AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
l'oiseau tombé du nid
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (22.03.94) - Aries
SURNOM : Luciole parfois, précieuse par ses soeurs, il faut dire qu'elle a bien le caractère d'une petite dernière
STATUT : Célibataire, ramasse encore ses dents et sa fierté après sa dernière relation
MÉTIER : Aide comme elle peut au DBD avec son bras dans le plâtre, servir des macchiatos à des hipsters, voilà son quotidien
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley, en colocation avec Eirlys, un étrange spécimen aux cheveux multicolores
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls RxVHhP7Y_o
POSTS : 494 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancienne danseuse classique, elle a arrêté suite à une blessure et découvre aujourd'hui les joies des sports nautiques + a un master en événementiel pour l'instant jamais mis à profit + aime bien s'amuser et faire la fête, mais sans excès + petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + sort d'une relation abusive qui aura duré 3 ans + légèrement capricieuse mais douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, et toujours un sourire sur le visage + championne olympique de marathon netflix + lit son horoscope tous les jours
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls PDy4Xyy6_o
Whitemore girlsFamilies are like fudge : mostly sweet with a few nuts
Lunah 12
Lucielle 1

10/08Hannah #2LeahEirlys #1MattAdèle #2GabrielleCarter #1Evelyn #1
Univers alternatifsSujet halloween (DS)Finnley (DS)

RPs TERMINÉS :
2019CharlieAdèle #1Hannah #1
FlashbackLizzie (FB 2018)

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_nwqg0gUiwb1styifro6_250
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Taissa Farmiga
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn Blackwell, la chair empoisonnée et Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26184-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyDim 20 Oct - 13:02




Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls
Lucia Whitemore & @Adèle Shephard & @"Adrian Shephard" LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867

Je tourne en rond dans ma chambre. Le stress me prend aux tripes, parce que si je meurs d’envie de renouer avec Adèle, de passer du temps avec Adrian et elle les circonstances ne sont pas idéales. Je n’aime pas les hôpitaux, et je ne me suis pas faite à la maladie d’Adèle. Lorsque j’ai confronté ma mère à ce sujet la seule chose qu’elle a su me dire c’est que ce n’était pas à elle de m’annoncer ça, que c’était à Adèle de décider comment elle voulait me le dire, si elle voulait me le dire. Je me souviens encore de la discussion qui s’en est suivie. « Mais comment ça c’était à elle de me le dire ? Et en janvier, pourquoi personne ne m’a prévenue ? Pourquoi tu m’as pas envoyé un texto pour me dire qu’elle était malade, et qu’elle avait besoin de moi ? » Helen Whitemore n’est pas du genre à hausser le ton, mais quand elle s’exprime avec la voix sèche qu’elle avait employée pour me répondre, cela signifie que ce n’est plus la peine de discuter. « Lucia c’est toi qui est partie, et c’est toi qui a cessé de répondre aux messages que je t’envoyais, aux message que tout le monde t’envoyait ainsi qu’au téléphone. Je t’aime mais tu es injuste, c’est à toi qu’il faut que tu t’en prennes dans cette histoire. » Elle avait surement regretté ses paroles, et pourtant je les méritais, puisqu’elle avait poussé un soupir avant de m’attirer à elle pour déposer un baiser sur mon front, alors que moi j’étais restée muette pour ne pas fondre en larme. « Je t’aurais appelé si… » Si quoi ? Si elle était morte ? J’avais essuyé une larme avant de déglutir et de quitter le salon pour ne pas m’effondrer devant ma mère, me réfugiant dans ma chambre comme je l’avais toujours fait à chaque fois que mon émotivité prenait le dessus dans une situation.

Adrian était passé à la maison le lendemain pour boire un café. Je ne sais pas si c’était ma mère qui l’avait appelé, ou si Adèle lui avait raconté notre rencontre fortuite, mais il semblait être au courant de mon retour, et je le soupçonnais d’être venu dans le but de me trouver et d’évoquer ma relation avec sa sœur. Comme un ballet parfaitement orchestré ma mère s’était éclipsée au bout de quelques minutes pour nous laisser discuter et Adrian m’avait parlé d’Adèle, il m’avait parlé de sa maladie et raconté ces derniers mois, il m’avait expliqué qu’elle avait eu sa première chimiothérapie aussi, qu’elle y était allée seule et qu’elle n’avait pas supporté. Qu’elle n’avait pas donné de nouvelles pendant plusieurs jours avant de finalement reparaitre comme si ce n’était rien, comme s’il ne s’était pas fait un sang d’encre pendant tout ce temps. Il m’avait expliqué que sa prochaine chimio était dans quelques jours, que cette fois ci il l’accompagnerait – il ne lui en avait pas laissé le choix – et qu’il voulait que je vienne avec lui. Qu’il était certain que cela ferait plaisir à Adèle, que malgré l’état actuel de nos rapports elle avait besoin d’avoir ses proches autour d’elle, et que j’en faisais toujours partie que je le veuille ou non. Je lui avais parlé de mes craintes, de sa colère qu’elle ne m’avait pas dissimulée la première fois que nous nous étions revues, mais il avait insisté, et n’était parti qu’après avoir réussi à m’arracher un oui. Oui je l’accompagnerai. Oui je serai là pour Adèle, parce qu’au fond j’en crevais d’envie.

Mais après avoir tourné plusieurs dizaines de minutes de ma chambre je m’étais rendue compte que j’étais tétanisée. Je m’étais faite violence pour monter dans un bus, il m’avait envoyé un message pour me dire qu’il amenait Adèle et que je n’aurais qu’à les rejoindre là-bas, et en descendant du véhicule pour me retrouver face au Saint Vincent j’avais eu l’impression que mes jambes allaient me lâcher. Et à présent, en entrant dans la salle d’attente, je sens mon cœur s’emballer et ma respiration se faire difficile. Si j’avais intégré qu’Adèle allait mal, tout ça rend les choses si concrètes… Mais il faut que je me ressaisisse, pour Adèle il faut que j’accroche un sourire sur mon visage, les choses doivent être assez compliqué pour elle. Je les aperçois du regard et fait finalement quelques pas dans ma direction. C’est Adrian qui m’aperçois le premier et m’adresse un geste de la main, me faisant signe d’approcher. Le visage d’Adèle se tourne et le regard qu’elle me jette me fige sur place. Je crois y voir beaucoup de choses, de l’incompréhension et de la surprise surtout, de la colère aussi, et je comprends. Je comprends qu’il ne lui a pas dit que je venais, et qu’il a omis de me le dire. La bouche légèrement entrouverte je reste là, à quelques mètres d’eux, et je coince ma main droite dans ma main gauche, jouant avec, profondément mal à l’aise. Je suis là de toute façon, il est trop tard pour faire demi-tour alors j’avance encore de quelques pas, hésitants et maladroit. Je suis en colère contre Adrian, et je suis en colère contre moi-même, d’avoir été aussi stupide. Adèle va se sentir piégée, je me sens piégée, et je ne suis pas sûre que cela soit la solution à notre amitié amochée. « Je… Je pensais que tu serais au courant. » Je tourne les yeux un instant vers Adrian. J’ai beau être douce et gentille, je ne suis pas dupe. « De toute évidence j’avais mal compris. » De toute évidence on nous a tendu un piège surtout… « Je peux m’en aller si tu veux. » J’accroche mes deux mains à mon sac à dos, ne pouvant empêcher ma nervosité de s’exprimer. J’ai envie d’être là pour elle, même si je sais que cela va être dur, mais je n’ai pas l’intention de le lui imposer.






LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QqLqwzn
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 2eDseF9
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QoPDAKU
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Mf7aKnj


Dernière édition par Lucia Whitemore le Lun 25 Nov - 20:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation dans le quartier redcliffe, avec toute une bande de chenapan qui lui rende si bien, lily, sora, murphy & wylda, que des nanas pour entourer son cousin, le seul mâle de la coloc !
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo3_250.gifv?fbclid=IwAR2G7qudxMtNYYCV3Ayr5FaeXVjcSvXUY2XESgnfWJYERuReLy5_6boxboY
POSTS : 2224 POINTS : 990

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : nino marchetti 4levi mcgrathjustin piercenino marchetti (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019lucia whitemore 2ginny mcgrathlily keegandaisy wittersoren skarsgardjillian mcgrath / freya dohertygaïa salvatori
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ matthias calloway 2 ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2 ♡
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemore 1remi delgadojustine hudsonnino marchetti 3matthias calloway

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tenor
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)lunaeye (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger https://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard https://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyDim 20 Oct - 13:22



LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_mketqtGKne1qcbk34o8_r3_250 LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_p8ok55DH7D1qm0wjz_250LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_pfs3iqfCbA1rifr4k_1280

 « même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls »  LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867  
lucia whitemore & adrian shephard & adèle shephard


Elle s’était voilée la face Adèle, depuis le début, elle avait pensé que sa maladie ne serait qu’une épreuve dans sa douloureuse vie. Elle pensait qu’elle serait assez forte pour tout supporter. Mais ce n’était qu’un mensonge supplémentaire, parce qu’elle n’est pas aussi forte qu’elle le laisse paraître. Elle n’a jamais osé réclamer de l’aide. Encore à personne pourtant elle aurait bien besoin d’un coup de pied à ses fesses pour arrêter ses bêtises. Parce qu’elle prend la vie comme elle vient, dans l’insouciance d’une jeune fille de vingt-trois ans qui considère qu’elle est encore trop jeune pour mourir et que la maladie ne peut pas l’emporter comme ça. Pas maintenant. Mais ce qu’Adèle ignore c’est que le cancer se fiche qu’elle soit douce et rayonnante. Qu’elle est toujours ce sourire au coin des lèvres, à respirer la joie de vivre. Le cancer se fiche bien de savoir si elle a de l’argent, une famille, si son cœur bat pour quelqu’un. Le cancer se fiche bien de savoir si elle a plein de projets en tête, si elle est en bonne santé, si elle a encore envie ou non de se battre. Le cancer se fiche de tout ça, lui il frappe par hasard, et détruit tout sur son passage. Se nourrissant d’inquiétude, de trahison, de promesse non tenue. Adèle promettait à qui voulait l’entendre que tout allait bien, et qu’elle ne finirait pas emporter par cette maladie, parce qu’il n’y avait plus que ça désormais : l’espoir. L’espoir de trouver une stabilité, l’espoir de trouver un donneur. L’espoir que le traitement suffise. L’espoir qui est quelque chose d’éphémère et elle le sait mieux que quiconque. Mais elle a besoin de ça plus que d’autre chose Adèle et ça lui permet de tenir encore debout aujourd’hui. Aussi lors de sa première chimio, elle n’avait pas eu l’intention de s’y rendre avec quelqu’un. Elle n’en parlait presque pas, et si Lucia lui avait demandé avec qui elle comptait s’y rendre, poussant peut-être le destin à les réunir, Adèle ne lui avait pas laissé d’autre choix que d’arrêter avec ses questions. Deux ans sans se voir, sans avoir quasiment de nouvelle d’elle, et Lucia qui était tombée par hasard sur elle vers le fleuve – le lieu de détente des deux jeunes adolescentes qu’elles furent par le passé, lui avait presque implorée de le demander à sa mère. Parce qu’elle savait que Adèle refuserait que son ancienne meilleure amie l’accompagne – et elle n’avait pas tort ! Elle en avait donc terminé de penser que seule, elle y parviendrait. Parce que jamais elle n’y arrivera sans eux. Sans ses gens qui s’inquiètent pour elle mais qu’elle semble parfois ignorer. Adrian son frère ne lui laissa guère le choix pour sa seconde chimio que de l’accompagner. Elle avait eu une violente altercation avec lui, mais il ne l’avait pas lâché d’une semelle, ne lui demandant même pas son avis sous prétexte que c’est pour son bien. Tout ça elle le savait, mais elle n’est plus une adolescente ! Et il n’a plus besoin de vouloir se comporter comme un père avec elle, elle n’est plus sous son toit, mais allez dire ça au pompier ! «  On ne va pas au club med ! » Maugréa-t-elle dans sa moustache, quand elle vit son frère débarquait dans sa chambre de la colocation sans même toquer à sa porte. Il avait peur qu’elle ne vienne pas ? Qu’elle se dégonfle ou quoi ? Elle n’était pas si bête pour ne pas y aller, quoi que cela lui ait traversé l’esprit un dixième de seconde. Parce qu’elle savait désormais les conséquences sur son corps. Elle avait eu beaucoup de mal à supporter sa première séance, et s’était enfermée dans son monde durant les jours qui ont suivi. Sans donner signe de vie à personne, seul son cousin rentrait dans sa chambre et se faisait illico raccompagné jusqu’à la sortie. Certaines personnes lui avaient demandés juste un message en guise de soulagement pour dire que tout s’était bien passé… Mais la vérité c’est que rien ne s’est bien passé. Pas à ses yeux du moins. Et elle n’était pas certaine de pouvoir supporter le traitement encore longtemps, sans compter les détails sur son physique qui ne lui donnerait aucunement du baume au cœur. Elle s’en va avec un sac avec quelques affaires à l’intérieur avant de claquer la porte derrière elle. Sur le trajet, elle reste silencieuse, observant le paysage comme si elle tentait d’emmagasiner le maximum d’information, comme si elle ne pouvait plus voir ça demain. C’était plus fort qu’elle, quand elle ne parle pas, elle pense, elle songe et ça la détruit un peu plus. Arrivant devant l’hôpital, elle sort de la voiture claquant la porte avant de marcher au côté de Adrian, s’inscrivant alors à l’entrée de l’hôpital. Elle songe qu’il faudra qu’elle retourne voir Noa à l’association, ça lui fera le plus grand bien, et lui donne l’espoir qu’elle sera encore là demain, et après-demain… Pourtant, tout le monde doit s’attendre à ce qu’un jour Adèle Shephard ne soit qu’une écriture écrite dans du marbre, et qu’elle finisse par retrouver ses parents. Quelques instants plus tard, elle monte à l’étage dans le service chimiothérapie ambulatoire avant de dire bonjour à la secrétaire, présentant son bulletin. Elle n’avait pas fait gaffe à la présence de sa meilleure amie, au fond de la salle d’attente. C’est quand elle se retourne pour aller s’asseoir le temps qu’on vienne la chercher, qu’elle fait face à l’impensable. La présence de Lucia Whitemore. Son cœur rate un battement, et Addie est prête à faire demi-tour, tant la plaisanterie est vraiment de mauvais goût. Elle jette un regard à son frère, probablement mauvais, et d’une noirceur sans égal. Il l’avait piégée, non ils l’avaient tous les deux piégée ! Prétextant sa maladie pour qu’elle renoue avec un passé qui lui manque, d’accord mais pour l’Australienne ce n’était pas une raison. Son frère juste derrière l’empêche de partir, et Lucia en profite pour avancer de quelques pas, se retrouvant alors en face de son amie, gênée. «  Je… Je pensais que tu serais au courant. Adèle la dévisage un court instant, elle voulait lui faire croire qu’elle n’était pas au courant, elle aussi ? De toute évidence j’avais mal compris. » Adèle hausse les épaules. «  Adrian, tu peux m’expliquer ? » Qu’elle demande alors à son frère, sa voix reste neutre mais impartial. «  Comment tu pouvais penser que je s’rais d’accord ? » Elle demande avant de se retourner vers Lucia, elle ne lui jetait pas la pierre et même si elle n’était guère contente de la voir ici, à ses côtés, se serait peut-être pas plus mal. Elle n’en sait rien Adèle et elle est déjà tendue d’avoir sa seconde chimio, alors elle ne voulait pas davantage se faire plus de mal. «  Je peux m’en aller si tu veux. » Lucia recule d’un petit pas, peut-être prête à quitter la salle d’attente. Sans savoir pourquoi, sans comprendre d’où lui venait cette force soudaine, encore moins cette envie Adèle barra la route de son amie, en se mettant entre elle et la porte. «  Reste ! » Qu’elle dit assez fort, avant de soupirer avec lassitude, sans même lui porter de regard, elle regardait ses pieds, ne sachant pas si elle méritait vraiment son attention, mais qu’importe, c’était son cœur qui avait parlé, «  s’il te plait, reste Lucia… » Elle ne sait pas vraiment ce que ses mots signifie pour elle. Mit bout à bout, il semble vouloir dire une phrase et lui réclamer une aide qu’elle avait pourtant refusé jusque-là… Depuis son départ pour Sydney. Ne voulant pas offrir de seconde chance à Lucia. «  Tu peux rester mais ça n’veut rien dire… » C’était encore pour elle trop difficile de lui pardonner, de tout oublier dans un claquement de doigt, mais elle avait peut-être juste besoin de la retrouver quelques heures auprès d’elle. Comme avant… Juste Lucia et Adèle, comme avant…


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyDim 27 Oct - 18:29


Quand il avait appris que la maladie du siècle s’était attaquée à sa sœur, Adrian s’était décomposé. Il était celui qui risquait sa vie tous les jours, mais c’était la vie d’Adèle qui était en danger. Pour la première fois depuis de longues années, il avait pleuré. Seul et en silence, évidemment, il n’avait rien partagé de ses angoisses aux femmes de sa vie. Même celle qui partageait à moitié son quotidien s’était aperçue que quelque chose ne tournait pas rond. Adrian n’avait peur de rien, il n’avait aucune phobie qui méritaient d’être verbalisée, mais l’idée de perdre ce qu’il y avait de plus précieux pour lui – un membre de sa famille – lui glaçait le sang. Il ne pouvait rien faire pour la sauver, mais il serait à ses côtés. Il ne céderait pas à son mauvais caractère qu’elle mettrait inévitablement en avant pendant les mois qui allaient suivre. Adrian le savait, Adèle allait gérer la maladie à sa façon. Elle tenterait d’écarter son monde pour le préserver. Elle se mentirait. Mais ce qu’elle ignorait volontairement, c’est que son frère s’imposerait et qu’il ne la laisserait certainement pas se battre toute seule. Parce que oui, ensemble, ils allaient se battre. Il sacrifierait des jours et des nuits s’il le fallait, mais il serait là.

La problématique qui hantait l’esprit d’Adrian reposait sur la relation Lucia-Adèle. Autrefois, les deux jeunes femmes étaient les meilleures amies du monde, mais Lucia avait eu la fausse bonne idée de suivre ses intuitions, ce qu’Adèle avait profondément mal vécu. Leur relation mythique avait volé en éclats et Adrian avait eu quelques éclaboussures. Lui était plus proche d’une autre Whitemore, mais il pouvait comprendre les décisions de Lucia. Il ne l’avait jamais jugée et même s’il avait essayé de raisonner sa sœur, elle restait vraisemblablement très amère. Cependant, le pompier avait le recul nécessaire pour confronter la réalité. Dans la situation actuelle, Adèle avait besoin d’être entourée. Elle ne le savait peut-être pas – ou bien elle aurait du mal à l’admettre – mais se retrouver avec ceux qu’elle aimait et qui l’aimaient en retour était irremplaçable. Adrian avait toutes les caractéristiques requises pour jouer les médiateurs. Pour son format réduit, il était prêt à jouer les tampons et à subir ses foudres si ses initiatives étaient mal venues. Alors oui, il s’était rendu chez les Whitemore et il avait tout dit à Lucia. Il l’avait mise à jour en lui faisant part des moindres détails. Il avait énoncé les faits sans faire preuve d’une once d’émotion : il aurait pu s’aventurer sur le terrain des reproches, mais il savait que Lucia s’en voulait suffisamment à elle-même et il ne mangeait pas de ce pain-là. En revanche, il avait bel et bien une idée derrière la tête : en terminer avec la guerre froide et réunir les deux jeunes femmes. Pour ce faire, il avait élaboré un plan risqué : convier Lucia à la prochaine chimiothérapie d’Adèle. L’hôpital n’était certainement pas le lieu le plus chaleureux de la terre, mais il connaissait suffisamment son modèle réduit familial pour savoir qu’elle n’aurait pas la tête au conflit et qu’elle finirait par battre en retraite. Elle était malade, il n’y avait pas d’autre mot, mais il était hors de question que son frère cède à tous ses caprices.

Lucia avait répondu à son appel du pied. Le jour J, après être passé récupérer sa sœur avec un tantinet d’appréhension, il avait vu la silhouette de la jeune femme de loin. Il savait que cette observation sonnait un potentiel début des hostilités, mais pourtant, il avait ressenti une forme de soulagement. Il avait assisté à la scène de retrouvailles sans un mot. Adrian était à des années lumières d’être parfait, mais il savait qu’il y avait des moments pour lesquels il valait mieux faire preuve de lâcher-prise. Son plan se déroulait à merveille : Lucia allait rester. Une fois que les esprits furent apaisés, le pompier se décida à prendre la parole. « Bien, maintenant que tout le monde est là, on est là pour exploser notre ennemi commun et l’union fait la force alors on y va » dit-il en passant sa main sur l’épaule de sa sœur et l’autre invitant Lucia à se rapprocher. De l’intérieur de sa veste, il sortit une peluche miniature spécialement achetée pour l’occasion. Rien d’extraordinaire, il avait opté pour un ours, mais il sentait que c’était le moment de le dévoiler. « Tiens, tant que j’y pense, c’est Teddy. Bon, c’est pas très original comme nom, je te l’accorde, mais je me suis dit qu’un allié supplémentaire ne serait pas de trop ».
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
l'oiseau tombé du nid
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (22.03.94) - Aries
SURNOM : Luciole parfois, précieuse par ses soeurs, il faut dire qu'elle a bien le caractère d'une petite dernière
STATUT : Célibataire, ramasse encore ses dents et sa fierté après sa dernière relation
MÉTIER : Aide comme elle peut au DBD avec son bras dans le plâtre, servir des macchiatos à des hipsters, voilà son quotidien
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley, en colocation avec Eirlys, un étrange spécimen aux cheveux multicolores
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls RxVHhP7Y_o
POSTS : 494 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancienne danseuse classique, elle a arrêté suite à une blessure et découvre aujourd'hui les joies des sports nautiques + a un master en événementiel pour l'instant jamais mis à profit + aime bien s'amuser et faire la fête, mais sans excès + petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + sort d'une relation abusive qui aura duré 3 ans + légèrement capricieuse mais douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, et toujours un sourire sur le visage + championne olympique de marathon netflix + lit son horoscope tous les jours
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls PDy4Xyy6_o
Whitemore girlsFamilies are like fudge : mostly sweet with a few nuts
Lunah 12
Lucielle 1

10/08Hannah #2LeahEirlys #1MattAdèle #2GabrielleCarter #1Evelyn #1
Univers alternatifsSujet halloween (DS)Finnley (DS)

RPs TERMINÉS :
2019CharlieAdèle #1Hannah #1
FlashbackLizzie (FB 2018)

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_nwqg0gUiwb1styifro6_250
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Taissa Farmiga
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn Blackwell, la chair empoisonnée et Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26184-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyLun 28 Oct - 11:25




Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls
Lucia Whitemore & @Adèle Shephard & @Adrian Shephard LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867

En bonne jeune femme naïve et candide, je n’ai pas imaginé une seule seconde qu’Adrian ait pu cacher ma venue à sa sœur. Il la connaissait mal s’il pensait que la piéger était la meilleure option, j’en suis en tout cas persuadée. Si j’avais su que c’était ce qu’il comptait faire je ne serais pas venue, parce que je n’avais pas envie d’avoir une fois de plus à affronter le regard accusateur d’Adèle, ni ses mots blessants, même si je méritais tout ça, j’en étais consciente. Je méritais pire, j’aurais mérité qu’elle me hurle dessus l’autre jour au parc, mais je n’ai pas la force de l’affronter. Quand elle pose sur moi un regard furieux, puis sur son frère, j’ai envie de m’enfoncer dans le sol, j’ai envie de partir en courant et de rentrer me réfugier chez moi. Sa voix est froide, comme la dernière fois, et une fois encore cela me fout le cafard, bien plus que si elle avait hurlé. L’entendre crier m’aurait à coup sûr transformée en madeleine, mais cela m’aurait prouvé qu’elle en avait quelque chose à faire, qu’il y avait quelque chose à sauver, qu’elle était en colère parce qu’elle tenait à moi. Cette froideur apparente me confortait dans l’idée qu’elle avait tiré un trait sur moi, et qu’aujourd’hui me voir lui était simplement désagréable. « Adrian, tu peux m’expliquer ? » Je reste silencieuse parce que je n’ai pas mon mot à dire dans le règlement de compte entre Addie et son  frère, parce que je me sens flouée moi aussi dans toute cette histoire. « Comment tu pouvais penser que je s’rais d’accord ? » Ça ça fait mal, plus que ses mots de l’autre jour au parc. Elle parle de moi comme si j’étais pas là, juste en face d’elle et profondément mal à l’aise également. Elle parle de moi comme si l’idée même que quelqu’un ait pu penser que cela lui ferait du bien de passer du temps avec moi lui filait la nausée. Alors je n’ai pas d’autre choix que celui de balbutier de façon à peine intelligible, de dire que je peux m’en aller, d’esquisser même un geste vers la sortie, les bras accrochés à la lanière de mon sac à dos.

Mais elle se lève Adèle, contre toute attente, et elle fait un pas dans ma direction. Je ne m’y attendais pas je l’avoue, les reproches qu’elle a adressés à son frère m’ont semblé clairs : elle ne veut pas de moi ici. Et pourtant. « Reste ! » Je perds mes moyens sous l’effet de la surprise, et je reste tétanisée, mes ongles qui s’enfoncent dans le cuir, incapable d’articuler la moindre phrase. « S’il te plait, reste Lucia… » Je bats des cils, fermant et rouvrant mes paupières pour m’assurer que je ne rêve pas. Elle non plus ne semble pas comprendre quelle mouche l’a piquée puisque rapidement elle se reprend. « Tu peux rester mais ça n’veut rien dire… » Elle me demande de rester, puis me dis ensuite que je peux le faire. Elle souhaite que je le fasse ou elle m’y autorise simplement ? Je ne suis pas en position de me poser la question, je serais prête à ramper pour qu’elle me pardonne, alors je rampe. Sans me poser de question, sans m’interroger sur les raisons qui la poussent à me vouloir à ses côtés. Le fait qu’elle ait changé d’avis tient du petit miracle à mes yeux, et je n’ai pas  l’intention de laisser filer l’occasion. Elle est seule. Elle veut bien de moi à ses côté même si cela ne veut rien dire. Délaissant la lanière de mon sac j’enfouis mes mains dans mes poches, avant d’hocher la tête doucement. « Je vais rester. » Je le dis autant pour moi que pour elle, parce que j’ai du mal à m’en rendre compte. Parce que le dire à voix haute m’aide à réaliser que je ne suis pas en train de rêver. « Merci. » Que je rajoute, dans un souffle, à voix basse, avant de chercher le regard d’Adrian, parce qu’il fait un fantastique arbitre. Parce que lui ne me déteste pas et que je cherche son soutien. « Bien, maintenant que tout le monde est là, on est là pour exploser notre ennemi commun et l’union fait la force alors on y va. » Adèle lui a souvent reproché sa frivolité, la façon qu’il a d’aborder les choses avec humour, comme si rien n’était grave, comme si rien ne comptait. Je sais que c’est une façade, et c’est une façade appréciable aujourd’hui, parce qu’il est indéniable qu’il a toujours eu le chic pour détendre l’atmosphère. Je me rapproche de quelques pas du duo. De l’extérieur on pourrait presque penser que nous formons un petit groupe soudé à présent, même si la réalité est tout autre.

Je ne suis pas à mon aise dans un hôpital, et j’ai toujours eu du mal à comprendre ce qui avait motivé mes sœurs à travailler dans le milieu médical. Ici j’ai l’impression de sentir la mort et la maladie au détour de chaque couloir. Et je ne sais pas ce que nous sommes censés faire. Attendre que quelqu’un vienne nous chercher. Aurons-nous le droit d’accompagner Adèle ? « Tu… Comment ça s’est passé la dernière fois ? » Ce n’est peut-être pas la question la plus intelligente que j’aurais pu poser. Grâce à Adrian je sais qu’Adèle a probablement mal vécu sa première chimiothérapie. Est-ce qu’il y avait d’autres personnes en même temps qu’elle dans la salle ? Est-ce que l’infirmière est restée avec elle ? Ou bien est-elle restée branchée à ces machines plusieurs heures, seule et enfermée dans le silence ? Je tourne la tête vers Adrian et ne peux m’empêcher de sourire en voyant le brun sortir une peluche de sa veste. « Tiens, tant que j’y pense, c’est Teddy. Bon, c’est pas très original comme nom, je te l’accorde, mais je me suis dit qu’un allié supplémentaire ne serait pas de trop. » Il a n’a jamais cessé de voir Addie comme une enfant, et si je sais que c’est quelque chose qui a parfois tendance à énerver la jeune femme, moi ça m’attendrit. « Est-ce que Teddy possède une baguette magique ? Y’en aurait bien besoin pour détendre l’atmosphère. » Et voilà que je tente même une pointe d’humour. Timidement, parlant d’une voix feutrée comme si j’avais peur de déranger, mais notable tout de même.






LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QqLqwzn
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 2eDseF9
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QoPDAKU
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Mf7aKnj
Revenir en haut Aller en bas
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation dans le quartier redcliffe, avec toute une bande de chenapan qui lui rende si bien, lily, sora, murphy & wylda, que des nanas pour entourer son cousin, le seul mâle de la coloc !
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo3_250.gifv?fbclid=IwAR2G7qudxMtNYYCV3Ayr5FaeXVjcSvXUY2XESgnfWJYERuReLy5_6boxboY
POSTS : 2224 POINTS : 990

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : nino marchetti 4levi mcgrathjustin piercenino marchetti (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019lucia whitemore 2ginny mcgrathlily keegandaisy wittersoren skarsgardjillian mcgrath / freya dohertygaïa salvatori
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ matthias calloway 2 ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2 ♡
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemore 1remi delgadojustine hudsonnino marchetti 3matthias calloway

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tenor
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)lunaeye (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger https://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard https://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyMer 30 Oct - 17:20



LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_mketqtGKne1qcbk34o8_r3_250 LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_p8ok55DH7D1qm0wjz_250LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_pfs3iqfCbA1rifr4k_1280

 « même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls »  LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867  
lucia whitemore & adrian shephard & adèle shephard


Adèle ne connaissait pas son frère autrement que comme cette épaule sur laquelle, elle pouvait reposer sa tête quand une tempête s’abat dans leurs vies. Elle ne le connaissait pas autrement que comme celui qui arrive à la transporter et à lui redonner l’espoir qu’elle manque. Parfois. Elle finirait par lui en vouloir si un jour elle venait à apprendre la vérité sur lui et ses secrets qu’il lui cache. Parce que Adrian ne se confie jamais. Jamais sur ses peurs, jamais sur ses angoisses qui parfois peuvent le tourmenter. Adèle n’avait jamais songé que leur père aurait pu mal se comporter avec lui, elle ignorait tout ça Adèle. Et c’était sans doute mieux ainsi, Adrian la laissait avec ses espoirs et ses ressentis positifs, ne lui brisant pas l’image du parfait papa qu’elle pouvait avoir de lui, même après sa mort. Même dans la pesanteur de ses actes, Adrian avait toujours veillé sur sa petite sœur, la cadette de la famille, la petite naïve de la famille qui pense qu’elle pourra sauver la terre entière grâce à son minois angélique et à ses belles paroles. Elle n’imaginait pas une fin triste Adèle, bercée par les disney depuis sa tendre enfance où la princesse finira toujours avec le joli prince que son cœur a choisi. Il y avait de quoi tout envoyer valdingué pourtant, parce que le monde n’appartient pas toujours à cette jolie image. Sans rien comprendre de cette situation qu’elle n’avait pas choisie, mais que visiblement, Adrian avait choisie pour elle. Pour elles visiblement, car dans la conversation, Adèle se rend compte que Lucia a tout autant été piégée qu’elle. Même si elle demeure encore sans réponse pour savoir comment Lucia avait pu se faire un instant avoir. Adèle n’avait pas le choix que de venir ici, elle y avait songé, de ne pas se rendre à cette invitation, mais elle avait encore la chance et l’espoir de sauver ses fesses, rien n’est encore perdu. Enfin elle espère qu’on ne lui dit pas ça, uniquement pour pas qu’elle perde cet infime espoir, et que la chance, se trouve réellement de son côté. Sinon, elle serait mal barrée la jeune Addie… Elle tient face à son ancienne meilleure amie, avant de faire penser à son frère, qu’il avait gagné la manche. Pas la guerre c’est une évidence. S’il croyait un seul instant que c’est en obligeant sa petite sœur à affronter ses pires doutes qu’il parviendrait à son but, se serait espérer inutilement. « Je vais rester. Merci. » La douce voix de Lucia qui surplombe ce silence un peu amer de la salle d’attente. Elle ne sait pas vraiment si elle a vraiment le choix Adèle. C’est pas comme si Lucia n’avait jamais été importante dans sa vie, et dans son passé. Et ça, Adrian le savait. Il se souvenait de ce temps où les deux femmes étés proches. Plus proche que n’importe qui. Elle laisse un soupire sortir de ses lèvres, le regard un peu perdu, ne sachant pas trop quoi penser de cette situation qui lui avait échappé. Comme à chaque fois qu’une personne était parvenue à obtenir son cœur mais subissant un abandon de leur part, ou cette même sensation. « Bien, maintenant que tout le monde est là, on est là pour exploser notre ennemi commun et l’union fait la force alors on y va » Il était resté distant, silencieux, observant alors la scène. Elle n’aimait pas quand il agissait ainsi, quand il faisait en sorte d’arranger les choses, de réunir ceux qui lui sont chers, et qu’il se met en retrait. Pas quand ça la concerne elle, bien que sans aucun doute, elle finira un jour par le remercier. Par montrer sur ce doux visage inquiet, un sourire qui éblouirait n’importe qui. Au fond Adrian est sans doute celui qui connaît le mieux Adèle, qui est le plus proche d’elle. Qui l’avait élevé ou du moins celui qui avait pris la relève de leurs parents morts. Il savait exactement ce qui touchait la cadette de la famille, et ce qui la rendrait plus forte, plus mûre aussi. C’était grâce à lui qu’elle ne flanchait jamais, celui qui savait par de simples mots ou regards la remettre dans le fil conducteur de sa vie misérable. Elle prend sa sœur par l’épaule la serrant contre lui, si habituellement elle aurait resserré cette étreinte, se faufilant dans ses bras protecteurs qui l’ont tant de fois apaisés, elle n’en avait pas une envie de folie à cet instant, pas encore prête à poser définitivement les armes, « juste pour ses prochaines heures Adrian ! » Elle ne voulait tellement pas lui donner raison, elle continuera malgré elle à se battre, mais pour l’heure, elle devait se battre auprès d’eux, contre cette maladie avant qu’elle n’empire davantage. « Je sais pas si c’est une bonne idée ma présence ici… » Sa réflexion pouvait faire rire quand on savait le contexte dans lequel elle était présente actuellement, pour autant elle n’avait pas spécialement envie ni le besoin de faire l’humour. Cet endroit sent mauvais, Adèle déteste par-dessus toute cette odeur de médicament, de soin, de blouses blanches. Elle ne s’y ferait jamais visiblement à l’hôpital. « Tu… Comment ça s’est passé la dernière fois ? » Adèle fais quelques pas dans la salle d’attente avant de s’installer sur une chaise. Attendant juste qu’une infirmière vienne la chercher. « Une infirmière doit venir me chercher pour que je passe quelques examens, et prise de sang. Avant de m’enfermer dans le box. » Au bout du couloir un box, où les visites s’enchainent. Où la maladie est censée mourir un peu davantage. Des médicaments à avaler, quelques formulaires à remplir, quelques injections plus ou moins lentes. Elle regarde dans le vide, attendant son heure, comme quand elle attendra, patiemment celle de sa mort. Parce que même si les médecins sont plutôt optimistes sur la guérison et que la technologie avait fini par guérir les gens comme Adèle, les rechutes ne sont pas rares. Elle se souvient de Levi à cet instant. Ils seront à jamais fragilisés pour le restant de leurs vies. Les gens autour d’eux ne cesseront jamais de s’inquiéter sans cesse. Que la maladie se réveille de nouveau, parce qu’elle est ancrée dans tous les corps et qu’elle se réveille… Ou pas… « Tiens, tant que j’y pense, c’est Teddy. Bon, c’est pas très original comme nom, je te l’accorde, mais je me suis dit qu’un allié supplémentaire ne serait pas de trop » Et elle sourit à la peluche de son frère, elle a toujours eu un faible pour les nounours, et il le sait. Sa chambre en est remplit. « Lui il va pouvoir m’accompagner plus loin… Mais il aura rien le droit de dire… » Qu’elle dit en regardant la peluche tout en le mettant à hauteur de son visage pour le contempler de plus près. « Est-ce que Teddy possède une baguette magique ? Y’en aurait bien besoin pour détendre l’atmosphère. » Elle hausse les épaules avant de dire, « j’pense pas qu’une simple baguette suffirait… » Et c’était pas méchant, c’était la pure réalité, détendre l’atmosphère aujourd’hui relèverait à du miracle…


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
l'oiseau tombé du nid
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (22.03.94) - Aries
SURNOM : Luciole parfois, précieuse par ses soeurs, il faut dire qu'elle a bien le caractère d'une petite dernière
STATUT : Célibataire, ramasse encore ses dents et sa fierté après sa dernière relation
MÉTIER : Aide comme elle peut au DBD avec son bras dans le plâtre, servir des macchiatos à des hipsters, voilà son quotidien
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley, en colocation avec Eirlys, un étrange spécimen aux cheveux multicolores
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls RxVHhP7Y_o
POSTS : 494 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancienne danseuse classique, elle a arrêté suite à une blessure et découvre aujourd'hui les joies des sports nautiques + a un master en événementiel pour l'instant jamais mis à profit + aime bien s'amuser et faire la fête, mais sans excès + petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + sort d'une relation abusive qui aura duré 3 ans + légèrement capricieuse mais douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, et toujours un sourire sur le visage + championne olympique de marathon netflix + lit son horoscope tous les jours
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls PDy4Xyy6_o
Whitemore girlsFamilies are like fudge : mostly sweet with a few nuts
Lunah 12
Lucielle 1

10/08Hannah #2LeahEirlys #1MattAdèle #2GabrielleCarter #1Evelyn #1
Univers alternatifsSujet halloween (DS)Finnley (DS)

RPs TERMINÉS :
2019CharlieAdèle #1Hannah #1
FlashbackLizzie (FB 2018)

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_nwqg0gUiwb1styifro6_250
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Taissa Farmiga
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn Blackwell, la chair empoisonnée et Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26184-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyLun 25 Nov - 20:25




Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls
Lucia Whitemore & @Adèle Shephard LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867

Je reconnais bien là Adrian, qui tente de détendre l’atmosphère, qui tente de faire comme si de rien n’était, comme s’il n’avait pas peur, alors que lors de notre échange l’autre jour j’ai cru déceler des failles que je n’avais jamais décelée chez lui. Bien sûr qu’il a peur, il se fait un sang d’encre pour la santé de sa sœur, mais il a toujours été son roc, et aujourd’hui encore je l’observe presque fascinée jouer au grand frère protecteur, presque super héros, quand moi je n’ai pas réussi à m’empêcher de fondre en larme à l’annonce de la malade de mon amie, alors que j’aurais voulu, pour elle elle, parce que je n’ai pas le droit de pleurer quand c’est elle qui est dans cette situation. Pourtant elle garde la tête haute elle aussi, et tous les deux me semblent gérer leurs états d’âmes bien mieux que je n’en serais capable si j’étais à leur place respective, mieux que je ne sais gérer les miens alors que ma douleur ne doit rien être comparée à la leur. « Juste pour ces prochaines heures Adrian ! » Je pourrais être blessée par cette remarque, mais j’ai l’impression de déceler quelque chose chez Adèle que je ne décelais pas tout à l’heure, pas plus que lors de notre rencontre au parc : elle donne le change. D’une façon ou d’une autre Adrian avait raison en me convaincant de venir : elle a besoin de moi ici, elle veut de moi ici, et cela réchauffe mon cœur, malgré ses protestations. Je sais que rien n’est gagné, je sais que je devrais faire mes preuves et être là pour elle, puisque je ne l’étais pas ces derniers mois, mais en me suppliant de rester elle m’a prouvé qu’une part d’elle tiens encore à moi, qu’une part d’elle a besoin de moi à ses côtés. Alors je ne relève pas sa phrase, et me tais jusqu’à ce que l’infirmière vienne nous chercher.

Et quand elle arrive nous nous levons tous les trois, mais rapidement Adèle semble prise de doute, et je reconnais la peur et la panique dans son regard. « Je sais pas si c’est une bonne idée ma présence ici… » Je me tourne vers elle et la regarde avec une moue triste. Je comprends ses craintes, et Adrian n’a pas su me dire pourquoi mais apparemment la demoiselle a très mal vécu sa première chimiothérapie. Je me rapproche d’elle, et attrape sa main sans trop réfléchir. « Ça va bien se passer Addie, on sera avec toi. » Je jette un regard à son frère, puis à ma main qui serre la sienne, avant de la retirer, en baissant les yeux. Je n’ai pas réfléchi et ne voulais pas la brusquer, et j’espère qu’il n’est pas trop tôt pour ce genre de familiarité. « Désolée. » Que je chuchote, avant de lui poser une question sur l’examen, désireuse de passer à autre chose. « Une infirmière doit venir me chercher pour que je passe quelques examens, et prise de sang. Avant de m’enfermer dans le box. » Je hoche la tête, cette fois ce sans trop savoir quoi lui répondre. Je n’arrive pas à me figurer la scène, je n’arrive pas à imaginer si le produit fait mal, comment elle se sent en rentrant, mais je ne veux pas poser toutes mes questions en même temps. « Lui il va pouvoir m’accompagner plus loin… Mais il aura rien le droit de dire… » Elle attrape la peluche, première victoire pour Adrian. Et je me permets une remarque, rapidement déboutée par la brune. « J’pense pas qu’une simple baguette suffirait… » Je me mords la lèvre, gênée. Elle m’a demandé d’être là mais compte me rejeter sans arrêt ? Qu’est-ce que c’est, une nouvelle forme de vengeance, me forcer à la regarder souffrir ? Je reste la bouche légèrement entrouverte, sans trop savoir quoi répondre, et finalement l’infirmière s’approche et me tire de là en prenant la parole. « On y va Adèle ? » Elle nous jette un regard, à Adrian et à moi. « Je suis désolée, on préfère n’autoriser qu’un seul visiteur pour ne pas trop troubler la tranquillité des autres patients. » Alors que je m’apprête à laisser ma place, Adrian me coupe la parole et fait quelques pas en arrière. « Je te laisse avec Lucia, j’ai des courses à faire, mais je viendrai vous chercher pour vous ramener toutes les deux. » Il embrasse le front de sa sœur, dont les yeux lance des éclairs, et nous laisse là, toute les deux. Les bras ballants le long du corps et gênée, je ne sais quoi faire de plus que planter mes yeux dans le sol en suivant l’infirmière, qui nous installer dans une salle où trois autres personnes sont déjà installées, reliées à des machines. Je crois que c’est en les regardant, amaigries et chauves que je prends conscience de la réalité de la maladie d’Adèle, et je reste silencieuse pendant que la jeune blonde plante doucement les aiguilles dans le bras d’Adèle, tentant de ne pas m’effondrer. Elle m’apporter un petit tabouret sur lequel je m’assois doucement, avant de relever les yeux vers mon amie. « Ça dure combien de temps ? » Je marque une pause, ne pouvant m’empêcher de jeter un œil autour de moi. « Tu veux que j’aille te chercher quelque chose au distributeur ? Une boisson ? » Je ne sais pas trop comment apprendre à l’apprivoiser à nouveau, et ressens une gêne que je n’avais jamais ressentie avec elle. Mais je suis prête à tous les efforts du monde pour que tout soit comme avant.







LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QqLqwzn
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 2eDseF9
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QoPDAKU
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Mf7aKnj
Revenir en haut Aller en bas
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation dans le quartier redcliffe, avec toute une bande de chenapan qui lui rende si bien, lily, sora, murphy & wylda, que des nanas pour entourer son cousin, le seul mâle de la coloc !
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo3_250.gifv?fbclid=IwAR2G7qudxMtNYYCV3Ayr5FaeXVjcSvXUY2XESgnfWJYERuReLy5_6boxboY
POSTS : 2224 POINTS : 990

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : nino marchetti 4levi mcgrathjustin piercenino marchetti (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019lucia whitemore 2ginny mcgrathlily keegandaisy wittersoren skarsgardjillian mcgrath / freya dohertygaïa salvatori
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ matthias calloway 2 ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2 ♡
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemore 1remi delgadojustine hudsonnino marchetti 3matthias calloway

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tenor
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)lunaeye (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger https://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard https://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyVen 29 Nov - 13:36



LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_mketqtGKne1qcbk34o8_r3_250 LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_pfs3iqfCbA1rifr4k_1280

 « même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls »  LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867  lucia whitemore & adèle shephard


Le visage de son frère qui voulait arranger les choses entres elles, agaçait la jeune Adèle, parce qu’elle n’est plus capable de résister comme elle le voudrait. Comme quand elles étaient face au lac, et qu’il était plus facile pour elle d’arborer ce visage froid et impartial devant la réalité de la chose : elle s’était sentie trahie. Trahie par sa seule amie, sa confidente et meilleure amie depuis qu’elles savent marcher et parler. Adèle n’avait jamais réussi à mettre de mots sur sa déception mais n’importe qui, qui la connaissait un minimum le voyait : elle a été touchée au plus profond d’elle-même si elle ne l’avait jamais avoué ouvertement. Et quand en septembre, elle est retombée sur cette fille qu’elle pensait connaître mieux qu’elle-même, forcément, de la déception et un goût amer était présent en elle, secrètement en elle. Elle avait voulu lui faire mal, comme elle, elle avait pu avoir mal il y a deux ans. Egoïstement, mais si elle parvenait à tromper n’importe qui en face d’elle, Adrian lui le sentait, sa petite sœur criait à l’aide, et mourrait d’envie de la retrouver, de lui pardonner. Parce que jamais personne n’avait pu la remplacer. Jamais personne n’était parvenu à prendre cette place dans son cœur et surtout dans sa vie. Lucia Whitemore était la seule à pouvoir vraiment être au côté d’elle, l’enfant aujourd’hui malade. Plus les minutes passaient, et plus Adèle acceptait peu à peu la présence de cette ancienne amie dans sa vie, ou du moins dans cette même pièce qu’elle. Dire que désormais c’était tout gagner serait mentir. Adèle est de ce genre à se sacrifier pour ses proches, à ne faire qu’un et même si cela ruine sa santé ou son porte-monnaie, elle est celle sur qui on peut se reposer à toute épreuve. Et pourtant, elle est celle aussi qui une fois déçue, récupère tout ce qu’elle peut et peut-être parfois même en blessant. Parce qu’Adèle est cette petite poupée qui ne dit rien, mais qui sombre, dans l’ombre et qui ne veut plus rien entendre dès qu’on a franchi la limite avec elle. Elle est entière, passionnée, vit à cent à l’heure, mais tournera le dos si elle souffre trop. Parce que quoi qu’il advienne elle aura toujours des alliés pour la transporter, son cousin, ses frères. Et Lucia jusqu’à ce jour où elle est partie dans une autre ville que Brisbane, la délaissant, ne lui offrant guère qu’un message en signe de réconciliation. Comme si ça pouvait suffire. Comme si Adèle ne lui demanderait pas plus. Comme si Adèle n’avait tout simplement pas besoin de sa meilleure amie dans sa vie, qui avait tout partagé avec elle et dont elle ne s’était jamais disputée, jamais engueulée auparavant. Il n’y avait aucune explication, juste son départ. Comme un goût amer qu’elle n’a jamais pu oublier. « Ça va bien se passer Addie, on sera avec toi. » La voix douce de son amie près d’elle lui fait chaud au cœur et cela même si elle ne le montrera pas. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle avait lâché le morceau face à elle, comment avait-elle pu dire qu’elle était malade. Elle le savait Addie, que Lucia voudrait après ça revenir près d’elle, est-ce un signe caché qu’elle avait finalement jamais tourné la page et qu’elle ne voulait qu’une chose : la voir près d’elle ? La main d’Adèle dans celle de Lucia qui serre la pression et la jeune étudiante en immobilier fixe quelques secondes cette proximité soudaine, sentant alors son cœur se serrer. Elles avaient tant perdu de temps toute les deux. Du temps qu’elles ne rattraperont jamais, plus encore si tout ce qu’elle fait, ne fonctionne pas. En sentant son regard sur ses mains, Lucia sans rien dire, retire brusquement sa main, et Adèle fronce les sourcils relevant son visage vers elle. « Désolée. » Qu’elle ose dire, peinée, et triste, ne sachant probablement pas comment réagir avec son ancienne amie. Un chuchotement, et Adèle ne sait même pas si ça lui convenait ou pas, elle n’arrive pas à déterminer si ça la dérangeait ou tout le contraire, elle préfère oublier, faire abstraction de tout ça, en répondant à son amie, sur le déroulement de ce qui allait se passer ses prochaines heures. « On y va Adèle ?  Je suis désolée, on préfère n’autoriser qu’un seul visiteur pour ne pas trop troubler la tranquillité des autres patients.» Une infirmière qui s’arrête à sa hauteur, avant de se retourner sur Lucia et Adrian pour leur dire qu’il était impossible de venir à deux. « On va se soigner Teddy… » Personne ne pourrait totalement comprendre l’enfant qui sommeille en elle à cet instant, qui trouve la force de se lever pour suivre l’infirmière en parlant à une peluche qu’elle tient fermement contre elle. Ils commençaient à tous marcher quand elle sent Adrian s’arrêtait devant la porte de la salle d’attente, Adèle relève le visage perdu vers lui, ne comprenant pas. « Je te laisse avec Lucia, j’ai des courses à faire, mais je viendrai vous chercher pour vous ramener toutes les deux.  » Elle resserre davantage la peluche contre elle, pas qu’elle n’avait pas confiance en son amie, elle savait que Lucia ne lui ferait pas de mal mais Adrian a toujours été là pour l’épauler, pour l’aider, et le voir s’éclipser elle n’était pas prête encore à ça. « Adrian… » Un murmure alors qu’il ne l’entendra pas, lui déposant un baiser sur son front, il lui tournait déjà les talons et s’arrêtait à reprendre l’ascenseur qui l’avait emmené jusqu’ici. Addie fixe la silhouette de l’homme qui lui tourne le dos, son cœur serré, son ventre noué à cette impression. L’infirmière s’approcha d’elle, pour les faire avancer, ils ne pouvaient pas davantage attendre. « Ça dure combien de temps ? » Ils sont dans l’un des nombreux box, une salle, avec le stricte minimum, elle s’installe sur l’espère de fauteuil, et relève son visage vers son amie. « La dernière fois ça avait duré une heure trente. » Ça pouvait durer un peu moins longtemps comme un peu plus, tout dépendait de l’avancement du travail. « Tu veux que j’aille te chercher quelque chose au distributeur ? Une boisson ? » Lucia tournait en rond, elle ne savait pas vraiment comment combler le silence, elle n’était pas très bavarde Adèle, habituellement elle parlait bien plus. « Je veux bien quelque chose de frais, n’importe quoi, qui pique pas, j’sais pas si tu te souviens…  » Adèle n’a jamais aimé les boissons qui piquent la gorge, et probablement plus encore aujourd’hui, « tu as mon porte-monnaie dans mon sac. » Qu’elle ajoute avant de lancer dans un signe de tête la poche avant de son sac à main, souriante.


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
l'oiseau tombé du nid
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (22.03.94) - Aries
SURNOM : Luciole parfois, précieuse par ses soeurs, il faut dire qu'elle a bien le caractère d'une petite dernière
STATUT : Célibataire, ramasse encore ses dents et sa fierté après sa dernière relation
MÉTIER : Aide comme elle peut au DBD avec son bras dans le plâtre, servir des macchiatos à des hipsters, voilà son quotidien
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley, en colocation avec Eirlys, un étrange spécimen aux cheveux multicolores
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls RxVHhP7Y_o
POSTS : 494 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancienne danseuse classique, elle a arrêté suite à une blessure et découvre aujourd'hui les joies des sports nautiques + a un master en événementiel pour l'instant jamais mis à profit + aime bien s'amuser et faire la fête, mais sans excès + petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + sort d'une relation abusive qui aura duré 3 ans + légèrement capricieuse mais douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, et toujours un sourire sur le visage + championne olympique de marathon netflix + lit son horoscope tous les jours
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls PDy4Xyy6_o
Whitemore girlsFamilies are like fudge : mostly sweet with a few nuts
Lunah 12
Lucielle 1

10/08Hannah #2LeahEirlys #1MattAdèle #2GabrielleCarter #1Evelyn #1
Univers alternatifsSujet halloween (DS)Finnley (DS)

RPs TERMINÉS :
2019CharlieAdèle #1Hannah #1
FlashbackLizzie (FB 2018)

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_nwqg0gUiwb1styifro6_250
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Taissa Farmiga
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn Blackwell, la chair empoisonnée et Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26184-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyDim 1 Déc - 0:13




Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls
Lucia Whitemore & @Adèle Shephard LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867

Je suis perdue, et ressens vraiment le sentiment désagréable de ne rien maitriser. En temps normal, avant tout ça, que le cours des choses ne nous éloigne, j’aurais déjà eu bien du mal à trouver quoi dire et quoi faire. Mal à l’aise en milieu hospitalier, incapable de gérer frustration, peine et douleur, incapable de trouver les mots pour rassurer Adèle tellement j’étais paniquée de mon côté, tout ça je l’aurais été, quelles que soit les circonstances. Mais là j’avais le sentiment de marcher sur des œufs, qu’un instant la brune souhaiterait ma présence auprès d’elle de tout son cœur que l’instant d’après elle se montrerait à nouveau froide et distance, agissant comme si elle aurait préféré que je m’évapore et disparaisse. Les mauvaises langues diront que je sais faire ça, disparaitre, mais pourtant, malgré toute ma détresse et mon malaise, je ne m’imagine pas ailleurs. J’aurais dû être là à l’annonce de la maladie de mon amie, j’aurais dû être là pour sa première chimiothérapie, pour ses séances de conseil, pour l’épauler comme elle en avait certainement besoin. M’a-t-elle remplacée ? Egoïstement je l’espère, parce que même si cela me fait mal au cœur de l’envisager, je ne veux pas qu’elle se soit retrouvée toute seule face à tout ça, et savoir que quelqu’un avait peut-être pris ma place au pied levé, étant l’ami que j’aurais dû être et assurant bien plus que moi ôterait un peu de la culpabilité que je ne peux m’empêcher de ressentir depuis que Addie a prononcé le mot de cancer.

En ayant grandi dans un milieu privilégié, j’ai toujours pensé un peu naïvement que les épreuves de la vie ne pouvaient arriver qu’aux autres. Les parents de mes camarades de classe divorçaient ? Moi j’imaginais ma famille solide comme un roc. La maladie, la mort, autant de notions qui étaient abstraites pour moi, et aujourd’hui en rentrant j’ai l’impression d’atterrir brusquement dans la vie adule, après vingt-cinq ans d’un profond coma. Comme si mon départ avait fait entrer le malheur dans mon univers, la mort de David, la maladie d’Adèle… Je ne peux m’empêcher de me sentir coupable pour toutes ces choses-là. « La dernière fois ça avait duré une heure trente. » En temps normal j’aurais harcelé les infirmières de questions, pour m’assurer que mon amie était entre de bonne main. Là j’y vais à tâtons, posant quelque question à la brune pour l’inviter à s’ouvrir, seulement si elle le souhaite. Je ne veux pas la brusquer. Une heure trente. C’est long, mais me semble si court à la fois pour un traitement censé sauver sa vie. Un traitement pouvant l’affaiblir et la rendre un temps plus malade encore. Je ne réponds rien, je note l’information d’un hochement de la tête.

A peine assise, déjà je ne tiens plus en place. Les autres patients chuchotent avec leur accompagnateur, et l’ambiance me semble d’un coup pesante, oppressante. Alors je propose à Adèle d’aller lui chercher quelque chose, parce que j’ai besoin d’évacuer mon stress, parce que j’ai envie de tout faire pour qu’elle se sente bien. « Je veux bien quelque chose de frais, n’importe quoi, qui pique pas, j’sais pas si tu te souviens… » Et me voilà debout, comme vissée sur des ressorts, tant je tiens à exaucer le moindre de ses souhaits. « Tu as mon porte-monnaie dans mon sac. » Je lève la main et lui adresse un sourire timide. « T’en fais pas pour ça. » Je ne gagne pas grand-chose, mais je peux payer une canette à mon amie. Je quitte la salle, et une fois dans le couloir, accélère le pas pour revenir auprès d’elle le plus vite possible. Les mains tremblantes, je dois m’y reprendre à deux fois pour arriver à glisser quelques pièces dans la machine, et sans crier gare je sens quelques larmes que je retenais depuis plusieurs minutes couler sur mes joues. Comme si le fait d’être ici, entourée de gens malade me fait réaliser qu’Adèle l’est aussi, que je risque de la perdre. Je me mords la langue pour me calmer, inspirant un grand coup pour me ressaisir, et j’essuie mess yeux du revers de ma manche. Tu n’as pas le droit de pleurer. C’est pas toi dans ce fauteuil, branchée à ces poches de liquide. Je ramasse la canette de thé glacé que j’ai prise pour Adèle, avant de mettre à nouveau quelques pièces dans le distributeur pour m’offrir un coca, dose de sucre dont je vais avoir besoin pour supporter l’heure et demie qui s’annonce.

Quand je reviens vers elle, je dépose la canette de thé glacé sur son accoudoir, avant de relever les yeux dans sa direction. « Je t’ai pris pèche, j’espère que ça ira. » J’ouvre ma canette et bois une gorgée, avant de la déposer au pied de mon tabouret et de prendre mes mains l’une dans l’autre, pour les empêcher de trembler. « Ça fait mal ? » Je pose la question en désignant du menton la perfusion. « Ma mère m’a dit que Hannah travaillait dans une association pour aider les personnes qui sont malades, comme toi. » Je marque une pause, pas réellement sure de où je vais, ni de où je mets les pieds. « Tu as trouvé une structure pour t’aider à traverser tout ça ? » Toujours ce besoin maladif de m’assurer qu’elle a été entourée quand je n’étais pas là. Qu’elle l’est toujours, parce que si je suis revenue je ne suis pas certaine qu’elle ait envie que je revienne totalement dans sa vie, pas encore.







LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QqLqwzn
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 2eDseF9
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QoPDAKU
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Mf7aKnj
Revenir en haut Aller en bas
Adèle Shephard
Adèle Shephard
la fureur de vivre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt trois (26.12)
SURNOM : addie par ses amis proches, et plus particulièrement par Levi
STATUT : célibataire, et c'est très bien comme ça ! elle a de toute façon bien trop l'habitude de s'enticher des mauvais garçons.
MÉTIER : fait des études pour devenir agent immobilière, elle est en dernière année.
LOGEMENT : en colocation dans le quartier redcliffe, avec toute une bande de chenapan qui lui rende si bien, lily, sora, murphy & wylda, que des nanas pour entourer son cousin, le seul mâle de la coloc !
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_pxvaxkFrjI1qc17ifo3_250.gifv?fbclid=IwAR2G7qudxMtNYYCV3Ayr5FaeXVjcSvXUY2XESgnfWJYERuReLy5_6boxboY
POSTS : 2224 POINTS : 990

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : élevée par l'aîné de famille à la mort de leur parents dans un accident de voiture — longtemps été bénévole dans un refuge pour animaux avant d'arrêter brusquement — elle a peur des voitures depuis l'accident, et n'a pas le permis, elle se déplace en vélo dans la ville — elle est née à Brisbane mais depuis deux ans elle fait de l'humanitaire dans des pays aux moyens faibles, l'Amérique latine fait partie de ses choix de prédilection, et le Mexique surtout, pays qu'elle adore ! — elle est malade depuis janvier 2019, elle a un cancer du rein et est suivie par l'association beauregard
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : nino marchetti 4levi mcgrathjustin piercenino marchetti (zombie)noa jacobsnate barnestopic commun halloween 2019lucia whitemore 2ginny mcgrathlily keegandaisy wittersoren skarsgardjillian mcgrath / freya dohertygaïa salvatori
RPs EN ATTENTE : freya doherty ♡ lizzie potter ♡ matthias calloway 2 ♡ allie oakheart ♡ sora aoki ♡ justine hudson 2 ♡
RPs TERMINÉS : nino marchetti 1freya doherty / nino marchettinino marchetti 2lucia whitemore 1remi delgadojustine hudsonnino marchetti 3matthias calloway

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tenor
PSEUDO : jen, bleeding_light
AVATAR : la jolie ella purnell
CRÉDITS : (c)lunaeye (ava), cristalline (crackship), tumbl (gif)
DC : elias le ripoux et carter le mafieux
INSCRIT LE : 16/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26417-adele-i-ve-looked-for-love-in-every-stranger-took-too-much-to-ease-the-anger https://www.30yearsstillyoung.com/t26491-adele-shephard https://www.30yearsstillyoung.com/t26500-adele-shephard

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptyMer 4 Déc - 10:29



LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_mketqtGKne1qcbk34o8_r3_250 LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_inline_pfs3iqfCbA1rifr4k_1280

 « même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls »  LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867  lucia whitemore & adèle shephard


Elle ne savait toujours pas se débrouiller seule sans l’aide de son frère aîné, et elle en prend conscience à cet instant plus que jamais. Jamais, elle n’aurait fait de pas vers Lucia si lui n’avait pas été là, à forcer de destin. Jamais, elle n’aurait trouvé cette force intérieur – peut-être un peu par égoïsme – de lui tendre la main, parce qu’elle savait que Lucia n’attendait que ça. Le feu vert de son ancienne meilleure amie pour reprendre une place qu’elle ni Adèle n’a pu réellement confier à quiconque. Elle a eu des amies entre temps, de fortes amitiés quand on observe le lien étroit qu’elle a envers Freya Doherty, Justine Hudson ou encore Daisy Witter. Il y a aussi Lily Keegan, sa colocataire depuis plus d’un an et qui s’entend à merveille avec Addie, mais rien de ses amitiés aussi fortes et épanouissantes soient-elles, ne rivalisera avec cette meilleure amie et confidente depuis le bac à sable. Et quand elles s’étaient retrouvées au lac – endroit où elles allaient plus jeunes ensembles, Adèle n’avait eu envie que de fermer ce chapitre ou du moins de lui faire croire qu’il était clos depuis deux ans. Elle ne saurait dire pourquoi, elle n’est pas quelqu’un de spécilement rancunière, peut-être un peu au début, mais elle est surtout intelligente et mature et avec quelques explications, on arrive toujours à se faire pardonner à ses yeux. Parce qu’elle considère qu’on a le droit à une seconde chance dans la vie, et peut-être même une troisième… Parce que de toute évidence, elle ne sait pas tenir longtemps loin de ceux qui ont marqués sa vie, ses joies, ses peines. Et Lucia Whitemore restera à jamais cette fille qui l’a marquée à vie. Elle sera toujours celle vers qui Adèle se tournera en priorité, et la personne dont elle serait capable de venir en pleine nuit si elle recevait un appel de sa part. Pour Adèle, l’amitié c’est ce qu’il y a de plus précieux et elle a toujours entretenir cette flamme parfois compliquée à tenir. Assise sur le siège, elle observe le malaise de son amie, qui tourne en rond, mais surtout qui n’arrive pas à savoir où elle doit placer ses mains. Quoi de plus normal ce malaise finalement ? Probablement que Adèle aurait le même à sa place parce que finalement, elle a la place la plus facile des deux, celui de la victime, qui se bat courageusement contre la maladie. Celle qui, si elle a un coup de mou qu’on re boostera sans lui laisser guère le choix. Au début rien n’a été facile, elle n’acceptait évidemment pas ce qui lui arriver, et pour elle, les médecins étaient fous. Trop jeune, trop pleine de vie comment imaginer ce déferlement dans son corps, ses cellules qui se battent en vain, dans le vide. « T’en fais pas pour ça. » Elle a rompu ce silence qui dominait la pièce depuis plusieurs minutes. Elle avait appris à venir ici et à ne pas en faire de trop, à tel point qu’en général Adèle ne parlait que trop peu – un contraste absolu avec ses habitudes. La première fois, elle leur avait bombardé de questions, certaines plus idiotes que d’autres, mais l’infirmière avait pris soin de répondre à chacune d’entre elles. Comme si ça changerait quelque chose qu’elle comprenne pourquoi elle est ici. Mais pour le personnel c’est même essentiel. Lucia quitta la pièce et l’infirmière débarque presque aussitôt ne laissant guère le temps à Adèle de respirer une minute, de souffler un peu. De se débarrasser de cette tension entre elles. Tension qu’aucune des deux jeunes femmes n’arrivent vraiment à se débarrasser. « Je t’ai pris pèche, j’espère que ça ira. » Elle acquiesce d’un signe de tête pour signifier un merci. C’était ce qu’elle aimait le thé glacé, elle en raffolait même ! « Merci Lucia, c’est parfait… » Qu’elle répond finalement en relevant la tête à peine vers elle, pourtant son visage était souriant et apaisé. Mais anxieuse, elle savait désormais comment ça se passait, à cause de sa première chimio. Elle connaissait les effets après si elle ne tolère pas suffisamment le traitement, et bien qu’il l’adapte au poids plume de la jeune femme, elle avait eu de nombreux effets secondaires la première fois. Mais pourtant, ils avaient décidés de lui redonner une autre charge et avait signifiait que ce ne sera probablement pas la dernière – ce qui la rendait un peu angoissée. « Ça fait mal ? » Qu’elle demande finalement en jetant un regard sur la perf, juste à côté du siège. Elle récupère sa canette avant de l’ouvrir et d’en boire deux ou trois gorgées. La fraîcheur de la boisson lui fait un bien fou, elle ne peut le nier. « C’est pas très agréable comme sensation. » Non c’est pas douloureux, à part quand ils recherchent sa veine et la pose peut parfois être plus douloureuse, et périlleuse surtout, mais ça s’arrête là. « Ma mère m’a dit que Hannah travaillait dans une association pour aider les personnes qui sont malades, comme toi. » Lucia reprend comme si elle ne voulait pas qu’un énième silence débarque ici. Elle acquiesce de la tête avant d’ajouter à son tour, calmement. « Oui je sais, mais je ne suis jamais allée la voir encore… » Et peut-être que l’intonation de sa voix demander si elle le devrait ?! Elle ne s’était jamais posée la question parce que finalement à l’hôpital ils essayent de la rassurer au maximum et répondent à ses interrogations, elle arrive toujours à trouver une personne pour le faire du moins, mais peut-être que cela ne pourrait pas lui faire de mal. « Tu as trouvé une structure pour t’aider à traverser tout ça ?» Elle qui trouvait l’idée idiote au début, finalement elle ne sera pas resté pour les bonnes raisons puisque ça lui permettait surtout d’y retrouver l’agent d’entretien, son petit Italien comme elle aimait le taquiner. Mais l'important c'est le résultat n'est-ce pas ? « Oui je me rend à l’association Beauregard depuis mars grâce à Levi, qui a eu la même chose que moi… Je l’ai rencontré dans la salle d’attente et on est restés proches depuis… Et c’est là-bas que ta sœur bosse. » Comme un frère de cœur, elle finit par sourire, comme apaisé de penser à lui à présent puis elle reprend, d’une voix plus faible, « il s’en ai sorti … » Qu’elle précise comme si le doute qu’elle s’en sorte plane encore. Bien sûr il n’est pas totalement soigné, il reste encore fragilisé et Adèle se retient de dire qu’il est à l’hôpital pour une pneumonie. Parce que si s’en sortir veut aussi dire ne jamais pouvoir retrouver sa vie d’avant ça l’effraie tout ça…


toutes les machines ont un coeur, dedans, qui bat, qui bat comme on se bat. on avait pas prévu ça... sur les machines on dessine un coeur, qui bat. j'suis juste capable de voir le monde en grand. dans toutes les machines il y a mon coeur là dedans, et le monde est fragile...
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
l'oiseau tombé du nid
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (22.03.94) - Aries
SURNOM : Luciole parfois, précieuse par ses soeurs, il faut dire qu'elle a bien le caractère d'une petite dernière
STATUT : Célibataire, ramasse encore ses dents et sa fierté après sa dernière relation
MÉTIER : Aide comme elle peut au DBD avec son bras dans le plâtre, servir des macchiatos à des hipsters, voilà son quotidien
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley, en colocation avec Eirlys, un étrange spécimen aux cheveux multicolores
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls RxVHhP7Y_o
POSTS : 494 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Ancienne danseuse classique, elle a arrêté suite à une blessure et découvre aujourd'hui les joies des sports nautiques + a un master en événementiel pour l'instant jamais mis à profit + aime bien s'amuser et faire la fête, mais sans excès + petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + sort d'une relation abusive qui aura duré 3 ans + légèrement capricieuse mais douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, et toujours un sourire sur le visage + championne olympique de marathon netflix + lit son horoscope tous les jours
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls PDy4Xyy6_o
Whitemore girlsFamilies are like fudge : mostly sweet with a few nuts
Lunah 12
Lucielle 1

10/08Hannah #2LeahEirlys #1MattAdèle #2GabrielleCarter #1Evelyn #1
Univers alternatifsSujet halloween (DS)Finnley (DS)

RPs TERMINÉS :
2019CharlieAdèle #1Hannah #1
FlashbackLizzie (FB 2018)

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Tumblr_nwqg0gUiwb1styifro6_250
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Taissa Farmiga
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn Blackwell, la chair empoisonnée et Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26184-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls EmptySam 7 Déc - 19:38




Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls
Lucia Whitemore & @Adèle Shephard LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 873483867

Je marche sur deux œufs avec elle, et me pose des questions que je ne me serais jamais posée avec qui que ce soit d’autre. Je me retrouve à réfléchir pendant plusieurs minutes à réfléchir devant un distributeur, simplement par envie de bien faire, de ne pas la décevoir une fois de plus, comme si lui ramener une boisson dont elle ne voudrait pas pouvait m’enfoncer encore un peu plus à ses yeux. Comme si c’était la fin du monde si je me trompe, si je me fais le mauvais choix. Alors que je ne peux plus rien faire de pire que disparaître, j’en suis consciente, mais malgré tout je ne veux plus faire un faux pas. Alors je me fais des nœuds à l’estomac pour des choses aussi simples que le choix de la boisson à lui ramener, et je suis bien incapable de m’en empêcher.

Sortir dans le couloir me permet aussi de reprendre mes esprits, parce que j’ai du mal à affronter la maladie, je n’ai jamais aimé l’hôpital pour ce qu’il représente, pour cette raison je n’ai jamais compris le choix de Gabrielle et de Hannah de se tourner vers le milieu médical. Je sais que la peine et la mort existent, mais je préfère largement vivre dans un monde où je peux continuer à prétendre le contraire. Si ça avait été une autre amie qu’Adèle aujourd’hui, je ne serais pas venue, j’aurais surement essayée, mais je n’y serais pas parvenu. C’est parce que c’est elle que je me suis fait violence, et parce que je lui dois bien ça. « Merci Lucia, c’est parfait… » La pression retombe alors que je m’assieds sur le tabouret, et qu’elle semble se détendre en ma présence. Il y a toujours cette gêne bien sûr, qui sera surement le lot de nos échanges pendant quelques temps, mais je la sens beaucoup moins sur la défensive que l’autre jour au parc. Je ne sais pas ce qui a changé, mais je m’en fiche, tant que les choses vont en s’améliorant. « C’est pas très agréable comme sensation. » Je grimace en hochant la tête. Mes connaissances en ce qui concerne sa maladie et les différents traitements sont proches du néant, mais studieuse et consciencieuse je me promets d’aller faire des recherche pour l’accompagner du mieux que je peux. « Merci encore de me laisser être là à tes côtés… » C’est elle qui a besoin d’aide, mais pour moi aussi, ça compte beaucoup. « Oui je sais, mais je ne suis jamais allée la voir encore… » Je suis un peu surprise, mais ne dit rien, laissant la brune continuer à s’exprimer, bien trop polie pour lui couper la parole. « Oui je me rends à l’association Beauregard depuis mars grâce à Levi, qui a eu la même chose que moi… Je l’ai rencontré dans la salle d’attente et on est restés proches depuis… Et c’est là-bas que ta sœur bosse. » Un sourire se dessine sur mes lèvres, et je me demande si ce Levi signifie plus pour elle que ce qu’elle laisse entendre. « il s’en est sorti … » Sa voix se brise, même si la nouvelle est positive, et je comprends. Je comprends ses peurs à elle, la maladie a chamboulé sa vie, mis un coup de pied dans ses rêves et convictions. Je sais qu’elle doute encore de pouvoir s’en sortir comme son ami, et pendant quelques secondes je reste silencieuse, ne sachant trop si je dois la rassurer ou m’appesantir sur le sujet. Je veux prendre sa main, mais par peur de la brusquer je garde résolument les deux miennes sur mes genoux, les coudes collés contre mes flancs. « C’est ton petit ami ? » Ce jeune homme dont elle parle semble compter pour elle, la question est assez logique. « Tu devrais parler de tout ça à Hannah, je suis certaine qu’elle saurait t’écouter et t’aider, elle te connait bien. » J’aimerais accompagner Adèle pour ses visites à l’association dont elle parle, mais j’ai du mal à imaginer la réaction qu’aurait Hannah, si elle travaille là-bas. Ma main tremble et j’esquisse un début de geste dans sa direction, avant de réaliser ce que je suis en train de faire, et de la poser sur mes genoux. Je n’ai pas envie de brusquer la brune, qu’importe l’envie que j’ai de l’aider et d’être auprès d’elle. « Je suis sure que tout ira bien. Tu vas guérir, tu termineras tes études. » Hannah me pardonnera, et tout redeviendra comme avant, j’ai envie de m’en convaincre. J’ai envie de penser que si je le souhaite assez fort ma volonté suffira à rendre tout ça réel. « Tout ira bien. » Mes yeux se perdent dans le vague, sur la poche qui contient le fluide qui, goutte par goutte, se déverse dans la perfusion à laquelle est rattachée mon amie.






LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QqLqwzn
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls 2eDseF9
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls QoPDAKU
LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Mf7aKnj
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty
Message(#) Sujet: Re: LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

LUCIA&ADELE ► Même si nos vies sont casse-gueule on ne seras plus jamais seuls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-