AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 let yourself go (benjamin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: let yourself go (benjamin)   Jeu 25 Fév - 23:56

Milena était déterminée. Et lorsque cela arrivait, elle se donnait tous les moyens pour réussir et mener à bien son objectif. Les travaux de son cabinet d’avocats avançaient, mais pas assez vite à son goût. Alors elle se défoulait, et faute de pouvoir le faire sur les ouvriers qui se donnaient corps et âme pour terminer le chantier, elle optait pour une autre cause. Une noble cause: celle de recruter une base solide d’avocats chevronnés qui pourront sans nul doute élever son cabinet au rang de modèle. Brisbane regorgeait de professionnels juridiques et il était aussi bien facile d’en trouver que difficile de les faire quitter leur employeur. Mais Milena savait mettre toutes les chances de son côté, et elle avait rarement essuyé des refus. Voire jamais. Son charme était tel qu’elle n’avait pas énormément d’efforts à faire pour rallier une personne à sa cause. Et elle se plaisait à exécuter son petit jeu de séduction à vrai dire.
Ce jour là, elle avait prévu un plan bien défini. Elle allait assister à une audience publique au tribunal. Au dernier rang, pour ne pas se faire remarquer. Puis elle allait prendre sa cible du jour à part. Elle allait lui parler, peut-être même le charmer. Avec beaucoup de chance et de culot, cela allait marcher. Enfin, elle l’espérait. Elle passa sa main dans ses cheveux qui sentaient l’amande, attrapa son rouge à lèvres et l’appliqua sur sa bouche déjà pulpeuse. Elle termina par quelques gouttes d’un parfum enivrant. Elle était sûre de son coup, sûre de son charme, même si au fond elle était plutôt mélancolique d’un temps où un homme pouvait l’aimer pour autre chose que son physique. Elle respira un grand coup et souffla devant son portrait. Une grande brune, élancée sur ses escarpins et parfaitement moulée dans une robe droite noire lui faisait face. Elle était relativement satisfaite. Et après avoir jeté un coup d’oeil sur sa montre, elle se mit en route. Elle arriva au tribunal quelques minutes avant l’audience, juste assez de temps pour repérer sa cible. Mais également pour sonder l’atmosphère, assez pesante comme à l’accoutumée. Le procès n’était pas facile, il allait falloir beaucoup de jugeote et une défense en or pour le gagner. Elle écouta d’ailleurs attentivement le plaidoyer de l’avocat qui l’intéressait au plus haut point, un dénommé Brody. Il était bon. Elle secoua plusieurs fois la tête pour montrer son accord avec ses propos. Elle était tout simplement emballée et se confortait dans l’idée qu’il ferait une recrue de choix dans son futur cabinet. Oui, elle se devait de lui plaire. « L’audience est levée. Reprise dans une heure. » Le juge, impartial, sonnait le glas de la première partie de la séance. Un frisson gagna la jeune Anglaise lorsque ce dernier tapa durement son marteau contre son socle. Cela lui procurait à chaque fois la même sensation. Elle était impressionnée. Et c’était bien la seule chose qui pouvait l’impressionner. Elle regarda l’avocat qui attisait sa curiosité s’éloigner de la pièce et se leva aussitôt, ses pieds la guidant presque machinalement derrière lui. Elle le suivit, presque à la trace et remarqua alors qu’il pressait le pas, qu’il arpentait des couloirs assez étranges. Il finit d’ailleurs par s’arrêter brusquement et se retourner pour lui faire face. Milena avala sa salive dans une expression de surprise. Il l’apostropha, lui demandant ce qu’elle pouvait bien lui vouloir. Ils se trouvaient dans un petit couloir, à l’abri de toute population. « J-je… »  Elle perdait ses mots, déstabilisée par le regard accusateur du jeune avocat. Elle respira un grand coup et reprit un semblant de contenance. « Je m’appelle Milena Grimes. » Elle s’approcha un peu plus de lui, gagnant un peu de confiance. « J’ai trouvé votre plaidoyer très intéressant. » Il ne comprenait pas où elle voulait en venir. « Il se trouve que je suis moi-même également avocate… » Elle fit tomber son sac et le ramassa dans une pose très suggestive. En se redressant, elle fit mine de perdre l’équilibre et se rattrapa au bras de l’avocat. « Oups, excusez-moi. » Premier contact établi.



WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 


Dernière édition par Milena Grimes le Lun 11 Avr - 19:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mer 9 Mar - 17:39

Face au miroir des toilettes pour hommes, je me passe les mains sous l'eau pour la quinzième fois, souffle, soupire, me répète que tout se passera bien. Les usagers qui vont et viennent me regardent de travers, le sourcil arqué. Dans ce costume qui n'a rien d'une très grande facture, difficile de savoir ce que je fais dans ce tribunal. J'ai le stress d'un coupable, la tête d'un innocent, et le langage d'un avocat. Allez Ben, tout ira bien. Tu te jettes dans la gueule du lion avec le sourire, tu connais ton plaidoyer par coeur, tu vas sortir cette prostituée du pétrin, et tu retrouveras ta manette de PlayStation juste après. En tant que commis d'office, je suis plus rarement amené à recourir à l'exercice du speech face à un jury. Les choses sont plus simples. Je ne suis pas un gladiateur. Je suis un négociateur qui manie habilement le gouvernail pour naviguer entre les textes de loi. Je suis un conseiller qui évite que les gentils sans moyens se fassent abuser, et parfois, j’adoucis la peine des méchants pour éviter d'ajouter une couche de surpeuplement carcéral. Mais je ne suis pas un showman comme on en voit dans les séries télévisées. Ce n'est pas faute de savoir y faire. Une fois dedans, je me débrouille comme un poisson dans l'eau. C'est l'avant qui est plus compliqué. Cela me rend toujours affreusement nerveux. Je sors enfin de mon refuge carrelé et me dirige vers la salle d'audience. J'échange quelques mots rassurants avec la jeune femme qui me sert de cliente avant que l'audience débute. Après tout, elle a eu bien raison d'écraser cette statuette sur le crâne de son client s'il comptait la marquer au fer sur le postérieur, non? Pendant l'argumentaire de l'avocat de ce bon monsieur, assis là avec sa minerve, je regarde les réactions dans la salle. Il y a toujours du monde dans les salles d'audience. Souvent des étudiants en droit, quelques journalistes juridiques pour les pages des chiens écrasés, et d'autres aux intérêts un peu glauques pour ce genre d'affaires sorties d'un épisode d'une série de Dick Wolf. Sauf que c'est toujours bien plus ennuyeux en vrai. Enfin je m'avance devant le juge pour sortir ma tirade écrite au milieu de la nuit de la veille parce que j'étais incapable de dormir (et que cette affaire m'était sortie de la tête). Le sourire et la paire d’yeux translucides sur un mètre quatre-vingt-dix de charisme naturel font toujours leur petit effet face au petit représentant chauve et trapu de l'accusation. Parfois je me dis que je devrais juste me planter là, taper deux ou trois poses de statue grecque, balancer mes recommandations de peine, et le tour serait joué. Ce qui est aussi amusant que terriblement blasant. Mesdames, ça se voit lorsque vous n’écoutez rien parce que vous êtes focalisées sur une paire de fesses. Quoi qu'il en soit, après cinq minutes de discours, je me tourne vers mon opposant pour lui adresser un regard vainqueur. J'ai toute la salle, à quelques exceptions près, derrière moi et ma pauvre travailleuse du sexe repentie. La séance est levée, mais je ne doute pas qu’elle et ses deux mètres de jambes en bas résille retourneront gambader dehors avec un verdict favorable. Et monsieur reviendra au tribunal pour confesser ses péchés à la prochaine audience, dans deux semaines. Une bonne chose de faite. La pause d’une heure me laisse le temps d’aller me chercher de quoi déjeuner plus tard –sûrement des sushis, comme d’habitude. J’arpente donc les couloirs du tribunal jusqu’à remarquer ce même bruit de talons régulier derrière moi. Un coup d’œil par-dessus mon épaule ; c’est une jeune femme qui se trouvait dans la salle d’audience. Trop âgée pour être étudiante. Journaliste ? Aliénée ? Constatant qu’elle accélère le pas quand je le fais, je suis conforté dans l’idée qu’elle me suit. Alors je stoppe net pour la confronter. On fait rarement le malin devant quelqu’un qui peut vous observer d’aussi haut. Milena Grimes, avocate, maladroite. Belle femme. J’arque un sourcil alors qu’elle s’appuie sur moi pour se redresser. « Vous perdez souvent votre temps dans les affaires de chiens écrasés, madame Grimes ? » je demande en la regardant de haut en bas. Pas vraiment une tenue de travail. Bien trop chic pour ce genre d’audiences surtout en qualité de simple auditeur. J’ai du mal à saisir ce qu’elle fait là, et ce qu’elle me veut. « Je peux savoir pourquoi vous me suivez ? » Mon ton est un peu sec, je m’en rends bien compte. Je peux être fort intimidant bien malgré moi, alors pour ne pas effrayer la dame, je me radoucis, mais garde les bras croisés. « Je ne signe pas d’autographes. »



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Jeu 24 Mar - 17:49

Milena avait de nombreuses fois usé de son charme pour obtenir ce qu’elle désirait, et la plupart du temps, cela s’était avéré être un succès. Elle avait une sorte de don, surement hérité du charisme italien de sa chère mère, et de la prestance sans équivoque de son patriarche. Elle pouvait ne serait-ce que battre des cils pour obtenir gain de cause. Et elle adorait ça. La jeune Anglaise avait d’abord commencé à l’école primaire, soudoyant ses camarades pour qu’ils lui donnent les réponses aux différents devoirs. Et puis quand elle eut déménagé avec toute sa famille à New York, c’est dans un lycée privée qu’elle joua de ses charmes. Elle se lia rapidement avec des personnes haut placées dans la caste des adolescents et fut rapidement élevée au rang de “fille populaire”. Plus tard, elle obtint sans aucune difficulté son diplôme de droit, et ensuite son premier emploi. Evidemment, toutes ces choses ne seraient pas arrivées sans l’aide magnanime de Robert Grimes, et elle savait pertinemment qu’elle lui devait beaucoup. Mais à trente-et-un ans, elle devait faire ses preuves toute seule. Elle devait mener à bien le seul projet qui importait, le projet de toute une vie. Un plan de carrière grandeur nature qui ne l’impliquait pas seulement elle, mais aussi et surtout une ribambelle d’avocats. Et elle se plaisait à jouer les DRH, car d’une part elle n’aurait jamais accordé une telle confiance à une tierce personne, et d’autre part car elle savait qu’elle avait plus de chance de recruter des employés si elle s’y mettait elle-même, avec tout ce que cela impliquait. Alors, comme une véritable chasseuse de têtes, elle se précipita en dehors de la salle d’audience, à la poursuite de sa fameuse proie. Elle ne pouvait s’empêcher de regarder avec délectation sa carrure masculine s’élancer dans les couloirs. Il semblait même presser le pas, ce qui poussa l’Anglaise à faire clapoter ses escarpins un peu plus fort encore sur le marbre glacial et glaçant du tribunal. Il finit par se retourner et surplomber la brune. Elle n’en fut pas impressionnée, pas le moins du monde, mais elle se décida à jouer les ingénues. La comedia dell’arte. « Vous perdez souvent votre temps dans les affaires de chiens écrasés, madame Grimes ? » Elle prit tout son temps pour retirer sa main du bras ferme de l’avocat, un sourire confiant aux lèvres. « J’adore ça, ça rend ma vie beaucoup plus… valorisante. » Elle passa sa main dans ses cheveux. « Je peux savoir pourquoi vous me suivez ? » Ses bras étaient croisés, son ton inquisiteur hérissa quelques poils sur les bras nus de la jeune femme. « Je ne signe pas d’autographes. » Il eut un sourire en coin qui n’échappa pas à Milena. « Vous êtes un très bon avocat, monsieur Brody. Je sais apprécier la qualité de mes confrères… » Elle se déplaça légèrement et l’invita à marcher à ses côtés. « J’ai juste une petite chose à vous proposer... » Ils marchèrent quelques secondes avant que l’Anglaise ne s’arrête brusquement. Elle prit les bras de l’avocat et lui lança un regard lourd de sous-entendu. « Est-ce que vous accepteriez de me suivre? Je n’ai pas envie d’être entendue… » Elle le lâcha et regarda autour d’elle avant d’ouvrir une porte en bois derrière eux. Un placard à balais. Cela devrait pouvoir faire l’affaire. Elle haussa les épaules et lui fit la moue, lui indiquant d’un signe de tête la pièce de fortune qu’elle leur avait découvert.



WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Jeu 14 Avr - 16:51

Bras croisés, mon regard ne quitte pas celui de la belle Grimes. J’en ai déjà vu pléthore, des coupables qui jouent les innocents, et si la demoiselle est elle aussi avocate elle devrait savoir mieux que personne qu’à force d’en croiser au cours d’une carrière, nous finissons par les percer à jour aussi bien que n’importe quel inspecteur de police. Nous sommes aussi un peu détectives sur les bords. Sauf que souvent, nous savons la vérité, et eux non. Quoi qu’il en soit, Milena a ce regard ingénu de la femme qui cherche à cacher son jeu. Le problème est que je ne sais pas de quel jeu il s’agit, et de fait, j’ai bien du mal à être de la partie. Je n’aime pas être ainsi déstabilisé, cela me donne l’impression d’être pris pour plus idiot que je ne le suis. Je me retiens de rouler mes yeux au ciel en remarquant que la jeune femme n’est pas pressée de lâcher le bras sur lequel elle avait pris appui plus tôt. Et une autre fois lorsqu’elle admet que les déboires du petit peuple face à la justice lui permettent d’apprécier un peu plus le confort d’un train de vie que je devine haut à la paire d’échasses qu’elle porte aux pieds. Je n’arrive pas à savoir si sa phrase était ironique ou non, mais je l’espère, car je ne suis pas certain d’apprécier de savoir que la situation mes clients servent de réconfort. « Le malheur des uns fait le bonheur des autres je suppose. » je réponds en haussant les épaules, toujours sur la défensive, assez froidement. Je garde pourtant ce fin sourire au coin de mes lèvres qui signifie de je ne souhaite pas lancer d’hostilités. Mais aussi agréable à regarder soit la brune, si elle continue de se mettre entre moi et mes sushis du déjeuner uniquement pour me faire perdre du temps, eh bien, nous risquons de ne pas nous entendre. J’attends que Milena me dise la raison pour laquelle elle me suit, mais elle tourne autour du pot. Certes, j’accepte ses compliments bien volontiers, mais cela ne me dit pas ce qu’elle me veut. Cette fois, ça ne manque pas, je lève les yeux au ciel ; « Comme quoi les flatteries aboutissent toujours à la demande d’une faveur. » L’un semble rarement aller sans l’autre. Les compliments ne sont pas gratuits. Rien ne l’est. Machinalement, je marche à côté de la jeune femme sur quelques pas et m’arrête en même temps qu’elle. Je la dévisage, elle et son regard libidineux. Mais qu’est-ce que c’est que cette bonne femme ? Je ris bouche fermé, cynique à souhait. « C’est vrai qu’il y a foule dans ce couloir, on devrait vite trouver un endroit plus tranquille. » dis-je en admirant l’absence totale de la moindre âme qui vive en dehors de nous dans ce corridor des sous-sols du tribunal. La belle brune ouvre une porte menant sur un placard de service sentant bon le désinfectant à la citronnelle et les vieux torchons humides. « Allons-y, je ne peux décidément pas refuser un trépidant tête-à-tête dans un placard d’un tel standing. » Alors je rente à l’intérieur, mains dans les poches, et laisse ma consoeur fermer la porte derrière nous. Je trouve rapidement l’interrupteur afin que nous ne soyons pas plongés dans le noir absolu. L’ampoule à nu au-dessus de nos têtes me fait penser à ces scènes glauques d’interrogatoires dans les films policiers. « Faites-moi plaisir, Milena, allez droit au but. »



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mer 20 Avr - 21:26


Milena ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait. La seule chose qui était sûre, c’était que cela fonctionnait à chaque fois. Elle savait qu’elle possédait un charme assez puissant, et peu importait la technique qu’elle avait décidé d’employer, elle arrivait toujours à obtenir gain de cause. Enfin, presque. Le jeune avocat semblait docile, peu enclin à lui parler, voire même assez suspicieux de ses intentions. Mais elle ne se laissait pas démonter aussi facilement, il lui en fallait bien plus pour tourner les talons et s’en aller bredouille. Oui, Milena était une jeune femme déterminée, mais surtout têtue et bornée. Elle ne supportait pas l’échec et méprisait la médiocrité. Elle proposa alors à son confrère de s’éloigner un peu, pour ne pas être entendus. « C’est vrai qu’il y a foule dans ce couloir, on devrait vite trouver un endroit plus tranquille. » Elle lui lança son plus beau sourire. « Sachez mon cher qu’il ne faut pas se fier aux apparences… N’est-ce pas l’une des règles primordiales que l’on apprend en droit? » Elle soutint son regard, avant de lui proposer de rentrer dans un espèce de placard abandonné. « Allons-y, je ne peux décidément pas refuser un trépidant tête-à-tête dans un placard d’un tel standing. » Elle leva les yeux au ciel. Qu’est-ce qu’il était coriace, celui-là. « Ne soyez pas si pointilleux, monsieur Brody. » Elle lui lança un nouveau sourire et ils pénétrèrent ensuite dans la pièce miteuse. Il trouva rapidement l’interrupteur qui servait à éclairer les lieux et lui dit d’un ton intransigeant « Faites-moi plaisir, Milena, allez droit au but. » L’espace entre leur deux corps était ridicule, elle pouvait quasiment sentir son souffle lui fouetter le front. Elle essaya de se redresser du mieux qu’elle pouvait pour lui tenir tête et se lança dans un monologue ponctué de respirations saccadées: « Vous êtes un bon avocat, monsieur Brody. Un excellent avocat même. Mais je ne suis pas là pour vous lancer des fleurs gratuitement. J’éprouve de… l’intérêt pour vous. Je crois… Je suis même sûre que vous pourriez faire partie de la cour des grands. Vous méritez mieux que ça, mieux que ces affaires de chiens écrasés, ces cas de bas-étage. » Elle s’approcha un peu plus de lui, comme si cela était encore possible. « J’aimerais vous offrir une place dans mon cabinet d’avocats. Nous sommes spécialisés dans le droit des affaires, et je crois que cette voie serait plus… avantageuse pour vous. » Elle s’arrêta pour essayer de déchiffrer sa réaction, mais il était très bon, trop bon pour camoufler le moindre de ses ressentis. Elle soupira et haussa les épaules. « Vous aurez un très bon salaire, et peut-être même une voiture de société. » Il la regardait un peu plus intensément, elle avait décelé une petite parcelle de lumière dans ses yeux. « Et surtout le plaisir immense de pouvoir me voir tous les jours, pendant des heures… » Elle lui lança un nouveau sourire charmeur et soutint son regard, satisfaite de sa prestation.




WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Sam 30 Avr - 20:34

Le placard est ridiculement minuscule. Autant dire que Milena pourrait me marcher sur les pieds avec ses hauts talons si elle ne prenait pas garde. Mais comme depuis la première seconde où j'ai posé mon regard sur elle, je comprends qu'elle est parfaitement maîtresse d'elle même et de la situation. Elle a une idée précise en tête, et il est temps que je sache laquelle. Alors cette fois, je n'hésite pas à le lui demander. Il n'est pas question de perdre plus de temps. L'avocate plonge son regard dans le mien, et use de sa voix comme de la mélodie sortant de la flûte d'un charmeur de serpents. Régulièrement, mes yeux tombent sur ses lèvres, et je pense que mes joues rosissent légèrement à chaque fois que je sens le souffle chaud qui les traverse glisser sur la peau de mon visage. Je fais de mon mieux pour ne me concentrer que sur ses paroles, mais il faut avouer que cela est plus difficile qu'il n'y paraît. La jeune femme me propose donc un travail au sein du cabinet qu'elle monte. Une branche du droit à laquelle je ne connais rien, mais qui est à la pointe de la mode en ce moment vu le contexte économique mondial. La bonne planque pour se faire de l'argent facile. « Je n'ai jamais fait ce travail pour brasser des millions, mademoiselle Grimes. » dis-je à la fin de son monologue qui aurait certainement pu faire fondre n'importe quel jeune avocat ne rêvant que d'avoir son nom en lettres dorées sur la porte d'un cabinet à côté du mot ''associé''. Ce qui n'est pas mon cas. « Croyez-le ou non, mais j'aime mes affaires de chiens écrasés. » Je me garde de lui expliquer d'où me vient cette passion pour la défense des plus démunis ; une personne qui pense qu'une voiture de fonction est un gros avantage après avoir aidé une multinationale à virer une centaine d'employés en s'en tirant à moindre frais ne comprendrait sûrement pas mes raisons. « Je ne pense pas que les petites gens qui n'ont pas les moyens de se payer un vrai bon avocat n'en méritent pas un pour autant. » je me contente de dire pour justifier succinctement ma position. Oui, commis d'office est considéré comme le plus bas de l'échelle, oui ça ne paye pas, mais j'en tire une réelle satisfaction. J'aide mon prochain comme j'aimerais qu'on me tende la main dans les moments sombres. Je ne vaux pas mieux que mes clients les plus misérables. « Et pour moi, votre proposition revient à rejoindre le côté obscur de la Force. » Travailler pour les méchants, ceux qui mettent l'argent devant l'humain. Ce que je me suis juré de ne jamais devenir. « Donc, même si j'apprécie grandement vos compliments et votre proposition, et même si votre présence ravit mes pupilles... » Je hausse les épaules. Je suis marié, j'aime mon travail. Un joli minois, une bonne paire de seins et un joli derrière peuvent faire fondre l'homme, mais pas l'avocat aux convictions bien ancrées. « Je préfère décliner votre offre. » Délicatement, mes mains se posent sur ses bras. Milena se trouve entre moi et la porte du cagibi, et l'idée première est d'en sortir pour reprendre ma route maintenant que tout cela a été dit. J'adresse un sourire courtois à la jeune femme, mais elle ne semble pas vouloir se retirer d'en travers de mon chemin.



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mar 24 Mai - 20:12


« Je n'ai jamais fait ce travail pour brasser des millions, mademoiselle Grimes. » Milena fronça les sourcils. Elle ne comprenait pas, ou plutôt elle ne pouvait pas comprendre qu’un homme comme lui ne soit pas motivé par l’argent. Alors oui, elle ne le connaissait pas. Du tout même. Mais elle avait remarqué dans son regard quelque chose d’agressif, de sanguin. Elle ne prétendait pas pouvoir lire l’âme des gens au travers de leur globes oculaires, mais elle avait senti qu’il ferait un bon avocat affairiste. Un excellent même. Et elle n’était pas venue là par hasard, d’autres personnes l’avaient également senti et lui en avaient fait part. Il méritait bien mieux que ces affaires pseudo-socialistes, ces grands élans de philanthropie, elle en était persuadée. « Croyez-le ou non, mais j'aime mes affaires de chiens écrasés. » Cette fois-ci, elle croisa les bras en le fixant d’un air détaché. « Je ne pense pas que les petites gens qui n'ont pas les moyens de se payer un vrai bon avocat n'en méritent pas un pour autant. » Elle fut soudainement prise d’une envie de tourner les talons et de s’en aller, excédée par tant de bons sentiments. Mais à quoi jouait-il au juste? Elle ne pouvait décidément pas concevoir qu’un homme comme lui, avec ce physique, cette prestance et cette lueur dans les yeux veuille défendre le bas-étage. Les “petites gens” comme il le disait. « Et pour moi, votre proposition revient à rejoindre le côté obscur de la Force. » L’avocate se dérida et pouffa de rire, avant de décroiser ses bras. « Donc, même si j'apprécie grandement vos compliments et votre proposition, et même si votre présence ravit mes pupilles... Je préfère décliner votre offre. » L’avocate ne s’avouait cependant pas vaincue, et elle ne le laissa pas s’en aller après qu’il ait fièrement déblatéré son monologue de grand humaniste. Il posa même ses mains sur les bras de la jeune femme, l’implorant du regard de le laisser partir. Elle resta catégorique, et plongea intensément ses yeux dans ceux du jeune homme, comme si elle essayait de pénétrer son esprit pour lui inculquer ce qu’il devait faire. « Promettez-moi juste d’y réfléchir. S’il vous plaît. » Elle se dérida une nouvelle fois, baissa les bras et finit par attraper une carte de visite dans son minuscule sac à main. « Voilà ma carte, vous savez où me trouver. » Elle s’approcha ensuite un peu plus de lui, pour lui fouetter le visage de son souffle divin. « Vous pouvez même m’appeler pour boire un verre si vous voulez. » Elle ne manquait pas de culot, elle le savait, mais si elle devait passer par là pour l’attraper dans ses filets, elle n’hésiterait pas. La déontologie ne faisait pas vraiment partie de ses principes les plus profonds.



WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Jeu 16 Juin - 19:13

A l’air désabusé de Milena, je comprends que mon discours est loin de l’attendrir ou de lui inspirer la moindre compassion. Elle fait partie des gladiateurs qui oeuvrent pour la gloire et la fortune, de ceux dont je ne voudrais pas faire partie. Mais est-ce qu’on ne vendrait pas un peu de son âme juste en plongeant son regard dans les yeux de la jeune femme ? Elle est tentatrice, elle le sait bien, et je n’ai pas d’intérêt à le nier. Je lui concède même que sa présence m’est agréable, mais cela non plus ne rend pas moins amer le goût de la défaite. Alors elle baisse les bras, malgré la petite résistante qu’elle m’a opposé. A croire qu’elle a épuisé toutes ses cartes face à l’idéologie utopiste du grand dadet qu’elle a devant elle. “Je vais y réfléchir.” dis-je avec sincérité. Sûrement ses flatteries ont quand même fait mouche, dans le fond. Une petite voix mutine commence à murmurer à mes oreilles ; et si tu valais mieux que les chiens écrasés, Ben ? Une simple question qui, à elle seule, saura semer la zizanie dans mon pauvre crâne. Milena me tend finalement sa carte avec toutes ses coordonnées, résignée à me laisser partir. Mais pas sans me mettre un peu l’eau à la bouche. Je fais mine d’inspecter très sérieusement le bout de carton, puis je sors mon téléphone, histoire d’enregistrer le numéro sous ses yeux et qu’elle comprenne que je ne compte pas simplement jeter le papier sans jamais donner suite à sa proposition. J’appuie sur appeler, ainsi elle aura également mon numéro. Mais plutôt que d’immédiatement raccrocher, je porte le téléphone à mon oreille avec un petit sourire amusé. “Allô, mademoiselle Grimes ?” Allez, joue le jeu, quémande mon regard de petit chien qui attend que son maître lui lance la balle. “Si vous avez une minute, que vous aimez les sushis et êtes à l’aise avec des baguettes, j’aimerais vous inviter à déjeuner.” Pas que je meurs de faim, mais un peu. Ainsi, nous pourrons continuer de discuter et pourquoi pas faire connaissance en dehors de ce miteux petit placard à balai. “A moins que je ne vous dérange au cours de féroces négociations, dans ce cas nous pourrions aller boire un verre en fin d’après-midi?” Cela semblera peut-être moins formel -et me fera rentrer chez moi à pas d’heure m’attirant sûrement les foudres de Loan, mais je trouerai bien quelque chose à baratiner. “Voyez cela comme une nouvelle opportunité de me convaincre.” La plus grosse perte tendue à qui que ce soit dans toute l’histoire de l’humanité.




Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mar 21 Juin - 22:35


L’approche un peu plus douce et plus subtile de l’avocate allait-elle fonctionner? Milena allait-elle obtenir ce qu’elle désirait, à savoir la présence du bel apollon dans son cabinet d’avocats? Elle commençait à y rêver un peu plus sérieusement. Le sourire du blond, digne des plus belles publicités pour dentifrices et autres fils dentaires, pourrait aisément convaincre de grands patrons – et patronnes également – d’opter pour Grimes & Hartman. Elle en était persuadée. Elle envisagea même de l’utiliser comme produit publicitaire lui-même… Oui, elle voyait loin, elle se projetait dans un avenir qui n’existera peut-être même pas. Mais cela faisait du bien de rêver, parfois. Elle battit alors des cils en lui tendant sa carte, se perdant dans les méandres de ses pensées intéressées. « Je vais y réfléchir. » Elle lança son plus beau sourire au dénommé Brody. « Magnifique. » Elle ne savait pas vraiment si elle parlait de la situation ou du charme conséquent du jeune homme, mais elle sentait que la situation allait tourner en sa faveur. Elle avait comme un instinct, un sixième sens qui lui indiquait si son charme fonctionnait ou non. Et là, elle avait senti un rebondissement. Elle observa le jeune homme sortir son téléphone avec minutie. « Allô, mademoiselle Grimes ? » se lança-t-il après avoir composé le numéro de l’anglaise. Cette dernière pouffa de rire en levant les yeux au ciel face à la plaisanterie du blond et finit par attraper à son tour son téléphone pour le porter à son oreille, tout en ne quittant pas Benjamin des yeux.  « Si vous avez une minute, que vous aimez les sushis et êtes à l’aise avec des baguettes, j’aimerais vous inviter à déjeuner. » Elle arqua un sourcil. Mais qu’était-il donc advenu du cynique et cinglant humaniste d’il y a quelques minutes? « Hum… » finit-elle par dire, vissée à son téléphone portable. « À moins que je ne vous dérange au cours de féroces négociations, dans ce cas nous pourrions aller boire un verre en fin d’après-midi? » Elle laissa échapper un léger rire en secouant la tête. « Voyez cela comme une nouvelle opportunité de me convaincre. » compléta-t-il. Elle aurait juré avoir vu un clin d’oeil mais elle s’abstint de tout commentaire à ce propos. « Et bien… » commença-t-elle en regardant son interlocuteur avec malice. « Pour vous, je peux être disponible. N’importe où et n’importe quand. » C’était peut-être du rentre-dedans un peu brusque, mais elle en était parfaitement consciente et elle savait que le culot allait finir par fonctionner. « J’adorerai parler de causes… » elle toussota « … perdues en votre délicieuse compagnie. » Un large sourire aux lèvres, elle raccrocha et rangea son téléphone portable dans sa minuscule pochette. « Je prends les sushis et le verre. » Elle secoua la tête, finalement ravie de l’issue de leur entrevue dans ce placard miteux.




WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Ven 8 Juil - 0:34

Elle joue le jeu, pour mon plus grand plaisir. Mon sourire s’élargit. Peut-être qu’elle ne fait pas que penser fric, rêver fric, respirer fric. Peut-être qu’elle ne se prend pas au sérieux parfois, et qu’elle est plus humaine qu’elle n’y paraît jusqu’à présent. C’est amusé et sur le ton de la plaisanterie que je réponds avec un air pourtant très sérieux; “C’est bon à savoir. C’est important la disponibilité chez un avocat.” Oh j’ai bien conscience qu’elle me fait des avances, cela est devenu évident il y a quelques minutes, et je ne crois pas que Milena ne cherche à s’en cacher. Elle a ses atouts, elle les connaît, elle en est fière, pourquoi se priver d’en jouer? Les hommes misent bien sur leur chéquier, leur voiture, leur travail pour attirer les femmes; elles ont leurs propres armes, il n’y a pas de raison qu’elles se gênent pour en user et nous faire plier en touchant nos faiblesses. Ce que Milena n’a as compris, c’est que l’argent n’est pas forcément une corde à tirer chez moi. Du reste… “Je peux être encore plus délicieux.” je rétorque en arquant un sourcil, entrant -enfin!- volontiers dans son jeu. Après tout, il n’y a pas de raison que cela n’aille que dans un sens. Finalement, elle raccroche et accepte de déjeuner avec moi en plus de s’accorder un verre en ma compagnie, prenant les deux occasions de me convaincre de la rejoindre dans son projet. En voilà une qui ne manque ni de culot, ni d’ambition. “Je ne saurais pas dire si c’est de la gourmandise ou de l’audace, mais les deux options me plaisent. J’allais me rendre dans un restaurant japonais dont je suis habitué pour déjeuner avant de la séance ne reprenne. Si vous voulez bien me suivre, Miss Grimes.” Je lui tends mon bras pour qu’elle y engouffre le sien ; cela fait, j’ouvre la porte, et le bol d’air que prodigue le couloir semble soudainement salvateur. On ne croirait pas tant étouffer dans ce placard avant d’en sortir. Nous quittons le palais de justice à la fin du sous-terrain, puis marchons un peu moins de dix minutes jusqu’au restaurant en question qui, à première vue, ne paie pas de mine. Sobriété japonaise. C’est à l’intérieur que tout se joue. Je demande une table pour deux et nous sommes installés à côté de la baie vitrée. Là où tous les passants peuvent nous voir et nous prendre pour un joli petit couple, et, oh, ce restaurant à pas l’air mal, et si nous entrions? Oui, nous sommes des publicités humaines. “Je crois que nous sommes bien mieux ici que dans notre placard de tout à l’heure.” Cela va s’en dire, en réalité. Quelle idée de nous enfermer là-dedans. Etrangeté de demoiselle, me dis-je. Je tire mes baguettes de leur enveloppe en papier et craque leur soudure. C’est toujours la première chose que je fais, même avant que les cartes ne nous soient données. C’est que je trouve ça amusant. Je sais déjà ce que je vais prendre, je connais ce menu par coeur. Je demande une huitaine de sushis, une dizaine de makis, et une demi-douzaine de brochettes, ce qui est encore peu quand on sait ce que ce corps grandement proportionné peut parfois avaler. La serveuse parlant à peine anglais partie, je me concentre sur Milena. “Bon, parlez-moi un peu de votre projet de cabinet. Vendez-moi du rêve. Qui avez-vous déjà enrôlé en battant des cils?” Puis, passant du coq à l’âne, j’ajoute dans la seconde; “Sauce sucrée ou salée ? Attention, je ne veux pas vous mettre la pression, mais c’est un choix crucial pour déterminer si je vous aime bien ou non.”



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Jeu 4 Aoû - 20:38


Décidément, si la brune avait appris quelque chose ce jour-là, c’était que ce fameux Benjamin Brody était imprévisible. Plein de surprises et de rebondissements en tout genre. Ou peut-être était-il tout simplement bipolaire, voire même schizophrène, ce qui ne s’avérait pas vraiment être une bonne chose pour l’image du futur cabinet d’avocats de l’anglaise. Mais il était bien trop charmant pour être fou, les deux substantifs n’allaient pas ensemble. Il n’était pas concevable pour Milena qu’il puisse posséder une once de démence. Il semblait bien trop… terre-à-terre. Etonnant, certes, mais terre-à-terre. Rationnel même. Elle se laissa cependant prendre à son jeu, espérant intérieurement que tout ceci allait mener à l’issue dont elle avait secrètement fantasmé. Pas son lit, non, mais plutôt l’assurance d’avoir un élément de choix dans sa base d’avocats chevronnés. Elle fit alors mine de raccrocher, après leurs quelques secondes de flirt non-dissimulé et lui indiqua qu’elle était partante pour leur petite sortie improvisée, et pas qu’un peu. Elle mourrait de faim à vrai dire, et elle sentait qu’elle allait avoir besoin d’un bon verre de merlot pour affronter une nouvelle fois le blond. Car elle savait pertinemment que le combat n’était pas achevé, bien du contraire, il allait sans nul doute reprendre de plus belle au restaurant. « Je ne saurais pas dire si c’est de la gourmandise ou de l’audace, mais les deux options me plaisent. J’allais me rendre dans un restaurant japonais dont je suis habitué pour déjeuner avant de la séance ne reprenne. Si vous voulez bien me suivre, Miss Grimes. » Elle secoua la tête, satisfaite de l’effet provoqué sur le jeune homme et attrapa le bras qu’il lui tendit. « Vous savez monsieur Brody… je crois que nous avons beaucoup de choses en commun. Plus de choses que vous ne voulez croire... » Elle lui lança son plus beau sourire et ils sortirent du miteux placard pour marcher d’abord dans le couloir froid de la cour de justice, avant de quitter les lieux et de continuer leur chemin jusqu’au restaurant. Ils discutèrent sommairement, comme un vulgaire couple, de la pluie et du beau temps, du climat chaleureux de l’Australie et de ses plages absolument divines. Ils finirent par pénétrer dans le fameux restaurant, où le blond obtint une table pour deux devant une très vaste baie vitrée, donnant sur la rue commerçante, et les regards par dizaines des passants. « Je crois que nous sommes bien mieux ici que dans notre placard de tout à l’heure. » La brune lui lança un léger sourire en s’installant. « C’est sûr que nous avons plus de lumière ici… et plus de visibilité aussi. » Elle indiqua d’un signe de tête un couple d’asiatiques, l’appareil photo vissé au cou, en train de les observer d’un air intrigué. « Mince, moi qui voulais prolonger notre moment d’intimité, c’est raté. » Elle éclata d’un rire franc et communicatif avant de se reprendre et d’imiter le jeune homme, qui rompit ses deux baguettes en bois. Une serveuse vint ensuite prendre leur commande, sous les yeux interpellés de Milena. Elle n’eut pas réellement besoin de parler à vrai dire, puisque Benjamin commanda au moins les trois-quart de ce que le restaurant leur proposait. Elle se dérida et se décida à lui faire confiance, après tout il semblait être l’expert en la matière. Et puis il valait mieux ne pas le froisser. « Bon, parlez-moi un peu de votre projet de cabinet. Vendez-moi du rêve. Qui avez-vous déjà enrôlé en battant des cils? » Elle soupira légèrement en prenant son inspiration et se fit interrompre par l’avocat qui poursuivit: « Sauce sucrée ou salée ? Attention, je ne veux pas vous mettre la pression, mais c’est un choix crucial pour déterminer si je vous aime bien ou non. » Elle fronça légèrement les sourcils. « Sucrée. Et je ne bats pas des cils pour obtenir ce que je désire, c’est juste le traitement que je vous ai réservé. » Elle lui lança un clin d’oeil. « Pour le reste, mon simple nom ou celui de mon associée suffit. On appelle ça… hum… » Elle fit mine de réfléchir. « … la réputation. Je ne sais pas si ce concept vous est familier. » Le regard amusé, elle attrapa le verre de vin que la serveuse venait de déposer devant elle, avant de le porter à ses lèvres et d’en boire une gorgée sans quitter son interlocuteur des yeux.





WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mer 31 Aoû - 10:21

Au premier abord, tout nous différencie, Milena et moi. Nous ne sommes pas du même univers, de la même planète, nous ne voyons pas notre travail de la même manière et nous n’avons certainement pas les mêmes techniques pour arriver à nos fins. Pourtant, quelques points communs se révèlent, des atomes crochus peut-être. Je me suis dit que je devrais lui laisser une chance, soit de me convaincre de rejoindre sa petite entreprise, soit de bel et bien me mettre dans son lit, ou les deux, c’est au choix. Ca peut être amusant si elle est aussi obstinée que moi; Car oui, finalement, nous avons bien des points communs. Je souris lorsque la jeune femme le souligne. “J’en doute de moins en moins.”

Le restaurant n’est pas loin et nous sommes vites installés. La place qui nous a été donnée nous change radicalement du petit placard de tout à l’heure comme elle peut le constater. Nous servons un peu d’attraction, on dirait, mais cela m’amuse. Je parie que les serveurs et les passants nous prennent pour le parfait petit couple en plein déjeuner en amoureux -et seuls ceux avec l’esprit innocent ainsi que les avocats traînant dans les parages pourraient penser à l’hypothèse que nous ne sommes que collègues. Le regard des passants ne me gêne pas, je sais ignorer certaines choses avec brio, appelons ça une vision sélective. “Vous êtes avocate, non ? Nous sommes des gens qui aiment se donner en spectacle. En tout cas, c’est mon cas.” Devant nos clients, les jurés, les juges, pendant les plaidoyers. Tout cela n’est qu’un grand cirque et nous faisons le show. Alors ce n’est pas une baie vitrée qui devrait la déranger.

La commande passée, je joue le parti de bonne famille en servant Milena en eau, et après qu’elle m’ait répondu, en sauce soja. Sucrée, la meilleure, le bon choix. “Parfait.” Je souris, amusé. La pauvre subit toutes mes pitreries avec une grande patience, et Dieu sait qu’il en faut avec moi quand je décide de faire l‘enfant. Je saurai peut-être me tenir avec elle, je lui en déjà assez fait baver, et elle a déjà prouvé son entêtement lorsqu’il s’agit d’avoir ce qu’elle veut par divers moyens. Dont jouer de ses charmes si nécessaire. “Oh, je suis très flatté.” On pourrait penser que je plaisante, j’en ai tout l’air, mais je le suis vraiment au fond. L’avocate n’a pas jugé bon de baser sa stratégie sur son nom avec moi, et je me demande bien pourquoi, mais ce n’est qu’un détail. Je hausse les épaules. “On ne fait pas dans la réputation chez les commis d’office, et de toute manière, même se faire un petit nom dans cette catégorie d’avocats ne changera jamais le fait que ça ne sera que le premier nom tout en bas de l’échelle.” De manière générale, personne ne reste commis d’office plus de quelques années, pour se mettre dans le bain après avoir passé le barreau. La fréquence du turn over dans nos rangs fait donc qu’aucun nom n’a le temps de s’imposer. Il n’y a que moi qui s’accroche comme une tique, avec quelques autres chevaliers blancs qui commencent à se faire vieux. “Ne dites pas le contraire, je sais très bien que votre race d’avocats regarde la mienne de bien haut. Et je comprends, nous ne sommes pas des gladiateurs, on est pas là pour se battre et gagner gloire et fortune. On est… des facilitateurs.” Comme la pièce de résistance dans un circuit électrique, nous modulons le dialogue entre un parti et l’autre, et nous faisons en sorte que tout le monde soit satisfait de la peine. Nous ne sommes pas assez payés par l’un ou l’autre pour pencher vers le moindre parti. “Mais vous battez très joliment des cils, c’était un vrai challenge d’y résister.” Et d’où je suis, la vue est encore très plaisante.

Les entrées arrivent sur la table. Je suis un grand fan de la soupe miso de ce restaurant, je pourrais aisément en boire des litres. En revanche, comme un gosse, je laisse la salade de chou sur le côté. Je ne suis pas très légumes, voire pas du tout. Sauf s’il s’agit de frites et de chips. C’est de la pomme de terre après tout. “Maintenant, ce qui m’intrigue, c’est comment vous êtes arrivée jusqu’à moi.” dis-je en posant ma cuillère à soupe au fond de mon bol vide. Mes clients ne font pas la une des journaux, je ne traite pas de grosses affaires. Comme je lui ai dit, je suis le type qui s’occupe des chiens écrasés. Je n’ai pas de réputation. A moins que. “Est-ce que ça veut dire que je suis bel et bien le premier nom tout en bas de l’échelle ?” Ca serait une belle surprise. Je serais curieux de savoir ce qui me vaudrait la moindre once de reconnaissance de la part de mes collègues en cabinet, ces grands manitous du barreau, au point que l’on vienne me chercher pour me débaucher. “Allez-y mollo sur le gingembre, je ne crois pas que vous en ayez besoin.” dis-je alors qu’une première fournée de sushis arrive sur la table, ne pouvant pas m’empêcher de taquiner Milena.



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mer 28 Sep - 22:45


Milena ne comprenait pas vraiment comment elle pouvait éprouver pareille… aisance en compagnie de Benjamin. C’était comme s’ils se connaissaient depuis toujours, comme s’ils étaient de vieux amis, ou d’anciens amants ayant mis leur griefs de côté. Pour la première fois depuis longtemps, l’avocate sentait qu’elle pouvait se laisser aller, qu’il n’allait pas la juger. Au contraire, il semblait tout prendre avec le sourire. Et puis, il avait déjà (presque) tout vu dans sa carrière juridique, alors la vie de la brune ne pouvait pas être bien malheureuse en comparaison. Elle se laissa alors d’abord aller à une légère plaisanterie sur un couple les observant au travers de la baie vitrée. « Vous êtes avocate, non ? Nous sommes des gens qui aiment se donner en spectacle. En tout cas, c’est mon cas. » Elle n’en doutait pas une seule seconde, on lui avait vanté les mérites du blond de nombreuses fois, et elle en avait eu un aperçu quelques minutes auparavant. « Je préfère largement les joutes oratoires que l’exposition en vitrine, hum. » Elle laissa échapper un léger rire et lança un regard équivoque au couple d’asiatiques qui les épiait. Benjamin lui proposa ensuite de choisir la saveur de sa sauce soja et en profita pour la taquiner sur ses talents de charmeuse. L’avocate ne se laissa pas démonter, et lui expliqua que la plupart du temps, son simple nom ou celui de son associée suffisaient à rallier d’autres braves collègues à sa cause. « On ne fait pas dans la réputation chez les commis d’office, et de toute manière, même se faire un petit nom dans cette catégorie d’avocats ne changera jamais le fait que ça ne sera que le premier nom tout en bas de l’échelle. » Elle secoua la tête d’un air grave, comprenant la détresse de la situation du blond, même si honnêtement il n’avait pas l’air de vouloir s’en sortir. Il poursuivit alors : « Ne dites pas le contraire, je sais très bien que votre race d’avocats regarde la mienne de bien haut. Et je comprends, nous ne sommes pas des gladiateurs, on est pas là pour se battre et gagner gloire et fortune. On est… des facilitateurs. » Elle laissa échapper un petit pouffement. « Mais vous battez très joliment des cils, c’était un vrai challenge d’y résister. » Elle lui lança un regard complice et son sourire avait du mal à se décrocher de ses lèvres charnues. « Sachez que je n’ai pas dit mon dernier mot. » Un silence s’installa alors, où les regards des deux jeunes gens se perdirent l’un dans l’autre, ou la détermination de l’une rencontrait la lassitude de l’autre. Ils se firent ensuite interrompre par le serveur qui déposa dans un geste parfaitement maîtrisé les deux soupes miso. « Maintenant, ce qui m’intrigue, c’est comment vous êtes arrivée jusqu’à moi. Est-ce que ça veut dire que je suis bel et bien le premier nom tout en bas de l’échelle ? » Elle avala la dernière gorgée de sa soupe et se recula légèrement contre le dossier de sa chaise. « Disons que vous avez un certain style. Un style qui pourrait tout à fait convenir pour des affaires un peu plus… prestigieuses. » Elle déposa sa cuiller avec délicatesse dans son bol. « Les nouvelles vont vite dans notre monde, vous le savez tout autant que moi. » Elle secoua la tête. « Pas mal de gens vantent votre mérite. » Elle lui lança alors un léger sourire. « Mais je vais arrêter de vous lancer des fleurs, j’aimerais quand même que vous arriviez à passer les nouvelles portes blindées du cabinet. » Elle rit et regarda avec envie les sushis que le serveur leur apporta. « Allez-y mollo sur le gingembre, je ne crois pas que vous en ayez besoin. » Elle déposa quelques makis dans son assiette et lança un regard de défi au blond. « J’aime prendre des risques, pas vous ? » Elle espérait le coincer avec cette question.





WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

l’irrattrapable

ÂGE : 32 ans (22/11)
SURNOM : Ben
STATUT : célibataire, volage, victime d'engagophobie
MÉTIER : avocat commis d'office, il se lasse de défendre la veuve et l'orphelin alors il compte bien se lancer dans le droit des affaires
LOGEMENT : en banlieue de Brisbane, en cours de déménagement en plein centre-ville

POSTS : 256 POINTS : 40

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Vient d'une famille modeste de la banlieue de Dublin. A deux petites soeurs. ≈ Est arrivé à Brisbane il y a deux ans. ≈ Papa célibataire d'un fils de 6 ans, Adam, né qu'un coup d'un soir alors qu'il était étudiant. Il en est gaga, mais lui et la paternité... ≈ Grand gosse, il n'a jamais vraiment quitté l'adolescence. Il aime faire le clown, et est un expert lorsqu'il s'agit de prendre de mauvaises décisions. Pourtant, il fait de son mieux. ≈ Fait de nombreuses allergies qui lui pourrissent la vie. ≈ Assez manuel mais pas forcément habile, voir maladroit. ≈ Adore son travail et passe de nombre
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Milena - Debra - Alissa - Cora - Amelia - Heidi - 6/5
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : ben barnes
CRÉDITS : tearsflight
DC : jamie keynes & lou aberline & aaron wyler
INSCRIT LE : 13/11/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Ven 4 Nov - 1:09

Non, Milena Grimes n'a pas dit son dernier mot, et cette phrase semble être un véritable mantra pour cette jeune femme débordante d'ambition et de confiance en elle. Je souris en l'observant avec attention, devinant dans son regard l'éclat de l'aventurière qui n'a peur de rien ni de personne. Dans ce petit bout de femme se cache la puissance d'un bulldozer prêt à faire sauter tout obstacle se mettant en travers de sa route, et je dois avouer que cette forme de panache rend cette confrère un peu plus sexy qu'elle ne l'est déjà. Je dois dire qu'il y a quelque chose de particulièrement flatteur dans l'intérêt que Milena me porte et qui la pousse à forcer toutes les portes pour atteindre mon ego afin de le caresser dans le sens du poil et lui susurrer au creux de l'oreille des mots doux qui titillent cet arrivisme inavoué jusqu'à le faire chavirer. J'écoute la jeune femme en glissant un sushi dans ma bouche après lui avoir fait faire trempette dans son bain de sauce soja et l'avoir orné d'une couronne de wasabi. Un brin pensif, je tente de me projeter dans ces affaires dont l'avocate me parle, renouer avec le droit privé et ses dossiers étriqués dans lesquels les partis se tirent dans les pattes comme dans un western. Tout ce qui prodigue à ce métier ses véritables frissons. Si l'on vante mes capacité en tant que commis d'office, c'est que je suis parvenu à atteindre un objectif ; me faire la main assez longtemps et me perfectionner jusqu'à pouvoir prétendre être un véritable professionnel sans que personne ne puisse songer que je démérite. Rendre mon expertise indiscutable. Certes, elle est actuellement au service de ceux qui ne paient pas. « Vous semblez très sûre que j'accepterai votre offre. » je fais remarquer lorsque Milena évoque les locaux de son futur cabinet. A vrai dire, elle n'a jamais semblé en douter, ce qui m'amuse beaucoup. Ma taquinerie se retourne subtilement contre moi, néanmoins je ne saurais dire si la jeune femme parle encore de sushis, de travail, ou reprend son travail au corps. « Tout dépend de si le jeu en vaut la chandelle. » je réponds avec un sourire. Du reste du repas, je tente surtout d'en savoir plus sur Milena Grimes. Qui est-elle, d'où vient-elle, où va-t-elle. Rien de bien intime, néanmoins, des détails personnels qui me permettent de la cerner vaguement, quoi que plus nettement qu'il y a une heure. Une biographie bateau s'inscrit dans un coin de ma tête à la mémoire d'éléphant ; où elle est née, ses deux frères, l'université où elle a étudié. Je lui offre en retour quelques renseignements à mon sujet du même ordre. L’addition payée par mes soins et mon compte en banque trop maigre, nous quittons le restaurant en reprenons le chemin du palais de justice. Face aux marches, je me dis qu'il est largement temps de libérer la jeune femme et, pour ma part, de retourner au travail. « Je dois retourner en audience. Retrouvons-nous au canvas à dix-neuf heures pour le verre dont nous parlions tout à l'heure. » Avec la magie du wold wide web, Milena trouvera bien comme une grande l'adresse du bar dont je lui parle et qui est assez connu en ville pour que le nom lui dise vaguement quelque chose dans le cas où elle n'y aurait jamais mis les pieds. « J'ai hâte de voir tous vos arguments. » dis-je avec un sourire mutin débordant de sous-entendus avant de la quitter pour le reste de l'après-midi. Les affaires s'enchaînent des heures durant, les affaires plus cocasses les unes que les autres qui font comprendre à quel point l'humanité est une espèce à la fois malade et fascinante autant pour sin ingéniosité que sa profonde bêtise. Alors que l'heure de me rendre à ce petit rendez-vous approche, je réalise que je n'ai pas de baby-sitter pour Adam. J'appelle ma sœur, Debra, qui sera heureusement présente à la maison ce soir et pourra garder un œil sur lui. Un entraînement pour ce qui l'attend dans quelques mois, lui dis-je avec un humour douteux qui la fait raccrocher immédiatement. N'ayant pas le temps de faire un saut par ma lointaine banlieue afin de me changer et troquer mon costume contre quelque chose de plus décontracté, je demeure tel quel lorsque j'entre dans le Canvas. Il ne m'est pas difficile de repérer Milena parmi les autres clients. Furtivement, j'approche et m'installe près d'elle. « Une voiture de fonction, hm ? » je demande pour marquer ma présence, la faisant légèrement sursauter, ce qui était l'effet escompté. « J'espère qu'elle aura une aussi jolie carrosserie que le vôtre. » Le regard pétillant et le sourire aguicheur, je détaille la jeune femme. Maintenant nous allons pouvoir passer aux choses sérieuses.



Oh, the habits of my heart
loonywaltz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t11864-ben-wild-heart-reboot http://www.30yearsstillyoung.com/t11382p15-love-who-loves-you-back http://www.30yearsstillyoung.com/t7688-benjamin-brody#275751

la sapée comme jamais

ÂGE : 32 ans (1/10/1984)
SURNOM : Milou, Lena
STATUT : Célibataire et fait plein de bêtises...
MÉTIER : Professeur de droit des affaires à l'université, avocate & bientôt propriétaire de son cabinet.
LOGEMENT : #10 Pine Rivers dans un spacieux loft

POSTS : 5221 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Est née et a vécu les douze premières années de sa vie à Londres ∆ A ensuite déménagé à New York avec ses parents et ses deux frères, Sean & Julian ∆ Elle a étudié le droit à l’université de Columbia ∆ Elle a obtenu son doctorat à l’âge de 26 ans ∆ Elle s’est exilée à Brisbane après une rupture difficile et médiatique il y a 2 ans ∆ Elle a un véritable caractère de cochon: elle veut toujours avoir raison et obtenir ce qu’elle désire ∆ Ne JAMAIS croire en son sourire, c'est son plus beau piège ∆ Parle couramment l’italien et l’espagnol ∆ Sanguine, impulsive et manipulatrice
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : BENJAMINGAUTHIERGRIMES FAMILYTONYCORAALVAROJAMES #4

- GRIMES FAMILY -
To the outside world, we all grow old. But not to brothers and sisters. We know each other as we always were. We know each other's hearts. We share private family jokes. We remember family feuds and secrets, family griefs and joys. We live outside the touch of time.

- JAMESENA -
Obsessed by a fairy tale, we spend our lives searching for a magic door and a lost kingdom of peace.

- GAUTHIENA -
You don't have to have anything in common with people you've known since you were five. With old friends, you've got your whole life in common.

- ALVENA -
I got all I need when you came after me. Fire meet gasoline, I'm burning alive and I can barely breathe.

PSEUDO : muffin.
AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : Shiya (avatar), Tumblr (gifs)
DC : Janis, Elsie & Nina.
INSCRIT LE : 10/12/2015

MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Mer 30 Nov - 20:29

L’avocate se rendait soudainement compte qu’elle commençait à apprécier cette partie de son travail, et que le fait que le recrutement de ce fameux Benjamin lui donnât pas mal de fil à retordre ajoutait du piment à la chose. Il n’était pas un homme facile, il était plutôt un homme de valeurs, de principes et le faire changer d’avis relevait du parcours du combattant. Mais la brune était déterminée et sentait petit à petit le vent tourner en sa faveur. Elle était habile, elle jouait des mots, des sens, de son sourire et de son charme aussi. Elle s’essaya même à l’humour en taquinant le brun sur ses nombreuses qualités. « Vous semblez très sûre que j'accepterai votre offre. » Elle secoua la tête avec délicatesse en ne cillant pas. Elle aimait ce jeu de regard, ce jeu tout court. « Tout dépend de si le jeu en vaut la chandelle. » répondit-il à la joute finale de l’anglaise. Elle acquiesça silencieusement cette fois en attrapant un nouveau sushi et en le trempant dans sa fabuleuse sauce soja. Elle n’avait pas dit son dernier mot, mais elle savait parfaitement s’arrêter pour mieux repartir. Il était temps que les deux jeunes gens changent de sujet, et ils discutèrent alors de tout et de n’importe quoi. Milena en apprit alors sur les origines Irlandaises du jeune homme, pas si lointaines des siennes finalement et elle s’en réjouit en usant et abusant une nouvelle fois de son charme naturel. La discussion se termina naturellement et Benjamin insista pour régler l’addition, que la brune ne refusa évidemment pas. Elle se surprit à se demander ce qu’un avocat commis d’office pouvait bien gagner pour des cas aussi… désespérants, et peu rentables, mais elle décida de s’en abstenir, jugeant leur proximité trop peu développée. Ils quittèrent alors le restaurant et reprirent la direction du tribunal. « Je dois retourner en audience. Retrouvons-nous au canvas à dix-neuf heures pour le verre dont nous parlions tout à l'heure. » finit-il par proposer à l’avocate lorsqu’il atteignit la dernière marche. « Le Canvas ? Hum… dix-neuf heures... très bien. » La brune fut prise au dépourvu mais le nom de ce fameux bar lui disait vaguement quelque chose. Elle n’était pas le genre de femmes à sortir à la moindre occasion, surtout à traîner dans des bars. Elle préférait largement les dîners convenus, les expositions et autres événements un peu plus… guindés. « J'ai hâte de voir tous vos arguments. » Le sourire de l’Irlandais disparut aussitôt qu’il se retourna pour rejoindre le restant de sa séance. « Amusez-vous bien ! » glissa Milena en riant, avant de descendre les marches et de prendre la direction de son véhicule. Elle en profita pour passer à son bureau chercher quelques documents, et fila ensuite chez elle afin de passer une après-midi au calme. Elle travailla ensuite quelques heures sur des dossiers de stratégie de petites entreprises et se permit en fin de journée d’ouvrir une bouteille de vin. Elle dégusta un agréable verre de bordeaux en jetant un oeil à son dressing. La brune ne savait pas réellement pour quel genre de tenue opter pour son deuxième rendez-vous improvisé avec Benjamin. Quid d’une courte robe noire ? Elle jugea rapidement cette option comme étant peu appropriée pour un bar du quartier nord et décida, après avoir vidé son verre de vin, d’opter pour un pantalon taille-haute de couleur noire, et d’une blouse blanche au col bénitier qu’elle rentra dans ce dernier. Elle compléta sa tenue d’une paire d’escarpins vernis et termina par attacher ses cheveux en une longue queue de cheval. Elle quitta son appartement et prit la direction de Fortitude Valley à bord de son imposant 4X4. Elle finit par trouver le Canvas, un bar mi-chic mi-urbain, et y pénétra sans vraiment trop d’assurance. Un serveur lui indiqua une table libre au fond d’un signe de tête, ayant visiblement compris que ce genre d’endroit n’était pas coutumier de la belle. Elle s’installa alors à la table et commanda un mousseux, rien de trop alcoolisé, il ne valait mieux pas si elle comptait rester digne. « Une voiture de fonction, hm ? » Elle sursauta en se retournant brusquement. « J'espère qu'elle aura une aussi jolie carrosserie que la vôtre. » Benjamin lui lança un regard équivoque et s’installa à la table, visiblement d’humeur beaucoup plus taquine qu’à sa pause-déjeuner. « Merci, je suppose... » Elle lança un sourire énigmatique au jeune homme et poursuivit : « Nous en discuterons à la signature de votre contrat. » L’anglaise lança cette fois un léger clin d’oeil à son compère. « Comment s’est passé le jugement ? » Elle s’installa un peu plus confortablement sur sa chaise.




WHO'S GONNA KISS YOU WHEN I'M GONE ?
Making me stronger, shaking me right to the core. Oh, I don't know what's in the stars. Never heard it from above, the world isn't ours. But I know what's in my heart, if you ain't mine I'll be torn apart.



♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t5981-milena-one-lie-can-ruin-a-thousand-truths http://www.30yearsstillyoung.com/t11893-milena-act-like-a-lady-think-like-a-boss http://www.30yearsstillyoung.com/t6041-milena-grimes

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: let yourself go (benjamin)   Aujourd'hui à 17:24

Revenir en haut Aller en bas
 

let yourself go (benjamin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: pine rivers
-