AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -57%
Autoradio JVC KD-X351BT – Bluetooth (ODR ...
Voir le deal
39.99 €

 La brute et le truand » Bosie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
La brute et le truand » Bosie  Tumblr_ou6kqwjVD61vzotoao2_400
POSTS : 616 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Alex [2] » Robin [d.z.] » Gab

La brute et le truand » Bosie  Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

La brute et le truand » Bosie  Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

La brute et le truand » Bosie  Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

La brute et le truand » Bosie  Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Joseph [2] » Robin [70's] » Phoenix » Jack [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back https://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

La brute et le truand » Bosie  Empty
Message(#) Sujet: La brute et le truand » Bosie La brute et le truand » Bosie  EmptyVen 27 Sep 2019 - 16:55



la brute et le truand
epic tales of dishonour, betrayal and greed ft. Sheriff Hawthorne & Bosie her boy
Les pieds sur son bureau, le shérif Hawthorne prend plaisir à enfumer ses poumons comme son poste au goût de son cigare. Le bouchon saute de la bouteille avec un claquement délicieux qui n’égale pas le son du liquide ambré lorsqu’il cascade dans son verre. L’homme de loi le prend entre ses doigts calleux, fait jouer les reflets à la lumières des bougies, engloutit le tout, s’en sert un deuxième. Un sourire sadique vient froisser sa vieille face de chacal qui en a trop vu et il s’extirpe de sa chaise avec craquement sinistre accompagné d’un soupir à fendre l’âme. Des années de poursuites sédentaires, de soirées rythmées à la douce saveur de la bouteille et du tabac lui ont conféré un embonpoint qu’il ne remarque que lorsque grincent ses articulations. « Eh bien eh bien, qu’est-ce c’est donc qu’nous avons là, humm ? » Il commente, goguenard, s’approchant de son unique cellule pour admirer sa prise de la journée. La créature pâle comme un spectre derrière les barreaux lui fait plisser le nez de dégoût. Des années que cette abomination erre dans ses ruelles, hante son bordel où le shérif aime bien retrouver les femmes les plus libérées de la ville. Ça il n’aime pas le voir rôder, non, et il aime encore moins les dires à son égard, comme quoi les donzelles écervelées lui trouveraient quelque charme avec son sourire de jouvenceau et ses cheveux de puterelle. Alors il prend un malin plaisir à voir le sang maculer la peau diaphane de son visage taillé dans l’albâtre. « Tu croyais tout d’même pas que c’bon vieux Swearengen allait t’laisser filer après qu’t’ai égorgé un d’ses plus fidèles clients comme un goret, humm ? » Pas si fidèle, le client, tout juste un voyageur de passage dans la ville depuis quelques mois. Pas tellement enclin à faire régner l’ordre non plus, le tavernier, mais plutôt soucieux de conserver son cousin dans ses bonnes grâces, car il est connu qu’Hawthorne a une dent contre Bosie ; et alors même qu’il fait souvent appel à lui pour mettre la main sur quelques malfrats trop adroit pour son benêt d’adjoint, le shérif s’enjaille à l’idée d’un jour passer une corde rêche autour de la peau délicate de son cou maudit. « Un meurtre sans raison, sans provocation... en pleine journée du seigneur de surcroît ! » Il énumère fièrement les chefs d'accusation en lissant sa moustache touffue entre deux doigts. « C’est la potence et sans pardon, mais tu l’savais déjà pas vrai ? » Qu'il badine, guette avec sadisme les traits de l’animal pour bien y voir l’effet de ses paroles. Et comme l'autre n'a l'air ni affolé, ni même un minimum intéressé, la colère bout dans les veines du shérif qui entend bien lui montrer qui est le maître dans cette bicoque, et ce qu’il convient de ressentir lorsqu’on s’apprête à rejoindre son seigneur sans confession. « Et n’crois pas t’en sortir si facilement cette fois encore ! La maquerelle pourra bien plaider pour expier tes péchés mais sache qu'il est des crimes que même son corps peut pas racheter ! » Il commente, allusion crasse à la dernière arrestation de l’albinos pour vol à main armé, où la Jameson s’était offerte pour éviter le bagne à son clébard fantomatique. Colérique de la voir tenir à cette immonde créature, le shérif s’était tout de même donné la mission d’arrêter le blond plus souvent, si une telle entreprise apportait toujours de si heureux profits. Mais aujourd’hui son désir penche plutôt vers la vengeance et l’élimination, alors l’idée d’être pour toujours débarrassé de ce coureur de jupons (et meurtrier, n’oublions pas que son intention première est bien évidemment de faire respecter la loi dans cette ville qui est sienne…) passe avant celui d’une satisfaction nocturne. « J’me suis toujours d’mandé… » Qu’il rumine alors, songeur mais surtout tortionnaire. « Qu’est-ce sont donc les pensées d’un pauvr' diable dans ton genre quand ses heures elles sont comptées ? »    

code by Chocolate cookie & WHITEFALLS

   


Spoiler:
 



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix Ellsworth
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-cinq ans.
STATUT : Marié depuis mes vingt-quatre ans, veuf depuis mes trente-trois, le cœur six pieds sous terre et la bague toujours au doigt.
MÉTIER : Ancien boxeur pro, neuf fois champion du monde. Aujourd'hui boniche dans un club de boxe de quartier. J'peux vous dire que mon ego en a pris un sacré coup.
LOGEMENT : Redcliff, dans un studio pas franchement salubre. Tout seul comme un con depuis que les services sociaux ont embarqué ma petite.
La brute et le truand » Bosie  2c79228e05c16b4475708ccaf692ff7877411335
POSTS : 922 POINTS : 40

PETIT PLUS : Né à Bristol, j’ai grandi dans les rues de Brisbane, ses foyers d’accueil à chier, ses bancs d’école parfois, ses mitards souvent ≈ Tête brulée invétérée bourrée de rage et d’affliction, je courbe pas l’échine, je fonce dans le tas. Certains diront même que je vais chercher l’embrouille ≈ Dixit Leila je suis vieux jeu, campé sur mes valeurs chevaleresques ≈ Ma came c’est rouler, enfourcher ma bécane, tracer la route ≈ Mes années sur le ring m’ont laissé balafres et séquelles niveau mémoire à court terme ≈ Depuis la mort de Paige j'ai du mal à rester sobre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Jaimie (fb)Robin (fb)Robin #2Sid #2 (fb)Jaimie #2

dimensions alternatives : Dame Jameson #3 (df) L'bon vieux Hawthorne (df)

La brute et le truand » Bosie  Nv3f
LEILA — I'm sorry daughter but your father's not the same. I can look into your eyes, and I'll swear that I will change. But tomorrow is tomorrow so forgive me if I stay. You can hide beneath the covers while I hide behind the pain.

La brute et le truand » Bosie  Exvj
ROBIN — You never give up when I'm falling apart, your arms are always open wide. And you're quick to forgive when I make a mistake, you love me in the blink of an eye. I don't deserve your love but you give it to me anyway. Sister, if the sky come falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do.

La brute et le truand » Bosie  Yplp
JAIMIE — Follow me tonight, I'll show you what's it like, to be alive. I know it seems like we're all lost, we see the secrets, we know the unknown. Keep close, hold my hand now, just be strong. We can follow this river right back to your home.

La brute et le truand » Bosie  Tumblr_omnz7qGyZw1u9bga1o2_r2_250
There's an old saying - that which doesn't kill you makes you stronger, i don't believe that. i think the things that try to kill you make you angry and sad. strength comes from the good things, your family, your friends, the satisfaction of hard work. those are the things that will keep you whole, those are the things to hold onto when you're broken.

RPs EN ATTENTE : Sohan + Jaimie (ra) + Serinda + Aisling #3
RPs TERMINÉS : (cf fiche de liens)
AVATAR : Charlie Hunnam
INSCRIT LE : 22/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7942-phoenix-ellsworth-you-don-t-run-not-when-you-re-with-us-you-stand-your-ground-and-fight#283931 https://www.30yearsstillyoung.com/t8138-phoenix-signed-and-sealed-in-blood-i-would-die-for-you

La brute et le truand » Bosie  Empty
Message(#) Sujet: Re: La brute et le truand » Bosie La brute et le truand » Bosie  EmptyDim 27 Oct 2019 - 3:03



 
la brute et le truand
« EPIC TALES OF DISHONOUR, BETRAYAL AND GREED »
I
l s'est encore fait coffrer. Assis dans l'ombre de la cellule, son chapeau lui couvrant la moitié du visage, Bosie mâchonne une brindille en regardant de biais le shérif s'enjailler devant sa prise de la journée tout en se contorsionnant pour se servir un verre de whiskey sans retirer ses pieds de son bureau. A l’évidence sa p’tite mise en scène a été pensé pour l'aspect théâtral bien plus que pour le côté pratique et Bosie aimerait sourire narquoisement mais sa mâchoire douloureusement rossée par les hommes de loi lui fait opter pour une expression plus flegmatique. Il fait rouler la brindille dans sa bouche alors que le shérif se relève en dansotant presque tant il est folichon, se rapproche de l'albinos jusqu’à se planter devant la cellule, verre en main, et fait mine de soudainement découvrir sa présence calfeutrée. Il le nargue éhontément, le bougre, doit s’trouver bien malin, et Bosie bronche pas même si c’est pas l’envie de grogner qui manque.

Un d’ses plus fidèles client, tu parles, le mariole égorgé n’était qu’un vagabond de passage. Bosie l’sait bien, et pour cause, c’est le sujet de la discussion qui l’a inéluctablement mené à sa mort subite. Un acte impulsif peu réfléchi de la part de l’albinos, comme toujours, bien qu'il l'eut jugé mérité. Mais c'était sans compter que cette vieille chouette de Swearengen sauterait sur l'occasion pour tout rapporter à son cousin, les deux harpies avariées voulant se débarrasser de lui depuis des années. Véhémence que le blond n'a jamais trop compris d'ailleurs même s'il se doute bien que ça a un rapport avec le fait que contrairement à lui les crapules fossilisé peuvent difficilement s'faire aimer des donzelles sans quelques deniers glissés sous l'oreiller.

Visiblement frustré du peu de réactions faciales que ses fanfaronneries chafouines éveille en l’albinos, le moustachu décide de lui rappeler sa pendaison prochaine (la sentence réservée à un malfrat de son calibre), insiste amplement sur le fait que cette fois rien ni personne ne pourra le sauver (pas même les jolies courbes de la mère maquerelle), et coup de grâce (Bosie suppose), lui demande quelles sont ses dernières pensées. Les poings sur les hanches, le bassin vers l’avant, le shérif le dévisage avec insistance.

Bosie reste de marbre l’espace d’un instant, son regard complètement vide. Réfléchit-il à la question ? A-t-il seulement compris ce qu'on lui a dit ? Est-il déconcerté par les bouclettes éparses qui s’échappent sous le p'tit chapeau melon du shérif ? Dieu seul le sait. Soudain il se penche vers l'avant, dévoilant son visage blême et balafré à la lumière de la lune.

« C’me on Hawthorne, you a clever man… (il en est pas forcément convaincu mais au pire y a rien de plus insultant que la fausse flatterie. Il marque une pause, ses prunelles rougeâtres plantées dans celles de l’homme de loi et il hausse les sourcils) d’you really think some thug willing to play russian roulette every other day for a few dollars’ afraid to meet his maker, mate? » A force de flirter avec la mort, il y a prit goût Bosie, il se dérègle, il va pas en s’arrangeant, ni même en stagnant. Il est convaincu, d’expérience, qu’à chaque fois qu’il s’approche trop près du bord, il saura faire une pirouette arrière pour sauver son cul blanc. « Sans les mains », tous les warnings clignotent, il contrôle plus rien et toujours il fonce plus vite vers la vide à bord de ce train fou déraillé qu’est sa vie. Un jour ou l’autre, il finira dans un ravin. Mais de préférence pas aujourd’hui. Aujourd’hui il veut vivre alors il aime autant pas finir pendu haut et court.

Tâtant son futal à la recherche de son tabac, Bosie se lève, glisse une cigarette entre ses lèvres et l’allume au feu de la lanterne qui éclaire fébrilement sa cellule froide. Il aspire la fumée, la recrache, se retourne vers c’bon vieux Hawthorne qu’il aime bien dans l’fond, à sa façon. « Dis moi vieux chacal boiteux t'en as pas marre de cavaler après les jeunes chiens fous pour un job payé au lance pierre pendant que ton cousin roule sur l'or sans rien branler ? » Pas sûr que ce soit la meilleure approche vu que pour voir pendus des honnêtes gens (ou des malfrats un peu trop charmants), Hawthorne serait p’t’être même prêt à payer cher… en plus fier comme il est il risque de pas trop apprécier la réflexion sur son travail ridicule qu'il porte comme un badge d'honneur. Il ajuste son angle d'attaque, essaie d’enrober « Ça t'dirait pas de t'poser un peu l’cul... avec d’l'oseille à foison, d'l'oseille à plus savoir qu'en faire ? I'm talking flithy rich man... » Là Bosie jurerait que l'œil d'aigle perfide du shérif (le même que son cousin) s'illumine un brin et que sa moustache se met à frétiller. Le blond se rapproche de lui et glisse ses bras à travers les barreaux. « My boys and I, we discovered something, see. Cocksucker I iced? He had something we wanted. A map, ‘f’you know what ‘a mean. » Théâtralement il sort un papier de derrière son dos et le déploie dans l’ombre « Some fucking dangerous path it is, but there’s a source of clear water at the bottom of the Canyon that leads to a cave and in this cave... there’s gold, man! Heaps and piles of gold! That's why the cocksucker was here. I shouldn’t even be telling you this, my boys they’d butcher me on sight but eh what you gonna do (il hausse les épaules l’air de lire “on s’refait pas”) You let me out and we split the spoils, just you and I » Il voit l'autre se rapprocher à grande vitesse alors aussi sec il fourre le bout de papier dans sa bouche et il l'avale. « I memorized it all. Everything’s in here (son indexe tapote sa caboche) Treasure map’s my fucking chalky head now. Guess you could take your chances and venture into the heathland all by yourself but with all them craps to avoid, the dead ends, traps, ditches, wild animals, aborigines curses and all (il secoue la tête, presque désolé) well, j’donne pas cher de ta peau... » Il se rassoit, croise les bras derrière sa tête. Il a mal aux côtes dans cette position mais c’est pas grave, ça vaut le coup. Comme Hawthorne et ses pieds sur le bureau tout à l’heure, faut croire que Bosie a lui aussi un penchant pour l’art dramatique. « So what do you say vieux chacal, you ready for an adventure or you too old? » Et il sourit, se marrerait presque, mais ça casserait l’ambiance mystérieuse limite pesante qu’il essaie de faire planer alors il se retient, et, sans broncher, il continue de fixer son adversaire et ancien / peut-être futur coéquipier.

nightgaunt


The pictures tell the story, this life had many shades. I'd wake up every morning and before I'd start each day I'd take a drag from last nights cigarette that smoldered in it's tray, down a little something and then be on my way.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
La brute et le truand » Bosie  Tumblr_ou6kqwjVD61vzotoao2_400
POSTS : 616 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Alex [2] » Robin [d.z.] » Gab

La brute et le truand » Bosie  Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

La brute et le truand » Bosie  Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

La brute et le truand » Bosie  Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

La brute et le truand » Bosie  Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Joseph [2] » Robin [70's] » Phoenix » Jack [f.b]

Je ne prends que 5 RPs à la fois
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schizophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
INSCRIT LE : 05/06/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back https://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

La brute et le truand » Bosie  Empty
Message(#) Sujet: Re: La brute et le truand » Bosie La brute et le truand » Bosie  EmptyDim 29 Déc 2019 - 4:02


la brute et le truand
epic tales of dishonour, betrayal and greed ft. Sheriff Hawthorne & Bosie her boy
Un pli calculateur sur ses lèvres desséchées, les mains accrochées à son ceinturon, le shérif attend une réponse qui ne vient pas. Dans la cellule, le spectre le dévisage sans broncher, l’œil absent, la face hantée. Eh bien ?! Qu’il aimerait gueuler pour lui secouer les puces. Il se retient cependant. Ah ! Manquerait plus qu’ce nigaud m’imagine pendu à ses lèvres ! Voilà qui serait indigne d’un homme de sa trempe. On t’a coupé la langue, malotru ? Il se voit donc lui lancer pour ne pas perdre la face, mais d’un coup le prisonnier s’anime et présente son faciès maudit aux pâles rayons lunaires. Seigneur !, frisonne Hawthorne devant son allure éthérée. « C’me on Hawthorne, you a clever man… » Il persifle et l’autre fulmine, piqué à vif. Insultante assurance, révoltante sérénité qu’affiche ainsi le condamné à mort en réécrivant son histoire d’une plume romanesque. D’évidence inspiré, le truand se grille une sèche, aspire la fumée, recrache lentement comme s’il était encore accoudé au comptoir du Gem. « Dis-moi vieux chacal boiteux t'en as pas marre de cavaler après les jeunes chiens fous pour un job payé au lance pierre pendant que ton cousin roule sur l'or sans rien branler ? » Un tic nerveux agite la moustache du shérif et derrière les barreaux Bosie raille comme s’il n’était pas dans une position précaire. « J’fais pas ça pour l’or mais pour l’honneur, cul terreux ! » Il proteste et crache en direction du vantard, les naseaux frémissants. Et puis un peu pour le pouvoir, aussi… Le lunatique ne bronche pas, et son flegme insolent fait bouillir le sang du shérif dans ses veines. Sans se laisser troubler par sa teinte fraîchement cramoisie, la vile créature amène son propos et lui fait miroiter la possibilité de s’en mettre plein les poches. Un éclat cupide vient danser avec la colère dans les yeux d’Hawthorne qui cultive pourtant une moue désintéressée, secoue la tête et cache son avidité croissante dans le fond de son whisky qu’il finit d’une traite.

Avec un air d’importance qui donne au shérif envie de creuser des trous dans sa chair pâle, l’albinos s’appuie contre les barreaux et voilà qu’il lui présente un bout de papier jaunit par le temps, l’alcool et la sueur. La voix langoureuse, il lui conte alors une de ces légendes dont raffolent les vagabonds et vente l’existence d’un prétendu trésor caché par une source au fond du canyon des veuves. De l’or qu’il y aurait, des montagnes même ! « Foutaises ! » Le grognement du shérif se perd dans la tirade du jeunot qu’il ne parvient plus à faire semblant d’ignorer. S’pourrait-il qu’il soit pas en train d’m’entourlouper, l’gourdiflot ? C’est l’allusion à ses petits camarades qui attire son attention, ainsi que la perfidie de savoir un tel secret avant que d’autres bandits de grands chemins ne se lancent dans cette entreprise qu’il voit déjà comme la sienne. Car c’est certain, le blond va bientôt marchander le papier en échange de sa vie, et alors Hawthorne feindra d’accepter le temps de s’emparer du parchemin… puis il se fera une joie de lui prendre la deuxième au lever du soleil. Un sourire carnassier froisse sa trogne asséchée par le soleil australien et meurt aussitôt que Bosie marchande : « You let me out and we split the spoils, just you and I ». Alors comme ça ce jouvenceau pense donc pouvoir établir ses termes ?! T’es pas en position d’négocier, scélérat ! Insulté par son audace, le shérif explose : « Allons donc ! Et pourquoi c’est ti que j’partagerais ce trésor avec toi ? Tout ce dont j’ai besoin, c’est cette maudite carte ! » Pendant une affreuse seconde, Hawthorne réalise que sa rage a parlé trop vite et dévoilé son plan. Les deux hommes se regardent en chien de faïence, et le temps semble suspendu au-dessus de la scène. Puis le shérif s’élance avec un hurlement d’encouragement, et ses mains franchissent les barreaux juste à temps pour rattraper la chemise de Bosie. Hélas le malfrat réagit plus vite que l’éclair et avale d’une traite le précieux sésame. « MAUDIT ! MAROUFLE ! GIBIER D’POTENCE ! » Postillonne le shérif sans oser le lâcher et sans pouvoir rien faire non plus pour arrêter la digestion de son fin stratagème. En face il jubile, l’inconscient, se targue d’avoir mémorisé la carte. « AH ! FOUTRE MALOTRU ! » Se lamente Hawthorne en le relâchant brutalement. « Guess you could take your chances and venture into the heathland all by yourself but with all them craps to avoid, the dead ends, traps, ditches, wild animals, aborigines curses and all… well, j’donne pas cher de ta peau... » Hawthorne lutte contre l’envie de le dépecer, se concentre plutôt sur la perspective de s’en mettre plein les poches et sa peur inavouable de s’aventurer seul dans la lande maudite, au milieu de toutes les viles créatures qui y rôdent par ces temps. Après tout, la présence d’un malfrat aux réflexes aussi affûtés que le rejeton des puterelles pourrait s’avérer bien utile à sa propre survie. Pis qu’est-ce qui m’empêche de l'tirer comme un lapin une fois l’or entre mes mains, hum ?  Son plan machiavélique est peut-être toujours réalisable après tout. Rasséréné par cette joyeuse perspective, le shérif sent un sourire mauvais fendre ses lèvres. « So what do you say vieux chacal, you ready for an adventure or you too old? » Cette fois s’en est trop. Un cri d’offense gronde dans la gorge du shérif qui referme sa paume sur la crosse de son pistolet. « AAAH ! » Qu’il gueule en se jetant sur la cellule. Au diable les clefs qui l’obligeraient à stopper son mouvement théâtral : une balle vengeresse vient se loger dans la serrure à peine réparée pour faire sauter le verrou et Hawthorne donne un puissant coup de bottes dans la porte en ferraille qui s’ouvre avec un grincement sinistre. « T’vas voir de quel bois j’me chauffe, pâle vaurien ! » Il fulmine, le canon de son arme pointé entre les deux yeux violets du brigand qui se fait soudain plus docile. Satisfait de son autorité retrouvée, l’homme de loi s’autorise un fier ricanement et lui tourne autour tel un vautour toisant sa proie. « Pour sûr qu’tu vas m’y amener à c’te source, mais ce s’ra selon mes termes ! » Sans plus attendre il passe une corde autour des poignets de son prisonnier et serre bien fort pour que le benêt ne puisse s’échapper. « Allons, allons… tu m’pensais tout d’même pas assez naïf pour t’libérer sur ces paroles douteuses ! » Il s’esclaffe, savourant ce qu’il considère déjà comme une écrasante victoire. « En avant vile crapule ! » L’index tire la gâchette, un claquement retentit et une balle vient se loger dans la terre aux pieds de Bosie pour l’encourager à se mettre en mouvement fissa. Pas de doutes, le shérif se voit déjà vivre une de ces aventures de l’Ouest Américain qui l’érigera au statut de légende aux côtés de ce présomptueux Wild Bill Hickok !

La grimace hantée par ses glorieuses rêveries, il traîne son guide de fortune jusqu’au cheval qui l'attend dehors. Là, il attache solidement le prisonnier à sa selle ; car s’il doit s’avancer dans la lande, il est hors de question qu’Hawthorne se fatigue les pattes. L’autre est plus jeune, nul doute qu’il guettera un moment d’inattention pour reprendre le dessus. Du moins, c’est ce que lui ferait à sa place et il compte bien ne pas lui laisser cette chance. « Ta liberté, tu la gagnes quand j’récupère mon pognon. T’as ma parole. » Il affirme en crachant par terre pour donner plus de poids à ses mots, même si dans le fond, ils savent tous les deux par expérience que sa parole, elle ne vaut pas grand-chose… et c’est peut-être bien là tout ce qui les rapproche. « Allons ! En selle ! » Encouragé par sa propre exclamation, le shérif s’exécute. « J’espère que mes adjoints t’ont pas trop laminé les rotules… » Il susurre avec une touche de sadisme, jetant un coup d’œil gouailleur par-dessus son épaule. Puis sans perdre de temps, il donne un grand coup d’étriers qui projette son cheval vers l’avant. Bousculé plus que de coutume par cette cabriole infâme, Hawthorne se redresse prestement pour récupérer un peu de dignité et traverse la rue au trot, gonflé de d’une fierté conquérante. Il ne pousse pas le vice jusqu’à se pavaner devant les boutiques de Swearengen ou de la mère maquerelle, qui risqueraient tous deux d’entraver sa grande quête pour des raisons bien différentes. Aussi il tourne derrière l’hôtel moisi d’E.B. Farnum, qui se chargera bien de répandre les commérages à sa place. Enfin la lumière jaunie des feux crépitants de Brisbane s’évanouit, remplacée par les rayons froids de la lune qui caresse les dunes et les rochers coupants s'étendant à perte de vue devant eux. Ignorant le frisson de mauvais augure qui lui parcourt l’échine, le shérif s’élance vers la destinée qui l’attend tout au bout du désert avec un dernier « YA ! » victorieux, savourant l’immense satisfaction de traîner l'albinos sur ses talons.

code by Chocolate cookie & WHITEFALLS

   



there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

La brute et le truand » Bosie  Empty
Message(#) Sujet: Re: La brute et le truand » Bosie La brute et le truand » Bosie  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

La brute et le truand » Bosie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: Dimension Fantôme
-