AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 L'équipée Sauvage » Joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
L'équipée Sauvage » Joseph Liyf
POSTS : 572 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Alex » Jack » Harvey » Joseph [f.b.] » Robin [d.z.]

L'équipée Sauvage » Joseph Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

L'équipée Sauvage » Joseph Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

L'équipée Sauvage » Joseph Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

L'équipée Sauvage » Joseph Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Jaimie [5] & Gabriel » Robin [70's] » Phoenix » Joseph [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

L'équipée Sauvage » Joseph Empty
Message(#) Sujet: L'équipée Sauvage » Joseph L'équipée Sauvage » Joseph EmptyJeu 10 Oct 2019 - 13:05



l'équipée sauvage australienne
Kyte & Joseph - Queensland, 2003
Les roues accrochent l’asphalte avec un crissement sec et le coup de frein soulève des volutes de fumée certainement assez stylées vues de l’extérieur – mais tout de même moins sympa quand elles viennent vous piquer ses yeux. Sans rien laisser paraître de sa gêne, Kyte abaisse la béquille et arrache son casque pour libérer ses bouclettes brunes, collées à son front par la sueur. Après un craquement de nuque à gauche puis à droite pour détendre les muscles engourdis de ses épaules, il s’extirpe de sa Harley et tapote la selle encore chaude de son postérieur. C’est que traverser le Queensland à bécane, y’a qu’ça de vrai pour bouffer de la grandeur en pleine gueule, mais maintenant il a plus qu’une envie : se terrer à l’ombre et descendre des litres de bière fraîche pour inonder son gosier enflammé par un trop plein de sable et de route. « HEY L’CANADIEN ! » Alerté par ce cri amical, le dit homme du nord tourne ses yeux d’aigles vers la silhouette de nounours, un mercenaire imposant de stature avec une grosse tête de chérubin qu’il s’empresse de serrer dans ses bras secs. « Aaahhh ma couille, ça m’fait plaisir de t'vouère ! » Il grogne en lui filant une bonne claque dans le dos. « Pas autant qu’moi pas gueule ! » La claque en retour lui décolle les poumons et Kyte s’incline, bon joueur. « Toujours autant d’force mon sacré con, avec un gaillard comme toi c’est à s’demander pourquoi c'est qu'vous avez encore besoin d’mes services ! » La face de l’ours s’assombrit et le motard incline la tête de son air de fouine compréhensive. « Micah ? » Il demande en jetant un coup d’œil vers le local du gang où ils ont rendez-vous. « Il t’attend à l’intérieur. » L’autre confirme en l’escortant vers la porte. « L’a intérêt à m'arroser en bière moi j’te l’dis, j’suis desséché comme les pierres ! »

L’un après l’autre, ils pénètrent dans les lieux et il faut quelques secondes aux yeux de Kyte pour s’habituer à l’obscurité du petit bar enfumé. Il aime cette odeur de bois imprégné d’alcool qui vous accueille, plus encore la silhouette louche des lascars qui s’abreuvent dans les coins. Quand il entre, les conversations cessent, et puis son visage connu de certains lui vaut quelques salutations avant que tous retournent à leurs affaires. Nounours lui indique une table tout au fond, et Kyte hoche la tête avant de rejoindre l’homme austère qui l’attend patiemment un peu en retrait des festivités. « Micah, ça fait un bail. » Il lance en s’installant face du chef des Manthas. « UNE MOUSSEUSE, L’TAVERNIER ! » Qu’il gueule sans plus attendre en tordant son cou vers l’arrière pour attirer l’attention de qui voudra bien le servir. Le pli de mécontentement froissant presque imperceptiblement le visage du gangster n’échappe pas à Kyte, mais c’est plus fort que lui : il ne peut pas s’empêcher de repousser un peu les limites, surtout face à un homme à l’autorité incontestée. Étrangement, c’est un petit jeu que Micah semble tolérer, tant que Kyte continue de se montrer fidèle et efficace pour protéger ses intérêts. « Alors l’ami, qu’est-c’est donc la raison pour laquelle j’m’en viens d’cramer à travers l’désert pour tes beaux yeux ? » Ce dernier esquisse un sourire et repose son cigare dans le cendrier. « L’ami se fera une joie de t’éclairer quand t’auras fini de gesticuler. »

La bière servie, le calme revenu, Kyte écoute le leader des Manthas lui exposer sa situation délicate : l’apparition d’un nouveau chapitre d’une des plus grosses MC australienne dans la région, une guerre de territoire sur la marchandise, un manque de confiance mutuel et une tension qui risque bien de faire des morts et des blessés des deux côtés. « Ça ferait tâche dans tes affaires, pas vrai ? » Kyte singe en s’en grillant une, et le sourire de l’autre en face ressemble davantage à une menace acérée. « Plutôt, oui. » Le motard laisse échapper un rire et se penche en avant pour dévisager le gangster. « Alors quoi, quoi ? Tu comptes sur mon patch et ma street cred’ pour le persuader d’comprendre tes intérêts ? » Le chef des Manthas hoche la tête et fait signe à un type dans l’ombre qui vient les rejoindre et dépose une enveloppe devant Kyte. Ce dernier jette un coup d’œil au papier kraft, le soupèse, compte rapidement les billets et laisse échapper un sifflement appréciateur. « L’autre moitié quand tu seras parvenu à un accord avec les Bandidos. » Kyte hoche la tête, finit sa bière d’une traite et la repose bruyamment sur la table en se relevant. « J’reviendrai pas sans ton accord. » Il confirme en serrant la main du leader. « Attends l’Canadien. » Qu’il l’entend railler dans son dos. « Pars pas si vite, j’voudrais que t’amène quelque chose avec toi. » L’entourloupe, Kyte la connait assez pour savoir que c'est ça qu'il sent à plein nez. Il se retourne quand même et lève un menton interrogateur pour demander au leader de préciser sa pensée. « Joseph ! » L'autre appelle pour toute réponse, et Kyte fronce les sourcils en voyant débarquer un gamin pas épais à l’air franchement oisif. « Qu'est-ce tu m'fais, là, Micah ? » Il demande avec une crispation de la mâchoire qui semble satisfaire son interlocuteur. Ce dernier l'ignore avec une expression cryptique et s'adresse plutôt au nouveau venu :  « Accompagne le Canadien, apprends deux ou trois trucs. Et tu m’ramènes le détail de cette virée, c’est compris ? » Doute confirmé, Kyte laisse échapper un gémissement de protestation. « Aw nan mec ! T’as cru que j’allais jouer les baby-sitters ? J’suis en mission moi, j’ai pas d’temps à perdre avec un môme ! » Et là bien sûr un sourire pas net fend la gueule sournoise de Micah tandis qu’il se fait une joie d’expliquer lentement : « T’as pas compris… mec. C’est lui ta baby-sitter. »

Piqué au vif, Kyte ravale sa colère et essaie de retrouver un peu de dignité en attrapant délicatement le larbin par la nuque pour l’entraîner à l’extérieur, comme on ferait avec un chiot pas sage. Une fois dehors, il relâche Joseph et remet ses lunettes de soleil avec flegme pour soigner son égo blessé. « J’te préviens gamin, j’ai trois règles pour cette mission. Petit un : tu te trouves une meule ou une cage pour me suivre parce qu’il est pas question qu'tu montes à l’arrière de ma bécane. Petit deux : là où on va tu connais pas les codes alors s'tu veux pas qu'ils t’bouffent au p’tit dèj tu t’fais discret, tu l’ouvres pas et tu m’fais pas chier. » Il explique, l’index pointé devant lui et un air sérieux placardé partout sur sa face cramoisie par le soleil australien. Puis il enfourche sa moto et en enfonçant son casque se souvient brusquement qu’il a oublié le dernier point, pourtant de la plus haute importance. « Ah oui, petit trois… Ma baby-sitter elle s’appelait Colette et même que j’en pinçais sévère pour elle alors s'tu prends un peu trop ton rôle au sérieux j’te préviens j'te colle ce prénom et jusqu'à la fin des temps et j’te roule une pelle en prime. C’est compris ? » Un sourire un brin sadique au coin des lèvres, il détaille le gosse, puis éclate de rire et lui colle une grosse claque dans le dos. « Allons, allons, on va s’éclater t'vas vouère ! » Il conclut, pas si mécontent après tout d’avoir un compagnon pour bouffer les derniers kilomètres.  

code by Chocolate cookie & WHITEFALLS


Spoiler:
 



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Joseph Keegan
Joseph Keegan
le raton-squatteur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans. 26/04/1983
SURNOM : On m'appelle Jo, mais ça m'emmerde. J'aurais préféré avoir un autre prénom.
STATUT : Célibataire qui ne se gêne pas pour (essayer d')en profiter.
MÉTIER : Ex taulard, garde du corps. Ouais : j'ai menti sur mon CV.
LOGEMENT : Hum... Chez Gabriel Lopez en ce moment, demain je serai ailleurs, et après-demain je ne dormirai pas pendant plusieurs jours pour éviter de m'assoupir à la belle étoile.
L'équipée Sauvage » Joseph Giphy
POSTS : 18149 POINTS : 1070

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Quand j'étais jeune, j'étais facilement manipulable. Beaucoup trop en ont profité. J'ai subi la ceinture de mon père et il m'arrive encore de sentir les mains du curé sur moi. Depuis, j'ai inversé les rôles. Je suis devenu le manipulateur en apprenant de mes erreurs. J'ai rejoint un gang à vingt ans, j'ai vendu de la drogue à ceux qui n'en demandaient même pas. La justice m'a rattrapé, j'ai été emprisonné pendant trois ans et j'ai pu m'en sortir plus tôt en usant de bonnes paroles religieuses, celles que j'avais apprises par cœur contre mon gré. J'erre, maintenant, à la recherche de stabilité
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : L'équipée Sauvage » Joseph Giphy
KEEGANs. Time hurts. Time heals.

Robin-Hope [FB] - Deborah [3] - Alfie [2] - Lou - Kyte [FB] - Lily - Samson - Murphy - Deborah [4] - Louanor
RPs EN ATTENTE :
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2] - Aubrey - Aubrey [2] - Kane - Aubrey [3] - Liam - Owen - Aubrey [4] - Tess - Blake [2 ripblake] - Jolex - Aubrey [5] - Gaby [abandonné] - Lindsey [abandonné] - Clara - Eve - Jolex [2] - Jolex [3] - Jolex [4] - Primrose - Sid - Raelyn - Juliana - Gabriel L. - Rae&Auden - Romy - Caroline - Deborah [2] - Terrence - Charlie - Gabriel L. [2] - Lily - Freya - Adrian [FB] - Manthas [FB] - Jessalyn - Raelyn [2] - Raelyn [3][FB] - Lily [2] - Alfie&Juliana - Théodore - Savannah - Spidey - Romy [2]

L'équipée Sauvage » Joseph B4pd
Parce que je ne serais rien sans les mots de Deborah.

PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Calie le serpent.
INSCRIT LE : 25/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21527-pardonnez-moi-mon-pere-j-ai-peche-sans-un-permis-de-peche http://www.30yearsstillyoung.com/t21547-il-y-a-des-jours-ou-je-ferai-semblant-de-t-apprecier http://www.30yearsstillyoung.com/t23547-joseph-keegan

L'équipée Sauvage » Joseph Empty
Message(#) Sujet: Re: L'équipée Sauvage » Joseph L'équipée Sauvage » Joseph EmptyVen 11 Oct 2019 - 4:13




« Vingt-huit. » Un long moment de silence s’installe à la table des cinq manthas qui fixent le milieu de celle-ci. L’un des garçons fait claquer sa langue contre son palais en secouant la tête. « Trente. » Toutes les têtes se tournent vers le courageux. C’est un sourire discret qui étire les lèvres de Joseph, le plus jeune d’entre tous, qui garde la tête basse, intimidé. « Naaaaah, impossible. Ça te tuera, trente. » que marmonne un autre juste avant de tirer une latte sur la clope qu’il a coincé entre ses lèvres. Il déguste la fumée quelques secondes et la souffle vers le haut : elle se mélange à la lumière tamisée du bar et découpe l’atmosphère. « Jo il pourrait l’faire, c’est encore un gosse. » Le concerné redresse enfin la tête après avoir examiné le bol au centre de la table avec une concentration certaine. Il se fait amicalement bousculer par une épaule baraquée et son visage reste impassible comme le marbre. « Il est bien trop maigre. » que rétorque le premier, incrédule. Une lueur de malice traverse la pupille de Joseph et il finit par glousser : « J’pourrais probablement faire cinquante. » La surprise collective s’élève et plusieurs se mettent à rire franchement en tapant la table avec leur paume, comme si Joseph venait de révéler qu’il est l’humoriste le plus célèbre de Brisbane. Légèrement bousculé par l’intensité de leur réaction, il rit nerveusement en passant sa main dans son cou, bien qu’il soit presque certain de pouvoir accomplir ce défi. « Si tu fais cinquante, on t’refile tous un billet d’vingt. » Ils hochent tous la tête, de toute façon certains qu’il n’y arrivera jamais. « Ça m’ferait quatre-vingt dollars, ça ? » Le plus vieux s’esclaffe : « C’est qu’il a bien révisé ses maths, le jeune. » Le nouveau du gang se mord la lèvre inférieure en baissant la tête, très peu habitué à ce sarcasme franc – à peine un mois avant, il usait encore du vocabulaire parfait que ses parents lui avait enseigné. Il se lavait les mains avant tous les repas et retirait ses chaussures avant d’entrer chez lui. L’univers dans lequel il avait été invitait le surprenait encore tous les jours mais il commençait presque à s’y faire : il devait s’y faire pour rester. « Deal. Je le fais. Préparez vos portefeuilles. » Sans plus attendre, il tend le bras vers le milieu de la table pour enfoncer sa main dans le gigantesque bol d’ailes de poulet chaudes qui enfume le bar. Aussitôt, la sauce tache ses doigts, et le jeu peut commencer. Il enfonce ses palettes dans la chair d’une première aile et la saveur sucrée vient caresser sa langue – il en profite pour le moment parce qu’il sait qu’il ne pourra plus le faire quand son estomac tentera de lui faire gerber l’intégralité de la viande qu’il aura gobée.  

Et il croise son regard. Un homme costaud, grand, intimidant. Le type qui apparait dans un film, celui qu’on assume immédiatement comme le protagoniste de l’histoire. Une maigre tignasse bouclée qui couvre ses oreilles, des rides déjà creusées sur un visage qui ne paraît pas si vieux. Un frisson fantomatique hérisse les poils de Joseph et il se fait rapidement ramené à l’ordre par une claque derrière sa tête. « Il t’en reste quarante-cinq, c’est pas l’moment d’faire une pause ! Et, oublie pas d’bouffer les morceaux d’cartilage, ça compte. » Pour crédibiliser sa phrase, il glisse une aile sous le nez du jeune et l’incite à la dévorer en entier. L’étranger qui avait capté toute l’attention du garçon de la ferme disparaît dans la fumée, plus loin, là où Micah est attablé depuis le début de la soirée. Joseph déglutit et se secoue les puces avant de se concentrer à nouveau sur l’argent qu’il ne méritera que lorsqu’il aura vidé le bol.

« Joseph ! » Le garçon interpelé sursaute littéralement sur place, avalant de justesse sa bouchée de poulet avec laquelle il passe un peu trop proche de s’étouffer. Aussitôt, les quatre autre manthas éclatent de rire et l’un d’eux le rassure : « T’inquiète, on finit par s’habituer. » Il l’incite d’un signe de la tête : « Allez, vas-y ! Grouille-toi ! » Le jeune lèche le bout de ses doigts et s’essuie brièvement les mains sur sa serviette de table avant de se racler la gorge en se redressant. Sa chaise grince en reculant et Joseph maudit ce silence dans le bar qui aura permis à tout le monde de tourner la tête vers lui pour le dévisager. Mais, bientôt, chacun retourne à ses occupations, le laissant se frayer un chemin timide vers Micah en toute discrétion. Il se dresse aux côté de l’homme effrayant, ne lui jette aucun regard (il aurait bien trop peur d’exploser instantanément) et interroge son patron du regard. « Accompagne le Canadien, apprends deux ou trois trucs. Et tu m’ramènes le détail de cette virée, c’est compris ? » Par réflexe, il hoche la tête sans prendre le temps de comprendre le sens de sa mission et c’est seulement quand il réfléchit quelques secondes qu’il se rend compte de la lourdeur de celle-ci. Attends… Quoi ? « Aw nan mec ! T’as cru que j’allais jouer les baby-sitters ? J’suis en mission moi, j’ai pas d’temps à perdre avec un môme ! » Il hoche frénétiquement la tête, totalement d’accord avec la protestation de l’étranger et c’est un regard noir de Micah qu’il reçoit : un regard qui lui transperce la moelle. L’ordre est définitif : il sera la baby-sitter d’un homme beaucoup plus âgé que lui. C’est un genre d’initiation, c’est ça ?

L’épaisse main du canadien s’enfonce dans sa nuque et on pourrait presque lire la détresse sur le visage grimaçant du jeune lorsqu’il se fait traîner vers l’extérieur. La première pensée qui lui traverse l’esprit est son quatre-vingt dollars qu’il vient de perdre. Il perçoit, de son ouïe fin, quelques rires retenus de ses compagnons de table et la porte claque pour qu’il rencontre le soleil et le silence dangereux. Il juge préférable de ne pas s’ouvrir la bouche – de toute façon, il est bien trop intimidé pour pondre la moindre phrase qui ferait du sens. C’est donc la voix rauque du motard qui vient faire vibrer ses tympans. Il l’écoute, la tête haute, le dos droit, comme le brave garçon dressé devant la statue de Jésus à l’Église. Seul son visage crispé traduit l’énorme gêne qu’il ressent après l’énumération des règlements très restreignant. Une main puissante s’écrase contre son dos et il est obligé de faire un pas vers l’avant pour récupérer son équilibre, transformé en pantin désarticulé aussi fragile que la mince couche de glace qui se forme sur les flaques d’eau pendant la nuit. Enfin, sa langue se dénoue et il arrive à faire part de cette interrogation qui le titillait depuis la première règle dictée : « Je n’ai pas de voiture. Et je ne cours pas si vite. » C’est en utilisant l’humour qu’il tente de le convaincre de modifier sa première règle – bien qu’il n’ait absolument pas envie de grimper sur cette moto qui lui donne déjà le mal des transports. C’est qu’il est fragile, le petit. « Et j’éviterai de te donner envie de m’appeler Colette. Comment veux-tu que je t’appelle, le canadien ? » Sa diction est un peu trop parfaite pour un garçon qui fait partie d’un gang. Même un astronaute sur mars, malgré la distance, pourrait constater qu’il ne semble pas du tout à sa place dans cet élément nouveau. Il transpire le manque d’expérience et le manque de confiance, surtout. Devant l’habitué des crimes se dresse un garçon qui semble se prendre pour un autre, un garçon chaussé des mauvaises chaussures, un garçon qui a récupéré au hasard un rôle dans une pièce de théâtre sans lire le script au préalable. Et, malgré sa position sensiblement intimidante, il récupère assez de courage pour se glisser à l’arrière de la moto en évitant de le toucher le plus possible avant de lancer, d’un ton qui se voulait autoritaire mais qui ressemble plutôt à une plainte de canari : « On y va ou on attend que la nuit tombe ? »    


L'équipée Sauvage » Joseph 5v1r
Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
L'équipée Sauvage » Joseph Liyf
POSTS : 572 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Alex » Jack » Harvey » Joseph [f.b.] » Robin [d.z.]

L'équipée Sauvage » Joseph Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

L'équipée Sauvage » Joseph Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

L'équipée Sauvage » Joseph Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

L'équipée Sauvage » Joseph Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Jaimie [5] & Gabriel » Robin [70's] » Phoenix » Joseph [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

L'équipée Sauvage » Joseph Empty
Message(#) Sujet: Re: L'équipée Sauvage » Joseph L'équipée Sauvage » Joseph EmptyDim 27 Oct 2019 - 3:07



l'équipée sauvage australienne
Kyte & Joseph - Queensland, 2003
Pas rapide le gamin, ou pas à l’aise peut-être. Les poings sur les hanches, Kyte le fixe sans détour pour tenter de lui décrocher une réponse. Lorsqu’elle vient enfin, ça lui fait comme un grincement dans la mâchoire. Comment ça pas d’voiture ? Foutent quoi les jeunes d’nos jours ? Il crache par terre pour montrer sa désapprobation et repense à son adolescence au Canada, aux semaines à trimer à la casse locale pour gagner le droit de récupérer des bout de ferraille et monter sa propre bécane, la première d’une longue lignée. L’engin était pas stable pour un sou et faisait un bruit d’enfer mais elle roulait et puis elle était sienne. Il l’a aimé comme on aime sa première nana et alors forcément la fin a été aussi désastreuse comme il l’a éclatée contre un arbre (la moto, pas la nana). Rien que d’y repenser ça lui donne envie de gueuler son désarroi jusqu’à la fin des temps. Qu’importe ! La morale de cette pauvre histoire c’est qu’à l’époque les hommes étaient des hommes, des vrais, et ils s’attendaient certainement pas à ce qu’on leur donne la bectée comme ça semble être le cas de sa nouvelle recrue. « Et j’éviterai de te donner envie de m’appeler Colette. Comment veux-tu que je t’appelle, le canadien ? » Kyte laisse échapper un souffle/ricanement par ses narines et se frotte le sourcil en dévisageant son compagnon d’aventures. Trop propret, trop bien éduqué, un poil naïf même, qu’il y paraît. Mais où c’est qu’ils ont été l'chercher celui-là ? Qu’importe, dans le fond Kyte fait confiance à Micah et il s’attend bien à ce que le môme révèle un peu de ses qualités cachées en cours de route. Mais pour l’instant il a toujours pas l’air à l’aise, ça non. Pourtant, Kyte aime bien son sens de l’humour un peu direct qui pointe sous ses paroles prudentes, son regard vif quand il essaie pas de se détourner. « Le canadien, ça m’va bien. » Il répond avec un truc entre le sourire de côté et la grimace. Il sait comme les kilomètres tissent les liens et qu’il racontera probablement des bribes de vie à la lueur des bougies, accoudé à une table une fois le soir venu, mais d’ici là il doit quand même rester sur ses gardes. C’est que les types à Interpol sont assez friands de Savard pour que ce nom soit devenu une sérieuse monnaie d’échange. Le hors-la-loi sait jamais trop à qui se fier pour garder sa liberté, alors dans le doute il se dévoile à personne. Même s’il en souffre. Même s’il crève d’envie de pouvoir un peu se raconter à l’ami de longue date comme au premier venu. C’est que Kyte, il aime les humains. Il les aime même sans les connaître, même de loin, presque par défaut. Il aime les chercher, il aime les trouver, il aime quand les poings volent dans les mâchoires et quand les larmes coulent sur les joues, quand les litres de bières se vident dans les gosiers, quand les gorges échauffées se mettent alors à chanter de vieux airs pour noyer leur vague à l'âme. Ouai, il les aime dans les tripes, mais il aime sa liberté encore plus fort et y’a pas un seul sacrifice qu’il ferait pas pour elle.

Perdu dans ses grands principes, le canadien met une seconde de trop à comprendre pourquoi sa moto s’abaisse tout d’un coup… et réalise trop tard que le jeunot s’est installé derrière lui. Comme une go ! « On y va ou on attend que la nuit tombe ? » Qu’il fanfaronne alors que Kyte se remet à peine de l’offense. « AH ! » Il gueule et dans un même mouvement attrape Joseph par le col de son tee-shirt, l’arrache de sa selle et le jette par terre. « M’enfin gamin ! M’dit pas qu’t’as la mémoire si courte ?! Règle numéro un foutre dieu, règle numéro un ! » Il tonne d’un ton geignard, comme un prof mécontent des résultats de son très mauvais élève. En temps normal, il aurait probablement ponctué son discours d’une droite en pleine poire, mais bizarrement il n’en a pas vraiment le cœur ce soir. C’est peut-être parce qu’il a lui-même été cet élève insolent et un peu trop souvent corrigé, ou bien il estime que mordre ainsi la poussière suffira bien à lui faire retenir la leçon. D’autant qu’il trouve dans son cœur un brin d’affection pour le marmot… et que son éducation semble compromise - rapport aux options réduite qui se présentent à eux. C’est qu’on va s’mettre en retard si j’l’envoie voler une cage maintenant… pis c’est même pas dit qu’il saura la conduire tiens ! Ce serait une sacrée perte de temps, et Kyte sait bien qu’il vaut mieux arriver tant que le soleil brille encore dans le ciel s’il veut négocier avec le prez avant qu’il commence à picoler. Se pointer à la nuit tombée, c’est le meilleur moyen de se retrouver à danser la samba entre les tables de la clubhouse avec les autres bikers (ou entre leurs balles, car les Bandidos sont réputés pour avoir la gâchette facile quand ils sont pintés et mal lunés). Avec un soupir résolu, Kyte tend la main à son acolyte pour l’aider à se remettre sur ses pattes. « Allons, allons, assez perdu de temps. » Il grogne d’un air ennuyé, comme s’il n’était pas à l’origine de tout ce foutoir. « Mais qu’est-ce t’attends à la fin ? Grimpe donc en selle ! » Il s’énerve presque, pour rendre la situation plus supportable en se persuadant que c’était son idée à la base. « Normalement j’prends qu’des poules à l’arrière. » Il grommelle tout de même en tournant la clef pour faire chauffer le moteur. « A croire qu’t’y tiens vraiment à t’faire appeler Colette ! » Il plaisante, le ton toujours aussi sec mais avec un sourire amusé au coin des lèvres cette fois-ci. C’est que Kyte, ses colères sont jamais très longues, et rapidement l’envie de s’amuser le reprend (aux dépend des autres, surtout).

« J’espère qu’t’aimes la vitesse. » Il lance, l’air de rien, basculant le poids de sa bécane pour relever la béquille. Et puis sans prévenir il fait hurler le moteur et déraper la roue arrière pour les envelopper de volutes de poussières. Un rire enfle dans la gorge de Kyte alors qu’il trace vers la route à vive allure. Une fois stabilisés sur le pâle ruban goudronné, il met les gaz et sa Harley arrache le bitume. Un vent chaud gifle leurs visages tandis qu’ils fendent le paysage. Les rochers, les arbres, les autres voitures… rien que des panneaux en carton qui semblent s’écraser sur leur passage. L’adrénaline afflue dans les veines du biker qui freine à peine dans les virages. Il bouffe les sensations fortes en pleine face, se réjouit à l’idée d’en faire goûter un peu au gamin à l’arrière, des fois que ça lui donne envie de se bouger le fion et de se révéler motard lui aussi. Et puis une fois dans le désert, ils tracent la route tout droit jusqu’à ce que l’horizon les avale et les recrache une cinquantaine de kilomètres plus loin, près de la grange où les Bandidos ont élu domicile. Kyte ralentit lorsqu’ils approchent. Son insouciance remplacée par une prudence que seule l’expérience apporte, il analyse les murs de bois, compte les bécanes rutilantes alignées sur le côté, étudie la stature et le langage corporel des deux prospects plantés devant l’entrée. Avec un signe de tête respectueux à leur égard, il quitte la route et se gare à quelques mètres des autres motos. « Si t’as des infos sur la chicane entre les Bandidos et les Manthas c’est l’moment d’t’exprimer. » Qu’il lance à Joseph en retirant son casque. « T’as jusqu’à ce qu’on arrive à leur niveau pour m’briefer, ça t'laisse dix secondes. » Il ajoute d’un air hyper sérieux, se gardant bien de lui dire que Micah s’est déjà chargé de lui expliquer le plus gros de la situation. Faut dire qu’il aime bien le faire mariner, le môme. C’est d’ailleurs pour ça qu’il ne lui dit pas non plus que le VP des Bandidos est un vieux pote avec qui il a fait un coup quelques mois plus tôt, et qu’avec son patch de Sergent bien en évidence sur sa poitrine, ils ne risquent pas grand-chose en s’approchant des deux prospects. C’est peut-être son air nerveux ou son manque évident d’expérience, mais y’a un truc chez Joseph qui lui donne sacrément envie de jouer… un peu comme un chat un poil sadique dépiauterait sa pelote de laine.    

code by Chocolate cookie & WHITEFALLS



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Joseph Keegan
Joseph Keegan
le raton-squatteur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans. 26/04/1983
SURNOM : On m'appelle Jo, mais ça m'emmerde. J'aurais préféré avoir un autre prénom.
STATUT : Célibataire qui ne se gêne pas pour (essayer d')en profiter.
MÉTIER : Ex taulard, garde du corps. Ouais : j'ai menti sur mon CV.
LOGEMENT : Hum... Chez Gabriel Lopez en ce moment, demain je serai ailleurs, et après-demain je ne dormirai pas pendant plusieurs jours pour éviter de m'assoupir à la belle étoile.
L'équipée Sauvage » Joseph Giphy
POSTS : 18149 POINTS : 1070

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Quand j'étais jeune, j'étais facilement manipulable. Beaucoup trop en ont profité. J'ai subi la ceinture de mon père et il m'arrive encore de sentir les mains du curé sur moi. Depuis, j'ai inversé les rôles. Je suis devenu le manipulateur en apprenant de mes erreurs. J'ai rejoint un gang à vingt ans, j'ai vendu de la drogue à ceux qui n'en demandaient même pas. La justice m'a rattrapé, j'ai été emprisonné pendant trois ans et j'ai pu m'en sortir plus tôt en usant de bonnes paroles religieuses, celles que j'avais apprises par cœur contre mon gré. J'erre, maintenant, à la recherche de stabilité
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : L'équipée Sauvage » Joseph Giphy
KEEGANs. Time hurts. Time heals.

Robin-Hope [FB] - Deborah [3] - Alfie [2] - Lou - Kyte [FB] - Lily - Samson - Murphy - Deborah [4] - Louanor
RPs EN ATTENTE :
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2] - Aubrey - Aubrey [2] - Kane - Aubrey [3] - Liam - Owen - Aubrey [4] - Tess - Blake [2 ripblake] - Jolex - Aubrey [5] - Gaby [abandonné] - Lindsey [abandonné] - Clara - Eve - Jolex [2] - Jolex [3] - Jolex [4] - Primrose - Sid - Raelyn - Juliana - Gabriel L. - Rae&Auden - Romy - Caroline - Deborah [2] - Terrence - Charlie - Gabriel L. [2] - Lily - Freya - Adrian [FB] - Manthas [FB] - Jessalyn - Raelyn [2] - Raelyn [3][FB] - Lily [2] - Alfie&Juliana - Théodore - Savannah - Spidey - Romy [2]

L'équipée Sauvage » Joseph B4pd
Parce que je ne serais rien sans les mots de Deborah.

PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Calie le serpent.
INSCRIT LE : 25/09/2018
http://www.30yearsstillyoung.com/t21527-pardonnez-moi-mon-pere-j-ai-peche-sans-un-permis-de-peche http://www.30yearsstillyoung.com/t21547-il-y-a-des-jours-ou-je-ferai-semblant-de-t-apprecier http://www.30yearsstillyoung.com/t23547-joseph-keegan

L'équipée Sauvage » Joseph Empty
Message(#) Sujet: Re: L'équipée Sauvage » Joseph L'équipée Sauvage » Joseph EmptyJeu 31 Oct 2019 - 3:53



Le soleil est chaud, le ciel est complètement découvert, dévêtu de ses nuages et on n’arrive pas à en voir la fin derrière l’horizon. Pourtant, malgré les conditions parfaites pour profiter d’une belle journée en Australie, Joseph n’a pas l’impression qu’il se fera un copain de plus aujourd’hui. Jusqu’à présent, il était traité comme le petit nouveau : il recevait souvent un oreiller en plein dans la mâchoire au beau milieu de la nuit et on arrivait facilement à lui faire laver la salle de bain avec une brosse à dents. Malgré cette façon que les manthas ont de le traiter – ils appellent cela une « initiation », d’ailleurs – il sait qu’un matin il sortira de son lit et sera officiellement un membre de la famille. C’est ce qu’il espère depuis le premier jour où on lui a tendu une main. Une main sale, certes, mais une main. « Le canadien, ça m’va bien. » que l’autre répond avec ce fort accent que Joseph n’avait jamais entendu avant aujourd’hui. Effectivement, il semble provenir du grand nord. Il n’a pas le teint australien, le plus jeune aurait pu renifler à des kilomètres son odeur étrangère. Malgré tout, il n’obtient pas de prénom, et c’est un indice de plus qui l’amène à croire qu’on ne l’a pas envoyé en mission avec lui pour faire copain copain. Cela fait peut-être partie de la fameuse initiation. Il espère simplement s’en sortir sans mouiller ses pantalons, sa vessie commence à lui rappeler son existence  à coups de chocs électriques. C’est qu’il ne ressemble pas à un bisounours le motard. Malgré la crainte qui lui ronge les tripes, Joseph arrive à rassembler assez de courage – et de folie – pour grimper à l’arrière de la bécane imposante qui n’épouse absolument pas la forme de ses fesses. Il n’a pas le temps de trouver une meilleure position qui ne lui écrase pas les couilles qu’une main puissante l’envoie s’envoler à ce qui semble des kilomètres plus loin. Il rencontre le béton, s’écrase mollement sans avoir le temps de ralentir sa chute et un voile de poussière vient asperger son visage, juste pour rendre le moment encore plus gênant. Il tousse, crache au sol une salive pâteuse – bonjour la nervosité et l’arrière-goût de poulet épicé – et il lance instinctivement un « pardon » vif, timide, perdant complètement le semblant d’assurance qu’il avait quelques instants plus tôt. Il se relève maladroitement en essuyant ses vêtements du revers de la main pour balayer la poussière et il grimace en pinçant entre ses doigts une petite plaie légèrement rougie au niveau de son coude. S’il n’était pas dans cette mauvaise position, il aurait probablement commencé à argumenter, à rouspéter, à crier l’injustice, parce c’est ce qu’il a toujours fait à chaque fois que son père essayait de corriger ses mauvaises manières. Mais, étrangement, devant l’énorme bête qu’est le canadien, il prend soudainement plaisir à garder le silence. Peut-être a-t-il réellement un instinct de survie, au fond. « Allons, allons, assez perdu de temps. » Le garçon louche un long moment dans le vide, incertain de savoir la chose à faire, un poisson au milieu du désert. « Mais qu’est-ce t’attends à la fin ? Grimpe donc en selle ! » Il se secoue les puces, toujours aussi perdu et, s’il aurait envie de l’interroger quant à son changement d’avis, il décide de garder ses deux lèvres collées et de grimper une seconde fois sur la moto avec la souplesse d’un poteau en métal. Il serre la mâchoire aux prochains commentaires du plus vieux, se retenant de préciser tout bêtement qu’il n’est pas une fille – il se ridiculiserait davantage avec ses réparties de canari.

L’action veut débuter, le moteur gronde, ainsi que l’estomac de Joseph. Il déglutit difficilement lorsqu’il pense perdre l’équilibre : il s’accroche à la dernière seconde à la veste épaisse du conducteur, évitant de mettre trop de pression contre son dos. Il ne veut pas lui rappeler qu’il transporte avec lui un gamin plutôt qu’une jolie femme aux courbes appétissantes. Le trajet est exactement comme il avait craint : une montagne russe d’émotions, de mouches gobées et de paysages impossible à admirer. Sur toute la durée du trajet, Joseph préfère garder les paupières closes et le front presque collée à l’imposante carrure du canadien. Ses larges épaules le protègent du vent violent qui transforme ses cheveux en tas de paille. Pour répondre à la question du plus vieux : non, il n’apprécie pas la vitesse. Ce n’est que lorsqu’ils arrivent enfin à destination qu’il peut ravaler la bile qui montait dangereusement dans sa gorge. Ses deux pieds rencontrent le sol instable et il se rattrape de justesse avant de câliner un buisson sec qui délimite la rue d’un terrain privé. Il peut enfin observer les lieux dans lesquels ils viennent de pénétrer. Son regard se balade sur les dizaines de motos garées contre la façade extérieure du lieu qui ressemble étrangement à un chalet et sa gorge se noue lorsqu’il remarque la présence armée de deux hommes baraqués qui gardent la porte d’entrée. Aussitôt, il se rapproche de celui qui l’accompagne (sans pour autant lui proposer de le tenir en laisse) et il avale de travers lorsqu’il lui réclame le plus d’informations possibles… en dix seconde. La nervosité prend le dessus sur lui, ses poings se serrent, ses ongles déchirent sa peau, mais il arrive à récupérer l’entièreté de son cerveau avant de souffler le plus d’informations qu’il possède : « Ils ont offert une meilleure somme d’argent à quelques-unes de nos prostituées. Ils tentent de nous voler le business des putes, comme leur drogue n’arrive pas à égaler la nôtre. C’est ce que j’ai entendu, je résume mal, mais je ne sais rien de plus. » Ce sont des ouïs dires, des discussions entre les membres de son gang autour d’une pizza vingt pouces. Il n’a pas reçu l’information complète de la part de Micah, comme il n’a pas encore toute sa confiance. Les quelques secondes écoulées, les deux opposés se retrouvent plantés devant les deux tanks, et une voix rauque s’élève dans le désert : « Tournez-vous. Retournez vos poches. » Comme un petit chien obéissant, Joseph s’exécute, soulève même ses bras, fait un tour sur lui-même. C’est un ricanement intimidant qui le ramène sur Terre : « Pas toi, ver de terre. Tu ne pourrais même pas transporter un flingue sans boiter. » Il pointe le canadien avec son gros doigt l’intime prouver l’absence d’armes sous ses fringues. « Qu’est ce qui te ramène par ici, Savard ? » Invisible, Joseph lorgne son compagnon et tente de capter son attention juste assez longtemps pour lui faire un signe de la tête. Mais, c’est l’autre ennemi qui le remarque avant et il le corrige en le bousculant légèrement avec sa main. « Il a bien vieilli ton gosse. » Le plus jeune fronce les sourcils, plongé dans l’incompréhension. Pourquoi connait-il l’ennemi ? Ce nouveau doute n’améliore pas son état de nervosité : son teint blêmi davantage et sa vessie chante à nouveau.  

Spoiler:
 


L'équipée Sauvage » Joseph 5v1r
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

L'équipée Sauvage » Joseph Empty
Message(#) Sujet: Re: L'équipée Sauvage » Joseph L'équipée Sauvage » Joseph Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

L'équipée Sauvage » Joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-