AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 (rhessan) rise to the occasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hassan Jaafari
Hassan Jaafari
le barbapapa
le barbapapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, vacciné de l'engagement, dans une relation sans avenir mais sans risques
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-12 ans @ logan city rugby club
LOGEMENT : #25 latimer road (logan city), avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_pbq66nSqtK1vuv9bpo1_250
POSTS : 13954 POINTS : 395

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour un cancer entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ deux tentatives de suicide 2016, une dépression se soignant doucement ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans, champion universitaire (2005) ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman modérément pratiquant ☆ amateur de plantes vertes et de tapis anciens ☆ bricoleur hors pair
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aedan ☆ yasmine #16julianakelly #4owen #2camilsohan #4justinejoanne #17sophiarhettalfie (12/12)

FLASHBACKS / ALTERNATIFS : joanne (2004)jamie (au)kyte (au)

همیشه ببخشید
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_mg2phydxcb1ru1wbho1_500
RPs TERMINÉS :
(rhessan) rise to the occasion VDnnWJA

2019yasmine #15joanne #16asher #1yasmine #14kelly #3ginny #3

2018sohan #3joanne #15tad #2sohan #2yasmine #13khadjaafavis #1owen #1chad #1carlisle #1kelly #2yasmine #12jamie #5tadassanny #1joanne #14blazemariannaleena

2017tad #1clara #1kelly #1ginny #2mia #2joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannahyasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2sauljoanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzokennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordanleela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1

flashbacks › ariane (2014)

(rhessan) rise to the occasion Tumblr_n83skt7Bxl1ql1253o2_500

PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@unknown & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan https://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari https://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion EmptyJeu 23 Mai 2019 - 2:18




rhett & hassan
rise to the occasion

You've been down the dark detours, you have seen most of it all, crashed into the million faces but never listened to them talk. You've got so much on your mind right now, it doesn't even help to try to solve them all. You used to smile when hope and a pat on the back would last throughout the day as the rain kept falling down on you, you wouldn't let them wash the feeling away, hope itself dried out in you as you heard your man walking away without a word. ☆☆☆



« Le vent du Sud fut mis en liberté, tout honteux d’avoir été puni devant un prince étranger. « Voici une feuille de palmier pour la princesse. » dit le vent du Sud ; le vieil oiseau phénix, le seul qui existe au monde, me l’a donnée, et il y a tracé avec son bec toute l’histoire de sa vie. » s’appliquant à donner à chaque protagoniste l’intonation qui convenait – selon lui – le mieux, Hassan aurait probablement une fois encore oublié l’heure qui passait si Justine n’avait pas profité de la fin de sa phrase pour éclaircir sa gorge, rappelant ainsi du même coup le brun à l’ordre avec douceur. « Et on dirait bien qu’il faudra attendre vendredi pour avoir la suite de l’histoire, petits démons. » Laissant aller les habituelles protestations, tentatives de négociations à base de « encore cinq minutes » et autres grimages boudeuses supposées amadouer l’assistance, le professeur avait sagement attendu que tous les enfants aient été raccompagnés à leur chambre par les infirmières et en avait profité pour remettre un peu d’ordre dans la salle de jeux principalement égayée par les jouets multicolores et les œuvres d’art que Ginny parvenait à obtenir de ces garnements lorsqu’elle débarquait avec sa gouache et sa multitudes de pinceaux – dont certains lui servaient même à attacher ses cheveux. Désormais machinal, le regard d’Hassan était allé se perdre sur la double porte qui menait au service voisin, espérant y voir passer Yasmine tout en sachant bien qu’il n’en serait rien ; Elle ne venait plus, ou du moins plus lorsque lui-même était là, et s’il n’osait pas lui en demander la raison c’était parce qu’il n’était pas certain de pouvoir en digérer la réponse. Récupérant son casque et son blouson dans le vestiaire attenant à la salle de jeu, il avait jeté ses surchaussures dans la poubelle près de la porte et quitté le service le cœur toujours un peu lourd, mais en offrant néanmoins à Justine un sourire bienveillant et un clin d’œil léger.

À la nuit tombée, l’humidité déjà étouffante en plein jour semblait coller encore un peu plus à la peau de ceux pour qui la soirée ne faisait que commencer. Les journées rythmées depuis le début du mois par la course du soleil et le jeûne du Ramadan qui s’y associait, Hassan avait quitté le service pédiatrique de l’hôpital Saint Vincent à l’heure à laquelle il quittait d’ordinaire le campus de l’université, lorsque la nuit commençait à tomber – dix-sept heures, à cette période de l’année – et avait garé sa moto aux abords de la mosquée chiite érigée au Nord-Est de Logan City, pile à l’heure pour la dernière prière avant l’iftar. Le rapport d’Hassan à la religion était depuis l’adolescence lié au souvenir de ses parents bien plus qu’à sa propre spiritualité, et sans doute que nombre de ses choix de vie paraitraient discutables à ses géniteurs s’ils étaient encore là pour en faire la constatation ; Mais durant le mois du Ramadan il tentait de se racheter une conduite, de s’approcher un peu plus et un peu mieux du musulman que père et mère auraient apprécié qu’il soit. Que lui-même aurait parfois aimé être, aussi. Pensif, comme il l’était souvent au sortir de la mosquée, il avait finalement regagné sa maison et garé sa moto en travers de l’allée – juste le temps nourrir Spike et Bandit, les emmener se dégourdir les pattes au parc une petite demi-heure, et prendre une douche avant de filer chez Rhett, où il ne serait assurément pas le premier arrivé à en juger par le coup d’œil qu’il avait jeté à sa montre avant d’enfourcher à nouveau sa moto.

***

Pas le premier arrivé, mais pas non plus le premier à repartir, Hassan était même le dernier à subsister dans la grande cuisine de Rhett, à cette heure déjà bien avancée de la soirée. Les restes de barbecue trônaient encore sur la table de la terrasse, un ou deux morceaux du baklava ramené par Hassan se battaient encore en duel dans une assiette, et ayant compris qu’il n’obtiendrait rien de plus pour ravir son estomac Vador était quant à lui parti se coucher dans un coin avec paresse. Le petit groupe de collègues – tous professeurs ou entraineurs au sein de l’université – s’était séparé lorsque les premiers signes de fatigue s’étaient fait sentir, l’un plaisantant sur le côté pantouflard dont tous semblaient se doter en prenant de l’âge, l’autre prétextant un cours aux premières heures de la matinée, et un troisième terminant sa bière d’une traite avant de se lever pour initier le fait de mettre les voiles. Nonchalamment, Gwen avait trainé suffisamment pour être la dernière à quitter la villa, raccompagnée jusqu’à la rue par Hassan après avoir souhaité une bonne nuit à Rhett, et ne s’attardant néanmoins pas dehors plus que de raison au risque de passer pour un adolescent qui roucoulait, le brun avait regagné l’intérieur et proposé en retroussant ses manches « Allez, je te file un coup de main pour la vaisselle. Je compte sur toi pour dire à qui voudra l’entendre que je suis le pote que tout le monde rêverait d’avoir. » Quiconque connaissait Hassan depuis longtemps savait à quel point il détestait la vaisselle, corvée parmi les corvées à ses yeux d’homme que trier le linge sale ou passer l’aspirateur ne dérangeait en revanche pas outre mesure. Mais l’excuse pour traîner encore un peu chez Rhett et repousser le moment de retourner à la solitude de sa propre maison était trop belle pour qu’il ne s’empresse pas de la saisir. « Tu vois, t’avais peur qu’il y ait à manger pour cinquante personnes, mais finalement c’était sous-estimer nos estomacs. » avait-il dès lors préféré commenter, l’intégralité du repas ayant en effet été englouti sans que personne n’y réfléchisse à deux fois – Hassan le premier, bien arrangé par l’excuse de ne plus rien avaler jusqu’au lendemain soir. « Et je te laisse imaginer, si Alfie avait pu se libérer. » Capable d’avaler trois fois son poids en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « hyperactif » l’anthropologue n’aurait probablement pas été en reste, lui non plus. Le blond à la corvée de nettoyage, le brun s’était quant à lui saisi d’un torchon pour s’atteler à celle du séchage, reprenant finalement sur le ton de la conversation pure « Alors, ça s’annonce comment le match de la semaine prochaine ? » néanmoins véritablement intéressé par l’ambiance générale qui animait les poulains de Rhett, à l’aube de leur prochaine rencontre face à une université adverse. Et dire qu’il y a quinze ans … Bref.



(rhessan) rise to the occasion 763064237  (rhessan) rise to the occasion 1949770018:
 

Revenir en haut Aller en bas
Rhett Hartfield
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (22/12/1982)
STATUT : Célibataire, à tendance pessimiste
MÉTIER : Entraîneur de rugby de l'équipe universitaire
LOGEMENT : #321, une villa en bord de mer
POSTS : 153 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien joueur professionnel de rugby, brillante carrière ☆ Amateur de voile ☆ Boite depuis l'accident qui lui a tout pris ☆ Très sportif ☆ Se méfie des femmes, pense qu'elles s'intéressent principalement à son argent ou sa réputation ☆ Parle français ☆ A sombré dans la dépression après son accident ☆ Aime regarder des documentaires d'Histoire ☆ Chante sous la douche ☆ A un labrador noir, Vador ☆ Maîtrise la langue des signes, car son frère est sourd ☆ Est gaucher
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Joanne, Hassan, Clément, Sophia & Quinn

AVATAR : Scott Eastwood
CRÉDITS : Tag
DC : /
INSCRIT LE : 07/05/2019

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: Re: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion EmptyLun 17 Juin 2019 - 18:51



Hj : Désolée, c'est nul (rhessan) rise to the occasion 324315736 Je devais absolument répondre aujourd'hui car je n'aurai pas eu le temps cette semaine.


« C’est le dernier bout que je te donne, ou tu vas finir obèse. » , souffla-t-il discrètement à son labrador en lui glissant rapidement un reste de saucisse sous la table, de peur d’être surpris par le retour d’Hassan et de passer pour un maître sans la moindre autorité – ce qui n’était pas faux, dans l’absolu. Il avait toujours eu le plus grand mal à résister au regard larmoyant de son chien, mais ça, personne n’était obligé de le savoir, au risque de perdre sa réputation d’homme viril. Si tant est qu’il en est déjà eu une. « Retourne te coucher, et fais comme si de rien n’était. », lui intima-t-il sur un ton de comploteur, dans le but de dissimuler ce crime impardonnable dont ils s’étaient rendus tous deux coupables. Son ami, en bon gentleman, s’était proposé de raccompagner leur collègue Gwen jusqu’à sa voiture, et n’eut été le risque de se faire prendre, Rhett se serait volontiers faufilé jusqu’au salon pour épier les deux tourtereaux à travers la baie vitrée. Il se sentait subitement l’âme d’un père, soucieux des garçons qui tournaient autour de sa fille, sauf que, dans ce scénario, c’était Hassan qui jouait le rôle de l’adolescente en fleur. L’image du brun, avec des nattes de chaque côté, sa barbe, une robe et ses poils aux jambes – féminine comme personne – s’imposa à son esprit, et lui arracha un sourire amusé. Ce n’est pas qu’il n’appréciait pas Gwen, au contraire, mais elle avait à ses yeux un défaut qui ne pourrait jamais compenser toutes ses qualités : elle n’était pas Joanne. Car oui, Rhett n’avait pas perdu l’espoir – chimérique, il commençait à s’en rendre compte – qu’Hassan et son ex-femme se remettent ensemble. Etait-il donc le seul à le voir, sur cette Terre, qu’ils étaient faits l’un pour l’autre? Tout comme Sophia et toi étiez faits l’un pour l’autre, hein, c’est ça ? lui rappela insidieusement une voix dans sa tête dans le seul but de le blesser. Le souvenir de sa rupture avec Sophia assombrit instantanément sa bonne humeur, et c’est rembruni qu’il s’attela à la vaisselle. C’est de l’histoire ancienne, tâcha-t-il de s’en convaincre, de l’histoire ancienne. Le retour de son ami – qui tombait à point nommé – l’empêcha de ruminer plus longtemps les erreurs du passé. Quand Hassan se proposa de l’aider dans sa corvée, Rhett, connaissant sa passion pour cette tâche ménagère en particulier, le soupçonna de vouloir uniquement retarder l’heure du départ. Après tout, à bientôt quarante ans, ils n’avaient l’un comme l’autre personne pour les attendre chez eux. Il refusait de poursuivre plus loin sur cette lancée, de s’apitoyer sur son sort comme il l’avait fait tant de fois ces dernières années, et secoua la tête pour chasser ces idées noires.

« Je compte sur toi pour dire à qui voudra l’entendre que je suis le pote que tout le monde rêverait d’avoir. », plaisanta-t-il. « Tu parles, répliqua Rhett sur le même ton, tu veux seulement que je dise à Gwen à quel point tu es bon à marier… une seconde fois. », railla-t-il, mais sans méchanceté aucune. Hassan était son ami, mais plus encore ; le frère qu’il s’était choisi en dépit des liens du sang. Jamais il ne pourrait, ni ne voudrait, lui faire du mal délibérément. « Tu vois, t’avais peur qu’il y ait à manger pour cinquante personnes, mais finalement c’était sous-estimer nos estomacs. Et je te laisse imaginer, si Alfie avait pu se libérer. » « C’est surtout toi, ce soir, qui avait l’estomac de cinquante personnes réunies ! Avec tout ce que tu as ingurgité ce soir, tu vas pouvoir jeûner sans problème plusieurs jours durant. » Sans qu’il ne l’ait connu particulièrement religieux par le passé, Hassan tenait malgré tout à respecter Ramadan, avec toute son admiration. Lui, bien qu’il faisait très attention à ce qu’il mangeait et qu’il s’astreignait à un régime de sportif – sauf occasions particulières comme ce soir, n’aurait jamais la force mentale de jeûner une journée entière, sans manger et surtout, sans boire. Sans être gourmand de nature, il savait pertinemment que si manger lui était interdit, son estomac crierait famine dans le seul but de le contrarier.   « Alors, ça s’annonce comment le match de la semaine prochaine ? » La question, somme toute banale, de son ami eut pour effet immédiat d’illuminer son regard et de faire naitre un sourire aux coins de ses lèvres. « Je suis confiant. Ils ont fait de gros progrès sur leur comportement depuis que je les ai engueulés la dernière fois, et ils ont amélioré leur jeu. » Des tensions étant apparues au sein des joueurs, l’entraineur avait été forcé de leur expliquer à cor et à cri ce que signifiait le mot équipe. « Mais entre nous, ils ne seront jamais aussi bons que nous ! », conclut-il dans un rire.  Le souvenir de leur propre équipe, il y a, quoi ? plus d’une décennie maintenant, le submergea et l’espace d’un instant, quelques secondes, pas plus, il se retrouva ailleurs, à une autre époque. C’était vraiment le bon temps ; il aurait aimé qu'il dure toujours. Oui, il conservait de meilleurs souvenirs de ses années facs que de ses années chez les pros. Par nostalgie peut-être. Sûrement. Parce que tout était si simple alors. Et Sophia… Bref.

En pensant à Sophia… « J’ai croisé Joanne la dernière fois, au parc. Elle était enceinte jusqu’aux yeux, à en rouler par terre. » Sujet sensible ? « Elle m’a annoncé sa nomination prochaine comme prof à la fac. T’étais au courant ? » Si non, il l’était, à présent… « Ça ne va pas te faire bizarre de la côtoyer tous les jours ? Enfin, au pire, la fac est assez grande pour s'éviter, j'imagine. » Bientôt disponible dans toutes les librairies, le livre Comment mettre de l’huile sur le feu par Rhett Hartfield. « Elle m’a proposé qu'on déjeune plus souvent ensemble. » , lui apprit-il en lui concédant un regard coin pour jauger sa réaction. Après des années de tension, fautes partagées entre Hassan et elle, ils avaient doucement repris contact. Et bon sang, ce qu’elle lui avait manqué. Il n’avait jamais eu d’amie comme Joanne. Une amitié sincère, sans ambiguïté. Même s’il n’était pas le principal intéressé dans cette histoire, et même s’il ne se trouvait même pas en Australie à cette époque, Rhett avait quand même souffert de leur divorce. Avant de choisir le camp de son ami, envers et contre tout. Puisqu’il y a toujours un camp à choisir, quoi qu’on dise. Même si elle n’avait rien arrangé en ne répondant à aucun de ses messages. Pourquoi la vie d’adulte était si compliquée ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hassan Jaafari
Hassan Jaafari
le barbapapa
le barbapapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, vacciné de l'engagement, dans une relation sans avenir mais sans risques
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-12 ans @ logan city rugby club
LOGEMENT : #25 latimer road (logan city), avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_pbq66nSqtK1vuv9bpo1_250
POSTS : 13954 POINTS : 395

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour un cancer entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ deux tentatives de suicide 2016, une dépression se soignant doucement ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans, champion universitaire (2005) ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman modérément pratiquant ☆ amateur de plantes vertes et de tapis anciens ☆ bricoleur hors pair
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aedan ☆ yasmine #16julianakelly #4owen #2camilsohan #4justinejoanne #17sophiarhettalfie (12/12)

FLASHBACKS / ALTERNATIFS : joanne (2004)jamie (au)kyte (au)

همیشه ببخشید
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_mg2phydxcb1ru1wbho1_500
RPs TERMINÉS :
(rhessan) rise to the occasion VDnnWJA

2019yasmine #15joanne #16asher #1yasmine #14kelly #3ginny #3

2018sohan #3joanne #15tad #2sohan #2yasmine #13khadjaafavis #1owen #1chad #1carlisle #1kelly #2yasmine #12jamie #5tadassanny #1joanne #14blazemariannaleena

2017tad #1clara #1kelly #1ginny #2mia #2joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannahyasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2sauljoanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzokennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordanleela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1

flashbacks › ariane (2014)

(rhessan) rise to the occasion Tumblr_n83skt7Bxl1ql1253o2_500

PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@unknown & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan https://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari https://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: Re: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion EmptyVen 19 Juil 2019 - 11:09


Sans doute y’avait-il un peu de ça, du fait qu’Hassan aurait sauté sur n’importe quelle excuse pour repousser encore un peu le moment de regagner ses quartiers et la solitude qui l’y attendait. Même si pour cela il lui fallait s’acquitter de LA corvée parmi les corvées, celle l’ayant persuadé de faire à nouveau l’acquisition d’un lave-vaisselle à peine il avait réemménagé à Logan City, et tant pis si cela donnait un coup de canif dans ses principes pourtant tournés vers un minimum de conscience écoresponsable le reste du temps. La vaisselle était une plaie, mais la solitude en était une autre et quand bien même le brun tendait lentement mais sûrement à s’y accommoder du mieux qu’il pouvait, restaient des soirs où il préférait encore la fuir quand l’occasion lui en était donnée. Y allant malgré tout d’un commentaire visant à tourner la situation en dérision, l’enseignant s’était saisi d’un torchon et s’était acquis de sa part de boulot de bonne grâce, faisant claquer le tissu contre le bord du plan de travail et y allant d’un bref éclat de rire lorsque Rhett avait taquiné « Tu parles, tu veux seulement que je dise à Gwen à quel point tu es bon à marier … une seconde fois. » Tel l’enfant qui après avoir été mordu se méfiait avant de donner à nouveau sa main au chien, le brun estimait avoir retenu la leçon du mariage – et du divorce, surtout. « Parle pas de malheur. » qu’il avait alors raillé à son tour, du même ton désinvolte. Hassan en avait la certitude, certaines personnes étaient faites pour le mariage et d’autres non : lui faisait partie de cette seconde catégorie, il en était persuadé, et Joanne n’était rien de plus que l’exception qui confirmait la règle. Il n’avait aucune envie de se retrouver comme Phil, le président du club de rugby de Logan City, dix ans à peine de plus que lui et cumulant déjà trois divorces à lui tout seul. « C’est pas plus à l’ordre du jour de son côté que du mien, de toute façon. C’est ce qui fait que c’est une affaire qui roule. » avait-il finalement repris concernant Gwen. Pas d’engagement, pas de fausses promesses, pas d’attentes trop élevées l’un envers l’autre … Rien de sérieux, en somme. Rien de nature à ce qu’il en bave à nouveau autant qu’il en avait bavé lorsque Joanne lui avait définitivement préféré l’autre. Bottant en touche avec habileté pour changer de sujet, Hassan avait continué à user avec efficacité de son torchon, la pile de vaisselle propre dépassant plus vite qu’il ne l’aurait craint la pile de vaisselle sale, et ce malgré la quantité de nourriture engloutie par les uns et les autres au fil de la soirée. « C’est surtout toi, ce soir, qui avait l’estomac de cinquante personnes réunies ! » n’avait d’ailleurs pas manqué de faire remarquer Rhett « Avec tout ce que tu as ingurgité ce soir, tu vas pouvoir jeûner sans problème plusieurs jours durant. » Levant les mains en signe de totale – totalement feinte, oui – innocence, le concerné s’était défendu en faisant mine de compter sur ses doigts « Théoriquement j’ai mangé pour trois personnes : le Hassan du petit déj’, le Hassan du repas de midi, et le Hassan du repas de ce soir … Oh, et le Hassan du petit déj’ de demain matin aussi, donc ça fait même quatre personnes. » Fier de sa bêtise, il avait reposé l’assiette qu’il tenait d’une main puis avait ajouté « Mais pour avoir si vaillamment nourri mon estomac, tu gagnes d’office une place pour le festin de l’Aïd. Et là, tu verras ce que c’est qu’engloutir de quoi nourrir cinquante personnes. » Puis de rouler jusqu’au canapé le plus proche avant de tomber dans le food coma le plus profond. Et cette fois-ci inutile de dire qu’Hassan ne laisserait rien ni personne le déconcentrer au moment de s’attaquer à l’étape cruciale de la cuisson au barbecue. Bien qu’il y en ait au moins un à n’avoir pas tout perdu, Vador n’ayant eu lui aucun souci à engloutir joyeusement la paire de merguez que l’enseignant avait laissé brûler trop longtemps sur la grille, le pro du barbecue qu’il était se remettait pas de ce – cuisant – échec culinaire, et ne supporterait pas un nouveau coup mis à sa réputation. Est-ce qu’il n’en faisait pas un peu trop ? Si peu.

La pile d’assiettes prête à être rangée dans un placard, il s’était mis au parfum des dernières nouvelles concernant l’équipe de rugby dont Rhett était désormais à la tête – un fait, quand il y pensait, lui arrachait toujours un sourire nostalgique en rependant aux années durant lesquelles ils étaient de l’autre côté de la barrière. « Je suis confiant. Ils ont fait de gros progrès sur leur comportement depuis que je les ai engueulés la dernière fois, et ils ont amélioré leur jeu. » Arborant un air résolument sérieux, le blond avait tenu une seconde ou deux avant de retrouver sa bonhommie habituelle, s’autorisant un « Mais entre nous, ils ne seront jamais aussi bons que nous ! » amusé pour ponctuer sa résolution. S’offrant l’un à l’autre un regard entendu, les deux compères avaient échangé un high-five gonflé de souvenirs orgueilleux, et Hassan n’avait pu s’empêcher de demander « Avoue, ça te plait bien d’être dans la peau du coach tyrannique. Ne me dis pas que tu leur as fait le coup du « pas de filles les veilles de matchs, vos hormones vous déconcentrent » ? » Un classique auquel ils avaient eu droit en leurs temps … et qui en réalité ne les avait jamais empêché de papillonner en secret les veilles de matchs, parce qu’à cet âge il suffisait de se voir interdire quelque chose pour en avoir précisément envie. Peut-être parce qu’un tel souvenir avait chez l’un et chez l’autre ravivé ceux concernant leurs émois respectifs de l’époque, Hassan s’était perdu un court instant dans des pensées où se mêlaient Joanne et le maillot de rugby arboré fièrement depuis les gradins les jours de match, jusqu’à ce que Rhett ne le ramène au présent en surfant sans le savoir sur le sujet « J’ai croisé Joanne la dernière fois, au parc. Elle était enceinte jusqu’aux yeux, à en rouler par terre. » Ça, difficile de ne pas voir que la blonde attendait un – nouvel – heureux événement désormais. Hassan s’était un temps demandé si elle était déjà enceinte lorsqu’il était passé la voir au musée en décembre précédent … et puis il avait réalisé que la réponse à cette question ne lui apporterait rien de plus qu’un brin de tristesse supplémentaire, et il avait cessé d’y penser. « Elle m’a annoncé sa nomination prochaine comme prof à la fac. T’étais au courant ? » Il l’était, oui, en témoignait le signe de tête qu’il avait offert au rugbyman en guise de réponse. « Ça ne va pas te faire bizarre de la côtoyer tous les jours ? Enfin, au pire, la fac est assez grande pour s'éviter, j'imagine. » Certes. Et probablement s’était-elle fait la même remarque en acceptant l’offre du professeur Warren, peut-être même avait-elle avancé cet argument auprès de son époux si ce dernier avait choisi de s’offusquer de l’éventualité que sa femme côtoie désormais son ex-mari sur son lieu de travail. « Elle m’en a parlé d’elle-même, je pense qu’elle se doutait bien que je finirais par l’apprendre et qu’elle s’est dit qu’il valait mieux que ce soit de sa bouche. » Et là-dessus elle avait eu raison. « Mais on va essayer de gérer ça comme des adultes … J’ai pas vraiment le choix, de toute façon. J’ai dû lui demander un service en décembre dernier, depuis on essaye de … je sais pas, apaiser un peu les choses. » Il était épuisé de l’avoir autant rejeté durant l’année précédente. Cela n’effaçait rien, cela ne changeait pas le mal qu’elle lui avait fait en le laissant pendant un temps croire qu’ils pourraient s’aimer à nouveau, mais il ne se sentait simplement plus l’énergie suffisante pour continuer à nourrir autant de rancœur à l’égard de quelqu’un qui avait tant compté à ses yeux. Détester les gens, au fond, n’était pas la nature d’Hassan. « Elle m’a proposé qu'on déjeune plus souvent ensemble. » Le jaugeant du coin de l’œil, Rhett semblait attendre sa réaction avec un brin d’appréhension, et lui évitant un suspens inutile l’enseignant avait reposé le torchon désormais détrempé à sa place et secoué la tête « C’est chouette, ça vous fera rattraper un peu le temps perdu. » Esquissant un sourire prudent, Hassan avait frotté ses mains l’une contre l’autre avec une légère hésitation, avant d’admettre « Je m’en suis toujours un peu voulu qu’elle ne te donne plus de nouvelles après le divorce … Je suppose que c’était trop difficile pour elle. » Lui n’avait bien sûr jamais espéré ou attendu de l’un ou de l’autre que les choses se passent ainsi. Mais déjà empêtré dans ses propres secrets et l’avancée rapide de sa maladie, il n’avait pas su faire en sorte que l’amitié entre les deux jeunes gens se préserve, et le temps fatalement avait fini par faire son œuvre. « Ça me fait plaisir que vous ayez repris contact. Et puis si ça peut lui permettre de voir un peu de monde et de ne pas trop s’isoler. » Du moins, il serait peut-être plus difficile pour celui qui partageait désormais sa vie de faire à nouveau le vide autour d’elle comme il l’avait fait une première fois. Mais ça, Hassan s’était bien gardé de le faire remarquer à voix haute.



(rhessan) rise to the occasion 763064237  (rhessan) rise to the occasion 1949770018:
 

Revenir en haut Aller en bas
Rhett Hartfield
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (22/12/1982)
STATUT : Célibataire, à tendance pessimiste
MÉTIER : Entraîneur de rugby de l'équipe universitaire
LOGEMENT : #321, une villa en bord de mer
POSTS : 153 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien joueur professionnel de rugby, brillante carrière ☆ Amateur de voile ☆ Boite depuis l'accident qui lui a tout pris ☆ Très sportif ☆ Se méfie des femmes, pense qu'elles s'intéressent principalement à son argent ou sa réputation ☆ Parle français ☆ A sombré dans la dépression après son accident ☆ Aime regarder des documentaires d'Histoire ☆ Chante sous la douche ☆ A un labrador noir, Vador ☆ Maîtrise la langue des signes, car son frère est sourd ☆ Est gaucher
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Joanne, Hassan, Clément, Sophia & Quinn

AVATAR : Scott Eastwood
CRÉDITS : Tag
DC : /
INSCRIT LE : 07/05/2019

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: Re: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion EmptyVen 20 Sep 2019 - 16:40



« Parle pas de malheur. » fut la première réaction d’Hassan à l’évocation d’un second mariage ; réplique sortie si sincèrement du fond du cœur qu’elle arracha à son meilleur ami un franc éclat de rire. Rhett haussa nonchalamment les épaules devant la réticence de son ami, avant d’y ajouter son grain de sel : « Dommage, on s’était quand même vachement bien amusé au premier. », soupira-t-il d’un ton faussement nostalgique. La réaction était exagérée, dans l’unique but d’embêter Hassan, mais il y avait du vrai dans ses propos. Il avait vraiment passé un excellent moment au mariage de son ami, d’autant plus qu’il en avait été le témoin ; autant dire, une parfaite occasion pour profiter au maximum de l’évènement. Si ce n’est que…Sophia et lui étaient en froid, ce soir-là. Mais, contre toute attente, ils avaient pris sur eux, étaient parvenus à se comporter comme deux adultes responsables – ce qui, dans leur relation, était assez rare pour le souligner – et à passer outre leurs différends, pour célébrer comme il se devait l’amour de leurs meilleurs amis respectifs. Rhett avait assisté à d’autres mariages, bien sûr, notamment celui de ses coéquipiers, mais c’était bien celui d’Hassan qu’il avait préféré entre tous.  Il avait eu l’impression de marier son frère, et il en était fier comme un paon.. Jusqu’au jour où son propre frère se marierait… Depuis de longs mois déjà, Sam fréquentait une jeune femme tout à fait adorable, sourde elle aussi, que Rhett appréciait énormément au point de déjà la considérer comme sa belle-sœur. Bon sang… mon petit frère va se marier avant moi. Non pas que le mariage fut une condition sine qua none à son bonheur. Si tant est qu’il puisse être à nouveau heureux un jour… Il devait bien le reconnaître : lui non plus n’avait pas eu de chance avec les femmes. Sa dernière petite-amie en date, une mannequin française, l’avait quitté aussitôt qu’elle avait appris qu’il ne pourrait plus jouer au rugby, et ce départ avait entièrement ébranlé le peu de confiance en lui qu’il lui restait à l’époque. Comment avait-il pu être aveuglé à ce point ? Parce qu’il était bête, voilà tout. « C’est pas plus à l’ordre du jour de son côté que du mien, de toute façon. C’est ce qui fait que c’est une affaire qui roule. » « Tant mieux si ça colle entre vous. Je l’aime bien, c’est une fille cool. », approuva-t-il pour clore le sujet.

Quand la conversation dériva sur l’estomac gargantuesque d’Hassan, ce dernier promit de l’inviter pour le festin de l’Aïd, sans doute histoire de lui prouver qu’il était capable d’engloutir beaucoup plus que ce qu’il avait mangé (dévoré !) ce soir. Rhett secoua la tête, un sourire aux lèvres. « Non merci, oublie-moi. J’ai pas envie de réduire à néant en une seule fois tous les efforts des années passées. » Depuis toujours, Rhett s’astreignait à un régime strict de sportif, afin de trouver le bon équilibre entre le juste nombre – pas plus ! – de protéines et de calories dont il avait besoin pour ses nombreuses séances d’entrainement. Ne manger que certains aliments à certains moments cruciaux de la journée, pour être le plus performant possible sur le terrain, et en dehors. Malgré le fait que, désormais, il ne jouait plus au rugby, Rhett avait gardé ses anciennes habitudes alimentaires … Probablement parce qu’il n’aurait pas su faire autrement. Et puis, il s’efforçait toujours de pratiquer plusieurs heures de sport par jour, même les jours où ses jambes lui faisaient souffrir le martyr.

Et, fatalement, le rugby revint sur le tapis. Avec Rhett, tout finissait, d’une manière ou d’une autre, à se rapporter au rugby. Plus qu’un simple sport pour lui, c’était là toute sa vie. « Avoue, ça te plait bien d’être dans la peau du coach tyrannique. Ne me dis pas que tu leur as fait le coup du « pas de fille les veilles de matchs, vos hormones vous déconcentrent » ? »
A nouveau, un sourire amusé étira ses lèvres aux souvenirs des années passées, et des règles brisées. « Je m’étais promis de ne pas être comme notre coach, mais je me rends compte que je dis exactement les mêmes choses chiantes que lui. C’est pas facile de se retrouver de l’autre côté ! »  conclut-il dans un rire. Pas facile, non, mais, le concernant, pour d’autres raisons que celles abordées. Ça lui faisait mal, véritablement, de voir ces jeunes se démener sur le terrain, donner le meilleur d’eux, quand lui-même était condamné à rester sur le côté, et à assister passivement au spectacle. Il aurait tout donné, tout, pour rejouer au rugby, quitte à vendre son âme au diable pour cela. Au lieu de ça, il en était réduit à envier les jeunes dont il avait la charge. Pathétique, pas vrai ?

Finalement, Rhett se décida à aborder le sujet qui lui trottait en tête depuis le début de la soirée. Il avait préféré attendre que tout le monde s’en aille avant d’en parler à Hassan, ne préférant pas évoquer ses problèmes devant tous leurs amis. Sur ce sujet, les hommes se montraient plus pudiques que les femmes, qui, elles, n’avaient aucun problème à s’épancher de leurs maux à toutes leurs amies. Il lui avoua donc sa rencontre fortuite avec le grand amour perdu d’Hassan, et sa volonté de se voir régulièrement. Rhett appréciait énormément Joanne et ce, depuis le jour de leur rencontre. Ses sentiments pour elle n’avaient pas faibli avec le divorce. Au contraire. Il éprouvait une profonde sympathie envers elle, en imaginant ce qu’elle avait dû endurer. Il ne lui en voulait pas. Dans l’histoire, c’était Hassan qui avait merdé, en ne lui laissant pas même une chance de l’épauler dans son malheur. Joanne aurait toujours été là pour lui, pour le meilleur comme pour le pire, comme ils se l’étaient un jour promis, de ça, il en était fermement convaincu. Hassan n’aurait pas pu trouver meilleur soutien dans cette épreuve que la douce et brave Joanne. Combien de fois l’avait-elle réconforté quand ça n’allait pas avec Sophia ? Combien de fois s’était-il empressé de la retrouver après chaque dispute dans son couple ? Il savait pertinemment qu’il trouverait toujours en Joanne – toujours – une oreille attentive à ses problèmes, et des paroles pleines de bons sens pour l’aider à prendre les bonnes décisions.

« C’est chouette, ça vous fera rattraper un peu le temps perdu. Je m’en suis toujours un peu voulu qu’elle ne te donne plus de nouvelles après le divorce… Je suppose que c’était trop difficile pour elle. Ça me fait plaisir que vous ayez repris contact. Et puis si ça peut lui permettre de voir un peu de monde et de ne pas trop s’isoler. » Hassan n’avait pas prononcé ces accusations à voix haute, mais Rhett avait parfaitement saisi le message. Sans jamais l’avoir rencontré, le sportif ne portait pas le nouveau mari de Joanne dans son cœur. Il ne connaissait de lui que ce qu’Hassan lui avait raconté, et même si son ami avait toutes les raisons du monde de le haïr, il savait qu’il n’en perdait pas son objectivité pour autant, et était donc amené à partager son ressentiment à l’égard de cet inconnu. « C’est bizarre, la vie. Nous voilà tous à nouveau réunis, presque dix ans après… » Etait-ce un coup du Destin ? Etaient-ils destinés à tous se retrouver ? Sans doute n’auraient-ils dû jamais se séparer… « Enfin, presque tous. », se reprit-il, en songeant à Sophia. Où se trouvait-elle, désormais ? Où vivait-elle ? Dans quelle partie du monde ? Et que faisait-elle en ce moment ? Etait-elle en rendez-vous dans un restaurant, à trinquer avec l’homme qui l’avait invité ? Ou blottie dans les bras de son mari, sur le canapé devant la télévision ? Avait-elle des enfants ? Etait-elle heureuse ? L’avait-elle oublié ? Et lui, pourquoi pensait-il si souvent à elle, ces derniers temps ? Il avait réussi à enfouir son souvenir très profondément pendant très longtemps, alors pourquoi resurgissait-il maintenant ? Sans doute que, dans son esprit, Joanne et Sophia étaient intrinsèquement liées, et que revoir l’une lui faisait instantanément penser à l’autre.

« Tu veux qu’on se pose devant la télé ? », conscient subitement qu’il n’avait pas envie qu’Hassan s’en aille et le laisse seul. Seul avec ses pensées. Seul avec son passé. Avec toutes les chaines du câble, il devait bien y avoir quelque chose à regarder, même à cette heure-ci, et, au pire, il avait Netflix. Tout, plutôt que la solitude. Il n’envisageait pas de monter se coucher, seul, et de ressasser dans le noir toutes les erreurs qu’il avait commises. Sa rencontre avec Joanne lui avait fait prendre conscience d’une chose : il n’avait pas évolué, comme elle. Pire, il avait régressé. Retour à la case départ. Bientôt trente-sept ans, et pas de femme, pas d’enfant, pas même capable d’exercer le seul métier au monde où il excellait, et qui lui conférait la meilleure des raisons de se lever le matin. Il n’était plus rien, ni personne. Personne. A quel moment sa vie avait-elle commencé à merder ?
Revenir en haut Aller en bas
Hassan Jaafari
Hassan Jaafari
le barbapapa
le barbapapa
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (19/08/1981)
SURNOM : hassou
STATUT : divorcé, vacciné de l'engagement, dans une relation sans avenir mais sans risques
MÉTIER : professeur de géographie politique @ university of Queensland ~ consultant géopolitique/Moyen-Orient @ ABC studios ~ coach des 8-12 ans @ logan city rugby club
LOGEMENT : #25 latimer road (logan city), avec Spike le berger allemand & Bandit le bouvier australien à trois pattes
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_pbq66nSqtK1vuv9bpo1_250
POSTS : 13954 POINTS : 395

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : traité pour un cancer entre fin 2013 et mai 2015, en rémission ☆ 5 tatouages ☆ bénévole à l'hôpital (pédiatrie) et au lycée (cours de soutien) ☆ australo-iranien, a vécu 9 mois à Téhéran en 2000 ☆ en couple/marié de 2004 à 2014 ☆ parle farsi (persan) + niveau d'arabe intermédiaire ☆ deux tentatives de suicide 2016, une dépression se soignant doucement ☆ ne consomme ni porc ni alcool ☆ joueur de rugby depuis ses 6 ans, champion universitaire (2005) ☆ membre d'Amnesty International ☆ musulman modérément pratiquant ☆ amateur de plantes vertes et de tapis anciens ☆ bricoleur hors pair
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : aedan ☆ yasmine #16julianakelly #4owen #2camilsohan #4justinejoanne #17sophiarhettalfie (12/12)

FLASHBACKS / ALTERNATIFS : joanne (2004)jamie (au)kyte (au)

همیشه ببخشید
(rhessan) rise to the occasion Tumblr_mg2phydxcb1ru1wbho1_500
RPs TERMINÉS :
(rhessan) rise to the occasion VDnnWJA

2019yasmine #15joanne #16asher #1yasmine #14kelly #3ginny #3

2018sohan #3joanne #15tad #2sohan #2yasmine #13khadjaafavis #1owen #1chad #1carlisle #1kelly #2yasmine #12jamie #5tadassanny #1joanne #14blazemariannaleena

2017tad #1clara #1kelly #1ginny #2mia #2joanne #13mia #1jamie #4priam #2yasmine #11joanne #12joanne #11ginny#1joanne #10jamie #3yasmine #10joanne #9priam #1joanne #8

2016hannahyasmine #9joanne #7joanne #6yasmine #8yasmine #7jamie #2sauljoanne #5yasmine #6yasmine #5yasmine #4joanne #4yasmine #3enzokennethellayasmine #2

2015sohan #1jamie #1joanne #3yasmine #1jordanleela #2joanne #2jayantleela #1joanne #1

flashbacks › ariane (2014)

(rhessan) rise to the occasion Tumblr_n83skt7Bxl1ql1253o2_500

PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : dominic cooper
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@unknown & userbar@loonywaltz
DC : tommy & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 20/09/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t4591-there-s-more-life-left-to-go-hassan https://www.30yearsstillyoung.com/t4679-hassan-jaafari https://www.30yearsstillyoung.com/t14530-hassan-jaafari http://madebyumita.tumblr.com/

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: Re: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion EmptyLun 11 Nov 2019 - 16:42



Il y aurait probablement beaucoup de choses à dire quant au fait que malgré qu’il la fréquente depuis plusieurs mois désormais, Hassan n’avait jamais pris la peine de présenter ou même de mentionner Gwen auprès de son frère ou des Khadji. Désir de garder son jardin secret, comme son nom l’indiquait, un minimum secret mais également preuve la plus flagrante que malgré la gentillesse de la jeune femme et le fait qu’elle lui plaise assurément, le brun n’envisageait pas un seul instant que leur relation débouche un jour sur quoi que ce soit de sérieux ou d'exclusif. Si nombre de ses fréquentations de l’époque connaissaient la réputation de papillonneur d'Hassan lorsqu’il était étudiant, aux yeux des Khadji nulles autres qu’Amal et Joanne n’avaient jamais existé – quant à Leilani, elle n’avait officiellement jamais été autre chose qu’une amie, et sans doute cela valait-il mieux ainsi. Celles que le brun acceptait de faire entrer dans sa sphère familiale étaient spéciales, elles n’étaient pas n’importe qui et ne représentaient pas n’importe quoi … Et aussi légère sa relation avec Gwen le rendait-il, la jeune femme n’appartenait pas à ce cercle fermé. Pas qu’elle n’en ait réellement la volonté, car au fond elle n’avait pas plus rencontré les Khadji qu'Hassan n’avait rencontré la fille qu’elle tenait d’une précédente relation et dont elle avait la garde une semaine sur deux … Non, leur relation avait ses limites, des limites sur lesquelles ils étaient tombés d’accord et qui semblait leur convenir à l’un autant qu’à l’autre. « Tant mieux si ça colle entre vous. Je l’aime bien, c’est une fille cool. » avait à ce sujet conclu Rhett, et acquiescent d’un signe de tête le brun n’avait pas renchéri, se contentant de garder précieusement pour lui le goût sucré des lèvres de Gwen sur les siennes comme un gardait un précieux petit secret. Les deux hommes s’activant pour venir à bout de la vaisselle, Hassan en avait profité pour demander des nouvelles de l’équipe dont ils avaient tous les deux fait partie et dont Rhett avait désormais brillamment la charge. Pour certains – dont l’ancien sportif lui-même – d’être passé d’une carrière internationale au fait d’entraîner les autres était vu comme un échec, du moins à un âge aussi jeune. Était-ce d’avoir de son côté fait carrière dans l’enseignement et toujours exercé avec passion cette possibilité de transmettre à d’autres son savoir ? Reste qu'aux yeux du brun la reconversion de son ami, aussi forcée soit-elle, n’était pas tant un échec qu’une bifurcation vers autre chose. Vers d’autres projets, vers d’autres ambitions. « Je m’étais promis de ne pas être comme notre coach, mais je me rends compte que je dis exactement les mêmes choses chiantes que lui. C’est pas facile de se retrouver de l’autre côté ! » s’était en tour cas lamenté Rhett avec tout de même une pointe d'amusement, le brun dodelinant quant à lui la tête de manière moins catégorique pour hasarder « Ou bien on a seulement atteint cet âge où on réalise que les vieux rabats-joie avaient raison … Parce qu’on devient nous-mêmes de vieux rabats-joie. » Ou des individus raisonnable, en d’autres termes … Le cycle de la vie, en somme. « Et puis, il n’a pas fait un si mauvais boulot avec nous … Regarde-toi. » Courtisé par les clubs européens, multi sélectionné en équipe internationale, chouchou des sponsors pendant sa période la plus faste … Rhett avait assurément fait la fierté de feu leur entraîneur, probablement conscient après coup qu’il n’était pas donné à tout le monde d’avoir servi de tremplin à un joueur de cette trempe. Conscient néanmoins de s’aventurer en terrain glissant – sans mauvais jeu de mot – Hassan n’avait pas creusé plus longuement à ce sujet, et saisi avec moins d’amertume qu’il ne l’aurait pensé la perche que constituait la mise sur le tapis du « sujet Joanne ». Encore douloureux, toujours un peu amer, mais néanmoins plus aussi tabou qu’il ne pouvait encore l’être l’année précédente, lorsqu’Hassan peinait encore à panser les plaies provoquées par les tergiversations de la blonde à son égard. « C’est bizarre, la vie. Nous voilà tous à nouveau réunis, presque dix ans après … » Avait à ce sujet commenté Rhett d’un air pensif, visiblement un brin soulagé que son aveu n’ait pas provoqué chez Hassan colère ou déception – l’une et l’autre ayant été totalement malvenues. « Enfin, presque tous. » L’une brillait en effet encore par son absence, évaporée dans la nature et vivant, Hassan l’espérait, une vie plus heureuse et moins faite de regrets que ses trois anciens compères. « Je suppose qu’elle a trouvé son bonheur ailleurs. Je lui souhaite, en tout cas. » Sophia avait toujours été celle à se méfier le plus durement du bonheur – comme si elle ne le croyait jamais acquis, jamais définitif. Et peut-être avait-elle eu raison, finalement ; Peut-être était-elle ainsi tombée de moins haut lorsque l’horizon avait cessé d’être rose pour eux. « Je lui ai dit des choses vraiment atroces la dernière fois que je l’ai vue ... » Songeur, Hassan avait baissé les yeux d’un air penaud. « J’aurais bien aimé la revoir une fois. Pouvoir lui dire que je pensais pas le quart de ce que j’ai dit à l'époque. » Mieux valait des remords que des regrets, paraît-il … Soit, mais cela n’était pas d’un grand réconfort, au bout du compte. Haussant les épaules l’air de dire : c’est la vie, l'enseignant avait rangé la dernière assiette après l’avoir séchée, et Rhett et lui avaient échangé le regard incertain de ceux qui ne voulaient pas prendre congé mais sans oser l’admettre de but en blanc. Vador avait abandonné la partie depuis longtemps et leur tournait ostensiblement le dos, roulé en boule dans son panier et l’une de ses pattes avant posée contre ses yeux comme pour se protéger de la lumière du salon. « Tu veux qu’on se pose devant la télé ? » Trop heureux d’avoir là une nouvelle excuse pour remettre à plus tard le moment de rentrer chez lui, Hassan avait acquiescé puis répondu d’un ton amusé « Si tu promets de ne pas juger si je commence à somnoler comme un petit vieux. » avant de se laisser tomber dans l’un des fauteuils, imitant là Rhett qui venait d’en faire de même la seconde précédente. Laissant le maître des lieux en charge de la zappette, le brun avait accueilli avec une satisfaction non dissimulée le moment où, changent finalement d’avis, le labrador de Rhett avait délaissé son panier pour venir continuer sa sieste à ses pieds – les mauvaises langues diraient que les deux ou trois bouts de viande qu'Hassan lui avait fait passer sous la table durant le repas n’y étaient pas étrangères. Passant d’une chaîne à l’autre à la recherche d’un programme qui soit digne de leur intérêt – au hasard, du sport – Rhett s’était interrompu dans son défilement lorsque la voix d'Hassan s’était élevée non pas du fauteuil à côté du sien, mais bien du poste de télévision. « Continue de zapper, avant que ça devienne véritablement gênant. » lui avait alors conseillé la version en chair et en os du brun, après avoir laissé échapper un rire nerveux. Après un matraquage en bonne et due forme en début d’année scolaire, le spot de prévention contre le suicide et la dépression auquel avait participé Hassan – entre autres visages d'ABC – avait cessé d’inonder les créneaux publicitaires de la chaîne, et n’était plus diffusé que sporadiquement aux heures avancées de la soirée. Peut-être parce qu’une partie de ceux à qui il s’adressaient souffraient d'insomnie, entre autres symptômes annexes liés à la dépression. Un mal dont les deux hommes avaient souffert chacun à leur niveau sans jamais oser aborder le sujet ensemble, par pudeur sans doute, la même qui expliquait que trois ans après Hassan n’ait jamais évoqué avec son ami les deux occasions au cours desquelles il avait tenté de mettre fin à ses jours. « Comme quoi c’est pas une légende urbaine, la caméra fait vraiment prendre quelques kilos. » avait préféré botter le brun en touche pout dissiper le malaise. Et si Fatima avait été là sans doute aurait-elle choisi cet instant pour faire remarquer qu’il ne se remplumait pas assez vite à son goût ne mangeait sans doute pas assez – elle n’aurait pas entièrement tort, bien qu’au demeurant Hassan ait presque entièrement retrouvé le poids que la chimiothérapie lui avait fait perdre.



(rhessan) rise to the occasion 763064237  (rhessan) rise to the occasion 1949770018:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(rhessan) rise to the occasion Empty
Message(#) Sujet: Re: (rhessan) rise to the occasion (rhessan) rise to the occasion Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(rhessan) rise to the occasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Logements
-