AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -27%
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ ...
Voir le deal
1599 €

 dragging me down (emmey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyLun 6 Jan - 18:55


dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

Dans le rétroviseur qui lui renvoie l'image d'un jeune homme élégant et distingué Joey fait rouler ses doigts sur la moustache qui trône toujours élégamment au-dessus de sa lèvre supérieure. Au diable cette directrice de casting qui lui avait précisé que son visage serait bien agréable sans le duvet de poils qu'il avait mis un temps fou à faire pousser. C'était sa marque de fabrique, ce qu'il préférait dans ce physique fort agréable dont la vie l'avait doté. A défaut d'être assis sur le canapé dans l'appartement de sa sœur qui avait accepté son retour dans sa vie après une folle soirée passée dans un club de strip-tease, le blond avait pris possession du siège passager de la voiture pour laquelle Emma n'avait toujours pas le permis. Et c'était lui, l'idiot de cette famille ? La fenêtre roulée pour évacuer la fumée du premier joint de la soirée Lawson junior avait attendu patiemment, tapis dans l'ombre, la brune qui avait une soirée de prévue et qui ne devait sûrement pas s'attendre à trouver un Joey à moitié défoncé mais bien habillé dans la voiture. Il avait quelque chose de prévu et besoin d'un chauffeur, la brune était la personne toute trouvée pour accomplir cette mission puisque Joey n'avait de cesse de lui répéter chaque jour qu'elle avait une dette envers lui. Bourrée, attirée par les néons d'un club de strip comme un papillon sur une lampe, Emma avait perdu toutes ses chances de crédibilité mais gagné un potentiel 'fun' aux yeux de son frère qui n'aurait jamais pensé se retrouver un tant soit peu en la chimiste. « Tu prend combien ? » Quoi ? Relevant la tête pour se retrouver nez à nez avec un mec dans un costume trop serré Joey avait haussé un sourcil avant de tirer une nouvelle fois sur ce joint qui était bien trop fort. « Trop cher mon mignon … mais elle là …  je la connais … elle fait des folies pour une poignée de pain. » Désignant sa sœur du menton alors qu'elle s'approchait de la voiture avec beaucoup trop d'excitation que Joey se ferait un plaisir de gâcher. Assistant avec plaisir à la scène alors que la chimiste se faisait aborder par le vieux ringard, cadeau de noël en avance pour Lawson junior qui n'avait pas raté une miette du spectacle. Il fallait que ça se termine par un coup de pied dans les couilles, ou au moins un coup de bombe lacrymogène dans la gueule, Emma avait assez de ressources pour être inventive. Sans pouvoir retenir un rire alors qu'elle entrait dans l'habitacle Joey se courba pour atteindre le pack de bière fades mais pas cher qu'il avait réussi à tirer de la supérette avant d'être violemment viré par la propriétaire qui n'avait pas apprécié son petit commentaire sur sa coupe datant des années 50. « T'aurai du sauter sur l'occasion, je suis sûr qu'il aime se faire fouetter et tu aurai pu mettre en pratique ta nouvelle passion pour le strip-tease » Parce qu'il avait une tête de comptable et qu'ils aimaient toujours être dominés par des femmes sans saveurs. Joey n'avait même pas précisé les raisons de sa présence dans la voiture, préférant de loin tirer une longue taffe sur le joint toujours présent dans sa main avant de recracher la fumée par la fenêtre. Elle ne pouvait rien dire de toute façon, la dette, tout ça tout ça. « J'ai une soirée, c'est sur ton chemin, faut que tu me déposes. » Avait-elle le droit de refuser ? Non. Est-ce qu'il s'en battait bien de savoir si ça lui faisait faire un détour ? Oui. Quitte à passer une partie du trajet en compagnie de la brune acariâtre autant qu'ils échangent le moins de mots possible pour ne pas se retrouver face à une nouvelle guerre du silence. « Tututututut retiens tes douces paroles Satan, je sais déjà ce que tu vas me dire. » Le blond s'était tourné de trois quart pour faire face à sa sœur alors qu'il ouvrait habillement la canette de bière, tiède et toujours aussi dégueulasse. « C'est une soirée privée a laquelle tu n'as pas le droit de venir car … you know…. T'as autant de fun en toi que Dracula à une soirée végétarienne. » Les bras tout aussi excités que le reste de son corps qu'il bougeait de façon complètement incohérente le blond avait fait glisser la roulée entre ses lèvres avant de reprendre d'une voix amusée. « Et puis ça va te plaire la soirée pour les coincés du cul là, t'aura forcément ta place. » Il avait déposé sa main sur l'épaule de sa sœur, prêt à prendre le risque de se faire péter les doigts simplement pour observer le regard dégoûte d'Emma. « Une petite bière ? T'as déjà pas le permis alors ça va pas changer grand chose. » Joey était chaud comme la braise, prêt à tout pour se rendre à cette soirée qui serait celle de l'année, de la décennie même, et la brune n'avait pas d'autres choix que de le supporter pendant tout un trajet. Elle y pensera à deux fois avant de prendre une cuite et de finir à l'arrière d'une voiture de flic.   
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyVen 10 Jan - 16:45



Noël au boulot ; pour d’autres il s’agissait d’une plaie, pour Emma c’était davantage une bénédiction. Pas de famille à supporter, pas de tonton bourré à gérer en fin de repas, la brune préférait se laisser glisser dans une blouse blanche plutôt que dans une robe à paillettes en prétextant que tout allait bien, et cela faisait son bonheur. Son poste ne nécessitait pas vraiment qu’elle soit présente au labo (pas du tout même) et ses collègues non plus, mais tous ou presque avaient convenu de passer la soirée façon savants fou à enchaîner des cocktails dont la neige carbonique leur donnerait un effet dont tout le monde se moquerait passé vingt-deux heures ; un programme qui la ravissait, si tant est qu’elle arrive un jour à son bureau. Joey s’était retrouvé les fesses vissées du côté passager de son bolide, et si d’ordinaire Emma lui aurait dit d’aller se faire mettre, ce soir était particulier, et elle n’était pas totalement une connasse envers son petit frère (puis accessoirement, vu le pétrin duquel il l’avait tirée … c’était presque la moindre des choses de le déposer quelque part, sauf s’il était là pour admirer l’habitacle). Blondinet n’avait pas fait de commentaire en la sachant au volant de la voiture qu’elle avait louée au nom de son patron alors qu’elle n’avait pas le permis, mais ne s’était en revanche pas gêné de la rencarder sur un vieux clochard à qui elle précisait :  « Désolée j’ai la chlamydia. » et qui s’était tiré en l’insultant de pauvre fille, le monde à l’envers. « T'aurai du sauter sur l'occasion, je suis sûr qu'il aime se faire fouetter et tu aurai pu mettre en pratique ta nouvelle passion pour le strip-tease » Elle haussait les épaules, à peine gênée par cette entrée en matière. Du moins ce n’était pas ça qui la gênait le plus puisque junior avait décidé de changer l’habitacle en un fumoir. « T’es jaloux parce que c’est moi qui ai eu le numéro de Christian. » Numéro qu’elle avait d’ailleurs jeté, car hors de question qu’Emma Lawson ne s’abaisse à s’intéresser à qui que ce soit dont le PEL ne valait pas le détour. « J'ai une soirée, c'est sur ton chemin, faut que tu me déposes. » Ben voyons. Bien installé, Joey en avait été jusqu’à se servir une bière d’un pack bon marché glissé à ses pieds. « Tututututut retiens tes douces paroles Satan, je sais déjà ce que tu vas me dire. » Que de mots doux. Mettant le contact, Emma démarrait, ajustant son rouge à lèvres carmin-pétasse dans le pare soleil. Ce qu’elle avait retenu de ses nombreux passages à l’autoécole étant avant tout que la conduite était question de préparation, être en capacité de battre des cils sans avoir de trace sur les dents pour embobiner les flics (ou d’essayer) lui apparaissait comme étant d’une importance primordiale. « C'est une soirée privée a laquelle tu n'as pas le droit de venir car … you know…. T'as autant de fun en toi que Dracula à une soirée végétarienne. »  Et tant mieux parce qu’elle s’en foutait. Une manœuvre hasardeuse plus tard et là voilà désormais sur la route, passant ses vitesses d’une façon si tardive que le moteur en appelait au décès. « Et puis ça va te plaire la soirée pour les coincés du cul là, t'aura forcément ta place. » Ben voyons. « Utilise plutôt ta salive pour me donner l’itinéraire avant que je change d'avis et te dégage de la voiture d’un coup de pied. » Elle n’était pas assez souple pour, mais la simple idée de s’imaginer dégager Joey façon Bruce Lee enchantait son âme de Morticia. « Une petite bière ? T'as déjà pas le permis alors ça va pas changer grand chose. » Oula. Joey avait posé sa main contre l’épaule de la brune, et tout son corps s’en était raidi. « Vire de là. » Oui, elle avait déjà été jusqu’à le coller de toute son âme dans un bar pour faire capoter l’un de ses plans drague, en savait plus sur l’intérieur de ses caleçons que quiconque en ce monde, mais il était hors de question d’établir un contact physique avec Joey, surtout alors que leurs vies étaient en jeu. « Je te rappelle que je conduis et que j’ai pas envie qu’on se plante. Mais vas y passe une bière. » Elle avait un sens tout relatif de la sécurité routière, quand bien même rejoindre l’autoroute ne lui avait pris qu’une petite dizaine de minutes et que ce before dans cette voiture qu’elle avait louée sous une fausse identité ne lui causerait pas d’ennuis si elle se tenait à une distance raisonnable des autorités. Attrapant la canette comme si la mort y avait déposé des germes toxiques sur les parois, Emma la décapsulait façon lycéenne avant d’en prendre une gorgée et de la ranger dans le porte gobelet. « Elle est chaude et dégueulasse. C’est pas avec ça que tu vas pécho ce soir blondinet. » Clairement pas, et alors qu’elle s’essuyait les lèvres du revers de la main, Emma géra comme une cheffe (non) sa sortie d’autoroute vers un coin paumé vers l’Outback. « C’est carrément paumé ton truc, t’es sûr que tu vas pas te faire sacrifier sur un autel au fin fond du bush ? » qu’elle demandait, à moitié sérieuse.    



Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 


Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyDim 12 Jan - 22:09



dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

Confortablement installé sur le siège passager de la voiture louée spécialement pour l'occasion par sa sœur qui n'avait pas soupçonné le potentiel 'casse-couille' du blond qui n'hésiterait pas à manœuvrer du couteau sur les sièges en cuir pour se faire bien comprendre, Joey avait assisté à une scène fantastique alors que la chimiste éloignait le clochard d'un geste de la main en prétextant avoir la chlamydia. Une information à prendre avec des pincettes puis qu’Emma était du genre à se laisser traîner n'importe tout et par n'importe qui pour assouvir ses nouveaux penchants pour le SM et les fouets. Le joint aux bords des lèvres Joey avait rouler des yeux devant le haussement d'épaules de sa sœur qui avait revêtu son habit de petite fille modèle histoire de se faire bien voir au boulot, et c'était à se demander si elle avait – par la même occasion – retirer la balayette géante coincée dans son cul et qui l'empêchait d'être une jeune femme normale et non un véritable désastre ambulant. « T’es jaloux parce que c’est moi qui ai eu le numéro de Christian. » En vrai, peut-être un peu. Mais rien que le plaisir d'avoir pu assister à une scène d'anthologie entre sa sœur et un strip-teaseur suffisait à rassasier un Joey dont les blagues sur le bondage venaient de trouver une nouvelle cible. « Pour ce que tu en as fait... » Oui il avait récupéré le petit bout de papier dans la poubelle et oui il comptait bien mettre en pratique toutes ses nouvelles recherches Google sur le sujet des barres d'écartements et des cordes, pour pas mourir idiot. « Tu aura pu le remercier autrement qu'en affichant une entrée fermée à ta grotte poussiéreuse... Il s'est donné pour toi ! » C'était dégueulasse mais elle avait l'habitude. Joey s'était penché pour sortir une bière tiède du pack qu'il avait acheté pour faire passer le trajet dans les meilleures conditions, profitant de l'occasion pour faire taire les prochaines paroles de la brune alors qu'il lui ordonnait de le déposer à sa soirée. Emma ne pouvait pas dire non, elle avait une dette envers lui qui ne serait pas soldée après ce détour forcé, parce qu'il ne c'était pas tapé une heure de bus et une Emma bourrée toute la soirée simplement pour qu'elle le dépose. Oh non, ça irai bien plus loin et Joey n'hésiterait pas à le mener par le bout du nez pendant encore un moment. Dans le miroir du pare-soleil la brune avait ajusté son rouge à lèvres tout en démarrant la voiture, attirant un nouveau roulement des yeux chez Joey pour qui le diction (inventé) 'un crapaud avec du maquillage reste un crapaud' prenait tout son sens. « Te fatigues pas Lawson, c'pas ce soir que tu vas ramener le riche héritier à la maison … Et puis tous les chimistes sont gay. » Il avait tiré une longue bouffée sur la roulée en s'imaginant un petit mec coincé dans une blouse bien trop étroite pour lui. Est-ce que ça lui plaisait ? Oui, mais il n'y avait que très peu de choses qui ne plaisaient pas à l'esprit tordu du blond qui s'était une fois essayé à la domination. La voiture hurlait clairement au secours dès qu'elle passait une vitesse mais il se garda bien de faire la moindre remarque sous peine de se faire éjecter de la voiture avant d'avoir pu terminer son pack de 6, et si la mort venait le cueillir aujourd'hui au moins il repartirait avec la satisfaction d'avoir embarqué la brune avec lui, le dernier coup de pute avant le purgatoire. « Utilise plutôt ta salive pour me donner l’itinéraire avant que je change d'avis et te dégage de la voiture d’un coup de pied. » Il aimait le challenge mais avait décidé de passer une bonne soirée en dépit des avertissements d'une sœur bien trop concentrée sur la route pour tenter quoi que se soit qui lui fasse perdre sa caution. « T'es passé sous quel bureau pour la caisse ? Parce que je connais ton compte en banque et ça m'étonnerait que tu puisses t'offrir autre chose qu'une poubelle dans laquelle tu aurai clairement plus ta place. » Elle gagnait toujours plus que lui, pas difficile vraiment de doubler le pauvre salaire que Joey réussissait à tirer des vues de son film. Une main sur l'épaule de sa sœur en guise de signe de paix, le calumet étant trop grand pour tenir sur la plage arrière, Joey avait haussé un sourire alors que la chimiste se dégageait de son étreinte comme si il était porteur de la grippe espagnole. « Vire de là. » Okaaaay ma vieille, pas de contacts physiques sous peine de se faire péter les phalanges (et dieu sait qu'il avait besoin de ses doigts). « C'est plutôt à moi de faire attention, tu vas contaminer mon âme pure avec ta noirceur. » S'attirant les foudres de sa sœur le blond avait tout de même lever les mains au ciel pour désamorcer la bombe avant qu'elle ne lui enfonce son poing dans ce visage si parfait pour lequel papa et maman s'étaient beaucoup plus appliqués qu'avec le premier enfant. « Je te rappelle que je conduis et que j’ai pas envie qu’on se plante. Mais vas y passe une bière. » Bordel. Les yeux écarquillés Joey avait lancé un coup d’œil à Emma pour être sur qu'elle n'était pas dans un état d'ébriété avancé, et alors qu'il se saisissait d'une canette pour la faire glisser dans la main libre de la chimiste le blond avait cligné des yeux plusieurs fois pour se remettre de la scène. « J'espère vraiment que si on se plante j'aurai l'occasion de te voir crever en premier … Genre ça mettra un sourire sur mes lèvres avant de rejoindre l'enfer et c'est la meilleure façon de partir. » Parce que Joey Lawson n'avait clairement pas sa place au paradis même si maman faisait toujours en sorte de l'inclure dans ses prières chamaniques. « Elle est chaude et dégueulasse. C’est pas avec ça que tu vas pécho ce soir blondinet. » Enfumant l'habitacle de la voiture avec une fumée épaisse qui sentait clairement les épices Joey avait haussé un sourire sur ses lèvres alors qu'il jetait sa canette vide par la fenêtre. « J'ai déjà clairement plus de chances que toi … tu es sûre pour l'outfit ou bien...? » D'un geste de la main il avait désigné la tenue plus que pathétique de sa sœur qui comptait donc sur son potentiel humoristique plutôt que sur son physique … chérie, aucune chance de ramener qui que se soit d'autre à la maison qu'un aveugle ayant perdu toute dignité et envie de vivre.  « C’est carrément paumé ton truc, t’es sûr que tu vas pas te faire sacrifier sur un autel au fin fond du bush ? » Mon dieu, Emma Lawson avait-elle laissé entendre un fond d’inquiétude dans le ton de sa voix ? Une main sur le cœur, l'autre sur le téléphone dont le GPS s'était clairement foutu en l'air en voyant arriver l'arrière pays, Joey avait tourné la tête pour faire face à sa sœur. « Non t'aimerai trop ça que je me fasse dépecer par des aborigènes … » Elle serait même la première à faire la danse de la joie. « Par contre, t'es sûre de ton coup avec le petit voyant qui clignote là ? » Joey avait pointé du doigt une lumière rouge éclatante sur le tableau de bord et dont il ignorait totalement l'utilité. Mais si il était sûr d'une chose ce qu'il était hors de question de rester bloqué avec sa sœur dans un endroit si petit en attendant que quelqu'un vienne les secourir.    
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyLun 20 Jan - 16:08



Elle avait réussi à se débarrasser du clochard, il était désormais temps pour Emma de dégager son homologue sans domicile fixe de dans sa voiture, car l’idée de savoir les fesses de Joey dans ce bolide de location ne l’enchantait pas des masses dans la mesure où blondinet était un boulet de compétition. « Pour ce que tu en as fait... » Les blagues sur le SM étaient devenues monnaie courante, et la chimiste ne s’en offusquait même pas. Après avoir entraîné son frère dans un club de strip tease pour boulotter des slips en bonbons, la dignité s’était fait la malle depuis belle lurette dans cette famille d’un genre que le commun désapprouverait totalement. « Tu aurais pu le remercier autrement qu'en affichant une entrée fermée à ta grotte poussiéreuse... Il s'est donné pour toi ! » Quel jaloux. Balayant ces paroles du revers de la main, la brune ajustait son rouge à lèvres dans le miroir du pare soleil, rétorquant que : « Bah, tu sais je suis pas trop sensible au twerk. Je préfère les mecs blindés que ceux qui s’agitent pour un billet. » sans la moindre petite parcelle de gêne, car elle savait que Joey savait, et qu’au-delà de leur manque de tact, elle s’en foutait royalement de ce qu’il pouvait pense de sa vertu inexistante, d’autant plus qu’il venait de lui imposer un détour par un bled paumé pour le déposer à sa soirée, et qu’il était hors de question qu’elle ne se mette à préserver les oreilles de son cadet. Pour la peine. « Te fatigues pas Lawson, c'pas ce soir que tu vas ramener le riche héritier à la maison … Et puis tous les chimistes sont gay. » Son maquillage était paré à un départ en trombe (littéralement) de Logan City, et Emma empruntait les routes la menant jusqu’à la voie rapide avec plus ou moins d’adresse. « Je ne bosse pas qu’avec des chimistes, et zéro chance que je ramène quelqu’un ce soir. De un j’ai la flemme, et de deux tu sais bien que je suis une sœur aimante qui ne réussira à se détendre qu’à moitié en te sachant perdu dans la cambrousse. » Faux, entièrement faux, mais Joey n’avait pas besoin de savoir qu’elle ne pouvait pas s’encaisser une majeure partie de ses collègues bien qu’elle apprécie leur point de vue scientifique. Il était d’ailleurs question de réveillonner avec eux, et à sa façon de gérer la conduite, il y avait des chances qu’elle débarque après minuit vu qu’il fallait le lourder en pleine cambrousse. Quelle plaie. Et surtout quelle route merdique. « T'es passé sous quel bureau pour la caisse ? Parce que je connais ton compte en banque et ça m'étonnerait que tu puisses t'offrir autre chose qu'une poubelle dans laquelle tu aurais clairement plus ta place. » Malgré son apparente tête d’abruti fini, Joey savait interpréter les chiffres, et aurait fait un très bon mafieux si l’on faisait abstraction de son besoin de rester un gosse. « Aucun. Toi tu passes sous des bureaux, moi j’utilise les copies de permis de conduire et la carte bleue de la boîte pour parvenir à mes fins. Chacun son mode de fonctionnement. » et tant qu’elle ramenait ce bolide en un seul morceau lundi matin, Jake n’y verrait que du feu. Il faudrait peut-être aérer pour virer l’odeur des herbes aromatiques, et sûrement nettoyer quelques fois que de la bière se renverserait sur les sièges, ce qui ne louperait pas si blondinet ne virait pas sa patte de dessus son épaule. C’était quoi la prochaine étape ? On se câlinait ? « C'est plutôt à moi de faire attention, tu vas contaminer mon âme pure avec ta noirceur. » Pour une fois, Emma était plutôt d’accord, bien qu’il soit évident que des deux, son âme avait été la plus préservée par le vice. Il était hors de question de maintenir ce contact de toute façon, sans quoi ils finiraient dans le décor. La sécurité avant tout, déjà qu’elle venait d’accepter une bière (c’était Noël après tout) autant ne pas chatouiller le destin de trop près. « J'espère vraiment que si on se plante j'aurai l'occasion de te voir crever en premier … Genre ça mettra un sourire sur mes lèvres avant de rejoindre l'enfer et c'est la meilleure façon de partir. » Quelle attention honorable, vraiment. Feignant d’être touchée, Emma lâchait le volant une mini seconde –énorme erreur, la voiture avait fait un écart immense- pour la porter contre son cœur avant de répondre : « C’est si touchant. Le visage de sa grande sœur comme dernière image dans le monde des vivants. Fais gaffe, Satan risquerait de graver cette vision dans ta rétine et tu seras condamné à passer ton temps dans l’au-delà avec ma face pour seul et unique paysage. Vaut mieux qu’on reste en vie blondinet. » Et ne pas provoquer les esprits par la même occasion. Pour cette raison, Emma buvait sa boisson avec précaution, se débrouillant du mieux qu’elle le pouvait pour ne pas recracher l’immonde bière low cost que son frère trimballait dans des cannettes en plus d’enfumer la voiture avec son putain de joint. « J'ai déjà clairement plus de chances que toi … tu es sûre pour l'outfit ou bien...? » La inner cristina cordula de Joey avait de nouveau frappé, et le voilà jugeant son chemisier transparent et son jean. « Je t’ai dit que je ramènerais personne. Pour utiliser de l’hydroxyde de sodium j’ai pas franchement besoin de paillettes sur mes fesses. » Que Joey l’assume ou non, il mettait un point d’honneur à faire foirer tous les plans qu’elle ramenait à la maison, et c’était pour cette raison que la brune se justifiait une seconde fois ; qu’il ne fasse pas planter sa nuit de sommeil en pensant qu’un Alberto sauvage était apparu dans les parages. Ce soir il était question de faire exploser des composants qui traînaient dans le labo depuis des lustres, et zéro drague au programme. Niet. Nada. Que dalle. Du moins, la brune n’était même pas sûre de pouvoir tenir son programme puisque l’adresse indiquée par Joey les faisait passer par des coins reculés qu’elle aurait été incapable de placer sur une carte alors même qu’ils ne roulaient pas depuis si longtemps. C’était donc ça, la cambrousse. « Non t'aimerai trop ça que je me fasse dépecer par des aborigènes … » Clairement. « Tu crois qu’ils me laisseraient récupérer ta tête pour la faire réduire ? Je pourrais les envoyer aux parents, ça leur fera une chouette décoration à accrocher au rétroviseur central de leur van psychédélique. » Inutile de préciser qu’elle ignorait totalement qu’il n’y avait pas de rétroviseur central dans un van puisqu’elle était totalement nulle en conduite, en témoignait d’ailleurs sa façon de ne rien faire lorsque son bolide virait au rouge dans tous les sens comme une âme en peine. « Par contre, t'es sûre de ton coup avec le petit voyant qui clignote là ? » Si même Joey captait que la voiture avait un problème, alors ils étaient sacrément dans la merde. Fronçant les sourcils, Emma eut tout juste le temps de se pencher vers l’avant que le tout se mit à brouter, puis à fumer puis … « Tu trouves pas que ça sent le cramé ? » Si. Et plutôt deux fois qu’une. La teinte rouge de la carrosserie ne tardait d’ailleurs pas à se parer de jolies flammes, et prise de panique, Emma violenta son frère pour qu’il déguerpisse, attrapant son sac au passage avant de filer à une distance raisonnable, blondinet sur les talons. « La vache. Je pensais pas que c’était si grave ce putain de bouton. Ça fait des plombes qu’il s’agite comme sur une guirlande de Noël. » La voiture n’était désormais plus qu’un amas de fumée, et ne tarderait pas à exploser puisque le réservoir était encore plein. A défaut d’être une pro de la conduite, elle avait travaillé en raffinerie, et combustible + incendie = grosse cata. Ça, elle savait. « Tu crois qu’on doit écrire SOS dans le sable ? J’ai laissé mon téléphone à l’intérieur et … » boum. Gros, énorme, magistral et immense boum. L’un de ceux à vous faire perdre l’audition pour de bon. La brune s’était d’ailleurs retourné en se bouchant les oreilles pour s’épargner un peu, et avait fini par s’asseoir sur le sol devant ce désastre. « Bordel. Heureusement que ça a l’air de bien cramer et qu’on risque pas de retrouver nos empreintes. Faut qu’on lève le camp Joey. Je déclarerais le vol en retournant au bureau demain. Avec un peu de chance on pourra retourner à la maison avant l’aube. » Son temps de désolation avait été d’environ vingt-sept secondes, puis la chimiste s’était relevée avec la ferme intention de ne pas se laisser abattre pour si peu. Le vrai problème de cet incendie était qu’il faudrait faire la route en sens inverse à pieds en compagnie du pire gamin que l’humanité n’ait jamais créé. Haut les cœurs.



Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 


Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyMar 21 Jan - 17:46



dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

Dans le grand bingo de la vie qui lui avait tout de même épargné le fait de naître borgne ou moche Joey n’avait pas échappé au ‘plaisir’ d’avoir une grande sœur tout aussi folle que lui qui n’hésitait pas à mettre des high kick aux clochards de la rue pour ne pas se faire poser une main au cul. Quelque part, dissimulé bien profond sous un tas de citations graveleuses et de souvenirs de son tout premier joint, le blond avait tout de même assez de neurones connectés pour reconnaître un certain talent chez Emma qui déposait maintenant son fessier (accoutumé à toutes les plages arrière des bagnoles des cadres de sa boîte) sur le siège de la place conducteur. Elle n’avait pas d’autre choix que d’accéder à la demande de bébé Lawson qui avait raté son permis une première fois après un esclandre avec le moniteur d’auto-école qui l’avait accusé « d’attouchements » (une petite main sur la cuisse n’avait jamais fait de mal à personne). Elle était bien trop pomponnée pour attirer autre chose que les démarcheurs d’un cirque en quête de la femme la plus laide du monde, mais au moins elle avait fait un effort pour ne pas ressembler au monstre habituel qui sortait de sa tanière uniquement pour foutre la main jusqu’au coude dans le paquet de chocapic. « Bah, tu sais je suis pas trop sensible au twerk. Je préfère les mecs blindés à ceux qui s’agitent pour un billet. » Tu l’as dit bouffi. Joey avait fait glissé le joint entre ses lèvres avant de tirer une bière de sous ses jambes, ses pensées maintenant partagés entre l’idée de se taper le futur plein aux as de sa sœur et celle de bien pourrir l’ambiance en précisant que les mecs blindés avaient – en règle générale – assez de goût pour choisir autre chose que Satan en personne. « Tu devrais vraiment revoir tes critères à la baisse Gargamel. » La pauvre, elle s’attendait encore à trouver la perle rare dans un océan de porcs aux cheveux bien trop gominés, et si ça faisait un peu de peine à Joey il n’en restait pas moins qu’Emma ne mettait clairement pas toutes les chances de son côté pour sortir du lot. « Je ne bosse pas qu’avec des chimistes, et zéro chance que je ramène quelqu’un ce soir. De un j’ai la flemme, et de deux tu sais bien que je suis une sœur aimante qui ne réussira à se détendre qu’à moitié en te sachant perdu dans la cambrousse. » Bordel, il en avalerait presque sa bière de travers si il n’était pas aussi doué pour avaler. Les yeux grands ouverts Joey avait eu un mouvement de recul pour s’assurer qu’il était toujours en vie et bien présent dans cette voiture, avec Emma qui s’inquiétait maintenant de le savoir disparu à jamais là où elle avait toujours mis un point d’honneur à le faire disparaître d’elle-même en changeant la serrure de l’appartement. « Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de ma sœur ? La connasse qui m’a laissé crever sur le trottoir quand j’ai annoncé mon mariage … la même qui a essayé de me vendre à des gitans contre un télescope … » Non il n’avait pas oublié et oui il savait que c’était que le sarcasme. Mais ça faisait toujours du bien de faire redescendre la brune d’un étage rien que pour le plaisir de la voir s’offusquer de tout et n’importe quoi. S’il ne pouvait pas franchement faire de remarque sur sa façon de conduire vu qu’il se déplaçait majoritairement en transport en commun, le blond avait tout de même soulevé le fait qu’elle avait dû s’user les genoux sur la moquette pour acquérir cette voiture là où son compte en banque ne lui permettait même pas la location d’un pédalos. « Aucun. Toi tu passes sous des bureaux, moi j’utilise les copies de permis de conduire et la carte bleue de la boîte pour parvenir à mes fins. Chacun son mode de fonctionnement. » Une pute et une sale race, donc. Un mélange exotique et raffiné, le genre qu’on laisse de côté dans les réunions de famille mais qui sait parfaitement mettre dans l’ambiance dans les bars après deux trois gosses pintes. « Et ça te rend encore plus perfide que moi. » Cheers to that. Faisant retentir l’aluminium de sa bière contre celle de sa sœur Joey n’avait pas hésité une seule seconde avant d’enlever sa main de l’épaule de la brune à laquelle il avait développé une sévère allergie avec le temps. Il ne manquerait plus qu’elle le transforme en suppôt pour accroître sa domination des enfers. Au moins il pouvait espérer qu’elle décède en premier si jamais ils avaient un accident, ce qui finirait pas arriver si Emma s’obstinait à conduire comme dans un épisode de Top Gear, le style en moins. « C’est si touchant. Le visage de sa grande sœur comme dernière image dans le monde des vivants. Fais gaffe, Satan risquerait de graver cette vision dans ta rétine et tu seras condamné à passer ton temps dans l’au-delà avec ma face pour seul et unique paysage. Vaut mieux qu’on reste en vie blondinet. » Ok, un point pour Lawson sénior qui avait apporté les bons arguments sur la table, assez en tout cas pour dégoûter Joey d’une vie pépouze aux enfers en compagnie de Marilyn qui lui masserait les épaules dans sa robe blanche. « Pour rester en vie il faudrait déjà que tu arrêtes les sorties de routes, ça fait trois fois que tu manques de rater un poteau et étrangement c’est toujours de mon côté. » Elle avait autant de talent en conduite qu’un bulot essayant de se servir d’une fourchette mais ça n’était pas le moment de le faire remarquer sous peine de finir seul et abandonné dans le bush australien. Au moins il aurait toujours plus de classe que la chimiste qui s’était habillé dans le noir complet, encore une fois. « Je t’ai dit que je ramènerais personne. Pour utiliser l’hydroxyde de sodium j’ai pas franchement besoin de paillettes sur mes fesses. » On avait toujours besoin de paillettes sur le cul, surtout si elles sortaient tout droit du tiroir à cocaïne d’un jeune délinquant au charme exotique. Tant pis pour elle, Emma serait de nouveau recalée dans le coin des rabat-joie binoclard qu’il faudrait sortir de la pièce après un boogie bien trop enflammé sur la piste de dance. « Moi je pense à toi tu sais … à ton horloge biologique qui tourne … aux cheveux blancs que je trouve dans le lavabo et que je vends sur internet à des fétichistes. » Tout était toujours bon pour se faire de l’argent, et le blond avait découvert un très gros vivier de pervers qui n’hésitaient pas à mettre le prix pour une culotte sale ou des rognures d’ongles. Mais il avait de nouveau fait taire ses commentaires les plus indécents pour ne pas avoir à faire du spot au milieu de nulle part, et si la chimiste aurait kiffé le voir avec une pomme dans la bouche au-dessus d’un grand feu Joey n’avait que très peu envie de donner son corps à la science de cette façon. « Tu crois qu’ils me laisseraient récupérer ta tête pour la faire réduire ? Je pourrai l’envoyer aux parents, ça leur fera une chouette décoration à accrocher au rétroviseur central de leur van psychédélique. » La love machine comme ils aimaient l’appeler, n’accueillerait jamais la tête réduite d’un blondinet qui ne trouva rien d’autre comme réponse qu’un majeur magnifiquement dressé. « Tu trouves pas que ça sent le cramé ? » Le blond avait relevé le regard vers son joint complètement éteints avant de remarquer sur le capot de la bagnole (pour laquelle elle était carrément passée sous le bureau) était en train de tourner au rouge. Il avait raison, elle avait tort, ce petit voyant lumineux n’était pas uniquement là pour faire joli sur le tableau de bord. Bam. « Maintenant que tu le précises je trouve même que ça sent la me… héééé mais arrête de me pousser. » Complètement réduit à un état semi végétatif Joey était tombé les deux mains en avant alors que sa sœur s’embarquait déjà très loin de la voiture qui menaçait de les faire disparaître dans une explosion digne d’une grande scène d’action. « La vache. Je pensais pas que c’était si grave ce putain de bouton. Ça fait des plombes qu’il s’agit comme une guirlande de Noël. » Les mains sur les hanches, encore secoué par cette folle aventure et par la fumée qu’il avait aspiré en s’échappant du véhicule, Joey avait soutenu le regard de la brune en fronçant les sourcils. « Putain comment ça a dû être relou de rouler avec sa dans ton champ de vision. »  Donc aucun des deux enfants Lawson ne comprenait la dangerosité d’un voyant qui n’avait de cesse de clignoter, rassurant pour les générations futures et pour les parents qui les avaient élevés. « Tu crois qu’on doit écrire SOS dans le sable ? J’ai laissé mon téléphone à l’intérieur et … » La bourrasque de vent causée par l’explosion avait forcé Joey à se coucher sur le sol pour ne pas recevoir un éclat tranchant qui aurait pu mettre à mal sa carrière (sa vie aussi un peu). « Bordel de meeeeerde ! Regarde ta bagnole maintenant … ça va moins bien rouler. » Un peu sous le choc mais aussi rendu complètement con par l’herbe, Joey s’était relevé sur les coudes pour faire face à sa sœur qui semblait au moins aussi atteinte que lui par toute cette histoire. « Bordel. Heureusement que ça à l’air de bien cramer et qu’on risque pas de retrouver nos empreintes. Faut qu’on lève le camp Joey. Je déclarerai le vol en retournant au bureau demain. Avec un peu de chance on pourra retourner à la maison à l’aube. » Parce qu’il fallait marcher ? Jusqu’à la maison ? Hésitant entre fondre en larmes et rire à gorge déployée Joey avait tristement attendu quelques instants que la pluie leur tombe sur la tête histoire de vraiment faire de soirée la pire possible. « Viens on fait du stop …  mets tes atouts en avant et séduit le premier routier qui passe. » Un seul regard destiné au décolleté de la chimiste Joey avait balayé sa réflexion d’un geste de la main. « Laisse tomber ça marchera jamais … un joint ? » Quitte à faire tout ce chemin à pieds autant être assez défoncé pour ne pas s’en rendre compte. « Oh regarde un bière ! » Qui avait lentement roulée en dehors de la voiture explosée pour atterrir aux pieds de Lawson junior dans un signe du destin. « Me dit pas non, t’as déjà mis plus horrible dans ta bouche. » La cannette avait pris un sacrée coup de chaud mais elle était encore assez dégueulasse pour ne pas déranger à cette soirée qui l’était tout autant.    
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyMer 29 Jan - 18:11


Mieux valait se faire une raison, les Lawson n'étaient pas faits pour inscrire leur nom dans le grand registre des détenteurs du permis de conduire. C'était comme si la société ne voulait pas d'eux, comme si les enfants terribles se heurtaient au barrage d’une vision bien trop fermée de la sécurité ; bien qu’on ait tout de même décidé de mettre un diplôme d’ingénieur chimiste entre les mains de la plus responsable des deux. Emma était d’ailleurs bien décidée à prendre sa revanche sur la vie, à montrer ses talents de conductrice à cette population réfractaire à l’idée de la savoir sur ses routes, et si blondinet se joignait au programme … alors soit. Elle lui devait bien ça après qu’il l’ait sortie de prison. « Tu devrais vraiment revoir tes critères à la baisse Gargamel. » Ouais ouais, phrase de faiblard. La brune balayait les paroles de son frère d’un mouvement du bras, chassant par la même une traînée de fumée qu’il avait envoyée dans l’habitacle, obstruant sa vision. Safety first. En tant que grande sœur aimante comme elle se dépeignait, il était hors de question de mettre la vie de son cher petit frère en danger. « Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de ma sœur ? La connasse qui m’a laissé crever sur le trottoir quand j’ai annoncé mon mariage … la même qui a essayé de me vendre à des gitans contre un télescope … » Eh merde, il ne s’était pas étouffé en buvant sa bière dégueulasse. Emma dressait toutefois son index en direction de Joey pour protester, façon pétasse bloquée en 2010, avant de répondre que : « Je t’ai pas laissé crever sur le trottoir, je t’ai trouvé une opportunité d’emploi, nuance. » Car aucun doute que Joey avait sa place au croisement de deux allées sombres. Dans l’obscurité ce serait plus facile pour sa possible clientèle de payer pour sa compagnie. « Ensuite, clairement quitte à te vendre, je le ferais organe après organe et pas à des gitans. T’es plus rentable en kit. J’ai le sens des affaires mon p’tit. » Ou du moins elle essayait. Pour l’heure, ce que la brune essayait surtout de faire, c’était quitter la ville, massacrant la boîte de vitesse de cette super voiture dont Joey pensait qu’elle se l’était offerte en dandinant des fesses au bureau. Faux, entièrement faux. Du moins, en partie. Elle avait fait les yeux doux à Jake pour conserver la copie des papiers nécessaires à la réservation des véhicules de la boîte, cela ne faisait pas d’elle une profiteuse de bas étages. Elle avait passé le niveau expert depuis un moment, question de principes tout de même. « Et ça te rend encore plus perfide que moi. » Plus pas vraiment, mais cette remarque arrachait un demi sourire à l’antéchrist qui s’en voulait presque de se sentir en paix avec l’idée d’avoir un point commun avec bébé Lawson. Ce dernier trinquait d’ailleurs avec elle, cette dernière ayant accepté l’alcool le plus dégueulasse du monde pourvu qu’elle oublie qu’il ait posé sa main sur son épaule, le tout en précisant que c’était plus prudent de la laisser libre de ses mouvements pour arriver à destination en toute sécurité ; et oui, il fallait faire abstraction du fait qu’ils buvaient de la bière et que la visibilité en était au stade autant de brouillard que dans un clip de snoop dog. « Pour rester en vie il faudrait déjà que tu arrêtes les sorties de routes, ça fait trois fois que tu manques de rater un poteau et étrangement c’est toujours de mon côté. » Blablabla. Si c’était si facile que ça Joey pouvait s’y coller, et se rendre seul à sa foutue soirée qui se tenait visiblement au bout du monde. « J’y peux rien si le volant est excessivement sensible. Pour peu que je bouge un chouïa ça change la trajectoire. » Difficile de croire que cette femme manipulait des substances explosives à longueur de journée, qu’on lui confiait la sécurité d’usines à risques, que la moindre petite boulette qu’elle placerait dans un rapport pouvait faire exploser la moitié de la ville … mais si. Et Joey n’avait pas intérêt de dire quoi que ce soit sans quoi elle pouvait toujours le foutre dehors d’un adroit coup de pied. La discussion qui suivait le plaçait d’ailleurs dangereusement sur la sellette, et mieux valait qu’il avance ses pions avec plus de retenue sous peine de finir tel un Paul Walker sur le bord de la route à qui elle chanterait see you again. « Moi je pense à toi tu sais … à ton horloge biologique qui tourne … aux cheveux blancs que je trouve dans le lavabo et que je vends sur internet à des fétichistes. » Dear Lord baby Jesus. « Les sous-vêtements ça marcherait mieux. Je pensais que tu le faisais déjà vu qu’ils disparaissent, mais faut croire qu’Alberto est fétichiste. » A vrai dire, Emma n’avait jamais couché avec ce type depuis que Joey lui avait foiré son coup, mais c’était toujours amusant de le mentionner pour justifier le fait que ses chaussettes se faisaient la malle entre le lave-linge et le sèche-linge. La relation entre frère et sœur était définitivement au beau fixe comme en témoignait le majeur dressé face à sa remarque. C’était comme ça qu’ils fonctionnaient, avec des paroles d’amour et des gestes tendres. Pour sûr les parents seraient fiers d’eux, et cette dévotion fraternelle allait même jusqu’à sauver la vie de l’autre, si c’est pas beau. « Maintenant que tu le précises je trouve même que ça sent la me… héééé mais arrête de me pousser. » Un high kick plus tard, et voilà que blondinet se retrouvé sauvé des flammes par le pied de sa sœur ainée. Certes elle avait ignoré le b.a.-ba des règles élémentaires du code de la route (à savoir voyant rouge = arrêt immédiat du véhicule) mais son merveilleux instinct de survie avait fait en sorte qu’ils s’en tirent indemnes. Le miracle de Noël. « Putain comment ça a dû être relou de rouler avec sa dans ton champ de vision. » Grave. Si ç’avait été un sarcasme, Emma lui aurait certainement envoyé son poing dans la gueule, mais en l’occurrence, junior semblait être aussi sensible qu’elle à la notion de danger, donc tout allait bien. Sauf pour la bagnole. Avançant qu’il fallait peut être appeler à l’aide, Emma se rendait compte que son portable était pris au piège dans les flammes de l’enfer et que … « Bordel de meeeeerde ! Regarde ta bagnole maintenant … ça va moins bien rouler. » L’explosion avait réduit cette pauvre Mercedes en un (futur) tas de cendres. Ils ne pouvaient plus rien pour la sauver, c’était trop tard. Couverts de poussières face à ce désolant spectacle, les Lawson n’étaient pourtant pas au bord du précipice et de la panique. Non. On ne pouvait pas leur retirer leur capacité à s’adapter, et ici, Emma proposait de maquiller cet incident en un vol de voiture avant d’expliquer au bébé à sa droite qu’il faudrait marcher pour rentrer à Brisbane. « Viens on fait du stop … mets tes atouts en avant et séduit le premier routier qui passe. » Un routier à Noël ? La brune arquait le sourcil, avant de voir sa paire de seins reluquée par son frère (Lannisters style) et reléguée au rang de piqure de moustique d’un revers de la main. « Laisse tomber ça marchera jamais … un joint ? » Elle n’avait aucunement envie de débattre au sujet de sa poitrine, et répondait par un majeur dressé à cette remarque. « T’as gardé ton herbe sur toi ? » Elle ne fumait jamais, et ne ferait peut être pas d’exception ce soir, mais c’était Noël alors si jamais l’envie lui prenait entre ses douze heures de marche … « Oh regarde un bière ! » Vestige de cette folle épopée, roulant jusqu’aux pieds des gamins Lawson tels un bébé Jésus en quête d’un peuple à guider vers la lumière. « Me dit pas non, t’as déjà mis plus horrible dans ta bouche. » La cannette était noire de suie, et cabossée de tous les côtés. Emma la prenait toutefois du bout des doigts, haussant les épaules en se mettant en marche. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité rassure moi ? » Parce que clairement, si Blondinet se vantait d’avoir tourné un film pour adultes à longueur de journée et avançait que ses trois séances d’abdominaux annuelles étaient pour le maintenir en forme quelques fois qu’on l’appellerait pour un contrat, d’eux deux, le plus dégueu était lui. « C’en est où ton histoire de mariage, faut t’organiser un enterrement de vie de garçon ? » Emma avait peut-être une idée derrière la tête, et ce n’était pas tant de se la jouer grande sœur aimante et attendrissante qui la motivait plutôt que l’idée de voir son appartement brûlé et squatté. « Je dois partir à San Francisco le mois prochain. Je peux éventuellement te jeter à Vegas au passage. » avec un peu de chance, les autorités locales l’enverront à Guantánamo en deux deux et elle ne le reverra plus jamais. « C’est pas que je te fais pas confiance. » Si, totalement. « Vois ça comme mon cadeau pour ton mariage. » Emma et son cœur sur la main. Et dire qu’il l’appelait Satan.



Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 


Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyLun 3 Fév - 23:38


dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

Jamais ô grand jamais le blond n'aurait accepté de monter dans une voiture en compagnie d'Emma si ça n'était pas pour l'arranger, parce qu'elle avait déjà du mal à distinguer sa droite de sa gauche et que les seuls termes techniques qu'elle employait pour parler voiture était liés à la couleur de la carrosserie. Mais pour essayer de mettre un peu d'eau dans son vin, mais aussi parce qu'il n'avait que très peu envie de passer sa main sur la cuisse poilue d'un routier pour se faire déposer là où il le désirait (avant ou après la séquestration dans le fond d'une caravane) Joey s'était plié aux règles de la société qui consistait à faire un minimum la conversation aux membres de la famille. Ça le dégoûtait que d'imaginer Emma en train de se baisser pour ramasser un stylo tout en faisant bien comprendre à un comptable en chemisette qu'elle avait vraiment, vraiment, besoin d'une voiture, mais il fallait reconnaître que la chimiste avait été assez inventive pour se faire bien voir là où elle ne réussissait jamais à garder quelqu'un plus de 8 heures (dépendant de la durée des préliminaires et du temps de simulation). Au moins il avait un moyen de se rendre à sa soirée, et ça valait bien la peine de se taper quelques kilomètres avec la reine des enfers qui n'hésitait pas à lui balancer son majeur manucuré dans la gueule pour lui faire comprendre que la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe et blablabla. Emma faisait son possible pour les garder envie, poussant son frère à croire qu'elle avait été échangé avec un robot encore moins capable d'émotions qu'elle ne l'était déjà. « Je t’ai pas laissé crever sur le trottoir, je t’ai trouvé une opportunité d’emploi, nuance. » Lawson junior avait étouffé un rire entre deux gorgées de bière chaude, levant les yeux au ciel alors que des gouttes dorées s'étalaient sur sa moustache. « Tu sais bien que si je vend mon corps comme tu l'entend je vais me faire un max de thunes. » Le blond avait haussé les épaules alors qu'il s'imaginait déjà la foutre à la porte de son appartement, des cartons sous le bras et une dignité complètement perdue. Sous la pluie, aussi, histoire de bien marquer le coup et de faire couler le mascara spécial pétasses qu'elle n'hésitait pas à dégainer pour donner une expression humaine à son visage. « Ensuite, clairement quitte à te vendre, je le ferais organe après organe et pas à des gitans. T’es plus rentable en kit. J’ai le sens des affaires mon p’tit. » Presque touché par le commentaire de la chimiste qui trifouillait le levier de vitesse comme si elle essayait de l'exciter un minimum, Joey avait recraché la fumée de son joint par la fenêtre ouverte. « Fait en sorte que mon pénis soit entre de bonnes mains. Ou tu le fais mouler pour que tout le monde puissent m'avoir une dernière fois en eux. » L'effet de l'herbe maintenant bien présent le blond avait rigolé à sa propre blague, s'imaginant un tas de femmes et d'hommes faisaient la queue pour s'octroyer la sienne. Ils s'échangeaient constamment les points sans réussir à trouver de vainqueur et c'est ce que le Lawson préférait le plus dans l'étrange relation le liant à son aîné, même si il faudrait le torturer pendant des heures avant qu'il ne l'avoue. Emma avait beau se montrer responsables en achetant un brocolis tous les trois mois, elle restait la seule à pouvoir lui donner le change même si elle refusait le contact physique, histoire de ne pas déconner non plus. Le moyen le plus efficace pour se débarrasser de lui restait tout de même de maquiller son meurtre en accident de voiture, chose que la brune arriverait rapidement à faire si elle continuait de prendre les virages comme si la route faisait trente kilomètres de large.  « J’y peux rien si le volant est excessivement sensible. Pour peu que je bouge un chouïa ça change la trajectoire. » Des excuses, encore des excuses. Joey avait levé les yeux au ciel alors que la barrière de sécurité à sa droite se rapprochait de plus en plus de la portière de la voiture. « C'est ton doigté qui est pas bon, faut s'exercer avec des fruits …  je te montrerai. » Parce qu'il était expert en abricot et en plaisir, et qu'il adorait toujours voir le malaise dans le regard de sa sœur qui n'allait pas tarder à le pousser de cette voiture en marche si elle arrivait encore assez de force pendant sa période pré-ménopause. Dans le fond il pensait surtout à son bonheur, la voyant déjà s'afficher au bras d'un sugar daddy, couverte de bijoux qui se paieraient à la force de son poignet. Parce que l'horloge tourne dans le vide, que les rides commence à apparaître et que plus personne ne voudra d'elle quand ses seins toucheront ses genoux. Un vrai modèle de générosité ce garçon. « Les sous-vêtements ça marcherait mieux. Je pensais que tu le faisais déjà vu qu’ils disparaissent, mais faut croire qu’Alberto est fétichiste. » Alberto. À l'évocation de son prénom Joey eu une réaction de rejet, préférant de loin se noyer dans la bière plutôt que de s'imaginer la brune en compagnie de ce mec qui devrait sûrement garder ses chaussettes au lit parce que 'il fait frisquet quand même'. « Je préfère me couper la main que de toucher à tes toiles de jutes. Mais si c'est Alberto alors je suis persuadé qu'il a un autel à côté de son lit avec des photos de toi et tes culottes en guise de totem... » Et qu'il se touchait en pleurant. Pauvre homme. La bière aux bords des lèvres Joey avait secoué la tête pour se faire sortir cette pensée désastreuse alors que de la fumée commençait à lui chatouiller les narines, et pas le genre qu'il appréciait mais plutôt le genre qui annonçait une mauvaise nouvelle telle que 'on fait cramer le chat, déso'. Sans avoir le temps de dire quoi que se soit Joey s'était retrouvé expulsé de la bagnole qui clignotait plus qu'un sapin de noël dans la vitrine d'un magasin de jouet, le tout surplombé d'une ambiance de film d'horreur qui donnait encore plus envie au blondinet de se rouler dans un coin en pls si Emma n'avait pas réussi à lui faire voir le bon côtés des choses en ajoutant que le petit point clignotant l'avait été pendant un moment. Et elle se disait la plus responsable de deux, mon cul oui. Le cerveau de Joey ramené à la taille et la compréhension d'un caillou en fin de vie avait mis un temps fou avant d'analyser complètement la scène, abasourdi devant la bagnole qui s’enflammait devant leur yeux. Il leur fallait marcher afin de retrouver un semblant de civilisation et le blondinet se maudissait d'avoir choisi ce soir pour porter ses nouveaux mocassins qui, certes, rendaient sa tenue très classe, mais l'empêchait très clairement de faire quoi que se soit à pieds sans se plaindre toutes les trente secondes qu'il avait mal. Pas plus étonnée par le feu de voiture qui allait bientôt alerter les habitants de ce coin paumé, Emma avait pris la route sans se formaliser de quoi que se soit. « T’as gardé ton herbe sur toi ? » Oui, toujours. Joey avait levé les yeux au ciel alors que la brune le jugeait de haut en bas comme pour lui montrer qu'elle était encore parfaite sur un point alors que lui ne pensait qu'à s'en foutre plein les poumons histoire d'oublier la voiture en flammes et la longue marche qui les attendait. « Tu peux juste dire non hein, t'es pas constamment obligé de me juger. » Derrière le ton un peu perché du petit frère se tenait tout de même cette envie de ne pas se voir reléguer au rang de morveux indigne de la dernière bouchée de pain rassie alors qu'il faisait clairement des efforts pour essayer de partager un peu de son monde avec la chimiste. Comme dans un grand majeur aligné par le destin afin de bien se foutre de leur gueule, une bière avait roulée aux pieds d'un Joey bien trop heureux de trouver encore un faisceau de lumière dans toute cette merde. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité rassure moi ? » Boh, au moins elle acceptait l'offrande, et c'était bien. « Dis la femme qui n'hésite pas à draguer tout et n'importe quoi du moment qu'elle peut en tirer quelque chose. » A eux deux les Lawson formait une belle paire d'horribles personnes à qui on ne voudrait même pas laisser la garde du poisson rouge. Ça comblait un peu le fait que maman et papa s'étaient barrés pour s'essayer aux champignons et au calumet de la paix. « C’en est où ton histoire de mariage, faut t’organiser un enterrement de vie de garçon ? » Le blond avait simplement haussé les épaules alors qu'il tirait un joint pré-roulé de la poche de son jean. Il n'avait jamais réellement repensé à cette histoire de mariage, se contenant de faire quelques apparitions sur les réseaux sociaux pour montrer que quelque chose d'important arriverait bientôt. « J'attends simplement qu'on m'appelle pour me dire où et quand. » Avec qui, ça restait encore un mystère mais Joey ne pourrait jamais tomber sur pire que lui-même alors il avait déjà tout gagné. « Et fait pas semblant de t'y intéresser alors que tout ce que tu veux c'est me voir enfin loin de toi. » Emma faisait des efforts pour se montrer un minimum attentive à ce qui pouvait bien se passer dans la vie de son frère, mais ce dernier était bien trop renfermé pour imagier une seule seconde qu'elle organiserait quoi que se soit pour lui faire plaisir. « Je dois partir à San Francisco le mois prochain. Je peux éventuellement te jeter à Vegas au passage. » Les sourcils froncés, cherchant à décrypter les mots de la brune pour y déceler le piège qu'elle lui avait tendu en prétextant être un peu aimable, Joey avait tiré une longue bouffée sur son joint avant de recracher la fumée dans le visage de la chimiste. « Et qu'est-ce que tu y gagnes toi ? Parce que je vais sûrement pas croire que tu ferais ça de bonté de cœur. » Parce que l'antéchrist ne pouvait pas avoir de palpitant, petit un. Et aussi parce qu'Emma ne faisait jamais rien gratuitement et surtout pas pour lui. « C’est pas que je te fais pas confiance. » Bien sûr. « Vois ça comme mon cadeau pour ton mariage. » Joey avait haussé un sourire sur ses lèvres alors qu'il regrettait déjà le choix des mocassins après approximativement trente secondes de marche, ça allait être très long pour lui comme pour elle. « Le meilleur cadeau que tu pourrai me faire ça serait de ne pas venir à mon mariage. » Parce qu'il y aurait des caméras et que le Lawson, et que la chimiste ne manquerait pas de le dégommer en direct en racontant toutes les histoires sordides qu'elle gardait en réserve depuis des années. « Mais si tu m'offre le voyage jusqu'à Vegas alors là c'est différent. » Le concours pour élire le plus vénal des deux venait simplement de débuter, que Satan s'accroche à son tampon parce que le blond n'était pas prêt d'abandonner sa couronne de roi du léchage de cul. « Et toi, comment se passe la recherche de l'héritier qui te fera abandonner ton boulot pour vivre une vie de cocktails et de tenues de soirée ? » D'un geste plutôt amicale Joey avait tendu le joint vers sa sœur qui ne fumait jamais. Mais comme il y avait un début à tout et qu'elle avait déjà cramé la voiture, autant en profiter pour tester de nouvelles expériences. « Non parce que c'est pas les imbéciles que tu ramènes qui vont t'épargner le boulot ma grande, faut viser plus haut. Mais essaie quand même de pas ouvrir la bouche, quand tu parles c'est pire. » L'amour, vraiment, et encore ils étaient assez civilisés pour faire passer l'envie de rentrer à la maison avant celle de se sauter à la gorge au milieu de nul part, question de priorités.     
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyLun 10 Fév - 12:00


Elle se rappelait sans peine du jour ou blondinet avait craint de se faire violer sur ce bout de trottoir. Celui là même où il n'avait pas hésité à avancer que ses tétons souffraient atrocement sous les coups de Lawson senior contre son abdomen. Aux yeux d'Emma ce souvenir avait été à reléguer aux oubliettes, mais puisque Joey en parlait, autant tirer la couverture vers soi et ne pas passer pour la plus pourrie ; une stratégie qu'ils adoptaient tous les deux. « Tu sais bien que si je vend mon corps comme tu l'entend je vais me faire un max de thunes. » Non. Certainement pas. "Tu sais bien que si t'étais si irrésistible t'aurais terminé avec des oreilles de bunny en une de playboy. Là ton palmarès c'est potentiellement une pub pour les hémorroïdes, et encore." Le pire, c'était sûrement que la vérité n'était pas bien loin même si elle ne ménageait pas son frère et ne mettait pas les formes pour arrondir la dureté de ses mots. De toute façon il était question de le découper en morceaux pour le revendre ensuite alors ... « Fait en sorte que mon pénis soit entre de bonnes mains. Ou tu le fais mouler pour que tout le monde puissent m'avoir une dernière fois en eux. » Elle allait gerber. Ce n'était pas tant de faire du fric avec le cadavre de son frère qui la dérangeait, plutôt de voir les gens s'en servir. Hors de question qu'elle en fasse un moulage, jamais de la vie. "Je pense plutôt le revendre à des chinois pour qu'ils se fassent une soupe de trucs chelous. Un truc de fertilité." Et Dieu bénisse les Lawson pour leur inventivité. Pour sûr ils n'étaient pas les plus sains d'esprit, encore moins les plus socialement acceptables, mais fidèles à eux mêmes, ils avaient le mérite de ne pas se formater au monde ... et quelque part c'était louable. D'autres appelleront ça la bizarrerie, pour eux c'était l'esprit de famille. Joey avait beau penser qu'elle désirait le tuer en frôlant toutes les rambardes de sécurité de l'autoroute alors même qu'elle ne dépassait pas le quatre vingt, dans les faits Emma n'y était pour rien, et soulignait d'ailleurs le fait que c'était simplement la voiture qui demeurait réfractaire à sa conduite. Ce qui (dans un sens) n'était pas (totalement) faux. « C'est ton doigté qui est pas bon, faut s'exercer avec des fruits …  je te montrerai. » Ew. No fucking way, baby Lawson. A nouveau, une moue de dégoût rendait le visage d'Emma semblable à celui d'un pruneau, mais elle finissait par pencher la tête sur le côté, poursuivant le plus naturellement possible : "... non, jamais de la vie. Mais si tu veux je te filme. Il doit y avoir des pervers pour tout dans ce bas monde. Ton avenir c'est les trucs bizarres, genre apprenez à flatter le levier de vitesse avec Joey Lawson. Ta chaîne Youtube ferait un carton, et si t'utilises des légumes de saison tu seras retweet par Greta Thunberg. Ne me remercie pas. On se fait 80-20 sur les bénéfices et tu dégages tes fesses de mon canap." Mieux valait ne pas perdre une occasion de dégager son frère de chez elle, mais de sa voiture aussi, visiblement. Sitôt après un bref épisode au sujet d'Alberto congédié par la brune d'un geste du poignet, c'était d'un geste du pied qu'elle poussait son frère de par delà l'habitacle de (feu, c'est le cas de le dire) la décapotable rouge. Eh merde. Outre le fait qu'ils n'avaient plus de moyen de locomotion, sa soirée était foutue, et sûrement sa semaine aussi puisqu'il faudrait justifier du caractère cramé de la bagnole auprès de l'agence de location. Un joyeux merdier en perspective. Emma n'était pourtant pas du genre à se formaliser pour si peu, esprit de Noël oblige, elle s'était remise en route dans la direction opposée, motivée par l'envie de ne pas se faire dévorer par une meute de bêtes sauvages, voire par un routier de passage auquel elle n'hésiterait pas à livrer Joey en offrande pour prendre de l'avance. L'apprentissage de la vie, en somme. « Tu peux juste dire non hein, t'es pas constamment obligé de me juger. » Elle qui se voyait déjà abandonner Junior fut pourtant (presque) touchée par cet élan de générosité dont il faisait preuve en lui proposant de l'herbe ; seule rescapée matérielle de l'incendie. "Pourquoi pas." Elle haussait les épaules, se demandant au passage si la route serait plus ou moins longue sous les effets d'un joint, avant de se dire qu'au moins, elle serait plus supportable. Autre rescapée désirant prendre la route avec les enfants terribles ; une bière chaude, cabossée, voire presque rouillée, qui roulait vers eux à vive allure comme de peur de ne pas attraper le pedibus vers Brisbane et que Joey lui proposait. Depuis quand il avait une âme charitable ? C'était l'esprit de Noël ? Ils allaient croiser une femme enceinte sur le bord de la route et deux trois wallabies pour se la jouer scène de la nativité ? FALLAIT IL SUIVRE L’ÉTOILE DU BERGER ? Pour l'heure ils n'en étaient pas encore là dans leur remake de la chrétienté, et en toute honnêteté c'était peut être tant mieux vu le peu de vertu dont ils faisaient preuve. « Dis la femme qui n'hésite pas à draguer tout et n'importe quoi du moment qu'elle peut en tirer quelque chose. » Vrai. Et elle ne s'en cachait même pas. "Ouais, bon. On va dire que c'est de famille. Tu crois que maman se tapait des vieux en chemisette pour avoir des contrats ? J'ai toujours cru que c'était comme ça que t'avais vu le jour." Pas sûr que dans l'informatique, mama Lawon ait eu beaucoup d'opportunités de mettre en valeur ses charmes, mais Joey et Emma n'étaient pas deux anges tombés du ciel et leur géniteurs avaient bien du leur transmettre le mal quelque part. Ou alors ils avaient été bénis par Belzébuth dès le berceau. L'un dans l'autre, cela ne faisait pas une grande différence et le résultat était le même ; ils étaient imbuvables. La future Madame Lawson avait intérêt d'avoir les nerfs bien accrochés. « J'attends simplement qu'on m'appelle pour me dire où et quand. » La chimiste n'avait même pas feint de s'intéresser au mariage de son cadet. Elle attendait avec impatience le moment ou il dégagerait de chez elle, et celui ou elle se délecterait d'en voir une autre galérer avec Joey. « Et fait pas semblant de t'y intéresser alors que tout ce que tu veux c'est me voir enfin loin de toi. » Cette connexion fraternelle, si belle à observer. "Grave. Mais tu sais comme moi que tu reviendras toujours manger des fruitloops sur mon canap le dimanche. Déjà parce qu'il y a peu de chances que ta chère et tendre ne finisse pas par vouloir t'arracher les yeux, et ensuite parce que ça fait partie des rituels Lawson." Et pour Emma, cela lui allait parfaitement. Les sessions totally spies du dimanche étaient les seuls moments où elle n'avait pas envie de massacrer son frère à coup de stiletto, alors, virer tous les mauvais côtés de cette cohabitation en le refourguant à une autre méritait bien une récompense façon viva las vegas. « Et qu'est-ce que tu y gagnes toi ? Parce que je vais sûrement pas croire que tu ferais ça de bonté de cœur. » Il lui avait envoyé sa fumée dans la gueule, et après lui avoir planté la main sur le visage en lui écrasant le nez au passage, Emma répondait d'un ton qui laissait sous entendre qu'elle avait mûri son plan que : "Déjà si tu me connaissais un peu mieux tu saurais que  j'ai un coeur. Ensuite il est hors de question que je te laisse seul dans mon appartement. Je pars trois semaines et j'ai zéro envie de te voir cramer tout en faisant cuire une pizza." Ni même de récolter son cadavre parce qu'il aurait fini par mourir de faim, d'autant plus que son répondeur serait blindé de "Emmaaaaa revieeeeens." et qu'elle n'avait pas de compassion suffisante pour le tirer de là. « Le meilleur cadeau que tu pourrai me faire ça serait de ne pas venir à mon mariage. » Et qu'en était il de l'esprit de famille, hein ? "Je viendrais. Avec Rose. On sera au fond avec des perruques. J'en ai vu des supers façon coupe mulet. Pépite." Qu'il prépare sa promise à cette idée ; Emma ne serait pas Emma si elle ne pourrissait pas (un peu) le mariage de son frère en étant présente de la pire des façons. De toute façon Joey le lui rendait bien. « Mais si tu m'offre le voyage jusqu'à Vegas alors là c'est différent. » Un billet d'avion, ce n'était rien, absolument rien face à la tranquillité de voir son précieux loft et son mobilier bien loin de la menace Lawson junior qui n'aurait pas hésité une seule seconde à le céder pour le tournage d'un porno scato. Adieu la pureté des murs. "Deal. On part la semaine prochaine. Essaie d'apprendre à avoir l'air moins con entre temps puisqu'ils hésiteront pas à te foutre en prison à l'aéroport." S'il y avait bien une chose à laquelle Emma s'était toujours pliée sans tenter de jouer au plus malin c'était bien à la justice américaine, et que Joey en fasse de même sans quoi il était hors de question qu'elle ruine ses vacances/boulot pour le tirer de là. On ne plaisantait pas avec les GI Joe. « Et toi, comment se passe la recherche de l'héritier qui te fera abandonner ton boulot pour vivre une vie de cocktails et de tenues de soirée ? » Elle haussait les épaules, jaugeant son frère du regard car peu habituée à le voir prendre de ses nouvelles. Ce dernier avait ensuite (seigneur Jésus) tendu son joint vers elle d'un geste presque ... amical ? Où étaient les chants de Noël ? « Non parce que c'est pas les imbéciles que tu ramènes qui vont t'épargner le boulot ma grande, faut viser plus haut. Mais essaie quand même de pas ouvrir la bouche, quand tu parles c'est pire. » Manquant de s'étouffer (il voulait sa mort, elle en était persuadée) en tirant sur le joint de blondinet, Emma balayait ses propos du revers de la main, rétorquant entre deux quintes de toux (tiens Joey, des miasmes) que : "Je vais démissionner. J'en ai marre de me taper des abrutis. Je reprends la fac pour passer un doctorat. J'enseignerai pour vivre. Il est temps que la génération future bénéficie de mon savoir."  Et le pire dans tout ça, c'est qu'elle n'était ni ivre, ni défoncée, ni en proie à un coup de soleil en balançant ces paroles. Wait for it, Brisbane.





Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 




Dernière édition par Emma Lawson le Mar 18 Fév - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyMar 11 Fév - 23:31


dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

En y repensant Joey aurait dû trouver une autre solution à son petit soucis de transport, quitte à faire du stop en mettant en avant ses charmes pour se faire embarquer jusqu’à sa destination. Pas qu’Emma soit du genre à vouloir le tuer mais un peu quand même, déjà qu’elle voulait le dépecer pour vendre les différentes parties de son corps il ne serait pas étonnant de découvrir qu’elle avait déjà prévu toute un trafic en interne pour disposer efficacement de ses organes et en tirer un maximum de pognon. « Tu sais bien que si t’étais si irrésistible t’aurais terminé avec des oreilles de bunny en une de playboy. Là ton palmarès c’est potentiellement une pub pour les hémorroïdes, et encore. » Soulevant un point bien intéressant la chimiste avait fait naître en son frère une folle envie de tout plaquer pour aller faire le pingouin dans le manoir playboy, mettant en avant un corps parfait nourrit au gras et aux céréales bon marché qui ravirait les yeux de toutes les cougars. « Tu feras moins la maligne quand je serais invité à toutes les grandes soirées genre les Oscars. Mais t’en fais pas, je t’enverrai des tickets restaurant pour pas que tu crèves de faim. » Une belle âme, vraiment. La cannette de bière chaude entre les doigts Joey avait vu son rêve de finir en godemiché complètement balayé par sa sœur pour qui tout était question de bénéfices. « Je pense plutôt le revendre à des chinois pour qu’ils se fassent une soupe de trucs chelous. Un truc de fertilité. » Hors de question de finir dans l’estomac d’un comptable incapable de tenir son mât debout pendant plus de trente secondes. Il n’accepterait rien de moins que la statue en or de son membre utilisée comme presse-papier par Quentin Tarantino. « De toute façon vu comme tu conduis tu vas mourir avant moi. Et je ne me priverai pas pour te vendre entant que poupée gonflable humaine au service de gros nerds boutonneux. » C’était dégueulasse mais elle avait l’habitude. Toute cette famille était hors de portée du monde réel, incapable de stagner dans les moules trop étroits de la société qui imposait un cadre familiale bien sous tous rapports. Il fallait qu’elle fasse bien attention à ne pas foutre la voiture dans un ravin, parce que si Joey avait fermé les yeux sur les deux trois écarts le rapprochant dangereusement de la glissière de sécurité il n’en restait pas moins qu’Emma avait l’air aussi habile avec un levier de vitesse et qu’elle ne l’était avec un attribut masculin. Tout tenait dans le doigté et le blondinet se ferait une joie de lui apprendre plus sur la technique de l’horloge. « … non, jamais de la vie. » Rabat-joie. « Mais si tu veux je te filme. Il doit  y avoir des pervers pour tout dans ce bas monde. Ton avenir c’est les trucs bizarres, genre apprenez à flatter le levier de vitesse avec Joey Lawson. Ta chaîne Youtube ferait un carton, et si t’utilises des légumes de saison tu seras retweet par Greta Thunberg. Ne me remercie pas. On se fait 80-20 sur les bénéfices et tu dégages tes fesses de mon canap. » Ce qu’elle était autoritaire, vraiment. Toute cette énergie dépensée à lui en foutre plein la gueule alors qu’elle aurait pu se concentrer sur des choses plus importantes comme le petit voyant lumineux qui n’avait pas arrêté de clignoter depuis qu’ils avaient quittés l’appartement. « Comme il y a des pervers qui kiffent soudoyer de pauvres âmes pour se faire de l’argent. » Dans un bruit horrible Joey avait fait descendre un filet de bière dans sa gorge tout évitant le regard glaçant d’Emma qui faisait bien de se sentir visée. Il aurait aimé en rajouter une couche histoire de garder sa couronne de prince de la répartie mais Emma en avait décidé autrement, l’expédiant hors de la voiture d’un high kick magistral en plein torse. Rendu complètement abruti par les effets du joint mais aussi par le coup violent qu’il venait de recevoir, Joey avait mis un certain temps avant de rendre compte que (feu) la voiture était en proie aux flammes et qu’il fallait dire adieu à un moyen de transport pour rentrer. A moins que la brune ne se décide à sortir les deux piqûres de moustique lui servant de seins pour affoler le premier routier qui croiserait leur chemin, mais pas dit qu’il est franchement envie d’elle non plus. Il fallait marcher. La route jusqu’à la maison serait bien trop longue pour que le blond accepte de relever le challenge sans un minimum de récompense, et alors qu’il proposait de quoi soulager sa peine à la brune, il ne récolta qu’un regard plein de jugement là où il n’était qu’amour. « Pourquoi pas. » Seigneur dieu. Après la vision horrifique de sa sœur complètement bourrée dans un club de strip tease il allait maintenant assister à celle de la voir sous l’emprise de stupéfiant, elle qui contrôlait avec rigueur tout ce qui entrait en elle (contexte). Au moins elle ne refusait pas de boire la bière qui avait roulée jusqu’à eux comme poursuivit par le démon des flammes, un signe que tout dans cette soirée de merde était bien trop étrange pour qu’on arrive à en tirer du sens. Il ne manquait plus à toute cette scène qu’une longue discussion sur leurs sentiments respectifs histoire de bien enfoncer le clou, Emma pleurant sur l’épaule de son frère parce que la vie c’est de la merde et qu’elle n’arrive à rien d’autres qu’à baiser des abrutis pour récolter les miettes. « Ouais, bon. On va dire que c'est de famille. Tu crois que maman se tapait des vieux en chemisette pour avoir des contrats ? J'ai toujours cru que c'était comme ça que t'avais vu le jour. » Elle donnait dans l'humour, se cachant derrière des réflexions bien centrée tout en remettant en question la droit familial de son frère pour ne pas reconnaître que – de tous – Emma était la seule à ne pas rentrer dans le moule complètement pété des Lawson. Recrachant la fumée dans le visage de la chimiste, histoire de bien faire chier jusqu'au bout, Joey avait simplement soulevé les épaules. « T'es uniquement jalouse du lien fort qui nous unis maman et moi. » Pas sûr, vraiment, mais si Joey pouvait compter sur sa mère qui lui conseillait toutes sortes d'huiles essentielles pour calmer les rougeurs il n'en restait pas moins que les parents avaient décidés de faire l'impasse sur le mariage de leur propre fils, merci la famille. « Mais ça me ferait quand même bien chier d'être le fils d'un mec qui porte des chaussettes dans ses sandales. » Rien que cette vision lui donnait l'envie de tabasser tous les fils à papa qui portent des shorts pastels, des cols roulés et des mocassins.  Joey avait tout de même prié tous les dieux possibles pour ne pas avoir à se retrouver au bras d'une pimbêche de bas étages dont les seuls sujets de conversation incluaient l'autobronzant et les manucures, quoi que, il aurait tout de même tapé dans n'importe quoi si ça lui ouvrait les portes d'un nouveau monde qui ne comportait pas le canapé moisi de sa sœur sur lequel l'empreinte de ses fesses était marquée à jamais et qu'elle aurait bien vite fait de foutre à la benne à peine son cadet sorti de son champ de vision. Emma n'attendait qu'une chose, pouvoir regagner son territoire afin d'y inviter tous les coincés du cul du coin pour une soirée d'échanges sur le thème des fluctuations boursière. « Grave. Mais tu sais comme moi que tu reviendras toujours manger des fruitloops sur mon canap le dimanche. Déjà parce qu'il y a peu de chances que ta chère et tendre ne finisse pas par vouloir t'arracher les yeux, et ensuite parce que ça fait partie des rituels Lawson. » Oh, il allait lui manquer. Presque touché par cette déclaration sortie de nul part Joey avait relevé les yeux vers sa sœur afin d'essayer de décrypter les traits de son visage (compliqué chez les sorcières). Soit elle le prenait vraiment pour le plus grands des abrutis en remettant sur le tapis le fait qu'il n'était qu'un bon à rien incapable de faire quoi que se soit n'impliquant pas l'utilisation de son organe reproducteur, soit elle essayait de lui faire passer un message en prétextant que la porte serait – quand même – toujours ouverte pour qu'il vienne dévaliser le placard à gâteaux. Dans tous les cas Joey se méfiait trop d'elle pour la prendre au sérieux, elle était capable de tout. « La vérité est ailleurs Satan … parce que même si tu montes sur tes grands chevaux en prétextant que ta vie serait meilleure sans moi … y'a personne qui te donne le change comme je le fait. Si c'est pour te coltiner des soirées en tête à tête avec le voisin fait toi plaisir, mais toi comme moi on sait qu'il te faut plus que ça. » Ce qu'elle  aimait c'était le challenge, et c'est ce que son frère n'avait eu de cesse de faire depuis qu'il était assez grand pour répliquer. La bière aux bords des lèvres Lawson junior avait tenté une approche pour devenir les intentions de sa sœur caché derrière une proposition innocente de Las Vegas qui cacherait une tentative de faire disparaître son corps derrière un motel miteux. « Déjà si tu me connaissais un peu mieux tu saurais que j'ai un coeur. Ensuite il est hors de question que je te laisse seul dans mon appartement. Je pars trois semaines et j'ai zéro envie de te voir cramer tout en faisant cuire une pizza. » Un cœur ? Vraiment ? Caché derrière toutes les barrières qu'elle dressait pour ne pas voir sa propre solitude. Il n'avait pas fallu bien plus que cette remarque pour sortir un rire d'entre les lèvres du blond qui balaya – au passage – la main de sa sœur qui s'était écrasée sur son visage. Emma avait autant d'empathie qu'une pomme de pin, et à part l'épisode compliqué de sa vie où elle avait perdu quelqu'un de proche, elle ne se montrait jamais vulnérable, préférant de loin être la connasse sans cœur que celle qu'il fallait apprivoiser. « Trois semaines qui auraient vraiment pu être fantastiques, un peu de répit dans ma vie constamment détruite par ta présence. » Peut-être que si il jouait un remake de 'maman j'ai raté l'avion' la brune ne se rendrait même pas compte qu'elle l'avait oublié dans un coin de la pièce, et il aurait enfin le repos qu'il mérite pour prendre soin de lui et vider tous les produits d'hygiène qu'elle achetait bien trop cher sans que rien ne fonctionne. La seule solution était donc qu'il se joigne à ce road-trip improvisé en acceptant de se faire trimballer de part et d'autre de la ville sans jamais y trouver la moindre compensation, mais si et uniquement si la chimiste lui promettait de ne pas venir à son mariage. Aucunes chances qu'il ne reconnaissait son lien familial avec elle, même sous la torture. « Je viendrais. Avec Rose. On sera au fond avec des perruques. J'en ai vu des supers façon coupe mulet. Pépite. » Le dégoût, profond, viscéral, qui avait marqué le visage du blond alors qu'il se retenait de ne pas rebrousser chemin pour la laisser seule de son côté (bien qu'il soit tétanisé à l'idée de rester solo dans cet environnement hostile). « C'est toi qui sera ridicule à la télévision … parce que je ferais en sorte de bien te pointer du doigt en commençant mon discours sur comment je t'ai sorti de l'enfer de la prostitution. » Un prêté pour un rendu, voilà comment ils fonctionnaient, et qu'Emma garde bien en tête que son frère aurait toujours une parade pour contrer la moindre de ses remarques. Mais, si elle lui offrait le billet d'avion pour qu'il puisse s'en foutre plein la gueule à Vegas, alors il était prêt à faire des efforts. « Deal. On part la semaine prochaine. Essaie d'apprendre à avoir l'air moins con entre temps puisqu'ils hésiteront pas à te foutre en prison à l'aéroport. » Oh une fouille surprise. Le sourire aux lèvres le blond était déjà en train de monter un plan machiavélique, histoire qu'Emma se prenne de plein fouet le touché rectal des familles alors qu'il prétexterait que depuis son retour d'Iran quelque chose à changé chez elle. « T'inquiètes, je mettrai des lunettes et une veste en tweed. Ça a l'air de fonctionner puisque c'est le style de tous les mecs que tu ramènes, ça fait bien coincé. » Soulever le point sensible qu'était la vie sentimentale de la jeune femme n'était pas forcément le meilleur moyen de se faire offrir le mini bar de l'hôtel, mais si ça lui permettait de penser à autre chose qu'à la bière chaude et le joint froid alors il était prêt à tout. « Je vais démissionner. J'en ai marre de me taper des abrutis. Je reprends la fac pour passer un doctorat. J'enseignerai pour vivre. Il est temps que la génération future bénéficie de mon savoir. » Alors là, vraiment, elle touchait du bout des doigts l'instant de pure folie que le blond avait cherché à mettre en valeur toute sa vie. Emma + enseigner = une augmentation croissante du taux de suicide chez les étudiants. Le corps courbé par le rire d'outre tombe qui lui sortait de la gorge, Joey avait du marquer un tant de pause pour ne pas s'étouffer avec ses propres larmes. « Ah elle est bien bonne, vraiment pour celle-là tu t'es surpassé. » Parce que ça ne pouvait pas être autre chose qu'une vaste blague, non ? « Attends … t'es pas sérieuse quand même ? Anabel t'écoutes déjà pas quand tu essaies de lui apprendre à faire ses lacets alors imagine une audience composée d'étudiants... » Peut-être qu'elle finirait par comprendre d'elle-même qu'il s'agissait là de la pire idée du siècle, mais pour le moment Joey avait envie de profiter de cet instant pour s'imaginer toutes les copies corrigées entre deux mojitos qui termineraient leur vie dans un fond de tiroir. « Et tu t'imagines vraiment dans une salle de classe ? Genre, même moi je pourrai le faire. » Non, clairement pas, à moins que les cours dispensés ne soient en lien avec l'art de bien tasser un joint.      
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyLun 17 Fév - 17:54



Elle se moquait, mais en vérité, Joey avait sa place en tant que toyboy que des mamies fortunées trimbaleraient avec une laisse dans toute leur immense baraque marbrée. C'était d'ailleurs sûrement comme ça qu'il terminerait sa vie, car à défaut d'avoir un diplôme universitaire et la volonté de s'en tirer, Joey était encore plus gold digger qu'elle, ou du moins, il mettait la barre bien plus bas histoire de ratisser bien large. « Tu feras moins la maligne quand je serais invité à toutes les grandes soirées genre les Oscars. Mais t’en fais pas, je t’enverrai des tickets restaurant pour pas que tu crèves de faim. » Mouais. Elle le voyait davantage invité aux après midi bridge du country club mais pourquoi pas. Haussant les épaules, Emma développait son business plan plutôt que d'argumenter sur une hypothétique soirée mondaine à laquelle il n'irait jamais. Joey était bien plus rentable découpé en morceaux, car des tarés, il y en avait à la pelle dehors. « De toute façon vu comme tu conduis tu vas mourir avant moi. Et je ne me priverai pas pour te vendre entant que poupée gonflable humaine au service de gros nerds boutonneux. » Arquant le sourcil, Emma (pas choquée le moins du monde) acceptait l'idée dans un mouvement de la tête. Au moins elle serait rentable, c'était le principal, puis ce n'était pas vraiment comme si elle pouvait contredire sa conduite déplorable. De mauvaise foi, elle l'était carrément, mais vu les soubresauts de la voiture il était inutile de nier ce qui était évident. La brune ne perdait jamais le nord, tout comme elle ne se privait pas de trouver une pirouette pour redorer son blason alors que Joey la chambrait sans fondement sur ses prouesses avec le levier de vitesse. « Comme il y a des pervers qui kiffent soudoyer de pauvres âmes pour se faire de l’argent. » Blablabla. La vie était une garce, et comme le disait Kelly Clarkson, ce qui ne te tue pas te rend plus fort. Ils allaient d'ailleurs en faire l'expérience puisque tous deux se retrouvaient hors de la voiture ; elle parce que la grâce et la présence d'esprit de se tirer vite fait quand l'habitacle commençait à sentir le cramé l'avaient touchée, et blondinet parce qu'un kick l'avait heurté de plein fouet. Roulant boulant sur le sol comme dans une cascade de James Bond mal interprétée, les enfants terribles n'avaient plus que leurs yeux pour pleurer face à ce barbecue géant qui les obligerait à marcher jusqu'à Logan City ; un chemin de croix dont ils se seraient bien passés, surtout pour un réveillon de Noël. Joey proposait de l'agrémenter de bière chaude et d'herbe ; un savant mélange qui aurait (peut être) le mérite d'adoucir cette soirée pourrie. Les deux n'en étaient toutefois pas au point de s'épancher sur leurs sentiments respectifs, et Emma ne perdait pas l'occasion de pouvoir rappeler à son cadet qu'il devait très certainement avoir été le rejeton illégitime d'un vieux en chemisette que leur mère se serait tapé pour grapiller des contrats ; ni l'un ni l'autre ne tenait son côté michto du Saint Esprit. « T'es uniquement jalouse du lien fort qui nous unis maman et moi. » Tellement, son petit coeur était brisé même. "Si seulement elle pouvait te rapatrier dans son utérus ça éviterait au monde de devoir te supporter." commentait-elle dans un haussement d'épaules, totalement sérieuse. « Mais ça me ferait quand même bien chier d'être le fils d'un mec qui porte des chaussettes dans ses sandales. » Ah ça. Pédagogue, Emma penchait la tête sur le côté pour poursuivre : "C'est la vie blondinet. On ne choisit pas l'apparence du mec au plus gros PEL. Y'a des choses qu'on ne contrôle pas." L'amour ... de l'argent. Emma avait très clairement une calculatrice dans un coin de son coeur, et nul doute que si Joey aussi, leur mère n'y était pas pour rien. C'était l'esprit de famille, la beauté familiale de la chose, et la brune ne s'en cachait presque pas. C'était Noël après tout, un peu de beauté dans ce monde.  « La vérité est ailleurs Satan … parce que même si tu montes sur tes grands chevaux en prétextant que ta vie serait meilleure sans moi … y'a personne qui te donne le change comme je le fait. Si c'est pour te coltiner des soirées en tête à tête avec le voisin fait toi plaisir, mais toi comme moi on sait qu'il te faut plus que ça. » Dit comme ça, on aurait presque eu l'impression qu'il s'agissait des paroles d'une sorte de pervers narcissique qui tentait de garder le contrôle sur sa proie malgré la distance. "Bah, ça a l'air de t'échapper mais j'ai une vie." Et elle ne tournait pas autour de son boulot ni de Seth. Il y avait un petit cœur battant sous la couche d'égoïsme et de méchanceté gratuite, tout comme elle le prouvait en lui proposant (imposant, s'il refusait) de l'embarquer avec elle dans ses valises pour San Francisco sous couvert d'un enterrement de vie de garçon rocambolesque à Las Vegas. C'était l'occasion ou jamais, et surtout elle tenait à garder son appartement intact et de bonnes relations avec le syndic de copropriété. « Trois semaines qui auraient vraiment pu être fantastiques, un peu de répit dans ma vie constamment détruite par ta présence. » Blablabla. Il avait beau lui rire à la gueule, Emma n'en démordrait pas, et répondait d'ailleurs : "Si jamais tu refuses de toute façon, je te ferais arrêter par les flics en te balançant pour trafic d'images pédopornographiques. J'en mettrais une blinde sur ton PC. Et pas sûre que ta future femme voudra bien de ça après ça." Très clairement, Emma était capable du pire, et en l’occurrence ici, elle avait de nombreuses ressources pour mettre à l'ombre Joey le temps de son séjour chez l'oncle Sam voire même après. S'amuser avec les nerfs de son frère était l'une de ses activités favorites depuis qu'il était venu s'imposer chez elle, et si de prime à bord elle avait trouvé cette idée de mariage complètement stupide, maintenant elle se disait que sous une perruque et avec de grosses lunettes de soleil, assister à l'apothéose de la connerie façon Lawson était un événement à ne pas rater.  « C'est toi qui sera ridicule à la télévision … parce que je ferais en sorte de bien te pointer du doigt en commençant mon discours sur comment je t'ai sorti de l'enfer de la prostitution. » A n'en pas douter, si jamais la chaîne décidait de garder cette partie au montage, ils finiraient dans les JT de tout le pays. "Tu fais bien de me prévenir. J'essaierai de négocier un contrat avec une marque de bière low cost histoire de faire un placement de produit vu que j'aurais sombré dans l'alcool. D'ailleurs, est ce que tu pourras accentuer un peu le côté dramatique de ma vie ? Ce serait quand même cool que Netflix se penche sur ma fausse existence pour en faire une mini série." Emma Lawson ; la battante. Le phénix renaissant de ses cendres. Y'a pas à dire. Avec le combo coupe mulet + jupiler elle ferait un carton chez tous les beaufs de Belgique. "Si tu veux je débarque même au volant d'une voiture tunnée." Ça devait se trouver facilement. Un petit tour à Redcliffe et c'était réglé. Blondinet finissait par accepter le road trip, et Emma ne se privait pas de le mettre en garde sur les autorités américaines. Très clairement, sa seule envie était de le bâillonner jusqu'à ce qu'ils passent la douane, mais allez savoir pourquoi c'était mal vu. « T'inquiètes, je mettrai des lunettes et une veste en tweed. Ça a l'air de fonctionner puisque c'est le style de tous les mecs que tu ramènes, ça fait bien coincé. » Mais tout n'était pas question de style, et Emma claquait des doigts aux quatre coins autour d'elle comme pour en faire un carré. "T'as pas l'attitude blondinet. Non vraiment, pour le bien il faudrait que tu te mettes quelque chose derrière. Si tu veux je demande à Alberto, il pourra te rancarder sur les diamètres les plus confortables pour trente six heures de voyage." Il n'était pas question qu'on remette sa vie sentimentale sur le tapis, car si blondinet se permettait de commenter le choix des mecs qu'elle ramenait sans trop savoir qu'elle sortait avec eux pour des raisons qui dépassaient de loin l'envie d'avoir envie, Emma se gardait bien de préciser qu'elle était une paumée qui oscillait entre filles et garçons sans trop savoir si elle devait assumer avoir une préférence. Ils parlaient de toute façon bien suffisamment de sa vie personnelle sur le moment puisque son boulot revenait sur le tapis, et avec une grande décision qu'elle avait prise il y a quelques jours déjà. A l'écoute de son plan pour l'avenir, Joey se mit à rire bruyamment, récoltant un poing balancé dans l'épaule.... « Ah elle est bien bonne, vraiment pour celle-là tu t'es surpassé. » .... puis son majeur dont la manucure de Noël égayait (un peu) l'échange entre les deux rejetons de Satan. « Attends … t'es pas sérieuse quand même ? Anabel t'écoutes déjà pas quand tu essaies de lui apprendre à faire ses lacets alors imagine une audience composée d'étudiants... » Certes, sauf que Anabel avait le choix et était sans doute dix fois plus maligne qu'une horde de jeunes adultes aux hormones en ébullition. Balayant sa remarque du revers de la main l'air de dire "écoute connard", Emma précisait : "Bien sur que je suis sérieuse. J'ai besoin d'un doctorat. Pour prouver à la bande d'abrutis avec qui je bosse que non seulement je suis pas une potiche mais qu'en plus j'ai été touchée par l'intelligence. Si ça signifie devoir faire preuve de patience pour trois quatre gamins ... soit." Le féminisme avait une nouvelle figure de proue en la personne de la nana la plus opportuniste de Brisbane ; un comble, mais si Emma n'hésitait pas à donner de sa personne pour peaufiner sa carrière, lorsqu'il était question de ses compétences elle ne laissait personne remettre en cause son intelligence. C'était la seule chose qui tenait la route dans sa vie, alors pas touche. « Et tu t'imagines vraiment dans une salle de classe ? Genre, même moi je pourrai le faire. » A ceci près que lui n'était pas capable d'aligner deux chiffres sans se tromper. Arquant le sourcil, Emma relevait l'index l'air de dire no fucking way, et rétorquait : "Je te dis que je gère. Clairement ça devrait le faire. T'as des souvenirs de profs cools toi ? Hein ? Non. Parce qu'ils ne le sont pas. Faut pas faire d'efforts pour enseigner. Je suivrais le bouquin puis voilà. Pour faire passer une patate du jaune au violet je vais pas avoir besoin à trop donner de ma personne." Du moins, c'était l'idée qu'elle se faisait de l'enseignement. Poireauter sagement sur une chaise en attendant que l'heure tourne et que les gosses cernent d'eux même ce qu'il y avait au programme.





Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 


Revenir en haut Aller en bas
Joey Lawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-sept ans, plus assez jeune pour les réductions au ciné. (02 mars)
SURNOM : joe la plupart du temps, connard par sa soeur.
STATUT : your boyfriend is a whore
MÉTIER : acteur ayant fait un film porno, au casting d'une émission de télé-réalité.
LOGEMENT : #789 daisy hill road, sur le canapé de sa sœur
dragging me down (emmey) Tumblr_inline_ovte8suYN41s6az9p_400
POSTS : 224 POINTS : 210

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : ses parents ont trouvés leur "moi" intérieur et s'adonnent maintenant à un voyage autours du monde - il a toujours voulu être acteur pour faire comme John Wayne mais il n'a aucun talent - sa sœur est toujours la personne vers qui il se tourne quand il a des emmerdes (c'est à dire souvent) - il est entouré de gens en permanence et ne supporte pas le silence - fait semblait d'en avoir rien à foutre de tout pour ne pas risquer l'attachement - grand enfant qui ne sais pas vivre seul.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
dragging me down (emmey) Giphy
EMMEY + Tomorrow you'll be thinking to yourself "Where'd it all go wrong?" But the list goes on and on. And truth be told I miss you, and truth be told I'm lying. When you see my face hope it gives you hell

joalma - emmey #2


RPs EN ATTENTE :
dragging me down (emmey) Eefb949d7bc32050bc904607455b06e6
JALFIE + What's done is done, now that I'm the only one. If you tell me I'll accept what you've been through, and I don't believe all this inconsistency I've been hearing different stories about you.

- prim #2 -

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : spf
AVATAR : dacre montgomery
CRÉDITS : bella ciao (av) - jamie (ub)
DC : lonnie le petit bleu - eliott le lâche
INSCRIT LE : 06/06/2018

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyMer 19 Fév - 11:51


dragging me down
Oh why can't you let go Like a bird in the snow. This is no place to build your home. You can't fight the friction, So ease it off. Can't take the pressure, So ease it off. Don't tell me to be strong, Ease it off
 
▼▲▼

Il était plus facile d'imagine Joey avec des oreilles de lapin sur la tête plutôt qu'avec un diplôme entre les mains, parce que le garçon n'avait jamais été très doué pour les études (si on compte le fait de s'arrêter au niveau lycée comme des études) mais il savait parfaitement bien utiliser son corps et ce petit côté garçonnet qui ressortait avec la moustache. C'était le penchant de la famille Lawson après tout, utiliser son charme à bon escient afin de pouvoir récupérer des miettes d'affections qui les rendent un tant soit peu heureux de vivre. Le blondinet s'était toujours cru capable de pouvoir tirer son épingle du jeu en insistant sur le côté physique de ses charmes, Emma - elle - avait décidé d'utiliser le peu d'atouts qu'elle avait pour grimper les échelons de la société moderne. Vraiment, papa et maman auraient été fiers de voir autant de réussite du côté de leurs enfants. Il ne manquait plus que l'un des deux ne meure dans un étrange accident de voiture provoqué par les non talents de la chimiste pour la conduite, parce qu'à force de frotter les barrières de sécurité Emma finirait pas choper des brûlures de tapis. Si la brune crevait Joey n'hésiterait pas à vendre son corps pour en faire une poupée gonflable de chaire humaine qui rendrait heureux le premier nerd boutonneux sur le dark net. L'inverse était vrai également, et Emma n'hésiterait jamais à le dépecer de ses propres mains avant de le foutre dans l'acide pour faire réduire les parties de son corps et ainsi les vendre à des chinois. Une belle relation, vraiment, ça en tirait presque les larmes au blond qui se contente de finir sa bière chaude d'une traite, du moins il avait essayé de la terminer avant de se faire éjecter de la voiture par le pied de la brune en plein visage. Une cascade, les bières qui se fracassent contre la route, une voiture en feu. Cette scène digne d'un très mauvais film de série B type Sharknado avait au moins eu le mérite de réveiller un Joey qui planait sous l'effet de l'herbe qu'il avait consommé dans la voiture, et si il n'avait pas eu le réflexe de garder son herbe sur lui le blond aurait déclenché une belle fumée verdâtre dans les alentours. Maudissant sa soeur ainsi que son très mauvais sens des responsabilités Joey lui avait cependant emboîté le pas, le corps déjà fatigué de toute cette route alors qu'ils n'avaient parcouru que trois pas. Son esprit délirant voulait que sa mère revienne, le prenne dans ses bras et l'embarque dans le van coloré que les parents Lawson avaient achetés pour leur tour du monde. Mais si maman ni papa ne viendrait au secours du blondinet qui devait s’accommoder de la présence de la brune à ses côtés, elle qui n'hésiterait pas à le pousser dans les fourrées au premier passage de camion pour se faire raccompagner en le laissant là. "Si seulement elle pouvait te rapatrier dans son utérus ça éviterait au monde de devoir te supporter." Maintenant son esprit fatigué était en train d'imaginer un retour aux sources, le corps glissant dans l'utérus de maman mais avec sa taille d'adulte. Arrêtez de fumer les enfants. "La jalousie te perdra Lawson. Je suis son petit sucre au miel et toi t'es juste la fille à qui elle sert la main pour dire bonjour." En même temps Emma se refusait souvent à aller voir papa et maman quand ils rentraient au pays, préférant se passer de cette obligation pour aller s’empiffrer de scones avec Rose en crachant sur le monde, l'injustice, les hommes avec de tous petits comptes en banque, et blablabla."C'est la vie blondinet. On ne choisit pas l'apparence du mec au plus gros PEL. Y'a des choses qu'on ne contrôle pas." Et généralement on tombait toujours sur le classique: mèche grasse, trois poils de barbe, lunettes à double foyer, cravate laide, chaussettes dans la claquettes. Le genre de gars qu'elle ramenait à la maison, Alberto, comme d'autres avant lui qui s'étaient vu refuser l'accès à la grotte aux secrets en dévoilant un caleçon spiderman. "Pourquoi tu fais ça aussi ? Genre, tu pourra être avec quelqu'un que t'aimes bien, sans faire attention à son argent." L'herbe le rendait mélancolique, un poil plus adulte aussi, et c'était sans doute l'esprit de Noël qui poussait Joey à poser les vraies questions. La vérité c'est qu'Emma se ferait sans doute bien chier si il n'était pas dans sa vie pour titiller les points sensibles de sa personnalité, pour challenger son côté Valérie Damidot en éclaboussant les murs de sauce piquante, même si elle prétextait n'avoir jamais eu besoin de lui pour vivre sa vie. "Bah, ça a l'air de t'échapper mais j'ai une vie." Mouais, pas forcément la vie rêvée mais au moins elle avait l'opportunité de s'enfuir loin de tout ça pendant quelques jours, proposant même un cadeau de mariage en avance en faisant passer le blond pour un colis suspect à l'aéroport avant de l'abandonner sur le stip de Las Vegas. "Ta vie consiste à aller au boulot, sortir du boulot, te faire sauter par des cons et rentrer à la maison. Je t'envie, vraiment." Le blond avait tiré une longue latte sur son joint allumé depuis un trop long moment avant de le tendre à la chimiste dans un geste d'extrême bonté qui était à marquer d'une pierre blanche. "Si jamais tu refuses de toute façon, je te ferais arrêter par les flics en te balançant pour trafic d'images pédopornographiques. J'en mettrais une blinde sur ton PC. Et pas sûre que ta future femme voudra bien de ça après ça." Sa future femme. Joey avait eu un mouvement de dégoût à l'entente de cette phrase alors qu'il s'était inscrit de lui-même pour cette émission. Et si il n'était pas prêt à tout ça ? Une lampée de bière dans la bouche le blond avait haussé les épaules sans accorder un regard à Emma. "Mon pc c'est ton pc ... le mien est mort depuis deux semaines et tu changes jamais tes mots de passe ..." C'était pas bien compliqué de cerner la brune tant elle était réfractaire aux changements, et si Joey en avait profité pour télécharger un maximum de pornos en prenant bien soin de désactiver le pare-feu il n'en était pas moins heureux d'avoir une solution de secours pour ses soirées solitaires. Des soirées qui finiraient par s'arranger avec la présence d'une nouvelle femme dans sa vie, pitié faites qu'elle soit bonne, c'est tout ce que le blondinet avait en tête alors que le plus grand jour de sa vie arrivait à grands pas. Durant la cérémonie Lawson junior n'hésiterait pas à pointer du doigt la chimiste en appuyant sur le côté larmoyant de cette relation et sur le fait qu'il l'avait sorti de l'enfer de la drogue et de la prostitution comme la belle âme qu'il était. "Tu fais bien de me prévenir. J'essaierai de négocier un contrat avec une marque de bière low cost histoire de faire un placement de produit vu que j'aurais sombré dans l'alcool. D'ailleurs, est ce que tu pourras accentuer un peu le côté dramatique de ma vie ? Ce serait quand même cool que Netflix se penche sur ma fausse existence pour en faire une mini série." Encore une fois Emma avait la parade parfaite pour contrer les paroles de son frère, et - très sincèrement - Joey ne pu s'empêcher d'hausser un sourire sur ses lèvres alors que l'herbe commençait à kicker dans sa tête. "Égérie d'une marque de chips, avec à la clé une mini-série sur comment tu es passée de l'enfer de la cocaïne au monde des assistances sexuelles qui s'occupent des handicapés." A eux deux ils avaient de l'imagination à revendre, un don commun pour la mise en scène qui les rapprochaient alors qu'ils avaient passés des années à se tirer dans les pattes simplement pour le plaisir. "Si tu veux je débarque même au volant d'une voiture tunnée." Grave, elle n'aurait de toute façon pas de mal à faire semblant de s'intéresser à un nouvel homme pour obtenir une nouvelle bagnole. "Maintenant que tu sais comment faire pour dégoter des voitures j'attend de toi que tu donnes le maximum." Il avait levé un poing devant lui pour marquer le coup, s'imaginant déjà la brune au volant d'un 4x4 rose fluo avec néons et dés de moquette accroché au pare-brise. Joey devait déjà passer la douane américaine sans pointer du doigt sa soeur en prétextant qu'elle avait dissimulé un colis piégé dans son rectum, et qu'avec ses compétences en chimie elle pourrait très bien faire sauter cet aéroport, il n'avait qu'à copier les attitudes de tous les pauvres mecs qui passaient en coup de vent dans l'appartement. "T'as pas l'attitude blondinet. Non vraiment, pour le bien il faudrait que tu te mettes quelque chose derrière. Si tu veux je demande à Alberto, il pourra te rancarder sur les diamètres les plus confortables pour trente six heures de voyage." Boh, elle n'avait qu'à lui prêter le sien, ça lui changerait un peu de se sentir enfin libérée d'un poids. "Une balayette ça passe ? Parce que j'ai pas envie que ça reste coincé, comme pour toi." Emma aurait bien du mal à se défaire de cette attitude qui lui collait à la peau depuis qu'elle avait décidé de mettre sa vie entre parenthèses pour faire un boulot de merde. En vrai, tout avait changé depuis la mort de Rachel, le seul point sur lequel Lawson junior n'avait jamais titillé sa soeur de peur de se faire vraiment exploser le visage contre le comptoir de la cuisine. Heureusement pour eux la chimiste n'avait pas laissé l'atmosphère devenir trop lourde en soulevant un nouveau point de sa fabuleuse carrière où elle se rêvait le messie d'une nouvelle génération. Joey avait éclaté de rire d'un rire lourd avant de récolter un coup de poing dans l'épaule ainsi qu'un majeur dressé de la part d'Emma qui avait véritablement l'intention de se glisser dans la peau du parfait professeur. "Bien sur que je suis sérieuse. J'ai besoin d'un doctorat. Pour prouver à la bande d'abrutis avec qui je bosse que non seulement je suis pas une potiche mais qu'en plus j'ai été touchée par l'intelligence. Si ça signifie devoir faire preuve de patience pour trois quatre gamins ... soit." Elle se prenait trop la tête en imaginant qu'il fallait prouver les choses pour être reconnue, un problème que le blondinet n'avais jamais connu tant il se foutait du reste du monde du moment qu'il pouvait en tirer le maximum d'avantages sans avoir à lever le petit doigt. "Des gamins qui n'hésiteront pas à t'en faire baver juste pour le plaisir ... et t'as même pas le droit de leur balancer des trucs ... et tu pourra pas coucher avec les papas ... Non, vraiment, tu fais une erreur là ma grande." A la rigueur il préférait encore qu'elle se tape tous les mecs riches du Queensland pour avoir un soutien financier que de la retrouver en prison pour détournement de mineur, ou coups et blessures sur des enfants qui n'avaient rien demandés à personnes. Enfin, qu'elle fasse de la prison ou non importait peu au blond du moment qu'elle lui laisse l'appartement et le compte en banque en partant. "Je te dis que je gère. Clairement ça devrait le faire. T'as des souvenirs de profs cools toi ? Hein ? Non. Parce qu'ils ne le sont pas. Faut pas faire d'efforts pour enseigner. Je suivrais le bouquin puis voilà. Pour faire passer une patate du jaune au violet je vais pas avoir besoin à trop donner de ma personne." Pauvres enfants, vraiment. Joey avait balancé le cul de son joint dans la nature sans faire attention aux potentiels feu de forêt dans un haussement d'épaules qui indiquait qu'elle faisait bien ce qu'elle voulait du moment que ça soit loin de lui. "J'ai même pas de souvenirs d'école alors ... Mais évite de leur apprendre à faire de la méthamphétamine si tu veux pas l'inspection sur le dos." Les enfants terribles étaient maintenant rendus à quelques pas du premier panneau indiquant la première ville paumée sur leur chemin, et les pas lourds de Joey indiquaient qu'il en avait plus que marre de marcher dans la cambrousse, son estomac criant famine depuis plus qu'une heure maintenant. "Tu veux pas manger un truc ?" Arrêté sur le bord de la route il avait posé les mains sur ses hanches en désignant du menton les petites lumières du village. "Enfin, je reformule. Tu veux pas me payer à manger ?" Parce qu'il n'avait rien sur lui que l'herbe présente dans la poche de son pantalon, pas même un portefeuille ou une pièce d'identité. "T'as quand même failli me tuer à quelques jours de mon mariage alors tu peux bien m'offrir un burger hein ... Je te demande pas la lune." Si, clairement, dans les yeux de la brune c'était le bout du monde que d'avoir à offrir quoi que se soit à son petit frère si ce n'est un doigt tendu. "Je vais me marier ..." Le blond s'était avancé lentement sur la route, rendu complètement abruti par l'herbe et la bière, prenant place au milieu de la route sans prendre en compte le fait qu'il pourrait très bien y laisser la vie au premier camion. "Tu crois que j'ai le droit de dire non si elle est moche ? Genre, boutons sur la gueule et dents en avant ? Parce que j'ai un minimum de standing." Joey délirait, incapable de savoir si Emma l'écoutait ou si elle avait décidé de le laisser là jusqu'à ce qu'il se fasse rouler dessus.
CODAGE PAR AMATIS




☽☽ lately I've been thinking, you've seen the worst and you've seen it in me. i gave you every reason, every reason to get up and leave.


dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) ZyDmOR4
dragging me down (emmey) OBCGg4U
dragging me down (emmey) YtxTUla
Revenir en haut Aller en bas
Emma Lawson
Emma Lawson
l'indécise
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et une années non assumées (16.01.89)
SURNOM : em, la plupart du temps, satan parfois
STATUT : elle dira que sa vie est parfaitement équilibrée
MÉTIER : elle a démissionné de son poste d'ingénieure chimiste pour reprendre ses études, un doctorat dans le viseur, un poste d'enseignante en chimie dans un lycée en zone sensible pour payer ses factures
LOGEMENT : #789 daisy hill road à logan city, elle abandonne l'idée de retrouver un cadre de vie calme et ressourçant
dragging me down (emmey) Tumblr_n0cfyjYEPf1s103i9o5_r1_250
POSTS : 2813 POINTS : 985

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : têtue, fière, et bornée › snoozeuse compulsive › boulotte des wonka nerds à longueur de journée › ne sait pas conduire › écoute constamment de la musique › fait du football australien depuis six ans
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (9/5) tommyalfieaaronjamesarrow #2

TC : joalma (ymca) › roseymma (vegas baby)

dragging me down (emmey) Tumblr_p4z4ekrymE1tbeoa7o1_400
EMMEY #3 ∆ go ahead as you waste your days with thinking, when you fall, everyone stands, another day, and you've had your fill of sinking, with the life held in your hands are shaking cold, these hands are meant to hold

dragging me down (emmey) Tumblr_mm6nizrgQn1rdv16ko1_500
ROSEMMA #2 ∆ somewhere darker, talking the same shite, i need a partner, well are you out tonight? it's harder and harder to get you to listen, more i get through the gears, incapable of making alright decisions, and having bad ideas.

dragging me down (emmey) D4232999a3474ce9df0d724db56e198e
REMMA #1 ∆ I poured my aching heart into a pop song, I couldn't get the hang of poetry, that's not a skirt, girl, that's a sawn-off shotgun, and I can only hope you've got it aimed at me

dragging me down (emmey) Slqt
EMMETH ∆ take a little walk to the edge of town, and go across the tracks, where the viaduct looms like a bird of doom, as it shifts and cracks where secrets lie in the border fires in the humming wires, hey man, you know you're never coming back


RPs EN ATTENTE : alex #3 › norma › caleb › aodhan › molly
RPs TERMINÉS : joeyalexrosaliesethseth #2arrow
AVATAR : Astrid Bergès Frisbey
CRÉDITS : tearsflight (ava) › tumblr (gifs) › loonywaltz (ub)
DC : romy ashby, jasper wickham, mila lynch
INSCRIT LE : 24/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t27423-go-let-it-out-emma https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-i-d-rather-be-a-lover-than-a-fighter https://www.30yearsstillyoung.com/t27462-emma-lawson#1172572 https://www.30yearsstillyoung.com/t27463-emma-lawson#1172611

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) EmptyHier à 12:03



Aussi bizarre que cela puisse paraître, Emma était persuadée que Joey serait bien mieux de retour dans l'utérus de leur mère que confronté au monde, et quelque part, si ce dernier pouvait faire office de bordel et lui amener des chocapics de façon régulière, il y trouverait son compte plus que là, sur le bord de cette route et face à une voiture en flammes. "La jalousie te perdra Lawson. Je suis son petit sucre au miel et toi t'es juste la fille à qui elle sert la main pour dire bonjour." Petit sucre au miel. Rien que l'expression lui filait la gerbe, et Emma n'eut même pas besoin de trop forcer pour feindre le dégoût. "Si elle pouvait s'abstenir la prochaine fois et juste exercer son droit de visite pour voir si t'es toujours en vie, ça m'irait très bien." Car qu'on se le dise, lorsque la brune avait récupéré bébé Lawson, elle l'avait vu comme un transfert de parentalité et le fossé avec ses parents s'était creusé façon magistrale. Emma était peut être la gold digger la plus louche de toute la ville, elle avait tout de même une bonne dose de principes que les seniors n'avaient pas eue en abandonnant leur assisté de gamin tout en se contentant de passer une tête par moments pour vérifier s'il allait bien. C'était eux qui avaient créé cet éternel enfant, mais c'était elle qui gérait depuis en lui assurant un toit au dessus de la tête. "Pourquoi tu fais ça aussi ? Genre, tu pourra être avec quelqu'un que t'aimes bien, sans faire attention à son argent." Seigneur Jésus, Joey venait il de dire quelque chose de gentil ? Est ce que c'était l'esprit de Noël qui parlait ? Pour toute réaction Emma avait haussé le sourcil, puis envoyé son poing sur l'épaule de son cadet en lui répondant que : "Me dis pas que tu penses à ça. L'amour et ses conneries. C'est du grand n'importe quoi" comme pour se protéger, car dans les faits elle n'en pensait pas le moindre mot. Elle même ne savait pas pourquoi elle avait ce comportement de dépravée, mais pour le moment elle s'y retrouvait, et dans son chaos il y avait une sorte d'équilibre ... ce qui lui permettait de maintenir la tête hors de l'eau. Un peu. "Ta vie consiste à aller au boulot, sortir du boulot, te faire sauter par des cons et rentrer à la maison. Je t'envie, vraiment." Dans sa vie il y avait aussi ses amis, le football et Anabel, mais visiblement Joey préférait se focaliser sur le cliché de la salope en escarpins. "Et si t'allais te faire enculer ?" lui semblait être une fin adéquate pour cette conversation, et alors qu'elle s'emparait du joint tendu par Joey comme le ferait une adolescente qui tirait ses premières lattes, Emma frisait l'étouffement avant de rendre son dû à bébé Lawson et de montrer son pouce relevé comme pour signaler que tout était ok et que la vie n'avait pas quitté son être radieux. Elle n'était pas tant que ça la pire des garces avec son frère, et certes, elle le menaçait volontiers de l'envoyer à l'ombre pour les dix prochaines années, mais eh, c'était ça aussi, les joies de la fraternité. "Mon pc c'est ton pc ... le mien est mort depuis deux semaines et tu changes jamais tes mots de passe ..." Putain de con. A nouveau, la chimiste fronçait le regard, mais épargnait Joey de son poing alors même que ça la démangeait. A la place, mieux valait prier pour le salut de leur âme, et elle se contentait à peine d'ouvrir ses poings et de les refermer pour contenir sa colère. Elle aurait tout le loisir de se venger en pourrissant son mariage, elle en faisait même un devoir. "Égérie d'une marque de chips, avec à la clé une mini-série sur comment tu es passée de l'enfer de la cocaïne au monde des assistances sexuelles qui s'occupent des handicapés." Serait ce un sourire qui pointait sous cette moustache ? Le miracle de Noël opérait au beau milieu de ce désert, un beau moment familial, entre deux gorgées de bière chaude et des ampoules rendant leurs démarches un brin étranges ; faut dire que les escarpins et les mocassins n'étaient pas vraiment des chaussures destinées à une randonnée dans l'outback sous quarante degrés. "J'espère au moins que j'aurais mon doux faciès sur des goodies, genre des plugs. Clairement ce serait vendeur." Non, absolument pas, mais l'idée de dégoûter blondinet était tentante, et elle était à pas grand chose de contacter un designer pour en fabriquer un spécial à Joey pour Noël prochain. Faire de sa vie un enfer était presque devenu un mode de vie, et Emma ne louperait aucune opportunité de lui rappeler qu'elle était et serait toujours sa grande sœur chérie. Surtout pas le jour de son mariage. "Maintenant que tu sais comment faire pour dégoter des voitures j’attends de toi que tu donnes le maximum." Pour sûr elle viendrait le déposer devant l'autel avec la voiture la plus beauf-de-belgique qui soit, et si cela signifiait attirer un Kévin dans ses filets, alors elle le ferait. "Me sous estime pas. J'apprendrais même à drifter histoire de t'assurer une entrée en matière du plus bel effet." répondait elle, se promettant au passage de faire suffisamment de fumée avec ses pneus pour ne pas qu'on la reconnaisse derrière le volant. Pour l'heure ils n'y étaient pas encore, et alors que la brune mettait son frère en garde sur les formalités douanières chez l'oncle Sam, la conversation virait doucement mais sûrement vers celui des fouilles rectales, un grand moment. "Une balayette ça passe ? Parce que j'ai pas envie que ça reste coincé, comme pour toi." Blablabla. Pour toute réponse un majeur dressé était suffisant, et preuve en était que Joey se plantait sur toute la ligne puisque Emma s'apprêtait à prendre sa vie en main et à changer de boulot pour de bon. L'enseignement n'était pas exactement une vocation, mais dans la mesure ou il fallait qu'elle paie ses factures tout en continuant à étudier et qu'il était hors de question qu'elle se dégote un vieux riche en fin de vie parce que 1) elle n'était pas une potiche et 2) feindre "oui, oui, trop bien, super vigoureux encore ton engin" irait bien un court moment mais pas trop non plus. "Des gamins qui n'hésiteront pas à t'en faire baver juste pour le plaisir ... et t'as même pas le droit de leur balancer des trucs ... et tu pourra pas coucher avec les papas ... Non, vraiment, tu fais une erreur là ma grande." Des gamins qui la feraient baver ? Sérieusement ? "Je suis à bonne école avec toi. Tu vaux dix gamins attardés je te rappelle, et j'arrive quand même à faire de ta vie un enfer. Puis c'est provisoire de toute façon." Clairement, Emma s'en persuadait, mais dans les faits elle était consciente qu'il faudrait qu'elle sorte le pire d'elle même pour réussir à tenir une vingtaine de gamins sans pouvoir leur balancer son majeur à tout bout de champ. "J'ai même pas de souvenirs d'école alors ... Mais évite de leur apprendre à faire de la méthamphétamine si tu veux pas l'inspection sur le dos." Emma balayait les conseils de son frère du revers de la main, se gardant bien de préciser qu'elle n'était pas stupide et qu'elle se destinait quand même à un doctorat, bordel. Sur leur chemin se profilait un panneau indiquant une ville dont le nom ne lui disait rien qui vaille, mais qui avait au moins le mérite d'abriter quelques âmes et (elle l'espérait) un McDo. Ouvert le soir du réveillon, tout à fait. "Tu veux pas manger un truc ?" Les mains sur les hanches comme s'il venait de courir un marathon, Joey désignait du menton le patelin, précisant : "Enfin, je reformule. Tu veux pas me payer à manger ?" ; un point sur lequel elle ne se braquerait pas. Question d'habitude. "T'as quand même failli me tuer à quelques jours de mon mariage alors tu peux bien m'offrir un burger hein ... Je te demande pas la lune." Ohlala, change de disque Lawson. "Ce serait un service que je t'aurais rendu. Tu vas devoir persuader quelqu'un d'autre que maman et moi de prendre soin de ta personne sans broncher. Crois moi ce sera sportif." Voire même impossible, mais bon. Emma se laissait glisser sur un rocher en observant son frère en proie à une réflexion interne qui l'amenait jusqu'au milieu du bitume. Quel abruti. "Je vais me marier ..." Bravo. L'information venait elle seulement de monter au cerveau ? Est ce qu'ils devraient attendre aussi longtemps dans la mairie avant de le voir dire oui ou non ? "Tu crois que j'ai le droit de dire non si elle est moche ? Genre, boutons sur la gueule et dents en avant ? Parce que j'ai un minimum de standing." Que dalle. Soupirant lourdement, la brune avait fini par se relever, repoussant son frère pour le faire traverser la route et rejoindre le bas côté, histoire de marcher vers la ville sans se faire écraser comme un écureuil sur une nationale. "T'as le droit de dire non. A mon sens tu ferais mieux de dire non tout de suite, sauf si elle est méga bonne et qu'elle a pas un accent russe qui fait qu'elle serait là uniquement pour avoir des papiers. Dans tous les cas tu vas te retrouver à vivre avec une inconnue, et je te rappelle que t'es un type louche et un gros assisté. Personne de censé voudra de toi, et faudra pas revenir chouiner sur mon canap quand elle t'auras dégagée." Parce que son appart n'était pas un moulin et qu'elle en aurait vite ras le bol. "Bordel j'y crois pas." L'attention rapidement détournée par un panneau scintillant, Emma venait de voir un fast food au loin, et en aurait presque été tentée de courir pour rejoindre l'antre du gras, mais avec ses Jimmy Choo aux pieds ... elle évitait clairement. "ON VA POUVOIR MANGER. Et appeler quelqu'un. Essaie de prendre un air un peu traumatisé, je te rappelle qu'on vient de nous voler notre voiture de location." Elle n'était pas certaine que les employés, coincés un soir de réveillon dans cet endroit moisi en auraient quelque chose à carrer de leurs expressions faciales, mais dans le doute mieux valait se montrer prévoyant. Si, si.




Soft spoken with a broken jaw, step outside but not to brawl and autumn's sweet we call it fall. I'll make it to the moon if I have to crawl and with the birds I'll share this lonely view.

dragging me down (emmey) CYBD1An
dragging me down (emmey) VChvcRx
dragging me down (emmey) FiFB3zC
:rainbow: :
 


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

dragging me down (emmey) Empty
Message(#) Sujet: Re: dragging me down (emmey) dragging me down (emmey) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

dragging me down (emmey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-