AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -28%
Smartphone HUAWEI P30 lite Noir 128 Go
Voir le deal
265 €

 everything else has gone wrong + mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jamie Keynes
Jamie Keynes
le sextoy de joanne
le sextoy de joanne
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (05/06)
SURNOM : Jay, le petit Weinstein
STATUT : Marié à Joanne (14/02/18). Papa de Daniel, 4 ans (13/02/16) et de Louise (16/06/19).
MÉTIER : Fraîchement forcé à démissionner de son poste de rédacteur en chef de GQ Australia pour scandale sexuel et abus de pouvoir. Déchu de ses fonctions auprès des associations WWF et SANE. Philanthrope auquel personne ne souhaite être associé. Vaguement président de la fondation Oliver Keynes pour jeunes en détresse.
LOGEMENT : #98 Agnes Street, Bayside
everything else has gone wrong + mina Tumblr_oom3esfEUf1uwj95yo9_400
POSTS : 18935 POINTS : 325

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Anglais, né à Londres. Fils de Lord, et l'est lui-même. ≈ A recueilli deux chiens abandonnés: Ben, un golden retriever, et Milo, un teckel. ≈ Végétarien. ≈ Pas technophile pour un sou. ≈ Grand passionné d'art. Il est peintre et mécène. ≈ Sanguin, ses poings dépassent parfois sa pensée ≈ 2015 > Diagnostiqué borderline ≈ 2017 > sous traitement à la demande du juge suite à sa condamnation pour violences domestiques ≈ S'est fait tatouer la date de naissance de ses enfants sur l'omoplate gauche.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Prim #2 - Mina #2 - Joamie #125 - Lola - Rhett - Norah - Skylar - [7/5]

autres : Joamie (v.a) #3 - Joamie (fb) - Zamissan

everything else has gone wrong + mina Tumblr_pm1curEvjz1uvz6u5o2_400
Oh, these three worn words that we whisper like the rubbing hands of tourists in Verona. I just want to love you in my own language.
RPs EN ATTENTE : Hassan - Josh - Nolan - Lonnie
RPs TERMINÉS :
• ballads of living and dying

1942-lucy&dan
1528-grace&celso
1888-constance&cole

PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : luke evans
CRÉDITS : loonywaltz
DC : lou & kelly
INSCRIT LE : 27/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1188-jamie-elle-m-a-fait-la-bise-langoureusement https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t1525-jamie-keynes https://www.30yearsstillyoung.com/t2243-jamie-keynes

everything else has gone wrong + mina Empty
Message(#) Sujet: everything else has gone wrong + mina everything else has gone wrong + mina EmptyLun 20 Jan - 14:42



Cela fait dix minutes que mon téléphone vibre incessamment sur la table de la salle de réunion. Une perturbation qui commence à m'attirer les regards en coin de mon équipe en plein débrief des performances des versions numériques de leurs articles -ce qui est déjà un mauvais moment à passer pour ceux qui n'aiment que leur signature en bas d'une page de papier glacé, plus vrai, plus prestigieux. Une notification après l'autre, mon écran clignote et aligne les mentions d'Instagram, Facebook, Twitter et tous ces autres réseaux que je maîtrise à peine. Et je sais déjà, bien avant de quitter la pièce pour aller les lire, que cela ne présage rien de bon. Cinq minutes avant la fin du meeting, je m'esquive pour retourner dans mon bureau. Il me semble discerner un regard différent de la part de mon assistante, dont la place fait barrage entre moi et le reste du monde. Mon coeur se serre. Je ferme la porte derrière moi et me jette dans un fauteuil, prêt à éplucher la masse de notifications qui continue de pleuvoir et faire trembler mon portable comme un épileptique en crise. Insulte sur insulte sur insulte accompagnent la même photo reprise à l'infini sur tous les fils d'actualité et les stories. Toujours la même légende, le texte issu de la publication originelle et provenant de quelqu'un que je connais bien : Mina Farrell. Encore des mentions. Encore des insultes. Les bulles continuent d'apparaître sur l'écran pendant que je tente de comprendre ce qui m'arrive et jauger l'aspect critique de la situation. Un désastre. Une implosion. Cela n'en finit pas. Mon rythme cardiaque s'emballe, mes mains sont moites. Je finis par lâcher l'appareil et le laisser continuer de vibrer par terre, harcelé par le bruit de ses spasmes sur la moquette. J'enfouis ma tête entre mes mains, tente de retrouver mes esprits, d'assimiler les événements. Mais l'ampleur de la chose me prend à la gorge, et quelque part entre l'envie de rendre mon déjeuner et celui de fondre en larmes, je demeure tétanisé. Mina a tout dévoilé au grand public. Plus de huit cent mille personnes relaient l'information à leurs propres followers qui la font passer à leur tour. L’abus de pouvoir d’un rédacteur en chef qui a fait miroiter un tremplin à une héritière naïve bien trop jeune pour lui en échange d’une partie de jambes en l’air. Un pas de côté comme plus personne ne les tolère aujourd’hui. La toile s’enflamme et je suis au centre du bûcher. Cela ne fait qu’une heure que la photographie a été postée, et le premier article est sorti, comme pour officialiser la disgrâce. C’est le début de la seconde vague. Je demeure cloîtré dans mon bureau pour le reste de la matinée, dans le silence, hanté par un téléphone sans repos.

Je pense à Joanne, notre discussion de l’autre soir. Je pense à Daniel et Louise. La honte que je vais leur causer, l’épreuve supplémentaire que je leur impose et qui pourrait être celle de trop. Je songe à tous ceux que je déçois, ceux qui découvrent la situation et donc cette facette de moi que je ne pensais pas moi-même avoir. Je revois mes détracteurs persuadés que les excès de violence qu’ils savent font de moi un homme mauvais qui ne changera jamais, et la manière dont tout ceci leur donne raison -et plus encore de billes pour me traîner dans la boue. Et bien sûr, mes collègues, mon équipe. Je commence déjà le deuil de cette carrière qui s’achèvera de la pire des façons. Car il n’y a aucun scénario dans lequel je sors de cette tornade indemne.
La porte finit par s’ouvrir sur Edwina McCann, directrice de tous les magazines logés dans le bâtiment. "Jamie, j'aimerais vous voir dans une heure." dit-elle comme elle l’aurait prononcé pour n’importe quel rendez-vous de dernière minute, sans dramatisation supplémentaire, sans une once d’émotion débordante. Mon regard se pose sur elle un court instant, puis s’enfuit. Son visage, doux mais fermé, est le reflet d’une personne contrariée qui a un pansement à arracher contre son gré. "Il faut que nous parlions de votre démission." ajoute-t-elle. Puis elle s’en va aussi rapidement qu’elle est apparue, sans attendre de réaction de ma part -et qui n’arrive pas, de toute manière. C’est inévitable, et je ne compte pas me battre contre le courant.
Par terre, les vibrations du téléphone se font moins anarchiques. Un appel masque les notifications. Victoria, quelques étages au-dessus de moi, a eu vent de la nouvelle à son tour. Mollement, je saisis l’appareil et le porte à mon oreille avec une appréhension m’étouffant le coeur. Mon esprit tremble sous les secousses qui font subitement s’effondrer mon monde. "James ?" La voix habituellement si rassurante de celle que je considère comme une mentor s’émeut d’un mélange de dépits et de compassion. J’entends sa surprise, sa déception, avant qu’elle ne me demande avec honte ; "Est-ce que c'est vrai ?" Et je n’ai ni la volonté de nier, ni la force d’avouer. La vitalité m’a quitté. "Je suis désolé, Vee…" je souffle difficilement. C’est elle qui a toujours cru en moi, elle qui m’a permis d’avoir ce poste. Je la laisse tomber, royalement, et l’éclabousse un peu elle aussi avec ce scandale qui ponctue le chapitre GQ d’un point final.


"Mina !" Mon poing s’abat à répétition contre la porte. Le battant tremble sous les coups propulsés par la colère qui a pris le dessus sur l'apitoiement, deux verres plus tôt. J’ai vidé mon bureau, quitté la tour la queue entre les jambes et la tête basse. J’ai roulé jusqu’à un bar où tout le monde se fichait bien de qui je suis, un lieu où mettre de la distance entre moi et ce qui me marque une nouvelle fois au fer rouge. Terré, téléphone coupé, j’ai creusé cet écart avec la réalité en compagnie de whisky bon marché. Puis j’ai ressassé jusqu’à ce qu’une idée me traverse l’esprit ; comme toutes les idées soufflées par la bouteille, elle était mauvaise. Elle n’allait surtout pas plus loin que d’aller frapper à la porte de Mina ; toute suite ne faisait pas partie du plan. J’ai simplement besoin de la voir, lui faire face, lui cracher au visage qu’elle est en train de détruire de ma vie. Pas pour me faire plaindre ni recevoir des excuses. Juste lui dire. Lui dire et… je ne sais pas. La rage brouille mon jugement. Je ne saurais pas même dire l’heure qu’il est. "Je sais que t'es là !" Il y a de la lumière. Elle m’entend, elle sait qui est sur son palier. Personne n’irait ouvrir à une énergumène qui passe sa frustration sur la porte comme un boxeur dans un sac de sable. Pourtant, c’est sans arranger mon cas que je m’époumone un peu plus, le poing toujours lourd ; "OUVRE CETTE FOUTUE PORTE."




Wrapped inside a cocoon made of flesh and bones. Doesn't really matter where you come from. We are home



:l: :
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Mina Farrell
Mina Farrell
La jeunesse dorée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : L’âge ne fait pas la maturité. Du haut de ses vingt-quatres petites années, Mina n’a aucun soucis à diriger tout un régiment. Elle sait se faire obéir au doigt et à l’œil et semble connaître tout les vices pour arriver à ses fins. Gamine pourrie gâtée, elle a l’habitude de TOUJOURS obtenir ce qu’elle veut et ce n’est pas prêt de changer.
SURNOM : Mina est déjà un surnom, ce n’est autre que le diminutif de son vrai prénom Carmina.
STATUT : À priori Célibataire mais son coeur n’est plus à prendre. Il semblerait d’ailleurs qu’elle en ait un, qui bat pour le père de sa fille : Carlisle Bishop. Une grossesse accidentelle et un enfant qu’elle a du mal à assumer.
MÉTIER : Une année difficile qui l’a forcé à arrêter ses études en économie/finance. Elle a par la même occasion dû renoncer à son poste dans la compagnie familial comme analyste financier. Elle a dû mettre au placard ses rêves de gouverner un jour Cathay Pacific et voit le poste lui filer sous le nez pour être confier à son cousin germain. En attendant, elle essaye de se rattraper comme elle peut. Ces derniers temps, elle essaye de donner un sens à sa vie et s’est depuis quelques jours remis à la couture. Un rêve d’adolescente qu’elle espère concrétiser à défaut d’avoir foutu sa vie en l’air.
LOGEMENT : À l'hôtel pour le moment - vivre seule n'a jamais été aussi difficile.
everything else has gone wrong + mina 759d1453ed9e59951355d5a11892d9f0d2ccd4c5
POSTS : 200 POINTS : 65

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a un tatouage sur la cuisse gauche, une jarretière qu’elle a fait plus jeune sans réellement se soucier du symbole ou du message que cela peut véhiculer. ◈ Elle joue du violon depuis très longtemps, c’est surement le seul objet qui la rend authentique. ◈ Elle ne boit ni café, ni thé. ◈ Elle est végétarienne parce qu’elle ne supporte ni l’odeur ni la vue de viande. ◈ Elle n’aime pas le poisson non plus. ◈ Elle collectionne les talons hauts.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : JE SUIS ACTUELLEMENT INDISPONIBLE POUR LANCER TOUT RP.

Nicolas Rollins (en cours) Dimitri Horowitz (en cours) ▲Aaron Mayfair (en cours) ▲Noël 2019 (en cours) ▲James Dempsie (en cours) ▲ Zeppelin Jensen (en cours) ▲Carlisle Bishop 8 (en cours) Jamie Keynes 2 (en cours)



à jour
▲ en attente



RPs TERMINÉS : Carlisle Bishop (terminé) ▲ Carlisle Bishop 2 (terminé) ▲ John Williams (terminé) ▲ John Williams 2 (terminé) ▲ Jamie Keynes (terminé) ▲ Carlisle Bishop 3 (terminé) ▲ Noa Jacobs (terminé) ▲ Carlisle Bishop 4 (terminé) ▲ Carlisle Bishop 5 (terminé) ▲John Williams 3 (terminé) ▲ Joanne Keynes (terminé) ▲Skylar Whitaker (terminé) ▲ Carlisle Bishop 6 (terminé) ▲Carlisle Bishop 7 (terminé)
PSEUDO : earithralia (Amal)
AVATAR : Kendall Jenner
CRÉDITS : AVATAR (MISERUNT.) // GIF (earithralia & tumblr) // signature (bat'phanie)// icon (Chrysalis)
DC : Aucun pour le moment
INSCRIT LE : 14/12/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t22608-mina-im-too-young-to-die-and-too-old-to-eat-off-the-kids-menu-what-a-stupid-age-i-am#919323 https://www.30yearsstillyoung.com/t22769-mina-we-are-just-waiting-to-meet-the-right-stranger https://www.30yearsstillyoung.com/t22777-mina-farrell#924998 https://www.30yearsstillyoung.com/t22779-mina-farrell#925011

everything else has gone wrong + mina Empty
Message(#) Sujet: Re: everything else has gone wrong + mina everything else has gone wrong + mina EmptyLun 20 Jan - 21:38




@Jamie Keynes &  Mina Farrell Des mois s’étaient écoulés entre l’instant où Mina et le rédacteur en chef s’étaient vu pour la dernière fois et aujourd’hui. Elle avait estimée lui avoir laissé un délai plus long que prévu, elle avait juré de mettre sa menace à exécution et il n’avait pas pris en compte ses revendications. Sa patience avait été mise à rude épreuve et elle pouvait se rappeler du visage blessée de son épouse lorsqu’elle lui avait révélé en détail la nuit sulfureuse qu’elle avait passé au côté de son époux. Au fond, elle avait espéré que cela suffirait à leur faire entendre raison. À croire que Joanne n’avait pas su gérer de son côté Jamie, le mettre en garde contre l’héritière qui du haut de ses vingt-quatre ans n’avait aucun problème à détruire une famille. Elle l’avait prévenu et Jamie avait volontairement choisi de ne pas entendre ses avertissements. Il n’avait pas choisi la meilleure période pour se mettre la jeune femme à dos. À l’ère du post-Weinstein et autres prédateurs, Mina avait profité de la vague et elle n’avait eu besoin que d’un clic pour anéantir le père de famille. Elle avait assemblé les preuves contre lui pour écrire son histoire. Instagram et la twittosphère s’étaient chargé de lui rendre justice, accablant dès les premières secondes Jamie de tout les noms d’oiseaux que son geste procurait. Il n’avait plus seulement une Mina à gérer mais des milliers de pro-Mina qui juraient de faire la peau à cette ordure. Elle avait posé son téléphone seulement quelques secondes. Elle n’avait pas imaginé les proportions que cette histoire prendrait, du moins pas aussi vite. « Mina, qu’est-ce que tu as fait ? » la voix sidérée de Carlisle la sortie de ses pensées. Il était aussi blanc que son t-shirt tandis qu’il semblait prendre conscience plus rapidement du geste de sa ‘’petite amie’’. Elle avait laissé parler sa soif de vengeance sans réellement prendre conscience qu’elle impacterait l’ex-pilote et leur fille. Il ne lui avait fallu que cinq petites minutes pour se rendre compte de la bombe qu’elle avait lancé et même si elle pensa un instant supprimer son poste, il avait été relayé une bonne centaines de fois. C’était trop tard ! Le mécanisme était déclenchée et elle n’avait d’autres choix que d’assumer son geste.  Tant pis pour Joanne, tant pis pour leurs enfants, tant pis pour Carlisle, tant pis pour Maya et tant pis pour Mina et Jamie. Ils allaient tous être en ligne de front et elle forçait désormais les siens à se battre à ses côtés. Dans l’histoire, elle n’était pas la plus à plaindre, sa place de présumée victime lui assurait le soutien d’un paquet de gens et même ceux pour qui elle ne faisait pas l’unanimité se rangeait de son côté. Aujourd’hui, c’était elle contre Jamie et elle comptait bien se battre puisque c’était ce qui lui restait à faire maintenant qu’elle avait enclenché le processus. Elle avait participé au lynchage médiatique de Jamie qui avait eu le malheur de sous-estimer la jeune Farrell. Il avait eu tort de s’en faire une ennemie et il en payait certainement les conséquences. Œil pour œil, dent pour dent, ce combat était déloyal mais il avait été le premier à rompre leur contrat. Dans son malheur, il pouvait s’estimer heureux que l’héritière ne descende pas d’une famille mafieuse qui se serait empressée de lui couper ses organes génitaux pour l’honneur de leur fille. Elle avait passé un pacte avec lui qu’il s’était empressé de le trahir à la seconde où il avait obtenu ce qu’il voulait. Terrible erreur qu’il s’apprêtait désormais à payer au prix fort. Son téléphone n’avait pas cessé de sonner, pour la plupart des demandes d’interviews et des féministes prête à lui offrir leur soutien et toute leur solidarité. Carlisle avait hésité à la laisser seule pour la journée. Il avait insisté pour qu’elle ne retourne pas à son hôtel, l’endroit où elle créchait habituellement. Les paparazzis s’étaient aussitôt approprié l’affaire se rendant au domicile de l’héritière et probablement au siége GQ pour tirer l’affaire au clair. Tout le monde semblait vouloir éclaircir cette histoire alors même que les premiers concernaient n’avaient pas eu le temps de prendre conscience de ce qui leur arrivait. Le brouhaha médiatique que cela avait causé dépassé clairement les protagonistes et Carlisle avait vivement conseillé à la demoiselle d’éteindre son cellulaire et son ordinateur pour faire la morte quelques heures. Le temps que ça dissipe un peu, avait-il dit, craignant pour leur famille.  Si elle pouvait compter sur son soutien, il est vrai qu’il aurait probablement préféré qu’elle le prévienne. Pour l’occasion, il avait préféré laisser leur fille à une amie, tandis qu’il avait congédié le reste du personnel pour le reste de la semaine. De quoi donner un peu d’espace à la jeune femme traquée par les journalistes et une horde de photographes. Bien qu’elle détestait Jamie de tout son âme, elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer qu’il devait passer ses heures les plus noires. Dans d’autres circonstances, elle aurait pu jubiler de son malheur. Seulement, cette histoire lui coûtait sa propre tranquillité et à en voir son téléphone qui n’avait pas cessé de sonner de la journée, il y avait fort à parier qu’ils n’étaient qu’au début des problèmes. Pour s’aérer l’esprit, elle avait choisi de se cloîtrer dans la chambre de Carlisle, tentant de tuer le temps à coups de films et de séries. Elle sursauta au premier coup contre la porte. Son cœur se mit à battre fort et elle décida d’ignorer le bruit qui provenait de l’extérieur. Piquée par la curiosité, elle décida d’aller voir par la fenêtre l’identité de ce bourrin. Jamie ! Comment avait-il su qu’elle était là. Sans trop réfléchir, elle dévala rapidement les escaliers vers l’étage inférieur, vérifiant que toutes les portes et fenêtres étaient fermés alors qu’une peur soudaine habita tout son âme. « Je sais que t'es là ! » Bien sûr qu’il le savait, il n’était pas rédacteur en chef GQ pour rien. Il avait le bras aussi long qu’elle et s’il avait réussi à la retrouver, il ne tarderait pas à être plusieurs dans le même cas. « Va t-en ! » cria-t-elle de l’autre côté de la porte. Si par écrit, elle s’était montrée plus courageuse, toute seule, elle avait choisi le chemin de la sureté. « OUVRE CETTE FOUTUE PORTE. » il pouvait toujours rêver, elle n’était pas encore suicidaire pour le confronter. « Je n’ai rien à te dire, va-t’en ou j’appelle les flics ! Tu es sur une propriété privée…»  





((IT COULD ALL BE SO SIMPLE.))

I thought all of those cliché quotes were bullshit but then our eyes met for the first time, my breath caught, and I thought ‘oh no’. Looking at you causes my cheeks to blossom like red roses and the only conclusion I can draw is that maybe the sunlight which gleams from your smile gave me a sunburn that hasn’t recovered yet. I swear I would wake each morning to paint the dawn for you if you told me it would help you shine brighter. ♧


Revenir en haut Aller en bas
Jamie Keynes
Jamie Keynes
le sextoy de joanne
le sextoy de joanne
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 38 ans (05/06)
SURNOM : Jay, le petit Weinstein
STATUT : Marié à Joanne (14/02/18). Papa de Daniel, 4 ans (13/02/16) et de Louise (16/06/19).
MÉTIER : Fraîchement forcé à démissionner de son poste de rédacteur en chef de GQ Australia pour scandale sexuel et abus de pouvoir. Déchu de ses fonctions auprès des associations WWF et SANE. Philanthrope auquel personne ne souhaite être associé. Vaguement président de la fondation Oliver Keynes pour jeunes en détresse.
LOGEMENT : #98 Agnes Street, Bayside
everything else has gone wrong + mina Tumblr_oom3esfEUf1uwj95yo9_400
POSTS : 18935 POINTS : 325

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Anglais, né à Londres. Fils de Lord, et l'est lui-même. ≈ A recueilli deux chiens abandonnés: Ben, un golden retriever, et Milo, un teckel. ≈ Végétarien. ≈ Pas technophile pour un sou. ≈ Grand passionné d'art. Il est peintre et mécène. ≈ Sanguin, ses poings dépassent parfois sa pensée ≈ 2015 > Diagnostiqué borderline ≈ 2017 > sous traitement à la demande du juge suite à sa condamnation pour violences domestiques ≈ S'est fait tatouer la date de naissance de ses enfants sur l'omoplate gauche.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Prim #2 - Mina #2 - Joamie #125 - Lola - Rhett - Norah - Skylar - [7/5]

autres : Joamie (v.a) #3 - Joamie (fb) - Zamissan

everything else has gone wrong + mina Tumblr_pm1curEvjz1uvz6u5o2_400
Oh, these three worn words that we whisper like the rubbing hands of tourists in Verona. I just want to love you in my own language.
RPs EN ATTENTE : Hassan - Josh - Nolan - Lonnie
RPs TERMINÉS :
• ballads of living and dying

1942-lucy&dan
1528-grace&celso
1888-constance&cole

PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : luke evans
CRÉDITS : loonywaltz
DC : lou & kelly
INSCRIT LE : 27/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1188-jamie-elle-m-a-fait-la-bise-langoureusement https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t1525-jamie-keynes https://www.30yearsstillyoung.com/t2243-jamie-keynes

everything else has gone wrong + mina Empty
Message(#) Sujet: Re: everything else has gone wrong + mina everything else has gone wrong + mina EmptyDim 2 Fév - 22:48



La porte étouffe le son des pas qui dévalent l’escalier à l’intérieur, mais pas assez pour échapper à mon oreille collée à celle-ci dans l’espoir d’entendre un signe de vie ; et elle est là, la preuve que Mina est présente, qu’elle m’entend. Le bruit feutré de sa démarche hagard, prise par surprise au milieu de la nuit, arrachée à sa tranquillité et son impunité. Alors je frappe de plus belle, comme si l’insistance par la violence lui ferait m’ouvrir, quand la vérité est que la terreur que cet élan de rage lui inspire cloue ses pieds au sol. "Va t'en !" qu’elle me somme, la lâche. Non, Mina n’a pas le courage de me faire face, de regarder le fruit de sa vengeance droit dans les yeux, et de scruter dans le détail les premières heures de la chute d’un homme qu’elle a elle-même instigué. Cela ne serait qu’admirer le résultat de son travail. Oui, se délecter de ma condition, de ma rage qui transforme le voile de détresse devant mon regard en larmes de colère, en quête d’un coupable. Ne s’accorde-t-elle pas cette récompense ? Ne viendra-t-elle pas me rire à la figure et me jauger une dernière fois d’un “bien fait” mérité ? Moi, je ne bougerais pas d’ici. Tant que mes phalanges n’auront pas rougi la porte de mon sang, je pourrais demeurer sur ce seuil indéfiniment. Et continuer de frapper, frapper, jusqu’à ce que le son la hante le reste de cette nuit et des suivantes. "Je ne vais nulle part !" j’hurle, abattant à son tour mon pied contre le battant. Il y a quelque chose de transcendant dans la force et la détermination que peut vous conférer la réalisation que votre vie est fichue. Ce n’est pas un sentiment nouveau ; dans ma vie, cela revient plutôt à recroiser une vieille amie. Car plus d’une fois j’ai été à terre, et autant de fois me suis-je relevé. Mais se peut-il que ce soit Mina Farrell qui me condamnera à être pieds et poings liés, dos au mur, impuissant face au spectacle de dizaines d’années de travail réduites à néant, d’un mariage malheureux et d’une famille au bord du précipice ? “Je n’ai rien à te dire, va-t’en ou j’appelle les flics ! Tu es sur une propriété privée… - J'en ai rien à faire !" je coupe, mes préoccupations ayant désormais amplement dépassé les simples lois de tranquillité du voisinage. "Appelle la police si ça te chante, tu crois que je suis à ça près ?!" Qu’on vienne me juger, qu’on m’arrache à ce paillasson ; il faudra au moins cela, et deux hommes résolus, pour me faire partir sans avoir obtenu mon du. Juste la voir. Juste lui dire. Juste plonger mon regard dans le sien et qu’elle n’y perçoive qu’une haine sans limites. Juste lui faire prendre conscience qu’elle avait le canon contre ma tempe, et que c’est elle qui a décidé le tirer sur la gâchette. Comment vais-je me sortir d’affaire, cette fois ? Comment vais-je faire en sorte que l’entièreté de ma vie ne s’échappe pas comme du sable entre mes doigts ? Y aura-t-il seulement quelque chose à sauver ? Carrière, fichue. L’opinion publique est autant en ébullition qu’une foule enragée armée de fourches et de torches. Je ne peux pas rentrer chez moi et les trouver en train de fouler le gazon de mon jardin. Je ne peux pas aller chez moi et subir le regard de Joanne, l’incompréhension de Daniel, et le futur de Louise désormais marqué au fer rouge du nom d’un père qui manipule des rentières ambitieuses. Mina s’est-elle seulement rendue compte de tous les dommages collatéraux que son ego blessé allait lui faire causer ? C’est fort de toute la colère supplémentaire puisée dans ces pensées que je recommence à taper inlassablement, ordonnant à nouveau ; "OUVRE ! Je te jure que si tu n'ouvres pas tout de suite je dis à tous les paps de la ville où te trouver ET TU L'AURAS ENFIN TA PUTAIN D'HEURE DE GLOIRE FARRELL." C’est ce qu’elle veut après tout, depuis le début. Qu’on parle d’elle. Elle voulait une couverture, même, mettre son minois en Une. Se donner en spectacle, comme le reste de ces millenials qui pensent que la célébrité est une fin en soi. Que fera-t-elle quand elle sera harcelée à son tour ? Est-elle vraiment prête à prendre dans la figure l’ampleur de son acte ? Car même à cette heure, si l’on siffle les paparazzis, ils viendront. Ils viennent toujours. Et en attendant que leurs yeux soient rivés sur nous, ce sont ceux du voisinage qui commencent à scruter la scène, discrètement, derrière leurs rideaux.




Wrapped inside a cocoon made of flesh and bones. Doesn't really matter where you come from. We are home



:l: :
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

everything else has gone wrong + mina Empty
Message(#) Sujet: Re: everything else has gone wrong + mina everything else has gone wrong + mina Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

everything else has gone wrong + mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-