AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Anderson
le marmiton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04)
STATUT : Célibataire depuis le décès de sa fiancée il y a deux ans.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron d'un restaurant de gastronomie française.
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_pjl2821mcM1wvhi9oo5_250
POSTS : 1419 POINTS : 1045

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif ≈ controle freak ≈ ultra perfectionniste et ambitieux ≈ commence tout juste à se remettre de la mort de sa fiancée ≈ aime beaucoup lire
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
le rp familial de la mort (RA)
Sohan #1
Isaac #1
Isla #1
Calex#3 (RA)
Stephen #1
Romy #2 (dimension zombies)
Calex #4
Stephen & Jules #1
Wylda #1
Prim #3
Calex #6

RPs EN ATTENTE : Heïana, Lene, Artémis
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose & Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #2 ; Calex #5


I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Giphy
You go through life wondering what is it all about but at the end of the day it's all about family.

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 1561756479-essai-9-calex
Opposites attract and we're the livin' proof of this, but I keep on comin' back like a magnet.

PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : century sex, tumblr
DC : Pas encore
INSCRIT LE : 28/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever http://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 http://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty
Message(#) Sujet: I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen EmptyMer 31 Juil - 11:41




 
Stephen, Juliana & Caleb
“I am in misery, there ain't nobody who can comfort me. ”
C’est une longue semaine qui est en train de se terminer et je commence de plus en plus à ressentir ce besoin de changer d’air et de m’éloigner un peu de Brisbane pour respirer et pour pouvoir penser un peu plus en toute tranquillité. Je partirai bien un jour ou deux, quelque part. Je ne sais pas où, mais juste, partir. Moi aussi j’ai le droit de m’enfuir quand j’en ai envie, sauf que la différence c’est que moi dans quelques jours je vais revenir. Je suis pas du genre à partir du jour au lendemain pendant huit ans sans plus donner des nouvelles à personne. Et merde. Pourquoi est-ce que je me remets à penser à Alex et son départ ? C’est bien la raison pour laquelle j’ai besoin de m’éloigner de la ville. Je pense un peu trop à elle en ce moment et honnêtement je n’aime pas ça du tout. Il faut que je me reprenne, c’est mon ex petite-amie je ne peux pas me remettre avec elle. Et puis de toute façon il n’a jamais été question de se remettre avec elle, mon dieu pourquoi est-ce que je pense à ça. N’importe quoi. Sauf que depuis quelques jours la situation commence vraiment à devenir critique. Je ne pense pas à elle juste comme ça de temps en temps. Elle est complètement en train de me faire craquer à nouveau. Pour la deuxième fois je sens que je suis en train de retomber amoureux de cette femme qui m’a pourtant lâchement abandonné il y a huit ans. Et puis il y a quelques jours on a carrément dérapé, il a fallu qu’on se voit une seule fois en tête à tête chez moi pour qu’on couche ensemble. Est-ce que je le regrette ? Non pas du tout. Par contre ces sentiments que je recommence à éprouver pour elle me font peur. Vraiment, vraiment peur. Je sais que tomber amoureux d’elle est une très mauvaise idée. Je l’ai fait une fois et ça s’est mal terminé. Je dois juste la chasser de ma tête, et vite. Donc c’est décidé, ce weekend, je pars. Mais je n’ai pas envie de me retrouver seul un weekend entier et c’est très vite que je pense à Stephen pour m’accompagner. Lui aussi il se retrouve dans une belle merde en ce moment, il ne va clairement pas bien avec cette histoire de grossesse de Leah. Alors je pense qu’il ne sera pas contre quelques jours loin de tout. Mais maintenant, où partir ? J’ai un client qui loue souvent un petit bateau et j‘ai cru voir qu’il y avait son nom dans l’agenda des réservations de vendredi midi. C’est un habitué, je le connais un peu alors pendant le service de vendredi midi je me suis permis de quitter les fourneaux un bref instant pour lui demander si je pouvais lui louer son bateau à partir de samedi matin jusqu’à dimanche. Et il accepte. Cool. Sauf que ni moi, ni Stephen ne savons naviguer. Merde. Ça c’est un peu moins cool. Je pars donc en toute vitesse m’acheter un exemplaire de « la navigation pour les nuls. » Bon avec ça à deux on devrait s’en sortir non ? Agir sur un coup de tête comme ça, ça ne me ressemble tellement pas. Mais un peu de folie dans cette vie de merde franchement ça ne peut pas nous faire du mal. Et vendredi soir quelques heures après avoir accepté cette folle expédition je reçois un message de mon ami « Juliana commence à me parler de poterie. Ça va pas du tout là, il faut qu’on la prenne avec nous ce weekend ! » Juliana et de la poterie ? Mon Dieu. Je m’empresse de lui répondre qu’elle sera aussi la bienvenue. La pauvre, d’après les derniers messages qu’on a échangés, elle non plus n’est pas au top de la forme. Plus on est de fous, plus on rit. Alors j’accepte évidemment. Et puis c’est pas n’importe qui, c’est Juliana on peut pas la laisser faire de la poterie ce weekend.

Le lendemain Stephen et moi nous nous retrouvons d’abord à 9h au port pour déposer nos affaires et se mettre d’accord sur l’organisation de ce weekend organisé à la dernière minute. « Je crois qu’on a tout ce qu’il nous faut. » Je me retourne pour observer le bateau sur lequel nous allons passer les prochaines heures de notre journée. « Vodka, téquila, chips. Un peu d’eau quand même. Des sacs de couchage. » Je réfléchis, essayant de voir s’il nous manque quelque chose mais ça me semble plutôt correct. « Bon euh... Si tu veux va chercher Jules moi je reste ici. » On a pas besoin d’être à deux pour aller la chercher et je pense que de nous deux c’est lui le mieux placé pour y aller. C’est sur ces mots que nous nous séparons tous les deux, il s’éloigne du port pour aller chercher notre amie pendant que moi je reste sur ce bateau. D’ailleurs je pense qu’il est grand temps que je commence à lire un peu les premières pages e ce livre qui est censé nous aider à naviguer parce qu’aucun de nous deux ne sait le faire. Je dois avouer que j’aimerais beaucoup que Jules arrive en nous avouant qu’elle est une pro des bateaux et qu’elle navigue aussi bien que les pirates qu’on voit dans les séries. Sauf que je doute fortement que ça soit le cas. J’en profite également pour ranger un peu le bordel qu’on a déjà foutu en posant nos affaires un peu partout. Mais je me rends compte que nous n’avons pas prévu beaucoup à manger, à part des chips. Nous avons également ramené un petit barbecue sur lequel on pourra faire griller du poisson (enfin pour faire griller du poisson faut-il encore être capable de pêcher.) Personnellement, je n’ai jamais pêché de ma vie alors encore une fois, j’espère que Stephen ou Juliana l’a déjà fait et même si c’est le cas j’espère qu’ils sont plutôt doués. Sinon nous voilà bien dans la merde. Une fois le bateau rangé je m’assieds et je me mets sérieusement à lire ce livre pour tenter de comprendre comment on allait mettre le bateau en marche. Sérieusement je n’y connais absolument rien et je ne sais pas pourquoi mais je sens que ce weekend va être riche en rebondissements. On risque de bien galérer avec ce bateau. Je sens qu’on va beaucoup rire.

© nightgaunt


@Stephen Holloway @Juliana Rhodes  :dancing:  I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 2954228499  I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 3290930861


Caleb Anderson
« We’ve all got both light and dark inside us. What matters is the part we choose to act on. That’s who we really are. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Holloway
le psychopapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : crise de la trentaine imminente (16.08.89)
STATUT : futur papa paniqué, épris d'une catastrophe
MÉTIER : kinésithérapeute (pédiatrique) implanté depuis deux ans à spring hill, partage ses locaux avec une consoeur fan de mario kart et une secrétaire tyrannique qui gère l'administratif mieux que personne
LOGEMENT : #78 Logan City, une maison encore en cartons
I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso1_540
POSTS : 2423 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né en irlande, élevé à Brisbane › une fâcheuse tendance à tout compliquer › passe son temps à prioriser › une petite fille de six ans chez lui un weekend sur deux › éternel assisté ; hors de son champ de compétences, mieux vaut ne pas trop lui en demander
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_inline_nuxc8hPFbP1qlt39u_250
It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes, but all your flaws and scars are mine. Still falling for you.
cambodge #3 › lehen 26


•••

alex 02gaiajulealfennorah 02nea 02caleb
caleb + julesalfie 02

RPs TERMINÉS : ellie 01starter 01joanneellie 02starter 02stormway starter 03leah (fb)starter 04nadiahadèsstarter 05starter 06starter 07lehen [dimension fantôme]thomasstarter 08starter 09lehen 04lehen #5starter 10starter 11lehen 02chadna Lehen 06tasmanie #1 › lehen #7starter 12tasmanie #2 › lehen #8tasmanie #3 › lehen #9wendy lehen #10 › Christmastasmanie #4 lehen 11nouvel an › lehen 12kendalllehen #14loganalexcambodge › lehen 13matteojuleslehen #16lehen 15nealehen #18alfiecambodge › lehen 14norahlehen 19lehen 20lehen 21Cambodge #2lehen 24charlie

anciens membres:
 


I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_p0eg8fw6ta1wt4ruso2_500
AVATAR : Aaron Taylor Johnson
CRÉDITS : Battery Fox (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub) › rogers (signa) › LDS
DC : mini ashby & jasper
INSCRIT LE : 24/05/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t20111-stephen-h-we-are-only-a-moment http://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter http://www.30yearsstillyoung.com/t20719-stephen-holloway http://www.30yearsstillyoung.com/t20920-stephen-holloway

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen EmptyMar 6 Aoû - 21:40



Depuis que ce bébé était venu s'incrémenter à son quotidien d'ordinaire déjà si compliqué, Stephen avait oscillé entre l'appréhension, la colère, la tristesse, une micro joie, puis rien. Il s'était conditionné à ne pas aimer ce petit pois, à ne pas le considérer, ou du moins à ne pas le considérer comme quelque chose de plus qu'une complication médicale. Cela avait beau lui avoir coûté son couple, la panique qui était née chez lui avait pris possession de chacun de ses muscles et lui avait fait dire des choses qu'il ne pensait pas ; "Je veux qu'on se sépare." "Je veux pas de ce bébé." étant d'ailleurs les meilleurs exemples. A ce jour il ne savait toujours pas ce qu'il voulait, mais quelque part il savait pertinemment qu'ils feraient la plus grosse bêtise de leur vie en le gardant. Il ne faisait pas l'ombre d'un doute qu'ils n'étaient pas prêts à franchir ce cap si vite ; du moins, lui ne l'était pas. « Je crois qu’on a tout ce qu’il nous faut. »  Les jours passés l'un avec l'autre dans le petit appartement qu'ils partageaient encore étaient pesants ; bien trop pour être supportables. Stephen avait beau savoir qu'il ne tarderait pas à déménager, il préférait mettre le plus de distance possible entre Leah et lui, alors lorsque l'idée d'un weekend en mer était venue ... il ne s'était pas fait prier. « Vodka, tequila, chips. Un peu d’eau quand même. Des sacs de couchage. » A quelques mètres du bateau qu'ils venaient de louer avec Caleb, le brun eut un rictus en entendant son ami livrer un inventaire du peu de vivre qu'ils avaient embarqués. « Bon euh... Si tu veux va chercher Jules moi je reste ici. » va kidnapper la nouvelle recrue du cours de poterie, aurait été plus juste. Stephen ne savait pas bien si embarquer la bibliothécaire avec eux serait une bonne chose du fait de sa relation avec Alfie, elle n'en demeurait pas moins son amie et celle du restaurateur également. Un weekend en mer, il n'y avait pas mort d'hommes. "J'y vais. Essaie de lire le mode d'emploi. Ils annoncent des orages je crois." Ou du moins le temps était nuageux. Qu'importe. Clés de voiture en mains, Stephen avait délaissé la marina pour rejoindre Toowong, laissant ainsi Caleb livré à lui même pour se familiariser avec leur embarcation du weekend.

***

"Jules. Oublie ton cours de peinture sur céramique ou je sais pas quoi." Avec le peu de délicatesse qui lui restait, c'est à dire très peu, Stephen était venu cogner à la porte du couple Rhodes/Maslow avec un atout dans sa manche pour extirper la brune de son appartement pour le weekend. Il ne lui en voulait pas vraiment de lui avoir caché la vérité sur sa potentielle paternité quelques jours -elle n'avait fait que tenir une promesse- mais ce n'était pas pour autant qu'il ne comptait pas en jouer pour l'amener avec eux lors de ce weekend totalement improvisé dont ils avaient gardé pour eux la destination. Bien que ce ne soit pas là son seul argument. "On part en mer un weekend avec Caleb. On a loué un bateau. C'est l'aventure, et t'en as besoin toi aussi." S'il ne savait pas exactement ce qu'il se passait entre elle et Alfie (ce n'étaient pas ses oignons) Stephen ne pouvait pourtant pas s'empêcher de constater que quelque chose clochait entre eux depuis l'anniversaire d'Anabel, et même s'il ne prenait absolument pas partie de l'un ou de l'autre en agissant ainsi il réquisitionnait une oreille attentive pour le weekend. Une avec laquelle il pouvait se laisser aller à évoquer ce bébé qui ne verrait jamais le jour. "J'espère que t'es prête pour le confort rudimentaire. Mais ça peut être cool cette sortie. Un truc de dépressif en bonne et due forme. Avec un peu de chance on se tirera une balle ensuite." Un sarcasme ? Evidemment. Pourtant, alors qu'il se plantait devant la brunette au beau milieu de ce salon qu'il connaissait bien et dans lequel sa fille faisait les quatre cent coups Stephen laissait une pointe de détresse percer.

 




You need someone you can believe in, this I do declare, trust me I'll be there. The road that leads to heaven can be so steep, I will help you climb, change your state of mind. Listen baby, your wish is my command.
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Juliana Rhodes
l'histoire sans fin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (23/05)
SURNOM : Jules, à force de l'utiliser, j'en oublie presque mon vrai prénom
STATUT : En couple depuis trois ans et bien déterminée à le rester malgré les difficultés
MÉTIER : Bibliothécaire spécialisée dans les romans jeunesses, une passion et une vocation
LOGEMENT : Appartement #95 à Toowong que je partage avec Alfie... Ainsi que des colocataires un peu envahissant, deux rats et une tortue.
I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_nesadpWV6Z1r09qfio4_r2_250
POSTS : 698 POINTS : 450

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ainée d'une famille de cinq enfants ✿ A perdu son père à l'âge de onze ans ✿ Est passionnée par les livres ✿ Est maniaque et psychorigide mais tente de se soigner ✿ Est amoureuse depuis trois ans de celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie ✿ Exerce le métier qu'elle a toujours rêvé de pouvoir faire ✿ Rêve secrètement de vivre les happy ends de contes de fées
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11/10) Leonardo #1Stephen, Leah & Alfie #1Alfie #2Tad #2Eva #1Alfie #3Ariane #1Evelyn #1Norah #1Leah #2Caleb & Stephen #1
RPs TERMINÉS : Harvey #1Stephen #1Tad #1Asher #1Leah #1Harvey #2Alfie & Ariane #1Joseph #1Alfie & Joseph #1Asher #2Caleb #1Alfie #1
PSEUDO : Watermelon
AVATAR : Jenna-Louise Coleman
CRÉDITS : Century Sex
DC : Primousse
INSCRIT LE : 18/03/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23445-a-room-without-books-is-like-a-body-without-a-soul-juliana-rhodes#950001 http://www.30yearsstillyoung.com/t23470-you-get-in-life-what-you-have-the-courage-to-ask-for-juliana-rhodes#951283 http://www.30yearsstillyoung.com/t23469-juliana-rhodes

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen EmptyDim 11 Aoû - 20:05




I am in misery, there ain't nobody who can comfort me




Me trainer en pyjama dans l’appartement en avalant un énorme pot de glace à la vanille me semble être un excellent programme pour commencer ce weekend. Manger de la glace à sept heures du matin n’est sans doute pas la meilleure chose à faire et je doute que n’importe quelle nutritionniste puisse m’encourager dans cette voie, mais j’ai acheté de la glace végan ce qui diminue donc le sentiment de culpabilité que je pourrais éventuellement ressentir. Aucun petit animal trop mignon n’a souffert pour me fournir ce petit plaisir – si on peut considérer de la glace qui n’en est pas vraiment comme un plaisir – et ça suffit à mon bonheur. Avachie sur le canapé, cuillère à la main, j’observe Odie qui semble s’être donnée pour mission de traverser tout le salon en un temps record, ses petites pattes tricotant à un rythme effréné pour lui permettre de réaliser son objectif. Même cette tortue a plus de motivation que moi, c’est dingue. Dans son cas, il ne s’agit que d’atteindre le morceau de laitue tout frais laissé à sa disposition à une distance raisonnable pour lui permettre de faire de l’exercice. J’aimerais devenir une tortue. Je crois que ma vie serait bien plus facile si ma seule préoccupation était de savoir où me poser pour dormir et comment attaquer cette gigantesque feuille de laitue sans me faire totalement recouvrir par elle. Peut-être que les êtres humains accordent trop d’importance à des choses qui n’en ont pas vraiment, finalement, et qu’on devrait se recentrer sur des choses un peu plus simples. On est en train d’abimer notre planète pour trouver un bonheur dont on s’éloigne de plus en plus parce qu’on se concentre beaucoup trop sur le matériel – je crois qu’Alfie déteint sur moi-même lorsqu’il n’est pas là – et il est grand temps de changer les choses.

Je commence seulement à envisager de ne pas laisser l’empreinte de mes fesses sur le canapé lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit. Je me précipite sur ma penderie pour trouver un short et un T-shirt que j’enfile à toute vitesse, ma coiffure laissée à l’abandon et mon visage sans maquillage ne trompant pas quant à mes activités du matin. Je suis incapable de masquer ma surprise lorsque Stephen apparait dans l’encadrement de la porte, invoquant une sombre histoire de peinture sur céramique – activité ô combien passionnante qui est très largement sous-estimée – que je vais a priori devoir laisser tomber. Je fronce les sourcils, pas parce que laisser tomber mes plans – que je n’avais pas – pour la journée me dérange mais parce que j’ai toujours eu beaucoup de mal avec les surprises et les imprévus, mon second prénom étant sans aucun doute organisation. Je ne suis pas prête à une nouvelle série d’énigmes à résoudre dans une librairie, même si cette soirée était absolument parfaite, vu ce qu’est devenu mon couple par la suite, je crois que nous aurions pu finalement nous abstenir de fêter ces trois années ensemble. Lorsqu’il m’explique le projet du weekend, je suis d’autant plus sceptique. Un weekend en bateau ? Sérieusement ? Pourquoi ? Comment ? Quel bateau ? Qui a eu cette idée ? Pourquoi dois-je y aller ? Est-ce qu’Alfie a été prévenu ? Est-ce qu’il est invité lui aussi ? Depuis quand Stephen est super ami avec Caleb ? Mais surtout, qu’est-ce que je dois prendre pour partir un weekend en mer ? Je n’étais clairement pas préparée à ça et pendant une fraction de seconde, j’envisage de lui claquer la porte au nez et de retourner me rouler en boule sur le canapé pour faire comme si cette conversation n’avait jamais existé. « Il ne faut pas avoir un permis, pour faire du bateau ? » C’est la première question qui me vient avant même celle de la destination de notre périple ou des remerciements d’avoir pensé à me faire sortir de ma léthargie quotidienne pour m’emmener avec eux. Jules l’empêcheuse de tourner en rond est de retour. « Je vais préparer mes affaires. » Je plante Stephen devant la porte ouverte pour filer dans la chambre, attraper un sac et de quoi mettre quelques vêtements dedans.

Quelques minutes plus tard, un sac plein à craquer de choses qui ne me serviront sans doute pas prêt à être transporté, je me retrouve à rédiger une petite note informant Alfie de mon départ pour le weekend, note que je pose bien en évidence sur la table pour qu’il ne la loupe pas si jamais il envisage de rentrer bientôt – les textos, c’est surfait –. A dire vrai, je reste malgré tout ravie de cette sortie qui va me changer d’un quotidien que je trouve bien trop pesant en ce moment. Malgré tout, j’appréhende de me retrouver en compagnie des deux garçons avec lesquels je n’ai pas été très droite ces derniers temps. J’ai caché à Stephen la grossesse de Leah parce qu’elle m’avait demandé de me taire et qu’il était plus facile pour moi d’agir comme si je ne savais rien et j’ai délibérément ignoré les derniers messages de Caleb concernant un futur bébé Maslow-Rhodes qui est passé du stade de futur projet à celui de rêve inaccessible en l’espace d’une seule conversation que je ne me sens pas capable de retranscrire parce que je ne suis pas certaine qu’Alfie accepterait que je délivre ses failles à quelqu’un qu’il ne connait à peine. Toutefois, pour le moment, je mets ces pensées de côté, espérant trouver un moment pour m’en excuser durant le weekend. L’arrivée auprès du bateau n’arrange en rien l’expression surprise de mon visage, bien au contraire. « Waw. Alors c’est pas une blague, vous avez vraiment fait ça ? » Je demande, en rejoignant Caleb que je salue, à défaut d’avoir dit bonjour à Stephen, le choc étant bien trop important pour que j’ai la présence d’esprit de faire preuve de politesse. « Vous avez décidé ça quand ? » Et surtout, à quel moment ai-je commencé à faire partie de ce projet un peu fou et n’est-ce pas justement un projet un peu trop fou ? Je ne tiens pas à avoir plus d’ennuis que ceux que j’ai déjà et ne pas respecter les règles est quelque chose qui me panique complètement. « Et on va où ? » Une control freak reste une control freak et je ne me sens pas vraiment capable de changer.


Code by Sleepy



I don't wanna sacrifice the little things that make a life worth living

(c)Miss Pie

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 2eDseF9
I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 872289volunteer
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
le marmiton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04)
STATUT : Célibataire depuis le décès de sa fiancée il y a deux ans.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron d'un restaurant de gastronomie française.
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Tumblr_pjl2821mcM1wvhi9oo5_250
POSTS : 1419 POINTS : 1045

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif ≈ controle freak ≈ ultra perfectionniste et ambitieux ≈ commence tout juste à se remettre de la mort de sa fiancée ≈ aime beaucoup lire
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
le rp familial de la mort (RA)
Sohan #1
Isaac #1
Isla #1
Calex#3 (RA)
Stephen #1
Romy #2 (dimension zombies)
Calex #4
Stephen & Jules #1
Wylda #1
Prim #3
Calex #6

RPs EN ATTENTE : Heïana, Lene, Artémis
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose & Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #2 ; Calex #5


I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Giphy
You go through life wondering what is it all about but at the end of the day it's all about family.

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen 1561756479-essai-9-calex
Opposites attract and we're the livin' proof of this, but I keep on comin' back like a magnet.

PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : century sex, tumblr
DC : Pas encore
INSCRIT LE : 28/04/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever http://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 http://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen EmptyMer 14 Aoû - 21:38




 
Stephen, Juliana & Caleb
“I am in misery, there ain't nobody who can comfort me. ”
C’était une idée un peu folle. Partir un weekend entier sur un coup de tête, louer un bateau alors que je ne sais pas comment naviguer. C’est n’importe quoi et je suis sûr que ces quelques jours vont laisser des souvenirs qu’on ne sera pas prêts d’oublier. Normalement c’était censé être simplement Stephen et moi. La dernière fois qu’on s’est vus c’était pas bien joyeux. Il était paumé avec cette histoire de grossesse. Et puis moi… Moi il y a Alex. Je ne pensais pas craquer aussi vite. Mais je vous assure que tout s’est passé beaucoup trop vite dans ma tête pour que je puisse peser le pour et le contre. Quand elle est dans la même pièce que moi je suis incapable de ne pas la regarder, quand elle sourit je souris immédiatement après, j’aime l’entendre rire, la taquiner. Elle m’a très vite fait redevenir le Caleb que j’étais avec elle il y a neuf ans. Celui qui était simplement heureux et amoureux. Et ça fait bien trop longtemps que je ne me suis pas senti aussi bien dans ma vie. Je ne savais même pas que j’allais pouvoir un jour me sentir à nouveau comme ça. Elle me donne envie d’avancer. Alors vous devez vous demander pourquoi je ne suis pas avec elle en ce moment ? Tout simplement parce qu’il y a tout de même une partie de moi qui se dit que la laisser entrer dans ma vie aussi facilement n’est  pas une bonne idée. Parce que la première fois elle m’a fait mal. Et pas qu’un peu. J’ai mis du temps à l’oublier. Pour ça il a fallu que je rencontre LV. Et puis oui, il y a aussi toujours LV qui trotte dans ma tête. Je me sens presque coupable parce que j’ai l’impression de la trahir. Ce qui peut paraître bizarre, parce qu’elle n’est plus là elle est morte. Mais justement. C’est bien ça le problème. Elle est morte depuis deux ans et moi je me mets à tourner autour de mon ex qui est de retour à Brisbane depuis quelques mois ? J’ai l’impression que ce que je fais c’est pas bien du tout. Alors j’ai besoin de m’éloigner un peu de la ville pendant quelques jours et de me vider la tête. Et puis Stephen m’a suggéré que Juliana devrait venir avec nous. Pour elle non plus c’est pas franchement le joie. Je me souviens bien de notre derrière conversation dans mon restaurant et apparemment sa discussion avec Alfie ne s’est pas franchement déroulée comme elle l’avait prévu si j’en crois les messages qu’elle m’a envoyé. On forme un beau trio je trouve. Alors je suis d’autant plus persuadé que ce weekend risque d’être épique.

Ça fait bientôt une heure que Stephen est parti à Toowong pour ramener Jules ici. Ils ne devraient pas tarder à arriver je suppose. Et c’est justement quand je me dis ça qu’une voix familière se fait entendre derrière moi. « Waw. Alors c’est pas une blague, vous avez vraiment fait ça ? » Je me retourne et je me retrouver face à Stephen et Jules – qui semble vraiment impressionnée ou choquée de nous voir sur un bateau, en même temps ça se comprend. –  Je m’approche d’elle pour la saluer et j’en profite pour attraper son sac et aller le poser avec mes affaires et celles de Stephen. « Ouais. Je pense que ça va nous faire du bien de nous éloigner du stress du quotidien et d’oublier notre vie de merde. Juste pour quelques jours. » Je dis tout en regardant Jules. Habituellement je suis quelqu’un de très raisonnable. Je n’agis pas sur un coup de tête, jamais. Et j’aime avoir tout le contrôle sur ma vie. Sau que c’est justement ça le problème, en ce moment je ne contrôle plus rien. Je ne contrôle pas mes sentiments, et je déteste ça. « Vous avez décidé ça quand ? » Elle doit se poser beaucoup de questions. Comme par exemple pourquoi est-ce qu’on l’embarque dans notre plan foireux ? Et cette question serait tout à fait légitime. « Il y a quelques jours. » Je hausse les épaules. « J’avais envie de quitter Brisbane pour un week-end. J’ai besoin de souffler un peu et de faire le point sur certaines choses. J’ai proposé à Stephen de m’accompagner parce que je me suis dit qu’il avait sûrement lui aussi besoin de s’éloigner un peu de tout ça. C’est lui qui a suggéré que t’avais aussi besoin de décompresser un peu. Et je suis plutôt d’accord avec lui. Après l’idée du bateau pour tout te dire je sais même pas comment elle m’est venue.» Encore une fois, je m’impressionne moi-même. Je pars sur un coup de tête sur un bateau alors que je ne sais même pas naviguer. En soit ça pourrait presque être dangereux mais je vous avoue que je n’avais même pas pensé à tout ça. Et puis à trois on va bien s’en sortir non ? « Et on va où ? » Alors là…en voilà une bonne question. Je ne sais pas, et je sais que ma réponse ne va pas la rassurer. Je le sais parce qu’à sa place je ne serais pas vraiment rassuré qu’on me dise que personne ne sait où ils comptent m’emmener. J’échange un regard avec Stephen. « Je sais pas… Loin d’ici ? » Oui je sais ce n’est pas une vraie réponse Jules ou du moins, ce n’est pas celle que tu attendais.  Mais c’est tout ce que je peux lui dire honnêtement. « On a prévu de quoi manger et boire. T’inquiètes on a pensé à tout. » Je ne pense pas qu’on ait oublié quelque chose d’essentiel du moins.

© nightgaunt


Caleb Anderson
« We’ve all got both light and dark inside us. What matters is the part we choose to act on. That’s who we really are. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty
Message(#) Sujet: Re: I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

I am in misery, there ain't nobody who can comfort me - Jules & Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Manly Boat Harbour
-