AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

 if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grace Coughlin
Grace Coughlin
le coeur fragile
le coeur fragile
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (12/10).
SURNOM : coughlin, pour tous ses potes et collègues. gracie pour sa famille qui la voit pas grandir.
STATUT : the first time i came over you listened to my oldest pain, spoke like sugar water - i knew i loved you then. i'm still not quite sure in what way.
MÉTIER : photographe de plateau sur le déclin. ses stagiaires la remplacent, la passion s'en va.
LOGEMENT : #47 james street, fortitude valley.
if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_oylqzoNCAK1vuv9bpo5_250
POSTS : 1052 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : "les avc c'est un truc de vieux", qu'on lui avait dit, et elle y a bêtement cru. sa main droite repliée et sa démarche déséquilibrée perdurent comme témoins de son inconscience passée. un bête accident qui n'arrive qu'aux autres.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_inline_nuglnx2kRd1qlt39u_250
WRIGHLIN#6 i'm willing to let you know me if you do the same. then tonight won't be a total loss. you'll say: i know a little about a person that no one else knows very well.

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_n5pczgoPrQ1txsisoo5_250
JORACE#1 (jorace c'est moche mais c'est en attendant de trouver mieux) the brother of my heart lives in you, i know ; as long as they beat i will always have a safe retreat.

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Source
REEDLIN#1 girls like her are the kind you know will break your heart, but some fern-green part of you holds onto the idea she might stay awhile, just once.

LéonieGaïaHeather (fb)Sixtine (fb)Yohan (fb)Mira#1 & Jordan#3IsobelRen & EmmaJill & Bailey & Lola#5
RPs EN ATTENTE : Alfie & Clément • Adèle • Chloe • Justin • Raphael •
RPs TERMINÉS : Lola#1 (fb)GregAsh (event)Lola#2 (fb)Nico (event)Jordan #2 (event)Lola #3Lola#4 & Ginny & Jill & Auden

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) C49cb7af4abb132c36c65c337d4d1aeef9b3d7d6
PSEUDO : (an)kana
AVATAR : adelaide kane la parfaite
CRÉDITS : ava (c) amor fati
DC : irina, la ruskov éventreuse.
INSCRIT LE : 30/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27680-grace-c-bite-your-face-to-spite-your-nose https://www.30yearsstillyoung.com/t27779-grace-love-it-if-we-made-it https://www.30yearsstillyoung.com/t27917-grace-coughlin https://www.30yearsstillyoung.com/t28955-grace-coughlin

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty
Message(#) Sujet: if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) EmptyDim 9 Fév - 0:04



Voilà. Il est arrivé, ce fameux jour, celui où Grace devrait prendre les rênes et trouver instinctivement toutes les bonnes réactions à avoir pour gérer le drame avec le plus de sang froid possible ; le tout dans un contexte au coeur duquel elle ne maîtrisait rien. Il est là : Mussolini est tombé malade. Le varan émeraude de Jeremy a arrêté de s’alimenter, il ne joue plus dans son vivarium comme il en a l’habitude et, bien sûr, un monde entier s’effondre. Heureusement, en prévision de ce terrible jour un peu trop prompt à arriver, parce que le ciel finit toujours par vous tomber sur la gueule dans ce genre de cas, Jeremy avait dressé une liste des choses à faire.

1) Appeler Calie. Calie savait quoi faire.
2) Donner sa corde à Mussolini pour ne pas qu’il se sente abandonné.
3) Prendre les chips de coco de Mussolini au cas où il ait faim.
4) Prendre un brumisateur.
5) Apporter des bouteilles d’eau.
6) Prendre le fidget spinner de Jeremy.

Bien sûr, Grace avait scrupuleusement respecté la liste, et le varan, une fois dans son terrarium de transport, avait été aussi actif que l’avait rapporté Jeremy sur les deux derniers jours : faible, plus intéressé ni par son jouet fétiche ni par ses branches, et globalement moins vif que la jeune femme l’avait connu. Il fallait dire que Mussolini n’était plus tout jeune homme, et que sa santé avait drôlement baissé depuis les derniers mois. Incidemment, il fallait que ça se passe quand Jeremy rendait visite à Grace sur Brisbane, son bestiau bleu et vert encombrant dans les bras, et que la jeune femme n’avait pas d’autre choix que de tout plaquer pour venir en aide à son frère et à son varan malade. Ceci dit, et comme prévu sur la liste, elle avait appelé Calie, et Calie avait accepté de les voir en urgence. Au vol d’une journée trop remplie, Grace avait donc recruté Julia, sa stagiaire, pour les conduire directement jusqu’au repaire de la biologiste, au refuge animalier à l’extérieur de la ville.

La radio de la voiture de Julia recouvre l’habitacle silencieux du son de Love Hurts de Nazareth. Grace, à l’arrière avec son frère, joue avec ses mains pour faire passer le temps, tandis que Jeremy jette à l’occasion des regards anxieux à Mussolini tout en triturant son fidget spinner pour gérer son angoisse. Son casque antibruit sur les oreilles le coupe de toute distraction extérieure, et tant mieux, pense Grace, tandis que Julia jure entre ses dents à chaque feu rouge et à chaque tournant un peu trop raide qu’elle a mal anticipé. A en voir sa conduite truculente, elle n’avait pas pris à la légère l’urgence que sa patronne lui avait annoncé en plein milieu de leur journée de boulot et elle se mettait une pression monstre pour arriver le plus tôt possible. Ce qui ne laisse qu’un seul être tranquille dans la voiture : Mussolini, lequel semble plongé dans un sommeil fiévreux et ignorer la route branlante qu’ils sillonnent à une allure un peu trop rapide.

Enfin le refuge se profile et, malgré son angoisse débordante, Jeremy insiste pour prendre Mussolini et le garder avec lui. Le trio sort de la voiture, Grace en tête de cortège, et, stress remonté à cause de ses deux comparses au bord de la syncope, elle lâche un peu abruptement : “Bonjour, je cherche Calie Mahoney, je l’ai appelée plus tôt.” Derrière, Jeremy tape des pieds, fidget spinner dans une main et terrarium dans l’autre, Julia répond à leur patron au téléphone et le monde semble s’être arrêté de tourner. “S’il vous plaît”, ajoute la brune, comme si elle venait de se rappeler des manières d’usage. A l’accueil, le type, qui a à peu près son âge, semble aussi léthargique que l’animal. “S’il vous plaît”, insiste-t-elle dans un vain espoir de le redynamiser. Finalement, le jeune homme semble sortir de sa sieste de début après-midi. “Un instant”, qu’il leur indique, index en l’air devant lui, avant de, suppose-t-elle, aller chercher Calie directement.
Et en effet, la biologiste reparaît, et Grace jure qu’elle aurait pu pleurer, en cet instant. “Salut. Vraiment désolée de te déranger maintenant, mais Mussolini va pas bien, et Jeremy sait plus trop quoi faire, il m’a dit de t’appeler et…” Elle se recentre d’une bonne respiration, reprend son sang froid pour inspirer le reste du groupe. “Le varan, pas le type mort”, précise-t-elle en désignant la bestiole dans le vivarium. Sait-on jamais.


- praise the mutilated world and the gray feather a thrush lost, and the gentle light that strays and
vanishes and returns.


if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) 3287410889:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty
Message(#) Sujet: Re: if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) EmptyMar 11 Fév - 2:32


Ce matin, au refuge, Calie avait reçu un appel important. De l’autre côté du combiné, c’était la voix inquiète de Grace qu’elle avait dû rassurer en lui proposant de jeter un coup d’œil à un certain varan trop endormi et à l’appétit disparu. Certes, la jeune femme n’est pas vétérinaire mais son boulot lui a permis de côtoyer machines et appareils médicaux servant à venir en aide aux lézards vulnérables trouvés sur le bord de la route ou aux malheureux tombés malades sur place. Depuis un moment déjà, Calie se voit assister à des manœuvres d’urgence sur les serpents et les iguanes et, sans s’en rendre compte, elle a pris des notes dans sa tête, comme si jamais elle n’avait perdu son cœur d’écolière. C’est bien l’une de ses qualités : la curiosité la guide encore à travers ses journées et elle cherche toujours à remplir sa cervelle de nouvelles connaissances qui lui serviront peut-être un jour. Aujourd’hui, elle ne regrette pas d’avoir laissé sa passion parler pour elle ; elle est certaine de pouvoir soigner le bestiau de Grace, ou, plutôt, celui de son frère Jeremy qu’elle a pu rencontrer dernièrement. Elle avait pu discuter avec lui et avait rapidement deviné sa passion certaine pour les reptiles : il ne faut pas croire qu’elle est médium, Jeremy n’est pas du genre à filtrer ses paroles. Aussitôt qu’elle a parlé de son emploi, ses yeux se sont illuminés comme des feux follets, tels ceux d’un enfant qui décore ses murs de posters animaliers jusqu’à ce qu’on ne puisse plus voir la peinture à travers les portraits de jaguars et de pandas.

Occupée à classer les gobelets d’échantillons de venin qu’elle vient de prélever des crocs acérés d’un serpent vénéneux, Calie chantonne une chanson dont elle ne connait pas le titre, incapable de comprendre d’où lui vient cette mélodie. Elle l’a peut-être entendu dans sa voiture, le matin-même, et cette dernière s’est menottée à ses tympans pour ne jamais lui offrir le repos. « La la… Nanana… Stupide chanson. » Elle souffle en secouant la tête de droite à gauche, prête à croire qu’elle mourra avec ces notes répétées coincée dans le crâne. Elle jette un coup d’œil par-dessus son épaule pour observer à travers la grande baie vitrée qui lui présente une vue incroyable sur les sentiers zigzaguant dans le refuge. Le soleil est présent mais timide, aujourd’hui. Elle ne regrette pas d’être enfermée toute la journée entre les quatre murs de son laboratoire. Elle peut analyser les passants, juger l’accoutrement similaire des couples de longue date et rêvasser en suivant des yeux les mouvements rapides des enfants excités qui vacillent entre les enclos.

On frappe à sa porte et, intriguée, elle se hisse hors de son siège pour rejoindre la sortie. Habituellement, elle ne se fait pas déranger dans une telle circonstance : sur le battant extérieur de la porte a été posée une affiche interdisant l’entrée pendant l’extraction de venin des serpents. Un moindre faux mouvement et les crochets d’une vipère pénètrent la peau de la scientifique. « C’est pour quoi ? » Elle demande après avoir glissé sa tête entre la porte et son cadre. On l’informe qu’une jeune femme accompagnée d’un jeune homme l’attendent à la réception. Il ne faut pas plus d’explications à Calie : elle acquiesce et sort de la salle avant de verrouiller la porte derrière elle. Elle se dirige sans détour vers la réception, où elle découvre la silhouette de Grace ainsi que celle de son frère, légèrement reculé. “Salut. Vraiment désolée de te déranger maintenant, mais Mussolini va pas bien, et Jeremy sait plus trop quoi faire, il m’a dit de t’appeler et…” Les sourcils de la biologiste se froncent instantanément. “Le varan, pas le type mort” Quelle idée de donner le nom d’un dictateur à un reptile. « Merci d’avoir précisé, j’ai eu peur de devoir me replonger dans mes cours d’histoire en seconde. » Certes, elle aimait l’école, mais jamais l’histoire et la géographie n’ont capté son intérêt. Souriante, elle tend la main en direction de Jeremy afin de lui faire signe de s’approcher. « Viens, je vais d’abord jeter un coup d’œil rapide à ton ami, puis on ira tous les trois dans mon bureau. » Elle lui parle comme s’il s’agissait d’un enfant, c’est un réflexe incontrôlable. Le petit terrarium de transport posé sur le comptoir près de la réception, Calie n’attend pas une seconde avant d’en ouvrir le couvercle pour d’abord analyser la couleur du varan. « Comment vas-tu, Grace ? Ça fait quelques semaines qu’on ne s’est pas vues. Tu étais occupée ? » Elle demande en caressant très doucement la ligne dorsale de Mussolini, constatant qu’il ne réagit pas au contact. « Il n’est plus aussi vert, il a donc véritablement un problème d’appétit. » Pas qu’elle ne croyait pas leurs propos : elle voulait simplement confirmer avec eux que l’animal ne se nourrit pas.
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Grace Coughlin
Grace Coughlin
le coeur fragile
le coeur fragile
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (12/10).
SURNOM : coughlin, pour tous ses potes et collègues. gracie pour sa famille qui la voit pas grandir.
STATUT : the first time i came over you listened to my oldest pain, spoke like sugar water - i knew i loved you then. i'm still not quite sure in what way.
MÉTIER : photographe de plateau sur le déclin. ses stagiaires la remplacent, la passion s'en va.
LOGEMENT : #47 james street, fortitude valley.
if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_oylqzoNCAK1vuv9bpo5_250
POSTS : 1052 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : "les avc c'est un truc de vieux", qu'on lui avait dit, et elle y a bêtement cru. sa main droite repliée et sa démarche déséquilibrée perdurent comme témoins de son inconscience passée. un bête accident qui n'arrive qu'aux autres.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_inline_nuglnx2kRd1qlt39u_250
WRIGHLIN#6 i'm willing to let you know me if you do the same. then tonight won't be a total loss. you'll say: i know a little about a person that no one else knows very well.

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Tumblr_n5pczgoPrQ1txsisoo5_250
JORACE#1 (jorace c'est moche mais c'est en attendant de trouver mieux) the brother of my heart lives in you, i know ; as long as they beat i will always have a safe retreat.

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Source
REEDLIN#1 girls like her are the kind you know will break your heart, but some fern-green part of you holds onto the idea she might stay awhile, just once.

LéonieGaïaHeather (fb)Sixtine (fb)Yohan (fb)Mira#1 & Jordan#3IsobelRen & EmmaJill & Bailey & Lola#5
RPs EN ATTENTE : Alfie & Clément • Adèle • Chloe • Justin • Raphael •
RPs TERMINÉS : Lola#1 (fb)GregAsh (event)Lola#2 (fb)Nico (event)Jordan #2 (event)Lola #3Lola#4 & Ginny & Jill & Auden

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) C49cb7af4abb132c36c65c337d4d1aeef9b3d7d6
PSEUDO : (an)kana
AVATAR : adelaide kane la parfaite
CRÉDITS : ava (c) amor fati
DC : irina, la ruskov éventreuse.
INSCRIT LE : 30/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27680-grace-c-bite-your-face-to-spite-your-nose https://www.30yearsstillyoung.com/t27779-grace-love-it-if-we-made-it https://www.30yearsstillyoung.com/t27917-grace-coughlin https://www.30yearsstillyoung.com/t28955-grace-coughlin

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty
Message(#) Sujet: Re: if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) EmptyJeu 20 Fév - 0:03



Autour d’elle le monde vire à l’apocalypse : Jeremy panique, impuissant face à l’absence de réactions de son varan et à la léthargie presque aussi inquiétante du secrétaire à l’accueil, et Julia s’agite sur son téléphone en suppliant Magnus de couvrir pour eux devant le patron. Grace, elle-même, est dans une position délicate : quitter le boulot plus tôt pour s’occuper d’un animal, ou quiconque autre qu’elle-même malade, ce qu’elle ne fait d’ailleurs jamais, c’est nouveau pour elle. Ce rôle soudainement endossé de responsable de tout, du varan, du frère aîné, du job de sa stagiaire et de son job à elle, voilà longtemps qu’elle l’a quitté, trop heureuse de se distancier un peu de son trop-plein de maturité péremptoire. Et voilà qu’elle le retrouve, à peine six mois après avoir quitté Brisbane pour vivre seule, pour recommencer seule, pour s’occuper d’elle-même. Et si le rush de la grande soeur slash responsable des stagiaires slash responsable d’elle-même est encore trop puissant pour qu’elle s’en sente fatiguée, la jeune femme commence déjà à sentir ses nerfs se tisser à nouveau en pelotes bien emmêlées.

Son coeur s’allège un tout petit peu lorsqu’elle aperçoit enfin la silhouette de Calie marcher d’un pas résolu jusqu’à eux, avec ses allures de salvatrice qui va régler tous leurs problèmes. Jeremy, lui, tendu jusqu’aux orteils, n’a toujours pas enlevé son casque antibruit et continue de psalmodier des mots doux et rassurants à Mussolini. « Merci d’avoir précisé, j’ai eu peur de devoir me replonger dans mes cours d’histoire en seconde. » C’est un don qu’elle semble avoir, ça, Calie : détendre l’atmosphère en une phrase bien trouvée. Grace lui envie, parce qu’en une demi-heure de trajets, elle n’a pas réussi à le faire une seule fois. « Viens, je vais d’abord jeter un coup d’œil rapide à ton ami, puis on ira tous les trois dans mon bureau. » Le visage contorsionné de Jeremy semble se détendre légèrement, et il obtempère, posant son casque anti-bruit sur ses épaules pour tendre le terrarium de voyage à la biologiste. Anxieux, il se mord les lèvres, frotte ses mains l’une contre l’autre et, contaminée, la cadette ne peut s’empêcher d’en faire de même. La voix rassurante et posée de Calie semble peser sur eux comme une couette enveloppante et chaude, et instinctivement, Grace sent le souffle de son frère s’apaiser lorsqu’elle reprend la parole :  « Comment vas-tu, Grace ? Ça fait quelques semaines qu’on ne s’est pas vues. Tu étais occupée ? » Quand s’étaient-elles vues, la dernière fois ? Depuis combien de temps Grace repoussait sa vie sociale pour se consacrer uniquement à son travail, avec sa sempiternelle difficulté à faire la part des choses ? “Ca va. On a un projet au boulot qui devait se finir en Janvier, mais qui va s’étaler jusqu’à Mars sur caprice d’un acteur… Burr Connors, tu vois ou pas ? Il a estimé que son personnage avait été mal écrit et il veut absolument refaire les trois-quart de ses scènes. Bien sûr, la prod peut pas dire non, ni trouver un acteur plus en vogue pour le remplacer et rester dans les clous niveau budget et timing…” Comme par une habitude qui ne l’aurait jamais vraiment quittée, sa voix est restée posée pour ne pas inquiéter son frère aîné, trépignant toujours à côté du duo.

Et toi, comment ça se passe ? Les reptiles ? Et...la faune et la flore ? Qui brûle ?

Eclats de voix en arrière-plan : Julia passe ses nerfs sur un Magnus impuissant, qui se confond en excuses à l’autre bout du fil, coincé sans distinction par leur directeur que par sa co-stagiaire tout aussi draconienne. Rien ne semble pourtant perturber Jeremy, qui répond avec un aplomb renouvelé aux observations de Calie : “Non, il ne mange pas, et il ne joue plus avec sa corde. J’ai vérifié ses selles et il n’y a pas grand chose, non plus. Mais le terrarium est gardé à une température optimale et Mussolini est hydraté quotidiennement, je lui donne des criquets en faibles doses cinq fois par jour et il a trois cachettes dans son habitat, exactement comme prescrit par l’Encyclopédie des Animaux de Hugh Dingle. Je pensais que c’était un problème de chaleur, mais son tube fluorescent est à 12%.” Et Jeremy ne s’arrête plus, aussi intarissable qu’un élève chiant qui aurait appris le dictionnaire par coeur. Ca attendrit sa soeur, et la jeune femme se permet de l’abandonner quelques secondes aux soins de Calie pour aller voir Julia qui s’égosille à l’entrée. “On est bon, t’inquiète pas. Retournes-y, fais ton boulot, je trouverai une excuse pour toi quand je rentrerai. On appellera un taxi. File.” Elle a un léger doute quant à la puissance de son autorité alors qu’elle tremblait sur le siège de la voiture de la plus jeune quelques minutes avant, mais le message semble passer. Une main ferme qui caresse rapidement son épaule, et Julia est repartie, calmée par sa supérieure. “Et fous la paix à Magnus. Il a fait des pieds et des mains pour qu’on puisse venir jusqu’ici”, qu’elle lance sur le retour mais Julia, encore piquée à vif, semble laisser la remarque glisser sur elle. Excédée, la jeune femme retrouve Calie avec son frère, terminant à peine ses explications, probablement un peu trop exhaustives, sur la disposition de son terrarium à domicile.

Vraiment désolée de prendre de ton temps, Calie. Si c’est trop long, ou que t’as mieux à faire, si t’as juste un véto pas trop cher à nous recommander…

La voix de Grace s’est faite supplique : Calie est leur dernier recours, en tout cas pour aujourd’hui, et pas sûr que Mussolini tienne jusqu’à demain. Le trio part néanmoins pour le bureau de la jeune femme et, Jeremy occupé à l’arrière avec son reptile, Grace se permet de se pencher vers Calie pour chuchoter : “C’est rigolo, parce que c’est exactement comme ça que Staline est mort, on a mal choisi le prénom. Je lui avais dit que Jim Morrison c’était une valeur sûre, je sais pas pourquoi il m’a pas écoutée.” En vérité, Jeremy n’avait jamais vraiment compris la référence au “roi lézard”, ni pourquoi rapprocher un varan d’un lézard, ni ce que Jim Morrison avait d’un lézard. Pas plus qu’il n’avait compris pourquoi il était capital de l’appeler Mussolini, mais au moins, il avait trouvé ça joli. “Mauvais goût. Désolée.” Parce que ça lui ferait vraiment de la peine, que le truc en émeraude périsse. Il avait, après tout, été son colocataire pendant deux ans, lui aussi. Juste un peu moins voulu que son propriétaire.

Et toi, comment tu vas, Calie ? J’ai l’impression de pas avoir pris de nouvelles depuis des années. Ou de t’avoir proposé un verre. J’aurais du, pardon. Tu deviens quoi ? Depuis 2010 ? Au moins.

Spoiler:
 


- praise the mutilated world and the gray feather a thrush lost, and the gentle light that strays and
vanishes and returns.


if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) 3287410889:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty
Message(#) Sujet: Re: if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) EmptyLun 24 Fév - 2:08


Il n’a fallu qu’un seul coup d’œil de la part de Calie pour comprendre que son amie était très agitée aujourd’hui. Elle s’était probablement levée du mauvais pied le matin même si la biologiste commence à s’habituer à la voir courir dans toutes les directions comme si une bombe atomique approchait lentement Brisbane. Calie a toujours eu la capacité de garder son calme dans toutes les situations et c’est bien cette qualité qui lui a permis de remonter la pente lorsqu’elle était tombé très bas à la suite de l’accident qui lui a fait perdre son œil ainsi que son rêve. Alors, malgré l’état d’alerte de Grace, elle réussit à garder son calme et à proposer d’examiner la bête malade pour mettre le doigt sur le problème. Les reptiles faibles et à l’allure endormie, elle connait ça, c’est sa spécialité. C’est donc avec le plus naturel des professionnalismes qu’elle demande  à Jeremy de lui confier son animal, ce qu’il fait après avoir hésité seulement quelques secondes. Quelques années auparavant, Calie n’aurait pas pu être aussi à l’aise devant une personne handicapée mais ses allées-et-venues à l’hôpital pour offrir son aide aux gens victimes de terribles accidents l’ont doté d’une qualité qu’elle ne possédait pas avant : l’empathie. Depuis quelques années elle sent qu’elle change alors qu’elle se pensait trop vieille pour acquérir davantage d’expériences. C’est cette ouverture d’esprit qui arrive à baigner ses journées d’une nouvelle lumière étrangement apaisante – bien qu’elle ne verrait pas changer complètement de boulot pour se retrouver dans le social. Elle reste casanière et indépendante malgré tout.

La tête plongée dans le terrarium comme une vraie passionnée, Calie se met à analyser chaque parcelle de la bête verte avant d’interroger Grace, espérant lui faire retrouver son calme en engageant une discussion qui lui permettrait d’oublier une seconde tout ce qui la tracasse. Cependant, quand elle se lance dans l’explication de sa journée compliquée teintée de caprices d’acteurs et de problèmes de budget, elle soupire doucement en réalisant que ce n’est pas comment ça qu’elle arrivera à la détendre. Elle redresse la tête, un sourire désolé sur les lèvres, puis elle répond doucement : « C’est pour ça que tu es aussi tendue, ce matin ? » Elle désigne le comptoir de la secrétaire sur lequel est exposé un bocal en verre rempli de petits chocolats emballés individuellement : « Tiens, serre-toi, le chocolat c’est un remède miracle pour n’importe quel maux. Tu pourrais en apporter à ton acteur dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Je ne regarde pas beaucoup la télévision. » Le regard malicieux, elle repose à nouveau son attention sur Mussolini – pas le dictateur, lui on s’en fiche – avant de jeter un coup d’œil à Jeremy, lui qui ne tient pas sur place, les mains affolées autour de son petit objet tournant. La gorge de Calie se serre quand Grace évoque le sujet des incendies exponentiels dans le pays mais elle arrive à contenir son inquiétude derrière un ton calme : « La réserve est pleine à craquer. Toutes les cages, tous les enclos, tous les terrariums sont occupés mais on fait de notre mieux pour aider les espèces les plus à risque. » Elle n’a pas le temps de parler d’elle-même et de sa situation actuelle qu’une voix s’élève derrière la baie vitrée de la réception. Elle n’y porte pas tant d’attention, tendant plutôt l’oreille vers le jeune homme qui commence à énumérer toutes les connaissances qu’il possède au sujet des iguanes verts. Sérieuse, la biologiste hoche la tête à chacun de ses points et, quand il conclue que ce n’est pas un problème de chaleur, elle vient poser la main dans le fond du terrarium pour récolter quelques miettes de sable mélangé à la terre. « Et le substrat ? Tu savais qu’il faut à tout prix éviter ce genre de sol ? La plupart du temps, lorsqu’un reptile boude comme le tien, c’est parce qu’il y a ne accumulation de sable dans son estomac. » Grace se défile pour aller s’agiter à l’extérieur. Calie fait claquer sa langue contre son palais, faussement désespérée, avant de relever la tête vers Jeremy qui semble très inquiet, les deux sourcils froncés. « Je ne peux pas certifier que c’est le problème, mais il arrive aux iguanes d’ingurgiter trop de sable lorsqu’ils chassent les criquets. Tout se colle à leur langue gluante. » Elle fait un clin d’œil au garçon pour le rassure et conclue : « Je peux examiner son ventre dans mon bureau sans problème. »

“Vraiment désolée de prendre de ton temps, Calie. Si c’est trop long, ou que t’as mieux à faire, si t’as juste un véto pas trop cher à nous recommander…” L’interpelée se redresse et secoue la tête en balayant l’air du revers de la main : « Non, ça me fera plaisir de t’épargner des centaines de dollars. Venez. » Elle les incite à la suivre d’un signe de la main et chope une poignée de chocolats en chemin, en offrant deux ou trois à Jeremy qui s’en empare timidement. « Je pense que la valeur sûre serait d’éviter les noms de personnages historiques, la prochaine fois ! » qu’elle plaisante, avant d’ajouter : « Fougère ou palmier, ça peut clairement le faire. » Elle ouvre la porte de son bureau et laisse ses deux invités entrer avant elle, sans oublier de leur demander de ne toucher à rien. Elle pousse quelques dossiers empilés sur son bureau et propose à Jeremy de poser le terrarium. « Ne t’inquiète pas, Grace. Tu as une vie occupée et je comprends parfaitement que ton boulot t’ait empêché de prendre des nouvelles à tous les matins. Et, je dois admettre que je suis aussi fautive que toi. » Parce qu’elle ne vivait que pour son travail, quelques mois plus tôt. « À vrai dire, je vais très bien. Je sors plus qu’avant et j’ai découvert que le bénévolat ne consistait pas seulement à faire du porte à porte pour récolter de l’argent. Je vais à l’hôpital une fois par semaine pour aider des gens qui ont perdu un membre, comme moi. C’est plutôt réconfortant de se retrouver parmi des gens qui vivent ce que j’ai vécu, je peux au moins faire ma part quelque part. » Elle se mord la lèvre inférieure puis ajoute dans un soupir : « Et ça me fait presque regretter de ne jamais avoir été maman. »      
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty
Message(#) Sujet: Re: if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

if love is a red dress, hang me in rags (calie&grace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-