AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
2 jeux de société achetés : le 3ème offert
Voir le deal

 Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphael Elly
Raphael Elly
les danses célestes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-huit ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Célibataire qui garde ses yeux rivés vers Diana sans comprendre pourquoi. Il s'est toujours empêché de s'ouvrir à d'autres personnes.
MÉTIER : Professeur de danse pour les tout petits mais ça lui arrive aussi d'accepter des contrats pour des publicités ou des fêtes d'enfants : quel bonheur.
LOGEMENT : Un appartement de taille médiocre à Spring Hill. Sur son tibia, il a une collection d'ecchymoses provoquées par les coins des meubles.
Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Tumblr_inline_oxp2j82zTU1uwoa5z_540
POSTS : 1046 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • obsédé par Diana depuis qu’il a cinq ans, incapable de mettre les mots sur cette émotion qu’il ressent pour elle • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Enpv
DIANAEL • They shall share a dance.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Nqe1
MIRAEL • Guide me.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Rdm0
HALLY • Feeling dizzy.

(7/6 oups) - Laoise - Adèle - Léo [FB] - Cora
RPs EN ATTENTE : Grace
PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : George Mackay.
DC : Jo le raton.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] EmptyMer 11 Mar - 17:18



Devant le miroir, Raphael termine son nœud de cravate, la langue sortie de sa bouche tellement la concentration l’empêcher de préserver un visage normal. Qu’est-ce que c’est difficile de nouer ces machins, et c’est bien le comble d’un garçon qui a été élevé par deux pères qui savent sans problème décorer le col de leur chemise. Il aurait pu apprendre à le faire autrement que par le biais de vidéos tutoriels sur YouTube mais il est trop tard ce soir pour rendre visite à la famille. Alors il se contente de réussir son œuvre d’art à moitié et il arrive à se convaincre que ce n’est pas si mal si le nœud est aussi lousse. De toute façon, il n’a jamais arpenté les rues sans attirer les regards avec ses habits colorés et, ce soir, il a pris son courage à deux mains pour enfiler une chemise grise – bon, il a choisi une cravate bleue à motifs de fleurs hawaïennes mais il ne peut pas enterrer ses racines si facilement. Il a besoin d’arborer au moins une couleur sinon il a l’impression d’être carrément nu.

Il passe sa main dans ses cheveux en réalisant que sa lutte contre le morceau de tissu a fait des dégâts. Plusieurs bouclettes se tordent dans tous les sens et tendent leur pointe vers le ciel. Désespéré, Raphael soupire en plaquant ses paumes sur son crâne afin de tout contenir puis il relâche pour observer sa chevelure se gonfler à nouveau. Il jette un coup d’œil à sa montre en constate qu’il n’a pas le temps de réparer la ravages alors il abandonne en se disant que les spectateurs auront les yeux rivés vers les danseurs sur scène plutôt que vers son échec capillaire. Ça ne le tuera pas de sortir comme ça, il a survécu à bien pire, notamment à sa crise de l’adolescence. Brrrr.

Devant son vélo, il hésite un moment en lorgnant le casque qui traîne près de ses pieds et il secoue la tête de droite à gauche, se refusant de le porter pour se rendre à la salle de spectacle. Il grimpe donc sur son engin de métal et se met à pédaler, rassuré d’avoir choisi de quand même porter des jeans malgré l’événement de la soirée. Il n’aurait probablement pas pu chevaucher un tel véhicule dans des conditions plus classes. Il ne lui suffit que dix minutes de route pour arriver sur les lieux, là où une queue se rallonge déjà devant la porte d’entrée. Consciencieusement, il trouve une barre en métal où cadenasser son précieux vélo et il additionne sa présence au reste du monde, son ticket d’entrée fermement coincé entre ses doigts. Il tape du pied sans s’en rendre compte, soit parce qu’il est excité de voir ce spectacle ce soir ou soit parce qu’il y a beaucoup trop de têtes inconnues autour de lui et que sa phobie sociale commence à lui rappeler qu’elle existe. Quand même, il arrive à trouver sa place sans difficulté, gardant ses deux yeux rivés vers le sol pour éviter de croiser le regard des autres – et après il prétend vouloir d’une carrière internationale. Installé sur son siège, il fixe ses pieds et joue nerveusement avec sa cravate jusqu’à ce qu’il sente un poids s’écraser à sa droite. Il redresse très légèrement la tête pour voir le visage de sa voisine pour les deux prochaines heures et son cœur trébuche dans sa poitrine. La surprise se lit instantanément sur son visage et il porte sa main à ses lèvres afin de se cacher en grugeant ses ongles. Il reporte rapidement son attention vers les rideaux encore fermés en déglutissant, espérant que Diana ne remarque pas lui et son bon ami la panique. Cela doit faire au moins quatre ans qu’eux deux ne se sont pas échangés de mots, bien qu’ils n’aient jamais été très bavards. Pourtant, il pense encore à elle tous les jours et c’est pour cette raison que ses joues se sont empourprées.

Quand le spectacle commence, quand les danseurs se mettent à voler sur la scène et quand la musique se met à faire vibrer les murs de la salle, Raphael n’arrive pas une seule seconde à se concentrer sur les artistes. Il a l’impression que Diana est une boule d’électricité qui pourrait l’électrocuter à la moindre occasion, au moindre faux mouvement. C’est seulement à l’entracte qu’il se voit obligé de signaler sa présence, lorsque la jeune femme pivote la tête vers lui pour la première fois. Il croise son regard, les lumières de nouveau allumées et un mince sourire timide étire ses lèvres alors qu’il passe sa main dans sa nuque. Pourtant, Diana ne semble pas percevoir la situation comme lui. Son faciès ne s’illumine d’aucune lumière alors le jeune homme tente : « Hey, ça fait longtemps, hein ? » Elle ne l’a pas entendu. Il se pince les lèvres, tétanisé, et il tente à nouveau en tapotant son épaule pour attirer son attention : « Hey ! Ça fait longtemps ! » Merdemerdemerdemerdemerde.    


My plan was to succeed. Instead, I woke up and realise I had to start from the beginning, once again.
❝Dancing my way in.❞

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] 98si
Revenir en haut Aller en bas
Diana Rhodes
Diana Rhodes
la chasseuse d'étoiles
la chasseuse d'étoiles
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf planètes alignées, née le premier avril quatre-vingt onze.
SURNOM : lady, di, rhodes.
STATUT : célibataire, attachée à son boulot, la tête perdue entre deux comètes.
MÉTIER : astrophysicienne, actuellement chercheuse pour l'université de brisbane.
LOGEMENT : ap. 404, princess street, logan city - quand elle n'est pas à l'université.
Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] E8254c2de666ec05e50e35bd10b9a617e64d466e
POSTS : 322 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : issue d’une famille de cinq enfants, fratrie pour laquelle elle donnerait tout › passe sûrement bien trop de temps à la bibliothèque › danse depuis qu’elle a l’âge de tenir en équilibre sur un pied › a eu un accident de voiture en 2010 qui a failli lui coûter la vie, ne s’en est jamais vraiment remise › piètre cuisinière et pas meilleure chanteuse › malgré la famille croyante et pratiquante dans laquelle elle a grandi, ne croit pas en Dieu.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (quatre) - present: alfiehannahjulianaraphael
RPs EN ATTENTE : julian › lex
PSEUDO : luleaby.
AVATAR : ana de armas.
CRÉDITS : Juice (avatar).
DC : ezra beauregard (sam claflin).
INSCRIT LE : 26/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28696-undisclosed-desires-diana https://www.30yearsstillyoung.com/t28768-lady-di https://www.30yearsstillyoung.com/t28783-diana-rhodes

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] EmptyDim 22 Mar - 11:24




and there were people there, lovely as you'd ever care. tonight, baby, you can start again. laughing in the open air, have yourself another dream. tonight, maybe we can start again. - @raphael elly
Imbécile, le seul mot qui venait en ce moment même à son esprit, l’unique qui semblait traduire parfaitement son ressenti. Elle avait fait des pieds et des mains pour pouvoir libérer sa soirée de toute obligation professionnelle. Elle s’était donnée du mal pour réussir à terminer en temps et en heure cet entretien qu’elle attendait depuis des semaines. Les articles s’entassaient sur son bureau, les notes virevoltaient tant chez elle qu’elle peinait parfois à s’y retrouver. Elle avait tout de même fait en sorte que les événements s’alignent de façon à ce qu’elle soit libre ce soir. Et lui réussissait à accorder un changement d’horaires avec son collègue et à ne pas être disponible pour la soirée. imbécile était donc l’adjectif qui lui semblait parfait pour décrire Max ce soir. Elle avait bravé monts et marrées pour se rendre disponible et il n’était pas capable de respecter son engagement. Diana ne se laisserait cependant pas abattre, pas si rapidement. Ce fut donc habillée d’une robe noire, sciant sa silhouette à la perfection, et perchée sur ses escarpins qu’elle se pointa à la salle de spectacle. Si Max ne savait se rendre disponible pour leur soirée, elle irait seule et profiterait tout autant du spectacle sous ses yeux. Hors de question qu’elle manque tout le plaisir à cause de cet imbécile. Souriant au placeur, elle suivit par la suite la direction que le jeune homme lui indiquait, prenant place à peine quelques instants avec que les lumières viennent tamiser l’ambiance. Retirant son trench, son attention ne mit pas plus d’un instant avant d’être complètement accaparée par les danseurs qui semblaient se mettre en place sur la scène. Non seulement, Max l’avait laissé tomber pour la soirée, mais à l'attendre en vain elle avait fini par arriver juste à temps - il était hors de question qu’elle soit en retard en prime. Les lumières se tamisèrent, quelques applaudissements, dont ceux de la jeune femme, se firent entendre et la magie vint prendre la relève pour la suite. Voir ces artistes évoluer avec une telle dextérité, une telle aisance et avec grâce donnait toujours des frissons à Diana. Il y a quelques années encore, elle faisait partie de ces gens là. De ceux qui savaient se nourrir de la scène et du public, de la bouffée d’air qu’apportait les quelques premiers pas apposés sur le parquet après une longue journée de travail. Elle faisait partie de ceux qu’on applaudissait parce-que la beauté, elle venait à l’incarner. Et si tout ça lui avait apporté tant d’amour et de souvenirs, elle savait aussi qu’elle était mieux désormais assise sur ce fauteuil à dévorer des yeux le rêve d’autres gens. Diana adorait la danse - et encore, c’était peu dire pour interpréter ce que cet art lui faisait ressentir chaque jour. Mais elle avait toujours su que, si elle voulait garder ce sentiment tant particulier en son sein, elle se devait de garder ça en à-côté, en loisir et non en quelque-quelque-chose qui pourrait lui faire tourner et perdre la tête à tout jamais. Les pas s’enchainèrent sur la scène et les artistes semblaient prendre un plaisir fou à être en représentation ce soir. L’entracte s’en vint bien plus rapidement qu’elle ne l’aurait souhaité. Elle pourrait rester des journées entière assise à ne rien dire, à juste observer, apprécier. Presque machinalement, la jeune femme vint balayer du regard alors l’assistance autour d’elle. Elle était venue seule ce soir, mais ce n’était pas rare qu’elle croise même accompagnée quelques personnes qu’elle connaissait. La danse était un monde vaste mais pas assez pour ne pas tomber sur un visage familier. Cependant, des visages qui pouvaient se tourner vers elle en cet instant, aucun ne lui faisait remonter un souvenir. Elle rendit simplement un sourire poli à son voisin de gauche, qui lui en avait accordé un en première instance. Elle se contenta à la suite d’attraper son téléphone portable, envoyant un énième je te déteste à Max, avant de sentir qu’on venait doucement lui tapoter l’épaule. Rangeant instinctivement son cellulaire, elle tourna vivement son visage vers le jeune homme à ses côtés, qui semblait être l’initiateur de ce geste, sourcil haussé quelque peu au dessus de son oeil droit. « Hey ! Ça fait longtemps ! » Un léger silence, de quelques instants, vint se glisser entre les deux jeunes gens. Diana vint glisser sur ses lèvres un sourire poli, conforme à celui qu’elle avait déjà adressé à ce jeune homme une poignée de secondes plus tôt lorsque leurs regards s’étaient croisés. « Je vous demande pardon ? » Son ton était léger, détaché, entaché d’une douceur et d’une politesse de celle qui avait l’habitude que l’on vienne la solliciter sans qu’elle ne comprenne l’exactitude de la situation. Cela arrivait souvent à l’époque, lorsqu’elle était appelée l’étoile montante de Brisbane et qu’elle enchainait les compétitions de haut niveau. Des faciès inconnus, elle en avait croisé plus d’un. Cela lui arrivait toujours de son temps, au travail, lorsqu’elle se trouvait nez à nez avec un nouveau partenaire de recherche et qu’elle n’avait pas été mise au courant au préalable - chose qu’elle ne supportait que moyennement, il fallait avouer. « Je pense que vous devez faire erreur, je suis désolée. » Parce-que maintenant qu’elle avait compris et analysé les paroles que le jeune homme lui avait adressé, ce ça fait longtemps ne faisait sonner aucune cloche dans son esprit. Elle avait beau poser ses yeux sur le visage qu’il présentait, analyser les traits que ce dernier avançait, elle n’arrivait pas à relier ce qu’elle voyait au moindre souvenir. Etait-ce son état d’esprit de la soirée, cette rancoeur qu’elle ressentait, qui lui faisait la vision trouble - ou le jeune homme s’était-il tout simplement trompé de personne en s’adressant à elle ?



then they'll dissipate, like snowflakes in a ocean.
:l::
 


Dernière édition par Diana Rhodes le Mer 25 Mar - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
les danses célestes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-huit ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Célibataire qui garde ses yeux rivés vers Diana sans comprendre pourquoi. Il s'est toujours empêché de s'ouvrir à d'autres personnes.
MÉTIER : Professeur de danse pour les tout petits mais ça lui arrive aussi d'accepter des contrats pour des publicités ou des fêtes d'enfants : quel bonheur.
LOGEMENT : Un appartement de taille médiocre à Spring Hill. Sur son tibia, il a une collection d'ecchymoses provoquées par les coins des meubles.
Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Tumblr_inline_oxp2j82zTU1uwoa5z_540
POSTS : 1046 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • obsédé par Diana depuis qu’il a cinq ans, incapable de mettre les mots sur cette émotion qu’il ressent pour elle • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Enpv
DIANAEL • They shall share a dance.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Nqe1
MIRAEL • Guide me.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Rdm0
HALLY • Feeling dizzy.

(7/6 oups) - Laoise - Adèle - Léo [FB] - Cora
RPs EN ATTENTE : Grace
PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : George Mackay.
DC : Jo le raton.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] EmptyDim 22 Mar - 22:51



Si Raphael avait eu l’audace de contacter Diana une fois avant qu’elle n’efface son visage de sa mémoire, il ne se trouverait pas aussi tendu devant un spectacle auquel il avait si hâte d’assister avant qu’il ne réalise que le siège à sa droite était occupé par nulle autre que la femme qui a hanté ses pensées pendant beaucoup trop longtemps. Il s’était vêtu d’habits particulièrement chics (selon lui) et s’était rendu sur les lieux avec cette hâte dans les tripes, celle de voir des danseurs professionnels réaliser leur rêve devant des centaines d’yeux ébahis. Mais il avait perdu sa passion en une étincelle quand c’est la silhouette de Diana qui s’est tracée dans son champ de vision, lui faisant oublier que c’est sur la scène qu’il devait poser son attention, du moins, avant l’entracte annoncée à la moitié du show. Il a déjà les mains quand il ose pour la première fois attirer l’attention de la jeune femme qui avait réussi à empourprer ses joues par le biais d’un seul coup d’œil rapide et peu familier. Il réussit une seconde fois à rassembler assez de courage pour tapoter son épaule avec son doigt aussi mou qu’une pâte trop cuite. Il se revoit quinze ans plus tôt, attaqué par une armée d’hormones masculines qui lui supplient de tenter un truc pour la faire rire ou tout simplement lui dérober un sourire. « Je vous demande pardon ? » La bombe atomique est lâchée dans la salle et, pourtant, ce n’est que le corps de Raphael qui se fait réduire en milliards d’atomes imperceptibles. Autour de lui, les autres spectateurs bavassent et discutent comme si leur soirée était aussi agréable qu’ils l’auraient espéré : bande de veinards. Alors que la victime de la guerre tente de ne pas décrocher du regard noisette de Diana, sa gorge se noue de plus en plus et une fine couche de transpiration se pose contre son front déjà trempé par l’angoisse. Pour faire bonne impression, c’est réussi, dites donc. Le dos cloué dans le fond de son siège, il reste hébété alors que la jeune demoiselle accentue la douleur à sa poitrine sans le savoir. « Je pense que vous devez faire erreur, je suis désolée. »  C’est à ce moment précis qu’une centaine de scénarios négatifs se forment et se déforment dans la cervelle en compote du garçon fanatique. Il se dit qu’elle l’a toujours détesté et qu’elle préfère l’ignorer aujourd’hui pour mieux se porter – ça serait une possibilité, il n’a pas été le plus gentils des petits garçons dans la cour de récréation, il dérobait déjà les pelles et les râteaux des autres enfants dans le carré de sable lorsqu’il était assez vieux pour comprendre la notion du vol. Un enfant turbulent, impulsif, c’est ce qu’il était et son manque de raison actuelle l’empêche de comprendre que, si Diana se souvenait réellement de lui, jamais elle ne croirait qu’il est encore une petite peste agitée. Les gens changent, comme elle a changé. Ses cheveux sont plus longs, son corps plus élancé, sa poitrine plus… gonflée. Hum. Encore sous le choc (et pas à cause des seins de Diana), Raphael se secoue les puces et c’est un rire nerveux qui s’échappent enfin de ses lèvres de façon ridicule et saccadée. Machinalement, il se met à gratter sa lèvre inférieure avec l’ongle de son pouce et il garde ses deux yeux rivés sur l’épaule de la jeune femme, faute d’avoir le cran de confronter son regard plein d’interrogations. Elle semble honnête en affirmant ne pas le reconnaître et, pourtant, les scénarios négatifs continuent de fuser dans sa tête comme des feux d’artifices brûlants. « Je… Ouais, pardon. Je me suis trompé. Je vous ai confondu avec ma sœur. » qu’il ment en plaquant ses mains sur ses cuisses avant de tourner la tête vers ailleurs. Plusieurs minutes s’écoulent et il joue nerveusement avec ses bouclettes en s’efforçant de penser à autre chose mais ce soi-disant amour qu’il a toujours éprouvé envers Diana ne cesse de lui hurler de tenter quelque chose. Ce sont donc ses émotions qui arrivent à prendre la parole avant lui. « Raphael… » Il dit, à voix haute, alors que la demoiselle ne le regarde même pas. Il se racle la gorge et attire une seconde fois son attention en tapotant son épaule : « Raphael Elly. On… On a fait toute notre scolarité ensemble, en fait… » Il coince ses doigts dans sa main pour s’empêcher de la toucher davantage et il ne peut s’abstenir de remarquer que c’est bien la première fois qu’il est aussi proche d’elle. Il pourrait presque sentir son parfum s’il n’y avait pas une odeur de population australienne estivale qui flottait dans l’air. « Tu es venue seule toi aussi ? » Il constate à voix haute pour emporter Diana dans une conversation, pensant maladroitement qu’elle n’aurait pas d’intérêt à la relancer elle-même. Elle a quand même oublié son visage alors que lui se souvient de la forme de ses iris – ouais, c’est juste un rond mais c’est une façon de parler. Il se souvient la forme de ses lèvres, voilà. Deux jolis cœurs bombés qu'il a trop longtemps rêvé d'embrasser.  


My plan was to succeed. Instead, I woke up and realise I had to start from the beginning, once again.
❝Dancing my way in.❞

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] 98si
Revenir en haut Aller en bas
Diana Rhodes
Diana Rhodes
la chasseuse d'étoiles
la chasseuse d'étoiles
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf planètes alignées, née le premier avril quatre-vingt onze.
SURNOM : lady, di, rhodes.
STATUT : célibataire, attachée à son boulot, la tête perdue entre deux comètes.
MÉTIER : astrophysicienne, actuellement chercheuse pour l'université de brisbane.
LOGEMENT : ap. 404, princess street, logan city - quand elle n'est pas à l'université.
Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] E8254c2de666ec05e50e35bd10b9a617e64d466e
POSTS : 322 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : issue d’une famille de cinq enfants, fratrie pour laquelle elle donnerait tout › passe sûrement bien trop de temps à la bibliothèque › danse depuis qu’elle a l’âge de tenir en équilibre sur un pied › a eu un accident de voiture en 2010 qui a failli lui coûter la vie, ne s’en est jamais vraiment remise › piètre cuisinière et pas meilleure chanteuse › malgré la famille croyante et pratiquante dans laquelle elle a grandi, ne croit pas en Dieu.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (quatre) - present: alfiehannahjulianaraphael
RPs EN ATTENTE : julian › lex
PSEUDO : luleaby.
AVATAR : ana de armas.
CRÉDITS : Juice (avatar).
DC : ezra beauregard (sam claflin).
INSCRIT LE : 26/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28696-undisclosed-desires-diana https://www.30yearsstillyoung.com/t28768-lady-di https://www.30yearsstillyoung.com/t28783-diana-rhodes

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] EmptyMer 25 Mar - 19:45




and there were people there, lovely as you'd ever care. tonight, baby, you can start again. laughing in the open air, have yourself another dream. tonight, maybe we can start again. - @raphael elly
Le premier réflexe de son voisin de rangé fut, à la suite de sa question, d’émettre un rire nerveux. Que l’on vienne rire de son erreur n’était pas anodin, et même l’un des premiers réflexes que la plupart des gens avaient. Cependant, Diana ne comprenait pas pourquoi il se devait d’être, dans cette situation, nerveux. Ils étaient dans une semi-pénombre et venaient de passer plus d’une heure dans un univers totalement alternatif grâce à la première partie du spectacle qui venait de prendre place sous leurs yeux. Il n’y avait aucun mal à se tromper de personne, et à la prendre pour quelqu’un d’autre. Le jeune homme dut le comprendre plutôt rapidement, car les paroles qu’il vint prononcer à la suite allèrent de paire avec les pensées de la jeune femme. « Je… Ouais, pardon. Je me suis trompé. Je vous ai confondu avec ma sœur. » Diana garda alors son sourire planté sur ses lèvres, hochant légèrement la tête. Elle ne vint pas proposer de réponse orale, la situation semblait déjà assez étrange et le jeune homme mal à l’aise comme ça. Elle vint détourner son regard de ce dernier, le reportant sur son téléphone distraitement. Le spectrale reprendrait dans une poignée de minutes et leur attention repartirait de plus belle sur le spectacle. Elle avait cependant cette désagréable impression d’être observée, à distance et discrètement, mais se dit que c’était également le fait de se retrouver dans une salle bondée. Tout le monde avait, à un moment donné, un regard qui déviait de droite à gauche, un peu dans le vague. Le fait aussi qu’elle n’était guère habituée à aller à ce genre d’événement seule - même, à dire vrai, sans Max - et n’avait pas pour coutume de passer l’entracte du spectacle sans ne rien dire, ne rien commenter. Venir détailler les pas et les chorégraphies, ainsi que les musiques choisies, était presque sa partie préférée dans le fait d’aller au spectacle avec lui. Ca leur permettait également de se rappeler à de vieux souvenirs du temps où ils étaient ceux qui montaient sûr scène pour donner un spectacle. Damn, elle se sentit presque vieille d’un coup. Ce fut d’ailleurs de nouveau un sensation sur son épaule qui vint la tirer de ses pensées, dans lesquelles elle s’était laissée entrainer sans s’en rendre compte. « Raphael Elly. On… On a fait toute notre scolarité ensemble, en fait… » Diana dut reporter son attention sur l’instant présent, remettre ses pensées en ordre et faire fonctionner ses neurones rapidement. Elle avait déjà oublié ce qu’il lui avait dit un instant plus tôt. Son regard vint de nouveau alors observer son interlocuteur, pendant qu’elle cherchait dans un coin de sa mémoire le nom qu’il venait de lui donner. Il était vrai que, désormais dit, Raphael Elly ne lui était pas inconnu. Ca sonnait comme une vieille mélodie, quelque part, dans sa tête. Cependant, c’était comme lorsque vous avez toutes vos fenêtres internet d’ouvertes et que votre ordinateur ne répondait plus: il fallait savoir d’où venait cette foutue musique. Et là, pour l’instant, Diana n’arrivait pas à identifier la fenêtre en question. Pourquoi, il clamait qu’ils avaient fait leur scolarité ensemble - ce n’était pas rien. Il lui demandait de faire revenir un souvenir assez conséquent quand même, et pourtant… Oh, wait « Elly, mais oui ! » La magie d’un cerveau qui réfléchissait à mille à l’heure ? Elle ne savait trop qui remerciait exactement en ce moment même - surtout pas Dieu, il ne fallait pas pousser le bouchon tout de même -, mais Diana était reconnaissante d’avoir réussi à se souvenir. C’était arrivé avec une bride d’un souvenir lointain, une classe de peinture ou quelque-chose qui s’y apparentait en tous cas. « Wahou, ça fait un bail… » Elle ne saurait mettre une réelle mesure de temps sur cette phrase, mais elle savait qu’elle n’avait pas revu récemment ce visage. Leur dernière rencontre remontait à plusieurs années… et elle se rendait, par la même occasion, compte de pourquoi il avait utilisé juste avant la phrase ça fait longtemps. C’était la plus extreme vérité. Elle se sentait un petit idiote, sur l’instant, mais ce ressenti n’eut pas le temps de dure bien longtemps car déjà, Raphael enchainait sur une autre conversation. Peut-être qu’il ne remarquerait pas l’ambiance dans laquelle elle baignait, elle qui ne supportait pas avoir la main maitre dans le jeu de la maitrise de situation. « Tu es venue seule toi aussi ? » L’avantage de cette interrogation, c’était que Diana pouvait y répondre aisément, et sans trop se mettre dans une position inconfortable. Elle eut alors un petit rire, à la fois moqueur envers Max qui s’apprêtait à avoir les oreilles qui sifflent, tout en étant soulagée car elle maitrisait la suite de cette conversation désormais. « On m’a posé un lapin. Tu te rappelles de Max ? Des cours de danse ? » Le reste des souvenirs semblaient lui revenir petit à petit. Elle bénissait désormais simplement son cerveau. « C’est lui qui m’a posé un lapin. Pour aller travailler en plus - d’ordinaire, j’aurais pas fait de commentaire sur ce sujet, mais j’ai l’impression qu’il l’a fait exprès sur ce coup là. » Un petit soupire vint s’échapper d’entre ses lèvres, bien plus prononcé qu’elle ne s’y serait attendu. Elle ne devrait pas en vouloir à Max, elle le savait. Les fois où les rôles avaient été inversés étaient bien trop nombreuses pour les compter sur les doigts d’une main, et il avait toujours accueilli ce genre de nouvelle avec des mots apaisants et déculpabilisants - même si Diana ne culpabilisait presque jamais de faire passer son boulot en premier. Et au premier coup où c’était son tour à lui de devoir esquiver une soirée telle que celle où elle se trouvait pour un motif bien plus que valable, elle le traitait d’idiot. C’était à méditer. « Et toi ? On t’a posé un lapin aussi ? »



then they'll dissipate, like snowflakes in a ocean.
:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
les danses célestes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-huit ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Célibataire qui garde ses yeux rivés vers Diana sans comprendre pourquoi. Il s'est toujours empêché de s'ouvrir à d'autres personnes.
MÉTIER : Professeur de danse pour les tout petits mais ça lui arrive aussi d'accepter des contrats pour des publicités ou des fêtes d'enfants : quel bonheur.
LOGEMENT : Un appartement de taille médiocre à Spring Hill. Sur son tibia, il a une collection d'ecchymoses provoquées par les coins des meubles.
Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Tumblr_inline_oxp2j82zTU1uwoa5z_540
POSTS : 1046 POINTS : 220

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • obsédé par Diana depuis qu’il a cinq ans, incapable de mettre les mots sur cette émotion qu’il ressent pour elle • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Enpv
DIANAEL • They shall share a dance.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Nqe1
MIRAEL • Guide me.

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Rdm0
HALLY • Feeling dizzy.

(7/6 oups) - Laoise - Adèle - Léo [FB] - Cora
RPs EN ATTENTE : Grace
PSEUDO : Captain Rogers.
AVATAR : George Mackay.
DC : Jo le raton.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] EmptyJeu 26 Mar - 16:40


Il a réussi à reprendre contrôle sur la situation (si on peut dire ça comme ça, parce que, vraiment, il n’a pas du tout l’air d’avoir pris les rênes) et c’est la première fois qu’il arrive à mettre ses poings sur la table lorsque Diana se trouve dans son champ de vision. Il aurait pu détourner les yeux, prétendre l’avoir confondue avec sa sœur jusqu’au bout mais l’entracte paraissait tellement longue et semblait lui ordonner de reprendre la discussion. Contrairement à la jeune femme à sa droite, il ne possède pas de téléphone avec lequel passer le temps en scrollant sur Instagram ou Facebook. Lui, il est complètement seul dans sa solitude et il n’a que pour seul divertissement d’admirer l’architecture de la salle de spectacle. Alors, même si Diana a les deux yeux rivés vers son appareil électronique et que celui-ci arrive à lui arracher plus d’expressions faciales que pourrait le faire Raphael, il tente le coup et tapote à nouveau son épaule dans l’espoir de ne pas se replier une deuxième fois dans son terrier, petit lapin terrorisé qu’il est. « Elly, mais oui ! » Non, elle n’a pas souvenir de lui, du moins, pas encore. Il le connait ce regard et ce sourire faux qui ne veulent qu’apaiser le public avant que ce dernier ne réalise qu’il y a escroquerie quelque part. Elle laisser les secondes s’écouler en espérant retrouver ce morceau de mémoire qu’elle a égaré dans le fond du grenier. Le jeune homme aurait pu se sentir davantage vexé mais il commence à comprendre la routine : elle aurait beau lui admettre à voix haute qu’elle n’a aucun souvenir de lui, il ne pourrait pas être davantage blessé. Son siège est à la même hauteur que tous les autres dans la salle mais il a l’impression de se trouver six pieds sous la terre. Son corps est lourd dans le coussin moelleux qui l’englouti lentement comme le serpent avale le rat paralysé. « Wahou, ça fait un bail… » Il ricane faussement, mais son ricanement ressemble davantage à une dépression majeure. Ses doigts entrecroisés sur ses genoux, il détourne les yeux en retenant un soupir qui a tellement envie de s’enfuir et d’être entendu par toute la rangée de spectateurs. « Ouais… C’est ce que j’ai dit. » Raphael ne s’est jamais proclamé bon parleur et n’essayera jamais de prouver le contraire. Actuellement, sa gêne règne encore en maître mais à celle-ci s’est ajouté le sentiment de se faire rire à la gueule. Il vaudrait probablement mieux pour lui et sa santé mentale de se taire mais il a fait le premier pas et il n’abandonnera pas après avoir franchi l’étape la plus difficile. « On m’a posé un lapin. Tu te rappelles de Max ? Des cours de danse ? » Elle n’a vraiment aucune idée, en fait. Max, il se souvient de lui comme il se souvient des plats préférés de ses pères. Il l’a longtemps détesté pour sa chance et sa… normalité. Il avait gagné Diana alors que Raphael, trop jeune pour comprendre, s’était déjà mis à la fixer sur toute la durée du cours comme si elle l’avait appelé sans le savoir. Son sang avait bouilli trop souvent à les regarder danser comme si lui n’existait pas, bien qu’il ne donnait aucun signe de vie. Et après il se demande pourquoi elle ne se souvient pas de lui. Quel naïf. « Oui. » Sa voix intérieure en ajoute plusieurs couches mais il ne la laisse pas prendre possession de ses cordes vocales. Ce n’est pas le moment opportun pour faire une connerie. « C’est lui qui m’a posé un lapin. Pour aller travailler en plus - d’ordinaire, j’aurais pas fait de commentaire sur ce sujet, mais j’ai l’impression qu’il l’a fait exprès sur ce coup là. » Il esquisse un léger sourire compréhensif alors qu’il a envie d’aller se cacher dans huit rangées plus haut pour ne plus afficher sa nervosité devant elle qui l’a toujours fait rêver sans raison valable. « Vous avez gardé contact. » Il déclare comme s’il venait de trouver la recette miracle pour l’immortalité. « C’est bien. » Je suis jaloux. « Vous dansez encore ensemble ? » Vous êtes en couple et vous baisez toutes les nuits jusqu’à l’épuisement ? « Vous étiez beaux à voir. » Je voulais être à sa place. « Vous l’êtes probablement encore aujourd’hui. » Je veux encore être à sa place.

« Et toi ? On t’a posé un lapin aussi ? » Elle lui pose elle aussi la question, probablement plus par politesse que par intérêt. Il ne sait toujours pas si elle a réellement réussi à se rappeler de lui ou si elle improvise au fils de ses réponses. « Nooooon. » Il répond sans réfléchir, espérant lui donner l’impression qu’il possède un semblant de vie sociale. Il ne voudrait pas se rabaisser davantage en admettant qu’il ne mène pas la plus palpitante des vies. Mais, il réalise trop tard que sa réponse ne fait aucun sens s’il n’est pas accompagné alors son premier réflexe, et son plus stupide, est de soulever la main en direction de l’arrière de la salle et de saluer un fantôme. Il sourit à pleines dents et s’arrête seulement quand Diana se met à chercher la personne qu’il salue dans la foulée. « On a pas réussi à avoir des sièges voisins. » Il se racle la gorge, réalisant lentement qu’il vient d’opter pour la stratégie la plus faillible. Il relance donc, pour l’empêcher de poser des questions quant à l’identité de son ami imaginaire : « Alors, tu en es où dans ta vie ? »


My plan was to succeed. Instead, I woke up and realise I had to start from the beginning, once again.
❝Dancing my way in.❞

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] 98si
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael] Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Et ainsi Dieu créa le malaise [Diana&Raphael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe
-