AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 i need somebody to heal ≈ marius & margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Margot Dubois
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans
SURNOM : Elle n'a jamais aimé les surnoms
STATUT : Divorcée
MÉTIER : Ancienne architecte parisienne, elle espère retrouver un bon poste à Brisbane
LOGEMENT : #22 (appartement) Redcliffe
i need somebody to heal ≈ marius & margot Original
POSTS : 26 POINTS : 195

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Tu commencerais par dire que tu as eu une enfance heureuse, en province. Tu dirais ensuite que tu as connu la grande vie à Paris avec le métier de tes rêves. Tu ajouterais que tu as connu l’amour et que tu as épousé un homme formidable, malgré votre relation en dents de scies. Mais tu n’évoquerais pas la naissance de ta fille, Luna. Tu la tairais parce que tu n’aurais pas la force de poursuivre en disant que tu as dû lui dire au-revoir, suite à une terrible maladie. Tu terminerais juste en disant que ton mariage n’a pas marché et que tu es venu trouver un nouveau départ à Brisbane.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : #marius
PSEUDO : Nala
AVATAR : Sophia Bush
DC : ///
INSCRIT LE : 29/10/2019

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyDim 3 Nov - 16:13





I need somebody to heal

ft marius

◊ ◊ ◊

La lumière commence enfin à apparaître. Ce n’est peut-être qu’une infime lueur mais tu peux déjà l’imaginer réchauffer ton cœur. Cela te semblait impossible avant. Tu t’es surprises à sourire. Et même à rire. C’est une sensation étrange. Comme si tu devais réapprendre. Et c’est ce que tu fais. Tu réapprends à vivre. Tu n’as pas à te plaindre depuis ton déménagement. Ton appartement te convient et tu n’attends que de retrouver un travail pour te complaire parfaitement dans ce nouveau départ. Parfois, tu te sens coupable. De pouvoir rire alors qu’elle ne le peut plus. Dans ces moments-là, tu pleures. Tu pleures parce que tu ne peux rien faire d’autre.
Tu as encore du mal à réaliser que tu vis vraiment à Brisbane. Tu as l’impression d’être en vacances, comme lorsque tu venais avec Raphaël. En pensant à ton ex-mari, ta gorge se serre. Tu essaies de ne pas y penser, mais malgré toi, tu l’imagines avec une autre. C’est injuste de lui en vouloir, puisque tu l’as incité à partir. Tu ne regrettes même pas car, au fond de toi, tu veux qu’il soit heureux. Mais quelques fois, le soir, alors que tu es à plus d’une dizaine de milliers de kilomètres de lui, tu regrettes que ce ne soit pas avec toi. Bien sûr, même si dire au-revoir à votre princesse a définitivement brisé votre mariage, votre relation a connu des bas bien avant cela. Mais, c’est plus fort que toi, malgré toutes vos crises, tu ne peux pas balayer quatorze ans de vie commune en six mois. Tu ne peux pas ne plus ressentir d’amour pour lui. Pourtant, tu as connu un autre homme.
Marius. Ce simple prénom provoque chez toi une avalanche de sentiments contradictoires. Regret, haine, amour, culpabilité. Ami. Amant. Tu ne sais plus si tu le détestes ou si tu l’aimes. Une chose est sûre, depuis tes dix-neuf ans, Marius a laissé sur ton cœur la trace indélébile de cet amour de jeunesse déçu. Alors quand, lors de ce week-end, il a posé ses lèvres sur les tiennes, tu n’as pas réussi à lui dire non. Comme si la jeune toi, éperdument amoureuse de son ami, était enfin comblée. Avec le recul, tu as compris que tu aimerais toujours Marius d’une manière un peu spéciale. Vous n’avez eu aucun mal à redevenir amis. A oublier cette ambiguïté. Cela avait même été trop facile. Trop facile de mentir à ton mari, trop facile de te mentir à toi-même.
Puis Luna est tombée malade et tout a changé. A mesure que son état s’aggravait, tu t’enfonçais. Tu avais besoin d’un coupable. Et tu étais le coupable idéal. Tu t’es persuadée que la maladie de ta fille n’était pas un tragique hasard et que c’est pour te punir de ton infidélité que la vie t’a joué un mauvais tour. C’était toujours mieux que de ne pas avoir de raison. Mieux que de croire que ce monde était assez cruel pour lui enlever le fruit de ses entrailles par un simple coup du sort. Tu t’es mise à t’en vouloir, et aussi à en vouloir à Marius. Alors tu as simplement arrêté de lui donner de tes nouvelles. Aussi simplement que cela. Une fois, alors qu’il appelait à l’heure habituelle et que tu t’obstinais à laisser sonner, Raphaël t’avait dit de lui répondre. Tu avais levé les yeux vers ton mari, qui t’observait avec inquiétude, cette même inquiétude qui ne le quittait plus chaque fois qu’il te regardait. Il avait insisté en te disant que Marius était ton ami, et que cela te ferait sûrement du bien de parler avec lui. Tu t’étais contenté de rire jaune, en te replongeant dans ton croquis. Tu te punissais en t’empêchant de lui parler, et bien que Raphaël ignorât pourquoi, il l’avait compris. Tu avais besoin de le haïr autant que tu avais besoin de lui parler.
Sauf que Brisbane signifie Marius. Et, tu ne peux pas penser à un nouveau départ sans lui. Parce que votre amitié te manque. Et qu’il est temps que tu arrêtes de te détester pour ces deux jours interdits que vous avez passés ensemble. Que tu vous pardonnes. Alors, tu as déniché son adresse et tu t’es rendue à son loft. Mais maintenant que tu es devant la porte, ton cœur cogne douloureusement contre ta poitrine. Tu as envie de faire demi-tour autant que tu as envie d’entrer et de te nicher dans ses bras. Tu sonnes timidement et tu as l’impression que les secondes s’allongent avant que la porte ne s’ouvre. Ton cerveau se vide d’un coup de toutes ses pensées cohérentes. De tout ce que tu avais prévu de lui dire. Alors, tu bafouilles une question, sans doute la moins adéquate à la situation. Tu parles en français pour la première fois depuis deux semaines. Tu n’arrives pas à réfléchir assez pour trouver les bon mots anglais. Et de toutes manières, vous avez toujours parlé dans ta langue. « Je… J’te dérange pas ? »

(c) oxymort

Revenir en haut Aller en bas
Marius Warren
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché. cela n'empêche pas certaines âmes aventureuses de tenter un mario de temps en temps.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé qui aimerait s'ouvrir mais une raison qui finit toujours par prendre le dessus.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : propriétaire d'un loft numéroté 613 à spring hill.
i need somebody to heal ≈ marius & margot Tumblr_inline_p82bgxzkuB1ro4fjb_540
POSTS : 182 POINTS : 425

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● en guerre avec tommy qui t'a trahi et que tu n'as jamais su pardonner, un inconnu pour scarlett, il n'y a que beth dont tu as su te rapprocher ● dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● as une nièce de dix ans pour qui tu déplacerais des montages mais que tu vois trop peu souvent à ton goût ● es revenu à Brisbane en janvier 2018.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (2019) tommyscarlettevelynjoannecaliequinnjustinemargot

RPs EN ATTENTE : allan ● paul ● auden ● josh ●

RPs TERMINÉS : (2019)

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : tik tok (avatar), tumblr (gifs).
DC : jessian reed.
INSCRIT LE : 02/09/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius http://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyDim 3 Nov - 18:59



i need somebody to heal

La journée avait été longue et pas parce que tu avais eu des étudiants dans ton bureau et que tu t’étais laissé entrainer dans des débats pas possibles avec eux. Non, aujourd’hui il avait fallu que tu règles les formalités administratives que tu aimes toujours reléguer à plus tard. Et ce plus tard, c’était apparemment aujourd’hui car ton supérieur n’a pas hésité à venir te faire la morale à ce sujet. Toi, ta passion c’est l’enseignement et les arts. Tout le reste, tu trouves que cela gâche le temps que tu pourrais consacrer aux deux premiers. Mais tu dois aussi avouer qu’un monde sans règles ne serait pas viable et tu es le premier à rappeler à tes élèves de les respecter. Tu as donc passé ta journée dans ton bureau à remplir des formulaires ne t’interrompant que pour aller donner tes cours et quand certains élèves sont passés avec des questions sur le dernier travail à rendre. Ces petites pauses tout au long de la journée ont été bénéfiques mais pas assez pour effacer le mal de crâne que tu sens s’installer doucement mais sûrement. Quand tu glisses le dernier formulaire dans l’enveloppe avant de la déposer dans le bureau de ton supérieur, ce n’est pas sans laisser échapper un soupire de soulagement. Tu sais que tu es désormais tranquille jusqu’à la période des examens dans un peu plus d’un mois. C’est toujours dans ces périodes là que l’administratif refait surface. En rentrant chez toi, tu t’arrêtes à la petite épicerie près de ton immeuble pour y récupérer de la salade, une patate douce et des tomates. Un repas léger qui accompagnera une soirée tranquille à profiter du petit balcon que tu as eu la chance d’avoir avec ton loft surtout maintenant que le printemps est bel et bien installé à Brisbane. Sentant que ta soirée s’annonce plus douce que la journée, tu rentres chez toi avant d’allumer la chaîne hi-fi. Tu te fiches des remarques de Beth sur le fait que cela vient d’un autre temps et qu’aujourd’hui tout le monde écoute de la musique sur son téléphone. En plus tu es persuadé que c’est faux, tes élèves ne parlent plus que d’acheter des vinyles ces derniers temps … Il te reste une certaine satisfaction à l’idée de glisser le CD dans la machine et tu ne t’en prives pas ce soir encore. Tu prends le temps de préparer des frites de pomme de terre au four et une salade composée pour les accompagner. C’est avec satisfaction que tu t’installes sur ton canapé, la fenêtre ouverte alors que tu sors ton matériel d’aquarelle. Tu dois en terminer une que tu as laissé traîner ces derniers temps. Prenant un verre de limonade, tu viens enfin t’installer sur le canapé profitant de la musique et de l’odeur qui s’élève dans l’appartement. Tu fermes les yeux, t’assoupissant un instant quand soudain, la sonnette retentit. Tu fronces les sourcils et tu attrapes ton téléphone. Personne n’a essayé de t’appeler et en général, les gens connaissent ton désamour pour les surprises, ils ne passent que rarement à l’improviste. Baissant la musique, tu t’approches de la porte avant de l’ouvrir en disant : « Beth je t’ai déjà dit de m’… » Les mots que tu allais prononcer meurent sur tes lèvres alors que tes yeux se posent sur la personne derrière la porte. Tu es presque certain de ressembler à un poisson hors de l’eau à cet instant précis mais tu dois être dans un rêve car devant toi, se trouve Margot. Margot dont tu n’as presque pas de nouvelles depuis un an, Margot qui habite en France avec Raphaël. Elle n’était pas vraiment là n’est-ce pas ? « Je… J’te dérange pas ? » Ces mots prononcés en Français, cette voix, ce ne peut être que Margot mais comment est-ce possible ? Qu’est-ce qu’elle fait là ? Tu refermes la bouche avant de l’ouvrir pour dire quelque chose et de la refermer. La vérité c’est que tu ne sais pas quoi dire car tu n’as pas parlé à Margot depuis trop longtemps et que tu ne sais pas si elle va bien, si elle a vraiment envie de te parler. C’est elle qui a coupé les ponts, qui a repoussé toutes tes tentatives et pourtant, elle était là, sur le pas de ta porte. Tu tends la main, tu laisses ton pouce caresser sa joue encore incapable de croire qu’elle n’est pas vraiment une apparition. « Tu es vraiment là … » Dis-tu à haute voix, en Français cette fois, comme si tu en avais besoin pour te persuader de la réalité des choses. Soudain, tu te rendais compte du ridicule de ton geste et retirant ta main, tu lui dis : « Je suis désolé. Entre je t’en prie. » Tu te décalais de la porte pour la laisser passer et la refermer derrière elle. Les questions sont nombreuses et tu ne sais pas par laquelle commencer. Tu n’as jamais été un homme qui parlait beaucoup. Parler pour ne rien dire n’était pas quelque chose que tu faisais beaucoup. « Tu … Qu’est-ce que tu fais à Brisbane Margot ? » Ce n’était pas méchant, tu ne voulais pas qu’elle pense qu’elle n’était pas la bienvenue. C’était juste une surprise, d’autant plus qu’elle soit venue chez toi …

Made by Neon Demon


i need somebody to heal ≈ marius & margot Udv22bR
i need somebody to heal ≈ marius & margot 480954teachers
i need somebody to heal ≈ marius & margot Mf7aKnj
i need somebody to heal ≈ marius & margot ZZBr7e1
i need somebody to heal ≈ marius & margot YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Margot Dubois
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans
SURNOM : Elle n'a jamais aimé les surnoms
STATUT : Divorcée
MÉTIER : Ancienne architecte parisienne, elle espère retrouver un bon poste à Brisbane
LOGEMENT : #22 (appartement) Redcliffe
i need somebody to heal ≈ marius & margot Original
POSTS : 26 POINTS : 195

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Tu commencerais par dire que tu as eu une enfance heureuse, en province. Tu dirais ensuite que tu as connu la grande vie à Paris avec le métier de tes rêves. Tu ajouterais que tu as connu l’amour et que tu as épousé un homme formidable, malgré votre relation en dents de scies. Mais tu n’évoquerais pas la naissance de ta fille, Luna. Tu la tairais parce que tu n’aurais pas la force de poursuivre en disant que tu as dû lui dire au-revoir, suite à une terrible maladie. Tu terminerais juste en disant que ton mariage n’a pas marché et que tu es venu trouver un nouveau départ à Brisbane.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : #marius
PSEUDO : Nala
AVATAR : Sophia Bush
DC : ///
INSCRIT LE : 29/10/2019

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyDim 3 Nov - 21:13





I need somebody to heal

ft marius

◊ ◊ ◊


Tu changes d’avis. Finalement, venir était une erreur monumentale. De toutes manières, Marius déteste les imprévues et les surprises. Tu n’as qu’à rentrer chez toi, et tu l’appelleras pour lui expliquer doucement la situation. Pourquoi débarquer sans prévenir ? Mentalement, tu te réprimandes. La plupart du temps, tu es réfléchie. Pourquoi n’avais-tu pas écouté le minimum de bon sens qu’il te restait ? Cette petite voix qui te conseillait de rester dans le confort, derrière ton téléphone ? Tes jambes flageolantes et toi s’apprêtent à faire demi-tour quand la porte s’ouvre. Les yeux ronds, il ne termine pas son début de phrase. Tu l’as rarement vu l’air aussi ahuri. Avant que le silence ne s’étire trop, tu formules ta question à laquelle il ne répond pas. Il se contente de t’observer. Gênée, tu ne bouges pas toi non plus. Tu as l’impression qu’il te dissèque du regard. Puis, il tend sa main et vient caresser ta joue de son pouce. Ton corps entier se crispe et pourtant tu ne fais pas un geste. Tu le laisses prendre conscience que tu es vraiment là. Quelque part, sa surprise te blesse un peu. Comme s’il avait définitivement tiré un trait sur votre amitié, et que te voir est impensable. Bien sûr, TU as coupé tous les ponts et tu n’as pas le droit de penser cela. « Tu es vraiment là … » Oui, tu es là. Et son accent marqué te rappelle tant de souvenirs que tu as envie de lui sauter dans les bras. Tu prends conscience du trou béant qu’il a laissé dans ta vie. Au même moment, il retire sa main. « Je suis désolé. Entre je t’en prie. » Il s’efface et tu entres dans son loft, alors que tes yeux se balade dans la pièce. Tu ne peux retenir un sourire en avisant la chaîne hi-fi et l’aquarelle. Tu reconnais bien là ton ami. Tu reportes ton attention sur Marius qui cherche visiblement quoi dire. Toi-même ne sais pas vraiment comment commencer. Il doit avoir tant de questions. Et toi tant d’explications. « Tu … Qu’est-ce que tu fais à Brisbane Margot ? ». Tu n’as prévenu personne que tu déménageais. Tu as simplement envoyé un message à ton frère une fois dans l’avion, pour qu’il ne s’inquiète pas. Mais tu n’avais pas besoin qu’il cherche à te raisonner ou à te faire part de tous ses conseils. Ça n’avait rien de méchant. Simplement depuis la mort de Luna, il se montrait un peu trop protecteur. « Raphaël a… Enfin, nous avons divorcé. » Tu toussotes. Tu ne viens pas te plaindre, c’est vraiment la dernière chose que tu veux. « Mais ça va. Enfin, je veux dire, ça ne marchait plus depuis un bout de temps. » Mais il le sait très bien. Marius mieux que quiconque peut témoigner de sa relation compliquée avec son ex-mari. Il n’a simplement pas vu le désastre qu’a été le deuil de Luna. « Plus rien de me retenait à Paris. J’avais besoin de changement. Alors j’ai déménagé ici. » Tu peines à résumer la situation. Tu ne pourrais, même si tu le voulais lui faire comprendre à quel point ce nouveau départ était essentiel pour toi. Bien sûr qu’il ne pourrait pas comprendre. Tu l’as rayé de ta vie dès que c’est devenu compliqué. Une vague de culpabilité t’envahit. « Je suis désolée. » Tu le regardes tristement. Tu espères que votre relation peut encore être sauvé. « De ne pas avoir donné de nouvelles. » Mais, tu sais au fond de toi qu’un fossé s’est creusé entre vous. Et c’est de ta faute. Tu souris, penaude. « Et d’avoir débarqué à l’improviste aussi. Je sais que tu détestes ça. »

(c) oxymort

Revenir en haut Aller en bas
Marius Warren
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché. cela n'empêche pas certaines âmes aventureuses de tenter un mario de temps en temps.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé qui aimerait s'ouvrir mais une raison qui finit toujours par prendre le dessus.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : propriétaire d'un loft numéroté 613 à spring hill.
i need somebody to heal ≈ marius & margot Tumblr_inline_p82bgxzkuB1ro4fjb_540
POSTS : 182 POINTS : 425

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● en guerre avec tommy qui t'a trahi et que tu n'as jamais su pardonner, un inconnu pour scarlett, il n'y a que beth dont tu as su te rapprocher ● dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● as une nièce de dix ans pour qui tu déplacerais des montages mais que tu vois trop peu souvent à ton goût ● es revenu à Brisbane en janvier 2018.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (2019) tommyscarlettevelynjoannecaliequinnjustinemargot

RPs EN ATTENTE : allan ● paul ● auden ● josh ●

RPs TERMINÉS : (2019)

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : tik tok (avatar), tumblr (gifs).
DC : jessian reed.
INSCRIT LE : 02/09/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius http://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyLun 4 Nov - 9:47



i need somebody to heal

Tu n’arrives toujours pas à croire que Margot est à Brisbane et encore moins sur le pas de ta porte. Margot est censée être en France, à Paris avec son mari. Du moins c’est là que tu la voyais être la dernière fois que tu avais pensé à elle. Mais cela faisait de longs mois que tu n’avais pas eu de nouvelles alors tout était possible après tout. Tu avais essayé à de multiples reprises de reprendre contact mais au bout d’un moment, alors que tu te battais avec tes propres démons, tu n’avais plus eu la force de continuer des efforts qui étaient vains depuis plusieurs mois. Ce n’était pas pour cela que tu avais complètement perdu espoir de revoir Marot un jour. Tu avais pris des billets pour la France pour tes prochaines vacances dans l’espoir de retrouver une forme de paix intérieure pendant quelques semaines ainsi que de retrouver des amis laissés dans la capitale et sur la côte Atlantique où tu comptais aller faire un tour. Une côte qui t’avait vue vivre les moments les plus heureux de ta vie à plusieurs reprises. Et revoir Margot faisait remonter tous ces souvenirs dont vous aviez juré ne plus reparler. Cela ne t’empêchait pas d’y repenser de temps en temps, incapable de réellement oublier. Après le choc d’avoir Margot chez toi, tu la fis entrer dans ton loft qui n’avait rien à voir avec les appartements que tu avais occupés à Paris même si tu avais essayé d’amener un peu de cette ambiance dans cet appartement. Finalement, alors que vous vous tenez de nouveau l’un en face de l’autre dans ton salon, tu finis par lui demander ce qu’elle fait à Brisbane. C’est une entrée en matière comme une autre, il faut bien commencer quelque part après des mois de silence. « Raphaël a… Enfin, nous avons divorcé. Mais ça va. Enfin, je veux dire, ça ne marchait plus depuis un bout de temps. » Quoi ? Tu savais que leur couple et leur mariage n’était pas au beau fixe, bien sûr que tu le savais mais tu ne pensais pas que divorcer était une éventualité. Tu n’avais jamais été un grand fan de Raphaël mais il avait toujours su prendre soin de Margot et l’aimait profondément, c’était le plus important. Il t’avait appelé une fois depuis ton retour à Brisbane. Il s’inquiétait pour Margot qui depuis la mort de Luna n’était plus que l’ombre d’elle-même. Il t’avait demandé s’il n’était pas possible pour toi de t’envoler pour Paris, pour essayer de raisonner Margot. La période des examens battait son plein à l’époque et tu n’avais pas pu t’absenter. Depuis, tu n’avais pas eu de nouvelles. « Plus rien de me retenait à Paris. J’avais besoin de changement. Alors j’ai déménagé ici. » Déménagé ? Margot avait déménagé ? Tu avais eu son frère au téléphone il y avait quelques semaines et il n’avait rien mentionné du tout. Ce n’était pas son genre de te cacher ce genre d’information donc quelque chose te disait qu’il ne devait en avoir aucune idée. « Tu as déménagé ? » Lui demandas-tu éberlué. « A Brisbane ? Depuis quand ? » Vous en aviez parlé quelques fois, plus comme un blague qu’autre chose en réalité. Tu avais toujours été persuadé que Margot ne quitterait pas la France, tu n’avais jamais envisagé de la voir à Brisbane plus que quelques fois en vacances. « Je suis désolée. De ne pas avoir donné de nouvelles. Et d’avoir débarqué à l’improviste aussi. Je sais que tu détestes ça. » Elle n’avait pas tort, tu n’étais pas la meilleure personne à surprendre. Elle aurait pu t’appeler pour t’en parler mais après le faussé qui s’était creusé entre vous après tous ces mois de silence, peut-être que c’était mieux ainsi. Tu allais lui répondre quand l’alarme de ton téléphone retentit. « Je reviens. » Tu t’échappes vers la cuisine où tu éteins le four en laissant les frites à l’intérieur. Tu ne sais pas ce qui est en train de se passer, c’est comme si un tsunami venait de te percuter de plein fouet et tu détestais ne pas avoir le contrôle des choses. Peu importe, Margot était dans ton salon, tu devais t’adapter. Revenant dans le salon, tu lui dis : « J’allais manger, si tu as faim je peux nous installer sur le balcon. La vue n’est pas aussi belle qu’à Paris mais elle n’est pas mal non plus. » Lui proposas-tu. Tu n’avais pas préparé un repas gastronomique mais vous asseoir autour d’une table rendrait peut-être vos échanges plus faciles. « Je suis content de voir que tu vas bien. Il va me falloir un peu de temps pour me faire à l’idée mais je suis content que tu sois venue ici pour repartir de zéro. » Parce que c’était ce qu’elle avait certainement essayé de faire, tu ne le voyais pas autrement, pas après ce que son frère t’avait raconté ces derniers temps. « Qu’est-ce qui s’est passé Margot ? Ton frère est inquiet tu sais et Raphaël l’a été assez pour me supplier de revenir sur Paris quelques jours. » Attrapant la main de Margot, tu l’entrainais dans la cuisine ouverte et sur le balcon où tu installais deux assiettes et des verres à vin. Tu ne buvais pas, presque pas du moins mais une bouteille ne pouvait pas vous faire de mal ce soir, vous alliez en avoir besoin. « Le menu de ce soir est composé de salade et de frites de patates douce au four. Désolé, je n’ai pas d’alternative. » Lui dis-tu en sortant le plat du four.

Made by Neon Demon


i need somebody to heal ≈ marius & margot Udv22bR
i need somebody to heal ≈ marius & margot 480954teachers
i need somebody to heal ≈ marius & margot Mf7aKnj
i need somebody to heal ≈ marius & margot ZZBr7e1
i need somebody to heal ≈ marius & margot YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Margot Dubois
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans
SURNOM : Elle n'a jamais aimé les surnoms
STATUT : Divorcée
MÉTIER : Ancienne architecte parisienne, elle espère retrouver un bon poste à Brisbane
LOGEMENT : #22 (appartement) Redcliffe
i need somebody to heal ≈ marius & margot Original
POSTS : 26 POINTS : 195

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Tu commencerais par dire que tu as eu une enfance heureuse, en province. Tu dirais ensuite que tu as connu la grande vie à Paris avec le métier de tes rêves. Tu ajouterais que tu as connu l’amour et que tu as épousé un homme formidable, malgré votre relation en dents de scies. Mais tu n’évoquerais pas la naissance de ta fille, Luna. Tu la tairais parce que tu n’aurais pas la force de poursuivre en disant que tu as dû lui dire au-revoir, suite à une terrible maladie. Tu terminerais juste en disant que ton mariage n’a pas marché et que tu es venu trouver un nouveau départ à Brisbane.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : #marius
PSEUDO : Nala
AVATAR : Sophia Bush
DC : ///
INSCRIT LE : 29/10/2019

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyLun 4 Nov - 19:01





I need somebody to heal

ft marius

◊ ◊ ◊



Tu bafouilles que Raphaël et toi avez divorcé, sans trop de précisions, ce qui semble beaucoup le surprendre. Cela ne t’étonne pas. Malgré votre mariage fragile au premier abord, tu n’as jamais douté de l’amour que Raphaël te portait, et réciproquement. Marius ne pouvait pas prévoir que tu te fermerais complètement à lui, et quand tu y penses, si tu avais été présente pour lui comme il a essayé de l’être pour toi, vous seriez toujours mariés. Mais ressasser le passé ne sert plus à rien. Tu lui annonces sans raccourci que tu as déménagé. A quoi bon tourner autour du pot ? Il te regarde, l’air vraiment éberlué. Il y a de quoi, tu le conçois. Tu sais qu’il parle toujours avec ton frère mais ce dernier n’étant lui-même pas au courant, Marius n’avait pas pu l’apprendre. « Tu as déménagé ?  A Brisbane ? Depuis quand ? » Tu acquiesces. « Depuis deux semaines. Enfin, j’ai ce projet depuis plus longtemps mais il me fallait un visa. J’ai un appartement à Redcliffe. » La situation est un peu inconfortable. Lui est ahuri et toi mal à l’aise. Tu toussotes avant de t’excuser de ne pas avoir donné de nouvelles et de débarquer à l’improviste. Il s’apprête à te répondre quand une alarme sonne. « Je reviens. » Marius disparaît, balayant ainsi tes excuses. Tu es soulagée, quelque part, qu’il ne te chasse pas. Bien que tu n’aies pas eu vraiment de doutes à ce sujet, il n’était pas comme ça. La tension s’échappe en même temps que lui. Tu as l’impression d’être le tsunami qui vient perturber sa petite routine. Il réapparaît devant toi, et te propose de manger avec lui. Tu n’as pas spécialement faim mais tu acquiesces. C’est toujours mieux que rester plantés au milieu du salon, à vous regarder. Peut-être qu’un dîner allègera l’atmosphère. « A charge de revanche. Tu viendras dîner un soir. » Tu dis sans réfléchir avant de te rappeler de la situation dans laquelle vous êtes. Mal à l’aise, tu ajoutes : « Enfin, si tu veux. »


« Je suis content de voir que tu vas bien. Il va me falloir un peu de temps pour me faire à l’idée mais je suis content que tu sois venue ici pour repartir de zéro. » Tu esquisses un sourire. Quelques fois, vous avez une cette conversation, sur le ton de la plaisanterie, où tu lui disais que tu viendrais vivre ici. Mais, à cette époque, quitter la France te semblait impossible. Tu étais amoureuse de Paris, de son architecture et de sa culture. Brisbane, bien très sympa pour des vacances, ne t’avait jamais attiré plus que cela. « Axel m’a parlé de Brisbane il y a quelques semaines. Et je me suis dit… Pourquoi pas ? Le climat m’a convaincu. » Tu dis, amusée. Pour dire vrai, tu ne peux pas rêver de meilleur endroit pour repartir à zéro, et cela n’a rien à voir avec le climat. Déjà parce que lui y habitait. Mais les mots ne franchissent pas la barrière de tes lèvres. Après tout ce temps, tu te voyais mal lui dire que tu étais ici pour lui. Et puis, il y a aussi cette conversation, avec Raphaël. Ce projet un peu fou de déménager ici avec Luna, à l’époque où ta princesse réchauffait encore ton cœur avec ses sourires et comblait ta vie de bonheur. « Qu’est-ce qui s’est passé Margot ? Ton frère est inquiet tu sais et Raphaël l’a été assez pour me supplier de revenir sur Paris quelques jours. » Tu baisses les yeux, le cœur lourd. Tu ignorais que Raphaël avait appelé Marius. Son ex-mari n’avait jamais vraiment apprécié son ami, ni sa proximité avec toi. Bien qu’il ait toujours été cordial avec lui, tu n’aurais jamais pu imaginer qu’il puisse lui passer un coup de fil. « J’ignorais qu’il t’avait appelé. » Ebranlée plus que tu ne souhaites le montrer, tu gardes les yeux rivés sur tes frites. Que s’est-il passé ? Tu déglutis. Tu ne saurais pas poser les mots sur ce qu’il s’est passé. Comment lui expliquer que voir ton frère te regarder comme si tu allais te briser était devenue insupportable ? Comment lui expliquer que parler avec Raphaël et voir sa douleur qui faisait écho à la tienne était insurmontable ? Les paroles justes t’échappent, tu ne sais pas quoi dire. Tu avais espéré parler des heures d’architecture avec Marius comme vous le faisiez avant. Mais il lui faut des explications, et tu le comprends. Après tout, il n’avait été qu’une de nombreuses victimes de ton deuil. « Je… Mon frère venait me voir dès qu’il pouvait. Il était… oppressant. Je n’en pouvais plus de ses questions, de ses inquiétudes. » Tu as l’impression d’être horrible et tu t’en veux de penser cela d’Axel. Il n’a toujours voulu que ton bien. Mais tu sais que Marius peut comprendre. Tu t’abstiens volontairement de parler de Raphaël. Tu n’en as pas envie. Parce que tu as une preuve de plus qu’il a tout fait pour sauver votre mariage avant de s’avouer vaincu et de partir. Tu te sens trop coupable pour donner des explications. Il t’attrape par la main et t’entraînes sur le balcon avec une bouteille de vin. Tu sais que Marius ne boit presque jamais, mais ce soir, tu es de son avis, ce n’est pas de refus.  « Le menu de ce soir est composé de salade et de frites de patates douce au four. Désolé, je n’ai pas d’alternative. » Tu souris, gênée. Tu débarques à l’improviste, après plusieurs mois de silence, alors tu ne vas pas faire la fine bouche quant au menu. Il sort le plat du four et tu attrapes les couverts pour vous servir. « Ça me convient parfaitement. Et tu as raison, la vue est sublime. » Tu t’assieds, et alors qu’il fait de même, tu laisses ton regard parcourir le paysage. Marius a vraiment bien choisi son logement. Tu ne peux t’empêcher de penser avec un petit pincement au cœur que l’endroit est idéal pour un jeune couple. Et que ce jeune couple, dans une autre réalité, ça aurait pu être vous.


(c) oxymort

Revenir en haut Aller en bas
Marius Warren
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché. cela n'empêche pas certaines âmes aventureuses de tenter un mario de temps en temps.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé qui aimerait s'ouvrir mais une raison qui finit toujours par prendre le dessus.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : propriétaire d'un loft numéroté 613 à spring hill.
i need somebody to heal ≈ marius & margot Tumblr_inline_p82bgxzkuB1ro4fjb_540
POSTS : 182 POINTS : 425

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● en guerre avec tommy qui t'a trahi et que tu n'as jamais su pardonner, un inconnu pour scarlett, il n'y a que beth dont tu as su te rapprocher ● dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● as une nièce de dix ans pour qui tu déplacerais des montages mais que tu vois trop peu souvent à ton goût ● es revenu à Brisbane en janvier 2018.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (2019) tommyscarlettevelynjoannecaliequinnjustinemargot

RPs EN ATTENTE : allan ● paul ● auden ● josh ●

RPs TERMINÉS : (2019)

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : tik tok (avatar), tumblr (gifs).
DC : jessian reed.
INSCRIT LE : 02/09/2019
http://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius http://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot EmptyJeu 7 Nov - 10:18


i need somebody to heal

La surprise est totale … Margot se tient bien là, dans ton loft à Brisbane et tu as toujours du mal à y croire. Tu n’es pas la personne la plus expressive, tu le sais mais à cet instant, tu es à peu près certain que la surprise se lit sur tous tes traits. En vérité, tu ne sais pas quoi penser de ce déménagement de la jeune femme. Certes tu es heureux de la revoir, de savoir qu’elle va bien ou aussi bien qu’elle peut l’être mais tu ne sais pas comment réagir, quoi dire non plus. Il t’a toujours fallu un peu de temps pour assimiler les informations, les traiter et réagir et aujourd’hui n’est pas une exception à cette règle. « Depuis deux semaines. Enfin, j’ai ce projet depuis plus longtemps mais il me fallait un visa. J’ai un appartement à Redcliffe. » Tu hoches la tête. Margot est à Brisbane depuis quelques semaines … Cela te parait complètement fou … Jamais Margot ne t’avait parlé de ce projet. Déménager à l’autre bout du monde pour une durée indéterminée, ce n’était pas quelque chose d’anodin et qui se faisait en quelques jours. C’était beaucoup de préparation et le fait que son frère ne t’ait pas appelé pour te demander de veiller sur elle te laissait penser que cette arrivée de la jeune femme, bien que préparée n’était peut-être pas annoncée à tous. Tu n’eus pas le temps de lui répondre, il fallait que tu sortes ton plat du four. N’ayant pas encore dîné, tu proposais à Margot de se joindre à toi, il y en avait assez pour deux. Elle accepta en te disant : « A charge de revanche. Tu viendras dîner un soir. Enfin, si tu veux. » Un léger sourire se dessina sur ton visage. Tu étais étonné de voir que Margot souhaitait renouer de réels liens avec toi en t’invitant à dîner chez elle. Quand elle avait arrêté de prendre tes appels et de te donner des nouvelles, tu avais été blessé, tu n’avais pas compris. La mort de Luna, cette petite fille pleine de vie que tu avais l’habitude d’emmener se promener aux jardins du Luxembourg et à qui tu apprenais à dessiner avait été brutale et était difficile à gérer pour tout le monde. Tu aurais aimé être là pour Margot mais elle avait décidé d’affronter cela toute seule d’après les dires d’Axel. « Il faudra bien que je passe voir si tu es bien installée. » Lui dis-tu pour la rassurer et détendre l’atmosphère. Margot ne devrait pas s’en faire. Oui, tu as été blessé qu’elle coupe tout lien mais tu étais la dernière personne sur terre à pouvoir le lui reprocher car c’était ce que tu avais fait avec ton entourage à Brisbane quand tu avais fui la ville. Tes amis avaient réussi à te pardonner avec le temps, il n’y avait pas de raison que tu n’arrives pas à faire la même chose avec ton amie. « Axel m’a parlé de Brisbane il y a quelques semaines. Et je me suis dit… Pourquoi pas ? Le climat m’a convaincu. » Cela ne t’étonnait pas qu’Axel ait tout essayé pour sortir sa soeur de son état dépressif. Tu ne savais pas très bien si Margot souffrait réellement d’une dépression mais ça en était une pour son frère. Et vu ses traits fatigués, ses sourires qui n’éclairaient plus complètement son visage, tu ne pus t’empêcher de penser que peut-être il n’avait pas tord. « J’espère que ce n’est pas que le climat. » Lui dis-tu avec un clin d’oeil avant de servir la jeune femme. « Paris a toujours été pour moi un refuge, un endroit sain où rien ne pouvait m’arriver. J’espère que Brisbane pourra devenir ton refuge. » Ajoutas-tu sincèrement. Quelque chose te disait que malgré les années qui avaient passé depuis la mort de Luna, sa mère n’avait pas réelle guérit. Or, sans oublier sa fille, elle avait besoin de réapprendre à vivre. Alors que tu t’installais en face d’elle une fois vos assiettes remplies, tu lui demandais ce qui s’était passé depuis ton départ de Paris. Tu mentionnais également l’appel que tu avais reçu de Raphaël. Vous saviez tous les deux qu’il ne t’avait jamais porté dans son coeur, le regard surpris et attendri de Margot comprenait bien ce que ce geste voulait dire. « J’ignorais qu’il t’avait appelé. » Tu ne pouvais pas en vouloir à Raphaël de ne pas le lui avoir dit, surtout quand tu l’avais rappelé pour lui dire qu’il t’était impossible de quitter Brisbane pour l’instant. « Je… Mon frère venait me voir dès qu’il pouvait. Il était… oppressant. Je n’en pouvais plus de ses questions, de ses inquiétudes. » Tu ressens un petit pincement au coeur à ces paroles. Tu aurais aimé avoir ce type de relation avec tes frères et soeurs. Beth était celle qui prenait le plus souvent des nouvelles mais aurait-elle était inquiète à ce point ? Avec ta famille, tu ne savais jamais vraiment. « Tu ne lui as pas dit que tu étais ici n’est-ce pas ? » Lui demandas-tu en connaissant déjà la réponse. « Tu devrais le faire. Je peux comprendre qu’il ait été oppressant mais il ne savait plus quoi faire. Et il sera très inquiet quand il découvrira que quelqu’un d’autre vit dans ton appartement. » Dis-tu amusé. Tu attendais avec impatience le coup de téléphone de son frère qui ne tardera pas de venir quand elle lui fera son annonce. Il voudra que tu reprennes son rôle, que tu joues au frère protecteur mais Axel n’a jamais compris que tu ne pourras jamais jouer ce rôle à sa place, aujourd’hui encore moins qu’il y a quinze ans. « Ça me convient parfaitement. Et tu as raison, la vue est sublime. » Tu es heureux de le lui entendre dire. Elle te plaît beaucoup à toi aussi. Une architecture plus moderne que les vieilles bâtisses de Paris mais qui ont toutefois un charme certain à tes yeux. Attrapant une frite, tu lui demandais : « Quel est ton plan maintenant que tu es à Brisbane ? » Vu qu’elle y pensait depuis un moment, elle en avait forcément un non ?

Made by Neon Demon


i need somebody to heal ≈ marius & margot Udv22bR
i need somebody to heal ≈ marius & margot 480954teachers
i need somebody to heal ≈ marius & margot Mf7aKnj
i need somebody to heal ≈ marius & margot ZZBr7e1
i need somebody to heal ≈ marius & margot YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty
Message(#) Sujet: Re: i need somebody to heal ≈ marius & margot i need somebody to heal ≈ marius & margot Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

i need somebody to heal ≈ marius & margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-