AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-32%
Le deal à ne pas rater :
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
169.99 € 249.99 €
Voir le deal

 (Rich crew) • False Pretense

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skylar Whitaker
Skylar Whitaker
la mean girl
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (19.09.1990)
STATUT : Mariée depuis 3 ans à Nolan, une union qui bat de l'aile depuis quelques mois
MÉTIER : Chargée de relations publiques chez Bradford PR, l'agence fondée par son père
LOGEMENT : Une magnifique villa d'architecte à Bayside, au 519 Wellington Street
(Rich crew) • False Pretense O1i8JgRI_o
POSTS : 259 POINTS : 500

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Gâtée par la nature, elle se sait attirante et si elle est fidèle à son mari, elle aime séduire + mariée depuis 3 ans, sa relation bat de l'aile, désir d'enfant de son époux qu'elle ne partage pas + fière, rancunière, colérique et passionnée, elle peut devenir un brin violente + fille unique, c'est une petite princesse, légèrement garce sur les bords + toujours tirée à quatre épingles, il faut se lever tôt pour apercevoir l'apercevoir sans un trait d'eye liner + ambitieuse et carriériste, son boulot reste sa priorité + son dressing ferait pâlir la plupart des fashionistas
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (Rich crew) • False Pretense LbSppT0V_o
Skylan #2 (2014) & Skylan #3Falling in love is sudden, easy, and fun. It’s like a child going down a playground slide. Falling out of love is slow, difficult, and painful

(Rich crew) • False Pretense KhFsQG5t_o
Skymil #3You in my life is like sippin on straight chlorine, let the vibes slide over me. This beat is a chemical, beat is a chemical

7/5Christmas EvePoker NightEirlysNolan #2 (FB 2014)JamieCamil #3Nolan #3

RPs TERMINÉS :
2020
Camil #2

2019MinaCamil #1Nolan
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Elizabeth Gillies
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn, la chair empoisonnée et Lucia, l'oiseau tombé du nid (Je connecte tous mes comptes tous les jours, mais en cas d'urgence absolue contactez moi plutôt sous Raelyn)
INSCRIT LE : 23/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27595-skylar-i-m-gonna-show-you-loco-maniac-sick-bitch https://www.30yearsstillyoung.com/t27626-skylar-check-out-i-m-blonde-i-m-skinny-i-m-rich-and-i-m-a-little-bit-of-a-bitch https://www.30yearsstillyoung.com/t27629-skylar-whitaker https://www.30yearsstillyoung.com/t27628-skylar-whitaker

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense EmptyJeu 2 Jan - 16:11





False Pretense
Skylar Whitaker & @Saül Williams & @Aaron Mayfair & @James Dempsie (Rich crew) • False Pretense 873483867

Je passe de table en table, je serre des mains, embrasse de joue, reçoit des compliments et en fait en retour. Nolan est resté à mes côtés en début de soirée et mais est à présent absorbé par une partie de Black Jack, alors que de mon côté je me prête au jeu de l’hôtesse de soirée. J’excelle dans l’exercice, un don que j’ai hérité de ma mère, qui pendant des années a été à l’origine du succès professionnel de mon père, en entretenant ainsi son réseau, en faisant entrer le couple dans les cercles les plus fermés de Brisbane, à coup de grand sourires parfois hypocrites, de petits fours hors de prix et de soirée tapes à l’œil. Comme elle avant moi, en plus d’être douée j’aime ça, autant la partie amont d’organisation que d’être au centre de l’attention une fois la soirée commencée.

J’ai vu les choses en grand pour cette dernière soirée de l’année 2019 et première de l’année 2020. La villa que j’occupe avec Nolan a l’habitude d’abriter ce type d’événement et s’y prête parfaitement, que ce soit grâce à ses beaux volumes ou son aspect luxueux et de bon goût. Décoré et aménagé par un architecte, ce soir le grand salon s’est transformée en vraie salle de Casino aux décors inspiré des années folles. Les invitations qui sont partie pour des individus triés sur le volet – hommes politiques, riche dirigeants et mes propres clients – annonçait sobrement d’une écriture dorée en relief sur un papier noir glacé une soirée Gatsby le magnifique, et les meubles ont été rangés à l’étage pour installer plusieurs tables de jeu. Le personnel qui s’occupe de ces différents tapis vert a été employé pour l’occasion, comme les cuisiniers et serveurs qui naviguent dans la pièce pour remplir les différentes coupes de champagnes et servir les convives en petits fours.

C’est vêtue d’une robe d’époque, coiffure travaillée et parée d’un bijou de tête signé Tiffany que j’ai accueilli les convives ce soir. La pièce est magnifique, les costumes sont magnifiques et le feu d’artifice sera tiré depuis la plage à l’occasion du décompte, la soirée serait parfaite si les tensions entre Nolan et moi ne me semblaient pas de plus en plus visibles, de plus en plus évidentes. Nous faisons bonne figure ce soir, mais j’ai de moins en moins le cœur à l’exercice et si je l’aime encore, je me sens parfaitement démunie face à la chute lente mais certaine de mon union. Je ne veux pas l’accepter, je me voile la face, mais sans dialogue et si nous continuons l’un et l’autre à ne faire aucun effort, il est évident qu’elle finira par arriver, parce que les apparences ne gardent pas deux personnes ensemble. Et je veux y faire quelque chose, vraiment, mais ma fierté m’empêcher de baisser ma garder et d’avouer les torts que j’ai dans mon mariage.

Une flute de champagne à la main, je m’approche d’une table de poker pour m’y installer, avant de dévisager les participants. Aaron et James, deux clients avec lesquels je travaille à présent depuis plusieurs mois, deux hommes très différents. Aaron vient du même monde que le mien, c’est écrit sur son visage et cela transpire dans ses manières, mais James ne m’a jamais autant semblé aussi peu à l’aise dans cet univers guindé et basé sur les faux semblants. Il cherche à donner le changer, cela se sent, mais n’y parvient pas tout à fait, pas lorsqu’on l’observe d’un œil d’initiée. « James, Aaron, je suis ravie de voir que vous avez pu vous joindre à nous. » C’est sincère, pour une fois. Pour la première fois de la soirée diront les mauvaises langues, et elles n’auront qu’à moitié tort, puisqu’il y a bien une personne sur deux que je n’ai invitée ce soir que par soucis de politesse, ou par ambition. Mais j’apprécie les deux partenaires, même s’il n’y a qu’avec Aaron que je me sente des atomes crochus. Je lui adresse d’ailleurs un sourire. « Je suis surprise de te voir sans ton téléphone dans la main. J’étais persuadée que tu avais trouvé le moyen de le faire greffer. » Une pique, mais un sourire sur les lèvres qui ne trompe pas. Ce reproche pourrait aussi bien m’être adressé qu’au brun. Le mouvement à ma droite attire mon attention, alors qu’un quatrième convive prend place autour de la table de jeu. Je le salue chaleureusement et embrasse sa joue, le connaissant mieux encore que les deux partenaires. « Saül ! Je suis désolée, je n’ai eu qu’une seconde à t’accorder lorsque vous êtes arrivés, toi et Lise. Comment vas-tu, les fêtes se sont bien passées ? » Oui, c’est mon âme de femme toujours en quête de drame qui parle. Parce que la famille de Saül est… Haute en couleur, il ne faut pas en être proche pour être au courant des frasques de son frère, et j’ai déjà constaté à quel point sa femme était une dévote un peu trop coincée. « Je te présente Aaron Mayfair et James Dempsie, co fondateur de la start-up UrEvent, je ne sais pas si tu en as entendu parler. James, Aaron, Saül Williams, CEO de chez Michael Hills. » J’ai l’habitude de présenter les gens par le rang qu’ils occupent dans la société. Plus parce que c’est ancré en moi que réellement pour me faire mousser. « Désolée Saül, mais je porte du Tiffany ce soir, je n’ai pas trouvé ton cadeau au pied du sapin cette année. » Je lui adresse un clin d’œil, avant de reporter mon attention sur la croupière. « Une partie messieurs ? »



Spoiler:
 




(Rich crew) • False Pretense Rla22UF

(Rich crew) • False Pretense ZKSiRSA
(Rich crew) • False Pretense 3yMbGgA
(Rich crew) • False Pretense Xc1pTzg
(Rich crew) • False Pretense 7ZWT0EU

(Rich crew) • False Pretense C8ltDFZt_o
Revenir en haut Aller en bas
Saül Williams
Saül Williams
l'étoile noire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante-quatre ans. S'est arrêté de compter à quarante. (10/08)
SURNOM : Ses associés le surnomment 'coccodrillo', mais surtout pas devant lui.
STATUT : Marié depuis des années avec une australienne. Il s'ennuie vraiment beaucoup avec elle, et ce sentiment n'est pas prêt de s'atténuer...
MÉTIER : CEO de Michael Hills, une entreprise qui gère plusieurs joailliers un peu partout dans le monde, dont le siège se trouve à Brisbane.
LOGEMENT : #667 (haha) Water Street, Spring Hill. Une jolie villa moderne.
(Rich crew) • False Pretense Source
POSTS : 142 POINTS : 635

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Riche comme Crésus, dépense toujours sans compter ✵ Fin négociateur ✵ N'a absolument aucune patience, sauf en ce qui concerne les affaires ✵ Ne sait rien faire lui même de ses dix-doigts, mais n'est pourtant pas un trop mauvais cuisinier ✵ Premier né, veille d'un œil de loup sur sa fratrie ✵ Plutôt solitaire, s'entoure peu ✵ As du poker ✵ A un crocodile dessiné sur l'omoplate gauche, vestige tatoué par son frère - lorsque les deux frères s'entendaient encore.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
(Rich crew) • False Pretense 1CAx
SAÜLDEN #2 ✵ The blood you bleed is just the blood you owe. I let it burn, you're no longer my concern. Faces from my past return - another lesson yet to learn.

(Rich crew) • False Pretense Tumblr_n2e7krpGGw1re6b50o1_500
SAÜLISE #1 ✵ So I'll stay with the lakes in my mind, don't you dare think that here you can hide. We all started to stray, nothing lasts anyway - so I'll stay with the lakes in my mind.

(Rich crew) • False Pretense D5ae53b6ad413e63c832c7ac4a40b65193687e7fr1-320-181_00
THE YŌNKOscenarii libres
RPs EN ATTENTE : (Rich crew) • False Pretense PessimisticBronzeHorsechestnutleafminer-size_restricted

gin #2 ✵ ari ✵ may ✵ savannah ✵ allan
RPs TERMINÉS : saülden #1

(Rich crew) • False Pretense PointedFatalCopepod-size_restricted
PSEUDO : Ocy(tocine)
AVATAR : Leonardo DiCaprio
CRÉDITS : angel dust.
DC : Léo le lionceau & Murphy le canari.
INSCRIT LE : 23/12/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t28061-aut-caesar-aut-nihil-saul https://www.30yearsstillyoung.com/t28102-sic-itur-ad-astra-saul https://www.30yearsstillyoung.com/t28103-saul-williams

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: Re: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense EmptyJeu 2 Jan - 19:59



Il règne une ambiance glaciale dans le taxi qui mène les Williams à la grande villa des Whitaker. Comme a son habitude, Saül a sorti l'un de ses nombreux costumes, même si celui-ci est un peu plus dans le thème annoncé par ses hôtes. Ce soir, il emmène avec lui sa femme, mais pas son fils. Il en encore jeune, et aura tout le loisir de se faire une place dans le monde de son père plus tard. Lise a revêtu une robe charleston qu'elle porte très mal, elle qui déteste tout ce qui remonte ne serait-ce qu'un centimètre au dessus de ses genoux. Saül n'a pas posé ses yeux sur elle depuis qu'ils se sont installés dans le taxi, et rien ne risque de changer. Avant d'être devant le monde, ils ne cherchent pas à jouer leurs rôles. Ils n'ont plus besoin de répéter, trop rompus à l'exercice. Chacun sait comment se tenir près - et pourtant si loin - de l'autre. « On ne rentrera pas trop tard. J'ai le dîner de demain à prévoir. » Il n'écoute pas, Saül. Il s'occupe plutôt de détailler des yeux la demeure qui apparaît à travers la fenêtre de l'impeccable berline Jaguar. Dernier trajet avant de changer de décennie.

A peine arrivé, le couple se remet à jouer la pièce de théâtre qu'ils s'efforcent de maintenir en vie depuis de - trop - nombreuses années déjà. Lise accroche une fleur blanche à la poche du costume de son époux, la même qu'elle porte dans les cheveux d'une façon qui se veut bohème... mais qu'elle ne parvient à faire ressortir que d'une façon très vieillotte. Il n'y a rien que Saül apprécie plus que des soirées dans lesquelles il peut s'exercer au poker sans pour autant s'en cacher. Lorsque le couple passe dans le salon, Saül peut entendre sa femme lever les yeux au ciel. Bras dessus bras dessous, ils se fraient un chemin à travers les tables desquelles on peut sentir monter une décontraction toute mesurée. L'argent n'a pas d'odeur... ou alors est-ce celle des parfums que portent les convives qui rient ici et là. Saül cherche des yeux la maîtresse des lieux entre deux poignées de mains, entre deux grands sourires d'homme d'affaire, ceux dont il détient le secret mieux que personne. La pièce est très bien aménagée et le quarantenaire repère déjà les tables auxquelles il ira s'asseoir dans la soirée. « Je croyais que c'était une simple soirée pour le nouvel an. » « C'est ce que c'est. Souris. » On se lève pour saluer l'italien, qui donne de ses nouvelles sans vraiment le faire. Skylar n'est toujours pas en vue. Se fait-elle attendre comme Gatsby ? Enfin, il la repère, elle et sa tenue d'époque qu'elle porte bien mieux que ne le fera un jour Lise.

Si la grenouille de bénitier qui l'accompagne refuse le champagne, son mari n'hésite pas une seule seconde à encombrer sa main d'une flûte. Il a déjà repéré la table à laquelle son hôte et une pair d'invités se sont installés. « Tu es difficile à trouver. Tout à fait dans le thème de ta soirée. » C'est avec un grand sourire qu'il embrasse Skylar, cède un instant la place à Lise qui fait de même. Vient la question des fêtes, et l'italien manque de s'étouffer avec son champagne. Au passage d'un serveur, il attrape un petit four et reporte son attention sur son interlocutrice. « Très bien. » C'est un semi-mensonge. La famille Williams n'est jamais de tout repos, surtout pas lorsque sont réunis Saül et son peintre de frère. « Nous sommes allés faire un petit tour en Italie. C'était ressourçant. » De véritables montagnes russes, plutôt. « Et les tiennes ? Qu'en est-il de Nolan ? Je ne l'ai pas encore croisé. » La table lui fait de l’œil. Saül ne se déplace que pour serrer les mains des deux protagonistes qui lui sont présentés par Skylar. Il agrémente le tout d'un sobre 'messieurs' alors que Lise lui glisse à l'oreille qu'elle va rejoindre un groupe de femmes un peu plus loin. Il se sent soudain mieux, le brun, moins épié par la bonne sœur qui lui sert d'épouse et qui veille au Salut de son âme d'une dévote façon. Le voilà qui s'installe à la table, un terrain de jeu qu'il ne connaît que trop bien. Saül n'a pas passé la plus belle de ses montres, car il se sait capable de la jouer. Et il ne perdrait pour rien au monde le petit bijou qu'il possède de chez Geophysics. « J'en suis bien désolé. J'attendais que tu m'envoies les mesures de tes doigts, pour te faire faire cette jolie bague dont ils font venir les saphirs d'une mine Australienne, évidemment. La même que celle dans laquelle ils ont découvert le Black Star du Queensland. » Le plus gros saphir du monde. Des centaines de carats, et de quoi faire pâlir toutes les couronnes du monde. « Les pierres sont si belles, que même celle qui est accrochée au doigt de Kate Middleton en pâlirait de jalousie. » Il rend son clin d’œil à la trentenaire, porte à son tour son regard sur la croupière et délie ses doigts, refroidis par la coupe de champagne. « Tu n'hésite pas, surtout, si tu veux rendre jalouse la duchesse de Cambridge. », lance l'italien en imitant un téléphone de ses doigts ornés d'or - chevalière, alliance, le parfait tandem. C'est au tour de ses adversaires d'avoir un peu de son attention, une fois qu'il a promis un saphir à Skylar. Ce genre de soirée n'est pas de tout repos. Un réseau ne se maintient pas seul, et même si l'italien est très bien installé en ville, il oeuvre sans relâche à la poursuite de nouveaux points d'ancrage. « Alors, messieurs. Une start-up ? Et vous venez perdre votre argent au poker ? » Le quarantenaire ne les connaît pas, ce qui veut dire qu'ils sont ou novices, ou mieux cachés que lui pour jouer, lui qui fréquente les salles sombres où l'on avance gros, mais sans jamais l'afficher au grand jour. « Voilà un petit moment que je ne me suis pas retrouvé autour d'une table. », qu'il marmonne, sans quitter la croupière des yeux, dont les doigts s'agitent au dessus de la table au tapis rouge et or. Au dessus d'une table au milieu d'une soirée, c'est vrai. Pour le reste, ce n'est pas tout à fait le cas. « Tu es nostalgique des années vingt, Skylar ? Ou c'était le prétexte pour sortir tout l'attirail de casino ? »


heartless
'Cause I'm heartless, and I'm back to my ways 'cause I'm heartless. All this money and this fame got me heartless, low life for life 'cause I'm heartless. Said I'm heartless, tryna be a better man but I'm heartless.

(Rich crew) • False Pretense 2Gt2RfY(Rich crew) • False Pretense LKqJkYj
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Mayfair
Aaron Mayfair
le crush inavoué
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-quatre ans (22/07/85).
SURNOM : Ronnie, inutile de dire qu'il apprécie peu.
STATUT : célibataire, un cœur qui bat en vain depuis des années et un tempérament qu'on dit incompatible avec les relations à long terme.
MÉTIER : auto-entrepreneur, co-fondateur de la start-up urEvent, service de privatisation de lieux pour événements divers.
LOGEMENT : #332 beachcrest road, une villa de charme en plein cœur de bayside.
(Rich crew) • False Pretense XK8yYf3Y_o
POSTS : 910 POINTS : 885

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né à Londres, arrivé à Brisbane quatorze ans plus tôt pour ses études mais n'en est jamais reparti ☆ fils unique d'un magna de l'immobilier, il n'a jamais manqué de rien si ce n'est d'une famille unie ☆ il a perdu sa mère à l'âge de quatre ans et n'en garde que peu de souvenirs ☆ bosseur et obstiné, il place son boulot au centre de sa vie, le plus souvent au détriment du reste ☆ il préférerait perdre une jambe que d'égarer son téléphone ☆ il soigne son apparence comme si chaque rencontre pouvait sonner l'avènement d'un nouveau contrat.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
(Rich crew) • False Pretense EsEZjN2T_o
james #1 - #2 ☆ and even as I wander, I'm keeping you in sight. you're a candle in the window, on a cold, dark winter's night. and I'm getting closer than I ever thought I might.

léonieminaemmacasey (fb)sohanskylar, james, saülabel

(Rich crew) • False Pretense BYZCSvOE_o

PSEUDO : nairobi, charlotte.
AVATAR : tom payne.
CRÉDITS : avatar@ladyfame, userbar@loonywaltz.
DC : dimitri horowitz.
INSCRIT LE : 24/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27617-i-am-half-agony-half-hope-aaron https://www.30yearsstillyoung.com/t27659-aaron-what-a-lovely-way-to-burn https://www.30yearsstillyoung.com/t27669-aaron-mayfair https://www.30yearsstillyoung.com/t28356-aaron-mayfair

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: Re: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense EmptyDim 12 Jan - 11:18




Nouvel An chez les Whitaker, c'était à peu de choses près tout ce qu'on pouvait imaginer d'une soirée mondaine entre petits-fours et coupes de champagne, avec cette touche de glamour en plus qui portait parfaitement la patte de la maîtresse de maison. Skylar était une amie dans le privé, une interlocutrice de choix dans les affaires, mais pour Aaron elle était surtout un point d'ancrage rassurant depuis maintenant quelques années, dans un milieu qui voyait passer beaucoup de connaissances superficielles mais rester peu de monde chez qui on puisse vraiment se rendre avec l'impression d'avancer en territoire connu. Ils avaient souvent eu une même vision des choses, peu importe qu'elle ait choisi d'embrasser la route de la relève familiale quand lui avait préféré la contourner, et c'est pour une fois avec un certain plaisir qu'il avait répondu à son invitation. Mais pas seul, et si Aaron chérissait tout particulièrement la présence de James à ses cotés, il avait ce soir surtout envie de lui prouver qu'il avait aussi sa place dans ce genre de soirées. C'est vrai, pour lui tout ça devait encore être une représentation très parlante de l'enfer sur terre, et il suffisait toujours de l'observer pour voir que cette opulence était loin de le mettre à l'aise. Mais il avait aux yeux de l'anglais d'autant plus de mérite de se tenir ici ce soir quand on savait qu'il partait de bien plus loin que tous ces privilégiés nés avec une cuillère en argent dans la bouche, avant de voir la réussite lui sourire et tous ses efforts payer. Privilégiés dont il faisait lui-même partie. Peut être était-ce la propre fierté qui animait son regard qui obscurcissait son jugement quand il était question de James, ou peut être était-ce tout le reste. Une chose est sûre, s'il avait apprécié enfiler un élégant costume trois-pièces complété d'une paire de Richelieu qu'il n'avait plus ressorties depuis des lustres, cette soirée n'aurait pas eu la même saveur sans son ami et c'est un regard reconnaissant qu'il posa sur ce dernier lorsque leurs deux silhouettes transpercèrent la foule de convives. « N'oublie pas, si un certain Worthington insiste pour te présenter sa fille, prétexte avoir quelqu'un à voir. Il essaie à chacune de ces soirées de lui trouver un bon parti qui leur évitera la ruine, avec moi il a déjà essayé trois fois. » Un sourire mutin étira le coin de ses lèvres devant l'expression incrédule de James, qui décidément devait songer chaque fois qu'il investissait ces soirées qu'il avait franchi un portail vers un monde parallèle. Et ce n'était pas tout à fait faux, quand on voyait ces femmes en robes d'époque et ces hommes plus droits et cérémonieux encore que d'habitude, le thème de la soirée se prêtant bien aux ronds de jambes. Pour Aaron, rien qui sorte de l'ordinaire, mais il avait toujours apprécié les jolis cadres et la bonne compagnie.

Une poignée de minutes et de salutations plus tard, les deux associés avaient investi une table de poker avec l'intention de goûter tous les plaisirs qui s'offriraient à eux ce soir – il n'y avait que Skylar pour installer une réplique de Casino en plein milieu de son salon. Aaron n'était peut être pas un joueur invétéré, mais James avait paru intrigué lorsque leurs deux regards avaient filé en direction de la table. L'anglais ne voulait ce soir qu'une chose, le mettre à l'aise, et y veillerait tout en sirotant une coupe déjà presque vide. Il tendit ainsi le bras vers le plateau d'un des serveurs lorsqu'une voix familière accompagna son geste, son regard se posant sur Skylar. « C'est toujours un plaisir, et je ne dis pas seulement ça parce que tu m'as offert une excuse pour décliner l'invitation de mon père. » Son père qui l'avait comme souvent convié à Londres pour passer le Nouvel An dans leur maison de famille, toujours somptueuse et remplie à cette époque de l'année. Mais pour l'anglais la perspective était loin d'être aussi réjouissante, sans doute parce que ces dîners où passé et présent s'entremêlaient réveillaient toujours la peine que son cœur d'enfant n'avait pas vu cicatriser. Il détailla alors la jeune femme, qui ainsi vêtue semblerait presque évadée d'une autre époque et dont la pique aussi attendue que légitime fut accueillie avec malice par l'anglais. « Tu me connais assez pour savoir que c'était bien trop tentant de jouer le jeu de ce petit tour au siècle dernier. Je me suis dit que ce serait plutôt glamour comme detox, alors j'ai fait promettre à James de me garder mon téléphone avant qu'on arrive. » Un choix qu'il ne regrettait pas, appuyé par le regard complice qu'il adressa à son associé. C'était non seulement une occasion inespérée de mettre un peu de distance entre son boulot et lui, mais aussi une preuve de la confiance qu'il lui portait, quand on savait combien son téléphone lui était précieux. James y avait sûrement vu un moyen d'encourager ses efforts pour se vider la tête, et Aaron savait qu'il pouvait compter sur lui pour refuser de le lui rendre même bourré. Comment mieux tenter de finir l'année qu'en prenant ce genre de résolution ? « A propos, tu es très élégante, t'as une nouvelle fois pas fait les choses à moitié. Quand je vois cette soirée je sais qu'on a bien fait de te confier l'image de urEvent. » Un résultat à la hauteur de ce qu'il savait être sa maîtrise de la communication, notamment, quand on devinait la liste d'invités triés sur le volet dont elle s'était sûrement personnellement occupée. Un autre convive attira l'attention de la maîtresse de maison, l'occasion pour Aaron de découvrir ce fameux Saül Williams dont il avait sûrement déjà entendu parler. Peut être dans certaines sphères du milieu, plus petit qu'on pourrait le penser. Leurs domaines d'expertise étaient très distincts mais Aaron appréciait ces soirées pour les opportunités de rencontres qu'elles offraient. L'anglais hocha ainsi la tête et leva sa coupe. « Dans l’événementiel, oui. » Il précisa, ajoutant. « On s'est dit que tant qu'à trimer, autant que l'argent qu'on gagne ne reste pas à dormir à la banque. Et il vaut mieux avoir le goût du risque quand on se lance dans les affaires. » Ce qui n'était pas acté pour lui à l'époque où tout le monde l'imaginait prendre tranquillement la suite de son père, et non partir de zéro en fondant sa propre entreprise. Il avait pour autant conscience que contrairement à James, l'argent qu'il gagnait grâce à urEvent ne changeait pas tant de choses à sa situation, et dieu sait que l'étiquette qu'on collait aux entrepreneurs fortunés et « fils de » était difficile à retirer. « Cela dit, James, je te défends d'en profiter pour jouer mon téléphone. » Sourire entendu, et manière peut être de sous-entendre que lui avait surtout investi cette table de poker pour l'accompagner et avait plutôt dans l'idée de nouer des contacts ici et là. Aaron savait comment il réagissait quand quelque chose échappait à son contrôle, et pour ça il s'arrangeait toujours pour se retirer à temps. « Michael Hills, donc. C'est à vous qu'on doit l'alliance au doigt de Skylar, ou bien ce n'est pas par le boulot que vous vous connaissez ? » C'était le cas de la plupart des invités de ce genre de soirées, mais ces deux-là semblaient bien se connaître.




(Rich crew) • False Pretense NJB97Z9

(Rich crew) • False Pretense YtxTUla
(Rich crew) • False Pretense 3yMbGgA
(Rich crew) • False Pretense 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
James Dempsie
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Jay
STATUT : en couple depuis peu (avec Margot, pnj)
MÉTIER : auto-entrepreneur, co-fondateur de la start-up urEvent, service de privatisation de lieux pour événements divers.
LOGEMENT : Bayside, appartement, 13 pine street
(Rich crew) • False Pretense Rkrh
POSTS : 286 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : - Possiblement attiré aussi par les garçons mais pas prêt à l'avouer. - Issu d'un milieu modeste, il a six frères et sœurs et a été élevé dans la religion catholique traditionaliste. - Vegan depuis l'âge de dix ans. - Il a été bénévole dans un refuge pour animaux. - Passionné de sport, en particulier le foot australien, il a obtenu des bourses grâce à ça. - Pour payer ses études, il a bossé dans un club de strip-tease et il en a honte aujourd'hui. - Il a développé une certaine addiction pour les jeux (poker, machines à sous, paris)
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (Rich crew) • False Pretense 52dc
Aaron ≈ The Perfect Team ≈

EmmaMinaAodhanEliottSkylar, Aaron, SaülSohanAlfie


RPs EN ATTENTE : Owen ≈ Jessian
PSEUDO : Nekomata
AVATAR : Oliver Jackson-Cohen
CRÉDITS : nairobi
DC : /
INSCRIT LE : 19/12/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t28002-james-dempsie-this-is-everything-i-didn-t-say#1209475 https://www.30yearsstillyoung.com/t28067-dreaming-out-loud-jay https://www.30yearsstillyoung.com/t28074-james-dempsie https://www.30yearsstillyoung.com/t28359-james-dempsie

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: Re: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense EmptyJeu 16 Jan - 19:32






False Pretense

@Skylar Whitaker @Saül Williams @Aaron Mayfair ♣ “In my younger and more vulnerable years my father gave me some advice that I've been turning over in my mind ever since. "Whenever you feel like criticizing any one," he told me, "just remember that all the people in this world haven't had the advantages that you've had.”

Comment paraître blasé et parfaitement détaché lorsque l'on ne maîtrisait pas complètement les codes de la haute société ? James ne s'en était pas spécialement soucié, jusqu'à ce qu'il pénètre dans cette imposante villa où le coté surréaliste de l'ambiance le frappa de plein fouet. Accoutumé à masquer ses émotions, il s'attacha à ne rien laisser paraître. Il en imposait de manière naturelle, avec sa haute taille et sa large carrure, rejoignant la salle de réception en compagnie d'Aaron, d'une démarche tranquille, comme si ce genre de festivité lui était habituel. Pourtant, le malaise habillait parfois son regard où brillait toujours cette extrême sensibilité qu'il s'attachait à contrôler, la plupart du temps. Son costume n'était peut-être pas aussi chic que celui de la plupart des invités – James jugeait inutile de dépenser des sommes fabuleuses pour de simples vêtements, a fortiori pour un costume rétro qu'il ne porterait que trop rarement – mais il avait suffisamment soigné son look pour se fondre dans la masse des convives. L'habit ne fait pas le moine mais il permet d'entrer au monastère et James avait finit par admettre l'idée qu'il lui fallait correspondre à un certain standard pour être pris au sérieux dans son cadre professionnel. Sous les conseils de son associé, il avait donc fait l'acquisition d'un costume trois-pièces plutôt sobre, qui semblait correspondre au thème de la soirée. Bien qu'il n'y connaissait absolument rien en matière de fringue, il devait avouer qu'Aaron était charmant dans sa tenue, mais l'anglais avait toujours eut énormément de goût.

- Pourquoi j'ai l'impression de m'apprêter à plonger dans un océan infesté de requins quand tu dis ça ? Très bien, en cas d'attaque, je nagerai à contre-courant.

Worthington hein ? James se demandait parfois si Aaron se moquait de lui lorsqu'il lui racontait ce genre d'anecdotes. Il savait que son ami n'était pas du genre à se jouer de sa naïveté mais les histoires de ce monde le dépassaient parfois tellement qu'il ignorait s'il devait en rire ou en être effrayé. Il mesurait avec peine la capacité de sournoiserie dont les gens étaient capables pour arriver à leurs fins. Le Champagne était délicieux néanmoins, et James termina sa flûte de manière sans doute un peu trop rapide, chargé d'un malaise dont il parvenait difficilement à se débarrasser. Une étincelle d’intérêt s'était pourtant allumée dans son regard à la vue de ces tables de poker qui l'avaient aussitôt attiré comme un aimant. Installé à l'une d'elle en compagnie de son associé, James redressa les yeux vers la nouvelle arrivante qui les saluait. Il reconnu la maîtresse de maison avec quelques secondes de retard, tant elle paraissait surgir d'une autre époque, ainsi habillée et coiffée.

- Ravi également, prononça-t-il sur un sourire posé, laissant la parole à Aaron qui connaissait Skylar de manière plus personnelle.

Leur collaboration professionnelle s'était parfaitement bien passée et James reconnaissait sans peine les multiples qualités de cette jeune femme ambitieuse qui se montrait très efficace dans son travail. Pourtant, quelque chose dans sa personnalité le dérangeait et bien que James se défendait de juger un livre à sa couverture, il ne pouvait s'empêcher d'être parfois agacé par le coté capricieux qu'elle manifestait, dans sa tendance à se comporter comme une princesse à qui tout était dû.
En écoutant parler Aaron, il plissa le front, songeant en effet que cette soirée épargnait à son ami un voyage pour Londres où l'ambiance des fêtes l'aurait probablement plongé davantage dans la mélancolie. De son coté, il avait eu droit aux réactions démesurées de sa famille qui l'avait porté aux nues en lui faisait promettre de prendre des photos, comme s'il allait rencontrer des stars à un concert. Bien qu'il était évident que de nombreuses personnalités seraient présentes, James se voyait mal leur demander des autographes pour sa mère, chose que cette dernière avait eut beaucoup de difficulté à comprendre.
A la taquinerie de Skylar, il ne put s'empêcher de sourire, rencontrant le regard complice d'Aaron dont le précieux appareil reposait à l'abri dans la poche intérieure de sa veste.

- Un téléphone ? Qu'est ce que c'est ? Ça n'existe pas ici.

Il devait avouer que la résolution d'Aaron l'avait surpris, tant il paraissait difficile de l'imaginer autrement qu'avec son appareil à portée de main. Même s'il avait tenté à maintes reprises de pousser son associé à se détendre en lâchant un peu le boulot, il s'était rarement laissé convaincre. Mais Aaron semblait avoir particulièrement besoin de se vider la tête en cette fin d'année et s'il en avait pris conscience, James était tout disposé à l'aider à profiter de la soirée, sans penser au travail, pour une fois. Evidemment, vu leur association avec Skylar en tant que chargée de relations publiques, les références au travail était difficiles à occulter. Au commentaire de son associé, James inclina la tête, se doutant qu'il n'aurait pas pu faire autrement que d'orienter la conversation sur ce sujet. Néanmoins, il partageait sa vision des choses et le démontra sans détour par un sourire affirmatif.

- C'est impressionnant effectivement, j'ai la sensation de me retrouver dans un film, vous avez soigné chaque détail, je suis bluffé.

Il n'avait pas honte de le dire, c'était tout de même la première fois qu'il était convié à une soirée pareille où le luxe frappait les regards, quelle que soit la direction où les yeux se posaient.
A l'arrivée de ces nouveaux convives autour de leur table, James chercha à reconnaître leurs visage sans y parvenir, jusqu'à ce que Skylar fasse les présentations. Bien-sûr, même le soir du nouvel an, il restait lui-même instinctivement attentif aux opportunités de rencontres, toujours intéressantes professionnellement. La manière dont Saül évoquait ces saphirs donnait un aperçu du personnage et James se sentit encore une fois en parfait décalage avec ce milieu si blindé de fric. A l'arrivée du serveur, James refusa d'un geste poli les petits-fours proposés jusqu'à ce que le professionnel attentif ne devine où était le problème et lui conseille ceux qui ne contenait aucun produit d'origine animal. Les serviteurs semblaient anticiper les besoins des convives sans même qu'ils aient à dire quoique ce soit et James en fut assez impressionné. Il le remercia avant de retourner son attention sur la discussion. L'affirmation d'Aaron tinta délicieusement à ses oreilles. Certes, il fallait avoir le goût du risque dans les affaires et, pour lui qui tentait difficilement de réprimer son goût pour le poker, cet encouragement inattendu ne pouvait que le rasséréner.

- Vous partez perdant vous ? J'ai une vision un peu plus optimiste, répondit-il d'un ton léger, en réaction au commentaire de Saül.

James jouait toujours pour gagner. Non pas qu'il était attiré par l'appât de la richesse, même si à la base, il avait plongé dans l'addiction du jeu grâce à la perspective de se faire de l'argent facile. Il jouait surtout pour le simple plaisir de ressentir ce frisson incompréhensible et semblable à un shoot de drogue. Même s'il avait tenté de s'éloigner des salles de jeux ces dernières années, il ne s'était jamais débarrassé de cette inclinaison. James recommençait depuis quelques semaines à peine à fréquenter certaines salles obscures où des joueurs se réunissaient en secret et il n'en avait parlé à personne, pas même à Aaron.
James s'était un peu raidi, bien qu'il soit conscient que son ami plaisantait en évoquant l'idée qu'il pourrait jouer son précieux téléphone.

- Je ne vois pas de quoi tu parles. Je ne connais même pas la signification de ce mot.

Il haussa les épaules avec nonchalance à la boutade d'Aaron, restant dans son rôle de gentleman du siècle passé qui n'avait aucune connaissance des objets modernes. James ne comptait pas réellement inquiéter son ami mais il était déterminé à le taquiner en lui faisait croire qu'il ne possédait pas son téléphone, dans le cas où il insisterait pour le récupérer.
A la proposition de Skylar, James sentit pourtant son âme de joueur l'envahir et prendre l'ascendant sur le reste. Il posa un regard neutre sur Saül qui dévisageait la croupière d'un regard un peu trop appuyé.

- Vous jouez régulièrement ?

Une vague intuition lui murmurait que si cet homme là ne s'était pas retrouvé autour d'une table depuis un moment, il ne s'agissait pas d'un novice pour autant.


Codage par Magma.


But you can't change everything

(Rich crew) • False Pretense FKSzs5N
(Rich crew) • False Pretense IcdDGTz
(Rich crew) • False Pretense EV8FyP7
(Rich crew) • False Pretense NJB97Z9
Revenir en haut Aller en bas
Skylar Whitaker
Skylar Whitaker
la mean girl
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (19.09.1990)
STATUT : Mariée depuis 3 ans à Nolan, une union qui bat de l'aile depuis quelques mois
MÉTIER : Chargée de relations publiques chez Bradford PR, l'agence fondée par son père
LOGEMENT : Une magnifique villa d'architecte à Bayside, au 519 Wellington Street
(Rich crew) • False Pretense O1i8JgRI_o
POSTS : 259 POINTS : 500

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Gâtée par la nature, elle se sait attirante et si elle est fidèle à son mari, elle aime séduire + mariée depuis 3 ans, sa relation bat de l'aile, désir d'enfant de son époux qu'elle ne partage pas + fière, rancunière, colérique et passionnée, elle peut devenir un brin violente + fille unique, c'est une petite princesse, légèrement garce sur les bords + toujours tirée à quatre épingles, il faut se lever tôt pour apercevoir l'apercevoir sans un trait d'eye liner + ambitieuse et carriériste, son boulot reste sa priorité + son dressing ferait pâlir la plupart des fashionistas
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (Rich crew) • False Pretense LbSppT0V_o
Skylan #2 (2014) & Skylan #3Falling in love is sudden, easy, and fun. It’s like a child going down a playground slide. Falling out of love is slow, difficult, and painful

(Rich crew) • False Pretense KhFsQG5t_o
Skymil #3You in my life is like sippin on straight chlorine, let the vibes slide over me. This beat is a chemical, beat is a chemical

7/5Christmas EvePoker NightEirlysNolan #2 (FB 2014)JamieCamil #3Nolan #3

RPs TERMINÉS :
2020
Camil #2

2019MinaCamil #1Nolan
PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Elizabeth Gillies
CRÉDITS : Avatar by me, UB by loonywaltz & code signature by astra
DC : Raelyn, la chair empoisonnée et Lucia, l'oiseau tombé du nid (Je connecte tous mes comptes tous les jours, mais en cas d'urgence absolue contactez moi plutôt sous Raelyn)
INSCRIT LE : 23/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27595-skylar-i-m-gonna-show-you-loco-maniac-sick-bitch https://www.30yearsstillyoung.com/t27626-skylar-check-out-i-m-blonde-i-m-skinny-i-m-rich-and-i-m-a-little-bit-of-a-bitch https://www.30yearsstillyoung.com/t27629-skylar-whitaker https://www.30yearsstillyoung.com/t27628-skylar-whitaker

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: Re: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense EmptyMer 22 Jan - 17:58





False Pretense
Skylar Whitaker & @Saül Williams & @Aaron Mayfair & @James Dempsie (Rich crew) • False Pretense 873483867

« C'est toujours un plaisir, et je ne dis pas seulement ça parce que tu m'as offert une excuse pour décliner l'invitation de mon père. » J’esquisse un sourire et hoche la tête poliment. Je n’ai aucunement l’intention de commenter la remarque d’Aaron, consciente d’avoir une relation trop superficielle avec le jeune homme pour me permettre de m’aventurer sur ce territoire. Son père est un sujet qui, je l’ai compris rapidement, reste globalement assez tabou. Contrairement à moi, il s’est toujours évertué à se détacher de l’héritage d’un homme qui a pourtant réussi : une idiotie à mes yeux. « Tu le dirais que ça ne me surprendrait pas. » Mes yeux se posent sur James dans un second temps, puisque c’est sans conteste avec lui que j’ai toujours eu le moins d’atome crochu, avec Aaron que j’ai toujours traité en priorité pour les points non urgents qui ne nécessitaient pas que les deux associés soient présents. J’ai du mal à comprendre ce qu’Aaron a vu en lui, puisque si je dois admettre qu’il s’agit là d’un duo qui marchent – sans quoi leur entreprise ne pourrait être florissante – je n’aurais de mon côté pas parié sur le brun. Mais il était rare de les voir l’un sans l’autre, et inviter Aaron sans son partenaire ne m’avait même pas traversé l’esprit. « Ravi également. » Un sourire de rigueur pour ce type d’occasion mondaine se dessine sur mes lèvres et à nouveau je hoche la tête dans sa direction. Je me comprends certainement aussi peu que je le comprends, mais cela n’a jamais empêché nos relations d’être cordiales. « Tu me connais assez pour savoir que c'était bien trop tentant de jouer le jeu de ce petit tour au siècle dernier. Je me suis dit que ce serait plutôt glamour comme detox, alors j'ai fait promettre à James de me garder mon téléphone avant qu'on arrive. » Je n’ai de mon côté pas réussi à pousser le réalisme jusque-là, et mon iPhone dernière génération a naturellement trouvé sa place dans mon sac à main hors de prix. « Un téléphone ? Qu'est-ce que c'est ? Ça n'existe pas ici. » Je laisse échapper un rire, avant de secouer la tête. « Vous avez bien raison. Je n’ai pas su faire preuve du même dévouement, mais j’apprécie l’effort. » J’adresse un clin d’œil à James. « Et je suis certaine que James aussi. »

« A propos, tu es très élégante, t'as une nouvelle fois pas fait les choses à moitié. Quand je vois cette soirée je sais qu'on a bien fait de te confier l'image de urEvent. » Il ne faut pas me cotoyer longtemps pour comprendre que ce genre de compliment me plait, que je ne rougis pas lorsque l’on remarque mon travail ou mes qualités, qu’au contraire je rayonne lorsqu’on me jette des fleurs. « C'est impressionnant effectivement, j'ai la sensation de me retrouver dans un film, vous avez soigné chaque détail, je suis bluffé. » Je jette un coup d’œil autour de moi, comme si, faussement modeste, je réalisais à peine la beauté de la décoration, l’impressionnante façon dont me salon se retrouve transformé en casino est année folles. « Merci beaucoup. C’est l’avantage lorsqu’on a déjà dans son répertoire des entreprises capable d’organiser ce type de soirée, il suffit de trouver un thème et d’engager du personnel et vos désirs sont des ordres. » Je ne réalise même pas à quel point mes paroles peuvent sembler choquantes, lorsqu’on est autre chose qu’une jeune femme qui a grandi avec une cuillère en argent dans la bouche. Je ne réalise pas que pour le commun des mortels, engager du personnel pour une soirée de nouvel an reste impensable, que je donne probablement l’impression de jeter mon argent par les fenêtres pour en mettre plein la vue. Mais en mettre plein la vue c’est ce qui m’anime, et ça a toujours été le cas.

Lorsque Saül nous rejoint, je n’accorde que peu d’attention à Elise. Je l’ai toujours connue pincée, discrète et peu avenante, et je n’ai jamais réellement cherché plus loin. « Tu es difficile à trouver. Tout à fait dans le thème de ta soirée.  » J’accueille le compliment avec un sourire avec que j’embrasse sa joue et m’enquiert de ses vacances. « Très bien. Nous sommes allés faire un petit tour en Italie. C'était ressourçant. Et les tiennes ? Qu'en est-il de Nolan ? Je ne l'ai pas encore croisé. » Ressourçant ? J’ai du mal à y croire, si l’on en croît la réputation du vilain canard de la famille Williams, celui qui alimente souvent les conversation et ragots, l’artiste qui choque mieux qu’il respire. Je ne dis rien, et comme Saül mon éducation et ma pudeur m’empêchent de m’épancher sur le désastre qu’a été pour moi également la période des fêtes. « Mes parents étaient en Italie également, tu aurais dû me le dire, je leur aurais dit de te passer un coup de téléphone. » Je jette un coup d’œil circulaire à la pièce, cherchant mon époux. « Il ne doit pas être loin, mais tu connais Nolan, il est certainement occupé à élargir son réseau. » Ironique, quand on sait que c’est une fâcheuse tendance que j’ai aussi, de ne me présenter aux gens que par intérêt, pour ce qu’ils peuvent m’apporter. « J'en suis bien désolé. J'attendais que tu m'envoies les mesures de tes doigts, pour te faire faire cette jolie bague dont ils font venir les saphirs d'une mine Australienne, évidemment. La même que celle dans laquelle ils ont découvert le Black Star du Queensland. Les pierres sont si belles, que même celle qui est accrochée au doigt de Kate Middleton en pâlirait de jalousie. » Il sait comment capter mon attention, cela ne fait aucune doute, et déjà je m’imagine avec une pierre de la taille et la pureté des plus beaux bijoux autour du doigt. « Tu n'hésites pas, surtout, si tu veux rendre jalouse la duchesse de Cambridge. » J’adresse un clin d’œil au brun, avant de faire signe à la croupière de distribuer les cartes et de lancer la partie de poker. « J’ai une meilleure idée, on va le jouer au poker. Que j’ai le sentiment de l’avoir un tant soit peu mérité. » Il s’agit là d’une façon de parler, puisque j’ai toujours considéré que tout m’était dû.

J’introduis Saül au deux compère à ma gauche, et n’écoute leur conversation que d’une oreille distraite, alors que la jeune femme qui tient la table distribue à tout le monde ses deux premières carte et étale le flop devant elle. Mon visage reste de marbre en découvrant mon jeu, plutôt bon, je suis bien trop rodée aux faux semblants. « Michael Hills, donc. C'est à vous qu'on doit l'alliance au doigt de Skylar, ou bien ce n'est pas par le boulot que vous vous connaissez ? » C’est avec un pincement au cœur que je relève les doigts de ma main gauche pour jeter un œil à l’énorme pierre rose, offerte par mon époux bien au courant de mes goûts de luxe, qui voulait à tout prix bien faire les choses. Elle a un goût doux amer à présent, cette bague. Ma politesse m’oblige à laisser Saül répondre, et je ne regagne la conversation que lorsqu’il s’adresse à nouveau à moi. « Tu es nostalgique des années vingt, Skylar ? Ou c'était le prétexte pour sortir tout l'attirail de casino ? » Je secoue la tête, obligée de rendre à César ce qui est à César. « Pour tout te dire, c’est l’idée de Nolan, après que nous ayons regardé l’adaptation de Baz Luhrmann de Gatsby le Magnifique. Mais je ne m’en plains pas, cela donne l’occasion de constater qui sait jouer le jeu des soirées costumées, et qui se débrouille un peu moins bien. » C’est sa femme que je cherche des yeux, qui, même si elle a enfilé une robe vaguement dans le thème – bien qu’un peu triste à mon goût, c’est contentée du minimum. « Allez, trêve de bavardages, j’ai un bijoux de la trempe du Cœur de l’Océan à gagner. » Un clin d’œil à Saül, et je pousse deux jetons vers de 25$ chacun sur le plateau, pour ouvrir les enchères.








(Rich crew) • False Pretense Rla22UF

(Rich crew) • False Pretense ZKSiRSA
(Rich crew) • False Pretense 3yMbGgA
(Rich crew) • False Pretense Xc1pTzg
(Rich crew) • False Pretense 7ZWT0EU

(Rich crew) • False Pretense C8ltDFZt_o
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(Rich crew) • False Pretense Empty
Message(#) Sujet: Re: (Rich crew) • False Pretense (Rich crew) • False Pretense Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(Rich crew) • False Pretense

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: Logements
-