AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 pathetic fallacy (liv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Olivia Marshall
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans.
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : mariée depuis cinq ans. deux lignes parallèles n’étant jamais plus vouées à se croiser. elle s’emmêle à d’autres sans jamais s’attacher.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’Australian Army, Incident Response Regiment.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent. avec son mari, souvent absent lui aussi.
pathetic fallacy (liv) 4hJPKbUS_o
POSTS : 95 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques (études payées par son mari) ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature, possède une collection de bonnets et chapeaux ; possède un berger beauceron, Sam ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (1/5) seth (1) ; blaze (1)
AVATAR : Sophia Bush
DC : ancienne soheila hodge, ça compte ?
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:23






Olivia Marshall
Vive memor leti, fugit hora
Pièce d'identité

NOM ≈ Marshall, le nom de son père qu’elle ne quittera jamais. PRÉNOM(S) ≈ Olivia ; issu de Sainte Olive de Brescia, morte en martyr. Elle répond davantage au surnom que l’on s’est empressé de lui donner dès son caractère affirmé. Plus court, précis, affilé. Plus adapté. Elle n’est pas Olivia mais Liv. Et ceux qui pensent parvenir à pénétrer dans son intimité en la nommant ainsi ont tort. ÂGE ≈ trente-cinq ans. LIEU DE NAISSANCE ≈ 6 janvier 1985 à Sydney ; dans un hôpital militaire sécurisé de la Nouvelle-Galles du Sud. STATUT SOCIAL ≈ Mariée depuis cinq ans. Deux lignes parallèles n’étant jamais plus vouées à se croiser. Deux ombres vivant sous le même toit, incapable de rompre le lien, attendant de voir si le pardon décide de s’en mêler. MÉTIER ≈ Inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. Ancienne militaire de l’Australian Army, Incident Response Regiment. ORIENTATION SEXUELLE ≈ L’âme à l’état brut. La franchise des corps. Les nœuds de l’esprit. Elle connaît les éclats furtifs et triviaux sans chercher à les limiter. (pansexuelle) GROUPE ≈ 30 ans, sinon rien AVATAR CHOISI ≈ Sophia Bush.

Les informations en vrac

(1) Fille de militaire et d’ancienne consultante en communication. Les dix premières années de sa vie furent nomades, sa mère et elle suivant son père au gré des différentes bases militaires où il fut affecté. Il devint ensuite général de la Caserne de Victoria de Brisbane, permettant à leur famille de s’implanter durablement. Exigence, excellence, inflexibilité, honneur. Son père répond à toutes les idées que vous vous faites d’un chef d’armée haut gradé. Désireux d’un fils pour perpétuer la lignée, il se contentera de ce que la nature lui a offert, ne perdant pourtant pas de vue son objectif.

(2) La dépression est le quatrième membre de leur famille d’aussi loin qu’elle s’en souvienne. Elle attaque sa mère mais s’infiltre dans chaque recoin du foyer. La maladie de sa mère est dévastatrice, peignant de gris les cieux sans vergogne, annihilant tout espoir pour la jeune fille d’en apercevoir les éclats orangés. Sa mère la bat, sans méchanceté aucune selon son père. Le mal qui la ronge est pernicieux, tellement qu’elle cherche à s’en délivrer, par tous les moyens. Violence cathartique qui ne fonctionne pas. Cercle vicieux. Mais l’absence de malveillance n’épargne pas Olivia des cicatrices. Elle s’enrôle dans l’armée dès l’âge minimum requis. Peut-être qu’ailleurs, elle pourrait enfin devenir la fille qui n’avait pas à être punie. Aujourd’hui, elle continue de rendre visite à sa mère institutionnalisée, une fois par mois, même sans rien dire. Souvent sans rien dire.

(3) Olivia est une acharnée de travail. Elle quitte l’armée en 2009 et intègre la police à la fin de cette même année. Elle veut tout, tout de suite. Peut-être pour effacer la déception des yeux de son père à l’annonce de sa reconversion. Peut-être car l’exigence est inscrite dans ses gènes, tout simplement. Son expérience dans l’Australian Army et ses ambitions affirmées lui permettent d’évoluer rapidement. Elle fait partie d’une unité spéciale criminelle depuis 2014, officiellement gradée inspectrice depuis deux ans à présent.

(4) Olivia est mariée à un homme d’affaires australo-américain. Elle et son mari deviennent parents d’une petite fille en 2015.

(5) En mars 2018, son mari et sa fille sont victimes d’un accident de voiture en rentrant du cinéma. L’enfant décède quelques heures plus tard, son mari s’en sort avec quelques côtes cassées et une commotion cérébrale. L’autre voiture s’échappe. Délit de fuite. Le couple se délite depuis.

(6) Sa vision du métier et du milieu dans lequel elle évolue a changé depuis la mort de sa fille. Il aurait mieux fallu qu’elle ne se ternisse, à choisir. Mais elle ne fait que s’assombrir. La frontière entre le bien et le mal se floute. Sa confiance envers la police et la capacité de cette dernière à être efficiente s’estompe. Les protocoles et règles ne sont plus qu’entraves et elle ne se gêne plus pour s’en libérer lorsqu’elle estime cela nécessaire. Rapports dénaturés, arrangements avec des malfaiteurs reconnus, techniques d’interrogatoires limites, fricotage avec des indics, … Elle fut menacée d’enquête interne par deux fois déjà. Son supérieur est parvenu à assurer ses arrières, prêt à tout pour protéger les membres de son équipe. Elle ne le remercie pas, trop confiante en ses propres capacités à couvrir ses arrières.

(7) Parce que la pensée est fluide et brillante, Liv aime à se perdre dans les jeux de l’esprit. Elle pense avant de parler, pense pendant qu’elle parle et continue même après que ses lèvres ne fussent refermées sur leur dernier mot. Elle ne s’en dissimule pas, l’appuie même dans ses gestes mesurés, pondérés : penchant la tête lentement, plissant les yeux, souriant sans que quiconque ne sache réellement si elle y insuffle de la douceur ou de la distance. Olivia aime à montrer qu’elle ne dit pas le fond de sa pensée, joue avec ses intonations pour donner envie à son interlocuteur d’en savoir plus. Tout l’art repose sur le fait qu’elle n’en dira jamais rien.

(8) Olivia a des relations extra-conjugales depuis plusieurs mois. Elle pense que son mari ne s’en prive pas non plus mais ne possède aucune certitude quant à cette dernière éventualité. Déduction plus qu’affirmation donc, découlant sensément du fait que cela fasse plus d’un an qu’ils ne se sont plus touchés.

(9) Elle fume, sans doute trop. Définitivement trop. Cela parait simple et cliché. Mais elle a accepté d’adhérer amèrement à ce dernier depuis de bien trop nombreuses années pour arrêter aujourd’hui. Elle ne sait même plus pourquoi, si elle en a réellement envie ou s’il s’agit simplement d’une habitude profondément enracinée dans son esprit, d’une manie indestructible. Elle n’est pas dupe cependant, s’en rendue compte que le nombre de cigarettes a augmenté depuis la disparation de sa fille, triplé peut-être. Routine désespérée pour ne pas perdre l’équilibre, pour ne pas ressentir le manque.  

(10) Elle boit également. Sans doute trop aussi. Le point de départ de cette habitude est le même que celui évoqué ci-dessus. Elle ne voyait l’alcool, au début, que comme un trou sans fond dans lequel elle désirait tomber, s’enfoncer, sans appui si ce n’étaient ces ailes éphémères que les vapeurs déployaient en elle. Plus elle boit, plus elle a envie de boire. Cela pourrait l’effrayer si elle n’était pas persuadée que sa rigueur et son intransigeance l’empêcheront de franchir la ligne rouge. Mais encore une fois, cette ligne semble être repoussée de jour en jour.

(11) À l’adolescence, Liv est une tête brûlée, s’entend d’ailleurs mieux avec les garçons. Elle grandit dans la dualité. On lui a inculqué toutes les valeurs de l’armée, des responsabilités et protocoles inhérents au grade élevé de son père. Elle connaît le bien mais choisit le danger, le mensonge, la fougue, l’expérience. Son métier lui permet d’assouvir aujourd’hui ses impulsions, pas toutes.

(12) Olivia a commencé à lire à l’armée, le soir, sur son lit picot. Remplir son esprit d’autre chose que de poussière et de visages abîmés. Elle craignait également de n’être qu’un soldat, incapable de suivre les cheminements de pensée plus ardus qui se présenteraient à elle. Sa pièce préférée chez elle est la bibliothèque dont les livres recouvrent à certains endroits l’intégralité du mur. Les a-t-elle tous lus ? Plusieurs vies seraient nécessaires pour accomplir cet ouvrage, soyons réalistes. Mais c’est cela l’érudition : connaître la place de chacun des ouvrages, être capable d’en parler, pouvoir les citer, tous, sans même avoir eu le temps de les parcourir véritablement.

(13) Outre dans son travail, elle ne se sent jamais mieux qu’immergée dans la nature. Liv peut partir plusieurs jours, un sac à dos sur les épaules, n’ayant pour seule compagnie que celle de son chien, habitué aux retraites solitaires de sa maitresse.

(14) L’armée, le manqué d’intimité et d’hygiène. Les guerres sont propres aujourd’hui. Pourtant, Olivia perçoit le sang qui a coulé sur ses mains. Depuis, elle traverse parfois des phases obsessionnelles durant lesquelles elle ne supporte plus la saleté.

(15) Autrefois, Liv était agréable, avenante, pétillante même si piquante. C’était il n’y a pas si longtemps mais l’époque où elle était toutes ces choses-là sans forcer le trait, sans faire semblant, lui paraît être une autre vie. Depuis deux ans, tout semble terni d’une colère froide qui ne devient magnifique qu’une fois libérée. Un phoenix qu’elle crève d’envie de voir brûler. Mais Liv est pragmatique, subtile et adroite. Et si l’on ne mesure sa faiblesse qu’à éprouver sa force, elle se déteste à chaque fois qu’elle offre aux yeux de tous ce feu d’artifice tant attendu.


Le joueur derrière l'écran

Sur le net, on m'appelle Laura, mais appelez-moi Laura, toujours. J'ai jamais été aussi fraiche  pathetic fallacy (liv) 2390413160 , et je viens de France. J'ai découvert 30YSY grâce à moi-même, je suis l'ancienne Soheila Hodge (rip) pathetic fallacy (liv) 893420793, et j'ai cédé à m'inscrire parce que vous me manquiez beaucoup et que, même si les raisons de mon départ sont toujours présentes, je suis prête à accepter d'être moins rapide pour revenir parmi vous pathetic fallacy (liv) 873483867. Malgré mon emploi du temps chargé, je pourrai tout de même être présent(e) souvent, beaucoup. Mon personnage est un INVENTÉ . Je suis content(e) de vous rejoindre dans l'aventure et j'espère que vous m'acceptez toujours surtout.

Pour recenser votre avatar
Code:
<pris>Sophia Bush ≈</pris> olivia marshall

à remplir si vous refusez le doublon de prénom
Code:
<pris>Olivia</pris>






Grasping for salvation.
How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest.


Dernière édition par Olivia Marshall le Mer 15 Jan - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Marshall
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans.
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : mariée depuis cinq ans. deux lignes parallèles n’étant jamais plus vouées à se croiser. elle s’emmêle à d’autres sans jamais s’attacher.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’Australian Army, Incident Response Regiment.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent. avec son mari, souvent absent lui aussi.
pathetic fallacy (liv) 4hJPKbUS_o
POSTS : 95 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques (études payées par son mari) ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature, possède une collection de bonnets et chapeaux ; possède un berger beauceron, Sam ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (1/5) seth (1) ; blaze (1)
AVATAR : Sophia Bush
DC : ancienne soheila hodge, ça compte ?
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:24






Il était une fois, mon histoire
Aurea mediocritas





Brisbane, Australie. Juin 1999. Mon regard se figea sur le reflet renvoyé par le miroir du couloir. Mes doigts se posèrent sur les rebords de ma mâchoire engourdie. Endolorie. Comme d’autres parties de mon corps avant cela, comme d’autres à suivre, sûrement. Je ne l’avais pas vu arriver cette fois-ci. Je pensais pourtant être attentive désormais, guettant l’instant de la déchirure à chaque embrasure de porte mais la stature élancée de ma mère avait barré les lumières de la pièce avant que je n’eue le temps de m’éclipser. Sa gorge semblait s’être serrée avant d’éclater dans une quinte rauque, des sanglots incompréhensibles. Et j’étais tombée. Encore une fois. Les décorations du salon avaient chancelé vers mon visage, ma lèvre supérieure ensanglantée. Le sol. Les murs. Les cadres. L’odeur du parquet boisé. Je reconnaissais tout. Je connaissais déjà tout. Ce n’était pas la première fois qu’elle me frappait. Ma mère souffrait de dépression. Mais c’était notre univers tout entier qui se retrouvait bouleversé par son apathie. Malgré mon jeune âge, j’avais su percevoir le changement. Eleanor était malade depuis ma naissance. Elle ne m’avait jamais comprise ou porté d’attention particulière. Elle m’avait pourtant aimée, ou s’était contentée de m’aimer comme le disait mon père. Mais aujourd’hui, rien de tout cela ne semblait plus suffisant. Mais aujourd’hui, son visage était sombre, attristé. Et ses yeux vides autrefois rehaussés par les reflets de lumière dans sa chevelure blonde n’étaient plus que masqués par l’éclat sépulcral de ces derniers. J’étais parvenue à maintenir mes espoirs en vie durant de nombreuses années. Je croisais sa silhouette au détour d’un couloir et je rêvais de retrouver ma mère. Je me faisais silencieuse pour ne pas la heurter, sans n’être jamais bien loin pour autant, effrayée de manquer l’instant. L’Instant. Celui où elle s’éveillerait, celui où elle serait prête, tout à coup, à entendre le récit des sentiments qui me transperçaient la gorge. J’avais longtemps espéré, oui, pouvoir un jour lui raconter l’esquisse de mes rêves enfouis, de mes aspirations d’enfant. Je n’étais jamais parvenue, cependant, à exister au sein de sa bienveillance et j’avais fini par comprendre qu’elle ne reviendrait pas. Pas tout de suite. Peut-être jamais. À quatorze ans aujourd’hui, je ne me faisais plus aucune illusion quant à sa volonté de lutter contre la douleur. Je comprenais, même, ses pensées de violence, les fois où elle capitulait face à elles, où elle les extériorisait pour ne plus les subir, seule, pour ne plus les entendre marteler contre son crâne. Même lorsque j’en étais le réceptacle. Même lorsque j’en étais la victime. Au moins, elle semblait ressentir dans ces moments-là.

Je m’avançai lentement en m’accrochant maladroitement aux angles des meubles sur mon chemin. Je ne comprenais pas la moitié des choses qu’il y avait à saisir sur sa maladie. Je n’étais pas certaine que quiconque les comprenne à vrai dire. Je ne connaissais pas les raisons qui la poussaient à sombrer dans l’oubli. Mais j’en avais envie moi aussi. Et je savais exactement pourquoi. L’ivresse avait son importance. L’ivresse permettait l’évasion, l’évasion la liberté. Une flasque de whisky à la main, je poussai lentement la porte de la chambre de mes parents et m’approchai encore. La couverture était rabattue, les oreillers du grand lit toujours entassés sur le matelas dans un ordre méticuleux mais ne m’empêchaient pas de deviner le corps frêle et endormi de ma mère. Mon cœur se serrait toujours de la voir ainsi et je me demandais s’il était trop tôt, dans la vie, pour comprendre que la douleur se retrouvait dans chaque aspect du sentiment. J’attrapai du bout des doigts le paquet de cigarettes sur la table de chevet de mon père et disparus aussi silencieusement qu’à mon arrivée.

Craquement. Le feu dansa, quelques secondes, autour de l’allumette avant de la dévorer soudainement et je ne pus m’empêcher de contempler le phénomène avec une fascination étrange. Craquement. De nouveau. Je portai, cette fois-ci, le filtre à mes lèvres et sentis la fumée caresser mon palais, s’engouffrer dans mes narines, envahir chaque pore de ma peau. Je voulus la recracher avec le même détachement que celui qu’adoptait mon père avec celle de ses cigares mais je ne pus retenir une toux encrassée. Une toux que je voulus étouffer mais il était trop tard. Je sursautai au bruit derrière moi et écrasai vivement le mégot par terre, le dissimulant sous ma chaussure, fendant l’air de mes mains pour en chasser les effluves blancs et l’odeur. En vain. Si ça ne pouvait être ma mère, alors il ne restait que mon père. Et si la première vaquait dans la maison tel un fantôme, le second était bel et bien éveillé, en alerte, conscient. De tout. Je penchai la tête pour l’apercevoir avant qu’il ne le fasse. Trop tard, constatais-je en soupirant. Il s’était immobilisé en me voyant, fronçant les sourcils en remarquant mon air surpris. Bien entendu. Bien entendu qu’il avait compris les faits sans que je n’aie à les lui avouer. Son regard s’emplit d’une colère froide et mon cœur manqua un battement. Pas lui. Pas lui aussi. Je détournai le regard pour ne pas avoir à affronter la déception se peindre sur ses pommettes tranchantes. Puis je me souvins. Ou je sentis de nouveau. Ma lèvre ensanglantée, la douleur relancée. Ce n’était pas la cigarette qui figeait son regard avec autant de dureté. « Aère la pièce. » somma-t-il pourtant avec sévérité. Je baissai les yeux sur sa main tendue, paume relevée vers le ciel, une fois qu’il m’eut rejoint. L’ordre était tacite mais ne laissait place à aucune discussion. J’y posais le paquet de cigarettes sèchement et haussai les épaules en le regardant de nouveau. « Ça va. Elle dort maintenant. » Il cligna des paupières, deux fois, et opina silencieusement du chef, le regard toujours sombre mais teinté d’autre chose à présent. De la compassion, peut-être. De la gratitude ? D’encaisser sans geindre. D’encaisser en secret. D’encaisser à sa place. Certainement.  






Kaboul, Afghanistan. Janvier 2009 Je clignai des yeux lentement, observant les bâtiments grêlés par les balles et défigurés par les cicatrices récentes affligées par les mortiers. La panique et le chaos insufflés par les pétarades incessantes et les déflagrations d’obus durant les assauts avaient cédé leur place ce matin au silence écrasant, mémorial d’une peur constante. Les affiches de propagandes visant à motiver la résistance se décollaient des murs croulants, aussi usées que les espoirs des derniers réfugiés. Je fermai le poing sèchement et eus l’impression d’étrangler l’air, une fraction de seconde, avant de le libérer pour enrouler mes doigts de nouveau autour de la gâchette. Je maintenais cette position depuis plus d’une heure, immobile, perchée, dissimulée sur le toit d’un immeuble délabré. Il nous avait été donné pour ordre d’effectuer plusieurs tirs chirurgicaux sur de longues distances afin d’éliminer cibles et autres matériels légers. Le vent s’était levé avec le soleil mais je ne bougeais pas. Toujours pas alors qu’un mouvement imperceptible à ma gauche mit en alerte mes sens. « Ça y est, » murmura le nouveau venu en prenant place à mes côtés sans un bruit. « J’ai trouvé la solution. » Je haussai un sourcil, m’autorisai un coup d’œil rapide sur Ethan installant son poste de guet de l’autre côté. L’assurance prise qu’il prenait le relai, le temps de quelques minutes, j’inspirai lentement et déroulai mon dos pour la première fois depuis de longues minutes, secouant la tête pour chasser les cheveux sombres tombant sur mon front juste devant mes yeux. « Quelle solution ? » finis-je par demander en faisant rouler mes poignets et en me tournant vers lui. Son visage émacié et ses yeux verts apparurent finalement dans mon champ de vision. Ses boucles manquaient à l’appel, règles militaires, mais son sourire, son sourire, lui, parait toujours ses lèvres alors que la lumière matinale se chargeait de raser ses pommettes. Je le pensais toujours : il souriait avec l’innocence des enfants. Je me demandais comment et par quel miracle. Avec ce qu’il faisait. Chaque jour. Je l’admirais pour cela. Il admirait mon regard, capable de mesurer le silence, disait-il en retour.

Je savais, dans le fond. Quelle solution. Je ne cessais jamais d’y penser moi aussi. L’échéance arrivait à son terme, mon contrat à l’armée, mon contrat auprès d’eux à sa fin. Je l’avais choisi, avais envie d’autre chose, d’autres défis, expériences. J’avais choisi également de ne pas avoir à partager mon affection entre le devoir et mon amour, la patrie et ma vie. L’armée avait été mon salut et j’aurais aimé lui être fidèle. Mais il était impossible de trancher l’acier de bonnes intentions. Leçon enseignée par mon père dès mon plus jeune âge. Ce même père qui s’étoufferait lorsqu’il apprendrait ce que sa fille s’apprêtait à faire : quitter l’armée pour la police. « À toute cette histoire de retraite. De départ. À toi sur le point de me laisser en plan.» Il souriait toujours, sans me regarder. Je savais qu’il le pensait pourtant. « J’ai plus qu’à rentrer dans la police moi aussi. » J’arquai un sourcil, car cela paraissait simple, dit ainsi. Car tout le paraissait toujours, entre ses lèvres. Je n’étais pas dans la police. Pas encore. Je craignais même parfois de ne jamais m’y faire même une fois acceptée, même une fois en poste. J’étais née pour être soldat. Mon père avait toujours fait en sorte de me le faire comprendre, de l’ancrer dans mon héritage, de faire de moi la succession. Ce n’était pas aussi simple, non. Pas plus que d’imaginer Ethan bientôt seul, sur ce toit. Pas seul, mais sans moi pour assurer ses arrières. Ce même Ethan qui perçut le trouble dans mon regard et décida de me rentrer dedans pour me faire revenir. « J’ai toujours su que t’allais pas faire long feu. Trop jolie pour ça. Tu vas finir mariée, coincée à la maison. » Je laissai échapper un rire faussement forcé, sincèrement reconnaissant pour ne pas s’attarder davantage sur cette décision durement assumée. « Déjà fait. T’étais à mon mariage, tu te souviens pas ? » « J’étais bourré. » « Si ça t’a aidé à faire le deuil … » Tac au tac. Sourires complices. Le silence qui s’en suivit le fut tout autant.

« Je me demande ce que fait Amy … Toi jamais ? » reprit-il finalement, la voix plus hésitante, le regard plus sérieux. « Je ne suis pas aussi proche d'elle que toi. » Je répliquai avec une douce ironie. Il me manque aussi. C’est pour ça que je pars. Pour le retrouver. Mais cela me paraissait déjà trop affligeant de normalité, désolant d’égoïsme de le faire pour pouvoir l’assumer à voix haute également. Je n’en avais pas besoin. Ethan m’avait sans doute vu effleurer le contour de mon annulaire. Il le comprenait, malgré ses sarcasmes et ses lourdes plaisanteries. « T’es con. » Malgré ça. « 3H. » Il leva la main en l’air, son index tendu deux fois et je chassai l’air de mes poumons avant de laisser mon corps reprendre le contrôle, mes doigts retrouver la détente, mes yeux dans la lunette pointée vers la première cible, à découvert. La balle jaillit dans un crissement presque neigeux. Ce n’était pas la première. Elle s’inscrivait dans la lignée d’une longue série composée d’autant de maillons que la chaîne me tenant attachée à l’armée, me liant à la mort. Le bruit sourd habituel à des mètres de là. Ce n’était pas la première, non, mais les mêmes questions qui revinrent, comme à chaque fois. Mourrait-on ainsi ? À la suite d’une dernière révolte ? Disparaissait-on en laissant derrière nous une odeur de soufre et de métal, sombre et nauséabonde ?






Brisbane, Australie. Avril 2019 Je tirais sur les rideaux afin de découvrir l’obscurité derrière la baie vitrée. Les tiges des plantes s’étaient arquées dans la terre boueuse, humidifiée par la bruine nocturne. Les haies et roseraies se confondaient dans une forme amorphe. Je ne détournai pas mon visage de mon reflet. À quoi bon ? J’avais reconnu la démarche silencieuse de Jake qui, à nouveau, avait trouvé notre lit marital vide au moment de son coucher. Je vis apparaître sa silhouette derrière moi, n’ayant eu qu’à suivre le parfum de mes ressentis et de mes afflictions jusqu’à cet endroit que je privilégiais tant. Surtout la nuit. Car il n’y avait que dans cette dernière que je pouvais la retrouver. Notre fille. Que dans cette dernière que je m’en rapprochais car l’univers tout entier me paraissait trop sombre pour exister et que, de toutes les façons possibles de mourir, celle-ci était sans doute la plus belle. Sa main vint se poser sur mon épaule. Non, vint l’effleurer avant de se dérober.

Je tapotai sur ma cigarette pour en faire fuir la cendre mais celle-ci ne prenait plus la peine de s’envoler dans les airs. Elle vint s’effondrer, à la place, au fond du cendrier. « Je finis de regarder. » Et j’arrive. Mais cela, je ne le dis pas. À quoi bon mentir si je n’y étais pas forcée ? La nuit, comme nos sentiments, nous résignait au silence. Il acquiesça sans un mot, paré de cet étrange amusement qu’il avait toujours su manier avec justesse en ma présence, malgré les moments de plus en plus fréquents où je pouvais comprendre sa colère et son désespoir, du moins ce qui s’en rapprochait le plus. Sa culpabilité, surtout. Celle de ne pas pouvoir m’offrir ce que je souhaitais, un retour en arrière. Celle de ne pas avoir pu sauver notre fille. Celle de continuer à vivre alors qu’il ne le voulait sans doute plus, lui non plus. Il abaissa la tête, lentement, comme s’il apercevait ce qui me fascinait tant à l’extérieur, depuis cette fenêtre à moitié ouverte sur la nuit australienne dans laquelle nous paraissions piégés à jamais, ce qui m’avait poussée à délaisser l’émission que je ne faisais même plus semblant de regarder à la télévision. Il se redressa finalement et plongea les mains dans les poches de son jogging. « Essaie de dormir. » Nous avions abandonné cette issue et pourtant, il prenait le temps de me la proposer, chaque soir. C’était le prix à payer.

Il demeura ainsi, encore quelques secondes, puis fis demi-tour sans un mot supplémentaire, comprenant mes silences, me les permettant tout simplement, me laissant battre en retraite d’un quotidien que je ne voulais plus vivre. Nous vivions ensemble, nous regardions de loin. Nous interprétions nos absences, sans n’avoir plus besoin de communiquer puisque nous nous comprenions mais que le pardon était encore loin. Essaie de dormir. Ou bien reste là, à attendre et voir le ciel se transformer, l’horizon se dessiner. Essaie de ressentir, de pardonner. Peut-être qu’un jour, nous nous reviendrions lorsque nous y serions parvenus. Et je lui en voulais. Je lui en voulais de faire reposer tout cela sur mes épaules comme si les siennes étaient libres, dégagées, comme si je n’avais pas arrêté de compter mes soupirs car ils se confondaient avec les siens. Comme si lui non plus ne savait plus comment composer, comment exister, comment accepter une famille où elle n’était plus là.






Brisbane, Australie. Novembre 2019 « Mets-le moi à l’ombre. » J’acquiesçai d’un mouvement de tête, n’attendant pas ce qui tarderait de toute façon à arriver. Il ne prenait plus la peine de me féliciter. Dans le doute. Il ne s’agissait que d’un dossier compliqué parmi les autres. La vraie victoire, pour lui, résiderait dans le fait de poursuivre notre échange sans avoir à l’initier. Son indulgence à mon égard ne m’atteignait plus. Je me redressai en un mouvement maîtrisé et rejoignis la sortie sans attendre d’y être invitée. « Une seconde, Liv. » La voix lassée d’avance, la voix qui s’élevait car il n’avait pas obtenu ce qu’il désirait, des confessions, des explications. La voix qui savait d’avance à présent que mes réponses ne seraient pas les bonnes. Mais il s’obligeait, se lançait sans qu’il n’en ait véritablement l’envie, je le savais. Je ravalai un soupir contenu, un nouveau, rehaussai mon menton et me retournai, inaltérable, mon regard de nouveau accroché au sien, chassant ainsi de ma poitrine toute trace de scrupule ou de culpabilité. « Monsieur ? » m’enquis-je avec un sérieux feint, un respect qui ne l’était pas, lui, mais qui avait de plus en plus de mal à se faire savoir, à se faire comprendre. Un monsieur qui dénotait face à sa familiarité, qu’il pouvait prendre pour un excès de zèle amusant ou pour ce qu’il était réellement, un désir de couper court, déjà. D’un geste de tête, il m’enjoignit de refermer la porte. Je m’exécutai sans un mot, retrouvai ma place initiale en restant silencieuse. Il craquerait avant moi. Il allait craquer et me laisser repartir, les épaules alourdies d’un simple avertissement s’il était dans un bon jour, de remontrances si mon regard impassible finissait de réellement l’agacer. Il me laisserait m’évanouir dans les couloirs de l’immeuble sans même savoir ce qu’il provoquait réellement. L’assentiment au sein de mon esprit altéré et brûlant.

Il inspira, le regard toujours concerné, tournant ses mots autour de sa langue afin de les rendre justes mais sévères. Mais il ne savait plus comment faire avec moi, hésitait entre ce qui pouvait me ramener parmi eux et ce qui risquait de me repousser encore plus loin. « J’aimerais que tu me guides encore une fois sur cette affaire … » Je n’attendis pas la fin de sa phrase, la recouvris d’inflexions flegmatiques. « Tout est dans mon rapport. » Noir sur blanc. Sans aucune incohérence, aucune raison de m’interroger davantage, de remettre en question mon enquête. Mais pas pour lui, n’est-ce pas ? Pour lui qui me connaissait depuis des années. Je suis désolée pour ta fille, Liv. Il était désolé, comme tous les autres mais il n’avait rien fait. Rien de plus que cela. Il ne prononça pas un mot. Moi non plus, mais ne s’en doutait-il pas déjà ? Que je le laisserais s’en tirer encore une fois. Qu’il aurait d’autres occasions de jouer le rôle de l’emmerdeur, d’autres occasions de me coincer, de venir enterrer mon dossier, ma carrière, mon avenir. Quoique. Peut-être que cette fois-là encore, ce serait moi qui viendrais à lui, déciderais de mon destin, avec fatalité et élégance.

Nos regards s’affrontaient, sans animosité aucune, affectés au contraire des nombreuses années d’histoire qui nous liaient, du profond respect que nous nous portions, de l’impuissance qu’il avait aujourd’hui à me ramener à ce dernier. Il hésitait. Briser le silence qui régnait dans le bureau tamisé, c’était admettre qu’il y avait à converser, admettre qu’il y avait à éclaircir. L’enquête n’avait aucune importance, à présent. Elle était bouclée, et ce sans qu’aucune irrégularité ne puisse venir la mettre en péril. Et si cette réussite n’était qu’une routine journalière comme toutes les autres, pourquoi m’avoir demandé de rester ? Son torse se souleva, m’indiquant par avance qu’il y allait, enfin. « Pourquoi y a-t-il une certaine Carol Bingham des Affaires Internes qui souhaite me parler de toi ? » Je ne cillai pas. Je pouvais bien l’admettre cependant. Cela m’étonnait presque qu’il me demande de m’expliquer alors qu’il savait déjà la vérité, que cela n’était qu’une perte de temps que d’attendre des aveux que je ne considérais même pas comme méritants d’être entendus. Et puis, étaient-ce encore considérés comme mensonges ce que l’on savait être omis ? Peu m’importait, l’issue était la même. Je mentais pour m’éloigner. Je mentais pour disparaître d’une réalité qui ne me plaisait plus. Je ne pouvais lui enlever sa sollicitude à mon égard. Elle était sincère. Mais derrière la prévenance, derrière la diligence, le désir d’un supérieur de contrôler chaque parcelle de mes actions, chaque geste, chaque décision. Et je ne comptais pas lui offrir une seule miette du terrain sur lequel je m’acharnais à danser. « Jamais entendu parler. » J’haussai les épaules avec désinvolture, laissant mes lèvres s’étirer avec une douceur feinte. « Ceci dit, je suis certaine que ça a quelque chose à voir avec mon impressionnant taux d’élucidation de cette année. » L’irrévérence suintait à travers mes expressions impassibles mais il y avait des notions que je ne pouvais tout de même pas pousser à l’extrême. Pas avec lui. Je m’avançai d’un pas afin de presser son épaule d’un geste amical une fraction de seconde. « Tout est ok. Monsieur. » Je concluais de la même façon, initiant quelques pas en arrière afin d’atteindre la porte. À nouveau. Je m’en voudrais un autre jour. De le laisser me voir partir, les regrets au bord des lèvres, sachant que ce n’était pas le bon moment, qu’il ne parviendrait pas aujourd’hui encore à m’arracher la rancœur du visage.








Grasping for salvation.
How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest.


Dernière édition par Olivia Marshall le Dim 19 Jan - 13:32, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joseph Keegan
Joseph Keegan
le raton-squatteur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans. 26/04/1983
SURNOM : On m'appelle Jo, mais ça m'emmerde. J'aurais préféré avoir un autre prénom.
STATUT : Célibataire qui ne se gêne pas pour (essayer d')en profiter.
MÉTIER : Petite abeille butineuse de la Ruche. bzbz.
LOGEMENT : Je possède les clefs de Deborah en ce moment (celles de son appartement, pas celles de son coeur, malheureusement).
pathetic fallacy (liv) Original
POSTS : 22058 POINTS : 1865

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Quand j'étais jeune, j'étais facilement manipulable. Beaucoup trop en ont profité. J'ai subi la ceinture de mon père et il m'arrive encore de sentir les mains du curé sur moi. Depuis, j'ai inversé les rôles. Je suis devenu le manipulateur en apprenant de mes erreurs. J'ai rejoint un gang à vingt ans, j'ai vendu de la drogue à ceux qui n'en demandaient même pas. La justice m'a rattrapé, j'ai été emprisonné pendant trois ans et j'ai pu m'en sortir plus tôt en usant de bonnes paroles religieuses, celles que j'avais apprises par cœur contre mon gré. J'erre, maintenant, à la recherche de stabilité.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) L0f9
KEEGANs. [2] Time hurts. Time heals.

pathetic fallacy (liv) D82q
ALEPH. [3] Hating you for loving me.

Robin-Hope [FB] - Lou - Kyte [FB] - Murphy [2] - Juliana [2] - Birdie [FB] - Deb [5UA] - Sin - Tobias - Primrose [2] - Greg - Blaze [FB]
RPs EN ATTENTE : Vitto
RPs TERMINÉS : Yanis - Blake - Yanis [2] - Aubrey - Aubrey [2] - Kane - Aubrey [3] - Liam - Owen - Aubrey [4] - Tess - Blake [2 ripblake] - Jolex - Aubrey [5] - Gaby [abandonné] - Lindsey [abandonné] - Clara - Eve - Jolex [2] - Jolex [3] - Jolex [4] - Primrose - Sid - Juliana - Gabriel L. - Romy - Caroline - Deborah [2] - Terrence - Charlie - Gabriel L. [2] - Lily - Freya - Adrian [FB] - Manthas [FB] - Jessalyn - Lily [2] - Alfie&Juliana - Théodore - Savannah - Spidey - Romy [2] - Murphy - Alfie [2] - Deborah [3] - Louanor [FB] - Lily [1] - Deborah [4]

pathetic fallacy (liv) B4pd
Parce que je ne serais rien sans les mots de Deborah.

PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : Sebastian Stan.
CRÉDITS : Moi et Google.
DC : Calie le serpent.
INSCRIT LE : 25/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21527-pardonnez-moi-mon-pere-j-ai-peche-sans-un-permis-de-peche https://www.30yearsstillyoung.com/t21547-il-y-a-des-jours-ou-je-ferai-semblant-de-t-apprecier https://www.30yearsstillyoung.com/t23547-joseph-keegan

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:27



Rebienvenue à la maison ! :l: Je me souviens de toi, tu as une plume incroyable. :l: J'aime beaucoup ton vava actuel, avec la brume et tout. pathetic fallacy (liv) 2954228499

Bonne fin de rédaction à toi ! pathetic fallacy (liv) 1484806105


pathetic fallacy (liv) Q7j3
pathetic fallacy (liv) CcBTUxhd_o
pathetic fallacy (liv) 2YMRxVvv_o
Revenir en haut Aller en bas
Raelyn Blackwell
Raelyn Blackwell
la chair empoisonnée
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 33 ans (20.12.1986)
SURNOM : Raelyn est le prénom qu'elle s'est choisi, elle est née Rachel-Lynn. Beaucoup l’appellent Rae, se passant bien de son accord
STATUT : Frivole depuis 12 ans, elle collectionne les relations charnelles sans attaches. Addict à la sensation de ressentir une peau contre la sienne mais sans se l'avouer terrorisée à l'idée de laisser quelqu'un rentrer dans sa vie
MÉTIER : Responsable de la branche stupéfiants du Club, la pègre de Brisbane. Ventes, fournisseurs et approvisionnement, elle gère pour le gang tout ce qui touche à la drogue
LOGEMENT : #290 Spring Hill
pathetic fallacy (liv) 1ST31F3g_o
POSTS : 12730 POINTS : 5070

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : petit modèle, elle mesure moins d'un mètre soixante et possède une silhouette gracile + elle possède un certain charisme, du magnétisme et il est facile de se faire berner par son charmant minois + diplomate, elle possède des nerfs d'aciers + elle n'a pas fait d'études, pas par manque de capacités mais de moyens financiers et d'envie + accro à la cigarette + alcoolique à ses heures perdues + adepte de MDMA pour les grandes occasions + opportuniste et prête à tout pour servir ses propres intérêts, elle possède des notions de bien et de mal bien à elle + au fond terrorisée par la solitude
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) PrTkRfYQ_o
Destiny was for fools. She would not wait for her life to happen. She would make it happen.

pathetic fallacy (liv) SfyRcWdD_o
Amelyn #2All I feel is I get closer to you it's that desire to move like you do, if I hear my name, I will run your way. It's my desire that you feed, I give my all now, can't you see. Why wont you set me free ? You got power over me.

08/10Mitchell #3Aisling (FB 2014)Dimitri #2JackTobias #2 ❈ Lou #2 ❈ NolanAmos #2

+ Univers alternatifs (7)Mitchell (DZ)Zombieraeleah (DZ)Spaceraeleah (DS)Tad (DZ)Tad + Hannah (DS)Matt #2 (DS)Zombieléolyn (DZ)

pathetic fallacy (liv) XMLg

RPs TERMINÉS :
2019
Primrose #1Joseph #1Mitchell #1Lubya #1DeborahCamilMitchell #2Primrose #2Jo + AudenPrimrose #3CharlieGinny + AudenJoseph #3JoralynLeah #2LouDimitriLubya #3Primrose #4Amos #1

FlashbackCarter #1 (2005)Auden #1 (2005)Carter #2 (2007)Jill #1 (2009)Jill #2 (2009)Leah (2012) Joseph (2014)Auden #2 (2016)Tobias #1 (2016)

Univers alternatifsLeah (DF)Matt (DS)(Deb's naughty dream)

pathetic fallacy (liv) BaVsCicO_o

Abandonnés mais conservés dans la chronologieLubya #2SoheilaAlec (2008)

PSEUDO : stairsjumper
AVATAR : Lady Gaga
CRÉDITS : Avatar by me UB by loonywaltz + code signature by astra
DC : Lucia Whitemore, l'oiseau tombé du nid & Skylar Whitaker, la mean girl
INSCRIT LE : 21/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23235-raelyn-the-badest-thing-around-town-5 https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission https://www.30yearsstillyoung.com/t23333-raelyn-blackwell https://www.30yearsstillyoung.com/t24159-raelyn-blackwell

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:33



Oh bon sang ma belle je suis si heureuse de te voir revenir parmi nous pathetic fallacy (liv) 1949770018 Petit pincement au coeur de ne pas revoir la si belle Soheila, mais je suis certaine que Olivia sera formidable pathetic fallacy (liv) 394614564
J'espère vraiment qu'on pourra se retrouver des liens avec mes personnages (j'en ai trois maintenant ça devrait pas être dur, oopsie pathetic fallacy (liv) 3070942404), tu fais partie des gens qui manquaient au forum et avec lesquels j'ai A-DO-R-É écrire pathetic fallacy (liv) 667269207

Enfin je te souhaite de t'épanouir avec ce personnage là dont j'ai hâte de dévorer l'histoire pathetic fallacy (liv) 2954228499












:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Justin Pierce
Justin Pierce
le seigneur du darknet
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 printemps. [12/12/1987]
SURNOM : Ju' / Juju
STATUT : L'amour est plus beau quand il est impossible, l'amour le plus absolu n'est jamais réciproque. Mais le coup de foudre existe, il a lieu tous les jours, à chaque arrêt d'autobus, entre des personnes qui n'osent pas se parler. Les êtres qui s'aiment le plus sont ceux qui ne s'aimeront jamais.
MÉTIER : Informaticien / Hackeur.
LOGEMENT : #77 LOGAN CITY [Villa]
pathetic fallacy (liv) 66
POSTS : 6643 POINTS : 630

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : • Parents morts tous les deux lorsqu'il avait 8 ans dans accident de la route. • Balader de famille d'accueil en famille d'accueil. • A du mal avec la gente féminine, la cause un amour très complexe. • A du mal à faire confiance aux gens surtout envers les filles. • Malgré son apparence qui peut paraitre de gros dur, il se trouve qu'en réalité il refoule tous sentiments afin de ne pas souffrir. • Adore les parfums de grande marque. • Utilise les ordinateurs / Smartphones comme un dieu, normal pour un hacker. • A fait 3 années dans une prison fédérale pour cause de Hacking sur...
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) Giphy
#Harvey - #Elias - #Adèle - #Justine - #Roxanne - #Savannah - #Quinn #2 - #Aylin - #Talia - #Eavan - #Samuel - #Amos -


RP 12/12

5 rp et à jour.



RPs EN ATTENTE : pathetic fallacy (liv) Tenor
#Terry - #Freya - #Robin-Hope Berry - #Lizzie - #Serinda
RPs TERMINÉS : pathetic fallacy (liv) Giphy
#Jill - #Freya - #Justine -
#Quinn - #Remi - #Constance - #Jill 2


Rp abandonné :
Spoiler:
 

PSEUDO : shadow
AVATAR : Shia Labeouf
CRÉDITS : cristalline (ava) -- tumblr (gifs)
DC : Elie le Seal et Nico la badgirl ! Mais je préfère toujours MARVEL quand même...
INSCRIT LE : 05/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25569-just-just-a-justin-in-brisbane-u-c https://www.30yearsstillyoung.com/t25765-stay-wide-awake-justin-pierce https://www.30yearsstillyoung.com/t25767-justin-pierce

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:36



Oh la belle Soheila is back (zoe saldana il me semble Razz )

Re bienvenue à la maison, quel choix de vava que tu nous à trouver, j'adore Sophia Bush (Ma Brook Davis pathetic fallacy (liv) 1949770018 ), bon courage pour la suite, ta plume est vraiment magnifique et j'espere que l'on pourras se trouver un petit truc entre mes trois comptes pathetic fallacy (liv) 667269207


Feelings changeMemories don’t.
“ You can close your eyes to things you don’t want to see, but you can’t close your heart to the things you don’t want to feel. “
Revenir en haut Aller en bas
Cade Grimes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : Trente-huit ans réellement. Vingt ans pour fuir la réalité.
SURNOM : Superman ?
STATUT : Célibataire. Habitué des relations (très) courtes et/ou compliquées !
MÉTIER : Ex Agent fédéral du FBI américain. Viré pour faute.
LOGEMENT : #275 - REDCLIFFE
pathetic fallacy (liv) B3po
POSTS : 5381 POINTS : 415

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : L'ainé d'une famille Londonnienne très aisée - Il a fuit le milieu mondain pour une vie bien plus simple - Une soeur et deux frères - Ne veut plus rien savoir de son paternel - Traine beaucoup les pubs le soir pour boire un whisky et trouver une compagne pour la nuit - Agent fédéral du FBI aux US, il est en pause contrainte et forcée - Il aime les belles voitures, les forts caractères, et les dessins animés. Il déteste parler de lui.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : REMI - QUINN - SAVANNAH #7 - OAKLEY #2 - SAVANNAH #8

RPs TERMINÉS : MAZE - TESS - LAZARUS - MILENA - MAZE/GRETA - SHERIDYN (en attente) - SAVANNAH - LOAN - LEONARDO - SAVANNAH #2 - LEENA - ROBIN-HOPE - MILENA #2 - TESS #2 - ELORA - MAZE #2 - SAVANNAH #4 - PAOLA - SAVANNAH #5 - OAKLEY - ZELDA - SAVANNAH #6
PSEUDO : Fax
AVATAR : Jensen Ackles
DC : Nope
INSCRIT LE : 31/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19330-cade-grimes-family-doesn-t-end-with-blood https://www.30yearsstillyoung.com/t19386-cade-grimes-family-business-and-cie

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:50



Ah on adore Sophia!!! pathetic fallacy (liv) 2523491165
Re bienvenue ici, amuses toi bien


        
pathetic fallacy (liv) 763986grimes
pathetic fallacy (liv) OrLErGE
pathetic fallacy (liv) Vg4o2Xs
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Anderson
Caleb Anderson
la seconde chance
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans (20/04/89)
SURNOM : Il y a sa cousine qui l'appelle Calebchou ça ne l'enchante pas vraiment, mais c'est à peu près le seul surnom qu'on lui donne.
STATUT : Amoureux et heureux. Même s'ils ont encore quelques problèmes à régler il a envie d'y croire.
MÉTIER : Chef cuisinier et patron de l'Interlude, restaurant de gastronomie française à Spring Hill
LOGEMENT : #500 Spring Hill, récemment en collocation avec sa soeur Primrose
pathetic fallacy (liv) Eda76fa8210866288a369235d25004b6d905e747
POSTS : 2911 POINTS : 1045

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Romantique, croit au grand amour et rêve de fonder sa propre famille ≈ ambitieux, perfectionniste très exigeant avec lui-même ≈ parle couramment le Français et se débrouille très bien en Italien ≈ a passé un an en Europe ≈ a perdu sa fiancée dans un accident de voiture il y a bientôt trois ans ≈ passionné de lecture et de cuisine ≈ control freak ≈ déteste le sport ≈ très protecteur envers les personnes qu’il aime ≈ sa famille passera toujours avant tout, même si sa relation avec sa sœur est compliquée
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
[10/07]
le rp familial de la mort (RA)
Isaac #1(fb)
Lene #1
Juliana#2
Wylda #1
Prim #3
Matt #1
Tobias #1
Lizzie #1
Mila #1

pathetic fallacy (liv) Sfdx
CALEX - 'Cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. I will not give you up this time. But darling, just kiss me slow, your heart is all I own. And in your eyes you're holding mine.
Calex #8 (fb) - Calex #12 - Calex #13

RPs EN ATTENTE : Emma, Nate, Jack (fb)
RPs TERMINÉS : Calex #1, Romy #1, Juliana#1, Primrose et Romy #1, Calex #2 ; Clément #1 ; Prim #1 ; Calex #5 ; Calex #6; Stephen #1 ; Wylda #1 ; Sohan #1 ; Calex #4 ; Calex#3 (RA); Calex #7 ; Romy #3; Calex #9 ; Prim #2; Calex #10 ; Calex #11; Romy #4; Hannah #1 (fb); Romy #2 (DZ)

PSEUDO : Deathly Hallows
AVATAR : Penn Badgley
CRÉDITS : Cristalline (avatar), tumblr (gifs), Loonywaltz (ub)
DC : La belle Rosalie
INSCRIT LE : 28/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23844-caleb-if-time-stood-still-i-would-take-this-moment-and-make-it-last-forever https://www.30yearsstillyoung.com/t23903-caleb-we-are-far-from-the-shallow-now#975905 https://www.30yearsstillyoung.com/t23909-caleb-anderson

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 20:53



Sophia pathetic fallacy (liv) 206649278 pathetic fallacy (liv) 206649278 pathetic fallacy (liv) 206649278
Rebienvenue chez toi :l:



☽☽ Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.



pathetic fallacy (liv) QqLqwzn
pathetic fallacy (liv) Xc1pTzg
pathetic fallacy (liv) RpHpVCJ
Revenir en haut Aller en bas
Zeppelin Jensen
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans. (12.02.94)
SURNOM : Zep, uniquement pour les intimes.
STATUT : Célibataire.
MÉTIER : Musicien à ses heures perdues. Petit rat de l'informatique.
LOGEMENT : Un appartement à Logan City en colocation avec la jolie Rehane. ♥
pathetic fallacy (liv) 19454009
POSTS : 2623 POINTS : 3650

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) VeneratedNewDromedary-size_restricted
Isaac - " L'amour de deux frères, ce lien pur où nul autre n'a sa place, à nul autre pareil, cette intimité sur laquelle aucune enchère n'est possible, où le désir et la sensualité ont leur place parce qu'on connaît l'autre aussi bien que soi-même. "

pathetic fallacy (liv) Jhb8Cd
Oakley - "Il n’y a pas de consolation plus réconfortante que celle qui se trouve dans les bras d’une sœur."
Zepley #1


Isy & Oak ; Adèle #1 ; Mina #1 ; Léonie #1 ; Harley #1 ; Caroline #1 ; Margot #1 ; Itziar & Serinda ; Nico ; Rehane #1 ; Luc ; Lola
PSEUDO : ELY.
AVATAR : RJ King.
CRÉDITS : {ava : Hemera.}
DC : Hari Grayson.
INSCRIT LE : 20/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t28157-si-tu-sautes-je-saute-pas-vrai-zep https://www.30yearsstillyoung.com/t28194-zep-la-musique-adoucit-les-moeurs https://www.30yearsstillyoung.com/t28263-zeppelin-jensen#1224321 https://www.30yearsstillyoung.com/t28420-zeppelin-jensen

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:09



Bon retour parmi nous.
Sophia est un excellent choix. :l:
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Gatling
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : Il a 28 ans (27.05.1991).
SURNOM : Sa mère le surnommait Samy. C'est Oakley qui le fait, maintenant. Sinon, ses amis le surnomment, Sam.
STATUT : Il est seul et enchaîne les aventures d'une nuit.
MÉTIER : Il n'a pas fait d'études. Alors, sans diplôme il enchaîne les petits boulots. Il a un réseau de particuliers chez lesquels il fait des petits travaux aussi.
LOGEMENT : Il habite dans un petit appartement (#123) sur Oxlade Drive à Fortitude Valley avec son chien.
pathetic fallacy (liv) Giphy
POSTS : 1883 POINTS : 3450

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Cela fait 12 ans que sa mère (Sarah) est dans le coma. × Dans quelques semaines, son père (Bruce) va sortir de prison après une sentence pour violences conjugales envers sa femme et son fils. × Il a vécu dans la rue pendant 5 ans. × Il a une adolescente de 12 ans (Sarah) qu'il ne connait pas encore et qu'il a eu avec son amie d'enfance, sa 1ère fois et son amour de jeunesse, Lili.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) CNlKeEg
Elora#1. × « et quand s’installe la tendresse. entre nos corps qui s’apprivoisent. que platoniquement je caresse. de mes yeux ta bouche framboise. alors l’amour et l’amitié. n’est-ce pas la même romance ? entre l’amour et l’amitié. dites-moi donc la différence. »


RPs EN ATTENTE : Lene#1. × Auden#1. × Zeppelin#1.
RPs TERMINÉS : (sujets abandonnés). Lili#1. × Naela#1. × Jane#1.
PSEUDO : Moo.
AVATAR : Jack Falahee.
CRÉDITS : Tearsflight (avatar) × Tumblr (gifs).
DC : Non.
INSCRIT LE : 11/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27446-samuel-g-feat-jack-falahee#1171998

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:14



Sophia. pathetic fallacy (liv) 199959295
(Re) Bienvenue alors et, bon courage pour ta fiche. pathetic fallacy (liv) 2396639051


« en construction. »
Revenir en haut Aller en bas
Seth Briggs
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 36 ans (23.10)
SURNOM : Briggs, Barney (friends) ... Seth c'est bien aussi
STATUT : lonely toothbrush. Divorcé depuis quelques mois, partagé entre soulagement et douleur. De la souleur.
MÉTIER : Inspecteur de police (Brigade des homicides)
LOGEMENT : Appartement sur Logan City, en coloc' avec sa soeur qui vient fraîchement de débarquer
pathetic fallacy (liv) Tumblr_p6x8h2mu9o1w1gv1yo6_r1_400
POSTS : 403 POINTS : 1385

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Incarnation de l'indécision, sentimentalement parlant surtout - Epris de liberté, il fuit les responsabilités depuis son divorce - Sa petite soeur est atteinte d'une leucémie, depuis qu'il le sait il donne beaucoup pour elle - Il fait pas mal de sport, et touche à tout - Sa chienne s'appelle Juliette. Il est son Roméo, clairement - Il aime danser, a fait une école de danse lorsque qu'il avait 16 ans (Pour pécho, oui, c'est vrai) - Ecoute de la musique en permanence. Fait de la batterie, en amateur - Epicurien, il aime la bouffe et le bon vin
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) Tumblr_os2yb4AAyD1qd0g2io2_400
Anwar - Chloe#2 - Jack - Olivia - Emma#2
RPs TERMINÉS : Chloe - Emma
PSEUDO : Marti
AVATAR : Ryan Gosling
CRÉDITS : Sign (@Siren Charm) Icons (@Hollow Art)
DC : OneC
INSCRIT LE : 13/12/2019

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:23



Bienvenue parmi nous :l:
J'ai l'impression qu'on devrait pas avoir trop de mal à trouver un lien en commun pathetic fallacy (liv) 3922047296
J'aime beaucoup ce que j'ai pu lire, qui plus est pathetic fallacy (liv) 667269207


- - Leave Before The Lights Come On


ω:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dominic Aleksandrov
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : évitez de lui demander. (49)
SURNOM : Bonne chance pour lui en donner un et rester en vie.
STATUT : ours mal léché et à tendance cromagnon
MÉTIER : garde du corps/homme de main de Maeve Fox
LOGEMENT : chez Maeve
pathetic fallacy (liv) LsxGlMm
POSTS : 146 POINTS : 255

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : • fait des dossiers sur tout l'entourage de Maeve Fox quand il les trouve suspicieux ou avant de faire affaire • trouve plus ou moins tout le monde suspicieux • adore se mettre à jour sur les différents types de combats. • il est pas pudique du tout • jamais eu envie d’un gamin mais il sait y faire, il les fait marrer en étant lui. • il a tout d’un cromagnon mais est bien au fait des dernières technologies même s’il pense que les gens se sont fait aspirer tout bon sens par les dites choses. • il a truffé le penthouse de caméras.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : Maeve
RPs EN ATTENTE : - Nico
- Max
- Ariel
PSEUDO : Junkiie
AVATAR : Jason Statham
CRÉDITS : junkiie
DC : Remi, la détective sourde & Eavan, la barmaid irlandaise maman
INSCRIT LE : 29/10/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t28065-dom-les-titres-me-les-brisent#1213274 https://www.30yearsstillyoung.com/t26513-remi-delgado-eavan-fitzpatrick-fiche-unique#1113793 https://www.30yearsstillyoung.com/t28238-dominic-alekandrov#1222635

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:26



OMGGGGGGGGGG Trop bieeeen !
Réserves moi ne ptite place pour un super lien de la mort pathetic fallacy (liv) 674657830 pathetic fallacy (liv) 1949770018
Avec soso en plus pathetic fallacy (liv) 3792592609


† Life has been really dull until i met you and i see all the rest of the illusions
Revenir en haut Aller en bas
Gregory Morton
Gregory Morton
l'esprit criminel
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 44 ans
SURNOM : Marty pour les intimes, comme le zèbre dans Madagascar
STATUT : Divorcé depuis 2003. Son ex-femme a décidé de partir avec son amant.
MÉTIER : Lieutenant de police et Chef de la brigade des sciences comportementales
LOGEMENT : 138 Edward Street, Spring Hill
pathetic fallacy (liv) PbYQ
POSTS : 466 POINTS : 615

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Grognon mais efficace au boulot, il n'est pas aimé mais pas non plus détesté par ses collègues. Vous le verrez souvent rentrer seul dans un bar, mais toujours en ressortir avec quelqu'un à son bras.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Archibald + Grace + Elizabeth + Joseph + Maeve + Amos
RPs EN ATTENTE : Chloe + Heather + Margot + Marius
PSEUDO : Cham
AVATAR : Ben Affleck
CRÉDITS : Gifer and Blindness
DC : Non
INSCRIT LE : 16/12/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27952-quoi-ma-gueule-mais-qu-est-ce-qu-elle-a-ma-gueule https://www.30yearsstillyoung.com/t28092-mad-world-morton#1215547 https://www.30yearsstillyoung.com/t28119-gregory-morton#1216559

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:30



Wah mais ce personnage, cette histoire, cette plume, jpp je me suis régalée, j'ai hâte d'en lire davantage pathetic fallacy (liv) 199959295
Je viendrais certainement te voir pour un lien, je ne peux pas passer à côté de cette belle Liv pathetic fallacy (liv) 15331198
Greg aussi est un flic borderline, pas voulu mais quand même Rolling Eyes
Rebienvenue ici du coup :l:


SHUT UP AND LIVE

ANAPHORE


pathetic fallacy (liv) OrLErGE
pathetic fallacy (liv) EIhyBXy
pathetic fallacy (liv) IcdDGTz
pathetic fallacy (liv) ZsxbA8o
pathetic fallacy (liv) 118942police2
pathetic fallacy (liv) MGSbLAu
Revenir en haut Aller en bas
James Dempsie
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Jay
STATUT : en couple depuis peu (avec Margot, pnj)
MÉTIER : auto-entrepreneur, co-fondateur de la start-up urEvent, service de privatisation de lieux pour événements divers.
LOGEMENT : Bayside, appartement, 13 pine street
pathetic fallacy (liv) 11xv
POSTS : 229 POINTS : 1245

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : - Possiblement attiré aussi par les garçons mais pas prêt à l'avouer. - Issu d'un milieu modeste, il a six frères et sœurs et a été élevé dans la religion catholique traditionaliste. - Vegan depuis l'âge de dix ans. - Il a été bénévole dans un refuge pour animaux. - Passionné de sport, en particulier le foot australien, il a obtenu des bourses grâce à ça. - Pour payer ses études, il a bossé dans un club de strip-tease et il en a honte aujourd'hui. - Il a développé une certaine addiction pour les jeux (poker, machines à sous, paris)
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : pathetic fallacy (liv) 52dc
Aaron ≈ The Perfect Team ≈

EmmaMinaAodhanEliottSkylar, Aaron, SaülSohan


RPs EN ATTENTE : Owen ≈ Jessian
PSEUDO : Nekomata
AVATAR : Oliver Jackson-Cohen
CRÉDITS : nairobi
DC : /
INSCRIT LE : 19/12/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t28002-james-dempsie-this-is-everything-i-didn-t-say#1209475 https://www.30yearsstillyoung.com/t28067-dreaming-out-loud-jay https://www.30yearsstillyoung.com/t28074-james-dempsie https://www.30yearsstillyoung.com/t28359-james-dempsie

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:35



Re-bienvenue par ici et bon courage pour la suite de ta fiche ! pathetic fallacy (liv) 1949770018


But you can't change everything
Write it on the walls and read it. Bright red so you can see it. Don't fail me now. ▬ Until there are no secrets. So safe and sound. At least for now.

pathetic fallacy (liv) Ac1b
pathetic fallacy (liv) 5bxf
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri Horowitz
Dimitri Horowitz
le mauvais gendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-neuf ans (14/04/80)
SURNOM : Dima par sa mère, et c'est déjà trop.
STATUT : célibataire, le cœur en morceaux depuis quatre ans et une certaine poisse en matière de relations amoureuses.
MÉTIER : gérant d'un stand d'auto-tamponneuses au parc d'attractions, photographe à ses heures perdues.
LOGEMENT : #134 hughton avenue, à redcliffe, un appartement un peu en désordre qu'il partage avec ses trois chiens.
pathetic fallacy (liv) 9AeZx0Tw_o
POSTS : 2607 POINTS : 1760

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : a repris l'affaire de son père après que celui-ci ait eu des soucis de santé, une bonne excuse pour mettre ses propres ambitions de coté ☆ fier d'appartenir à une famille de forains même si certains jours paient mieux que d'autres ☆ semi-illettré, la lecture, l'écriture et le calcul sont des défis au quotidien auxquels il tente de remédier en participant à des ateliers ☆ passionné de photographie et de dessin, une âme d'artiste qu'il n'assume qu'auprès de quelques personnes ☆ s'est fait agresser il y a cinq ans et en a gardé une balafre au bras.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : tommyjustine (fb)alfiejillian (fb)minamayconstancearieljessian #3raelyn #2chloe (fb)

pathetic fallacy (liv) ZwyToEN7_o

RPs EN ATTENTE : noa #2 ☆ matt ☆ caelan
RPs TERMINÉS : (2019) jessian #1lullaby #1eavan #1tamsin #1raelyn #1noa #1jessian #2

rps abandonnés : soheilatamsin #2
PSEUDO : nairobi, charlotte.
AVATAR : milo ventimiglia.
CRÉDITS : avatar@artacide, userbar@loonywaltz.
DC : aaron mayfair.
INSCRIT LE : 10/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25687-there-s-no-rose-without-a-thorn-dimitri https://www.30yearsstillyoung.com/t25780-dimitri-i-m-bleeding-my-cold-little-heart https://www.30yearsstillyoung.com/t26658-dimitri-horowitz https://www.30yearsstillyoung.com/t25881-dimitri-horowitz

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:45



oh maaaais pathetic fallacy (liv) 199959295 pathetic fallacy (liv) 199959295 pathetic fallacy (liv) 199959295 quelle belle surprise de te savoir de retour, ça me fait tellement plaisir pathetic fallacy (liv) 893420793 pathetic fallacy (liv) 1949770018 ta plume manquait beaucoup au forum, et rien que de découvrir ce nouveau personnage je sais que tu nous concoctes encore de très belles choses pathetic fallacy (liv) 674657830 pathetic fallacy (liv) 206649278
bref, rebienvenue à la maison pathetic fallacy (liv) 3290930861 :l: il va nous falloir absolument un lien, je me suis dédoublée donc on va avoir le choix pathetic fallacy (liv) 4251317097 et sophia est un si bon choix pathetic fallacy (liv) 206649278 (elle vient de rejoindre This Is Us et j'en suis toujours pas remise, oui oui pathetic fallacy (liv) 3258319053 pathetic fallacy (liv) 873483867)




pathetic fallacy (liv) Hod8yO6
pathetic fallacy (liv) MGSbLAu
pathetic fallacy (liv) 2eDseF9
pathetic fallacy (liv) NCLDdV8
pathetic fallacy (liv) OnbOfdZ
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Romy Ashby
Romy Ashby
la libérée délivrée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt sept ans (26.07.92)
SURNOM : romy est déjà un surnom, son vrai prénom est un presque secret d'état.
STATUT : elle lui a griffonné son numéro de téléphone sur son paquet de cigarettes, nage dans la guimauve depuis
MÉTIER : conseillère pénitentiaire de réinsertion et de probation au centre correctionnel pour femmes de brisbane
LOGEMENT : #429 doggett street à fortitude valley, un appartement qu'elle partage avec Tad (et Clara, et Lonnie, c'est un peu la pagaille mais elle dira que c'est merveilleux)
pathetic fallacy (liv) Tumblr_p5rhqkG1up1rz6eezo3_400
POSTS : 1509 POINTS : 520

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : l'enfant du milieu, proche de son père, cherche désespérément l'attention de sa mère › prend toujours les choses trop à coeur › pas soigneuse pour un sou, bordélique et catastrophique › acheteuse compulsive, dans son dressing s'entassent des vêtements esseulés par dizaines
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (11) clara 02 › lonnie 06 › wyldanate + lonniehartsher › isla › primrose #3 › heïana

AU caleb #5 (dz) › caleb et primrose (au) alfie + aragelim (au)

pathetic fallacy (liv) E5985d17136f5c45d12528cfdc19543e
RONNIE ∆ whenever i'm alone with you, you make me feel like i am home again, whenever i'm alone with you, you make me feel like i am whole again.

pathetic fallacy (liv) 9199b802bc1c25dfe2b157430325f5a15828792d
NAMY ∆ the best kind of people are the ones that come into your life and make you see sun where you once saw clouds, the people that believe in you so much, you start to believe in you too, the people that love your simply for being you, the once in a lifetime kind of people.

RPs EN ATTENTE : joseph et charlie › crémaillère › alfie › tad › noa › namy 02 › harvey 02 › jules › freya 02 › alex (koalas)

RPs TERMINÉS : clément (fb)caleb (fb)ronniejosephclamyterrencecaleb + primleahleonardo (ghost)prim + joeyfreyaleah 02primousse 02joseph 02lonnie 02 caleb 03rosalie (fb)alexharveynatelonnie 03lonnie 04anwarfinnley caleb 04liamcaleb (dz)lonnie 05

isla tony

pathetic fallacy (liv) Tumblr_nf07l0Tt8X1sw3dy2o8_250
AVATAR : saoirse ronan
CRÉDITS : tumblr (gifs) loonywaltz (ub) schizophrenic (av) LDS (r)
DC : Emma, Jasper et Mila
INSCRIT LE : 14/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23694-romy-o-dream-on https://www.30yearsstillyoung.com/t20290-stephen-romy-jasper-fiche-commune https://www.30yearsstillyoung.com/t23794-romy-ashby https://www.30yearsstillyoung.com/t23797-romy-ashby#971007

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) EmptyMer 15 Jan - 21:46



(re)bienvenue chez toi pathetic fallacy (liv) 3290930861 pathetic fallacy (liv) 1949770018



Some might say that sunshine follows thunder, go and tell it to the man who cannot shine. Some might say that we should never ponder, on our thoughts today 'cause they hold sway over time. Some might say we will find a brighter day.

pathetic fallacy (liv) 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

pathetic fallacy (liv) Empty
Message(#) Sujet: Re: pathetic fallacy (liv) pathetic fallacy (liv) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

pathetic fallacy (liv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: bonjour la trentaine :: fiches validées
-