AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

 it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel López
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans, né le 12 octobre 1986.
SURNOM : gab, gaby, el famoso gabriel.
STATUT : célibataire et volage.
MÉTIER : manager à la A.K Agency, une agence de mannequins.
LOGEMENT : #115, bayside [villa]
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Q3U3bbJc_o
POSTS : 135 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Végétarien depuis des années, il ne boit que très peu d'alcool et il s'entraîne à tous les jours. • Il s’est fait mordre par le berger allemand de ses voisins quand il était petit. Il en a conservé une cicatrice en croissant de lune sur la main et une phobie des gros canins. • Il a beau évoluer dans le monde de la mode depuis qu'il est tout petit, il ne comprend rien à la haute couture. • Il a une peur bleue du sang. • En plus de l’anglais et de l’espagnol, il baragouine quelques mots de vietnamien, des insultes, surtout, que Zelda s’est amusée à lui apprendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [4/3] ariellenezelda #5zelda | jameson
RPs TERMINÉS : zelda #1 | #2 | #3jo #1 | #2gabel #1 | #2
AVATAR : brendon urie.
CRÉDITS : mckenzieistuff (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23576-life-is-supposed-to-kill-you-but-it-shouldn-t-feel-like-dying-gab https://www.30yearsstillyoung.com/t23585-king-of-the-clouds-gabriel https://www.30yearsstillyoung.com/t23587-gabriel-lopez https://www.30yearsstillyoung.com/t25077-gabriel-lopez

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyJeu 15 Aoû - 4:21






it's all about the joy that comes out of sorrow




La salle est bondée. Malgré la clim, il fait terriblement chaud dans la pièce trop exigüe pour contenir l’angoisse collective des dizaines de personnes qui, tendues au bout de leur siège, attendent le verdict du procès. Ma main qui s’est enveloppée autour de celle de Zelda est moite et dégueulasse, mais je ne veux pas briser le contact entre nous. Assise à côté de moi, elle vibre presque, comme si la tension qui parcourt ses muscles étaient trop difficile à supporter pour son corps frêle. J’ai peur qu’elle ne craque comme une brindille au vent. Si je pouvais, je l’emmènerais loin, très loin d’ici pour la protéger de tout ça. D’un autre côté, je n’ai jamais été aussi fier d’elle qu’aujourd’hui. Je sais à quel point ça a été difficile pour elle de se présenter à la barre et de raconter son histoire, mais aussi d’écouter le cauchemar si semblable au sien des autres femmes qui ont accepté de témoigner. Je caresse distraitement du pouce le dos de sa main en souhaitant qu’elle n’ait pas fait tout ça pour rien. Les jurés délibèrent depuis une bonne heure déjà, peut-être un peu plus. Je ne sais pas si c’est bon ou non, mais l’avocate de Zelda n’a pas l’air particulièrement inquiète, ce qui me rassure quand même un peu. Le bourdonnement des conversations s’interrompt brusquement lorsque la petite porte s’ouvre pour annoncer le retour du juge et des jurés. Un silence de plomb tombe sur la salle. Je n’ose même plus déglutir ni respirer par peur de le briser. Obéissant à l’injonction du magistrat, l’accusé se lève. Il me fait dos mais je darde tout de même mon regard sur l’arrière de sa tête, au cas où mes yeux se transformeraient magiquement en laser pour le transpercer. Le mot que nous attendions tous tombe enfin de la bouche du premier juré : COUPABLE.

Stupéfait, je reste de marbre tandis qu’autour de moi, la foule assemblée dans la salle se déchaîne à grand renfort de vivats, au grand dam du juge qui essaie de rétablir l’ordre. Je ne sais pas quoi penser. Même si je me montrais confiant et plein d’assurance pour Zelda, la petite voix cynique qui réside dans le recoin le plus sombre de mon cerveau ne cessait de me souffler qu’elle ne gagnerait jamais ce procès. Après tout, depuis quand le système juridique croit-il les victimes de crimes sexuels? Ce sont les sanglots de Zelda qui, en parvenant à mes oreilles, me tirent de mon hébètement. Je pivote aussitôt vers elle pour la prendre dans mes bras. J’essaie de lui servir de bouclier, de bloquer tout ce qui se passe autour de nous. La bouche tout contre sa tête, je lui souffle des paroles réconfortantes. Je ne porte même pas vraiment attention à ce que je dis, j’essaie juste de créer momentanément une bulle où il n’y a que nous deux pour lui permettre de se ressaisir. Au bout d’un long moment, elle se calme, tout comme la foule, et je la repousse doucement pour arriver à voir son visage. J’essuie délicatement les larmes qui restent sur ses joues et lui souris. « C’est fini! » que je lui souffle tandis que, du haut de son estrade, le juge dicte au condamné ce qui l’attend.

L’avocate de Zelda s’approche de nous. Je la remercie chaleureusement et la félicite d’avoir réussi à gagner le procès. Je savais qu’elle se spécialisait dans ce genre de cas, mais je comprends mieux maintenant d’où lui vient sa réputation de requin. On dirait vraiment qu’elle est née pour les plaidoyers vibrants. Elle nous explique rapidement les prochaines étapes du processus, notamment la représentation sur la sentence qui aura lieu dans les prochaines semaines. Après nous avoir salué, elle s’éloigne d’un pas rapide, son téléphone et sa mallette en main. De petits groupes commencent à s’en aller et la salle se vide lentement. Nous sortons de notre rangée de bancs pour nous diriger, bras dessus, bras dessous, vers la sortie. Je me penche légèrement vers Zelda. « Je me suis dit que tu n’aurais pas trop envie de cuisiner ce soir, alors j’ai fait des réservations à ton resto vietnamien préféré. On pourra célébrer ta victoire. » Je jette un coup d’œil par les grandes portes vitrées du palais de justice, où un attroupement de journalistes attend que les participants au procès sortent. À notre arrivée ce matin, nous avions été assaillis par ces vautours de l’information. Pressés autour de nous dans l’espoir d’arracher le moindre commentaire à Zelda, ils avaient bien failli nous piétiner. J’ai rapidement conclu que je voulais à tout prix lui éviter ce cirque ce soir.

J’entraîne donc mon amie vers une autre sortie située sur le côté de l’immeuble. Il sera toujours temps pour elle de donner des entrevues pour faire le point sur la situation, mais plus tard, une fois qu’elle aura eu le temps de se remettre de ses émotions. Mon plan fonctionne à merveilles. Nous déboulons dans la rue perpendiculaire à l’artère principale. Elle est presque déserte à l’exception des quelques passants qui se baladent vers leur destination. Après avoir traversé la rue, nous nous dirigeons vers l’avant du palais de justice sans attirer l’attention de qui que ce soit. Le visage familier d’une femme debout à quelques pas de nous attire mon attention. Je dois fouiller un peu dans ma mémoire, mais je finis par reconnaître la première avocate que ma protégée a consultée. Elle m’avait montré une photo d’elle à l’époque. Je m’arrête et la pointe discrètement du doigt pour attirer l’attention de Zelda. « C’est Maître Winters, non? On peut peut-être l’inviter à se joindre à nous si tu veux? Je vais nous appeler un taxi. »

Pendant que Zelda s’approche de l’avocate, je reste quelques pas en retrait. Sans hésiter, je compose le numéro de mon service de taxis de luxe préféré. Je n’ai jamais eu de patience au volant et rien ne me fait plus tourner en bourrique que la circulation dense d’une grande ville. Du coup, j’essaie d’éviter autant que possible de conduire, ce qui signifie que je fais un peu trop souvent appel à leurs services, comme je le constate en reconnaissant immédiatement la voix de Donald, le réceptionniste de soirée. Je demande le taxi et lui donne l’adresse du palais de justice, en précisant toutefois que nous nous trouvons de l’autre côté de la rue, pas à l’entrée principale. Mon appel terminé, je reviens vers Zelda, qui est en pleine conversation avec Maître Winters. Je m’immisce sans gêne dans leur discussion pour leur annoncer que le taxi arrivera dans le prochain quart d’heure. Je me tourne ensuite légèrement vers l’avocate et lui offre un sourire chaleureux. Je ne connais d’elle que ce que Zelda m’a raconté de leur rencontre, mais je sais qu’elle a eu un rôle important à jouer pour convaincre mon amie de se lancer dans ce procès et, juste pour ça, elle se mérite automatiquement une place au palmarès des gens que j’apprécie. « Vous joindrez-vous à nous, Maître Winters? »





† You can fall to your knees and pray ‘cause I'm a sinner now, and I won’t be saved. I’ve been lying to you more each day and all my sins I've found, they won’t wash away.
Revenir en haut Aller en bas
Zelda Tran
Zelda Tran
le mirage
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : La trentaine, mais on dit merci aux gênes asiatiques pour ne pas les faire. Née un premier janvier
SURNOM : Comme tu veux, tant que c'pas moche
STATUT : Célibataire et volage
MÉTIER : Mannequin pro, égérie d'une grande marque de cosmétique
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson R39q
POSTS : 3781 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ISFP | Née et a grandi à Wellington, NZ. Trilingue si on y ajoute les insultes en espagnol. Accent néo-zélandais un peu trop forcé, atteinte d'endométriose, vegan et milite pour le droit des femmes. Un an qu'elle a stoppé la cigarette.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Ctrq
gabriel#5 ★ You are the gravity to me who was unstable. The force that pulled me strongly when I was wandering. After lonely times, I have finally found my place. You are the gravity who have pulled me endlessly

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson M4ga
zeliel ★ They say I may be making a mistake I woulda followed you all the way no matter how far I know when you go down all your darkest roads I woulda followed you all the way to the graveyard

★★★★

5/5 gabriel et jamesongabriel.c(fb)arielbelze(buth)

Liens
Instagram
L'agence de mannequins
Moodboards


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 1560369563-anigif3


RPs EN ATTENTE : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 7e52e15d23a63610c664be18b783c27690807476_00
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : 김태연 Kim TaeYeon ♥
CRÉDITS : VENUS IN FURS (avatar) ; kim-taeny (gif) ; tyaeyon (gif sur la signa) ; loonywaltz (ub) ; siren charms (signa) ; moi-même (crackship)
DC : Athur, l'écossais rebelle
INSCRIT LE : 24/12/2017

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyVen 23 Aoû - 12:10






it's all about the joy that comes out of sorrow




La salle est bondée. La blonde ne pensait pas à tout ce monde. Bien sûr, loin d'être candide, elle s'attendait à une emprise médiatique, des bandes de petits curieux qui n'ont rien à faire de leur journée mis à part venir assister à un procès qui ne leur regarde pas. Elle se sent étourdie la blonde, quelque peu perdue autour de cette masse d'inconnus. De temps en temps elle jette un coup d’œil derrière son épaule, fixe sans scrupule ceux et celles qui se trouvent derrière elle, tous  affalés sur leur chaise, spectateur du désespoir. Ils ne font, ne peuvent rien faire, apprécient l'attraction devant eux, commentent à haute voix afin qu'on les entende. Ils ne sont pas bêtes, agissent dans un moyen bien précis : celui de déstabiliser. Alors, Zelda veut leur lancer des regards méchants, provocateurs, mais à quoi bon. C'est leur droit après tout. Elle ne se contente que du devant des sièges. Ces personnes qui connaissent les victimes et qui sont là pour les soutenir. Elle se retourne alors, fait volte-face au-devant de la scène là où se trouve le juge, haut placé pour que tout le monde puisse le voir et d'un seul coup de son marteau en bois qui annonce le début de ce tant attendu et tant redouté procès. La tension monte aussi rapidement que l'eau qui bout dans une casserole. La chaleur est écrasante presque meurtrière malgré la clim disposée. Ce procès en est presque comme une montagne russe qui ne voulait jamais descendre de sa première montée, laissant en suspend la fin de ce long périple. Ce procès a été long et l'est toujours. Il y a eu des moments, des séquences de sa vie qui lui ont bien paru interminable, mais celle-ci gagne tous les trophées. Dans sa tête, se répète le long film de ce cauchemar. À devoir conter comme une histoire anodine aux autres ce que l'autre lui a fait subir durant ces trois longues années. À devoir écouter les témoignages qui se relient aux autres d'une même agression commune. Et tous n'attendent désormais que le rendu final, la dernière scène de cette tragédie. Une simple pression sur sa main par celle de son agent lui ramène les pieds sur terre et l'esprit un peu plus tranquille pour les quelques minutes restantes. Elle serre à son tour sa main dans celle de Gabriel, comme pour lui rassurer qu'elle est encore vivante.

Coupable tel sera le dernier mot prononcé par son Honneur, mettant ainsi fin à cette éternelle séance. Dans sa matière grise, se rembobine encore et encore le même mot sous le même ton du juge. Aucun son ne pouvait pénétrer dans ses oreilles, presque comme si durant ce court instant Zelda devenait mal-entendante, s'auto-créant une bulle pour qu'aucun parasite ne vienne la déranger. Le mannequin met du temps avant de s'en rendre compte que le courant venait de changer à jamais. Au premier jour où ses pieds ont franchi le seuil du cabinet de Winters, tout lui semblait impossible à réaliser, que ce n'était qu'un moyen de se réconforter en quelque sorte, de lui prouver qu'elle était toujours vivante. Au premier jour où ses pieds ont franchi le seuil du cabinet de Winters, tout lui semblait impossible à réaliser, que ce n'était qu'un moyen de se réconforter en quelque sorte, de lui prouver qu'elle était toujours vivante. Zelda a toujours été de nature défaitiste même quand elle ne devait pas y laisser transparaître cette personnalité. Alors, elle a menti. Elle a fait semblant d'avoir confiance en elle pour ne pas blesser les autres, pour ne pas les décourager, après tout, c'est de sa faute si elles sont toutes là. Entendre le mot "coupable" de ses propres oreilles lui semblent si irréel, elle qui s'est tant préparée à admettre la défaite. Et c'est en de se rendant compte qu'elle seule en sort victorieuse que tous ses membres ont lâché et qu'elle retrouva l’ouïe. La blonde s'agrippe comme elle peut à son agent. Ses bras autour de sa nuque, la tête cachée dans le creux de son cou pour y déverser toutes ses larmes.  

C'est une fois calmée de toutes ses émotions qu'elle remercie profondément son avocate, celle que Jameson lui a conseillé pour mener à bien son procès, d'une poignée de main. Elle n'avait pas entendu la sentence qu'ils offraient à son agresseur ni même jetés un œil dans sa direction pour voir sa réaction, mais c'était peut-être mieux ainsi. Gabriel la guide vers la sortie d'un pas encore nonchalant, reprenant peu à peu tous ses sens. Son ami se penche vers elle et lui indique son idée qu'ils aillent manger dans son restaurant vietnamien préféré. Un sourire vient se dessiner sur ses lèvres en entendant ce qu'il avait déjà planifié, comme si lui n'a jamais douté de sa victoire. « C'est une bonne idée. Merci beaucoup. » Zelda ne la remercie pas de ses réservations, mais de sa confiance aveugle qu'il a envers elle, et cela, depuis plusieurs années maintenant. Il décide de ne pas sortir par la grande porte, l'entraînant vers une sortie annexe. Elle ne se pose pas de questions, se laissant traîner tant qu'elle finit par s'enfuir de cet endroit suffocant. Une fois dehors Zelda peut prendre une grande bouffée d'air, et même si la météo annonçait un grand soleil rayonnant la chaleur, elle, n'avait rien avoir avec la température ahurissante dans la salle d'audience. « C’est Maître Winters, non? On peut peut-être l’inviter à se joindre à nous si tu veux ? Je vais nous appeler un taxi.» Dit-il pointant du doigt le maître. Effectivement, il s'agissait bien d'elle, adossée contre un arbre. Il fallait croire que Zelda avait la tête dans les nuages pour ne pas remarquer sa présence.

« Bonjour Maître. Notre dernière entrevue remonte à loin maintenant, comment allez-vous depuis ? » Pourtant, même si ce n'est pas la première qu'elles se voient, Zelda ne pouvait s'empêcher de se demander comme elle devrait l'appeler dans de telles circonstances. Dans leur dernière entrevue, les deux femmes se sont quelque rapprochées sans pour autant dévoiler tous leurs secrets ni même en devenant amies. Mais un certain lien s'est bel et bien crée depuis ce jour-ci et Zelda en est convaincue. Elle se dit que, peut-être, est-il probable qu'elle se lie bien plus qu'elle ne le pense ? « Je ne savais pas que vous viendriez au procès, il faut dire que mon avocate ne m'a pas prévenue de votre présence. » L'hypothèse qu'elle soit venue voir le procès lui saute directement au visage. Songeant que c'était l'idée de son avocate d'avoir Jameson près d'elle, puisque c'est grâce à elle que Zelda a pu avoir recours aux aides et conseils précieux de son maître actuel. « On a gagné Maître et je ne m'en rends pas encore compte. Le temps s'est vite écoulé depuis ma visite dans votre cabinet. Je n'étais pas encore blonde, ce jour-là, d'ailleurs.» Une légère pointe d'humour vient s'ajouter à son petit monologue, comme pour enlever tout embarras. Gabriel les rejoint sans plus attendre, se faufilant ainsi dans leur discussion pour annoncer la venue de leur taxi qui ne devrait plus tarder avant d'offrir une chaise de plus pour Jameson à leur table. Zelda ne s'attendait pas à cette soudaine demande de son agent, se tournant vers elle les gros yeux sur son visage comme pour exprimer qu'elle avait sûrement, mieux affaire. Mais tout en y repensant, Zelda ne compte plus les jours où elle voulait tant revoir Jameson et discuter encore avec elle. « Du moins, si vous n'êtes pas trop chargée par votre travail bien évidemment. » Corrigea-t-elle la question de son ami, le regard fixé vers Jameson.    





- - INSTEAD OF CHOOSING WINGS TO SOAR THROUGH THE SKY WE  CHOSE HANDS TO HOLD WITH ONE ANOTHER AND  YET THE SKY STILL FASCINATES US. IS IT SUCH A CRIME TO KEEP ON DREAMING ?

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EV8FyP7
:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jameson Winters
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Succombe parfois aux plaisirs sans lendemain.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une immense villa bien trop vide.
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Snnw
POSTS : 6095 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Phoenix [f.b.]Gaby [2]Gaby [f.b. #2]FinnleyArianeAriel [f.b.]Zelda & GabrielAodhan [f.b.]Martin [10]

Réalités alternatives ↠ Zombinson [d.z.]Bloody Gaby [d.f.]Bosie me boy [d.f.]Witchy Robin [d.f.]

↟ ↟ ↟

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 5si5
PHOENIX — I want to heal, I want to feel like I'm close to something real, I want to find something I've wanted all along: somewhere I belong. Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson D6jn
ROBIN — Her eyes look sharp and steady into the empty parts of me. Still my heart is heavy with the scars of some past belief.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_inline_nuvgngzvWi1qlt39u_250
GABRIEL — I'll keep your heart safe in the palms of my hands until it can beat on its own again.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mopl6m3VC61qip73ao3_250
ARIEL — All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mcetygXWmK1qd90klo6_r3_250
KYTE — Old growth holds hope, let the brambles scrape your skin; scars are story books, blood will wash away our sins.



RPs EN ATTENTE : Laoise ↟ Gaby Irlande ↟ Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Robin & Phoenix [r.a. 2] ↟ Abel
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Birdie (avatar), anaëlle. (signature), loonywaltz (UB)
DC : Kyte le vieux fou & Aisling l'ex junkie candide
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too https://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack https://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyVen 30 Aoû - 18:29




it's all about the joy that comes out of sorrow




Je n’ai jamais douté de l’issue du procès. Pas que le combat soit gagné d’avance, au contraire, mais Maître Engel était au droit des femmes ce que j’étais à celui de l’environnement : passionnée, érudite, impitoyable. Rapprochées par notre pugnacité et nos affinités pour ces branches particulières et décriées par le reste de notre profession, nous entretenions des rapports cordiaux, assez pour que ma consœur m’envoie un sms avant la fin des hostilités : « Délibérations en cours. Pas de doutes sur l’issue. On fête autour d’un verre la semaine prochaine ? » Un sourire aux lèvres, j’ai retourné mon téléphone sur la table pour mieux me concentrer sur la séance de médiation qui suivait son cours dolent depuis le début de l’après-midi. Je n’avais qu’une hâte : quitter cet endroit exigu pour aller marcher dans la nature. Comme s’il lisait dans mes pensées, mon client se redressa brusquement en tapant du poing sur la table suite à une remarque déplacée de l’autre partie, refusa de négocier plus avant et quitta la pièce dans une même volée dramatique. « Bien, mon client refusant la poursuite des négociations, je déclare l’impossibilité de trouver une solution à l’amiable. » Je conclus en arrangeant mes dossiers. En face de moi, l’autre partie fulminait : étant donné la fragilité des preuves qu’il avançait, je savais depuis le début qu’il cherchait à éviter un procès. Mais il n’avait pu résister à l’envie d’écraser son opposant avec une petite joute verbale surement satisfaisante mais qui allait lui coûter très cher. Moi, autant dire que j’étais plutôt ravie de ce développement. « Nous nous reverrons au tribunal. » Je saluai respectueusement mon confrère en lui serrant la main avant de quitter la pièce à la recherche de mon client colérique. Je le trouvai un peu plus loin, occupé à faire les cents pas tout en desserrant le col de sa chemise avec des gestes nerveux comme pour laisser passer d’avantage d'air. « L’affaire passe au tribunal. C’est une bonne chose Hubert. En revanche je vous conseille de faire un peu de méditation d'ici-là, une telle réaction lors du procès serait franchement malvenue. » Il allait répliquer mais je l’en dissuadai d’un haussement de sourcils sévère, puis le raccompagnai jusqu’à sa voiture pour fixer les détails de nos prochaines entrevues.

Je décidai de rester dans les parages après son départ. Personne ne m’attendait chez moi et le tribunal n’était pas loin, aussi j'entrepris de m’y rendre à pieds. En temps normal j’aurais surement pris ma Tesla, mais ma voiture ayant décidé de faire des siennes ce weekend, elle était présentement entre les mains d’un garagiste relativement sexy du nom de Bryan. Dire que je lui enviais cette situation serait un euphémisme. Je profitai de cette marche pour inspirer l'air agréable de cette fin d’été et répondre à Lucida Engel en lui proposant une sortie le mercredi suivant, car je savais qu’elle allait s’éclipser rapidement pour se ressourcer après le procès. Qu’importait, ce n’était pas elle que j’allais voir mais Zelda, la sublime jeune femme un peu brisée qui s’était présentée quelques mois plus tôt à mon cabinet pour me présenter son affaire. Aussi je m’installai à l’ombre d’un grand arbre pour attendre sa sortie, avec la ferme intention de l’inviter à dîner pour fêter sa victoire. Elle ne tarda pas à montrer sa frimousse, et je me pris à étudier son visage comme pour trouver dans ses traits fins une confirmation du verdict que j’attendais. Malgré une évidente fatigue, elle semblait soulagée, et je sentis un fin sourire étirer le coin de mes lèvres. C’est le jeune homme à ses côtés qui a finit par me remarquer, et je m’écartai de mon coin de verdure pour venir jusqu’à la jeune femme qui s’avançait déjà dans ma direction. « Bonjour Maître. Notre dernière entrevue remonte à loin maintenant, comment allez-vous depuis ? » L’appellation m’arracha un petit rire amusé et je balayai l’air devant moi d’une main délicate comme pour conjurer ces cérémonies – qui, en dehors du tribunal, n’étaient employée que par mes amants dans leur rôle de soumission. « Jameson. » Je corrigeai donc rapidement, puis entrepris de répondre à la deuxième partie de sa question : « Je vais bien et vous ? J’imagine que vous devez être assez chamboulée. » Zelda me répondit dans s’épancher sur ses sentiments, préférant s’accrocher aux détails pratiques : ma présence hypothétique au procès, la victoire qu’elle confirmait, notre historique et sa couleur de cheveux. Une réaction que je pouvais totalement comprendre, étant donné l’exercice émotionnel difficile dans lequel elle avait dû se plonger depuis quelques mois. « Je me souviens. » Je répondis alors avec un sourire. « Cette nouvelle couleur vous va très bien. » Je me fis une note de lui demander l’adresse de son coiffeur. Depuis que ma talentueuse Berlioz avait quitté la ville, ma propre tignasse souffrait entre les mains de l’incompétent qui s’était donné la mission de la remplacer. « Félicitations pour votre victoire, je suis heureuse que justice soit faite ! » Je lui confiai en posant une main sur son épaule, citant allègrement Metallica comme j’aimais bien le faire dans cette situation. « En revanche je dois vous faire un aveu : je n’étais pas au procès. Mais votre avocate m’a fait part de son intuition il y a quelques minutes et comme j’étais dans les parages, j’ai décidé de vous rejoindre. A ce propos j’allais- »

Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase que le jeune homme qui accompagnait la belle blonde nous rejoignis en m’adressant un sourire agréable. Je crus déceler un échange de regard tendre entre les deux trentenaire et senti un sourire énigmatique étirer le coin de mes lèvres. Lorsque leur taxi arriva, je me préparai à m’éclipser discrètement comme de toute évidence les deux tourtereaux avaient prévu de fêter cette victoire en amoureux. Qu’importait, j’inviterai Zelda ultérieurement. Mais alors que j’allais prendre congé de cette charmante compagnie, le jeune homme, de toute évidence sociable et qui connaissait étonnement mon nom, m’invita à les rejoindre dans le véhicule. Je lançai un coup d’œil en biais Zelda pour tenter de voir si elle s’opposait à ma présence, mais sa réponse un peu ambigüe me semblait davantage liée à sa grande politesse qu’à son envie de me voir déguerpir au plus vite. Une pensée peu émue pour mon frigo vide et ma cuisinière inutilisable acheva de me convaincre. « J’en serais absolument ravie. » Je répondis sans réfléchir davantage. « En toute honnêteté, je comptais inviter Zelda pour célébrer, mais je n’ai aucun doute quant au fait qu’elle profitera bien plus de ce moment en présence de son compagnon. » J’ajoutai en lançant à la jeune femme un regard de connivence tout en prenant place à ses côtés sur la banquette arrière. « A ce propos, appelez-moi Jameson. » Je l’encourageai à son tour. « Et vous êtes ? »  





follow in no footsteps listen for the true guides

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start.

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel López
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans, né le 12 octobre 1986.
SURNOM : gab, gaby, el famoso gabriel.
STATUT : célibataire et volage.
MÉTIER : manager à la A.K Agency, une agence de mannequins.
LOGEMENT : #115, bayside [villa]
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Q3U3bbJc_o
POSTS : 135 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Végétarien depuis des années, il ne boit que très peu d'alcool et il s'entraîne à tous les jours. • Il s’est fait mordre par le berger allemand de ses voisins quand il était petit. Il en a conservé une cicatrice en croissant de lune sur la main et une phobie des gros canins. • Il a beau évoluer dans le monde de la mode depuis qu'il est tout petit, il ne comprend rien à la haute couture. • Il a une peur bleue du sang. • En plus de l’anglais et de l’espagnol, il baragouine quelques mots de vietnamien, des insultes, surtout, que Zelda s’est amusée à lui apprendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [4/3] ariellenezelda #5zelda | jameson
RPs TERMINÉS : zelda #1 | #2 | #3jo #1 | #2gabel #1 | #2
AVATAR : brendon urie.
CRÉDITS : mckenzieistuff (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23576-life-is-supposed-to-kill-you-but-it-shouldn-t-feel-like-dying-gab https://www.30yearsstillyoung.com/t23585-king-of-the-clouds-gabriel https://www.30yearsstillyoung.com/t23587-gabriel-lopez https://www.30yearsstillyoung.com/t25077-gabriel-lopez

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyVen 22 Nov - 3:59






it's all about the joy that comes out of sorrow




En attendant sa réponse à ma proposition sans doute un brin audacieuse étant donné que c’est la première fois que nous nous rencontrons, j’examine discrètement l’avocate. Derrière son sourire sympathique et affable, je perçois une force de caractère qui m’intrigue et me fait croire qu’elle doit être redoutable en cour. Ça ne m’étonne pas qu’elle s’entende bien avec Maître Engel. Elles dégagent toutes les deux le même genre d’assurance batailleuse et franche qui me plaît bien. Somme toute, Maître Winters me semble être une personnalité fascinante et je me surprends à souhaiter qu’elle accepte mon invitation, non plus seulement parce que je sais que ça ferait plaisir à Zelda, mais aussi pour que j’aie l’occasion de satisfaire un peu de ma curiosité. Comme un bon génie, elle exauce mon vœu en acceptant l’invitation avec un sourire. « En toute honnêteté, je comptais inviter Zelda pour célébrer, mais je n’ai aucun doute quant au fait qu’elle profitera bien plus de ce moment en présence de son compagnon. » Son compagnon? Étonné, je hausse légèrement les sourcils en échangeant un regard un peu embarrassé avec Zelda. Est-ce vraiment l’image que nous renvoyons? Celle d’un couple? Au fond, je crois que ce que Maître Winters associe à une possible relation amoureuse n’est en fait que l’aisance parfaite qui unit deux amis de longue date. Et pourtant, ce qu’elle s’imagine n’est pas forcément impossible. Le spectre du baiser que nous avons échangé au Japon vient danser entre nous. Je l’ignore, songe plutôt à corriger l’avocate, puis me ravise à la dernière seconde en pinçant les lèvres à travers mon sourire. Je crois que ça serait plus gênant de préciser maladroitement qu’il ne se passe rien de plus qu’une belle amitié et une relation professionnelle entre nous que de la laisser croire que nous formons un couple. J’ignore si Zelda sera d’accord avec moi là-dessus, mais je me dis qu’elle s’occupera bien de rétablir les faits si ça lui importe vraiment.

La grosse berline noire qui vient se garer en douceur sur la chaussée devant nous m’évite de me questionner plus longtemps. J’ouvre galamment la portière et laisse les deux femmes se glisser sur la banquette arrière du taxi de luxe avant de la refermer. Plutôt que de nous serrer comme des sardines à l’arrière, je vais m’installer dans le siège passager. En bouclant ma ceinture, je salue poliment Arthur, notre chauffeur. J’en profite aussi pour lui donner l’adresse du restaurant où j’ai fait les réservations. Quand la voiture s’engage sur le boulevard bondé qui longe le palais de justice, je me tourne vers mes deux compagnes. Maître Winters, ou plutôt Jameson, m’encourage à l’appeler par son prénom. Puisque je n’ai jamais été particulièrement fan des formalités, je ne me fais pas prier pour adopter la suggestion. « Et vous êtes? » Je laisse échapper un tututut amusé mais légèrement réprobateur. « Je veux bien vous appeler Jameson, mais seulement si l’on peut aussi se tutoyer. » Ce n’est pas une rencontre d’affaires après tout, nous sommes réunis pour célébrer la victoire de ma protégée. Et je n’ai pas l’habitude de me montrer aussi poli avec mes compagnons de fête. « Je suis Gabriel López, l’agent de Zelda. On se connaît depuis très longtemps elle et moi. » Par réflexe, je couve la jeune femme d’un regard affectueux. Durant ces premiers mois particulièrement difficiles où je ne comprenais pas pourquoi elle refusait de me faire confiance ou même de s’investir un minimum dans la gestion de sa propre carrière, je n’aurais jamais pensé me retrouver ici avec elle dix ans plus tard. À l’époque, je n’aurais pas misé sur la longévité de notre collaboration. Elle avait pourtant fini par me raconter son histoire, le véritable enfer, surtout, qu’elle avait vécu à son ancienne agence, et notre relation s’en était trouvée nettement améliorée. Mais même si ça m’a permis de mieux la comprendre, je sais que je n’arrive pas à mesurer l’ampleur du traumatisme qu’une telle expérience peut laisser chez une personne. Je ne peux donc qu’imaginer à quel point elle doit être soulagée d’avoir enfin pu mettre un point final à cette histoire. J’espère sincèrement que cette victoire l’aidera à guérir, elle mérite tout le bonheur du monde. « Zelda m’a dit beaucoup de bien de votre rencontre. » Sans entrer dans les détails de leur discussion, elle m’avait parlé de l’avocate qu’elle était allée voir et des judicieux conseils qu’elle lui avait donnés. Et je sais aussi que Jameson l’a fortement encouragée à porter plainte malgré l’issue plus qu’incertaine de ce genre de procès. « Je suis content qu’elle soit tombée sur une oreille aussi attentive que la tienne. Et que tu sois là pour célébrer avec nous. » Si elle s’était retrouvée face à une personne avec moins d’empathie qui n’avait pas su la mettre en confiance, je ne sais pas si elle aurait eu le courage de se rendre jusqu’au bout.





† You can fall to your knees and pray ‘cause I'm a sinner now, and I won’t be saved. I’ve been lying to you more each day and all my sins I've found, they won’t wash away.
Revenir en haut Aller en bas
Zelda Tran
Zelda Tran
le mirage
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : La trentaine, mais on dit merci aux gênes asiatiques pour ne pas les faire. Née un premier janvier
SURNOM : Comme tu veux, tant que c'pas moche
STATUT : Célibataire et volage
MÉTIER : Mannequin pro, égérie d'une grande marque de cosmétique
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson R39q
POSTS : 3781 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ISFP | Née et a grandi à Wellington, NZ. Trilingue si on y ajoute les insultes en espagnol. Accent néo-zélandais un peu trop forcé, atteinte d'endométriose, vegan et milite pour le droit des femmes. Un an qu'elle a stoppé la cigarette.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Ctrq
gabriel#5 ★ You are the gravity to me who was unstable. The force that pulled me strongly when I was wandering. After lonely times, I have finally found my place. You are the gravity who have pulled me endlessly

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson M4ga
zeliel ★ They say I may be making a mistake I woulda followed you all the way no matter how far I know when you go down all your darkest roads I woulda followed you all the way to the graveyard

★★★★

5/5 gabriel et jamesongabriel.c(fb)arielbelze(buth)

Liens
Instagram
L'agence de mannequins
Moodboards


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 1560369563-anigif3


RPs EN ATTENTE : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 7e52e15d23a63610c664be18b783c27690807476_00
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : 김태연 Kim TaeYeon ♥
CRÉDITS : VENUS IN FURS (avatar) ; kim-taeny (gif) ; tyaeyon (gif sur la signa) ; loonywaltz (ub) ; siren charms (signa) ; moi-même (crackship)
DC : Athur, l'écossais rebelle
INSCRIT LE : 24/12/2017

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyMar 26 Nov - 22:28






it's all about the joy that comes out of sorrow




Trente pauvre minutes se sont écoulées depuis la fin de ce procès jusqu'aux retrouvailles avec Jameson et pourtant, pour Zelda, c'était comme si tout s'est passé hier que maintenant est un autre jour. La taille de ses épaules a bien rétréci grâce à l'enlèvement des énormes poids qu'elle devait porter depuis le premier jour de ce combat interminable. Ce procès était son idée, elle n'a jamais forcé qui que ce soit pour qu'elles témoignent, mais savait pertinemment dans quoi, elle venait de plonger. La tête la première, l'accumulation des documents sur documents, preuves sur preuves, Zelda connaissait les risques sur sa santé mentale que physique et, sans mentir, il y a bien eu des jours où l'envie de tout abandonner lui mordait les doigts, mais c'est en pensant à ces autres victimes aussi démunies que les autres que l'étincelle pouvait renaître de ses cendres. La blonde devait avoir une sale tête après avoir chialé dans les bras de son agent, peut-être même du mascara coulé en dessous de ses cils inférieurs, mais à quoi bon, cacher ses émotions était bien peine perdue. « Je vais bien et vous ? J’imagine que vous devez être assez chamboulée. » Chamboulée oui, c'était bien le mot si on ne rajoutait pas le fait que ses jambes pouvaient lâcher à tout moment, se retrouvant la tête contre le sol. Il lui faudrait bien des jours et des jours de yoga pour évacuer tout ce stress une bonne fois pour toute. C'est une idée qu'elle garde dans un coin de sa petite tête et qu'elle n'hésitera pas à faire parvenir à Gabriel pour qu'il la rejoigne. « Je vais beaucoup mieux ! Soulagée que ce soit enfin terminé ! » Jameson la complimente sur sa nouvelle teinture sur ses cheveux que Zelda répondit d'un timide remerciement suivit d'un petit sourire sur ses lèvres rosées. Si seulement Jameson savait que sûrement après le restaurant Zelda pouvait dire adieu à ses boucles d'or pour une teinture beaucoup plus affriolante. Enfin, du moins, si Gabriel n'a pas oublié leur promesse. L'avocate enchaîne pour lui féliciter de sa victoire, de leur victoire tout en ajoutant que justice a été faite. C'est vrai, Zelda n'y a pas songé. Son agresseur va maintenant compter les jours jusqu'à la fin de sa vie entre les barreaux pendant qu'elles pourront se balader dans les rues sans plus jamais avoir l'angoisse au ventre de le retrouver.

Jameson lui avoue ne pas avoir été là au tribunal, seulement dans les parages et quand elle reçut un message de son avocate qu'elle eut l'idée de rejoindre Zelda. Elle comprit que, sûrement, ne voulait-elle pas supporter un si gros procès sans directement penser aux longues heures à rester assis dans une salle entièrement bondée et où il faisait si chaud. « Je comprends et puis je me disais bien que je vous aurai remarqué là-dedans ! » Il faut dire qu'elle a bien cherché une trace, une silhouette de Jameson dans la salle d'audience sans jamais réellement demander à son avocate si elle comptait venir. La brune accepte volontiers l'invitation surprise de son agent pour les rejoindre à son restaurant vietnamien préféré et voilà une Zelda bien plus que ravie ! Elle qui a toujours eu envie de revoir Jameson surtout en dehors de tous ces papiers et de cette bulle professionnelle pour se connaître un peu plus, échanger sur plusieurs sujets divers et variés. La blonde ne savait pas si elle pourra quand le même faire durant ce dîner, mais elle se réconforte en disant que ce sera sûrement une bonne excuse pour la revoir encore. Un léger malaise vient se glisser entre les deux amis lorsque Jameson mentionne Gabriel en tant que "compagnon" de Zelda. Ils échangent tous les deux ce même regard dubitatif, ne sachant pas quoi faire dans une telle situation et pensant certainement à ce fameux baiser au Japon. Si Gabriel choisit ne rien dire, ce n'était pas l'attention de Zelda qui préférait mettre un terme à ce malentendu avant que cela ne devienne beaucoup trop gênant durant le dîner. « Oh non, nous ne sommes que de simples amis de longues dates. » Voilà, comme ça s'est fait. Jameson ne pouvait pas devenir la certaine tension qui s'est posée depuis leur voyage à Tokyo, mais ce n'était pas l'heure pour tous les aveux. Le taxi enfin arrivé, ils pouvaient enfin reposer leur dos pour quelques instants sur des sièges amplement plus confortable que dans la salle d'audience. « Je suis Gabriel Lopez, l’agent de Zelda. On se connaît depuis très longtemps elle et moi. » Finit-il finalement par se présenter en ajoutant un regard affectueux vers Zelda. C'est vrai qu'ils ont en fait du chemin jusqu'à aujourd'hui et qu'ils ont énormément d'histoires à raconter depuis leur première rencontre. « Beaucoup trop longtemps même. » Qu'elle souligne avec une pointe d'humour, témoignage d'affection envers son tendre agent et pour ainsi montrer leur complicité envers Jameson. Il continue sur sa lancée en remerciant la présence de l'avocate avec eux pour célébrer sa victoire ce soir. « Oui, moi aussi, je suis très contente ! Je ne sais pas si vous connaissez le restaurant où nous allons, mais c'est le meilleur en spécialité vietnamienne, vous allez vous régaler. » C'était une très belle occasion de lui découvrir ses origines à travers des plats succulents. Gabriel, lui, en avait déjà l'habitude en ayant déjà manger vietnamien puis même en apprenant sa deuxième langue natale même si son vocabulaire se composait que d'injures. « Comment était-ce votre journée aujourd'hui ? Pas trop fatiguée après le boulot ? » Toujours à s'inquiéter des autres plutôt que d'elle-même, la spécialité de Zelda et puis ça fera au moins la discussion avant d'arriver au lieu du rendez-vous. « D'ailleurs, il ne me tarde pas de revenir à l'agence. Même, en sortant victorieuse de ce procès, je me dis qu'ils ne vont pas arrêter d'en parler toute la journée. » Une phrase plutôt destinée à son agent, lui qui comprenait sûrement de qui elle parlait.
  





- - INSTEAD OF CHOOSING WINGS TO SOAR THROUGH THE SKY WE  CHOSE HANDS TO HOLD WITH ONE ANOTHER AND  YET THE SKY STILL FASCINATES US. IS IT SUCH A CRIME TO KEEP ON DREAMING ?

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EV8FyP7
:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jameson Winters
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Succombe parfois aux plaisirs sans lendemain.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une immense villa bien trop vide.
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Snnw
POSTS : 6095 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Phoenix [f.b.]Gaby [2]Gaby [f.b. #2]FinnleyArianeAriel [f.b.]Zelda & GabrielAodhan [f.b.]Martin [10]

Réalités alternatives ↠ Zombinson [d.z.]Bloody Gaby [d.f.]Bosie me boy [d.f.]Witchy Robin [d.f.]

↟ ↟ ↟

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 5si5
PHOENIX — I want to heal, I want to feel like I'm close to something real, I want to find something I've wanted all along: somewhere I belong. Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson D6jn
ROBIN — Her eyes look sharp and steady into the empty parts of me. Still my heart is heavy with the scars of some past belief.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_inline_nuvgngzvWi1qlt39u_250
GABRIEL — I'll keep your heart safe in the palms of my hands until it can beat on its own again.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mopl6m3VC61qip73ao3_250
ARIEL — All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mcetygXWmK1qd90klo6_r3_250
KYTE — Old growth holds hope, let the brambles scrape your skin; scars are story books, blood will wash away our sins.



RPs EN ATTENTE : Laoise ↟ Gaby Irlande ↟ Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Robin & Phoenix [r.a. 2] ↟ Abel
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Birdie (avatar), anaëlle. (signature), loonywaltz (UB)
DC : Kyte le vieux fou & Aisling l'ex junkie candide
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too https://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack https://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyVen 13 Déc - 0:52




it's all about the joy that comes out of sorrow




Visiblement, je m’étais trompée sur la relation qui unissait Zelda et Gabriel. Mes déductions tombaient habituellement juste, mais je devais admettre que les relations amoureuses étaient une zone d’ombre pour moi. Qu’en savais-je, après tout, alors que je n’étais pas capable de garder un homme ou une femme plus que quelques mois ? Sans plus nous soucier de cette erreur, nous nous sommes installés dans le taxi. Zelda à mes côtés sur la banquette arrière et son ami de longue date à l’avant. Comme je m’étais empressée de l’encourager à utiliser mon prénom, ce dernier laissa échapper un petit son de protestation légèrement enfantin qui vint titiller mes sourcils. « Je veux bien vous appeler Jameson, mais seulement si l’on peut aussi se tutoyer. » Ah, si ce n’est que ça… Je songeai en me radoucissant. « Avec plaisir. » Je n’avais aucun scrupule à me débarrasser de ces cérémonies que je n’avais adoptées que pour mieux gravir les échelons de ma profession. Et ce soir je n’étais pas Maître Winters l’avocate mais Jameson, une femme ravie de pouvoir montrer son soutien à une autre, en compagnie de : « Gabriel López, l’agent de Zelda. On se connaît depuis très longtemps elle et moi. » Impossible de louper le regard plein de tendresse avec lequel il couvait sa protégée, et celui de confiance qu’elle lui adressait en retour. Ouai… autant vous dire que Thompson et moi on se regarde pas vraiment comme ça. Et pourtant, on travaillait ensemble depuis une éternité lui et moi, on en avait vécu des affaires complexes, des hauts et des bas. On avait gravit les échelons côte à côte jusqu’à être promus associés la même année, et nos parcours ne s’étaient jamais vraiment éloignés. Il était celui vers qui je me tournais quand j’avais besoin d’adoucir un propos auprès de nos supérieurs, et j’étais celle sur qui il s’appuyait dès que la force menaçait de lui manquer dans un bras de fer avec un de nos confrères. Le feu et la glace, la douceur et la force. Il n’y a pas à dire, on se complétait. Mais jamais au grand jamais on ne s’échangeait des regards aussi tendres. Autant dire que leur histoire de simple collègues, j’y croyais moyennement, malgré le « Beaucoup trop longtemps même. » Que Zelda ne tarda pas à ajouter, les yeux plissés de malice. Elle semblait si sincère que je me suis tout de même rappelée à l’ordre et obligée à me concentrer sur le présent et la conversation plutôt que de jouer les commères. D’autant que Thompson et moi sommes juste collègues et pas ‘amis de longue date’. Ouch. J’accusai dignement ce rappel interne concernant mon incapacité à nouer des amitiés durables, déficience qui sévissait presque aussi férocement que celle évoquée plus haut. « Zelda m’a dit beaucoup de bien de votre rencontre. Je suis content qu’elle soit tombée sur une oreille aussi attentive que la tienne. Et que tu sois là pour célébrer avec nous. » Touchée par sa remarque, je n’eus pourtant pas le temps d’ajouter quoi que ce soit car Zelda sembla saisir cette opportunité pour me témoigner à son tour sa reconnaissance. « Oui, moi aussi, je suis très contente ! » J’ouvris la bouche avec un sourire pour lui répondre que le plaisir était pour moi, mais elle ne m’en laissa toujours pas l’occasion, enchaînant sans reprendre son souffle pour me parler du lieu où elle nous amenait. « Je ne sais pas si vous connaissez le restaurant où nous allons, mais c'est le meilleur en spécialité vietnamienne, vous allez vous régaler. » Je hochai finalement la tête avec un sourire doux sur les lèvres, comprenant vaguement qu’il était difficile à Zelda de parler de ses sentiments après une journée si émotionnellement chargée. Je pris alors cette invitation au sein de sa culture comme le plus beau et le plus sincère des remerciements. « Je ne connais pas et me réjouis d’avance à l’idée de goûter ces plats… Tout comme je suis ravie que tu m’aies accordé ta confiance quand tu as franchi ma porte l’autre jour. » Je n’avais pas besoin de réponse pour savoir que Zelda comprenait mon message. A travers notre brève entrevue, je n’avais pu que remarquer sa sensibilité et son empathie. D’ailleurs, elle s’empressa immédiatement de prendre de mes nouvelles, s’inquiétant de mon état. J’accueillis sa sollicitude avec un léger froncement de sourcils surpris. Vivant seule, je n’avais pas l’habitude qu’on s’inquiète de mon niveau d’épuisement après une journée de travail. « Toute trace de fatigue a disparu à l’instant où j’ai quitté la pièce où j’étais enfermée tout l’après-midi. » Je répondis d’un ton léger, peu habituée à l’exercice mais persuadée qu’il réclamait une dose de bienséance plus importante que d’authenticité. Je suis rincée mais ça partira avec un verre, et puis c’est pas ça qui m’empêchera de profiter de la soirée en votre compagnie. Plus sincère, bien moins socialement acceptable. Dans la vie, il faut faire des choix. Moi, j’avais depuis bien trop longtemps pris l’habitude de dissimuler la moindre de mes émotions pour accueillir tout ce que l’existence m’envoyait avec un flegme inébranlable. « Il ne me tarde pas de revenir à l'agence. Même, en sortant victorieuse de ce procès, je me dis qu'ils ne vont pas arrêter d'en parler toute la journée. » Visiblement, Zelda jouait davantage sur la sincérité, une qualité qui me surprenait autant que je la lui admirais. « J’imagine. » Je répondis avec compassion avant de me détourner brièvement vers la fenêtre. T’imagines pas, tu sais, alors pourquoi tu ne lui dis pas ? J’ai tenté de me convaincre que c’était à cause de Gabriel à l’avant, du conducteur de taxi que je ne connaissais pas, que je ne voulais pas l’emmerder avec mes histoires, puis j’ai réalisé que la véritable raison était tout autre. Parce que ça te montrerait sous un angle plus vulnérable, et dans le fond t’aime bien que les gens ne voient que ta façade sans savoir ce qu’il y a sous ta carapace. Mais ton expérience pourrait bien l'aider alors ce serait stupide de la fermer, non ? Je pris une inspiration puis me tournai de nouveau vers Zelda. « Je pense qu’il est inévitable que les gens en parlent. La plupart se montreront pleins de bienséance mais il est probable que d’autres ne résisteront pas à l’envie d’être médisants. Mais l’affaire se tassera, ils oublieront, et puis un jour toute cette histoire te semblera loin derrière toi. » Je lui assurai sans trop savoir si mes paroles allaient la rassurer ou l’angoisser davantage. « Je le sais parce que j’ai vécu une expérience similaire. Au début de ma carrière, je me suis retrouvée du côté opposé à mon père au tribunal. Une affaire environnementale, rien de personnel. Mais autant te dire que ça a fait jaser la presse nationale… tout comme mes confrères. » J’expliquai en secouant la tête d’un air désabusé. « Ce que j’ai appris : ce que les gens disent à ton sujet en dit davantage sur leur nature que sur la tienne. Ne laisse jamais leurs paroles d’atteindre. » Je posai ma main sur la sienne puis me penchai par-dessus le siège avant pour tenter de capter le regard de Gabriel qui, j’en étais certaine, n’avait pas manqué une miette de ce partage, probablement pour tenter d’y déceler comment protéger Zelda. Et comme je me sentais d’humeur généreuse, je décidai de lui mâcher un peu le travail. « Mais savoir qu’on a quelqu’un de son côté avec un minimum d’autorité qui est prêt à se mettre en avant pour faire taire les commérages, c’est d’une valeur inestimable. Ma manager a joué ce rôle pour moi à l’époque. Avec son attitude impartiale, elle a su montrer le bon chemin aux autres. » La voiture s'arrêta et je ressentis un léger soulagement à l'idée de pouvoir m'en extirper et inspirer l'air de la nuit. Mais avant de faire cela j'adressai un sourire sincère à Zelda. « Tout ira bien, le plus dur est derrière toi. »  





follow in no footsteps listen for the true guides

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start.

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel López
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans, né le 12 octobre 1986.
SURNOM : gab, gaby, el famoso gabriel.
STATUT : célibataire et volage.
MÉTIER : manager à la A.K Agency, une agence de mannequins.
LOGEMENT : #115, bayside [villa]
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Q3U3bbJc_o
POSTS : 135 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Végétarien depuis des années, il ne boit que très peu d'alcool et il s'entraîne à tous les jours. • Il s’est fait mordre par le berger allemand de ses voisins quand il était petit. Il en a conservé une cicatrice en croissant de lune sur la main et une phobie des gros canins. • Il a beau évoluer dans le monde de la mode depuis qu'il est tout petit, il ne comprend rien à la haute couture. • Il a une peur bleue du sang. • En plus de l’anglais et de l’espagnol, il baragouine quelques mots de vietnamien, des insultes, surtout, que Zelda s’est amusée à lui apprendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [4/3] ariellenezelda #5zelda | jameson
RPs TERMINÉS : zelda #1 | #2 | #3jo #1 | #2gabel #1 | #2
AVATAR : brendon urie.
CRÉDITS : mckenzieistuff (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23576-life-is-supposed-to-kill-you-but-it-shouldn-t-feel-like-dying-gab https://www.30yearsstillyoung.com/t23585-king-of-the-clouds-gabriel https://www.30yearsstillyoung.com/t23587-gabriel-lopez https://www.30yearsstillyoung.com/t25077-gabriel-lopez

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyMar 7 Jan - 3:48




it's all about the joy that comes out of sorrow




Renchérissant sur mes propos, Zelda s’exclame elle aussi qu’elle est heureuse que Jameson se soit greffée à notre petite sortie. Elle est si visiblement contente de la tournure des événements que je me félicite de l’avoir remarquée puis invitée en dépit des protestations bienséantes de la mannequin. Elle est si douce et réservée parfois… Moi, je me gêne rarement de faire ou dire quoi que ce soit. Le regard tourné par-delà la vitre, j’observe le paysage qui défile en écoutant d’une oreille distraite mon amie décrire le resto vers lequel nous nous dirigeons dans la berline luxueuse d’Arthur. Je sais depuis longtemps que c’est son restaurant préféré. C’est elle qui me l’a fait découvrir, comme tout ce que je connaissais de sa culture d’ailleurs. Au fil de nos visites, elle m’a recommandé les plats les plus goûteux, ceux qui lui rappelaient ceux que sa famille cuisinait parfois, et elle m’a appris à baragouiner à peu près correctement quelques phrases de vietnamien. La sagesse de la trentaine n’a pas fait de moi un meilleur élève que je ne l’étais à l’école, cependant, et je n’ai évidemment retenu que les jurons et les insultes. Ça m’est étonnamment pratique au travail, quand j’ai envie de lui communiquer en douce mon opinion des gens avec qui nous collaborons. Sur la banquette arrière, Zelda s’enquiert de l’état de Jameson, qui semble presque étonnée de la question. Elle y répond tout de même, mais la rigidité relative de son affirmation pique ma curiosité. La voix de ma protégée m’arrache à mes réflexions et l’impression fugace disparaît sans que j’aie pu mettre le doigt sur ce qui me chipotait. Je ramène mon attention sur elle, interpelé par son dernier commentaire : « D'ailleurs, il ne me tarde pas de revenir à l'agence. Même, en sortant victorieuse de ce procès, je me dis qu'ils ne vont pas arrêter d'en parler toute la journée. » Là-dessus, elle a parfaitement raison. Le monde de la mode en général ressemble à une grande famille dysfonctionnelle où tout le monde se connaît plus ou moins, mais à l’agence c’est encore pire. A.K. est une véritable machine à rumeurs qui tourne en permanence, alimentée par les commérages les plus grossiers. J’en avais fait les frais à l’époque de mon divorce, puis à nouveau quand le suicide de Grace était passé dans la colonne des faits divers du Brisbane Times. Je n’ose même pas imaginer à quel point tout un chacun s’en donnera à cœur joie dès que la nouvelle aura circulé. En cette ère de modernité où tout se sait à la vitesse de la lumière, je ne me fais pas d’illusions : le résultat du procès est déjà étalé partout sur la toile.

Tandis que Jameson laisse échapper un « J’imagine. » compatissant, je soupire. « Tu as certainement raison. » It’s messed up. Court moment de flottement dans l’habitacle durant lequel chacun se concentre sur la vue à l’extérieur de la voiture. Puis, l’air décidée, l’avocate se tourne vers Zelda. Elle lui raconte comment, au début de sa carrière, elle est partie en guerre contre son père, et mon admiration pour elle monte encore d’un cran. Cette femme n’a vraiment peur de rien. Et puis, au détour d’une phrase pourtant tout ce qu’il y a de plus banale, je comprends brusquement ce que je percevais tantôt : même si elle veut qu’on l’appelle par son prénom, et même si nous nous tutoyons tout naturellement, il reste comme une distance bien marquée entre nous. Les barrières qu’elle a dressées autour d’elle sont solides et elle a probablement l’habitude de rester bien sagement repliées derrière elles. Ou peut-être que je m’imagine des choses. Après tout, c’est la première fois que je la rencontre. Et même si elle connaît Zelda, qu’elles ont abordé des sujets difficiles ensemble dès leur rencontre, ça ne fait pas d’elles des amies proches. Si ça se trouve, ce n’est qu’un brin de timidité qui se fait sentir. Et pourtant, j’ai du mal à réconcilier de la timidité avec l’image que Jameson a renvoyée jusqu’à maintenant. Elle a un charisme fou. D’ailleurs, quand elle pose ses yeux verts sur moi, je me redresse un peu dans mon siège. « Mais savoir qu’on a quelqu’un de son côté avec un minimum d’autorité qui est prêt à se mettre en avant pour faire taire les commérages, c’est d’une valeur inestimable. Ma manager a joué ce rôle pour moi à l’époque. Avec son attitude impartiale, elle a su montrer le bon chemin aux autres. » Aucun doute, le message m’est destiné. Pour toute réponse, je pince les lèvres, mais le conseil n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd pour autant. Je n’ai aucunement l’intention de laisser notre entourage la malmener. Déjà, au cours de notre voyage au Japon, je n’ai eu aucun scrupule à m’interposer entre Zelda et une journaliste trop curieuse qui essayait de faire ses choux gras du procès. Ce n’était pas la première fois que j’agissais en sa faveur et ça ne sera sûrement pas la dernière. Ce n’est pas qu’elle est incapable de se défendre. Au contraire. Seulement, je trouve qu’elle a déjà eu à se battre toute seule tellement souvent que j’essaie d’alléger son fardeau autant que possible.

La berline s’arrête en douceur au bord de la route. À travers les fenêtres teintées, je vois la rue illuminée par les néons du restaurant. Me détournant de Jameson et Zelda, je remercie Arthur et lui tend ma carte de crédit. Comme toujours, je lui laisse un pourboire généreux pour le récompenser de son service efficace et discret. Je sors de la voiture et, laissant les deux femmes discuter ensemble, je prends les devants pour avoir l’occasion de prévenir le restaurant que nous serons trois convives plutôt que deux. À l’accueil, une jeune asiatique vêtue d’un áo dài coloré me salue. C’est toujours elle qui tient ce rôle et, en me reconnaissant, elle m’offre un grand sourire. Je lui explique la situation. Après avoir hoché la tête, elle s’éloigne pour aller rajouter une place à la table qui nous est réservée. Zelda et Jameson me rejoignent juste comme l’hôtesse revient à l’avant du resto. Comme je l’avais demandé, elle nous installe sur la terrasse inondée du soleil de fin de journée. Laissant mes deux comparses s’installer sur la banquette coussinée, je m’assois sur la chaise en face de Zelda. La jeune asiatique pose nos menus devant nous puis s’éloigne, nous laissant à notre conversation et, surtout à notre repas. « Qu’est-ce que tu me recommandes que je n’ai pas encore essayé, hm? » que je demande à ma protégée d’un ton amusé. Souvent, je me contente des trois ou quatre classiques qui me plaisent à tous les coups, mais ce soir, vu l’occasion festive, j’ai envie de me risquer à essayer quelque chose de nouveau.

La terrasse en question:
 





† You can fall to your knees and pray ‘cause I'm a sinner now, and I won’t be saved. I’ve been lying to you more each day and all my sins I've found, they won’t wash away.
Revenir en haut Aller en bas
Zelda Tran
Zelda Tran
le mirage
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : La trentaine, mais on dit merci aux gênes asiatiques pour ne pas les faire. Née un premier janvier
SURNOM : Comme tu veux, tant que c'pas moche
STATUT : Célibataire et volage
MÉTIER : Mannequin pro, égérie d'une grande marque de cosmétique
LOGEMENT : Spring Hill #02 (appartement)
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson R39q
POSTS : 3781 POINTS : 185

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ISFP | Née et a grandi à Wellington, NZ. Trilingue si on y ajoute les insultes en espagnol. Accent néo-zélandais un peu trop forcé, atteinte d'endométriose, vegan et milite pour le droit des femmes. Un an qu'elle a stoppé la cigarette.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Ctrq
gabriel#5 ★ You are the gravity to me who was unstable. The force that pulled me strongly when I was wandering. After lonely times, I have finally found my place. You are the gravity who have pulled me endlessly

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson M4ga
zeliel ★ They say I may be making a mistake I woulda followed you all the way no matter how far I know when you go down all your darkest roads I woulda followed you all the way to the graveyard

★★★★

5/5 gabriel et jamesongabriel.c(fb)arielbelze(buth)

Liens
Instagram
L'agence de mannequins
Moodboards


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 1560369563-anigif3


RPs EN ATTENTE : it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 7e52e15d23a63610c664be18b783c27690807476_00
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : 김태연 Kim TaeYeon ♥
CRÉDITS : VENUS IN FURS (avatar) ; kim-taeny (gif) ; tyaeyon (gif sur la signa) ; loonywaltz (ub) ; siren charms (signa) ; moi-même (crackship)
DC : Athur, l'écossais rebelle
INSCRIT LE : 24/12/2017

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyDim 9 Fév - 22:47






it's all about the joy that comes out of sorrow




Ni une ni deux, Jameson élevait sa voix pleine de sagesse pour rassurer la mannequin en face qui, d'un regard enfantin, la regardait avec grande curiosité. Zelda ne dit pas un mot, bien trop intéressée par ce que l'avocate voulait lui enseigner qu'elle en oublierait presque de respirer tant toute sa concentration s'était retournée vers elle. Son ton est formatif, le son de sa voix douce au creux de son oreille, Zelda se retrouverait, presque, comme bête de ne pas avoir une telle éloquence. Depuis sa jeunesse, le respect envers ses aînés a toujours été une priorité dans son éducation. Alors, quand Jameson lui inculque les ficelles de tout un monde pour se relever après une bataille périlleuse, Zelda ne fait guère semblant de l'écouter. Elle la réconforte sur les messes basses, pour lui dire, qu'au final, toute cette histoire restera loin derrière. Après dix longues années dans un milieu où les langues de vipères pullulent, le mannequin aurait du s'y faire et pourtant là voilà angoisser pour ce qu'ils murmureront à son égard. Jameson lui raconte, dans les grandes lignes, un lointain procès où elle fut face à son propre paternel et dans les petits yeux de la néo-zélandaise, on pouvait y apercevoir des étincelles. L'histoire et le parcours de Jameson doit être si enrichissant et rempli d'aventures aussi folles que les autres, songea la jeune Asiatique admiratrice. L'avocate finit sur une note éducative et à ses mots Zelda se jura de les appliquer, ou du moins, elle essayera. « C'est marrant, je m'étais toujours promis de ne jamais me laisser abattre par ce que les autres pouvaient bien dire sur moi une fois que j'ai signé mon tout premier contrat. » C'est ironique. La blonde rit d'elle-même lorsque ses pensées lui renvoient à une Zelda beaucoup plus jeune tenant dans ses mains un avenir à peine tracé. « Mais c'est vrai, ils parleront quoique je fasse. Je ne me laisserai pas abattre cette fois-ci et puis je ne suis plus seule désormais. » Évidemment, elle pense à Gabriel, mais aussi à Jameson.

La sensation de sa main contre la sienne la rassure, comme l'effet d'un câlin où tout le poids de son stress disparaissait en un instant. L'avocate adresse quelques mots pour Gabriel qui, d'un œil attentif, se redresse automatiquement de son siège ce qui fit rire légèrement sa protégée. À croire que même Gabriel pouvait être facilement déstabilisé. Mais elle n'a pas tort, il a toujours été là pour servir de bouclier contre les commérages et Zelda en a fait de même, ou du moins, a fait de son mieux pour qu'il se sente mieux après ses mésaventures. La grosse berline freine pour une dernière fois devant leur point de rendez-vous et, si son agent n'a pas attendu pour descendre, Jameson lui sourit sincèrement. « Oui, tout est fini maintenant. » Zelda lui répond accompagnée d'une légère pression sur sa main comme pour la remercier. « Il va falloir que vous me racontiez cette histoire de procès autour d'un verre ou deux ! » D'un dernier sourire suivit d'un clin d’œil taquin Zelda sortit à son tour de la voiture. Une fois dehors la mannequin étire son dos après avoir été trop avachi contre les sièges en cuir de la locomotive et ses poumons pouvaient désormais se remplir d'une grande inspiration d'air frais. Elle attend Jameson, remercie le chauffeur et s'introduit dans le restaurant aux côtés de leur invité de marque. Gabriel a le don de faire les choses bien en prenant soin d'informer les serveurs et serveuses d'une troisième chaise à leur table, à croire que son boulot avait pris possession de sa personnalité. Dedans, Zelda se sentit chez elle et de suite sa première langue maternelle prit le dessus lorsque la serveuse si joliment vêtue l'a reconnue. La néo-zélandaise la complimente sur sa tenue et puis s'enchaîne une courte conversation sur les dernières nouvelles de leur routine monotone. La serveuse y glisse une remarque sur Gabriel dont elle trouve toujours aussi séduisant, toujours en vietnamien par peur d'avoir honte, Zelda en rit avec elle avant de la laisser retourner travailler et elle sur ses priorités de sa soirée.

Assise en face de son agent, il vient, s'en perdre une seconde, se pencher vers sa protégée, le menu dans ses mains, en demande de nouveautés exotiques. « Voyons voir...» Par chance, le restaurant s'adapte à tout type de régimes alimentaires. « Tu as le Bún thang, une soupe de vermicelles que tu n'as pas encore goûté il me semble. Elle doit être pas mal en régime végétarien ! » À son tour, elle se penche vers son agent pour lui indiquer, avec l'aide de son index, le plat qu'elle lui propose. Zelda revient du côté de Jameson, prête à l'aider, la voyant certainement perdue dans tous ces choix. « Je ne sais pas si vous avez un régime particulier, mais sur le côté de chaque plat il y a des indications de ce qu'ils ajoutent pour remplacer la viande et autres produits animaliers. » Avec le menu dans les mains de l'avocate, Zelda essaie de trouver ce qu'elle pourrait bien lui conseiller pour commencer. Elle lui indique le pho, l'incontournable, puis le Bun Bo Hue avant de lui parler d'autres plats qu'elle considère comme typique de son deuxième pays d'origine. La même serveuse - son amie - revint vers eux, un petit calepin dans sa main et un stylo dans l'autre prête à noter leurs boissons afin de bien démarrer la soirée. « Un verre de vin blanc pour moi, dit-elle une fois que Jameson et Gabriel ont prit la parole, donne-moi le plus cher, c'est ton chéri qui paye tout ce soir. » Qu'elle rajoute en vietnamien pour la taquiner un peu et la voilà repartie pour la cuisine, le grand sourire aux lèvres. « Oh, d'ailleurs, si vous n'êtes pas à l'aise avec les baguettes, vous pouvez directement demander aux serveurs pour d'autres couverts. Il y a dix ans en arrière, Gabriel ne supportait pas les baguettes, maintenant c'est un pro, ou presque. » Zelda blague sur cette petite anecdote tout en défiant, du regard, son cher ami de lui montrer ses prouesses au maniement des baguettes tout en le félicitant, d'un air faussement surpris, de son amélioration. La serveuse leur apporte dans un temps record leurs verres commandés. Zelda leva son verre sans attendre pour y porter un toast. « À cette victoire écrasante ! » Si quelques heures plus tôt la blonde se sentait encore réticente à son procès, désormais, elle arrivait à en rire à cœur joie. Le son de leurs verres qui se trinquent entre eux résonne dans l'air, ses lèvres encore rosées pouvaient se tremper dans le nectar alcoolisé et la soirée commençait avec ses lots de surprises.


  





- - INSTEAD OF CHOOSING WINGS TO SOAR THROUGH THE SKY WE  CHOSE HANDS TO HOLD WITH ONE ANOTHER AND  YET THE SKY STILL FASCINATES US. IS IT SUCH A CRIME TO KEEP ON DREAMING ?

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EV8FyP7
:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jameson Winters
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : A l'aube de la quarantaine
SURNOM : Jaimie, Jam'. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi.
STATUT : Célibataire. Succombe parfois aux plaisirs sans lendemain.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une immense villa bien trop vide.
it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Snnw
POSTS : 6095 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Phoenix [f.b.]Gaby [2]Gaby [f.b. #2]FinnleyArianeAriel [f.b.]Zelda & GabrielAodhan [f.b.]Martin [10]

Réalités alternatives ↠ Zombinson [d.z.]Bloody Gaby [d.f.]Bosie me boy [d.f.]Witchy Robin [d.f.]

↟ ↟ ↟

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson 5si5
PHOENIX — I want to heal, I want to feel like I'm close to something real, I want to find something I've wanted all along: somewhere I belong. Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson D6jn
ROBIN — Her eyes look sharp and steady into the empty parts of me. Still my heart is heavy with the scars of some past belief.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_inline_nuvgngzvWi1qlt39u_250
GABRIEL — I'll keep your heart safe in the palms of my hands until it can beat on its own again.

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mopl6m3VC61qip73ao3_250
ARIEL — All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.


it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Tumblr_mcetygXWmK1qd90klo6_r3_250
KYTE — Old growth holds hope, let the brambles scrape your skin; scars are story books, blood will wash away our sins.



RPs EN ATTENTE : Laoise ↟ Gaby Irlande ↟ Phoenix [2] ↟ Robin [4] ↟ Robin & Phoenix [r.a. 2] ↟ Abel
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Birdie (avatar), anaëlle. (signature), loonywaltz (UB)
DC : Kyte le vieux fou & Aisling l'ex junkie candide
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too https://www.30yearsstillyoung.com/t13536-jameson-winters-lone-wolf-looking-for-her-pack https://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson EmptyJeu 20 Fév - 7:31




it's all about the joy that comes out of sorrow




Gabriel ne répondit rien à ma remarque, et pourtant je pouvais lire dans son regard qu’il avait pris note du message. Je le soupçonnais même d’avoir l’habitude d’endosser ce rôle et j’étais heureuse de savoir qu’après l’expérience déplorable que Zelda avait vécu au début de sa carrière, elle évoluait désormais aux côtés d’un homme qui la respectait et semblait même prêt à la protéger face aux débordements qui ne manqueraient pas. La mannequin me rappela d’ailleurs qu’elle n’était pas étrangère aux commérages. Ainsi, elle s’était résolue à ne pas se soucier du regard des autres dès le début de sa carrière. Un sourire compréhensif aux lèvres, j'étudiai ses traits si subtilement symétriques, à la fois doux et éthérés. Aujourd’hui comme l’autre fois dans mon bureau, Zelda me semblait si naturelle et vulnérable que j’en oubliais parfois son succès et l’exposition médiatique continue à laquelle elle devait maintenant être habituée. Les retombées du procès ne la heurteront peut-être pas de plein fouet, après tout. Depuis tout ce temps, elle avait certainement trouvé le moyen de protéger sa nature sensible derrière un genre de bouclier. Une protection dont je manquais cruellement à l’époque où je m’étais retrouvée dans la même situation qu’elle. Je me souvenais la terreur et la honte paralysante à voir ma vie ainsi étalée dans la presse, les faits déformés par les différentes rédactions en fonction de leurs intentions cachées. Tantôt érigée en symbole d’une résistance verte, tantôt traînée dans la boue par les conservateurs, j’avais craint qu’un journaliste ne creuse trop profond dans mon passé et découvre les liens que j’avais jadis entretenus avec l’ALF, une organisation désormais considérée comme terroriste. Heureusement, les choses avaient fini par se tasser dès lors que les médias s’étaient trouvé une affaire plus juteuse dans laquelle planter leurs dents acérées. Quant à moi, je m’étais résolue à fuir le Canada comme ses fantômes qui me collaient à la peau, et l’histoire s’en était arrêtée là. « Mais c'est vrai, ils parleront quoique je fasse. Je ne me laisserai pas abattre cette fois-ci et puis je ne suis plus seule désormais. » Ma main toujours posée sur la sienne, je lui adressai un sourire. Car non, elle n’était pas seule. Déjà, il était clair qu’elle pouvait compter sur son manager… mais j’avais envie d’être un peu là pour elle moi aussi, à ma manière. C’est peut-être parce que son combat juridique a commencé le jour où elle a poussé la porte de mon bureau, ou encore parce que son histoire avait douloureusement fait écho en moi, mais je me sentais étrangement investie dans cette affaire. Comme si elle comprenait mon message, la main délicate de Zelda serra la mienne, et son geste me toucha plus que je ne l’aurais cru. « Il va falloir que vous me racontiez cette histoire de procès autour d'un verre ou deux ! » Là pour le coup j’ai senti mes remparts remonter à la vitesse de l’éclair. Mais je fis de mon mieux pour dissimuler ma réserve derrière un sourire de circonstance. « En toute honnêteté, je pense que même deux verres ne pourraient pas rendre cette histoire plus passionnante. » Je plaisantai en espérant clore ainsi le sujet. D’autant que moi c’est plutôt une bouteille de whisky qu’il me faudrait pour parler de cette période de ma vie. Et encore…

Notre arrivée m’offrit une distraction en or. Je sortis de la voiture et levai le nez pour découvrir l’endroit où nous avions atterri. J’avais beau vivre à Brisbane depuis près d’une dizaine d’années, je me cantonnais souvent aux mêmes quartiers et ne pensais pas m’être déjà aventurée par ici. Mais j’aimais comme les lumières du soir venaient caresser les immeubles, et la douce odeur de nourriture qui se frayait un chemin jusqu’à mes narines, rappelant par la même occasion à mon estomac le souvenir trop lointain du Buddha Bowl que j’avais ingéré à midi tapantes. Passablement excitée à l’idée de découvrir un nouveau restaurant, je suivis Zelda à l’intérieur et remarquai que Gabriel s’était déjà chargé de faire ajouter un couvert à notre table. Je fus tirée de mon appréciation en entendant une serveuse nous accueillir dans ce que je supposais être du Vietnamien, étant donné les origines de Zelda et sa facilité à lui répondre dans la même langue. Un poil fascinée, je suivis leur échange en me demandant si je serais encore capable de parler le gaélique qui avait bercé les premières années de mon enfance. Entre nous, rien n’était moins certain, même si j’avais assurément assez de restes pour me commander un verre.

Suivant la serveuse, nous débarquâmes sur une jolie terrasse nimbée de soleil pour rejoindre Gabriel. Je pris place sur la banquette aux cotés de Zelda, et résistai à l’envie d’étendre mes jambes sous la chaise d’en face comme le réclamaient mes pieds fatigués par les chaussures à talon corporate que je leur imposais. Au moins, mon fessier délicat pu se réjouir du coussin moelleux qui les accueillait. « Qu’est-ce que tu me recommandes que je n’ai pas encore essayé, hm ? » Je relevai la tête du menu, persuadée que la réponse de Zelda ne manquera pas d’éclairer mon choix. Et en effet, la mannequin était vraisemblablement incollable sur le sujet. Elle lui conseilla rapidement un plat, sans manquer de préciser qu’il était aussi disponible en régime végétarien. Intriguée, je détaillai le trentenaire en haussant un sourcil. Certains mots attiraient efficacement mon attention, et ce genre de petits détails avaient la faculté de décupler considérablement mon intérêt. Je me repris cependant en constatant que Zelda se tournait désormais vers moi afin de m’aider dans ma sélection. Je reportai donc rapidement mon attention sur elle pour écouter ses précieux conseils. « Je ne sais pas si vous avez un régime particulier, mais sur le côté de chaque plat il y a des indications de ce qu'ils ajoutent pour remplacer la viande et autres produits animaliers. » Une nouvelle qui ne pouvait que me ravir, et simplifierait aussi grandement ma soirée en m’évitant de longues négociations avec les serveurs et d’innombrables aller et retour en cuisine. « Voilà qui me sera très utile ! » Je m’exclamai sobrement, sans pour autant en dévoiler la raison. Une méthode d’évitement que j’avais développée pour éviter de parler du véganisme à table, un sujet qui pouvait crisper nombre de mes confrères. Ce débat, déjà passablement chiant avec le commun des mortels, devenait un exercice particulièrement effroyable lorsqu’il était lancé entre avocats. Pour autant, je sentais que Zelda était sensibilisée au sujet, et je me demandais si c’était lié aux préférences alimentaires de son manager ou bien aux siennes. Toujours était-il que je prêtais une attention aigüe aux plats qu’elle me désignait, et finis par me décider pour un pho, comme je n’avais jamais goûté. Sur ces entrefaites, la serveuse revint nous proposer un apéritif et j’optai pour le cocktail maison, qui me faisait de l’œil depuis la petite ardoise placée au centre de la table. Après avoir commandé nos plats, Zelda parvint à nous partager une information tout en envoyant une pique complice en direction de Gabriel et je ne pus retenir un petit rire. « Ce ne sera pas nécessaire, j’ai passé mon adolescence à manger du chinese take-away… j’ai bien été obligée d’apprendre à utiliser les baguettes sur le tas. » Je plaisantai avec un sourire au souvenir de ces soirées de fugues où je me réfugiais dans l’appartement de Kyte, à me nourrir des restes qu’il voulait bien partager avec moi, non sans ronchonner abondamment.

La serveuse revint rapidement avec nos verres et je ne pus m’empêcher d’en humer l’arôme alcoolisé et fruité. A mes côtés, Zelda leva le sien pour porter un toast : « À cette victoire écrasante ! » Je hochai la tête, cherchant son regard. « A ton courage ; à la justice. » J’ajoutai joyeusement, m’assurant d’accrocher aussi les prunelles de Gabriel. Nos verres tintèrent, au milieu de la table et je ramenai le breuvage à mes lèvres, pressée de goûter cette spécialité mais aussi, pour être honnête, de sentir l’alcool affluer dans mon système et détendre un peu ma posture légèrement guindée. Quelques goulées et exclamations ravies plus tard, je reposai le verre sur la table devant moi et le poussai distraitement du bout des doigts. Introvertie à l’extrême mais habituée aux situations de networking, j’avais au fil des années développé des stratégies exemplaires pour donner le change sans avoir à parler de moi. Le principe de base était évidemment de trouver des questions qui passionneraient assez mes interlocuteurs pour qu’ils prennent plaisir à s’entendre parler toute la soirée. Du reste, c’était facile. La plupart des gens adorent parler d'eux. Surtout de leur métier. Surtout quand ils ont gravi les échelons et rencontré un succès leur permettant d’étaler quelques richesses. Étant donné la renommée de Zelda, je supposai que c’était le cas de mes deux compères et qu’une question sur leur travail devrait délicieusement orienter la discussion sur eux, en toute subtilité. « Vous savez, j’ai travaillé avec quelques artistes au cours de ma carrière, mais jamais de mannequins. Le monde de la mode me paraît assez impénétrable. Peut-être plus sélectif que celui de la musique ou du cinéma. » A vrai dire je me trompais peut-être, car j’étais loin de m’y connaître, pour ne  jamais l’avoir côtoyé, ni ne loin, ni de près. Mes seules connaissances en la matière dérivaient de quelques « on dit » entendus au détour d’une discussion. « Comment vous êtes-vous retrouvés dans cette industrie tous les deux ? » Du reste, ma curiosité n’était pas feinte. J’aimais apprendre les aspirations qui se cachaient derrière le statut et révélaient non seulement les valeurs de mes interlocuteurs, mais aussi leur essence.                    




follow in no footsteps listen for the true guides

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start.

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty
Message(#) Sujet: Re: it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

it's all about the joy that comes out of sorrow • zelda et jameson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley
-