AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 louseph + history repeats itself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans (29/10/88) #AMAGAD #WTF #HELP
SURNOM : Parce que Lou c'est pas assez court comme ça ?
STATUT : célibataire, voit la vie en roux
MÉTIER : membre de la troupe du Rocky Horror Picture Show où elle joue Magenta. Chanteuse des Street Cats, petit band des bars
LOGEMENT : ballottée de motel en motel par Anwar pour sa protection, ex coloc d'Eireen (2016) puis de Lene après un passage en désintox (2017)
louseph + history repeats itself Source
POSTS : 2052 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes. Fille unique et choyée d'un couple aisé. Vit mal la solitude et l'ennui, très fêtarde, bavarde. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres depuis 7 ans. A trahi Mitchell et le Club malgré elle. A vécu dans un squat pendant des mois et s’est prostituée. Sa mauvaise influence a causé plusieurs morts qui la hantent. Tente de reprendre sa vie en main, sobre depuis deux ans.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Finn #4 - Mitchell - Alec&Rae - Lene #3 - Freya&Tobias - Joseph - 6/3

louseph + history repeats itself GT2X5IO
STEET CATS ► Take me some place where there's music and there's laughter, I don't know if I'm scared of dying but I'm scared of living too fast, too slow

louseph + history repeats itself Tumblr_o5dfzx9sEc1rfdinko6_r1_250
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

louseph + history repeats itself Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
LOUNEY ► I won't let go, I'll be your lifeline tonight. Cause we all get lost sometimes, you know? It's how we learn and how we grow.
RPs EN ATTENTE : Anwar #2
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Jimmy #2 - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2


archive 1
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : emily browning
CRÉDITS : loonywaltz
DC : jamie keynes & benjamin brody & kelly ward
INSCRIT LE : 16/05/2015
http://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town http://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 http://www.30yearsstillyoung.com/t7614-lou-aberline#272602

louseph + history repeats itself Empty
Message(#) Sujet: louseph + history repeats itself louseph + history repeats itself EmptyMar 8 Oct - 23:14




L'armoire à glace et sa petite troupe de sbires ressemble à un gros pigeon entouré de sa cour. Il bombe son torse velu et gonfle son double goitre tandis que je m'incruste dans leur cercle du haut de mes trois cartons de pizza et demi. Ma nuque se tord afin de faire face à ce pseudo-alpha médiocre, et je croise les bras, déterminée. "Je cherche Joseph, tu sais où je peux le trouver ?" je demande, assez poliment pour que ma fermeté soit palliée par mon minois d'éternelle poupée de cire. Le troll se gratte la barbe, dans une intense réflexion feintée qui masque bien mal son regard baladeur le long de mes cuisses nues. "Keegan ?" Je roule des yeux. Il temporise, moi je n'ai pas de patience en stock pour son one man show."Non, Joseph le faux papa de Jésus." Les malabars gloussent ; leur rire galvanise contre cette pointe de crainte que j'avais d'eux jusqu'à présent, et je lève un peu plus le menton, attendant toujours l'information qui m'est dûe. "Elle mord toujours, la petiote !" Mes yeux roulent dans leurs orbites. Si je tire souvent profit d'une bouille comme la mienne dans un battement de cils innocent excusant toutes mes sales manies et grosses bêtises, il est loin d'être facile, au quotidien, d'avoir un faciès de vingt ans tout juste à bientôt trente-et-un. Être prise au sérieux, c'est un de mes combats quotidien, et je compte bien faire en sorte que ma petite entreprise change cela. "Alors, Joseph ?" je reprend, l'impatience brûlant la politesse au bord de mes lèvres. L'homme me jauge, à voir si je mérite son aide -elle est trognonne qu'il se dit sûrement, inoffensive, l'ancien petit animal de compagnie de Mitchell, drôle qu'elle foule toujours le pavé, sacré spectacle. Finalement, il hausse ses larges et lourdes épaules, faisant gigoter la naissance de ses seins de graisse comme un pudding abandonné au frigo. "Il traîne dans ce bar au coin de la quatrième et de la cinquième en ce moment. Tu devrais lui mettre la main dessus là-bas." qu'il lâche finalement à la rase motte comme si ça lui en coûtait douze briques et une demie bourse. Mais dans son immense bonté, il fait l'effort de lever un bras et de pointer vaguement la bonne direction -demi-tour puis à gauche si j'en crois l'angle droit de sa main. Alors je tourne les talons sans plus de cérémonie, sans un mot, encore moins un merci, estimant avoir déjà perdu assez de temps avec cette bande de rigolos. Et alors que j'arrive au bout de la ruelle, j'entends de loin ; "J'ai même pas droit à une branlette pour le tuyau?!" Puis des gloussements. Je lève un doigt fièrement par dessus mon épaule, disparaît à l'angle et laisse finalement un rictus amusé faire trembloter le pli de ma bouche. Sacré Vern.

Au coin de la quatrième et de la cinquième. Le panneau planté dans le bitume est là. Je suis là. Le bar est là. Si Joseph s'y trouve, nous serons décidément aussi bien alignés que des étoiles un foutu soir de Jupiter en Scorpion. Je pousse la porte, laissant un vent de musique forte s'échapper vers l'extérieur et souffler dans mes cheveux, frôlant mes oreilles comme si la mélodie et moi nous connaissions depuis un bail. Je suis sûrement déjà venue ici, j'ai peut-être joué là avec les Street Cats. Si cela avait été le cas et qu'ils nous avaient décemment payés, je m'en souviendrais probablement. Mes mains s'enfoncent dans les poches de mon bomber, mon regard glisse de crâne chauve en vieille casquette, de dreads qui schlinguent en man bun hipster. Jusqu'à la tignasse brune que je cherche en particulier. Il est au comptoir, comme si rien n'avait changé, comme si le temps s'était arrêté entre aujourd'hui et la dernière fois que nous nous sommes croisés. Je ravale un sourire, éclate une bulle de chewing-gum à la cerise dans un paf bien sonore. Une profonde inspiration, et je reprends ma marche de l'empowerment. Mon derrière atterrit sur la chaise haute à droite de Joseph, mon épaule le frôle en toute conscience. "Eh, belle gueule, je lance pour attirer son attention. Je te paie un verre ?"




Every scar on my skin Is a beautiful reminder Of a moment when I didn't give in

louseph + history repeats itself HM7e7CT
louseph + history repeats itself LMRsHaF
louseph + history repeats itself 2eDseF9
louseph + history repeats itself XLymaLC
Revenir en haut Aller en bas
Joseph Keegan
Joseph Keegan
le raton-squatteur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans. 26/04/1983
SURNOM : On m'appelle Jo, mais ça m'emmerde. J'aurais préféré avoir un autre prénom.
STATUT : Célibataire qui ne se gêne pas pour (essayer d')en profiter.
MÉTIER : Ex taulard, garde du corps. Ouais : j'ai menti sur mon CV.
LOGEMENT : Hum... Chez Gabriel Lopez en ce moment, demain je serai ailleurs, et après-demain je ne dormirai pas pendant plusieurs jours pour éviter de m'assoupir à la belle étoile.
louseph + history repeats itself Giphy
POSTS : 17858 POINTS : 840

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Quand j'étais jeune, j'étais facilement manipulable. Beaucoup trop en ont profité. J'ai subi la ceinture de mon père et il m'arrive encore de sentir les mains du curé sur moi. Depuis, j'ai inversé les rôles. Je suis devenu le manipulateur en apprenant de mes erreurs. J'ai rejoint un gang à vingt ans, j'ai vendu de la drogue à ceux qui n'en demandaient même pas. La justice m'a rattrapé, j'ai été emprisonné pendant trois ans et j'ai pu m'en sortir plus tôt en usant de bonnes paroles religieuses, celles que j'avais apprises par cœur contre mon gré. J'erre, maintenant, à la recherche de stabilité
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : louseph + history repeats itself Giphy
KEEGANs. Time hurts. Time heals.

Robin-Hope [FB] - Deborah [3] - Alfie [2] - Lou - Kyte [FB] - Lily - Samson - Murphy - Deborah [4]
RPs EN ATTENTE :
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2] - Aubrey - Aubrey [2] - Kane - Aubrey [3] - Liam - Owen - Aubrey [4] - Tess - Blake [2 ripblake] - Jolex - Aubrey [5] - Gaby [abandonné] - Lindsey [abandonné] - Clara - Eve - Jolex [2] - Jolex [3] - Jolex [4] - Primrose - Sid - Raelyn - Juliana - Gabriel L. - Rae&Auden - Romy - Caroline - Deborah [2] - Terrence - Charlie - Gabriel L. [2] - Lily - Freya - Adrian [FB] - Manthas [FB] - Jessalyn - Raelyn [2] - Raelyn [3][FB] - Lily [2] - Alfie&Juliana - Théodore - Savannah - Spidey - Romy [2]

louseph + history repeats itself B4pd
Parce que je ne serais rien sans les mots de Deborah.

PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Calie le serpent.
INSCRIT LE : 25/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21527-pardonnez-moi-mon-pere-j-ai-peche-sans-un-permis-de-peche http://www.30yearsstillyoung.com/t21547-il-y-a-des-jours-ou-je-ferai-semblant-de-t-apprecier http://www.30yearsstillyoung.com/t23547-joseph-keegan

louseph + history repeats itself Empty
Message(#) Sujet: Re: louseph + history repeats itself louseph + history repeats itself EmptyMer 9 Oct - 22:50



Brisbane est endormie et la nuit est lancée depuis quelques heures déjà. Les lumières du bar son tamisées et la silhouette de tous les consommateurs d’alcool découpe le nuage de fumée qui s’élève dans les lieux. C’est un mélange de tabac et de cannabis qui aromatise l’air et Joseph s’accroche à la seconde odeur dans l’espoir de récupérer un peu des effets apaisants de cette drogue douce. Attablé au comptoir du barman, il sirote un verre de vodka – comme d’habitude – en observant les courbes des femmes – comme d’habitude. Des bourrasques de rire gras provenant d’une table voisine se fracassent contre les tympans du garçon qui se contente de cacher sa tête entre ses épaules pour se protéger de cette mélodie mal accordée assourdissante. Il jette parfois quelques regards à l’homme derrière le comptoir, l’air de dire « putain, ils se croient seuls au monde, ces types ». C’est justement cette complicité naissante entre les deux qui lui offre le privilège d’un second verre gratuit. Lorsqu’il le porte à ses lèvres, les yeux clos, pour profiter au maximum de la saveur de la boisson forte, un coup de vent effleure son bras. Il n’accorde pas d’importance à ce changement de température à sa droite mais, quand une voix féminine vient caresser sa joue, il pivote la tête vers sa nouvelle compagnie – et quelle compagnie ! Il la reconnait immédiatement comme si son visage avait été préservé dans les archives de son cerveau et, machinalement, Joseph se met à observer les alentours, le regard attentif et les sourcils froncés d’incertitude et c’est seulement lorsqu’il décide à mettre fin à sa recherche qu’il repose son attention sur la petite qu’il a rencontrée plusieurs années auparavant. Il n’a pas reconnu un seul membre du club dans le bar et Dieu sait que son cœur serait tombé dans le fond de son ventre s’il avait découvert les yeux perçants de Mitchell à travers la foule. Pourtant, la présence de cette femme embrase sa curiosité tellement puissamment qu’il en oublie la proposition qu’il aurait évidemment acceptée – on ne refuse pas un verre gratuit lorsqu’on n’a pas un sou dans sa poche. Sur un ton méfiant, presque désintéressé, parce qu’il craint de connaître la raison de sa visite, il marmonne sans la regarder : « Qu’est-ce que tu m’veux ? » Cinq années se sont écoulées sans qu’il ne remette la main dans le ventre du marché noir et, si cet univers lui manquait lorsque les barreaux de la prison lui dérobaient sa liberté, aujourd’hui il croit avoir réussi à bâtir un mur de brique solide entre lui et la criminalité. Il sait qu’il n’aura pas de seconde chance et que, s’il se fait prendre à nouveau par la justice, il ne s’en sortira pas sans écoper d’une peine encore plus longue. L’idée de retrouver sa cellule le hante encore à chaque fois qu’il se retrouve coincé au milieu des trop nombreux usagers des transports en commun. Il a besoin d’air, l’australien, et la prison l’empêchait de gonfler ses poumons assez pour que sa poitrine lui donne un air de montgolfière. Malgré le respect complet de la promesse qu’il s’est fait – celle de ne plus jamais se laisser emporter par la tentation du marché noir–, il est dans le fond du gouffre, Joseph, et une petite voix lui dit que la jeune femme à sa droite n’est pas là pour lui proposer une échelle. « J’t’assure que si tu m’dis rien d’intéressant, j’aurai aucun regret à te claquer la porte au nez. » qu’il ajoute avant de caler le fond de son verre sans grimacer. Il le repose fermement sur le comptoir, assez fort pour en faire vibrer le bois malgré son épaisseur. C’est un seul et unique avertissement : ne me fais pas perdre mon temps ou tu regretteras de m’avoir trop facilement trouvé.


louseph + history repeats itself 5v1r
Revenir en haut Aller en bas
 

louseph + history repeats itself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong
-