AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 won't let you go ▲ auden&ginny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyLun 22 Juil - 0:28



won't let you go
auden & ginny


Et il faisait beau, il faisait chaud à Bali. Le soleil brûlait la peau, l’air sentait bon les fleurs, celles de toutes les couleurs, celles qu’on cueillait comme des touristes pour les regarder de plus proches, pour noter les motifs qui n’allaient pas ensemble, les couleurs qui avaient l’air complètement fausses tellement elles étaient belles, irréelles. Il finissait toujours par s’y cacher des insectes dégeulasses avec trop de pattes pour être autre chose que de petits démons, ils rampaient et on hurlait, surtout lui. Quand moi, je manipulais délicatement les pétales pour les lui envoyer dessus, pour me moquer de ses éclats de frayeur qui ressemblaient plutôt à des cris de gamines surexcitées quand elles entendaient leur préférée de Bieber à la radio.

On avait loué une villa en retrait du centre avec l’argent que mes parents avaient gracieusement fourni. J’en avais pas voulu du tout au début, c’était hors de question. Mais ils avaient insisté, ils étaient tellement heureux que je n’y comprenais rien, j’avais absolument aucun référent à les entendre encourager l’union, à ce qu’ils soient aussi intéressés par le profil de celui que j’avais choisi. De celui qui apparemment avait fait battre mon cœur assez vite, de façon assez désordonnée pour que ça veuille dire quelque chose, pour ce que ce soit limpide, évident.

« Auden? » la villa, elle venait avec une piscine aussi. Une piscine qu’il avait insistée pour tester, lui qui s’était tiré dedans à la seconde où on était arrivés. Moi, j’avais piqué un bikini à Jill, mais j’étais toujours tout sauf sûre du truc, j’avais passé de longues minutes à m’observer devant la glace de la salle de bain avant de passer mon une-pièce parfaitement prude à la place, la valeur sûre, le truc bien beige qui conviendrait sur l’heure. « T’es sorti? » mon regard est occupé à scruter l’eau, à tenter de le discerner à l’intérieur, à essayer de voir s’il est toujours à jouer, s’il se moque, ou s’il attend que je me rapproche du bord pour m’attraper à sa suite, s’il est du genre vil et rusé. C’est Auden Gin, bien sûr qu’il est vil et rusé.

Et j’avance d’un pas et d’un autre vers le rebord de la piscine, je me penche, fronce du nez, teste les eaux du bout d’un orteil, réalise à quel point on y est bien, comment tout est si simple ici, si naturel. « Mais, je suis venue que pour ça et toi tu… » et je tente faussement de le culpabiliser, en sachant très bien que je n’y arriverai pas, le sourire aux lèvres, l’ombre que je vois passer tout au fond, sur laquelle je me rattache, moqueuse, hilare. La seconde d’après, ses bras viennent m’attraper au vol, me forcent à le suivre dans un immense bruit d’eau éclatant sur les parois, le rebord que je quitte pour finir par plonger tête première par ses bons soins. Il s’applique Auden, il joue, il est un véritable idiot, il est parfait surtout. « … ça chatouille, non, pas là, pas ici! »



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyLun 29 Juil - 18:15



Won't let you go


Bali c’était supposé être une blague. J’avais lancé ça comme ça. J’avais juste vu les piscines de fleurs sur instagram (alors que ça ne correspond pas du tout à mes abonnements) et j’ai rigolé avec. Et on a booké un avion pour cette même villa. J’ai rien vu venir, mais je crois qu’au fond j’attendais que ça. Parce que finalement c’est une super destination qui arrive à me faire oublier d’être un vieux con aigri, ce qui n’est pas une mince affaire. La destination y est pour quelque chose mais Ginny encore plus à vrai dire. Je garde toujours une distance de sécurité sanitaire avec elle vu qu’elle n’a pas perdu cette manie de toucher avec ses longs doigts et pas seulement avec les yeux. Le problème c’est qu’elle touche tout ce qui passe sous ses yeux, pour n’importe quelle raison. Parce que c’est joli, parce que ça ne l’est pas, parce que c’est coloré, parce que c’est tout gris. Et s’il s’avère que c’est une bestiole, elle crie - et moi, vu que je ne veux pas la laisser seule, je crie aussi. C’est l’esprit d’équipe qui me pousse à agir de la sorte, rien d’autre. On est une équipe de chaque instant désormais et plus seulement à l’atelier, j’ai donc dû m’adapter en conséquence.

Certaines choses ne changent jamais et à peine arrivés à notre villa j’ai sauté dans la piscine en prenant à peine le temps d’enlever mon short et mon t shirt. J’étais tenté de pousser Ginny avec moi mais elle m’a eu avec l’argument du téléphone - qu’elle n’avait pas du tout dans sa poche, la garce. Alors je me suis contenté de faire la planche pendant de longues minutes, abandonnant nos bagages sur le perron même de la maison et appelant Ginny à intervalles régulières comme l’aurait fait Noah. J’ai arrêté quand j’ai entendu la porte d’entrée se claquer enfin, quand son rire cristallin est parvenu à mes oreilles alors qu’elle n’avait pas de raison particulière de rigoler. Elle est simplement comme ça, ma mini Williams. Alors je plonge dans l’eau, je souffle tout l’air de mes poumons et m’en veut après cinq secondes parce que je suis déjà en manque. J’attends, je me colle à la paroi, je compte sur les restes de fleurs pour me cacher, j’ouvre les yeux pour observer l’ombre de Ginny là haut. Je la crois nue pendant une minute et puis je me souviens qu’elle n’aurait sûrement jamais osé - au cas où un lézard nous espionne. Ce n’est pas grave, je ne lui en veux pas ; jamais. Ce n’est cependant pas une excuse pour la laisser vivre sa vie tranquillement, pour la laisser se mouiller la nuque avant de rentrer dans l’eau à trente degrés. Une impulsion sur le fond de la piscine me fait jaillir hors de l’eau, et ça parait impressionnant dit comme ça mais en vérité elle n’est pas profonde. Mes bras s’enroulent rapidement autour de ses hanches et je l’entraine dans ma chute, faisant attention de la repousser du bord pour ne pas qu’elle heurte la pierre. Je rigole, respire et souris ce qui sont beaucoup de choses à gérer en même temps pour moi, alors je finis par avaler de l’eau quand on retombe ensemble. Mes bras ne la lâchent pas pour autant, au contraire, ils se font taquins et mes mains la chatouillent alors qu’elle tente vainement de se libérer de mon étreinte. Finalement nos têtes ressortent de l’eau et c’est le moment où je me sens vraiment con, parce qu’on a pied depuis le début. On dépasse à peine, mais on a pied. Surtout moi à vrai dire, parce qu’elle il lui manque quelques centimètres encore alors je la soulève sans vraiment y faire attention tout en continuant de la chatouiller sur le ventre - et elle de me supplier d’arrêter.
A croire que je m’assagis avec le temps, ou seulement par malentendu, mais je finis par arrêter de la taquiner. Je laisse mes bras agir selon leur bon vouloir, les laisse s’enrouler dans le dos de Ginny pour ne pas qu’elle ait à nager pour garder la tête hors de l’eau (quoi d’autre ?). Les choses font qu’on se retrouve le torse collé l’un à l’autre et une chose en entraînant une autre mes lèvres s’approchent brièvement des siennes pour un baiser. Je ne réfléchis plus à rien, souris seulement comme un imbécile - ce qui ne change pas de d’habitude.
Soudainement mes yeux s’écarquillent et ma tête se recule de la sienne non sans regret. « Surtout, ne panique pas. » Ce qui est bien sûr le genre de phrase qui ferait paniquer n’importe qui à l’instant même. « Mais tu as une énooorme araignée sur la tête. » J’arrive à garder cet air faussement choqué et apeuré une demie seconde de plus avant qu’une de mes mains se retire de son dos et vienne plonger sa tête dans l’eau une nouvelle fois, me laissant entraîner avec elle au fond de la piscine. Cette fois ci mon étreinte se relâche et je passe une main innocente pour enlever les mèches rebelles de mon visage lorsque je reviens à la surface. « Alors, tu as pu t’adapter à ton rythme à la température de l’eau indonésienne ? » Que je demande avec un sourire triomphant sur le visage, parce que même amoureux je reste un petit con. Et que je n’ai toujours pas appris à me taire. « J’aurais juré t’avoir vu prendre un autre maillot dans ta valise, madame Williams. Me remercie pas pour l'araignée au fait ; cadeau de mariage. »


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyMer 31 Juil - 14:05



won't let you go
auden & ginny


Je sursaute, alors que j’aurais pas dû. C’était sûr, assuré, évident qu’il n’attendait que ça, qu’il s’en moquait déjà. Et si ses bras n’avaient pas su aussi savamment comment s’enrouler autour de mes hanches, s’il n’avait pas réussi en une seconde à peine à taire ma mesquinerie de bac à sable prête à lui mettre à son tour la tête sous l’eau, Auden aurait bu la tasse lui tout autant que moi. Mais il doit la voir, la lueur de défi dans mon regard, la revanche que je planifie du haut de mon minois de porcelaine qui berne 99,9% des gens – sauf lui, jamais lui. Ses lèvres se posent sur les miennes et stoppent un éclat de rire que j’allais lui léguer, il relance d’un baiser mes moqueries trop gentilles pour l’être vraiment. Et mon front se pose sur le sien, et j’inspire doucement, replace mes mains contre sa nuque, le laisse reprendre pied pour nous au fond de la piscine quand mes jambes remontent chastement se lover contre ses hanches. Son sourire qui transparaît alors qu’il prend le relais de l’initiative, et la mine piteuse de déception forcée que je lui renvoie quand il se détache de mon visage une seconde, juste une trop vite, trop tôt. « Surtout, ne panique pas. » « Je panique pas. » s’il sait que ce qu’il avance est la pire chose à dire pour justement ne pas déclencher de panique générale, ma relance a tout ce qu’il faut, pur et dur, pour ne pas être prise au sérieux. Et mes bras se replacent, j’hésite à suivre son regard, le perds de toute façon lorsqu’il remonte à ma tignasse ébouriffée entre ma chute dans l’eau calculée et les heures d’avion qui s’accumulaient encore il y a peu au compteur. « Toi, tu paniques. Moi je ne -  » et je relance, moqueuse, jusqu’à ce qu’il me coupe et précise, dead serious. « Mais tu as une énooorme araignée sur la tête. » la beauté de la chose d’être australienne, c’était d’avoir été exposée depuis ma plus tendre enfance aux insectes les plus immenses et dégeulasses que la Terre ait pu porter. Mais apparemment, Williams a encore du bagage d'italien derrière son angoisse du moment.

Il s’élance de nouveau et j’y peux rien, je laisse échapper un cri de surprise, vif, qui ressemblerait presque à un nouveau rire s’il ne le noyait pas pour une deuxième reprise sous l’eau. Et ma paume se plaque sur son torse sans y faire le moindre dégât, sans générer la moindre douleur, les vagues et l’apesanteur avec lesquelles on évolue étouffant le tout, l’épargnent à la perfection. « Alors, tu as pu t’adapter à ton rythme à la température de l’eau indonésienne ? » et il s’amuse Auden de retour à la surface, il a l’air parfait et assumé du gamin de 4 ans qui a fini par me charmer envers et contre-tout, l’air de l’éternel enfant défiant qui m’attendrie plus que m’effraie – m’amuse. Mes lèvres scellées se dessinent en un nouveau sourire, et la seconde d’après, c’est la gorgée d’eau que j’ai gardée contre ma langue pour usage ultérieur qui passe de mes lèvres à son visage, le jet que j’aligne parfaitement bien avec son œil gauche, son nez aussi. Finalement, j’ai absolument aucun visou et l’eau indonésienne se retrouve partout sur son air d’idiot à deux balles, mais la magie du moment et le sursaut qu’il fait dans l’instant valent tout l’or du monde. « Parfaitement bien. » à mon tour de relever le menton, de laisser mes prunelles brillantes, malignes, répondre à leur tour. « J’aurais juré t’avoir vu prendre un autre maillot dans ta valise, madame Williams. Me remercie pas pour l'araignée au fait ; cadeau de mariage. » busted. Ma main vient distraitement déranger les mèches humides qu’il a déplacées dans tous les sens, joue avec elles, taquine, avant de descendre de son crâne jusqu’à son épaule, de le pousser en sens inverse pour me permettre de nager la distance minime restante entre nous et les rebords de la piscine où je m’appuie finalement. « Il a pas survécu au décalage horaire. » du pouce, je joue avec la bague nouvellement enfilée à mon annuaire gauche, mes coudes qui viennent se disposer sur les dalles à motifs bordant la station aquatique. Derrière Auden, y’a des kilomètres de forêt tropicale luxuriante qui s’étalent, c’est à couper le souffle, c’est probablement la plus belle vue qu’on risque d’avoir ici de tout le voyage, et pourtant, stupidement, amoureusement, mes iris lâchent pas les siens une seule seconde. « Comme le tien apparemment. » que je me moque, les vêtements tout sauf adaptés pour la nage qu’il exhibe. Et mon pied espiègle remonte à la surface, tape sur les relents d’eau pour lui envoyer de nouvelles gouttelettes au visage.

« C’est pas aussi cliché que ça en avait l’air. » je finirai par constater, une minute plus tard, laissant mon coup d’œil dériver tout autour de nous, me repassant mentalement les énièmes commentaires qu’on a pu lire et même statuer, Bali la blague qui n’en était finalement pas une du tout. Faut dire que les serviettes en forme d’animaux sauvages, les virgin cocktails servis dans des verres Tiki et les peignoirs en satin corail Mr. and Mrs. nous attendant dans la chambre n’avaient pas du tout aidé à défaire le potentiel cucul de l’endroit, mais force est d’admettre que l’air béat qu’on tire tous les deux depuis qu’on a passé la porte de la terrasse confirme qu’on est probablement aussi cheesy que l’endroit en lui-même. « Ok, c’est vraiment, vraiment cliché. » mais je me corrige, pouffe de rire quand un oiseau de toutes les couleurs vient se poser sur l’une des branches de l’arbre qui surplombe la piscine, qu’il chante la pomme comme si on l’avait payé pour le faire exactement à l’instant, ici, maintenant, pour nous. « Mais c’est pas si grave. Hum? » faussement dépitée, et j’hausse l’épaule, incapable de tenir ma moue plus longtemps.



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptySam 3 Aoû - 15:29



Won't let you go


Gin sourit et fait la maligne alors que sa tête dépasse à peine de l’eau et qu’elle ressemble à un alligator. Celui ci est mignon, avec ses cheveux dans tous les sens et le peu d’attention qu’elle leur porte. Ses yeux malicieux sont fixés sur moi, je repense au sens de ma vie alors qu’elle me lance une attaque d’eau mélangée à de la bave en plein sur mon visage. C’est horriblement dégoûtant, même venant d’elle. Je comprends donc assez rapidement qu’elle se fait plutôt bien à l’eau indonésienne et suis réellement rassuré pour elle puisqu’elle risque de passer un certain temps sous l’eau. On se comprend si bien sur certaines choses, ça me plaît. Elle voudra ma peau au bout de vingt quatre heures à force que je passe mon temps à la noyer mais je saurai me montrer inventif pour lui faire oublier à quel point elle me déteste. Elle semble déjà avoir oublié lorsqu’elle me rejoint d’une brasse, qu’elle laisse ses mains ses perdre sur mon visage et le haut de mon corps. Il s’agit typiquement du moment pendant lequel mon cerveau se met en mode OFF et où je me contente de la regarder, un sourire niais sur le visage. Encore plus niais que son sourire naturel.  Mon sourire ne quitte pas mon visage, mes yeux la regardent avec amour qu’elle use de ses coudes pour sortir hors de l’eau et se placer face à moi sur le rebord de la piscine. Elle lance une dernière attaque et cette fois ci je viens prendre ses pieds dans mes mains pour ne plus qu’elle recommence, je les laisse m’entourer le bas du dos alors que je suis obligé de relever la tête pour l’observer. Qu’elle en profite, cela ne durera pas lorsqu’on se fera servir notre dîner digne de plus cools instagramers. On prendre en photo plein de fruits et de jolis trucs alors qu’en réalité j’aurai commandé un hamburger frite. « Etrange, cette sélection naturelle de maillots de bain. » Parce que si cela ne tient qu’à ça, celui qu’elle porte peut aussi succomber aux affres du décalage horaire. Et je ferai barrage contre n’importe quel lézard du monde aux yeux trop curieux, promis. Mes yeux à moi resteront sages et disciplinés au moins deux secondes, ce qui est un très bon début. « Vraiment ? T’aimes pas le mien ? Celui de Bob L’Eponge attend dans ma valise sinon. » Mes doigts pianotent sur ses cuisses, je me laisse porter par l’eau alors que mon menton se retrouve posé sur son genou. J’en rajoute une couche ensuite, gamin incapable de se refréner. « Mais si ça te dérange vraiment je peux tout enlever. » Elle sait bien que les lézards ne me dérangeront pas, ni même ceux marchant sur deux pattes et mesurent plus d’un mètre cinquante. Elle sait bien que sur ce point là comme sur des milliers d’autres on a une vision totalement différente. Et je ne lui en veux pas. Jamais. On aurait dû se détester, se haïr, et je me retrouve à Bali à entourer sa main gauche de la mienne pour qu’elle ne se fasse pas mal en tournant encore et encore son alliance (notre alliance). La seule solution qui s’offrait à mes yeux était donc d’enlacer mes doigts aux siens, qu’aurais-je bien pu faire sinon ? « Ça aiderait peut être à tout ce que semble un peu moins cliché ? » Les deux n’ayant rien à voir ensemble, je suis en train de chercher des arguments de partout. Oui. Je n’ai même pas honte, parce que ça me fait rire à l’intérieur et ça me permet d’afficher ce sourire de vainqueur à l’extérieur - même si je n’ai rien gagné du tout, c’est tout comme.

Ginny tente de ne pas nous faire passer pour un cliché ambulant et à vrai dire seul l’endroit l’est - nous deux on échappe largement à tout ça. Elle essayait vraiment de trouver des arguments, je le voyais à la mine légèrement froncée qu’elle arborait derrière ce visage angélique. Elle y était presque parvenue avant de renoncer, rapidement suivie par une voix annonçant room service. On est là que depuis quelques minutes et voilà qu’un pingouin vient nous apporter des noix de coco et les pailles allant avec. On va sûrement avoir de la noix de coco à tous les repas, mais je prends tout. Parce que tout ça ça ne va pas durer pour toujours et qu’on devra retourner à l’atelier, à la maison qu’on partage désormais à Spring Hill. J’aime bien cette vie là aussi, mais le cliché indonésien me tente bizarrement plus pour le moment. Alors je m’adosse au rebord, remonte sur la terre ferme et va chercher les deux boissons sans même insulter le personnel. J’ai fait des progrès, vous voyez. En revenant sur mes pas je m’abaisse légèrement pour déposer le fruit entre ses mains et lui ébouriffer les cheveux par la même occasion alors qu’ils commençaient à peine à sécher. « Tu veux prendre une photo pour ton instagram ? Tu peux que je prenne la pose ? Que je commente #inlove #bestwifeever ? Parce que si tu ne le fais pas, moi je le fais. » Je me suis bien trop pris au jeu d’instagram pour être capable de m’arrêter en si bon chemin alors que je vis ma meilleure vie très loin de tous ceux que je n’aime pas et qui se tuent à la tâche. Moi, ça va. Je me laisse glisser sur un des deux transats face à la jungle et commence à siroter ma noix de coco, un sourire au bout de la paille. « C’est vraiment dégueulasse. »


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyJeu 15 Aoû - 14:03



won't let you go
auden & ginny


« Vraiment ? T’aimes pas le mien ? Celui de Bob L’Eponge attend dans ma valise sinon. » « Ton sens du style me fascinera toujours. » et j’éclate de rire, pas parce que je l’imagine avec son maillot discutable – dont Noah est probablement même jaloux – mais parce que ses doigts ont trouvé l’exact endroit sur mon genou où je suis plus chatouilleuse que tout le reste de mon corps. Ma jambe qui s’agite, son sourire qui s’agrandit, l’eau qui répond d’un éclat et d’un autre. « Mais si ça te dérange vraiment je peux tout enlever. » mes yeux s’écarquillent de pudeur, ma nuque que j’allonge pour m’assurer qu’on est seuls, que tout le monde a compris à quel point on voulait l’être. C’est pas comme si je n’avais jamais vu Auden dans son plus simple apparat, les quinze années au compteur derrière nous qui m’avaient légué pléthores de moments embarrassants où il s’était retrouvé sans vêtement aucun devant moi. Toutefois maintenant, l’image fait rougir mes joues for other obvious reasons. « T’oserais pas. » je provoque, candide, supplie presque, ramenant mon pied derrière sa hanche pour l’attirer un peu plus proche, lui éviter la moindre manœuvre insolente. « Ça aiderait peut être à tout ce que semble un peu moins cliché ? » « Tu m’aimes trop pour me causer une crise cardiaque en échange d’un peu de marginalité. » et je t’aime trop pour te partager à qui que ce soit ayant le regard trop baladeur. Sa main trouve la mienne, y’a nos anneaux qui se cognent l’un contre l’autre, doucement, le plus naturellement du monde. Et il sourit Auden. Il sourit tellement et il arrête pas, il arrête plus. Probablement pour cela que je l’imite, que je sens mes joues se réchauffer, pas seulement grâce au soleil qui colorent ma peau. Mes lèvres trouvent les siennes, mon sourire se marie au sien. C’est pas l’endroit qui a le potentiel d’être cliché, c’est nous, et ça me convient parfaitement.

Auden file, mes prunelles scintillantes le lâchent pas une seule seconde. J’essaie de me rappeler de la première fois, la toute première fois où je l’ai regardé comme ça. La première fois où c’était évident, où y’avait plus, où y’avait lui, nous. Autant ça m’énerve de ne pas arriver à mettre le doigt dessus, autant j’aime le fait de pas savoir, d’être dans le néant total, le brouillard le plus opaque et confortable possible. Probablement parce que je l’ai toujours regardé comme ça au fond. Il revient avec des noix de coco et l’air d’un des types niais dans les publicités de newlyweds de leur dépliant promo, j’éclate de rire quand il m’en tend un et me fait malheureusement (heureusement) personnifer le rôle de la mariée complètement pâmée. C’est le cas, autant l’assumer. « Tu veux prendre une photo pour ton instagram ? Tu peux que je prenne la pose ? Que je commente #inlove #bestwifeever ? Parce que si tu ne le fais pas, moi je le fais. » mon rire ne fait que s’amplifier quand je pose sur le carrelage la tentative tropicale de verre pour m’aider de mes paumes et ressortir à moitié de l’eau. Et mes lèvres dessinées par l’amusement trouvent les siennes, testent le cocktail en même temps, ça a l’air trop sucré, j’en tiens pas rigueur. « #inlove. #notsosurehesthebestneithertheworstbuthesmyhusbandforever. » la réponse qui fait écho sur sa peau, l’exagération qui sonne même pas comme si elle en était une. Il a beau être mon aîné de quelques dizaines de décennies, n’en reste pas moins qu’il est aussi millénial que moi. « C’est vraiment dégueulasse. » il s’installe plus loin, il râle, je reste dans la piscine à soupirer l’œil rieur. « Fais pas ta diva. » et je teste, une gorgée qui remonte le long de la paille rose pétant en forme de flamant rose. « C’est imbuvable. » ça nous empêchera pas de terminer chacun notre verre et de les laisser saillants prêts à être remplis par la femme de chambre à tout moment sur la table de nuit.

On a décidé de faire amende honorable, de finir par sortir de la chambre et tenter d’être polis et sociables. Nah, en vrai, on a juste vu une publicité du buffet à desserts de l’hôtel, et Auden a dû se laisser convaincre – c’était vraiment pas si difficile que ça – que faire acte de présence au restaurant du complexe serait plus tolérable que de m’entendre parler 24/7 de la panoplie de délices sucrés que je n’oserais pas manquer pour tout l’or du monde. J’ai mis une robe – guys, une ROBE, Gin brise ses chaînes – mais j’ai pas osé enfiler autre chose que mes baskets avec. Mes vieilles Converse détonnent, toutes les autres filles sont en escarpins, mais la simple pensée de tenter de survivre sans me fouler la cheville et la dignité au passage a suffit à me convaincre. « Auden! T’avais promis de m’apprendre. » j’ai fini par me faufiler à côté de lui sur la banquette qu’on a investie, l’assiette commune qui déborde de chocolats et autres sucreries, son portable que je manœuvre pour qu’on arrive sur la page Yelp d’un commerce lamba qu’on a croisé à l’aéroport, un coffee shop qui avait un service discutable – et par là, je veux dire horrible, mais je suis polie. Auden qui avait promis justement, de me donner un cours 101 pour apprendre à être un vrai troll en ligne à leurs dépends, je suis prête pour le crash course, j’ai l’éclat de rire qui est facile, j’y crois pas une seule seconde que je puisse être méchante volontairement, ou même méchante tout court. « Ok, so. Je dois dire quoi pour être la pire terreur? »



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyDim 25 Aoû - 16:10



Won't let you go


Je me nourris de ses remarques si pures et de son rire enfantin. Elle a tout l’air d’une enfant qui ne connaît rien à la vie et pourtant je sais bien qu’il ne s’agit que d’une façade, d’une grande part d’elle même qu’elle ne cesse d’exposer au reste du monde. Le 0,01% de McGrath restant sait tout le reste et sait que je sais, mais il ne s’active que lors des nuits de pleine lune alors je me contente de sourire lorsqu’elle rigole, de la chatouiller encore plus quand ses genoux tentent vainement de déloger mes mains de sa peau. Le compliment (cela sonne comme tel à mes yeux, en tout cas) sur mon goût de la mode ne laisse pas planer d’autres mots, seul mon ego en ressort toujours plus gonflé. Bob l’Eponge est intemporel, c’est dit. Sûrement moins intemporel qu’Auden Williams complètement nu dans une villa paradisiaque au beau milieu de l’Indonésie, mais quand même. Je me vois obligé de remettre à plus tard mon retour au plus simple apparat à cause de ses pieds qui me ramènent toujours un peu plus vers elle. Tout ceci m’oblige à poser mes mains sur la terre ferme, à me raccrocher au bas de son dos et sur ses fesses, à déposer des baisers sur ses cuisses seulement pour m’assurer de ne pas couler. Je suis certain qu’il y a un lien de cause à effet, oui. Je me déshabillerai plus tard, personne n’en doute. « Tu m’aimes trop pour me causer une crise cardiaque en échange d’un peu de marginalité. » Mon rire se change en un simple souffle qui se propage sur ses cuisses alors que mes lèvres sont toujours collées à ces dernières. Je ne réponds rien. Il n’y a rien à dire, elle sait déjà tout apparemment.

Le cliché continue et s’intensifie même. On s’en plaint tous les deux avec nos hashtags foireux et à cause du goût des noix de coco, mais au fond on apprécie réellement ce moment qu’on est en train de vivre. On aura attendu tellement longtemps avant que tout cela ne devienne réalité, que je la laisse entrer dans ma vie et fasse tomber peu à peu chaque barrière. Elle n’a même pas eu à me traîner jusqu’à l’autel, j’ai ployé le genoux sans que mon ego ne se sente attaqué. Seulement parce que c’est elle et que ça a toujours été elle. Je ne me vois pas embrasser qui que ce soit d’autre sous le soleil d’Indonésie, ni même me plaindre à une autre tête brune pour le reste de ma vie. « He’s the best. C’est assurément la bonne réponse. » Je continue de railler, souris alors que nos lèvres sont toujours collées l’une à l’autre et que j’ai abandonné toute idée de prendre une quelconque photo. Je n’en aurai pas besoin. Je me souviendrai de chaque instant, de chacun de ses rires, de nos engueulades pour savoir s’il faut deux ou trois pétales dans la baignoire, de son regard outré à chaque fois que j’oserai sous entendre quoi que ce soit. Je me souviendrai d’absolument tout dans les moindres détails.

On finit par laisse traîner nos vieilles carcasses rougies par le soleil en dehors de notre chambre. J’aimais vraiment bien notre chambre, pourtant. Je faisais l’étoile de mer dans ce lit bien trop grand pour nous deux, touchais à tout ce qu’on avait eu le malheur de laisser à portée de main d’un enfant d’un mètre quatre vingt. Ce qui fait que je touche absolument à tout et surtout ce à quoi je ne devrais pas, du genre les prises électriques que je trouve absolument fascinantes dans ce pays. A vrai dire, je m’occupe seulement en attendant que Ginny choisisse entre ses converses bleues ou rouges parce qu’elle ne veut toujours pas que je lui apprenne à marcher en talon. J’ai des années d’expérience dans le domaine pourtant, mais elle me crache littéralement dessus dès que j’aborde le sujet ou que j’ose même lui intimer de prendre les rouges. C’est donc tout naturellement que nous sortons de la chambre avec ses chaussures bleues au pied. Heureusement qu’elle est vraiment mignonne dans sa robe, ça annihile quelques envies de meurtre. Ca, et le fait qu’elle veuille jouer aux terreurs ce soir parce que j’ai enfin cédé après des années de supplication de sa part. Mon téléphone se retrouve sur la table sans que je n’ai pu dire quoi que ce soit, elle cherche notre première victime commune et un sourire s’affiche sur mon visage lorsque je reconnais l’endroit. Pour une première victime, c’est pas mal du tout. Elle vise un endroit contre lequel elle a déjà une dent de travers au lieu de tirer sur la veuve et l’orphelin dans la rue ; c’est normal, c’est Ginny. Mon bras s’étend sur le dossier de la banquette, vient se poser derrière elle sans pour autant la toucher parce que je veux qu’elle garde leu peu de concentration qu’elle a pour notre tâche commune. « Déjà, arrête de sourire. » Cette injonction répétée mille fois et jamais entendue. Cette fois ci mon pouce et mon index se posent à la comissure de ses lèvres pour leur intime la marche à suivre, vers sa mâchoire. Ca ne marche pas tellement (pas du tout), mais je sais qu’elle fait de son mieux pour être vraiment très méchante là. « Ok, attends attends on va faire un entraînement avant. Dis le truc le plus méchant que tu puisses, là maintenant tout de suite, du tac au tac ? Et dans “méchant” y’a le mot “méchant”, souviens toi en. » Parce que sur un malentendu elle serait capable de leur faire une commande de roses rouges dans la seconde qui suit. Elle le ferrait même sans malentendu, à vrai dire. « Imagine … qu’ils t’ont volé ce magnifique carré de chocolat fourré au caramel. » Ma main qui pioche au beau milieu de l’assiette bien trop remplie pour nous deux et qui porte le bout de chocolat un peu trop près de sa bouche pour le lui retirer aussitôt. La nourriture la motivera sûrement à être mean, et je dois en profiter au maximum maintenant avant qu’elle ne mange tout et me dise qu’elle a envie de vomir d’ici trois à quatre minutes.


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyMar 3 Sep - 23:29



won't let you go
auden & ginny


Je sens toute l’attention d’Auden qui se vrille sur moi, et j’y peux rien quand je tourne vite fait la tête vers lui, embrasse son nez en fronçant candidement le mien, vole une bribe de baiser rien que parce que je peux, maintenant. Rien que parce que ce sont les détails que j’aime le plus. Les réveils avec lui, quand mon haleine de la nuit pue presque autant que la sienne, mais que je resterais blottie dans ses bras envers et contre tout même s’il avait mangé de l’ail la veille. Les croissants qu’on partage, lui qui préfère les coins bien croustillants, moi qui récupère toujours les milieux tendres comme tout, alors qu'il les tartine de beurre en extra pour moi, qu’il multiplie les coups d’œil dédaigneux avec, les mêmes que je lui dédie quand il ajoute trop de sucre dans son café, mais que je lui tends tout de même la jarre le sourire aux lèvres. Le journal qu’on se divise, quand il garde la section des crimes et autres délits effrayants pour m’en faire la lecture à voix haute même s’il sait que ça me terrifie plus que tous les films d’horreur les plus gores d’entre tous, quand je me complais dans les arts et le cinéma à lui faire la liste de toutes les sources d’inspiration que je trouve chez d’autres créatifs que lui et qu’il rage tellement que j’en ai peur pour son niveau de pression artérielle. Le couple décalé qu’on forme, le mariage aux antipodes qu’on personnifie, que je chéris de tout mon cœur, et pour lequel je ne doute pas une seule seconde. Ni de ses intentions, ni de son amour.  

« Déjà, arrête de sourire. »  et il se moque Auden, il tente même de m’empêcher de sourire justement, ses doigts qui s’attaquent à mon visage et qui ne reçoivent qu’un plus grand sourire encore, mes lèvres qui s’étirent tellement qu’elles arrivent à toucher mes oreilles sans le moindre effort. « Pourquoi? Tu souris tout le temps quand t’embêtes des gens toi! » que j’aurais presque l’air de râler, si la pique n’était pas articulée avec une voix d’ingénue, si je n’éclatais pas de rire à travers. « Ok, attends attends on va faire un entraînement avant. Dis le truc le plus méchant que tu puisses, là maintenant tout de suite, du tac au tac ? Et dans “méchant” y’a le mot “méchant”, souviens toi en. » ouh, intéressant. Et je tourne totalement ma silhouette pour lui faire face sur la banquette, hocher de la tête au passage, approuver le training et commencer déjà le brainstorm. Mais Auden semble ne pas avoir confiance en mes capacités – et il a totalement raison si vous vous demandez. J’allais sortir un truc inutile sur le fait que les couleurs de leur site web ne vont pas aussi bien ensemble que s’ils avaient choisi deux tons plus pâles, mais mon mari (j’adore toujours autant le qualifier ainsi, même de nombreuses heures après avoir dit I do) joint l’utile à l’agréable en ajoutant un exemple aussi cruel que parlant à l’exercice. « Imagine … qu’ils t’ont volé ce magnifique carré de chocolat fourré au caramel. » le seul carré de chocolat fourré au caramel – plutôt, comme dans le seul qui restait dans le buffet, et également ma seule chance d’y goûter engloutie par un Auden plus méchant encore qu’il ne l’a jamais été  ; j’exagère à peine. « Ils sont pas sympas. » et ça, ça va entièrement à lui.

Avant que je détourne la tête de sa bouche qui vient tout juste de finir de mâcher le dit chocolat, et que la boule de feu dans mon ventre commence enfin à brûler tout sur son passage. « Ils sont pas beaux. » la photo de famille qu’ils arborent sur la page principale est pas si pire que ça, mais assez pour que je rage dessus, pour que je fasse défiler le curseur aussi, cherchant autre chose à critiquer. I’m on a streak. « Ils sont pas genti - oh mais Auden, ils ont les grains de café que Matt nous parlait! Oh, et ils livrent! » la cuvée que mon aîné avait apportée comme cadeau à l’engagement party, qu’on avait terminée avant même que ce soit rassurant qu’on l’ait fait. Mon engouement ne fait pas plaisir, et j’anticipe que je n’aide clairement pas ma cause quand je laisse mon index commander un nouveau paquet, que j’entre notre adresse à Spring Hill le plus naturellement du monde au passage. « Leur boutique en ligne est hideuse. Et les frais de livraison sont ridiculement chers. » je commente, passant maintenant au mode de paiement qui vient du trust fund que mes parents ont débloqué après m’avoir confirmé à quel point Auden constituait un bon parti pour moi. Évidemment, ils ne prenaient pas pour acquis ses déboires dans les médias et sa réputation en dents de scie, mais bien son standing, et le fait qu’il soit un peintre connu un peu partout dans le monde au passage. « Mieux? » la commande passée en une minute à peine, et mes yeux de biche égarée qui retrouvent ceux d’un Auden que j’anticipe effaré.



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptySam 14 Sep - 20:58



La guerre de mes doigts contre ses zygomatiques est un échec cuisant, je glisse sur sa peau tellement que son sourire est grand et que je ne peux rien y faire. Elle veut être une sassy bitch mais une Ginny quand même, alors je vais vraiment devoir m’adapter à la situation. ”Mais moi j’ai pas tes pommettes.” Je rapplique aussitôt en prenant une des dites pommettes entre mes doigts comme je l’aurais fait avec Noah. Elle ne peut définitivement pas être crédible alors qu’elle est si belle quand elle sourit, et ne parlons même pas de son visage alors qu’elle rigole. Mon dos finit par se reposer au fond du dossier et mes mains retrouvent la table alors qu’elle commence à se préparer pour devenir quelqu’un d’autre. C’est une idée qui lui vient de ne je sais où mais avec laquelle elle ne m’a jamais lâché et bien sot que je suis je lui avais promis de lui apprendre le jour où on serait mariés. Quelle blague. Quelle blague devenue réalité, ce truc arrivé d’on ne sait où et qui me rend heureux comme un con. Nous voilà à devoir jouer ce sktech au beau milieu du restaurant et bon sang que ça m’amuse moi aussi. Je n’ai besoin que d’une dernière impulsion pour la poser au beau milieu de l’arène et quoi d’autre que la nourriture pour enrager Ginny ? Une absence de chocolat, une absence de caramel et pire encore : une absence des deux. Même elle serait énervée, même elle serait capable d’hausser le ton de sa voix sans même s’en rendre compte et de lever un méchant index réprobateur. Elle ne l’aurait pas voulu, encore moins prémédité, mais ça serait sûrement arrivé par le pouvoir du dernier carreau de chocolat fourré au caramel. Parce que ouais, ils sont vraiment pas sympas (et ça me fait sourire, mais vu que c’est moi je m’en donne l’autorisation) ces gens qui mangent goulument le dernier morceau sous ses yeux suppliants. J’en suis presque désolé. Presque, parce que ce carré était vraiment très bon.
Pas beaux. C’est un bon début. Pas gentils. Ca aurait été pas mal. Si jamais elle n’avait pas commencé à parler de mon beau frère et de ses grains de café - encore une discussion que je n’ai pas pris la peine d’écouter apparemment. Mon sourcil se lève cependant alors qu’elle fait une pause de son propre gré, qu’elle commande les fameux grains à l’adresse que je reconnais être la notre - qu’en plus de tout ça elle utilise le numéro de carte bleu qui rechange étrangement au mien. Elle est déjà mean Ginny, c’est juste une facette qu’elle cache au reste du monde pour mieux les amadouer et leur faire devenir leur mari. Je suis totalement tombé dans le panneau, comme un bleu ; j’ai aucun mot face à la situation qui se déroule sous mes yeux. Sa plus grande victoire aura été de m’avoir rendu muet l’espace d’un instant. Je ne sais toujours pas quoi dire quand elle relève ses petits yeux vers moi avec son sourire innocent, comme si elle ne venait pas de commander un colis avec des frais de port plus cher que l’objet lui même. Bon finalement c’était pas le code de ma carte bleu mais je reste intimement convaincu qu’elle le connaît par coeur et qu’elle ne me l’a jamais dit, cette vipère. ”Moins pire. Presque bien. C’est … presque ça. Différent.” Tous les synonymes que je trouve pour ne pas lui dire qu’elle vient d’être encore plus douce que d’habitude et je ne pensais vraiment pas ça possible. Elle a critiqué le bon goût de la boutique mais je crois que c’était un malentendu, ou en tout cas qu’elle n’a vraiment pas fait exprès. ”Je suis déçu que t’aie pas laissé un commentaire expliquant à quel point t’es heureuse de voir ces grains de café disponibles quelque part.” Je raille en souriant parce que la scène est plus cocasse qu’autre chose.

Mes yeux se portent sur l’ensemble du restaurant à la recherche d’une nouvelle proie pour ma femme. Une proie facile - on oublie les enfants. J’espère trouver une personne âgée. Quelqu’un d’aigri serait parfait, quelqu’un qui insulte les serveurs et pour qui on le saurait sans même avoir à connaître leur langue. Quelqu’un qui trie ses pates avec dégout, qui mange dédaigneusement une part du carré de chocolat et le laisse sur le rebord de son assiette. Et cette parfait personne existe réellement derrière Ginny, dans le fauteuil qui colle le nôtre mais qui fort heureusement n’est pas exactement le notre. J’ai une vue parfaite sur le vieux monsieur et son allure dédaigneuse - la même que j’arbore avec fierté. Il trie tous ses plats, demande à voir les serveurs toutes les deux minutes trente et il est réellement en train de devenir le parfait cobaye pour cette nouvelle expérience. Je ne dis ps qu’elle a raté celle du site en ligne, seulement que … tout ne s’est pas passé comme prévu.
J’invite Ginny à me rejoindre d’un geste de la main et mes fesses qui frottent le tissu plus qu’inconfortable - y’a pas idée de toujours choisir des pays dans lesquels il fait beaucoup trop chaud. Ma main passe derrière sa nuque et se retrouve posée sur son épaule en même temps que je me penche vers elle pour lui chuchoter la suite du plan à l’oreille. ”Le monsieur en état de décomposition avancé, dis moi tous les trucs que tu penses à propos de lui.” Je me redresse un isntant, le sourire aux lèvres, avant de penser à ce que je viens de dire exactement et de croiser un instant son regard. ”Enfin, pas tout tout, seulement les trucs mean et drôles, ok ?”


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyVen 27 Sep - 21:55



won't let you go
auden & ginny


Faut croire que je ne lui demande pas de m’aider pour rien. Quand je relève la tête vers Auden, que son regard aussi dépité qu’hilare s’accroche au mien, et que j’éclate de rire devant mon raté clair et limpide, il en rajoute une couche. ”Moins pire. Presque bien. C’est … presque ça. Différent.”  « J’ai essayé au moins. Souligne l’effort, veux-tu. » et là encore, c’est un flop sidéral, de voir à quel point je fronce du nez et force une voix rauque, quand rien dans ma demande ne pourrait être autre chose que ridiculisé. D’office je lui coupe la parole et me félicite d'avoir accepté d’être sa femme ; maintenant, j’avais qu’à l’embrasser pour le faire taire, maintenant, je pouvais que plaquer mes lèvres à la va vite sur les siennes pour lui éviter de brandir ce grand sourire à deux balles dont il était le roi incontesté, et qui savait autant m’énerver que me charmer depuis toujours. Le secret n’en était plus un. ”Je suis déçu que t’aie pas laissé un commentaire expliquant à quel point t’es heureuse de voir ces grains de café disponibles quelque part.” il maugrée contre mes lèvres, je soupire avec exagération, me replace sur la banquette maintenant qu’Auden fait de même. Sa main passe sur ma nuque au même moment où je soupire, parfaitement consciente que j’étais une cause perdue, et que je ne me serais pas remise entre ses mains de pro de la bitcherie facile si je n’avais pas eu besoin d’être coachée par le meilleur. Il adorerait m’entendre penser ça, d’ailleurs.

Ses prunelles dérivent, les miennes filent sur l’assiette de desserts qu’il n’a pas encore sauvagement pillée, je me réjouis d’une bouchée et d’une autre, les joues bien vite tartinées et le cœur heureux. Ma tête a fini par reprendre sa place au creux de l’épaule de Williams, ma main est venue chercher la sienne sur mon épaule pour jouer à le chatouiller, à pincer doucement la peau entre les doigts, toujours l’agacer un peu au moins. ”Le monsieur en état de décomposition avancé, dis moi tous les trucs que tu penses à propos de lui.” ma tête intriguée passe de celle hyper décidée d’Auden à celle qu’il pointe avec envie du menton. Le bonhomme a clairement plus qu’une retraite derrière la cravate, il peine à vivre et j’ai presque pitié, si ce n’est qu’il a l’air d’être un véritable goujat à reluquer odieusement la serveuse qui passe à sa hauteur. Me redressant un brin, mon dos se relève et mes épaules suivent, toute mon attention rivée vers le personnage qui, plus je l’observe, moins me donne de la difficulté à débuter le carnage – carnage, calm yo’self Ginny. ”Enfin, pas tout tout, seulement les trucs mean et drôles, ok ?” « Genre qu’il a clairement une perruque et que ça paraît trop? » je me réchauffe, rejoignant un peu mieux Auden à sa place, inspirant profondément sans même m’en rendre compte comme si je me préparais à me lancer dans un combat sans fin. « Oh, ça c’est bon, du facile. » et d’ailleurs, parlant de facile, là, le mec aux 14 générations de plus que nous (que moi, Auden s’en rapproche faut dire), me l’offre sur un plateau.

La plus blonde, la plus maquillée, la plus coiffée, enrobée de bijoux de toutes les couleurs tous les plus brillants les uns que les autres dérive autour de lui, fini assisse grossièrement sur ses cuisses. Lui, il a un gros, un horrible rire gras, et elle, elle a l’air d’être dans l’attente de quelque chose auquel elle pourra penser quand son sugar grampa plaquera ses lèvres sèches sur les siennes toutes de rose pimpantes. « C’est sûr qu’elle est là parce qu’il est riche y’a pas d’autre optio- » je m’interromps dans mes accusations dédaigneuses, jugées haut et fort, quand à son tour la conquête y met de la langue et des mains baladeuses, et des râles dignes des pires pornos que Jill ait pu me forcer à écouter quand j’étais gamine. J’en tremble. « Vraiment? Trouvez-vous une chambre. Insonorisée. » apparemment, j’ai parlé trop fort. Apparemment, ils se détachent pour nous dévisager. Apparemment, j’en profite pour enfourner le dernier quart de gâteau au chocolat qui restait dans l’assiette, m’en tartine les gencives à outrance, et file à la va vite en entraînant Auden avec moi. Je suis rouge de honte, il doit probablement être cramoisi d’hilarité.

J’ai fini par m’enlever les images salaces de la tête quand je pose ma brosse à dents près du lavabo, que j’attache mes cheveux à la va vite et que je me fie à l’heure matinale sur le cadran de la chambre pour me confirmer qu’on a trop peu dormi pour le plan de match au programme aujourd’hui. On nous avait parlé dans l’avion d’un hiking secret en bordure de l’hôtel, en haut duquel on arriverait à voir l’un des plus beaux points de vue de l’île. Je sais qu’Auden n’est pas trop fana d'activité physique, mais les photos que j’arriverais à prendre de là-haut ont fini par le convaincre de suivre, à reculons, mais de suivre tout de même. « Auden. Auden. Auden. » on vient de grimper dans le bus qui nous mènera à la randonnée et qui part de l’hôtel quand je repère deux visages connus un peu plus loin au fond du véhicule. À son oreille, je murmure, aussi tétanisée qu’encore un peu dégoûtée. « C’est eux. D’hier. » le vieux et sa pimbêche, habillés assortis, qui n’ont pas fini de me dévisager à leur tour.



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyMer 9 Oct - 16:39



Je me délecte de chaque seconde passée dans cet endroit de paradis qui devient le notre, il est clairement imparfait et y’a des relents du papi en décomposition au fond de la salle. Mais c’est notre moment à nous, après tout ce temps ; enfin. Et là je me déteste vraiment pour un gros débile de niais, mais heureusement que je me délecte en meme temps d’une Ginny qui envoie toute la rage au fond de sa coeur contre la meme personne. Ca le chatouillerait sans doute, le papi, mais moi ça me rend toute chose parce que je sais que cela ne lui correspond pas du tout. J’ai même pas envie de la tuer quand elle pince doucement la peau de mes mains et mes doigts viennent seulement attraper les siens instinctivement. Si on est liés, elle ne pourra plus me rendre fou et elle se concentrera sur notre projet commun de domination du monde ; le même qui commence par la mise à bat d’un vieux dégueulasse. Je les déteste au moins autant que Jillian à l’instant même où elle pointe son doigt en leur direction. Je ne dis rien, la laisse briller un instant sur le devant de la scène, jubile dans mon coin. Je jubile comme un dingue, me retient d’avoir cet immense sourire sur mes lèvres parce qu’il se pourrait bien que je sois devenu le mari le plus fier du monde à cet instant. Tous les jours, certes, mais encore plus là maintenant. Encore plus quand elle leur lance des répliques à eux parce que ses mots étaient beaucoup trop forts pour que cela ne soit que pour moi. Je suis presque déçu qu’elle nous fasse nous en aller aussitôt alors que j’étais bien, moi, callé sur notre banquette à la regarder manger le PIB du Swahili en une seule fois.

***

Elle fait un milliard de choses et moi je suis seulement en train d’essayer de compter le nombre de feuilles de toutes les plantes réunies dans la chambre. Je me tourne et me retourne tout en restant bien enfoncé au fond des draps parce qu’ils ont quelque chose de vraiment exquis dans ce pays. Si je finis par me lever c’est seulement pour pouvoir faire un remake du Voyageur contemplant une mer de nuages dans la réalité, parce que cette idée est vraiment beaucoup trop géniale - à mon humble avis.
Ceci dit, ça ne m’empêche pas d’arriver dans le bus avec la tête dans le cul, et de savoir qu’on va devoir supporter les histoires de champignons entre les orteils ça ne m’enchante pas réellement. Je sais même pas pourquoi j’ai pas refusé toute cette histoire de hiking. Peut être parce qu’on ne m’a jamais demandé mon avis, en fait. Ca doit avoir un rapport. Heureusement que le petit rayon de soleil vient de me sortir d’un début de dépression et qu’elle m’offre un jeu sur un plateau d’argent. « C’est eux. D’hier. » Mon visage qui mime le dégoût presque aussi bien que le sien, mais moi j’en pense pas une once. “Ah ouais. Ca craint.” Quel orateur que je fais. Quel orateur qui vient prendre la main de sa femme pour qu’on vienne tous les deux se placer derrière le couple. Juste derrière. Elle, elle est dégoûtée et elle me déteste. Je le vois dans ses petits yeux, et presque que je la prends pour un chiot à adopter alors je lui dépose un simple baiser sur le front en même temps que ma main se place à l’arrière de son crâne. Et mon sourire est immense. Si immense. Bien sûr que y’a anguille sous roche, que y’a baleine sous rocher, que y’a une grosse couille dans le paté.
Je viens avancer ma tête entre les deux sièges de nos nouveaux colocataires et on se croirait clairement dans un remake de Shining - y’a un air de ressemblance. “Eh, pssst.” Besoin de leur attention. A tous les deux. Besoin, pour l’effet de style. “Ca vous dirait pas, un plan à quatre ? Parce que vous avez tapé dans l’oeil de ma femme et elle ne savait pas comment vous le dire.” Ok. Je m’adresse surtout à lui. Ok. Je vends Ginny en une demie seconde. Mais c’est pour la bonne cause, ça en vaut vraiment la peine. Parce que le papi il répond de suite et y’a son visage qui s’illumine, tout son dentier qui se fait voir alors qu’il me tend un énorme sourire. Quel connard. Mon sourire disparait aussitôt et c’est sur l’arrière de son crâne à lui que ma main vient se poser, et ça n’a plus rien à voir avec un baiser à venir. Seulement sa tête qui entre violemment en collision avec le siège avant. Son front et son nez, apparemment, vu qu’il vient directement porter ses mains dessus comme si j’avais réellement tapé fort. Peut être ? Juste un peu, alors. Mais maintenant au moins je pense qu’on sera tranquilles pour la journée et j’ai fait ma bonne action. J’ai ce sourire hautain trahissant une fierté incommensurable et je finis par enfin retourner sagement au fond de mon siège et venir prendre la main de Ginny dans la mienne. La journée commence vraiment bien et j’ai réellement envie que ça dure, voilà pourquoi je fais part de ma merveilleuse idée à ma femme lorsqu’on descend du bus. “Tu veux vraiment suivre le même chemin qu’eux deux ? Je suis sûr qu’on peut arriver au sommet avant eux si on coupe à travers champs.” Si on suit pas le guide. C’est ça, le truc. C’est ça, qui est vraiment très excitant. C’est clairement ça qu’elle n’a pas le droit de refuser aussi.


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptySam 19 Oct - 15:17



won't let you go
auden & ginny


“Ah ouais. Ca craint.” il fait dans la rhétorique Auden, il jouerait presque avec mes nerfs de ne pas partager la honte que je me suis affligée moi-même. Mais au moins, je me dis que maintenant qu’il sait qu’ils sont là, il fera pas exprès pour me mettre encore plus mal à l’aise que je le suis déjà. Il forcera pas la note, comme par exemple en nous installant derrière eux - hum - ni en leur adressant la parole - re-hum. J’ai les yeux écarquillés de honte et d’un mélange qui frôle entre la peur et la colère, j’ai pas encore décidé celui des deux qui gagnera. Quand il allonge son cou et de suite, s’adresse à celui que j’aurais bien voulu oublier et rayer de notre lune de miel qui jusqu’à maintenant était bien plus parfaite que ce que j’aurais pu imagine dans un autre monde, dans une autre vie. “Ca vous dirait pas, un plan à quatre ? Parce que vous avez tapé dans l’oeil de ma femme et elle ne savait pas comment vous le dire.”

Et il s’amuse Auden, il a un immense sourire au visage, il est dans son élément à emmerder les gens, et encore plus lorsqu’il sait qu’il m'embêtera en plus. Ça, ça a pas changé. Et étrangement ça ne me dérange pas plus que ça, maintenant, qu’il soit en mode peste. Ça me fait rire même. L’amour nous fait réagir d’une drôle de façon. « T’es pas possible. » que j’arrive à répondre, avant de laisser échapper un léger sursaut lorsqu’il passe du tout charmant au tout violent, et qu’il s’assure que notre nouveau nemesis commun ne me gratifie pas d’un nouveau coup d’oeil désireux comme il vient de le faire. « Vraiment, pas possible. » le vieux a complètement ravalé son pseudo désir, sa Barbie est pendue à son cou à paniquer en surface (mais probablement à se réjouir d’un potentiel malaise de sa part pour partir avec l’héritage, oh, je suis vilaine de penser à ça, là, Auden déteint sur moi) et moi, je m’assure de valider d’un coup d’oeil que Williams est ok.  « Si tu t’es fait mal en plus de ça va falloir que j’hausse le ton et que je te gronde. » mes iris filent sur sa main, remontent le temps de tomber sur son regard qui, si je me fie aux années que notre relation cumule, sont illuminés d’une lueur presque grivoise. Oh. « Ça sonnait beaucoup trop dirty pour que je l’assume, ça. »

Le bus arrive à destination, le groupe en sort, le couple tout sauf assorti n’ose plus trop nous regarder et Auden prévoit déjà une randonnée selon ses termes plutôt que ceux du guide. “Tu veux vraiment suivre le même chemin qu’eux deux ? Je suis sûr qu’on peut arriver au sommet avant eux si on coupe à travers champs.” « On aurait fini par se perdre de toute manière. » ma conscience articule, quand, et il le sait, la simple mention d’une compétition quelconque a réussi à réveiller en moins l’instinct pur et dur du McGrath incapable de perdre quoi que ce soit s’il l’entreprend avec l’idée de gagner. Derechef, mes yeux s’assurent de viser les issues, alors que ma main s’enlace dans la sienne pour m’assurer que la victoire rusée, on la partage. Il est bien celui qui a eue l’idée de tricher, après tout. Je ne fais que partager le génie avec lui.

Faut dire que j’arrive pas en haut indemne. Ma maladresse a eu raison de mes mollets qui sont lacérés par les dizaines de branches qui étaient à leur hauteur, et qui vont sûrement me permettre d’ajouter une nouvelle collection de cicatrices à ma peau. Mes joues aussi se sont retrouvées tartinées de boue, je sais pas d’où ni de comment, y’a que la crasse sous mes ongles que je constate avoir cherchée, quand j’ai cru bon d’ajouter un peu d’escalade à notre parcours. « C’est haut, mais t’as survécu à pire. » j’annonce, quand je dégage du chemin les hautes herbes bloquant la vue sur l’île, et que j’imagine que le vertige d’Auden ne lui donnera pas particulièrement envie de regarder au bas du ravin ce qui se trouve. Par pire, bien sûr que je repense au discours que Matt lui a fait un peu après l’annonce de nos fiançailles, quand il l’a pris à part pour lui lire la longue liste des règles à suivre pour qu’il ne finisse pas avec le poing d’un McGrath entre les dents. Par chance depuis, ils sont les meilleurs amis du monde et Auden a su prouver sa valeur une multitudes de fois. Ma paume se poste sous son menton pour m’assurer qu’il garde le regard fixé sur l’horizon, et qu’aucun haut le coeur ne ruine le paysage à couper le souffle qui se trouve devant nous à de nombreux kilomètres. Et bien sûr que je le laisse jeter un coup d’oeil par-dessus son épaule par contre, quand bon deuxième, le duo intergénérationnel arrive beaucoup plus longtemps après nous tout au sommet. Victory is ours, my love.

« Ferme les yeux. » un bain, c’est tout ce dont j’ai besoin. Mais apparemment, j’ai mis ça dans un coin autre de ma tête quand on finit par revenir à l’hôtel et que je me précipite sur mes affaires. Je mets de la terre partout, mes fringues sentent un mélange d’odeurs que je n’arriverais jamais à identifier les unes séparées des autres, et lorsque je fais volte-face avec la surprise que je veux lui donner, j’insiste à nouveau, une immense sourire dans la voix. « Auden, joue, allez, s’te plaît. » ce n’est que lorsqu’il a fermé les yeux que je lui donne l’objet de ma fierté, la trouvaille faite un peu avant d’avoir quitté l’Australie pour laquelle j’ai dû me faire violence à tant me retenir de ne pas lui donner tout de suite. « Il ressemble à celui que t’avais en Italie? Ou je me suis complètement plantée en jouant la creep à saigner tous les articles écrits sur toi? » entre ses mains, il trouvera un carnet à dessins, je l’espère sensiblement similaire à celui qu’il avait du temps où il gribouillait dans les rues italiennes. Et à l’intérieur de ses pages, la clé d’un atelier juste pour lui, juste pour son art et pour sa liberté et pour son besoin de créer, que j’ai réussi à louer à quelques rues à peine du loft à Spring Hill.



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas
Auden Williams
Auden Williams
les coups de pinceau
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans, j'ai déjà loupé ma chance de faire parti du club des 27. (25/12/1980)
SURNOM : Essaye même pas si tu veux pas un tête à tête avec mon poing.
STATUT : Pas de seconde bouche à nourrir et c'est très bien comme ça.
MÉTIER : Meilleur amant et peintre d'Australie.
LOGEMENT : #148 spring hill ; le total des chiffres c'est 13. C'est cool, sauf Itziar la coloc qui laisse ses cheveux partout.
won't let you go ▲ auden&ginny QBqEaP1
POSTS : 497 POINTS : 640

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Connard narcissique sociopathe, pour vous faire chier. Ne jure que par ses coco pops. Âme d'enfant dans un corps d'adulte. Peut être sérieux deux ou trois minutes si on lui parle d'art. Connaît tous les épisodes de T'choupi. Ambidextre et aime bien le rappeler. Sait jouer du piano mais n'aime pas le rappeler.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (13) : sidginny #3 (ua)jill, ariane + levirosalie (fb)robin-hopesavannahallan #2leoden #4 (ua)mayjackrobin, isaac & ginnyginny #10andy #2

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_p12fiuqlLb1qg1jmmo1_540
GINAUDEN. Elle m'ennuyait avec sa gueule de petite fille insolente. Je la laissais traîner toute seule. J'avais honte qu'elle me colle autant. Maintenant j'aurais bien tout mon temps pour elle moi qui ne l'ai jamais trouvée aussi belle. Ma jeunesse.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_inline_pitibiYgVS1qhd4mm_1280
LEODEN. But you just couldn't see my dark side with those rose lenses on. And I don't really know what I'm doing. And I'm sorry I put you through this. But I never said I'd treat you right.
won't let you go ▲ auden&ginny 82mm
ROBDEN. We'll leave each other cold as ice. And high and dry, the desert wind. Is blowin', is blowin'. Remember what you said to me? We were drunk in love in Tennessee. And I hold it, we both know it.
[center]won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ofo1vrdcLB1u1wn47o2_250
FAMILY.Here we go again.

RPs EN ATTENTE : tad
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ptmop2qHTm1yo6k6ko1_500
PSEUDO : Kaelice
AVATAR : James Franco
CRÉDITS : Schizophrenic (avatar)
DC : Charlie, Caelan & Lily
INSCRIT LE : 28/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24284-auden-canicule-en-ete-mamie-va-y-passer http://www.30yearsstillyoung.com/t26251-charlie-auden-caelan-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t24386-auden-williams http://www.30yearsstillyoung.com/t24554-auden-williams

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyMer 6 Nov - 13:48



Mes mains tâtent le cuir du cahier, comme pour être certain que c’est réel, que ce n’est pas un mirage parce que je suis en train de mourir de faim et de soif au sommet de cette fichue montagne. Cette fois ci je reste silencieux pour une raison qui ne m’est pas familière : je ne sais pas quoi dire. Mes yeux se sont rouverts dès que j’ai compris la forme, senti l’odeur du cuir ainsi que sa forme sous mes doigts. J’ai compris avant même qu’elle n’en parle à voix haute ; tout a soudainement semblé être si évident. Tellement évident que je n’aurais jamais pu m’y attendre, tellement évident que les secondes passent et qu’aucun mot ne sort toujours de ma bouche. Les pages défilent sous mes doigts et j’use d’une délicatesse nouvelle, comme s’il s’agissait de l’exact même cahier que j’ai saigné à travers le pays. A mes yeux, il a tout autant d’importance.

Je découvre la clé, la fait tourner autour de mon index sans en comprendre son utilité encore. Je n’ai pas besoin de rien de plus et je me détesterais si jamais je venais à le dire à voix haute mais elle me suffit. Amplement. Depuis toujours, depuis le début, depuis nos coups bas à répétition et nos étreintes dans les pires moments. On a jamais eu les mots pour le dire mais la réalité était bien présente. Je referme enfin le cahier, pose ma main entre son cou et se mâchoire pour doucement venir l’embrasser sur ses lèvres. Quelque chose de beaucoup trop doux pour que l’idée soit venue de moi, la faute aux années passées à ses côtés qui m’ont peut être rendu plus humain. Il m’en faudra dix de plus pour parvenir à exprimer mes émotions de manière convenable, mais ce baiser là, dans notre langage à nous, dans notre monde à nous, ça compte pour tous les remerciements du monde.

Nos fronts se tâtent et on pue, y’a de la sueur de partout, y’a moi qui suis en train de me tuer le cou pour me baisser à sa hauteur ; y’a elle qui tue le sien à être sur la pointe des pieds. Ils font mieux ce genre de choses dans les films romantiques - c’est certain ; mais au moins là c’est nous. On a foutus de la boue de partout dans notre villa près de la forêt, mais c’est nous. Je la déteste pour avoir laissé la trace de ses chaussures jusqu’au pied du lit, aussi, et y’a rien de nouveau à ça. C’est seulement un argument bien trop insignifiant face à tous ceux qui lui font face. ”Ne crois pas que je vais dire ça parce qu’on pue mais y’a des trucs de bain dans ma valise. Apparemment c’est cool et ça devient coloré.” C’est la vendeuse qui m’a dit ça et j’espère qu’elle se fichait pas de moi parce que ça a intérêt à faire comme sur les vidéos sur instagram. Je veux des boules qui tournent dans le bain et des paillettes de partout. Vu que la baignoire est plus grand que mon ego, on en mettra plusieurs. Pour plus de paillettes, plus de couleurs, plus d’odeur de fleur du bout du monde pour faire oublier qu’on pue.

Ma main se perd dans son dos un instant, la caresse du bout des doigts alors que je vais faire couleur l’eau et mettre en route tous les jais d’eau et toutes les couleurs - en gros, je touche à tous les boutons. Ma tête revient un instant dans l'entrebâillement de la porte, me doigts me retiennent à l’encadrement alors que je suis dans un équilibre instable. ”McGrath ?” J’appelle son nom comme un enfant, comme si elle n’était pas déjà face à moi. Je veux juste qu’elle relève les yeux. Grazie.”
Tous mes habits se retrouvent n’importe où dans la salle de bain et je m’enfonce dans le bain - assez chaud pour que ça commence réellement à fumer (ou alors c’est le court circuit que j’ai engendré et appuyant partout ?). J’ai crié le nom de Ginny à nouveau pour qu’elle vienne voir la boule de bain se désintégrer peu à peu. La clé, elle, se trouve toujours sur le bord de la baignoire ; le temps que j’élucide son mystère. Plus tard. ”T’as joué à la creep en lisant tous les articles écrits sur moi avant ou après la demande en mariage foireuse au milieu de notre première dispute ?” On peut en rire, maintenant, parce qu’au moins je n’aurai jamais à lui avouer que je lui ai demandé la lune parce que j’avais eu peur de la perde.


won't let you go ▲ auden&ginny Goldorak-go
Fulguropoint dans ta face.
Revenir en haut Aller en bas
Ginny McGrath
Ginny McGrath
l'étoile presque bleue
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 29 ans (05/03)
SURNOM : Virginia Mary Elisabeth, pour un max de confusion.
STATUT : if you love me with all your heart, i'll make you a star in my universe.
MÉTIER : peintre et photographe, co-propriétaire avec Auden et Robin-Hope d'un local collaboratif pour artistes offrant des ateliers créatifs, une galerie d'exposition et une petite boutique d'arts & crafts sur place.
LOGEMENT : éparpille ses affaires (son bordel) entre le #11 Logan City & le #17 Toowong.
won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_ooetmq4bl51tzu44oo8_400
POSTS : 6038 POINTS : 1160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Maman de Noah, un petit ange de 8 ans qui se remet doucement d'une grave maladie l'ayant gardé hospitalisé depuis les trois dernières années. ▲ Ne parle plus à ses parents ni à son frère après avoir appris qu'ils ont manipulé sa vie. ▲ Accro au café. ▲ N’a que quelques bons amis qu’elle compte sur les doigts d’une main. ▲ Née à Brisbane, expatriée à Londres, revenue depuis 3 ans. ▲ Geek dans l’âme, elle adore les BDs et les jeux vidéos. ▲ Végétarienne, yogi aguerrie et adepte de méditation. ▲ A un humour douteux, discret, mais bien sarcastique.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :


won't let you go ▲ auden&ginny Hvu5
MCGRATH FAM (fb)LEVI
Still too young to fail, too scared to sail away. But one of these days I'll grow old, and I'll grow brave and I'll go. Everybody's wishing for no more mistakes, and all that I can think about is you.

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_nd56smzyuV1tm59yyo1_500
MCJEN #7MCJEN #10 (ds)MCJEN #11
I can feel your heartbeat like it's my own, I can hear your music from a million miles away. Are you something for me to begin again, again?

won't let you go ▲ auden&ginny Tumblr_n0ds4p4JCj1qhuc9do2_250
GINAUDEN #3 (ua)
There's nothing to see here, people, keep moving on. No one cares when the show is done. No mistakes, only now you're bored. This is the time of your life but you just can't tell.

won't let you go ▲ auden&ginny DazzlingBoldGroundbeetle-max-1mb
EZNNY #9 (fb) ▲ EZNNY #11
Twenty candles, blow 'em out and open your eyes. We were looking forward to the rest of our lives, but we say we're better now.

won't let you go ▲ auden&ginny AnotherWeirdBeaver-max-1mb
BAILEY #3BAILEY #4
There's a picture hanging in the outhouse of glory and love, of us and so on. But the colors look like they are cheating, if you stare at our smiles for too long.

lizziemcjen & robdenloanjustineadèle

RPs EN ATTENTE : aisling + quinn + gab

PSEUDO : hub
AVATAR : Daisy Ridley
CRÉDITS : cristalline ♡
DC : Matt le p'tit con, Ariane l'incandescente et Jack le sensible
INSCRIT LE : 18/10/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t12335-ginny-sit-still-look-pretty http://www.30yearsstillyoung.com/t17242-good-things-to-come http://www.30yearsstillyoung.com/t12358-ginny-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t12357-ginny-mcgrath

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny EmptyMer 6 Nov - 23:50



won't let you go
auden & ginny


Il va me filer un torticolis à force d’être grand Auden. Ou alors ce sera moi qui lui en donnerai un parce que je suis trop petite. Le premier scénario me semble plus valable. Ça a toujours été facile de lui mettre la faute sur les épaules, de dire qu’il était en cause, ça l’est encore même si j’ai l’annulaire qui lui appartient. Rien n’a changé dans ce jeu-là, et j’y tiens, fort. Parce qu’il me fait rire avec son ego surdimensionné. Parce qu’il est impossible avec son attitude de gamin survolté. Parce qu’il est une bouffée d’air frais – suffocante, parfois – quand j’ai tendance à me perdre dans ma tête, trop loin, trop fort, trop mal.

”Ne crois pas que je vais dire ça parce qu’on pue mais y’a des trucs de bain dans ma valise. Apparemment c’est cool et ça devient coloré.” « Et après personne me croit jamais quand je dis que c’est toi la plus féminine de nous deux! » je râle de façon beaucoup trop exagérée pour être prise au sérieux, surtout parce que j’éclate de rire la seconde suivante à voir la lueur d’excitation qui pétille dans ses yeux. Le budget prévu pour rénover la chambre d’invités du loft est passé en bombes de bain – super. Mais mine de rien, j’aime bien mieux fabuler sur les teintes et les effets et les parfums qu’il a choisis plutôt que de choisir si on doit peindre les murs en rose, en bleu, ou en jaune comme ces parents qui ne veulent pas ficher de pression sur leur enfant à peine il (ou elle) a montré le bout de son nez.

Un dernier baiser et il s’est envolé, je sais exactement à quoi il s’affaire vu la composition aussi variée qu’inquiétante de bruits et de lumières qui sort de la salle de bain. ”McGrath ?” il hurle, agresse, m’arrache le plus grand des sourires, quand mes pas boueux et ma silhouette puante se rapproche de la sienne en traînant de la patte. « qUuOoOIIIIiiiii? » je l’imite quand il imite Noah, j’ai le cœur léger et le regard qui brille, j’ai l’amour, le vrai, le ridiculement simple & heureux de tatoué partout sur le visage. ”Grazie.” je savais que le cahier lui plairait. Je le savais parce que j’avais tout, mais alors là, tout donné pour trouver exactement ce qui lui rappellerait les meilleurs souvenirs d’une période qui n’avait pas du tout semblé être facile pour lui. Ma façon à moi de le remercier d’avoir toujours été là dans les pires moments, d’avoir à chaque fois répondu présent même s’il détestait ça, même s’il se maudissait de s’attacher autant. Si je suis là aujourd’hui, si je suis forte aujourd’hui, c’est grâce à lui. « De nada. » et oui, il est fini l’instant cheesy, quand je lui tire la langue, force mon espagnol rouillé rien que parce que je sais que ça le fait rager, que j’arrive pas à placer un seul mot correctement en italien. Et qu’à travers je le troll en confondant volontairement une langue et une autre.

Ses fringues tapissent le plancher de la salle de bain, j’entre un peu parce que l’entendre crier mon nom de toutes les intonations inimaginables est lassant, surtout pour ramasser ses dommages collatéraux et me donner bonne conscience en les pliant pour les poser sur le comptoir de marbre. ”T’as joué à la creep en lisant tous les articles écrits sur moi avant ou après la demande en mariage foireuse au milieu de notre première dispute ?” un fin sourire se dessine sur mes lèvres maintenant que je suis dos à lui, que j’ai abandonné le travail avec son t-shirt humide de j’sais pas quelle tache, et son jeans déchiré presque irrécupérable. « Après. Fallait que je lise tout ce qu'ils avaient à dire sur toi pour voir dans quoi je m’embarquais. » il n'y avait rien dans ces articles-là que je ne savais pas, sauf les rumeurs inventées de toutes pièces dont j'avais été bien plus amusée que choquée. Je finis par le rejoindre, tester l’eau du bout d’un orteil glacé. C’est brûlant. « T’as absolument aucune idée de ce que ça ouvre? » du menton, je pointe la clé qui l’intrigue assez pour qu’il l’ait amenée avec lui pendant sa séance nettoyage du soir. « J’adore que tu rames à trouver comme ça. » pas question de lui donner le moindre indice de toute façon – je sais très bien que j’arriverai pas à garder le silence sur le projet, que je risque de tout lui déballer parce que je veux simplement qu’il soit heureux, parce que c’est que ça ma priorité au fond.

« Y’a un article qui parlait de la dispute justement. » la fameuse. M’installant sur le rebord de la baignoire, je profite pour tremper entière une jambe puis une autre, mon jeans que j’ai remonté jusqu’à mes genoux. « Un peu plus et on est les Kanye & Kim des peintres. » c’était devant public, en plus. J’aurais jamais cru qu’on y survivrait à celle-là, autant lui, que moi, que nous deux.



    I've suffered shipwrecks right from the start & I've been underwater, breathing out and in. I think I'm losing where you end and I begin. Basic space, open air, I'm setting us in stone. Piece by piece, before I'm alone. Air tight, before we break. Keep it in, keep us safe.









Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

won't let you go ▲ auden&ginny Empty
Message(#) Sujet: Re: won't let you go ▲ auden&ginny won't let you go ▲ auden&ginny Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

won't let you go ▲ auden&ginny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-