AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation avec son cousin nell et lily la maman de coeur
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo4_250
POSTS : 1805 POINTS : 470

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : levi mcgrathjustin piercenino marchetti 3 (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019adrian shephard / lucia whitemoreginny mcgrathlily keegan
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ adrian shephard ♡ adrian shephard / rémi delgado ♡ freya doherty / jillian mcgrath ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemoreremi delgadojustine hudsonnino marchetti 4

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… E820a6b4cd2a565155a5bab6380b54b649cda4d9
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)gajah (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger http://www.30yearsstillyoung.com/t26486-adele-le-bonheur-ne-vient-pas-a-pied-alors-j-ai-marche http://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard http://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Empty
Message(#) Sujet: (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… EmptyDim 22 Sep - 22:12



(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_inline_pfs3k8B88j1rifr4k_1280 (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… TartUnlinedIsabellineshrike-max-1mb
 « la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… »  (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 873483867  levi mcgrath & adèle shephard


Elle venait de commencer la chimio, sa première séance et était rester plusieurs jours enfermer chez elle trop fatiguée, trop lassée de ce monde, mais aujourd'hui, c'est un jour avec. C'est un jour où elle avait décidée d'aller au boulot. Elle avait passé une bonne partie de la journée assise derrière le bureau de l’agence immobilière, à chercher des biens pour ses clients. Son tuteur étant parti faire une visite, il lui laissait cette tâche à faire davantage parce qu’il sait qu’Adèle est une femme consciencieuse  qui prend ses tâches au sérieux. Elle n’est pas du genre à brasser de l’air, incorrigible fouineuse, elle aime enquêter sur les différents sites et même faire du démarchage directement dans les beaux quartiers de Brisbane. Elle ferait une excellente commerciale il n’y a pas à en douter, alors qu’elle a un trop plein d’énergie à dépenser, et une salive inépuisable, qui agace parfois. Bavarde comme pas d’eux, Addie est capable de faire parler un mur ! Pour autant, aujourd’hui, elle finit plus tôt que les autres jours, il n’est même pas quinze heures trente quand elle se retrouve dans cet endroit qu’elle connaît que trop bien. L’hôpital de Brisbane, elle est venue voir un homme. Un homme devenu important pour elle, et cela que depuis récemment. Levi McGrath, d’une rencontre banale dans un cabinet d’un spécialiste, le déclic, le feeling est passé aussi instantanément, sans qu’ils ne puissent y échapper. Levi à vue en elle cette petite tête frêle et fragile qu’il devait protéger d’un monde extérieur parfois dur et violent. Elle, elle a vu en Levi, un protecteur, un grand frère en qui elle pouvait se reposer quand les tempêtes font rage dans sa vie. Une vie devenue tumultueuse ses derniers mois, alors qu’elle a toujours été cette petite étoile qui brille dans les yeux des passants, sautillant, rigolant à cœur joie. Quand personne d’autre ne pourra vraiment comprendre sans la regarder avec pitié et compassion. Elle aurait envie de leur hurler dessus que rien avait changé, qu’elle était toujours cette nana remplie de douceur, de rêve, et d’enthousiasme. Qu’elle n’était pas devenue un monstre, à éviter ou encore qu’elle n’était pas contagieuse. Pourtant, elle savait que ce regard, elle le verra un jour, quand la chimio finira par commencer. Et que les séances se multiplieront. Parfois elle se demandait pourquoi elle s’obligeait à s’infliger cela et si cela servirait vraiment à quelque chose. Et puis dans ses moments-là, il y avait toujours la tête de Levi qui lui revenait à l’esprit, ce regard et ce besoin de la rassurer. Toujours. Et quand il était dans les parages et qu’il voyait son regard se perdre dans l’immensité du monde qui l’entourait, il ne pouvait pas s’empêcher d’ébouriffer ses cheveux. La chose qu’elle tient le plus chez elle, alors elle lui faisait les gros yeux en le repoussant bien volontiers avant de fondre dans un rire dont le jeune homme l’accompagnait. Elle était là cette complicité, désormais plus l’un sans l’autre. Quand Addie passe devant la chambre 207 là où elle a été pendant quelques jours, elle se souvient.

FLASHBACK – Dans cette chambre d’hôpital où elle réside depuis presque quatre jours, avec des tuyaux de partout, Adèle ne ressemble plus à grand-chose. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, alimenter par une machine parce qu’elle refuse de manger. Parce que la vie est trop injuste, alors elle a décidé de faire la grève de la faim, et qu’importe ce que dit et pense ce beau infirmier, elle n’en fera qu’à sa tête ! Et pourtant quand le docteur vient lui annoncer que prochainement, elle aura le droit de remettre ses pieds sur le sol à la seule condition qu’elle se ménage, elle saute de joie dans son lit. Une plénitude l’envahit, sans doute encore trop droguée par tous ses médicaments qu’on lui fait avaler. Et pourtant le lendemain, on lui emmène un pied à sérum pour l’aider dans ses déplacements. De manière à ce qu’elle soit encore hydrater malgré ses escapades, comme elle le demande. L’infirmier n’a même pas le temps de sortir de la pièce, qu’elle est déjà en train de se débattre avec son drap pour se lever. Après presque plus de trente minutes, elle finit enfin non sans mal par sortir de la chambre. Ouvrant la porte, Adèle prend une longue inspiration qui lui fait néanmoins un bien fou. A l’autre bout du couloir, elle repère l’ascenseur. Elle décide de s’y rendre. Mais la lenteur d'un escargot autant le dire. Chaque pas n'est que douleur. « Adèle attends-moi ! » Quand l’infirmier avec lequel elle a accroché aux urgences il y a quelques temps, vient lui rendre visite comme tous les jours, et qu’il ne voit plus d’Adèle dans sa chambre mais qui voit ce qui lui ressemblerait visiblement trop pressée de partir, au fond du couloir, il ne peut s’empêcher d’accélérer le pas pour la rejoindre. « Adèle tu n’iras pas loin… » Elle n’écoute pas Adèle, elle ne répond pas, elle fixe cette porte d’ascenseur prête à se refermer alors qui lui reste encore quelques mètres à franchir. Vite dépêche-toi qu'elle se dit à elle-même, plus facile à dire qu'à faire. Son esprit veut, mais ses jambes ne suivent pas. C’est comme si elle était dans le Sahara et qu’elle voyait des étangs d’eau alors que le désert n’offre pas ce genre de gourmandise. C’était un peu ça mais son mirage à elle, c’est cette porte d’ascenseur et cette échappatoire. «  Non non Isaac, je veeeux partir. » Sa voix sombre alors qu’elle cherche à se débattre pendant qu’il chope son bras, pour finalement la prendre contre lui tout en essayant de la rassurer. Il parviendra à la calmer, comme à chaque fois. Elle ne veut pas être malade, elle en a marre d’être un animal de laboratoire, elle veut rentrer qu’on la laisse en paix. Mais elle le sait, Isaac la ramènera dans sa chambre et restera auprès d’elle pendant plus de deux heures, jusqu’à ce qu’elle s’endorme. // FIN

Sortant de ses pensées, elle continue de se faufiler dans les couloirs de l’hôpital, cette odeur la dégoûte et pourtant pour Levi elle est prête à affronter ses propres démons. Elle pousse doucement la porte après avoir toqué, « Coucou Levi. » Qu’elle lui dit d’une voix assurément douce, avant de déposer un baiser sur son front comme lui, lui fait parfois, tout en s’installant à ses côtés sur le lit, « pousse-moi ses fesses que tu me fasses une petite place, qu’elle dit en rigolant, sans aucune gêne, même couché sur ce lit, il restera toujours ce garçon fort et prêt à affronter les pires démons qui puissent exister. Elle a confiance en lui, il vaincra, avant de reprendre avec une enthousiasme qui lui est propre, je sais combien la bouffe ici c’est dégueu alors je t’ai emmené quelques gâteaux… » Elle pose la boite sur la table pour se retourner vers lui et lui demande finalement. Elle voit bien qu’il est fatigué, mais quand on vient voir quelqu’un d’hospitalisé, il ne faut rien montrer et faire comme si on venait chez la personne. « Comment ça va ? Tu m’as fait une frayeur ! » Oui on dirait presque qu’elle l’engueule, qu’est-ce qu’elle ferait, elle dans un monde sans lui ? Il peut lui dire ?! Elle avait besoin de lui, de sa présence à ses côtés pour affronter cette sale maladie, personne d’autre ne pouvait totalement la comprendre selon elle, même si d’autres essayes, peu y parvenait.


@levi mcgrath


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Levi McGrath
Levi McGrath
le jukebox vagabond
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans (13/12)
STATUT : She said she always wants to marry him
MÉTIER : Navigateur des mers à temps plein, homme à tout faire lorsque se trouve dans le besoin. Provocateur de sons et sang, auteur de mots et maux
LOGEMENT : Son bateau baptisé Cadence, amarré au Manly Boat Harbour, hanté exponentiellement par une tornade rousse
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_n72kgjFtrA1t6ri09o1_500
POSTS : 3330 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : originaire de Londres ϟ réfugié dans la lecture depuis son enfance ϟ passionné de musique ; bienheureusement pour ses proches, il a l'oreille absolue ϟ amoureux de la mer, il a vécu la majorité de son existence au gré de celle-ci, découvrant le monde à son rythme ϟ enrôlé dans la Royal Navy de 2002 à 2005 ϟ n'a jamais décroché le moindre diplôme scolaire : il joue de la débrouillardise ϟ possède une collection d'instruments de musique, tous prénommés affectueusement ϟ ignare fini en termes de nouvelles technologies ϟ gagnant de the voice australia 2019
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : bailey ϟ alex ϟ léonie ϟ charlie #2 ϟ hadès ϟ thomas ϟ team terreur ϟ stephen ϟ itziar #2 ϟ charlie et ariane ϟ adèle ϟ levrigrath ϟ jajal ϟ jillod

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Hvu5

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_inline_pkbaw8WJG41rnldk0_540
levriane
ariane #11

RPs EN ATTENTE : jack ϟ sohan
RPs TERMINÉS : kane #1 ϟ owen ϟ levia ϟ ariane #1 ϟ mcgrath #1 ϟ karvisher ϟ kane #2 ϟ ariane #2 ϟ team apéro ϟ ariane #3 ϟ asher #1 ϟ ariane #4 ϟ michael ϟ kane #3 ϟ kane's bd ϟ karvi #1 ϟ asher #2 ϟ andy ϟ asher #3 ϟ ariane #5 ϟ ariane #6 ϟ the voice ϟ charlie #1 ϟ ariane #7 ϟ maze ϟ itziar ϟ ariane #8 ϟ holy hell ϟ asher #4 ϟ concours de châteaux de sable ϟ karvi #2 ϟ ariane #9 ϟ asher #5 ϟ ariane #10
AVATAR : Jackson Rathbone
CRÉDITS : alaska (avatar), loonywaltz (ub)
DC : Isy Jensen & Allie Oakheart
INSCRIT LE : 10/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21321-levi-mister-farenheit http://www.30yearsstillyoung.com/t21396-levi-postcardman http://www.30yearsstillyoung.com/t21490-levi-mcgrath http://www.30yearsstillyoung.com/t21892-levi-mcgrath

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Empty
Message(#) Sujet: Re: (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… EmptyVen 18 Oct - 2:34



La mélancolie de ce monde qui se meurt lentement
Adèle et Levi


Cela ferait bientôt trois jours que j'étais hospitalisé en service d'oncologie de St Vincent's, après qu'Ariane ait jugé bon de mettre un terme à la mascarade que je menais depuis plusieurs jours. De nous deux, elle était assurément celle qui percevait le plus clairement les limites de mon état, et bien que nous avions été un duo très réticent à l'idée de s'approcher du centre hospitalier hors rendez-vous essentiels, il avait fallu se rendre à l'évidence et battre en retraite sur les convictions que les médecins sont perpétuellement mieux lorsqu'éloignés. C'était plutôt ironique, quand on y pense, comment j'étais persuadé que les praticiens qui me prenaient en charge n'avaient pas nécessairement mon meilleur intérêt à cœur. J'étais convaincu que je faisais office de cobaye et constituais également un gagne-pain pour eux. Tous les complots sur le traitement contre le cancer déjà déniché mais pas assez rentable pour les industries pharmaceutiques avaient fait leur chemin jusqu'à mon esprit et s'y étaient bien installés. Par ailleurs, lorsque tout ce qu'invoque le cancer nous diminue à l'extrême, j'estimais avoir bien le droit de juger le monde médical comme pas toujours bienveillant à mon égard, et haïr les médicaments et procédures multiples. Aller mal pour éventuellement aller mieux stipulait un marché auquel j'adhérais difficilement. Toutefois, malheureusement, ce n'était pas comme si j'avais des tas d'options.

Et il y avait trois jours, alors que je peinais à respirer, que le sommeil était devenu une denrée excessivement rare et que ma fièvre augmentait avec ténacité sur une assez longue période pour que c'en devienne alarmant, je n'avais pas eu beaucoup de choix que d'être orienté vers les urgences. Et même si ça me tuait de le dire, je me devais de reconnaître que je me sentais mieux depuis que j'étais branché aux perfusions et englobais les cachets qu'on me tendait. J'avais capitulé, n'ayant plus l'énergie nécessaire pour m'opposer à leurs traitements, et finalement, je m'en sortais mieux - pour le moment. La présence d'Ariane y était évidemment pour beaucoup, la rouquine quittait très peu l'établissement de santé et veillait aux moindres faits et gestes portés contre ma personne. Sa présence me réconfortait indéniablement et me prodiguait cette paix d'esprit qui me permettait de véritablement me reposer. Avec Parker dans les parages, je savais que ça irait - et sur ce plan-là, il n'y avait aucune autre option possible.

« Coucou Levi. » Je tourne doucement la tête vers la nouvelle arrivée, extirpé de mon sommeil quelques minutes plus tôt. « Hey Addie ! » Je saluais avec affection, tendant un bras vers la jeune femme de manière à l'inviter à réduire la distance entre nous. Je considérais Adèle comme la petite sœur que je n'avais jamais eue et je lui portais un amour fraternel. Nous communiquions très régulièrement et je lui avais envoyé un message le lendemain de mon hospitalisation question de la mettre au courant de ma situation - et prendre des nouvelles des siennes à distance. « Pousse-moi ces fesses que tu me fasses une petite place » Je ris doucement et m'exécute. « Je sais combien la bouffe ici c’est dégueu alors je t’ai emmené quelques gâteaux… » « Ma sauveuse, » je commente, reconnaissant, même si j'avais l'estomac en vrac depuis des semaines et je me forçais toujours à manger. « C'est une jolie boîte aussi, » je remarque, mes doigts glissant sur les dessins et les reliefs du contenant. « Tu m'accompagnes ? » Je convie, ouvrant le couvercle pour dévoiler les gâteaux offerts par la Shephard.

« Comment ça va ? Tu m’as fait une frayeur ! » Je me redressais dans le lit et frottais doucement le dos d'Adèle suite à sa remarque que je lui avais fait peur. « T'as pas à avoir peur pour moi, tu sais bien que je gère. » Surtout grâce à Ariane, mais ça, j'étais pas obligé de le dire à voix haute. « Ça va mieux, beaucoup mieux. » J'annonce, honnête. Je n'allais pas courir un marathon, j'avais encore des douleurs thoraciques et mon corps demeurait exténué par toutes ces lutes contre les infections, mais je me sentais bien mieux qu'il y avait deux jours. « Et toi, comment tu vas ? Quoi de neuf dehors ? » Je questionnais avec enthousiasme et bienveillance. Je savais qu'Adèle avait commencé sa chimiothérapie et j'étais aux aguets pour l'épauler sur tous les volets de celle-ci, de par mon expérience et mon affection pour elle. Mais nous n'étions pas non plus que deux cancéreux, nous avions des vies que nous tenions à régir et poursuivre en dehors de notre maladie et le cancer n'avait pas constamment la première place dans nos sujets de conversation. « Ça me fait plaisir de te voir. » J'avouais en déposant un baiser sur la tempe de la jeune femme.



There is a role of a lifetime
there's a song yet to be sung. there's a dumpster in the driveway ▬ Of all the plans that came undone

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 2MaBvzI
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 2LxpRjd
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 2Nrxk1j
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 2U54ztD
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 2M90aFb
!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation avec son cousin nell et lily la maman de coeur
(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo4_250
POSTS : 1805 POINTS : 470

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : levi mcgrathjustin piercenino marchetti 3 (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019adrian shephard / lucia whitemoreginny mcgrathlily keegan
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ adrian shephard ♡ adrian shephard / rémi delgado ♡ freya doherty / jillian mcgrath ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemoreremi delgadojustine hudsonnino marchetti 4

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… E820a6b4cd2a565155a5bab6380b54b649cda4d9
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)gajah (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger http://www.30yearsstillyoung.com/t26486-adele-le-bonheur-ne-vient-pas-a-pied-alors-j-ai-marche http://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard http://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Empty
Message(#) Sujet: Re: (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… EmptyMar 22 Oct - 9:55


(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Tumblr_inline_pfs3k8B88j1rifr4k_1280 (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… TartUnlinedIsabellineshrike-max-1mb
 « la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… »  (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… 873483867  levi mcgrath & adèle shephard


En songeant à l’hôpital, la première chose à laquelle elle pensait c’était bien évidemment son infirmier préféré, Isaac. Elle ne le voyait pas souvent, pour la simple et bonne raison qu’elle se donne le droit de voir que quand elle vient dans les parages, et Addie déteste comme toute personne censé, les hôpitaux. Un pas en avant, deux en arrière mais pour autant aujourd’hui, contre toute attente, elle ne tentera pas de fuir cet endroit, ni de crier dans les couloirs. Ni de chercher une quelconque échappatoire pour s’enfuir. Non, aujourd’hui elle n’est plus patiente mais bien visiteuse comme on les appelle ici. Ses gens qui s’inquiètent pour des proches, famille, conjoint, ami qu’importe. Toutes les personnes qui viennent rendre visite dans cet endroit qu’Adèle a longtemps jugé glauque, ont le point commun d’avoir quelqu’un de proche dans une de ses nombreuses chambres. Elle s’était dirigée sans mal dans le service d’oncologie, se rappelant du chemin sans même s’en rendre compte. C’était devenu une routine et avec sa chimio qui a débuté, ça le sera davantage… Les rendez-vous vont s’enchaîner, et elle n’est pas prête. Mais qui serait prêt ? Qui serait prêt à perdre ses cheveux ? Qui serait prêt à se faire envahir par la fatigue et l’épuisement ? Pas elle en tout cas… Seul Levi pouvait vraiment la comprendre, savoir ce qu’elle vivait car par le passé, il était aussi passé par là. Il était devenu par la force des choses, un confident. Son confident quand les nuits sont difficiles. Quand elle a envie de rompre avec cette nouvelle vie misérable qui s’offre à elle. Elle toque à la porte, et y rentre quand elle entend la douce voix de Levi lui donnant le feu vert. Elle a ce sourire continuellement plaqué sur son visage angélique et elle se dirige droit vers le lit, comme si désormais elle connaissait tout ce qu’elle pouvait et devait faire. Une habitude qu’elle aimerait ne jamais avoir acquise mais qui semble désormais difficile à ne pas transparaître aux yeux de tous. Son visage rimait désormais avec maladie, et cancer. C’est bien la raison pour laquelle, elle n’en parlait jamais à autrui, qu’elle sélectionnait les personnes en qui elle pourrait le dire, ou pas. « Hey Addie ! » Et elle se glisse sur le lit, à côté de son ami, le fixant quelques instants pour s’apercevoir qu’au final il n’avait pas l’air si mal, quand il lui tend son bras pour lui dire d’avancer jusqu’à lui. Une mine fatiguée, mais ce sourire sur son visage en disait long, et surtout son côté à vouloir la rassurer, qu’importe si il allait mal. Il la connaît maintenant Adèle, pour savoir que cette boule d’énergie s’inquiète toujours durement et sans mesure pour ceux qui lui sont cher. Qu’elle ne supporte qu’il arrive un truc à quelqu’un qu’elle apprécie, et Levi faisait partie de ses têtes là ! Elle posa la boite de gâteau sur la table devant Levi et il releva son regard sur elle, « ma sauveuse, elle ne pouvait s’empêcher de rire, c'est une jolie boîte aussi. » Il constate en posant son regard sur la boite, elle en fit de même avant de le taquiner, « j’aime bien ce surnom, qui ne sait pas que Adèle est une petite princesse du haut de ses vingt-trois ans ? Qu’elle régit envers ce peps à toute épreuve et cette manière bien à elle, de reconsidérer le monde. elle vient de la boulangerie en bas de chez moi, à ce qui paraît c’est un délice…  La meilleure boulangerie de Brisbane ! » Elle fanfaronne ? Si peu… Ouais mais le souci c’est que ça venait de la bouche d’une personne gourmande alors Adèle admettait que ce n’était peut-être pas très objectif. Mais Levi semble tout autant gourmand qu’Addie, donc ça devrait plutôt faire l’affaire… « Tu m'accompagnes ? » Elle acquiesce d’un signe de tête, enthousiaste à cette idée de tout dévorer avec son ami avant de lui dire, « tu crois quand même pas que tu vas tout te bouffer tout seul ? » Qu’elle avoue, sourire espiègle sur son visage d’un ton rieur, fallait pas qu’il rêve le coco même si elle l’adore, elle n’allait quand même pas le regarder de loin. Surtout pas elle, quand il est question de sucre… Et quand Adèle avoue qu’elle s’était inquiété pour lui, quoi de plus normal ? Il lui passe une main réconfortante comme il sait si bien le faire sur son dos avant d’ajouter, « t'as pas à avoir peur pour moi, tu sais bien que je gère. » Levi a toujours gérer ses crises, et a longtemps fui les hôpitaux, comme elle. Ce n’est pas un endroit agréable, où on a envie de passer des vacances mais il a toujours été entouré de manière à y aller de gré ou de force quand cela devenait ingérable. D’une certaine manière Adèle se voyait un peu en lui, parce qu’elle aussi, ne se rend pas ici à la moindre fièvre ou fatigue. Pour elle, ça finira par passer. Elle a une vie plutôt correcte, elle fait beaucoup de sport, tous les jours et ne sait pas rester en place, elle est donc toujours en mouvement. Elle ne fume pas, et ne boit quasiment pas. Quasiment pas, car il y a deux jours même pas, elle n’a rien trouvé de mieux que d’accepter une soirée avec Freya Doherty et tout le monde connaît comment ça se finit avec la Suédoise. Elle s’est retrouvée sur son vélo, complètement ivre à circuler sur la voix public en criant et rigolant de bon cœur à trois heures du mat. Elle sourit en y repensant, c’est idiot mais elle se sentait bien en compagnie de Freya cette nuit-là… Même si elle a payé les frais le lendemain, davantage parce que sa chimio s’était déroulé peu de jours avant. « Si tu gères aussi bien que moi…  » Rassurez-la, elle n’a pas dit ça à voix haute ? Elle jette un léger regard à son ami, et s’aperçoit très vite, que oui, elle a dû parler à voix haute, elle sourit alors, timidement, voulant vite changer de sujet. Le moindre truc aura toute son importance même le plus banal, à cet instant… «  Ça va mieux, beaucoup mieux. » Elle est rassurée alors, c’est tout ce qu’elle voulait entendre et elle connaissait suffisamment Levi pour savoir qu’il lui dirait si quelque chose ne filait pas droit. Même si elle est du genre à être chiante si on fait pas les choses correctement. Et que même si globalement Adèle déconnait parfois, les autres – et Levi comprit, n’avait pas ce même droit pour la brunette ! « Je suis rassurée alors…  » Et c’était sincère, « et toi, comment tu vas ? Quoi de neuf dehors ? Pour dire vrai ça suit son train-train, elle lui sourit et il en profite pour rajouter, ça me fait plaisir de te voir. » Elle acquiesce d'un signe de tête, alors que son sourire s’agrandit. Et rien de plus normal, il viendrait lui aussi, quand ça lui arrivera. Parce que Adèle a beau être naïve et croire que son futur ne lui réservera que du bon, elle ne se leurre pas, cette chambre elle aussi, elle finira par y aller un jour. Elle espère juste que ce ne sera pas la dernière chose qu’elle verra de sa vie, que ce sera juste de passage. Elle ferme les yeux quand il lui dépose un baiser sur son front. Elle rétorque, « aujourd’hui il fait soleil comme tu peux le voir, » Elle se lève, et pousse davantage le rideau pour qu’il voit l’extérieur. Elle semble très sérieuse, y déposant rapidement ses yeux à travers la fenêtre pour y voir ce qui se passait par la rue. Curiosité, vilain défaut qu’elle a. Et quand elle tourne son visage vers le jeune homme, il la regarde sans satisfaction particulièrement, il ne parlait pas du beau temps ? Elle rigole, avant de se réinstaller sur le lit, se tenant face à Levi, « Je plaisante, et bien toujours la même chose, mon patron ne m’a pas encore virée… » Et ça la faisait rire elle, pourtant elle rigolerait pas si ça venait à lui arriver. Elle s’était longtemps cherché, parce qu’elle, elle voulait bosser sur les bateaux, mais n’avait pas obtenue son entrée chez les flics. Mais elle aimait bien chercher des biens pour les gens, savoir qu’ils vivront pendant des années dans un endroit qu’elle leur avait trouvé lui donne du baume au cœur. « Le sport, les sorties, pour les jours où ça va… » Oui parce que désormais il y avait des jours sans, et ses jours-là, elle ne veut même pas en parler, ni y penser. Elle laisse évaporer ce mauvais esprit avant de lui demander, « bon dis-moi tout, quel infirmier s’occupe bien de toi, et surtout ceux qui s’occupe mal de toi… » Elle demande de son air innocente, un sourire bien insistant, mi ange. Elle était cap de leur régler gentiment leur compte à ceux-là !


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Empty
Message(#) Sujet: Re: (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… (levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement… Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(levèle) la mélancolie de ce monde qui se meurt lentement…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-