a permis de ne pas paniquer et de partir, le plus vite possible. Marcher pendant des kilomètre et pendant des heures sous une chaleur écrasante et étouffante ne me fait pas peur. Malgré tout, j'ai du mal à me faire à ma vie de solitaire. Myrddin est parti, il s'est sacrifié pour moi, son fils, Arthur et Clara. Mes enfants sont morts les un après les autres car je n'ai pas été foutu de trouver de quoi manger ou de l'eau potable. Mon esprit n'est de cesse occupé par ce que j'aurais pu faire de mieux, par ce que j'aurais pu faire de plus. Me sacrifier à mon ? Mauvaise idée : les petits n'auraient jamais survécu tous seuls. Me démener d'avantage ? Mine de rien, c'est plus qu'impossible étant donné que les ressources manquent dans tous les cas.

Mes lèvres laissent échapper un soupire alors que je marche, encore et encore, sans savoir où je vais. Mes pas et mon instinct me guident depuis plusieurs heures, m'obligeant à me diriger vers une de ces forêts noires et profondes, parfait pour un repère de zombie. Me disant que de toute manière je n'ai rien à perdre -littéralement – je m'enfonce donc dans cette forêt. M'engageant sur un chemin escarpé, je sens que mon souffle commence à se faire plus laborieux. Mes jambes me portent encore, mais combien de temps puis-je tenir à ce rythme sans avoir avalé quoique ce soit depuis hier soir ? Mon estomac grogne, fait savoir qu'il est là, lui aussi et qu'il n'est pas très content. Mais c'est surtout ma gorgé et ma bouche sèchent qui m'inquiète. Ma soif est de plus en plus énorme et je prends donc la décision que je prendrais plusieurs gorgées de la prochaine source d'eau, peu importe si l'eau est potable ou non.

M'enfonçant d'avantage dans la forêt, je quitte le chemin que je suis depuis une demi heure et fini par arriver au niveau d'un lac. Mon rythme de croisière s'accélère subitement alors que je m'avance vers cette source de liquide bienfaiteur. Me laissant tomber à genou, je plonge ma main dans le liquide insalubre et prend une gorgé. Malgré le goût dégueulasse de la boue, je continue de boire jusqu'à ce que ma soif soit rassasier...ou pas. Mon 6e sens acéré me fait comprendre qu'un danger est imminent, avant même que mon ouï ne repère un bruit de pas derrière pas et qu'un reflet n’apparaisse furtivement sur la surface du lac.

Me redressant subitement, c'est dans un cris féroce que je me jette sur l'inconnu qui parvient à m'échapper. Me rattrapant en une roulade, je m'éloigne assez, me mettant à distance raisonnable afin de pouvoir observer l'homme qui se trouve devant moi. Me retrouvant avec un genou au sol, je tiens mon arme avec mes deux mains et la pointe sur le brun qui se trouve devant moi. Mes yeux le scrutent avec attention avant que je ne redresse le menton  «Montre tes mains ! » m’époumonais-je  « mets les en évidence en l'air !» mon cœur bat à la chamade, pompant de l'adrénaline dans mes veines  «Merde ... » mes mains se baissent finalement, après que mon cerveau m'ait fait comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un zombie mais bel et bien d'un humain qui ne semble pas prêt à se transformer en créature  « Mec ...» m'appuyant sur mon genoux, je me redresse et me relève, restant tout de même très attentif  «marche pas ici, c'est sans doute un repère de zombie» mon côté protecteur reprend rapidement le dessus ne voulant pas que cet homme se passe bouffer par ces créatures.

@Stephen Beckett


Oh my Mistress I bow down to thee,
The ocean has its own melody as most think its cruel, but if thy know it well, Thy will then know it wear the most precious jewel, poseidon himself bows down to the goddess, as he knows the beauty and the ever lasting brightness.


From one extrem to another || Stephen 371680844:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Beckett
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 (30.06.88)
SURNOM : Steph, Beck. Presque personne ne l'appelle Stephen. 'Uncle Beck' pour Emma, la tite môme de Soheila. Faites confiance à votre imagination.
STATUT : Terrifié.
MÉTIER : Artiste paumé. Compositeur qui fait de la photo, griffonne, coud, imagine, et enchaine les commandes minables. Donne des cours. Collabore avec la Northlight Theater Company depuis peu, mais effrayé par un engagement sérieux.
LOGEMENT : Fortitude Valley #69.
From one extrem to another || Stephen Giphy
POSTS : 971 POINTS : 180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : respire par et pour la musique ¤ doit toujours créer quelque chose ¤ vit en surface, recherche le bonheur partout ¤ ne pense pas qu'il arrivera à quoi que ce soit ¤ sa famille sectaire l'a jeté à 16 ans ¤ s'extasie sur la beauté des choses et des êtres ¤ maladivement phobique des cris ¤ n'aime pas être mis en lumière ¤ hésitation est son deuxième prénom ¤ ne pense pas à lui-même.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (10/?) heïana | yoko | noa |
leah | léo | robin (fb) | thomas (zombie) | freya 2 | terrence (fb) | soheila 2
RPs EN ATTENTE : pas à jour
lullaby

RPs TERMINÉS : From one extrem to another || Stephen Tumblr_inline_npilouqVYS1rifr4k_500
fucking things up before they even happen
waiting for the sun...


freya | soheila | charlie

Abandonnés :
lene
AVATAR : Gaspard Ulliel
CRÉDITS : avatar lux aeterna
DC : Tobias Doherty
INSCRIT LE : 02/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24820-sell-me-a-coat-cause-i-feel-cold-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24840-a-heart-that-s-full-up-like-a-landfill-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24871-stephen-beckett?nid=1#1047721

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptyVen 19 Juil - 17:50


Si on lui avait dit qu’un jour, toute sa vie paisible à Brisbane serait balayée d’un revers de main par une apocalypse de zombies, Stephen vous aurait sûrement conseillé de ralentir sur la tequila et de repasser au jus de fruits. Pourtant, il était bien là, à errer sans avoir aucune idée de sa position — tout ce qu’il savait, c’est qu’il ne reverrait jamais sa Brisbane à lui, la ville pleine de chaleur, d’animation et d’humanité qui lui avait ouvert ses portes à la manière d’une mère d’adoption. Brisbane était morte aux mains des morts-vivants. Rebrousser chemin serait un suicide. Il n’a plus revu aucun visage connu depuis l’invasion. Morts ou disparus, il n’y a aucune différence. Il avait rejoint des campements d’inconnus, à l’époque où la méfiance ne gangrenait pas chaque conversation ; mais les campements ne duraient jamais plus de quelques semaines, l’apparition de nouveaux repaires de créatures les poussait à déménager sans cesse, laissant systématiquement quelques cadavres derrière eux. Les plus lents. Stephen n’avait absolument aucune idée de comment il avait pu rester en vie aussi longtemps, sans ressources, but, indications. D’une certaine manière, il était en vie sans même le vouloir. La désolation de l’Australie avait vidé en lui toute volonté de continuer cette course absurde après une existence traquée. Un jour qu’il dormait auprès d’un groupe d’une douzaine d’humains qui avaient accepté sa présence, il avait été réveillé par le contact de mains frénétiques le fouillant : mort de faim, un des survivants dormant à côté de lui avait sombré dans la folie, persuadé que Stephen lui cachait de la nourriture. Il avait déguerpi avant de se prendre une balle perdue. L’errance était devenue totale : il se fiait aux bruits, évitait les routes, s’enfonçait dans les chemins les plus silencieux pour pouvoir entendre l’arrivée des créatures ; mais cela faisait de trop nombreux jours qu’il ne dormait qu’à moitié et que son corps criait famine. Il avait deux conserves dans son sac, avec l’arme sans munitions qu’il avait récupérée le jour où il avait réussi à surmonter son dégout pour plonger les mains sur les lieux d’un affrontement entre humains et créatures. Les rares choses utiles qu’il avait pu trouver étaient à consommer avec parcimonie. Il avait fouillé les réserves des magasins au risque de se faire laminer. Après ces deux conserves, il le savait, il allait crever de faim, parce qu’il était totalement perdu, totalement seul, totalement démuni. La moindre attaque ne ferait qu’une bouchée de lui et du pied de biche qu’il serrait entre ses doigts de musicien qui ne servait plus à rien. Il était persuadé que la musique était morte avec l’humanité, ce jour-là. Dans son sac, il avait aussi un fond d’eau de vie qu’un gars lui avait offert avant de se tirer une balle dans la bouche devant lui, ce qui avait eu l’effet d’attirer les zombies.

Encore une heure. C’était cette petite phrase, répétée après chaque heure de marche, qui lui permettait d’avancer. Une heure vers où ? Une heure pour quoi ? Aucune idée. Il continue d’un pas qui fait plus penser à la marche d’un cadavre déambulant qu’à celle d’un être conscient. Pour calmer la plainte de son estomac, il fumait comme un pompier. Ses poches étaient bourrées de paquets de cigarettes entamés qu’il avait récupérés sur tous les gens (morts) qu’il croisait dans la débâcle générale de Brisbane. Il fumait continuellement pour tromper ses sens, comme si le tabac pouvait le nourrir. Le subterfuge lui permettait de rester plus longtemps sans manger, au détriment d’un souffle qui se perdait. Il ne voit pas les paysages défiler devant lui. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il se terre là où l’obscurité est la plus présente. Serait-ce la forme d’un lac là-bas ? Ça lui est presque indifférent, mais ses jambes prennent la décision à sa place. Encore une… « Qui va l-AH… ! » Il sent une main qui manque de l’attraper, parvient par il ne sait quel réflexe tombé du ciel à esquiver un danger qui le prend totalement au dépourvu. C’est d’abord la mort qui défile devant ses yeux avant qu’il ne sorte subitement de son état de sidération pour se rendre compte que l’ombre qui vient d’attenter à sa vie parle sa langue. « Montre tes mains ! » Vas-y tire, ce sera ça de gagné. « J’ai rien ! » Gueule-t-il en retour, lâchant le pied de biche qui lui sert d’arme. « Mets les en évidence en l’air ! » « J’ai rien, j’ai rien, j’ai rien ! » Qu’il répète comme un forcené. Peut-être qu’il valait mieux que ce type l’achève, qu’il se fasse passer pour un zombie. La pensée lui traverse à peine l’esprit que l’autre semble baisser sa garde. Mais il avait vu assez d’humains s’entretuer, comme pour faciliter le travail des zombies, que l’homme face à lui pourrait bien se préparer à un nouvel assaut. « Mec… » Son cœur cesse progressivement de s’alarmer, l’adrénaline retombe, ses yeux peuvent enfin se concentrer sur le visage de l’inconnu. « Marche pas ici, c’est sans doute un repère de zombies. » Stephen grogne quelque chose d’inintelligible avant de se mettre à genoux pour retrouver sa cigarette perdue dans le feu de l’action. A tâtons il la ressaisit. Il a trop peur que la sensation tenaillante de la faim ne le reprenne. Tant qu’il pourra la mettre en sourdine, il le fera. « C’est pas comme si y’en avait pas un tous les deux kilomètres, » répond l’ex-compositeur (puisque les métiers ne servaient plus à rien) avec un mélange de cynisme et de tranquillité. L’imminence permanente d’une menace de mort subite a fini par le lasser. Voilà pourquoi, au lieu de se livrer à un interrogatoire pour vérifier si oui ou non, cet homme était digne de confiance comme ça se faisait dans les campements, il se contente de se fier à son instinct. « Si tu connais une direction fiable, je suis preneur. Ça fait trois jours que je fais du tout droit vers le nord et que je croise que des cadavres. » Il pointe le lac du menton. Penché comme il était, l’homme avait dû tenter de s’abreuver. « J’ai un fond de rhum, si tu veux. C’est pas de l’eau mais au moins ça a pas le choléra. » Ses jambes le tirent vers le bas, mais il sent que s’il se repose ne serait-ce qu’un instant, il n’aura pas la force de se relever. L’envie de bouffer ses foutues conserves et de se tirer une balle lui colle aux pattes, mais tant qu’il est en présence d’un humain, il se sent d’humeur altruiste.

Spoiler:
 


           
wild horses
I have my freedom, but I don't have much time Faith has been broken, tears must be cried... Let's do some living after we die Wild, wild horses, we'll ride them some day
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Owens-Beauregard
Thomas Owens-Beauregard
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018. Myrddin qui a quitté Brisbane en septembre 2019 pour une tournée mondiale avec sa troupe de théâtre, laissant Thomas seul et dans l'incompréhension avec les trois enfants
MÉTIER : Amiral de la Royal Navy, n'est plus embarqué depuis presque deux ans mais ne changerait de métier pour rien au monde
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong
From one extrem to another || Stephen Source
POSTS : 4620 POINTS : 635

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 13/∞
Levi #1Jasper #1Alex #1Wylda #Jillian #1Cassandra #1Cian #5Cian #6Allan #1Soheila #1 (FB)Eavan #1 (FB)Casey #1 (FB)

- dimension zombie/fantôme
JamesonStephen BLéo

RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1Ezra
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptyJeu 1 Aoû - 14:16


Cet homme est un humain. Un humain bien vivant et non une de ces créatures assoiffée de sang et affamées de chaire humaine. Non, je fais face à un trentenaire qui a juste eu la trouille de sa vie lorsque je l'ai agressé et que je me retrouve là, à pointer mon arme sur lui. Il ne cesse de me répété qu'il n'a rien avant que je ne me rende réellement compte qu'il ne représente pas un danger pour moi. Soupirant doucement, j'abaisse mon pistolet et soupire en me relevant, évitant tout de même de faire un quelconque geste brusque.

L'homme grogne et me dit que ce n'est pas comme s'il y avait des zombie tous les deux kilomètres  «Eh bien dit toi que ça fait 3 jours que je marche et que je n'en vu aucun » rétorquais-je en me passant une main dans mes cheveux poisseux.  «Trois jours que tu fais du tout droit vers le nord ? » répétais-je après lui  «Donc tu viens de … Brisbane aussi ? » demandais-je en regardant la direction sud  « ok je ...» je n'en dis pas plus car l'inconnu fini par me montrer une bouteille d'eau de vie. Ni une ni deux je l'attrape et en prend une longue gorgé. Peu importe que l'alcool me brûle la gorge et que ça n'étanchera en rien ma soif, ça remplira au moins un peu mon estomac.  « Merci» soufflais-je en lui rendant la bouteille, m'essuyant la bouche avec le dos de la main.

 «J'ai pris la direction du nord car j'ai entendu des rumeurs parlant d'un camps de survivant au nord de cette forêt » je m'approche de l'inconnu et sort une carte de la poche arrière de mon treillis militaire  « ici» indiquais-je un point noir après avoir déplié la carte  «Je propose ... » je pose mon regard sur l'homme et l'observe de haut en bas  « Qu'on y aille ensemble … ?» je relève mon regard sur son visage  « à deux ce sera toujours plus sûr que seul !» je replie la carte et la fourre à nouveau dans la poche de mon pantalon avant de me baisser et ramasser le pied de biche pour le tendre à l'inconnu  « Moi c'est Tom, et t'auras sans aucun doute besoin de ça un jour ou l'autre, alors garde le toujours bien avec toi» je me détourne et récupère mon sac à dos  «Allez suis moi et on ne traîne pas, j'ai envie de trouver un endroit sûr avant la tombé de la nuit » le pressais-je en me mettant déjà en route.

@Stephen Beckett


Oh my Mistress I bow down to thee,
The ocean has its own melody as most think its cruel, but if thy know it well, Thy will then know it wear the most precious jewel, poseidon himself bows down to the goddess, as he knows the beauty and the ever lasting brightness.


From one extrem to another || Stephen 371680844:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Beckett
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 (30.06.88)
SURNOM : Steph, Beck. Presque personne ne l'appelle Stephen. 'Uncle Beck' pour Emma, la tite môme de Soheila. Faites confiance à votre imagination.
STATUT : Terrifié.
MÉTIER : Artiste paumé. Compositeur qui fait de la photo, griffonne, coud, imagine, et enchaine les commandes minables. Donne des cours. Collabore avec la Northlight Theater Company depuis peu, mais effrayé par un engagement sérieux.
LOGEMENT : Fortitude Valley #69.
From one extrem to another || Stephen Giphy
POSTS : 971 POINTS : 180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : respire par et pour la musique ¤ doit toujours créer quelque chose ¤ vit en surface, recherche le bonheur partout ¤ ne pense pas qu'il arrivera à quoi que ce soit ¤ sa famille sectaire l'a jeté à 16 ans ¤ s'extasie sur la beauté des choses et des êtres ¤ maladivement phobique des cris ¤ n'aime pas être mis en lumière ¤ hésitation est son deuxième prénom ¤ ne pense pas à lui-même.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (10/?) heïana | yoko | noa |
leah | léo | robin (fb) | thomas (zombie) | freya 2 | terrence (fb) | soheila 2
RPs EN ATTENTE : pas à jour
lullaby

RPs TERMINÉS : From one extrem to another || Stephen Tumblr_inline_npilouqVYS1rifr4k_500
fucking things up before they even happen
waiting for the sun...


freya | soheila | charlie

Abandonnés :
lene
AVATAR : Gaspard Ulliel
CRÉDITS : avatar lux aeterna
DC : Tobias Doherty
INSCRIT LE : 02/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24820-sell-me-a-coat-cause-i-feel-cold-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24840-a-heart-that-s-full-up-like-a-landfill-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24871-stephen-beckett?nid=1#1047721

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptySam 3 Aoû - 15:23



Cette rencontre inespérée a le mérite de lui rappeler qu’il est bien vivant, même si tous les signes de la dégénérescence commencent à apparaître dans son comportement vaporeux. Le stress de l’agression a le mérite (quelle étrange formulation) de faire baisser un peu son taux de paranoïa. Son rythme cardiaque redescend, pour correspondre à nouveau au niveau d’adrénaline normal d’un humain désespéré en pleine destruction de l’espèce humaine. « Eh bien dit toi que ça fait 3 jours que je marche et que je n'en vu aucun. » Stephen laisse un rire nerveux lui échapper. « C’est précisément quand elle a dit ça qu’une fille s’est fait avoir, quand j’étais en train de fuir la ville. Ils apprennent à être silencieux. » Comme s’ils manquaient d’avantages sur les humains. Il tire machinalement sur sa clope. Les souvenirs finissent par tous se ressembler, lorsqu’ils impliquent cette même peur, cette même fuite, perpétuelle. Il ne saurait plus mettre un visage sur chaque hurlement de mort qu’il avait entendu, et pourtant il avait cru que le premier le marquerait à jamais. On s’habitue à tout. Adaptation. « Donc tu viens de … Brisbane aussi ? » Stephen hausse les épaules, le regard vague. Est-ce que ces rangées d’immeubles où soufflait le vent d’une destruction totale avait un nom ? « Si on peut encore appeler ça Brisbane, oui. » La ville fantomatique et vidée de toute forme de vie alliée n’avait plus rien à voir avec la cité qui était devenue une seconde mère pour lui. Brisbane, il l’avait chérie à la vie, à la mort. Mais les zombies ne faisaient partie d’aucune de ces deux catégories, et ils étaient parvenus à le chasser du lieu qui aurait dû être sa tombe. Il n’a pas envie d’y repenser. Son cœur pourrait se serrer, et ça, ça pourrait lui rappeler qu’il a faim. Le musicien (c’était sûrement le métier qui était le plus inutile qui soit durant une apocalypse) regarde les alentours tandis que son camarade d’infortune réveille son estomac avec la bouteille qu’il lui a tendue. Rien n’est perdu quand il s’agit de se donner un peu de courage. Et du courage, il en fallait, pour mettre un pied devant l’autre et ne pas se laisser complètement dominer par la peur panique de mourir. Quelque part, c’était le retour à l’état de nature, une remontée du temps, de la civilisation du confort vers la survie primitive qui avait forcé leur adaptation. Mais maintenant, l’humanité n’était plus préparée au danger. Elle s’était trop reposée sur ses appuis. Ils avaient oublié ce que ça faisait d’être menacés en permanence de l’anéantissement le plus total. Les guerres, c’était différent : ils connaissaient les faiblesses de leur propre espèce. Les zombies n’avaient plus grand-chose d’humain, à part un visage déformé par la putréfaction. Un visage semblable, et pourtant à des années-lumière d’eux. « J'ai pris la direction du nord car j'ai entendu des rumeurs parlant d'un camp de survivants au nord de cette forêt. » Tiens donc, pour une fois qu’il avait eu un bon instinct sans le faire exprès, lui et sa légendaire malchance. Il avait pris le nord parce que c’était tombé comme ça, il avait eu besoin d’une direction fixe, histoire de ne pas malencontreusement retourner sur ses pas. « A deux ce sera toujours plus sûr que seul ! » L’optimisme (en était-ce ?) de l’homme n’atteint pas tout à fait ses sens décrépis, mais il se redonne contenance comme il peut. « Je suis plus un poids qu’un atout, mais ça m’évitera de devenir complètement timbré à force de parler tout seul. J’aimerais mourir en toute conscience. » L’humour — si on pouvait appeler ça de l’humour — était une des maigres ressources qui lui permettait effectivement de ne pas vriller dans la folie. Et le sarcasme, tout seul, ça devient vite prévisible. Il attrape son pied de biche — meilleur plan pour cambrioler des innocents que pour cabosser du zombie, mais on fait avec ce qu’on a — et hoche la tête aux paroles de l’homme qui paraît beaucoup plus assuré que lui, même si la fatigue a bien creusé ses traits. Ils se mettent en route. Ça lui fait bizarre d’avoir quelqu’un avec lui. D’avoir une carte, aussi, plutôt que d’aller à l’aveugle comme il avait pu le faire. Après quelques minutes, il le dévisage et se force à dire quelque chose pour briser la monotonie d’une marche où la mort pouvait se jeter sur eux à chaque instant. Peut-être était-ce le dernier contact social auquel il aurait le droit. Et puis, le silence, il savait très bien faire tout seul. « Les campements finissent toujours pas imploser. J’en ai fait au moins trois. Même pas besoin des zombies. Les gens se bouffent entre eux, à cause de la peur, des ressources. Les... eux nettoient derrière. Espérons qu’on tombera sur des gens qui ont pas encore craqué. » Si on tombe sur des gens, et non des corps inanimés. Mais ça allait tellement de soi qu’il ne le dit même pas. « J’ai une arme, mais elle a pas l’air d’être la même que celle que t’a braquée sur moi, et j’ai pas de munitions, et je sais pas m’en servir. Juste pour que tu saches. » Si tu dois fouiller mon cadavre. Par contre, pas un mot sur les conserves. Tant qu’ils ne seraient pas à la limite de l’évanouissement, il fallait les oublier. « T’es vraiment militaire ou t’as récupéré ça ? » Fait-il en pointant le treillis (même si son utilité était discutable, les zombies se repérant bien assez à l’odeur et au bruit…). « Parce que t’as dégainé vachement vite, j’aurais presque eu peur, si j’étais pas si épuisé. » Encore un peu et tu pourras concourir au concours des blagues les plus thordantes au milieu de la détresse, Stephen. Foutue apocalypse. Fallait bien faire ce qu’on pouvait. Ne pas devenir des bêtes. Fermer les yeux et mettre un pas devant l’autre, même si devant il n’y avait rien.

Spoiler:
 


           
wild horses
I have my freedom, but I don't have much time Faith has been broken, tears must be cried... Let's do some living after we die Wild, wild horses, we'll ride them some day
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Owens-Beauregard
Thomas Owens-Beauregard
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : Marié à Myrddin depuis le 10.10.2018. Myrddin qui a quitté Brisbane en septembre 2019 pour une tournée mondiale avec sa troupe de théâtre, laissant Thomas seul et dans l'incompréhension avec les trois enfants
MÉTIER : Amiral de la Royal Navy, n'est plus embarqué depuis presque deux ans mais ne changerait de métier pour rien au monde
LOGEMENT : heureux locataire d'un duplex avec Myrddin à Toowong
From one extrem to another || Stephen Source
POSTS : 4620 POINTS : 635

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, la mer à longtemps été sa maison • Père de deux enfants, ex mari de leur mère, son mariage ne le rendait plus heureux • Ses enfants sont tout pour lui • Ainé des Beauregard, il donnerait sa vie pour ses frères • Fils aimé, fils prodige, Thomas sait qu'il décevra son père avec son divorce • Il joue de la guitare, aime le bon vin et a de nombreuses histoires à raconter • Avec un divorce, les enfants d'un foyer malheureux à deux foyer heureux
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 13/∞
Levi #1Jasper #1Alex #1Wylda #Jillian #1Cassandra #1Cian #5Cian #6Allan #1Soheila #1 (FB)Eavan #1 (FB)Casey #1 (FB)

- dimension zombie/fantôme
JamesonStephen BLéo

RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1Ezra
PSEUDO : Sundae
AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément
INSCRIT LE : 12/03/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard http://www.30yearsstillyoung.com/t11396-i-know-the-voices-in-my-head-aren-t-real-but-damn-they-have-some-great-ideas

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptyMar 6 Aoû - 15:35



Au lieu de m'inquiéter, la déclaration de celui qui sera mon nouveau compagnon m'arrache un rire.  « Faut quand même rester sur ses gardes hein» dis-je doucement, haussant les épaules. Et il comprendra bien assez rapidement qu'il ne se passe pas une seule seconde sans que je ne sois attentif à mon environnement.

Au file de la discussion que nous entretenons, j'apprends que nous venons de la même ville -si on peut encore appeler ça une ville- avant que je ne me délecte de la bouteille d'une gorgé de vodka. Ça n'épanchera pas ma soif et ne calmera pas ma faim, mais ça aura au moins le mérite de remettre ma jauge de courage au maximum. Je lui parle ensuite des rumeurs que j'ai entendue, concernant un camps de réfugier au nord de cette forêt et lui propose de se joindre à moi. L'homme suppose qu'il sera plus un boulet qu'autre chose avant de préciser qu'au moins il ne deviendra pas timbré en se parlant à lui-même.  «Ouais, vaut mieux mourir en ayant encore toute sa tête » dis-je en lui offrant un sourire rassurant. Et tout en l'observant je me fait la promesse solennelle de le protéger lui, coûte que coûte. Je ne saurais dire pourquoi, mais quelque chose en moi me dit que cet homme n'est pas un méchant. Il ne fait clairement pas parti de ces gens qui te la feront à l'envers.

Ainsi donc, nous nous mettons en route et la discussion commence. L'homme, pessimiste, me dit que les camps finissent toujours par implosé, que les survivants se bouffent entre eux et que les zombies, eux, nettoient derrière.  «Exactement. C'est pourquoi il faut que nous atteignons ce campement avant qu'il ne soit trop tard, ne serait-ce pour faire le plein de vivre » expliquais-je marchant à travers les fourrés. Mon compagnon de fortune reprend ensuite, disant qu'il a lui aussi une arme. Mais qu'elle n'est pas chargé, qu'il n'a pas de munition et qu'il ne sait, de toute manière, pas s'en servir.  «Pourquoi t'en as une alors ? » demandais-je, sincère  « Enfin, montre voir » je tend la main et attrape le pistolet entre mes mains.

Observant l'objet sous toutes ses coutures pendant plusieurs minutes, je fini par le lui rendre en hochant la tête  «je sais où trouver des munitions » assurais-je  «et une fois qu'on en aura trouver, je t'apprendrais à t'en servir » ce disant, je bifurque vers la gauche me dirigeant vers la lisière de la forêt.  « Et oui, je suis vraiment militaire» dis-je avant d'hausser les épaules  «Enfin, je faisais parti de la Navy  » je lance un coup d'oeil vers le jeune homme  «Donc si tu sais où on peut trouver un voilier on peut éventuellement essayer de s'échapper par voie maritime » suggérais-je, me baissant pour éviter une branche  «Et désolé de t'avoir effrayé, mais tu le sais aussi bien que moi, avec ce qui se trame dans cette forêt on n'est jamais trop prudent »

Sortant de la forêt, je m'immobilise et observe l'herbe haute en grimaçant légèrement avant que l'autre survivant ne me rejoigne  « Tu vois le bâtiment là-bas ?» demandais-je en pointant un point blanc du doigt  « C'est un super marché où on trouve de tout, donc aussi des munitions. On peut tenter notre chance là-bas, mais ...» je baisse le regard vers l'herbe  « Allez, vient, suit moi et ne t'éloigne pas de mes pas, on ne sait jamais ce qui peut se trouver dans les hautes herbes» loin de moi l'envie de lui faire peur, mais on n'est jamais assez sûr.

@Stephen Beckett


Oh my Mistress I bow down to thee,
The ocean has its own melody as most think its cruel, but if thy know it well, Thy will then know it wear the most precious jewel, poseidon himself bows down to the goddess, as he knows the beauty and the ever lasting brightness.


From one extrem to another || Stephen 371680844:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Beckett
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 (30.06.88)
SURNOM : Steph, Beck. Presque personne ne l'appelle Stephen. 'Uncle Beck' pour Emma, la tite môme de Soheila. Faites confiance à votre imagination.
STATUT : Terrifié.
MÉTIER : Artiste paumé. Compositeur qui fait de la photo, griffonne, coud, imagine, et enchaine les commandes minables. Donne des cours. Collabore avec la Northlight Theater Company depuis peu, mais effrayé par un engagement sérieux.
LOGEMENT : Fortitude Valley #69.
From one extrem to another || Stephen Giphy
POSTS : 971 POINTS : 180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : respire par et pour la musique ¤ doit toujours créer quelque chose ¤ vit en surface, recherche le bonheur partout ¤ ne pense pas qu'il arrivera à quoi que ce soit ¤ sa famille sectaire l'a jeté à 16 ans ¤ s'extasie sur la beauté des choses et des êtres ¤ maladivement phobique des cris ¤ n'aime pas être mis en lumière ¤ hésitation est son deuxième prénom ¤ ne pense pas à lui-même.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (10/?) heïana | yoko | noa |
leah | léo | robin (fb) | thomas (zombie) | freya 2 | terrence (fb) | soheila 2
RPs EN ATTENTE : pas à jour
lullaby

RPs TERMINÉS : From one extrem to another || Stephen Tumblr_inline_npilouqVYS1rifr4k_500
fucking things up before they even happen
waiting for the sun...


freya | soheila | charlie

Abandonnés :
lene
AVATAR : Gaspard Ulliel
CRÉDITS : avatar lux aeterna
DC : Tobias Doherty
INSCRIT LE : 02/07/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24820-sell-me-a-coat-cause-i-feel-cold-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24840-a-heart-that-s-full-up-like-a-landfill-steph http://www.30yearsstillyoung.com/t24871-stephen-beckett?nid=1#1047721

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen EmptyVen 23 Aoû - 18:53


Fallait croire que pour contrebalancer la multiplicité des hasards malheureux, se glissait parfois dans la masse des évènements un hasard heureux, comme celui qui l’avait fait tomber sur cet homme visiblement beaucoup plus déterminé à s’en sortir que lui. Destinée favorable au milieu d’une conjoncture pour le moins chaotique. Stephen allait pas s’en plaindre, même s’il voyait franchement pas la valeur ajoutée qu’il y avait à survivre dans un monde déjà probablement dépeuplé de la majeure partie des gens qui comptaient pour lui. Mais la voix de l’homme le ramène un peu sur terre, l’empêche de trop glisser dans ses pensées plus grises que blanches — plus noires que grises. « Pourquoi t'en as une alors ? » Il hausse les épaules comme si ça n’avait pas d’importance. Autant en tenir une maintenant que ça parait normal. Il l’avait gardée sans conviction, sachant qu’il n’aurait probablement pas la dextérité pour infliger des dommages à un mort vivant avec, et pas le courage d’abattre un humain qui l’agresserait au hasard de la route. C’était plus un artéfact, histoire de dire qu’il en avait une. On le retrouverait mort, certes, mais avec une arme, comme s’il avait tenté de s’en sortir. (L’apocalypse était vraiment une circonstance aggravante de dépression…) « Enfin, je faisais partie de la Navy. » Stephen hoche la tête, pas vraiment surpris parce que plus grand-chose ne pouvait surprendre en pleine apocalypse, mais tout de même intéressé. « Ça fait au moins un métier qui sert pour… ça. » Lâche-t-il en haussant les épaules. Son niveau de sécurité augmentait sensiblement en présence d’un militaire plutôt que d’un pâtissier. Et même s’il ne se sentait pas vraiment d’apprendre à tirer sur des choses qui, malgré leur difformité, avaient toujours une vague forme humaine, c’était sûrement la seule chose qu’il avait à faire. Apprendre à mourir était une chose — le sens de l’existence, peut-être — mais apprendre à tuer en était une autre. Et même si on lui fournissait les outils et l’apprentissage théorique pour, il n’était pas sûr qu’il en serait capable, serait-ce en situation de légitime défense (si ce concept avait encore un sens tout du moins… si la loi avait encore une quelconque incidence dans ce monde qui ressemblait plus à l’état de nature qu’autre chose).

« Et désolé de t'avoir effrayé, mais tu le sais aussi bien que moi, avec ce qui se trame dans cette forêt on n'est jamais trop prudent. » « Sans rancune, » lâche-t-il en resserrant ses mains moites sur le pied de biche. Prudence n’était pas vraiment le mot qui caractérisait son attitude, mais puisqu’il était en compagnie d’un autre être humain, peut-être qu’il allait retrouver un semblant d’instinct de survie. Sans être tombé sur ce gars, qui sait combien de temps il aurait tenu avant de commencer à parler tout seul, devenir fou et se cogner la tête contre les arbres histoire de mourir sans le coup de main des créatures. « Allez, viens, suis moi et ne t'éloigne pas de mes pas, on ne sait jamais ce qui peut se trouver dans les hautes herbes. » Il lui emboîte le pas sans trop hésiter, juste après avoir vérifié qu’il n’oubliait rien de vital, même si ça se voit à leurs démarches respectives qu’ils ne sont pas des plus frais. La faim, l’épuisement et les journées à marcher sans relâche puisque s’arrêter revenait souvent à laisser un casse-croûte aux zombies ; tout cela rendait leur pas lourd, les mains fébriles, leurs regards moins alertes malgré la concentration qu’ils s’efforçaient de maintenir. Un zombie ressentait-il la fatigue ? Peu probable. Pas plus qu’ils ne paraissaient avoir de besoin vital autre que de tuer. Ce qui était, somme toute, bien pratique — de leur point de vue. Le paysage changeait ; la forêt, oppressante, à double tranchant puisqu’elle pouvait autant cacher durablement que laisser surgir des zombies de l’ombre, laissait place à des herbes au moins tout aussi traîtres. Il plisse les yeux pour apercevoir leur objectif (encore fallait-il que le bâtiment n’ait pas encore été pillé jusqu’à la moelle) et s’engage à son tour dans la végétation sèche. Plusieurs fois, des bruits retentissent dans la solitude globale, le poussant à jeter un coup d’œil en arrière de temps à autres. « J’ai pas vraiment de connaissances en voiliers, désolé… je suis musicien, à la base. Mais l’idée est pas mal, j’admets… » Si on meurt pas avant, m’enfin il n’allait pas ajouter ça à la fin de chacune de ses phrases, sans quoi la communication deviendrait vite pesante. Il rallume sa clope d’un geste, espère d’ailleurs qu’il y en aura dans le supermarché, plus que de la nourriture. « Ça fume, un militaire ? » Demande-t-il, au cas où l’homme en voudrait une (même s’il ne pensait pas que la marine nationale soit déterminée à mourir d’un cancer des poumons comme lui). D’ailleurs, à propos de l’homme… « Stephen. Et toi ? » Le supermarché se fait plus distinct, mais le silence apparent est parfois entrecoupé de légers sons, et il n’arrive pas à déterminer s’il s’agit d’une hallucination ou d’un réel stimuli auditif. Il se tourne vers son acolyte, aux aguets. « J’entends quelque chose ou je deviens fou ? » Ils n’étaient pas à l’abri de voir un zombie rouler dans un caddie, dans ce monde qui avait depuis longtemps perdu toute once de cohérence. Et Stephen de continuer de fumer tranquillement en avançant. « S’ils nous ont devancés, je peux servir d’appât pendant que tu trouves quelque chose de pas trop avarié. » Il plaisante à peine, parce que toute issue lui est favorable : mourir en permettant au militaire de s’en tirer avec des vivres, ou vivre et trouver des cigarettes (parce que oui, il en était vraiment à y puiser sa motivation pour chaque pas qu’il faisait). Ou alors, peut-être que les bruits n’étaient que des chiens sauvages ayant élu domicile dans les ruines laissées par les hommes.

Spoiler:
 


           
wild horses
I have my freedom, but I don't have much time Faith has been broken, tears must be cried... Let's do some living after we die Wild, wild horses, we'll ride them some day
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

From one extrem to another || Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: From one extrem to another || Stephen From one extrem to another || Stephen Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

From one extrem to another || Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: Dimension Zombies
-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet