AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 master of puppets (aisling)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phoenix Ellsworth
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-quatre ans.
STATUT : Marié depuis mes vingt-quatre ans, veuf depuis mes trente-trois, le cœur éclaté et la bague toujours au doigt.
MÉTIER : Ancien boxeur professionnel, neuf fois champion du monde. Aujourd'hui technicien de surface dans un club de boxe de quartier. J'peux vous dire que mon ego en a pris un sacré coup.
LOGEMENT : Redcliff, avec ma fille, Leila, dans un studio pas franchement salubre dans le genre.
master of puppets (aisling) Tumblr_n987nuPFfs1rjn473o4_400
POSTS : 884 POINTS : 0

PETIT PLUS : Né à Bristol, j’ai grandi dans les rues de Brisbane, ses foyers d’accueil à chier, ses bancs d’école parfois, ses mitards souvent ≈ Tête brulée invétérée bourrée de rage et d’affliction, je courbe pas l’échine, je fonce dans le tas. Certains diront même que je vais chercher l’embrouille parfois ≈ Dixit Leila je suis vieux jeu, campé sur mes valeurs chevaleresques ≈ Ma came c’est rouler, enfourcher ma bécane, tracer la route ≈ Mes années sur le ring m’ont laissé balafres et séquelles niveau mémoire à court terme ≈ Depuis la mort de Paige j'ai du mal à rester sobre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : jaimie (fb)robin (fb)sid (fb)robin #2jaimie #3 (df)aisling #2harveykyte (df)

master of puppets (aisling) Exvj
ROBIN — You never give up when I'm falling apart, your arms are always open wide. And you're quick to forgive when I make a mistake, you love me in the blink of an eye. I don't deserve your love but you give it to me anyway. Sister, if the sky come falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do.

master of puppets (aisling) Yplp
JAIMIE — Follow me tonight, I'll show you what's it like, to be alive. I know it seems like we're all lost, we see the secrets, we know the unknown. Keep close, hold my hand now, just be strong. We can follow this river right back to your home.

master of puppets (aisling) Tumblr_omnz7qGyZw1u9bga1o2_r2_250
There's an old saying - that which doesn't kill you makes you stronger, i don't believe that. i think the things that try to kill you make you angry and sad. strength comes from the good things, your family, your friends, the satisfaction of hard work. those are the things that will keep you whole, those are the things to hold onto when you're broken.

RPs EN ATTENTE : aisling › kyte (df) › sohan › jaimie (ra)
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : ava: vocivus
INSCRIT LE : 22/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7942-phoenix-ellsworth-you-don-t-run-not-when-you-re-with-us-you-stand-your-ground-and-fight#283931 http://www.30yearsstillyoung.com/t8138-phoenix-signed-and-sealed-in-blood-i-would-die-for-you

master of puppets (aisling) Empty
Message(#) Sujet: master of puppets (aisling) master of puppets (aisling) EmptySam 7 Sep 2019 - 20:53



master of puppets
Aisling & Phoenix, réunion DDA
« Quitte à choisir je préfère me noyer dans l'alcool que dans les regrets » voilà plus ou moins la seule phrase que j’ai été foutu de sortir quand le juge m’a demandé de faire état de mon ébriété en pleine mise en examen. C'était con, mais j'étais plus à ça près. J’avais foncé dans le mur. Littéralement. Ma bécane explosée dans un coin et moi dans l’autre, avec quelques égratignures pas plus, c’est dire comme la mort voulait même pas voir ma gueule de près. Je pouvais pas en dire autant de ma bécane, putain, ma pauvre bécane. C’était Leila qui m’avait retrouvé quand je m’étais écroulé comme une merde dans l’entrée, c’était elle qui avait appelé les secours. La sentence était tombée, je devais faire une cure de désintox, au cours de laquelle ma fille serait placée en foyer. Effectif immédiatement. J'avais encore merdé, je m'étais même surpassé, ça me rendait malade de voir ma petite partir dans le système et le pire c’est que c’était toujours pas suffisant pour me faire arrêter. Le soir même j’étais rentré chez moi et je m’étais défoncé. Je me disais peut-être que c’était la dernière pour la route, j’en sais rien. Toujours est-il que maintenant j’étais assis sur une p’tite chaise pliante de merde dans le sous-sol glauque d’une église sordide enfumée de Toowong à écouter des cinglés dont je me foutais royal raconter leur vie pathétique et leur combat contre la dope, mes bras bien croisés sur mon torse dans le genre pas ouvert à la conversation. Drogues Dures Anonymes, lieu de rencontre de tous les cassos' toxicos illuminés de Brisbane sur la voie du pardon et de la convalescence. Et j’étais sensé trouver un parrain dans le tas bon sang la bonne blague.

Si j’avais eu quelques années de moins je crois que j’aurais insulté quelques lascars, défoncé quelques gueules et foutu le feu à la baraque avant de me casser. Mais j’étais plus jeune et con. Maintenant j’étais vieux et con. Et I knew better. J’avais ma fille. Je pouvais plus me permettre de faire n’importe quoi et foutre joyeusement ma vie en l’air. Alors je fumais clope sur clope pour faire passer le temps et les nerfs et c’était une sacré mission avec les fondus qui me testaient en continu. « Ne te fais pas de reproches » « Viens et reviens » « Donne du temps au temps » « Lâche prise, Dieu fera le reste »  « La Méthode marche, elle marche vraiment » qu’ils répétaient en boucle ces psychopathes d’automates aux mirettes scintillantes joyeuses épanouies et moi dans mon coin je tirais sur ma capuche pour me cacher la gueule tellement je roulais des yeux.

Putain c’était interminable, dès qu’un pleurnichard finissait son histoire y en avait un autre pour reprendre le flambeau et ça applaudissait et c’était reparti pour les « Viens et reviens » « Lâche prise, Dieu fera le reste » et tout le tralala. Plus ils s’extasiaient, plus j’avais envie de picoler. J’étais à deux doigts de me casser sans aucune autre forme de procès quand d’un coup mes yeux se sont posés sur cette petite nana à la grosse frange noire qui lui bouffait la moitié de la gueule à l’autre bout de la pièce, ce p’tit fantôme du passé, p’tit faon que j’avais malencontreusement rencontré des années plus tôt alors que le nouveau management avait cru bon d’envoyer une gamine sans papier dans ma chambre d’hôtel « pour me détendre » avant un combat. Les cons. J’avais du envoyer mes gars récupérer son passeport pendant que je le foutais devant des dessins-animés enroulée dans une couverture. Après ça il me semble bien que Robin l’avait récupéré pour l’ajouter à sa collection de chats errants mais bon sang ça faisait des années que je l’avais pas croisé. Je me suis approché d’elle en bousculant des genoux et écrasant des orteils au passage et je me suis laissé tombé sur le siège vide à côté d’elle.

« Yo bambi, toi aussi tu t'es paumé chez les tarés ? » j’ai lancé pour essayer de la faire sourire un peu parce que dans ce genre d’endroit faut mieux s’armer de toute la légèreté qu’on peut trouver.
Starseed


The pictures tell the story, this life had many shades. I'd wake up every morning and before I'd start each day I'd take a drag from last nights cigarette that smoldered in it's tray, down a little something and then be on my way.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash ou Leen par ses amis. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le prêter à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Suicide Girl & stripper au Candy Club quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Studio #353 à Redcliffe
master of puppets (aisling) 3cje
POSTS : 634 POINTS : 150

PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 6 mois.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid [7]Robin [2]ArtémisPhoenix [2]Team PrideOwenRaelyn [f.b]

master of puppets (aisling) Zva3
Sid ♡ I see all those angry faces and I'm afraid that could be you and me; talking about what might've been, thinking about how it used to be.

master of puppets (aisling) Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

master of puppets (aisling) Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

master of puppets (aisling) Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

RPs EN ATTENTE : Terry ♡ Andy #2 ♡ Gabriel ♡ Clément

Je ne prends que 5 RPS à la fois.


PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : Tearsflight + Frimelda + Loonywaltz
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide http://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me http://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes http://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

master of puppets (aisling) Empty
Message(#) Sujet: Re: master of puppets (aisling) master of puppets (aisling) EmptyVen 20 Sep 2019 - 23:25



Master of puppets
Phoenix & Aisling
Aisling emplit ses poumons d’encens et promène ses mains sur les pierres usées. Ça a quelque chose de rassurant, une église. Les murs sont là depuis des siècles, et ils font comme un joli bouclier pour abriter les âmes perdues dans son genre. Éclairée par les néons tamisés du sous-sol, elle croise quelques regards, sourit timidement à ceux qu'elle reconnaît. Y’a les anciens qui accueillent et se disent heureux de voir qu’elle revient. Certains sont abstinents depuis plus de vingt ans, et il paraît qu’ils sont plus trop là pour eux ; qu’ils veulent aider les autres comme on les a aidés et parrainer ceux qui débarquent avec un lot de problèmes trop lourd à porter. Aisling, elle n’ose pas trop les approcher. Ils dégagent un trop plein de confiance et de bonté qui creuse un gouffre entre eux. Ils seraient pas loin de la décourager, car chaque fois qu’elle les regarde la brune est persuadée qu’elle ne pourra jamais leur ressembler. Ensuite, y’a ceux qui viennent depuis quelques semaines, qui hésitent encore et s’ouvrent timidement. Pleins de réserve comme elle, ils s’accrochent à une goutte d’espoir qu’ils serrent entre leurs mains par peur de la voir s'évaporer. Et enfin, y’a les nouveaux. Ceux qui ont tout essayé et pour qui rien n’a marché ou ceux qui n’osent pas encore trop s’avouer qu’ils ont un problème et viennent "juste pour voir." On les reconnaît bien parce qu’ils se terrent dans les coins. Ils boudent parfois et font ceux qui n’ont pas envie d’être là, un peu comme ce grand type tout replié sur une chaise trop petite, les bras croisés et le visage dissimulé par sa capuche. Mais dans le fond ils finiront bien par trouver ce qu’ils sont venus chercher. Aisling le sait parce qu’elle était comme eux. Terrifiée, septique, angoissée et sans ressources. Cachée derrière sa frange et des vêtements trop grands pour ne pas se faire remarquer, elle se sentait comme un chaton récupéré dans un fossé. Mais petit à petit elle apprend à faire confiance aux autres rescapés.

Raclements de chaises, bruissements de vêtements, éclats indistincts des conversations qui se terminent alors que les NA s'installent. D’abord, on lit les textes et Aisling se concentre sur ces principes qui la rassurent et l’aident à se préparer pour l’étape parfois douloureuse et souvent émouvante des témoignages juste après. Thème de la journée : les gros coups durs de la vie, ceux qui menacent de vous faire replonger quand l'espoir semble s'évader. La gorge serrée, les jambes agitées d’un tressautement nerveux, Aisling se retient de filer. Comme d’autres ici elle a déjà essayé d’arrêter plusieurs fois, pour recommencer avec plus d’ardeur quelques semaines plus tard. Comme l’autre soir, quand elle était allée rejoindre Ambroise après que Mitchell l’ait retrouvée. A l’abri du monde, elle s’était enfilé plusieurs « bonbons » colorés avant d'aller danser sur le toit d’un hôtel particulier et flirter avec le vide en attendant qu’une bourrasque veuille bien l’emporter vers les étoiles. Ce moment de faiblesse pèse comme une enclume sur sa poitrine, et c’est la peur de merder encore plus que l’envie de raconter sa vie qui l’a conduite jusqu’ici. Parce que Sid a beau lui dire que même son addiction n’est pas un obstacle pour lui, elle reste persuadée qu’elle le perdra à la moindre erreur et cette pensée la terrifie. Les témoignages des membres s’enchaînent et Aisling est pendue à leurs lèvres. Lorsqu’elle applaudit, ses cils battent aussi pour chasser l’émotion piquante qui brille dans ses yeux. Certains ont rechuté de nombreuses fois avant de parvenir à rester sobre. Et d’entendre qu’ils le sont depuis des années remet un peu de matière dans sa goutte d’espoir.

Captivée par les récits, elle ne remarque pas tout de suite le grand type à l’autre bout de la pièce qui se lève et se déplace. Puis ses mouvements finissent par attirer son attention et d’abord elle croit bien qu’il va quitter la pièce. Ce ne serait pas la première fois que ça arrive, mais ça lui fait toujours un pincement au cœur, parce qu’elle a bien failli se tirer elle aussi le premier soir. En fait, la seule chose qui l’a maintenue fermement clouée à sa chaise c’est la peur de se faire remarquer, de vexer, et de déranger tout le monde si elle osait s’éclipser. Alors elle est restée… et puis elle est revenue. Si cette même crainte d’attirer les regards la prend aujourd’hui, c’est parce qu’au lieu de sortir une fois dans l’allée, le gars se dirige droit sur elle sans trop se soucier de ceux qu’il bouscule sur son passage. Sa capuche se relève dans la bagarre et la bouche d’Aisling s’ouvre tout rond lorsqu’elle reconnaît The Phoenix, l’homme qui l’a arrachée à un réseau de prostitution pour la remettre dans les mains d’une fée nommée Robin. Le cœur agité d’inquiétude et de joie mélangées, elle regarde son idole – et elle espère un peu son ami – se laisser tomber sur la chaise restée vide à ses côtés. « Oh my God… hi the Phoenix ! » Ses joues rosissent de bonheur et un peu d’offense aussi alors qu’il la salue d’un surnom affectueux avant d’insulter les braves gens qui les accueillent ce soir. Elle rigole doucement pourtant, si contente de le revoir qu’elle peut bien accepter ce petit sacrilège. Mince alors, si les autres savaient qu'un champion mondial de boxe vient de les retrouver ! « En vrai, moi c’est plutôt dehors que j’suis paumée. Si j’viens ici c’est pour essayer qu’ça change… puis faut croire que ça marche, regarde: tu m’as retrouvée ! » Elle plaisante, se trouvant très fine. Des milliers de questions lui brûlent les lèvres et brillent dans ses prunelles. Qu'est-ce tu fais là ? Tu tiens le coup ? Tu m’en veux pas de pas être passée après le décès de Paige, hein ? Je voulais pas déranger, je sais jamais quand je te dérange ou pas Phoenix, j’arrive pas à lire tes expressions… Et comment va Robin ? Tu lui diras bonjour de ma part ! Non, en fait ne lui dit rien, je culpabilise encore de m’être barrée sans laisser de traces... Puis tu sais comme elle est, elle voudra me prendre sous son aile pour faire quelque chose de moi mais nous deux on sait bien que c’est peine perdue, pas vrai ? Mais elle garde tout ça pour après la réunion, d'autant qu'il vaut mieux les trier pour pas l'offenser et qu’un simple coup d’œil à ses traits apporte déjà pas mal de réponses. Pas étonnant qu’elle ne l’ait pas reconnu tout de suite : yeux cernés, teint pâle, visage émacié mangé par sa barbe, Phoenix semble plus abîmé que dans ses souvenirs, plus fatigué aussi. Se pourrait-il que comme elle, il soit ici parce qu’il en a… besoin ? « On a la meilleure place. » Aisling affirme donc en glissant ses mains sous ses cuisses pour mieux balancer ses jambes. Elle se souvient à quel point elle flippait de parler à son premier meeting, se dit que bavard comme il est, ça doit être pareil pour lui. « On peut tout regarder mais personne va venir nous demander de participer ! » L’idée semble plaire à Phoenix qui s’installe plus confortablement à ses côtés mais c’est le moment que choisit Larry - un des animateurs un peu survolté - pour les pointer du doigt avec un air réjouit. « Oui ! Très bien ! Bienvenue jeune homme, nous t'écoutons ! » Le corps d’Aisling se tend comme une élève interrogée par son prof en pleine discussion et elle jette un coup d’œil furtif en direction de Phoenix vers qui les regards affables et intéressés convergent désormais. « Tu voulais nous partager ton expérience, n’est-ce pas ? » Reprend Larry avec un grand sourire encourageant devant leur air interdit.

A little girl, cryin' on the frozen night,
And he's back on the streets out to fight.
Pando



like a moth to the flame
Let me wash away and let go of the pain. Feel my heart race, breathe a sad sigh. Just look away and turn a blind eye. Close the blinds so I can come down and take my hand so we can both drown.
F R I M E L D A

master of puppets (aisling) 763064237:
 


Dernière édition par Aisling Hayes le Ven 11 Oct 2019 - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix Ellsworth
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-quatre ans.
STATUT : Marié depuis mes vingt-quatre ans, veuf depuis mes trente-trois, le cœur éclaté et la bague toujours au doigt.
MÉTIER : Ancien boxeur professionnel, neuf fois champion du monde. Aujourd'hui technicien de surface dans un club de boxe de quartier. J'peux vous dire que mon ego en a pris un sacré coup.
LOGEMENT : Redcliff, avec ma fille, Leila, dans un studio pas franchement salubre dans le genre.
master of puppets (aisling) Tumblr_n987nuPFfs1rjn473o4_400
POSTS : 884 POINTS : 0

PETIT PLUS : Né à Bristol, j’ai grandi dans les rues de Brisbane, ses foyers d’accueil à chier, ses bancs d’école parfois, ses mitards souvent ≈ Tête brulée invétérée bourrée de rage et d’affliction, je courbe pas l’échine, je fonce dans le tas. Certains diront même que je vais chercher l’embrouille parfois ≈ Dixit Leila je suis vieux jeu, campé sur mes valeurs chevaleresques ≈ Ma came c’est rouler, enfourcher ma bécane, tracer la route ≈ Mes années sur le ring m’ont laissé balafres et séquelles niveau mémoire à court terme ≈ Depuis la mort de Paige j'ai du mal à rester sobre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : jaimie (fb)robin (fb)sid (fb)robin #2jaimie #3 (df)aisling #2harveykyte (df)

master of puppets (aisling) Exvj
ROBIN — You never give up when I'm falling apart, your arms are always open wide. And you're quick to forgive when I make a mistake, you love me in the blink of an eye. I don't deserve your love but you give it to me anyway. Sister, if the sky come falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do.

master of puppets (aisling) Yplp
JAIMIE — Follow me tonight, I'll show you what's it like, to be alive. I know it seems like we're all lost, we see the secrets, we know the unknown. Keep close, hold my hand now, just be strong. We can follow this river right back to your home.

master of puppets (aisling) Tumblr_omnz7qGyZw1u9bga1o2_r2_250
There's an old saying - that which doesn't kill you makes you stronger, i don't believe that. i think the things that try to kill you make you angry and sad. strength comes from the good things, your family, your friends, the satisfaction of hard work. those are the things that will keep you whole, those are the things to hold onto when you're broken.

RPs EN ATTENTE : aisling › kyte (df) › sohan › jaimie (ra)
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : ava: vocivus
INSCRIT LE : 22/03/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t7942-phoenix-ellsworth-you-don-t-run-not-when-you-re-with-us-you-stand-your-ground-and-fight#283931 http://www.30yearsstillyoung.com/t8138-phoenix-signed-and-sealed-in-blood-i-would-die-for-you

master of puppets (aisling) Empty
Message(#) Sujet: Re: master of puppets (aisling) master of puppets (aisling) EmptyJeu 10 Oct 2019 - 23:42



master of puppets
Aisling & Phoenix, Brisbane, DDA
Merde le faon est endoctriné. Elle dit qu'elle est moins paumée ici que dehors, qu’elle vient pour se trouver et que d’ailleurs ça marche, la preuve : je l’ai retrouvé. Je souris en soufflant par le nez. « Ouai » je réponds, loquace. Je peux pas comprendre, forcément, vu que moi je préférerais être n’importe où plutôt que dans ce trou à rats illuminés douçâtres qui font froid dans le dos mais faut bien avouer qu’elle a l'air plus en forme que la dernière fois qu'on s'est vu, ça c’est sûr. Elle a le teint frais, la frange brossée, un p'tit sourire épanoui sur les lèvres et les joues qui ruissellent pas de larmes et de mascara. Elle a l'air bien ouai, alors j'hoche la tête. « C'est cool bambi » Ses jambes s’agitent dans l’air comme une enfant sauf qu’elle est immense et j’me dis qu’elle va pas tarder à envoyer un kick dans la chaise du bouffon en face. Ce serait marrant tiens. Sur le ton de la confidence elle m’explique qu’on a la meilleure place vu qu’on peut tout regarder mais que personne va venir nous faire chier (‘fin dit avec ses mots à elle, donc plus gentiment) et je rigole un peu en m’étirant « Ouai on est les cancres de la classe quoi » j’ai les bras vaguement tendus sur le côté et le fondu qui tient le micro en profite pour me sauter à la gueule. « Oui ! Très bien ! Bienvenue jeune homme, nous t’écoutons ! » Je m'arrête net dans mon mouvement, le regard défiant. « Tu voulais nous partager ton expérience, n’est-ce pas ? » Euh… je jette un coup d’œil hagard autour de moi pour voir que les regards ont convergé dans ma direction et je me sens aussi mal à l'aise qu'un gamin pas sage que l’instit’ sadique interroge en sachant pertinemment qu'il a pas la réponse. Je me redresse un peu sur ma chaise en me raclant la gorge pour reprendre contenance. « Merde le prof m’a cramé » je glisse à l’attention de ma camarade de galère avant de me retourner vers le sadique et je vais pour lui intimer poliment mais fermement d'aller se faire foutre quand d'un coup la paranoïa me gagne et je me demande si y a pas des assistants sociaux tapis dans l'ombre qui attendent le moindre faux pas de ma part pour me refuser définitivement la garde de ma fille. Je me pince les lèvres en clignant bêtement des yeux et puis je soupire, résigné, et je décide d'utiliser une autre tactique, une tactique que je rechigne assez à utiliser d’habitude, j'ai nommé l'honnêteté. « Ouai okay, euh… je m'appelle Phoenix et je suis un abruti d'alcoolique » « SALUT PHOENIX » psalmodient à l'unisson tous les pénitents et ils sont pas loin d'être flippants. « Je suis une épave défoncée sept jours sur sept et l'autre jour j'ai foncé dans un mur. C’était la connerie de trop, on m’a retiré la garde de ma petite. Elle a déjà perdu sa mère à cause de moi l’an dernier je peux pas la laisser croupir à l'orphelinat. Faut que je la récupère et pour la récupérer faut que j'arrête de boire et pour arrêter de boire apparemment faut que je me pointe ici. » Voilà. Concis, factuel, efficace. Je suis plutôt satisfait de mon résumé. Je rajoute pas que je déteste cet endroit, que je me sens au dessus du lot et que j'ai très envie de boire là tout de suite, faut pas confondre la sincérité et la stupidité. « Ne t'en fais pas trop, idiot » répond l'orateur et en voyant ma gueule il s'empresse d'ajouter « C'est une citation ! Comme disait Big Joe (pas le moindre idée de qui est ce connard mais il a vraiment un nom de connard) ‘L'impuissance recèle de nombreux pouvoirs’ (ah bah il a des citations de connard aussi, au moins il est cohérent) Remets t'en à Dieu et donne du temps au temps. Tous ceux présents ici ont fait de grosses conneries dont ils ne sont pas fiers » Les têtes opinent. « L'alcool est une des drogues les plus dures. Tu n'étais pas toi même. Ne te fait pas de reproches » Là je me dis que venant du gars qui deux minutes plus tôt racontait comment un jour il s'était enfilé toute l'essence d'une ambulance en intervention et qu'elle avait du coup pas pu démarrer ça fait sens qu'il veuille se raconter ce genre d'histoires ouai mais pour une fois je ferme ma gueule. « Merci pour ta sincérité Phoenix et souviens toi, il reprend gentiment avec un doigt en l'air, inspiré, et je me crispe en sentant la citation arriver, ‘Nous pouvons ce que je ne peux pas’. La meilleure chose qu'un nouveau puisse faire c'est d'assister à 90 réunions en 90 jours. Ne refoule pas tes émotions, exprime toi. Viens et reviens, La Méthode marche, elle marche vraiment » Les bras bien croisés je grince tellement que j'en ai mal aux mâchoires. Putain première réunion et j'en peux déjà plus. Aucune chance que je tienne jusqu'à 90 sans buter tout le monde et moi dans la foulée ma parole j’aurais besoin de tiser rien que pour supporter ces discours à la con. À côté le faon s'agite un peu et monsieur essence sur-motivé le pointe du doigt, tout guilleret : « Oui ! Bravo Aisling ! Exprime-toi ! Ne garde pas tout en toi, nous t’écoutons ! » Et autour les têtes opinent à nouveau tandis que les yeux chatoient de bienveillance. Je me tasse sur mon siège. Putain quelle angoisse. Ça y est c’est décidé dès que cet enfer s’arrête je fonce dans le bar le plus proche et je me colle la mine du siècle.
Starseed


The pictures tell the story, this life had many shades. I'd wake up every morning and before I'd start each day I'd take a drag from last nights cigarette that smoldered in it's tray, down a little something and then be on my way.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash ou Leen par ses amis. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le prêter à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Suicide Girl & stripper au Candy Club quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Studio #353 à Redcliffe
master of puppets (aisling) 3cje
POSTS : 634 POINTS : 150

PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 6 mois.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Sid [7]Robin [2]ArtémisPhoenix [2]Team PrideOwenRaelyn [f.b]

master of puppets (aisling) Zva3
Sid ♡ I see all those angry faces and I'm afraid that could be you and me; talking about what might've been, thinking about how it used to be.

master of puppets (aisling) Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

master of puppets (aisling) Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

master of puppets (aisling) Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

RPs EN ATTENTE : Terry ♡ Andy #2 ♡ Gabriel ♡ Clément

Je ne prends que 5 RPS à la fois.


PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : Tearsflight + Frimelda + Loonywaltz
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide http://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me http://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes http://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

master of puppets (aisling) Empty
Message(#) Sujet: Re: master of puppets (aisling) master of puppets (aisling) EmptyHier à 18:01


Master of puppets
Phoenix & Aisling
Les joues brûlantes, Aisling se dandine d’une fesse sur l’autre en fixant ses genoux comme pour se soustraire aux regards braqués dans leur direction. A ses côtés, Phoenix adopte la stratégie opposée et se redresse pour accuser le coup de front, like a man should… « Merde le prof m’a cramé » Il lui lance avec une pointe d’humour et Aisling porte la main à ses lèvres pour étouffer un petit gloussement amusé et nerveux à la fois. Il y a un moment de flottement, et puis le boxeur souffle par les narines avant de se lancer. Intriguée malgré elle, l’irlandaise lève ses yeux délavés vers le grand blond qui se décrit alors comme un « abruti d’alcoolique. » Ça lui fait mal au cœur de l’entendre employer ces mots-là, alors même qu’elle ne se gêne pas pour se traiter de stupide junkie faible dès que l’occasion se présente. Le groupe le salue d’une seule voix et Phoenix reprend rapidement la parole comme pour leur passer l’envie de rajouter quoi que ce soit. Une boule de tristesse enfle dans sa gorge alors qu’elle visualise les bribes dévastées de sa vie après Paige. L’alcool, l’accident, la perte de sa fille… ça lui fait bizarre d’apprendre des trucs aussi intimes, dévoilés froidement devant un auditoire d’inconnus. Mais c’est toujours plus direct que de lire des articles à son sujet sur internet, comme elle le faisait ces derniers mois par peur de le déranger en prenant des nouvelles par sms. Aisling, elle sait trop bien ce que ça fait que de s’assommer le corps et l’esprit pour oublier que le monde est trop dur, et de se réveiller dans une réalité encore plus pourrie que celle qu’on cherchait à fuir à la base. Pourtant, elle n’aurait jamais imaginé que Phoenix puisse glisser sur cette pente. Avec sa grande taille, son assurance et sa musculature, elle l’a toujours vu comme un genre de héros que rien ne peut ébranler, alors elle est étonnée et moyennement rassurée de lui découvrir des fêlures. Si lui tient pas le coup sans se mettre une mine, je suis qui, moi, pour essayer ? Sa détermination à récupérer sa fille la rassure, néanmoins. Ils sont super cons les services sociaux, ça se voit que t’es un bon père ! Elle aimerait bien s’insurger. C’est qu’elle a vu assez de photos de Leila et Phoenix sur le portable de Robin pour savoir qu’un père comme lui ça se trouve pas à tous les coins de rue. Certains parents tabassent leurs mômes et personne ne fait rien mais Phoenix lui il a été sous les feux de la rampe alors forcément y’a tout un tas de coppers teigneux et jaloux prêts à lui sauter à la gorge dès la moindre erreur, et ça Aisling trouve que c’est franchement pas juste. « Ne t'en fais pas trop, idiot » La voix de Larry la tire brusquement de ses réflexions et elle le dévisage d’un air interdit. Mais il est malade de lui parler comme ça ? Aisling, elle, n’aurait jamais osé ; d’autant que vu les circonstances ça lui paraît plutôt insensible. Larry semble réaliser un peu sur le tard son erreur comme il se rattrape rapidement pour éviter les foudres du Phoenix (et elle l’a vu démonter suffisamment de types sur le ring pour savoir que se replier est une sage décision). Pas très convaincue par sa citation sur l’impuissance (mauvaise idée encore), l’irlandaise approuve néanmoins la suite de son discours. Donner du temps au temps, s’en remettre à Dieu, voilà des conseils bien avisés et surtout qui ne demandent pas trop d’effort. Le genre qu’elle se répète en boucle quand elle sent la panique grimper et sa volonté fléchir. « Nous pouvons ce que je ne peux pas » ça, c’est encore mieux. Sans Sid, sans ce groupe, c’est sûr qu’elle n’aurait pas tenu. Mais Phoenix a côté n’a pas vraiment l’air convaincu. Ça se voit à ses bras croisés à au muscle qui tressaute sur sa mâchoire.
 
Aisling a comme l’impression qu’il ne survivra pas à une citation inspirante de plus et ce serait franchement dommage parce qu’elle était septique elle aussi au début. Alors rassemblant tout son courage elle glisse une jambe sous ses cuisses pour changer de position et lève timidement la main pour détourner l’attention de Larry. Ça ne coupe pas, l’organisateur change de cible avec la même énergie un peu extra d’un présentateur de jeu télévisé. « Oui ! Bravo Aisling ! Exprime-toi ! Ne garde pas tout en toi, nous t’écoutons ! » Les regards se braquent sur elle, et Aisling baisse les yeux vers le petit bout d’ancre tatouée qui dépasse de ses converses pour se donner du courage. « Euh… moi c’est Aisling et j’suis une addict. » Elle commence d’une petite voix et s’arrête bien rapidement, habituée depuis le temps à la chansonnette qui vient juste après : « SALUT ASHLEEN. » Ça la fait sourire comme au fil des réunions, ils maîtrisent de mieux en mieux la prononciation de son prénom. Elle fait un effort pour sourire à la ronde et rebaisse les yeux vers les taches de couleur sur sa peau, incapable de s’exprimer quand elle voit le regard des autres braqués sur elle. « Ça fait six mois que j’viens ici, cinq et demi que j’suis sobre aussi. J’pensais pas qu’ce serait possible, mais bon, j’suis là. » Elle prend une inspiration, jette un coup d’œil à Phoenix, se demande si ce serait plus facile ou plus dur de parler s’ils étaient tout seuls sans le groupe autour, décide d’essayer : « Ça commençait à devenir moins dur, tu vois. Certains moments j’y pensais même pas. Mais là j’me suis rapprochée d’un ami et depuis une semaine ça pulse dans ma tête. » Sans qu’elle s’en rende compte, sa voix se fait graduellement plus faible, de sorte que son camarade de dernier rang est probablement le seul à pouvoir entendre ses derniers mots. C’est du moins ce qu’elle déduit quand la voix de Larry claque dans la pièce, la faisant sursauter : « Plus fort Aisling, on t’entend pas devant ! » Les joues brûlantes elle se redresse nerveusement, racle le fond de sa gorge pour chercher une contenance qui ne revient pas mais parvient quand même à planter son regard dans celui de l’animateur, comme pour y chercher une réponse directe à ses préoccupations. « Bah ça, m’ronge les nerfs quoi, j’y pense cent fois par jour et par moments j’me dis que si j’craque pas c’est seulement parce que j’ai rien chez moi… et ça m’fait peur. » Pendant quelques secondes Larry la regarde un peu statiquement avec ses yeux qui s’ouvrent et se ferment lentement et son sourire bienveillant, puis d’un coup il s’anime et pour sûr il ne va pas tarder à la récupérer au vol avec quelques citations de son cru. « La vie ne devient jamais plus facile, c’est nous qui devenons plus résilients ! Même si la route peut sembler longue, tu vas dans la bonne direction Aisling, continues de marcher ! » A moitié convaincue mais plutôt touchée, la brune hoche la tête avec un sourire réservé tandis qu’il écarte les bras pour lui déverser un peu plus de : « Merci pour ton partage Aisling, et souviens toi… la peur est à l’opposé de la foi. Viens et reviens, le groupe est là pour toi ! » Et sur ces belles paroles, leur énergique organisateur décolle enfin son regard des derniers rangs pour conclure la rencontre avec quelques mots d’espoir diffusés à la ronde. Aisling se sent plus légère, d’avoir partagé d’une part, mais surtout que l’attention soit enfin ailleurs. Avec un sourire de camarade complice, elle jette un coup d’œil à Phoenix. « On s’en est plutôt bien sortis je trouve de cette interro surprise. » Elle en rigolerait encore sous cape si elle n’avait pas peur de s’attirer à nouveau les regards alors que tout le monde se prépare pour la prière de sérénité. Sans trop réfléchir, elle attrape la main de son voisin et celle de Phoenix de l’autre côté pour aider à former le cercle. Les yeux clos, elle murmure en cœur avec les autres : « Mon Dieu, donne-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses que je peux et la sagesse d’en connaître la différence. »
 
Applaudissements, raclements de chaises, éclats de voix. Les corps comme les langues se délient lentement et déjà ceux qui se connaissent se retrouvent pour discuter autour de la petite table montée sur tréteaux dans un coin. En général c’est le moment que choisit Aisling pour s’éclipser, sauf quand Larry ou un autre vétéran se met en tête de lui parler. Chaque fois, elle se dit que c’était mieux de pas repartir comme ça, que ça aide à redescendre doucement, à la préparer à retrouver le monde extérieur qui est bien moins compréhensif qu’entre ces murs. Alors aujourd’hui, c’est elle qui prend les devants. « Tu restes ? » Elle demande à Phoenix qui se relève déjà. « Leur thé c’est du Lipton dégueu mais les gâteaux sont super bons… » Et pour souligner sa bonne foi elle sautille jusqu’à la table et revient rapidement avec deux précieux sablés au chocolat : un qu’elle glisse dans la paume du boxeur et l’autre qui finit entre ses dents. « En plus y’a des citations dedans ! » Elle lance en récoltant le petit papier qui s’échappe du sien. « La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie » Elle lit en mâchouillant ardemment son biscuit. « Cool, je l’avais jamais eue celle là ! Moi j’préfère danser sous les étoiles mais en Australie sous la pluie ça doit pas être trop horrible non plus... » Elle commente en fourrant le petit papier dans la poche de son blouson. « Et toi t’as eu quoi ? » Sur la pointe des pieds, elle se penche vers le gâteau de Phœnix avec une certaine avidité, curieuse de voir ce que le destin lui réserve.
     
A little girl, cryin' on the frozen night,
And he's back on the streets out to fight.
Pando



like a moth to the flame
Let me wash away and let go of the pain. Feel my heart race, breathe a sad sigh. Just look away and turn a blind eye. Close the blinds so I can come down and take my hand so we can both drown.
F R I M E L D A

master of puppets (aisling) 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

master of puppets (aisling) Empty
Message(#) Sujet: Re: master of puppets (aisling) master of puppets (aisling) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

master of puppets (aisling)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong
-