AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 Fake it until you make it ➶ Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3319 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Fake it until you make it ➶ Ethan   Mar 31 Mai - 18:06

fake it until you make it
Ethan & Jameson

Debout face à l’immense miroir de l’hôtel où je passais la nuit, j’étudiais sévèrement mon reflet. Avais-je l’air d’être l’épouse d’un riche directeur financier américain ? Je supposais que oui. Après tout, mon métier m’avait donné l’habitude de fréquenter l’élite du monde juridique, et j’imaginais que celui des finances n’était pas tellement différent. Peut-être encore plus extravagant, ou encore plus coincé. Dans le doute, j’avais opté pour une longue robe fluide en satin noir. J’aimais particulièrement le fait que le dos et les épaules soient dégagé.es, et ma peau pâle seulement recouverte d’une dentelle fine. C’était le genre de robe que je n’osais jamais porter. Trop féminine. Trop précieuse. Mais ce soir, je n’étais pas Jaimie, ni Maître Jameson Winters. J’étais Wendy Knowles. Et ça faisait tout la différence. J’ai vérifié ma coiffure : un chignon soigné/négligé réalisé par les soins de Berlioz, ma coiffeuse personnelle que j’avais fait déplacer pour l’occasion. Quant au maquillage, après un moment de solitude et trois tutoriaux YouTube totalement inutiles la veille, j’avais décidé d’avoir recourt à une maquilleuse professionnelle végane que j’avais fait venir, elle aussi, spécialement pour l’occasion. Le résultat était satisfaisant : je ne me reconnaissais pas. J’étais moi, mais la version que mes parents auraient voulu que je sois. Ça me fit rire jaune, l’espace d’un instant.

Je me suis aussi demandé à quoi Ethan allait ressembler. Car c’est pour lui que je jouais cette petite comédie. Mon riche époux américain. Nous avions gardé contact après l’île. Comment ne pas le faire, après ce que nous avions vécu ? Je me sentais une connexion avec les autres naufragés, mais tout particulièrement lui, Kyeran et Soren. C’est donc tout naturellement qu’Ethan m’avait appelée la semaine dernière en me demandant si je pouvais lui rendre un service : l’accompagner à une soirée guindée où il devait se rendre sous couverture. Il n’avait pas pu me dire la raison de sa mission, que je supposais confidentielle. Mais mon imagination était lancée. Devait-il arrêter un mafieux ? Protéger discrètement un homme politique en danger ? Tâcher de repérer des financiers accusés d’insider trading ? Les possibilités étaient infinies. Il m’avait promis qui ce serait sans danger et que j’aurais juste à serrer des mains, faire la discussion et forcer mon accent Canadien – qui serait plus crédible que mes intonations Irlandaises, vu le rôle que je devais tenir. Dans le doute, je lui avais quand même demandé si j’aurais besoin de mon éternel couteau suisse, ce à quoi il m’avait répondu en riant que ce ne serait pas la peine. Sauf qu’une espionne sans arme, je trouvais que c’était franchement moyen, alors je l’ai quand même mis dans mon sac à main, l’air de rien. J’ai juste fait attention à ce qu’il ne s’agisse pas de mon préféré, au cas où la sécurité me demande de le laisser à l’accueil de la réception. Je finissais de glisser mes pieds dans mes chaussures - des trucs à talon haut qui allaient me torturer toute la soirée – quand des coups frappèrent à la porte de ma chambre. Ce devait être Ethan. J’ai revérifié une dernière fois mon allure – avant de me rappeler que c’était un faux rencart et que j’étais donc ridicule, et j’ai ouvert la porte.


made by guerlain for bazzart



Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 


Dernière édition par Jameson Winters le Ven 3 Juin - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : bientot 28 ans
STATUT : célibataire
MÉTIER : inspecteur de police, ex navy SEAL
LOGEMENT : #99 Redcliffe

POSTS : 269 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : le café du matin est indispensable, comme beaucoup de flics en fait ≈ j'ai plusieurs cicatrices pas très jolies, que je camoufle comme je peux ≈ les chevaux n'ont pas de secrets pour moi ≈ ma guitare c'est un peu comme le saint-graal pour moi, elle me vient d'Hank et je la vénère ≈ je sais jouer du piano ≈ j'évite les fast-food comme la peste, je préfère payer plus cher mais bien manger ≈ j'ai eu un chat nommé "hooyah" quand j'étais petit, c'est le "cri de guerre" des navy et je l'avais entendu de mes frères ≈ j'ai peur des espaces confinés depuis ma dernière mission
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : JordanJamesonEmily


RPs TERMINÉS : Emily + Henry + Ezra + Phoebe + Felix & Aedan + Emily + Halloween #grenier + Jordan + #Pinkteam + Kyeran + Jessy + Emily + Benedict
PSEUDO : cam'tagada
AVATAR : Théo sexy James
CRÉDITS : chevalisse
DC : Hope Jenkins et Olivia North
INSCRIT LE : 11/05/2015

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Mar 31 Mai - 18:22

Le micro-caméra est enfin posé, ce qui sonne la fin de cette séance de préparation dans la chambre. Le silence est tel qu'on entendrait une mouche voler. Pas étonnant, c'est une grosse mission. Pas très dangereuse, quoi qu'elle pourrait le devenir... Je dois repérer un gros ponte de la drogue qui se rend à cette soirée comme mécène, façon de couvrir ses agissements douteux et de blanchir de l'argent. Car le gala de charité n'est qu'une couverture, lui aussi, pour blanchir cet argent qui lui est si précieux. Nous ne l'arreterons peut-etre pas ce soir, en tout cas je dois établir un premier contact et lui proposer d'etre son garde du corps. Nous nous sommes assurés que son bras droit serait injoignable, et qu'il croirait donc qu'il était mort alors qu'en fait il est dans le programme des témoins protégés. Moi, je suis le nouveau bras droit, je dois justement me faire accepter auprès de lui afin de mener l'enquete au mieux. Pour ce premier contact j'ai choisi d'emmener Jameson. Il fallait que je sois accompagné, et pas par une bimbo superficielle. Jameson était écologiste, de ce que j'avais vu de son casier, or la femme de mon client l'était aussi. Pendant que les deux femmes discuteraient, je m'occuperai de glisser quelques mots au mari et nous nous reverrions une fois par la suite avant que, sous la contrainte du temps, il ne se décide à m'accepter. C'était ma première intervention de ce genre, alors forcément la tension m'envahissait. Toutefois j'étais confiant, j'avais été formé pour ça et j'étais SEAL, donc censé etre prêt à tout. Je frappe à la porte de Jameson, qui est magnifique dans cette robe noire qui lui sied à merveille. « Salut beauté. » dis-je avec un clin d'oeil taquin. Je n'imaginais pas Jameson si... féminine. En meme temps la dernière fois que je l'avais vue elle était dans des vetements mouillés et sales, les cheveux en bataille, les mains pleines de terre. Pas difficile de faire mieux. « Tu es prete ? »





take a breath and
   count to ten



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3319 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Mar 31 Mai - 20:09

fake it until you make it
Ethan & Jameson

Comme j’ m’y attendais, Ethan se tenait sur le pas de la porte. Le voir en costume me fit un choc. Il était à milles lieu du mec couvert de sueur, de terre et de sang avec qui j’avais passé une vingtaine d’heures éprouvantes sur l’île au large de Brisbane. Là, il faisait smart, distingué. En fait, si je l’avais rencontré ainsi, je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse être un agent sous couverture. Mais d’un autre côté, c’était son métier.

- Wow.

J’ai laissé échapper, un sourire admiratif sur les lèvres. Je devais avouer qu’il portait plutôt bien la toilette. Apparemment, il pensait la même chose de mon accoutrement, vu le petit surnom qu’il utilisa pour me saluer. A moins que nous n’étions déjà dans le jeu de rôle, ce qui était possible. Je me suis demandée si un micro était caché sous ses vêtements et si des types nous écoutaient dans une camionnette à la sortie de l’hôtel, comme dans les films. J’ai trouvé cette idée glauque et plutôt flippante, alors j’ai décidé de me focaliser sur autre chose. Par exemple, sur Ethan qui me demandait si j’étais prête. J’ai senti un sourire étirer mes lèvres et j’ai baissé les yeux vers mes vêtements en écartant les bras. D’ordinaire, j’avais confiance en moi. Mais là, je me sentais tellement déguisée que c’était assez difficile.

- A toi de me le dire. Mais sache qu’il a fallu pas moins de trois personnes pour parvenir à ce résultat alors j’ai peur qu’on n’ait pas mieux.

J’ai plaisanté en attrapant mon sac. Puis, décidant de rentrer directement dans la peau de mon personnage, j’ai attrapé son bras pour avancer. Je m’étais entraînée tout le weekend à marcher avec ses satanées chaussures de l’enfer et je fus heureuse de constater que ma démarche n’était presque pas bancale.

- Alors, Mr Knowles, où m’emmènes-tu ce soir ?  


made by guerlain for bazzart



Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 


Dernière édition par Jameson Winters le Ven 3 Juin - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : bientot 28 ans
STATUT : célibataire
MÉTIER : inspecteur de police, ex navy SEAL
LOGEMENT : #99 Redcliffe

POSTS : 269 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : le café du matin est indispensable, comme beaucoup de flics en fait ≈ j'ai plusieurs cicatrices pas très jolies, que je camoufle comme je peux ≈ les chevaux n'ont pas de secrets pour moi ≈ ma guitare c'est un peu comme le saint-graal pour moi, elle me vient d'Hank et je la vénère ≈ je sais jouer du piano ≈ j'évite les fast-food comme la peste, je préfère payer plus cher mais bien manger ≈ j'ai eu un chat nommé "hooyah" quand j'étais petit, c'est le "cri de guerre" des navy et je l'avais entendu de mes frères ≈ j'ai peur des espaces confinés depuis ma dernière mission
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : JordanJamesonEmily


RPs TERMINÉS : Emily + Henry + Ezra + Phoebe + Felix & Aedan + Emily + Halloween #grenier + Jordan + #Pinkteam + Kyeran + Jessy + Emily + Benedict
PSEUDO : cam'tagada
AVATAR : Théo sexy James
CRÉDITS : chevalisse
DC : Hope Jenkins et Olivia North
INSCRIT LE : 11/05/2015

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Jeu 2 Juin - 21:41

Mon premier costume m'a été offert par mon père à mes quinze ans. Ce jour de Mai où nous avions écumé les boutiques de luxe est gravé dans ma mémoire. Michael, ou 'papa', était allé acheter les premiers costumes de ses garçons avec chacun d'entre eux au fil des ans. Avec cinq garçons, il a eu du boulot ! Et il ne se contentait pas d'un costume bon marché, bien sur que non, il fallait aller chez Armani d'abord, puis chez les tailleurs spécialisés... j'ai attendu mes quinze ans pendant longtemps, dans l'attente de ce moment père-fils qui marquerait plus ou moins mon entrée dans l'age adulte, celui où la plupart des mecs ne sont plus puceaux. J'ai attendu deux ans avant de sauter le pas, avec Emily, dans le lit de mon enfance. Nous considérions ça comme une formalité et ne voulions pas être pris au dépourvu plus tard, il fallait le faire une première fois pour ne pas être pitoyable ensuite.  Aujourd'hui je pense que c'était un signe que nous étions fait pour être ensemble. Cette première fois a cimenté les liens qui nous liaient déjà. Ce n'est qu'une question de temps avant que nous retrouvions cette relation si intense et complexe, du moins je l'espère.

Le costume que j'arbore aujourd'hui n'est pas celui de mes quinze ans, heureusement. J'ai pris du muscle depuis lors, il a fallu que j'en achète un nouveau pour être plus à l'aise. Jameson semble l'apprécier, d'après l'exclamation que j'entends. Même si je sais que ce n'est pas un rencard le rouge me vient aux joues. Je n'ai jamais eu l'habitude des compliments sur mon physique et c'est visiblement son cas aussi puisqu'elle se détaille en guettant mon approbation. « Tu es parfaite, ne t'en fais pas. Elles vont toutes etre jalouses de toi. En partie parce que tu aura un mec canon à ton bras, d'ailleurs. » lui dis-je avec un clin d'oeil dans le but de la détendre. Bon sang, trois personnes pour arriver à ce résultat ? J'aurais pété un plomb si j'avais été à sa place. Me faire tripoter de partout n'est pas dans mes habitudes, loin de là. « Votre bague, madame Knowles. » Je lui tends la bague que l'on m'a confiée en m'assurant qu'elle serait à la taille du doigt de Jameson. Elle est fictive mais a le bénéfice de me rassurer quant à la sécurité de la trentenaire pendant le gala, en plus d’être un signe de richesse auprès du mafieux que l'on devra alpaguer. « Le saphir contient une puce de localisation. » J'en oublierai presque l'autre dispositif que l'on m'a confié pour elle, quelle tête en l'air je vous jure ! La boite était volumineuse dans ma poche, je prends le collier et jette la boite dans la chambre de Jameson tandis que je passe derrière elle pour le lui mettre. Assorti avec la bague, parfait. « Et si tu appuies là, ça déclenche un signal d'alerte. C'est juste au cas où on serait séparés ou que tu aies besoin d'aide. On est jamais trop prudents. Mais ne t'inquiètes pas, je ne t'aurais pas fait venir si je n'était pas sur qu'on en sortirait en un seul morceau. »  

Je la stabilise grace à mon bras quand je constate qu'elle est un peu bancale sur ses escarpins, sans doute qu'elle s'est essayée à les porter pendant un moment... je n'ai jamais compris l'envie des femmes de mettre des instruments de torture pareils, même si ça leur fait souvent un très beau fessier. Jameson ne déroge pas à cette règle d'ailleurs, de ce que j'ai pu voir en lui mettant le collier au cou. Une limousine nous attends dehors afin de nous emmener dans le centre, j'ouvre la porte à madame Knowles et mets une main sur sa taille pour l'aider à y entrer, au cas où nous serions déjà espionnés. Heureusement l'intérieur est totalement sécuritaire : le chauffeur est des services de police, de plus les vérifications habituelles ont été effectuées pour s'assurer qu'aucun dispositif d'enregistrement – à part le mien – ne soit ici. « Je t'emmène à l'opéra de Sydney pour un gala de charité dont tu te souviendra toute ta vie. Mais la vie avec moi est tellement palpitante, n'est-ce pas ? »  Ce n'est pas parce qu'on est dans un cadre sérieux qu'on doit l'etre, non ?!




take a breath and
   count to ten



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3319 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Ven 3 Juin - 21:18

fake it until you make it
Ethan & Jameson

J’ai senti un sourire presque timide étirer mes lèvres alors qu’Ethan me complimentait. Je n’avais pas l’habitude de recevoir ce genre de compliments. Je n’ignorais pas que je pouvais plaire à certains hommes, mais je ne leur laissais généralement pas l’occasion de me le signaler. Soit il me plaisait – ce qui était assez rare – et j’étais en général celle qui prenait les devants, sans leur laisser vraiment le loisir de déclarer leur flamme. Soit je les réduisais en cendres d’un regard glacial pour les en dissuader. Mais ce genre de petites intentions tout en subtilité, c’était une zone d’ombre pour moi. C’était agréable, même si c’était pour de faux. Mon sourire gêné se transforma d’ailleurs bientôt en rire quand j’entendis la suite de la phrase de mon époux fictif.

- J’en suis absolument certaine. Tu es magnifique dans ce costume, vraiment.

Sa blague eut le mérite de me détendre, et de ramener la situation à ce que c’était : deux amis qui s’apprêtaient à partir en mission sous couverture. Ça m’aida à ne pas péter un câble quand il sortit une bague de sa poche pour la glisser à mon doigt. Merde. J’aurais jamais pensé que la première fois qu’un mec m’offrirait ce genre de bijou, ce serait pour de faux. Quoi que ce n’était pas vraiment la première fois, dans le fond. Quand j’avais 8 ans, Kylian, mon meilleur ami de l’époque, m’avait glissé une bague confectionnée avec des tiges d’épis de blés tressées qu’il avait cueillies dans les champs derrière nos maisons. « Pour pas que tu m’oublies, » il avait glissé en me l’offrant. « Quand tu seras au Canada. » Il avait promis que tant que j’aurais cette bague, il me retrouverait, plus tard. Je l’avais serré dans mes bras, et je m’étais perdue dans ses grands yeux verts pour la dernière fois. J’avais toujours la bague, toute sèche et minuscule, dans une petite boite chez moi, mais nos chemins ne s’étaient jamais recroisés. La bague d’Ethan, bien que beaucoup plus belle et dispendieuse, était moins romantique, puisqu’il s’agissait en vérité d’un moyen de localisation (plus efficace que celui de Kylian, j’espérais). J’ai arqué un sourcil et cherché son regard, mais il était trop occupé à m’attacher un collier assortit à l’alliance. Celui-ci « déclenchait un signal d’alerte ». Bordel, mais dans quoi je m’étais fourrée encore ? Il m’assura encore une fois qu’il ne s’agissait que de précautions, que ma sécurité était assurée. Je savais qu’Ethan ne parlait jamais à a légère, et qu’il n’était pas le genre à mentir pour vous rassurer. Si j’étais en danger, il me le dirait. Alors j’ai pris une profonde inspiration pour me recomposer, et j’ai hoché la tête.

- D’accord.

J’ai dit en effleurant le collier à l’endroit qu’il me désignait. Puis j’ai attrapé son bras et l’ai suivi hors de l’hôtel. Quand je vis la limousine, je n’avais qu’une hâte : m’assoir dedans. Et ce n’était pas uniquement pour parfaire le fantasme de la nuit extravagante parfaite, c’était surtout pour soulager la plante de mes pieds. Ces pauvres petits, trop habitués aux chaussures de randonnées ou aux bottines confortables que je mettais au boulot, vivaient très difficilement les retrouvailles avec les talons aiguilles. J’avais une sainte horreur pour ce genre de chaussures, que je ne sortais que lorsque j’y étais vraiment obligée, à savoir pour faire de la représentation. Comme ce soir. Dans ces moments, j’aurais aimé avoir de masculin autres choses que mon prénom. J’ai tout de même pris le temps de sourire à Ethan qui me tenait la porte, comme un vrai gentleman et j’ai posé ma main sur son épaule pour le remercier – et pour faire le couple uni – avant de m’engouffrer dans l’habitacle. Il me rejoint bientôt, et, seulement là, répondit à ma question. J’essayais de déchiffrer pour voir s’il parlait en crypté, mais je ne pouvais en être certaine. En tout cas il était clair que la limousine nous amenait bien à l’opéra de Sydney, pour un gala de charité qui devait apparemment me marquer. Sa dernière remarque ne manqua pas de m’arracher un éclat de rire et je levai des yeux rieurs vers lui.

- Ça, mon cœur, je m’en suis rendue compte à l’instant où nos regards se sont accrochés pour la première fois. Tu sais, sur la plage de cette île paradisiaque, près de la falaise. C’était si… romantique.

Je restais volontairement évasive sur les circonstances exactes de notre rencontre, car je n’étais pas certaine de savoir si le jeu de rôle avait déjà commencé ou si nous étions en terrain « ami ». Mais je savais qu’il saisirait l’allusion. L’île maudite où nous étions restés coincés, la falaise merdique d’où nous avions dégringolé en voulant tirer Jonathan de son buisson, et ce regard meurtrier qu’il m’avait lancé avant de m’ordonner de lâcher mon couteau pour ne pas provoquer une armée de types en jupettes qui nous avançaient dessus avec un air menaçant. On ne faisait clairement pas plus romantique. Et dire qu’à ce moment de notre périple, nous croyions déjà avoir vécu des aventures palpitantes… si nous savions ce qui nous attendait ! Parlant de ça, je décidai d’avoir plus de précisions sur notre soirée, aussi je me suis penchée vers lui, laissant ma main s’attarder sur ses épaules, prétendant de flirter avec son cou et le lobe de son oreille pour lui murmurer :

- Je suppose que tu as des attentes particulières de moi pour ce soir, sinon tu ne m’aurais pas amenée. Alors quand nous seront là-bas, dois-je me contenter de serrer des mains en distribuant des sourires ou bien faut-il que j’agisse d’une façon plus spécifique ?

Du style en plantant ma lame dans la nuque des méchants ? Je dus me rappeler que je n’étais pas dans un James Bond et que, par conséquent, il était fort probablement que ma mission soit beaucoup plus aisée, mais mon imagination semblait sans limite. Je me demandai au passage si je devais lui avouer que mon arme fétiche se trouvait bien au chaud dans mon sac. Plus tard, peut-être. J’attendais d’abord d’avoir plus de précisions. Sait-on jamais  


made by guerlain for bazzart



Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : bientot 28 ans
STATUT : célibataire
MÉTIER : inspecteur de police, ex navy SEAL
LOGEMENT : #99 Redcliffe

POSTS : 269 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : le café du matin est indispensable, comme beaucoup de flics en fait ≈ j'ai plusieurs cicatrices pas très jolies, que je camoufle comme je peux ≈ les chevaux n'ont pas de secrets pour moi ≈ ma guitare c'est un peu comme le saint-graal pour moi, elle me vient d'Hank et je la vénère ≈ je sais jouer du piano ≈ j'évite les fast-food comme la peste, je préfère payer plus cher mais bien manger ≈ j'ai eu un chat nommé "hooyah" quand j'étais petit, c'est le "cri de guerre" des navy et je l'avais entendu de mes frères ≈ j'ai peur des espaces confinés depuis ma dernière mission
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : JordanJamesonEmily


RPs TERMINÉS : Emily + Henry + Ezra + Phoebe + Felix & Aedan + Emily + Halloween #grenier + Jordan + #Pinkteam + Kyeran + Jessy + Emily + Benedict
PSEUDO : cam'tagada
AVATAR : Théo sexy James
CRÉDITS : chevalisse
DC : Hope Jenkins et Olivia North
INSCRIT LE : 11/05/2015

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Lun 22 Aoû - 13:12


   

   
"fake it until you make it"

   
Jameson & Ethan

   
   

Malgré le peu de temps que nous avions passé ensemble je sentais que Jameson n'avait pas pour habitude de faire des compliments, alors je ne prenais pas ça à la légère et la remerciai sincèrement. Au yeux de quelques policiers ce que je m’apprêtai à faire était « stupide, imbécile, complètement con et taré » selon leurs propres mots. Pourquoi ? Parce que Jameson était une civile, peu entraînée à ce type de situation. On voit qu'ils ne l'avaient pas vue à l'action en pleine jungle... cette femme pourrait réduire les couilles de n'importe quel homme à l'état de petits pois rien qu'avec un regard. « Mouais, un homme magnifique pour une femme magnifique, on est tout à fait assortis. Et on va tout déchirer ce soir, promis. » Ouais, bon, … j'espère que ça ne finira pas comme notre croisière de survie. Les souvenirs de ces jours-là ne font pas partie des meilleurs, en rentrant j'avais du m'expliquer face à tout ce carnage. Si mon chef n'était pas intervenu en ma faveur je ne suis pas sur que j'aurais échappé à 48 heures de garde à vue le temps que les choses s’éclaircissent.

Les yeux de la protagoniste deviennent vitreux, si bien que je me demande si elle est encore avec nous ou partie à l'autre bout de la galaxie. Lorsque je lui explique le fonctionnement du collier je sens un frisson la parcourir. Ca ne doit pas être facile pour elle, loin de là. Alors je décide de lui donner une dernière chance de quitter le navire, avant qu'il ne soit trop tard et que nous ne puissions plus reculer. « Si tu préfères je peux y aller tout seul, d'accord ? Ne te sens pas obligée à faire quoi que ce soit... c'est juste que les micros, la bague de localisation, le signal d'alerte... c'est ce qu'on ferait pour n'importe quel agent. Sauf qu'aucune n'est dispo. » Et Jameson est parfaite pour ça, vu les occupations de la femme de ma cible. Je prends alors un air conspirateur et lui souffle à l'oreille : « J'aimerais bien être dans le coffre fort de la police, juste pour voir combien de ces gadgets bling-bling ils ont. » Un peu d'humour est toujours le bienvenu, surtout en ce moment. Je suis loin de considérer cette mission comme de la rigolade, pourtant.

" Ça, mon cœur, je m’en suis rendue compte à l’instant où nos regards se sont accrochés pour la première fois. Tu sais, sur la plage de cette île paradisiaque, près de la falaise. C’était si… romantique. » J'explose de rire en pleine limousine, comprenant sans mal les sous-entendus de Jameson. Tout ça pour faire « couple », puisque j'ai oublié de lui dire que le chauffeur est des notres. Toutefois je profite de cette ignorance pour entrer dans son jeu : « Oh ça c'est un séjour dont je me rappellerai toute ma vie. Tu avais un tempérament digne d'une lionne, et cette longue balade dans la foret a été une telle révélation... on pourra en parler à nos petits-enfants quand ils seront en age de comprendre. » Au début j'avais plutôt considéré Jameson comme une emmerdeuse, il faut le dire. Elle nous avait fait passer pour des ennemis avec son couteau, qu'elle ne voulait pas lâcher malgré mon insistance. Heureusement qu'elle avait changé d'avis... et ça avait réellement été une révélation par la suite. Qui aurait pu croire que celle-ci renfermait de telles compétences pour la survie et le sauvetage en milieu hostile ? Je m’apprête à lui révéler le pot aux roses quand elle s'approche de mon oreille et susurre quelques mots tout bas, sa main se baladant sur le haut de mon corps. Bon Dieu, il y a de quoi être déconcentré... C'est une femme magnifique, avec un tempérament de feu, et... je suis un homme, merde. Je ne peux pas rester insensible à tout. Mais j'essaie de ne rien laisser paraître. Je lui murmure sur le même ton : « C'est bon, c'est Hank. Il fait partie de la police aussi. Fais pas attention à son attitude de gros dur, c'est une vraie guimauve. » J'ai haussé la voix sur la dernière phrase, laissant le chauffeur entendre ces mots. « Bonjour M'dame. » dit-il avant de faire un doigt d'honneur devant le rétroviseur, de sorte que je le vois. « Et toi petit con, je t'emmerde. » Je ris avec lui puis je me retourne vers la trentenaire afin de répondre à sa question.

« Hum... Tu sais... c'est pas comme dans les séries américaines où il y a du feu et des explosions partout. On laisse ça aux forces spéciales. » Dont j'aurais aimé faire partie, soit dit en passant. « Je dois juste me faire bien voir d'un mec important, pour qu'il me prenne comme bras droit. Tout a été organisé et prévu pour que ça se passe comme ça, mais on a prévu un plan B au cas. La femme du type est écologiste, je me suis dit que si tu devenais copine avec elle ce serait sans doute plus facile. Du genre, tellement copines qu'elle voudrait nous revoir, et comme son mari ne la quitte pas... tu vois le genre ? » Le dossier apparaît comme par magie dans mes mains, une fiche synthétique révélant en quelques mots qui est cette femme. Je lis la feuille avec Jameson de sorte que si elle a des questions, je puisse y répondre durant le trajet. Mindy, 35 ans, tanne son mari pour qu'il reverse deux millions par an à une association écolo. Il l'adore, il ferait n'importe quoi pour elle, nous comptons donc appuyer sur son point faible pour l'avoir. « Nous on a aucun agent qui s'y connaît suffisamment en écologie pour faire illusion, quand j'ai vu ton casier... » Mal à l'aise, je grimace en guise d'excuse pour avoir lu son casier. « Enfin bref, ça va être une bonne soirée. On peut en profiter quand même, tout en gardant l'objectif en vue. »  

   
Code by Sleepy




take a breath and
   count to ten



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3319 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Lun 22 Aoû - 22:35

fake it until you make it
Ethan & Jameson

Ethan compris évidement immédiatement mes sous-entendus et éclata de rire, ce qui amena un sourire amusé sur mes lèvres. Ce dernier s’agrandit lorsqu’il poursuivit dans mon jeu. Tous les deux, nous avions eu un peu de mal l’un envers l’autre, au départ. Je supposais que c’étaient nos caractères un peu affirmés qui avaient voulu ça. Cependant, alors que nous étions « prisonniers » des autochtones, nous avions très rapidement baissé les armes de guerre et travaillé ensemble pour tenter de survivre dans cette étrange aventure. J’ai hoché la tête avec un petit rire et posé ma main sur son avant-bras.

- Ça changera des récits de rencontres traditionnelles. J’ai acquiescé, une lueur taquine dans le regard. Cependant nous garderons peut être quelques détails sous silence. Je pense notamment à une histoire de canetons et de licorne…

J’ai pincé les lèvres pour ne pas exploser de rire à nouveau, comme j’étais toujours persuadée que nous étions déjà sous couverture. Une fois de plus, j’ai touché le collier de mes mains. Je trouvais ça dingue que la police place sa confiance en une civile comme moi pour accompagner un agent accomplit comme Ethan lors d’une mission. Quand je l’avais vu déballer tous les gadgets, j’avais eu un moment de doute, et mon compagnon l’avait décelé, me laissant une opportunité de retrait. Mais ce n’était pas mon genre de laisser un coéquipier dans la merde. Ça allait à l’encontre de mes principes de loyauté, honneur et respect, que mon mentor m’avait inculpés quand j’étais adolescente. Des valeurs qui avaient rythmé ma vie personnelle comme professionnelle. Mais surtout ma vie d’activiste écologiste, à l’époque où les missions dans lesquelles je me lançais étaient aussi illégales que dangereuses. C’était loin dans le passé, évidemment, mais certaines choses ne s’oubliaient pas, comme j’avais pu le constater sur notre fameuse île. Pourtant, un truc avait changé depuis cette époque : je n’aurais jamais imaginé deux secondes faire équipe avec un flic. Parce que pour moi, depuis une bonne vingtaine d’années, ils étaient l’ennemi. Aujourd’hui encore, je ne portais pas particulièrement les forces de l’ordre dans mon cœur. Mais Ethan, c’était différent. Nous avions survécu à des situations dangereuses ensemble. Alors je ne travaillais pas vraiment « pour la police ». Disons que je préférais me dire que je rendais service à un ami. Un ami en qui j’avais totalement confiance. Alors il était hors de question que je le laisse gérer cette mission seul. Cependant, j’avais besoin de plus de détails. C’est donc ainsi que je me suis penchée vers son cou, caressant ses épaules, pour lui demander à l’oreille ce qu’il attendait de moi. Au début, il me répondit d’une voix basse, lui aussi. Sauf que c’était pour me prévenir que le conducteur faisait partie de la police, lui aussi. Je sentis le rouge me monter aux joues et me suis écartée du lobe de l’oreille d’Ethan, m'éclaircissant la gorge pour reprendre contenance.

- Ah… hum. Bonsoir Hank.

J’ai bafouillé, légèrement décontenancée. Mon embarras ne s’installa cependant pas longtemps, car leur échange d’insultes passionnées m’amusa bien trop. J’ai secoué la tête, le rire aux lèvres, puis relevé les yeux vers Ethan qui jugea bon de me prévenir que notre mission ne serait pas aussi intense que celle d’une série d’espionnage américaine. Sur le moment, je ne savais pas si j’étais soulagée ou déçue. Un peu des deux, peut-être. D’autant que j’étais certaine qu’Ethan saurait se démerder dans des situations pareilles, vu ce que j’avais pu constater lorsque nous avions fendu la jungle pour secourir les passagers kidnappés par d’étranges sociopathes. Il m’expliqua ensuite ma mission : séduire la femme écologiste d’un « homme important » dans le but qu’elle œuvre en la faveur de « mon époux » afin que celui-ci soit plus enclin à le prendre comme bras droit.

- Ouai, ça ne devrait pas être trop difficile.

J’ai répondu avec un hochement de tête. Puis je me suis penchée vers le dossier qu’il tenait, évaluant le profil de ma future amie fictive. Niveau profil, elle me ressemblait un peu. Même âge, canadienne d’origine, et passionnée par la cause écologiste. Un instant, je me suis d’ailleurs demandé si Ethan connaissait mon penchant pour la nature et s’il m’avait sélectionnée pour cette raison. Mais je n’étais pas certaine d’en avoir parlé, sur l’île. Ou peut-être avait-il vu que je défendais le droit de l’environnement dans mon métier ? Il ne tarda cependant pas à répondre à cette question que je me posais, en laissant entendre qu’il avait « vu mon casier ». Je me raidis instantanément et fronçai les sourcils alors que je relevai les yeux vers lui.

- Tu as fait des recherches sur mon passé ?

J’ai demandé d’une voix lourde de reproches. Puis j’ai surpris le regard de Hank, dans le rétroviseur, et j’ai réalisé que mon attitude était peut-être un peu louche, pour une femme qui n’avait rien à se reprocher. Le fait était que ma dernière action connue des services de police avait eu lieu en 1998. J’avais même passé trois mois en centre de détention juvénile pour avoir brûlé un champ de maïs OGM et tabassé un éleveur qui avait tenté de m’en empêcher. J’aurais fait beaucoup plus, si les avocats de mes parents richissimes n’étaient pas intervenus. Mon casier était redevenu vierge à ma majorité, mais j’imaginais qu’avec quelques contacts, Ethan avait pu voir sa version antérieure. Après ça, je m’étais rangée. En apparence, du moins. Parce qu’il m’était régulièrement arrivé de faire quelques actions. La dernière remontait à 2014. Mais j’étais bien plus discrète désormais, n’ayant aucune envie de finir derrière les barreaux. Ces deux dernières années, j’avais totalement arrêté. Je me faisais vieille et ne voulais pas risquer de détruire tout ce que j’avais construit professionnellement.

- Désolé, j’ai soupiré en secouant la tête. J’ai fait des erreurs quand j’étais adolescente. J’ai travaillé dur pour me rattraper, et je ne pensais pas qu’il en restait encore une trace quelque part. Vu mon métier, ça ferait désordre si ce genre de trucs s'ébruitait.

Une explication plausible, je trouvais. J’espérais qu’Ethan me croirait sur parole et ne chercherait pas à creuser davantage dans ma réaction et ses implications. Pour éviter qu’on ne s’attarde trop là-dessus, j’ai décidé de changer de sujet.

- Je ne sais pas trop pourquoi tu cherches à ferrer ce type, et je suppose que c’est confidentiel, donc je ne vais pas te le demander. Mais sa femme, Mindy… qu’est-ce qu’elle risque, si vous attrapez son mari ?

La culpabilité, je supposais, me poussait à poser cette question. Une partie de moi rechignait à trahir une femme qui défendait la même cause que moi. Je ne savais pas trop pourquoi, mais dans ma tête, c’était une innocente. Et je n’avais pas envie qu’elle souffre des erreurs de son époux. Encore moins avec mon aide.


made by guerlain for bazzart



Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : bientot 28 ans
STATUT : célibataire
MÉTIER : inspecteur de police, ex navy SEAL
LOGEMENT : #99 Redcliffe

POSTS : 269 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : le café du matin est indispensable, comme beaucoup de flics en fait ≈ j'ai plusieurs cicatrices pas très jolies, que je camoufle comme je peux ≈ les chevaux n'ont pas de secrets pour moi ≈ ma guitare c'est un peu comme le saint-graal pour moi, elle me vient d'Hank et je la vénère ≈ je sais jouer du piano ≈ j'évite les fast-food comme la peste, je préfère payer plus cher mais bien manger ≈ j'ai eu un chat nommé "hooyah" quand j'étais petit, c'est le "cri de guerre" des navy et je l'avais entendu de mes frères ≈ j'ai peur des espaces confinés depuis ma dernière mission
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : JordanJamesonEmily


RPs TERMINÉS : Emily + Henry + Ezra + Phoebe + Felix & Aedan + Emily + Halloween #grenier + Jordan + #Pinkteam + Kyeran + Jessy + Emily + Benedict
PSEUDO : cam'tagada
AVATAR : Théo sexy James
CRÉDITS : chevalisse
DC : Hope Jenkins et Olivia North
INSCRIT LE : 11/05/2015

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Dim 30 Oct - 14:56

Prendre quelqu'un qui m'a vu dans des situations extrêmement délicates n'était peut-être pas une si bonne idée que ça, en fait, non ? Je viens de l'apprendre à mon grand damn, bien que cela m'amuse aussi. Quel paradoxe... « Ça changera des récits de rencontres traditionnelles. Cependant nous garderons peut être quelques détails sous silence. Je pense notamment à une histoire de canetons et de licorne… » Oh la boulette... cette satanée drogue m'avait donné de drôles d'hallucinations. Hank, d'un regard appuyé, me demande une explication. Comment pourrais-je lui dire ça sans me ridiculiser ? Sous l'effet d'une drogue je pensais que Jameson était une maman canne, que j'étais un caneton et une licorne, et... à vrai dire je ne me souviens pas de grand chose. L'effet amnésiant des produits ingérés me préservant d'une trop grande honte. Évidemment, la jolie brune savait très bien qu'elle me mettrait dans une situation délicate en évoquant cela devant un de mes subordonnés. Heureusement qu'elle a décidé de garder les détails sous silence, comme elle le dit. « Mouais, il vaut mieux. » dis-je dans une tirade qui ressemble plutôt à un grognement. « Ce qu'il s'est passé sur cette île, reste sur cette île, tu te souviens ma chérie ? » un faux sourire vient remplacer l'air renfrogné que j'avais adopté. Le rire de Jameson ne met pas bien longtemps avant de me faire quitter cet air renfrogné que j'avais adopté. Cette femme parviendrait à faire rire n'importe qui, tant elle est expressive et extravertie. Une femme sure d'elle, c'est ce à quoi elle me fait penser. 'Ah… hum. Bonsoir Hank. » Là, on peut dire que c'est l'arroseur arrosé... moi aussi, je peux lui jouer quelques petits tours. Ces derniers parviennent à nous détendre, et nous faire oublier un peu le sérieux de la situation. C'est parfois difficile dans un tel contexte de se concentrer sur une mission. On peut vite se laisser divertir par les rires, la musique de l’événement, les gens, l'alcool, … sauf qu'on est pas là pour en « profiter » pleinement. Pour Jameson j'espère que cela sera un peu différent. Elle ne mérite pas toutes ces tracasseries... et je ne doute pas de son entière réussite dans cette affaire. « Tu t'en sortira comme une chef, comme toujours... » tentais-je pour la rassurer davantage qu'avec de petites caresses concentriques sur son poignet. Établir des contacts physiques, comme le ferait un vrai couple, est important aussi pour notre objectif de ce soir. Et la belle l'a bien compris, pour mon plus grand bonheur. Et en toute amitié, bien sur... garder le contact physique reste rassurant pour l'un comme pour l'autre.

Il est trop tard lorsque je me rend compte de ma propre boulette, à savoir évoquer mes recherches dans son casier. J'aurais préféré éviter d'en parler, seulement cela fait partie des raisons qui font d'elle la personne idéale pour la mission. Si je me doutais qu'elle ne réagirait pas très bien, je n'aurais jamais cru à un tel changement d'attitude. Tout est de ma faute, je n'ai à m'en prendre qu'à moi-même sur ce coup là. Le pire ce sont les excuses qu'elle me fait. Elle ne devrait pas avoir honte d'avoir des convictions. Agresser quelqu'un en revanche, ça a été une erreur. On en commet tous d'ailleurs, moi y compris. « Non c'est à moi de m'excuser, à vrai dire. Quand j'ai proposé de te demander d’être ma partenaire pour ce soir, mon chef a voulu en savoir un peu plus sur toi pour savoir si il pouvait te faire confiance. Une fichue procédure administrative... » fais-je d'un air réellement navré. « Mais pour une fois il a été content que quelqu'un ai un casier, parce que ça servait ses intérêts. Alors tu vois, ça n'a pas que des inconvénients ! » dis-je pour la détendre un peu. « Et je t'assure que ça ne s'ébruitera pas. » Ma main trouve la sienne, j'essaie de capter son regard mais elle préfère changer de sujet et je ne m'en formalise pas. J'espère qu'elle sait que je ne ferais rien qui ne la mette en danger, ou ne l'atteigne professionnellement parlant. Son casier est redevenu vierge aux yeux de tous, je ne sais pas comment il avait pu être mis à zéro auparavant d'ailleurs. Une question que je pourrais peut-être élucider ce soir.  

La compassion de la quarantenaire refait surface. La bonté de Jameson aura toujours le don de me faire fondre, comme l'acharnement qu'elle a eu sur l'ile afin de protéger ses compagnons. Mindy comme son mari ont été placés sous surveillance autant que faire se peut. Les conclusions que nous avons tirées sur la femme de notre hote peuvent tout à fait être communiquées à Jameson puisqu'elle sera amenée à discuter avec elle. C'est aussi une question d'éthique, de l'informer. Si la femme avec qui je sympathisais se révélais être un gros baron de la drogue, ce qui n'est pas le cas ici, je voudrais le savoir. « D'après toutes nos recherches et les enregistrements qu'on a... elle n'est pas impliquée dans les trafics de son mari. Donc en théorie elle ne risque rien. On l'interrogera, évidemment, mais à priori tout devrait bien aller pour elle. A part qu'elle devra réduire son train de vie puisque les comptes de son mari seront gelés. »  Les quelques années de métier que j'ai derrière mois m'ont appris à n'exclure aucune possibilité. Mindy peut être impliquée, c'est encore une possibilité non négligeable. On a déjà eu le cas quand une femme d'apparence naïve et idiote s'était révélée etre à la tete d'un réseau de prostitution. Elle cachait bien son jeu, voilà tout.

Je sais que nous arrivons bientôt, je cherche alors à avoir l'assentiment de Jameson : « Alors, rassurée ? Comment tu te sens ? »





take a breath and
   count to ten



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3319 POINTS : 35

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Lun 7 Nov - 21:10


FAKE IT UNTIL YOU MAKE IT
Ethan & Jameson ↟ Sydney
Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à ce qu’Ethan s’excuse d’avoir fouiné dans mon casier judiciaire juvénile. L’image que j’avais des forces de l’ordre était plutôt négative. Et pour cause, l’homme qui m’avait pratiquement élevée en avait été victime toute sa vie. Souvent de son propre fait, mais parfois à tort. Moi-même, j’avais eu quelques mauvaises expériences à leur contact, lorsque j’étais adolescente, si bien que de nos jours je n’étais jamais totalement à l’aise lors de mes rares contrôles d’identité. Il fallait dire que j’avais encore la fibre hors la loi qui brûlait dans mes veines. Le comble, pour une avocate. Mais cet esprit de rébellion, c’était aussi la petite flamme qui m’aidait à survivre, en toute situation, comme sur l’île. Je n’attendais pas que des types en uniforme viennent me sauver où s’en prennent aux déviants à ma place. Lorsqu’il fallait faire quelque chose, je le faisais, sans hésiter et sans me poser de questions. Quelque part, je me disais que c’était peut-être pour ça qu’Ethan m’avait voulue à ces côtés pour cette mission. Il m’assura d'ailleurs que mes frasques passées ne s’ébruiteraient pas et j’ai laissé échapper un reniflement peu convaincu alors qu’il attrapait ma main. C’était un flic, merde. Si jamais j’avais un nouveau problème avec la loi, comment m’assurer que ces détails de mon passé ne referaient pas brusquement surface ? J’ai relevé les yeux vers Ethan, comme à la recherche d’une réponse. Et ses prunelles d’ambre brillaient d’une telle sincérité que je la trouvai aussitôt. Ethan n’était pas qu’un képi. Il était un ancien navy SEAL. Et un type qui avait risqué sa vie aux côtés de la mienne sur l’île. Si ça ne faisait pas de nous des camarades de combat, alors je n’y connaissais rien. Et je savais un truc sur les gens qui vivent des expériences aussi dangereuses ensemble et s’en sortent : leur loyauté l’un envers l’autre dépasse largement les normes légales ou sociétales.

- D’accord, je te crois sur parole.

J’ai dit avec un sourire presque nostalgique tout en resserrant légèrement sa main dans la mienne. Je ne faisais même plus ces gestes pour assoir une crédibilité à notre prétendu couple, même si établir cette proximité s’avèrerait utile pour la soirée. Sa chaleur me rassurait, simplement. M’ancrait dans la certitude que je pouvais lui faire totalement confiance. Pour autant, je n’avais pas envie de m’attarder sur le sujet et profitai d’un instant de flottement pour me renseigner sur les risques qu’encourait la femme de qui j’étais censée me rapprocher. Une fois encore, la réponse d’Ethan me rassura. J’ai secoué la tête avec un petit rire.

- Nous sommes en 2016, je pense que Mindy pourra sans mal survivre sans l’argent de son mari.

J’ai répondu avec un clin d’œil taquin. La féministe en moi refusait de voir les femmes comme dépendantes de leurs riches époux. J’avais évidemment conscience que ce genre de cas de figure existait, mais j’étais persuadée que ce ne serait pas le cas de ma Mindy. Parce qu’elle défendait la nature et l’environnement, et qu’à ce titre, j’estimais qu’elle avait une tête plutôt bien faite et était capable de réfléchir par elle-même. Soyons clairs, beaucoup de femmes au foyer s’intéressaient à des œuvres de charité, c’était un moyen de dorer leur aura tout en occupant leur temps libre. Mais en général, c’étaient toutes les mêmes causes qui ressortaient : faim dans le monde et enfants handicapés. Pas qu’elles ne soient pas louables, au contraire ! Mais c’est ce qu’on s’attendait à ce que ces tendres et sensibles épouses défendent. La plupart s’y lançaient sans vraiment y croire, juste pour faire comme les autres. Rares étaient celles qui osaient sortir du moule, prendre une direction totalement différente, comme défendre la nature que leurs maris violaient à chaque instant à travers leurs business polluants. Cette décision démontrait d’une force de caractère que j’admirais. Et j’étais à deux doigts de me dire que si elle galérait financièrement lors de l’arrestation de son époux, je l’aiderai à se trouver un job. On se calme Jaimie ! Elle est peut-être aussi impliquée que son mari, et ce n’est pas parce qu’elle est écolo que c’est une femme bien. S’insurgea l’avocate austère en moi. L’éternel combat entre mon âme sauvage et la version aseptisée de ma personne que j’avais dû devenir pour m’intégrer à la société. J’ai soupiré et relevé les yeux vers Ethan.

- Totalement rassurée. J’ai affirmé avec un sourire sincère. J’ai un peu d’appréhension mais c’est toujours le cas avant une action. Je me suis coupée brutalement, me rappelant que je n’étais plus censée faire ce genre de choses depuis une bonne quinzaine d’années, et j’ai repris rapidement, le plus naturellement du monde. Avant un procès ou une manifestation importante, j’ai toujours une sorte de tract. Mais ça disparait dès que je me lance dans le vif du sujet. Alors pour tout te dire, je n’ai qu’une seule hâte, c’est qu’on arrive… mon cœur.

J’ai ajouté ce dernier mot avec un sourire complice. Être en couple était une aventure que je ne risquais pas souvent, et lorsque c’était le cas, je n’étais pas vraiment démonstrative. Mais je supposais que Wendy Knowles, mon personnage, l’étais. Ce serait plus simple pour établir notre relation fictive aux yeux des autres. Et étrangement, avec Ethan, je ne ressentais pas l’éternelle herse qui venait s’ériger entre moi et mes partenaires. Peut-être parce que tout était faux, justement. Ou bien parce que j’avais plus confiance en lui qu’en mes précédent.es conjoint.es. Une possibilité assez flippante, quand on y réfléchissait. Heureusement, la voiture ralenti, me sortant de ces pensées problématiques. J'ai jeté un coup d’œil par la fenêtre et vit notre lieu de rendez-vous se profiler à l'horizon. Et c'est partit. Inconsciemment, j'ai effectué une petite pression sur la main d'Ethan et relevé les yeux vers lui, attendant ses instructions pour la suite. Puis, brusquement, je me suis souvenue du locataire qui avait établit résidence dans mon sac à main.

- Oh ! Pendant que j'y pense... tu crois qu'ils vont nous fouiller à l'entrée ? Parce que j'ai mon couteau suisse sur moi.

J'avais beau être totalement sérieuse, je n'arrivais pas à lutter contre les coins de mes lèvres qui semblaient vouloir s'étirer en un sourire taquin. En fait, je me demandais un peu si Ethan allait s'amuser ou s'exaspérer de la situation. Peut-être un peu les deux, d'ailleurs. Cela dit, j'osais espérer qu'il m'autorise à garder mon arme. Je me sentais toujours plus rassurée quand je l'avais sur moi, quelque soit la situation.




Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : bientot 28 ans
STATUT : célibataire
MÉTIER : inspecteur de police, ex navy SEAL
LOGEMENT : #99 Redcliffe

POSTS : 269 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : le café du matin est indispensable, comme beaucoup de flics en fait ≈ j'ai plusieurs cicatrices pas très jolies, que je camoufle comme je peux ≈ les chevaux n'ont pas de secrets pour moi ≈ ma guitare c'est un peu comme le saint-graal pour moi, elle me vient d'Hank et je la vénère ≈ je sais jouer du piano ≈ j'évite les fast-food comme la peste, je préfère payer plus cher mais bien manger ≈ j'ai eu un chat nommé "hooyah" quand j'étais petit, c'est le "cri de guerre" des navy et je l'avais entendu de mes frères ≈ j'ai peur des espaces confinés depuis ma dernière mission
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : JordanJamesonEmily


RPs TERMINÉS : Emily + Henry + Ezra + Phoebe + Felix & Aedan + Emily + Halloween #grenier + Jordan + #Pinkteam + Kyeran + Jessy + Emily + Benedict
PSEUDO : cam'tagada
AVATAR : Théo sexy James
CRÉDITS : chevalisse
DC : Hope Jenkins et Olivia North
INSCRIT LE : 11/05/2015

MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Hier à 23:47

« Ça va sans doute te paraître macho mais... certaines femmes sont réellement incapables de prendre soin d'elles sans que quelques milliers de dollars leur tombe dans les poches chaque fois... Enfin, ça ne semble pas être le cas de Mindy. A part sa naïveté quant aux opérations de son mari, elle a l'air d'avoir la tête sur les épaules. Ça doit être une caractéristique commune des femmes écologistes. » j'ai répondu d'un clin d’œil amusé, comme elle l'avait fait précédemment. Toutes mes paroles eurent l'effet escompté, à savoir la rassurer quant au bon déroulement de cette soirée. Il n'y avait rien de compliqué. Paraître normal, discuter, orienter la conversation, faire des sous-entendus... elle l'avait déjà fait sur l’île. Tout, ce soir, se cache dans les détails. Et ce sont souvent les détails qui font qu'une mission devient foireuse alors qu'elle paraissait si simple. Un mot, un geste, une intonation, … peuvent mettre à terre une mission avec ses agents en moins de temps qu'il ne fait pour le dire. Comme souvent j'élaborai les pires scénarios dans mon esprit afin de pouvoir adopter la bonne attitude si ils se produisaient. « Avant un procès ou une manifestation importante, j’ai toujours une sorte de tract. Mais ça disparait dès que je me lance dans le vif du sujet. Alors pour tout te dire, je n’ai qu’une seule hâte, c’est qu’on arrive… mon cœur. » Comme Jameson et son trac avant les procès... à ma façon j'étais ainsi aussi, terriblement pessimiste afin de prévenir les risques. Ma formation et ma brève expérience de SEAL m'avaient appris ça. « On est assez similaires, alors. Cette tension qui nous habite avant quelque chose d'important... ça peut être la clé d'une mission réussie. Un peu de stress, tant qu'il est bon, ça ne fait pas de mal. » Ce furent les dernières paroles que je prononçai avant que la voiture ne s’arrête. La pression de la main de Jameson sur la mienne me rassura quant à son entière coopération. Une de mes missions s'était mal déroulée, certes, mais c'était il y a cinq ans... pourtant les circonstances étaient particulièrement semblables. Jameson me faisait penser à Emily, celle que j'avais connue avant cette foutue mission en Afghanistan. Fière, farouche, généreuse, … elles étaient tout à la fois similaires et différentes. Depuis, j'avais appris. Alors aujourd'hui tout devrait bien se passer. Du moins je l'espérai de toutes mes forces.

Parlant de ressemblance, d'ailleurs... « Oh ! Pendant que j'y pense... tu crois qu'ils vont nous fouiller à l'entrée ? Parce que j'ai mon couteau suisse sur moi. » Un éclat de rire s'échappa de mes lèvres avant que je ne puisse me retenir. Bah dis donc... j'aurais du y penser, à ça. La vision d'une Jameson pas très commode me revint à l'esprit. Sur l’île elle avait refusé de se dépêtrer de son couteau suisse et cela nous avait valu une plâtrée d'ennuis, avant qu'elle ne consente finalement à le lâcher. « Toi, tu ne changes pas dis donc ! » Malheureusement, nous étions fouillés et scannés à l'entrée... tant pis pour son couteau suisse. Je lui subtilisai l'arme, la mettais dans la poche du siège en face de moi et en ressorti une arme dissimulée de façon à ce qu'elle passe les portiques de sécurité. « Tiens, avec ça tu ne te fera pas prendre. En revanche, évite de le sortir à tout bout de champ. » Sur ces paroles je me dirigeai vers la portière, que je lui tins pour l'aider à descendre de la voiture. Les détails, disais-je, les détails... et maintenant nous entrions dans l'arène aussi sûrement que les chiens aboyaient. « Madame Knowles, si vous voulez bien vous donner la peine... » fais-je avec une révérence exagérée envers ma « bien-aimée ».




take a breath and
   count to ten



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fake it until you make it ➶ Ethan   Aujourd'hui à 20:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Fake it until you make it ➶ Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-