AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freya Doherty
Freya Doherty
le jour et la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 years of valentine days.
SURNOM : don't you dare.
STATUT : lovingly lost in two blue stars.
MÉTIER : keeper of graves and thief of things.
LOGEMENT : between #6 and #36 at fortitude valley.
when people ask me stupid questions, it is my legal obligation to give a sarcastic remark.
POSTS : 17688 POINTS : 1435

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : bipolaire ≈ alcoolique refoulée ≈ famille dysfonctionnelle ≈ dessine ≈ gauchère ≈ a horreur des cigarettes ≈ adepte des sucettes et pâtisseries ≈ amatrice de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (15/10)

I’m almost never serious, and I’m always too serious. Too deep, too shallow. Too sensitive, too cold hearted. I’m like a collection of paradoxes.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_pwgdeylURj1qc17ifo1_250
DOHERTYStogether, they would watch everything that was so carefully planned collapse, and they would smile at the beauty of destruction. ≈ wren 5

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 7jlf
FRELIASeven if loving meant leaving, or solitude, or sorrow, love was worth every penny of its price.elias 4 (zombieland) ∆ elias 6

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 86t3
TIMYAtenderness is a disinterested and generous love, that does not ask anything else to be understood and appreciated.tim 7

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Res9
JILLYAa sister can be seen as someone who is both ourselves and very much not ourselves a special kind of double.jill 4 (ua)

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 9w88
FREYANCEyou can love them, forgive them, want good things for them but still move on without them.terrenceterrence 2 (fb)

finnleyleonie (fantômeland) ∆ heïana 2edgeabelcarterariane

alex/skyjill 3/elias 5/tim 6/baileyjill 5/tim 8

RPs EN ATTENTE : eavan 2 ∆ malachi ∆ ariel 2 ∆ adèle 2 ∆ lukà 3 ∆ isaac ∆ kane 2 ∆ romy 2 ∆ caïn
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : lily james.
CRÉDITS : (avatar) me
DC : lizzie potter.
INSCRIT LE : 11/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24047-freya-o-every-fight-comes-from-the-fight-within https://www.30yearsstillyoung.com/t24074-freya-o-live-and-love-from-fools-and-from-sages https://www.30yearsstillyoung.com/t24237-freya-doherty https://www.30yearsstillyoung.com/t24250-freya-doherty

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptyLun 15 Juil - 21:11



Le vin, c'est une affaire d'arômes, de saveurs, de goûts et de couleurs. Une spécialité, un vice, un excès, une douceur selon les personnes. Du point de vue de Freya, ce n'est qu'une bouteille parmi tant d'autres. Elle ne s'entiche pas vraiment de cette liqueur, qu'elle soit rouge ou claire. Ce n'est qu'un alcool pour le palais, conçu pour être savouré. Et Freya, elle s'en fout de savourer, tant que ça l'enivre et lui donne du repos dans ses ennuis quotidiens. Elle n'a pas le temps de goûter et de tester, d'apprécier et de déguster. Elle voudra juste finir la bouteille au plus vite et passer à la suivante car ce n'est jamais assez. De toute façon, ses proches savent que lui offrir une bonne bouteille de vin ne serait que de l'argent foutue en l'air. Enfin, pour eux mais pas pour Freya, qui trouverait alors réconfort et chaleur avec le liquide.
Quand elle reçut un message mystérieux de Finnley lui demandant de le rejoindre aux vignobles, Freya ne put s'empêcher de lâcher un petit "what?" surpris son téléphone. C'est un rendez vous plutôt inhabituel, surtout qu'il précisait de ne pas se vêtir de façon "trop degueu". Double what? En général, elle rejoint Finn dans un bar mais là, il semble vouloir sortir des sentiers battus. Ce n'est pas pour lui déplaire, à Freya. Mais franchement, il en entend quoi par des fringues pas trop dégueu ? Alors elle opte pour une robe noire, parce que le noir, ça passe partout, n’est ce pas ? Et des converses ‘’pas trop dégueu’’ parce qu’il ne faut pas non plus abuser. Les talons, elle ne connaît pas et elle ne va certainement pas commencer.

Elle espère que ça trouvera grâce aux yeux de Finnley et surtout là où il compte l’emmener.
Parce que franchement, elle est curieuse, la blonde.

Les trucs comme ça, ça l’intrigue. Surtout si c’est porté par Finnley, qui est vraiment la dernière personne qu’elle aurait pensé pour la surprendre. Comme quoi, la vie est véritable une boite de chocolats. Moins douce, moins délicieuse, ceci dit. Mais l’idée est là. Pas qu’elle doute de la capacité de Finn à créer de la surprise. Mais ce ne sont pas dans leurs habitudes. Et Finn, il vient de chambouler leurs habitudes. Non pas que Freya a déjà des habitudes à faire pâlir la mamie habitant deux étages au dessus d’elle.
Elle gueule un doux "j’me tire !" à l’encontre de son jumeau et passe le seuil de la porte, clés et téléphone en main. Tobias n’a sûrement pas relevé, et il va sûrement râler qu’elle ne lui ait pas laissé de quoi se sustenter. Il la fait chier, de toute façon, ce fichu frère. Dernièrement encore, un verre a été foutu en l’air suite à une de leurs disputes. Ils semblent se comprendre de moins en moins et s’éloigner de plus en plus. Freya pourrait en être triste si elle pensait deux minutes mais elle n’a pas deux minutes.
Et elle ne veut pas penser à son jumeau.

Dans un coup de frein grinçant, Doherty stoppe son vélo vert pomme délavé sur le début d’une route qui mène… Quelque part. Mais Finnley et sa chevelure rousse l’y attendent sagement au bout (à pic car elle était à une seconde près de râler de tout son soûl). « T’as décrété que j’faisais pas assez d’sport, c’est ça ? Me dis pas que j’commence à avoir la bouée d’la bière, ça me vexerait grave, grommelle-t-elle tout en s’extirpant du mieux qu’elle peut de son vélo – qui aurait besoin d’être rafistolé encore un petit coup. J’espère que t’as un plan béton pour m’avoir traîné jusqu’ici. »

Il n’y a pas à dire, râler est une seconde nature, chez elle.

Spoiler:
 



    ••• grain of sand •••
    the chemicals inside my brain never let me feel the pain. pushing me to see the truth. my heart is like a hand grenade pull the pin and detonate
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-deux ans, toujours sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : ça signifie quelque chose avec lou
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital), les avertissements qui s’accumulent et le licenciement qui se rapproche
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley avec wernicke, son chien alternativement à l’article de la mort ou d’une énergie fatigante, ça dépend de l’humeur du jour
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 48229d_37fdeb2d252d4254b6a517adf36abe4f~mv2
POSTS : 5101 POINTS : 610

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
louney ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_miwazdH3hJ1rl06lro1_500
coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

jamesoncharliefreyaromybrynrubyjeremiahlucia (ds)

RPs EN ATTENTE : cora 05 › jack 02 › victoire › mitchell › lonnie 02 › rosalie › jillian › heïana › joanne (ds) › adèle
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02cora 02vittoriobryn 02bryn 03lou 03cora 03jackjill 01lonnielouneykanecora 04
FLASHBACKS : matt
RÉALITÉ ALTERNATIVE : event halloweensujet commun (df)clément (df)
ABANDONNÉS : saulbryn 01jimmyevejill + theomercure (dz)elliejean

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IXHXbzBc_o
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : homemade (ava), loonywaltz (userbar), jesaisplus (gifs)
DC : la pile électrique (alfie maslow)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptyMar 23 Juil - 0:00




FREYA & FINNLEY ⊹⊹⊹ Every weekend with your friends, Every weekday when it ends. Damn it's all good, I guess This is what it feels like when you become one of the drunks.

À première vue, il est surprenant de retrouver Finn au départ de ce chemin qui mène jusqu’aux vignobles Sirromet, tant cet endroit est à l’opposé de ceux qu’il fréquente habituellement. C’est la raison pour laquelle il fait les cent pas en attendant Freya, incertain quant à la possibilité qu’il puisse effectivement rejoindre les vignobles ou en être empêché avant. Si Finnley a fait un effort quant à sa tenue vestimentaire bien éloignée du style qu’est le sien au quotidien – un style qu’on peut définir par « abstrait » pour rester poli et ne pas dire carrément inexistant – sa chemise demeure malgré tout trop grande – la faute aux fluctuations de son poids depuis quelques semaines, son régime alimentaire se composant principalement de liquide – et ses chaussures pas aussi vernies qu’on pourrait l’attendre dans un tel endroit. Si Finn tente de se raisonner en songeant à l’activité pour laquelle il s’est rendu ici en premier lieu, il n’empêche qu’il est particulièrement mal à l’aise en songeant à sa dégaine – et pas que vestimentaire. Finn dénote suffisamment au quotidien ; et il s’interroge quant à savoir à quel moment cela lui a semblé être une bonne idée de se rendre jusqu’ici. Si le roux tend à ne jamais se vouloir jugeant, force est de constater que, depuis quelques semaines, cette manière de faire s’immisce dans son esprit et traduit d’un comportement qui ne lui ressemble pas. Ainsi, dans la continuité des choses, c’est bien « un nid à bourges » qu’il pense trouver à l’issue de ce chemin, et c’est sans difficultés qu’il s’imagine se retrouver au milieu de dizaines d’individus aux vêtements tous plus élégants les uns que les autres (et équivalent probablement à un mois de son salaire), à la richesse qui se traduit autant par les bijoux qu’un vocabulaire bien plus recherché que le sien et aux conversations bien trop philosophiques pour ses neurones qu’il ne cesse de mettre à mal avec son addiction. Finn ne se sent déjà pas à sa place en temps normal ; il a été stupide de croire qu’il le serait plus dans cet endroit bientôt plus réputé pour les somptueuses réceptions qu’il organise que pour le vin qui produit. Et c’est très exactement pour cette seconde raison que Finn est ici aujourd’hui, et à laquelle il s’accroche pour ne pas faire demi-tour, car la perspective de boire à l’œil est bien plus intéressante que l’impression qu’il peut faire et que les ressentis qui peuvent être les siens.

En creusant un peu, il n’est pas surprenant de retrouver Finn au départ de ce chemin qui mène jusqu’aux vignobles Sirromet, tant cet endroit correspond à ce qu’il recherche actuellement. De l’ivresse à moindre coût, parce que les finances – et les autorisations d’entrée dans des bars – ne suivent plus. Mais il ne l’exprimera pas ainsi, Finn, oh non, le déni est encore bien présent ; et bien handicapant. Car s’il ouvrait les yeux, peut-être qu’il serait encore temps pour lui. Temps de prendre conscience de ses erreurs, temps de réparer celles-ci, temps de se sauver tant qu’il le peut encore. Mais Finn fait fi de toute raison ; et ce n’est que l’envie, le besoin, qui dicte bientôt la quasi-totalité de son quotidien. Il s’isole, il met les autres à distance, il compromet sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Et parfois, rarement, il y a eu une lueur qui s’illumine entre deux neurones nécrosés ; mais elle ne dure jamais longtemps, parce que Finn persiste (et parvient) à trouver des excuses. Comme aujourd’hui, se justifiant par le fait d’écouter Bryn qui lui répète de mettre le nez dehors et de passer ainsi du temps avec une amie. Une amie dont il devrait pourtant rester éloigné s’il prenait conscience des choses. Mais Finn ne le fait pas, et cette amie représente finalement tout ce qu’il recherche actuellement, c’est pour ça qu’elle lui est devenue aussi précieuse.

La silhouette de Freya finit par apparaître dans son champ de vision, et un fin sourire s’affiche sur le visage de Finn lorsque son amie descend de son vélo. De son côté, il n’a eu d’autres choix que de se rendre ici en transports publics, ses clés ayant été égarées au cours d’une soirée il y a quelques jours et Finn n’a pas encore eu la possibilité d’identifier le bar en question, même si ce n’est pas faute d’avoir poussé la recherche. Le double qu’il a demandé sera probablement prêt avant que les souvenirs ne lui reviennent en mémoire. Et peut-être ne vaut-il mieux qu’ils ne lui reviennent jamais, en réalité. « Si, et c’est très exactement pour ça qu’on va équilibrer les choses avec du vin. » Car le vin est loin de laisser la fameuse bouée, pas vrai ? Et de nombreuses études prônent le verre de vin rouge pour le bien du cœur ; les deux amis vont donc seulement prendre soin de leur santé plutôt que de se bourrer la gueule jusqu’à en faire un coma, évidemment. « Moi aussi j’suis heureux de te voir, Freya. » Qu’il rétorque en haussant les épaules, tandis qu’il se met déjà en marche, ne laissant pas vraiment le choix à la jeune femme de le suivre si elle veut obtenir des explications. Une fois à son niveau, il lui colle dans la main un flayer qui traînait dans sa poche. « J’ai trouvé ça dans ma boîte aux lettres, l’autre jour. » Qu’il précise en désignant le bout de papier de la tête, une recherche de volontaires pour déguster la nouvelle cuvée, et tout ceci, à l’œil, sans quoi cela n’aurait pas attiré son attention. « Je nous ai inscrits, et parce qu’il fallait bien les convaincre de nous choisir parmi les heureux élus, je nous ai vendus comme des influenceurs qui leur feraient une pub d’enfer. » Un sourire plus large s’affiche sur son visage en pensant à son stratagème ; ce n’est pas grand-chose, mais pour Finn toujours dans la réserve et le respect des règles (il croit), ça veut dire beaucoup. « Tu es DreamyAllie, spécialisée dans les voyages et les beaux paysages et je suis Wineal, un épicurien spécialisé dans le vin. » Inutile de dire que Finn n’est pas stupide et qu’il se doutait que le vignoble vérifierait tout ceci et que les noms en questions sont existants (bien que ridicules, mais hé, on ne lui demande pas son avis) et ont (heureusement) pour lui, le facteur narcissisme qui contamine le reste des influenceurs en moins. « C’est assez béton pour toi ou tu comptes faire demi-tour après m’avoir tiré un doigt ? » Parce qu’il la connaît, la Doherty. « Dans le cas contraire, mets-toi en marche, avant qu’on arrive en retard et qu’on se fasse remarquer. Et puis, ce sera toujours un plus pour t’aider à perdre cette fameuse bouée. » Qu’il précise en laissant échapper un léger rire. Une humeur détendue qui ne traduit pas de celle qui sera probablement la sienne d’ici quelques heures. « Pas mal les chaussures, en passant, j’imagine déjà la tête des Constance et autres Anabeth outrées par un tel choix. » Discrétion, qu’il avait dit ? Bof, c’est plus vraiment d’actualité ; c’est à son image, changeante, et à celle de Freya aussi.



FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine HM7e7CT
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine ZZBr7e1
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine QqLqwzn
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IDlrfYk

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Freya Doherty
Freya Doherty
le jour et la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 years of valentine days.
SURNOM : don't you dare.
STATUT : lovingly lost in two blue stars.
MÉTIER : keeper of graves and thief of things.
LOGEMENT : between #6 and #36 at fortitude valley.
when people ask me stupid questions, it is my legal obligation to give a sarcastic remark.
POSTS : 17688 POINTS : 1435

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : bipolaire ≈ alcoolique refoulée ≈ famille dysfonctionnelle ≈ dessine ≈ gauchère ≈ a horreur des cigarettes ≈ adepte des sucettes et pâtisseries ≈ amatrice de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (15/10)

I’m almost never serious, and I’m always too serious. Too deep, too shallow. Too sensitive, too cold hearted. I’m like a collection of paradoxes.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_pwgdeylURj1qc17ifo1_250
DOHERTYStogether, they would watch everything that was so carefully planned collapse, and they would smile at the beauty of destruction. ≈ wren 5

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 7jlf
FRELIASeven if loving meant leaving, or solitude, or sorrow, love was worth every penny of its price.elias 4 (zombieland) ∆ elias 6

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 86t3
TIMYAtenderness is a disinterested and generous love, that does not ask anything else to be understood and appreciated.tim 7

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Res9
JILLYAa sister can be seen as someone who is both ourselves and very much not ourselves a special kind of double.jill 4 (ua)

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 9w88
FREYANCEyou can love them, forgive them, want good things for them but still move on without them.terrenceterrence 2 (fb)

finnleyleonie (fantômeland) ∆ heïana 2edgeabelcarterariane

alex/skyjill 3/elias 5/tim 6/baileyjill 5/tim 8

RPs EN ATTENTE : eavan 2 ∆ malachi ∆ ariel 2 ∆ adèle 2 ∆ lukà 3 ∆ isaac ∆ kane 2 ∆ romy 2 ∆ caïn
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : lily james.
CRÉDITS : (avatar) me
DC : lizzie potter.
INSCRIT LE : 11/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24047-freya-o-every-fight-comes-from-the-fight-within https://www.30yearsstillyoung.com/t24074-freya-o-live-and-love-from-fools-and-from-sages https://www.30yearsstillyoung.com/t24237-freya-doherty https://www.30yearsstillyoung.com/t24250-freya-doherty

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptySam 27 Juil - 16:55



« Si, et c’est très exactement pour ça qu’on va équilibrer les choses avec du vin. » Freya eut son fameux sourire du coin des lèvres. C’est bien le genre de conneries qu’on peut se dire pour apaiser sa conscience. Pas qu’ils en avaient à faire quelque chose de leur conscience anyway. Finnley devrait être quelqu’un qui l’aide à aller mieux, considérant son travail à l’hôpital. Lui ramenant ses petits cachets bleus pour sa maladie, il est le mieux placé pour connaître le diagnostic et le traitement de Freya. Et pourtant, jamais il ne lui a tenu de longs discours sur la moral ou sur les méfaits néfastes de l’alcool mélangés à son traitement.

Finn n’a rien jamais dit, jamais été moralisateur et rien que pour ça, Freya l’aime bien.
Il n’y a rien de pire que quelqu'un qui vous dicte comment vivre votre vie. Surtout quand on ne demande aucun conseil à personne.

« Moi aussi j’suis heureux de te voir, Freya. » Finnley se met en marche et la blonde s’empresse de le suivre, poussant alors son vélo à ses côtés. Le regard analysant l’endroit, elle lui trouve une place contre un muret en pierre clair. Pas d’antivol parce qu’elle a foi que personne ne lui volera ce qu’elle a déjà volé en premier lieu. Puis elle rattrape le rouquin à petites foulées. « Mais moi aussi, j’suis toujours contente de te voir, Fifi Brindacier. » Ayant une mère suédoise, impossible de passer à côté de la jeune rousse à couettes qui a bercé l’enfance de sa génitrice. C’est un surnom avec toute l’affection possible qu’elle puisse donner. S’imaginer Finnley avec des couettes, en voilà une bonne idée à tester pour plus tard.

Son compagnon du jour lui fourre un prospectus dans les mains qu’elle regarde avec curiosité. En général, ce genre de trucs, ça finit directement à la poubelle. Freya est surprise que Finn l’ait repêché mais vu les festivités annoncées sur le papier glacé, c’est vrai que ça aurait été dommage de louper ça. Freya le regarde avec surprise Finn alors qui lui déballe son plan. Décidément, il est full of surprise, ce jeune homme. « C’est assez béton pour toi ou tu comptes faire demi-tour après m’avoir tiré un doigt ? » La blonde lui rentre dans le bras. « J’fais t’montrer ce que mon doigt va t’dire, si tu continues. » Elle regarde de nouveau le flyer qu’elle tient dans ses mains avant de pousser un « hey ! » bien placé alors que Finn évoque sa bouée. « Moi et ma bouée, on t’emmerde royal, Coverdale. »

Freya regarde ses chaussures tout en haussant les épaules. « Si j’voyage, autant être confortable, pas vrai,… Wineal ?  » C’est ironique, quand même. « J’ai jamais voyagé mais tu m’donnes la possibilité de le faire, c’est très attentionné, j’trouve. » Le plus loin qu’elle a dû aller avec sa famille, ça devait être la fois où ils sont allés voir l’océan, avec une vraie plage, à quelques heures de Brisbane.

Autant dire, Freya n’a pas vu beaucoup du pays et encore moins du monde.

Elle jette le flyer dans la première poubelle qu’ils croisent avant de franchir le seuil de la porte. Le comble du chic est la petite clochette qui se déclenche à leur arrivée. Freya a horreur des clochettes aux portes. La perspective d’être annoncée, de ne pas pouvoir arrivée quelque part sans qu’on lève les yeux sur elle, c’est lourd à force. Et ici, ça ne manque pas puisqu’ils sont accueillis par une dame à l’allure souriante. « Je suis désolée mais nous sommes exceptionnel- » Freya secoue la main. « On n’est pas là pour acheter. On est là pour déguster. Nouvelle cuvée ? Nos papilles en frémissent d’avance. » La dame reste un moment silencieuse et Doherty perd presque patience à la voir les dévisager de la sorte. Es-t ce qu’elle est en train de les scruter, de les analyser, ou c’est juste elle qui se fait des films ? Bordel qu’elle n’aime pas ce monde.

Mais parce que ça reste fun, que Finnley a eu une idée de génie et qu’elle compte bien avoir ses verres de vin gratuits, la jeune femme ne montre rien paraître de son agacement et fait un large sourire tout en glissant son bras autour de celui de son ami. « DreamyAllie & Wineal ? On est sur la liste, normalement. » La dame semble reprendre ses esprits. « Oui, excusez moi, attendez un instant, je reviens. »

Une fois échappée derrière une porte, Freya lève les yeux vers Finnley sans détacher son bras du sien. « Tu crois qu’on lui a fait peur ? »




    ••• grain of sand •••
    the chemicals inside my brain never let me feel the pain. pushing me to see the truth. my heart is like a hand grenade pull the pin and detonate
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-deux ans, toujours sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : ça signifie quelque chose avec lou
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital), les avertissements qui s’accumulent et le licenciement qui se rapproche
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley avec wernicke, son chien alternativement à l’article de la mort ou d’une énergie fatigante, ça dépend de l’humeur du jour
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 48229d_37fdeb2d252d4254b6a517adf36abe4f~mv2
POSTS : 5101 POINTS : 610

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
louney ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_miwazdH3hJ1rl06lro1_500
coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

jamesoncharliefreyaromybrynrubyjeremiahlucia (ds)

RPs EN ATTENTE : cora 05 › jack 02 › victoire › mitchell › lonnie 02 › rosalie › jillian › heïana › joanne (ds) › adèle
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02cora 02vittoriobryn 02bryn 03lou 03cora 03jackjill 01lonnielouneykanecora 04
FLASHBACKS : matt
RÉALITÉ ALTERNATIVE : event halloweensujet commun (df)clément (df)
ABANDONNÉS : saulbryn 01jimmyevejill + theomercure (dz)elliejean

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IXHXbzBc_o
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : homemade (ava), loonywaltz (userbar), jesaisplus (gifs)
DC : la pile électrique (alfie maslow)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptySam 7 Sep - 1:29



Finnley n’est ni fier ni désabusé par son plan, il se situe à un juste milieu où il a conscience que son comportement s’approche plus de l’ado qui se prétend rebelle que d’un adulte raisonné, mais où la situation lui convient telle qu’elle est. Quelques mois en arrière, probablement que le rouquin n’aurait jamais eu cette idée saugrenue pour mériter son invitation en un tel lieu ; en ce sens il est l’exact opposé d’une Freya libre et je m’en foutiste qu’il a toujours, au fond, jalousé. Non, Finn a toujours pris soin de suivre les règles et de rester dans la petite case qui lui est assigné sur le moment ; jumeau peu charismatique et en retrait, rêveur invétéré, père de substitution, employé qui ne sait pas rester à sa place. Il a toujours eu le comportement qu’on attendait du statut qu’on lui a assigné dans l’instant, et Finn n’a que très récemment décidé qu’il est temps pour lui d’apprendre à apprécier un rôle pourtant naturel mais qui a toujours été passé sous silence : lui-même. Le trentenaire n’a jamais eu l’opportunité d’apprendre à se connaître, de tester ses capacités et ses limites pour mieux les esquisser, de s’adonner à des activités pour découvrir ce qu’il aime. C’est chose faite depuis peu ; et son intérêt pour l’alcool ne relève pas d’une addiction, mais d’un processus pour s’appréhender. C’est thérapeutique. C’est nécessaire. Peu importe les mots utilisés, toujours est-il que ça apaise, et il ne saurait dire si c’est cette gorge toujours sèche ou cette conscience qui se réveille. Dans tous les cas, son stratagème peut paraître ridicule, Finn s’en fiche, parce qu’il lui permet de s’adonner à cette nouvelle passion et qu’il est important de se donner les moyens d’apprécier son quotidien, pas vrai ? C’est très exactement ce qu’il fait ; et en ce sens la compagnie de Freya ne fait que confirmer que son attitude des dernières semaines, des derniers mois, n’a rien d’anormal et ne le sera jamais. Mais peut-être qu’il ne s’accompagne pas du meilleur juge, et c’est un détail auquel il ne songe pas ; il a choisi son avocat, et il a mis l’accent sur le fait d’éviter la sanction plus que de rétablir la vérité.

Un sourire s’empare de ses lèvres alors qu’il n’a guère le temps d’apprécier l’arrivée de son amie que celle-ci lui fait grâce d’une des vacheries dont il est habitué, et qu’il n’échangerait pour rien au monde contre des salutations polies et conventionnelles – ce ne serait pas Freya et ça n’aurait aucune saveur. Levant exagérément les yeux au ciel alors qu’elle l’affuble d’un surnom dont elle-seule a le privilège, Finn entre rapidement dans le vif du sujet en lui expliquant le motif de leur rendez-vous ; une perspective qui, assurément, ne peut être proposée qu’à la brune pour être appréciée comme il le faut. Et puis, Lonnie n’aurait pas été très crédible en « DreamyAllie », et Jill aurait probablement rouspété quant à l’influenceuse qu’il lui aurait associé. Notons tout de même que les connaissances de Finnley en la matière sont plus que limitée compte tenu du fait que son téléphone lui sert à … téléphoner (oui, dingue, un usage qui tend à se perdre) et son ordinateur à consulter ses mails, et que le terme même « d’influenceur » lui a été expliqué par Bryn il y a à peine un an, il faut donc féliciter le rouquin pour être parvenu à bout d’instagram et obtenir ce qu’il voulait du réseau social (après une lutte acharnée d’environ une bonne heure pour maîtriser le site et à peine vingt minutes pour trouver les identités idéales). Des identités qui le font doucement sourire, quand il pense au fait que Allie et Neal se font le triple de son salaire mensuel juste parce qu’ils ont eu le culot de tout lâcher pour se lancer dans un business en pleine expansion. Envieux, lui ? Jamais. La secousse de protestation offerte par Freya le ramène sur terre et il affiche un sourire pincé. « Fais-toi plaisir, ça fait longtemps que je lui ai pas dit bonjour. » Qu’il rétorque quand elle lui proposer de lui montrer son doigt ; devenu au fil du temps la mascotte de leur amitié tant il lui est souvent adressé (mais qu’on se rassure, il a de bons rapports avec son majeur vu qu’il l’a encore jamais agressé physiquement). Et c’est un sourire plus franc qui s’empare de ses lèvres quand la bouée se mêle au doigt pour l’emmerder ; décidément, on la changera pas cette Freya et c’est bien ce qui lui plaît.

Alor qu’il se permet une réflexion sur ses chaussures – que, de son côté, il trouve parfaitement assorties à sa tenue, m’enfin, lui et la mode, hein – il doit reconnaître qu’elle marque un point. « Tu vois, tu étais dans le rôle avant même de connaître celui-ci, c’est dingue. Tu fais une meilleure Allie que la vraie. » Il exagère ? À peine. « Et je prends note que la prochaine fois, j’essaie de nous mettre sur une ouverture d’hôtel à des milliers de kilomètres d’ici. » Car ça doit aussi être un business, « client test », non ? Dans ses recherches, Finn a trouvé des choses très intéressantes (non) et notamment un concept de… AMRS ? Et autres concepts qui consistent à manger en ligne devant des dizaines d’internautes. Internet est fascinant. Ou pas, et Grandpa Finn a eu confirmation qu’il est très bien loin de tout ceci. À l’inverse, c’est près des lieux qu’ils finissent par arriver, et le rouquin commence à questionner la pertinence de son plan ; car très clairement même avec le meilleur mensonge et la fausse identité la plus crédible du monde, il n’est pas à sa place. Mais la perspective de la dégustation efface rapidement ses craintes, et le naturel de Freya lui permet de conserver un minimum de contenance. La laisser parler, c’est ce qu’il peut faire de mieux (ce qui fait qu’ils partent d’un très mauvais pied puisqu’il est censé être l’expert en vin du duo). Il acquiesce d’un signe de tête pour appuyer le fait qu’ils en frémissent d’avance et il tente un sourire (qui le fait certainement passer pour un psychopathe) pour tenter de participer à l’opération « convaincre l’hôtesse qu’on vient en paix ». Freya se saisit de son bras pour accentuer le tout, et lui se contente de rester muet alors que la femme les abandonne pour aller vérifier sa liste. Lorsque la voix de Freya revient à ses oreilles, il tourne légèrement la tête vers elle. « Tu lui as fait peur, moi, elle m’adore. » Faux, elle ne l’a probablement même pas vu. « Ce que je crois, par contre, c’est que si les moyens qu’ils mettent pour faire du bon vin est égal à ceux qui passent dans la décoration, aujourd’hui va être une belle journée pour nous. » Qu’il pense à voix haute alors qu’il scrute la décoration. En réalité, Finn ne connaît pas grand-chose en vin, mais il se dit qu’à une époque où on arrive à faire des pommes de terre premium vendues quatre fois plus cher que les bas de gamme alors que ça reste des patates, il est possible de retrouver la même logique pour du vin. « Effectivement, nous vous attendions, toutes mes excuses. » Que s’exclame l’hôtesse quand elle revient à eux. « Veuillez me suivre. » Et bien évidemment, les deux comparses ne se font pas prier. De la même façon qu’elle se fait plaisir à détailler le déroulement de la dégustation, expliquant qu’il s’agit d’un circuit bien défini, commençant par des saveurs fruitées, puis pour se diriger vers du boisé, sans oublier le floral, et il se demande si la faune ne va pas surgir, mais il ne le saura jamais puisqu’il a cessé d’écouter et se contente d’adresser un regard qui se lève au ciel dès que la femme arrive au bout de ses explications et se décide enfin à quitter la pièce. « Bon, j’imagine qu’elle a été chercher les petites grilles d’évaluation et qu’on a à peu près deux minutes avant qu’elle nous assomme à nouveau de longs discours. » Et là, vraiment, il commence à remettre son idée en question. Se tournant vers Freya, il finit par la supplier du regard, puis par la parole : « Alors, dis-moi, Doherty, quel est le plan pour boire ET avoir la paix ? » Car il est évident qu’il n’est pas celui qui peut se montrer suffisamment créatif pour s’échapper d’une telle situation, raison pour laquelle il place tous ses espoirs en son amie.



FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine HM7e7CT
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine ZZBr7e1
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine QqLqwzn
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IDlrfYk

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Freya Doherty
Freya Doherty
le jour et la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 years of valentine days.
SURNOM : don't you dare.
STATUT : lovingly lost in two blue stars.
MÉTIER : keeper of graves and thief of things.
LOGEMENT : between #6 and #36 at fortitude valley.
when people ask me stupid questions, it is my legal obligation to give a sarcastic remark.
POSTS : 17688 POINTS : 1435

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : bipolaire ≈ alcoolique refoulée ≈ famille dysfonctionnelle ≈ dessine ≈ gauchère ≈ a horreur des cigarettes ≈ adepte des sucettes et pâtisseries ≈ amatrice de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (15/10)

I’m almost never serious, and I’m always too serious. Too deep, too shallow. Too sensitive, too cold hearted. I’m like a collection of paradoxes.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_pwgdeylURj1qc17ifo1_250
DOHERTYStogether, they would watch everything that was so carefully planned collapse, and they would smile at the beauty of destruction. ≈ wren 5

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 7jlf
FRELIASeven if loving meant leaving, or solitude, or sorrow, love was worth every penny of its price.elias 4 (zombieland) ∆ elias 6

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 86t3
TIMYAtenderness is a disinterested and generous love, that does not ask anything else to be understood and appreciated.tim 7

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Res9
JILLYAa sister can be seen as someone who is both ourselves and very much not ourselves a special kind of double.jill 4 (ua)

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 9w88
FREYANCEyou can love them, forgive them, want good things for them but still move on without them.terrenceterrence 2 (fb)

finnleyleonie (fantômeland) ∆ heïana 2edgeabelcarterariane

alex/skyjill 3/elias 5/tim 6/baileyjill 5/tim 8

RPs EN ATTENTE : eavan 2 ∆ malachi ∆ ariel 2 ∆ adèle 2 ∆ lukà 3 ∆ isaac ∆ kane 2 ∆ romy 2 ∆ caïn
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : lily james.
CRÉDITS : (avatar) me
DC : lizzie potter.
INSCRIT LE : 11/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24047-freya-o-every-fight-comes-from-the-fight-within https://www.30yearsstillyoung.com/t24074-freya-o-live-and-love-from-fools-and-from-sages https://www.30yearsstillyoung.com/t24237-freya-doherty https://www.30yearsstillyoung.com/t24250-freya-doherty

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptyVen 20 Sep - 20:43



Ce qui est marrant – ou peut-être cruellement triste – avec Finnley, c’est qu’il travaille pour l’hôpital, il est en charge de lui ramener ses petites pilules censées tassées un peu sa maladie dans le fin fond de sa carapace crânienne. Il est donc en première ligne de mire pour savoir qu’elle ne devrait pas, ni être ici, ni promettre de s’abreuver de liquide jusqu’à finir la tête dans le caniveau. Mais Finnley n’a jamais rien dit. Il l’a juste toujours accompagné, ils se sont toujours suivis et il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Freya a bien conscience qu’elle ne l’aide pas, le rouquin, à aller mieux. Elle ne le tire pas par le haut, elle est même carrément en train de l’entraîner avec lui. Mais il ne pose jamais de résistance, jamais il ne dit non, il se laisse toujours tenter et franchement, ce n’est pas elle qui va l’arrêter, lui faire prendre conscience de la réalité des choses. Et mieux encore : Finnley n’a jamais rien dit quoique ce soit concernant sa maladie. Jamais il ne lui a dit qu’elle ne devrait pas, ou alors doucement, de temps en temps, que ce n’est pas raisonnable, que ce ne va pas arranger sa bipolarité. Non, Finnley ne lui a jamais tiré deux mots comme ça et Freya ne s’est jamais sentie jugée par lui. Au contraire. La première fois qu’elle l’avait croisé en dehors de leur routine habituelle, à savoir lui sur le palier de sa porte lui tendant son sac de sa dose nécessaire pour les jours à venir, c’était avec un verre à la main et l’œil déjà un peu paumé. Il y a eu une entente silencieuse ; personne ne juge, personne ne critique, pas de phrases pleines de bon sens et philosophique. Et Finnley n’a jamais joué le rôle moralisateur, d’une bonne conscience, de celui qui veut la remettre dans le droit chemin. Parce que ce n’est pas bien avec ce qu’elle a, que ce n’est pas sérieux, que ça va juste empirer le processus – de guérison ? De toute façon, qu’elle boit ou non, Freya ne sera jamais guérie. Ce truc dans sa tête, ça sera toujours là, jusqu’à ce qu’elle crève. Alors picoler lui donne un moyen de pouvoir être plus libre, de pouvoir faire taire ces fameuses voix dans sa tête et peut-être aussi elle pense que ça lui donne un moyen de contrôle sur elle-même (ce n’est que du vent, elle n’a jamais rien su contrôler et encore moins quand elle boit).
Et il se trouve que Finnley est un excellent compagnon pour ce genre d’activité. Jamais le dernier à rechigner, toujours un des premiers à suivre le mouvement. Alors ils s’entrainent mutuellement dans une chute qui n’a pas l’air de vouloir s’arrêter de sitôt. Pourquoi faire ? Pour affronter le monde réel, un quotidien triste à mourir, un avenir qu’ils ne peuvent pas voir parce que le chemin semble rempli d’embuches qu’ils pensent ne pas pouvoir surmonter ? Ou alors au contraire, ils préfèrent s’inventer leur univers pour éviter d’avoir à penser à toutes les merdes qui les attendent au tournant. C’est en tout cas une spécialité de Freya. Aller affronter les problèmes n’est pas dans ses priorités en général. Elle les prend quand ils lui explosent au visage comme des grenades qu’on lui balance à tour de bras.

Alors la parenthèse qu’elle s’autorise avec Finnley est plus que respectable. Doherty jugera qu’elle le mérite, certainement. En vrai, toutes les occasions pour s’abreuver sont toujours bonne à prendre. Et encore plus quand la consommation est gratuite et carrément offerte. La jeune femme a les doigts de sa main droite qui tapote nerveusement le bras du rouquin, un signe de nervosité – ou de manque mais ça, elle ne l’avouera jamais. De fébrilité, peut-être aussi. Oui, c’est bien ça, la fébrilité, l’impatience, l’excitation. « Tu lui as fait peur, moi, elle m’adore. » La suédoise jette un regard penché vers son ami. « Depuis quand j’fais peur, moi ? » Freya eut un léger sourire de coin alors que Finn fait une comparaison entre le bon vin promis et la décoration des lieux. Son regard brun parcourt la pièce d’un œil absent tout en haussant les épaules. « Parait qu’il faut pas juger un bouquin par la couverture. Ça doit fonctionner aussi pour les vins alors t’enflammes pas tant qu’t’as pas goûté, hein. » La bonne femme revient et leur confirme qu’ils sont attendus. Freya pose des yeux souriants sur Finn avant de hocher la tête tout en souriant alors qu’elle leur demande de les suivre.

Un temps interminable s’écroule où la bonne femme ne cesse de parler. Freya n’a rien suivi, elle n’a rien écouté – elle ne l’a jamais fait, elle ne va pas commencer maintenant. Ils sont où, les liquides floraux, fruités, boisés, aérés, bio ou quoi d’autre ? Pourquoi il faut autant de temps et autant d’explication ? Quand la femme tourne les talons, Doherty n’a pas un moment pour se réjouir que Finn lui balance « Bon, j’imagine qu’elle a été chercher les petites grilles d’évaluation et qu’on a à peu près deux minutes avant qu’elle nous assomme à nouveau de longs discours. » « Urg. J’préfère même me faire assommer par d’la piquette, là, tellement que j’suis soûlée. Et pas de la façon que j’veux. »
« Alors, dis-moi, Doherty, quel est le plan pour boire ET avoir la paix ? » Finn est vraiment en train de reposer tous ses espoirs sur ses frêles épaules, là ? « Ah, ton brillant plan s’arrête ici, hein? » Elle repousse une mèche en arrière tout en regardant autour d’elle. Des tonneaux de vins les entourent, à perte de vue. Freya essaie de faire tambouriner son cerveau – qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour pouvoir picoler sur le bon dos d’honnêtes gens. « Tu crois qu’elle va bien l’prendre si j’lui dis d’aller voir se perdre ailleurs ? Mais après tout, on leur fait d’la pub, normalement, donc ils sont censés répondre à nos exigences, nan ? » Freya n’a aucune idée sur la manière dont font les influenceurs pour vivre de clichés postés sur internet. « T’imagines qu’on joue des gens qui peuvent sûrement se payer une cagette entière alors que nous, on passera notre vie et la prochaine à trimer juste pour une bouteille. » Que des injustices dans ce bas monde, c’est certain. Mais ce n’est pas ce genre de réflexion qui va les aider, là. Le bruit des talons de la femme leur indique qu’elle revient vers eux et elle balance un léger « shit, I’m sorry, my friend » avant de lever un ton perçant. « Nan mais t’es pas sérieux, là, Neal ? Tu vas vraiment m’laisser tomber pour ça, là, maintenant ? On touche presque au, p’tain, sérieux, tu fais chier quoi ! » Freya n’a aucune idée du scénario qu’elle a en tête mais il parait qu’elle fait peur alors elle veut faire peur. Alors sa voix gronde un peu plus, résonnant dans la cave et jouant un écho dont elle-même est surprise. « Donc t’en as rien à foutre de tout ça, quoi en clair, c’est ça ? T’es vraiment qu’un pauvre connard égoïste en faites ! VA TE FAIRE FOUTRE ! » Et quand la dame revient, elle a le privilège de voir la main de la fausse Allie tombée sur la joue du très réel Finnley. « Est-ce que tout va bien, ici ? » Furibonde, parce qu’elle aurait été actrice dans une autre vie apparemment, la jeune femme se tourne vers leur hôte. « Est-ce que c’est possible d’avoir votre sélection et d’avoir au moins une demi heure de tranquilité, ou c’est trop demandé ? Oubliez pas qu’on est là pour faire votre pub donc on a besoin de calme et pas d’un piaf qui passe son temps à nous blablater dans les oreilles. Et F- Neal ici présent est le spécialiste, on s’en sortira très bien à deux. » Elle balance un sourire ironique en désignant son ami à ses côtés – qu’Allie est en train de descendre plus bas que terre – tout en parlant d’une voix sèche. La dame les regarde tous les deux, une lueur inquiète dans les yeux – pourquoi, elle l’ignore – puis Freya claque dans ses mains. « C’est pour aujourd’hui ou on se tire. »

Okay, Doherty espère seulement que le roux ne va pas lui tenir rigueur de la scène qu’elle vient de lui faire. Les bouteilles à venir qui vont défiler devant eux devraient suffire à la faire pardonner et surtout, à lui faire oublier tout ça. C’est le risque quand on laisse une Doherty improvisée d’un seul coup.



    ••• grain of sand •••
    the chemicals inside my brain never let me feel the pain. pushing me to see the truth. my heart is like a hand grenade pull the pin and detonate


Dernière édition par Freya Doherty le Lun 21 Oct - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-deux ans, toujours sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : ça signifie quelque chose avec lou
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital), les avertissements qui s’accumulent et le licenciement qui se rapproche
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley avec wernicke, son chien alternativement à l’article de la mort ou d’une énergie fatigante, ça dépend de l’humeur du jour
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 48229d_37fdeb2d252d4254b6a517adf36abe4f~mv2
POSTS : 5101 POINTS : 610

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
louney ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_miwazdH3hJ1rl06lro1_500
coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

jamesoncharliefreyaromybrynrubyjeremiahlucia (ds)

RPs EN ATTENTE : cora 05 › jack 02 › victoire › mitchell › lonnie 02 › rosalie › jillian › heïana › joanne (ds) › adèle
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02cora 02vittoriobryn 02bryn 03lou 03cora 03jackjill 01lonnielouneykanecora 04
FLASHBACKS : matt
RÉALITÉ ALTERNATIVE : event halloweensujet commun (df)clément (df)
ABANDONNÉS : saulbryn 01jimmyevejill + theomercure (dz)elliejean

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IXHXbzBc_o
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : homemade (ava), loonywaltz (userbar), jesaisplus (gifs)
DC : la pile électrique (alfie maslow)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptyDim 20 Oct - 23:19



C’est dans ces moments-là que la conscience de Finn se réveille subtilement, certes, mais en se voulant malgré tout dévastatrice quant aux réalités qu’elle l’oblige à affronter et qu’il passe son temps à nier, à noyer dans un verre d’alcool. Il n’irait pas jusqu’à comprendre qu’il a un problème, qu’il est un problème, mais il réalise qu’il n’est pas lui-même. Pourtant, ça ne fait pas beaucoup de sens en temps normal, Finn ignorant effectivement qui il est réellement et se perdant à se chercher depuis quelques mois. Depuis que les rapports avec sa cadette se sont dégradés, que sa mère est en prison et que Cora a enfin cessé de quémander une affection qu’il a longtemps refusé de lui offrir. Sa famille et toutes les problématiques liées à celle-ci ont longtemps dicté son comportement, ses objectifs, sa manière d’être ; et maintenant qu’il se retrouve seul, force est de constater que Finn ignore ce qu’il veut, ce qu’il aime, ce qu’il désire être. Son seul réconfort et ses seules certitudes se retrouvent dans l’alcool, des réponses qui n’en sont pas vraiment, mais qui lui conviennent et qu’il en a marre de devoir justifier auprès des autres ; de ceux-là même qui ne peuvent pas comprendre l’ampleur de la difficulté que c’est de se retrouver à trente ans, avec ce gout amer d’avoir raté sa vie et de ne pas savoir que faire de celle-ci. L’alcool l’aide, mais l’alcool le change, c’est ce à quoi il songe quelques instants alors qu’il se retrouve ignorant de la suite du plan et qu’il admet enfin que celui-ci ne lui ressemble pas. Lui, la personnification même du conformisme, du besoin de règles et de sécurité, du mot jamais plus haut que l’autre, d’une certaine facilité à prendre la fuite plutôt que d’affronter ses problèmes, voilà qu’il semble être prêt à s’en créer en cachant son addiction derrière un mensonge finalement pas si élaboré et, disons-le, parfaitement ridicule. Il ne se sent pas à son aise, Finn, et à raison : si la supercherie est découverte, il ne saurait comment réagir. Ce sont ces détails auxquels il ne pense plus depuis quelques mois, lui qui pesait constamment le pour et le contre de n’importe quelle situation, qui avait besoin de se sentir rassuré, de se tenir loin de tout ce qui est inconnu. Voilà qu’il se jette la tête la première dans une situation qu’il ne maîtrise pas le moins du monde, et qu’il se raccroche désormais à Freya pour sauver celle-ci. Ils ont toujours été complémentaires dans leurs différences, et c’est en partie parce qu’elle est celle qui lui est apparue comme l’accompagnatrice idéale qu’il s’est lancé dans une idée aussi tordue – à ses yeux. Parce qu’il a toujours ce sentiment d’infériorité qui le poursuit, Finn, et que face à une amie aussi ouverte, débridée et je m’en foutiste que la brune, il se sent stupide la plupart du temps et qu’il a envie de repousser ses limites avec autant de facilité qu’elle le fait de son côté, avec une aisance dont il est jaloux le plus souvent. Il commence déjà à se décomposer alors que la femme de l’accueil ne semble pas les reconnaître et qu’il est persuadé que c’en est foutu pour eux, pour autant c’est déjà Freya qui rattrape la situation : autant qu’elle s’habitue, car cela va probablement être son rôle pour les heures à venir.  

Quant à savoir si la brune fait peur, Finn lève les mains en l’air et esquisse une moue, comme pour justifier son silence face à cette question qui prend des airs d’affirmation, en réalité. « J’avais oublié ce  talent inné, ou est-ce qu’il s’agit de sadisme ?, pour briser mes espoirs, Doherty. » Il soupire ensuite en haussant légèrement les épaules alors qu’elle précise qu’il ne faut pas juger un bouquin par la couverture. Elle marque un point, mais tout de même, selon lui ce vignoble est aussi réputé pour une bonne raison, et il ne peut envisager d’être déçu par la dégustation. Celle-ci tarde d’ailleurs un peu trop à ses yeux, alors que l’hôtesse ne semble pas pressée de revenir à eux et qu’une nouvelle fois, il se dit que son plan est vraiment complètement con et qu’ils vont se faire griller en deux secondes. Un instant, il est même tenté de se barrer avant que ce soit le cas, histoire d’anticiper et ne pas se retrouver à se confondre en des excuses foireuses – parce que Finn ne sait pas mentir – mais son envie de boire à l’œil l’emporte une nouvelle fois sur tout le reste. Oh, bien-sûr, s’il devait justifier sa présence ici, il expliquerait qu’il ne s’agit que d’un plaisir à retrouver une vieille amie et à passer du temps avec celle-ci, évidemment. L’hôtesse finit par revenir auprès d’eux, et il se sent soulagé alors qu’elle les invite à le suivre, mais son angoisse reprend rapidement le dessus quand il prend conscience que la dégustation ne se fera pas à l’abri des regards, mais bien sous celui assez gênant de cette femme, qui semble constamment les juger – faut croire que ça se voit que son accoutrement est bon marché. Lorsque la femme se tait enfin après leur avoir présenté le programme, les deux amis savourent cette pause bienvenue, même si Finn ne compte pas attendre le retour de celle-ci pour s’infliger une nouvelle salve d’informations qui ne cessent de repousser le plus essentiel : le moment où les verres défileront enfin devant eux. Un sourire amusé à la réflexion de Freya plus tard, le rouquin s’empresse de rajouter une pression supplémentaire sur les épaules de son amie : c’est elle qui va devoir se creuser les méninges pour leur permettre une tranquillité bienvenue. « J’ai jamais dit qu’il était brillant. » Nuance. « Je suppose, j’en sais rien, un influenceur par définition ça se croit meilleur que tout le monde, non ? Alors ça devrait le faire. » Encore une fois, il n’y connaît rien, le rouquin, mais il s’est perdu sur instagram suffisamment longtemps – environ dix minutes – pour comprendre comment fonctionne cet univers et qu’il est essentiel d’avoir une bonne estime de soi pour s’y faire une place ; point bonus si on parvient à accentuer les insécurités des autres.

Quand Freya s’excuse, il plisse les yeux, l’air de ne pas comprendre ; qu’il se rassure, cela va devenir clair d’ici quelques instants, alors que la voix de la brune s’élève et s’adresse à lui avec rage. Et même s’il se doute que son amie improvise, il se retrouve malgré tout à chercher le scénario envisagé par celle-ci, et qui lui permettrait d’improviser à son tour pour renforcer le jeu qui se joue. La laisser tomber ? Toucher à quel but ? Il ne sait pas vraiment ce qui se passe dans la tête de la Doherty, mais ça lui plaît bien – comme souvent lorsqu’elle élève la voix et laisse s’exprimer la furie en elle. Et même la gifle qui s’abat sur sa joue ne change pas son opinion ; certes elle ne fait pas du bien, mais elle ne fait qu’accentuer un scénario suffisamment bien joué pour que la femme qui débarque soit confrontée à deux options : leur demander de quitter les lieux, mais cela serait mal venu compte tenu de la publicité qu’ils peuvent leur faire, ou accéder à la demande formulée de Freya de les laisser tranquille. « Euh, oui, d’accord. » Que la femme prononce, un peu perturbée, et Finn s’avance de quelques pas vers elle, le regard légèrement humide à cause de la gifle qui lui permet d’accentuer son air de chien battu. « Je vous présente toutes mes excuses. Je ne devrais certainement pas vous le dire comme c’est encore trop tôt, mais Allie est enceinte, et elle vit plutôt mal le fait de ne pouvoir participer qu’en sentant ce que vous allez nous présenter. Alors je sais, ce n’est pas une très bonne idée de l’avoir emmenée ici, mais le cadre est si beau et romantique, ça me tenait malgré tout à cœur, vous comprenez ? » Il questionne alors qu’il accompagne, main posée sur le dos, la jeune femme jusqu’à la sortie. « Pour le reste… les hormones, vous savez. » Il conclut avec un sourire gêné et un regard vers sa « moitié ». « Oh, je comprends, oui. Je vous amène tout ça dans quelques instants. » Bon, à cet instant, vu les talents d’acteur de Finnley bien moindres que ceux de Freya, il se dit que soit l’hôtesse va appeler la police, soit elle est complètement naïve et c’est leur jour de chance. Autant dire qu’il préfère songer à la seconde option. C’est en applaudissant avec un franc sourire qu’il revient vers son amie. « En vrai, je sais pas si je dois te féliciter pour ta crédibilité ou t’étrangler pour la marque que je vais me coltiner pendant trois jours. » Qu’il s’amuse en passant sa main sur sa joue encore meurtrie. « Note à moi-même, ne pas te laisser improviser trop souvent si ça nécessite que je me paie le rôle de l’homme battu. » Et ce n’est pas une question de fierté, mais seulement de coups et blessures, qu’on se le dise, parce qu’avec sa peau de roux, il marque vite Finn, alors autant s’éviter des justifications gênantes sous le motif peu crédible en apparence de « mon amie se prend pour Meryl Streep ». Il s’apprête à reprendre la parole avant d’être interrompu par la naïve hôtesse (maintenant qu’on peut la ranger dans cette catégorie) et d’une bonne demi-douzaine de serveurs qui viennent disposer le matériel devant eux. « Ah oui, d’accord, carrément. » Il murmure à Freya alors que la femme se lance encore dans quelques explications, avant de conclure par un « n’hésitez pas à m’appeler en cas de besoin, et à faire le tour de la propriété, qu’elle propose en regardant Finn avec un léger sourire, avant de porter son regard moins assuré sur Freya, ou à aller vous reposer dans un de nos salons, compte tenu de votre état… mes félicitations, d’ailleurs. » La femme quitte les lieux et Finn ne se fait pas attendre pour déboucher la première bouteille et remplir deux verres à un juste niveau – histoire de se donner bonne conscience avant qu’ils oublient toute règle de savoir-vivre. Devant le regard interrogateur de Freya, il finit par hausser les épaules. « Ouais, j’ai peut-être dit que t’étais enceinte pour justifier ta crise, la frustration de ne pas boire, et les hormones, tout ça… et c’est vrai ce qu’on dit, on pardonne tout à une femme enceinte. » Note à eux-mêmes ; excuse à réutiliser. S’emparant de l’étiquette devant la bouteille ouverte, il la fait tourner quelques instants entre ses doigts. « Un grand classique. Les arômes de fleurs et de fruits à chair blanche se mêlent à des notes de pierre à fusil. Il s’agit d’un vin fruité et ample, avec un agréable caractère floral. Une bouche ronde et tendre, d’un fruité savoureux et persistant. Une expression minérale, bien typée, lui confère du relief et du caractère. Ce vin est friand, fin, équilibre et se termine par une belle rondeur. » Il lit à voix haute, les sourcils froncés et le nez plissé. « C’est du google translate, c’est pas possible autrement. » Autant le dire ; il n’a RIEN compris. Mais il n’a pas attendu pour Freya pour porter le verre à ses lèvres, et une grimace satisfaite prend place sur son visage. « Mais si tout ça veut dire qu’il n’est pas dégueu, et bien, c’est une description appropriée. » Il concède alors qu’il jette un coup d’œil à Freya, dans l’attente de son verdict (de femme enceinte, peut-être que les papilles réagissent différemment aux goûts, voyez).



FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine HM7e7CT
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine ZZBr7e1
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine QqLqwzn
FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine IDlrfYk

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Freya Doherty
Freya Doherty
le jour et la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 years of valentine days.
SURNOM : don't you dare.
STATUT : lovingly lost in two blue stars.
MÉTIER : keeper of graves and thief of things.
LOGEMENT : between #6 and #36 at fortitude valley.
when people ask me stupid questions, it is my legal obligation to give a sarcastic remark.
POSTS : 17688 POINTS : 1435

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : bipolaire ≈ alcoolique refoulée ≈ famille dysfonctionnelle ≈ dessine ≈ gauchère ≈ a horreur des cigarettes ≈ adepte des sucettes et pâtisseries ≈ amatrice de café
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (15/10)

I’m almost never serious, and I’m always too serious. Too deep, too shallow. Too sensitive, too cold hearted. I’m like a collection of paradoxes.

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Tumblr_pwgdeylURj1qc17ifo1_250
DOHERTYStogether, they would watch everything that was so carefully planned collapse, and they would smile at the beauty of destruction. ≈ wren 5

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 7jlf
FRELIASeven if loving meant leaving, or solitude, or sorrow, love was worth every penny of its price.elias 4 (zombieland) ∆ elias 6

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 86t3
TIMYAtenderness is a disinterested and generous love, that does not ask anything else to be understood and appreciated.tim 7

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Res9
JILLYAa sister can be seen as someone who is both ourselves and very much not ourselves a special kind of double.jill 4 (ua)

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine 9w88
FREYANCEyou can love them, forgive them, want good things for them but still move on without them.terrenceterrence 2 (fb)

finnleyleonie (fantômeland) ∆ heïana 2edgeabelcarterariane

alex/skyjill 3/elias 5/tim 6/baileyjill 5/tim 8

RPs EN ATTENTE : eavan 2 ∆ malachi ∆ ariel 2 ∆ adèle 2 ∆ lukà 3 ∆ isaac ∆ kane 2 ∆ romy 2 ∆ caïn
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : lily james.
CRÉDITS : (avatar) me
DC : lizzie potter.
INSCRIT LE : 11/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24047-freya-o-every-fight-comes-from-the-fight-within https://www.30yearsstillyoung.com/t24074-freya-o-live-and-love-from-fools-and-from-sages https://www.30yearsstillyoung.com/t24237-freya-doherty https://www.30yearsstillyoung.com/t24250-freya-doherty

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine EmptySam 9 Nov - 0:19



La pauvre dame a l’air passablement choqué et assez perturbé par la scène que le cerveau de Freya vient d’improviser. Elle ignore les tenants et aboutissants de ce scénario surprise mais le résultat est bien là. Elle n’a pas vraiment besoin de simuler son impatience, ceci dit, car les talons clinquants de leur hôte commençaient déjà à raisonner désagréablement dans sa petite cabosse. Comme l’absence d’éthanol avait l’effet inverse d’un cerveau normal, qu’il s’apaise une fois enivré et englouti sous des tonnes et des tonnes de liquide jusqu’à ne plus comprendre comment marcher mais pouvoir faire semblant de refaire le monde en une heure. C’est une douce utopie quand ce stade là commence à arriver, un autre monde. Freya s’amuse souvent à dire que c’est son troisième œil qui se développe et qui voit les choses d’une autre façon. Même si elle ne se rappelle pas forcément de ce qu’elle dit dans ces moments-là. Si elle s’en rappelait, elle saurait qu’elle a promis de sauver la planète plus de dix fois, et un nombre encore plus grand concernant l’humanité. D’essayer de faire bonne figure, de sauver son prochain, de tendre sa main vers ceux qui en ont besoin. Mais tout ça, ce ne sont que des paroles en l’air, des mots prononcés quand on est ivres et quand on n’est pas déjà occupés à se prendre la tête avec quelqu’un parce que c’est fun. Doherty fait parti des tréfonds de l’humanité, elle juge que c’est elle qui a besoin de mains tendues, qu’on vienne la sauver de sa déchéance profonde. Mais à vrai dire, quand on essaie de le faire, elle crache dessus, elle répugne l’idée même qu’on puisse avoir un millimètre de couche de pitié à son égard. Finnley aurait pu faire parti de ceux-là. Avec le métier qu’il fait, de son implication dans sa vie médicale, de ses connaissances sur son dossier. Mais le rouquin n’est pas comme ça, il ne l’a jamais été, bien au contraire. Au lieu de la sermonner comme d’autres l’auraient sûrement fait (son meilleur ami ne s’en privant pas), il court avec elle. Ils s’engloutissent tous les deux dans un gouffre profond, les abymes leur tendant les bras. Et eux, pauvres imbéciles qu’ils sont, n’ont rien de trouver de mieux que de s’y jeter, corps et âme, sans un regard en arrière. Et franchement, Doherty s’amuse bien trop à ce moment précis pour avoir une once de regret vis-à-vis de ce comportement. Elle pourrait se dire que c’est la dernière fois, mais ça ne serait qu’un mensonge de plus.

En parlant de mensonges, la brune plisse légèrement les yeux en voyant Finnley parler à voix basse à la dame, avant qu’ils se tournent à moitié vers elle pour l’observer. Elle fronce des sourcils – autant rester crédible non – quand elle voit l’hôtesse hocher la tête et s’échapper rapidement sans demander son reste. Freya commence à ouvrir la bouche pour demander si elle compte revenir mais Finn applaudit en revenant vers elle alors elle referme ses lippes pour les étirer dans un sourire franc tout en rentrant modestement sa tête entre ses épaules alors qu’il la complimente. Ou qu’il la menace. Un peu des deux certainement. « Aw, mon pauvre petit rouquin, tu veux un bisou magique, p’t’être ? » demande-t-elle d’un air taquin tout en lui caressant (ou pinçant, ça dépend du point de vue certainement) la joue. « Promis la prochaine fois, j’te laisserai prendre ta revanche. J’suis pour l’égalité, après tout. » Freya secoue la tête avant que l’hôtesse revienne vers eux (enfin !) accompagnée par un bien trop grand nombre de serveurs derrière elle. La suédoise arque un sourcil, eut un air surpris en voyant tout ce cinéma et elle ne peut que se joindre aux paroles spontanées de son ami qui a l’air aussi ébahi qu’elle. Tant mieux, elle se sent moins conne alors. Ça veut sûrement dire qu’elle a une réaction normale, elle qui est le symbole même de la pauvreté australienne.
Mais ce n’est rien face à l’incompréhension totale de l’hôtesse qui se tourne vers elle en lui parlant de son état et en la félicitant. Elle déguerpit le plancher avec sa cour, laissant la pièce respirée du calme et du silence, et une suédoise qui se tourne lentement vers Finnley, le regard porteur d’interrogations multiples et variées. « Ouais, j’ai peut-être dit que t’étais enceinte pour justifier ta crise, la frustration de ne pas boire, et les hormones, tout ça… et c’est vrai ce qu’on dit, on pardonne tout à une femme enceinte. » Freya fit les yeux ronds, connecte et transmets l’information à ses neurones encore en état de marche et finit par rire légèrement. « Okay, okay, mais si notre gamin naît avec trois têtes et deux culs, ne viens pas me blâmer, hein. J’compte bien profiter de tout ça. » dit-elle en montrant de la main les bouteilles devant eux et les deux verres déjà remplis sur la table. La jeune femme prend le premier et commence à faire ce qu’elle a dû voir une ou deux fois faire à la télévision en fourrant son nez dans le récipient alors que Finnley lui narre l’étiquette. « Blablabla, beaucoup de mots, on est d’accord. J’imagine que pour le prix que ça doit s’vendre, ils peuvent bien faire preuve de poésie, hein. Il a pas intérêt à être dégueu sinon, j’fais une véritable crise et ça sera pas les hormones, crois moi. » Autant dire que le nez de Freya n’y connaissant rien, elle ne sent pas vraiment la subtile odeur de ‘fleurs’ et de ‘fruits’. En même temps, elle s’en fiche. Elle observe Finn tester et lui faire un retour positif sur un visage lumineux. La jeune femme lève le verre. « A notre futur gamin à trois têtes. » Et elle boit cul sec le contenu parce que le rouquin a voulu se la jouer professionnel pour le commencement et que la quantité est absolument ridicule. « Et ben, c’est certain que c’est pas d’la piquette, ça ! Ça va être dur de revenir à la normalité après. » Doherty passe la main sur son ventre avec un léger sourire. « J’imagine pas la tronche de miss pince sans cul si elle me voit sortir bourrée avec un truc qui se crée là-dedans. » Puis elle jette un coup d’œil aux bouteilles devant eux avant d’attraper celle ouverte et de servir – généreusement cette fois – leurs verres. « Quoiqu’avec tout ça à finir, j’pense que j’aurai pas le loisir de m’en rappeler… P’t’être même que j’aurai perdu le gamin d’ici là, qui sait ? » Parce que Freya ne compte pas en avoir de toute façon, ni maintenant ni après demain mais que la situation la fait quand même bien rire. « Cette fois, à tes propres talents d’acteur, mon rouquin. J’note que la prochaine fois que j’te frappe, je gagne un bébé. C’est bizarre, j’savais pas que ça fonctionnait comme ça, moi. J’devrai déjà être mère, fichtre. » Et elle rigole (déjà) bêtement tout en trinquant son verre contre celui de son ami et de boire (un peu plus lentement) le liquide foncé.



    ••• grain of sand •••
    the chemicals inside my brain never let me feel the pain. pushing me to see the truth. my heart is like a hand grenade pull the pin and detonate
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty
Message(#) Sujet: Re: FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

FINNLEY&FREYA • life's too short to drink bad wine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Sirromet Wines
-