AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -30%
Casque-micro sans-fil Sony pour PS4 + 1 jeu offert
Voir le deal
69.99 €

 LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lizzie Potter
Lizzie Potter
l'étoile graciée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans. (14/07/90)
SURNOM : Elizabeth, Liz (Lizzouille)
STATUT : he brings fire into her heart.
MÉTIER : habilleuse à la Northlight pour l'instant mais les étoiles sont de nouveau à sa portée.
LOGEMENT : 68 spring hill, avec sa folle de colocataire.
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 8b6i
POSTS : 8635 POINTS : 965

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ancienne enfant star ★ globe trotteuse ★ chewing gumeuse ★ niveau intermédiaire en langue des signes ★ adepte du free hug ★ photographe amatrice ★ végétarienne ★ protectrice de l’environnement & des animaux ★ participe à diverses actions humanitaires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11/O6)

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Jigv
WRIZZIEour universe grants every soul a twin, a reflection of themselves, the kindred spirit. no matter where they are or how far away they are from each other, even if they are in different dimensions, they will always find one another. this is destiny ; this is love.wren 12

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 23lq
HEAZIERalways forgive your enemies; nothing annoys them so much.heather 3/remi 2heather 4heather 5 (fb)

jet (fb) ★ yelahiah (fb) ★ nico (fb) ★ jessiangabrielcalebremi 3

RPs TERMINÉS : wren (fb) ★ wren 2 (fb) ★ wren 3wren 4wren 5remilucia (fb) ★ wren 6heathermatthiaswren 7wren 8skywren 9arielwren 10wren 11heather 2ginnymaevecora
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : emma watson.
CRÉDITS : (av) money honey.
DC : freya & birdie.
INSCRIT LE : 16/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25806-lizzie-everything-great-was-accomplished-by-fools-who-dreamed https://www.30yearsstillyoung.com/t25896-lizzie-o-take-time-to-do-what-makes-your-soul-happy https://www.30yearsstillyoung.com/t25909-lizzie-potter https://www.30yearsstillyoung.com/t27291-lizzie-potter

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptySam 14 Déc - 4:06



it has been said, 'time heals all wounds'. i do not agree. the wounds remain. in time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. but it is never gone.” :l: feat @gabriel carnahan & lizzie potter


Lizzie finit par ne même plus les voir. Les petites pilules qui font un allé simple dans son gosier avant d’être inondées par de l’eau pour être englouties par son système tout entier. Elle en a besoin, qu’elle ne cesse de se répéter. Son corps les quémande, les réclame de plus en plus, et aucune lutte n’est possible quand l’esprit sans mêle. Quand il crie à l’agonie, quand il a mal et qu’elle a envie de se taper la tête contre le mur pour en finir. C’est une spirale sans fin, un tourment qu’elle n’aurait jamais pensé connaitre. Elizabeth n’a pas croulé de jours heureux déjà depuis quelques mois, s’infligeant à elle-même une pression et une compression certaines. Mais ces dernières semaines ont été les pires. Son agression a été épargnée de la catastrophe à quelques minutes près et même si l’acte n’a pas eu lieu, Lizzie ne cesse de penser (vaguement) à ce qu’il s’est passé, à ce qui aurait pu se passer. Et ça la tord de l’intérieur, ça l’oppresse, ça lui donne des vertiges.
Alors les petites pilules, ce sont bien les seules choses qui peuvent l’apaiser. Entre autres.

La jeune femme vogue entre le monde conscient et celui des images qui finissent par tourner parce qu’elle aura trop abusé. Conduire n’est pas forcément prudente mais elle gère. A son travail, on n’émet aucun avis, on se tait, on la regarde de loin, peut-être qu’on s’inquiète de la voir comme ça. Silencieuse, renfermée, son sourire plus crispé que jamais. Pourtant, Lizzie essaie. De faire croire que tout va bien. Peut-être qu’avec force, vigueur et persuasion, elle finira par elle-même le croire. Mais ce jour n’est pas encore là alors qu’un mal de crâne débarque, en force et en fanfare dans sa tête. Elle aurait envie de se rouler par terre le temps que ça passe, de fermer les yeux aussi et de les envoyer paître avec leurs costumes. A quoi ça rime, tout ça, de toute façon ? Elle a tout foiré, elle a eu tord de A jusqu’à Z, elle n’a rien fait de bien. Lizzie a tenté de faire le bien autour d’elle, à rassurer ses amis, à apaiser même les inconnus. Elle s’est dévouée corps et âme pour autrui et maintenant, elle se montre comme la première des égoïstes. Parce qu’elle, elle ne va pas bien. Forcément on peut lui reprocher de ne pas se confier, de ne rien dire. Mais elle ne va quand même afficher au monde entier qu’elle a été faible, qu’elle a été conne et qu’elle s’est laissée embobinée ?
A la fin de la répétition de l’après-midi, Lizzie se tasse dans sa voiture sans savoir vraiment où aller. Remi est sûrement de retour au loft, sachant qu’elle revient d’une surveillance de vingt-quatre heures. Enfin, elle croit. Elle ne fait pas vraiment gaffe.

Elizabeth finit par enclencher le moteur, une vague idée lui venant dans sa tête qui n’en peut plus de siffler. Elle ferait mieux de rentrer, se coucher et se mettre dans le noir mais par peur esprit de contradiction envers son propre corps, elle se dirige droit vers Toowong. La devanture n’a pas changé, note-t-elle distraitement alors qu’elle franchit le seuil, tout en se mettant à la recherche du propriétaire des lieux. Lizzie resserre ses doigts autour de son sac mis en bandoulière, souriant par pure politesse aux employés et personnes déjà présents. Elle déglutit légèrement tout en se dirigeant (à reculons) vers un des employés qu’elle finit par reconnaitre, un jeune homme tout fin avec une masse de boucles sur la tête. « Gabriel est là ? » Elle se maudirait de paraitre comme ça alors que le jeune homme lui indique une pièce au fond. Elle le remercie et se dirige vers ladite pièce. La réserve, il a dit ? Lizzie n’en sait rien et Lizzie s’en fiche.
Toujours est-il qu’elle frappe timidement tout en ouvrant la porte. « Gabriel ? » Le propriétaire des lieux tourne son visage vers elle et Elizabeth se retient doucement à la poignée de la porte pour ne pas faillir. Il a le visage si doux, les yeux si apaisants, Gabriel, qu’elle pourrait s’écrouler sur place. Mais qui dit s’écrouler dit forcément vouloir l’approcher, la réconforter, la toucher.

Et ça, ce n’est pas possible. Pas encore, même avec lui.
Alors Elizabeth se pince les lèvres, se redresse légèrement mais ne peut épargner ses yeux à être embués malgré elle. Tout respire le confort et le réconfort, ici. « Je… Je te dérange pas ? Je peux revenir plus tard. J’aurai pas dû venir à l’improviste, j’aurai dû appeler ou envoyer un message, je, je peux aller lire le temps que tu finisses, si tu veux. » Parler pour éviter de flancher, pour éviter de craquer. Ou alors est-ce que ça fait l’effet inverse ? Non, pour l’instant, elle gère.




LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 1268459258 :
 


Dernière édition par Lizzie Potter le Sam 11 Jan - 0:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (13 oct 79)
SURNOM : Gaby, parfois Gab'. La Tendresse à la fac. Pretty Little Galway Boy par une jolie petite fée.
STATUT : Veuf depuis 2014, elle s'appelait Moïra. Réapprend à vivre, a retiré son alliance (oct 19). La petite fée est réapparue dans sa vie.
MÉTIER : Libraire passionné. Gérant de la State Liberty à Toowong.
LOGEMENT : #152 Toowong. Appartement au-dessus de la librairie. Deux chats (Aodh & Croustibat), un chien (Sirius). Et désormais un suédois géant (Wren)
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Q98k
POSTS : 5071 POINTS : 330

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
FLASHBACK
Robin (fb1)Jack (fb1)Jameson (fb2)Jill (fb)Zelda (fb)

PRESENT
TerrenceLizzie

UNIVERS ALTERNATIFS
Wren (ua)Freya (ua)

DIMENSION FANTÔME
Robin (df)Clément & Kyte (df)Jameson (df)Jack (df)

RPs EN ATTENTE : Jameson (Irlande) ≈ Robin (retrouvailles)
RPs TERMINÉS : Terminés : Clément#1MaximilienGreta#teamaperoClément#2OwenJameson (fb1)Wren#1Tea Time (ua)MPRElwynWren#2

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & Marius (df)Cole#teamcitrouilles (df)JosephJadyn (df)LiamCoraMaximilien (fb)CleoChadna (df)Myrddin (df)SavannahViniel 50's (ua)Deviniel (ua)Jameson
PSEUDO : Loo
AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : loonywaltz (UB) ≈ Loo
DC :
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest https://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais https://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan https://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyDim 15 Déc - 8:10



it has been said, 'time heals all wounds'

Lizzie & Gaby

C’était bientôt la fin de l’année et Gabriel passait une bonne partie de ses journées à jongler entre inventaires et commandes, histoire de réapprovisionner la boutique au mieux. Il était plutôt satisfait du bilan qui se profilait, les choses se passaient bien, mieux même qu’il n’aurait osé l’espérer. Il avait même pu embaucher deux personnes au cours de l’année. Certes ils ne faisaient pas fortune non plus, mais l’affaire tournait bien et les salaires tombaient chaque mois. C’était le plus important, que la librairie vive et que cela profite au mieux à ceux qui y travaillaient. Alors une fois n’était pas coutume, l’irlandais se trouvait dans la réserve principale, carnet à la main, occupé à faire le point sur les livraisons reçues et celles à prévoir, tandis que Sirius, son jeune chien de berger, somnolait paisiblement à quelques pas de lui. Ce dernier avait bien grandi, allant sur ses deux ans, et n’avait plus grand-chose à voir avec la petite créature perdue et miteuse que Gaby avait recueillie un soir dans les rues de Brisbane. Et le libraire était heureux d’avoir croisé la route de ce formidable compagnon canin. L’animal leva soudain une oreille, quelqu’un venait d’égrener quelques discrets coups sur la porte de la pièce avant de la pousser. Le libraire reconnut la voix qui s’éleva avant même de poser ses yeux sur la silhouette qui se découpait dans l’encadrement. Et aussitôt un sourire s’accrocha à ses lèvres sans que cela ne lui nécessite le moindre effort, car celle qui se tenait là avait une place toute particulière dans sa vie et son cœur. « Lizzie ! » Son ton laissa transparaître sa surprise autant que sa joie de la voir. Ils avaient beau vivre désormais dans la même ville cela faisait un petit moment qu’ils ne s’étaient pas vus. Ou peut-être était-ce seulement l’impression qu’en avait Gabriel. Mais il n’eut guère le temps d’épiloguer sur le sujet et son bonheur de voir la jeune femme ici, comme en posant ses iris couleur de ciel sur celles de Liz il le vit, que quelque chose n’allait pas, le pressentit au plus profond de son être. Son sourire s’envola aussi sec. Ca tenait dans le regard de la brune, dans sa manière de s’accrocher à la poignée et ne plus bouger. Ca pouvait paraître anodin aux yeux des autres. Pas aux siens, surtout pas quand il s’agissait de Lizzie. Alors oui la joie de Gaby se mua presque instantanément en une irrépressible inquiétude que trahit la tension naissante entre ses sourcils, plus encore quand il lui sembla voir un peu trop plier ses yeux. Elle était de ceux qui comptaient le plus. De ces personnes dont il ferait toujours une priorité sur tout le monde et tout le reste. « Non, non, tu as bien fait Lizzie, tu ne me déranges jamais. » Il amorça un mouvement vers elle, comme il aurait voulu s’avancer un peu plus, poser une main réconfortante sur son bras, juste une façon de la rassurer. Mais il se stoppa presque aussitôt, restant bêtement planté là. Une voix intérieure lui hurler de ne surtout pas faire ça. D’abord il ne comprit pas, ne sut pas trop pourquoi, il ne parvenait pas à cerner ce qui le chiffonnait tant dans l’attitude de la jeune femme. Et ça lui sauta enfin à l’esprit, aux yeux. Une évidence, quand à ce qui ne collait pas. Elle qui avait l’accolade facile, la fervente partisane du free hug, n’avait pas bougé d’un pouce, toujours fermement vissée à la poignée de la porte de la réserve. Et ça c’était tout, sauf normal. Quelque chose clochait dans l’équation, vraiment, ça ne faisait pas de sens. C’était bien plus qu’un pressentiment, une conviction qui lui tordait le ventre. Alors l’irlandais s’avança vers elle avec autant de prudence que s’il avait craint qu’elle ne se brise au moindre souffle d’air avant de lui désigner un coin tout au fond de la librairie, le plus douillet avec ses épais fauteuils qui invitaient à se lover au creux de leurs confortables coussins. « Ecoute, installe-toi là-bas, je reviens dans un instant, d’accord ? » Son ton était doux. Puis d’un pas vif il fila de l’autre coté de la boutique, son air soucieux toujours vissé au visage. Il y avait tant de questions qui se bousculaient en un sacré boucan dans sa tête. Il parvint malgré tout à adresser un sourire doux à Terrence et Arthur quand il leur expliqua qu’il leur donnait la fin de leur journée. « Tout va bien », qu’il rassura alors que c’était tout sauf vrai, son propre cœur serré par l’inquiétude. Le libraire fit rapidement le tour de l’endroit, s’excusant auprès des quelques personnes présentes, leur annonçant devoir fermer pour causes familiales. Aussi vague que vrai. Car oui, Lizzie était de la famille, depuis ce jour où Moïra l’avait prise sous son aile. La question ne se posait même plus. La pancarte fermeture exceptionnelle trouva sa place sur la porte d’entrée. Tout était soudain si calme. Gabriel retraversa la librairie à grandes enjambées. Sirius, lui, avait suivi Liz, se lovant à ses pieds, visiblement bien décidé à garder un œil sur cette humaine tant qu’elle serait dans les parages. Un rôle qu’il semblait prendre très à cœur puisqu’il se redressa vivement en entendant des pas approcher sur le beau parquet. C’était Gabriel. Ce dernier s’installa face à Lizzie, l’observant un instant, comme s’il avait pu trouver toutes les réponses au fond de ses prunelles sombres. Il ne voulait pas la brusquer ni l’assommer de questions malgré le flux de celles-ci qui lui traversait l’esprit de long en large. « Tu veux boire quelque chose ? », qu’il entama comme pour amorcer les choses le plus délicatement possible. Mais c’était trop difficile d’attendre là, à la voir se décomposer alors il s’y risqua, à poser la question qui lui brûlait la gorge. « Lizzie », presque prononcé tout bas pour ramener son attention à lui, « Qu’est-ce qui se passe ? »
@Lizzie Potter & Gabriel
2981 12289 0 & Loo



Love is Love

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Potter
Lizzie Potter
l'étoile graciée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans. (14/07/90)
SURNOM : Elizabeth, Liz (Lizzouille)
STATUT : he brings fire into her heart.
MÉTIER : habilleuse à la Northlight pour l'instant mais les étoiles sont de nouveau à sa portée.
LOGEMENT : 68 spring hill, avec sa folle de colocataire.
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 8b6i
POSTS : 8635 POINTS : 965

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ancienne enfant star ★ globe trotteuse ★ chewing gumeuse ★ niveau intermédiaire en langue des signes ★ adepte du free hug ★ photographe amatrice ★ végétarienne ★ protectrice de l’environnement & des animaux ★ participe à diverses actions humanitaires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11/O6)

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Jigv
WRIZZIEour universe grants every soul a twin, a reflection of themselves, the kindred spirit. no matter where they are or how far away they are from each other, even if they are in different dimensions, they will always find one another. this is destiny ; this is love.wren 12

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 23lq
HEAZIERalways forgive your enemies; nothing annoys them so much.heather 3/remi 2heather 4heather 5 (fb)

jet (fb) ★ yelahiah (fb) ★ nico (fb) ★ jessiangabrielcalebremi 3

RPs TERMINÉS : wren (fb) ★ wren 2 (fb) ★ wren 3wren 4wren 5remilucia (fb) ★ wren 6heathermatthiaswren 7wren 8skywren 9arielwren 10wren 11heather 2ginnymaevecora
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : emma watson.
CRÉDITS : (av) money honey.
DC : freya & birdie.
INSCRIT LE : 16/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25806-lizzie-everything-great-was-accomplished-by-fools-who-dreamed https://www.30yearsstillyoung.com/t25896-lizzie-o-take-time-to-do-what-makes-your-soul-happy https://www.30yearsstillyoung.com/t25909-lizzie-potter https://www.30yearsstillyoung.com/t27291-lizzie-potter

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyMer 18 Déc - 22:56




« Lizzie ! » L’interpellée eut presque un tremblement jusqu’à son squelette tellement qu’elle fut surprise et presque apeurée par l’intonation joyeuse de Gabriel. Pourtant, c’est exactement ça ; il est joyeux, il est doux, il est bienveillant, Gabriel. C’est bien pour ça que ses pas - ou ses roues - l’ont dirigé jusqu’ici. Parce qu’il offre un petit cocon à tous les animaux errants et c’est exactement la sensation qu’elle a l’impression d’être à ce moment précis. Seulement, elle, elle serait non seulement la pauvre victime frétillante de peur mais aussi la prédatrice sans aucune once de chaleur dans son cœur. Pourtant, ce n’est pas supposé se passer comme ça, ce n’est pas censé être Lizzie, tout ça. D’habitude elle sourit, elle arrive à faire tenir le coin de ses lèvres pour se complaire un peu plus dans son mensonge, dans cette façade qu’elle se donne sans cesse, sans discontinuer. Et là, face à Gabriel, cette façade s’effrite. « Non, non, tu as bien fait Lizzie, tu ne me déranges jamais. » Voilà pourquoi elle s’effrite. Parce que Gabriel veut s’approcher et qu’elle recule un peu plus contre la porte. Même s’il semble stopper son geste à mi-chemin, comme s’il a senti que quelque chose ne va pas. Lizzie reste perdue un moment dans le regard océan de son ami sans oser dire quoique ce soit, ni s’approcher. Elle se maudit intérieurement de réagir comme ça, encore et toujours. Passer son temps à se taper la tête contre le mur, c’est une des raisons qui font qu’elle se trimbale toujours avec des petits poisons qui lui facilitent un peu le quotidien.

« Ecoute, installe-toi là-bas, je reviens dans un instant, d’accord ? » Elizabeth est docile - non non, pas ce mot, surtout pas ce mot. Elle n’est pas docile, elle est pleinement apte à faire ses choix et elle décide de suivre le conseil de Gabriel, c’est tout. Il n’y a pas à voir autre chose là-dessous. La jeune femme va donc se lover dans le fauteuil désigné avant de regarder le propriétaire des lieux faire le tour des rayons et des autres espaces de détente. Lizzie fronce légèrement des sourcils en voyant les gens partir au fur et à mesure au bruit de la petite cloche à chaque passage. Sirius est avec elle et les animaux sont toujours une bonne distraction alors qu’elle s’amuse à lui gratter les oreilles et le museau avant qu’il ne s’allonge à ses pieds. « T’as un bon prénom, toi. » Sirius, elle sourit doucement avant de relever la tête. « Tu veux boire quelque chose ? » Lizzie remonte ses jambes vers elle tout en se pinçant la joue et haussant les épaules. « C’est quoi, tout ça ? Pourquoi t’as fermé ? T’étais pas obligé. » Vraiment, si elle avait su, elle serait venue plus tard, un autre moment avec moins de monde ou tout simplement chez lui. Même si la librairie, c’est presque comme si c’est chez lui. Tout respire Gabriel, ici. On se sent apaisé dès qu’on franchit le seuil. Ce n’est pas étonnant que Lizzie est atterrie chez lui. « Lizzie. » Il veut capter son attention et elle, elle continue à crisper ses doigts sur son jean, comme une enfant qui vient de se faire rappeler à l’ordre. « Qu’est-ce qui se passe ? » Elizabeth dérive de suite son regard vers le vide, le néant qui ne ressemble pas à Gabriel. Elle ignore vraiment ce qu’elle compte lui dire, ce qu’elle veut lui dire, voire même si elle veut lui dire. C’est tellement honteux, elle se sent sale et en même temps… Coupable. Partout, sur plein de fronts, pour de choses variées et différentes. « Je… T’as pas un truc glacé à boire ? Il fait chaud en ce moment, tu trouves pas ? J’ai passé une après-midi épuisante et j’ai la gorge complètement sèche. Costumière, c’est vraiment un boulot non-stop. » Okay, Lizzie, ça suffit. Elle clôt son bec brutalement parce qu’elle sait que Gabriel va la sonder, à l’oral et au visuel. Il n’en a rien à faire pour l’instant qu’elle soit fatiguée ou que son boulot lui prend trop de temps - parce qu’elle ne doit pas l’aimer plus que ça. Elle déglutit difficilement tout en passant ses mains sur son jean avant de sourire nerveuse, remettre une mèche de cheveux derrière son oreille et dériver son regard sur l’extérieur. « Pourquoi tu me demandes ça, Gabriel ? Je vais bien et toi ? En pleine inventaire à cette période de l’année, non ? »

Elle est vraiment un cas irrécupérable.




LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 1268459258 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (13 oct 79)
SURNOM : Gaby, parfois Gab'. La Tendresse à la fac. Pretty Little Galway Boy par une jolie petite fée.
STATUT : Veuf depuis 2014, elle s'appelait Moïra. Réapprend à vivre, a retiré son alliance (oct 19). La petite fée est réapparue dans sa vie.
MÉTIER : Libraire passionné. Gérant de la State Liberty à Toowong.
LOGEMENT : #152 Toowong. Appartement au-dessus de la librairie. Deux chats (Aodh & Croustibat), un chien (Sirius). Et désormais un suédois géant (Wren)
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Q98k
POSTS : 5071 POINTS : 330

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
FLASHBACK
Robin (fb1)Jack (fb1)Jameson (fb2)Jill (fb)Zelda (fb)

PRESENT
TerrenceLizzie

UNIVERS ALTERNATIFS
Wren (ua)Freya (ua)

DIMENSION FANTÔME
Robin (df)Clément & Kyte (df)Jameson (df)Jack (df)

RPs EN ATTENTE : Jameson (Irlande) ≈ Robin (retrouvailles)
RPs TERMINÉS : Terminés : Clément#1MaximilienGreta#teamaperoClément#2OwenJameson (fb1)Wren#1Tea Time (ua)MPRElwynWren#2

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & Marius (df)Cole#teamcitrouilles (df)JosephJadyn (df)LiamCoraMaximilien (fb)CleoChadna (df)Myrddin (df)SavannahViniel 50's (ua)Deviniel (ua)Jameson
PSEUDO : Loo
AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : loonywaltz (UB) ≈ Loo
DC :
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest https://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais https://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan https://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyMer 25 Déc - 17:18



it has been said, 'time heals all wounds'

Lizzie & Gaby

A quelle seconde avait-il décidé de tout mettre de coté pour faire de Lizzie sa priorité du moment ? Peut-être dès qu’il avait croisé son regard trouble. Il y avait quelque chose d’anormal qui y luisait, un vague affolement dont il ne saisissait pas la source quand il avait fait mine de s’avancer vers elle. Tout était pourtant si calme autour, si tranquille, la journée était douce et belle, et la librairie demeurait fidèle à son atmosphère chaleureuse, toute embaumée d’effluves de café et de l’odeur des livres. Et tout ça ne faisait qu’accentuer cette désagréable impression que rien n’allait. Non, l’attitude de la brune ne collait ni à l’endroit ni à sa personnalité et ça, ça ne pouvait pas avoir échappé à Gaby, pas à lui, pas quand il était question de Lizzie. Parce qu’il s’était juré de veiller autant que possible sur celle que Moïra avait très vite considérée comme une jeune sœur, aussi précieuse que la prunelle de ses beaux yeux lagons. Elles avaient eu leurs moments, leurs secrets aussi sans doute, et il y avait encore quelque part dans les vieux carnets du libraire quelques clichés de leurs sourires, de leurs rires partagés. Des perles de bonheur à jamais figées sur le papier glacé. Alors il s’était fait une promesse après la perte de son tendre amour, une promesse qu’il avait confié au vent, aux étoiles. Et à cet instant précis il ne put que songer que ce n’était visiblement pas une réussite, quand il voyait la jeune femme si fébrile, si muette, si perdue. La question ne s’était donc pas posée bien longtemps, tout au plus une fraction de seconde, et ni une ni deux l’irlandais avait fait en sorte de fermer la librairie afin de pouvoir consacrer tout son temps à son amie. Cette dernière s’était installée dans les fauteuils qu’il lui avait désignés, quelque peu recroquevillée sur elle-même alors qu’il revenait vers elle. « Ne t’en fais pas pour ça », qu’il répondit doucement alors que la demoiselle arborait un petit air embêté. « Si Lizzie, c'est la moindre des choses. » Bien sûr qu’il était obligé de s’inquiéter en la voyant ainsi, comment pouvait-il en être autrement ? Il avait toujours était ainsi l’irlandais, à se soucier bien plus des autres que de lui-même, capable de dévouer tout son temps, toute sa tête et son cœur, à ceux qui lui étaient proches et chers, quitte à faire fi du reste. De tout le reste. Son regard couleur de ciel se perdit sur les doigts fins de la brune, crispés contre elle comme jamais il ne les avaient vu, s’attarda sur ce regard qu’elle lui dérobait. « Je vais te chercher ça », dit-il en s’éloignant, sans relever les propos de la demoiselle comme rien ne sonnait juste, comme la fausse légèreté des propos qu’elle tenait ne collait pas une seconde à sa fébrilité à peine dissimulée. Gabriel disparut un instant avant de reparaître avec une grande bouteille de thé glacé maison et un verre qu’il remplit pour le tendre à Lizzie sans mots. Il n’en trouvait guère pour le moment, il attendait juste patiemment qu’elle réagisse, qu’elle réponde à sa question. Mais la réponse qui vint ne parvint pas plus à le convaincre, parce qu’une fois encore son regard brun et bien trop brillant se perdit loin, partout, sauf sur lui, comme si elle cherchait une seule chose. La fuite. Pourquoi venir le trouver quand elle semblait vouloir être partout ailleurs ? Ca ne présageait rien de bon et la mâchoire de Gaby se contracta imperceptiblement, de cette façon qui lui était si rare. Le libraire finit par s’asseoir face à elle, mains jointes, se tordant les doigts sans même s’en rendre compte. Des secondes trop longues s’étirèrent entre eux, silencieuses. « Pourquoi je te demande ça ? », qu’il finit par souffler doucement. A son tour il laissa son regard faire un tour d’horizon de l’endroit, avant de le reposer sur Liz. « Lizzie, je le vois bien que quelque chose ne va pas. » Ca lui crevait même les yeux à vrai dire, il ne voyait que ça. « Je t’en prie ne fais pas comme si j’étais aveugle ou idiot. » Son ton demeurait doux, toujours, parce que c’était dans sa nature, mais il n’était pas dupe pour autant, pas moins inquiet non plus. Et ça ne lui donnait pas franchement le cœur à discuter comme si de rien n’était, comme s’il n’avait rien vu. « Si tu ne veux rien me dire je respecterai ton choix. » C’était une question de confiance. « Mais s’il-te-plait ne fais pas comme si tout allait bien, ne me mens pas. » Ca aussi c’était une question de confiance. De confiance et d’honnêteté. Non, il n’y avait pas de place pour les mensonges entre eux. Jamais, il l’espérait.
@Lizzie Potter & Gabriel
2981 12289 0 & Loo



Love is Love

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Potter
Lizzie Potter
l'étoile graciée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans. (14/07/90)
SURNOM : Elizabeth, Liz (Lizzouille)
STATUT : he brings fire into her heart.
MÉTIER : habilleuse à la Northlight pour l'instant mais les étoiles sont de nouveau à sa portée.
LOGEMENT : 68 spring hill, avec sa folle de colocataire.
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 8b6i
POSTS : 8635 POINTS : 965

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ancienne enfant star ★ globe trotteuse ★ chewing gumeuse ★ niveau intermédiaire en langue des signes ★ adepte du free hug ★ photographe amatrice ★ végétarienne ★ protectrice de l’environnement & des animaux ★ participe à diverses actions humanitaires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11/O6)

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Jigv
WRIZZIEour universe grants every soul a twin, a reflection of themselves, the kindred spirit. no matter where they are or how far away they are from each other, even if they are in different dimensions, they will always find one another. this is destiny ; this is love.wren 12

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 23lq
HEAZIERalways forgive your enemies; nothing annoys them so much.heather 3/remi 2heather 4heather 5 (fb)

jet (fb) ★ yelahiah (fb) ★ nico (fb) ★ jessiangabrielcalebremi 3

RPs TERMINÉS : wren (fb) ★ wren 2 (fb) ★ wren 3wren 4wren 5remilucia (fb) ★ wren 6heathermatthiaswren 7wren 8skywren 9arielwren 10wren 11heather 2ginnymaevecora
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : emma watson.
CRÉDITS : (av) money honey.
DC : freya & birdie.
INSCRIT LE : 16/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25806-lizzie-everything-great-was-accomplished-by-fools-who-dreamed https://www.30yearsstillyoung.com/t25896-lizzie-o-take-time-to-do-what-makes-your-soul-happy https://www.30yearsstillyoung.com/t25909-lizzie-potter https://www.30yearsstillyoung.com/t27291-lizzie-potter

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyMer 25 Déc - 19:51




« Ne t’en fais pas pour ça. » Evidemment que Lizzie s’en fait pour ça.
« Si Lizzie, c'est la moindre des choses. » Elle aurait envie de se recroqueviller. Elle est fautive de ça aussi, de laisser Gabriel fermer sa librairie rien que pour ses beaux yeux. C’est n’importe quoi, elle n’aurait pas dû venir maintenant, pas quand il y a du monde, pas quand il y a de l’âme plus vaillant et doux que le sien. Elle plombe l’ambiance par sa seule présence et Gabriel est bien trop gentil pour laisser ses grands bruns le berner à penser que c’est la moindre des choses. Pourtant, elle reste là, à se torturer les doigts, à se gratter la peau des ongles, à ne pas savoir comment avoir une pensée cohérente sans l’affoler d’avantages. Peut-être que si elle se tait, il finira par ne plus la voir et par l’oublier lui aussi ? Non, Potter n’est pas vraiment là par hasard, elle le sait mais elle préfère fermer les yeux. Au moins pendant un moment parce qu’elle ignore par où commencer - enfin, si, ça aussi, elle le sait. Mais c’est tellement douloureux, c’est tellement poignant que ça la rend malade (littéralement) rien que d’y penser. Alors elle repousse le moment et elle regarde sans broncher Gabriel se carapater pour lui chercher quelque chose à boire. Comme si cela lui donne le temps de se recomposer, de laisser l’apaisement du lieu l’envahir pour dégourdir ses membres. Faux, ses membres sont déjà dégourdis. Médicalement, pas de façon naturelle mais qu’importe.

Lizzie porte le verre à ses lèvres en ne regardant toujours pas Gabriel dans les yeux. Il laisse trainer une éternité avant de lui répondre, alors que ce n’est peut-être que l’accumulation de quelques secondes mais qui lui font ressentir le double. Elle sent ses prunelles bleutées sur elle et elle finit par se tasser dans le fauteuil un peu plus, comme pour ne faire qu’un avec l’objet. Au moins, elle pourrait servir à quelque chose. « Pourquoi je te demande ça ? » Par simple politesse ? Voyons, Lizzie, toi-même tu sais. « Lizzie, je le vois bien que quelque chose ne va pas. » Oh. Est-ce qu’elle faillirait complètement dans ses talents d’actrice ou il y a vraiment un néon au-dessus de sa tête qui provoque cette réaction ? Non, c’est juste que Gabriel est perspicace, qu’il a deux yeux et qu’il peut lire entre lignes. « Je t’en prie ne fais pas comme si j’étais aveugle ou idiot. » Voilà, exactement dans le mille. Ils se connaissent depuis assez longtemps pour qu’elle sache qu’il a beau avoir la voix douce, toujours et à jamais, il ne va sûrement pas la laisser comme ça. Ni partir, ni croupir sans qu’elle lâche le morceau. Chose qu’elle veut faire mais qui se coince dans sa gorge et qui commence à former une boule d’eau qui monte lentement à ses yeux. « Si tu ne veux rien me dire je respecterai ton choix. » Elle déglutit et baisse les yeux vers son verre, le liquide étant plus intéressant que de se risquer à voir ce que portent le regard de Gabriel. Si elle en lit de la déception, Lizzie pourrait s’effondrer. Tout naturellement. « Mais s’il-te-plait ne fais pas comme si tout allait bien, ne me mens pas. »

« Ne me mens pas. »
Lizzie retient sa respiration. Une, deux, trois secondes. Ses doigts se crispent autour du verre.
« Ne me mens pas. »
Elle ne veut pas mentir à Gabriel. Elle peut mentir au monde entier mais lui fait parti de ces rares personnes à pouvoir casser ce masque. Comme il le fait si bien à présent. Parce que la boule d’eau se transforme en torrent de larmes sur ses joues et c’est là qu’elle finit par lever son regard sombre sur celui éclairé du libraire. « Je ne veux pas te mentir, Gabriel. Je ne sais juste pas- » Elle s’interrompt parce que plus elle parle, plus elle pleure. Et c’est terrible quand les vannes sautent. Impuissante face à son ami, elle aurait juste envie d’aller croupir contre ses jambes et se retenir maladroitement à lui, dans une quête ultime de sentir qu’il ne l’abandonnera pas. Pas lui. Mais non, Lizzie reste sur son fauteuil et elle tente de prendre sa respiration, gonflant ses poumons tout en essayant de se redresser. « Rien ne va, Gab. C’est le bordel, dans ma tête, dans ma vie, avec ma mère, avec- » Wren. Elle déglutit de nouveau tout en secouant la tête. Elle passe une main sur ses joues pour effacer les squelettes des larmes alors qu’elle ferme les yeux, la mâchoire tremblante. « J’ai failli être violée, Gabriel. » Des mots toujours horribles à prononcer, encore plus à les penser et les réaliser. Ses épaules se relâchent, ses paupières toujours closes. Peur d’y voir de la honte, de la gêne, de l’incompréhension. C’est fou, c’est dingue mais c’est l’état de son cerveau actuellement. Complètement dysfonctionnel et sans aucun sens.
« J’ai été agressée donc j’ai bien dû payer pour quelque chose, c’est forcément ça. Ou alors ça a été de ma faute et je paie maintenant le résultat, une punition qui dure sans jamais s’arrêter. » Lizzie ouvre ses iris sur Gabriel, le visage suppliant. « Est-ce que tu crois que nos mauvaises actions nous reviennent toujours à la figure ? Est-ce que tu crois qu’on paie pour le mal qu’on a pu engendrer un jour ? Est-ce que faire preuve de lâcheté et de faiblesse fait d’une personne quelqu’un de mauvais ? » Lizzie ne s’évoque pas mais le sous-entendu est assez clair. La personne, c’est elle. Elle est pourrie, blessée et blessante, un des nombreux déchets de l’humanité. Elle ne trouve pas de meilleures explications à tout ce qu’elle a subi. Et continue à subir actuellement.




LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 1268459258 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (13 oct 79)
SURNOM : Gaby, parfois Gab'. La Tendresse à la fac. Pretty Little Galway Boy par une jolie petite fée.
STATUT : Veuf depuis 2014, elle s'appelait Moïra. Réapprend à vivre, a retiré son alliance (oct 19). La petite fée est réapparue dans sa vie.
MÉTIER : Libraire passionné. Gérant de la State Liberty à Toowong.
LOGEMENT : #152 Toowong. Appartement au-dessus de la librairie. Deux chats (Aodh & Croustibat), un chien (Sirius). Et désormais un suédois géant (Wren)
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Q98k
POSTS : 5071 POINTS : 330

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
FLASHBACK
Robin (fb1)Jack (fb1)Jameson (fb2)Jill (fb)Zelda (fb)

PRESENT
TerrenceLizzie

UNIVERS ALTERNATIFS
Wren (ua)Freya (ua)

DIMENSION FANTÔME
Robin (df)Clément & Kyte (df)Jameson (df)Jack (df)

RPs EN ATTENTE : Jameson (Irlande) ≈ Robin (retrouvailles)
RPs TERMINÉS : Terminés : Clément#1MaximilienGreta#teamaperoClément#2OwenJameson (fb1)Wren#1Tea Time (ua)MPRElwynWren#2

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & Marius (df)Cole#teamcitrouilles (df)JosephJadyn (df)LiamCoraMaximilien (fb)CleoChadna (df)Myrddin (df)SavannahViniel 50's (ua)Deviniel (ua)Jameson
PSEUDO : Loo
AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : loonywaltz (UB) ≈ Loo
DC :
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest https://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais https://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan https://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyJeu 2 Jan - 17:08


it has been said, 'time heals all wounds'

Lizzie & Gaby

Plus il la regardait plus il semblait à Gabriel que Lizzie rapetissait dans ce grand fauteuil comme si elle fondait sur place, comme si elle cherchait à se faire si petite qu’elle en disparaîtrait presque. Où était passé ce petit bout de brune rayonnant qui avait débarqué dans sa vie dans le sillage de Moïra un beau jour au Canada ? Qu’est-ce que le monde lui avait fait subir pour la mettre dans un tel état ? Il en avait mal au cœur de la voir ainsi et il n’osait laisser ses pensées courir en suppositions diverses. S’il savait, s’il avait su. Le libraire tentait de tâter le terrain, mais le mauvais pressentiment qu’il avait et l’inquiétude qui le rongeait ne faisaient que croître, nullement apaisés par les tentatives de diversions de la jeune femme. Bien au contraire quand tout dans son attitude, dans sa manière d’éviter avec soin son regard, absolument tout, trahissait que quelque chose n’allait pas, pas du tout même. Et son ton, demeuré doux, s’était toutefois teinté d’une fermeté légère, ne pas la brusquer, juste lui rappeler qu’avec lui le numéro du je vais bien, tout va bien ne prenait pas, pas quand ses prunelles sombres hurlaient l’inverse, pas quand Liz se recroquevillait autant que possible, pas quand ses phalanges blanchissaient à vue d’œil en serrant le verre qu’il lui avait tendu. Elle se décomposa encore davantage, Lizzie, irrémédiablement, et l’armure se fendit, brutalement, les larmes coulant alors à flots, inondant son joli visage de toute la détresse qu’elle retenait au creux de son âme. Cette fois ses yeux avaient trouvé ceux de l’irlandais, et il en avait été vivement atteint, au plus profond de son être, dévasté de la voir ainsi. « Lizzie… », son ton était si désolé, comme tout empli d’excuses pour les offenses que ce monde lui avait fait subir, alors qu’elle lui confessait le mal-être qui la bouffait visiblement. Et il aurait voulu lui prendre la main, la rassurer autant que possible, lui dire que tout allait s’arranger, mais il n’osa pas. Parce qu’elle avait déjà reculé un peu plus tôt, parce qu’elle ne s’était pas approchée outre mesure. Ce fut la seconde suivante qu’il comprit soudain. Les mots se heurtèrent les uns aux autres, sonnant à ses tympans comme un coup de canon terrifiant. J’ai failli être violée. Ça résonnait dans l’air partout autour, ça bourdonnait à ses oreilles, et pourtant il y avait comme un silence assourdissant. Horriblement assourdissant. J’ai failli être violée. Son cœur s’était arrêté. Son souffle s’était coupé. Son âme se délitait. C’était son monde qui s’effondrait un peu plus quand son esprit tentait tant bien que mal d’assimiler ces mots-là. Quelques mots, et tout le traumatisme derrière. Pourtant il reprit pied Gaby, il refit surface comme sous le coup d’un violent électrochoc en entendant la suite des propos de son amie. Il était hors de question qu’elle se sente responsable de ce qui lui était arrivé, c’était strictement inconcevable aux yeux du libraire. Gabriel s’était alors relevé pour venir s’accroupir à côté du fauteuil dans lequel elle s’était presque roulée en boule. A défaut de pouvoir la serrer dans ses bras à la manière d’un frère ainé, et comme si ce seul geste avait pu absorber tout le mal qui lui avait été fait, il tenait au moins à ce qu’elle sache qu’il était là, tout près. « Je t’interdis de penser ça Lizzie, tu m’entends ? » Son ton était constant mais il prenait sur lui pour conserver un peu de contenance pour deux, alors qu’à l’intérieur tout était sans dessus-dessous. « Tu n’es ni coupable, ni responsable. Tu n’es en rien fautive. Ne laisse surtout pas cette idée se faire une place dans ta tête. » Celle de la culpabilité crasse que pouvait éprouver les victimes. Tous les et si qui laissaient un goût amer, écœurant, au fond de la gorge jusqu’à s’en étouffer. Tous ces scénarios qui défilaient, constamment à revivre la scène, à refaire le dérouler des événements en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. « Tu n’es pas une mauvaise personne Lizzie, je refuse de t’entendre dire ça, je refuse que tu penses ça. Il nous arrive à tous de faire des erreurs mais ça ne justifie en rien ce que tu as subi. Tu n’as rien à payer et le seul responsable c’est celui qui s’en est pris à toi. » Et il la sentit la colère qui s’était posée là, dans son cœur, en l’évoquant, comme l’idée lui était insupportable, intolérable même. « Lizzie regarde-moi », et son timbre s’était fait si tendre, si doux, « Tu n’es pas quelqu’un de mauvais. Tu es quelqu’un de bon à qui il est arrivé de mauvaises choses. Tu te souviens de ça ? C’est le cas, je le sais, je te connais. Je t'en conjure ne te détruis pas en t'abreuvant de reproches infondés. C'est la dernière chose dont tu as besoin. » Et ça il ne le savait que trop bien l'irlandais.
@Lizzie Potter & Gabriel
2981 12289 0 & Loo



Love is Love

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Potter
Lizzie Potter
l'étoile graciée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans. (14/07/90)
SURNOM : Elizabeth, Liz (Lizzouille)
STATUT : he brings fire into her heart.
MÉTIER : habilleuse à la Northlight pour l'instant mais les étoiles sont de nouveau à sa portée.
LOGEMENT : 68 spring hill, avec sa folle de colocataire.
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 8b6i
POSTS : 8635 POINTS : 965

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ancienne enfant star ★ globe trotteuse ★ chewing gumeuse ★ niveau intermédiaire en langue des signes ★ adepte du free hug ★ photographe amatrice ★ végétarienne ★ protectrice de l’environnement & des animaux ★ participe à diverses actions humanitaires
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11/O6)

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Jigv
WRIZZIEour universe grants every soul a twin, a reflection of themselves, the kindred spirit. no matter where they are or how far away they are from each other, even if they are in different dimensions, they will always find one another. this is destiny ; this is love.wren 12

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 23lq
HEAZIERalways forgive your enemies; nothing annoys them so much.heather 3/remi 2heather 4heather 5 (fb)

jet (fb) ★ yelahiah (fb) ★ nico (fb) ★ jessiangabrielcalebremi 3

RPs TERMINÉS : wren (fb) ★ wren 2 (fb) ★ wren 3wren 4wren 5remilucia (fb) ★ wren 6heathermatthiaswren 7wren 8skywren 9arielwren 10wren 11heather 2ginnymaevecora
PSEUDO : cristalline.
AVATAR : emma watson.
CRÉDITS : (av) money honey.
DC : freya & birdie.
INSCRIT LE : 16/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25806-lizzie-everything-great-was-accomplished-by-fools-who-dreamed https://www.30yearsstillyoung.com/t25896-lizzie-o-take-time-to-do-what-makes-your-soul-happy https://www.30yearsstillyoung.com/t25909-lizzie-potter https://www.30yearsstillyoung.com/t27291-lizzie-potter

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptySam 4 Jan - 18:47




Gabriel s’est rapproché et Lizzie a foutu ses jambes sous elle. Elle a l’impression d’être un animal, une victime, une proie qui va se faire bouffer entièrement par un adversaire bien trop redoutable. Un adversaire un peu flou, qui hante encore ses nuits et dont elle est terrifiée de voir un jour dans la rue. Terrifiée aussi de savoir qu’elle n’a rien fait, qu’elle n’est pas allée voir la police, qu’il a pu en violenter d’autres alors qu’elle aurait pu arrêter ça. Elle est immonde, elle est égoïste, elle n’a pensé qu’à elle mais franchement, qu’est-ce qu’on lui dirait alors qu’elle n’aura pas été agressée suffisamment pour pouvoir être d’une aide quelconque ? Alors Elizabeth s’est terrée, enterrée même dans le fin fond de son lit et elle a rejeté le seul homme qu’elle acceptait pleinement parce que justement, il s’approchait trop, vite et fort, même si les raisons sont différentes. La brune n’a que ses oreilles pour écouter les paroles de Gabriel. Même si elle les entend, ça ne veut pas dire qu’elle les accepte. Confusion à l’extrême, Lizzie se sent encore plus pitoyable parce que Gabriel va lui trouver mille et une raisons de ne pas se sentir comme ça, comme un déchet, une rature et que ça ne va pas fonctionner, ça ne va pas prendre. Elizabeth le sait d’avance. L’australienne essaie pourtant de se raccrocher à ses mots parce que Gabriel est plein de bon sens, il est rempli d’ondes positives. Même s’il a eu des moments négatifs, il a toujours sur se relever. Elle l’admire, Lizzie, elle admire la volonté qu’il a eu de se remettre de la mort de Moïra, de lutter contre sa propre addiction passée, d’avoir survécu à une tentative ratée. Elle l’admire d’avoir toujours ce regard bleu brillant devant la beauté du monde alors qu’il en a vu la pire horreur de l’humain.

« Tu veux m’attendrir avec Sirius l’humain, Gaby ? » Elizabeth se mord la lèvre mais le vague sourire s’échappe quand même alors que ses yeux bruns se posent sur lui. « Ça fonctionne à chaque fois. » Une citation qui n’aurait pas mieux tombée à travers le regard brouillé de larmes de la jeune femme, qui essaie tant bien que mal d’apaiser son esprit, son cœur et surtout cette boule au fond de la gorge qui n’en finit pas de se déverser à travers la bordure de ses yeux. « Je n’ai rien fait, tu sais. Je n’ai pas porté plainte, je n’ai rien signalé. C’est égoïste de ma part, j’aurai dû faire quelque chose. Pour le peu qu’on sait, il est peut-être en train de- » Un sanglot étouffe la fin de sa phrase et elle ferme les paupières en les serrant avec force pour ravaler les larmes - peine perdue. « Comment tu as fait pour surmonter tout ça, Gabriel ? Comment tu as fait pour trouver la force de te lever le matin, de te dire qu’aujourd’hui est un bon jour, que… » Sa voix se brise et elle boit une gorgée pour reprendre le fil de ses paroles, même si elle n’a pas l’impression de faire grand sens. « Je prends des anxios et je me suis retrouvée en plein milieu de la nuit à aller quémander une dose. Je crois que je touche le fond, Gabriel. J’ai ce besoin constant de vouloir tout faire taire, que je préfère rester à moitié morte dans mon lit plutôt qu’à moitié vivante dans le monde extérieur. C’est dur de prétendre que tout va bien, je suis fatiguée, mais il y a ce cercle vicieux entre cette douleur folle et ce manque cruel. » Elle passe sa main libre dans la racine de ses cheveux avec rage parce qu’elle est vraiment pitoyable. « Je crois que j’ai surtout besoin d’aide, Gaby. »




LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' 1268459258 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans (13 oct 79)
SURNOM : Gaby, parfois Gab'. La Tendresse à la fac. Pretty Little Galway Boy par une jolie petite fée.
STATUT : Veuf depuis 2014, elle s'appelait Moïra. Réapprend à vivre, a retiré son alliance (oct 19). La petite fée est réapparue dans sa vie.
MÉTIER : Libraire passionné. Gérant de la State Liberty à Toowong.
LOGEMENT : #152 Toowong. Appartement au-dessus de la librairie. Deux chats (Aodh & Croustibat), un chien (Sirius). Et désormais un suédois géant (Wren)
LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Q98k
POSTS : 5071 POINTS : 330

UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
FLASHBACK
Robin (fb1)Jack (fb1)Jameson (fb2)Jill (fb)Zelda (fb)

PRESENT
TerrenceLizzie

UNIVERS ALTERNATIFS
Wren (ua)Freya (ua)

DIMENSION FANTÔME
Robin (df)Clément & Kyte (df)Jameson (df)Jack (df)

RPs EN ATTENTE : Jameson (Irlande) ≈ Robin (retrouvailles)
RPs TERMINÉS : Terminés : Clément#1MaximilienGreta#teamaperoClément#2OwenJameson (fb1)Wren#1Tea Time (ua)MPRElwynWren#2

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & Marius (df)Cole#teamcitrouilles (df)JosephJadyn (df)LiamCoraMaximilien (fb)CleoChadna (df)Myrddin (df)SavannahViniel 50's (ua)Deviniel (ua)Jameson
PSEUDO : Loo
AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : loonywaltz (UB) ≈ Loo
DC :
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest https://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais https://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan https://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' EmptyAujourd'hui à 18:16


it has been said, 'time heals all wounds'

Lizzie & Gaby

Lizzie se tassa bien davantage dans le fauteuil quand Gabriel vint s’accroupir tout à coté, sans pour autant chercher à entrer directement en contact physique avec elle. Ne pas la brusquer. Mais ne pas la laisser se renfermer irrémédiablement sur elle-même non plus. Voilà ce entre quoi le libraire tentait de naviguer. Il était là pour elle, il le serait encore, voilà tout ce que sa présence à ses cotés signifiait. Et comme pour lui assurer qu’il respectait son espace, son besoin de distance, qu’il ne franchirait aucune des limites qu’elle avait établi, Gaby recula significativement. Ne pas la brusquer. Ne pas l’étouffer. Après ce qu’elle venait de vivre il était évident qu’elle éprouve le besoin de préserver une bulle autour d’elle. Ce n’était pas le libraire qui briserait cette protection là. Jamais. De cela elle pouvait en être certaine. D’autant plus quand il pouvait distinctement lire la peur dans ses yeux, la détresse dans son attitude et sa défiance à chaque fois qu’il esquissait le moindre mouvement. Aussi l’irlandais se concentra t-il sur sa propre immobilité, autant que sur son attitude, cherchant à stabiliser tout de sa respiration à son rythme cardiaque afin de lui prouver qu’ici elle était en sécurité, qu’il ne lui arriverait rien dans l’enceinte de ces murs, qu’elle pouvait se fier à lui, aujourd’hui encore. Ce lieu qui était comme une safe place pour lui, il le lui dédiait à présent complètement, pour tout le temps nécessaire afin qu’elle s’apaise ne serait-ce qu’un peu. C’était cette même volonté qui le poussait à choisir ses mots, à reprendre ceux d’une auteure qu’elle connaissait bien et qui était chère à son cœur. Retrouver des repères, remettre de la sécurité autour d’elle, voilà ce que cherchait à faire Gabriel. Plus encore quand il ne pouvait accepter le discours de Liz vis-à-vis d’elle-même, de sa propre responsabilité dans cette terrible agression qu’elle avait subi. Il refusait qu’elle se sente coupable de quoi que ce fut alors que dans cette affaire elle était bel et bien la victime. Alors oui, il pesait ses mots, les triait avec soin, les prononçait avec sincérité. Et cette démarche sembla porter ses fruits quand enfin la brune finit par esquisser un sourire. Il marquait des points. « Possible », qu’il répondit doucement. Elle accrocha enfin son regard, et ce fut à son tour à lui de sourire. Il avait réussi à recréer un peu de contact. « Je sais. » Un second sourire, tendre, comme pour apporter un soupçon de douceur malgré les événements. Cette même douceur qui teinta la suite de ses propos. « Personne ne peut te blâmer pour cela Lizzie. C’est une chose difficile que d’aller porter plainte suite à une agression. » Plus encore dans ce genre de contexte. « Ne te torture pas avec ce genre d’idées, s’il te plait. » Sa requête était sincère. « Donne-toi le temps dont tu as besoin. Et quand tu te sentiras prête et si tu le souhaites, je serai là pour t’y aider. » Gabriel ne la laisserait pas affronter tout cela toute seule, et il le lui certifiait une fois de plus. Cependant l’assurance et la solidité qu’il se donnait, depuis de longues minutes déjà, s’effritèrent vivement aux questions de la jeune femme. C’était un vent violent qui soufflait sur lui comme il ne s’était pas attendu à devoir aborder son propre vécu à cet instant. L’irlandais prit toutefois sur lui, une nouvelle fois, pour conserver une certaine contenance. Liz n’avait certainement pas besoin qu’il s’effondre maintenant. « Avec le temps, Lizzie. Il faut du temps, de l’aide et du soutien pour se relever et se reconstruire. » Il n’épiloguerait pas davantage sur son cas, ne dirait pas qu’aujourd’hui encore il tâtonnait dans la vie, que le temps ne faisait pas tout, qu’oublier était rare, qu’on apprenait seulement à vivre avec, que les blessures cicatrisaient, s’estompaient, mais ne disparaissaient jamais entièrement. Ainsi allait la vie. « Il faut continuer à avancer. » Il avait fini par s’en rendre compte, que la vie continuait malgré tout, coûte que coûte, que rien n’arrêtait la course des jours. Que l’existence ne souffrait nul immobilisme, que l’on pouvait prendre le temps de guérir mais qu’on ne pouvait en revanche pas le stopper, qu’on ne pouvait pas arrêter de vivre. Tout cela Gaby l’avait appris à ses dépends et s’il pouvait épargner un tant soit peu à la brune les profondeurs dans lesquelles il s’était enlisé, il le ferait. Mais ce qu’il redoutait se produisait déjà à en croire les mots de la demoiselle. Et Gabriel ne pouvait qu’en être profondément affecté, comme il connaissait bien ces travers qu’elle décrivait. « Ecoute, toucher le fond ça arrive, et c’est compréhensible dans les épreuves que tu traverses. Mais il ne faut pas te laisser couler Lizzie, il faut revenir à la surface. Accroche-toi, s’il te plait. » Ne te perd pas comme je me suis perdu. « Tu as besoin d’aide oui, et de soutien. » Et s’il ne pouvait panser toutes ses blessures, au moins pouvait-il lui apporter cela. « Dis-moi ce que je peux faire pour toi. » Ici, maintenant, dans une heure, un jour, une semaine, qu’importe, il serait présent, quoi qu’il arrive.
@Lizzie Potter & Gabriel
2981 12289 0 & Loo



Love is Love

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty
Message(#) Sujet: Re: LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds' Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

LIZZIE&GABRIEL • it has been said, 'time heals all wounds'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: state liberty
-