AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abel White
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (31.07.91)
SURNOM : Baby-Bel
STATUT : Célibataire - Divorcé
MÉTIER : Etudiant en droit, Mannequin, Ex-Acteur de soap opéra.
LOGEMENT : #60 Spring Hill
Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) ThisScrawnyAntarcticgiantpetrel-size_restricted
POSTS : 1160 POINTS : 310

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Eternel gosse ♦ Père d’une petite princesse de 4 ans ♦ Originaire de Londres, born & raised ♦ Esprit libre, avide d'expériences diverses et variées ♦ Jongle entre des contrats de mannequin et la faculté de droit avec la ferme intention de devenir avocat ♦ Parle couramment le français ♦ A des tatouages sur tout le corps ♦ Ultimate frisbee member ♦ A vécu une relation passionnée avec son ex-femme, Jess… ♦ Ressens un cruel besoin de toujours avoir quelque chose à faire ♦ Peur absolue du néant et de la dépression ♦
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) 8dc319b356b3dd0d01c4f9577f5d6d2d
Oh, why did you have to walk out of my life Oh, baby let me love you goodbye
Jessabel#3

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) 255
Spaces between us hold all our secrets leaving us speechless
Primbel#5


RPs EN ATTENTE :
Zelda (photoshoot) - Jameson (conférence) - Lukà (?) - Vittorio (cours) - Sky (family drama) - Itziar#2 - Archie#2


RPs TERMINÉS :

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Tumblr_static_tumblr_static__640
Jessian#1 | #2
CoBel
PrimBel#1 | #2 | #3 | #4
Heïana#1 | #2
Caroline
Gab#1Archie-MateItziar
STREET ARTBailey









RPs ABANDONNES : David
AVATAR : Ash lovely Stymest
CRÉDITS : Ava > ilyria / Gif > Tumblr & Alegria
DC : Harvey Hartwell
INSCRIT LE : 08/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23997-abel-james-white-what-is-life-made-for-if-it-s-not-about-having-fun http://www.30yearsstillyoung.com/t24008-wanna-have-fun-abel-james-white http://www.30yearsstillyoung.com/t24018-abel-white

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Empty
Message(#) Sujet: Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) EmptyMer 30 Oct - 22:09



CAN YOU FEEL THE RUSH ?
"ADRENALINE, YEAH IT’S LIKE A DRUG. THE MORE YOU TASTE, CAN GET ENOUGH. CAN YOU FEEL THE RUSH TAKING OVER ALL YOUR SENSES ? CAN YOU FEEL THE RUSH BREAKING DOWN ALL YOUR DEFENSES ? CAN YOU FEEL THE RUSH RACING WITH NO CONSEQUENCES ? CAN YOU FEEL THE RUSH ? CAN YOU FEEL IT ? INSANE CAUSE I LOVE THE WAY WHEN MY PULSE RACES DOUBLE TIME. THE FAST LANE NEVER COULD CONTAIN, GOT MY HEART BEATING OVERDRIVE. ► THE SCORE, RUSH."
→ De la pluie fine, celle qui se faufile sous le moindre vêtement et viens se coller à la peau pour répandre sa douce moiteur inconfortable, typique du pays du thé, s’abat sur les toits de la capitale agitée et les gens se pressent dans les rues pour se mettre à l’abri au plus vite. Au loin des coups de tonnerre se font entendre par-dessus le brouhaha incessant du trafic urbain et le ciel se couvre de nuages noirs apocalyptiques. Une cigarette fumante et mouillée de moitié pendouille entre mes lèvres sèches alors que, d’un pas serein, je longe le trottoir, l’esprit divaguant entre les souvenirs vagues de la soirée de la veille et l’ambiance morbide de la maison actuellement. Je crèche chez mon meilleur pote depuis le début de la semaine, mais je sens que cette solution d’appoint ne va pas durer éternellement car son daron commence à montrer des signes d’agacement en ce qui concerne mon influence négative sur son fils.  Ma vie actuelle ressemble à un orage tonitruant, chaque décision que je prends est comme un coup de tonnerre qui frappe l’atmosphère et les éclairs n’illuminent que brièvement mon existence, avant qu’elle ne plonge dans le noir absolu de nouveau ; et c’est pourquoi aujourd’hui a des airs prophétiques. Quelque chose est sur le point d’arriver. Je le ressens au plus profond de moi, jusque dans mes os : cette journée est prometteuse. Et même si je suis encore un peu intoxiqué de la veille, cette marche vigoureuse sous la pluie londonienne a pour mérite de me réveiller et me remettre les idées en place. « T’es pas trop défoncé pour travailler ? » m’a demandé Nash lorsque je sortais de la douche en baillant, l’air un peu hagard et déphasé. Je crois que j’ai souri à sa remarque simplement, avant d’hausser les épaules et de rétorquer « Y’a pas de clauses qui m’interdit d’être high t’sais. Tant que je suis là.. » Il a ri, m’a balancé un coussin sur la tronche avant de me laisser me préparer. Et dans son regard plus profond qu’il n’aimerait le croire, j’y ai lu tout ce qu’il n’osait pas vraiment dire… Est-ce que ça te plaît de faire ça, Abel ? Poser devant les caméras, obéir aux demandes excentriques des photographes et des designers qui veulent que tu représentes leurs marques, attendre des heures durant dans des studios, te faire peindre la tronche, tirer les cheveux, signer des contrats avec des clauses qui protègent ou non ton intégrité… Elle te plait ta vie, ainsi ?  Je crois que je n’ai pas la réponse à cette question. Je crois aussi que j’évite soigneusement la question de manière générale. Est-ce que la vie doit être forcément plaisante après tout ? N’est-ce pas là une idiote illusion que de courir après un bonheur futile qui s’échappera dès qu’on aura posé la main dessus ? Ou peut-être que cela résulte d’une obstination maladive à correspondre aux attentes d’une société qui voudrait nous faire croire que le bonheur est à portée si on s’en donne les moyens. Foutaises ! Le bonheur est un leurre, la vie c’est une maladie incurable et la fin est la même pour tout l’monde. Car dans la mort, le bonheur n’existe pas ou tout du moins, on ne se pose plus la question. Aussi, il est fatiguant ce besoin de remplir, remplir constamment avant le saut dans le grand vide. L’inconnu n’est pas nécessairement vide. Mes pensées philosophiques absurdes et moi-même démontrent bien que je n’ai pas une grande opinion de la vie elle-même, ni de grandes aspirations pour la mienne. Seul le moment présent compte réellement. Je m’en persuade constamment, et c’est aussi pour cela que je me concentre sur l’instant : sur la pluie qui s’écrase souplement sur mon visage exposé, sur le clapotis que provoquent mes pas sur la chaussée, sur les coups de tonnerre qui se font difficilement entendre et se fondent dans le tumulte de la ville en pleine effervescence. Tout comme je me fonds dans le décor…

- Abel ! J’espère que tu es en forme, le shooting promet de belles choses ! Il va falloir que tu passes au make-up, je te briefe après. Ta partenaire ne devrait pas tarder, ça va être sexy et sauvage tu vas adorer ! J’ignore si je vais réellement adorer ce phot shoot, pour l’instant ce n’est clairement pas la partie que je préfère mais je dois avouer que l’ambiance rock’n’roll des lieux me plaît bien. Dans les combles d’un vieil immeuble désaffecté s’amassent photographes, designers, coiffeurs et maquilleurs tous payés par un magazine de renom qui veut se payer une jolie couv’ avec deux jeunes mannequins de l’instant. Je ne me suis pas vraiment renseigné sur ma ‘partenaire’, et je ne vois d’ailleurs pas l’intérêt de le faire. Si ça passe tant mieux, si non, tant pis. En règle générale, je n’aime pas les mijaurées, les meufs qui s’font désirer en arrivant une demi-heure en retard ou celles qui ont trop d’manières. Et y’en a quand même pas mal dans c’milieu alors, j’essaie de ne pas y prêter trop d’attention. Je fume des clopes alors que tout s’met en place autour de moi et j’attends sagement les indications. C’est pas vraiment compliqué ce job en réalité, suffit juste de faire ce qu’on te dit à peu de choses près. J’ai été repéré par un agent devant le lycée, par une après-midi paisible de printemps, où comme à mon habitude je séchais pour fumer des clopes et me mettre minable. Une opportunité à saisir m’a-t-il dit. Je l’ai cru et j’ai saisi ce que le destin a décidé de placer en travers de mon chemin, sans me poser plus de questions que ça. Depuis, c’est un peu la folie, j’enchaîne les contrats et je séjourne très souvent sur Paris pour tout un tas d’événements extravagants. Mais ce qui m’plait le plus en ce moment c’est le groupe, les mecs avec qui je joue et avec qui j’écume les bars lors de longues soirées festives… Je suis pris dans un tourbillon de folie qui prends constamment de l’ampleur et je m’y perds, ouais je m’y perds… Mais putain, j’aime ça ! Ne pas réfléchir et surtout ne pas se prendre au sérieux. S’amuser, rire, boire et déconner jusqu’à en perdre la raison, tout le temps. Parfois, réussir un shooting et assurer un contrat, entretenir la renommée pour ne pas sombrer définitivement. Mais le noir m’attire tant…Le noir et tous ses tourments…

Les talons claquent sur les vieilles planches du parquet et je tourne la tête vers la silhouette longiligne qui vient d’apparaître. Tout en élégance et en raffinement, de longs cheveux bruns flottant autour d’un visage parfaitement symétrique et radieux, la démarche élancée et féline à la fois, je reste subjugué… La cigarette à mes lèvres tombe sur le sol alors que je reluque sans m’en cacher la magnifique jeune femme qui vient de faire son entrée. Et très vite, je comprends qu’il s’agit là de ma future partenaire : Jessian Reed, en personne. Une bombe ! Je me baisse, ramasse la cigarette et l’observe de loin durant un petit moment – faut dire qu’il y en a un qui maltraite mes pauvres cheveux en même temps alors, je ne suis pas vraiment autorisé à aller la saluer pour le moment. Lorsque je suis enfin libre de mes mouvements, je me lève et m’avance vers elle, confiant et serein. Je m’accoude nonchalamment au mur en brique et lui sourit en demandant – Pas trop nerveuse ? Je détaille son visage, triture un peu mes doigts avant de glisser une énième cigarette entre mes lèvres. – ça va être tranquille, sexy et sauvage on m’a dit… Prête à tout donner ?



(c) DΛNDELION


★ Fire burst in my chest ★
Jet plane headed up to the sky Spread wings in the clouds, getting high We ain't hit a rave in a while No town does it quite like my home So take me back to London.
Revenir en haut Aller en bas
Jessian Reed
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans (15/05/1992).
SURNOM : jess' par ci, jess' par là, tu en oublierais presque ton prénom.
STATUT : célibataire, ta fille de quatre ans te rappelle que tu as été mariée, un divorce dont tu parles peu.
MÉTIER : mannequin internationale, tu vis ton rêve de gamine bien consciente qu'il peut s'envoler à tout moment.
LOGEMENT : n°30, pine street à bayside, il suffit de frapper à la porte jaune canari.
Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Tumblr_inline_olo34dmXvm1ravrtw_1280
POSTS : 896 POINTS : 1025

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : née à brisbane, a quitté la ville à 17 ans avant d'y revenir en 2015 ● joue du piano depuis l'enfance et aime beaucoup chanter ● a vécu 3 ans à Londres ● a une fille de quatre ans nommée Morgane ● a un coquelicot tatoué sur la hanche droite ● est végétarienne ● cours trois fois par semaine et fait autant de sport que possible.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (2019) camilsophiarehanehadèsalec (fb)jasperlizziejohn et abelheathersky.2tamsindimitri.2cora.2matthiasadrianabel.3 (fb)natejohn.2hannah

RPs EN ATTENTE : heïana.2 ● lullaby.2 ● lucia ●

RPs TERMINÉS : (2019) abeljohncoralukàfreyaskyabel.2dimitrieavanheïana (fb)evelynlullabycían

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : naomi scott.
CRÉDITS : mistspell (avatar), tumblr (avatar)
DC : marius warren.
INSCRIT LE : 03/06/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t24370-jessian-always-remember-us-this-way http://www.30yearsstillyoung.com/t24437-jessian-love-is-an-open-door

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Empty
Message(#) Sujet: Re: Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) EmptySam 2 Nov - 10:42



CAN YOU FEEL THE RUSH ?
Jessian Reed & @Abel White
→ Des mains se baladent sur ton corps, tu pousses un soupir d’aise alors que petit à petit, ton esprit comme ton corps se réveillent. Tu le regrettes presque immédiatement, tu sais déjà que la fête d’hier soir laissera des traces pour la journée mais tu n’as pas le temps de t’attarder sur ces détails car les mains qui t’ont réveillées continuent leur balade. Petit à petit des flashbacks de la soirée de la veille te reviennent et tu es effectivement rentrée chez toi aux bras d’une très belle femme que tu n’as apparemment pas réussi à satisfaire complètement la veille. Un rapide coup d’oeil à ton portable d’indique que tu as encore un peu le temps de t’amuser alors tu profites des sensations qui s’éveillent en toi au fur et à mesure que les mains continuent leur ballet sur ton corps. C’est une manière parfaite de te réveiller et tu en profites jusque dans la douche que tu prends avant de devoir filer. Un photoshoot t’attend et s’il y a bien une chose que tu prends au sérieux dans la vie, c’est ton boulot. Ta partenaire fait la moue quand tu lui dis que tu dois partir mais elle ne discute pas et se prépare aussi. En bas de ton immeuble, elle te laisse son numéro et tu la regardes partir avant de ranger le morceau de papier dans ta poche. Elle ne le sait pas encore mais tu ne l’appelleras pas. Ce n’est pas comme ça que tu fonctionnes, tu ne cherches pas plus que ces instants de plaisirs partagés. C’est d’excellente humeur que tu prends un taxi pour te conduire sur les lieux du photoshoot. Quand le taxi te dépose devant un vieil immeuble désaffecté, tu te demandes s’il se moque de toi avant de voir des allers et retours incessants de multiples personnes avec du matériel que tu reconnais. Tu ne sais même plus ce que tu es ici pour représenter. Des vêtements cette fois ? C’est plutôt rare pour toi qui depuis ton arrivée à Londres shoote des publicités pour des marques de sous-vêtements en grande majorité. Mais de temps en temps, ton agent te dégote un autre photoshoot, quelque chose de différent et qu’il espère intéressant pour toi. Une fois à l’intérieur du bâtiment, on te confia aux personnes en charge qui t’entrainèrent dans un tourbillon de petits coins remplis de vêtements, de canapés, de maquillage. Tu adorais ce moment, celui où il fallait te préparer. En discutant avec la personne qui t’habilla avec ta première tenue, tu compris que vous étiez là pour la couverture d’un magazine, détail que tu avais oublié depuis ta conversation avec ton manager. Le slim que l’on te donna et le haut qui allait avec étaient très bien assortis et tu ne te fis pas prier pour enfiler tes pieds dans les magnifiques chaussures à talons que l’on te confia. La séance de maquillage fut assez brève au final mais te permit d’en apprendre un peu plus sur ton partenaire de la journée. Abel White … Tu avais vu son nom dans quelques magazines mais tu ne l’avais jamais rencontré. Apparemment, il dégageait un air ‘je m’en foutiste’ qui ne plaisait pas beaucoup aux maquilleuses. Qu’importe ! Tu avais l’habitude de travailler avec tous types de mannequins, tu savais être professionnelle.

Une fois prête, on t’indiqua la partie des combles où tu devais te rendre pour les premières photos. C’est sans surprise que tu arrivais sur un plateau où la mise en place n’était pas terminé. Soupirant, tu te dirigeais vers la table qui contenait quelques victuailles et tu mangeais un gâteau avant de boire de l’eau. Quelques secondes plus tard tu étais entourée de maquilleurs qui refirent ton maquillage comme si boire et manger changeait la face du monde mais tu les laissais faire sans broncher. Tu sortais ton portable pour répondre à un sms quand une voix t’interrompit : « Pas trop nerveuse ? Ca va être tranquille, sexy et sauvage on m’a dit… Prête à tout donner ?  » Rangeant ton portable, tu tournais la tête pour te retrouver face à face avec ton partenaire, une cigarette entre les lèvres. Le sourire qui se dessine sur son visage est communicatif et tu souris à ton tour alors qu’il s’appuie sur le mur à tes côtés. Tu ne lui réponds pas de suite, à la place, tu prends le temps de l’observer. Son visage à lui tout seul es tune oeuvre d’art avec son air insolent et rempli de défiance mais quand tu regards se pose sur ses bras tatoués, tu sais que tu es fichue. Une vague de désir t’envahie mais tu la chasses comme tu peux avant de lui répondre : « Je donne toujours tout lors de mes photoshoots monsieur White, tachez de retenir la leçon. » Lui dis-tu avec un sourire en coin. Tes yeux se posent sur la cigarette qu’il a entre les lèvres et tu finis par lui demander : « Je peux ? » Tu meurs d’envie de fumer une cigarette mais tu as tout laissé chez toi ce matin. Quand tu as des gens dans ton lit au réveil, tu oublies toujours quelques chose sur la table de nuit. « Es-tu prêt de ton côté ? J’ai besoin d’un partenaire à la hauteur de mes attentes. » Demandas-tu sans cacher le défi qui se trouvait derrière tes paroles. Tu n’étais pas en général aussi taquine avec tes partenaires tu essayais de rester professionnelle mais l’homme en face de toi te donnait particulièrement envie de briser les règles …

(c) DΛNDELION


- - another day of sun with you.
Revenir en haut Aller en bas
Abel White
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (31.07.91)
SURNOM : Baby-Bel
STATUT : Célibataire - Divorcé
MÉTIER : Etudiant en droit, Mannequin, Ex-Acteur de soap opéra.
LOGEMENT : #60 Spring Hill
Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) ThisScrawnyAntarcticgiantpetrel-size_restricted
POSTS : 1160 POINTS : 310

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Eternel gosse ♦ Père d’une petite princesse de 4 ans ♦ Originaire de Londres, born & raised ♦ Esprit libre, avide d'expériences diverses et variées ♦ Jongle entre des contrats de mannequin et la faculté de droit avec la ferme intention de devenir avocat ♦ Parle couramment le français ♦ A des tatouages sur tout le corps ♦ Ultimate frisbee member ♦ A vécu une relation passionnée avec son ex-femme, Jess… ♦ Ressens un cruel besoin de toujours avoir quelque chose à faire ♦ Peur absolue du néant et de la dépression ♦
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) 8dc319b356b3dd0d01c4f9577f5d6d2d
Oh, why did you have to walk out of my life Oh, baby let me love you goodbye
Jessabel#3

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) 255
Spaces between us hold all our secrets leaving us speechless
Primbel#5


RPs EN ATTENTE :
Zelda (photoshoot) - Jameson (conférence) - Lukà (?) - Vittorio (cours) - Sky (family drama) - Itziar#2 - Archie#2


RPs TERMINÉS :

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Tumblr_static_tumblr_static__640
Jessian#1 | #2
CoBel
PrimBel#1 | #2 | #3 | #4
Heïana#1 | #2
Caroline
Gab#1Archie-MateItziar
STREET ARTBailey









RPs ABANDONNES : David
AVATAR : Ash lovely Stymest
CRÉDITS : Ava > ilyria / Gif > Tumblr & Alegria
DC : Harvey Hartwell
INSCRIT LE : 08/05/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t23997-abel-james-white-what-is-life-made-for-if-it-s-not-about-having-fun http://www.30yearsstillyoung.com/t24008-wanna-have-fun-abel-james-white http://www.30yearsstillyoung.com/t24018-abel-white

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Empty
Message(#) Sujet: Re: Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) EmptyDim 10 Nov - 13:58



CAN YOU FEEL THE RUSH ?
"ADRENALINE, YEAH IT’S LIKE A DRUG. THE MORE YOU TASTE, CAN GET ENOUGH. CAN YOU FEEL THE RUSH TAKING OVER ALL YOUR SENSES ? CAN YOU FEEL THE RUSH BREAKING DOWN ALL YOUR DEFENSES ? CAN YOU FEEL THE RUSH RACING WITH NO CONSEQUENCES ? CAN YOU FEEL THE RUSH ? CAN YOU FEEL IT ? INSANE CAUSE I LOVE THE WAY WHEN MY PULSE RACES DOUBLE TIME. THE FAST LANE NEVER COULD CONTAIN, GOT MY HEART BEATING OVERDRIVE. ► THE SCORE, RUSH."
→ Concentrée sur son téléphone portable, elle ne m’a pas vu arriver, Jessian. Faut dire qu’au milieu du brouhaha ambiant, si je ne l’ouvre pas pour l’avertir de ma présence, je peux très bien passer inaperçu. Je déteste ça, passer inaperçu. J’ai besoin d’être remarqué, observé, critiqué, jalousé, aimé… Parfois, un peu trop besoin. Elle termine de tapoter sur son écran, ferme son application, avant de relever ses yeux noisettes sur ma personne et de me faire face. Déterminée, farouche et féline : elle me fascine. J’essaie de garder un air nonchalant et blasé, pour ne pas lui donner trop d’intérêt (je sais que les filles préfèrent quand on les ignore, même si je n’ai jamais compris pourquoi) et je garde un léger sourire flottant sur les lèvres (qui, malgré tout, est révélateur de mon admiration). Mon briquet glisse de la paume de ma main jusqu’au bout de mes doigts, et je ne la quitte pas des yeux tandis que je l’actionne et l’approche du bout de la cancéreuse que j’allume. – Je donne toujours tout lors de mes photoshoots monsieur White, tachez de retenir la leçon. Fascination. Boom, comme une flèche qui vient se planter au beau milieu de sa cible, elle me touche en plein cœur. Sa voix, charmeuse, a ce petit côté autoritaire et confiant qui lui confère une assurance presque insolente – et ça me plait. – Je peux ? Je souffle la fumée de ma cigarette sur le côté et hoche la tête, lui tendant la cigarette déjà entamée. Pose tes lèvres là où les miennes se sont déjà posées, enflamme-moi de désir, je veux brûler et mourir sur tes lèvres… Je sens le désir m’enflammer de façon étrange. C’est fulgurant et inattendu, bouleversant même. Mais plaisant, extrêmement plaisant. Le jeu de regard entre nous me donne des frissons et mes mains s’occupent en faisant tourner mon paquet de cigarettes. – Es-tu prêt de ton côté ? J’ai besoin d’un partenaire à la hauteur de mes attentes. Cette remarque, un tantinet provocatrice, provoque un petit rire chez moi. Un partenaire à la hauteur de ses attentes… Je paris que je peux être au-delà de tes attentes, Jess. Si tes attentes se situent quelque part autour du grand frisson. Modeste moi ? Absolument pas. – Peut-être que tu devrais m’en dire un peu plus sur tes attentes… Pour que je m’adapte au plus proche de ce qui te convient. Petit haussement de sourcils, clin d’œil plein de sous-entendus… Puis je rigole, légèrement. – En tout cas, je suis prêt à tout, Mademoiselle Reed. La fumée de ma cigarette s’élève dans l’air Londonien en cette matinée douce, les fenêtres s’ouvrent et illuminent l’endroit. L’orage terminé, la ville baigne désormais dans une douce clarté et les rayons chaleureux du soleil réchauffent les pierres froides des bâtiments. – On ne va pas tarder à commencer ! Abel tu vas commencer en premier ! J’arque les sourcils, tourne la tête vers la directrice du photoshoot qui vient de m’appeler et termine ma cigarette rapidement. – Le devoir m’appelle, princesse. J’espère que tu vas apprécier le spectacle. Excité par l’envie de l’impressionner, je pars vers le spot de shoot avec assurance, prêt à ‘tout donner’. J’enchaîne les pauses, jouant comme toujours sur mon côté ‘sale-gosse’. Je tire la langue, fais des grimaces, adopte un air triste et morose, et tout cela plaît plus que de raison aux professionnels qui ne tarissent plus d’éloge à mon sujet. Ils devraient savoir pourtant que la flatterie m’écœure et a l’effet contraire d’un dopant. Car l’unique raison pour laquelle je continue et fais le job de la meilleure des façons, c’est parce qu’elle me regarde.


(c) DΛNDELION


★ Fire burst in my chest ★
Jet plane headed up to the sky Spread wings in the clouds, getting high We ain't hit a rave in a while No town does it quite like my home So take me back to London.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Empty
Message(#) Sujet: Re: Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Can you feel the rush ? - Jessabel#3(FB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-