AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 'Till it happens to you (Caleb&Hannah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hannah Whitemore
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans.
SURNOM : Han Solo - son surnom à l'université car elle est une fan inconditionnelle de Star Wars.
STATUT : Célibataire, elle préfère mettre son énergie dans sa carrière plutôt que dans une relation qui ne la mènera nul part. Comment ça, cynique?
MÉTIER : A trois années de terminer son fellowship en psychiatrie, et il est vraiment temps. Parce que 12 ans d'études, c'est long.
LOGEMENT : Un joli appartemment à Bayside qu'elle n'aurait jamais pu habiter sans la carte de bleue de papa et maman. Mais le confort, c'est important.
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1571226766-hannaaah
POSTS : 227 POINTS : 510

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Passionnée, elle se donne toujours à 100% dans tout ce qu'elle entreprend. Et de manière générale, elle arrive toujours à ses fins. + Sa tendance à tout analyser peut en énerver plus d'un, mais ça la rassure de savoir qui elle a en face d'elle. + Son apparence réservée cache une personnalité plutôt ouverte et extravertie. + A 17 ans, elle s'est fait tatouer une croix sur les côtes en mémoire de sa meilleure amie. Elle l'a fait sans l'accord de ses parents, sachant qu'ils deviendraient fous s'ils l'apprennaient.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1572341673-whitemore
Whitemore girls - If there comes a day
People posted up at the end of your driveway
They're callin' for your head and they're callin' for your name
I'll bomb down on 'em, I'm comin' through
Do they know I was grown with you?

Lunah#1 + Gaby#1

Nate#1 + Ezra#1 + Noannah#1 + Jessiannah#1 + Caleb#1 +
RPs EN ATTENTE : Adèle - Adrian - Hannah - toi?
AVATAR : Alycia Debnam-Carey
DC : Leah, la rescapée.
INSCRIT LE : 24/07/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27007-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave https://www.30yearsstillyoung.com/t27095-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptyJeu 7 Nov - 20:55





'Till it happens to you.
Hannah mâchait machinalement une banane tout en planchant sur le rapport qu’elle était supposée rendre dans les heures qui suivaient. La partie administrative de ce métier était sans aucun doute ce qui la saoulait le plus, mais elle savait aussi que ces rapports étaient absolument nécessaires en cas d’erreur médicale ou de dégradation de l’état d’un patient pour des raisons inexpliquées. C’était pour cela que même si elle n’avait qu’une seule hâte, celle de rejoindre les urgences le plus rapidement possible, elle se donnait à fond dans cette tâche comme pour n’importe quelle autre aux côtés plus exaltants.  Elle était sur la fin de sa résidence, et tout le monde savait déjà que la psy était sa prochaine destination pour son fellowship. En effet, si jusqu’à présent le médecin avait du faire ses dents dans plusieurs disciplines afin d’obtenir les diplômes qui lui étaient nécessaires, elle arrivait enfin sur la dernière ligne droite de ces longues années d’étude ; cinq années à ne pratiquer que ce pour quoi elle avait commencé à étudier en premier lieu, à savoir la psychanalyse. Sa chance résidait dans le fait qu’elle était déjà régulièrement appelée sur les cas psys, son intérêt pour le domaine n’étant un secret d’état pour personne, et surtout pas pour les médecins pratiquant déjà à l’hôpital. Hannah savait ce qu’elle voulait et se donnait les moyens d’y parvenir, elle avait donc tout fait pour se rendre indispensable auprès des personnes qu’elle serait amenée à appeler « collègues » dans quelques années. Il commençait à se faire tard, mais la brunette n’avait jamais fait très attentions aux horaires et surtout, avait déjà compris depuis longtemps qu’il était tout bonnement impossible de devenir un bon médecin en calculant ses heures de travail à la minute près – et encore, certains essayaient tout de même. La jeune femme se laissa tomber contre le dossier de sa chaise en s’étirant, se demandant si elle n’allait pas faire une sieste rapide dans l’une des chambres prévues à cet effet pour le personnel soignant. Personne ne l’attendait chez elle, et elle restait persuadée que les cas les plus intéressants faisaient leur apparition entre 22h et 6h du matin – une analyse qu’elle avait peaufinée avec le temps et qui était réellement basée sur des statistiques qu’elle s’était amusée à faire un soir. Parce que oui, pour Hannah Whitemore, les statistiques c’était amusant. On ne la referait pas. Se craquant les doigts, elle posa son regard sur son téléphone d’où l’on pouvait voir le fond d’écran s’illuminer à cause d’une notification. Ses yeux se perdirent sur la photo qui s'affichait en arrière-plan; un souvenir d'une journée qui datait de peu avant le départ de Lucia pour Sydney. On y voyait les trois soeurs entrain de grimacer tout en se prenant un fou rire phénoménal. La photo en elle-même était complètement ratée, mais pour la jeune femme, elle représentait le meilleur moment de ces quelques heures passées ensemble. Un sourire triste au coin des lèvres, elle sursauta lorsqu'elle entendit le biper accroché à sa ceinture sonner. Le bruit la sortit de ses pensées, et elle jeta un oeil au petit appareil dont le code affiché lui demandait de se rendre aux urgences aussi rapidement que possible. Enfin, un peu d'action. La brunette sauta sur ses deux pieds, attacha rapidement ses cheveux en un chignon approximatif et se dirigea à toute vitesse vers l'étage des urgences où elle était attendue. Difficile de savoir ce qui l'attendait sur place, le service était réduit à cette heure-ci car le changement d'équipe n'allait pas tarder à s'effectuer, et une bonne partie d'entre eux était sur un trauma sévère en salle d'opération depuis cinq bonnes heures. Une fois sur place, elle fut alpaguée par un des infirmiers qui semblait attendre son arrivée. "Docteur Whitemore!" Un air soulagé sur le visage, il s'approcha d'elle en lui tendant un café - un des nombreux avantages à être en fin de parcours médical, même s'il lui restait encore cinq ans de spécialisation. Elle s'empara du café avec gratitude, même si son air restait aussi sérieux que d'habitude. "Merci. Alors, il se passe quoi?" Lui demanda-t-elle en laissant son regard dériver sur l'énorme pièce qui accueillait les patients, ne voyant rien de particulier à signaler. "C'est le docteur Hurley qui m'envoie. Un cas psy, apparemment ça vous intéresse, je..." La brune leva la main pour le couper, soudainement enthousiaste à l'idée de la suite des évènements. Le docteur Hurley était le psychanalyste le plus reconnu de l'hôpital, et il était rare qu'il daigne la faire venir sur des cas puisqu'il était bien trop tôt pour ça - en théorie. "Ils sont où? Venez, on commence à marcher..." Lâcha-t-elle en s'avançant vers le couloir où devait vraisemblablement se trouver le Docteur Hurley et son patient. Le jeune homme lui emboita le pas en balbutiant, sans doute surpris par l'esprit vif du médecin. "Je... Hum. Caleb Anderson, 28 ans. Il a... Pété les plombs." Hannah s'interrompit de marcher d'un seul coup, le fusillant du regard. "Monsieur Taylor, est-ce que la psy vous intéresse?" Elle plongea ses yeux bleu dans ceux de son interlocuteur, sans ciller une seule seconde; torturer les petits jeunes était son activité favorite, après la pratique de la médecine bien entendu. "Je... Euh... Oui." Elle haussa un sourcil en croisant les bras. "Est-ce que vous pensez que Freud a déjà employé le terme de "pétage de plomb" dans ses écrits, Monsieur Taylor?" Elle avait bien du mal à retenir un sourire, mais l'occasion était trop belle. Cet étudiant commençait à peine et n'avait probablement jamais lu le moindre essai, raison pour laquelle elle citait Freud en dépit du fait qu'il ne soit qu'un précurseur de la psychanalyse; les choses avaient bien évoluées depuis, heureusement. "No... Non. Désolé." Elle laissa quelques secondes s'écouler pour le suspens, avant de lui tourner le dos et de pousser la porte, le laissant en plan tout en se demandant s'il avait réussi à se sortir du pétrin, ou non. Elle retrouva son sérieux à l'instant même où la porte se referma derrière elle, restant immédiatement en retrait en tant que l'observatrice silencieuse qu'elle était. Le jeune homme étendu sur le lit était en larmes, secoué de tremblements et ne semblait pas vouloir se calmer, ni même expliquer ce qui lui arrivait. Lentement, elle lança un regard interrogateur à un autre médecin présent à ses côtés. "Caleb Anderson. Apparemment, il a complètement déraillé dans un lieu public, j'ai pas les détails..." Elle se mordit la lèvre en hochant la tête. "Whitemore. Vous avez pris connaissance du dossier? Vous allez venir avec moi, on le sort des urgences pour le mettre dans une chambre, il a besoin de tranquillité." Hannah se mordit la joue intérieurement, sachant que le Docteur Hurley ne plaisantait pas et qu'elle avait intérêt à être au taquet sur cette histoire, même s'il ne s'agissait que d'assistance. Lentement, elle s'approcha du jeune homme et lui adressa un sourire. "On va vous emmener dans un endroit plus calme." Lui lança-t-elle, ce qui signifiait en d'autre mot qu'il allait passer la nuit sous surveillance, au cas où il aurait d'éventuelles envies suicidaires - on ne sait jamais.  


Spoiler:
 


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





THEY WERE SPACE PIRATES
:copyright: FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
Caleb Anderson
le marmiton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04)
STATUT : Vient de se remettre en couple avec celle qui était son premier amour. Il l'aime et il est prêt à tout pour que cette fois les choses fonctionnent et qu'ils ne se séparent plus jamais.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron d'un restaurant de gastronomie française.
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Tumblr_pr02xqPXun1rhqdgho1_400
POSTS : 2443 POINTS : 1545

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif ≈ control freak ≈ ultra perfectionniste et ambitieux ≈ commence tout juste à se remettre de la mort de sa fiancée ≈ aime beaucoup lire
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
[10/07]
le rp familial de la mort (RA)
Isaac #1(fb)
Romy #2 (dimension zombies)
Prim #2
Lene #1
Louanor #1
Juliana#2
Romy #4
Hannah #1
Wylda #1

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1569305051-essai-14-calex
Calex - Opposites attract and we're the livin' proof of this, but I keep on comin' back like a magnet.
Calex #8 (fb) - Calex #10

RPs EN ATTENTE : Lizzie, Emma, Nate
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose et Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #1 ; Calex #5 ; Calex #6; Stephen #1 ; Wylda #1 ; Sohan #1 ; Calex #4 ; Calex#3 (RA); Calex #7 ; Romy #3; Calex #9


'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Giphy
You go through life wondering what is it all about but at the end of the day it's all about family.


PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : dark unicorn, tumblr
DC : La passionnée Rosalie
INSCRIT LE : 28/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever https://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 https://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptySam 9 Nov - 22:47



Hannah & Caleb
“'Till it happens to you”
Je suis fatigué. Ça fait maintenant deux mois que je ne dors plus, j’en ai marre. Ce soir je devais partir travailler mais je n’y suis même pas allé. À quoi bon de toute façon ? Pourquoi moi est-ce que je suis encore ici et pas elle ? Deux mois. Deux putains de mois. Huit semaines. Et j’ai bien trop mal à la tête pour compter le nombre de jours, d’heures de minutes et de secondes que j’ai passé sans elle. Elle est morte. Je l’ai tué. Ça fait deux mois. Et tout le monde me dit que la douleur va finir par s’atténuer avec le temps mais c’est tout le contraire. C’est de pire en pire. Pourquoi j’ai de plus en plus mal ? Au début c’était comme si elle était partie quelques semaines dans sa famille en France. Mais là, deux mois. C’est long. Jamais on a été séparés aussi longtemps. J’ai l’impression que je suis en train de couler, de m’enfoncer, de m’étouffer. Et ce soir la douleur est encore plus forte. Si j’étais encore à l’hôpital ils me demanderaient de noter ma douleur sur une échelle de zéro à dix. La pire question du monde ça, ils le savent les infirmiers ? Que cette question est énervante ? Une douleur, ça ne se note pas. C’est n’importe quoi. Surtout que dix, c’est même pas suffisant pour que vous compreniez à quel point j’ai mal. C’est injuste. La vie est injuste. Mais non, c’est de ma faute. Tout est de ma faute. Putain, je l’ai tué. Elle, elle était assise à côté de moi, à moitié endormie. C’est moi qui conduisais alors pourquoi c’est elle qui est morte ? J’aurais dû mourir à sa place, ou avec elle. Ce sont les mots qui ne quittent pas mon esprit depuis ces deux derniers mois ; tout est de ta faute, t’aurais dû mourir à sa place. Aujourd’hui, c’était censé être notre mariage. Il est 22h30, et normalement elle aurait dû être ma femme et on serait à Paris en train de célébrer notre union, notre amour avec nos familles et nos amis. C’était comme ça que ça devait se passer. Mais à la place, je suis tout seul assis dans un bar, je viens de finir mon je ne sais combientième de verre d’alcool. J’ai arrêté de compter depuis un moment déjà. Mais au moins, je suis sorti et je ne suis pas resté enfermé chez moi. Romy devrait être contente, non ? J’avais pas d’alcool chez moi alors je suis sorti. Parce que j’ai besoin de m’occuper l’esprit. J’ai besoin d’oublier. J’ai éteins mon portable parce que j’ai pas envie qu’on me fasse chier. Ce matin mes parents m’ont déjà appelé, et je les ai envoyé chier comme jamais. Les pauvres. Ils ne méritent pas ça. Ils ne méritent pas d’un fils qui n’est même pas capable de leur parler convenablement. Mais ils m’appellent simplement parce qu’ils ont pitié de moi. Ce matin ils se sont levés et ils se sont sûrement dit ‘prenons des nouvelles de notre fils, il aurait dû se marier aujourd’hui s’il n’avait pas tué sa fiancée.’ Et ça m’énerve. Alors j’ai préféré l’éteindre pour éviter d’autres appels de ce genre de ma cousine ou même de ma sœur. Tout ça, ça part d’une bonne intention de leur part, je le sais. Mais ça m’énerve. Je crois que ça faisait longtemps que j’avais pas autant bu. Mais aujourd’hui, c’est exceptionnel. Aujourd’hui je vais mal. Bien plus mal qu’hier et demain ça n’ira pas en s’arrangeant. Non, la douleur ne diminue pas avec les semaines, ni avec les mois. C’est de pire en pire. C’est des conneries ce qu’on nous dit. Je ne vis plus depuis qu’elle n’est plus là et une partie de moi est définitivement morte avec elle. Je n’arrive même plus à me regarder dans un miroir, je ne supporte plus cet appartement dans lequel on vivait ensemble. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé seul. Mais je l’ai mérité. C’est bien fait pour moi. Je l’ai mérité. J’ai mal à la tête. J’en peux plus. Mes pensées se bousculent et je suis incapable de penser correctement. Je ne sais pas si c’est l’alcool mais j’ai l’impression que ma tête va exploser. Bah qu’elle explose, au moins je crèverais et mes souffrances auront enfin une fin. C’est tout ce que je demande moi, arrêter de souffrir. Mais comment est-ce que je peux arrêter de souffrir avec ce que j’ai fait ? J’ai perdu la femme de ma vie, je l’ai tué. Je suis nul. Une merde. Une grosse merde. Je ne la méritais pas de toute façon. Je bois d’une traite le nouveau verre que le barman me donne et je lui en redemande un autre. Je ne vais pas tenir très longtemps si je continue à boire à cette cadence. Un énième verre d’alcool posé devant moi, je le regarde. Je le fixe. Et sans même savoir pourquoi, je prends mon verre mais pas pour le boire. Je le jette au sol, et tous les verres vides posés sur le bar y sont passés. Ensuite je me suis mis à hurler sur toutes les personnes qui ont essayé de m’approcher pour me calmer, et puis je me suis mis à trembler, des tremblements que je n’arrivais pas à contrôler. Et j’ai fini par pleurer. Première fois que je pleure vraiment depuis son départ. Pas une seule larme n’avait coulée avant. Parce que je me sentais vide. Complètement vide. Mort. Mort de l’intérieur. Et voilà comment j’ai atterri aux urgences. Parce que j’ai jeté au sol je ne sais combien de verres, j’ai hurlé sur des personnes qui ont essayé de m’aider. Je viens de péter les plombs. Ça y est je suis officiellement devenu fou. J’ai déraillé. Et le pire c’est que j’avais l’impression de ne pas pouvoir me contrôler. J’avais besoin de casser tous ces verres, j’avais besoin d’hurler sur une dizaine de personnes, j’avais besoin d’entrer dans une crise de larmes incontrôlées. En fait, il fallait que j’évacue ma colère, ma tristesse, ma frustration, ma rage. Parce que tout ça, ça fait deux mois que je le garde pour moi. Et j’en peux plus. Je suis fatigué. Je suis tellement fatigué. J’ai un mal de crâne horrible. Je meurs de chaud. Et je tremble encore. Je continue à crier pour rien. Je suis énervé. J’en peux plus c’est tout. Je crois que je suis arrivé à bout de tout ce que je pouvais supporter. C’est la fin. Plusieurs médecins – ou infirmiers honnêtement j’en sais rien je suis pas en état de savoir faire la différence – sont venus pour me poser des questions, mais moi je ne leurs réponds pas. Je me contente de leur gueuler dessus. Je n’ai pas l’impression que c’est vraiment moi qui agis. Et pourtant, c’est bel et bien moi qui viens de s’asseoir sur ce lit d’hôpital, mes deux mains dans mes cheveux je ferme les yeux pour essayer de me calmer. J’ai mal à la tête. J’ai chaud. Je suis fatigué. Je suis tellement fatigué. J’ai la tête qui tourne, mais ça, je sais que c’est à cause de l’alcool. Une voix féminine me sort de mes pensées. "On va vous emmener dans un endroit plus calme." J’ouvre les yeux et lentement, je tourne la tête vers la jeune femme. « Vous êtes qui ? » Je lui demande. J’ai ma main qui tremble, je suis nerveux et tout ce bruit et ce mouvement ne m’aident pas à me calmer. Je soupire et je ferme à nouveau les yeux l’espace de quelques secondes. Trop de bruit, trop de monde autour de moi. C’est en train de me rendre fou. Plus que je ne le suis déjà, apparemment. Je finis par acquiescer d’un signe de tête. Je renifle et je m’assieds sur le bord du lit. Putain, j’ai la tête qui tourne. Je souffle d’autant plus quand un soignant s’approche de moi pour m’aider à me lever. « C’est bon, ça va lâchez-moi. Je sais encore me lever tout seul. » Mon ton est froid et très sec. Chose qui ne me ressemble pourtant tellement pas. Je me lève, doucement. Je crève de chaud, c’est moi qui déraille ou il fait super chaud dans cet hôpital de merde ? Je regarde la jeune femme en blouse blanche. « C’est bon, je vous suis. » Je ne tremble plus vraiment, mais quelques larmes coulent le long de mes joues et je n’arrive pas à contrôler ça. Pourtant j’aimerais bien. J’aime pas pleurer, je me sens con. Doucement, je suis la jeune femme qui est accompagnée d’un homme plus âgé – lui pour le coup il a une tête de médecin. – J’ai toujours les pensées en vrac j’arrive pas à y mettre un ordre. J’arrive même pas à penser correctement en fait. Je suis en train de devenir fou, c’est tout.

© nightgaunt





☽☽ Be nice to everyone, always smile, and appreciate things because it could all be gone tomorrow.

Revenir en haut Aller en bas
Hannah Whitemore
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans.
SURNOM : Han Solo - son surnom à l'université car elle est une fan inconditionnelle de Star Wars.
STATUT : Célibataire, elle préfère mettre son énergie dans sa carrière plutôt que dans une relation qui ne la mènera nul part. Comment ça, cynique?
MÉTIER : A trois années de terminer son fellowship en psychiatrie, et il est vraiment temps. Parce que 12 ans d'études, c'est long.
LOGEMENT : Un joli appartemment à Bayside qu'elle n'aurait jamais pu habiter sans la carte de bleue de papa et maman. Mais le confort, c'est important.
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1571226766-hannaaah
POSTS : 227 POINTS : 510

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Passionnée, elle se donne toujours à 100% dans tout ce qu'elle entreprend. Et de manière générale, elle arrive toujours à ses fins. + Sa tendance à tout analyser peut en énerver plus d'un, mais ça la rassure de savoir qui elle a en face d'elle. + Son apparence réservée cache une personnalité plutôt ouverte et extravertie. + A 17 ans, elle s'est fait tatouer une croix sur les côtes en mémoire de sa meilleure amie. Elle l'a fait sans l'accord de ses parents, sachant qu'ils deviendraient fous s'ils l'apprennaient.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1572341673-whitemore
Whitemore girls - If there comes a day
People posted up at the end of your driveway
They're callin' for your head and they're callin' for your name
I'll bomb down on 'em, I'm comin' through
Do they know I was grown with you?

Lunah#1 + Gaby#1

Nate#1 + Ezra#1 + Noannah#1 + Jessiannah#1 + Caleb#1 +
RPs EN ATTENTE : Adèle - Adrian - Hannah - toi?
AVATAR : Alycia Debnam-Carey
DC : Leah, la rescapée.
INSCRIT LE : 24/07/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27007-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave https://www.30yearsstillyoung.com/t27095-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptyMer 13 Nov - 14:34





'Till it happens to you.
Hannah n’avait pas encore eu beaucoup l’occasion de beaucoup pratiquer mais le fait était que c’était vers elle que le psychiatre s’était tourné pour l’accompagner sur ce cas, et elle en était ravie. Bien souvent le malheur des uns faisait le bonheur des autres, et si la brune était vraiment désolée pour cet homme, elle était ravie d’y voir une opportunité d’apprendre aux côtés d’un médecin qui avait sa réputation. Ce dernier lui expliqua qu’ils allaient déplacer le patient, et si dans des cas comme celui-ci on avait tendance à les placer directement à l’isolement, le fait que le jeune homme se soit déjà calmé en partie allait probablement lui éviter de passer par cette étape. Le seul problème résidait dans le mutisme qu’il se bornait à conserver, mais il venait d’arriver donc il n’était pas encore temps de s’inquiéter. La brunette s’avança donc vers lui afin de le prévenir qu’ils allaient le déplacer, et eut pour la première fois une réaction de sa part. Il ouvrit doucement les yeux, tournant la tête dans sa direction.  « Vous êtes qui ? » Waouw. Il sentait l’alcool, et pas qu’un peu. Il allait falloir le mettre sous perfusion, le temps que l’alcool ne parte de son organisme. Ça avait dû être le déclencheur de sa décompensation, il fallait juste comprendre à quoi cette crise était due. « Je suis le Docteur Whitemore. Mais vous pouvez m’appeler Hannah, c’est comme vous voulez. » Elle lui adressa un sourire avant de faire un signe de tête en direction de son supérieur. « Je vais vous accompagner avec le Docteur Hurley. » Elle s’éloigna quelque peu de lit afin de laisser les infirmiers venir faire leur travail, qui consistait normalement à déplacer le lit sur lequel Caleb se trouvait. Cependant, ce dernier en décida autrement et s’assit sur le rebord du lit en reniflant un peu, comme s’il cherchait à reprendre ses esprits. Hannah esquissa un geste dans sa direction mais fut prise de rapidité par un des aides-soignants présents dans la pièce qui voulu venir en aide au brun qui l’envoya paître avec sécheresse.  « C’est bon, ça va lâchez-moi. Je sais encore me lever tout seul. » La jeune femme l’observa se lever, soucieuse de son état – car au-delà du fait qu’il était en pleine crise, il était aussi bien alcoolisé. Les larmes aux yeux, certaines coulant le long de ses joues, le brun se releva péniblement et se tourna vers elle. « C’est bon, je vous suis. » La brunette jeta un œil à son supérieur histoire de vérifier qu’il était bien d’accord avec cette façon peu orthodoxe de procéder, et elle finit par hocher la tête en se dirigeant vers la porte, ouvrant celle-ci suffisamment large pour que le jeune homme ne se mange pas un mur ou le chambranle. « Est-ce que vous voulez que je prenne une chaise roulante ? On a quelques étages à faire et je m’en voudrais que vous vous fassiez mal en tombant. » Lança-t-elle avec prudence, lui laissant l’opportunité de refuser même s’il était clair qu’au vu de son état, elle aurait préféré qu’il arrête de marcher sur le champ. Ensemble, ils se dirigèrent vers l’étage de la psy où Caleb allait être pris en charge. La première chose à faire était de savoir s’il représentait ou non un danger pour lui-même. A priori il n’avait attaqué personne, mais ses gestes avaient été relativement violents, et il y avait eu de la casse. « Quelqu’un a porté plainte ? » Demanda-t-elle à son supérieur en analysant le dossier, ne voyant rien à ce sujet. La façon de procéder ne différait pas, si ce n’est d’un point de vue administratif et également sur la durée du séjour du patient à l’hôpital. Si une plainte avait été enregistrée, un juge allait devoir statuer sur son sort et en attendant, il allait rester en examen ici. Hannah lança un regard interrogateur vers le Docteur Hurley qui lui fit un geste qui signifiait qu’il n’était pas beaucoup plus avancé qu’elle. Après quelques minutes, ils arrivèrent à une chambre libre où Caleb allait pouvoir rester. Elle le laissa s’y installer, retrouvant son supérieur dans le couloir où il l’attendait en discutant avec des infirmières pour leur donner ses directives. « Hannah, il faut que je retourne voir ce qu’il en est pour Monsieur Anderson, j’ignore si la justice sera ou non impliquée. Et je viens d’être rappelé aux urgences. Je vous laisse avec lui, essayez de savoir ce qui a provoqué cette crise, faites-le parler si possible. Le plus important est d’écarter tout danger ; vérifiez ses antécédents, s’il montre des signes de dépression ou autre. J’attends un rapport complet de votre part Whitemore, ne me décevez pas. » Et sur ces paroles il s’en alla, laissant la brune pantoise face à cette marque de confiance inattendue. Elle tourna ensuite la tête en direction de la chambre où résidait désormais Caleb, et prenant une grande inspiration, elle s’y dirigea avec un petit sourire posé sur les lèvres. « On va venir vous poser une perfusion pour vous aider à vous calmer un peu et pour pallier aux… effets de l’alcool. » Lança-t-elle en s’avançant vers lui, plongeant son regard dans le sien pour y trouver quelque chose qui pourrait l’aider. Elle y lisait de la détresse, du désespoir aussi… Se mordant la lèvre, elle tira une chaise pour s’installer auprès de lui avec des mouvements calculés. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vous voulez en parler ? » La brunette ne coupait pas le contact visuel, cherchant à lui faire comprendre qu’elle était là et qu’elle ne comptait pas partir avant d’être sure qu’il se sentait un peu mieux. Qu’elle était là pour lui.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





THEY WERE SPACE PIRATES
:copyright: FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
Caleb Anderson
le marmiton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04)
STATUT : Vient de se remettre en couple avec celle qui était son premier amour. Il l'aime et il est prêt à tout pour que cette fois les choses fonctionnent et qu'ils ne se séparent plus jamais.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron d'un restaurant de gastronomie française.
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Tumblr_pr02xqPXun1rhqdgho1_400
POSTS : 2443 POINTS : 1545

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif ≈ control freak ≈ ultra perfectionniste et ambitieux ≈ commence tout juste à se remettre de la mort de sa fiancée ≈ aime beaucoup lire
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
[10/07]
le rp familial de la mort (RA)
Isaac #1(fb)
Romy #2 (dimension zombies)
Prim #2
Lene #1
Louanor #1
Juliana#2
Romy #4
Hannah #1
Wylda #1

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1569305051-essai-14-calex
Calex - Opposites attract and we're the livin' proof of this, but I keep on comin' back like a magnet.
Calex #8 (fb) - Calex #10

RPs EN ATTENTE : Lizzie, Emma, Nate
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose et Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #1 ; Calex #5 ; Calex #6; Stephen #1 ; Wylda #1 ; Sohan #1 ; Calex #4 ; Calex#3 (RA); Calex #7 ; Romy #3; Calex #9


'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Giphy
You go through life wondering what is it all about but at the end of the day it's all about family.


PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : dark unicorn, tumblr
DC : La passionnée Rosalie
INSCRIT LE : 28/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever https://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 https://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptyVen 15 Nov - 18:42



Hannah & Caleb
“'Till it happens to you”
Je ne sais même pas ce que je fous là. Je ne suis pas malade, je vais bien alors pourquoi est-ce qu’on m’a emmené aux ici ? Surtout que la dernière fois que j’étais aux urgences ma fiancée est morte et c’était il a simplement deux mois. Deux mois c’est long mais en même temps c’est rien du tout. J’ai l’impression que c’était hier et je revois le chirurgien entrer dans ma chambre pour m’annoncer le décès de LV. Et je m’en souviens sans vraiment m’en souvenir parce que je n’ai pas la moindre idée de tout ce qu’il m’a dit. Je n’arrivais pas à l’écouter, un peu comme si mon cerveau s’était mis en « off » et depuis il a complètement cessé de fonctionner. Je peux passer des journées entières dans mon lit sans sortir, sans manger, sans avoir envie de quoique ce soit parce que je n’ai même pas la force de me lever. J’en ai pas la force psychologiquement mais physiquement non plus, j’ai l’impression d’être complètement vidé de mes forces et j’ai la sensation que je ne vais jamais m’en sortir. Je ne remonterai jamais la pente. Mais tout est de ma faute. C’est bien fait pour moi. Parce que je l’ai tué et je ne mérite rien de mieux. J’envoie chier toutes les personnes qui s’approchent de moi, dont la jeune femme en blouse blanche qui s’avance vers moi. « Je suis le Docteur Whitemore. Mais vous pouvez m’appeler Hannah, c’est comme vous voulez. Je vais vous accompagner avec le Docteur Hurley. » Je suis son regard et je regarde brièvement le médecin qu’elle me désigne. J’accepte de les suivre mais il est tout simplement hors de question qu’ils déplacent mon lit pour me faire me faire transférer dans un autre service. Et c’est ce que j’essaie de leur faire comprendre en m’asseyant au bord du lit. Un aide-soignant veut m’aider à me lever, mais je l’envoie chier. Je n’ai pas envie d’être ici, j’ai juste envie de rentrer chez moi. Enfin, est-ce que je veux vraiment rentrer chez moi ? Retourner dans notre appartement, là où on vivait tous les deux. Il y a quelques semaines j’ai réuni toutes ses affaires dans des cartons que je stock dans un box, mais cet appartement est bourré de souvenirs beaucoup trop douloureux. Enfin, en soit ce sont des souvenirs heureux que j’ai avec elle mais son absence transforme tout moment passé à ses côtés comme une douleur insoutenable. Je commence à marcher sans trop me presser parce que j’ai la tête qui tourne. Encore. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être que c’est à cause de l’alcool. Sûrement. « Est-ce que vous voulez que je prenne une chaise roulante ? On a quelques étages à faire et je m’en voudrais que vous vous fassiez mal en tombant. » Je regarde la jeune femme – enfin le Docteur Whitemore – et je secoue négativement la tête. Soit je marche, soit je ne bouge pas d’ici. « Non, je préfère marcher. » Et je ne sais pas pourquoi je refuse la chaise roulante, peut-être que c’est ridicule de ma part mais tant que je suis encore capable de marcher je n’ai pas envie qu’on me traite comme un handicapé. Je vais bien. Je ne suis pas malade. Tout va bien. Qu’on me laisse tranquille s’il vous plait et j’espère très sincèrement qu’ils ne vont pas me garder trop longtemps je n’ai pas envie d’avoir à justifier une absence au restaurant ni même à ma famille. Je suis les deux médecins sans broncher, même si la tentation de faire demi-tour et partir est forte. Surtout quand je lève les yeux pour voir écrit sur un panneau « Unité psychiatrique ». Sérieusement ? Je suis fou c’est ça leur explication ? Je lâche un lourd soupir, mais encore une fois je ne parle pas je ne dis rien je me contente d’avancer dans le silence et d’entrer dans la chambre qu’ils m’indiquent. Je regarde tout autour de moi, la chambre n’est pas très grande mais elle est triste, y a pas grand-chose dedans. Je m’assieds dans le lit et j’attends. Le regard perdu dans le vide, j’ai toujours les mains qui tremblent ce qui a tendance à me rendre complètement fou. Il y a une demi-heure j’étais énervé et maintenant je me sens complètement vidé de mon énergie. J’ai mal à la tête, je suis fatigué et je meurs de chaud. Je me demande ce que me dirait LV si elle me voyait dans cet état, beaucoup trop alcoolisé, péter un câble dans un bar sans raison apparente et maintenant je suis assis sur un lit d’hôpital dans le service de psychiatrie, incapable de réfléchir ou de parler correctement. Je fais pitié à voir, c’est ce qu’elle me dirait. Et c’est certainement ce qu’elle doit se dire si elle peut me voir de là où elle est. Le Docteur Whitemore entre dans ma chambre pour m’annoncer la suite des événements pour moi. « On va venir vous poser une perfusion pour vous aider à vous calmer un peu et pour pallier aux… effets de l’alcool. » Je la regarde un court instant, elle prend une chaise pour s’installer. Mais je romps très vite le contact visuel et je regarde ailleurs, acquiesçant d’un signe de tête pour lui montrer que je l’ai bien entendu. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vous voulez en parler ? » Je ne peux même pas répondre à sa première question parce que je n’ai moi-même pas la réponse. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé je ne sais pas pourquoi j’ai agis de la sorte. J’avais juste besoin d’évacuer ma colère je pense. « Non. » Je lui réponds d’un ton assez froid et distant et je ne la regarde toujours pas. Je n’ai pas envie d’en parler, je n’ai pas envie de parler du fait que la mort de ma fiancée me bouffe toujours un peu plus chaque jour et que je me sens complètement démuni sans elle ici. Une infirmière toque et entre dans la chambre avec tout un tas de matériel, une perfusion et de quoi me poser un cathéter. Je la vois jeter un regard au médecin pour savoir si elle pouvait se permettre de faire son soin tout de suite et je suppose qu’elle lui a donné son feu vert parce qu’elle pose tout son matériel sur l’adaptable. Elle se présente à moi et je pense qu’elle m’explique ce qu’elle s’apprête à faire. Je l’écoute à moitié parce que j’ai juste l’impression que mon corps est présent mais mon esprit est complètement ailleurs. Je fuis le regard de tout le monde, celui du médecin et celui de l’infirmière qui est en train de s’occuper de moi. Je la laisse faire ses soins sans rien dire et quelques minutes plus tard elle m’indique qu’elle a terminé. Instinctivement je regarde le cathéter posé dans ma veine et je suis du regard les tubulures menant à la poche de perfusion. Je soupire en fermant les yeux un instant. J’essaie de reprendre mes esprits et une fois l’infirmière partie, je regarde enfin la docteure installée en face de moi.   « Je sais pas ce qu’il s’est passé tout à l’heure. J’en ai aucune idée. » La première phrase complète que je fais depuis que je suis arrivé aux urgences. Mais une nouvelle fois, je romps le contact visuel et mon regard se baisse sur mes mains, je joue nerveusement avec mes doigts et je reste silencieux une poignée de secondes avant de reprendre la parole. « Vous avez déjà tué quelqu’un ? » Mes yeux restent bloqués sur mes doigts et je finis par relever le regard vers elle. « Enfin, est-ce que vous avez déjà été responsable de la mort de quelqu’un ? Moi oui. » Je prends une grande inspiration et je tourne à nouveau la tête incapable de maintenir un contact visuel trop longtemps. Ça y est je suis officiellement fou. Je soupire – oui encore une fois – et je pose une main sur mon front, mes yeux fixent les draps de mon lit. « J’ai mal à la tête. » Je finis par lui dire et quelques larmes roulent le long de mes joues. Je déteste ça. Je n’aime pas pleurer parce que ça m’oblige à montrer mes faiblesses aux autres.

© nightgaunt





☽☽ Be nice to everyone, always smile, and appreciate things because it could all be gone tomorrow.

Revenir en haut Aller en bas
Hannah Whitemore
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans.
SURNOM : Han Solo - son surnom à l'université car elle est une fan inconditionnelle de Star Wars.
STATUT : Célibataire, elle préfère mettre son énergie dans sa carrière plutôt que dans une relation qui ne la mènera nul part. Comment ça, cynique?
MÉTIER : A trois années de terminer son fellowship en psychiatrie, et il est vraiment temps. Parce que 12 ans d'études, c'est long.
LOGEMENT : Un joli appartemment à Bayside qu'elle n'aurait jamais pu habiter sans la carte de bleue de papa et maman. Mais le confort, c'est important.
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1571226766-hannaaah
POSTS : 227 POINTS : 510

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Passionnée, elle se donne toujours à 100% dans tout ce qu'elle entreprend. Et de manière générale, elle arrive toujours à ses fins. + Sa tendance à tout analyser peut en énerver plus d'un, mais ça la rassure de savoir qui elle a en face d'elle. + Son apparence réservée cache une personnalité plutôt ouverte et extravertie. + A 17 ans, elle s'est fait tatouer une croix sur les côtes en mémoire de sa meilleure amie. Elle l'a fait sans l'accord de ses parents, sachant qu'ils deviendraient fous s'ils l'apprennaient.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1572341673-whitemore
Whitemore girls - If there comes a day
People posted up at the end of your driveway
They're callin' for your head and they're callin' for your name
I'll bomb down on 'em, I'm comin' through
Do they know I was grown with you?

Lunah#1 + Gaby#1

Nate#1 + Ezra#1 + Noannah#1 + Jessiannah#1 + Caleb#1 +
RPs EN ATTENTE : Adèle - Adrian - Hannah - toi?
AVATAR : Alycia Debnam-Carey
DC : Leah, la rescapée.
INSCRIT LE : 24/07/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27007-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave https://www.30yearsstillyoung.com/t27095-hannah-whitemore-if-you-ever-find-yourself-in-the-wrong-story-leave

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptyMar 19 Nov - 15:11





'Till it happens to you.
Hannah sentait toute la détresse de l’homme qui lui faisait face dans ce lit, mais qui s’obstinait pourtant à s’enfermer dans un espèce de mutisme et d’éviter tout contact visuel avec le personnel soignant. Les quelques paroles prononcées étaient teintées d’agressivité, signe que sa crise n’était pas totalement sous contrôle. Consciente que le peu de détails présents dans le dossier n’allait pas vraiment l’aider, la brune se contenta de suivre le protocole en accompagnant le Docteur Hurley pour déplacer le patient vers l’unité psychiatrique où elle travaillait désormais. Elle était là pour observer plus que pour agir, même si ses longues années de médecine et de résidence lui permettaient de prendre des décisions en son âme et conscience. Le côté purement pratique et médical de la psychiatrie qui consistait à pouvoir administrer des médicaments à un patient était quelque chose qu’elle maîtrisait déjà, elle désirait maintenant se former à l’aspect psychologique de ce métier qu’elle désirait pratiquer d’ici cinq ans. Elle lisait tant qu’elle le pouvait, s’avançant un maximum sur le programme de son internat afin de pouvoir pallier aux futures lacunes qui se présenteraient forcément à elle en avançant dans son cursus, cette dernière étape qui la séparait d’un diplôme à son nom l’annonçant comme docteur en psychiatrie.  En attendant, elle se contentait d’être présente sur des cas comme celui-ci. Le brun ayant fait comprendre qu’il était en parfait état de marche, ils empruntèrent le chemin qui menait à l’unité psychiatrique. Cet endroit était quelques étages plus haut, et la démarche titubante du jeune homme inquiétait Hannah qui ne put s’empêcher de lui proposer l’usage d’une chaise roulante – au risque de se faire rembarrer comme ses collègues avant elle. « Non, je préfère marcher. » Lança-t-il en secouant vigoureusement la tête, continuant de la suivre en ayant brièvement croisé son regard. Retenant un soupir, la brunette le suivit avec prudence tout en jetant une œillade inquiète en direction de son formateur. Celui-ci ne disait rien mais elle savait qu’il étudiait ses moindres faits et gestes ainsi que toutes les réactions qu’elle avait depuis qu’elle était entrée dans la chambre du patient. Et le fait que ce dernier se montre réfractaire à ses suggestions n’était pas vraiment pour la rassurer sur son évaluation future. Ils arrivèrent jusqu’à l’unité sans encombre et sans incident – dieu merci – et le brun intégra sa chambre sans faire d’histoire. Hannah fut surprise de se faire abandonner par le Docteur Hurley qui lui confia le patient en lui demandant d’établir le contact préliminaire avant de disparaître à grandes enjambées vers des affaires plus pressantes. Elle retourna donc auprès de Caleb et s’installa auprès de lui en lui expliquant brièvement qu’on allait venir lui poser une perfusion pour qu’il se sente mieux et prévenir une déshydratation. Un mince sourire sur les lèvres, elle lui demanda ce qu’il s’était passé au bar, histoire de voir s’il voulait en parler. Un question fermée qui impliqua une réponse plutôt directe :  « Non. » Première erreur. Le ton du brun était froid et il s’obstinait à fuir le contact visuel pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas. L’esprit d’Hannah fonctionnait à plein régime, cherchant comment établir une communication entre eux. Il fallait qu’il se sente en confiance, qu’il comprenne que l’environnement dans lequel il était désormais était dépourvu de jugement, qu’il était libre d’exprimer le fond de sa pensée ; quelle qu’elle soit. La brunette se mordit la lèvre avant d’ouvrir la bouche pour refaire une tentative ; tentative avortée par l’arrivée de l’infirmière qui devait s’occuper de poser le cathéter. Celle-ci lança un regard interrogateur au médecin qui lui indiqua d’un signe de tête qu’elle pouvait y aller. L’infirmière s’avança donc vers Caleb, lui expliquant tous les gestes qu’elle s’apprêtait à faire pour qu’il ne soit pas surpris ou qu’il ait une réaction un peu trop vive lorsqu’elle le toucherait. Pendant ce temps, Hannah observait le jeune homme avec attention. Il n’a pas l’air d’écouter, le regard perdu dans le vide et sans la moindre réaction lorsque la petite blonde attrapa son bras pour faire ce qu’elle avait à faire. Elle quitta finalement la pièce tandis que la brunette la remerciait d’un signe de tête, pas vraiment encline de rompre le silence présent dans la pièce.  « Je sais pas ce qu’il s’est passé tout à l’heure. J’en ai aucune idée. » Caleb avait reposé son regard sur elle, répondant à la question qu’elle lui avait posé quelques minutes auparavant. Surprise, elle conserva toutefois un air neutre tout en l’observant calmement, laissant quelques secondes passer afin de le laisser s’exprimer s’il s’en sentait capable. « Vous avez déjà tué quelqu’un ? » D’accord. Elle ne l’avait pas vu venir celle-là. Décidant que conserver le silence était pour l’instant la technique ayant le mieux fonctionné jusqu’à présent, elle ne répondit pas immédiatement, laissant simplement son regard se poser sur les gestes empreints de nervosité dont le brun était saisi.  « Enfin, est-ce que vous avez déjà été responsable de la mort de quelqu’un ? Moi oui. » Hannah savait qu’il n’était pas question d’elle ici, et qu’elle n’était pas supposée répondre à ce genre de question. Mais peut-être qu’une réponse l’aiderait à se confier davantage, même si elle restait plutôt évasive. « On a parfois des morts sur la conscience quand on est médecin, oui. » Lança-t-elle lentement, même si elle savait qu’aucun de ces décès n’étaient dû à une erreur médicale de sa part. Simplement, il n’était pas toujours facile d’accepter de voir tous ces corps sans vie quitter la pièce où on avait tenté de les sauver, même s’il était trop tard. On se sentait impuissant, on regrettait de ne pas avoir été capable de faire plus. « Pourquoi vous vous considérez responsable de la mort de quelqu’un ? » Demanda-t-elle ensuite, cherchant à comprendre où il voulait en venir. Le brun tourna la tête en soupirant, évitant une nouvelle fois son regard pour le fixer vers un point droit devant lui avant de poser sa main sur son front en fermant les yeux. « J’ai mal à la tête. » Des larmes commencèrent à couler le long de ses joues et une moue étira quelque peu le visage neutre d’Hannah qui n’était malheureusement pas encore complètement assez entraînée pour ne pas montrer ses émotions. « Je vais vous donner quelque chose pour vous soulager. » Lança-t-elle en se levant pour se diriger vers une des armoires afin d’y prendre un anti-douleur qu’elle pourrait lui donner en plus de la perfusion qui s’écoulait déjà dans son organisme.  


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





THEY WERE SPACE PIRATES
:copyright: FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
Caleb Anderson
le marmiton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04)
STATUT : Vient de se remettre en couple avec celle qui était son premier amour. Il l'aime et il est prêt à tout pour que cette fois les choses fonctionnent et qu'ils ne se séparent plus jamais.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron d'un restaurant de gastronomie française.
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Tumblr_pr02xqPXun1rhqdgho1_400
POSTS : 2443 POINTS : 1545

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Grand romantique ≈ croit au grand amour et veut fonder une famille ≈ il est très ambitieux et est du genre à toujours travailler plus pour atteindre la perfection ≈ très protecteur envers les personnes qu'il aime ≈ il parle couramment le français et a un très bon niveau en italien ≈ il ne connaît absolument rien sur le sport et il n'est d'ailleurs pas franchement sportif ≈ control freak ≈ ultra perfectionniste et ambitieux ≈ commence tout juste à se remettre de la mort de sa fiancée ≈ aime beaucoup lire
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
[10/07]
le rp familial de la mort (RA)
Isaac #1(fb)
Romy #2 (dimension zombies)
Prim #2
Lene #1
Louanor #1
Juliana#2
Romy #4
Hannah #1
Wylda #1

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 1569305051-essai-14-calex
Calex - Opposites attract and we're the livin' proof of this, but I keep on comin' back like a magnet.
Calex #8 (fb) - Calex #10

RPs EN ATTENTE : Lizzie, Emma, Nate
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose et Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #1 ; Calex #5 ; Calex #6; Stephen #1 ; Wylda #1 ; Sohan #1 ; Calex #4 ; Calex#3 (RA); Calex #7 ; Romy #3; Calex #9


'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Giphy
You go through life wondering what is it all about but at the end of the day it's all about family.


PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : dark unicorn, tumblr
DC : La passionnée Rosalie
INSCRIT LE : 28/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever https://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 https://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) EmptyHier à 18:35



Hannah & Caleb
“'Till it happens to you”
Je ne comprends rien à ce qui est en train de se passer. Il y a un peu plus d’une heure j’étais en train de boire dans un bar et maintenant me voilà à l’hôpital. Non, même pire ; je viens d’arriver dans le service de psychiatrie. Et ce n’est clairement pas comme ça que j’imaginais ce genre de service. Ce n’est pas comme on peut le voir à la télé, tout le monde n’est pas en train de crier, personne ne tape sur sa porte et l’étage semble assez calme. Peut-être parce qu’il est tard et que tout le monde dort. Oui ça aussi c’est une possibilité. Je suis installé sur le lit, seul dans ma chambre et je n’arrive même plus à penser correctement. Mes pensées se bousculent, j’ai mal à la tête, j’ai chaud, je suis fatigué. Putain, je me sens tellement fatigué parce que je n’ai pas dormi une nuit entière depuis deux mois. Mais surtout, je me demande ce que je fais là. Qu’est-ce que je fous dans une unité psychiatrique ? Je ne suis pas fou. C’est pas parce que je me suis un peu énervé tout à l’heure que je dois être enfermé avec des personnes ayant une maladie mentale ou je ne sais pas trop quoi. Le silence me fait du bien, mais je ne reste pas seul longtemps parce que le jeune médecin entre à nouveau dans ma chambre. Elle me demande si je veux parler de ce qu’il s’est passé tout à l’heure et la réponse est très simple : non je n’ai pas envie de parler. Je n’ai pas envie de parler du tout. J’ai envie qu’on me laisse tranquille. J’ai envie qu’on me laisse seul, qu’on me laisse mourir à petit feu. C’est tout ce que je demande. Une nouvelle personne fait son apparition dans ma chambre et cette fois c’est une infirmière qui vient me poser une perfusion. Elle m’explique tout ce qu’elle fait et me donne même des explications sur la poche qu’elle est en train de me poser mais je ne l’écoute même pas. Mon regard est complètement perdu dans le vide et je ne ressens absolument aucune douleur. Je ne ressens plus rien parce que la douleur qui ne me quitte pas depuis deux mois est déjà bien trop forte. L’infirmière part et je reste toujours silencieux pendant une poignée de secondes jusqu’à ce que je prenne enfin la parole. Et je regarde enfin le médecin installée à quelques mètres de mois. Elle semble beaucoup trop jeune pour être médecin. Je parle, un peu. Trois petites phrases. Courtes, mais je lui donne déjà quelques éléments de réponse. « On a parfois des morts sur la conscience quand on est médecin, oui. » Oui, ça je me doute. Mais est-ce qu’elle a déjà été responsable de la mort de la personne qu’elle aime le plus au monde ? Question que je ne lui poserai pas, parce qu’elle est inutile. Et honnêtement : je m’en fous. « Pourquoi vous vous considérez responsable de la mort de quelqu’un ? » Oh, bah ça. Si elle savait. Je suis sûr qu’elle ne me regarderait plus de la même manière. Elle me verra comme l’homme complètement con qui ne sait pas conduire et qui a tué sa fiancée en prenant le volant. Je n’ai pas vraiment envie de voir du jugement dans son regard. Ni même de la pitié. Parce que ça, la pitié je la subis tous les jours depuis deux mois. Tout le monde me regarde avec beaucoup trop d’empathie. Comme si j’étais à plaindre. Sauf que cet accident c’est de ma faute. Ma faute. Jamais je ne vais me le pardonner. J’ai tué quelqu’un. J’ai tué la femme de ma vie. Elle me manque. Elle me manque tellement que je pourrais en crever. Je ne lui réponds pas tout de suite et je préfère lui faire part de mon mal de crâne. « Je vais vous donner quelque chose pour vous soulager. » Je la suis du regard et je la regarde se lever et partir chercher un médicament. Je réfléchis à ce que je vais pouvoir lui dire. Pourquoi est-ce que je me considère responsable de la mort de quelqu’un ? Parce que je suis responsable, c’est tout, c’est simple et il n’y a pas grand-chose à rajouter. J’entends encore son rire quand je lui racontais une blague qui n’était même pas drôle la plupart du temps, je la revois sourire quand je la regardais, ses joues devenir toutes rouges à chaque fois que je lui faisais un compliment. Je repense à tout ça et ça me fait encore plus mal. « Il y a deux mois j’ai eu un accident de voiture. Ma fiancée était côté passager. Et elle est morte. » J’ai eu beaucoup de mal à prononcer ces quatre derniers mots. Elle est morte. Elle n’est plus là. Elle n’est pas juste partie quelque part, on ne s’est pas juste séparés. Elle est morte. Elle n’est plus là. Et plus jamais je ne la verrai sourire, plus jamais je ne vais pouvoir entendre son rire, je ne pourrai plus jamais lui dire à quel point je l’aime et à quel point j’ai de la chance de l’avoir dans ma vie. Ma respiration est saccadée et à nouveau je ne la regarde plus. Je ferme les yeux, comme si ça pouvait m’aider à remettre de l’ordre dans mon esprit. « Elle me manque tellement. » Je lui dis, comme dans un élan de désespoir. Et je suis désespéré. Parce que c’est tellement dur. Je ne pensais pas que perdre quelqu’un serait aussi difficile. Il y a trois mois j’étais l’homme le plus heureux du monde, fou amoureux de la femme qui devait devenir sa femme quelques mois après. J’ai privé des parents de leur fille, un frère de sa sœur. Et moi je me retrouve tout seul. La solitude n’a jamais été aussi difficile à supporter et j’ai l’impression que tous les matins quand j’ouvre les yeux la douleur est de plus en plus insoutenable. « C’était le jour de notre mariage aujourd’hui. » Et moi qui voulais du silence, moi qui voulais qu’on me laisse tranquille je me surprends au final à lui parler. Ça ne me fait même pas du bien. Mais peut-être que j’en ai besoin finalement. Mes yeux sont toujours fermés. Parce qu’à chaque fois que j’ouvre les yeux je me rends compte qu’elle n’est plus là. Et aujourd’hui je n’ai plus la force nécessaire à avancer dans un monde sans elle. Je n’en ai pas envie. Je n’ai pas envie de continuer à vivre si je sais que je ne pourrai plus jamais la revoir. Je ne me rends compte seulement maintenant que je suis en train de pleurer et je déteste ça. Je reprends difficilement ma respiration et je finis enfin, pour ouvrir les yeux. Je renifle. Je soupire. « Je ne peux juste pas continuer à vivre si je sais que je ne pourrai plus jamais la revoir. De toute façon ma vie n’a aucun intérêt sans elle. » Je n’arrive pas à la regarder en lui disant ça. Je joue nerveusement avec mes doigts et je baisse le regard sur les draps blancs. Au final je n’ai que brièvement répondu à sa question et je me suis beaucoup trop étalé. Je lui dis à quel point j’ai mal. Et encore aucun mot n’est assez fort pour décrire ce que je ressens en ce moment. Je suis au fond du trou et je n’arriverai jamais à m’en sortir. Je n’en ai pas envie de toute façon.

© nightgaunt





☽☽ Be nice to everyone, always smile, and appreciate things because it could all be gone tomorrow.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty
Message(#) Sujet: Re: 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) 'Till it happens to you (Caleb&Hannah) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

'Till it happens to you (Caleb&Hannah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-