AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -24%
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi ...
Voir le deal
189.99 €

 australian rollercoaster ride | gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ariel James
Ariel James
la plume de l'ombre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans sur le papier, plutôt dix-neuf dans sa tête (09.04.1990)
SURNOM : ari, si t'as la flemme de prononcer les deux dernières lettres. james, aussi.
STATUT : entre plusieurs coeurs et corps. célibataire, pas taillée pour les idylles.
MÉTIER : ghost writer, elle écrit les mots des autres. aussi journaliste freelance spécialisée dans le cinéma.
LOGEMENT : 19 james street, fortitude valley. un studio dans lequel elle vit depuis déjà quatre ans, et qu'elle a la flemme de quitter faute de moyens... pour le moment.
australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_oazqbt7N3F1uyip8qo7_400
POSTS : 605 POINTS : 365

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : née à brisbane, elle y a grandi et n'a jamais mis un pied hors de l'australie ☽ elle n'a pas fait d'études supérieures ☽ hormis le cinéma, le surf est sa plus grande passion ☽ végétarienne, elle milite pour la protection des animaux. ☽ elle est aussi féministe ☽ a des problèmes avec l'autorité en général ☽ elle a deux chats qu'elle adore, dana scully et fox mulder ☽ elle écoute beaucoup de musique mais est incapable de faire un accord sur une guitare ☽ elle a cinq tatouages
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : arthurremiarianegabrieldimitriedge (2)zeldatobiasmollyjameson (fb)charlie (3/ds)


australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_inline_o6exqlZHrX1szn9jg_250
arison ★ she's a rebel, she's a saint, and she's holding on my heart like a hand grenade

australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_inline_p7xxf4JpiQ1rre457_250
chariel ★ there's no time for us no place for us, what is this thing that builds our dreams yet slips away from us?

australian rollercoaster ride | gabriel  T8Xehe7
edgiel ★ it's such a long way away from the top and i know that you'll be there to catch me if i stumble down this road

australian rollercoaster ride | gabriel  Qgb1
artiel ★ a little bit older, a black leather jacket, a bad reputation, insatiable habits (i said if you kiss me, i might let it happen)

australian rollercoaster ride | gabriel  M4ga
zeliel ★ we're born to be electric you and me, we're painted neon under our skins we're glowing bright radioactive
.
RPs EN ATTENTE : matt ☆ justine ☆ terry+harvey ☆ yasmine ☆ ember ☆ charlie (4) ☆ freya (2) ☆ tobias (2) ☆ dominic

à ouvrir: terry ☆ robin

.
RPs TERMINÉS : evelyn (fb)freyacharlie+freyacharlieedgelizziecharlie (2) (...)
PSEUDO : venus victrix (manon)
AVATAR : kristen stewart
CRÉDITS : (ava) mind ; (signa) bat'phanie ; (gifs) tumblr ; (ub) loonywaltz
DC : isla peverell
INSCRIT LE : 09/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24024-ariel-i-m-that-bad-type https://www.30yearsstillyoung.com/t24153-ariel-i-pray-for-the-wicked-on-the-weekend https://www.30yearsstillyoung.com/t24278-ariel-james#996492 https://www.30yearsstillyoung.com/t25044-ariel-james#1030859

australian rollercoaster ride | gabriel  Empty
Message(#) Sujet: australian rollercoaster ride | gabriel australian rollercoaster ride | gabriel  EmptyMer 6 Nov - 15:07




if i had one wish come true i'd surf till the sun sets
beyond the horizon

@gabriel lópez

Libre.
Elle est libre.

Dès le moment où ses pieds nus ont foulé le sable, dès la seconde où le bleu de l'océan a touché sa peau, ne faisant plus qu'un avec l'eau, Ariel a pu respirer. Elle vendrait bien ses deux jambes, sa voix et peut-être même ses deux chats contre le sort d'une sorcière, pour obtenir une queue de sirène. Ariel 2.0, le conte renversé mais une vie sous l'eau pour toujours. Aussi loin que remontent ses souvenirs, l'air marin, le sel et le sable lui ont sauvé la vie mainte fois, et son amour pour cet espace bleu lumière s'étend à l'infini. The sea wants to take me and I'm willing to drown.

En équilibre sur sa planche, fendant les vagues, elle cherche à se fondre en elles, à ne faire qu'un avec le mouvement; elle se laisse volontiers chuter parfois, cédant à la tentation trop grande de se faire piétiner par la masse d'eau. Submergée. Garder la tête sous l'eau, laisser ses courts cheveux flotter dans une autre réalité jusqu'à ce que ses poumons brûlent et qu'elle remonte alors, perçant la surface, inspirant profondément la brise iodée qui souffle sur Brisbane. Dans ces moments-là elle oublie tout et il n'y a rien qu'elle ne pourrait achever; elle se sent l'âme d'une conquérante, à chaque fois pleine de bonnes résolutions. Mais faut croire que c'est une illusion, un mauvais sort, une malédiction ; dès que ses pieds touchent la terre ferme, lorsque la dernière goutte salée sur sa peau s'évapore, son courage fond comme neige au soleil et les ennuis reprennent leur tourment.  

Alors le plus longtemps possible, elle s'éloigne de la plage et des tentations qui l'habitent. Comme lorsque ses amis lui font des signes, au loin, signifiant qu'il est l'heure de passer à autre chose - l'heure de déboucher les bouteilles, de faire tourner les joints, de se raconter les mêmes histoires que depuis des années et s'oublier pour quelques heures, direction les paradis artificiels. Mais comme à chaque fois qu'elle est seule dans l'eau, le reste de sa bande déjà retourné sur le petit campement improvisé sur la plage, elle rechigne à les suivre. Elle devrait pourtant faire partie des premiers - elle fait d'habitude partie des premiers, des éclaireurs, du peloton de tête pour faire la fête au milieu des palmiers et des touristes, riant fort et chantant tout bas. Seulement, c'est l'exception qui confirme la règle lorsqu'elle cherche à profiter encore un peu plus, oh juste un peu plus longtemps de son paradis à elle. "Je vous rejoins après, je vais surfer encore un peu," annonce-t-elle, et ils savent tous qu'elle ne reviendra que bien plus tard, peut-être même lorsque le soleil amorcera sa descente.

Sans attendre elle repart, quitte le rivage, pour repartir au milieu de l'eau. L'habitude la guidant, Ariel se met en position, s'allonge sur sa planche et... soudain perd l'équilibre, percutée par une masse qui n'est décidément pas celle des vagues. Coulée quelques secondes, désorientée, il lui faut un instant pour remonter à la surface, reprendre ses esprits, et ouvrir des yeux écarquillés en découvrant le jeune homme visiblement paniqué qui vient de lui foncer dessus. "Wow! Regarde où tu vas, merde, c'est pas compliqué!" Son instinct premier en cas de collision se résumant par "cris de colère option jurons", c'est exactement ce qui se produit. Pourtant, il ne lui faut qu'une seconde pour réaliser que derrière l'expression de panique de son assaillant, et de soulagement (d'être en vie, probablement), se dessine une grimace de douleur. Oh, no. "Tu t'es fait mal?" Normalement, elle devrait dire, tu m'as fait mal abruti, mais contre toute attente, Ariel a un petit spot de tendresse pour les apprentis surfeurs. Parce-qu'elle a aussi passé beaucoup de temps à boire la tasse par le passé, trop pressée de chevaucher les vagues pour écouter correctement les conseils... jusqu'à ce que quelques chutes et bleus biens sentis la mettent sur le droit chemin de l'apprentissage, sous les commentaires hilares de son grand frère. Parce-qu'elle aime trop son sport de prédilection pour en vouloir à un maladroit de lui avoir foncé dessus. Parce-qu'aussi, dans ce moment volé au temps et à sa vie, elle n'est en colère contre personne, même pas contre elle-même. Et ça change tout.

Alors, la surfeuse esquisse un sourire. "Je ne sais pas qui t'as appris à monter sur une planche mais à mon avis, tu devrais demander un remboursement."



how do i feel this good sober?
i am falling and if i let myself go i'm the only one to blame ▬ the night is calling and it whispers to me softly come and play





Revenir en haut Aller en bas
Gabriel López
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans, né le 12 octobre 1986.
SURNOM : gab, gaby, el famoso gabriel.
STATUT : célibataire et volage.
MÉTIER : manager à la A.K Agency, une agence de mannequins.
LOGEMENT : #115, bayside [villa]
australian rollercoaster ride | gabriel  Q3U3bbJc_o
POSTS : 135 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Végétarien depuis des années, il ne boit que très peu d'alcool et il s'entraîne à tous les jours. • Il s’est fait mordre par le berger allemand de ses voisins quand il était petit. Il en a conservé une cicatrice en croissant de lune sur la main et une phobie des gros canins. • Il a beau évoluer dans le monde de la mode depuis qu'il est tout petit, il ne comprend rien à la haute couture. • Il a une peur bleue du sang. • En plus de l’anglais et de l’espagnol, il baragouine quelques mots de vietnamien, des insultes, surtout, que Zelda s’est amusée à lui apprendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [4/3] ariellenezelda #5zelda | jameson
RPs TERMINÉS : zelda #1 | #2 | #3jo #1 | #2gabel #1 | #2
AVATAR : brendon urie.
CRÉDITS : mckenzieistuff (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23576-life-is-supposed-to-kill-you-but-it-shouldn-t-feel-like-dying-gab https://www.30yearsstillyoung.com/t23585-king-of-the-clouds-gabriel https://www.30yearsstillyoung.com/t23587-gabriel-lopez https://www.30yearsstillyoung.com/t25077-gabriel-lopez

australian rollercoaster ride | gabriel  Empty
Message(#) Sujet: Re: australian rollercoaster ride | gabriel australian rollercoaster ride | gabriel  EmptySam 23 Nov - 2:52




if i had one wish come true i'd surf till the sun sets
beyond the horizon

@ariel james

Enfant, j'étais le genre de gamin incapable d'arrêter de gigoter en classe, avec trop d'énergie à dépenser et aucun endroit où la canaliser puisque mes parents étaient beaucoup plus fan d'études et de lecture que de sport. Ce n'est qu'à l'âge adulte, une fois que je me suis retrouvé seul à L.A. que j'ai vraiment découvert les bénéfices de l'exercice sur mon esprit hyperactif. Depuis, j'ai touché à un peu n'importe quoi, des sports classiques à d'autres, plus inusités. Et pourtant, même si j'habite depuis des années en Australie, je n'ai jamais osé essayer le surf. Ce n'est pas par manque d'envie. J'ai toujours été fasciné par ces gens qui réussissent à dominer les éléments, debout sur leur planche pour dompter les vagues comme s’ils les commandaient. Ils semblent tellement libres quand ils entrent en communion avec la nature comme ça. Ça me rappelle presque l'extase qui animait certains des paroissiens à la messe du dimanche quand j'étais enfant. En dépit de mon envie féroce de m'essayer moi aussi au surf, je n'avais jamais osé le faire. Jusqu'à aujourd'hui. J'ai finalement décidé que c'était le moment de vaincre mes inquiétudes et de me lancer à mon tour sur les vagues.

Profitant de mon congé, je me suis donc rendu en fin d’après-midi à l’une des plages qui se trouve pas trop loin de chez moi. Après un long passage à la boutique où, avec l’aide des employés qui s’y connaissent beaucoup mieux que moi, j’ai réuni l’équipement qu’il me faut, je me retrouve enfin au bord de l’eau, ma longboard attachée à la cheville et l’angoisse collée à l’estomac. J’ai écouté une dizaine de vidéos YouTube pour avoir une idée des techniques de base et le mec de la boutique m’a donné quelques conseils, mais je ne me sens pas terriblement confiant. Alors je reste un long moment au bord de l’eau à observer les surfeurs, et en particulier une jeune femme à la courte chevelure blonde. Elle est visiblement douée, n’hésite jamais et a toujours le timing parfait pour attraper la vague et la monter avec agilité. Fasciné, je dois faire un effort conscient pour me détacher du spectacle, conscient que si je n’essaie pas maintenant, je n’oserai jamais me jeter à l’eau, littéralement.

J’entre donc dans l’océan, goûtant avec plaisir sa fraîcheur sur ma peau chauffée par le soleil. Une fois que j’ai de l’eau jusqu’à la taille, je grimpe un peu maladroitement sur ma planche et me mets à ramer des bras et des jambes pour m’avancer dans l’eau. Voyant la vague qui commence à se former tout près de moi, je m’empresse de m’asseoir comme je l'ai appris dans mes vidéos. Cependant, je n'étais pas prêt à ce que la vague enfle si rapidement et je perds aussitôt l'équilibre avant même d'avoir vraiment réussi à me mettre debout. Culbuté vers l'arrière, je me retrouve en suspension sous l'eau, les yeux grands ouverts malgré le sel qui les brûle pour essayer de comprendre où est le bas et où est le haut dans la masse mouvante de l'océan. Le peu d'air que j'avais accumulé s'est échappé de mes poumons sous le coup de la surprise. À court d'oxygène, je me dis que ça y est, je vais mourir noyé quand je me souviens brusquement que ma longboard est toujours attachée à ma cheville et que, puisqu'elle flotte, je n'ai qu'à la suivre pour retrouver la surface. Je remonte enfin à l'air libre et me mets à tousser violemment pour recracher la tasse que j'ai avalée de travers. J'entends quelqu'un m'engueuler, mais je l'ignore à moitié. Je crois néanmoins comprendre que j'ai percuté quelqu'un dans ma chute. Lamentablement accroché à ma planche, je me laisse porter vers le rivage par le courant en essayant de calmer mon cœur qui cogne et ma respiration saccadée. « Tu t’es fait mal? » La voix de ma victime s'est adoucie. Je tourne un peu la tête dans sa direction, surpris de reconnaître la surfeuse blonde que j’observais de loin tout à l’heure. Elle a l’air amusée et j’imagine que je dois être un sacré spectacle à voir avec mes cheveux plaqués sur mon front et mon air de chaton traumatisé. Je fais signe que non. J’ai un peu mal à la jambe et au coude, probablement d’avoir heurté la jeune femme et ma planche en tombant, mais je ne pense pas que ça soit rien de sérieux. « Je ne sais pas qui t'as appris à monter sur une planche mais à mon avis, tu devrais demander un remboursement. » Gêné, je me redresse légèrement. La vague m’a ramené suffisamment proche du rivage pour que je reprenne pied sur le fond sablonneux de l'océan. « En fait, j’ai décidé de tenter le coup tout seul. » Je grimace légèrement, penaud. « C’était pas l’idée du siècle. » Au final, il y a plus de peur que de mal dans ma chute, mais mon ego en a pris un sacré coup. Je balaie l’étendue de l'océan du regard, une moue incertaine aux lèvres. « J’crois que j’suis pas doué, j’sais pas si je devrais réessayer. » Partagé entre l’envie d’abandonner et l’espoir de pouvoir encore découvrir le bonheur du surf, j’hésite. J’évite soigneusement de regarder la surfeuse blonde, me doutant de ce qu’elle pense probablement, parce que j’en suis venu à la même conclusion : T’aurais probablement dû suivre des cours.


† You can fall to your knees and pray ‘cause I'm a sinner now, and I won’t be saved. I’ve been lying to you more each day and all my sins I've found, they won’t wash away.
Revenir en haut Aller en bas
Ariel James
Ariel James
la plume de l'ombre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans sur le papier, plutôt dix-neuf dans sa tête (09.04.1990)
SURNOM : ari, si t'as la flemme de prononcer les deux dernières lettres. james, aussi.
STATUT : entre plusieurs coeurs et corps. célibataire, pas taillée pour les idylles.
MÉTIER : ghost writer, elle écrit les mots des autres. aussi journaliste freelance spécialisée dans le cinéma.
LOGEMENT : 19 james street, fortitude valley. un studio dans lequel elle vit depuis déjà quatre ans, et qu'elle a la flemme de quitter faute de moyens... pour le moment.
australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_oazqbt7N3F1uyip8qo7_400
POSTS : 605 POINTS : 365

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : née à brisbane, elle y a grandi et n'a jamais mis un pied hors de l'australie ☽ elle n'a pas fait d'études supérieures ☽ hormis le cinéma, le surf est sa plus grande passion ☽ végétarienne, elle milite pour la protection des animaux. ☽ elle est aussi féministe ☽ a des problèmes avec l'autorité en général ☽ elle a deux chats qu'elle adore, dana scully et fox mulder ☽ elle écoute beaucoup de musique mais est incapable de faire un accord sur une guitare ☽ elle a cinq tatouages
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : arthurremiarianegabrieldimitriedge (2)zeldatobiasmollyjameson (fb)charlie (3/ds)


australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_inline_o6exqlZHrX1szn9jg_250
arison ★ she's a rebel, she's a saint, and she's holding on my heart like a hand grenade

australian rollercoaster ride | gabriel  Tumblr_inline_p7xxf4JpiQ1rre457_250
chariel ★ there's no time for us no place for us, what is this thing that builds our dreams yet slips away from us?

australian rollercoaster ride | gabriel  T8Xehe7
edgiel ★ it's such a long way away from the top and i know that you'll be there to catch me if i stumble down this road

australian rollercoaster ride | gabriel  Qgb1
artiel ★ a little bit older, a black leather jacket, a bad reputation, insatiable habits (i said if you kiss me, i might let it happen)

australian rollercoaster ride | gabriel  M4ga
zeliel ★ we're born to be electric you and me, we're painted neon under our skins we're glowing bright radioactive
.
RPs EN ATTENTE : matt ☆ justine ☆ terry+harvey ☆ yasmine ☆ ember ☆ charlie (4) ☆ freya (2) ☆ tobias (2) ☆ dominic

à ouvrir: terry ☆ robin

.
RPs TERMINÉS : evelyn (fb)freyacharlie+freyacharlieedgelizziecharlie (2) (...)
PSEUDO : venus victrix (manon)
AVATAR : kristen stewart
CRÉDITS : (ava) mind ; (signa) bat'phanie ; (gifs) tumblr ; (ub) loonywaltz
DC : isla peverell
INSCRIT LE : 09/05/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24024-ariel-i-m-that-bad-type https://www.30yearsstillyoung.com/t24153-ariel-i-pray-for-the-wicked-on-the-weekend https://www.30yearsstillyoung.com/t24278-ariel-james#996492 https://www.30yearsstillyoung.com/t25044-ariel-james#1030859

australian rollercoaster ride | gabriel  Empty
Message(#) Sujet: Re: australian rollercoaster ride | gabriel australian rollercoaster ride | gabriel  EmptyMer 18 Déc - 22:42



Elle passe une main dans ses courts cheveux trempés par l'eau de mer, regarde plus attentivement l'infortuné coupable de leur accident. Il est plutôt mignon, de grands yeux expressifs et des traits fins, les cheveux aplatis sur le front. Elle lui trouve un style plus rock-star que surfer - mais bon, les histoires d'apparences, Ariel sait qu'il ne faut jamais s'y fier.

Elle s'attend presque à ce qu'il l'envoie voir ailleurs, ou qu'il l'accuse elle d'avoir été dans sa trajectoire - la mauvaise foi des apprentis surfeurs comme des plus confirmés, elle a déjà testé... et elle-même s'en est parfois donnée à coeur joie de crier sur des touristes ignorants plus occupés à se prendre en photo pour instagram qu'à essayer de comprendre les bases de ce sport. Mais non: il s'excuse presque, après lui avoir assuré qu'aucun des coups qu'il s'est probablement pris n'est assez douloureux pour lui arracher une grimace. Et avec un soupir, l'air contrit, lui avoue que c'est une première expérience solo... c'était pas l'idée du siècle. Cette remarque fait rire Ariel, parce-que clairement, non, ce n'est jamais une bonne idée de s'aventurer à dompter les vagues sans avoir aucune expérience. Elle s'abstient de lui faire remarquer que ça aurait pu être bien plus grave, comme issue: l'expression de son visage lui indique clairement qu'il en est conscient. Et pourtant... "Mec, si tu abandonnes après ta première chute, t'es pas sorti de l'auberge."

Et elle le voit, Ariel, elle le voit essayer d'éviter son regard, et sûrement le jugement qu'il pense y trouver. Ça devrait l'agacer, mais aujourd'hui il semble que les astres sont alignés sous les auspices du caniculaire été australien: elle trouve simplement ça amusant. Un peu touchant, presque, même. "Franchement, dans ce sport? Personne n'est doué après cinq minutes en mer. J'te jure, personne. Et les mecs qui te diront que pour eux ça a été facile sont de gros mythos." C'est vrai, certains ont une révélation - elle-même l'a eu, par exemple. Le coup de foudre instantané dès la première sensation de glisse, le coeur battant, le cerveau qui en redemande encore et encore malgré les coups, malgré les courbatures, la brûlure du sel et du soleil. C'est une passion qui se paie cher mais qui donne des sensations extraordinaires, et rien que pour ça elle voudrait que tout le monde puisse un jour goûter à ce plaisir unique que de maîtriser, rien qu'un instant, la puissance de l'océan. Un premier pas vers la paix dans le monde, sûrement: si elle peut y trouver un semblant de paix intérieur, elle est convaincue que le surf a le pouvoir de changer le monde.  

"Moi j'pense que tu devrais réessayer. Sans tuer personne, avec un peu de chance. Une référence à peine subtile à leur accident, qu'elle accentue avec un sourire complice. De toute façon si tu réessayes, tu vas encore te casser la gueule. Mais peut-être un peu moins que la dernière fois. Et si tu remontes une troisième fois sur ta planche, tu retomberas encore... mais ce sera toujours moins pire que la fois d'avant. Tu vois le pattern?" Elle se redresse aussi, quitte à taper la discute avec ce mec mignon sorti des entrailles de la mer pour lui foncer dessus, autant se mettre à l'aise. "Tu vas avoir mal partout. Partout, vraiment. Tu vas te découvrir des muscles et des endroits où tu n'aurais jamais imaginé pouvoir avoir mal. Tes yeux, ta peau vont aussi prendre cher à cause du sel et du soleil. Demain, tu pourras peut-être même pas marcher tant tes muscles seront fatigués. Elle prend un air un rien dramatique, histoire de faire monter la tension, mais elle exagère à peine. Et le pire? C'est que tu vas en redemander, malgré tout." Du menton, elle indique les quelques surfeurs qui tentent tant bien que mal d'appréhender la danse des vagues. "On est tous passés par là. C'est une putain de sensation, quand t'y arrives. T'es le roi du monde."

Avec un sens du détail un rien poussé, elle laisse quelques secondes de silence s'installer entre eux, puis reprend avec sa nonchalance habituelle. "Tout seul, t'iras nulle part, c'est clair. Mais si t'as cinq minutes... et que j'ai cinq minutes... et que t'es pas du genre casse-couilles... j'imagine que j'peux te montrer les bases." C'est une proposition qui la surprend presque: elle est loin d'être la reine des situations sociales, Ariel, et c'est encore plus rare de la voire faire le premier pas dans de pareilles occasions. Elle ne saurait l'expliquer. Peut-être qu'inconsciemment, avec son air de défaite collé au visage, il lui rappelle la jeune fille dépitée qu'elle fut un jour de ne pouvoir imiter ses aînés. Et de se souvenir que les conseils que des surfeurs plus expérimentés lui ont donné, avec bienveillance et patience, ont changé sa vie.

Alors, elle tend la main à son assaillant désolé: autant faire ça bien, non? Pour une fois qu'elle socialise dignement, on ne va pas cracher sur les conventions. "Ariel- je te préviens si j'te vois esquisser ne serait-ce qu'un sourire parce-que j'ai le même prénom que cette gourde de sirène Disney, je te noie direct. Compris?" Ouais, les astres sont alignés.. mais faut pas exagérer non plus.



how do i feel this good sober?
i am falling and if i let myself go i'm the only one to blame ▬ the night is calling and it whispers to me softly come and play





Revenir en haut Aller en bas
Gabriel López
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans, né le 12 octobre 1986.
SURNOM : gab, gaby, el famoso gabriel.
STATUT : célibataire et volage.
MÉTIER : manager à la A.K Agency, une agence de mannequins.
LOGEMENT : #115, bayside [villa]
australian rollercoaster ride | gabriel  Q3U3bbJc_o
POSTS : 135 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Végétarien depuis des années, il ne boit que très peu d'alcool et il s'entraîne à tous les jours. • Il s’est fait mordre par le berger allemand de ses voisins quand il était petit. Il en a conservé une cicatrice en croissant de lune sur la main et une phobie des gros canins. • Il a beau évoluer dans le monde de la mode depuis qu'il est tout petit, il ne comprend rien à la haute couture. • Il a une peur bleue du sang. • En plus de l’anglais et de l’espagnol, il baragouine quelques mots de vietnamien, des insultes, surtout, que Zelda s’est amusée à lui apprendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [4/3] ariellenezelda #5zelda | jameson
RPs TERMINÉS : zelda #1 | #2 | #3jo #1 | #2gabel #1 | #2
AVATAR : brendon urie.
CRÉDITS : mckenzieistuff (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23576-life-is-supposed-to-kill-you-but-it-shouldn-t-feel-like-dying-gab https://www.30yearsstillyoung.com/t23585-king-of-the-clouds-gabriel https://www.30yearsstillyoung.com/t23587-gabriel-lopez https://www.30yearsstillyoung.com/t25077-gabriel-lopez

australian rollercoaster ride | gabriel  Empty
Message(#) Sujet: Re: australian rollercoaster ride | gabriel australian rollercoaster ride | gabriel  EmptyMer 26 Fév - 2:41




if i had one wish come true i'd surf till the sun sets
beyond the horizon

@ariel james

Un petit rire s’échappe des lèvres de ma victime. Ce n’est pas vraiment la réaction à laquelle je m’attendais et ça me surprend assez pour que je relève la tête. Son agacement semble s’être dilué dans l’eau de mer. Je jurerais même qu’elle a l’air plus amusée qu’autre chose par la mésaventure. « Franchement, dans ce sport? Personne n’est doué après cinq minutes en mer. J’te jure, personne. Et les mecs qui te diront que pour eux ça a été facile sont de gros mythos. » Ça me fait sentir un peu mieux, je suppose. Si c’est impossible de devenir un expert du surf en cinq minutes, je n’avais vraiment aucune chance de m’en tirer quand j’ai à peine réussi à tenir une petite minute… et que j’ai passé la moitié de la minute en question la tête en bas sous l’eau à frôler la noyade.  « Moi j’pense que tu devrais réessayer. Sans tuer personne, avec un peu de chance. » Pour le coup, je ne sais pas si elle parle de moi ou d’elle-même, mais ça m’arrache tout de même un sourire amusé… qui s’efface assez rapidement quand elle ajoute : « De toute façon si tu réessayes, tu vas encore te casser la gueule. » Je ne sais pas si c’est sa façon de m’encourager, mais j’ai franchement envie de lui dire que j’ai déjà vu des techniques plus efficaces. Sans se laisser démonter par mon air dubitatif, elle m’explique qu’avec un peu de chance, je serai un peu moins nul la prochaine fois que je monterai sur ma planche, même si c’est sûr que je vais quand même échouer. Fasciné malgré moi par son aplomb, je n’arrive ni à détourner le regard ni à l’interrompre pendant qu’elle continue à disserter sur ce qui m’arrivera si je retente le coup. Je ne peux pas dire que ça me fasse terriblement envie. J’ai beau aimer me dépenser, la perspective de me rendre à mes réunions demain avec le dos voûté comme un petit vieux et les muscles en compote ne m’enchante pas particulièrement. Et pourtant, quand elle conclut, d’un ton dramatique que c’est une putain de sensation, quand t’y arrives, t’es le roi du monde, je la crois sur parole. Assez, d’ailleurs, pour qu’elle m’ait convaincu de réessayer de dompter les vagues. Le seul petit problème, c’est que je ne sais pas plus comment m’y prendre qu’il y a un quart d’heure. La surfeuse ne se gêne d’ailleurs pas pour me le faire savoir après une courte pause : « Tout seul, t’iras nulle part, c’est clair. Mais si t’as cinq minutes... et que j’ai cinq minutes... et que t’es pas du genre casse-couilles... j’imagine que j’peux te montrer les bases. » La proposition me plaît. Cependant, je me garde bien de préciser que, si j’ai bel et bien cinq minutes à accorder à ce cours imprévu (et que, selon toute logique, les a aussi, ces minutes, si elle a offert de m’aider), j’ai plutôt tendance à être casse-couilles, oui. Fais un effort pour une fois et ça ne sera pas un problème. Elle se présente. Ariel, comme la sirène, dit-elle avant de se dissocier du même souffle de la femme-poisson la plus célèbre de la planète. En quelque part, je la comprends. Je ne pense que j’aimerais qu’en apprenant mon prénom, tout le monde pense forcément à une gamine qui, après avoir fait le pire deal de la planète, s’exile pour l’amour d’un mec qu’elle a vu un gros quart d’heure et pour qui elle a accepté de sacrifier sa voix. Ça ne m’empêche pas pour autant de songer à dix blagues différentes que je pourrais lui balancer, surtout étant donné le contexte océanique de notre rencontre. J’accepte donc sa main tendue et, implicitement, son offre. Elle a une bonne poigne, franche et solide, ce qui ne m’étonne pas tellement vu qu’elle semble quand même avoir un caractère assez volontaire. « Moi c’est Gab… » Je n’hésite qu’une fraction de seconde, mais j’abandonne assez rapidement l’idée de faire totalement preuve de restreinte. L’occasion est juste trop belle pour que je la laisse passer. « Mais tu peux m’appeler Polochon si tu préfères. » Devant le regard noir qu’elle me renvoie, je lève une main en signe d’apaisement en souriant d’un air que j’espère contrit. Ce n’est pas une expression que j’ai l’habitude d’arborer. « Désolé, désolé, j’ai pas pu résister. C’est la seule blague que j’vais faire là-dessus, promis. » Principalement parce que je détesterais mourir assassiné au beau milieu de ma journée de congé et que frôler la noyade a suffi à me convaincre que ce n’est pas la façon dont je veux crever. Mais aussi parce que je préfèrerais profiter des connaissances et de l’expérience manifeste d’Ariel. Je m’empresse donc de poursuivre avant qu’elle ne change d’idée. « Alors par quoi on commence? » Comme elle n’a probablement pas eu la chance de voir le misérable début de ma tentative puisqu’elle était elle-même occupée à surfer, je décide de préciser un peu comment ça s’est passé : « J’ai réussi à me rendre jusqu’à la vague sans trop de mal, mais la planche a basculé avant que j’aie le temps de me mettre vraiment debout. J’imagine que c’est une question de technique et d’équilibre? » Si elle ne peut pas faire grand-chose pour mon sens de l’équilibre, elle pourra sûrement me donner des conseils techniques. J’espère juste qu’elle n’aura pas l’idée de me renvoyer à l’eau pour voir comment je me débrouille, même si je me dis aussi que ça serait un excellent moyen de se venger pour la blague que je lui ai envoyée.

Spoiler:
 


† You can fall to your knees and pray ‘cause I'm a sinner now, and I won’t be saved. I’ve been lying to you more each day and all my sins I've found, they won’t wash away.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

australian rollercoaster ride | gabriel  Empty
Message(#) Sujet: Re: australian rollercoaster ride | gabriel australian rollercoaster ride | gabriel  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

australian rollercoaster ride | gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside
-