AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -46%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
206 €

 kiss & tell (Lou#3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lene Adams
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : future mère célibataire, elle se fait à l'idée que ses vergetures ne vont plus attirer personne. (terme à mi-avril)
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec ses chiens Patacroute & Ponyo
kiss & tell (Lou#3) Tumblr-inline-ptlgg5t8-Ut1scox85-400
POSTS : 5263 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
kiss & tell (Lou#3) 1015
Famille Adams
Tomene#6+ Anwar#2 + Caleb + Lou#3+ Gabriel (5/5)
_______________________________________________
Fantôme : Leone
Zombie : Zomlenah
Flash-back : Remi (fb)
RPs EN ATTENTE : Eva
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) tearsflight sur bazzart (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene https://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune https://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyVen 30 Aoû - 20:53


kiss & tell
Lene & Lou


L’iconique cd de Britney Spears avait accompli le tour de force de tourner deux fois d’ici à ce qu’elles arrivent sur les lieux. L’Australia Zoo a beau n’être situé qu’à une heure de Brisbane, les familles avaient visiblement décidé d’aller explorer cette partie-là du Queensland provoquant de ce fait des embouteillages dont Lene se serait très bien passée. Les longs voyages en voiture allaient être à proscrire et à chaque arrêt, bien que Lou tente de calmer sa mauvaise humeur en entamant les refrains d’une Britney au sommet de sa gloire, Lene n’arrive pas à reprendre patience – s’il en avait déjà eu un jour, il faut dire – un trajet de deux heures s’était donc imposé là où la moitié suffit en temps normal. L’idée de visiter le zoo avait été abordée rapidement et maintenant que Lene approche du délai où il est possible pour elle d’annoncer sa grossesse – parce que les fausses couches sont plus rares après douze semaines – le moment d’annoncer la nouvelle à Lou s’approche tout autant. Evidemment, elle aurait préféré passer le stade de douze semaines qu’elle s’était fixée mais l’occasion se présente aujourd’hui et si elle aurait cent fois préféré qu’Anwar soit celui qui annonce la nouvelle, elle se dit à chaque fois qu’elle songe à abandonner lâchement que c’est à elle de le faire. Finalement, ces premières semaines où elle ne devait rien dire étaient les meilleures parce que maintenant, la nouvelle va courir et Lene déteste l’idée que quiconque puisse émettre le moindre jugement sur son état. Elle balise mais pour le moment, elle doit tenter d’être le plus naturel possible, ce qui se fait avec un peu de mal mais elle parvient à sortir l’excuse que le trajet lui aura tapée sur le système. Le parc est presque comme dans ses souvenirs. Ceux de la fois où elles étaient allées le visiter avec l’école, sauf qu’au lieu d’aller regarder les animaux, elles avaient préféré jeter leur pop-corn sur les élèves d’autres écoles et semer la discorde entre deux pauses cigarettes bien cachées dans les buissons. Une attitude qu’elle n’oserait plus adopter aujourd’hui tant elle lui parait puérile mais qui était parfaitement naturelle à l’époque.  Le plan est dans les mains de Lou. C’est elle qui s’était enjaillée à l’idée de voir des koala et hormis l’occasion de changer un peu d’air, rien n’avait réellement attiré Lene dans cette endroit. Hormis ses chiens, les animaux n’éveillaient que peu son intérêt. « Tu veux commencer par quoi ? » demande t-elle alors que la naine qui l’accompagne semble étudier – et oui – très sérieusement la carte. « Tu as trouvé un spectacle où l’on peut s’asseoir ? » Elles viennent à peine d’arriver et Lene veut déjà savoir quand elle aura l’occasion de poser ses fesses. Elle commence bien la grossesse. Ses yeux se promènent dans tous les sens à la recherche du bon vieux stand d’antan mais rien n’apparait à l’horizon. « Bah merde alors, on le trouve où le pop-corn maintenant ? » Où ? On ne le trouve plus, tout simplement.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me. Now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small beside the victory. That's her destiny


kiss & tell (Lou#3) Yb82npx2
kiss & tell (Lou#3) RFK1Pd3
kiss & tell (Lou#3) 330286babygirl
kiss & tell (Lou#3) 895480membre

kiss & tell (Lou#3) D6wnS8bkiss & tell (Lou#3) XSIuSOYi_o
Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (29/10/88)
SURNOM : Parce que Lou c'est pas assez court comme ça ?
STATUT : rou(x)coule avec Finn
MÉTIER : Boss @the Hive. Magenta @Rocky Horror Picture Show Live. Chanteuse multitâches @Street Cats
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue dont la surface est plus grande que la somme de toutes les chambres d'hôtel miteuses qu'elle a courues ces trois dernières années
kiss & tell (Lou#3) Tumblr_orhlfle72Z1ry1flpo6_400
POSTS : 2290 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes. Fille unique et choyée d'un couple aisé. Vit mal la solitude et l'ennui, très fêtarde, bavarde. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. A trahi Mitchell et le Club malgré elle. A vécu dans un squat pendant des mois et s’est prostituée. Sa mauvaise influence a causé plusieurs morts qui la hantent. Sobre depuis trois ans.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Mitchell #3 - Lene #3 - Tad - Finn #5 - Joseph #2 - Wim - Charles - 8/5

kiss & tell (Lou#3) GT2X5IO
STEET CATS ► Take me some place where there's music and there's laughter, I don't know if I'm scared of dying but I'm scared of living too fast, too slow

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_o5dfzx9sEc1rfdinko6_r1_250
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
LOUNEY ► I won't let go, I'll be your lifeline tonight. Cause we all get lost sometimes, you know? It's how we learn and how we grow.
RPs EN ATTENTE : Anwar #2 - Raelyn #2 - Aisling #3
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Jimmy #2 - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's


archive 1
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : emily browning
CRÉDITS : lux aeterna
DC : jamie keynes & kelly ward
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t7614-lou-aberline#272602

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyMar 10 Sep - 2:01


Difficile de croire qu’on puisse aller moins vite d’un car scolaire, et pourtant, Lene le bolide a réussi cet exploit haut la main. Je commençais à avoir de sérieux doutes concernant notre heure d’arrivée à destination et le temps qu’il nous resterait pour visiter quoi que ce soit du parc avant la fermeture - pour mieux rentrer à Brisbane sur les coups de six heures demain matin. Puis les panneaux se sont ornés du logo du Zoo, jusqu’à ce que le portail de l’entrée apparaisse enfin. Je laisse la frustration accumulée par chaque pause pipi à l’intérieur de la voiture, désormais verrouillée sur une place de parking à l’ombre. Renaît en moi la Lou d’il y a dix ans, ou du moins, ses souvenirs. Et ils sont nombreux à arpenter ces chemins entre les enclos. « Tu veux commencer par quoi ? » demande Lene tandis que le plan du parc est passé au peigne fin par mes soins. Mon regard scanne chaque case, le tout n’a pas beaucoup changé. Pourtant j’ai hâte de le redécouvrir, moins occupée à être la rebelle de service, ou moins anesthésiée par une substance quelconque. Juste me pencher sur les animaux, lire les écriteaux, en apprendre plus -comme si je ne connaissais pas par coeur le fond de catalogue de documentaires National Geographic. “Les casoars.” dis-je une fois mon choix arrêté. Je pourrais presque entendre un commentateur, dans un coin de ma tête, me dresser la fiche d’espèce de ce très gros oiseau -un des plus grands et dangereux d’Australie, ce qui en fait, forcément, un des plus fascinants. « Tu as trouvé un spectacle où l’on peut s’asseoir ? » Mon regard roule lourdement sur Lene. Même en se massant les lombaires elle n’aurait pas plus l’air d’une vieille bique. “Sérieusement ? On vient de passer trois plombes en voiture et tu penses déjà à t’asseoir ?” Je juge outrageusement, mais cela ne m’empêche pas d'obtempérer ; après tout, l’idée est qu’elle profite elle aussi de la journée, et je suis visiblement bien plus facile à satisfaire. Je ne tarde pas à trouver un spectacle -le show principal même dont mes souvenirs flous ont bien besoin d’être rafraîchis. “Y’a le nourrissage des crocodiles. Si on passe par les serpents, les wombats et les koalas, on arrivera aux casoars et le “crocosseum” est juste à côté.” Un énorme bâtiment, impossible de le rater. Les soigneurs ne font pas que nourrir les bêtes, ils en profitent pour leur faire faire quelques tours impressionnants entre deux moments de pédagogie. Mais j’admets que j’adorerais en voir un se faire bouffer la main d’un coup de crocs. Ca pimenterait la chose immédiatement. « Bah merde alors, on le trouve où le pop-corn maintenant ? » Lene n’a visiblement pas eu le mémo. Repliant soigneusement la carte du zoo puis la glissant la poche arrière de mon short, je réponds ; “Y’en a plus. Ils ont arrêté d’en vendre parce que les gens les filaient aux animaux, et c’est pas bon pour eux. Quel genre d’idiot il faut être pour filer du pop-corn aux bestioles ?” Peut-être des idiotes comme nous. Mais nous étions adolescentes, il y a prescription. “Je prendrais bien une glace par contre.” Et c’est sur ce que j’engage la marche vers un stand non loin de l’entrée où se fournir en crème glacée et autres sorbets avant de débuter notre marche. Bien sûr, toute la population du Queensland a eu la même idée que moi et au moins dix personnes font la queue devant nous, mettant au moins trois mètres de distance entre moi et mon Magnum triple caramel. Dans la file d’attente, des enfants, bien sûr. Braillards et impatients, pendus aux bras de leurs parents désoeuvrés, exigeant que le temps passe plus vite, puis d’aller voir les koalas -non, les kangourous, non, les éléphants. “Pourquoi faut toujours que ce soit envahi par les mioches ?” je soupire en levant les yeux au ciel. Il y en a bien des mignons, ceux qui dorment dans leur poussette notamment, et ceux qui sont venus déguisés en petits animaux -sauf celui en araignée, qu’il aille consulter un psy. Et puis il y en a un, à côté du stand, sa glace à la main, le cornet trop grand pour ses petits doigts couverts de chocolat qui poursuit sa fonte plus rapide que les icebergs du pôle sud. “Regarde celui-là.” j’indique à Lene, souriant déjà face à l’inéluctable et littérale chute de cette scène. Il ne regarde pas où il va, absorbé par le dessert, croise la route d’un caillou plus gros que son orteil, trébuche, s’étale de tout son long, la face dans sa glace. Puis c’est un concert de brâillements qui débute. “C’est ça, pleure.”

LOONYWALTZ




Wish I could roll on back to that old town road I wanna ride 'til I can't no more

kiss & tell (Lou#3) HM7e7CT
kiss & tell (Lou#3) LMRsHaF
kiss & tell (Lou#3) 0q9c4Id
kiss & tell (Lou#3) XLymaLC
kiss & tell (Lou#3) QY6mrp83_o
Revenir en haut Aller en bas
Lene Adams
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : future mère célibataire, elle se fait à l'idée que ses vergetures ne vont plus attirer personne. (terme à mi-avril)
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec ses chiens Patacroute & Ponyo
kiss & tell (Lou#3) Tumblr-inline-ptlgg5t8-Ut1scox85-400
POSTS : 5263 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
kiss & tell (Lou#3) 1015
Famille Adams
Tomene#6+ Anwar#2 + Caleb + Lou#3+ Gabriel (5/5)
_______________________________________________
Fantôme : Leone
Zombie : Zomlenah
Flash-back : Remi (fb)
RPs EN ATTENTE : Eva
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) tearsflight sur bazzart (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene https://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune https://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyDim 29 Sep - 22:30


kiss & tell
Lene & Lou


Lene n’aurait jamais remis les pieds là si elle n’avait pas tenté de faire plaisir à Lou. Aussitôt entrée dans le zoo, elle avait eu l’impression de rejoindre une cours de récréation et ce n’est pas parce qu’elle avait accepté d’en pondre que ce serait okay de supporter ceux des autres. C’est finalement ce qu’elle semble se retrouver à faire quand Lou commence à étudier sérieusement les lieux et la faune qui s’y trouve. Ce n’est pas de dix ans dont elle semble être revenue en arrière mais bien de vingt-cinq et si ça parait mignon à l’observer faire parce qu’elle a l’allure qui se fond bien dans les sorties scolaires, ça ne fait que provoquer chez Lene l’appréhension de la rencontre avec d’autres enfants. Un peu comme quand son chien rencontre un nouveau congénère, ce qu’il déteste. “Les casoars.” Et elle a l’air d’avoir sérieusement réfléchit longtemps son premier choix ce qui lui échappe totalement parce qu’un oiseau n’est rien de plus qu’un tas de plume et que celui-là est particulièrement disgracieux, une preuve de plus que la sélection naturelle ne se fait pas toujours très bien. Néanmoins, Lene n’est pas là pour elle donc elle se contente d’hausser les épaules pour montrer un signe de consentement. Ce qu’elle demande juste, c’est de pouvoir s’asseoir, ce qui peut paraitre ridicule quand on a passé deux heures en voiture mais moins quand on a un médecin qui insiste sur le repos, vu qu’elle ne s’en accorde pas vraiment sur ses jours de travail. “Sérieusement ? On vient de passer trois plombes en voiture et tu penses déjà à t’asseoir ?” Elle acquiesce en répondant un « Oui » tranquille parce qu’elle n’en voit pas ce qui pose problème vu qu’elles vont de toute évidence se cogner des nourrissages et autres tours de passe – passe avec des otaries, elle préfère encore le faire assise. “Y’a le nourrissage des crocodiles. Si on passe par les serpents, les wombats et les koalas, on arrivera aux casoars et le “crocosseum” est juste à côté.” Et aussi vite que waze, malgré son regard qui en dit un paquet sur ses pensées, Lou parvient à leur tracer tout un itinéraire qui semble convenir à tout le monde, ne reste maintenant qu’à le suivre. « Et bien, c’est niquel, on peut faire ça. » adresse Lene, prête à partir après avoir coché la dernière case de sa liste de chose à faire avant la visite : la bouffe. Elle ne l’avait pas dit sur la route mais elle, elle s’était enjaillée à l’idée de grignoter du pop-corn. “Y’en a plus. Ils ont arrêté d’en vendre parce que les gens les filaient aux animaux, et c’est pas bon pour eux. Quel genre d’idiot il faut être pour filer du pop-corn aux bestioles ?” Même si elle aurait pu répondre qu’ils auraient pu le laisser pour les gens – parce que rien n’empêche les gens de ramener leur propre bouffe et de la filer aux animaux – elle ne peut se priver du regard qui répond à son jugement qu’elles ont fait parties de ces idiots qui nourrissaient les animaux et qu’elles n’ont pas à ce point évoluer depuis. “Je prendrais bien une glace par contre.” Elle évite le sujet et dire vrai, Lene n’a pas l’intention de le lancer plus que ça. Elles ont été des adolescentes stupides, comme tout le monde, rien ne sert d’épiloguer sur le sujet. Plutôt docile, elle se contente de suivre Polly Pocket vers le stand de glace où elles vont devoir attendre leur plombe avant d’avoir le but de leur quête. Pas de stress. C’est Lou qui fait le planning. “Pourquoi faut toujours que ce soit envahi par les mioches ?” Sa question posée à haute voix attire le regard d’une mère de famille stationnée devant elles qui se contente de les regarder avant d’en revenir à sa marmaille. Le regard de Lene est masqué derrière des lunettes de soleil visant à bien faire valoir son impassibilité. Si madame souhaite s’offusquer de la remarque de Lou, c’est qu’elle a conscience intérieurement qu’elle fait chier. Les gens se vexent toujours dès qu’ils savent intérieurement qu’ils ont tort. « Parce que ça ferait faillite sans les familles et que c’est sociétalement impossible point de vue marketing de dire qu’on en veut pas. » explique Lene en croisant les bras sans détacher ses yeux du dos de la dame. « Regarde déjà l’exemple des restaurants « gastronomique », s’ils ne servent pas de pâtes au ketchup, c’est bien pour faire comprendre aux parents que ça sert à rien de venir à plus de deux. » La nourriture est l’argument mais la finalité est bien la tranquillité du client et le level de décibel. “Regarde celui-là.” Indique Lou en lui faisant tourner le regard vers un petit qui semble être le plus heureux du monde avec sa glace en main, bien trop grande pour lui, elle termine inévitablement par terre. Et si à une époque, le spectacle d’un enfant en larme n’aurait pas appelé autre chose qu’un rire graveleux chez Lene, la scène fend plutôt le cœur actuellement, mettons ça sur le coup des hormones qui mettent sa sensibilité à fleur de peau, elle ne trouve rien de drôle à ce qui se joue. “C’est ça, pleure.” Ajoute Lou, méchamment, lui collant une honte instantanément qui reste fort heureusement cachée derrière ses lunettes. Le truc dans son impression d’avoir à balader sa gamine, c’est que Lou est bel et bien d’un point de vue extérieure une grande enfant de trente ans, un détail qui n’échappent pas aux regards qui se sont tournés vers elles et à part prétexter un éventuel retard, Lene ne sait pas ce qu’elle pourrait répondre d’autre que son silence face à ces visages qui finissent sans surprise à se détourner d’elles pour avancer dans la file. Les parents du petits sont venus à son secours et lui offriront à n’en pas douter une nouvelle glace pour remplacer l’ancienne. L’épisode est oublié par tous au moment où elles arrivent devant le stand où Lene se prive pas, elle est faim. « Je vais prendre un hot dog, deux paquets de chips, un de ces petits trucs que vous faites frire ou deux en fait, et une glace. » dit-elle en jetant un coup à ce qu’elle pourrait prendre d’autre, le problème étant que tout est toujours à consommer dans l’immédiat « Puis, vous pouvez ajouter tout ce qu’elle voudra. » dit-elle en désignant Lou.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me. Now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small beside the victory. That's her destiny


kiss & tell (Lou#3) Yb82npx2
kiss & tell (Lou#3) RFK1Pd3
kiss & tell (Lou#3) 330286babygirl
kiss & tell (Lou#3) 895480membre

kiss & tell (Lou#3) D6wnS8bkiss & tell (Lou#3) XSIuSOYi_o
Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (29/10/88)
SURNOM : Parce que Lou c'est pas assez court comme ça ?
STATUT : rou(x)coule avec Finn
MÉTIER : Boss @the Hive. Magenta @Rocky Horror Picture Show Live. Chanteuse multitâches @Street Cats
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue dont la surface est plus grande que la somme de toutes les chambres d'hôtel miteuses qu'elle a courues ces trois dernières années
kiss & tell (Lou#3) Tumblr_orhlfle72Z1ry1flpo6_400
POSTS : 2290 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes. Fille unique et choyée d'un couple aisé. Vit mal la solitude et l'ennui, très fêtarde, bavarde. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. A trahi Mitchell et le Club malgré elle. A vécu dans un squat pendant des mois et s’est prostituée. Sa mauvaise influence a causé plusieurs morts qui la hantent. Sobre depuis trois ans.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Mitchell #3 - Lene #3 - Tad - Finn #5 - Joseph #2 - Wim - Charles - 8/5

kiss & tell (Lou#3) GT2X5IO
STEET CATS ► Take me some place where there's music and there's laughter, I don't know if I'm scared of dying but I'm scared of living too fast, too slow

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_o5dfzx9sEc1rfdinko6_r1_250
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
LOUNEY ► I won't let go, I'll be your lifeline tonight. Cause we all get lost sometimes, you know? It's how we learn and how we grow.
RPs EN ATTENTE : Anwar #2 - Raelyn #2 - Aisling #3
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Jimmy #2 - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's


archive 1
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : emily browning
CRÉDITS : lux aeterna
DC : jamie keynes & kelly ward
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t7614-lou-aberline#272602

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyJeu 26 Déc - 23:35


Les enfants, ça m’échappe. Je ne comprends pas comment il est possible d’une, vouloir s’infliger la douleur de l’accouchement de plein gré, et deux, s’encombrer d’un être humain supplémentaire entièrement dépendant de soi jusqu’à la fin de nos jours. A mes yeux, il y a sûrement une forme de lavage de cerveau dans cette histoire. La société nous fait croire que cela est notre rôle, d’enfanter, que c’est notre devoir pour la survie de l’espèce, que c’est tellement gratifiant et épanouissant de nourrir un bébé baveux, moucher son nez qui coule et nettoyer ses fesses. Je le vois autour de moi, dans la queue pour les friandises ; quel bonheur, oui, cet adolescent dopé aux blockbusters qui insulte sa propre mère, cette fillette impatiente qui s'époumone à moitié par terre. Elles ont l’air aux anges, les mamans aux yeux cernés, encombrées de poussettes au cas où la marmaille soit prise de flemme de marcher, trois sacs entassés sous le landau avec les couches, les biberons et les sandwichs pour toute la famille auxquels Monsieur n’avait pas pensé parce que les pères ne s’étouffent pas dans leur esprit d’initiative et leur implication dans la vie de famille. Les pères travaillent, c’est leur rôle à eux. Ils ramènent l’argent et se tapent des nenettes deux fois plus jeunes qu’eux. Bizarrement, j’ai du mal à voir l’importance de ça pour la survie de l’espèce. Ce cirque, cette farce. « Parce que ça ferait faillite sans les familles, répond Lene à mon intolérance face à ce spectacle, et que c’est sociétalement impossible point de vue marketing de dire qu’on en veut pas. » J’hausse les épaules. Pas parce que je m’en fiche ou que je ne suis pas d’accord. C’est surtout qu’elle a employé pas mal de mots dont je n’ai pas compris le sens, et que je ne tiens pas à passer pour une demeurer. Alors acquiescer me paraît être la meilleure solution. « Regarde déjà l’exemple des restaurants « gastronomique », reprend-t-elle, et j’espère saisir plus d’un mot sur deux cette fois, s’ils ne servent pas de pâtes au ketchup, c’est bien pour faire comprendre aux parents que ça sert à rien de venir à plus de deux. » Et j’ai bien vite fait d’en conclure ma propre morale bien sentie ; “Conclusion : pour avoir les meilleures choses dans la vie, mieux vaut s’épargner d’avoir des morveux.”

Passé le drame de la glace tombée par terre et les hurlements du lardon qui ne peut s’en prendre qu’à lui pour être aussi gauche -et moche par dessus ça- notre tour vient. C’est Lene qui aligne les billets, assez naturellement ; elle a les moyens, et moi, l’aliment principal de mon alimentation sont les macaronis à un dollar les cinq-cent grammes chez Woolies. « Je vais prendre un hot dog, deux paquets de chips, un de ces petits trucs que vous faites frire ou deux en fait, et une glace. Puis, vous pouvez ajouter tout ce qu’elle voudra. » Difficile de savoir qui de moi ou du vendeur écarquille le plus les yeux. J’imagine que le trajet en voiture a drôlement creusé la brune. Plus modestement, je commande à mon tour “Une glace à la vanille, et un Coca Light.” Et non, je ne fais pas attention à ma ligne ; je ne bois toujours que du Coca light parce que j’en préfère le goût. Ce sont les bras bien chargés que nous cédons la place en caisse. Lene s’est jetée sur son hot-dog avec la ferme intention de l'annihiler en un temps record avec voracité. “Ton gros cul tiendra plus sur ta planche de surf si tu continues comme ça.” je fais remarquer en entamant ma glace. “Tu te fais pas vomir après hein ?”

Je ne peux pas m’empêcher de m’imaginer à quoi ressemblerait un monde où les rôles seraient inversés ; nous dans les enclos, eux dans les allées, en train de nous scruter avec une glace dans la main. Il y aurait des animations à l’heure de nous nourrir, et nous serions éduqués à divertir le public à l’aide de quelques tours sympathiques. Tout notre monde se résumerait à quelques hectares de verdure, et une loge pour la nuit. Nous ne verrions jamais au delà. Nous ne saurions même pas qu’il existe quoi que ce soit de l’autre côté de la clôture. Vu sous cet angle, je préfère de loin être de ce côté de celle-ci. “Tu savais que les femelles sont dominantes chez les casoars ? dis-je entre deux lampées de crème glacée. Après l’accouplement, elles laissent les oeufs au gars, et il se démerde avec.” Je l’avais entendu dire dans un documentaire sur National Geographic, aka l’éternel bruit de fond de ma chambre. Je ne peux pas vivre dans le silence, mais je ne tiens pas non plus à voir mon cerveau couler de mes oreilles face à la bêtise des émissions de téléréalité, ni perdre ce qui me reste de moral en regardant les infos en continu. Au moins, je suis devenue une encyclopédie à fun facts sur les animaux d’ici et d’ailleurs. Pas que Lene en ait quoi que ce soit à cirer, je n’en doute pas. Ce pourquoi je ne m’attarde pas plus que nécessaire à ce premier arrêt et reprend rapidement l’itinéraire devant nous mener, à terme, au spectacle de crocodiles. Après les casoars, mon pas lent ne cesse jamais vraiment. J’observe les animaux à distance puisque les premiers rangs sont réservés aux enfants mais que je ne suis pas plus grande qu’eux ; il n’y a qu’à deux ou trois mètres de la clôture que je peux espérer apercevoir une touffe de fourrure. En revanche, le Crocosseum est immanquable, et nous en approchons petit à petit. “Ca fait remonter un tas de souvenirs de venir ici.” je déclare avec nostalgie. Les tendres années à faire ce qui nous chantait, tous ces actes, toutes ses erreurs dont nous n’avions pas à payer les conséquences aussi lourdement qu’à notre âge. Si les choses avaient été différentes dans mon cadre familial, je me demande si, moi, j’aurais tourné autrement. Mais je pense que l'attrait du danger, la quête du frisson et la soif de désobéissance ont toujours été en moi. “Tu crois qu’il y a encore notre tag dans les chiottes ?” je demande avec un sourire de connivence, indiquant d’un signe de tête les WC au pied de l’arène. Je ne me souviens plus ce que nous avions écrit au marqueur là-bas, mais cela impliquait sûrement notre prof et une sordide histoire de gang bang.




Wish I could roll on back to that old town road I wanna ride 'til I can't no more

kiss & tell (Lou#3) HM7e7CT
kiss & tell (Lou#3) LMRsHaF
kiss & tell (Lou#3) 0q9c4Id
kiss & tell (Lou#3) XLymaLC
kiss & tell (Lou#3) QY6mrp83_o
Revenir en haut Aller en bas
Lene Adams
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : future mère célibataire, elle se fait à l'idée que ses vergetures ne vont plus attirer personne. (terme à mi-avril)
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec ses chiens Patacroute & Ponyo
kiss & tell (Lou#3) Tumblr-inline-ptlgg5t8-Ut1scox85-400
POSTS : 5263 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
kiss & tell (Lou#3) 1015
Famille Adams
Tomene#6+ Anwar#2 + Caleb + Lou#3+ Gabriel (5/5)
_______________________________________________
Fantôme : Leone
Zombie : Zomlenah
Flash-back : Remi (fb)
RPs EN ATTENTE : Eva
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) tearsflight sur bazzart (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene https://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune https://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyDim 12 Jan - 0:17


kiss & tell
Lene & Lou


“Conclusion : pour avoir les meilleures choses dans la vie, mieux vaut s’épargner d’avoir des morveux.” Annonce fièrement Lou, comme si elle détenait là la clé d’une vie heureuse et provoquant de ce fait un certain scepticisme chez Lene dont la condition récente l’amène à n’être que peu d’accord avec les propos de sa meilleure amie. Peut-être que finalement l’attirer dans un endroit aussi plein d’enfant et aussi représentatif de la plaie qu’ils peuvent représenté n’était pas une si bonne idée que ça. Il est pourtant trop tard, Lene avait pris la décision d’être celle qui annoncerait la nouvelle à Lou et elle se doit de l’assumer jusqu’au bout. En soi, y’a rien de dramatique non plus à ce qu’elle ait ce bébé, elle sait très bien qu’elle ne se transformera pas en l’une de ces mamans dont le premier mot d’ordre est le prénom de leur cher tête blonde. Néanmoins, Lene s’empêche d’argumenter. La file d’attente est le dernier endroit pour cette conversation. Elle ne tient pas à ce que des inconnus écoutent les détails sordides de sa vie et en plus de jeter un froid sur la journée, elles en viennent assez rapidement à commander. Bref, pas le temps, pas le moment. “Une glace à la vanille, et un Coca Light.” Demande Lou, une fois que Lene a passé sa commande dont on se demande comment elle compte tenir tout ça dans sa main. Qu’y peut-elle ? Ce n’est pas tant la faim mais juste que toutes ces odeurs là, ça lui aura donné envie de manger tout ce qui se présente à elle. “Ton gros cul tiendra plus sur ta planche de surf si tu continues comme ça.” Elle n’imagine pas à quel point elle est dans le vrai, même si c’est pour des raisons qui sont à vingt mille lieux de la vérité. “Tu te fais pas vomir après hein ?” Les sourcils de Lene se froncent tant la question lui parait saugrenue. Les troubles alimentaires sont pourtant bien la seule chose qu’on ne peut pas mettre dans sa liste de problème. « Non, mais je fais de gros colombins. » dit-elle en souriant, fière de son humour pipi-caca. Son estomac rempli – pour le moment – la balade commence dans le plus grand des calmes. Oui, les enfants courent toujours. Oui, les gens parlent et fourmillent autour d’elle mais si elle arriverait pourtant à qualifier le moment de calme. Si Lene n’est clairement pas le genre à s’abreuver de savoir sur la faune et la flore comme Lou, elle parvient à se montrer intéressée par ce qu’elle a à lui apprendre et l’écoute attentivement. “Tu savais que les femelles sont dominantes chez les casoars ? Non, elle ne le savait pas. Après l’accouplement, elles laissent les œufs au gars, et il se démerde avec.” Sur le moment, elle poserait bien la question au sujet d’une cause à effet entre le fait que les casoars établissent une société matriarcale et le fait qu’ils fassent sans doute partis des animaux les plus moches qu’elle connaisse mais comme ce serait pas très féministe, elle se décide à se taire et à juste se dire qu’il s’agit d’une corrélation. « Je vois, ça fait au moins une espèce sur la planète qui n’a pas de dad issues je suppose. » Quoique, si elle devenait en revenir aux enfants et avoir cette conversation, elle pourrait simplement statuer que peu importe le level de parenting, peu importe que les casoars soit des parents exemplaires, les gosses ont tous des issues diverses et variés. Au moins, en étant un parent de merde, on peut se rassurer en anticipant déjà ce que va être le problème. La conversation ne se lance pas et c’est tant mieux parce que Lene appréhende déjà bien assez l’avis tranché qu’elle va recevoir de Lou concernant la situation et que la prise de tête risque d’être assez forte pour ne pas lui donner envie d’aborder d’autres choses. Elle ignore si c’est une idée dans sa tête mais toutes les discussions qui sont autour d’elle en ce moment n’ont l’air que de tourner autour de la parentalité. Est-ce le karma ? Une coïncidence ou juste qu’avant, elle ne faisait pas attention ? Mystère. “Ca fait remonter un tas de souvenirs de venir ici.” Certains remontent dont celui de ce que ça faisait que de juste s’amuser et de défier l’autorité sans que cela n’ait de graves conséquences mais cette nostalgie est très vite rattraper par le sentiment de culpabilité d’avoir été une si terrible personne et si Lene se trouvait les meilleures excuses du monde pour justifier ce comportement, la maturité l’avait rattrapé et lui faisait remettre en question si l’époque où elle écrasait le plus faible sans regret mérite vraiment sa nostalgie. Elle hausse les épaules, sans opinion. A vrai dire, ici ou ailleurs, les sorties scolaires étaient toutes les mêmes et les décors ne l’avait jamais grandement marqué. Ce qu’elle y avait fait en revanche … “Tu crois qu’il y a encore notre tag dans les chiottes ?” Si c’était le cas, ce serait inquiétant. « Lou, ça doit faire quinze ans. J’espère qu’ils l’ont effacé depuis le temps ! » dit-elle en riant quant au fait qu’à l’époque, elle avait été fière du marquer permanent utilisé parce que justement, elles espéraient que ça tienne pour toujours. « Mais, on peut toujours jeter un coup d’œil, j’espère juste que tu as vraiment envie de faire pipi parce que ça va durer cent ans la queue. » Et curieusement, Lene n’en était pas à cette heure de la journée où l’urgence arrive, ni même au stade où la crevette dans son ventre presse sur sa vessie. « Tu sais, je suis en train de me dire que si j’avais l’occasion de réécrire l’histoire, je ferais en sorte d’être celle qui écoute le guide plutôt que celle qui s’amuse à pourrir la visite des autres. »


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me. Now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small beside the victory. That's her destiny


kiss & tell (Lou#3) Yb82npx2
kiss & tell (Lou#3) RFK1Pd3
kiss & tell (Lou#3) 330286babygirl
kiss & tell (Lou#3) 895480membre

kiss & tell (Lou#3) D6wnS8bkiss & tell (Lou#3) XSIuSOYi_o
Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (29/10/88)
SURNOM : Parce que Lou c'est pas assez court comme ça ?
STATUT : rou(x)coule avec Finn
MÉTIER : Boss @the Hive. Magenta @Rocky Horror Picture Show Live. Chanteuse multitâches @Street Cats
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue dont la surface est plus grande que la somme de toutes les chambres d'hôtel miteuses qu'elle a courues ces trois dernières années
kiss & tell (Lou#3) Tumblr_orhlfle72Z1ry1flpo6_400
POSTS : 2290 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes. Fille unique et choyée d'un couple aisé. Vit mal la solitude et l'ennui, très fêtarde, bavarde. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. A trahi Mitchell et le Club malgré elle. A vécu dans un squat pendant des mois et s’est prostituée. Sa mauvaise influence a causé plusieurs morts qui la hantent. Sobre depuis trois ans.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Mitchell #3 - Lene #3 - Tad - Finn #5 - Joseph #2 - Wim - Charles - 8/5

kiss & tell (Lou#3) GT2X5IO
STEET CATS ► Take me some place where there's music and there's laughter, I don't know if I'm scared of dying but I'm scared of living too fast, too slow

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_o5dfzx9sEc1rfdinko6_r1_250
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
LOUNEY ► I won't let go, I'll be your lifeline tonight. Cause we all get lost sometimes, you know? It's how we learn and how we grow.
RPs EN ATTENTE : Anwar #2 - Raelyn #2 - Aisling #3
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Jimmy #2 - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's


archive 1
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : emily browning
CRÉDITS : lux aeterna
DC : jamie keynes & kelly ward
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t7614-lou-aberline#272602

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyJeu 6 Fév - 19:18


« Lou, ça doit faire quinze ans. J’espère qu’ils l’ont effacé depuis le temps ! » Mes yeux roulent dans leurs orbites. Ma bouche fait une grimace. Lene donne bien trop de crédit aux hommes et femmes chargés de l’entretien de ce genre d’endroits, et si elle croit qu’il y en a un pour se motiver à gratter tous les mots doux, les blagues salaces et les dessins de pénis qui couvrent les portes des cabines des toilettes, mon avis c’est qu’elle se met le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. “Tu serais étonnée du nombre de bars qui ont les mêmes tags dans les chiottes depuis quinze ans.” Le cadre n’est pas le même, mais la flemme est universelle -donnez-moi un amen.Il y a plus de chances que l’administration du zoo ait décidé de tout renouveler là-dedans, mais ma maigre expérience des gens en col blanc me laisse penser que leurs priorités sont ailleurs que dans l’aspect parfaitement immaculé de WC que les clients utiliseraient de toute manière. Ce n’est pas comme s’ils avaient le choix. « Mais, on peut toujours jeter un coup d’œil, propose Lene, j’espère juste que tu as vraiment envie de faire pipi parce que ça va durer cent ans la queue. » Pour une fois que sa micro-vessie pourrait nous être utile, Adams n’a même pas envie d’y aller. Dites-moi que c’est une blague. Je pèse le poids de ma curiosité, jauge la file d’attente qui dépasse à l’extérieur ; le ratio n’est pas bon et le contre l’emporte rapidement sur le pour. “Nah. Je préfère croire que les marques de notre folle jeunesse sont indélébiles plutôt que risquer d’être déçue de ne plus les y voir.” Même si, maintenant que Lene a soulevé la possibilité que ce soit le cas, je ne peux pas m’empêcher de ressentir une pointe d’amertume. Je n’ai jamais aimé le concept de passé révolu ; je l’aime immuable, intouchable, éternel. « Tu sais, je suis en train de me dire que si j’avais l’occasion de réécrire l’histoire, je ferais en sorte d’être celle qui écoute le guide plutôt que celle qui s’amuse à pourrir la visite des autres. » Mes sourcils se froncent, sur un regard emprunt d’incompréhension. Pendant une seconde, même le faciès si familier de Lene ne parvient à me rappeler la fille qu’elle était à cette époque ; cette part d’inconnu qui grandit en elle un peu plus à chaque fois que nous nous voyons la rend méconnaissable et me manque pas de me blesser. Pardon, si nos cabrioles sont désormais homologuées aux mauvais souvenirs. Désolée, si ces moments de complicité ruinent l’image qu’elle a de son adolescence. Vraiment navrée. “Parce que ton manque de savoir animalier laisse un tel vide dans ta vie ? Y’a National Geographic pour ça.” je rétorque en détournant le sujet afin de ravaler ma susceptibilité piquée à vif. Maintenant, je suis peut-être la seule, mais je ne regrette pas cette période. Tout était simple, et rien n’avait plus de valeur que la liberté -pas même l’argent. Quand je me libérais des contraintes sociales et de la bienséance qui veulent qu’une Grimes soit sage et souriante, j’avais enfin l’impression de respirer. Et puis, ce n’est pas mettre un peu d’animation dans une sortie scolaire qui a déjà ruiné la vie de qui que ce soit ; nos anciens camarades ont des dizaines d’années encore devant eux pour revenir au zoo sans être dérangés. “Si le guide était cool, on aurait écouté, je reprends, haussant les épaules. Mais il était sûrement chiant, comme tous les guides.” Et pour être moins intéressant qu’une clope ou une bataille de pop-corn, il faut vraiment être soporifique. Peut-être que je me cherche des excuses, et à Lene aussi, dans l’espoir de peindre un tableau moins noir, mais il est déjà trop tard ; elle a ruiné ça aussi pour moi. Je lâche un soupir et lève les yeux le long du Crocosseum. “Viens, si on s’assoit maintenant on devrait avoir de bonnes places.” Le prochain spectacle est dans plus d’un quart d’heure, et il est hors de question que je me plie à la dictature des enfants au premier rang. Je fais la même taille qu’une gosse de douze ans, je peux bien m’asseoir où je veux. Les gradins de l’arène sont parsemés de quelques motivés arrivés encore plus tôt. Quelques poussettes se bagarrent déjà le parking dans l’entrée. Les façades de l’édifice coupent le bruit des marmots qui hurlent de l’autre côté ; j’ai l’habitude des concerts à plus de cent décibels, pourtant ce calme est le bienvenu. Trois ou quatre rangées au-dessus de la fosse aux crocodiles, je pose mon derrière en plein milieu. Il ne reste de ma glace que la pointe du cornet -la meilleure partie, qu’on se le dise. En le croquant entre mes molaires couvertes de chocolat, j’ai toujours la même satisfaction. De mes quatre ans à aujourd’hui, elle n’a pas changé, et ce ne sont pas les chiffres de mon âge qui m’empêcheront de sourire à la toute fin d’une crème glacée. “Tu regrettes vraiment cette période ? je demande finalement, puisque le sujet s’est décidé à trotter dans ma tête jusqu’à avoir le coeur net. Quand on était toutes les deux et que rien ne semblait vraiment important ?”




Wish I could roll on back to that old town road I wanna ride 'til I can't no more

kiss & tell (Lou#3) HM7e7CT
kiss & tell (Lou#3) LMRsHaF
kiss & tell (Lou#3) 0q9c4Id
kiss & tell (Lou#3) XLymaLC
kiss & tell (Lou#3) QY6mrp83_o
Revenir en haut Aller en bas
Lene Adams
Lene Adams
la merdeuse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans. mais comme elle préfère les chiffres ronds, on s'en tiendra à trente. (19/05)
SURNOM : saloperie, connasse, traînée.
STATUT : future mère célibataire, elle se fait à l'idée que ses vergetures ne vont plus attirer personne. (terme à mi-avril)
MÉTIER : elle a rejoint la caserne de pompiers en août 2017. plus besoin de vendre de culotte, elle pèse depuis qu'elle a gagné au loto
LOGEMENT : toowong #15 ( maison ) avec ses chiens Patacroute & Ponyo
kiss & tell (Lou#3) Tumblr-inline-ptlgg5t8-Ut1scox85-400
POSTS : 5263 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : elle a causé un suicide au lycée. elle a mis du temps à mesurer les conséquences de ses actes. quoique, devant n'importe qui, elle va nier tout implication
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
kiss & tell (Lou#3) 1015
Famille Adams
Tomene#6+ Anwar#2 + Caleb + Lou#3+ Gabriel (5/5)
_______________________________________________
Fantôme : Leone
Zombie : Zomlenah
Flash-back : Remi (fb)
RPs EN ATTENTE : Eva
RPs TERMINÉS :
PSEUDO : AUSSEANE
AVATAR : phoebe tonkin
CRÉDITS : (a) tearsflight sur bazzart (c) tyrells (UB) loonywaltz
DC : corapuce, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 19/05/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t10287-eternal-flame-lene https://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune https://www.30yearsstillyoung.com/t10502-lene-adams#387260

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptySam 21 Mar - 22:49


kiss & tell
Lene & Lou


Les souvenirs remontent. Ceux des rires avec Lou ont toujours en premier plan mais maintenant Lene peut se rappeler du visage des autres derrière elles, à réprouver leurs comportements et à être gênés voir même blessés par leur paroles et agissements. Elle se fichait d’être correcte à l’époque et chaque regard noir en sa direction était royalement ignorée par le reine des guêpes qu’elle était. Seulement, le regret s’installe et chaque fois qu’elle imagine que dans quelques années, une autre pimbêche pourrait faire vivre à son bébé ce qu’elle infligeait aux autres, elle ne se supporte plus. Certes, elles avaient profité mais elles l’avaient fait au dépend des autres et c’était une chose misérable. “Parce que ton manque de savoir animalier laisse un tel vide dans ta vie ? Y’a National Geographic pour ça.” Réplique Lou, prenant visiblement la mouche aux paroles de Lene comme si celles-ci étaient tournées vers elle alors que l’intention de la brune n’était pas de la vexer. C’est une pensée comme celle qui traverse l’esprit de la jeune femme depuis plusieurs semaines. “Si le guide était cool, on aurait écouté Mais il était sûrement chiant, comme tous les guides.” Ajoute Lou, comme pour se donner bonne conscience alors que quinze ans après, la seule chose adulte à faire serait d’admettre que malgré le fun ressenti à l’instant T, elles auraient mieux fait d’être plus studieuse. Peut-être que les années qui ont suivis auraient été moins difficile si elles avaient fait de meilleurs choix. Mais ça, ce débat et cette réponse, elle n’est pas certaine que Lou soit dans l’état d’esprit pour l’entendre. Et peut-être aussi que c’est une bien mauvaise idée que d’aborder un sujet susceptible de mener à une conversation soutenue le jour où elle prévoit de lui annoncer sa grossesse. “Viens, si on s’assoit maintenant on devrait avoir de bonnes places.” Elle fait oui de la tête, silencieusement et sagement, elle suit Lou à travers la cohue des cris et de pleurs formés par une foule d’enfant et de monde venus observer le même spectacle qu’elle. Elle ne fait aucun commentaire, sachant pertinemment la réponse qu’il engendrerait. “Tu regrettes vraiment cette période ? » demande finalement Lou après qu’elles se soient posé et dans l’attente du spectacle. « Quand on était toutes les deux et que rien ne semblait vraiment important ? » Lene prend la minute de la réflexion afin de trouver comment elle veut formuler sa phrase. Elle finit par hocher la tête. « Je ne regrette pas la période, simplement mon comportement. » Mais encore ? « J’étais égoïste et je ne pensais qu’à moi et à vrai dire, je ne trouve pas une seule excuse à mon comportement. » Ce n’est pas forcément le moment pour aborder d’autres conséquences de ses actions passées. « Je ne sais pas toi ? Est-ce que tu referais tout pareil ? Il y’a cent façon de rire et marcher sur les autres n’en est pas une. » conclue t-elle avec un air pensif. Ses paroles se veulent de l’ordre du constat et non du jugement, de toute façon, ce qui est fait ne peut être défait.


I don't want to talk about the things we've gone through. Though it's hurting me. Now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too. Nothing more to say. No more ace to play. The winner takes it all. The loser standing small beside the victory. That's her destiny


kiss & tell (Lou#3) Yb82npx2
kiss & tell (Lou#3) RFK1Pd3
kiss & tell (Lou#3) 330286babygirl
kiss & tell (Lou#3) 895480membre

kiss & tell (Lou#3) D6wnS8bkiss & tell (Lou#3) XSIuSOYi_o
Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 31 ans (29/10/88)
SURNOM : Parce que Lou c'est pas assez court comme ça ?
STATUT : rou(x)coule avec Finn
MÉTIER : Boss @the Hive. Magenta @Rocky Horror Picture Show Live. Chanteuse multitâches @Street Cats
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue dont la surface est plus grande que la somme de toutes les chambres d'hôtel miteuses qu'elle a courues ces trois dernières années
kiss & tell (Lou#3) Tumblr_orhlfle72Z1ry1flpo6_400
POSTS : 2290 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes. Fille unique et choyée d'un couple aisé. Vit mal la solitude et l'ennui, très fêtarde, bavarde. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. A trahi Mitchell et le Club malgré elle. A vécu dans un squat pendant des mois et s’est prostituée. Sa mauvaise influence a causé plusieurs morts qui la hantent. Sobre depuis trois ans.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Mitchell #3 - Lene #3 - Tad - Finn #5 - Joseph #2 - Wim - Charles - 8/5

kiss & tell (Lou#3) GT2X5IO
STEET CATS ► Take me some place where there's music and there's laughter, I don't know if I'm scared of dying but I'm scared of living too fast, too slow

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_o5dfzx9sEc1rfdinko6_r1_250
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

kiss & tell (Lou#3) Tumblr_mlpv3hE11q1r08976o7_r1_250
LOUNEY ► I won't let go, I'll be your lifeline tonight. Cause we all get lost sometimes, you know? It's how we learn and how we grow.
RPs EN ATTENTE : Anwar #2 - Raelyn #2 - Aisling #3
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Jimmy #2 - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's


archive 1
PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : emily browning
CRÉDITS : lux aeterna
DC : jamie keynes & kelly ward
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t7614-lou-aberline#272602

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) EmptyDim 29 Mar - 0:33


Lene est prise d’une crise d'introspection et moi, je me dis que j’enchaînerais bien sur une seconde glace pour faire passer la pilule de ses remises en question. Ca doit être l’âge, le fameux cap des trente ans. Je n’ai jamais pris le temps de sonder le passé en quête de conclusions comme si j’allais les écrire sur une photo de plage en fond pour inspirer les générations futures. J’ai des constats très simples issus de mes expériences ; je porte la poisse, il ne fait pas bon d’avoir des sentiments pour moi, je ne suis pas faite pour être soumise à l’autorité, la drogue c’est mal et je n’aime pas les cupcakes. Pas besoin de plus que ça. Je trace ma route, j’évite de regarder dans le rétroviseur trop souvent. « Je ne regrette pas la période, simplement mon comportement. J’étais égoïste et je ne pensais qu’à moi et à vrai dire, je ne trouve pas une seule excuse à mon comportement. » précise Lene à propos de nos années de pestes au fond du bus. Le comportement était la meilleure partie. Avoir le droit d’endosser la pire attitude et subir de maigres conséquences. Aujourd’hui, le moindre mot de travers pousse une trentaine de sombres inconnus à vous juger et vous lyncher sur les réseaux sociaux. Un centime qui manque, et le fisc est à vos trousses jusqu’à ce que vous fassiez hypothéquer la maison de votre grand-mère. Grandir, devenir adulte, c’est avoir de moins en moins droit à l’erreur, et se prendre des baffes de plus en plus grosses de plus en plus injustement. « Je ne sais pas toi ? Est-ce que tu referais tout pareil ? Il y’a cent façon de rire et marcher sur les autres n’en est pas une. » Oui, mais c’est la plus drôle. Ca l’est encore aujourd’hui, seulement je ne me le permets plus histoire de ne pas finir au poste pour avoir blessé l'ego de je-ne-sais-qui. J’hausse les épaules, pas vraiment émotionnée. Si je le pouvais, est-ce que je déciderais de ne pas tirer les cheveux de cette fillette, de ne pas mordre ce garçon, de ne pas faire courir telle rumeur, de ne pas humilier tel ado à la cantine et respecter un peu plus mes professeurs ? Je ne crois pas. La seule chose que je changerais, que j’éviterais, c’est de tomber dans le piège nommé Wilhem. "Y'a que deux options. Écraser les gens, où se faire écraser." C’est de plus en plus valable au fur et à mesure que le temps passe. L’école, c’est toute la société au format miniature. Il y a un directeur feignant pour gouvernement sur qui personne ne peut compter, il y a de toutes les ethnicités, toutes les classes sociales, il y a des clans, il y a de la compétition pour être le meilleur, et il y a des coups de pied au cul pour les cancres. C’est manger, ou se faire manger. "Comme dirait Don Diego de la Vega, quiconque dit le contraire veut te vendre quelque chose." Et si Hollywood nous a tous appris quelque chose, c’est que lorsqu’un type avec un masque dit quelque chose, alors c’est forcément un mantra à suivre pour la vie. “Et peut-être que je suis pas celle qui a le mieux tourné après ça, je reprends, assez lucide pour ne pas voiler la face à propos de mon propre destin suite à ces années de persécutions, mais au moins je ne laisse personne me marcher sur les pieds. Alors que cette sale niaise attardée de Georgie Colinson doit sûrement être la poule pondeuse d’un mari abusif aujourd’hui.” Quelque chose entre sept et douze enfants, avec un certain Brad ou Bob qui met les pieds sous la table, bière à la main devant le match, attendant qu’on lui serve sa pitance du soir comme s’il était le roi de la jungle. Si Georgie Colinson avait réagi au lieu de pleurer quand je lui ai volé ses vêtements quand elle était sous la douche du gymnase, quand j’ai enseveli ses plats de la cantine sous le sel, ou quand j’ai mis une araignée dans son sac à dos, peut-être qu’elle aurait un destin moins pitoyable dans mon imagination. Mais les gens trop innocents, trop gentils, finissent toujours par se faire écraser. C’est bien pour ça qu’on a fait des films par dizaines où le gentil gagne, ce qui a donné des générations de loosers. Aujourd’hui, on inonde les salles obscures de films qui rendent les vilains glamour, en espérant corriger le tir.




Wish I could roll on back to that old town road I wanna ride 'til I can't no more

kiss & tell (Lou#3) HM7e7CT
kiss & tell (Lou#3) LMRsHaF
kiss & tell (Lou#3) 0q9c4Id
kiss & tell (Lou#3) XLymaLC
kiss & tell (Lou#3) QY6mrp83_o
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

kiss & tell (Lou#3) Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss & tell (Lou#3) kiss & tell (Lou#3) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

kiss & tell (Lou#3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-